Saturday, June 23, 2007
Public Access


Category:
Category: All

23
June 2007
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

  1ère édition du Parcours Parisien de la Photographie - PPP
Location:
Saint-Germain-des-Prés
Saint-Germain-des-Prés
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés
France
Internet Site : www.saint-germain-des-pres.com
Description:
http://ppp.chezhiggins.com

Pour fêter leur deuxième anniversaire et leur quatre-vingt troisième portfolio, les éditions Chez HIGGINS organisent du 14 au 30 juin 2007 le premier parcours parisien de la photographie. Trente galeries, trois librairies et le marché Georges Brassens participent à cette première édition qui, au-delà de la présentation d'une collection, célèbre la photographie, ses auteurs, ses acteurs et ses amateurs. Certaines de ces étapes permettront, par une exposition personnelle ou collective, de connaître les oeuvres souvent rares des photographes publiés Chez HIGGINS. Avec leur propre programmation, étrangère à la collection, d'autres lieux pourront présenter un choix de portfolios.

Produit atypique du monde de l'édition, les portfolios de Chez HIGGINS ne sont pas vraiment des livres, ils ne renferment pas non plus des oeuvres d'art au sens que leur donne le marché. Leur édition limitée à 30 exemplaires en fait cependant autant de pièces de collections, et la variété des sujets contenus dans la même présentation luxueuse d'or et de velours rejoint l'esprit du cabinet de curiosité.

Plus accessible que l'oeuvre d'art, le portfolio participe au bonheur du collectionneur en permettant une acquisition immédiate. Il constitue aussi une passerelle entre le livre et l'oeuvre d'art, entre la librairie et la galerie. Promenade en images, le PPP marque déjà le territoire partagé entre un éditeur et des galeries à travers la publication et l'exposition de mêmes œuvres. Il inaugure aussi l'ouverture possible de la collection à l'ensemble des artistes représentés par les galeries.

Dans la même perspective, le PPP 2008 accueillera d'autres éditeurs également impliqués dans la défense de la photographie.

Salon Court-Circuit "Le Salon de la Création"
Location:
Espace d'Animation des Blancs-Manteaux - Pierre-Charles Krieg
48, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 54 75 79
Description:
Téléphone : +33 (0)1 56 61 44 00 - Téléphone renseignements : Sébastien : +33 (0)6 75 09 75 49 - Contact Presse : Sarah : +33 (0)6 88 64 78 23 - sebastien@saloncourtcircuit.com - www.saloncourtcircuit.com

Du 22 au 24 juin 2007
Vendredi 23, de 15h à 21h, samedi et dimanche, de 10h à 21h

Ce Salon de la Création est organisé par Court-Circuit, les 22, 23 et 24 juin prochains à l'Espace d'Animation des Blancs-Manteaux à Paris IVème. Quatre-vingt quinze créateurs en décoration, mode et art contemporain, dont Christine Nietche, créatrice de mode, vous présentent leurs dernières créations. Court-Circuit est le Salon de la Création qui, depuis plus de 10 ans, se bat pour promouvoir des créateurs aux multiples talents artistiques. Du mobilier gothique aux dernières créations très design, des sculptures céramiques aux oeuvres contemporaines dignes de Vallauris, des peintures "art brutistes" à la photographie numérique, ce sont plus de la moitié des exposants qui créent sans relâche afin de se faire connaître auprès du grand public et pouvoir ainsi vivre de leur art.

Se côtoient des stylistes et accessoiristes de mode pour qui Court-Circuit leur sert de tremplin auprès de leur première clientèle mais également de professionnels venus faire les curieux en marge des grands salons aux quels ils sont rôdés.

Court-Circuit propose depuis toujours, et défend ardemment ce concept, aux visiteurs internationaux, une alternative professionnelle et de qualité face aux propositions jugées parfois trop conceptuelles d'autres structures ayant pour mission la promotion de la création contemporaine. Pour cette édition de printemps, Court Circuit axe ce salon sur la céramique contemporaine, véritable passion des organisateurs, avec des créateurs tels que Camille Schpilberg, Virginie Besengez et Anik Todeschini misent à l'honneur.

Salon du Bourget
Location:
Aéroport de Paris Le Bourget
Musée de l'Air et de l'Espace
BP 173
93350 Le Bourget Cedex
M° RER B Le Bourget
France
Phone : +33 (0)1 49 92 70 62
Fax : +33 (0)1 49 92 71 41
Mail : musee.air@mae.org
Internet Site : www.museedelair.org
Description:
http://www.paris-air-show.com

1er Festival du Pérou à Paris
Location:
La Cartoucherie
Route du Champ de Manoeuvre
Bois de Vincennes
75012 Paris
M° Château de Vincennes
France
Internet Site : www.cartoucherie.fr
Description:
Le théâtre de l'Epée de Bois accueille le 1er Festival du Pérou à Paris !
« Festival del Sol - Inti Raymi* »
du vendredi 22 au dimanche 24 juin 2007
au Théâtre de l'Epée de Bois
co-organisé avec le groupe Picaflor
www.epeedebois.com

* Inti Raymi signifie « Festival du Soleil » en langue Quechua

Paris, juin 2007 - Bien souvent confondue avec ses voisines d'Amérique du Sud, la culture péruvienne est l'une des rares à revêtir de si nombreuses facettes encore peu connues à ce jour en France… C'est ce constat qui a motivé le théâtre de l'Epée de Bois et le groupe Picaflor (restauration, voyages et importation de produits péruviens), deux lieux incontournables du Pérou à Paris, à créer le « Festival del Sol – Inti Raymi », le 1er festival péruvien pluridisciplinaire, ralliant théâtre, musique, danse, cinéma, peinture, mode, ou encore gastronomie…
Pendant 3 jours, du 22 au 24 juin 2007, le « Festival del Sol – Inti Raymi », portera haut dans le ciel parisien les couleurs du Pérou, à commencer par celle du Soleil, le Dieu Inca, pour lequel une fête nationale est célébrée chaque année à la même période. Ce festival s'est également donné pour objectif de resserrer et de mettre en valeur les liens existant entre le Pérou et la France, en présentant les nombreuses traditions qui ont influencé le folklore national, mais aussi la jeune création contemporaine péruvienne et franco-péruvienne.

Différents univers musicaux, théâtraux et cinématographiques vont se côtoyer pendant ces trois jours dans les salles grandioses du Théâtre de l'Epée de Bois : théâtre avec une œuvre courte de A. Díaz-Florián, concerts de musique traditionnelle des andes, créole et afro-péruvienne, et de musique actuelle (cumbia péruvienne), projections de films et de documentaires. L'une des deux salles de spectacle accueillera également un défilé de mode ou plutôt « des modes », car le Pérou est et demeure une mosaïque de multiples influences.
La danse elle non plus ne sera pas en reste puisque dans les salles entièrement boisées de l'étage, qui servent habituellement de lieux de répétition pour la troupe, petits et grands pourront s'initier, grâce à des stages exceptionnels, à différentes danses péruviennes telles que la Marinera, la Huaylash, la Valicha ou encore la Sunzigna.

Dans l'entrée du théâtre, salle entièrement boisée à l'ambiance très « western » sera installé un restaurant éphémère, où El Picaflor présentera les plus grandes spécialités péruviennes (Empanadas, tamales, papas rellenas…) au son des accords de « Cato y Queta ».

Le théâtre de l'Epée de Bois sera pour la première fois le décor d'une exposition de peintures. Une collection privée réunissant des peintres incontournables du Pérou sera présentée en exclusivité aux côtés d'artistes contemporains péruviens et franco-péruviens (Sébastien Lecca, Estela Soler, Juliana Zevallos, David Delfin…).

L'Epée de Bois sera également le « théâtre » d'un marché andin, présentant de multiples facettes de l'artisanat du pays : vêtements de coton, marionnettes, produits issus du commerce équitable, plantes, livres, vidéos…

Avis aux plus mystiques d'entre nous ou aux curieux avides de découvrir l'une des faces les plus mystérieuses du Pérou, ils pourront vivre une expérience inédite ! Un authentique chamane dialoguera avec eux via internet, en direct de l'Amazonie. Un étonnant voyage à quelques milliers de kilomètres d'ici…

* Programme des spectacles

Vendredi 22 juin
Dès 10h : Accès libre au marché andin, à l'exposition de peintures et au restaurant éphémère
Dès 11h : consultations chamaniques
18h : Inauguration officielle du festival - cocktail, vernissage de l'exposition de peintures en présence des artistes et animation musicale. Invité d'honneur : Harry Bellevan, Ambassadeur du Pérou.
20h : Luz-Amarga, œuvre courte (30 min.) de A. Díaz-Florián (Pérou) avec Andrea Marchant (Chili)
21h : Concert de Peru Andino, groupe composé de 14 artistes, musique andine et danse – défilé de mode

Samedi 23 juin
Dès 10h : Accès libre au marché andin, à l'exposition de peintures et au restaurant éphémère
Dès 11h : consultations chamaniques
10h à 13h : stages de danse (cours séparés enfants et adultes) Marinera, Huaylash et Sunzigna (danse afro-péruvienne)
14h, 16h et 17h45 : projections de films
19h : dîner spécial au restaurant éphémère
21h : Concert du groupe Gota Dulce (Cumbia péruvienne)

Dimanche 24 juin
Dès 10h : Accès libre au marché andin, à l'exposition de peintures et au restaurant éphémère
Dès 11h : consultations chamaniques
10h à 13h : stages de danse (cours séparés enfants et adultes) Marinera, Huaylash et Sunzigna (danse afro-péruvienne)
14h, 15h45 et 17h15 : projections de films
19h : Concert de Los Chasquis (musique créole et noire du Pérou) et Peru Andino (musique et danse andine) – défilé de mode

* Tarifs

Entrée libre pour le marché andin, l'exposition de peintures et l'espace gastronomie.

Tarifs théâtre, concerts, stages de danse et projections cinéma :
- Théâtre : Luz-Amarga, œuvre courte (30 min.) – entrée 5 euros
- Concerts : 9 euros en pré-vente et 13 euros sur place pour les concerts de vendredi et samedi, 13 euros en pré-vente et 18 euros sur place pour le concert du dimanche soir (concert spécial avec Los Chasquis et Peru Andino)
- Stages de danse : 30 euros le stage de 3 heures (réservation préférable)
- Projections cinéma : forfait 5 euros/ jour pour 3 séances

Réservation par téléphone au 01 48 08 39 74, à la FNAC, à la CASA PICAFLOR (5 rue Tiquetonne, 75002 Paris) et points de vente habituels.

Plus d'informations sur : www.epeedebois.com / www.picaflor.fr

Contact presse : Isabelle Lebaupain - Tél. mob. : 06 61 32 27 08 - E-Mail : ilebaupain@hotmail.com

3ème Festival des Cultures Juives
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
3ème et 4ème arrondissements

http://www.fsju.org/festivalculturesjuives/

programme :
http://culture.fsju.org/festivalculturesjuives/programme.pdf

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00] vernissage de l'exposition de LIN TIANMIAO
Location:
Galerie Loft
3 bis-4, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 46 33 18 90
Mail : info@galerieloft.com
Internet Site : www.galerieloft.com
Description:
du 23 juin au 28 juillet
du mardi au samedi de 10h à 18h30

12:00 [12:00] Vernissage : Camilo Raca "Cartoneros - Trésors des bidonvilles de Buenos Aires"
Location:
Maison de l'Argentine
Fondation Argentine
27 A, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 44 16 29 00
Mail : culture.arg1@gmail.com
Internet Site : www.casaargentinaenparis.com
Description:
contact : cartonerosba@gmail.com - draftgallery@gmail.com - T. 0870 27 20 74

jusqu'au 22 juin à la Galerie de l'Ambassade d'Argentine et jusqu'au 16 juillet à la Fondation Argentine, du lundi au vendredi de 10h à 19h

Programmée par l'Institut pour la Ville en Mouvement dans le cadre de «La rue est à nous ...tous», l'installation de Camilo Racana, divisée en deux volets, présente l'expression de la création des Villeros, issus des bidonvilles de Buenos Aires.

Cette installation présente l'expression de la création des Villeros, des habitants de Villas, les bidonvilles de Buenos Aires. Un secteur social qui a, par sa modestie et sa pertinence, revigoré l'espace public argentin ces dernières années. L'installation «Cartoneros – Trésors des bidonvilles de Buenos Aires» intègre exclusivement des exemples authentiques et singuliers de la création d'une société occultée dont les Villeros sont les créateurs, et seules quelques œuvres présentées sont le fruit de leur collaboration avec des opérateurs culturels.

Conscientes que l'autre est nous autres, l'installation est loin des visions d'aliénation prisées par le «reportage subjectif». Cette installation expose un art modeste issu d'une réalité robuste, légèrement dégradée mais jamais fragile. Elle montre l'espace public de façon représentatif et conventionnellement inattendu : le trajet quotidien du cartonero, de celui qui, à la tombée de la nuit, va de la Villa au centre de la ville, de celui qui, en silence, trie et ramasse les ordures des rues de Buenos Aires.

La rue est l'espace pleinement ouvert aux variétés et aux accents irrévérencieux de la vie de tous les jours. La rue est l'espace sacré, légèrement profané. L'espace grandiose est domestiqué, attendri par l'irruption des enfants et des chiens. Ces emblèmes de vie, leur peinture murale, les chants villeros, leurs armes trafiquées, leurs processions, sont tatouées sur les splendeurs marmoréennes de la ville de Buenos Aires. Les masques de la murga, les films réalisés sur des pellicules avariées, leurs photos font déjà partie de la très moderne esthétique du silence.
«Cartoneros – Trésors des bidonvilles de Buenos Aires» profane l'espace de l'Argentine à Paris et rend compte de la Villa, cet autre espace conçu pour les dévotions païennes.
Camillo Racana

13:00  
14:00 [14:00-20:00] Vernissage de Jan Kämmerling "Lift Off"
Location:
Galerie Jean Brolly
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 88 02
Fax : +33 (0)1 42 78 88 03
Mail : galbrolly@wanadoo.fr
Internet Site : www.jeanbrolly.com
Description:
du 23 juin au 28 juillet

Jan Kämmerling, jeune artiste de Düsseldorf était invité en 2006 à l'Atelier de la Galerie Jean Brolly.
Pour cet espace, visible uniquement depuis la rue, il réalisa spécialement une sculpture/peinture: un long parallélépipède de couleur orange posé au sol et calé contre le mur opposé traversait en oblique tout l'espace. L'œuvre démesurée par rapport au lieu semblait ne pas trouver sa place et donnait l'impression de ne pas être installée.

Pour sa première exposition à la galerie, Jan Kämmerling reprendra le thème de la déstabilisation avec une grande peinture présentée en diptyque très caractéristique : une toile trapézoïdale accrochée de biais vient se caler contre une grande toile rectangulaire. Une large bande oblique traverse l'ensemble des 2 toiles de manière
discontinue.

Cette composition instable attire notre regard qui cherche à rétablir un ordre propre à une composition géométrique classique.

S'appuyant sur certaines expériences historiques (Constructivisme, De Stijl, Hard Hedge) Jan Kämmerling cherche par des processus simples à questionner notre mémoire visuelle. On retrouve dans sa démarche les principes chers aux artistes de l'abstraction géométrique : neutralité de la facture, dépouillement et rigueur formels. La palette utilisée est le plus souvent réduite à la confrontation de 2 couleurs (blanc/noir ou gris, vert/gris, noir/gris métallisé) sans jamais chercher à les exalter.

Jan Kämmerling (1977) vit et travaille à Düsseldorf.
Etudiant à la Kunstakademie, il était l'élève de Jan Dibbets.
Avec 3 autres artistes (Lars BREUER, Sebastian FREYTAG, et Guido MÜNCH), il gère depuis 2002 un espace d'art indépendant le "Konsortium" et organise des expositions d'artistes proches de leurs préoccupations.



[16:00-21:00] Vernissage d'artistes de la galerie Baumet Sultana
Location:
Galerie Sultana
10, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville
France
Phone : +33 (0)1 44 54 08 90
Fax : +33 (0)1 44 54 09 60
Mail : contact@galeriesultana.com
Internet Site : www.galeriesultana.com
Description:
jusqu'au 29 juillet 2007
du mardi au samedi, de 11h à 19h

La Galerie Baumet Sultana achève la saison en présentant une exposition réunissant plusieurs artistes de la galerie: Christian Curiel, Dino Dinco, Jacin Giordano, Gérald Panighi, Walter Pfeiffer, Sally Ross, Stefan Sehler, Olivier Sévère.




[17:00-21:00] Vernissage de Daniel Malhão "photographies"
Location:
Galerie Anne Barrault
51, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 51 70 02 43
Mobile : +33 (0)6 62 28 51 68
Mail : info@galerieannebarrault.com
Internet Site : www.galerieannebarrault.com
Description:
23 juin - 21 juillet
mardi-vendredi 14h-19h, samedi 11h-13h / 14h-19h

Daniel Malhão exerce, en parallèle à son activité artistique, son métier de photographe pour des architectes et des artistes plasticiens. Lors de ces commandes, où la photographie est au service d'un propos spécifique de visibilité d'une œuvre, Daniel Malhão découvre des images aveugles, des écrans vides, de potentielles photographies assiégeant le désir de visibilité de la part du spectateur et du photographe lui-même. Oscillant entre les «belles images» et leur making of, le travail de Daniel Malhão nous montre le monde visible et les limites de la visibilité du monde, l'image produite et son atelier de production.

Les premières œuvres de Daniel Malhão détournaient des références ruffiennes en associant dans une même image pesanteur et illusion de légèreté : des visages un peu boursouflés (en réalité, de personnes faisant l'équilibre sur les mains), des images du photographe avec une lourde pierre collée à son visage et tenant en l'air comme par magie. Il semblait vouloir faire le partage entre les lois de la matérialité de la photographie et celles du monde du spectateur, sans trop vouloir établir de frontière fixe.
Cette indécision entre l'objet de la photographie et ce que nous y décelons est à l'œuvre dans toute sa production photographique et vidéo. En effet, l'image photographique oscille toujours entre sa matérialité d'objet et sa capacité à reproduire le monde matériel sans en conserver les lois physiques. Ainsi la série «Poussière» où des constellations de grains de poussière reflètent l'infinitésimal de la matière sous forme de lumière ou encore des écrans vides trouvés dans des chantiers, qui semblent être en attente d'une image.

L'œuvre de Daniel Malhão objective et détourne les codes de la perception et du désir de voir. La machine - le projecteur, le lambda printer - y joue un rôle important de matrice de l'image : elle la génère mais peut être aussi son objet. Ce retournement sur soi est opéré par la suite d'images «Lambda Printer» ici présentées. Elles sont des photographies de la paroi supérieure de chacun des panneaux qui forment l'imprimante de lambda prints. Une petite fiction d'origines s'y profile; nous nous plaisons à imaginer que les images montrant les parois grises de la machine, ornées d'inscriptions commerciales et d'informations pour son usage, a produit les images mêmes que nous regardons. Une séparation se produit ici entre la machine qui capte l'image et celle qui la produit, entre l'œil qui sélectionne à travers l'objectif et l'ordinateur qui traite le résultat. Le temps de gestation de l'image est le temps du passage d'un corps à un autre, devenir invisible dévoilé par cette inversion. Contrariant le mimétisme de la machine par rapport au réel, Daniel Malhão suggère ainsi que l'origine de l'image est l'image même, qui se donne à lire et nous engage dans une traversée dans l'espace-temps des choses bidimensionnelles.

Un autre aspect du travail de Daniel Malhão est ici à l'œuvre : la latence du monochrome et de l'influence de la peinture dans la composition de l'image. Iil y a une recherche de l'uniformisation de la couleur qui superpose à la matérialité technique de la photographie celle de la surface colorée qui informe l'image. Elle est soulignée par cette tendance vers le monochrome, qui fait en sorte que photographie et peinture se rejoignent dans leur tentative de reconstituer la rencontre entre image mentale et image réelle.

Joana Neves, commissaire de l'exposition

Vernissage de Daniel Malhão "PHOTOGRAPHIES"

[17:00-20:00] Vernissage de Stéphane Fromm "O ce centre errant, vide, hospitalier"
Location:
Galerie Samantha Sellem
5, rue Jacques Callot
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 56 24 34 74
Mobile : +33 (0)6 12 46 07 77
Fax : +33 (0)1 56 24 34 74
Mail : galeriesellem@wanadoo.fr
Internet Site : www.galeriesellem.com
Description:
peintures

Du jeudi 21 juin au 21 juillet 2007
Du mardi au samedi de 11h à 13h et de 14h à 19h

Vernissage le samedi 23 juin 2007 à partir de 17h

« Ô ce centre errant, vide, hospitalier. »
Mon travail s'articule sur le jeu entre l'apparition et son corrélat la disparition. Ainsi dans ses encres, les figures, avant d'avoir le droit de persister, sont soumises aux passages répétés des rouleaux et à une dilution extrême. Ce qui reste est l'amorce d'un mouvement, les dispositions du corps, des êtres peu surs de leurs propres limites. Là une structure osseuse, là des chairs qui débordent, là le balayage d'une foule grotesque, là des restes qui tentent une recomposition... Et ce crâne qui cherche un visage. Car dans ces prolégomènes incessants la question toujours reposée, lancinante et simple, est celle de la présence. Ou encore : ce sentiment d'être à moitié là.

Mais ces êtres évoluent eux-même dans des espaces souvent cloisonnés, parfois superposés, en tout cas dans l'épreuve d'une solitude. Comme s'il s'agissait de points de discontinuité, de creux de réalité qui tenteraient de constituer malgré tout un continuum. Un temps fragmenté qui tisse quelques fils en deçà de la narration.

« Face-à-face ». Moins qu'un visage, la face, souvent cachée et perdue, penche du côté du corps. L'effacement comme révélateur.

Comment se reconnaître encore ? Au plus près ou dans la fuite ?

Ce jeu entre proximité et éloignement qui soulève la question de la présence et celle de l'altérité est au cœur de mon travail.





[18:00-21:00] Vernissage "Erased" de Bertrand Meunier / Prix Niépce
Location:
Galerie Magda Danysz
78, rue Amelot
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 45 83 38 51
Fax : +33 (0)1 45 83 38 51
Mail : magda@magda-gallery.com
Internet Site : www.magda-gallery.com
Description:
Prix Niépce : Bertrand Meunier

La galerie Magda Danysz accueille l'exposition "Erased" du 23 juin au 28 juillet 2007.
Vernissage samedi 23 juin de 18h à 21h.

Gens d'Images
Pour l'édition 2007 du Prix Niépce des Gens d'images, qui récompense les plus grands photographes depuis 1955, le Jury a décerné le Prix à Bertrand Meunier, photographe membre du collectif Tendance Floue. Avec l'aimable soutien Canon France et Picto.

[18:00-21:00] Vernissage d'exposition collective "PLAY"
Location:
Galerie Magda Danysz
78, rue Amelot
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 45 83 38 51
Fax : +33 (0)1 45 83 38 51
Mail : magda@magda-gallery.com
Internet Site : www.magda-gallery.com
Description:
du 23 juin au 28 juillet

L'exposition Play réunit quatre regards de photographe autour de la notion polysémique du jeu. Play, parce que nous passons notre vie à jouer. Enfant en quête d'identité, maniable et transformable ou adulte en quête d'autorité et de légitimité, chacun joue son propre jeu. L'exposition s'ouvre sur des jeux d'enfants : des histoires racontées à coups d'icônes platines ou de soldats de plomb. Ensuite le visiteur découvre des jeux d'adultes où chacun doit assumer et assurer son rôle. Dès lors le concept de jeu délivre mille facettes.

Agé de 28 ans, Alain Delorme, vainqueur du prix Arcimboldo cette année, réalise ici sa première exposition en galerie. La série « Little dolls » nous interroge sur l'identité des petites filles devenue lolita et sur ce qu'elles projettent . Chirurgie du pixel, mutation et hybridation des corps comme une critique acerbe de l'utilisation de ces images d'enfant où la jeunesse innocente est contrainte à la standardisation.

Cornelie Tollens, artiste néérlandaise, nous emmène vers une toute autre interprétation empreinte d'ambivalence : à la fois femme enfant et femme objet, aguicheuse et naïve, son travail se situe dans la provocation.

Controverse également pour la série « Separation » d'Erwin Olaf, où le latex connote ici bien plus l'enfermement de chacun que son association commune à l'univers SM.

Enfin, Etienne Clément, artiste anglais se joue de la perspective et de la perception, mettant en scène figurines et icônes de nos jeux enfantins comme Wendy ou des petits soldats de plomb, face au monde réel et décadent.

[18:00-21:00] Vernissage de Frédéric Pradeau / Youcheng Chou
Location:
Galerie ColletPark
203 bis, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)1 40 46 00 20
Fax : +33 (0)1 40 46 00 20
Mail : gallery@colletpark.com
Internet Site : www.colletpark.com
Description:
jusqu'au 20 juillet
du mardi au samedi de 13h à 19h

Frédéric Pradeau présente une nouvelle pièce qui s'inscrit dans son travail sur la société de consommation. L'artiste taïwanaise Youcheng Chou associe de manière surréaliste icônes MSN et peinture chinoise classique, créant dissonances et anomalies visuelles.

Frédéric Pradeau réalise pour l'exposition «Pop-Corn» une nouvelle pièce dans l'esprit de Distillery of the Coca-Cola (2004) qui s'inscrit dans son travail sur la société de consommation.
Cette machine apparaît comme un travail distractif mais le signifiant purement privé de la marmite, objet central du dispositif, donne à l'ensemble de l'installation une valeur patrimoniale.
La marmite soudée à un échaffaudage et greffée de divers composants électriques explose les grains de maïs qui se disséminent dans l'espace de la galerie. Le pop-corn amassé est ensuite utilisé comme materiau pour la fabrication d'hypothétiques sculptures.

Pâtisserie de Youcheng Chou
«Pâtisserie» de Youcheng Chou réunit les sculptures en wax Médailles de la Carrière (2006) avec une série de films d'animation - Pâtisserie (2006), Volume (2007), Emotion (2007) - entièrement réalisés en images de synthèse.

Artiste de la génération digital identity, Youcheng Chou met en scène de manière surréaliste des icônes MSN et de la peinture chinoise classique créant dissonances et anomalies visuelles pour entretenir l'artifice.

[18:00-21:00] Vernissage de Stéphane Pencréac'h "A la galerie...à l'hôtel"
Location:
Galerie Anne de Villepoix
18, rue du Moulin Joly
75011 Paris
M° Couronnes, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 42 78 32 24
Mobile : +33 (0)6 15 12 19 35
Fax : +33 (0)1 42 78 32 16
Mail : info@annedevillepoix.com
Internet Site : www.annedevillepoix.com
Description:
Galerie Anne de Villepoix + Hôtel - 12, rue Barbette - 75003 Paris - situé à 300 mètres de la galerie

jusqu'au 31 juillet 2007 du mardi au samedi de 10h à 19h

Anne de Villepoix et Sébastien Nahon présentent un corpus d'œuvres récentes de Stéphane Pencréac'h, simultanément dans deux espaces : à la galerie, et dans un hôtel particulier du Marais.

Pour la première fois Stéphane Pencréac'h montre ses grandes sculptures : des pièces uniques entre David Smith et la sculpture africaine de rue.
A la galerie, les tableaux «initiatiques»; souvenirs d'enfance transformés par le temps: du nouveau-né au petit homme découvrant son image, à l'adolescent en passe de s'ouvrir à la sexualité. Le jeu de cette mise en abîme est une des clefs de Pencréac'h et de sa fascination pour ce médium narcissique : la peinture.

Dans un tableau intitulé Première Fois, un jeune homme au premier plan regarde ou attend une femme qui se tient en haut d'un escalier. Cette femme est une petite sculpture en résine posée dans une découpe ovale de la toile : la cohabitation de différents moyens (sculpture, trou, peinture) bouleverse la perspective et inverse l'espace réel. Dans Je t'attendais une jambe de mannequin projette le tableau dans un espace tridimensionnel.

A l'hôtel (à quelques centaines de mètres de la galerie) sera présentée une dizaine de nus féminins, issus de collages, sublimés sur toile (procédé que Stéphane Pencréac'h avait utilisé lors de sa précédente exposition), puis retravaillés. Ces femmes sont ainsi transformées, déformées, se révélant aussi monstrueuses qu'incroyablement attirantes. En opposition, seront exposées huit sculptures : des Vanités aussi séduisantes que morbides, issues d'un combat ontologique entre les deux puissances célestes, l'Eros éternel et la Mort. Notre société, aliénée par ses contradictions successives et ses perversités quotidiennes, prend un chemin inquiétant...

Cette exposition dans deux lieux, à la galerie et à l'hôtel, veut rendre compte des allers-retours universels, dans l'espace comme dans les formes, entre nos origines, nos souvenirs, nos désirs, et nos peurs.

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition collective "INVISIBLE COLORS"
Location:
Galerie Marian Goodman
66&79, rue du Temple
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 04 70 52
Fax : +33 (0)1 40 27 81 37
Mail : parisgallery@mariangoodman.com
Internet Site : www.mariangoodman.com
Description:
INVISIBLE COLORS
curated by Karina Daskalov

23 juin- 27 juillet 2007
mardi-samedi 11h-19h
VERNISSAGE LE SAMEDI 23 JUIN DE 18H À 20H

Marcel Broodthaers
James Coleman
Dominique Gonzalez-Foerster
Oswaldo Maciá
Gabriel Orozco
Aaron Young

Le point de départ de cette exposition est le dernier livre de T.J. Clark The Sight of Death: An Experiment in Art Writing. Dans ce livre Clark retourne sur une période de six mois voir deux tableaux de Poussin au Getty Museum. Le livre, mélange entre histoire de l'art, journal et, par moments, réflexion politique, montre comment l'art ne se révèle jamais complètement dans l'instant. Cette exposition suggère que la rencontre privilégiée de Clark avec l'art peut servir de rappel à une forme d'engagement qui est à l'opposé des points de vue répandus actuellement, dans un monde en perpétuelle accélération, inondé par les foires d'art, les biennales et les contre-biennales.

L'idée derrière cette exposition est, quelque part, de susciter une impression de temporalité ralentie, et de laisser notre perception se développer dans le temps. Les œuvres, même très disparates, offrent ou provoquent des rencontres intimes, en s'adressant parfois à nos sens les moins rationnels et les plus marginalisés. L'exposition a lieu sur deux étages, les œuvres du premier étage se concentrent sur les expériences les plus directes.

[18:00] Vernissage des Ateliers municipaux d'arts plastiques
Location:
Centre d'art contemporain d'Ivry - le Crédac
La Manufacture des Œillets
25-29, rue Raspail
1, place Pierre Gosnat
94200 Ivry-sur-Seine
M° Mairie d'Ivry
France
Phone : +33 (0)1 49 60 25 06
Fax : +33 (0)1 49 60 25 07
Mail : contact@credac.fr
Internet Site : www.credac.fr
Description:
Du 23 Juin 2007 au 1 Juillet 2007
Mardi-vendredi 14h-18h, Samedi-dimanche 14h-19h & RDV

[18:30-21:30] Vernissage de Matt O'Dell "New Worship"
Location:
Galerie Schleicher+Lange
12, rue de Picardie
75003 Paris
M° Temple, République, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 02 77
Fax : +33 (0)1 42 77 02 72
Mail : info@schleicherlange.com
Internet Site : www.schleicherlange.com
Description:
23 juin - 28 juillet
mardi-samedi 14h-19h

Nous avons le plaisir de présenter le dernier projet sculptural de l'artiste anglais Matt O'Dell (* 1976). Ce nouvel ensemble d'œuvres s'articule autour des systèmes de croyance, des thèmes de l'aliénation et de la paranoïa, et explore les architectures et espaces utilisés par les groupes dissidents.

"New Worship" examine les individus ou les groupes rejetant les idées reçues et qui ont créé leurs propres systèmes de croyance aussi bien dans le domaine religieux que politique, ou social. On les retrouve notamment à l'origine des théories de conspiration diffusées à travers les médias alternatifs, ou encore dans les sectes qui proposent un nouveau paradigme spirituel.
L'oeuvre qui donne son titre à l'exposition est un ensemble de trois tours aux allures imposantes qui semblent observer le spectateur. Leur construction fait allusion aux tours des sirènes d'alerte ou des annonces publiques mais aussi aux antennes téléphoniques. La monumentalité de ces structures en bois renforce l'idée d'une tour de contrôle dont l'esthétique s'inspire des systèmes de communication utilisés dans les ralliements de masses, de protestation ou de propagande gouvernementale.
Entre le sermon religieux et le manifeste politique, la bande sonore diffusée à travers les enceintes crée un système de communication entre les œuvres et le spectateur. Les paroles diffusées transmettent l'idée d'un renouveau et utilisent de nombreuses références bibliques et prennent ainsi l'apparence d'un ralliement politique ou d'un rassemblement religieux.

Les sculptures Amphitheater/Rally Ground/Meditative Arena forment des espaces architecturaux où les croyances peuvent être enseignées, apprises et contemplées. En réalité, l'architecture de ces espaces pourrait opérer en tant que mode de contrôle des masses, en surveillant toute activité et la contraignant dans le périmètre de leurs formes triangulaires.

Sans représenter un événement spécifique comme dans ses œuvres précédentes telles que 'World Trade Center, New York, September 11th, 2001' où le titre et la forme de l'oeuvre font plus directement référence à la catastrophe d'origine, 'New Worship' incarne un phénomène général, examinant ainsi la relation entre fait et fiction où les événements eux-mêmes sont souvent négligés au profit du mythe créé autour.







[20:30-22:30] Vernissage de Céline Allemand & Virginie Chaumier "au Milieu de l'Empire"
Location:
Le Mange Disque
58, rue de la Fontaine au Roi
75011 Paris
M° Goncourt, Couronnes, Parmentier
France
Phone : +33 (0)1 76 90 45 50
Mail : mdisque@noos.fr
Internet Site : www.mangedisque.fr
Description:
photographies

exposition du 23 juin au 22 juillet

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés