Saturday, December 15, 2007
Public Access


Category:
Category: All

15
December 2007
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

  Exposition "Héros, d'Achille à Zidane"
Location:
Bibliothèque Nationale de France - site François-Mitterrand
Quai François-Mauriac
75706 Paris Cedex 13
M° Bibliothèque François-Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 53 79 59 59
Internet Site : www.bnf.fr
Description:
Galerie François 1er

9 octobre 2007 > 13 avril 2008
mardi-samedi de 10h à 19h, dimanche de 13h à 19h, fermé lundi et jours fériés

entrée 5€ / tarif réduit 3,5€

Un personnage, un acte, une mémoire. Immenses, ardents, combatifs, les héros, depuis l'Antiquité et jusqu'à aujourd'hui, vivent essentiellement dans l'imaginaire des peuples. Modèles pour l'avenir mais aussi miroirs de notre passé, ils ont, au cours des siècles, changé d'étoffe et de valeurs, tout en subissant la concurrence du sage, du saint, du grand homme ou de la star.
L'exposition Héros, d'Achille à Zidane propose un parcours dans l'imaginaire occidental.

Qu'y a-t-il de commun entre Superman, l'homme d'acier et Roland, le preux médiéval ? Entre le résistant Jean Moulin et Achille, légendaire combattant de la guerre de Troie ? Rien, sinon une volonté, un engagement physique total,
une action à la fois violente et miraculeuse, destinée à sauver une communauté en péril. L'héroïsation, par la publicité d'exploits réels ou fictifs, est néanmoins nécessaire. Elle isole les héros, les grandit, puis nourrit le culte dont ils sont l'objet, et fait résonner - plus ou moins longtemps - leurs noms dans les mémoires.

Comme le rappelle André Malraux :« Il n'y a pas de héros sans auditoire » (L'Espoir, 1937). Ainsi tout héros est-il le produit d'un discours : c'est en suivant ce fil rouge que l'exposition explore l'imaginaire occidental. Le terme de héros est aujourd'hui galvaudé et polysémique et les héros sont multiples : certains sont uniques et vénérés secrètement, d'autres sont célèbres et connus de tous, et leurs noms s'inscrivent dans des panthéons parfois fugaces. Si le poète construisait les héros anciens, l'historien les démocratise afin qu'ils incarnent toute la nation, avant que les professionnels des médias (journalistes, cinéastes, publicistes, créateurs de jeux) ne mondialisent aujourd'hui des personnages devenus composites.
Les figures choisies illustrent la fabrique héroïque, son cheminement, ses vecteurs, ses éclipses et ses invariants. Achille, Héraclès, Thésée, saint Martin, Roland, Lancelot, Condé, Napoléon, Vercingétorix, Jeanne d'Arc, Jean Moulin, De Gaulle, Lucie Aubrac,
Che Guevara, Jimi Hendrix, James Bond, Superman, Zidane, voici quelques êtres exceptionnels magnifiés par la parole, le texte et l'image.
Les collections de la BnF permettent d'illustrer les différents vecteurs d'héroïsation et la variété de leurs supports : vases antiques, sculptures, monnaies, manuscrits, incunables, livres, estampes, jeux de cartes, imagerie populaire, photographies, affiches, presse, musique, films, objets dérivés, jeux vidéo, etc. Ouverte avec la figure de Gilgamesh, roi-héros de la première épopée connue, l'exposition comprend trois parties : la première consacrée au héros aristocratique, produit de la culture occidentale des élites, de l'Antiquité au siècle des Lumières ; la seconde au héros national et à sa construction en France à partir de la Révolution et jusqu'à la Libération ; la dernière à l'éclatement, depuis 1945, du modèle en neuf familles héroïques dans un univers mondialisé.

Des pièces prestigieuses ou étonnantes
Parmi les pièces les plus prestigieuses ou étonnantes, le visiteur pourra admirer, au sein du parcours : deux amphores en céramique attique à figures noires montrant, l'une le combat d'Héraclès contre Géryon, la seconde celui de Thésée terrassant le Minotaure, un médaillon d'or (nikètèrion) du Trésor de Tarse, frappé de la tête d'Héraclès coiffée de la léonté, avec les traits d'Alexandre le Grand, un lécythe avec Achille traînant le corps d'Hector (musée du Louvre), des manuscrits médiévaux enluminés (Chroniques françaises, Renaut de Montauban, Lancelot du Lac), dont un manuscrit persan sur la vie légendaire d'Eskandar (Alexandre).
Un incunable sur vélin de 1496 est consacré à La Vie et Miracles de Mgr sainct Martin.
Deux monumentales gravures des Batailles d'Alexandre d'après les tableaux de Charles Le Brun célèbrent la gloire de Louis XIV, la pompe funèbre du Grand Condé.
Parmi les pièces remarquables de l'exposition figurent aussi des dessins de Jacques-Louis David, des estampes et gazettes révolutionnaires (Serment du Jeu de Paume, Mort de Bara, Passage du pont d'Arcole), un manuscrit autographe du texte de l'Hymne des Marseillois par Rouget de Lisle, une scène légendaire de Napoléon saluant un grognard reproduite en papier peint, des caricatures, le Retour de Russie de Géricault,
des planches des Désastres de la guerre de Goya, les Notes prises sur place par Victor Hugo lors des funérailles de l'empereur en 1840, des ouvrages de Michelet, Lavisse, des manuels scolaires, des bons points, des objets du culte johannique, une affiche de Grasset pour Sarah Bernhardt dans le rôle de Jeanne d'Arc. Un tableau allégorique de Meissonier sur le Siège de Paris (1870- 1871) est prêté par le musée d'Orsay.
Pour les périodes plus récentes, un éclairage particulier s'attache à la mutation de la posture du soldat, du héros partant à l'assaut, au poilu dans la boue des tranchées, ainsi qu'à la concurrence des héros dans l'entre-deux-guerres.
Les manuscrits de Vol de nuit de Saint-Exupéry et de Premier Combat de Jean Moulin, ainsi que le discours de Malraux pour le transfert des cendres de Moulin au Panthéon, les dernières lettres de Joseph Epstein (colonel Gilles) à sa femme et son fils (collection Georges Duffau) sont des illustrations emblématiques du héros combattant et du résistant. Les héros multiples d'aujourd'hui sont appréhendés à travers des médias divers : affiches, photographies, journaux, BD, albums d'images à coller, jeux vidéo, tableaux, livres, disques, jouets...
Odile Faliu

Exposition "Héros, d'Achille à Zidane"
Le tournoi de Sorelois. Lancelot du Lac. France, XVe siècle © BnF/Dép. Manuscrits

Exposition dédiée à Chaïm Soutine
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
du 10 octobre 2007 au 2 mars 2008

Figure centrale du monde de l'art, le moins connu et le plus mystérieux des artistes de sa génération, Chaïm Soutine fait l'objet d'une grande exposition à Paris pour la première fois depuis 34 ans, en 1973 à l'Orangerie.

Soutine arrive à Paris en Juillet 1913 et découvre alors un monde très différent de sa Russie natale. Il est rapidement assimilé au juif immigré, à l'artiste typique de l'Ecole de Paris, avec tous les préjugés qui s'y attachent. Souvent considéré comme simple suiveur, il est intégré à la légende de Montparnasse en raison de son amitié avec Modigliani dont il fut l'un des plus proches amis.

C'est en étudiant le portrait que Modigliani fit de Soutine que Marc Restellini, a décidé de faire cette exposition. Dans ce sublime portrait, il a découvert que le bel Italien donnait à Soutine, le plus discrètement possible, une symbolique religieuse en le peignant avec la main gauche pratiquant la bénédiction des Cohen, cette famille des grands prêtres du Temple de Jérusalem. Ce détail volontairement secret révélait une personnalité hors du commun qui pouvait avoir échappé à tout le monde mais que Modigliani voulait pourtant immortaliser, comme pour donner à Soutine une dimension mystique.

Cette personnalité très particulière lui fait développer un art longtemps incompris, marginalisé, assimilé souvent à un artiste malsain, difficile, sur lequel tous les poncifs de l'antisémitisme ambiant viennent se greffer pour en faire un marginal dès son arrivée à Paris. Comme Modigliani, il a une carrière très singulière, entourée de légendes ; artiste maudit, il meurt sans être vraiment révélé sous son vrai jour. Encore aujourd'hui il ne reste de Soutine que l'image du juif émigré sur qui pèse tous les interdits d'une religion trop contraignante et dont le physique se prête à tous les clichés antisémites.

Exposition "Steichen, une épopée photographique"
Location:
Jeu de Paume - Site Concorde
Musée de la Galerie Nationale du Jeu de Paume
1, Place de la Concorde
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 47 03 12 50
Fax : +33 (0)1 47 03 12 51
Mail : accueil@jeudepaume.org
Internet Site : www.jeudepaume.org
Description:
du 09 octobre au 30 décembre 2007

Mardi de 12h à 21h
Du mercredi au vendredi de 12h à 19h
Samedi et Dimanche de 10h à 19h
Fermeture le lundi

Entrée : 6 €
Tarif réduit : 3 €
La vente des billets se termine une demi-heure avant la fermeture des espaces d'expositions.




Le Jeu de Paume à Paris inaugure à l'automne prochain la première rétrospective en Europe de l'œuvre d'Edward Steichen (1879-1973), l'un des photographes-phares de l'histoire de la photographie du 20ème siècle. Présentée de façon chronologique, l'exposition « Steichen, une épopée photographique » couvrira toutes les dimensions d'une œuvre extrêmement prolifique et polyvalente.

Construite en deux volets – la rétrospective proprement dite, et la collaboration de l'artiste avec Condé Nast : Edward Steichen, in high fashion (1923-1938) -, elle regroupera quelques 500 tirages, dans l'ensemble des espaces du bâtiment de la place de la Concorde, qui mettront en lumière l'esprit curieux et inventif de ce « monument » de la photographie.

Cet américain d'origine luxembourgeoise co-fonde en effet avec Alfred Stieglitz dès 1902 le groupe Photo-Secession, et participe activement à la revue Camera Work. Il réalise des portraits, des paysages, des natures mortes, des nus ; il exerce ses talents dans la photographie de mode, de danse, de théâtre, de fleurs, dans la publicité, ainsi que dans la photographie de guerre et la photographie aérienne. Aucun genre, semble-t-il, n'échappe à son oeil novateur. Graphisme, typographie, direction artistique offrent aussi un terrain fertile à sa créativité. Condé Nast, séduit par ses photographies pictorialistes, le nomme photographe en chef des publications de Vogue et de Vanity Fair en 1923. Il sera aussi conservateur de la photographie au MoMA. La célèbre exposition qu'il y organise, The Family of Man, circule à partir de 1955, et touche plus de neuf millions de visiteurs à travers le monde. Ce sera le couronnement de sa carrière.

Cette exposition est la première rétrospective en Europe de l'œuvre d'Edward Steichen, organisée à partir de 450 photographies d'époque (vintages) et divers documents.

Esprit curieux et inventif, Edward Steichen (1879-1973) est l'un des photographes les plus prolifiques et influents de l'histoire de la photographie au XXe siècle. Cet américain d'origine luxembourgeoise co-fonde avec Alfred Stieglitz en 1902 le groupe Photo Secession, et participe activement à la revue Camera Work. Il est à la fois peintre et photographe. Comme photographe, il réalise des portraits, des paysages, des natures mortes, des nus ; il exerce ses talents dans la photographie de mode, de danse, de théâtre, de fleurs, dans la publicité, ainsi que dans la photographie de guerre et la photographie aérienne. Aucun genre, semble-t-il, n'échappe à son œil novateur. Graphisme, typographie, direction artistique offrent aussi un terrain fertile à sa créativité.
Condé Nast, séduit par ses photographies pictorialistes, lui confie en 1923 la direction artistique de Vogue et de Vanity Fair.
Il sera aussi conservateur de la photographie au MoMA. La célèbre exposition qu'il y organise, The Family of Man, circule à partir de 1955, et touche environ dix millions de visiteurs à travers le monde. Ce sera le couronnement de sa carrière.

Cette exposition est organisée par la Foundation for the Exhibition of Photography (Minneapolis) et le Musée de l'Elysée (Lausanne), en collaboration avec le Jeu de Paume.

Elle est présentée avec le soutien de Neuflize Vie et de la Manufacture Jaeger-LeCoultre, et en partenariat avec Le Figaroscope, Vogue, Arte et FIP.

Avis : le parcours de Steichen n'est pas original et manque de clarté. Parti d'une vision artistique de la photographie, Steichen, après la première guerre mondiale, se range à l'avis que la photographie peut servir à documenter et représenter la réalité. Il aboutit finalement à l'utilisation de l'art photigraphique à des fins mercantiles dans le domaine publicitaire.
La seule période intéressante du parcours du photographe reste la période où, travaillant pour Vogue et Vantity Fair, il aura pris en photo les plus grandes célébrités Hollywoodiennes et politiques (Greta Garbo, le président Franklin Delano Roosevelt, ...).

Plus d'informations sur l'exposition :
http://www.jeudepaume.org/?page=document&idArt=259&lieu=1&idDoc=436

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00] Vernissage de Dioniso Gonzalez "Interdictory Spaces"
Location:
Galerie Xippas
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 27 05 55
Fax : +33 (0)1 40 27 07 16
Mail : paris@xippas.com
Internet Site : www.xippas.com
Description:
du 15 décembre au 2 février

Pour sa première exposition personnelle à la galerie Xippas, Dionisio Gonzalez présentera un ensemble de photographies fruit de plusieurs années de travail au sein des Favelas de Rio de Janeiro et de Sao Paolo au Brésil.
La construction de ces bidonvilles n'a subit aucune planification urbaine et s'est développée selon une logique toute particulière, liée aux nécessités individuelles. Leurs habitants y sont leurs propres architectes et leurs abris construits avec des matériaux recyclés sont en perpétuel changement.

Lors de son arrivée au pouvoir en 2002, le président brésilien Lula déclarait vouloir favoriser la reconnaissance de la propriété aux habitants des Favelas. Pourtant différents plans de reconstruction urbaine tendent à raser la majorité de ces bidonvilles pour les remplacer par des constructions fondées sur les structures verticales de l'habitat social collectif.

C'est dans cette perspective que Dionisio Gonzalez tente d'imaginer des alternatives à ces démolitions, en proposant une reconstruction qui améliorerait les conditions de vie précaires de ces habitants, tout en restant sensibles aux habitudes et coutumes de ses habitants.

Dionisio Gonzalez part des différents clichés qu'il a réalisés dans les favelas sur lesquels il va insérer des éléments d'architecture qu'il aura créés de toutes pièces sur ordinateur. Contrairement à la plupart des architectes et des urbanistes qui visent à imposer une structure urbaine logique aux Favelas, celui-ci tente d'étendre et d'améliorer les structures existantes en conformité avec les besoins de leurs habitants. Car au-delà de la dimension esthétique abordée dans cette œuvre, il faut également y lire son aspect social. L'engagement de l'artiste s'est d'ailleurs concrétisé à travers son implication auprès des administrations locales afin de trouver des moyens à la matérialisation de ses bâtiments, ceux-ci étant notamment conçus pour abriter des centres sociaux destinés à améliorer la communication entre les populations locales.

Dionisio Gonzalez est né en 1965 à Gijon en Espagne ; il vit et travaille à Séville. Il est représenté par la galerie Max Estrella à Madrid. Son travail a été présenté dans de nombreux musées en Espagne. Le Kunstverein de Heidelberg en Allemagne lui a consacré une exposition personnelle en 2006. En 2007, il participait à l'exposition de groupe NY C Photo Exhibition organisée par Phillips de Pury & Company, à l'exposition The constructed image: Photographic culture au MOCCA de Toronto organisé par le CONTACT Toronto Photography Festival ; en 2006 à l'exposition Slum à la Neue Galerie Graz am Landesmuseum Joanneum en Autriche.

16:00 [16:00-21:00] Exposition "La maison des Mouches" - Hervé Ic, Marc Molk, Franck Rezzak
Location:
Galerie Defrost
7, rue du Vertbois
75003 Paris
M° République, Temple, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 44 61 01 73
Mobile : +33 (0)6 15 39 09 18
Mail : contact@defrost.fr
Internet Site : www.defrost.fr
Description:
"La Maison des Mouches". Celle des zombis, des vieux et des sorts, la maison de l'angoisse et des curiosités, de l'humidité, des ombres molles, la maison des regrets. Hervé Ic, Marc Molk et Franck Rezzak habitent cette maison-là, un sourire aux dents. Leur salive recouvre les murs, leurs traits changent d'emplacement pendant la nuit, ils mangent des viandes inconnues. De la graisse et de l'huile, de la peinture neuve apostasiée, au bruit de néons-cigales, en escares de lumière.
"La Maison des Mouches", tout entière effondrée sur sa cave, que la pluie fatiguée crible dans sa mélancolie.
La galerie Defrost est devenue "la Maison des Mouches", une maison en peinture.

La Maison des Mouches
Hervé Ic, Marc Molk, Franck Rezzak

Du 16 décembre 2007 au 26 janvier 2008
Vernissage samedi 15 décembre 2007 de 16h à 21h




[16:00] Exposition de Herve Heuze et David Ryan
Location:
Galerie Richard
Galerie Jean-Luc & Takako Richard
74, rue de Turenne
3, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 43 25 27 22
Fax : +33 (0)1 43 25 27 23
Mail : paris@galerierichard.com
Internet Site : www.galerierichard.com
Description:
December 15 - January 26, 2008

Hervé HEUZÉ "Abîmes"
David Ryan "A36°9'16''E,-115°8'6''N"


[17:00-22:00] Exposition collective "Little Big Art"
Location:
Galerie des Ateliers d'Artistes de Belleville
Le DADA de Belleville
1, rue Francis Picabia
75020 Paris
M° Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 77 12 63 13
Fax : +33 (0)1 46 36 44 09
Mail : contact@ateliers-artistes-belleville.org
Internet Site : www.ateliers-artistes-belleville.org
Description:
Little Big Art où 15 artistes de Belleville dévoilent leurs œuvres de petit format : autant d'idées cadeaux originales, et de quoi se faire plaisir à prix Little…

du 14 au 22 décembre 2007
Du lundi au vendredi de 16h à 21h et les samedis et dimanche de 10h à 21h
Vernissage le samedi 15 décembre de 17h à 22h

Les artistes:
Abd-El-Kader, collagiste
Laurence Bessas, graveur
Sandrine Blondel, peintre
Viou Blot, céramiste
Marie-Jeanne Caprasse, peintre
Marie Decraene, portraitiste numérique
Nicolas Dupeyron, peintre
Clara Harbadi, sculpteur
Isabelle Mayaud, peintre
Anne Meunier, peintre
Cyril Réguerre, peintre
SOFI, poétesse plasticienne
Marie Tucat, sculpteur
Brigitte Valin, sculpteur
Nathalie Villatte, peintre

http://agenda.germainpire.info/img/2007/20071215_Little_Big_Art_affiche.pdf

http://agenda.germainpire.info/img/2007/20071215_Little_Big_Art_CP.doc

[17:00] NOEL CHEZ SADIO BEE - Expo vente dans le Marais
Location:
Atelier 74
74, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 34 84
Internet Site : atelier74.canalblog.com
Description:
Du 10 Decembre au 30 Decembre 2007
Lundi au Samedi de 11h30 a 20H30
Tous les Dimanches de 14h a 20h30
Vernissage le 15 Décembre 2007 à partir de 17h

www.sadio-bee.com
contact@sadio-bee.com



[18:00] Exposition "Cargo de noël"
Location:
Echomusée
Espace Cargo 21
21, rue Cavé
75018 Paris
M° Château Rouge, Barbès - Rochechouart
France
Phone : +33 (0)1 42 23 56 56
Mail : galerieechomusee@gmail.com
Internet Site : www.cargo21.org
Description:
une nouvelle croisière artistique avec « Le Cargo de Noël 2007 »
« Cargo en fêtes »
12ième édition

Embarquement immédiat
À la rencontre des artistes de Cargo du 7 décembre au 20 janvier 2007
Vernissage le samedi 15 décembre à partir de 18h

Photographies, peintures, céramiques, objets déco, etc…
Petits prix – Moyens formats
De 3 à 400 €


[18:00-21:00] Exposition "THE CENTER FOR IMPROVED LIVING" de Marc Horowitz
Location:
Mannerheim Gallery
6, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République
France
Phone : +33 (0)7 70 46 19 13
Mail : info@mannerheimgallery.com
Internet Site : www.mannerheimgallery.com
Description:
Les galeries Nuke et Analix Forever ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l'exposition "THE CENTER FOR IMPROVED LIVING" de Marc Horowitz.

Vernissage le 15 décembre de 18h à 21h
Exposition du 16 décembre 2007 au 15 janvier 2008
du mercredi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous

Que font les artistes sinon nous montrer de nouvelles façons de voir le monde qui nous entoure? Peu d'artistes réussissent à inventer quelque chose de neuf. Les bons réussissent pourtant à fabriquer de nouveaux contextes pour percevoir la réalité. Marc Horowitz fait cela, sur le ton de l'absurde. La première fois que j'ai rencontré Marc, il y a quatre ans, il m'a avoué qu'il n'était pas sûr d'être artiste ou comédien. Depuis, il a rencontré un succès dans les deux domaines, son travail étant à cheval. Bien sûr, qu'il est artiste ! Bien sur, qu'il est comédien!

Parfois, la parodie ou la fiction aident à comprendre la vérité. L'univers de Marc Horowitz, dans ses installations, dessins, ses photos, et ses performances est, pour emprunter un aphorisme postmoderne daté, « plus réel que le réel. ». Il extrait de la vie quotidienne les banalités qui font de nous des humains (faire les courses, aller aux toilettes, communiquer avec des étrangers, se nourrir) et en fait des événements à part entière. Les objets qu'il crée agissent comme des compléments pour améliorer l'expérience et l'observation de ces moments. En un sens, il cherche à améliorer nos vies.

Marc a toujours eu beaucoup d'idées. Il tient à jour des listes et des listes d'inventions potentielles, de néologismes, de moyens de faire de l'argent et mille questions sur l'univers. Les idées qui réussissent à passer de la page à la galerie reflètent la plus obsédante des questions, interpellant le visiteur, de la même manière qu'ils interpellent l'artiste.

Que cela signifie-t-il de sortir de sa « zone de confort »? Comment faire de l'architecture générique des environnements plus agréables, plus drôles et réconfortants ? Qui est responsable des produits et slogans publicitaires aléatoires qui imprègnent nos vies, et comment pouvons-nous améliorer leurs idées ? Quelle est la valeur du bonheur et comment peut-on obtenir plus pour notre argent ?

Les œuvres de Marc peuvent être interprétées depuis diverses perspectives historiques et artistiques. C'est situationniste, c'est une appropriation du pop art, c'est un ready-made, c'est Fluxus, c'est du cinéma expérimental, c'est du photoréalisme, c'est les nouveaux médias et les médias traditionnels, c'est souvent du body art et ça peut même être du land art de temps en temps. Et, bien sûr, Marc parle de « l'instant ». Il reflète l'idéalisme américain, l'expansionnisme et le capitalisme. Il est fondé sur deux cultures, le DIY (Do It Yourself) et la culture de la flemmardise, en parodiant si bien la culture pop qu'il est réapproprié par elle.

Mais aucune de ces lectures tangentielles ne sont les motivations principales ici. The Center for Improved Living est moins sur Marc que sur vous. Il souhaite discuter avec vous. Il le veut vraiment. Il pense qu'il peut vous aider et il sait que vous pouvez l'aider aussi. Votre pratique collaboratrice de « l'art de la conversation » est le centre de son attention. Le reste n'est que mise en scène. Les accessoires, les objets et les idées qui tourbillonnent autour de vous sont là pour faciliter un échange qui consiste à échanger – des moments mutuellement bénéfiques de rire, de provocation, de résolution de problèmes et d'amélioration de la vie.

Il existe une société aux Etats-Unis, The Hair Club For Men, qui vend des produits conçus pour minimiser l'apparition de la perte des cheveux. Eux aussi vendent de l'amélioration de vie. Le propriétaire de l'entreprise a donné aux Américains une de leurs expressions préférées, en se rendant à la télévision pour montrer les photos de son avant-et-après et raconter aux téléspectateurs : « N'oubliez pas, je ne suis pas seulement le Président, je suis aussi un client » ! Marc Horowitz est lui-même le leader du Centre pour l'amélioration de la vie et son plus gros client. Toute sa vie est mise sur affichage et il est pourtant tout aussi sauvage, inventif, drôle qu'il le semble. Cet artiste ne veut rien de mieux que vous aider à voir votre réalité de la même manière. Alors, n'hésitez plus, visitez le Centre et améliorez votre vie !

Par Marisa Olson Artiste, rédactrice en chef et curator

www.ineedtostopsoon.com

http://agenda.germainpire.info/img/2007/20071215_Marc_Horowitz.pdf


[18:00-21:00] Exposition collective de dessins franco-japonais
Location:
Galerie Art All Access
Galerie AAA
75, rue Charlot
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Temple, République
France
Phone : +33 (0)1 42 71 09 89
Mobile : +33 (0)6 22 69 23 94
Mail : audrey@galerieaaa.com
Internet Site : www.galerieaaa.com
Description:
Avec Marie PERRON, Charles ANASTASE, Artus de LAVILLEON, Soshiro MATSUBARA, Koichi ENOMOTO, et Nobuya HOKI.

du 15 décembre 2007 au 24 janvier 2007

[18:00-21:00] Exposition d'Etienne Chambaud "Les Abîmes"
Location:
Galerie Lucile Corty
2, rue Borda
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 44 78 91 14
Mail : info@lucilecorty.com
Internet Site : www.lucilecorty.com
Description:
Exposition du 15 décembre au 2 février 2008
mardi au samedi 14h - 19h
Vernissage samedi 15 décembre 18h–21h

Avec le soutien du CNAP , Centre national des arts plastiques, Ministère de la culture et de la communication / Aide à la première exposition
Et avec le soutien de la Direction des Affaires Culturelles d'Ile de France (bourse individuelle à la création 2007)

Etienne Chambaud a appelé sa première exposition personnelle à Paris "Les Abîmes".
« C'est assez dire: abîme et satire de l'abîme ».
L'exposition est un départ, un point, vers la conquête d'espaces fragmentaires et faits d'entre-deux. Elle est faite de passages, de trouées et de limites. On pourrait se dire qu'une telle exposition voudrait réfléchir la figure des Abîmes. Mais les abîmes, qu'est-ce que c'est ?
C'est un lieu inhabitable et indécis, entre le sans-fond et le fond du fond. Un lieu que le langage ne clôture pas.

C'est une hypothèse. Il y en a une seconde.
Car si Les Abîmes ne nomment plus seulement ce que réfléchirait cette exposition ou ce qui la compose - des objets, collages, néons, photographies, peintures, sculptures - mais le lieu de cette exposition, la galerie Lucile Corty, alors on peut se demander si comme toute production, celle des abîmes, disons, celle de l'abîme, ne vient pas remplir ce qu'elle creuse. Ainsi, exposer Les Abîmes ce serait les remplir, les combler, le comble de l'abîme.

Qu'est-ce qu'il reste? - Des restes.

Encore une fois, « c'est assez dire: abîme et satire de l'abîme ».

Etienne Chambaud (né en 1980) vit et travaille à Paris. ll a suivi les formations de la Villa Arson et de l'Ecal, ainsi que le Post Diplôme de l'Ecole des Beaux Arts de Lyon.
Son travail est actuellement exposé à la Biennale de Lyon (sur une invitation de Pierre Joseph) jusqu'au 6 janvier 2008 ; au MacVal, Stardust, (commissaire Frank Lamy), jusqu'au 13 janvier 2008 ; à Wallspace Gallery, New York, From a Distance..., (commissaire Vincent Honoré), jusqu'au 5 janvier 2008 ; au Plateau, dans le cadre des nouvelles acquisition du Frac Île de France, Rooms, Conversations, à partir du 13 décembre et jusqu'au 17 février 2008.


[18:00] Sas Arty Dandy
Location:
Galerie Magda Danysz
78, rue Amelot
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 45 83 38 51
Fax : +33 (0)1 45 83 38 51
Mail : magda@magda-gallery.com
Internet Site : www.magda-gallery.com
Description:
Soiree d'inauguration à l"occasion des fêtes du Sas Arty Dandy au sein de la galerie. Ni concept store, ni shop, le Sas est un lieu unique dedie aux objets singuliers. Alors soyez au rendez-vous et pensez à vos cadeaux !

http://www.magda-gallery.com/fr/artydandy.htm

[18:00] Vernissage de Daniel Arsham "Playground"
Location:
Galerie Emmanuel Perrotin
76, rue de Turenne
10, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 16 79 79
Fax : +33 (0)1 42 16 79 74
Mail : info-paris@galerieperrotin.com
Internet Site : www.galerieperrotin.com
Description:
du 15 décembre 2007 au 12 janvier 2007

[18:00-21:00] Vernissage de Florence Reymond "Chaos, rêveries et somnifères"
Location:
Galerie Odile Ouizeman
10-12, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 91 89
Fax : +33 (0)1 42 71 94 13
Mail : contact@galerieouizeman.com
Internet Site : www.galerieouizeman.com
Description:
13 décembre 2007 - 26 janvier 2008
Vernissage: 15 décembre 2007 18h - 21h

The Invisible Child

Florence Reymond ose enfin s'approcher direct. C'est une des raisons pour lesquelles on la retrouve aujourd'hui en solo à la galerie Odile Ouizeman, c'est pour cette raison qu'on l'a déjà vu dans l'exposition collective Quel sens ? en mai dernier, dans la foulée on l'a bien vu dans Peinture(s) / Génération 70, à la Fondation pour l'art contemporain Claudine et Jean-Marc Salomon cet été, et très bien abordée à Docks Art Fair 07, foire d'art contemporain greffée pour l'occasion sur la Biennale d'art contemporain de Lyon, très bien vu de la part de tous de l'avoir choisi, bonne idée d'implantation pour les exposants et collectionneurs, pour l'échange avec le milieu de l'art et celui du marché en face, on reviendra. C'est toujours la guerre guerre, la loi des genres, y a le meilleur du pire dans les deux, évidemment.

Mais les peintures de Florence Reymond, depuis un moment nous dépassent avec ce qu'il faut, provocatrice toujours, la toile est devenue progressivement le lieu de tous les fantasmes de tout le monde, partageux, l'artiste peintre ne délire plus toute seule sur sa famille, en a fini avec ses propres projections, nous les laisse, tiens. Les sujets sont cernés, la surface brossée est de plus en plus fluo, les jouets en matière plastique pour enfants rejoignent le panthéon des pures couleurs du design année 60', gadgets et peluches, figures et paysages se kitchisent, c'est un régal. Entre le warholien Orange Car Crash, de la série de sérigraphies sur toile d'accidents de voitures, et la peinture maniériste de l'Italien du XVIe, auteur des portraits de fruits, végétaux et animaux, notre ego zigzague. Florence Reymond délire enfin sur le monde, ses archives photographiques personnelles deviennent ce fond d'images média pour « trafic de signes », échange une photo d'une séance de lévitation, et la statue de pierre contre un gisant. S'offre une érection de coucher de soleil sans rapport, sépare de sa tribu le congaceiros, la propagande guerrière qu'il symbolisait dégouline, son costume de conquérant ne peut qu'illustrer le moment de la césure, les filles flirtent avec le Christ, et devant tant de séduction, la trompe de l'éléphant voit rose. La toile recueille d'impossibles scénarios, et en prend acte. J'ai tué mon père, j'ai mangé de la chair humaine, et je tremble de joie, non, le monde merveilleux n'existe pas, le style est lâché, l'idée est récurrente dans la toile, le fantasme est d'abord objet de connaissance, non, FR ne consomme pas pour autant les amours interdites, ni ne viole les règles. Le réel apparaît comme l'agent provocateur, déclenche les fantasmes, nous les offre en peinture, c'est déjà ça, la trilogie- séduction, scène primitive et castration- se trouve matérialisée et recadrée, l'accélération pop, rock et psy, vous la sentez venir, oui. Pour y faire écho, le pur film de Pasolini, Théorème, le cinéaste également partageur, fait entrer un personnage mystérieux dans une famille qui entretient des rapports sexuels avec chacun des membres, changeant radicalement leur vie, fournit au film le fantasme qu'il faut, pose l'acte charnel, transcende les lois spirituelles. L'intention théorique peut nous distancier de nos propres pulsions, soit, y a des lieux faits pour ça, la toile en est un. Carrée, iconoclaste au premier coup d'œil, la peinture de FR est en réalité jouissive et sale, lieu de passions, rédemptrice et traite, elle recolle les morceaux d'une réalité devenue le contour d'elle-même, se place entre quelque chose d'inavouable et ce que le sujet peut en comprendre. Elle n'a plus peur de l'inconscient, partageuse, elle nous le laisse. Rien de plus normal pour l'instant, sauf qu'au final ressurgissent des bribes sauvages, nos yeux matent les majorettes, le déjeuner sur l'herbe référence picturale incontournable, côtoie Oedipe, en cadeau et punition les yeux ensanglantés, l'homme arrive en référence cinématographique, le rêve du maître nageur, on préfère ne pas le connaître, ou plus tard. L'exposition Chaos, rêverie et somnifères, est un plaisir romanesque, là où la jouissance est absurde. Qui a dit qu'il n'y a pas de rapport entre les sexes déjà ?

Céline Vanden-Bossche

La galerie sera fermée pour congés annuels du 24 décembre 2007 au 2 janvier 2008.

[18:00-21:00] Vernissage de Vincent Mauger "FIGURES SPATIALES NON USUELLES"
Location:
Galerie LHK
6, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 74 13 55
Mail : info@galerielh.com
Internet Site : www.galerielh.com
Description:
Sur une proposition de Marie-Frédérique Hallin et Thierry Leviez

VERNISSAGE LE 15 DECEMBRE 2007 - 18 H
Du 18 Décembre 2007 au 23 Février 2008
(Interruption du 15 au 26 Janvier 2008)

Vincent Mauger appartient à une génération d'artistes qui accomplit consciemment ou intuitivement un retour à la matière, après plusieurs années de « dématérialisation » de l'œuvre d'art. Volume, gravité, masse, surface, attraction, solidité, massivité, granulosité, occupation de l'espace... sont autant de pistes d'interprétation et de lecture qui ancrent l'œuvre dans son lieu de présentation et qui forcent le spectateur à se concentrer, avant tout, sur ce qui est présent devant ses yeux. Cette évidence du corps de la sculpture dans l'espace, Claes Oldenburg la décrivait ainsi : « Pour moi la sculpture est simplement du matériau en action. Qui n'a que la gravité pour limite ».
C'est certainement, avec humour, une manière de lire Gravity is Dead (2006), une pièce de 10m3 uniquement fabriquée en contreplaqué de bouleau qui se meut dans un dispositif complexe sur les trois axes de l'espace à l'aide de roulettes, pour nous présenter en son centre, et au final, un escalier hélicoïdal... sorte de machine nue en rotation sur elle-même, élégante et inutile, qui aurait pu surgir de la rencontre entre Léonard de Vinci et M.C. Escher. Vincent Mauger lui-même préfère rester discret et évasif sur son origine, évoquant tout à la fois les sports extrêmes et les dispositifs mécaniques cachés qu'il utilise pour réaliser ses vidéos.

Logique d'envahissement
Sans Titre, 2007, présentée dans la deuxième salle de l'exposition est représentative d'un certain « plaisir de l'envahissement » que Vincent Mauger a déjà plusieurs fois expérimenté : en 2006, à la chapelle du Bélian à Mons, il noya intégralement l'espace de boules de papier A3 froissées, que les visiteurs pouvaient littéralement traverser, jusqu'à en être submergés.
A la chapelle des Calvairiennes, en 2005, c'est cette fois 250 m2 de briques que l'artiste installe dans l'allée principale, surélevant le sol, dont certaines furent taillées à la scie pour dessiner -un peu à la manière de la pièce présente ici dans l'exposition- des reliefs s'apparentant à des montagnes.
L'aspect spectaculaire de ces installations provient certainement d'une sensation de déjà-vu : ces espaces, nous les connaissons ; il s'agit bien sûr des représentations provenant des logiciels 3D, des courbes dessinées par les sampleurs pour travailler le son ou encore des analyses de niveaux de Photoshop. Mais Vincent Mauger s'amuse à les faire basculer dans le monde réel, et ses outils ne sont plus la souris, l'écran et l'ordinateur, mais des scies sauteuses, des serres joints et de la colle. Préférant travailler seul pour s'immerger dans la logique exponentielle de la pièce, il affronte physiquement le chantier, dans une sorte de danse entre l'unité de la matière et l'espace qui la contient.

Rhétorique de la technologie
Dans la série des dessins Sans titre, 2006, c'est dans un mouvement inverse que l'artiste nous conduit. Au premier abord, il semble s'agir de dessins au feutre, au crayon, ou au stylo bic esquissant des paysages. Mais quelque chose ne colle pas : ici les courbes se rejoignent parfaitement, là elles dessinent comme le bord d'un orifice trop régulièrement, ailleurs elles se retournent et créent un volume avec une étonnante exactitude... C'est que Vincent Mauger s'amuse à renvoyer les accidents du dessin dans un logiciel de conception 3D. Il injecte alors une étrange humanisation, une sorte de dérèglement inhabituel, dans ces logiciels conçus justement pour ne pas laisser la place à l'erreur ou à la fantaisie.
Cet espace rendu physiquement possible où se croisent sur un plan imprévu l'art et la technologie, c'est là que l'on trouve Vincent Mauger, entre la virtuosité du Compagnon et le regard de l'explorateur.

Gaël Charbau

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Andy Warhol - Shadows and other signs of life"
Location:
Galerie Chantal Crousel
10, rue Charlot
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 38 87
Fax : +33 (0)1 42 77 59 00
Mail : galerie@crousel.com
Internet Site : www.crousel.com
Description:
15 décembre - 19 janvier 2008
Vernissage le 15 décembre

En 2008, Andy Warhol aurait eu 80 ans.

D'innombrables expositions ont éclairé les multiples facettes de l'oeuvre d'un des artistes les plus géniaux et influents du XXème siècle.

Pour cette exposition, Chantal Crousel a réuni une sélection de travaux qui met en évidence la constante présence de l'OMBRE, élément essentiel dans l'oeuvre d'Andy Warhol. L'ombre qui double le document (sujet) de sa fiction - qui projette le défini dans sa con-séquence : l'infini. Dès les premières photographies des compositions de l'artiste en quête de son modèle, l'ombre est un acteur/facteur inséparable du sujet. Certaines de ces natures-mortes ou autres photographies mèneront aux dessins, estampes ou peintures que nous connaissons.

L'ombre, et autres signes de vie, sont déclinées ici à travers 96 travaux :
- des compositions photographiées en n/b (Crânes, Faucille et marteau, Pierres précieuses, Animaux empaillés, e.a.), des polaroids (Caroline de Monaco), et des photograhies cousues (Nus masculins),
- des stencils, qui annoncent les peintures "Rorschach" et "Ombres"
- "Shadows II", un ensemble de six estampes à la poussière de diamant (éd. 6/10)
- des dessins au graphite (Knittings, Space Fruits, Cells, Faucille et marteau, etc) et certaines de leurs estampes dérivées,
- des "Piss Paintings" : peintures à l'urine sur gesso sur toile.

La plupart de ces oeuvres ont été rarement vues, et certaines sont présentées pour la première fois.

Chantal Crousel remercie Joel Wachs, Vincent Fremont, Tim Hunt et la Andy Warhol Foundation for the Visual Arts pour leur précieuse assistance.

La Galerie Chantal Crousel / Walther König Verlag publie un livre documentant cette exposition, accompagné d'un essai de Benjamin Buchloh : "Les quatre-vingts coups d'Andy Warhol".

Vernissage de l'exposition "Andy Warhol - Shadows and other signs of life"

[18:00] Vernissage de l'exposition "FEMINITE"
Location:
Jenny du Marais
8, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
M° Temple, Filles du Calvaire, République
France
Phone : +33 (0)8 72 20 76 08
Mobile : +33 (0)6 18 30 42 55
Mail : contact@jennydumarais.com
Internet Site : www.jennydumarais.com
Description:
"Quelques idées de cadeaux de fin d'année : bijoux, senteurs, plaid, boules de noël, bols, assiettes, vase ou sculpture et pourquoi pas des chèques cadeaux"


[18:00] vernissage collectif
Location:
IDArt
33 ter, rue des Tournelles
75003 Paris
M° Chemin Vert, Bréguet - Sabin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 44 78 05 43
Mobile : +33 (0)6 21 43 12 07
Mail : contact@idart.fr
Internet Site : www.idart.fr
Description:




[19:00] Exposition d'Alessandro Mendini "MENDINISMI A PARIGI"
Location:
Galerie L.J.
Lemarié-Jeudy
12, rue Commines
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 78 38 44 47
Mail : info@galerielj.com
Internet Site : www.galerielj.com
Description:
édition limitée de vases

du 15 décembre 2007 au 8 janvier 2008
vernissage samedi 15 décembre, 19h, avec l'aimable soutien de Campari

Série de trois vases « Adria », « Guizhou » et « Montesquieu », déclinés chacun en 3 tailles différentes, édités spécialement pour la galerie en 5, 8 et 12 exemplaires.
Alessandro Mendini, architecte et designer italien, est né à Milan en 1931.




[19:00-21:00] Exposition de Nicolas Nakamoto "Disciple"
Location:
France Fiction
6 bis, rue du Forez
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple
France
Phone : +33 (0)1 77 17 26 00
Mail : france.fiction@gmail.com
Internet Site : www.france-fiction.com
Description:
Exposition du 15 decembre 2007 au 9 Janvier 2008

Vous ne parviendrez jamais à la signification d'un signe occulte par une spéculation philosophique et bien des choses dites ou écrites à propos des symboles occultes l'ont été en vain, car cela n'est que le fruit d'une spéculation, d'une réflexion menée avec plus ou moins d'esprit.
Ces signes occultes sont importants pour nous car ce sont en quelque sorte les instruments qui nous permettent d'accéder aux mondes supérieurs.

Lecture polymorphique du losange.

[19:30] Expo de Créateurs
Location:
Montmartre
Montmartre
75018 Paris
M° Abbesses, Lamarck - Caulaincourt, Pigalle, Anvers, Château Rouge
France
Description:
CRYPTE ST JEAN DE MONTMARTRE - PLACE DES ABBESSES

VERNISSAGE samedi 15 décembre 07 à 19h30
EXPOSITION samedi 15 decembre 07 de 11h à 22h et dimanche 16 décembre 07 de 11h à 19h

Les éditeurs présentent Peau de Lapin et les illustrations du spécial automobile #01





[20:00] Vernissage du collectif sos-art
Description:
AVANT RUE - 134 RUE DE TOCQUEVILLE - 75017 PARIS - METRO WAGRAM

L'Avant-Rue reçoit le collectif SOS-ART.COM les 15 et 16 décembre 2007
Artistes sonores, vidéastes, plasticiens, poètes, photographes, occuperont le temps d'un week-end un espace de 500m2 pour « expérimenter l'art ».

Dans un désir de donner une vie dans le "réel" à son concept et de faire participer activement le grand public, le collectif SOS-ART.COM, présent sur la toile depuis plusieurs années, propose pour la seconde fois à ses artistes d'investir un lieu physique autour d'un thème donné. Une "friche théâtre urbain" sur Paris, ouverte à l'art contemporain, lieu d'exposition de 500 m2 où l'on peut manger et boire, a donc été choisie pour ces soirées.

RDV le 15 (à partir de 20h00) et le 16 décembre (12h00/19h00)
Entrée 2 euros.

Plus d'informations sur : www.sos-art.com

Photo du lieu: http://www.sos-art.com/photomail01.html

Video de la dernière soirée : http://www.sos-art.com/videomail.html

(sos-art.com est une association loi 1901)

[20:00] soirées de fermeture du Bar Ourcq
Location:
Bar Ourcq
68, quai de la Loire
75019 Paris
M° Laumière, Jaurès
France
Phone : +33 (0)1 42 40 12 26
Mail : barourcq@hotmail.com
Internet Site : barourcq.free.fr
Description:
feux d'artifice

[20:30] 7 ans de Mains d'Oeuvres
Location:
Mains d'Œuvres
Lieu pour l'imagination artistique et citoyenne
1, rue Charles Garnier
93400 Saint-Ouen
M° Garbaldi, Porte de Clignancourt
France
Phone : +33 (0)1 40 11 25 25
Fax : +33 (0)1 40 11 25 24
Mail : info@mainsdoeuvres.org
Internet Site : www.mainsdoeuvres.org
Description:
la "07" - 4000M2 EN FETE DE 20H30 à L'AUBE
LES « 07 » ANS DE MAINS D'ŒUVRES,
CONCERTS, DJ SETS, INSTALLATIONS, PROJECTIONS, PERFORMANCES
+ AUTRES DÉLIRES...
Entrée libre pour tous jusqu'à 22h. 5€ sur présentation du flyer, 10€ sans flyer !

C'est une petite mise en jambe avant les fêtes, C'est l'occasion de sillonner tous les espaces du lieu, C'est à Saint-Ouen et c'est pas si loin... C'est tous styles, tous publics, C'est surtout très très festif, C'est le grand rendez-vous annuel de Mains d'Œuvres ! A l'occasion de ses 07 années de vie, de création et d'expérimentation !

Avec : ELISTA + FRUITKEY + VERSARI + SEXUAL EARTHQUAKE IN KOBE + DANTEC + DJ KARVE & VR SELECTOR + ULLMANN + FLUOKIDS + YAYA (HERMAN DÜNE) + MICHEL VEDETTE + DJ COUGAR + SAIDOU / BAD TRIP CREW + SOPHIE BOCQUET + ELEONORE DIDIER + DELGADO FUCHS + CARTE BLANCHE A ARTKILLART + DAS PLATEAU + LAURE STRIOLO+ SPOOKY SPROUT etc…

CONCERTS…

ELISTA – pop rock (groupe résident)
www.myspace.com/elistamusic

FRUITKEY – country folk-rock (groupe résident)
www.myspace.com/fruitkey

VERSARI – rock (groupe résident)
www.myspace.com/versari

SEXUAL EARTHQUAKE IN KOBE – electro post-punk
www.myspace.com/seik

DANTEC – electro rock


DANCEFLOOR > lives, dj sets, selector

ULLMANN – cabarock
www.myspace.com/ullmanncabarock

FLUOKIDS - live electro
www.myspace.com/fluokids

DJ KARVE (Leeroy) & VR SELECTOR (AS Dragon - groupe résident) – international soul funk
www.myspace.com/karve

YAYA (HERMAN DÜNE) - selector vynil soul rock 60's
www.myspace.com/davidivarhermandunesyaya

BAL MODERNE ET DECALE…
hip-hop, disco ou rumba, le gymnase va se transformer en grand centre de chorégraphie pour tous !!

MICHEL VEDETTE – Automatic Body Dancing Club
www.myspace.com/automaticbodydancingclub

DJ COUGAR – Rumba, Mambo, Cha-cha

SAIDOU from Bad Trip crew – hip hop

DANSE… SPECTACLES

SOPHIE BOCQUET « Golden girl » (artiste résident)

AUDIO-VIDEO
CARTE BLANCHE ARTKILLART- Installations, performances, dj sets et lives (résident)
www.artkillart.tk
AVEC : Vincent Epplay & Samon Takahashi (AKA), Radio Free Robots (AKA), RYBN, Yan Leguay, Dasha Rush (Hunger to Create), Radio wne, Nomusic, Dasha Rush, LaBoiteBlanche (wne/nomusic), Jere (la glace à la viande / bugcore sound system), Allergy & Pessimist (Dirty Handz/RYBN), Carl Y (wne/nomusic) & Guests

PERFORMANCES… INSTALLATIONS

La cie DAS PLATEAU présente 2 courtes performances / vidéo / musique (résident) :
« GRAND DEBUTANT » pour une comédienne dans le monte-charge
« S.H.O.N. » pour 5 comédiens et 1 musicien

LAURE STRIOLO - chanteuse lyrique soprano, extraits d'opéras italiens

SPOOKY SPROUT - DayDream Nation ("Tour n°3, en face du square Lénine")
http://spookysprout.over-blog.com

ESPACE ZEN…

MEDITATION & YOGA

+ SURPRISES…

Restauration sur place durant toute la nuit

En partenariat avec :
www.mouvement.net
www.novaplanet.com
www.w-h-y.org







[22:00] Expo vente créateurs
Location:
Living Room
50, rue Richer
75009 Paris
M° Le Peletier, Cadet, Grands Boulevards
France
Phone : +33 (0)1 53 34 86 11
Description:
Expo vente créateurs

17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés