Saturday, January 12, 2008
Public Access


Category:
Category: All

12
January 2008
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

  GRAND MARCHE D'ART CONTEMPORAIN
Location:
Bercy Village
28, rue François Truffaut
Cour Saint-Emilion
75012 Paris
M° Cour Saint-Emilion
France
Phone : +33 (0)1 40 02 91 99
Fax : +33 (0)1 40 02 90 83
Internet Site : www.bercyvillage.com
Description:
PARIS 12 - BERCY VILLAGE

9 AU 13 JANVIER 2008

DESCRIPTIF
150 artistes : peintres, sculpteurs, céramistes...

THEME SUGGERE AUX ARTISTES
Fils et Lumières

Premier Grand Marché d'art contemporain de l'année, le chapiteau chauffé accueille cent cinquante artistes.
Le thème "Fils et Lumières" met en exergue les oeuvres textiles.
Parmi les peintres, les sculpteurs, les graveurs et les photographes, TAPIS ET TAPISSERIES D'ARTISTES seront à ce rendez-vous. INCONTOURNABLE...

LIEU
Bercy Village - Place des Vins de France - Paris 12ème

ACCES
Métro : lignes 14 : Cour St Emilion

PARKING
2 parkings payants sont à votre disposition

TARIF ENTREE
6 EUROS

HORAIRES
Vernissage : mercredi 9 janvier de 17 h à 22 h
Tous les jours de 11 h à 21h

INFORMATIONS
Tél : 01 56 53 93 93

Si vous souhaitez recevoir une invitation pour ce salon vous pouvez désormais l'imprimer directement en vous rendant sur le nouveau site internet :
http://www.joel-garcia-organisation.fr


Exposition dédiée à Chaïm Soutine
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
du 10 octobre 2007 au 2 mars 2008

Figure centrale du monde de l'art, le moins connu et le plus mystérieux des artistes de sa génération, Chaïm Soutine fait l'objet d'une grande exposition à Paris pour la première fois depuis 34 ans, en 1973 à l'Orangerie.

Soutine arrive à Paris en Juillet 1913 et découvre alors un monde très différent de sa Russie natale. Il est rapidement assimilé au juif immigré, à l'artiste typique de l'Ecole de Paris, avec tous les préjugés qui s'y attachent. Souvent considéré comme simple suiveur, il est intégré à la légende de Montparnasse en raison de son amitié avec Modigliani dont il fut l'un des plus proches amis.

C'est en étudiant le portrait que Modigliani fit de Soutine que Marc Restellini, a décidé de faire cette exposition. Dans ce sublime portrait, il a découvert que le bel Italien donnait à Soutine, le plus discrètement possible, une symbolique religieuse en le peignant avec la main gauche pratiquant la bénédiction des Cohen, cette famille des grands prêtres du Temple de Jérusalem. Ce détail volontairement secret révélait une personnalité hors du commun qui pouvait avoir échappé à tout le monde mais que Modigliani voulait pourtant immortaliser, comme pour donner à Soutine une dimension mystique.

Cette personnalité très particulière lui fait développer un art longtemps incompris, marginalisé, assimilé souvent à un artiste malsain, difficile, sur lequel tous les poncifs de l'antisémitisme ambiant viennent se greffer pour en faire un marginal dès son arrivée à Paris. Comme Modigliani, il a une carrière très singulière, entourée de légendes ; artiste maudit, il meurt sans être vraiment révélé sous son vrai jour. Encore aujourd'hui il ne reste de Soutine que l'image du juif émigré sur qui pèse tous les interdits d'une religion trop contraignante et dont le physique se prête à tous les clichés antisémites.

Exposition "Héros, d'Achille à Zidane"
Location:
Bibliothèque Nationale de France - site François-Mitterrand
Quai François-Mauriac
75706 Paris Cedex 13
M° Bibliothèque François-Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 53 79 59 59
Internet Site : www.bnf.fr
Description:
Bibliothèque Nationale de France - site François-Mitterrand - Galerie François 1er

9 octobre 2007 > 13 avril 2008
mardi-samedi de 10h à 19h, dimanche de 13h à 19h, fermé lundi et jours fériés

entrée 5€ / tarif réduit 3,5€

Un personnage, un acte, une mémoire. Immenses, ardents, combatifs, les héros, depuis l'Antiquité et jusqu'à aujourd'hui, vivent essentiellement dans l'imaginaire des peuples. Modèles pour l'avenir mais aussi miroirs de notre passé, ils ont, au cours des siècles, changé d'étoffe et de valeurs, tout en subissant la concurrence du sage, du saint, du grand homme ou de la star.
L'exposition Héros, d'Achille à Zidane propose un parcours dans l'imaginaire occidental.

Qu'y a-t-il de commun entre Superman, l'homme d'acier et Roland, le preux médiéval ? Entre le résistant Jean Moulin et Achille, légendaire combattant de la guerre de Troie ? Rien, sinon une volonté, un engagement physique total,
une action à la fois violente et miraculeuse, destinée à sauver une communauté en péril. L'héroïsation, par la publicité d'exploits réels ou fictifs, est néanmoins nécessaire. Elle isole les héros, les grandit, puis nourrit le culte dont ils sont l'objet, et fait résonner – plus ou moins longtemps – leurs noms dans les mémoires.

Comme le rappelle André Malraux :« Il n'y a pas de héros sans auditoire » (L'Espoir, 1937). Ainsi tout héros est-il le produit d'un discours : c'est en suivant ce fil rouge que l'exposition explore l'imaginaire occidental. Le terme de héros est aujourd'hui galvaudé et polysémique et les héros sont multiples : certains sont uniques et vénérés secrètement, d'autres sont célèbres et connus de tous, et leurs noms s'inscrivent dans des panthéons parfois fugaces. Si le poète construisait les héros anciens, l'historien les démocratise afin qu'ils incarnent toute la nation, avant que les professionnels des médias (journalistes, cinéastes, publicistes, créateurs de jeux) ne mondialisent aujourd'hui des personnages devenus composites.
Les figures choisies illustrent la fabrique héroïque, son cheminement, ses vecteurs, ses éclipses et ses invariants. Achille, Héraclès, Thésée, saint Martin, Roland, Lancelot, Condé, Napoléon, Vercingétorix, Jeanne d'Arc, Jean Moulin, De Gaulle, Lucie Aubrac,
Che Guevara, Jimi Hendrix, James Bond, Superman, Zidane, voici quelques êtres exceptionnels magnifiés par la parole, le texte et l'image.
Les collections de la BnF permettent d'illustrer les différents vecteurs d'héroïsation et la variété de leurs supports : vases antiques, sculptures, monnaies, manuscrits, incunables, livres, estampes, jeux de cartes, imagerie populaire, photographies, affiches, presse, musique, films, objets dérivés, jeux vidéo, etc. Ouverte avec la figure de Gilgamesh, roi-héros de la première épopée connue, l'exposition comprend trois parties : la première consacrée au héros aristocratique, produit de la culture occidentale des élites, de l'Antiquité au siècle des Lumières ; la seconde au héros national et à sa construction en France à partir de la Révolution et jusqu'à la Libération ; la dernière à l'éclatement, depuis 1945, du modèle en neuf familles héroïques dans un univers mondialisé.

Des pièces prestigieuses ou étonnantes
Parmi les pièces les plus prestigieuses ou étonnantes, le visiteur pourra admirer, au sein du parcours : deux amphores en céramique attique à figures noires montrant, l'une le combat d'Héraclès contre Géryon, la seconde celui de Thésée terrassant le Minotaure, un médaillon d'or (nikètèrion) du Trésor de Tarse, frappé de la tête d'Héraclès coiffée de la léonté, avec les traits d'Alexandre le Grand, un lécythe avec Achille traînant le corps d'Hector (musée du Louvre), des manuscrits médiévaux enluminés (Chroniques françaises, Renaut de Montauban, Lancelot du Lac), dont un manuscrit persan sur la vie légendaire d'Eskandar (Alexandre).
Un incunable sur vélin de 1496 est consacré à La Vie et Miracles de Mgr sainct Martin.
Deux monumentales gravures des Batailles d'Alexandre d'après les tableaux de Charles Le Brun célèbrent la gloire de Louis XIV, la pompe funèbre du Grand Condé.
Parmi les pièces remarquables de l'exposition figurent aussi des dessins de Jacques-Louis David, des estampes et gazettes révolutionnaires (Serment du Jeu de Paume, Mort de Bara, Passage du pont d'Arcole), un manuscrit autographe du texte de l'Hymne des Marseillois par Rouget de Lisle, une scène légendaire de Napoléon saluant un grognard reproduite en papier peint, des caricatures, le Retour de Russie de Géricault,
des planches des Désastres de la guerre de Goya, les Notes prises sur place par Victor Hugo lors des funérailles de l'empereur en 1840, des ouvrages de Michelet, Lavisse, des manuels scolaires, des bons points, des objets du culte johannique, une affiche de Grasset pour Sarah Bernhardt dans le rôle de Jeanne d'Arc. Un tableau allégorique de Meissonier sur le Siège de Paris (1870- 1871) est prêté par le musée d'Orsay.
Pour les périodes plus récentes, un éclairage particulier s'attache à la mutation de la posture du soldat, du héros partant à l'assaut, au poilu dans la boue des tranchées, ainsi qu'à la concurrence des héros dans l'entre-deux-guerres.
Les manuscrits de Vol de nuit de Saint Exupéry et de Premier Combat de Jean Moulin, ainsi que le discours de Malraux pour le transfert des cendres de Moulin au Panthéon, les dernières lettres de Joseph Epstein (colonel Gilles) à sa femme et son fils (collection Georges Duffau) sont des illustrations emblématiques du héros combattant et du résistant. Les héros multiples d'aujourd'hui sont appréhendés à travers des médias divers : affiches, photographies, journaux, BD, albums d'images à coller, jeux vidéo, tableaux, livres, disques, jouets…
Odile Faliu


Le tournoi de Sorelois. Lancelot du Lac. France, XVe siècle © BnF/Dép. Manuscrits

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00] Inauguration de l'atelier en commun
Description:
l'atelier en commun - 100 rue de Charenton - 75012 Paris - M°Ledru Rollin / Gare de Lyon - www.atelierencommun.net

Inauguration d'un nouveau lieu de pratiques artistiques.

Programmation :
http://atelierencommun.free.fr/spip.php?article28&artsuite=1


[11:00-21:00] Installation d'Alexandre PERIGOT "Sometimes You Win Sometimes You Lose"
Location:
Galerie Maisonneuve
22, rue de Poitou
1er étage
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 43 66 23 99
Fax : +33 (0)1 43 66 23 99
Mail : contact@galerie-maisonneuve.com
Internet Site : www.galerie-maisonneuve.com
Description:
Sometimes You Win Sometimes You Lose est une installation sonore et sculpturale qui fait tout à la fois référence à l'histoire de l'art, à l'espionage, à l'imitation et au questionnement. L'installation est constituée de tubes en plastique désarticulés. Reliée à une centrale d'aspiration, la structure contient un objet métallique qui est propulsé à l'intérieur du circuit tubulaire dont le frottement produit un bruit saccadé. Le mouvement des flux est au coeur du travail d'Alexandre Perigot: flux de production, flux de consommation, flux de bruits, flux de couleurs... Les tuyaux sont pour lui des vecteurs d'échanges. Ici le flux d'énergie passe d'un pôle à l'autre, coule au travers des tubes ou devient fou au rythme d'une danse sans fin.
Le travail d'Alexandre Perigot articule des positions paradoxales sur l'art et la société. Mettant en friction culture populaire et histoire de l'art, l'artiste créé des oeuvres critiques aux dimensions esthétiques et politiques décalées.
Dans le cadre du programme Arc Atlantique, Alexandre Perigot a développé le projet PIPEDREAM qui fait référence à l'expression d'outremanche “un rêve vain, sans queue ni tête” ainsi qu'aux tuyaus qui permettent l'échange d'énergie, de fluides et de biens matériels entre les pays et qui redessinent sans cesse les frontières. Ce sont les enjeux de flux et de frontières mouvantes qu'Alexandre Perigot questionne en invitant des artistes d'Europe de l'Est à se produire dans les ville de l'Arc Atlantique. Sometimes You Win Sometimes You Lose a été présentée à Tramway (Glasgow) en juillet dernier avec une autre installation, Sample House / Elvis House, pour la première exposition personnelle de l'artiste au Royaume Uni. PIPEDREAM est la première partie d'un projet en quatre expositions (Ecosse, France, Portugal et Espagne) en partenariat avec La Criée Centre d'Art Contemporain de Rennes. Dans le cadre de ce partenariat, Sometimes You Win Sometimes You Lose a récemment été présentée à la Galerie Art & Essai à Rennes où les tuyaux tentaient de réécrire la phrase Sometimes You Win Sometimes You Lose dans l'espace de la galerie.
L'installation sera prochainement présentée dans plusieurs expositions personnelles cette année: à la Galleria Arsenal (Pologne) pour l'exposition POLKA PALACE du 26 janvier au 2 mars, à la Maison des arts Georges Pompidou à Cajarc du 5 mars au 8 juin, au Museo Collecao Berardo à Lisbonne au Portugal du 15 septembre au 15 novembre et en Espagne au printemps 2009.

http://www.galerie-maisonneuve.com/perigot/Perigot_SometimesYouWin-FR.pdf


Installation view at Tramway, Glasgow, July - August 2007
Co-production Centre d'art contemporain La Criée, Rennes, France


[12:00-20:00] Exposition de Daniel Dezeuze "peintures qui parlent"
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
Galerie Daniel Templon - Espace 2

du 12 janvier au 26 février 2008
du lundi au samedi de 10h à 19h

http://www.danieltemplon.com/administration/show_detail.php?show_id=217&language_press=fr

Jouant avec le nouvel espace d'exposition de la galerie Templon, impasse Beaubourg, Daniel Dezeuze présente un ensemble d'oeuvres récentes sous le titre de "Petites pièces pour vent d'ouest", "Diptyques" et "Peintures qui perlent". Ces dernières sont comme des mosaïques en suspension avec des reflets de perles. L'exposition se conçoit comme un éloge discret aux peintres taoïstes chinois.

Membre fondateur du groupe supports/surfaces, Daniel Dezeuze poursuit depuis 40 ans sa réflexion sur la remise en cause de la cimaise et l'espace. Optant pour l'utilisation de techniques multiples et diverses, Daniel Dezeuze s'inscrit dans une relecture de l'art américain sans nier une réelle jubilation pour l'utilisation de matériaux considérés comme pauvres. Il existe une dimension énigmatique et ludique qui le pousse à ré-utiliser le dessin de façon provocante en se jouant des références culturelles (balistiques ou chinoises).

Daniel Dezeuze a récemment exposé à Montpellier (Galerie Hambursin-Boisanté), à Mexico (Casa de Francia), à Nancy (Galerie Hervé Bize), à Marseille (Galerie Athanor) et collectivement à Paris (La Force de l'Art), à Cologne (Galerie Krings-Ernst) et à Toulouse (Les Abattoirs) à l'occasion de l'inauguration de sa commande publique pour le métro de cette ville. Il a participé aussi à l'exposition itinérante en Europe: "Ombres et lumières. Quatre siècles de peinture française".


Peinture qui perle blanche n°3, 2007
Bois, perles de verre et polyéthylène
43 x 43 cm (17 x 17 in.)

[12:00-20:00] Exposition de Gérard Garouste "La Bourgogne, la famille, et l'eau tiède"
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
Galerie Daniel Templon - Espace 1

du 12 janvier au 26 février 2008
du lundi au samedi de 10h à 19h

http://www.danieltemplon.com/administration/show_detail.php?show_id=165&language_press=fr

Peintre obsédé par les origines de notre culture et l'héritage des Anciens, Gérard Garouste délaisse pour la première fois les grands textes de l'histoire occidentale (La Bible, Rabelais ou Cervantès) pour opérer un retour sans complaisance sur sa propre histoire.

A travers cette nouvelle exposition « La Bourgogne, la famille et l'eau tiède », Gérard Garouste explore les trois pôles de sa vie : le paradis perdu de son enfance en Bourgogne, l'enfer de la famille et sa recherche, peut-être impossible, de « l'eau tiède », c'est-à-dire une forme de modération ou de sagesse.

La vingtaine de toiles retrace sans pudeur, de manière frontale, des épisodes marquants de la vie de l'artiste : secrets de famille, traumatismes d'enfance, souvenirs de crises de démence et d'internement.

Au-delà de la dimension autobiographique, Gérard Garouste s'interroge sur la notion de « sujet » dans la peinture, et cherche à soulever le mystère des origines et de la transmission.

Comme il l'explique « Dans les détails d'une vie, s'inscrivent les dysfonctionnements d'une société toute entière. En un sens, ce malade dont je peins les aventures est le pur produit de son époque. La question de la transmission de la connaissance représente pour moi le point crucial. Enfant j'ai été élevé dans le mensonge familial et l'hypocrisie de la religion. Cette grande duperie que fut mon éducation est aujourd'hui un moteur. Je lui dois mon obsession pour le démontage des images comme des mots, et mon intérêt pour l'idée d'origine. Même si l'origine est une utopie. Reste la recherche de la vérité. »

Né en 1946, Gérard Garouste compte aujourd'hui parmi les figures majeures de la peinture française. Dès les années 80, il a été exposé dans le monde entier avec des expositions à New York, Los Angeles, Venise, Tokyo. Son œuvre est dans de nombreuses collections publiques dont le Centre Georges Pompidou, le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, le Ludwig Museum de Vienne, le Musée d'Art Contemporain de Montréal. Récemment il a exposé à la Fondation Cartier (2001), la coupole du Panthéon (2005), la Fondation Mudima de Milan (2006) et le Grand Palais dans « La Force de l'Art » (2006).

Du 29 janvier au 24 février 2008, Gérard Garouste se produira sur la scène du Théâtre du Rond Point. En compagnie du comédien Denis Lavant, il interprètera son spectacle « Le Classique et l'Indien » : le commentaire d'un critique aveugle sur l'absence d'une toile, autour de la Dive Bacbuc, peinture cachée tirée du Quart Livre de Rabelais.


Secret de famille, 2006
Huile sur toile
200 x 260 cm (78 2/3 x 102 2/3 in.)

[12:00] Voeux du Conseil Général de Seine-Saint-Denis
Location:
Préfecture de Seine-Saint-Denis
1, esplanade Jean Moulin
124, rue Carnot
93007 Bobigny Cedex
M° Bobigny - Pablo Picasso
France
Phone : +33 (0)1 41 60 60 60
Fax : +33 (0)1 48 30 22 88
Mail : courrier@seine-saint-denis.pref.gouv.fr
Internet Site : www.pref93.pref.gouv.fr
Description:
Voeux du Conseil Général de Seine-Saint-Denis

[12:30] Inauguration du collège Lucie Aubrac
Description:
62, rue de la Fontaine Au Roi (11e)




[14:00-21:00] Exposition de GAVIN PERRY "Transmitting Live From Mars"
Location:
Galerie Sultana
10, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville
France
Phone : +33 (0)1 44 54 08 90
Fax : +33 (0)1 44 54 09 60
Mail : contact@galeriesultana.com
Internet Site : www.galeriesultana.com
Description:
Vernissage : Samedi 12 janvier 16h - 21h
Exposition : 15 janvier - 23 février 2008

http://agenda.germainpire.info/img/2008/20080116_GAVIN_PERRY.pdf

[14:00-21:00] Exposition de Sophie Dubosc, Andrew Mania, Anne Neukamp et Gitte Schäfer
Location:
Galerie Chez Valentin
9, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 42 55
Fax : +33 (0)1 48 87 44 35
Mail : galerie@galeriechezvalentin.com
Internet Site : www.galeriechezvalentin.com
Description:
du 12 janvier au 16 février

"Plus il y a de choses, plus l'oeuvre est chargée, pire est elle". "More is less." "Less is more." "L'Oeil" est un danger pour voir les choses. L'artiste de son plus grand dépouillement est indécent. L'art débute quand il prend ses distances avec sa propre nature. Ad Reinhardt

En 1987, Michael Blackwood réalise un documentaire intitulé "4 artistes : Robert Ryman, Eva Hesse, Bruce Nauman, Susan Rothenberg". Le documentaire est présenté ainsi :

« C'est le portrait de 4 artistes liés par leur seule intention d'exposer leurs idées à travers l'art, déconnectés de tout concept de beauté, de narration ou de représentation »

D'après cette description, ce serait une rencontre fortuite. Mais en réalité, on découvre que ces artistes sont liés par une esthétique commune et les principes d'un minimalisme particulièrement mis en avant par le film. Par plusieurs aspects, cela pourrait être le point de départ pour tenter de définir l'approche d'un "post-minimalisme" aujourd'hui.

Pour les mêmes raisons réunir Sophie Dubosc, Andrew Mania, Anne Neukamp et Gitte Schäfer n'est pas tant lié à l'idée d'une approche commune qu'à leur manière très décalée et si particulière d'approcher les choses de façon mélancolique et poétique et tout autant énigmatique et profonde.

Sophie Dubosc a été diplômée en 2002 de l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (DNSEP). Elle a reçu le Prix Altadis en 2006.

Andrew Mania a exposé dans le cadre d'expositions individuelles à la galerie John Connelly Presents à New York et à la Galerie Jack Hanley à San Francisco. Il est représenté par la Galerie Vilma Gold à Londres.

Anne Neukamp a été récemment diplomée de Hochschule für Bildende Künste (HfbK) à Dresde. Elle a recemment exposé à la galerie Air Garten à Berlin et à La Generale à Paris.

Gitte Schäfer
La Galerie Chez Valentin lui a consacré une exposition personelle en 2006 ainsi que la Galerie Perry Rubenstein à New York et la Galerie Kirkhoff à Copenhague. Elle est représentée par la Galerie Chez Valentin.

[14:00-17:00] Vernissage des ateliers "art et créativité"
Description:
Centre social André Malraux - 15/18 rue J. prévert - 93420 Villepinte

Depuis plusieurs années maintenant les équipes locales de Villepinte et Livry-Gargan ont ouvert des ateliers d'art créatif à partir de mandalas. Une fois par semaine, des personnes d'horizons divers se retrouvent et, pendant 2 heures, laissent de côté les soucis du quotidien pour se plonger dans la réalisation d'œuvres exprimant leurs humeurs du moment et les libérant.

Pour partager avec le pus grand nombre le fruit de ces ateliers, une exposition est organisée au Centre social André Malraux de Villepinte. Le vernissage a lieu samedi 12 janvier 08, de 14h à 17h, vous y êtes tous cordialement invités !

Contacter :
M Clément Jactat
01 45 28 17 82
clement-jactat@secours-catholique.asso.fr

[14:00-19:00] pot de déstockage
Description:
Galerie OrientExpress (La Kaza) - 20 Passage Molière - 75003 Paris - M° Rambuteau - Info: 06 16 30 36 73 - lakaza02@yahoo.com - www.lakaza.com

Phi-Cuong (La Kaza Sarl, Galerie OrientExpress) vous souhaite une délicieuse année du Rat et vous invite à un pot convivial à l'occasion de ses Ventes Spéciales les 11, 12 et 13 janvier pour cause de Changement d'activités.

Déstockage jusqu'à -70% sur objets de déco, coffrets, MEUBLES, consoles, étagères, luminaires… et tableaux d'art

[14:30-15:00] Galette des Rois de Puteaux
Location:
Hôtel de Ville de Puteaux
131, rue de la République
92800 Puteaux
M° T2 Puteaux, Gare SNCF Puteaux, La Défense
France
Phone : +33 (0)1 46 92 92 92
Fax : +33 (0)1 46 92 93 67
Mail : info@mairie-puteaux.fr
Internet Site : www.mairie-puteaux.fr
Description:
Salle des colonnes de l'hôtel de ville

Pour fêter l'Epiphanie, tous les Putéoliens sont invités à l'hôtel de ville, samedi 12 janvier pour partager la galette citoyenne.
La caravane des rois mages, encadrée par des échassiers et accompagnée par les enfants des centres de loisirs déguisés et maquillés, partira à 14h30 de l'esplanade de l'hôtel de ville.
La galette sera distribuée dans la Salle des colonnes de l'hôtel de ville à partir de 15h.





[15:00-19:00] Exposition d'Hans Jörg Glattfelder "Balises d'un parcours"
Location:
Galerie Lahumière
17, rue du Parc Royal
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 77 27 74
Fax : +33 (0)1 42 77 27 78
Mail : galerie.lahumiere@wanadoo.fr
Internet Site : www.lahumiere.com
Description:
Du 13 Janvier 2008 au 12 Février 2008
mardi-vendredi 10h-13h & 14h-18h30, samedi 11h-13h & 14h-18h


[15:00-20:00] Exposition de peinture abstraite
Location:
Galerie Keller
13, rue Keller
75011 Paris
M° Bastille, Ledru-Rollin
France
Phone : +33 (0)1 43 57 72 49
Fax : +33 (0)1 43 57 72 49
Mail : galeriekeller@free.fr
Internet Site : www.galerie-keller.com
Description:
12 janvier 2008 - 09 février 2008
Vernissage samedi 12 janvier de 15h à 20h

[15:00-20:00] finissage de l'exposition "Da qui come cieco" de Teodoro Lupo
Location:
Galerie Alberta Pane
ex : Kernot Art Gallery
64, Rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple
France
Phone : +33 (0)1 43 06 58 72
Fax : +33 (0)1 43 06 18 55
Mail : info@galeriealbertapane.com
Internet Site : www.galeriealbertapane.com
Description:
Exposition "Da qui come cieco" (Von hier an blind), photographies de Teodoro Lupo

Exposition du 16 novembre au 22 décembre 2007
du lundi au vendredi de 14h à 18h, le samedi de 15h à 19h et sur rdv
Vernissage vendredi 16 novembre de 19h à 22h

Le jeune artiste italien Teodoro Lupo, berlinois d'adoption, présente dix photographies extraites de la série intitulée Von hier an blind, une série de photographies de grand format (70x104cm). Celles-ci traitent de la perception nocturne des lieux et des choses, métaphore de l'aveuglement qui aiguise tous les sens.

[15:00] vernissage de Pascal Broccolichi « DISPERSION »
Location:
Galerie Frédéric Giroux
8, rue Charlot
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 71 01 02
Fax : +33 (0)1 42 71 05 11
Mail : info@fredericgiroux.com
Internet Site : www.fredericgiroux.com
Description:
du 12 janvier au 23 février 2008
Vernissage le samedi 12 janvier à partir de 15h

L'œuvre de Pascal Broccolichi interroge certains des pouvoirs propres à l'espace sonore. Le son depuis plus de dix ans est son matériau principal, mais non exclusif. Il enregistre des ondes, collecte des résonances, des crépitements qui élaborent la matière sonore d'une situation, d'un lieu. C'est toujours la même méthode : des antennes réceptrices, un micro parabolique, un appareil photo avec lesquels il enregistre et photographie chaque zone à des intervalles de temps réguliers et déterminés en fonction de la superficie de la région.

Pour sa première exposition personnelle à la galerie, intitulée «Dispersion», Pascal Broccolichi présente «Sonototubes II» une installation sonore qui fait échos à une série de photographies.

« Sonotubes II » est constituée de 2 modules disposés face à face dans l'espace d'exposition. Des correspondances acoustiques s'opèrent avec des plages de fréquences combinées les unes aux autres et des silences sur lesquels l'ensemble de la composition sonore est construite. Il n'y a pas de rapport immédiat avec les photographies exposées dans la deuxième salle de la galerie. Ces images sont toutes prises (depuis 1997) dans des régions de la planète ou les repères et les frontières n'existent pas (déserts) ou encore des milieux dans lesquels le sol est en mouvement permanent (banquise). Même si des correspondances analogiques se forment entre les œuvres visuelles et sonores, il n'en demeure pas moins qu'elles sont totalement libres et illustrent aussi la définition conduite par le titre « Dispersion » de l'exposition : « Ne jamais montrer « des paysages » plutôt rester « au plus près du mystère », celui de l'espace inviolé et du processus créatif, bien plus que du sujet ou de l'objet. » (Pascal Broccolichi in Surfaces de propagation, Editions Monographik, Paris octobre 2007, p.39)

Si les rencontres entre les arts plastiques et le son demeurent anciennes, aujourd'hui le débat qu'elles provoquent est particulièrement fécond. Comme le souligne Alexandre Castant : « Les œuvres de Pascal Broccolichi le traitent, ce monde encyclopédique et virtuel, insaisissable et poétique, visionnaire et déjà révolu, celui de l'écoute incandescente et de l'invention des formes qu'elle produit : l'imaginaire des sons discrets qui, dans les silences, font nos mondes. ». (Alexandre Castant in Surfaces de propagation, Editions Monographik, Paris octobre 2007 p.23)

Pascal Broccolichi invite ainsi le spectateur à « Séjourner – ou se disperser - dans une exposition comme on le ferait au cours d'un voyage, ou encore comme si l'expérience du voyage était soumise à l'exercice de l'errance et à l'épreuve du « point de non-retour », cet effet de déperdition que l'on subit pendant les traversées des déserts… Cela reste une démarche générique libre, un moyen parmi tant d'autres pour explorer les durées multiples dans le temps. Mon travail prend donc l'allure de ces récits de retour et des territoires innombrables qui construisent des mondes possibles. Il repose sur deux univers de réalité à la fois, dont les pôles du premier sont fixes et tangibles, ceux du deuxième sont mobiles et intimes.» (Pascal Broccolichi in Surfaces de propagation, op.cité, p.30)


Pascal Broccolichi - Sans titre N° inv-0503, 2005 - Tirage lambda contrecollé sur aluminium, 120 x 180 cm. Edition à 3 ex.

+ dans la La vitrine - galerie Frédéric Giroux :
Lina Hentgen - Space Opera
vernissage le samedi 12 janvier à partir de 15h






[16:00] Exposition collective "Nouvel arrivage"
Location:
Espace d'art Contemporain Camille Lambert
35, avenue de la Terrasse
91260 Juvisy-sur-Orge
M° RER C et D Juvisy-sur-Orge
France
Phone : +33 (0)1 69 21 32 89
Fax : +33 (0)1 69 12 44 22
Mail : eart.lambert@cc-portesessonne.fr
Internet Site : www.cc-portesessonne.fr
Description:
Julien Charroin, Mathilde Comby, Laurence Desombre, Maude Marchal, Harilaos Nikolaidis, Constantinos Papastamatiou, Alexandra Venet

Sur une proposition de Karim Ghaddab

jusqu'au 16 février

L'Ecole Supérieure d'Art et de Design de Saint-Etienne se réjouit de l'opportunité qui lui est offerte par l'Espace d'Art Camille Lambert d'exposer les nouveaux travaux de ses ex-étudiants, ayant obtenu le DNSEP en juin 2007. Ce « nouvel arrivage » de jeunes artistes fraîchement diplômés est l'occasion de découvrir des œuvres très diverses, en plein développement, où se côtoient et se mêlent tous les médiums : photographie, volume, installation, écriture…


Alexandra Vernet

[16:00-20:00] Exposition de Gennady Zubkov, rétrospective 1967-2007
Location:
Galerie Blue Square
14, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 49 96 59 17
Mobile : +33 (0)6 87 70 84 74
Fax : +33 (0)1 49 96 59 17
Mail : art@galeriebluesquare.com
Internet Site : www.galeriebluesquare.com
Description:
du 15 janvier au 15 mars
du mardi au samedi de 11h à 19h

http://agenda.germainpire.info/img/2008/20080112_Gennady_Zubkov.pdf

[16:00] Vernissage de l'exposition "220 jours : ...excepté peut-être une constellation
Location:
220 jours
11, rue Louise Weiss
75013 Paris
M° Chevaleret, Bibliothèque François Mitterand
France
Mail : 220days@gmail.com
Internet Site : 220jours.blogspot.com
Description:
"Rien n'aura eu lieu que le lieu excepté peut-etre une constellation"
Une exposition en deux parties

"Rien n'aura eu lieu que le lieu..."
17 novembre - 21 décembre 2007
Mark Geffriaud
Benoît Maire
17 novembre 2007 - 9 février 2008
Vernissage samedi 17 novembre, à partir de 16h

"...excepté peut-être une constellation"
12 janvier - 9 février 2008
Vernissage samedi 12 janvier à partir de 16h

avec :
Collectif 1.0.3
Isabelle Cornaro
Julien Crépieux
Aurélien Froment
Mark Geffriaud
Cyrille Maillot
Benoît Maire
Bruno Persat
Raphaël Zarka

Conçue en deux parties, l'exposition « Rien n'aura eu lieu que le lieu excepté peut-être une constellation » présente des œuvres qui renvoient plus ou moins directement à la notion de cartographie. Qu'il s'agisse de la représentation d'un territoire physique ou d'un espace mental, d'un processus ou d'une méthode, ces œuvres apparaissent comme autant de tentatives d'indexation et d'organisation subjective du monde.

[16:00-21:00] vernissage de DAVID B "La guerre sainte"
Location:
Galerie Anne Barrault
51, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 51 70 02 43
Mobile : +33 (0)6 62 28 51 68
Mail : info@galerieannebarrault.com
Internet Site : www.galerieannebarrault.com
Description:
vernissage le samedi 12 janvier de 16h à 21h
exposition du 12 janvier au 23 février 2008

David B est l'un des fondateurs de L'Association, maison d'édition culte dans le paysage de la nouvelle bande dessinée française. Aujourd'hui, en une quinzaine d'années, il se retrouve à la tête d'une bibliographie déjà abondante, dont sa série emblématique et autobiographique "L'Ascension du Haut-Mal".
Pour sa première exposition personnelle à la galerie, David B présentera des dessins inédits, hors de tout projet éditorial.

Depuis L'Ascension du Haut-mal, le sujet de l'épilepsie du frère et de son expérience comme bataille quotidienne est un des sujets majeurs des dessins de David B.
Comment représenter la douleur intérieure, les cataclysmes mentaux qui, par ce qu'elle touche un corps de la même famille, est à la fois perçus comme intérieures (c'est mon sang) et extérieures (ce n'est pas moi) ?
Des traits nets d'abord, face au mystère du Haut-Mal, en noir et blanc pour les planches de bandes dessinées, puis, peu à peu, l'apparition de la couleur dans les dessins isolés, du rouge, du bleu… sans abandonner de ce rapport au négatif, au contraste. Comme si les dessins étaient en couleur et en noir et blanc en même temps.
A l'intérieur des encres et du papier, le frère devient magique, et constitue avec l'auteur un duo bicéphale qui glisse et se dédouble à nouveau du réel au récit. La transmission par le texte d'une expérience se mélange à la question hantée, voire irrationnelle de la transmission d'une maladie difficile à comprendre, prédatrice prête à bondir de corps en corps.

Animaux, profusions de silhouettes et d'ombres, les dessins dans l'espace ont englouti en eux les mots qui bordaient les cases du livre. Riches de ces mots avalés, le passage de l'espace intime, individuel, du livre à celui qui est à l'échelle du corps et du monde de la galerie, permet alors un rapport debout aux dessins, à leurs mythologies familiales et oniriques.

Ici, le temps devient unité, il n'y a pas de séquence comme dans la bande dessinée mais circularité, trous, fosses, tas, lien vertical prêt à s'enrouler entre dedans et dehors, batailles individuelles et historiques : sa propre histoire à l'épreuve du rêve et à l'échelle du monde.

Félicia Atkinson


[16:00] vernissage de l'exposition collective "Bêtes et Méchants"
Location:
Galerie Nadine & Tom Verdier
3, rue Saint-Claude
12, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 52 83 75 86
Fax : +33 (0)1 42 74 06 70
Mail : contact@galerieverdier.com
Internet Site : www.galerieverdier.com
Description:
L'exposition regroupera des oeuvres de Akiza, Tzu Chen Chen, Céline Cleron, Birgit Dieker, Griffin 1976, Laurie Karp, Joseph Mills, Katharina Moessinger, Irina Rotaru, Miroljub Stamenkovic.

Du 12 janvier au 23 février








[17:00] Exposition "Aquarelles et carnets de voyage en Afrique"
Description:
Boutique Artisans du Monde - 8, rue Boyer - 75020 PARIS - M° Gambetta ou Ménilmontant - paris11-20@artisansdumonde.org - paris11-20.artisansdumonde.org

Du 12 au 26 janvier 2008

Ce premier mois de l'année 2008 est consacré à l'Afrique. L'association Artisans du Monde est heureuse d'accueillir l'exposition de Catherine MICHEL : Aquarelles en Afrique du 12 au 26 janvier. Passionnée de peinture, elle pratique l'aquarelle depuis plus de 15 ans. Le dessin, l'aquarelle et aussi les voyages la passionnent. L'Afrique fût une grande source d'inspiration ! A travers ses aquarelles et carnets de voyage, elle nous propose de partager les paysages, les rencontres et les scènes de vie qui l'ont émue. Catherine Michel, cliente de la boutique, est très sensible au problème de développement en Afrique. Elle participe à des actions humanitaires comme la construction de classes au Mali en pays Dogon à Tombouguina, (Association « une école au Mali »). L'ouverture de l'exposition se fera au travers d'un vernissage, le samedi 12 janvier à partir de 17 h. Celui-ci est ouvert à tous, et sera l'occasion de déguster les produits issus du commerce équitable proposés par Artisans du Monde.

[17:00-21:00] Exposition DUO : Béatrice Cussol invite Dominique de Beir
Location:
Galerie Eric Mircher
26, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 02 13
Mobile : +33 (0)6 89 98 07 97
Mail : contact@mircher.com
Internet Site : www.mircher.com
Description:
du 12 janvier au 29 février

Elle inaugure une série d'expositions "DUO" où un artiste de la galerie invite un autre artiste de son choix.

Ainsi, Béatrice Cussol récemment entrée à la galerie proposera de grandes aquarelles inédites et percutantes. Elle a souhaité mettre en regard les oeuvres de Dominique de Beir.

Béatrice Cussol est née le 21 octobre 1970. Elle vit et travaille à Paris. Elle a également publié 3 romans.
Présente dans les collections nationales (FNAC) ou privées, elle a bénéficié entres autre d'une exposition à la Biennale de Venise et au Brooklyn Museum NY(Global Feminism).
“C'est comme si la douceur comportait la rage. C'est difficile de les dissocier. Ce que j'ai a dire ne s'affiche pas sans violence mais aussi avec humour.” Scènes érotiques, jeux entres filles, les oeuvres peintes à l'aquarelle de Béatrice Cussol sont toujours engagées. Le sentiments tragique qui s'en dégage est contre -balancé par une ironie mordante.

Dominique De Beir est née en septembre 1964. Elle vit et travaille à Paris et en Picardie.
La perforation constitue le geste créatif majeur de cette artiste : les oeuvres ainsi meurtries révèlent leur matérialité (souvent pauvres en apparence : cartons, polyestère) mais ici détournées. L'envers se révèle, les supports blessés deviennent oeuvres : “peintures” ou sculptures monumentales, cartographies ou dessins aléatoires. Dans ces derniers travaux, la couleur surgit en majesté.

http://agenda.germainpire.info/img/2008/20080112_Beatrice_Cussol_Dominique_de_Beir.pdf


[17:00-21:00] Exposition de Gyan Panchal "ainsi répondit la racine de curcuma"
Location:
Galerie Frank Elbaz
66, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 50 04
Fax : +33 (0)1 48 87 52 93
Mail : info@galeriefrankelbaz.com
Internet Site : www.galeriefrankelbaz.com
Description:
Vernissage samedi 12 janvier de 17h à 21h
Exposition jusqu'au 23 février 2008 du mardi au samedi de 11h à 19h


[17:00-21:00] Exposition de Sébastien Pruvost "Surexposition"
Location:
France Fiction
6 bis, rue du Forez
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple
France
Phone : +33 (0)1 77 17 26 00
Mail : france.fiction@gmail.com
Internet Site : www.france-fiction.com
Description:
"Quand le ballon de baudruche est trop plein, il explose"
Une sculpture éblouissante de soi

[17:00] Exposition et signature d'Alfons ALT
Location:
Galerie Arcturus
65, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 25 39 02
Mail : arcturus@art11.com
Internet Site : www.art11.com/arcturus
Description:
Du 12 janvier au 2 février
Du Mardi au Vendredi de 14h à 19h
Le Samedi de 11h à 13h et 14h à 19h
et sur RDV

"Altitude", oeuvres Alfons ALT, texte Emmanuel LOI, Ed Images en manoeuvres, 200 images en quadrichromie

La variété des sujets qu'Alfons ALT aborde, alliée à sa technique très originale, à la frontière entre la photographie et la peinture, donne à ses oeuvres un caractère poétique, une ouverture sur le monde, une vision symbolique de notre mode de vie. Après plusieurs livres consacrés à son oeuvre, "Altitude " est le premier ouvrage relatant l'ensemble de l'univers d'Alfons ALT.

Dossier de presse Expo ALT :
http://agenda.germainpire.info/img/2008/20080112_Alfons_ALT_Exposition.pdf

Alfons ALT sera présent à la galerie ARCTURUS le samedi 12 janvier pour une journée de dédicace de son livre.

Venez nombreux, découvrir ou redécouvrir les oeuvres et la personnalité attachante de cet artiste, autour d'un café chaleureux.

Dossier de presse livre ALT :
http://agenda.germainpire.info/img/2008/20080112_Alfons_ALT_Signature.pdf

[17:00] Exposition “Erik Dietman, ses années soixante”
Location:
Galerie Claudine Papillon
13, rue Chapon
Code immeuble : 8719
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 29 07 20
Fax : +33 (0)1 40 29 07 90
Mail : papillon.claudine@wanadoo.fr, claudinepapillon.gal
Internet Site : www.claudinepapillon.com
Description:
du 13 décembre 2007 au 31 janvier 2008

[17:00] Galette des Rois de Levallois
Location:
Hôtel de Ville de Levallois
Place de la République
92300 Levallois
M° Anatole France
France
Phone : +33 (0)1 49 68 30 00
Fax : +33 (0)1 47 31 26 73
Internet Site : www.ville-levallois.fr
Description:
Galette des Rois de Levallois

[17:00-21:00] SPECIAL EVENT : Alex CECCHETTI / FRANK LEIBOVICI
Location:
blank prospective art space
15, passage Sainte-Anne Popincourt
2, rue Nicolas Appert
75011 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Sébastien - Froissart
France
Mail : contact@espaceblank.org
Internet Site : www.espaceblank.org
Description:
Le 12 janvier venez boire un verre de 17h à 21h chez blank

BLACK SPACE : Alex CECCHETTI présente L'œuvres vidéo ‘STUDY OF DOGS'
WHITE SPACE : FRANK LEIBOVICI présente SES DEUX DERNIERS OUVRAGES ‘PORTRAITS CHINOIS', Al Dante & 'DES DOCUMENTS POETIQUES', Al Dante, coll. questions théoriques / Forbidden Beach

blank, lieu prospectif de programmation contemporaine est une association à but non lucratif vouée à la diffusion d'œuvres d'artistes français et internationaux. Le principe de chaque exposition, tous les deux mois, est de présenter une œuvre d'un jeune artiste dans l'espace BLACK, ainsi qu'une œuvre d'un artiste plus reconnu venant d'une collection particulière dans l'espace WHITE.

blank invite régulièrement des artistes et des collectionneurs privés à montrer ainsi leurs œuvres.

Ouverture du mardi au samedi de 14h à 19h et sur rendez vous

Sur une proposition de Nicolas Girard, avec l'aimable participation de Christine Macel, www.espaceblank.org
blank, Projet culturel associatif rendu possible grâce au soutien de AZIMUT INDUSTRIES S.A. www.azimut-industries.fr

Alex Cecchetti, est un jeune artiste italien, né en 1977, aujourd'hui installé à Paris.
Sorti du Pavillon du Palais de Tokyo en 2007, il est actuellement en résidence à la Cité des Arts. Son œuvre vidéo a été présentée dans de nombreuses expositions et festivals. La galerie Analix Forever le présente à Genève tandis que la galerie Zero à Milan et la galerie Isabella Bortolozzi à Berlin l'ont chacune présenté dans une exposition de groupe.
Son œuvre vidéo a débuté en 1999 avec une vidéo qu'il décrit comme une investigation autour de la nature divine, suivie par une trilogie autour de la vie de Saint-François d'Assise. Filmé dans un décor contemporain avec des jeunes gens inspirés par la culture rock, cette trilogie explore la fable religieuse dans le contexte de la culture populaire contemporaine.
Dans d'autres vidéos plus récentes, comme King Head of Elk, 2003, Cechetti met en scène de jeunes enfants dans un jeu collectif qui met en lumière le désir de puissance et une certaine violence inhérente à l'enfance. Cette violence est l'objet d'une fascination explorée à travers sa récente Study of Dogs à Delhi en Inde, qui documente l'activité de chasseurs de chiens. Sa dernière pièce Caroline évoque un moment intime mais célèbre grâce au magazine Life, de la vie du président Jack Kennedy avec sa fille.
Cechetti démonte et remonte ainsi les fables contemporaines, tout en regardant le monde avec une fascination pour le mythe, la violence et les dessous de l'image.


Franck Leibovici
1975, auteur, vit et travaille à paris.

Portraits chinois
Les lieux originaires de ces textes ont pour finalité d'encourager au combat. il ne s'agit donc pas de récits autobiographiques, mais de poèmes de guerre. fabrication de légendes, célébration des disparus, chants héroïques. les conceptions de la vie, de la mort ou de la joie que ces modèles mettent en place nous sont aujourd'hui, pour une part, totalement étrangers. pourtant, ces agences s'élaborent sous nos yeux (...)

Des documents poétiques
un document (mémo, rapport, post-it, liste, etc.) est une «technologie intellectuelle» (Jack Goody) permettant des opérations de classification et de circulation de l'information. le document poétique désigne cette classe de documents, repérable aussi bien en sciences sociales (rapports), en droit (dossiers d'ONG dans les tribunaux internationaux), politique (Powerpoint de Colin Powell à l'ONU), art ou poésie, qui invente des formats de synthétisation et propose des outils de description pour représenter de façon nouvelle des «problèmes publics» (John Dewey). les documents poétiques cartographient des processus de production de savoirs, suggérant ainsi une nouvelle partition entre sciences et arts. à partir d'exemples tirés des domaines scientifique, politique et artistique, des documents poétiques propose une poétique pragmatiste tentant de décrire comment des technologies qui participent à la fabrication de notre réalité peuvent tenir lieu, dans nos vies même, d'instruments secourables.

[17:30] Exposition de découpages et de collages de Christine Jacquin-Weygand
Location:
La Boîte à Lettres
8, avenue d'Argenteuil
92600 Asnières-sur-Seine
M° Gare SNCF Asnières-sur-Seine, Gabriel Péri
France
Phone : +33 (0)1 47 93 19 40
Fax : +33 (0)1 47 93 19 40
Mail : la-boite-a-lettres@orange.fr
Internet Site : www.laboitealettres.fr
Description:
Jusqu'au samedi 2 février 2008
Vernissage le samedi 12 janvier à partir de 17h30








[18:00] Exposition "LA SAUVETTE", Photographies de SAMUEL LE COEUR
Location:
Frichez nous la paix
22, rue Dénoyez
75020 Paris
M° Belleville
France
Mobile : +33 (0)6 19 66 49 18
Mail : 22denoyez@free.fr
Internet Site : www.fotolog.com/friche
Description:
DU 12 AU 27 JANVIER 2008
ts les jours dès 16h




Crabe de Corée par SP38




[18:00] Exposition "PROPOSITIONS LUMINEUSES 2", Plastic artists and designers
Location:
Galerie Alain Gutharc
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 47 00 32 10
Fax : +33 (0)1 40 21 72 74
Mail : gutharc@free.fr
Internet Site : www.alaingutharc.com
Description:
Du 12 janvier au 23 février

En décembre 2005, la galerie présentait l'expo « Propositions lumineuses » qui mettait en regard des œuvres de plasticiens et de designersautour du thème de la lumière.
Avec : Pierre ARDOUVIN, Daniel FIRMAN, Laurent GRASSO, Graham HUDSON, Claude LEVEQUE, Arik LEVY, Ingrid LUCHE, Mathieu MERCiER, Anita MOLINERO, Michelangelo PISTOLETTO, Georges Tony STOLL, Franz WEST...

[18:00] Exposition de DON BROWN
Location:
Galerie Almine Rech
64, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 45 83 71 90
Fax : +33 (0)1 45 70 91 30
Mail : contact.paris@alminerech.com
Internet Site : www.galeriealminerech.com
Description:
12 janvier - 9 février

Don Brown s'est tout d'abord choisi lui-même comme le modèle de ses sculptures. Invariablement intitulées « Don ». Don s'y représentait dans sa banalité parfaitement non-héroïque d'un homme du XXè siècle, loin des modèles triomphants de la statuaire antique que l'on a parfois convoqué à son sujet. Puis il a entrepris, il y a presque dix ans, de ne plus représenter que son épouse. Comme les sculptures dont il était le sujet, celles consacrées à Yoko sont plus petites que le sujet lui-même, de moitié ou de trois quart. L'effet est immédiat : on a envie de protéger ces figurines que l'on toise, et qui semblent comme pétrifiées dans la blancheur immaculée qu'elles arborent*. Car comme le laisse percevoir leur petite taille, elles ne peuvent avoir été moulées sur l'original, et ne sont donc que le fruit d'un patient travail : en cela encore réside leur singularité dans le paysage manufacturé de l'art de notre époque.
Comme les statues égyptiennes dont la longueur d'une robe, la forme d'une coiffure ou la manière de représenter les yeux permettent la datation, ce ne sont que quelques accessoires qui inscrivent Yoko dans une éventuelle temporalité : la forme d'un bikini, une paire de plateform-shoes, une coiffure, une robe. Yoko IX (2004), hiératique, frontale, dans une longue robe qui lui colle au corps, un bras plié vers le haut, ressemble d'ailleurs à une image générique de ces statues égyptiennes, tandis que, juchée sur des talons-aiguille, les bras le long du corps et la cassure de la taille marquée par un léger déhanchement, Yoko II (2002) évoque les Big Nudes de Helmut Newton. Réduit à un seul personnage, à une seule couleur et à peu d'accessoires, chaque décision, chaque variation de la pose, chaque détail prend une signification dramatique : Yoko évolue devant nous dans un ralenti absolu. Don Brown semble vouloir les produire à un rythme déterminé, quelques sculptures chaque année, tout au plus, dans un laborieux processus d'enregistrement du temps qui passe.
Pour autant qu'elles représentent la figure humaine, les sculptures de Don Brown sont sans équivalent dans l'histoire de l'art contemporain. Blanches, celles de Georges Segal étaient à échelle humaine et réalisées dans un plâtre rudimentaire très éloigné de la qualité de détails que restituent celles de Don Brown. Minutieuses elles aussi, celles de Duane Hanson étaient aussi à l'échelle naturelle, et renvoyaient de par leur accoutrement une vision bariolée de l'univers Pop qui les avait vu naître, au tournant des années 70. Affranchies du vêtement, et présentant des corps à l'échelle humaine dans une parfaite nudité, les sculptures hyperréalistes de l'Américain John de Andrea, elles aussi apparues dans les 70's, fascinaient pour leur pouvoir d'imitation des qualités plastiques de la peau. Figées dans la légèreté fragile et immaculée de leur production en résine blanche**, celles de Don Brown n'ont que l'extravagance de leur précision et de leur taille réduite pour affronter le regard. Les codes de la sculpture classique, distribués avec une parcimonie, rappellent combien il s'agit d'un exercice : un socle sur lequel se tient le modèle, dans Yoko X, 2004 : de petits piedestaux sur lesquels, Yoko est parfois surélevée par des talons compensés, redoublant le procédé de mise à distance avec le sol. En contrepoint de ces codes, l'attitude est étonnamment naturelle : une femme contemporaine, les mains sur les hanches, assise, droite, dans une forme de simplicité et d'évidence que ne connaît plus la photographie de mode — et de fait, la dimension photographique de ces sculptures frappe immédiatement.
Extrait de ‘La Vénus de Brown' par Eric Troncy, dans Numéro, novembre 2006.

Ces notes sont relatives à des oeuvres de l'exposition à venir à la galerie et ne font pas parties de l'article original :
* ou dans la patine noire du bronze
** ou en bronze à patine noire


[18:00] Exposition de Flavia Fenaroli "Entre-deux"
Location:
Galerie Schumm-Braunstein
9, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 29 03 72
Mobile : +33 (0)6 81 90 84 27
Mail : contact@galerie-schummbraunstein.com
Internet Site : www.galerie-schummbraunstein.com
Description:
du 12 janvier 2008 au 16 février 2008


[18:00] Exposition de GABE KIRCHHEIMER “Burning Man”
Location:
Galerie d'Art de Créteil
10, avenue François Mitterrand
94000 Créteil
M° Créteil - Préfecture
France
Phone : +33 (0)1 49 56 13 10
Fax : +33 (0)1 41 94 29 00
Mail : culture@ville-creteil.fr
Description:
en partenariat avec la galerie heartgalerie

Vernissage le 12 Janvier 2008
Du 12 Janvier 2008 au 16 Février 2008
du mercredi au vendredi de 14h30 à 17h30, samedi de 14h30 à 19h

[18:00] Exposition de Gaël Davrinche "Repères"
Location:
Maison des Arts de Malakoff
105, avenue du 12 février 1934
92240 Malakoff
M° Malakoff - Plateau de Vanves
France
Phone : +33 (0)1 47 35 96 94
Mail : maisondesarts.mlk@wanadoo.fr
Internet Site : maisondesarts.malakoff.fr
Description:
http://maisondesarts.malakoff.fr/agenda/exposition/gael-davrinche/

jusqu'au 16 mars

Après un passage en 2005 dans l'expo « Etats de Peinture » conçue par Philippe Piguet, cette seconde invitation offre une vue monographique de Gaël Davrinche.
Diplômé des Beaux-Arts en 2000, il commence par imaginer des personnages rappelant des dessins d'enfants, ou se sont glissés en forme de clins d'oeils des références aux artistes contemporains. Depuis 2004, il emprunte avec humour des portraits de nos chefs d'œuvres internationaux, revisitant ainsi l'histoire de l'art.

DP :
http://maisondesarts.malakoff.fr/fileadmin/MEDIA/agenda/Davrinche/Davrinche-dossier_de_presse.pdf


Photo : toile de Jouy, 2007, feutre sur papier.

[18:00] Exposition de Harald Klingelhöller
Location:
Galerie Nelson-Freeman
59, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 74 56
Fax : +33 (0)1 42 71 74 58
Mail : info@galerienelsonfreeman.com
Internet Site : www.galerienelsonfreeman.com
Description:
12 janvier – 29 février 2008

La Galerie Nelson-Freeman est heureuse de présenter une nouvelle exposition de l'artiste allemand Harald Klingelhöller. Élève de Klaus Rinke à l'école des Beaux-Arts de Düsseldorf dans les années 70, Harald Klingelhöller ne cesse d'interroger l'idée même de la sculpture. Ses œuvres touchent à la structure et à la matérialisation du langage. Il fait de l'utilisation des mots un dialogue entre les œuvres et l'espace. Le Musée Serralves à Porto lui a consacré une importante rétrospective cet été. Il a également réalisé plusieurs commandes publiques en Allemagne dont « Why Pop » à Wuppertal, ainsi que quelques commandes privées notamment en France.

Pour cette nouvelle exposition à la galerie, l'artiste a choisi de présenter une série commencée en 2005 : les Cabinets Versions. Ici, le terme de cabinet s'entend au sens de mobilier : en plâtre ou aluminium, ces pièces accrochées au mur, reposent sur des portants de métal et présentent des tiroirs à moitié ouverts. Ces tiroirs évoquent le nombre et la longueur des mots qui composent le titre de chacune des pièces : « Häuser zwischen Häusern zwischen vergessenen Häusern » (Buildings between buildings between forgotten buildings) ou encore « Räume hinter Räumen erzählten Räumen » (Spaces behind spaces behind narrated spaces). Les titres qu'Harald Klingelhöller utilise, décrivent des opérations mentales complexes. Ils incitent l'observateur à une réflexion entre l'aspect physique de la sculpture et l'image mentale qu'elle propose. Les mots, par leur répétition dans chaque titre (maison, espace, mer,…), nous obligent à nous représenter un autre espace. La pureté de ces pièces, par leur forme, leur construction mais également leur aspect lisse renvoie à une forme d'achronie.

Sous la verrière est présentée pour la première fois une sculpture au sol. Composée d'une superposition de 3 plaques en acier laqué, celle-ci représente l'ombre projetée d'une pièce datant de 1992 : « ‘Hier' als ein Abstand (Here as a distance) ». Le titre de l'œuvre de 2007 n'ayant été modifié que pour rajouter « Schattenversion » (« version ombre »). La sculpture devient abstraite comme peut l'être une ombre et introduit un jeu d'opposition dans l'espace.

Harald Klingelhöller poursuit son travail conceptuel autour du langage. Celui-ci disparaît au profit d'un tiroir qui matérialise le mot. Les tiroirs ne sont pas complètement rentrés mais sont essentiels car leur absence créerait un manque de la même manière que s'ils étaient rentrés, la relation à l'espace s'en trouverait changée. La perception de l'œuvre repose donc sur un équilibre du cadre, la forme du cabinet, mais aussi par la tenue des tiroirs.

[18:00] Exposition de Joana Vasconcelos "Où le noir est couleur"
Location:
Galerie Nathalie Obadia
3, rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 74 67 68
Fax : +33 (0)1 42 74 68 66
Mail : info@galerie-obadia.com
Internet Site : www.galerie-obadia.com
Description:
12 janv. - 1er mars
lundi-samedi 11h-19h

http://www.galerie-obadia.com/artist_detail.php?ar=68

[18:00] Exposition de Jérôme Zonder "Matières Narratives"
Location:
Galerie Eva Hober
35-37, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 78 68
Fax : +33 (0)1 48 04 78 07
Mail : galerie@evahober.com
Internet Site : www.evahober.com
Description:
Du 12 Janvier au 23 Février

http://www.evahober.com/cpmatiernarrative.pdf

La galerie Eva Hober est heureuse d'accueillir la deuxième exposition personnelle de Jérôme Zonder.

Matières narratives est la construction d`un système de représentation qui, du microcosme au macrocosme, articule l'ensemble hétérogène des mondes qui nous constituent.

En lui donnant la forme d'une bande dessinée ouverte, Jérôme Zonder crée un flux narratif continu, en passant constamment d'une échelle à l'autre. De la forme au détail, de l'unité à l'écriture, du texte à l'image, du sublime au grotesque, du rire au morbide ou encore de la grande à la petite histoire, il expérimente la plus grande amplitude graphique possible – amplitude analogue pour lui à la nature polysensorielle de nos perceptions.

Cette « machine graphique » avance comme un corps vivant et réfléchissant. Un dessin questionnant l'autre et produisant le suivant, Jérôme Zonder suit pas à pas le récit.

C'est ainsi que Jérôme Zonder, en repoussant les limites de la représentation dans ses relations au récit et sa matérialité, et au moyen d'une polygraphie organisée autour de la bande dessinée, interroge les limites du sujet.


Cellule Evolutive (detail)

[18:00] Exposition de Lamarche & Ovize "Abstracta / Concreta"
Location:
Galerie Laurent Godin
5, rue du Grenier Saint-Lazare
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 71 10 66
Fax : +33 (0)1 42 71 10 77
Mail : info@laurentgodin.com
Internet Site : www.laurentgodin.com
Description:
12 janvier - 16 février 2008
du mardi au samedi, de 11h à 19h
vernissage le samedi 12 janvier

"200g de ciment
2 litres de résine
3 tubes d'acryliques
etc, ... et tout un tas de fioritures sorties tout droit de la rue.

Une recette désinvolte à quatre mains, une façon de revisiter 2 ans de pratique tragicomiques.

Après la cire photocopiée, l'étalon contreplaqué, les batailles contre l'espace et la chute des installations, Lamarche & Ovize reviennent dans un épisode rétrospectif qui tiendra office à la galerie laurent Godin, Paris du 12 janvier au 16 février 2008.

Le choux entre référant et référé, coincé entre deux mode de représentation deviendra spongieux ; caverne aux allures de béton, crâne de chat volatile, incolore, le compagnon fidèle du sandwich au rockingchair, évident. Chaque pas impose l'espacement et entraîne la transformation figurée de l'assemblée.
Serrures, pantoufles, ballons, portraits, etc... suscitent un rapport dialectique en rase motte et invitent à regarder au-delà de leur propre présence."
Lamarche & Ovize

« Les choses de ce monde, telles que nos sens les perçoivent, n'ont aucun être réel ; elles deviennent toujours, elle ne sont jamais, elles n'ont qu'un être relatif, elles n'existent que dans et par leurs rapports réciproques. »
Platon, cité par Schopenhauer, «Le monde comme volonté et comme représentation »

Lamarche & Ovize présentent leur première exposition personnelle à la galerie Laurent Godin : Abstracta / Concreta
Nés en 1978 et 1980, Florentine Lamarche et Alexandre Ovize travaillent en duo depuis 2006 sous le pseudonyme Lamarche & Ovize. Ils ont reçu récemment le prix Altadis Arts Plastiques 2006-2007 et ont participé aux expositions suivantes : Suite Française, Krinzinger Projekte, Vienne, Autriche (2007-2008); Wheeeel, Printemps de Septembre, Les Abatttoirs, Toulouse, France (catalogue - 2007); House Trip, Artforum Berlin, Allemagne (2007); Standing Ovation, MLIS, Villeurbane, France (2007); Double Take, Art space Gallery, Knua University, Corée (2007); Shaking Smooth Spaces, La générale, Paris (2006); Archipeinture, Camden Art Centre, Londres and Le Plateau, Paris (2006); Queegueg, le Point Ephémère, Paris (2006)

A cette occasion, publication de :
Lamarche & Ovize
Abstracta / NB / Concreta
Textes : Valérie Da Costa, Jean de Loisy, Guillaume Mansart
janvier 2008 - 16,5 x 26 cm. 700 exemplaires
Editions onestar press / Galerie laurent Godin
Avec le soutien de l'ENBA Lyon et de l'Association des Ecoles supérieures d'art de la Région Rhône-Alpes


[18:00] Exposition de Larry Deyab "De la démocratie en Amérique"
Location:
Galerie Bernard Jordan
77, rue Charlot
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple, République
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 61
Mail : galerie.bernard.jordan@wanadoo.fr
Internet Site : www.galeriebernardjordan.com
Description:
3 janvier 2008 au 6 février 2008
du mardi au samedi de 14h à 19h


Larry Deyab, Death Angels, 2003, huile sur toile, 56 x 41 cm
Photo Philippe Chancel

[18:00] Exposition de Marine Joatton "venir à bout des taupes"
Location:
Galerie Eric Dupont
138, rue du Temple
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 54 04 14
Fax : +33 (0)1 44 54 04 24
Mail : info@eric-dupont.com
Internet Site : www.eric-dupont.com
Description:
12 janv. - 23 fév.
mardi-samedi 12h-19h, et sur rdv

Marine Joatton retrouve dans l'expérience intime de sa recherche des processus et des concepts plastiques qui la situent loin de l'imitation de modèles ou de styles préexistants, mais proche d'un réseau d'affinités électives, où l'on pourrait trouver Hugo, Michaux et Cozens pour leurs spéculations sur l'art de la tache, mais aussi Artaud et Basquiat, pour leur faculté à trouver dans l'art de la rature quelque chose comme du «sublime» à rebours ; Baselitz aussi, dans sa manière de disloquer les corps, et dans sa propension à rendre monumental le geste du peintre.

La distinction traditionnelle entre la «scène» et le «fond» paraît absolument caduque dans le travail de Marine Joatton ; car sans cesse les «figures» s'en retournent à leur état initial, c'està-dire à l'informe, au débris, à l'ébauche, au presque rien, voir au rien du tout, et à l'effacement quasi-total. Chaque apparition d'une tache sur le fond peut se transformer à tout moment en un doigt, en une jambe, en une moitié de corps, voir en une créature tout entière qui apparaît là comme un génie solide… Mais dès que la créature semble atteindre une sorte de plénitude qui la rendrait presque amicale, elle se démembre aussitôt, se délite, dégorge ; elle se défait dans les ratures et les effacements successifs jetés à la volée ; la figure retourne peu à peu à son fond originel, et c'est justement ce fond jamais stabilisé qui constitue peut-être la vraie matière de l'oeuvre, et non pas le fantastique ou l'invention des figures.

Marine Joatton travaille généralement à l'addition d'éléments expressifs qui vont coloniser peu à peu l'espace, et l'artiste se montre sur ce point particulièrement prolifique. L'espace de la feuille ou du tableau est pris en effet comme un champ d'expériences germinatives infinies. L'artiste oeuvre d'ailleurs autant à la multiplication de séquences graphiques «abstraites» (taches, macules, tracés incertains, gribouillis…) qu'à la multiplication d'indices plus ou moins figuratifs, dont certains sont clairement liés à un corps sexué. Les formes symboliques utilisées (doigts, cornes, phallus, branches, bourgeons, …) renverraient d'ailleurs à une sexualité naturante et proliférante, hors norme, dont l'élan vital transforme tout le fond en un champ fertile et panthéiste, délirant, saturé de semences et de corps en gestation, ébauches en devenir, vouées à l'autofécondation et à la multiplication… L'espace de la feuille ou du tableau ressemble alors au «champ ouvert» de la peinture pariétale, où les figures peuvent se recouvrir et s'enfouir les unes les autres à l'infini, et où les corps multipliés peuvent se développer in extenso dans toutes les directions de l'espace.

Emmanuel Rivière, novembre 2007

http://www.joatton.com


[18:00] Exposition de Mathieu K Abonnenc "le monde connu"
Location:
Galerie Ghislaine Hussenot
5 bis, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 87 60 81
Fax : +33 (0)1 48 87 05 01
Mail : info@galeriehussenot.com
Internet Site : www.galeriehussenot.com
Description:
12 janv. - 19 fév.
mardi-samedi 11h-13h, 14h-19h

[18:00] Exposition de Michel Boulanger
Location:
Galerie Bernard Bouche
123, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 72 60 03
Mail : info@galeriebernardbouche.com
Internet Site : www.galeriebernardbouche.com
Description:
12 JANVIER - 22 FÉVRIER 2008

La galerie propose à partir du 12 janvier une exposition Michel Boulanger. Né à Anthisnes (Belgique) en 1944, Michel Boulanger pratique le dessin, au pinceau.

Mais son propos est complexe et comprend différentes strates. Il s'agit pour lui d'établir une présence physique de l'oeuvre, qui s'apprécie comme une sculpture; le dessinateur se double d'un sculpteur. Qu'il s'agisse de sa "Caisse et 1 son 1971-73" ( Michel Boulanger, Pavillon Belge, Biennale de Venise en 1978) ou de sa "Boîte de Zagora" (Musée des Beaux Arts de Liège en 1985), Michel Boulanger se préoccupe de la résonance de l'oeuvre et de son écho dans l'espace qui l'entoure. La Boîte de Zagora, par exemple, directement liée à un voyage en Grèce, renvoie sans cesse au double voyage physique et intérieur dont elle est issue.

C'est en quelque sorte une suite de cette oeuvre qui sera exposée à la galerie. Intitulée "Passages", elle est composée de divers matériaux (Cannes, bâtons, fers, plâtre, Tau en acier..) Bâtons et cannes sont placés à la verticale, parallèlement entre eux. Ils paraissent ainsi préparés pour un départ ou posés au moment d'un retour... Cette pièce se situe sur un parcours de plus de vingt ans, et évoque pour l'artiste des expériences vécues.

Michel Boulanger considère le dessin comme la trace d'un perpétuel questionnement. Cette curiosité sans fin se retrouve dans le regard d'une grande acuité qu'il pose sur le modèle; à partir d'une femme nue couchée, il va bien au-delà de la sensualité, il cherche l'essence même du corps. Le dessin acquiert un caractère âpre, sans complaisance. Si le dessin peut être exécuté rapidement, la mise en éveil de l'artiste peut être très longue. Un état de réceptivité maximale est indispensable pour qu'à un moment précis, sans aucune forme de préméditation, il puisse laisser courir son pinceau sur la feuille. Il est à l'écoute du corps du papier, du pinceau et de l'encre qui "se coagulent amoureusement" nous dit-il.

Souvent, Michel Boulanger sollicite des rapports entre deux ou trois dessins. Il assemble des travaux d'époques différentes qui, autonomes au départ, se révèlent l'une à l'autre. Boulanger entasse dans une farde quelques dessins qui, à son sens, parviennent "au vrai" après un temps plus ou moins long. Il en choisit certains pour tenter de les mettre en confrontation. Il médite longuement sur ces tentatives et, à un instant d'extrême lucidité, il reconnaît ce qu'il vient d'assembler. Ce travail fait partie intégrante de son processus tout autant que la réalisation des dessins. Le grand triptyque présenté à la galerie associe une petite silhouette nue accroupie avec deux dessins abstraits, un carré rouge et un Tau. La silhouette est dans un état limite entre une chose qui se dissout et une chose qui prend forme. Si elle évoque un dessin en négatif, le carré adopte, dès lors, l'aspect d'une plaque photographique. "Nous sommes des négatifs: le monde joue le rôle de bain révélateur par rapport à l'individu", nous dit Boulanger.


Michel Boulanger, Passages, 1987-2005, Bois, bâtons, fers, plâtre, bronze, cordes, encre sur papier


Michel Boulanger, Un Pas, 2000-07, Plâtre + fer, Ed. 8 exemplaires


Michel Boulanger, Fiori, Encre sur papier, 39x22cm


Michel Boulanger, 23.11.06, Encre et collages sur papier, 3x 77x57cm

[18:00] Exposition de Stéphane Thidet "L'ennui"
Location:
Les Réservoirs
2, rue des réservoirs
78520 Limay
M° Gare SNCF Limay
France
Mail : e.joly@ville-limay.fr
Internet Site : lesreservoirs.free.fr
Description:
du samedi 12 janvier au dimanche 3 février 2008
Vernissage le 12 janvier à 18h

L'univers de Stéphane Thidet est habité par des fictions mélancoliques, mystérieuses et désertées. Son travail, ancré dans l'observation de la réalité, se développe autour d'un processus de transformation qu'il fait subir à ce qu'il observe et pointe...

[18:00] Under My Skin Videoshow
Location:
Galerie Magda Danysz
78, rue Amelot
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 45 83 38 51
Fax : +33 (0)1 45 83 38 51
Mail : magda@magda-gallery.com
Internet Site : www.magda-gallery.com
Description:
Du 12/01/2008 au 09/02/2008

Après le succès de l'exposition vidéo de l'année dernière, Sous Influences, Carine Le Malet est invitée à nouveau à présenter une sélection vidéo à la galerie Magda Danysz. Under my skin est une exposition complètement dédiée à la vidéo, soutenue par Philips pour assurer une immersion totale, où le visiteur se trouve plongé dans le noir et découvre de nouveaux univers.
Dans Under my skin, Carine Le Malet a souhaité explorer la question de la relation au corps, ainsi que la dualité entre le corps rêvé et le corps fantasmé; et nous présente les artistes suivants : Hendrick Dussolier, Yann Gonzalez, Marianne Maric, Dudas Miklos, Elodie Pong, Stefan Ringelschwandtner, Chloé Tallot et Corine Stûbi. La question de la perception est omniprésente dans le parcours d'écrans prêtés par Philips qui concourent à faire vivre une expérience unique sublimant l'image et le son.

http://www.magda-gallery.com/fr/undermyskin.htm

http://www.magda-gallery.com/videoinvitation12012008.htm

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Art Singulier, Art Naïf"
Location:
Galerie Art' et Miss
14, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 43 57 37 42
Fax : +33 (0)8 21 90 17 48
Mail : artetmiss@free.fr
Internet Site : www.artetmiss.fr
Description:
du 2 au 30 janvier 2008
Ouvert du mercredi au samedi de 12h à 19h et dimanche de 14h à 18h, lundi et mardi sur rendez-vous

L'exposition "Art Singulier, Art Naïf" regroupe 6 artistes et se tiendra à la Galerie Art' et Miss du 2 au 30 janvier 2008.

Peintres : Marion JOUAFFRE - Claudine LOQUEN - Huguette MACHADO-RICO - FERR'AL
Invitée d' honneur : Danielle LE BRICQUIR
Sculptrice : FABY

Le vernissage aura lieu Samedi 12 janvier de 18h à 20h.

Le peintre naïf : On peut dire d'un peintre naïf qu'il peint avec ses entrailles et non avec sa tête. La peinture naïve peut être considérée comme un miroir plutôt qu'une fin en soi et dans ce miroir, chacun peut découvrir un fragment de sa propre personnalité. Le peintre naïf est généralement un autodidacte. Il n'a rien appris ou il a tout oublié des règles et des techniques de l'art. Il a l'esprit d'un jeune enfant, capable d'émerveillement et de fraîcheur, mais sans infantilisme. Il peint avec le coeur ou comme on se plaît à le dire: "avec les yeux de l'âme".

Il est individualiste et ne peint que pour lui-même, même si ses oeuvres sont recherchées par les connaisseurs. Il peint par nécessité, avec passion et fascination. Il réclame fondamentalement la liberté, non pas dans le sens du désordre et du chaos, mais dans celui de la liberté totale de la personne humaine. Il n'y a pas deux peintres naïfs qui ont la même vision du monde; c'est pourquoi cette forme d'art ne peut s'enseigner et l'on peut difficilement parler d'un « style naïf ». Comme l'énnonce si bien Anatole Jakovsky, grand amateur niçois de l'art naïf: « Dans un monde en profonde mutation, l'art naïf, c'est la vitamine de l'âme ».




[18:00] vernissage de Christian Renonciat "Pièces écrites"
Location:
Galerie Alain Blondel
50, rue du Temple
75004 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 78 66 67
Fax : +33 (0)1 42 78 47 90
Mail : galerie.blondel@orange.fr
Internet Site : www.galerieblondel.com
Description:
du 12 janvier au 1er mars

En 1978, Christian Renonciat présentait ses premières sculptures en bois à la galerie Alain Blondel. Trente ans plus tard, l'exposition « Pièces écrites » ponctue son parcours d'œuvres caractéristiques de son travail.

Pour en saisir la portée, souvenons-nous que Renonciat a quitté ses études philosophiques pour se consacrer à la sculpture. Beaucoup d'éléments dans son travail nous y renvoient immanquablement. Il reconnaît souvent que son vrai sujet est « la matière des choses ». Mais qu'est ce donc ? L'aspect protéiforme du bois ou la perception de l'objet représenté ? Renonciat ne les distingue pas, au contraire, il dote le bois de souplesse, de finesse, de nuances au toucher dont il est naturellement dépourvu.

Nous sommes ainsi trompés par nos sensations, mystifiés par le froissement sonore du papier, la saleté et les déchirures du carton, l'épaisseur moelleuse d'une couverture pliée. L'illusion fait sens, et le sens est toujours à réévaluer avec les sens ! Cette dynamique, au cœur de l'œuvre de Renonciat, réussit à engager simultanément une réflexion globale et une expérience sensorielle…

Ces « Pièces écrites » ressemblent paradoxalement à des pages blanches, vierges de tout signe, si ce n'est celui de la matière brute. Pourtant la lecture s'opère « en filigrane », on dirait que la matière produit des phrases ou des mélodies : la matière prend vie sous nos yeux et nous révèle tous ses charmes.

« Froissement, bruissement, déchirement, craquement…

Le papier parle à notre oreille comme le carton parle à notre œil ; c'est une matière végétale, qui s'adresse directement à notre corps animal, à notre sensation primale.

Mais le papier est aussi une matière organisée, une feuille, une pièce (comme on dit « une pièce de tissu »). À ce titre, il se plie et se déplie, se drape et s'éploie ; « pli selon pli », il mémorise et révèle.

Qu'on rabatte ses quatre coins, et c'est une enveloppe, matière organisée en objet graphique ; celle-ci relève en effet de l'autre nature du papier : celui qui est écrit.

Car enfin, le papier porte aussi quelque chose de la « forme a priori » de notre esprit : de gauche à droite, il déroule de la pensée ; il est discursif, prosodique, successif. Dans des formats oblongs suspendus en l'air, phylactère, il est déjà de l'écriture, pendant que son feston sans pesanteur, drapé et froissement, prend une allure calligraphique.

Connivence du papier et du bois, plaisir du grain, bonheur de la main ; le papier est à fleur de peau. »

Christian Renonciat

http://www.christianrenonciat.com:82

http://agenda.germainpire.info/img/2008/20080112_Renonciat.pdf

[18:00-21:00] vernissage de Julien Discrit
Location:
Galerie Martine Aboucaya
5, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 76 92 75
Fax : +33 (0)1 42 76 92 60
Mail : info@martineaboucaya.com
Internet Site : www.martineaboucaya.com
Description:
exposition du 12 janvier au 23 février 2008
du mardi au samedi de 12h à 20h
vernissage le samedi 12 janvier 2008 à partir de 18h

http://agenda.germainpire.info/img/2008/20080112_Julien_Discrit.pdf

[18:00] vernissage de Seulgi LEE et Pier STOCKHOLM
Location:
Galerie ColletPark
203 bis, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)1 40 46 00 20
Fax : +33 (0)1 40 46 00 20
Mail : gallery@colletpark.com
Internet Site : www.colletpark.com
Description:
vernissage de l'exposition "Automatic" de Seulgi LEE et "I'll Stand Sure" de Pier STOCKHOLM

12/01 - 23/02/08









[19:00] CRITIC'S NIGHT / clôture de l'exposition STEADY
Location:
Galerie Loris Talmart - éditions & galerie
Les Prisons de Saint-Merry
22, rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
M° Châtelet, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 78 52 38
Fax : +33 (0)1 42 78 52 32
Mail : monsallier@talmart-editions.eu
Internet Site : www.talmart.eu
Description:
Vous êtes invités à venir voir, pour la clôture de l'exposition STEADY à la galerie Talmart, près du centre Pompidou
MAMBABARANG SA PARIS
Sorciers philippins à Paris

Court-métrage de 40 mn, sous-titré en anglais, du réalisateur philippin Glenn Cruz.

Deux séances samedi 12 janvier : 19 h et 20 h

http://www.talmart-editions.eu/prisons/prisons.php

[19:00-22:00] Exposition "UNDERGROUND II : &nbsp_PREDATOR"
Location:
g-module
15, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 71 14 75
Fax : +33 (0)1 42 71 14 67
Mail : inform@g-module.com
Internet Site : www.g-module.com
Description:
12 janvier - 23 février 2008
vernissage samedi 12 janvier de 19h00 à 21h00

http://agenda.germainpire.info/img/2008/20080112_underground2_nbsp.pdf

g-module a le plaisir de présenter la deuxième édition de sa projectspace avec les artistes collaborateurs  . Des objets abandonnés dans la cave d'un taxidermiste. Un gymnase transformé en chambre de torture. Un mobilier hanté par des cauchemars sociologiques. Ce sont les ruines d'un récit traversé de passions destructrices et de perversions formalistes. Predator. L'animal le plus dangereux est aussi le plus torturé.

Spécialement conçue pour le sous-sol de la galerie, Predator est une accumulation de gestes qui révèlent la déchéance des ambitions humaines, un ensemble articulé d'objets mystérieux et attachants, oscillant entre menace et dérision. L'espace d'exposition est occupé par un conflit de pièces emblématiques : des animaux empaillés, du mobilier détourné, des affiches, des portraits, des fétiches sinistres. Le principe de la vitrine rejoint celui de la cave, où l'entassement chaotique d'objets évoque une logique obscure et obsédante. Pour la première fois dans son histoire, g-module ouvre UNDERGROUND à la jeune scène artistique française en invitant  . Ce groupe de trois artistes (Rada Boukova, Aymeric Ebrard et Thomas Fontaine) est devenu une figure incontournable de la scène underground parisienne par ses cycles annuels d'expositions et ses vernissages bihebdomadaires dans les locaux de La Générale. Chaque projet d'exposition de   est marqué par un désir de contamination fictionnelle et d'ouverture participative. Depuis leur début en 2005, les projets de   sont devenus un véritable lieu de rencontre pour toute une génération d'artistes émergeants français. Parmi les dernières expériences de  , on peut compter l'exposition ICEBERG au Palais de Tokyo (janvier 2007), Import/Export à la Biennale de Dieppe (été 2007) ou PALAIS DES GLACES à la galerie Du Bellay de Rouen (novembre 2007).

L'exposition Predator à g-module est le résultat d'un dialogue avec le critique et commissaire Manuel Cirauqui.

http://agenda.germainpire.info/img/2008/20080112_underground2_nbsp_invitation.pdf

[19:00] Exposition d'Alex Katz, dessins
Location:
Galerie Thaddaeus Ropac
7, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 72 99 00
Fax : +33 (0)1 42 72 61 66
Mail : galerie@ropac.net
Internet Site : www.ropac.net
Description:
12 JANVIER - 17 FEVRIER 2008

Un catalogue comportant un texte de Zdenek Felix sera publié à l'occasion de l'exposition

« Quand la surface va bien, tout le reste suit. » - Alex Katz, 1991

La Galerie Thaddaeus Ropac est heureuse d'annoncer la seconde exposition des dessins d'Alex Katz dans le drawing space. Après les ‘cartoons' d'Alex Katz nous présentons soixante dessins rares du célèbre peintre américain. Cet ensemble de portraits, réalisés entre 1970 et 2006, constitue une véritable rétrospective de l'oeuvre graphique d'Alex Katz.

Le minimalisme distancié de ses tableaux s'affirme déjà sous une forme très aboutie dans ses dessins raffinés. « Il peut paraître étonnant, de prime abord, que ce peintre qui confronte le regard à la vacuité, en privilégiant la surface et le contour, prépare ses tableaux à la manière des maîtres anciens. C'est en totale contradiction avec l'idée que l'on se fait du pop'art » (Werner Spies).

Pour Alex Katz, le dessin n'est pas un moyen d'élaborer un tableau. Lorsqu'il commence à exécuter un dessin, avant de peindre à l'huile sur la toile, il a déjà une vision très claire et précise du futur tableau. Carter Ratcliff écrit à propos de ces oeuvres sur papier que ce sont des « peintures en noir et blanc ». Il ajoute, dans le catalogue de la rétrospective organisée en 1991 au Munson-Williams-Proctor Arts Institute d'Ithaca : « Katz ne se promène pas dans la nature avec un carnet de croquis, en attendant que quelque objet ou effet de lumière attire son attention. Il décide d'abord de peindre un tableau, et ensuite il réalise des dessins expressément pour cette ¦uvre. […] La fluidité des lignes dans les dessins […] ne doit pas laisser croire que, dans les premières étapes du travail, Katz attend vaguement qu'un thème se dégage. Avant même d'avoir pris son crayon, il savait où il voulait en venir. » Alex Katz est né à Brooklyn en 1927. De 1946 à 1950, il étudie la peinture à la Cooper Union de New York, puis à la Skowhegan School of Painting and Sculpture dans le Maine. Alors qu'il appartient à la génération d'Andy Warhol, Robert Rauschenberg et Jasper Johns, il ne commence pas à exposer à l'étranger avant les années 1970. Depuis les années 1980, Katz est le grand protagoniste de la Peinture froide et l'un des artistes qui comptent le plus à l'échelon mondial. Toute une génération de peintres qui ont entre trente et quarante ans à présent le considèrent comme un père. En 1997, une exposition à Zurich et à Hambourg présentait sous le titre Birth of Cool un panorama de la peinture américaine nourrie du cool jazz de l'après-guerre (Stanley Getz, Miles Davis). Avec ses portraits, Alex Katz s'est toujours situé à la lisière entre abstraction et réalisme. Il a opté pour le genre du portrait à une époque où ses collègues new-yorkais se détournaient complètement de l'art figuratif. Son analyse discrète d'un univers visible et identifiable l'opposait alors à tous ceux qui prônaient un style éminemment personnel et impulsif ou, au contraire, une réduction du tableau à quelques nuances à peine perceptibles. Il a dit lui-même qu'il voulait se défendre contre l'expressionnisme abstrait et les épanchements violents d'un Jackson Pollock. « Le jeune peintre renoue sans détour avec les composantes utilisables du passé américain, avec Georgia O'Keeffe, Fairfield Porter, Ralston Crawford et Edward Hopper » (Werner Spies).


[19:00] Exposition d'Audrey Le Mault "CENTAURES D'ORIENT"
Location:
Djam Café
3, rue Beaurepaire
75010 Paris
M° République, Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)1 42 45 11 70
Mail : contact@djam-cafe.com
Internet Site : www.djam-cafe.com
Description:
Photographies équestres d'Audrey Le Mault

Vernissage le Samedi 12 janvier 2008 à partir de 19h, suivi d'un concert de musique arabo-persanne (payant)

Depuis 2002 Audrey Le Mault parcourt l'Asie Centrale à cheval, photographiant la vie des hauts plateaux et des steppes. Les expositions « Pamirs » et « Buzkashi » étaient un voyage au long cours parmi les cavaliers des confins de Centrasie. Cette fois, « Centaures d'Orient » jette un pont vers la culture équestre du Maghreb. Des photographies inédites nous plongent entre Rif et Atlas, dans la fougue des tbourida, les charges de cavalerie arabo-berbères. Du Maroc à l'Afghanistan, un nouvel angle s'impose : la photographie à cheval. Cette approche originale nous met au cœur des espaces, des cultures, des centaures et des chimères…

[19:00] Exposition de Lisa Ruyter "THE COMFORT OF STRANGERS"
Location:
Galerie Thaddaeus Ropac
7, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 72 99 00
Fax : +33 (0)1 42 72 61 66
Mail : galerie@ropac.net
Internet Site : www.ropac.net
Description:
Du 12 janvier au 17 février 2008
Vernissage le 12 janvier 2008

La Galerie Thaddaeus Ropac est heureuse d'annoncer la troisième exposition personnelle de Lisa Ruyter, artiste américaine née en 1968 qui vit et travaille à Vienne.

Depuis 1996, ses tableaux prennent leur origine dans des photographies qu'elle réalise elle-même, si bien qu'ils retracent à la fois ses déplacements à travers le monde et son cheminement personnel. Les vues apparemment banales ne sont jamais prises au hasard. On n'imagine pas Lisa Ruyter photographiant pour son usage privé. Parmi ses clichés, elle en choisit un tout petit nombre qu'elle transpose en peinture : elle projette l'image sur la surface du tableau et sélectionne les portions qu'elle souhaite peindre, en éliminant les détails qui lui paraissent insignifiants pour mieux se concentrer sur d'autres. Après avoir tracé les contours, l'artiste commence à appliquer les couleurs à l'intérieur de ces lignes. L'¦uvre prend sa forme définitive lorsque Lisa Ruyter, au cours d'une seule séance en général, repasse les contours au stylo de retouche afin d'accroître la lisibilité du tableau.

La force de ses tableaux réside dans sa manière d'utiliser des images ordinaires pour les rendre extraordinaires. Des oeuvres que l'on pourrait prendre de prime à abord pour de simples coloriages géants révèlent lentement leurs agencements complexes de teintes plates et la force d'émotion de leurs sujets. L'effet pictural fige le récit et le tire vers l'abstraction. Lisa Ruyter emprunte tous ses titres de tableaux à des films, mais ces titres n'ont qu'un rapport fortuit avec le contenu.

Qu'elle peigne des foules, des fêtes et réceptions, des mannequins défilant sur les podiums, des arbres ou des paysages dans les îles grecques, elle ressent la nécessité de témoigner sur la réalité environnante en restant dans la zone neutre du second plan, qui est la place du spectateur et non pas celle de l'artiste distancié embrassant la scène du regard. L'artiste explique sa démarche : « J'ai voulu créer un style qui préserve l'actualité ou la pertinence de l'¦uvre et offre des angles d'accroche aussi bien aux historiens de l'art qu'aux personnes qui ne se sont jamais intéressées à l'art. »

Lisa Ruyter a exposé dans des musées du monde entier, notamment au Museum of Modern Art de New York, au San Francisco Museum of Art, au Elgiz Museum of Contemporary Art d'Istanbul, au Denver Art Museum, au Consortium de Dijon, à la Colección Jumex d'Ecatepec, au Mexique, à la Sammlung Essl de Klosterneuburg-Vienne et au Museo de arte contemporáneo de Valence. Elle a présenté plus de vingt-cinq expositions personnelles dans des galeries prestigieuses. En 2008, on verra ses ¦uvres à Paris, à Tokyo et à Vienne, sans compter ses nombreuses participations à des expositions collectives et des foires d'art contemporain.


[19:00] Exposition de Marianne Mercier
Location:
Café-restaurant "Au Passage"
1 bis, passage Saint-Sébastien
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Ambroise, Oberkampf
France
Phone : +33 (0)1 43 55 07 52
Mail : contact@restaurant-aupassage.com
Internet Site : www.restaurant-aupassage.com
Description:
Marianne Mercier peintre collagiste expose ses tableaux au bar "Au Passage" jusqu'au 26 janvier.

http://www.mariannemercier.com

[19:00] Exposition de Patrick GUNS "My last meals"
Location:
Galerie Polaris
Bernard Utudjian
15, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 72 21 27
Mobile : +33 (0)6 12 22 77 15
Fax : +33 (0)1 42 76 06 29
Mail : contact@galeriepolaris.com
Internet Site : www.galeriepolaris.com
Description:
du 12 au 23 février 2008

Installation, Peinture, Dessin, Sculpture, Vidéo

"Il y a quelques années je découvrais, sur le site du département de la justice Texane , une liste des derniers repas commandés par les condamnés à mort avant leur exécution.
Heurté par ce cynisme, je décidai d'en exacerber le goût en le tirant du côté de la Vie et par là même d'affirmer mon opposition à la peine capitale.
Certains condamnés n'ont aucun dernier choix à exprimer ou se résignent au repas de la prison ; à d'autres leur choix leur est refusé (alcool, cigarette,...) ; d'autres encore refusent leur communication, mais le plus souvent les menus sont publiés.
Le dernier repas demandé est, en général, commandé à un restaurateur local. La composition de ces repas reste très basique.
Le choix du condamné est une image, celle de son dernier message, de sa dernière trace. Une image qui se situe du côté de la vie et du goût(parfois contraint).
A partir de cette liste de repas, je propose à un Chef de grande renommée , n'ayant aucune crainte d'affirmer son Humanisme, de choisir, composer et recréer cette dernière volonté. Il me semble que seul un artiste du palais peut interpréter ce choix, célébrer les agencements et les compositions chromatiques à travers sa présentation, et ses couleurs, dans une apologie de la Vie face à la mort décidée."

Patrick Guns, mai 2007




Patrick Guns, No to contemporary art n° 4, 2007, c-print 110 x 166 cm












[22:30-23:55] Nouvel An Russe
Location:
Le Cab
Cabaret
2, place du Palais Royal
168, rue de Rivoli
(dans le Louvre des Antiquaires)
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Phone : +33 (0)1 58 62 56 25
Fax : +33 (0)1 58 62 56 40
Mail : info@cabaret.fr
Internet Site : www.cabaret.fr
Description:
Cette soirée commencera par un Open-Bar privé, avant l'ouverture au public, le Samedi 12 Janvier 2008 de 22h30 à Minuit.

A grand merci par avance à tous ceux qui suivront le dress code... et nous leurs offrirons des surprises.

L'Open-Bar étant privé, seules les personnes sur la liste des invités et avec leur laissez-passer seront admises de 22h30 à Minuit. A partir de Minuit, nous serons rejoints par le public.

Pour être sur la liste d'invités de la soirée ou faire vos réservations, il vous faudra utiliser votre code V.I.P. (ci-dessous) sur le site web puis vous enregistrer dans la rubrique 'liste d'invités VIP'. Vous recevrez alors votre confirmation et votre laissez-passer par mail. Les réservations de tables sont indépendantes de la liste d'invités.

Merci donc de répondre et réserver directement sur le site web :
==> http://www.cireurs-private-club.com
==> Votre code V.I.P. : CBI


12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés