Tuesday, May 13, 2008
Public Access


Category:
Category: All

13
May 2008
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

  Exposition "Lovis Corinth : entre impressionnisme et expressionnisme"
Location:
Musée d'Orsay
62, rue de Lille
1, rue de la Légion d'Honneur
75343 Paris Cedex 07
M° Musée d'Orsay, Solférino
France
Phone : +33 (0)1 40 49 48 14
Internet Site : www.musee-orsay.fr
Description:
Musée d'Orsay
grand espace d'exposition (niveau 0, côté Seine)

1er avril - 22 juin 2008
Horaires : Tous les jours, sauf le lundi, de 9h30 à 18h, le jeudi de 9h30 à 21h45

Tarification : Droit d'entrée au musée : plein tarif : 8 € ; tarif réduit et dimanche : 5,5 €

Bénéficiaires du tarif réduit : les visiteurs âgés de 18 à 30 ans et les familles nombreuses. Le jeudi soir, tarif réduit pour tous et gratuité pendant six mois pour les 18-25 ans.

Serge Lemoine, qui a cédé sa place de président du musée d'Orsay à Guy Cogeval, signe son départ à la retraite par le commissariat de cette rétrospective consacrée à l'un des grands peintres allemands de la première moitié du XXe siècle. Bien qu'il ait été formé à Paris chez Bouguereau et Robert-Fleury, Lovis Corinth (1858-1925) n'a jamais fait l'objet d'une exposition significative en France. Celle-ci, avec 80 tableaux et une trentaine d'œuvres sur papier, aborde ses différents thèmes de prédilection : mythologie, paysages de la vieillesse ou portraits, qui constituèrent une part importante de sa production autour de 1900, au moment de la Sécession. Installé à Berlin, Corinth devient l'interprète de la vie trépidante et libérée de la capitale allemande, trouvant dans le nu - traité de manière très charnelle - son motif le plus personnel. Lovis Corinth, entre impressionnisme et expressionnisme au musée d'Orsay, du 1er avril au 22 juin 2008

Après la re-découverte de l'artiste majeur suisse Ferdinand Hodler, le musée d'Orsay consacre une première rétrospective à son contemporain allemand, Lovis Corinth (1858-1925). Elève à l'Académie Julian à Paris, Corinth s'affirme comme un peintre subversif, à la croisée de l'impressionnisme français et de l'expressionnisme allemand.

L'exposition présente près de 80 tableaux et une trentaine d'oeuvre sur papier (encore moins connus du public) couvrant les différents thèmes abordés par Lovis Corinth. Des autoportraits surtout - il se représente dans 42 peintures et plus de 140 oeuvres sur papier entre 1887 et 1925 -, beaucoup de nus - genre qu'il considère comme le "latin de la peinture"-, des paysages aux couleurs expressionnistes vibrantes, des sujets bibliques et mythologiques traités de manière burlesque (cf. Retour de bacchanale, 1898) et à la fin de sa vie des scènes de genre de la vie quotidienne (cf. Distribution des cadeaux de Noël, 1913).

Lovis Corinth naît en Prusse-Orientale (1858) et suit de longues études artistiques aux beaux-arts de Königsberg, de Munich et à l'Académie Julian à Paris. Au Salon de 1890, il obtient la mention honorable pour Pieta (1889, détruit en 1945). L'année suivante, Corinth s'installe à Munich, où il devient membre fondateur de la Sécession munichoise (1900). Mais le jury de cette dernière refuse son oeuvre Salomé II (1900), qui mêle érotisme et mort et illustre plus une scène de la vie qu'une page de l'histoire. L'artiste emménage alors à Berlin (1901) où il connaît un grand succès. Il y fonde une école de peintures pour femmes.

La Sécession

La Sécession berlinoise est fondée en 1898. Max Liebermann en est le premier président et Walter Leistikow l'acteur principal. C'est ce dernier qui convainc Max Slevogt et Lovis Corinth de rallier le groupe. De 1899 à 1911 cette association devient vite un pôle majeur de la vie artistique allemande. En 1904, Paul Cassirer invente l'expression "triumvirat de l'impressionnisme allemand" pour Liebermann, Slevogt et Corinth : il souligne ainsi en quoi ces trois peintres se rapprochent de l'impressionnisme français.
La Sécession berlinoise permet dès lors à Corinth d'exposer ses oeuvres à intervalles réguliers auprès d'un public averti. L'artiste vit en effet sur les revenus de portraits [cf. Portrait de Madame Douglas (Irma Hübner), 1909, ou Portrait de Julius Meier-Graefe, 1917] que l'élite lui commande.

Images classiques détournées et scènes de vie

A partir de motifs classiques empruntés à la mythologie grecque, à la religion chrétienne et au monde littéraire, Corinth s'affirme dans le genre biblique et mythologique en détournant des sujets religieux. Il traite de façon obsessionnelle les thèmes de l'amour, du sexe ou de la mort. Sa peinture, dans son approche et sa facture, s'inspire d'abord de Frans Hals et de Rembrandt.

Au lieu de sublimer la souffrance du Christ sur la croix, il dépeint l'horreur de sa peine. Avec Salomé II, l'artiste s'affiche comme un "peintre de la chair", exhibant le corps, le sang et la chair. D'où le rapprochement - à l'instar de son maître Rembrandt - entre une scène de boucherie (Le boeuf abattu à l'abattoir, 1905) et ses représentations de nu avec la chair débordande des femmes. Loin d'avoir un teint uniforme porcelaine, ses muses ont le corps marqué par le temps. De fait, Corinth choisit par principe - dans sa tentative de rapprocher l'art de la vie - des modèles parmi ses proches (sa famille et ses amis) et non parmi des mannequins professionnels à la beauté plastique.

Corinth a toujours peint d'après le modèle, généralement choisi dans son entourage direct. Ses personnages, aux gestes et aux expressions souvent outrés, célèbrent la nudité sans rien de la grâce présumée des figures bibliques ou mythologiques. Cette parodie de la tradition témoigne d'une veine satirique qui doit beaucoup à Arnold Böcklin et dont les échos se feront sentir chez Ludwig Meidner ou chez George Grosz et Otto Dix.

Plus tard, l'abandon de la hiérarchie des genres incite Corinth à s'intéresser aux scènes de la vie contemporaine, en particulier dans Jeu de quilles, Distribution des cadeaux de Noël (1913) ou dans Sur la plage de Forte dei Marmi (1914).


Lovis Corinth (1858-1925)
Sur la plage de Forte dei Marmi
1914
Huile sur toile
H. 76 ; L. 119 cm


Portraits et autoportraits

Les portraits de Corinth reflètent son évolution artistique, d'un académisme naturaliste à l'expressionnisme, en passant par une phase impressionniste. Il exécute une centaine de portraits d'hommes et de femmes du monde artistique et politique, devenant le portraitiste le plus en vogue de Berlin. Sa famille lui sert également de modèle.

Avec l'autoportrait, Corinth poursuit la quête de soi à travers la peinture. A partir de 1900, à l'approche de son anniversaire, il entame chaque année un autoportrait. La mise en scène exagérée de soi par le jeu, le recours au travestissement et à l'allégorie, ainsi que le travail en série, sont sans équivalent à l'époque.

Le peintre a sans conteste élaboré à travers cet exercice la partie la plus forte de son oeuvre. Dans son Dernier autoportrait de 1925, il se représente en buste devant un miroir qui renvoie l'image de son profil déformé et marqué par l'âge. Qu'il se montre en pleine activité ou désespéré, Corinth se révèle dans ce genre.

La passion du peintre

Corinth prête une attention particulière à la passion et à la mort de Jésus-Christ. Or le Grand martyre (1907), plutôt que célébrer la rédemption par le sacrifice de la croix, décrit crûment les tourments endurés par le Christ. Le thème récurrent de la crucifixion montre comment un même sujet a pu être prétexte à des solutions picturales différentes tout au long de son oeuvre.

Dans Salomé II (1900), où Corinth fait cohabiter les thèmes de la séduction et de la mort, les modèles restent identifiables. L'artiste y combine morbidité et virtuosité picturale. Plutôt qu'une page d'histoire, le tableau se présente comme une parodie de la vie. Sa manière provocante et non conventionnelle d'aborder le sujet fait de Corinth un peintre subversif.

Victime d'une attaque d'apoplexie dont il sort très affaibli en décembre 1911, Corinth se représente quelques mois plus tard en Samson aveuglé. Dans ce tableau, thème biblique et autobiographie se croisent. Le cadrage inattendu préfigure la dramaturgie cinématographique.


Lovis Corinth (1858-1925)
Samson aveuglé
1912
Huile sur toile
H. 130 ; L. 105 cm


Fidèle à une tradition de l'histoire de l'art, Corinth s'est avec obstination représenté en Christ, une pratique qui trouve son apogée dans l'Ecce homo de 1925. On y retrouve la facture distinctive des oeuvres tardives : la touche violente, qui devient un élément de style et le rapproche de l'expressionnisme.
Dans cet épisode biblique qui relate la comparution de Jésus devant Ponce Pilate, l'artiste se représente en Christ dont la tête est couronnée d'épines. Il entend montrer par là l'intensité avec laquelle il vit la Semaine Sainte: "[...] Je suis devant un grand tableau. Ce sera 'Ecce homo'. Je veux le terminer, Pâques m'a donné de l'énergie. Mon activité artistique est liée aux épisodes de la Bible et à ses fêtes", écrit l'artiste le 13 avril 1925. L'oeuvre transcrit l'aptitude du Christ - du peintre - à surmonter les souffrances, ce pourquoi Corinth conçoit "le legs de ce tableau comme un appel à l'hummanité", précise l'un des commissaires de l'exposition Dietulf Sander (conservateur au Museum der bildenden Künste, Leipzig).
L'attachement au sujet sert souvent de prétexte à une peinture qui a déjà conquis son autonomie. La façon dont il aborde les thèmes de ses représentations illustre la liberté qu'il exprime à l'égard de l'iconographie traditionnelle, tout en témoignant de son attachement à la peinture et à la présence sensuelle de la couleur.


Lovis Corinth (1858-1925)
Couple de Bacchants (autoportrait)
1908
Huile sur toile


Le corps et la chair

Corinth étudie le nu à l'Académie Julian de Paris, dans les années 1880. Il considère ce genre comme le "latin de la peinture". Sa production de nus s'accroît sensiblement après 1904. Fidèle à l'idée expressionniste de fusionner l'art et la vie, l'artiste choisit rarement ses modèles parmi les professionnels. Il s'agit le plus souvent de proches.

Alors que nombre de ses allégories célèbrent la nudité, Corinth finit par débarrasser ses représentations de toute allusion mythologique ou religieuse. Certains tableaux sont nés d'observations spontanées de la vie quotidienne, tels que Matinée (1905) et Après le bain (1906), qui montrent son épouse, son modèle de prédilection, dans une occupation intime.

La volonté de Corinth de saisir le corps, la chair comme le sang, lui permet d'aborder des sujets dont se détournent d'autres peintres. A l'instar de Rembrandt, il s'intéresse aux scènes de boucherie, sans qu'elles relèvent du tableau de genre classique. Corinth associe en effet souvent les carcasses d'animaux aux nus, en raison de la sensualité des couleurs et de l'aspect lascif qu'ils dégagent. La viande et le sang sont mêlés aux cris qui résonnent, la touche picturale exaltée renvoyant à l'atmosphère de l'abattoir.

Paysages

Les paysages de Corinth répondent rarement à une commande. Ils obéissent le plus souvent à son désir créateur. Affranchis de tout contenu susceptible de distraire le regard, ce genre, qui relève des codifications traditionnelles de la peinture, met en évidence les qualités picturales de l'oeuvre : la composition, le traitement de la surface, la touche apparente, l'intensité des couleurs.

Les paysages tardifs, et plus précisément les vues du lac de Walchen, confirment l'amour profond de Corinth pour la nature et témoignent de sa lassitude à l'égard de la vie urbaine. Ces oeuvres reflètent le caractère changeant des paysages. Ainsi, à l'instar des impressionnistes français, il peint un même site à divers moments de la journée, voire de l'année. Cette série de tableaux réalisée entre 1918 et 1925 célèbre l'autonomie de la couleur.

La production de paysages, comme celle de natures mortes, s'intensifie vers la fin de sa vie. Corinth y fait évoluer ses motifs. Bon nombre de ces tableaux aux couleurs floues et entremêlées se caractérisent par la dissolution des formes, leur point de vue rapproché et une touche rageuse. L'expressivité de la peinture même l'emporte sur le rendu précis du sujet.

Oeuvres sur papier

"Très rares étaient ceux qui savaient que Corinth, peintre génial, fut tout aussi génial en noir et blanc." (Karl Schwarz). Les oeuvres sur papier dépassent de loin l'oeuvre peint en nombre. Dessin et aquarelle, eau-forte, pointe sèche et vernis mou, lithographie en noir et en couleurs jalonnent le parcours de l'artiste.

A part l'esquisse préparatoire, qui sert à étudier la pose du personnage et la composition du tableau, la majeure partie des feuilles dessinées par Corinth, ainsi que ses aquarelles, se présentent comme des oeuvres à part entière. Ses illustrations de livres, celles pour la Bible, par exemple, vont contribuer, de même que ses gravures, à sa célébrité.

Anselm Kiefer : un hommage à Corinth

Né en 1945 à Donaueschingen (Allemagne), Kiefer est un des plus importants artistes contemporains. A l'invitation du musée d'Orsay, il rend hommage à Corinth avec une oeuvre spécialement créée pour la circonstance.

Pour Lovis Corinth. Autoportrait au squelette (2007) est un triptyque (pour la Trinité et la Passion) dans lequel le tournesol fané - plante fétiche de A. Kiefer -, symbole de la vanité, structure l'arrière-fond de l'image. On le retrouve avec des épines, un squelette que l'artiste a lui-même fabriqué, et des indications alphanumériques sur feuilles blanches qui rappellent la nomenclature des étoiles établie par la NASA, Anselm Kiefer voulant de la sorte lier les éléments qu'il représente avec le cosmos. Tout évoque la thématique du changement, de la transformation, récurrente dans l'oeuvre des deux Allemands.
Les vitrines sont truffées d'épines, qui font allusion à la passion du Christ. Dans le panneau central, une colonne vertébrale rappelle l'Autoportrait au squelette de Corinth (1896) du musée Lenbachhaus de Munich.

Avec cette oeuvre, Anselm Kiefer témoigne de l'importance de la postérité de Corinth dans l'art contemporain.


Anselm Kiefer
Pour Lovis Corinth. Autoportrait au squelette
2007
Triptyque
H. 282 ; L. 576 cm

SALON D'ANTIQUITES BROCANTE
Location:
Place de la Bastille
Place de la Bastille
75004 Paris
M° Bastille
France
Description:
8 AU 18 MAI 2008

DESCRIPTIF
400 antiquaires et brocanteurs.

THEME SUGGERE
Au bord de l'eau.

En ce printemps 2008, nous mettons en effet en valeur un thème qui évoque « largement » l'été, les loisirs, la détente et les vacances
« AU BORD DE L'EAU… »

Ce thème sera décliné sur la plupart des stands des antiquaires et brocanteurs du salon à travers toutes sortes d'éléments anciens : peintures et gravures de bateaux, de ports, de poissons, de pêche – objets de marine et de bord de mer - objets décoratifs évocateurs de voyages ou d'îles lointaines - vaisselle décor de mer et vaisselle de paquebots - coquillages anciens et baigneuses - bibelots de tous genres - bijoux coquillages – sculptures de sirènes et autres – affiches et cartes postales anciennes – éléments anciens de toutes sortes ainsi que les multiples objets anciens symboliques autour de l'élément : eau…

HORAIRES
Tous les jours de 11 h à 19 h

TARIF ENTREE
8 Euros

Si vous souhaitez recevoir une invitation, vous pouvez désormais l'imprimer vous-même sur le site internet :
www.joel-garcia-organisation.fr

INFORMATIONS
Tél : 01 56 53 93 93

Exposition rétrospective "Camille Claudel, une femme, une artiste"
Location:
Musée Rodin
Hôtel Biron
79, rue de Varenne
75007 Paris
M° Varenne
France
Phone : +33 (0)1 44 18 61 10
Fax : +33 (0)1 44 18 61 30
Internet Site : www.musee-rodin.fr
Description:
Musée Rodin

du 15 avril au 20 juillet 2008
Horaires : Tous les jours sauf le lundi de 9h30 à 17h45 (21h le mercredi)

Tarification :
Entrée de l'exposition 7 €, tarifs Jeunes et Pro 5 €, tarif Famille 10 €
Billet jumelé exposition + collections permanentes + parc 10 €, tarif Jeunes et Pro 7 €, tarif Famille 10 €

Commissaire général de l'exposition : Dominique Viéville
Commissaires de l'exposition : Aline Magnien, Véronique Mattiussi



Certains estiment que son talent dépassait celui de son maître...

« Je lui ai montré où elle trouverait de l'or mais l'or qu'elle trouve est bien à elle »
Auguste Rodin

Une rétrospective exceptionnelle : Camille Claudel une artiste, une destinée

Le musée Rodin ouvre de nouveau ses portes à Camille Claudel en lui consacrant une importante rétrospective, du 15 avril au 20 juillet 2008. Cette exposition rassemble l'essentiel de l'oeuvre de l'artiste avec plus de 80 sculptures en marbre, terre cuite, plâtre, onyx et bronze ainsi qu'une dizaine de gravures et dessins provenant de collections publiques et privées. Certains documents comme la correspondance de Rodin et Camille Claudel et des photographies d'époque accompagnent cet ensemble.

Une oeuvre animée « par un souffle épique, enivrant voire tragique »
(B. Gaudichon).

L'oeuvre de Camille Claudel est connue pour être marquée par l'influence de Rodin. Le maître a largement inspiré l'élève. L'inverse est également vrai, à tel point qu'il est parfois difficile de déterminer le travail de chacun d'eux. Mais, l'oeuvre de Camille Claudel témoigne également d'une incroyable puissance créatrice.

L'exposition permet de découvrir ou redécouvrir les oeuvres qui ont fait la renommée du sculpteur : La Valse où un couple de danseurs gracieusement enlacés semble emporté dans un tourbillon ; L'Âge mur, oeuvre autobiographique symbole de sa rupture avec Rodin ; La Vague ou Les Causeuses, exemples représentatifs de sculptures où Camille Claudel s'affranchit du maître pour réaliser des oeuvres plus personnelles, fortement influencées par les arts décoratifs et le japonisme.

Certaines oeuvres sont quant à elles présentées pour la première fois au public comme le plâtre de La Niobide Blessée, déposé par l'Etat français au musée de Bejaia, en Algérie, en 1935, ou encore des petites études en terre cuite provenant des collections du musée et récemment réattribuées à Camille Claudel.

Une rétrospective pour enfin voir les sculptures sous un jour nouveau

Cette rétrospective éclaire d'un jour nouveau le parcours artistique ponctué de chefs d'oeuvres d'une artiste aujourd'hui plus connue pour sa vie privée que pour ses propres créations. Après avoir longtemps été jugé par référence à Rodin, l'art de Camille Claudel apparaît profondément original, intense et rayonnant. Cette exposition a pour ambition d'appréhender l'oeuvre de cette insoumise en dehors de la passion qui l'unit à Rodin.

L'exposition présente plus de 80 sculptures en marbre, terre cuite, plâtre, onyx et bronze, ainsi qu'une dizaine de gravures et dessins provenant de collections publiques et privées. Certains documents, comme la correspondance de Rodin et Camille Claudel et des photographies d'époque, complètent cet ensemble. Certaines oeuvres sont présentées pour la première fois au public comme le plâtre de La Niobide Blessée, déposé par l'Etat français au musée de Bejaia, en Algérie, en 1935, ou encore des petites études en terre cuite provenant des collections du musée et récemment réattribuées à Camille Claudel.

Il est ainsi temps d'interroger l'oeuvre de Camille Claudel et sa place dans le courant artistique de la fin du XIXème siècle : Camille Claudel a-t-elle réussi à créer une sculpture résolument moderne en marge de l'oeuvre de Rodin ? Comment a-t-elle évolué en tant que femme élève-sculpteur dans un atelier ? Quelle stratégie pouvait développer une femme sculpteur à la fin du XIXème siècle ? Telles sont les questions auxquelles cette exposition s'efforcera de répondre.

Camille Claudel, artiste, très aimée du grand public

Avant d'être présentée au musée Rodin à Paris, l'exposition est à Madrid de novembre 2007 à février 2008, grâce au soutien de la fondation Mapfre. Un catalogue richement illustré, composé d'une série d'articles de spécialistes de l'artiste- Bruno Gaudichon, Anne Rivière, Claudine Mitchell-, sera édité en espagnol et en français.


Camille ClaudelLa Vague1897, onyx et bronze sur socle de marbre, 62 x 56 x 50 cm, S. 6659© musée Rodin (Photo : Ch. Baraja), © ADAGP, Paris, 2008


REPERES BIOGRAPHIQUES

12 novembre 1840
Naissance d'Auguste Rodin à Paris.

1864
8 décembre. Naissance de Camille Claudel à Fère-en-Tardenois.
Née d'une famille modeste, Camille Claudel, soeur de l'écrivain, Paul Claudel, décide très tôt de devenir sculpteur.

1876
Automne. Louis-Prosper Claudel s'installe à Nogent-sur-Seine avec sa famille.
Camille y rencontre le sculpteur Alfred Boucher qui devient son premier maître.

1881
Madame Claudel et ses enfants, Camille, Louise et Paul, s'installent à Paris.
Camille suit des cours de sculpture à l'Académie Colarossi. Alfred Boucher continue à suivre ses travaux.

1882
Alfred Boucher nommé à Rome confie ses élèves à Rodin.

Camille entre comme assistante dans l'atelier de Rodin. Elle devient élève et modèle du sculpteur. Camille restera dans l'atelier jusqu'en 1892.

CésarPortrait de Camille Claudel à 18 ans1881, papier albuminé, 15.5 x 10.3 cm, Ph. 527© musée Rodin, Paris, 2008

1885
Rodin et Camille travaillent en harmonie partageant atelier et modèles. Camille participe à la réalisation des Bourgeois de Calais. Très vite l'élève douée devient la maîtresse de Rodin. Une passion fulgurante unit les deux artistes qui s'influencent mutuellement : La Jeune Fille à la gerbe annonce Galatée de Rodin.

1886
12 octobre. Signature du « contrat ». Rodin s'engage à n'accepter aucune autre élève que Camille, à la protéger dans les cercles artistiques et à l'épouser lors d'un voyage en Italie ou au Chili.

Novembre. Camille travaille à Sakountala.

1888
Au Salon des Artistes Français, Camille reçoit une mention honorable pour le plâtre de Sakountala.
Elle commence le buste d'Auguste Rodin et La Valse.

1890-1891
Camille Claudel et Rodin effectuent plusieurs voyages ensemble en Touraine, notamment au château de l'Islette.

1892
Les liens professionnels et amoureux entre Camille et Rodin se distendent. Camille s'aperçoit qu'elle ne sera jamais Madame Rodin et qu'elle n'arrivera pas à évincer Rose Beuret, compagne de Rodin depuis 1864.

Camille commence La Petite Châtelaine.

1893
Camille expose Clotho et La Vasle au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts.
Elle travaille à la première version de L'Âge mûr.

Cherchant à reconquérir son indépendance, Camille s'engage dans de nouvelles directions. Elle commence les « croquis d'après nature », des sculptures de petites dimensions inspirées du quotidien.

1895
Juillet. Première commande de l'Etat : L'Age mûr.

1896
Camille fait la connaissance de la comtesse Arthur de Maigret, qui sera son principal mécène jusqu'en 1905.

Achèvement de la première version de L'Age mûr.

1897
Camille expose, au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts, La Vague. Avec cette oeuvre, Camille aborde un style nouveau issu du japonisme.

1898
Les deux amants rompent définitivement.

1899
Camille s'installe au 19 quai Bourbon qui sera son dernier atelier-logement. Elle y vit recluse.

La commande pour la fonte en bronze de L'Age mûr est annulée par le directeur des Beaux-Arts, Henry Roujon.

1900
Camille rencontre de graves difficultés financières.

1904
Exposition de onze bronzes et deux marbres à la Galerie Eugène Blot, marchand d'art qui éditera en bronze une quinzaine d'oeuvres de Camille.

1905
Camille expose le marbre de Vertumne et Pomone au Salon des Artistes français.

1906
Camille obtient de la direction des Beaux-Arts la commande de La Niobide blessée.

Sa santé est très altérée. La correspondance de Camille témoigne d'une paranoïa grandissante envers Rodin.

1908
Dernière exposition à la Galerie Eugène Blot.

1913
3 mars. Décès de son père.

10 mars. Camille est internée jusqu'à sa mort en 1943 à la demande de sa mère et de son frère Paul Claudel.

17 novembre 1917
Rodin meurt à l'âge de 77 ans.

William ElborneCamille Claudel travaillant à Sakountala dans son atelier1887, papier albuminé, 15.1 x 8.3 cm, Ph. 1773© musée Rodin, Paris, 2008


Camille ClaudelClotho1893, plâtre, 89.9 x 49.3 x 43 cm, S. 1379© musée Rodin (Photo : Ch. Baraja), © ADAGP, Paris, 2008


Documentation :

Communiqué de presse

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00 [12:30] Remise des insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur à Gérard Besson
Location:
Ministère de l'Education Nationale
Hôtel de Rochechouart
110, rue de Grenelle
75007 Paris
M° Solférino, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 55 55 10 10
Internet Site : education.gouv.fr
Description:
Remise des insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur à Gérard Besson, recteur de l'Académie de Clermont-Ferrand

[12:30] Vernissage « La bande dessinée comme critique sociale »
Location:
Villetaneuse
Villetaneuse
93430 Villetaneuse
M° Gare SNCF Epinay - Villetaneuse, RER D Pierrefitte - Stains
France
Internet Site : www.mairie-villetaneuse.fr
Description:
Forum de l'Université Paris 13 - Campus de Villetaneuse

Du mardi 13 mai au vendredi 23 mai 2008
Vernissage, le mardi 13 mai à 12h30

Le 9ème art s'expose à Paris 13. A travers leurs dessins, certains auteurs de BD s'engagent dans une critique de la société, de la politique et plus largement du monde actuel. Ainsi en passant par Chantal Montellier, une des pionnières du genre, au fanzine amateur, nous découvrons plusieurs styles et approches de dessin : Efix, Kokor, Mattotti, Davodeau…

13:00  
14:00  
15:00 [15:30] Vernissage d'une peinture murale de François Mendras
Location:
Nanterre
Nanterre
92000 Nanterre
M° RER A Nanterre-Préfecture, Nanterre-Université, Nanterre-Ville
France
Internet Site : www.nanterre.fr
Description:
Maison de retraite EHPAD (Etablissement hébergeant des personnes âgées dépendantes) - CASH de Nanterre - 403 avenue de la République

Patrick Jarry, maire de Nanterre, conseiller général des Hauts-de-Seine,
Zahra Boudjemaï, adjointe au maire déléguée à la culture,
le conseil municipal,
Jean-Pierre Mazur, directeur du Centre d'accueil et de soins hospitaliers de Nanterre,

ont le plaisir de vous inviter au vernissage de

la peinture murale réalisée par Magali Arbogast et Assia Beldjerrou
d'après une oeuvre de François Mendras

http://apacc.canalblog.com/archives/2008/05/07/9091951.html

16:00  
17:00 [17:00] Exposition collective "MEDITATION & LUMIERES"
Location:
Eglise de la Madeleine
Place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Internet Site : www.eglise-lamadeleine.com
Description:
du 13 au 19 mai 2008

[17:00] Remise des Trophées du sport
Location:
Le Sénat
Palais du Luxembourg
15, rue de Vaugirard
Palais du Luxembourg
75291 Paris Cedex 06
M° Odéon, Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 42 34 20 00
Fax : +33 (0)1 42 34 26 77
Internet Site : www.senat.fr
Description:
Remise des Trophées du sport par le groupe « Sport » du Sénat sous la présidence de Jean Faure, sénateur de l'Isère

[17:00-20:00] Vernissage de WOLFRAM
Location:
Galerie Olivier Nouvellet
19, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Odéon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 43 29 43 15
Mail : contact@cercleoliviernouvellet.com
Internet Site : www.cercleoliviernouvellet.com
Description:
Du 13 au 17 Mai 2008

http://www.wolfram-artiste.eu

[17:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Le monde ouvrier s'affiche"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Exposition à l'initiative du Codhos, réalisée par le musée de l'histoire vivante soutenue par La Fondation Gabriel Péri, l'Office Universitaire de Recherche Socialiste, La Fondation Jean Jaurès, La CFDT.

L'exposition se tiendra du 15 mai au 15 juin 2008
Vernissage le mardi 13 mai 2008 à 17 heures

[17:30-19:30] [Cannes] Cocktail Mandate International
Location:
Villa d'Estelle
12-14, rue des Belges
06400 Cannes
M° Gare SNCF Cannes
France
Phone : +33 (0)4 92 98 44 48
Fax : +33 (0)4 92 98 44 40
Mail : info@villadestelle.com
Internet Site : www.villadestelle.com
Description:
The Penthouse


[18:00-20:00] 1ère signature de la monographie de Georges Rousse: Tour d'un monde 1981-2008
Location:
Galerie RX
Rodrigue & Dereumaux
16, rue des Quatre-Fils
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Paul, Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 71 19 47 58
Mobile : +33 (0)6 37 88 04 98
Mail : info@galerierx.com
Internet Site : www.galerierx.com
Description:
Editions Actes Sud - Textes de Jocelyne Lupien - Philippe Ortel - Philippe Piguet - (65 €)

Signature et cocktail le Mardi 13 Mai 2008 de 18h à 20h
Jusqu'au 24 Mai 2008
mardi-samedi 14h-19h

Georges Rousse est assurément photographe ce que révèle la qualité intrinsèque de ses images dont il assure lui-même la prise de vue, le cadrage, la lumière. Mais il est aussi, tout autant, peintre, sculpteur, architecte. Son matériau premier est l'Espace. Il ne cesse d'exposer et d'intervenir dans le monde entier, poursuivant son chemin artistique au-delà des modes. Découvrez -le aussi à la Maison Européenne de la Photographie du 9 avril au 8 juin 2008.

"Georges Rousse: L'Exploit" Paris Match

[18:00-22:00] [Cannes] Ouverture - International Art Show Cannes 2008
Location:
Hôtel Carlton Intercontinental de Cannes
58, boulevard de la Croisette
BP 155
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Phone : +33 (0)4 93 06 40 06
Fax : +33 (0)4 93 06 40 25
Mail : carlton@ichotelsgroup.com
Internet Site : www.interconti.com/cannes
Description:
pendant le Film du Festival (du 14 au 18 Mai)

Du mercredi 14 au dimanche 18 mai

Sur invitation seulement
Soirée d'ouverture: le mardi 13 mai à partir de 18H-22H
Soirée de clôture: le dimanche 18 mai à partir de 18H-22H

http://www.artshowcannes.com

Invitation pour l'IASC 2008 à télécharger sur :
http://www.artshowcannes.com/images/InvitationIASC2008RectoVerso.pdf

[18:00-21:00] vernissage collectif à la galerie Thuillier
Location:
Galerie Thuillier
13, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 77 33 24
Mobile : +33 (0)6 12 80 88 36
Fax : +33 (0)1 42 77 33 24
Mail : galeriethuillier@wanadoo.fr
Internet Site : galeriethuillier.free.fr
Description:
Du 09 AU 22 MAI 2008
Vernissage mardi 13 MAI 18h à 21h

MEUNIER
LAYDEVANT
NOLY
MKHITARIAN
MARQUES
MEUNIER
COHEN
SIMONET
BARBIER
BASTIDE
MOULIAS

[18:15] 20ème anniversaire de la Maison du Sport de Haut Niveau
Location:
Université Pierre-et-Marie-Curie - Paris VI
UPMC - Jussieu
4, place Jussieu
75005 Paris
M° Jussieu
France
Phone : +33 (0)1 44 27 44 27
Internet Site : www.upmc.fr
Description:
20ème anniversaire de la Maison du Sport de Haut Niveau sur le Campus de l'UPMC en présence de Stéphane Diagana

[18:30] Exposition « Peinture chinoise traditionnelle » de Margitta VOIGT
Location:
Centre Culturel Arabe-Syrien
12, avenue de Tourville
75007 Paris
M° Ecole Militaire
France
Phone : +33 (0)1 47 05 30 11
Fax : +33 (0)1 47 05 23 11
Mail : centreculturelsyrien@wanadoo.fr
Description:
peintre allemande

du 13 au 23 mai

Le fait d'apprendre la langue et la civilisation chinoises à l'INALCO a déclenché en elle une passion pour la calligraphie et la peinture chinoise. Entre 2004 et 2007 elle a fait six expositions personnelles.

http://www.centreculturelsyrien.fr/evenement.aspx/?Code_Evenement=194

[18:30] Lumiéres d'Architectes
Description:
Showroom Unik - 40, avenue de Flandre - 75019 Paris - +33 (0)1 40 34 15 10

Présentation de la collection de luminaires fabriquée et éditée par la Société SEAE. Cette exposition aura lieu dans le Showroom Unik, au milieu d'une des plus belles collections de mobilier contemporain.

Elle se déroulera en présence des créateurs(J.P. Vitrac, V. De Boissieu, A. Chezeau, Roger Tallon, C. Hauvette, Michel Boyer, M. Gines, F. Vazquez...) qui ont accepté de répondre à un projet de Forme Architecturale qui se devait de recevoir des sources lumineuses économisant l'éléctricité tout en fournissant plus d'énergie. La société Seae connue et reconnue dans l'Eclairage fonctionnel (on lui doit l'ensemble des éclairages de la "Tour Agbar" à Barcelone, signée par Jean Nouvel) fait ainsi son entrée dans l'Eclairage architectural.

Société SEAE
+ 33 (0)5 61 84 55 45
seae@seae.com
www.seae.com

[18:30] Remise des insignes de Commandeur du Mérite agricole à Christophe Navarre
Location:
Ministère de l'Agriculture et de la Pêche
Hôtel de Villeroy
78, rue de Varenne
75007 Paris
M° Varenne, Solférino
France
Phone : +33 (0)1 49 55 57 46
Internet Site : agriculture.gouv.fr
Description:
Remise des insignes de Commandeur du Mérite agricole à Christophe Navarre, Président de Moët Hennessy

[18:30-21:00] Vernissage d'Etienne Cliquet "Deplié International"
Location:
Glassbox
4, rue Moret
75011 Paris
M° Ménilmontant,Parmentier, Rue Saint-Maur
France
Mobile : +33 (0)6 77 80 77 57
Mail : glassbox.smart@gmail.com
Internet Site : www.glassbox.fr
Description:
vernissage le 13 mai 2008
Exposition du 14 mai au 8 juin

ARCHITECTURE ET ORIGAMI
Du 13 mai au 15 juin

Pour cette troisième intervention du collectif GLASSBOX à la Cité, Etienne CLIQUET réalise six projets d'Origami en lien avec l'architecture. Chacun d'entre eux se réfère à diverses architectures et interventions au sein du parc de la Cité : la pelouse centrale, la Fondation Suisse, l'espace Sud...

L'origami est l'art de plier une feuille de papier. De mon point de vue, c'est aussi l'art de plier toute chose.

A l'invitation de Glassbox et Citéculture, j'ai réalisé 6 études d'architectures pliables présentées dans la maison internationale de la Cité Universitaire de Paris. Il s'agit de dessins vectoriels imprimés au traceur et disposés à l'intérieur des encadrements dans la coursive. Ils figurent des pliages ou des dépliés, c'est à dire la trace que laissent les plis sur une feuille. En m'appuyant sur le patrimoine architectural, ces études renvoient à des interventions dans le parc de la Cité (l'espace-sud, la fondation Suisse de Le Corbusier et la pelouse principale) ou font référence à certains bâtiments (le collège Néerlandais de Willem Marinus Dudok). Les interventions dans le parc prennent plusieurs formes :
- Le dessin d'un déplié de 70 mètres de coté est appliqué sur la pelouse principale.
- Les étapes d'un pliage sont reproduites sur la façade en verre de l'espace-sud.
- Une bâche recouvre l'échafaudage de la Fondation Suisse en travaux.
- Un programme informatique embarqué sur le téléphone portable d'un habitant de la Cité déploie vers les autres téléphones environnants des poésies de Sonia Marques, invitée à initier ce dispositif et développé avec l'aide de Julien Gachadoat pour l'occasion.
Par ailleurs, j'ai bénéficié du soutien de Robin Fercoq pour la programmation d'un générateur de dépliés complexes et de Manuel Siabato pour la modélisation 3D d'une architecture en forme de boîte origami.

Depuis les années 80, l'origami a fait l'objet de recherches approfondies en mathématiques et informatiques, souvent en amateur, au point qu'on parle dans le milieu scientifique anglo-saxon de "Mathematical origami" et "Computational origami". Une section de l'exposition de design "Elastic mind" au Moma lui est d'ailleurs dédié en ce moment. Motivé par la lecture de plusieurs articles scientifiques (David Huffman, Robert Lang, Erik Demaine entre autres), j'ai entrepris il y a quelques années une recherche artistique consacrée à l'origami avec le projet Ordigami = origami + ordinateur

http://www.ordigami.net

Je publie sur mon site Internet des notes concernant les enjeux contemporains du pli. La publicité actuelle pour le forfait "Origami" d'un opérateur téléphonique qui se "plie à nos envies" m'interroge autant que le pliage d'une feuille de papier. La capacité de se plier aux contraintes et aux opportunités est devenue un critère important dans le milieu du travail aujourd'hui (flexibilité). Pourtant, il y a peu, plier connotait la soumission et "ne pas plier" était synonyme de résistance (comme l'atteste le groupe de graphistes engagés du même nom qui s'est formé au début des années 90). Entre temps, le pli semble devenu dans l'imaginaire collectif un modèle abstrait du réseau Internet sous l'influence de l'ouvrage de Gilles Deleuze consacré au pli baroque dans l'oeuvre de Leibniz (Le Pli, G.Deleuze, Ed. de Minuit, 1989), non sans malentendus.

L'origami est devenu dans ma démarche un moyen de parodier la technique, une réflexion sur le passe-temps et l'esthétique amateur dans une société post-industrielle. A travers l'acte de plier une feuille de papier, je me préoccupe du pliage de toute chose comme l'information et le sens car l'étymologie du verbe plier renvoie à des termes tels que implicite, explicite, appliqué, compliqué ou impliqué qui proviennent tous du latin "Plicare", plier.

Etienne Cliquet, mai 2008

[18:30] Vernissage de l'exposition « Villetaneuse dans le mouvement »
Location:
Hôtel de Ville de Villetaneuse
1, place de l'Hôtel de Ville
93430 Villetaneuse
M° Gare SNCF Epinay - Villetaneuse
France
Phone : +33 (0)1 49 40 76 00
Fax : +33 (0)1 49 40 05 41
Internet Site : www.mairie-villetaneuse.fr
Description:
Du mardi 13 mai au samedi 31 mai 2008
Vernissage, le mardi 13 mai à 18h30

Exposition réalisée à partir de photographies prises en France et notamment en Seine-Saint-Denis, avec des documents d'archives de la ville de Villetaneuse.



[19:00-22:00] Soirée VIP "Shopping Croisière"
Location:
Carrousel du Louvre
99, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Mail : communication@parisexpo.fr
Internet Site : www.carrouseldulouvre.fr
Description:
performance inédite de Laurent Allory
(jusqu'à 50% de remise dans les boutiques)
sur carton d'invitation uniquement : contact@mondapart.com

[19:00-21:00] Vernissage "Quadrum, Revue internationale d'art moderne (1956-1966)"
Location:
Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
46, rue Quincampoix
127-129, rue Saint-Martin
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 53 01 96 96
Fax : +33 (0)1 48 04 90 85
Mail : info@cwb.fr
Internet Site : www.cwb.fr
Description:
14 mai au 30 août

L'art contemporain en 20 épisodes

Quadrum, revue d'art moderne quadrilingue, rend compte de l'actualité artistique internationale de 1956 à 1966, dans un climat de redécouverte des avant-gardes plongées dans l'oubli par les régimes fascistes. Initiative du brillant éditeur belge Ernst Goldschmidt, elle est, pendant dix ans, l'une des principales tribunes de l'information sur l'art contemporain à être diffusée dans diverses régions du monde.
Outre les vingt volumes de Quadrum - originaux et consultation numérique - l'exposition présente des oeuvres originales commandées à des artistes de renom pour illustrer ses couvertures ainsi qu'une sélection de pièces représentatives de cette période issues des collections des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique et de collections privées.
Exposition présentée de 11h00 à 19h00, tous les jours sauf lundis et jours fériés.

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Jeux d'ombres, reflets"
Location:
Espace Culturel André Malraux
ECAM
2, place Victor Hugo
94270 Le Kremlin-Bicêtre
M° Le Kremlin-Bicêtre
France
Phone : +33 (0)1 49 60 62 16
Fax : +33 (0)1 49 60 76 16
Mail : agecam@orange.fr
Internet Site : www.ecam-lekremlinbicetre.com
Description:
Du 13 au 28 mai 2008
Vernissage le 13 mai 2008 à 19h00

Le collectif d'artistes du Kremlin-Bicêtre, ArtKane, organise pour la troisième fois un concours
photographique ouvert à tous...
Le règlement complet du concours sera disponible à l'ECAM dès le 1er Janvier 2008. Renseignements
complémentaires: Nicole Ruffin au 06 13 03 87 54 ou Jean-François José (Almandra) au 06 60 86 96 20.

[19:00] conférence "ISF 208 : tout ce qu'il faut savoir"
Location:
Swiss Life Banque
ex Banque Fideuram Wargny
7, place Vendôme
364, rue Saint-Honoré
75001 Paris
M° Tuileries, Madeleine, Opéra, Pyramides
France
Phone : +33 (0)1 53 29 14 14
Description:
RSVP par fax 01 53 29 94 95

[19:30] Soirée BIO dégusting, testing, discuting
Description:
La Ferme - 55 rue Saint-Roch - 75001 Paris - M° Pyramides

Michèle, PDG de l'agence publicité Michèle et Cie (Bacqueville en Normandie) et VRAI souhaitent vous inviter à une soirée degusting, testing et discuting autour du bio.

La soirée aura lieu le mardi 13 mai à partir de 19h30 dans un lieu parisien* encore tenu secret.

Il est nécessaire de confirmer votre présence en envoyant un email à bio@youtoyou.fr avant le 7 mai.

Parce que le bonheur est dans le VRAI.




[20:00] "LES JOURS ET LES MOTS" par Quetzal Leon CALIXTO
Location:
Maison du Mexique
9 C, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 44 16 18 00
Fax : +33 (0)1 45 89 78 57
Mail : cultura@casademexico.org
Internet Site : www.casademexico.org
Description:
LES JOURS ET LES MOTS est une oeuvre plastique contemporaine oú les lignes et les taches dessinent un paysage personnel qui est à la fois une parole, le ciel et la terre.

Vernissage le Mardi 13 mai à 20h

[20:00] 5 ans du mouvement "ni putes ni soumises"
Location:
Musée de l'Homme
Palais de Chaillot
17, place du Trocadéro et du 11 Novembre
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 44 05 72 72
Mail : contatc.mdh@mnhn.fr
Internet Site : www.mnhn.fr
Description:
5 ans du mouvement "ni putes ni soumises"

[20:00-23:00] Showcase exceptionnel de Dom Hutton
Location:
Le Réservoir
16, rue de la Forge Royale
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny, Ledru-Rollin, Charonne
France
Phone : +33 (0)1 43 56 39 60
Fax : +33 (0)1 43 56 31 73
Mail : lereservoir@free.fr
Internet Site : www.reservoirclub.com
Description:
Le Réservoir et le label Believe présentent :

Dom Hutton

Showcase exceptionnel LE MARDI 13 MAI à 20H (ouverture des portes à 19h30)
à l'occasion de la sortie de son nouvel album "Sleeping at the wheel".

De la pop anglaise, de la vraie et de la bonne ! N"hésitez pas à faire tourner l'invitation !

Extraits de l'album en écoute sur :
www.domhutton.com
www.myspace.com/domhutton

//////////////////////////////////

Contacts presse & booking :
Isabelle Lebaupain
agence pop !
01 42 55 06 01 - 06 61 32 27 08
isabelle@agencepop.com
www.agencepop.com

//////////////////////////////////

[20:30] 3ème Cérémonie des Gérard du Cinéma
Location:
Club Marbeuf
38, rue Marbeuf
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, George V
France
Phone : +33 (0)1 58 36 00 61
Fax : +33 (0)1 58 36 00 67
Mail : clubmarbeuf@wanadoo.fr
Internet Site : www.club-marbeuf.com
Description:
LES GERARD DU CINEMA SPECIAL CANNES (LE FESTIVAL DE)

Après la deuxième cérémonie des Gérard de la télévision au théâtre du Splendid et diffusée sur Paris Première, L'Académie des Gérard présente la troisième cérémonie des Gérard du cinéma.
La cérémonie aura lieu mardi 13 mai 2008 et sera diffusée en direct sur le site de Paris Première. Pour la première fois, Paris Première tente l'expérience de la diffusion d'un évènement en direct sur le net. Soyez devant votre écran à 20h30 sur www.lesgerard.fr !P our la première fois également, les Gérard du cinéma auront lieu non la veille des César, mais la veille de l'ouverture du Festival de Cannes. Dans une ambiance palmée, une cérémonie courte, d'une demi-heure, allant à l'essentiel : les nommés et les lauréats.

http://novalue0.blogspot.com/2008/05/les-grard-ont-t-dcerns-la-veille-du.html






[22:00-23:00] Paris Live Paris
Location:
Jangal
5, avenue de l'Opéra
75001 Paris
M° Pyramides, Palais Royal - Musée du Louvre
France
Phone : +33 (0)1 56 02 66 40
Mail : contact@jangalparis.com
Internet Site : www.jangalparis.com
Description:
Paris Live Paris

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés