Monday, January 26, 2009
Public Access


Category:
Category: All

26
January 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

  Fête nationale d'Inde
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Proclamation de la république en 1950

Fête nationale d'Australie
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Débarquement des premiers colons anglais en 1788

Exposition "Delacroix et la photographie"
Location:
Musée national Eugène Delacroix
6, rue de Furstemberg
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 44 41 86 50
Fax : +33 (0)1 43 54 36 70
Mail : Contact.Musee-Delacroix@louvre.fr
Internet Site : www.musee-delacroix.fr
Description:
Dates :
du 28 novembre 2008 au 2 mars 2009
Exposition ouverte tous les jours, sauf le mardi, de 9h30 à 17h (fermeture des caisses à 16h30)

Tarif : 5 €
Gratuit pour les moins de 18 ans et pour tous le 1er dimanche de chaque mois
Accès gratuit avec le billet d'entrée du musée du Louvre le même jour


Delacroix fut confronté, comme toute sa génération, à l'émergence de la photographie. Outil à la fois intriguant et fascinant pour le peintre, ce médium occupe une place à part dans l'ensemble de son oeuvre. Il est à la source d'une profonde réflexion sur la vérité artistique face au réalisme photographique.

Loin de la considérer comme une rivale possible de la peinture, Delacroix suit avec intérêt l'émergence et le développement de la photographie. Collectionneur attentif de reproductions d'oeuvres d'art – fresques de Raphaël, toiles de Rubens ou sculptures des cathédrales – il choisit, à défaut d'avoir à manier lui-même l'objectif, de faire photographier par Eugène Durieu des modèles nus, masculins et féminins. Ces clichés, qu'il emporte parfois avec lui, sont un outil précieux pour s'exercer au dessin au cours de ses séjours en province. Ils répondent à des critères très personnels; Delacroix souhaitait utiliser des images volontairement un peu floues et surtout dépouillées de tous les accessoires pittoresques véhiculés par les clichés commerciaux à l'attention des artistes.
Cependant, malgré une profonde fascination pour la photographie, Delacroix conserve un oeil critique à l'égard de ce nouveau médium. Il adopte une attitude parfois sceptique quant à son utilisation proprement dite et à la maîtrise de la technique, refusant de lui attribuer des avantages au-delà de sa valeur instrumentale. Sa réticence est particulièrement vive à l'égard de sa propre image photographiée : il va même jusqu'à exiger la destruction de certains négatifs, heureusement en vain.

L'exposition permet d'étudier, dans l'atelier même du peintre, la relation complexe de l'artiste à la photographie. Le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France permet au musée Eugène-Delacroix de réunir pour la première fois l'ensemble des photographies d'Eugène Durieu et la quasi-intégralité des dessins réalisés à partir de ces clichés ; à cette riche collection s'ajoutent de nombreux autres clichés inédits ainsi qu'une Odalisque peinte, généreusement prêtée pour l'occasion.
Enfin, une série de portraits de Delacroix oppose les daguerréotypes intimes des années 1840 aux images ultérieures, plus posées, prises par Nadar ou Carjat.


Delacroix photographié

« Je me vis dans une glace et je me fis presque peur de la méchanceté de mes traits... [les muses] ont été pires que des courtisanes. » A lire cette confidence de l'artiste, dans une page de 1824 de son Journal, on saisit combien Delacroix entretenait avec sa propre image un rapport complexe. Contrairement à un usage répandu à l'époque, il allait interdire que son visage soit moulé à sa mort. Rares sont d'ailleurs ses autoportraits peints […]. En dépit de son vif intérêt pour la photographie, Delacroix fut un modèle peu coopératif. Il nous offre sur presque toutes ces images le même masque hautain et impénétrable. La plupart sont, il est vrai, des portraits officiels des années 1850-1860, où il pose en homme conscient de son génie désormais reconnu des critiques.

D'autant plus rare et étonnante est la série de daguerréotypes d'amateur, en partie inédits, pris dans l'intimité en mars 1842 par son cousin Léon Riesener lors d'un séjour du peintre à Frépillon. Sur l'un, la prise de vue rapprochée confère une fascinante présence à sa physionomie fermée aux traits marqués. Dans un autre portrait, le geste saisi sur le vif des deux mains crispées a quelque chose de satanique : la figure allongée, encadrée de cheveux noirs et coiffée d'une toque sombre renforçant l'air faustien du modèle. Il les a regardés attentivement et en a même fait des contre-épreuves qu'il a redessinées afin d'étudier le modelé rendu par l'objectif. Ces dessins confirment la curiosité éveillée chez Delacroix, bien avant qu'il ne la consigne par écrit, par cette vision nouvelle du visage et du corps humain qu'offrait la photographie.

A partir des années 1850, la photographie sur papier tendit à se substituer à la gravure pour les portraits de contemporains illustres. Delacroix fut sollicité d'abord par le critique Théophile Silvestre, en 1852, pour poser devant Victor Laisné en vue de la parution de son Histoire des artistes vivants. Delacroix apparaît en dandy, en homme du monde, même si l'expression du visage reste distante. L'année suivante, face à l'objectif d'Eugène Durieu, le photographe avec lequel il collabora pourtant pour des études de modèles, Delacroix paraît tout aussi figé. Indéniablement les séances de pose sont pour lui une gêne et une perte de temps.
En 1858, Delacroix se rendit toutefois chez Félix Nadar qui admirait tant le peintre et voulait compléter la série de portraits de grands hommes qu'il comptait exposer l'année suivante à la Société française de Photographie. La pose est pleine d'autorité et l'éclairage met bien en valeur le visage. Cependant, le peintre mécontent de son aspect pria le photographe de détruire le négatif et les épreuves, ce dont, fort heureusement, ce dernier se garda bien. Pierre Petit a continué dans la même voie la tradition des effigies d'hommes célèbres de son temps et réussi, vers 1862, de beaux portraits. Ni l'allure ni l'expression du modèle, plus détendu peut être, n'ont la force qu'avait su lui donner Nadar, même s'il améliore progressivement le résultat grâce aux recadrages des épreuves qu'il diffuse.


Pierre Petit
Eugène Delacroix vu de profil assis
Vers 1862
Papier albuminé. 27,5 x 21 cm
Musée Eugène Delacroix
© Photo RMN / Michèle Bellot

Enfin, Etienne Carjat, qui était aussi doué que Nadar pour exprimer la psychologie de ses modèles nous en livre une image magistrale bien qu'elle soit au format de l'édition en cartes de visite, montrant le peintre au soir de sa vie, campé debout en manteau, le regard toujours aussi aigu et bouleversant.


Delacroix et les photographies de modèles

Delacroix est loin d'être le seul peintre fasciné par cette nouvelle possibilité offerte aux artistes et bientôt nombre de photographes vont diffuser de telles images à leur usage. Ces nus « artistement » composés sont souvent de petits tableaux tout arrangés, et l'étude de l'anatomie proprement dite y est gênée par le décor souvent un peu envahissant. L'identification des sources de deux dessins de Delacroix d'après des photographies de Louis-Camille d'Olivier et de Julien Vallou de Villeneuve prouve néanmoins qu'il s'est fourni en images commerciales.

Delacroix reproche toutefois à ces images moins leur artificialité que leur trop grande précision. Dans un passage du Journal de 1859, il prend la photographie comme exemple du réalisme parfois poussé jusqu'à l'absurde tandis que « les photographies qui saisissent davantage sont celles où l'imperfection même du procédé pour rendre d'une manière absolue, laisse certaines lacunes, certains repos pour l'oeil qui ne lui permettent de se fixer que sur un petit nombre d'objets ». La nécessaire combinaison de la vision de la nature avec l'oeuvre d'imagination — combinaison qui se réalise idéalement dans le travail de la mémoire — pouvait se trouver satisfaite par le recours à la photographie, image de la nature, mais à condition qu'elle soit suffisamment imprécise pour amortir les détails au profit du « caractéristique » et de l'imagination.

C'est sans doute pourquoi il engage en juin 1854 un photographe de ses amis, Eugène Durieu, pour qu'il prenne sous sa direction une série d'images qui correspondent mieux à ses attentes.

Ces photographies sont plus dépouillées que les tirages commerciaux : les seuls accessoires sont des étoffes de couleur claire sur le sol ou en drapé, une perche dont se sert le modèle masculin, une caisse de bois, siège ou accessoire selon les besoins, et, fréquemment, une peau de panthère : en somme, les objets dont disposent habituellement les modèles d'atelier pour prendre et garder la pose, trouver un point d'appui pour mettre en valeur les formes et la musculature, imiter l'attitude d'un marbre antique.

Bien que le peintre ait fait lui-même poser les modèles pendant les séances de prise de vues, leurs attitudes n'évoquent cependant pas immédiatement l'art de Delacroix. Objet d'étude et de contemplation, les photographies de « l'album Durieu », à une ou deux exceptions près, ne lui serviront, en effet, pour aucun tableau. Elles lui sont utiles seulement pour dessiner, cet exercice quotidien qui lui était aussi indispensable que les gammes à un pianiste. Une notation du Journal – 30 juillet 1854 : « Avoir les photographies Durieu pour emporter à Dieppe » - , montre que ces images suppléent le manque de modèles lors de séjours en province, mais pas seulement. L'inscription sur un dessin : « 15 août 55 le matin à la cérémonie » confrontée au Journal, indique que Delacroix l'a réalisé tout en assistant au Te Deum célébré ce jour-là à Notre-Dame de Paris. Il avait donc emporté un album de photographies pour dessiner sur ses genoux, afin de limiter la perte de temps que lui causaient ces pompes obligatoires. D'autres dessins datés attestent que, de 1854 à l'été 1856, les photographies lui servirent aussi bien à Paris qu'à Dieppe.


Louis Camille d'Olivier
Nu féminin
1855. Papier salé. 21 x 16 cm
BnF, Département des Estampes et de la Photographie
© BnF


Eugène Delacroix
Étude de femme nue de profil à gauche
Mine de plomb. 13,6 x 20,9 cm
Musée du Louvre, Département des Arts graphiques
© Photo RMN / Thierry Le Mage

Parmi les feuilles exposées, on distingue toutefois deux manières très différentes : sur les unes les contours sont à peine esquissés, alors que sur les autres les figures sont beaucoup plus nettement tracées et ombrées.
Il s'agit, dans le premier cas, de croquis de mise en place des modèles exécutés dans l'atelier même du photographe lors des prises de vues. Ces dessins sur le vif sont d'ailleurs parfois pris sous des angles légèrement différents de ceux du photographe. En revanche, les dessins aux traits plus appuyés correspondent à des séances de travail ultérieures d'après photographie, ce que viennent confirmer leurs dates. Leur technique reconnaissable autorise à présenter à la fois des dessins liés précisément à telle ou telle photographie connue et d'autres exécutés d'après des images non encore répertoriées. L'intégralité de ceux que nous avons pu localiser est présentée ici, à l'exception de deux dessins conservés aux Etats-Unis et de cinq autres appartenant au musée Bonnat à Bayonne dont les clauses du legs interdisent tout prêt.


Eugène Durieu
Homme nu assis sur une chaise
Papier albuminé. 9,7 x 5,8 cm
Collection Gérard Lévy
© 2008 Musée du Louvre / Pierre Ballif

Eugène Durieu
Homme nu debout de dos, tenant un bâton vertical
Papier albuminé. 9,9 x 5,8 cm
Collection Gérard Lévy
© 2008 Musée du Louvre / Pierre Ballif

Eugène Delacroix
Trois études d'hommes
Mine de plomb. 19,2 x 25,3 cm
Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon
© Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon

L'étude des dessins d'après photographie dont la source n'était pas dans « l'album Durieu », a permis d'identifier, avec de fortes présomptions, un autre recueil du début des années 1850 conservé dans la collection Gérard Lévy. Il est composé de quarante planches techniquement disparates représentant principalement des nus académiques, pris par des amateurs éclairés comme Durieu, alors que d'autres proviennent d'ateliers professionnels, mais toutes se distinguent par le cadrage sur le modèle, la mise en valeur de la musculature ou des lignes du corps et l'absence de décors superfétatoires. Les traces de peinture maculant certaines pages indiquent que cet assemblage était, pour l'artiste qui le feuilletait, un objet d'étude et de travail. Or l'album comporte non seulement un portrait d'italienne par Julien Vallou de Villeneuve qui a été copié par Delacroix, mais également trois études de nus masculins qui se retrouvent toutes trois sur un dessin conservé au musée de Besançon. Les photographies se suivent de près dans l'album, et dans le même ordre que sur le dessin, ce qui renforce l'hypothèse que ce second album, à défaut d'être composé de photographies posées en présence de Delacroix, lui a du moins appartenu.


Communiqué :
http://agenda.germainpire.info/img/2008/20081127_Delacroix_photographie.pdf


Catalogue : « Delacroix et la photographie », coédition Musée du Louvre et Editions du Passage, textes par Sylvie Aubenas, Françoise Heilbrun, Fiona Le Boucher, Christophe Leribault et Sabine Slanina.
160 pages, 28€


Colloque :
Au Musée du Louvre le 24 janvier : "Ingres, Delacroix, Courbet, les peintres à l'épreuve de la photographie, 1840-1860". Infomations en cliquant ici


Critique :
Dans le magnifique appartement où il a séjourné et qui lui est désormais dédié, Delacroix a mis en oeuvre une relation complexe voire ambigüe avec le nouveau média photographique, faite d'admiration et de distance. L'exposition montre l'intérêt du peintre pour cette technique, par l'utilisation de clichés d'autrui pour la réalisation de ses dessins. Les modifications apportées par rapport au cliché affirment une volonté de se démarquer d'un trop grand réalisme, et dans le même temps, là où réside l'ambiguité, d'en corriger les imperfections. La démarche de Delacroix est somme toute conforme au chef de l'école romantique qu'il a été.
Les portraits photographique du peintre témoignent d'un tempérament fier, pour ne pas dire orgueuilleux, et permettent de saisir une partie de l'identité de Delacroix.

autre critique

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-11:00] Defile ALEXIS MABILLE
Location:
Hôtel Pozzo Di Borgo
51, rue de l’Université
75007 Paris
M° Solférino, RER C Musée d'Orsay
France
Description:
Defile ALEXIS MABILLE

[10:00-19:00] Presentation colletion of Yohan Serfaty "In-Carnation" A/H 2009-2010
Description:
30, rue du Temple - 75004 Paris

Contact Presse
Anne-Severine liotard
T : +33 6 11 34 33 43
www.yohanserfaty.com



[11:00-12:00] Defile STÉPHANE ROLLAND
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
Defile STÉPHANE ROLLAND



[12:00-13:00] Defile CHRISTOPHE JOSSE
Location:
Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts
ENSBA
14, rue Bonaparte
13, quai Malaquais
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 47 03 50 00
Fax : +33 (0)1 47 03 50 80
Mail : info@ensba.fr
Internet Site : www.ensba.fr
Description:
Salle Melpomene





[14:30-15:30] Defile CHRISTIAN DIOR
Location:
Musée Rodin
Hôtel Biron
79, rue de Varenne
75007 Paris
M° Varenne
France
Phone : +33 (0)1 44 18 61 10
Fax : +33 (0)1 44 18 61 30
Internet Site : www.musee-rodin.fr
Description:
Defile CHRISTIAN DIOR








[17:00-18:00] Defile FELIPE OLIVEIRA BAPTISTA
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
Defile FELIPE OLIVEIRA BAPTISTA









[18:00-19:00] Defile ADELINE ANDRÉ
Description:
Defile ADELINE ANDRÉ

[18:00] Exposition de Elisabeth Porthault "oeuvres récentes"
Location:
Bateau Daphné
quai de Montebello
sous le Pont de l'Archevêché
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 30 36 18 88
Fax : +33 (0)1 34 48 03 57
Mail : info@bateaudaphne.com
Internet Site : www.bateaudaphne.com
Description:
du 26 janvier au 1er février

aquarelle

[18:00] Inauguration de l'exposition « Photochromie - Voyage en couleur 1876 – 1914
Location:
Bibliothèque Forney
Hôtel de Sens
1, rue du Figuier
Quai des Célestins
75004 Paris
M° Pont Marie
France
Phone : +33 (0)1 42 78 14 60
Fax : +33 (0)1 42 78 22 59
Internet Site : www.sabf.fr
Description:
sur invitation

Du mardi 27 janvier au samedi 18 avril
Du mardi au samedi de 13h à 19h

Entrée : 4 euros / 2 euros (tarif réduit)

Découvrez à la bibliothèque Forney cette première exposition au monde consacrée aux photochromes, ces documents rares de la fin du 19e siècle révélant en couleur, à l'aide d'un procédé lithographique, un monde aujourd'hui disparu…

L'exposition présente 300 photochromes choisis dans la collection du graphiste et photographe Marc Walter (l'une des plus importantes au monde), constituée de petites séries plus ou moins typées : bleu dur, lumière crue, couleurs éclatantes pour les pays du sud ; ciels gris, tourmentés, porteurs de tempêtes pour ceux du nord.
C'est un véritable univers qui se découvre. La mémoire d'un monde qui fuit.

A mi-chemin entre photographie et lithographie, le procédé photochrom permet d'obtenir une image en couleur à partir d'un négatif noir et blanc. Inventé et mis au point conjointement par le français Léon Vidal et le suisse Hans Jakob Schmid, le procédé fait l'objet d'un brevet, déposé en 1888, par la société Orell Füssli à Zürich, qui l'exploite sous la marque PZ (photoglob Zürich).

Premières images en couleur d'un monde en pleine évolution, les photochromes PZ triomphent à l'Exposition universelle de 1900 et sont diffusés sur les principaux sites de villégiature d'Europe, puis des États-Unis. Les touristes adorent ces vues aux couleurs tendres ou franches, tellement plus évocatrices que les photographies en sépia ou les cartes postales peintes : vues d'Égypte et de Terre Sainte, souvenirs de Naples, de Venise, des Alpes suisses ou de la Riviera, vues du Rhin, du Danube, du Gange à Bénarès…

Au tournant du 20e siècle, ce sont les chutes du Niagara, les steamers du Mississippi, le Grand Canyon, les rues de New York…

D'autres séries sont consacrées aux reproductions d'œuvres d'art, de la Sainte Cène de Vinci à l'Angélus de Millet, restituées dans leurs moindres détails.

Lorsque la production en masse de photochromes s'arrêta – peu après la Première Guerre mondiale –, le catalogue Photoglob répertoriait quelques 30 000 vues !

Des témoignages saisissants…
L'usage particulier de la couleur rend aujourd'hui ces images bizarrement fascinantes, en nous faisant sentir l'incroyable décalage du temps. Nous reconnaissons les monuments, mais leur ampleur solitaire, la tonalité particulière des silhouettes et des visages, les voitures à cheval, les costumes sont là pour prouver que nous sommes bien ailleurs. Le dépaysement est encore plus fort dans les vues exotiques d'Alger, du Caire ou de l'Inde, qui survivent dans notre inconscient comme une sorte d'Orient idéal.

Marc Walter, collectionneur
Graphiste et photographe, Marc Walter conçoit et réalise des beaux livres pour des éditeurs français et étrangers. Il est notamment le créateur, aux Éditions du Chêne, de la collection « Voyages » (autour du Monde, en France, en Égypte, en Allemagne, en Italie, en Asie, en Amérique, à Paris). Sa passion des images l'a incité très tôt à collectionner les photographies anciennes, particulièrement les photochromes dont il a réuni l'un des plus important fonds au monde.

[18:00-21:00] Outdoor Design 1ère Edition/ Avant-première
Location:
Artydandy
1, rue de Furstemberg
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 43 54 00 36
Mail : shop@artydandy.com
Internet Site : www.artydandy.com
Description:
23 janvier 2009 -> 26 janvier 2009
18 heures- 21 heures

Commissaire d'exposition
Aude Charié
T : +34 620 213 423
outdoordesign@jardinsjardin.com
www.jardinsjardin.com

T : +33 6 07 22 12 02

Qu'en est-il de la création de design d'extérieur aujourd'hui ? Jardins privés, espaces publics : quelles réflexions pour demain? développement durable, Recyclage, réalité ou illusion ? Jardins-Jardin aux Tuileries et Coctelmedia Barcelona, créent “Outdoor design”, un nouvel espace qui s' inscrit en toute logique au coeur de “l'événement jardin parisien” accessible au grand public et aux professionnels.


Jardin de Val'Hor © 2008 Jardins Jardin

[18:00-21:00] rééditions de mobilier et luminaire de l'architecte Franco Albini
Location:
Cassina
236, boulevard Saint-Germain
75007
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 84 92 92
Fax : +33 (0)1 45 44 68 90
Mail : cassina@cassina.fr
Internet Site : www.cassina.com
Description:
22 janvier 2009 -> 27 janvier 2009

Contact presse
Agence 14 Septembre
marietroude@14septembre.fr

« Happy Hours » du jeudi 22 janvier - dimanche 25 inclus – au mardi 27 janvier de 18h00 à 21h00. Entrée libre.

Présentation des rééditions de mobilier et luminaire de l'architecte Franco Albini


Table CAVALLETTO de Franco Albini éditée par Cassina. Lampe de table AS1C de Franco Albini éditée par Nemo

[18:30] Exposition de Miwa Nishimura
Location:
Espace Icare
31, boulevard Gambetta
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Corentin Celton
France
Phone : +33 (0)1 40 93 44 50
Fax : +33 (0)1 40 93 46 07
Mail : infos@espace-icare.com
Internet Site : www.espace-icare.com
Description:
Exposition dans le cadre de la manifestation isséenne “Couleurs Japon”, 150e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon

du mardi 20 janvier au jeudi 19 février
Vernissage le lundi 26 janvier à 18h30

« Dans une image fixe saisissant un instant, je voudrais créer quelque chose qui éteindrait la limite entre les différences, qui ferait un «aller-retour» de la frontière du temps, à celles de l'espace, de l'espace sociale et de la pensée.
Regarder le grand dans le petit, le petit dans le grand, comme dans certaines peintures extrême-orientales. Dans cette façon de trouver de la réalité au sein de l'illusion et de l'illusion au sein de la réalité, naît un rapport de réciprocité entre une description minutieuse et une omission volontaire.
Je voudrais donc obtenir dans l'instant furtif, la fusion de ces deux notions qui semblent opposées et les faire interagir simultanément. De même, j'aimerais y ressentir le son, comme l'harmonie incessante de l'alternance de la lumière et de l'ombre, le bruit du regard sur une scène tournante qui bascule du premier plan à l'arrière plan ou bien le rythme du temps présent qui veut attraper le temps perdu ou à venir. »











[19:00] Expo de peinture de Sophie Letang
Location:
Centre d'Animation Clavel
26, rue Clavel
75019 Paris
M° Pyrénées, Buttes Chaumont
France
Phone : +33 (0)1 42 40 87 78
Fax : +33 (0)1 48 03 09 46
Mail : centre.clavel@wanadoo.fr
Internet Site : www.ligueparis.org/static.php?op=clavel.inc&npds=1
Description:
Expo de peinture de Sophie Letang

[19:00] Exposition "PLIE DEPLIE"
Location:
Showroom Yamakado
mobilier design - édition - fabrication – distribution
65, avenue Daumesnil
Viaduc des Arts
75012 Paris
M° Gare de Lyon, Ledru Rollin
France
Phone : +33 (0)1 43 40 79 79
Mail : contact@yamakado.com
Internet Site : www.yamakado.com
Description:
22 janvier 2009 -> 30 janvier 2009

Directrice
Agnes Yamakado

Yamakado spécialiste des chaises pliantes de haute facture depuis 25 ans, se concentre sur le thème du pliant, du modulable, du nomade.

Brunch presse et journée professionnelle le 22 janvier jusqu'à 19 h. Du mardi au samedi de 11 h à 13 h et de 14 h à 19 h. Sur invitation.

Vernissage le 26 janvier à partir de 19h


[19:00-21:00] HOUSE OF WARIS & SERGIO ROSSI x PUMA
Location:
Colette
213, rue Saint-Honoré
75001 Paris
M° Tuileries, Pyramides
France
Phone : +33 (0)1 55 35 33 90
Fax : +33 (0)1 55 35 33 99
Mail : contact@colette.fr
Internet Site : www.colette.fr
Description:
by invitation

press@colette.fr

Presentations des collections + vernissage Anthony Burril "Geometry in Nature"

[19:00] Lancement Omega TV
Location:
Maison Champs Elysées
Ex Press Club de France
8, rue Jean Goujon
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 40 74 79 79
Description:
Lancement Omega TV

[19:00] Vente aux enchères au profit de l'opération Pièces Jaunes
Location:
Drouot Montaigne
15, avenue Montaigne
75008 Paris
M° Alma - Marceau, Franklin D. Roosevelt, RER C Pont de l'Alma
France
Phone : +33 (0)1 48 00 20 80
Fax : +33 (0)1 48 00 20 83
Internet Site : www.drouot.fr
Description:
Une vente aux enchères de 25 tableaux au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France présidée par Madame Bernadette Chirac aura lieu le 26 janvier à Drouot Montaigne dans le cadre de l'opération "Pièces Jaunes 2009". La toile "39 George V", aujourd'hui démontée, a été découpée en 25 tableaux, pièces uniques signées de l'artiste Pierre Delavie.

Les 25 tableaux, mesurant 2,50 m par 1,80 m, seront soumis aux enchères le 26 janvier prochain à 20h à Drouot Montaigne. La totalité des tableaux seront exposés le jour même avant la vente. Un des tableaux sera présenté en avant-première dès le 15 décembre à la salle des ventes Drouot Richelieu.

La vente sera dirigée par Georges Delettrez, président de Drouot Holding, et s'inscrit dans le cadre de la 20ème édition de l'opération "Pièces Jaunes" qui se déroulera du 7 janvier au 7 février 2009. Il s'agit de la troisième vente aux enchères organisée au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France. Les ventes aux enchères liées à l'opération "Pièces Jaunes" ont lieu tous les deux ans.

[19:30-22:00] Avant-première publique du film "Walkyrie"
Location:
Cinéma Le Bretagne
73, boulevard Montparnasse
75006 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Vavin
France
Phone : +33 (0)1 45 48 92 19
Description:
Le film "Walkyrie" de Bryan Singer ("Usual suspects"), avec Tom Cruise, Bill Nighty et Kenneth Branagh, relate un épisode méconnu de la Résistance allemande : la tentative d'assassinat d'Hitler, en juillet 44, par les officiers de son propre état-major.
Avant sa sortie en salles le 28 janvier, découvrez Walkyrie lors de l'avant-première du lundi 26 janvier.

Le film sera projeté en avant-première au cinéma Le Bretagne.

La projection sera suivie d'une rencontre avec Alfred Grosser, historien de renom et politologue spécialiste des relations franco-allemandes, sur le thème de la résistance allemande au IIIème Reich.

[19:30-20:30] Defile GIORGIO ARMANI PRIVÉ
Location:
Théâtre National de Chaillot
Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro et du 11 Novembre
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 53 65 30 00
Internet Site : www.theatre-chaillot.fr
Description:
Defile GIORGIO ARMANI PRIVÉ












[21:00] Dîner à l'occasion des Lundis de Brienne
Location:
Ministère de la Défense
Hôtel de Brienne
14, rue Saint-Dominique
75007 Paris
M° Invalides, Solférino
France
Internet Site : www.defense.gouv.fr
Description:
Dîner à l'occasion des Lundis de Brienne

11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés