Tuesday, February 3, 2009
Public Access


Category:
Category: All

03
February 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 1

  Dita Von Teese au Crazy Horse
Location:
Le Crazy Horse
12, avenue George V
75008 Paris
M° Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 32 32
Mail : reservation@lecrazyhorseparis.com
Internet Site : www.lecrazyhorseparis.com
Description:
La danseuse et mannequin américaine Dita Von Teese est de retour au Crazy Horse à Paris le 1er Février 2009 pour présenter 4 nouvelles performances et ce jusqu'au 15 Février 2009. Véritable icône glamour, ce retour est un vrai événement !

Dita Von Teese portera pour le numéro « Le Bain » un tailleur noir entièrement brodé avec veste inspirée des années 40, col en satin noir et jupe longue droite portefeuille, puis pour le final du spectacle, une tunique en tulle de soie bleu glacé brodée de paillettes étoile argentées.

Ces 2 tenues ont été imaginées et créées par Elie Saab spécialement pour cet évènement.

Exposition "Jean Marais, l'éternel retour"
Location:
Musée de Montmartre
12, rue Cortot
75018 Paris
M° Lamarck - Caulaincourt, Abbesses, Anvers, Château Rouge
France
Phone : +33 (0)1 49 25 89 37
Fax : +33 (0)1 46 06 30 75
Mail : infos@museedemontmartre.fr
Internet Site : www.museedemontmartre.fr
Description:
Dates :
Du 4 novembre 2008 au 3 mai 2009
Du mardi au dimanche de 11h à 18h

Tarif : 7 euros, tarif réduit 5,50 euros


A l'occasion des dix ans de la disparition du comédien, l'agence Arts' Talents et le Musée de Montmartre s'associent pour révéler les facettes méconnues d'un artiste aux talents multiples dans le cadre d'une exposition exceptionnelle. Parrainée par Francis Huster, cette rétrospective unique présentera à Paris plus de 1200 pièces pour la plupart inédites touchant au cinéma, à la littérature, au théâtre et aux arts plastiques. L'occasion de découvrir pour le grand public des oeuvres exposées pour la toute première fois, regroupées par thèmes et mises en scène pour un véritable parcours initiatique parmi l'ensemble des salles du musée : costumes, dessins, correspondances, peintures, sculptures, terres cuites et souvenirs personnels de Jean Marais.

Le comédien, peintre, metteur en scène, créateur de costumes, décorateur et écrivain, fascinait pour ses talents et sa beauté sculpturale digne d'un marbre antique. Jean Marais habitait Montmartre et son appartement de la rue Norvins fut le rendez-vous de tous les artistes de la Butte. C'est donc tout naturellement le Musée de Montmartre qui lui rend hommage pour célébrer les dix ans de sa disparition avec une exposition dont le titre évoque l'un des films les plus célèbres de Jean Marais, L'Eternel retour de Jean Delanoy, version moderne de la légende de Tristan et Iseult. Francis Huster est le parrain de l'évènement qui propose un parcours thématique dans la vie et l'œuvre de Jean Marais, présentant notamment et pour la première fois le costume brodé du roi de Peau d'âne, le masque de La Belle et la bête reconstitué sur les indications de Jean Marais, les premiers croquis d'adolescent du comédien, les esquisses de sa ligne de prêt à porter Jean Mara, le César d'Honneur reçu en 1980 ou sa correspondance avec Jean Cocteau.

Le musée dévoilera des pièces entrées dans l'histoire du 7ème Art français telles que le costume brodé porté par Jean Marais dans Peau d'Âne ou encore la reconstitution du masque de La Belle et la Bête. Les débuts du comédien seront aussi au programme à travers les clichés de ses premières séances d'essai tandis que la confirmation de son statut de star sera symbolisée par l'exposition de son César d'honneur reçu en 1980.

Au-delà du Jean Marais acteur, cette rétrospective lèvera un coin de voile sur le Jean Marais artiste avec notamment ses différentes sculptures, ses illustrations de contes pour enfants ainsi que ses différentes toiles. Dans le domaine de la vie privée, les visiteurs pourront découvrir la correspondance qu'il entretenait avec Jean Cocteau.

Voici quelques-uns des nombreux « trésors » que le grand public pourra découvrir dès le 4 novembre au Musée de Montmartre à Paris dans le cadre de l'exposition que l'agence Arts'Talents (fondée par Romain Leray et Didier Jovenet détenteurs de l'un des plus grands fonds européens de costumes et d'accessoires de cinéma) et le musée ont conjointement organisée à l'occasion des dix ans de la disparition de Jean Marais :
Le costume brodé du roi de PEAU D'ANE
Le masque de LA BELLE ET LA BETE reconstitué sur les indications de Jean Marais après le tournage
Les premiers croquis d'adolescent au trait incroyablement proche de celui de Jean Cocteau
Les clichés des premières séances d'essais professionnels
Les bronzes, toiles et aquarelles
Les esquisses de sa ligne de prêt à porter, baptisée «Jean Mora», lancée dans les années 70 et à la modernité étonnante
Les récompenses dont le César d'Honneur reçu en 1980
Les costumes, photographies et affiches de films et de théâtre
Les terres cuites et sculptures
Les illustrations de contes pour enfants
Les maquettes de décors
La correspondance avec Jean Cocteau…


Jean Marais, l'artiste

Acteur, il fut le plus ardent des caméléons. Artiste, il fut aussi le plus doué des touche-à-tout. «L'art m'attire, me fascine, j'aime m'en approcher. Je respecte l'artiste, j'aimerais lui ressembler, mais place trop haut l'art pour me croire artiste»1, s'empressait-il pourtant d'ajouter. Peinture, sculpture, dessin, et même stylisme, Jean Marais voguera toute sa vie au gré de ses envies et de ses passions.

Rattrapé par le cinéma alors qu'il se prédestinait à une carrière de peintre, Jean Marais n'abandonnera jamais pour autant ses crayons et ses pinceaux. Entre deux tournages, pendant ses loisirs, il se mettra devant son chevalet… Sa technique est digne des miniaturistes du Moyen Âge. Avec une habileté exceptionnelle et l'obsession de la belle ouvrage, il passera des heures, des jours, des semaines, parfois plusieurs mois pour réaliser une oeuvre. Picasso, qui souhaita acquérir ses créations, l'encouragea à consacrer plus de temps à cet art. Son réalisme pictural donnera naissance à un monde poétique, d'une grande sensibilité, s'inspirant de son quotidien, de sa vie et de l'environnement où la nature et les animaux occupent une place particulière.


Autoportrait peint en 1935. Jean Marais a 22 ans.
Huile sur bois.
© DR - Collection particulière - ARTS' TALENTS EDITIONS
(extrait de l'ouvrage qui sort le 4 novembre en librairie)

Le peintre complètera toujours le comédien. Mais pas seulement. En 1941, par goût esthétique prononcé, mais aussi par souci d'économie, il se mettra à dessiner des costumes et des décors. Il réalisera cette année-là ceux de Valse 1900 pour Jeannine Charrat et Roland Petit. Dix ans plus tard, Britannicus, à la Comédie-Française, sera une de ses plus belles créations. Il travaillera alors avec les ateliers de Robert Piguet, un des grands couturiers de l'époque. Pour la première fois dans la maison de Molière, un acteur assumera le jeu d'acteur, la mise en scène mais également la création des décors et des costumes. Il poursuivra avec La Machine infernale de Jean Cocteau en 1953, Pygmalion de George Bernard Shaw en 1955, L'Apprenti fakir avec George Reich en 1957, Le Disciple du diable adapté par Jean Cocteau, OEdipe-roi de Jean Cocteau en 1958, Cocteau-Marais en 1983 et Bacchus de Jean Cocteau en 1988.
Du costume de scène, il passera presque naturellement au costume de ville. Son élégance, que l'on résume trop facilement à du dandysme, lui donnera un jour l'envie de créer sa propre ligne de prêt-à-porter.
Il se lancera en 1970 sous le pseudonyme de Jean Mora. Un désir créatif influencé par trois personnalités d'exception: Coco Chanel, amie de Jean Cocteau; Christian Bérard, créateur de costumes, décorateur, magicien dans l'art du drapé, conseiller artistique qui habillera Jean Marais à de multiples occasions, comme Les Montres sacrés, L'Aigle à deux têtes, La Belle et la Bête ou Orphée; enfin, son grand ami André Bardot, maître tailleur de l'après-guerre dont l'atelier de la rue La Boétie était couru du Tout-Paris. Il habillera Jean Marais à la ville comme à la scène notamment lors des différents galas de l'Union des Artistes où ses costumes d'une coupe parfaite feront sensation. L'homme vu par Jean Marais ? Ce sera une collection complète, comprenant plus de 50 pièces ainsi que des accessoires et des foulards.



Ces dessins, d'une extrême précision, sont aujourd'hui d'une modernité déconcertante: casquette à bout carré, sac-serviette, trench-coat croisé, pull daim et laine, blouson cintré, polo laine tricoté très fin, smoking blanc, costume de plage bouffant à l'orientale, gilet du soir en cuir…
Pour réaliser sa collection d'accessoires et en particulier ses foulards, il peindra des gouaches sur toile d'esprit arts primitifs, mêlant des couleurs très vives, chatoyantes à des motifs géométriques. Pour les ceintures et les boutons de manchettes, il jouera sur les anagrammes où l'on retrouve toujours le JM. Pourtant, malgré un grand lancement médiatique avec un défilé à l'hôtel Bristol, ces collections ne rencontreront pas le succès escompté.
Qu'importe, il va bientôt s'intéresser à un autre univers artistique.

A la fin des années 70, Jean Marais s'initie à la se lance dans ce qui sera la dernière passion créatrice de sa vie, la sculpture en terre cuite, qui sera aussi une histoire d'amitié. Grâce à un marchand de terre, il rencontre Jo Pasquali, potier, qui lui apprendra les rudiments du tournage. Et il se liera aussi à son épouse Nini Pasquali qui lui proposera d'ouvrir une galerie. C'est ainsi qu'il se mettra à tourner et à sculpter des oeuvres de toute nature, parmi lesquelles des pièces monumentales comme Le Passe-muraille dont la sculpture en bronze se trouve place Marcel-Aymé à Paris. Tignasse blanche, barbe chenue, yeux bleus délavés, il aurait dû interpréter sur scène, à la fin de sa vie, Rodin, avant que Bruno Nuytten ne s'empare du projet pour le cinéma. Drôle de clin d'oeil du destin!
«J'ai découvert la peinture à 10 ans, le stylisme à 50, la poterie à 60 et la sculpture à 73ans. On croirait à une blague», confiait-il dans un éclat de rire en 1992. Aujourd'hui, on se dispute ses oeuvres et on reconnaît l'incroyable palette de son talent. Un pied de nez du destin qui l'aurait beaucoup amusé…


Communiqué :
http://www.museedemontmartre.fr/images/marais_dp.pdf


Catalogue :
Edité par ARTS' TALENTS EDITIONS, un catalogue/livre d'art reprenant les oeuvres les plus rares et les pièces les plus marquantes de l'exposition JEAN MARAIS, L'ETERNEL RETOUR accompagne l'événement.
Retraçant l'ensemble et la diversité de la carrière de Jean Marais, richement illustré de centaines de photographies et documents inédits, cet ouvrage est disponible en librairie à partir du 4 novembre 2008.
224 pages, 49 €
ISBN : 978-2-9532901-0-39782953290103



08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00 [16:00-20:00] Exposition de François Rousseau "Atelier"
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
04 févr. - 05 avr. 2009
Vernissage Mardi 3 février 2009. 16h-20h sur invitation

S'inspirant du roman de Patrick Grainville L'Atelier du peintre, François Rousseau présente une série d'environ cent photographies, comme autant de « tableaux photographiques » grand format. Le processus de narration et la composition rapprochent délibérément ses images de la peinture.

Après dix années consacrées à la peinture, François Rousseau s'oriente vers la photographie en 1995, il travaille alors pour de nombreuses agences de publicité et réalise des commandes pour la mode et les magazines.

Parallèlement, au cours de recherches personnelles, il découvre le roman de Patrick Grainville L'Atelier du peintre, à sa sortie, en 1988. Ce roman illustre parfaitement, à ses yeux, un des mythes de Los Angeles qui va le hanter pendant des années. Il est frappé par le rapport du peintre à ses modèles qui, issus de tous les milieux, viennent poser dans l'atelier. Comme si les modèles attendaient du maître leur naissance même.

Aujourd'hui, vingt ans après, devenu photographe, en prise lui aussi avec ses modèles, il renoue avec le roman des commencements. Il l'a incarné, en a réinventé visuellement les personnages, les épisodes clés. Tout un théâtre où Los Angeles est mis en scène, dans la diversité de ses corps déchus et glorieux. Ce projet a été réalisé entre l'été 2007 et l'automne 2008, à New York et Los Angeles. Il est accompagné d'un triptyque vidéo de Luc Maes intitulé L'Atelier photographique.

La musique qui accompagne Atelier est composée par Mikael Karlsson. « Life Class » pièce de 25 minutes pour orchestre de chambre n'est pas une musique d'ambiance. C'est une pièce majeure du projet. Le compositeur y prolonge les thématiques des photographies, il a conçu un mixage pour dix hauts parleur qui fait correspondre chaque instrument de l'orchestre à chacune des photographies. La musique est diffusée tous les jours, à 17h, dans l'exposition.

«Le livre raconte l'histoire passionnée et tragique d'un peintre européen, d'un Maître ayant quitté son pays pour s'installer et fonder un atelier de peinture à Venice beach (Los Angeles). Cet atelier a ceci de particulier qu'il a pour étudiants d'anciens délinquants des quartiers défavorisés de LA. Une communauté vit dans l'Atelier : les femmes sont avec les femmes, les hommes avec les hommes, l'hétéroséxualité au centre est totalement fantasmée car elle n'est présente qu'au travers de la fameuse toile de Van Eyke, Les époux Arnolfini, que le maître cherche à reproduire en faisant poser ses élèves mais sans succès...

Je me suis emparé du récit de Grainville et l'ai utilisé comme structure pour mon projet : une série d'environ cent photographies, des compositions, des mises en scène de nus. Le processus de narration appliqué à mes séries photographiques permet de collaborer avec mes modèles sur de longues périodes et en profondeur. Je peux appréhender la composition de mes images comme un peintre, en prenant le temps nécessaire (la postproduction numérique, réalisée grâce aux laboratoires Impact Digital et Iclab à New York, permettant l'élaboration de composition photographique).

Toutes mes images sont des « tableaux photographiques » grand format. C'est Grainville lui-même, en faisant décrire Les époux Arnolfini par son héros, qui me donna les clefs de mon « adaptation » et du style : il parle de réalisme qui s'élève jusqu'au surnaturel, d'un tableau « complètement réaliste et complètement sacré ». J'ai cherché à être le plus précis et vrai possible. Mes modèles sont de vrais peintres, de vrais musiciens, de vrais danseurs et je les ai photographiés avec le plus précis des appareils photos : une chambre 20 x 25. Je les ai éclairés d'une lumière totalement artificielle.»

[16:00-20:00] Exposition de Gilbert Gormezano, Pierre Minot "L'Ombre, Le Reflet"
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
04 févr. - 05 avr. 2009
Vernissage Mardi 3 février 2009. 16h-20h sur invitation

Les photographies de Gilbert Gormezano et Pierre Minot portent les marques d'une longue marche solitaire, dans les gorges des torrents et les chemins de crête, les rivages et les plateaux. Par l'épreuve photographique et l'expérience physique, ils captent des présences aussi fugitives qu'une ombre.

Depuis plus de vingt-cinq ans, Gilbert Gormezano et Pierre Minot empruntent les gorges des torrents et les chemins de crête, les rivages et les plateaux qui unissent les sentiers du réel aux voies imaginaires. Longue marche solitaire au gré de la vie, ponctuée de stations rêveuses où s'entrevoit, par l'épreuve photographique et l'expérience physique, cette énigmatique présence aussi fugitive qu'une ombre, vibrant reflet au coeur du monde, animant la danse silencieuse et infiniment chatoyante de la matière et de la lumière. Qu'elles soient ou non préméditées, les images de cette exploration commune restent imprévisibles et constituent au fil du temps une oeuvre singulière.

Leur rencontre avec Robert Misrahi, philosophe éclaireur de l'être, a mis en lumière la libre orientation de cette réflexion photographique, pensée en images, sur les aurores de l'existence.

« L'Ombre, Le Reflet », projet produit spécialement pour la Maison européenne de la photographie, retrace en partie l'itinéraire photographique accompli entre 2002 et 2007 en dialogue avec le philosophe. Suite à l'exposition, la totalité des tirages rejoindra les collections de la Mep.

L'oeuvre de Minot-Gormezano a été présentée dans de nombreuses expositions en France et à l'étranger ; la Bibliothèque nationale de France a présenté en mai 2003. une rétrospective d'oeuvres réalisées entre 1983 et 2001, « Le Chaos et la Lumière ».

Laphotographie est à la rencontre de la terre et du ciel
« A l'ordinaire, les photos mêlent leurs formes dans le surgissement d'une description du réel dans tous ses accidents significatifs. Mais la signification n'est plus rien lorsqu'on a compris combien la fondamentale rencontre est entre cette double réalité sous-jacente, et qu'elle dépasse de très loin notre échelle humaine. Certes, Minot et Gormezano gardent une présence humaine face aux présences cosmologiques. Mais l'humain est ici, de part en part, communion et accueil. Réalité visuelle de ce « retour à la chose même » dont nous parle un philosophe comme Edmund Husserl.

Minot et Gormezano sortent d'eux-mêmes pour faire leurs oeuvres. Ils s'y projettent comme s'y projettent aussi matière et lumière. L'impalpable lumière, sa transparence, s'y révèle soudain habitée de formes. L'opacité profonde de la matière s'y révèle contenir en puissance des images qui ne peuvent se manifester que par l'intrusion de la lumière. » Jean-Claude Lemagny (Extrait de L'Ombre, le Reflet aux éditions Skira - Flammarion, 2009)

« Ils ont renoncé, peut-être momentanément, à la nudité du corps qui caractérisait jusque-là leur travail. Aujourd'hui, la figure vêtue semble paradoxalement avoir dépouillé davantage encore son identité. Plus indéterminée, plus lointaine, tout détail anatomique aboli, uniformément sombre et réduite au dessin de ses contours, silhouette désormais plutôt que figure, elle semble parfois à peine plus dense que son ombre. Elle n'apparaît au demeurant que de façon intermittente.

Dans Les demeures elle est floue et comme tremblante, au coeur de l'architecture dont elle semble donner l'échelle. Dans Les voies, on l'aperçoit par instant, minuscule et perdue sous les futaies ou sur la neige (mais focalisant le regard, comme si c'était la présence qui soudainement donnait sens au lieu). En total contre-jour, elle se réduit à une tête (Les étincelles), ou un bras levé émergeant de la vague (Les miroirs).

Mais dans Le haut-pays, elle occupe le premier plan ou le second plan, et se détache avec netteté sur le paysage grandiose, ciel, montagnes, lacs (la série est entièrement consacrée à des lieux où les artistes ont fait des séjours prolongés, vécu, dormi, dont ils se sont profondément imprégnés).

Placée en position de médiateur entre le spectateur et le paysage, la silhouette vue de dos rappellerait alors immanquablement certaines peintures de Friedrich - en particulier Le voyageur devant la mer de nuage - n'était sa petitesse extrême, qui exclut toute exaltation romantique de la figure humaine solitaire et surplombante.

Immobile, précise, anonyme, tache noire aux détails indiscernables, elle n'en dégage pas moins une étrange impression de stabilité, de sérénité. Partout ailleurs, la figure n'est présente que par son ombre ou son reflet. Et si on croit l'apercevoir sur une muraille rocheuse criblée d'alvéoles dans la série des Citadelles, il s'agit d'un artefact comme il arrive très exceptionnellement aux artistes d'en introduire dans le paysage, jouant de cette présence illusoire, sur la frontière entre le réel et l'imaginaire, semant l'incertitude et le doute.» Colette Garreaud (Extrait de L'Ombre, Le Reflet aux éditions Skira - Flammarion, 2009)

Publication
Un livre , publié par les éditions Skira - Flammarion, accompagne l'exposition. Textes de Robert Misrahi.
Préface de Jean-Claude Lemagny, Postface de Colette Garraud. Format : 22,5 x 30 cm, Prix : 45 euros

[16:00-20:00] Exposition de Giorgia Fiorio "Le Don, 2000-2009"
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
04 févr. - 05 avr. 2009
Vernissage Mardi 3 février 2009. 16h-20h sur invitation

Les photographies de Giorgia Fiorio traitent de l'extase, la transe, la contemplation ou la méditation et montrent des sujets manifestement emportés par une ivresse intérieure et s'y abandonnant totalement. Elles suggèrent des existences ascétiques, libérées de toute contingence terrestre.

«Quelle force entraîne les foules de pèlerins à travers les plus hautes montagnes et l'étendue infinie des déserts ? Qu'ont donc en commun ceux qui lèvent les mains au ciel et ceux qui se frappent le front contre le sol ? Pourquoi certains sont-ils nus et d'autres couverts jusqu'aux yeux, d'autres rasés, polis comme des amandes, ou bien avec des cheveux longs mêlés à leur barbe sous d'immenses turbans ? Qui habite les corps transpercés des flagellants, qui a les membres couverts de cendre, qui se cache sous la peau peinte ou tatouée de dessins enchevêtrés, qui se trouve derrière les masques, derrière le voile ?

L'extase, la transe, la contemplation et la méditation mènent-elles à une perception indicible de la mort ou bien à une réalité physique déchirante ?

A travers l'expérience directe, sans intentions encyclopédiques, j'ai pendant huit ans suivi la voie d'un projet photographique, autour d'un cheminement personnel : “le don”.

Aux origines des croyances, dans les premiers textes sacrés, comme dans la tradition orale païenne des ancêtres, apparaît toute une trame de correspondances : rituels, gestes répétés depuis la nuit des temps, échos d'un même frémissement face au mystère de l'existence. Au-dessus de l'espace temps universel, se croise un labyrinthe de parcours à la recherche d'unisson entre l'identité extérieure de l'individu et son moi profond.» Giorgia Fiorio (Extrait du catalogue de l'exposition édité par les Editions Actes Sud)

Sur les chemins du mystère
André Malraux, dans l'une de ses formules restées célèbres, prédisait une nouvelle ère marquée par le retour du sentiment religieux, évoquant ainsi le besoin chez l'individu de croire de nouveau en des valeurs spirituelles, après s'être longtemps livré au culte de la richesse matérielle, au désir incessant de possession. Beaucoup de photographies de Giorgia Fiorio réunies dans cette exposition montrent des sujets manifestement emportés par une ivresse intérieure et s'y abandonnant totalement ; elles suggèrent des existences ascétiques, libérées de toute contingence terrestre. Une force d'ordre mystique ou divin s'est emparé de ces sujets et les a entraînés vers un au delà, comme si leur pensée avait pour un instant - celui de la photographie - quitté leur corps. Que cherche Giorgia Fiorio en s'engageant dans ce projet qu'elle intitule «Le Don»? Mot qui revêt plusieurs sens, à commencer par le principe de la transitivité : le don, c'est ce que l'être humain offre, mais c'est également une qualité qu'il reçoit en héritage.

«Le Don» n'est pas seulement l'histoire du sujet qui s'offre à l'acte photographique, c'est aussi celle de Giorgia Fiorio. Elle reçoit et restitue. Et dans ce mouvement, dans la nature et les qualités mêmes de son regard, dans sa manière de matérialiser les images, il y a addition de sens, supplément d'émotion, d'âme, que le spectateur de la photographie est invité à s'approprier. Celui-ci revit à travers les images l'expérience de l'auteur ou les interprète tout autrement. Gabriel Bauret (Extrait du catalogue de l'exposition édité par les Editions Actes Sud)

Evénement
Mercredi 4 février 2009 à 19h
Istituto Italiano di Cultura - 73, rue de Grenelle Paris 7e
L'Istituto Italiano di Cultura de Paris organise une rencontre avec Giorgia Fiorio autour du livre Le Don (éd. Actes Sud) qui accompagne l'exposition. Une occasion de découvrir le long parcours de ce vaste projet autour de l'héritage culturel et spirituel de l'humanité. Interventions de Jean-Luc Monterosso, Directeur de la Maison européenne de la photographie et commissaire de l'exposition et des auteurs des textes Gabriel Bauret, écrivain et critique de la photographie et Daniele Del Giudice, écrivain.
www.iicparigi.esteri.it

[16:00-20:00] Exposition de Miguel Angel Rios "Aqui"
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
04 févr. - 05 avr. 2009
Vernissage Mardi 3 février 2009. 16h-20h sur invitation

Aqui, vidéo de Miguel Angel Rios projetée sur cinq écrans est au centre de cette exposition. Non sans rappeler les sculptures de Tatlin ou la photographie du Bauhaus, Aqui est une représentation métaphorique du pouvoir. L'oeuvre dépeint la lutte pour la survie, les relations violentes entre les masses et les individus.

La Maison Européenne présente la première grande exposition à Paris, consacrée à Miguel Angel Rios, artiste argentin vivant entre Mexico et New York. L'exposition est organisée autour d'une vidéo, Aqui, projetée sur cinq écrans, elle rassemble également de grands tirages représentant des joueurs de toupies ainsi qu'une série de dessins préparatoires.

Les vidéos de Miguel Angel Rios ont régulièrement pour thème le conflit. Ici le conflit est incarné, dans un langage purement abstrait, par deux groupes de toupies symbolisant des forces contraires. Les deux armées de toupies noires et blanches s'opposent sur un fond neutre, les blanches sont de la même forme et de la même taille, les noires, quant à elles, sont plus petites et de formes variables. Leur mouvement différe également, les blanches évoluent rigoureusement telles une cavalerie en parade tandis que les noires se rassemblent chaotiquement.

Les formes géométriques évoquent, dans la lumière très contrastée de la composition, les sculptures du constructiviste Tatlin ou la photographie du Bauhaus. De cette période des années 20, Miguel Angel Rios retient également Métropolis (Fritz Lang, 1927) pour sa modernité et Le Cuirassé Potemkine (Eisenstein, 1925) pour la virtuosité de son montage.

Le choix de la toupie n'est pas anodin, dans la longue histoire des jouets, celle-ci remonte au second millénaire avant Jésus-Christ, elle est utilisée chez les égyptiens, les grecs et les romains. Comment expliquer la longévité et la popularité de ce petit objet de bois ? Peut-être par sa capacité à défier la gravité dans un mouvement tournoyant qui rappelle, en accéléré, celui de la terre. Dans l'histoire de l'art, la toupie en mouvement ou au repos est souvent associée à l'enfance et au cours de la vie.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il n'y a aucun effets spéciaux dans ce film. Les toupies ont été fabriquées sur les conseils d'experts mexicains et filmées en temps réel grâce à une équipe de production très pointue. La bande son de la vidéo laisse entendre l'artiste répétant à voix haute « aqui » (« ici » en français), il incite ainsi les joueurs à placer les toupies à certain endroit du cadre. L'oeuvre tire son nom de cet ordre sommé par l'artiste, réel metteur en scène.

Les vidéos de Miguel Angel Rios ont un impact très fort sur les spectateurs, elles frappent en effet par leur esthétisme, par le dynamisme du cadrage et par la finesse du montage. Mais ce qui capte véritablement l'attention c'est le spectacle d'un rituel de violence et de compétition. L'anthropomorphie de ces combattants de bois, rapproche cette lutte d'autres divertissements mieux connus tels que la tauromachie, la boxe, le football ou encore les films de guerre et les westerns.

Aqui est une représentation métaphorique du pouvoir, l'oeuvre dépeint la lutte pour la survie, les relations violentes entre les masses et les individus et la fascination toujours persistante exercée par le spectacle de nos batailles sanglantes. Un documentaire fascinant, Fuego Amigo, retrace le making-of de Aqui. On y voit Miguel Angel Rios cherchant les meilleurs joueurs de toupie du pays ou perdu au milieu de la jungle afin de trouver le bois le plus adéquat à la fabrication des jouets. Ce film est projeté régulièrement à l'auditorium de la Maison européenne de la photographie.

[16:00-20:00] Exposition de Robert Combas "Le Frimeur flamboyant"
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
04 févr. - 05 avr. 2009
Vernissage Mardi 3 février 2009. 16h-20h sur invitation

Le travail de Robert Combas présenté ici interroge ce qu'est la reproduction d'une oeuvre. D'après des ektachromes reproduisant d'anciennes oeuvres réalisées à partir de pages de magazine arrachées, l'artiste photographie l'oeuvre passée qui devient ensuite la source d'une nouvelle oeuvre peinte, photographiée elle aussi et reproduite en grand format.

Après Jacques Monory, c'est à Robert Combas que la Maison européenne de la photographie a proposé d'explorer les relations entre peinture et photographie.

A l'origine du projet de Robert Combas, il y a des ektachromes reproduisant d'anciennes oeuvres réalisées à partir de pages de magazine arrachées. Ainsi l'artiste exploite en premier lieu la photographie dans sa notion d'outil, d'archives.

Cette photographie brute de l'oeuvre passée devient ensuite la source d'une nouvelle oeuvre peinte, photographiée elle aussi et reproduite en grand format. Il s'agit d'un travail sur la reproduction de la reproduction qui à chaque fois grandit en dimensions pour finir sur un tirage argentique d'environ 200 x 150 cm qui lui-même est encore retravaillé par la matière et la couleur. Par un processus d'auto inspiration, l'artiste recrée une oeuvre à partir de son oeuvre et ce, en plusieurs générations.

Le principe de départ est l'image, la photo qui circule dans les magazines, l'artiste s'en empare. La photo est là mais ne peut pas en rester là.

Ce travail interroge ce qu'est la reproduction d'une oeuvre, la reproduction photographique d'une oeuvre, thème qui passionne l'artiste aujourd'hui. À l'heure de notre société de l'information, l'oeuvre reproduite (dans la presse, dans les livres, sur Internet) est le vecteur principal d'accès aux oeuvres et pourtant il manque souvent le message essentiel de l'artiste et l'on perd invariablement dans le processus ce qui fait la nature de la peinture, c'est-à-dire ses teintes et sa profondeur.

Ces questionnements, sur le passage d'un médium à un autre, résonnent tout en couleurs dans l'exposition, comme le cri du peintre, qui depuis son atelier, interpelle celui qui veut bien l'entendre.


[17:00-21:00] Exposition "Le Travail de rivière"
Location:
Centre d'art contemporain d'Ivry - le Crédac
La Manufacture des Œillets
25-29, rue Raspail
94200 Ivry-sur-Seine
M° Mairie d'Ivry
France
Phone : +33 (0)1 49 60 25 06
Fax : +33 (0)1 49 60 25 07
Mail : contact@credac.fr
Internet Site : www.credac.fr
Description:
04 févr. - 29 mars 2009

Les oeuvres choisies ici sont d'argile, de graphite, de silex, de plomb, de poussière, de verre, de sable, de cristaux, de corail, d'ambre, de papier, de coquillage, d'aquarelle. Elles évoquent ensemble l'origine, qu'elle soit fantasmée ou inventée. Elles disent le temps, milieu naturel de l'art, qui boucle sur lui-même.

avec : Absalon, Dove Allouche, Saâdane Afif, Silvia Bächli, Vincent Beaurin, Katinka Bock, Matti Braun, Stéphane Calais, Mircea Cantor, Denis Castellas, Isabelle Cornaro, Daniel Dewar et Grégory Gicquel, Hubert Duprat, Jimmie Durham, Sammy Engramer, Giuseppe Gabellone, Isa Genzken, Geert Goiris, Rodney Graham, Mona Hatoum, Alain Huck, Guillaume Leblon, Didier Marc el, Enzo Mari, Isa Melsheimer, Yan Pei-Ming, Helen Mirra, Liliana Moro, Robert Morris, Gabriel Orozco, Gyan Panchal, Gina Pane, Laurent Pariente, Claudio Parmiggiani, Eric Poitev in, Man Ray, Didier Rittener, B ojan Sarc evic, Mathias Schweizer, Kiki Smith, Jana Sterbak, Nathalie Talec, Tatiana Trouvé, Jean-Luc Vilmouth, Virginie Yassef et Julien Prévieux et Raphaël Zarka

Commissaire de l'exposition : Claire Le Restif avec la complicité de Jean-Louis Trocherie et Hélène Meisel

« Il existe un labyrinthe qui se compose d'une seule ligne droite » J.L. Borgès

Cette exposition s'est construite par fouille car l'archéologie de la mémoire est inventive et soucieuse de continuité. À la manière du chercheur d'or dans les rivières, un travail de tamisage et de raffinage a distingué une galaxie d'oeuvres. Bien qu'elles soient irréductibles à une lecture unique, le choix des oeuvres anciennes (1920, 1967...) et récentes met en avant un grand souci « matériologique », des forces vitales exposées, l'histoire naturelle des formes.

À la fois cabinet d'amateur et atelier dans sa forme provisoire, cette exposition se lit à travers des oeuvres sans âge, c'est-à-dire difficiles à dater, voir anachroniques dans les gestes qui les ont modelées, l'esprit et l'intelligence qui les ont définies. La chaîne poétique est aussi durable que la pierre, la parole que le marbre. Les traces de l'Homme sont imprévisibles.

Les oeuvres choisies sont d'argile (mémoire de la forme), de graphite (le carbone offre l'élément de la plus ténue différence entre l'ordre animal, l'ordre végétal et l'ordre minéral), de silex (la taille du silex depuis plusieurs centaines de milliers d'années, c'est caillou contre caillou), de plomb (saturne, astre fatal, maître du plomb et de la mélancolie), de poussière (poudre, particule de matière), de verre, de sable, de cristaux, de corail, d'ambre, de papier, de coquillage, d'aquarelle. Il s'agit de matières fondamentales et élémentaires qui forment « la substantifique moelle » du répertoire naturel, des substances les plus brutes aux plus précieuses.

Ces oeuvres ensemble évoquent l'origine, qu'elle soit fantasmée ou inventée. Elles disent le temps, milieu naturel de l'art, qui boucle sur lui-même, au sens où certaines formes du passé persistent, survivent au présent, demeurent et traversent les siècles vers le futur : le mythe de l'éternel retour.

"Le Travail de rivière" est une forme d'amplification des Roses de Jéricho* où déjà les sujets explorés étaient les notions d'origine et de temps (on y retrouve d'ailleurs le travail de quatre des huit artistes des Roses de Jéricho). "Le Travail de rivière" met à jour des sujets classiques que sont les vanités, le paysage ou les végétaux, en même temps qu'elle actualise des relevés plus naturalistes comme les empreintes, les fossiles ou les prélèvements géologiques, tout en collectant les traces ethnographiques que sont les masques, coiffes, objets votifs, cellules nomades. Autant de matrices formelles, artistiques, culturelles et intellectuelles.

C'est une « collection de sable » au sens d'Italo Calvino : « rassembler une collection comme tenir un journal, c'est-à-dire un besoin de transformer le cours de sa propre existence en une série d'objets sauvés de la dispersion, ou en une série de lignes écrites, cristallisées en dehors du flux continu des pensées ».

Une exposition, au fond qui avoue qu'elle peut être le fruit de l'imagination du collectionneur temporaire qu'est le curateur, et qu'à cet égard elle peut s'inscrire dans un système de correspondances subjectives équivalent à celui de la collection. C'est une exposition qui se regarde à travers différentes strates, comme se révèle, au coeur de l'été, le lit d'une rivière asséchée.

Le Travail de rivière est également le titre d'un livre de Laure Limongi à paraître en 2009 chez Dissonances / Pôle graphique de la ville de Chaumont, avec une création graphique de Fanette Mellier.

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090203_travail_de_riviere.pdf




[18:00] Exposition "Le 6e en aquarelle de Claude Midas"
Location:
Mairie du 6ème arrondissement
78, rue Bonaparte
75270 Paris Cedex 06
M° Saint-Sulpice
France
Phone : +33 (0)1 40 46 75 06
Fax : +33 (0)1 40 46 75 29
Internet Site : www.mairie6.paris.fr
Description:
Du mercredi 4 au samedi 21 février

On avait découvert le talent de Claude Midas lors de l'exposition qui fut consacrée aux Copistes du Louvre, l'année dernière, dans le Salon du Vieux Colombier. Cet artiste parisien revient cette fois nous présenter des aquarelles de différentes vues de Paris et notamment du 6e arrondissement, dont la précision du trait et la subtilité des couleurs vous séduiront pleinement.

[18:00-21:00] Exposition "MADE FOR TV"
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
Bar Tokyo Eat

30 janvier 2009 -> 28 février 2009
Vernissage Jeudi 29 Janvier de 18h-21h, au Bar du Tokyo Eat

Souvenirs From Earth TV, "la chaîne oeuvre d'art", diffusée sur le réseau free (Canal 129) depuis Octobre 2008, inaugure son installation au bar du Tokyo Eat avec une sélection d'artistes internationaux réunis dans le nouveau programme "Made for TV".

Cécile B. EVANS, responsable des expositions "on air" de la chaîne, a rassemblé dix artistes autour de cet évènement majeur.

Présentés comme des tableaux, le public trouvera parmi les artistes présentés:

Bill VIOLA
Le pionnier de l'art vidéo, présent dans les plus grandes collections, montre son film "REVERSE TELEVISION"

Jordan WOLFSON
Jeune prodige New Yorkais, deux vidéos d'un humour noir, très conceptuelles

KOLKOZ
Collectif d'artistes français qui expérimente ici avec des films de synthèse

Julian OPIE
Des dessins animés dans le vrai sens du terme

Et de la galerie Chez Valentin :
Nicolas MOULIN
Franck DAVID
Veronique BOUDIER
Olivier DOLLINGER

Exposition réalisée en partenariat avec la galerie/magazine Nuke.


[18:00-21:30] Exposition collective "URDLA - Scènes de ménage"
Location:
Galerie du Haut-Pavé
3, quai de Montebello
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 54 58 79
Mail : contact@haut-pave.org
Internet Site : www.haut-pave.org
Description:
Patrick Condouret - Frédéric Daviau - Christophe Delestang - Damien Deroubaix - Cristine Guinamand - Rémy Jacquier - Assan Smati

du 3 au 14 février 2009
Vernissage le mardi 3 février 2009 de 18h à 21h30

http://www.haut-pave.org/exposants/inside/URDLA.html

[18:00-21:00] Exposition de DURAN
Location:
Galerie Meyer Le Bihan
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 71 81 16
Fax : +33 (0)1 42 71 81 17
Mail : contact@gmlb.fr
Internet Site : www.gmlb.fr
Description:
jusqu'au 7 mars 2009

Proche de l'Hyper-Réalisme et de la "Figuration Narrative", Duran est - peintre - de manière exclusive; il peint partout où il est... la nuit, sur chevalet, dessine directement et peint toujours sur un fond bleu, sans projeter de photo ou utiliser d'aérographe. Il emploie uniquement l'huile, le pinceau, longuement, très longuement. Cet intérêt pour le bleu, particulièrement celui dit "de Prusse" qui transparaît toujours est à la base de sa recherche, sûrement l'influence de la nuit, du ciel bleu lumineux au bord de la mer où se trouve l'un de ses ateliers... D'autres influences encore, New York, le rouge la force, le jaune la sérénité, au final la dominance d'une autre couleur, côté glauque ou violent, des rues et des néons de la nuit et l'atmosphère du jazz notée dans chaque titre de ses tableaux, "Sandy Lady", "On my Way", "My Lady is a tramp", "Foggy man"... Il aime la sensualité de la couleur, celle aussi de la matière... - le reste n'est que support - la lumière qui s'en dégage, très rasante, il la soigne. Cette immersion volontaire dans la lumière artificielle agit comme un révélateur qui ne retiendrait du sujet que l'essentiel: la sensibilité profonde et parfois cachée de ses personnages. Les habits, la couleur à elle seule, sont des enveloppes charnelles dont chaque pli, cassure, en dit plus long sur celui qui les porte... Ses personnages sont sans têtes, ce sont pourtant des portraits, il préfère les évoquer ainsi, par leur comportement... Il y a d'abord, la virtuosité, mais son combat est celui du pinceau, de la chair, de sa relation avec la toile, à la matière, au sujet. Cela se sent, se voit. Plus que le plaisir du regard, c'est celui du touché qui se manifeste avec force, le propos est physique, au delà de l'évidence, un tissu, une veste... Hors de toute objectivité, il aura dépeint ses contemporains.


[18:00-21:00] Exposition de Jae Soon Lee & Lila Jang "Story telling"
Location:
La Galerie du C.R.O.U.S. de Paris
11, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint Germain des Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 10 99
Fax : +33 (0)1 43 54 10 99
Mail : galerie@crous-paris.fr
Internet Site : www.crous-paris.fr/article.asp?idcat=AABD
Description:
Peintures, dessins et sculptures

Exposition du mardi 3 au samedi 14 février 2009
Ouvert tous les jours de 11h à 19h, sauf le dimanche
Vernissage mardi 3 février de 18h à 21h

[18:00] Exposition de Madhu Basu, peintures récentes
Location:
Galerie Olivier Nouvellet
19, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon
France
Phone : +33 (0)1 43 29 43 15
Mail : contact@cercleoliviernouvellet.com
Internet Site : www.cercleoliviernouvellet.com
Description:
du 2 au 7 février

[18:00-22:00] Exposition de Nicolas Deconinck « Histoire de (faire de) l'Art », peintures
Location:
Galerie Médiart
l'Art du Vivant
109, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Etienne Marcel, Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 78 44 93
Mobile : +33 (0)6 82 84 65 36
Fax : +33 (0)1 42 78 44 93
Mail : vanbay@free.fr
Internet Site : www.galerie-mediart.com
Description:
Exposition du 3 février au 1er mars 2009
Ouverture tous les jours 12 h-19 h 30- sauf le lundi
Samedi 14 h - 19 h - Dimanche 15 h -18 h 30 en présence de l'artiste
Vernissage mardi 3 de 18h à 22h

Artiste autodidacte né en 1974, s'est formé au cours de nombreux voyages (USA, Amérique du sud, Vietnam, Mali, Berlin) qu'il entreprend dès l'âge de 20 ans.
Il écrit aussi bien de petits scénarios entre autres pour le Djamel comedy club qu'il peint dans une facture très classique et très aboutie des sujets aussi divers qu'une grenouille, un boxeur, la vierge mexicaine de la Guadalupe, qu'il réalise en carton des assemblages d'habitations, souvenir des favelas d'Amérique du sud.
Il a créé un style très personnel en découpant ses peintures en modules qu'il agence dans un ordre différent, leur conférant une autre lecture. Il aime juxtaposer éléments figuratifs et abstraits.

[18:00-21:00] Vernissage “Kyoshu, nostalgie du pays”
Location:
Librairie 0fr
20, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
M° Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 45 72 88
Mail : info@ofrpublications.com
Internet Site : www.ofrsystem.com
Description:
exposition de photos du Japon et Films super 8 By Nicolas Ducret et Pascal Greco (suisses)

Du 3 au 9 mars


[18:00] insignes de Chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur à Mme J.K. Rowling
Location:
Palais de l'Elysée
55, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau, Madeleine, Concorde
France
Phone : +33 (0)1 42 92 81 00
Internet Site : www.elysee.fr
Description:
insignes de Chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur à Mme J.K. Rowling

[18:00-21:00] vernissage collectif à la galerie Thuillier "prix du public"
Location:
Galerie Thuillier
13, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 33 24
Mobile : +33 (0)6 12 80 88 36
Fax : +33 (0)1 42 77 33 24
Mail : galeriethuillier@wanadoo.fr
Internet Site : galeriethuillier.free.fr
Description:
Du 30 JANVIER AU 12 FEVRIER 2009
Vernissage mardi 3 février de 18h à 21h

avec Virginie Hubert
http://virginie-hubert.blogspot.com

[18:30] Exposition Joan d'Orel et Franck Le Breton
Location:
Galerie Geoffroy de La Taille - Art Emoi
64, rue des Tournelles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 78 56 57 54
Mobile : +33 (0)6 15 97 35 24
Mail : gdltt@art-emoi.fr
Internet Site : www.art-emoi.fr
Description:
Vernissage 3 février 2009 à partir de 18h30
Exposition du 3 au 17 février 2009
Ouvert tous les jours de 12h à 19h, samedi et dimanche de 14h à 19h

Joan d'Orel
http://www.art-emoi.fr/Artistes/DOREL/Dorel.html

Franck Le Breton
http://www.art-emoi.fr/Artistes/LE_BRETON/Le_Breton.html

[18:30] Exposition d'Ann DUNBAR "Aquarelle brodée sur soie"
Location:
Centre Culturel Arabe-Syrien
12, avenue de Tourville
75007 Paris
M° Ecole Militaire
France
Phone : +33 (0)1 47 05 30 11
Fax : +33 (0)1 47 05 23 11
Mail : centreculturelsyrien@wanadoo.fr
Internet Site : www.centreculturelsyrien.info
Description:
Peinture, de 3/2 à 18h:30 jusqu'au 13/2

Artiste peintre anglaise diplômée de l'Université de Southbank à Londres et des Beaux-Arts. Professeur d'art plastique et artiste libérale en Angleterre pendant seize ans. Elle vit et travaille en France en Tant qu'artiste peintre.

Un artiste anglaise fascinée par les paysages indiens, réalise ses sensations par l'aquarelle sur soie.

[18:30] Remise des insignes de la Légion d'Honneur à Marion Guillou
Location:
Ministère de l'Agriculture et de la Pêche
Hôtel de Villeroy
78, rue de Varenne
75007 Paris
M° Varenne, Solférino
France
Phone : +33 (0)1 49 55 57 46
Internet Site : agriculture.gouv.fr
Description:
Remise des insignes de la Légion d'Honneur à Marion Guillou, Président-directeur général de l'Institut national de la recherche agronomique (INRA)

[18:30] Vernissage-Concert de didjeridoo
Location:
Communic'Art
Galerie Jardin
18, rue de Gergovie
75014 Paris
M° Pernety, Plaisance
France
Phone : +33 (0)1 45 40 72 56
Mail : communic.art@wanadoo.fr
Internet Site : www.communic-art.com
Description:
Vernissage-Concert de didjeridoo




[19:00] Exposition d'Anatoly Tverdoy
Location:
Galerie Taïss
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 71 18 85
Mail : taiss@taissgalerie.com
Internet Site : www.taissgalerie.com
Description:
du 4 février au 31 mars 2009
Vernissage le mardi 3 février 2009 à 19h

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090203_Tverdoy.pdf

Les protagonistes de son «Guignol» sont soldats, bureaucrates, députés. Comiques, intrigants, vifs, ils sont acteurs d'un spectacle de théâtre forain dont ils nous font prisonniers. La méthode créative d'Anatoly Tverdy est celle du jeu, associant des matériaux propres au design ou à la sculpture urbaine à de vieux objets usés, râpés, vivants. Caricatures ou symboles, ses personnages sont les parties en carton-pâte d'un tout bien réel, fait d'objets, de rituels, de tabous et de clichés dont le sculpteur se rit en les transfigurant.
La Galerie Taïss participe à Art Paris du 19 au 23 mars. Elle présentera les oeuvres d'Anatoly Tverdy.

[19:00-22:30] Soirée anniversaire des 20 ans du CSA
Location:
Pavillon Gabriel - Potel et Chabot
5, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 42 68 18 18
Fax : +33 (0)1 42 68 04 96
Mail : gabriel@poteletchabot.fr
Internet Site : www.poteletchabot.com/lieux-reception/pavillon-gabriel.htm
Description:
Invitation de M. Michel BOYON, Président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel à la Soirée anniversaire des 20 ans du CSA

Nicolas Sarkozy devrait être l'invité d'honneur de la réception organisée par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) pour fêter les 20 ans de cette institution, le 3 février prochain au pavillon Gabriel.

Le président de la République montre ainsi son intérêt pour le gendarme de l'audiovisuel. Il est vrai que le président de la république nomme un tiers des membres du CSA. Avec la nouvelle loi audiovisuelle qui va être définitivement adoptée par les parlements, le CSA gagnera un pouvoir de régulation des contenus audiovisuels sur Internet mais perdra le pouvoir de nommer les présidents des sociétés de l'audiovisuel public. Il conserve tout de même la faculté de donner un avis préalable sur les candidat à ces postes.

[19:00] VERNISSAGE DE YONILAB
Location:
Le Cercle Rouge
7, rue Saint-Sabin
75011 Paris
M° Bréguet - Sabin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 53 36 05 27
Mail : lecerclerougedjbar@gmail.com
Internet Site : www.myspace.com/cerclerougedjbar
Description:
du 3 au 16 fevrier

YoniLab artiste multimedia expose une dizaine de toile issue d'un travail infographique et photographique. Une partie des toiles est realisée à l'acrylique, l'autre est realisée en impression sur toile tirée en exemplaires limités à trois pieces.


[19:30] MEET UP LONGNOW PARIS
Location:
dorothy's gallery
American Center for the Arts
27, rue Keller
75011 Paris
M° Bastille, Ledru-Rollin
France
Phone : +33 (0)1 43 57 08 51
Mail : dp@dorothysgallery.com
Internet Site : www.dorothysgallery.com
Description:
Pensée et responsabilité long terme, art, développement durable, sciences, technologie autour de la "10 000 years clock" : basée à San Francisco, la fondation Long Now fondée par le producteur de David Bowie, Coldplay, U2 (Brian Eno ) et l'homme qui le premier à montré au public une photo de la Terre vue de l'espace ( Stewart Brand ) a un "meet up group" à Paris.
Je vous attends si vous voulez en savoir plus..le premier meet up est le 3 février à 19h30 chez Dorothy's Gallery avec l' exposition "Barack Obama President of a united world".
Au programme : une présentation de la Fondation, une exploration de "l'inconcordance des temps" conduite par l'association Ralentir Réfléchir / Seconde Chance , une intervention du collectif Hehe ( http://hehe.org.free.fr) sur le nuage vert ( http://www.nuagevert.org ), et une intevrention d'Isabelle Tisserant ( professeur à l'INSEEC ) sur Axes de Développement Durable & Digital Natives -

Inscrivez vous en quelques clics au groupe Long Now Paris sur
http://www.meetup.com/The-Paris-Long-Now-Meetup-Group/fr/

Alex Spagnoli
www.longnow.org





[20:00] Dîner offert par M. Jean Charest, Premier ministre du Québec
Location:
Chambre de Commerce et d'industrie de Paris
CCIP - Hotel Potocki
27, avenue de Friedland
Hôtel Potocki
75382 Paris Cedex 08
M° Charles de Gaulle - Etoile, George V
France
Phone : 0 820 012 112
Internet Site : www.ccip.fr
Description:
à l'occasion de la participation du Québec au Salon des entrepreneurs à Paris

[20:00-23:00] Gala annuel de l'association Enfance Majuscule
Location:
Salle Gaveau
45, rue La Boétie
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 49 53 05 07
Fax : +33 (0)1 49 53 05 08
Internet Site : www.sallegaveau.com
Description:
En présence de Jean-Marc Barr, Mia Frye, Séverine Ferrer, Alexandra Vandernoot, Michel Simès, Richard Berry.

[20:00] Lancement de la campagne emploi de la FNSEA
Location:
Salon des Miroirs
13, passage Jouffroy
12, boulevard Montmartre
75009 Paris
M° Grands Boulevards, Richelieu - Drouot
France
Phone : +33 (0)1 47 70 15 21
Fax : +33 (0)1 47 70 15 21
Mail : infos@salon-miroirs.com
Internet Site : www.salon-miroirs.com
Description:
Lancement de la campagne emploi de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA)

Invitation de M. Jean-Michel LEMETAYER, Président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), au lancement de la campagne de communication : « L'agriculture, des métiers à la mode »

[20:45] Dîner de gala dans le cadre du bicentenaire de la fondation CASIP–COJASOR
Location:
Palais Brongniart
Palais de la Bourse des Valeurs de Paris
28, Place de la Bourse
75002 Paris
M° Bourse
France
Phone : +33 (0)1 83 92 30 20
Fax : +33 (0)1 49 27 55 20
Mail : palais.brongniart@gl-events.com
Internet Site : www.palaisbrongniart.com
Description:
Dîner de gala dans le cadre du bicentenaire de la fondation CASIP–COJASOR (Comité de bienfaisance israélite de Paris - Comité juif d'action sociale pour la reconstruction)








[23:00] Magic HushPuppies
Location:
Chacha Club
47, rue Berger
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 40 13 12 12
Mail : chacha@chachaclub.fr
Internet Site : www.chachaclub.fr
Description:
Une soirée d'amour et de partage derrière et devant les platines du Cha² avec



HushPuppies
(www.myspace.com/hushpuppies)

Flairs
(www.myspace.com/mightyflairs)

The magicrew
(www.magicrpm.com)

The ASsistants
(DA adjoint du Cha² + l'Ullman Girl N°3)

Entrée gratuite et Open Bar de 23h à Minuit

17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés