Friday, February 6, 2009
Public Access


Category:
Category: All

06
February 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 1
  Salon VIVEZ NATURE
Location:
Grande Halle de la Villette
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)1 40 03 75 75
Internet Site : www.villette.com
Description:
du 6 au 9 février 2009

Les 4 jours de l'agriculture biologique, de l'environnement et des produits au nature

Santé, cosmétiques, bien-être, beauté en avant toure… plaisirs de vivre aux couleurs de la bio : un seul rendez-vous à Paris : VIVEZ NATURE du 6 au 9 février

Plus d'exposants et d'animations, des services pratique et toujours ce lieu magique : la Grande Halle de la Villette

Espace conférence (le vrai confort d'un amphitéâtre)

Espace ateliers-conférences

Animations enfants (les 7 et 8 février, enfants de plus de 6 ans)

Espace relaxation-détente

Espace technique corporelles (Biodanza, auto-massages chinois, portage bébé, Qi Gong, yoga du visage, voir clair…)

Espace bébés (coin change, allaitement…)

Espace repos… (sièges et bancs)

Kiosques à tisanes

Services et aides aux achats : vestiaire et livraison à la voiture !

Liste des exposants et activité détaillée sur notre site internet
http://www.vivez-nature.com/exposants-fevrier-2009-activites.html

Liste des exposants et plan du salon
http://www.vivez-nature.com/plan-stand-exposants-fevrier-2009.html

Conférences et animations, impression d'invitations gratuites
http://www.vivez-nature.com/-Vivez-Nature-Paris-2009-.html

En pratique
Vendredi 6 février 2009 : 11 h - 22 h
Samedi 7, dimanche 8 et lundi 9 février 2009 : 10 h 30 - 19 h


Dita Von Teese au Crazy Horse
Location:
Le Crazy Horse
12, avenue George V
75008 Paris
M° Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 32 32
Mail : reservation@lecrazyhorseparis.com
Internet Site : www.lecrazyhorseparis.com
Description:
La danseuse et mannequin américaine Dita Von Teese est de retour au Crazy Horse à Paris le 1er Février 2009 pour présenter 4 nouvelles performances et ce jusqu'au 15 Février 2009. Véritable icône glamour, ce retour est un vrai événement !

Dita Von Teese portera pour le numéro « Le Bain » un tailleur noir entièrement brodé avec veste inspirée des années 40, col en satin noir et jupe longue droite portefeuille, puis pour le final du spectacle, une tunique en tulle de soie bleu glacé brodée de paillettes étoile argentées.

Ces 2 tenues ont été imaginées et créées par Elie Saab spécialement pour cet évènement.

Fête nationale de Nouvelle-Zélande
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale de Nouvelle-Zélande

Exposition "Jean Marais, l'éternel retour"
Location:
Musée de Montmartre
12, rue Cortot
75018 Paris
M° Lamarck - Caulaincourt, Abbesses, Anvers, Château Rouge
France
Phone : +33 (0)1 49 25 89 37
Fax : +33 (0)1 46 06 30 75
Mail : infos@museedemontmartre.fr
Internet Site : www.museedemontmartre.fr
Description:
Dates :
Du 4 novembre 2008 au 3 mai 2009
Du mardi au dimanche de 11h à 18h

Tarif : 7 euros, tarif réduit 5,50 euros


A l'occasion des dix ans de la disparition du comédien, l'agence Arts' Talents et le Musée de Montmartre s'associent pour révéler les facettes méconnues d'un artiste aux talents multiples dans le cadre d'une exposition exceptionnelle. Parrainée par Francis Huster, cette rétrospective unique présentera à Paris plus de 1200 pièces pour la plupart inédites touchant au cinéma, à la littérature, au théâtre et aux arts plastiques. L'occasion de découvrir pour le grand public des oeuvres exposées pour la toute première fois, regroupées par thèmes et mises en scène pour un véritable parcours initiatique parmi l'ensemble des salles du musée : costumes, dessins, correspondances, peintures, sculptures, terres cuites et souvenirs personnels de Jean Marais.

Le comédien, peintre, metteur en scène, créateur de costumes, décorateur et écrivain, fascinait pour ses talents et sa beauté sculpturale digne d'un marbre antique. Jean Marais habitait Montmartre et son appartement de la rue Norvins fut le rendez-vous de tous les artistes de la Butte. C'est donc tout naturellement le Musée de Montmartre qui lui rend hommage pour célébrer les dix ans de sa disparition avec une exposition dont le titre évoque l'un des films les plus célèbres de Jean Marais, L'Eternel retour de Jean Delanoy, version moderne de la légende de Tristan et Iseult. Francis Huster est le parrain de l'évènement qui propose un parcours thématique dans la vie et l'œuvre de Jean Marais, présentant notamment et pour la première fois le costume brodé du roi de Peau d'âne, le masque de La Belle et la bête reconstitué sur les indications de Jean Marais, les premiers croquis d'adolescent du comédien, les esquisses de sa ligne de prêt à porter Jean Mara, le César d'Honneur reçu en 1980 ou sa correspondance avec Jean Cocteau.

Le musée dévoilera des pièces entrées dans l'histoire du 7ème Art français telles que le costume brodé porté par Jean Marais dans Peau d'Âne ou encore la reconstitution du masque de La Belle et la Bête. Les débuts du comédien seront aussi au programme à travers les clichés de ses premières séances d'essai tandis que la confirmation de son statut de star sera symbolisée par l'exposition de son César d'honneur reçu en 1980.

Au-delà du Jean Marais acteur, cette rétrospective lèvera un coin de voile sur le Jean Marais artiste avec notamment ses différentes sculptures, ses illustrations de contes pour enfants ainsi que ses différentes toiles. Dans le domaine de la vie privée, les visiteurs pourront découvrir la correspondance qu'il entretenait avec Jean Cocteau.

Voici quelques-uns des nombreux « trésors » que le grand public pourra découvrir dès le 4 novembre au Musée de Montmartre à Paris dans le cadre de l'exposition que l'agence Arts'Talents (fondée par Romain Leray et Didier Jovenet détenteurs de l'un des plus grands fonds européens de costumes et d'accessoires de cinéma) et le musée ont conjointement organisée à l'occasion des dix ans de la disparition de Jean Marais :
Le costume brodé du roi de PEAU D'ANE
Le masque de LA BELLE ET LA BETE reconstitué sur les indications de Jean Marais après le tournage
Les premiers croquis d'adolescent au trait incroyablement proche de celui de Jean Cocteau
Les clichés des premières séances d'essais professionnels
Les bronzes, toiles et aquarelles
Les esquisses de sa ligne de prêt à porter, baptisée «Jean Mora», lancée dans les années 70 et à la modernité étonnante
Les récompenses dont le César d'Honneur reçu en 1980
Les costumes, photographies et affiches de films et de théâtre
Les terres cuites et sculptures
Les illustrations de contes pour enfants
Les maquettes de décors
La correspondance avec Jean Cocteau…


Jean Marais, l'artiste

Acteur, il fut le plus ardent des caméléons. Artiste, il fut aussi le plus doué des touche-à-tout. «L'art m'attire, me fascine, j'aime m'en approcher. Je respecte l'artiste, j'aimerais lui ressembler, mais place trop haut l'art pour me croire artiste»1, s'empressait-il pourtant d'ajouter. Peinture, sculpture, dessin, et même stylisme, Jean Marais voguera toute sa vie au gré de ses envies et de ses passions.

Rattrapé par le cinéma alors qu'il se prédestinait à une carrière de peintre, Jean Marais n'abandonnera jamais pour autant ses crayons et ses pinceaux. Entre deux tournages, pendant ses loisirs, il se mettra devant son chevalet… Sa technique est digne des miniaturistes du Moyen Âge. Avec une habileté exceptionnelle et l'obsession de la belle ouvrage, il passera des heures, des jours, des semaines, parfois plusieurs mois pour réaliser une oeuvre. Picasso, qui souhaita acquérir ses créations, l'encouragea à consacrer plus de temps à cet art. Son réalisme pictural donnera naissance à un monde poétique, d'une grande sensibilité, s'inspirant de son quotidien, de sa vie et de l'environnement où la nature et les animaux occupent une place particulière.


Autoportrait peint en 1935. Jean Marais a 22 ans.
Huile sur bois.
© DR - Collection particulière - ARTS' TALENTS EDITIONS
(extrait de l'ouvrage qui sort le 4 novembre en librairie)

Le peintre complètera toujours le comédien. Mais pas seulement. En 1941, par goût esthétique prononcé, mais aussi par souci d'économie, il se mettra à dessiner des costumes et des décors. Il réalisera cette année-là ceux de Valse 1900 pour Jeannine Charrat et Roland Petit. Dix ans plus tard, Britannicus, à la Comédie-Française, sera une de ses plus belles créations. Il travaillera alors avec les ateliers de Robert Piguet, un des grands couturiers de l'époque. Pour la première fois dans la maison de Molière, un acteur assumera le jeu d'acteur, la mise en scène mais également la création des décors et des costumes. Il poursuivra avec La Machine infernale de Jean Cocteau en 1953, Pygmalion de George Bernard Shaw en 1955, L'Apprenti fakir avec George Reich en 1957, Le Disciple du diable adapté par Jean Cocteau, OEdipe-roi de Jean Cocteau en 1958, Cocteau-Marais en 1983 et Bacchus de Jean Cocteau en 1988.
Du costume de scène, il passera presque naturellement au costume de ville. Son élégance, que l'on résume trop facilement à du dandysme, lui donnera un jour l'envie de créer sa propre ligne de prêt-à-porter.
Il se lancera en 1970 sous le pseudonyme de Jean Mora. Un désir créatif influencé par trois personnalités d'exception: Coco Chanel, amie de Jean Cocteau; Christian Bérard, créateur de costumes, décorateur, magicien dans l'art du drapé, conseiller artistique qui habillera Jean Marais à de multiples occasions, comme Les Montres sacrés, L'Aigle à deux têtes, La Belle et la Bête ou Orphée; enfin, son grand ami André Bardot, maître tailleur de l'après-guerre dont l'atelier de la rue La Boétie était couru du Tout-Paris. Il habillera Jean Marais à la ville comme à la scène notamment lors des différents galas de l'Union des Artistes où ses costumes d'une coupe parfaite feront sensation. L'homme vu par Jean Marais ? Ce sera une collection complète, comprenant plus de 50 pièces ainsi que des accessoires et des foulards.



Ces dessins, d'une extrême précision, sont aujourd'hui d'une modernité déconcertante: casquette à bout carré, sac-serviette, trench-coat croisé, pull daim et laine, blouson cintré, polo laine tricoté très fin, smoking blanc, costume de plage bouffant à l'orientale, gilet du soir en cuir…
Pour réaliser sa collection d'accessoires et en particulier ses foulards, il peindra des gouaches sur toile d'esprit arts primitifs, mêlant des couleurs très vives, chatoyantes à des motifs géométriques. Pour les ceintures et les boutons de manchettes, il jouera sur les anagrammes où l'on retrouve toujours le JM. Pourtant, malgré un grand lancement médiatique avec un défilé à l'hôtel Bristol, ces collections ne rencontreront pas le succès escompté.
Qu'importe, il va bientôt s'intéresser à un autre univers artistique.

A la fin des années 70, Jean Marais s'initie à la se lance dans ce qui sera la dernière passion créatrice de sa vie, la sculpture en terre cuite, qui sera aussi une histoire d'amitié. Grâce à un marchand de terre, il rencontre Jo Pasquali, potier, qui lui apprendra les rudiments du tournage. Et il se liera aussi à son épouse Nini Pasquali qui lui proposera d'ouvrir une galerie. C'est ainsi qu'il se mettra à tourner et à sculpter des oeuvres de toute nature, parmi lesquelles des pièces monumentales comme Le Passe-muraille dont la sculpture en bronze se trouve place Marcel-Aymé à Paris. Tignasse blanche, barbe chenue, yeux bleus délavés, il aurait dû interpréter sur scène, à la fin de sa vie, Rodin, avant que Bruno Nuytten ne s'empare du projet pour le cinéma. Drôle de clin d'oeil du destin!
«J'ai découvert la peinture à 10 ans, le stylisme à 50, la poterie à 60 et la sculpture à 73ans. On croirait à une blague», confiait-il dans un éclat de rire en 1992. Aujourd'hui, on se dispute ses oeuvres et on reconnaît l'incroyable palette de son talent. Un pied de nez du destin qui l'aurait beaucoup amusé…


Communiqué :
http://www.museedemontmartre.fr/images/marais_dp.pdf


Catalogue :
Edité par ARTS' TALENTS EDITIONS, un catalogue/livre d'art reprenant les oeuvres les plus rares et les pièces les plus marquantes de l'exposition JEAN MARAIS, L'ETERNEL RETOUR accompagne l'événement.
Retraçant l'ensemble et la diversité de la carrière de Jean Marais, richement illustré de centaines de photographies et documents inédits, cet ouvrage est disponible en librairie à partir du 4 novembre 2008.
224 pages, 49 €
ISBN : 978-2-9532901-0-39782953290103



Exposition "Delacroix et la photographie"
Location:
Musée national Eugène Delacroix
6, rue de Furstemberg
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 44 41 86 50
Fax : +33 (0)1 43 54 36 70
Mail : Contact.Musee-Delacroix@louvre.fr
Internet Site : www.musee-delacroix.fr
Description:
Dates :
du 28 novembre 2008 au 2 mars 2009
Exposition ouverte tous les jours, sauf le mardi, de 9h30 à 17h (fermeture des caisses à 16h30)

Tarif : 5 €
Gratuit pour les moins de 18 ans et pour tous le 1er dimanche de chaque mois
Accès gratuit avec le billet d'entrée du musée du Louvre le même jour


Delacroix fut confronté, comme toute sa génération, à l'émergence de la photographie. Outil à la fois intriguant et fascinant pour le peintre, ce médium occupe une place à part dans l'ensemble de son oeuvre. Il est à la source d'une profonde réflexion sur la vérité artistique face au réalisme photographique.

Loin de la considérer comme une rivale possible de la peinture, Delacroix suit avec intérêt l'émergence et le développement de la photographie. Collectionneur attentif de reproductions d'oeuvres d'art – fresques de Raphaël, toiles de Rubens ou sculptures des cathédrales – il choisit, à défaut d'avoir à manier lui-même l'objectif, de faire photographier par Eugène Durieu des modèles nus, masculins et féminins. Ces clichés, qu'il emporte parfois avec lui, sont un outil précieux pour s'exercer au dessin au cours de ses séjours en province. Ils répondent à des critères très personnels; Delacroix souhaitait utiliser des images volontairement un peu floues et surtout dépouillées de tous les accessoires pittoresques véhiculés par les clichés commerciaux à l'attention des artistes.
Cependant, malgré une profonde fascination pour la photographie, Delacroix conserve un oeil critique à l'égard de ce nouveau médium. Il adopte une attitude parfois sceptique quant à son utilisation proprement dite et à la maîtrise de la technique, refusant de lui attribuer des avantages au-delà de sa valeur instrumentale. Sa réticence est particulièrement vive à l'égard de sa propre image photographiée : il va même jusqu'à exiger la destruction de certains négatifs, heureusement en vain.

L'exposition permet d'étudier, dans l'atelier même du peintre, la relation complexe de l'artiste à la photographie. Le concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France permet au musée Eugène-Delacroix de réunir pour la première fois l'ensemble des photographies d'Eugène Durieu et la quasi-intégralité des dessins réalisés à partir de ces clichés ; à cette riche collection s'ajoutent de nombreux autres clichés inédits ainsi qu'une Odalisque peinte, généreusement prêtée pour l'occasion.
Enfin, une série de portraits de Delacroix oppose les daguerréotypes intimes des années 1840 aux images ultérieures, plus posées, prises par Nadar ou Carjat.


Delacroix photographié

« Je me vis dans une glace et je me fis presque peur de la méchanceté de mes traits... [les muses] ont été pires que des courtisanes. » A lire cette confidence de l'artiste, dans une page de 1824 de son Journal, on saisit combien Delacroix entretenait avec sa propre image un rapport complexe. Contrairement à un usage répandu à l'époque, il allait interdire que son visage soit moulé à sa mort. Rares sont d'ailleurs ses autoportraits peints […]. En dépit de son vif intérêt pour la photographie, Delacroix fut un modèle peu coopératif. Il nous offre sur presque toutes ces images le même masque hautain et impénétrable. La plupart sont, il est vrai, des portraits officiels des années 1850-1860, où il pose en homme conscient de son génie désormais reconnu des critiques.

D'autant plus rare et étonnante est la série de daguerréotypes d'amateur, en partie inédits, pris dans l'intimité en mars 1842 par son cousin Léon Riesener lors d'un séjour du peintre à Frépillon. Sur l'un, la prise de vue rapprochée confère une fascinante présence à sa physionomie fermée aux traits marqués. Dans un autre portrait, le geste saisi sur le vif des deux mains crispées a quelque chose de satanique : la figure allongée, encadrée de cheveux noirs et coiffée d'une toque sombre renforçant l'air faustien du modèle. Il les a regardés attentivement et en a même fait des contre-épreuves qu'il a redessinées afin d'étudier le modelé rendu par l'objectif. Ces dessins confirment la curiosité éveillée chez Delacroix, bien avant qu'il ne la consigne par écrit, par cette vision nouvelle du visage et du corps humain qu'offrait la photographie.

A partir des années 1850, la photographie sur papier tendit à se substituer à la gravure pour les portraits de contemporains illustres. Delacroix fut sollicité d'abord par le critique Théophile Silvestre, en 1852, pour poser devant Victor Laisné en vue de la parution de son Histoire des artistes vivants. Delacroix apparaît en dandy, en homme du monde, même si l'expression du visage reste distante. L'année suivante, face à l'objectif d'Eugène Durieu, le photographe avec lequel il collabora pourtant pour des études de modèles, Delacroix paraît tout aussi figé. Indéniablement les séances de pose sont pour lui une gêne et une perte de temps.
En 1858, Delacroix se rendit toutefois chez Félix Nadar qui admirait tant le peintre et voulait compléter la série de portraits de grands hommes qu'il comptait exposer l'année suivante à la Société française de Photographie. La pose est pleine d'autorité et l'éclairage met bien en valeur le visage. Cependant, le peintre mécontent de son aspect pria le photographe de détruire le négatif et les épreuves, ce dont, fort heureusement, ce dernier se garda bien. Pierre Petit a continué dans la même voie la tradition des effigies d'hommes célèbres de son temps et réussi, vers 1862, de beaux portraits. Ni l'allure ni l'expression du modèle, plus détendu peut être, n'ont la force qu'avait su lui donner Nadar, même s'il améliore progressivement le résultat grâce aux recadrages des épreuves qu'il diffuse.


Pierre Petit
Eugène Delacroix vu de profil assis
Vers 1862
Papier albuminé. 27,5 x 21 cm
Musée Eugène Delacroix
© Photo RMN / Michèle Bellot

Enfin, Etienne Carjat, qui était aussi doué que Nadar pour exprimer la psychologie de ses modèles nous en livre une image magistrale bien qu'elle soit au format de l'édition en cartes de visite, montrant le peintre au soir de sa vie, campé debout en manteau, le regard toujours aussi aigu et bouleversant.


Delacroix et les photographies de modèles

Delacroix est loin d'être le seul peintre fasciné par cette nouvelle possibilité offerte aux artistes et bientôt nombre de photographes vont diffuser de telles images à leur usage. Ces nus « artistement » composés sont souvent de petits tableaux tout arrangés, et l'étude de l'anatomie proprement dite y est gênée par le décor souvent un peu envahissant. L'identification des sources de deux dessins de Delacroix d'après des photographies de Louis-Camille d'Olivier et de Julien Vallou de Villeneuve prouve néanmoins qu'il s'est fourni en images commerciales.

Delacroix reproche toutefois à ces images moins leur artificialité que leur trop grande précision. Dans un passage du Journal de 1859, il prend la photographie comme exemple du réalisme parfois poussé jusqu'à l'absurde tandis que « les photographies qui saisissent davantage sont celles où l'imperfection même du procédé pour rendre d'une manière absolue, laisse certaines lacunes, certains repos pour l'oeil qui ne lui permettent de se fixer que sur un petit nombre d'objets ». La nécessaire combinaison de la vision de la nature avec l'oeuvre d'imagination — combinaison qui se réalise idéalement dans le travail de la mémoire — pouvait se trouver satisfaite par le recours à la photographie, image de la nature, mais à condition qu'elle soit suffisamment imprécise pour amortir les détails au profit du « caractéristique » et de l'imagination.

C'est sans doute pourquoi il engage en juin 1854 un photographe de ses amis, Eugène Durieu, pour qu'il prenne sous sa direction une série d'images qui correspondent mieux à ses attentes.

Ces photographies sont plus dépouillées que les tirages commerciaux : les seuls accessoires sont des étoffes de couleur claire sur le sol ou en drapé, une perche dont se sert le modèle masculin, une caisse de bois, siège ou accessoire selon les besoins, et, fréquemment, une peau de panthère : en somme, les objets dont disposent habituellement les modèles d'atelier pour prendre et garder la pose, trouver un point d'appui pour mettre en valeur les formes et la musculature, imiter l'attitude d'un marbre antique.

Bien que le peintre ait fait lui-même poser les modèles pendant les séances de prise de vues, leurs attitudes n'évoquent cependant pas immédiatement l'art de Delacroix. Objet d'étude et de contemplation, les photographies de « l'album Durieu », à une ou deux exceptions près, ne lui serviront, en effet, pour aucun tableau. Elles lui sont utiles seulement pour dessiner, cet exercice quotidien qui lui était aussi indispensable que les gammes à un pianiste. Une notation du Journal – 30 juillet 1854 : « Avoir les photographies Durieu pour emporter à Dieppe » - , montre que ces images suppléent le manque de modèles lors de séjours en province, mais pas seulement. L'inscription sur un dessin : « 15 août 55 le matin à la cérémonie » confrontée au Journal, indique que Delacroix l'a réalisé tout en assistant au Te Deum célébré ce jour-là à Notre-Dame de Paris. Il avait donc emporté un album de photographies pour dessiner sur ses genoux, afin de limiter la perte de temps que lui causaient ces pompes obligatoires. D'autres dessins datés attestent que, de 1854 à l'été 1856, les photographies lui servirent aussi bien à Paris qu'à Dieppe.


Louis Camille d'Olivier
Nu féminin
1855. Papier salé. 21 x 16 cm
BnF, Département des Estampes et de la Photographie
© BnF


Eugène Delacroix
Étude de femme nue de profil à gauche
Mine de plomb. 13,6 x 20,9 cm
Musée du Louvre, Département des Arts graphiques
© Photo RMN / Thierry Le Mage

Parmi les feuilles exposées, on distingue toutefois deux manières très différentes : sur les unes les contours sont à peine esquissés, alors que sur les autres les figures sont beaucoup plus nettement tracées et ombrées.
Il s'agit, dans le premier cas, de croquis de mise en place des modèles exécutés dans l'atelier même du photographe lors des prises de vues. Ces dessins sur le vif sont d'ailleurs parfois pris sous des angles légèrement différents de ceux du photographe. En revanche, les dessins aux traits plus appuyés correspondent à des séances de travail ultérieures d'après photographie, ce que viennent confirmer leurs dates. Leur technique reconnaissable autorise à présenter à la fois des dessins liés précisément à telle ou telle photographie connue et d'autres exécutés d'après des images non encore répertoriées. L'intégralité de ceux que nous avons pu localiser est présentée ici, à l'exception de deux dessins conservés aux Etats-Unis et de cinq autres appartenant au musée Bonnat à Bayonne dont les clauses du legs interdisent tout prêt.


Eugène Durieu
Homme nu assis sur une chaise
Papier albuminé. 9,7 x 5,8 cm
Collection Gérard Lévy
© 2008 Musée du Louvre / Pierre Ballif

Eugène Durieu
Homme nu debout de dos, tenant un bâton vertical
Papier albuminé. 9,9 x 5,8 cm
Collection Gérard Lévy
© 2008 Musée du Louvre / Pierre Ballif

Eugène Delacroix
Trois études d'hommes
Mine de plomb. 19,2 x 25,3 cm
Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon
© Musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon

L'étude des dessins d'après photographie dont la source n'était pas dans « l'album Durieu », a permis d'identifier, avec de fortes présomptions, un autre recueil du début des années 1850 conservé dans la collection Gérard Lévy. Il est composé de quarante planches techniquement disparates représentant principalement des nus académiques, pris par des amateurs éclairés comme Durieu, alors que d'autres proviennent d'ateliers professionnels, mais toutes se distinguent par le cadrage sur le modèle, la mise en valeur de la musculature ou des lignes du corps et l'absence de décors superfétatoires. Les traces de peinture maculant certaines pages indiquent que cet assemblage était, pour l'artiste qui le feuilletait, un objet d'étude et de travail. Or l'album comporte non seulement un portrait d'italienne par Julien Vallou de Villeneuve qui a été copié par Delacroix, mais également trois études de nus masculins qui se retrouvent toutes trois sur un dessin conservé au musée de Besançon. Les photographies se suivent de près dans l'album, et dans le même ordre que sur le dessin, ce qui renforce l'hypothèse que ce second album, à défaut d'être composé de photographies posées en présence de Delacroix, lui a du moins appartenu.


Communiqué :
http://agenda.germainpire.info/img/2008/20081127_Delacroix_photographie.pdf


Catalogue : « Delacroix et la photographie », coédition Musée du Louvre et Editions du Passage, textes par Sylvie Aubenas, Françoise Heilbrun, Fiona Le Boucher, Christophe Leribault et Sabine Slanina.
160 pages, 28€


Colloque :
Au Musée du Louvre le 24 janvier : "Ingres, Delacroix, Courbet, les peintres à l'épreuve de la photographie, 1840-1860". Infomations en cliquant ici


Critique :
Dans le magnifique appartement où il a séjourné et qui lui est désormais dédié, Delacroix a mis en oeuvre une relation complexe voire ambigüe avec le nouveau média photographique, faite d'admiration et de distance. L'exposition montre l'intérêt du peintre pour cette technique, par l'utilisation de clichés d'autrui pour la réalisation de ses dessins. Les modifications apportées par rapport au cliché affirment une volonté de se démarquer d'un trop grand réalisme, et dans le même temps, là où réside l'ambiguité, d'en corriger les imperfections. La démarche de Delacroix est somme toute conforme au chef de l'école romantique qu'il a été.
Les portraits photographique du peintre témoignent d'un tempérament fier, pour ne pas dire orgueuilleux, et permettent de saisir une partie de l'identité de Delacroix.

autre critique

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00 [12:40-14:20] Cérémonie de remise de Prix aux Lauréats NETEXPLORATEUR de l'année
Location:
Le Sénat
Palais du Luxembourg
15, rue de Vaugirard
Palais du Luxembourg
75291 Paris Cedex 06
M° Odéon, Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 42 34 20 00
Fax : +33 (0)1 42 34 26 77
Internet Site : www.senat.fr
Description:
Suivi d'un buffet-déjeuner

En présence de sénateurs et décideurs français. www.netexplorateur.org

13:00
14:00
15:00  
16:00 [16:00-20:00] Exposition d'Angela Bullock "Z Phrase"
Location:
Galerie kreo
31, rue Dauphine
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 53 10 23 00
Fax : +33 (0)1 53 10 02 49
Mail : kreogal@wanadoo.fr
Internet Site : www.galeriekreo.com
Description:
Dans le cadre de “Paris-Berlin” la Galerie kreo invite la galerie Esther Schipper.

Angela Bullock présentera son œuvre sonore “Z Phrase” le vendredi 6 février 2009 de 16h à 20h

du 06 au 15 février 2009


[17:00] Exposition collective "WHITE WALLET"
Description:
Gaudel de Stampa - 3, rue de Vaucouleurs - Paris 11e - M° Couronnes, Belleville, Parmentier - +33 (0)1 40 21 37 38 - www.gaudeldestampa.com

Dans le cadre de “Paris-Berlin”

WHITE WALLET : Alan Michael, Stephen Sutcliffe,
Maximilian Zentz Zlomovitz, présentés par la galerie Micky Schubert (www.mickyschubert.de)

Exposition du 6 février au 14 mars 2009
du mercredi au samedi de 14h30 à 19h

[17:00-21:00] Exposition d'Angela Bulloch "Riley Optimism"
Location:
Air de Paris
32, rue Louise Weiss
75013 Paris
M° Chevaleret, Bibliothèque François Mitterand
France
Phone : +33 (0)1 44 23 02 77
Fax : +33 (0)1 53 61 22 84
Mail : fan@airdeparis.com
Internet Site : www.airdeparis.com
Description:
Dans le cadre de “Paris-Berlin”, Air de Paris invite Esther Schipper.

17.01-07.03.2009

Dans le cadre de l'échange de galeries Berlin-Paris organisé par le Bureau des Arts Plastiques et l'Ambassade de France à Berlin, Air de Paris a le plaisir d'accueillir la galerie Esther Schipper avec une exposition d'Angela Bulloch qui se poursuit simultanément à la galerie Kreo à Paris.
L'œuvre d'Angela Bulloch se compose d'objets, d'images, de lumière, de mouvements, de couleurs, de sons et de textes. Ces éléments se répondent dans la pièce exposée Hybrid Song Box.4 (2008) et constituée de 4 cubes sonores et lumineux. Ces hybrides son et lumière, derniers développements des "Pixel Boxes" d'Angela Bulloch, remplacent l'écran aux couleurs unies et changeantes par une surface de contreplaqué percée de trous en référence à la composition de cercles noirs sur fond blanc de la peinture White Disks 1 (1964) de l'Op-artiste Bridget Riley. Les quatre cubes évoquent également les formes minimales d'une œuvre de Donald Judd, ils fonctionnent comme des haut-parleurs et diffusent une bande son composée et jouée par David Grubbs.
Angela Bulloch est née en 1966 à Rainy River, Ontario, Canada. Diplômée du Goldsmiths College, à Londres en 1988, elle vit et travaille à Berlin. Depuis l'automne 2005, quatre expositions monographiques lui ont été consacrées à la Secession de Vienne, au Modern Art Oxford, à De Pont, Tilburg et à The Power Plant à Toronto avec la publication d'un catalogue exhaustif. Largement exposé à travers le monde, son travail est également présent dans de nombreuses collections privées et publiques.

[17:00-21:00] Exposition de Vincent Tavenne "moi toi et ton moi"
Location:
Galerie Art : Concept
13, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 53 60 90 30
Fax : +33 (0)1 53 60 90 31
Mail : info@galerieartconcept.com
Internet Site : www.galerieartconcept.com
Description:
06.02-15.02.2009

Dans le cadre de “Paris-Berlin”, Art: Concept invite Giti Nourbakhsch.

Les sculptures, les masques et la série de portraits de Vincent Tavenne rassemblés ici interrogent la relation et la perception de l'Autre, à travers l'utilisation particulière de l'espace ou de miroirs.

http://www.galerieartconcept.com/pdf/presskit_vt.pdf



[18:00] Exposition collective "I thought you were supposed to be in Paris?“
Location:
Galerie Lucile Corty
2, rue Borda
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 44 78 91 14
Mail : info@lucilecorty.com
Internet Site : www.lucilecorty.com
Description:
Dans le cadre de “Paris-Berlin”

February, 6 - February 18, 2009

Sofie Bird Møller
Dieter Detzner
Alexandra Leykauf
Fiete Stolte

L'exposition qui se tient à la galerie Lucile Corty est confrontée tant à la question, dans son titre, qu'à la réponse qui déclencha un scandale et rendit célèbre le dialogue.
En 1966, Michelangelo Antonioni met dans la bouche de Veruschka, figure de la beauté idéale, la réponse “I am in Paris” alors qu'elle de trouve dans le Swinging London et, dans un geste qui complète cette constatation contradictoire, lui fait passer le joint à l'invité suivant. Cet extrait de dialogue de « Blow UP » constitue une contradiction ahurissante de la réalité et adresse comme un reproche à la vision hallucinogène du film.

L'exposition que présente à Paris ma galerie berlinoise est conçue comme un hommage à la quête de l'image de la figuration de la réalité concrète et imaginaire d'Antonioni. Toutes les œuvres rassemblées pour l'exposition évoquent la réalité comme un « ready made », que ce soit dans leur structure ou sous forme d'image, et mettent à l'épreuve leur propre nature à travers leur capacité d'analyse et de transformation de la réalité.

[18:00] Exposition de Claude Coric, peinture à l'huile
Location:
Office de Tourisme de Nanterre
4, rue du Marché
92000 Nanterre
M° RER A Nanterre - Ville
France
Phone : +33 (0)1 47 21 58 02
Fax : +33 (0)1 47 25 99 02
Mail : info@ot-nanterre.fr
Internet Site : www.ot-nanterre.fr
Description:
Exposition du 3 février au 20 février
Vernissage le vendredi 6 février à partir de 18 heures

Claude Coric vit depuis trente ans à Nanterre et cette date d'anniversaire est l'occasion de partager avec les visiteurs, une vision du monde quotidien sous un autre angle.
Saisir des instants de vie, les transcrire sous forme de croquis, capturer des mouvements, des lieux, des gens et les mettre en couleurs, voilà matière à une exposition surprenante.
Le format n'a rien à voir avec ce que vous connaissez et les supports utilisés sont des tickets de métro peints à l'huile avec de minuscules pinceaux.
Après une visite à Office de Tourisme, vous ne pourrez plus voir votre titre de transport sous le même oeil, et la poésie de la création et de l'imagination devrait attirer votre curiosité.



[18:00] Exposition de JACQUES TRUPHÉMUS
Location:
Galerie Claude Bernard
7/9, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 97 07
Fax : +33 (0)1 46 33 04 25
Mail : galerie@claude-bernard.com
Internet Site : www.claude-bernard.com
Description:
Vernissage le 6 Février 2009
Du 6 Février 2009 au 28 Mars 2009
lundi-samedi 10h-12h30 & 14h30-18h30


JACQUES TRUPHÉMUS, atelier, 2007

[18:00-21:00] Exposition de Jay Chung & Q Takeki Maeda, Danh Vo
Location:
Galerie Balice Hertling
47, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Couronnes, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 40 33 47 26
Mobile : +33 (0)6 19 60 88 94
Fax : +33 (0)1 40 33 47 36
Mail : gallery@balicehertling.com
Internet Site : www.balicehertling.com
Description:
castillo/corrales & BALICE HERTLING

6.2.2009 - 7.3.2009
vernissage / opening: February 6th, 6-9pm

Dans le cadre de “Paris-Berlin”, castillo/corrales invite Isabella Bortolozzi

[18:00] Exposition de Joachim Mogarra
Location:
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
36, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 46 34 61 07
Fax : +33 (0)1 43 25 18 80
Mail : ggpnv@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerie-vallois.com
Description:
du 7 février au 7 mars 2009

+ Project Room : Taro Izumi "Helsinki"

Fidèle à la photographie noir et blanc, Joachim Mogarra multiple les constructions faites d'objets modestes qui viennent ici s'enrichir d'innombrables mots, récits, dessins à travers lesquels les grandes comme les plus intimes histoires se déroulent.

[18:00-21:00] Exposition de Julien Discrit "Music in Dreams"
Location:
Galerie Martine Aboucaya
5, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 76 92 75
Fax : +33 (0)1 42 76 92 60
Mail : info@martineaboucaya.com
Internet Site : www.martineaboucaya.com
Description:
fev.6 - fev.25, 2009
Performance Musicale le vendredi 6 février à 18h30

[18:00] Exposition de Kalin Lindena "Ein Heutiger (La Toujeuse)"
Location:
In Situ Fabienne Leclerc
6, rue du Pont de Lodi
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 53 79 06 12
Fax : +33 (0)1 53 79 06 19
Mail : galerie@insituparis.fr
Internet Site : www.insituparis.fr
Description:
In Situ - Fabienne Leclerc invite Christian Nagel.

06.02-21.02.2009

Dans le cadre de l'échange Berlin/Paris, la Galerie Christian Nagel s'installe pendant trois semaines chez In Situ Fabienne Leclerc et présente "Ein Heudiger (La Toujeuse)", une exposition de Kalin Lindena.


[18:00] Exposition de Marcellvs L
Location:
Galerie Natalie Seroussi
36, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 46 34 05 84
Fax : +33 (0)1 46 33 03 37
Mail : galerieseroussi@wanadoo.fr
Internet Site : www.natalieseroussi.com
Description:
Dans le cadre de “Paris-Berlin”, Natalie Seroussi invite carlier I gebauer.

06.02.-15.02.2009

[18:00-21:00] Exposition de Michaela Meise et Manfred Kuttner
Location:
Galerie Almine Rech
64, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 45 83 71 90
Fax : +33 (0)1 45 70 91 30
Mail : contact.paris@alminerech.com
Internet Site : www.galeriealminerech.com
Description:
VERNISSAGE LE 6 FÉVRIER 2009 18h00 – 21h00

La galerie Almine Rech est heureuse de présenter dans le cadre de “Paris - Berlin, un échange de galeries” et en collaboration avec la galerie Johann Koenig une sélection d'oeuvres de deux artistes allemands Michaela Meise et Manfred Kuttner. Ce projet est l'occasion de faire découvrir au public français ces deux artistes qui lui sont relativement méconnus malgré l'intérêt très vif qui leur est porté par ailleurs.

Manfred Kuttner (1937-2007) a étudié à l'Académie des Arts de Dresde pour rejoindre au début des années 60 l'Académie de Düsseldorf où il s'est lié d'amitié à des artistes aussi influents que Sigmar Polke et Gerhard Richter dont il a partagé l'intérêt pour le processus pictural en tant qu'objet même de la peinture.
Le vocable formel de Manfred Kuttner s'est précisé rapidement dans l'abstraction qui est chez lui très structurée en motifs géométriques simples et répétée en all-over (cercles, boucles, losanges,lignes droites ou courbes...) ses oeuvres partagent avec l'Op Art certains effets cinétiques tout en s'en démarquant par une facture plus libre et spontanée.
La reproduction du motif, l'accident et le glissement, les effets de superposition de couches successives, l'apparition progressive de vibrants contrastes de couleurs fluorescentes alors très nouvelles caractérisent ses recherches picturales.
Dans une démarche plus pop, Manfred Kuttner a utilisé également ces couleurs sursaturées pour recouvrir entièrement des objets tels qu'une machine à écrire, une chaise ou un piano leur donnant ainsi une irradiante seconde peau.
Ayant choisi de mettre un terme à sa (courte) carrière d'artiste à l'âge de 28 ans, Manfred Kuttner a néanmoins été très influent sur une génération d'artistes plus jeunes tels que Thomas Scheibitz ou Anselm Reyle; tous trois furent réunis et confrontés lors d'une exposition en 2007 à la Tate Modern.
Trois peintures et trois dessins de Manfred Kuttner seront montrés pour la première fois en France à l'occasion de cette exposition.

Michaela Meise est née en 1976, elle vit et travaille à Berlin. Elle a étudié de 1996 à 2000 à l'Ecole des Beaux Arts de Kassel puis jusqu'en 2003 à la Städelschule de Francfort.
Bien que les sculptures et installations de Michaela Meise font clairement référence à l'Art Minimal, elles ne font ni appel aux techniques industrielles ni à la sérialité et laissent apparentes l'intervention de l'artiste, et la subtilité des matériaux employés. Ces formes simples et épurées dépendent de différents systèmes sémantiques qui y sont formalisés par amplification et ainsi mis en lumière.
Une étroite corrélation se joue ainsi entre le contenant et le contenu, le référent et le référé.
Dans un ensemble d'oeuvres développé récemment par Michaela Meise se focalisant sur les parties du corps humain se distingue notamment “brain” figurant dans l'exposition.
Dans l'histoire contemporaine occidentale, le cerveau humain est apparu comme l'organe qui contient et contrôle notre identité, les récents progrès en neurologie démontrant leur impact direct sur la psychologie et la compréhension de soi. La problématique du corps et de l'esprit jusqu'alors considérée d'un point de vue purement philosophique est aujourd'hui inextricablement liée à la neurologie.
Cependant, malgré les avancées de la recherche médicale, le cerveau humain résiste aux interprétations univoques et reste encore aujourd'hui mystérieux et méconnu.
La sculpture de Michaela Meise, cube bancal blanchi parcouru de circonvolutions schématisant l'anatomie du cerveau, fait allusion à cette fascination que cet organe continue à exercer et toutes les suppositions qui lui sont associées.
Concomitamment à cette exposition à la galerie Almine Rech où deux autres de ses sculptures seront présentées, Michaela Meise montre, jusqu'à fin mars, une importante exposition personnelle au Badischer Kunstverein en Allemagne.

[18:00] Exposition de Pierre Petit "Demain comme hier"
Location:
Galerie Anton Weller - Isabelle Suret
9, rue Christine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 43 54 56 32
Mail : antonweller@noos.fr
Internet Site : www.antonweller.com
Description:
Exposition du jeudi 5 janvier 2009 au 7 mars 2009
Vernissage le vendredi 6 février à 18h

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090206_Pierre_Petit.pdf


[18:00] Exposition de Vee Speers "The Birthday Party"
Location:
Acte 2 galerie
41, rue d'Artois
75008 Paris
M° George V, Saint-Philippe-du-Roule
France
Phone : +33 (0)1 42 89 50 05
Fax : +33 (0)1 42 89 33 03
Mail : acte2galerie@orange.fr
Internet Site : www.acte2photo.com
Description:
Du 5 février au 10 avril 2009

Dans « The Birthday Party » Vee Speers organise une fête imaginaire ou ses invités sont des enfants. Mais de quelle fête s'agit-il ? Ni gâteau d'anniversaire, ni jeux, ni ballons ; les enfants semblent étrangement laconiques et menaçants. Poser devant un appareil est devenu naturel pour un enfant , qui n'est désormais que trop conscient de son impact photographique. Les portraits qui en résultent sont défiants et théâtraux, mais également macabre s et mélancoliques...

[18:00-20:30] Exposition des artistes de la galerie Mehdi Chouakri
Location:
Galerie 1900-2000
8, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 43 25 84 20
Fax : +33 (0)1 46 34 74 52
Mail : info@galerie1900-2000.com
Internet Site : www.galerie1900-2000.com
Description:
Dans le cadre de “Paris-Berlin”, Galerie 1900-2000 invite Galerie Mehdi Chouakri

John M Armleder, Hans-Peter Feldmann, Sylvie Fleury, Isabell Heimerdinger, Mathieu Mercier, Gerwald Rockenschaub, Markus Sixay, Vincent Szarek, Luca Trevisani
Berliner Luft

06/02/09 au 15/02/09

[18:00] Salon d'Artisanat et des Métiers d'Art
Location:
Salle Olympe de Gouges
15, rue Merlin
75011 Paris
M° Père Lachaise, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 53 27 11 11
Internet Site : mairie11.paris.fr
Description:
Du 7 au 15 février, ce salon est l'occasion de découvrir une centaine de créateurs de toutes disciplines (dont certains meilleurs ouvriers de France) : artisans en techniques ancestrales et disciplines traditionnelles, designers et créateurs contemporains, écoles professionnelles et organismes de formation.
L'invité d'honneur 2009, "le verre dans tous ses états" se propose de présenter toutes les déclinaisons des techniques liées au travail du verre.




[19:00] "Voyage au Mont Athos, la république monastique de l'Eglise orthodoxe"
Location:
Mairie du 16ème arrondissement
71, avenue Henri Martin
75775 Paris Cedex 16
M° Rue de la Pompe
France
Phone : +33 (0)1 40 72 16 16
Fax : +33 (0)1 40 72 16 53
Internet Site : www.mairie16.paris.fr
Description:
Vendredi 6 février, à partir de 19 heures, l'association des Grecs-orthodoxes d'Antioche à Paris, organise une soirée sur le thème "Voyage au Mont Athos, la république monastique de l'Église orthodoxe". Un film, "Passages au Paradis", sur le Mont Athos, sera projeté, il sera suivi d'une intervention de l'archimandrite Syméon, higoumène du monastère Saint-Silouane, sur "Les richesses de la tradition monastique et spirituelle de l'Eglise orthodoxe". Un cocktail dînatoire sera offert après.

[19:00] Exposition "The Deepest Blues Are Black"
Location:
Galerie Kamel Mennour
47, rue Saint-André des Arts
Hôtel de la Vieuville (fond de cour)
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 56 24 03 63
Fax : +33 (0)1 40 46 80 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
Dans le cadre de “Paris-Berlin”, Kamel Mennour invite Jan Wentrup.

Jen Ray, Pablo Alonso, Christian Andersen, Wawa Tokarski
"The Deepest Blues Are Black"

06.02.-28.02.2009

[19:00] Exposition de Jean-Marc Lanusse
Description:
Trinquet - 8, quai Saint-Exupéry - 75016 Paris

du 6 février au 6 mars

[19:00] Exposition de Kuriousoranj
Location:
Mycroft
13, rue Ternaux
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier
France
Mail : contact@mycroft.com.fr
Internet Site : www.mycroft.com.fr
Description:
Du mardi 3 au samedi 7 février
Vernissage le vendredi 6 février à partir de 19h

La surface des collages de Kuriousoranj est une surface profonde : souvent développés concentriquement autour d'un noyau central, ils font se rencontrer, avec un sens plastique assuré, des images hétérogènes. Mais il serait réducteur de les ramener à une simple continuation post-surréaliste de la méthode du collage par étincelle de hasard ; au contraire, ils font du collage un moyen méthodique d'analyse (voire de psychanalyse) de nos rêves de consommateurs d'images et de nos fantasmes globalisés. Critiques du désir fabriqué par le spectacle kaléidoscopique des corps de l'imagerie marchande et de la publicité, fragments éclatés d'icônes féminines style pin-up, slogans immobilisés, ces collages renvoient à notre contemporaine guerre des images tout autant qu'ils tentent de réouvrir en son sein un espace de jeu et de liberté - fragile et provisoire, ludique et dansante.

http://clemencerenaud.blogspot.com


[19:00] Exposition des artistes de la galerie Croy Nielsen
Location:
gb agency
18, rue des Quatre Fils
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 53 79 07 13
Fax : +33 (0)1 53 79 07 14
Mail : gb@gbagency.fr
Internet Site : www.gbagency.fr
Description:
Dans le cadre de “Paris-Berlin”, gb agency invite Croy Nielsen.

Nina Beier and Marie Lund, Judith Hopf, Roman Schramm

06.02.-14.02.2009

[19:30] Exposition de Florian GUIBERT
Location:
Restaurant Aux Cercles Bleus
56, rue de la Sablière
Place Flora Tristan
75014 Paris
M° Pernety, Mouton-Duvernet
France
Phone : +33 (0)1 45 43 95 36
Internet Site : www.auxcerclesbleus.com
Description:
Du 06 au 12 février 2009

Illustrations
poésie, conte, fantaisie, et sensibilité

http://florian.guibert.free.fr

Le vernissage sera mis en musique par Aymeric Julien.





[20:00-22:30] VERNISSAGE de Cédric ATTIAS DEL CURATOLO
Location:
Mécène café
9, rue Greneta
75003 Paris
M° Réaumur - Sebastopol, Étienne Marcel, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 72 40 13
Mail : mecenecafe@hotmail.fr
Internet Site : www.myspace.com/mecenecafe
Description:
Cédric Attias visconte Del Curatolo expose une trentainte de peinture autour du théme de l'argent ...

- Le vendredi 6 février vernissage de 20h à 22H30 avec cocktail
- le jeudi 12 février performance vers 2h du matin où vous pourrez faire bénir vos carte de crédit contre la crise et faire multiplier par 8 vos billets de banques!!
- le samedi 7 mars à 20h mise au enchère d'un billet de 100€ mise à prix à UN € soyez malin

exposition jusqu'au 5 avril








[23:00] BERLIN PARIS UN ÉCHANGE DE GALERIES
Location:
Régine's Club
49/51, rue de Ponthieu
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, George V, Saint-Philippe-du-Roule
France
Phone : +33 (0)1 43 59 21 60
Mobile : +33 (0)6 21 70 52 56
Mail : asbaillet@regine-paris.com
Internet Site : www.regine-paris.com
Description:
Soirée chez Régine à l'occasion du lancement de l'événement Berlin-Paris un échange de galeries.

[23:55] Demented
Location:
NY Club
130, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Châtelet, Pont Neuf, Les Halles
France
Mail : penelope@nyclubparis.com
Internet Site : www.nyclubparis.com
Description:
Guestlist : dement3dparty@gmail.com

Surprise guests during the private cocktail


17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés