Tuesday, April 7, 2009
Public Access


Category:
Category: All

07
April 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

  Exposition de Sylvester Engbrox "Hyperceptions"
Location:
Galerie VivoEquidem
113, rue du Cherche-Midi
75006 Paris
M° Duroc, Falguière, Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)9 61 26 92 13
Mail : galerie@vivoequidem.net
Internet Site : www.vivoequidem.net
Description:
du 5 mars au 13 juin
du lundi au samedi, de 14h à 19h30 et sur rendez-vous

Du 5 mars au 30 mai 2009, la galerie VivoEquidem présente une exposition de peintures de l'artiste d'origine allemande Sylvester Engbrox.

"ENGBROX, Hyperceptions" dévoilera une vingtaine de nouvelles toiles montrées lors d'accrochages successifs. Il s'agit de la deuxième manifestation consacrée à cet artiste après un premier événement organisé il y a tout juste un an à la galerie.

Figurative et ancrée dans notre monde actuel, la peinture de Sylvester Engbrox met en scène des personnages, souvent dénudés, évoluant dans des atmosphères étranges. De ces figures et décors inspirés par des images de notre quotidien (presse grand public, internet) ou des références plus personnelles (Andy Warhol, le cinéma de David Lynch), résultent une réalité réinventée par l'artiste. Il n'y a en effet aucun jugement ou constat dans les représentations d'Engbrox, et c'est de là que réside la force de sa peinture, parfaitement en phase avec cette ère numérique où les réalités sont multiples et polymorphes.

Natif de Kleve en Allemagne, Sylvester Engbrox s'installe en France au milieu des années 80. Photographe à ses débuts, il expérimente la peinture dans les années 90, puis dirige un temps un label indépendant de musique, avant de revenir pleinement à la peinture il y a trois ans. Nourri de toutes ces expériences, Sylvester Engbrox propose un art inclassable qui est à découvrir à la galerie VivoEquidem, le temps d'une exposition événement qui fera escale à Glasgow Art Fair en avril.


ENGBROX, Hyperceptions

Ceux qui ont eu l'occasion de voir la première exposition de Sylvester Engbrox en 2008 ont assurément pu assister à la genèse d'un artiste hors du commun.

Certes, quelques-unes des toiles avaient plus de dix ans, mais elles n'avaient jamais été montrées et la promiscuité de ces premières oeuvres avec celles de 2005, 2006 et 2007 (entre-temps, l'artiste avait cessé de peindre) constituait la « soupe originelle » d'un monde en formation dont nous avions alors sous les yeux tous les éléments primordiaux.

Aujourd'hui, l'univers de Sylvester Engbrox est en pleine expansion et dans la vingtaine de nouvelles toiles que nous exposerons trois mois durant, en plusieurs fois, entre le 4 mars et le 30 mai prochain à la galerie VivoEquidem (avec une étape à la Glasgow Art Fair, fin avril), nous verrons comment l'acte créateur d'Engbrox s'est déplacé d'une über-réalité à une über-perception.

Avec Jean-Luc Chalumeau, qui a rédigé la préface du catalogue de 2008, nous étions arrivés à la conclusion que Sylvester Engbrox n'appartenait en fait à aucune école, mais qu'il émanait directement de la complexité du monde contemporain, bombardé d'images, essentiellement numériques.

Cette über-réalité (sur/hyper-réalité) se caractérisait par l'absence de jugement et de constat dans les représentations d'Engbrox, et ce, malgré un réalisme intentionnel certain. Tous ses personnages évoluaient dans des environnements étranges, parfois hostiles (série des Air Disaster), inquiétants (Pool 1 et 2, Moni) souvent dénudés, mais sans que l'on puisse jamais attribuer à l'image (c'est-à-dire venant d'elle exclusivement) une sensation précise d'angoisse, d'attente ou d'érotisme, bien que les femmes de Sylvester soient physiquement attractives.

Evidemment, le fait que Sylvester Engbrox soit de la génération qui a grandi à Düsseldorf dans les années soixante-dix et quatre-vingt et qu'il ait reçu une très solide formation de photographe à Arles ne sont pas sans significations.

Pour lui, le monde visible de sa jeunesse, des reliquats de la Nouvelle Objectivité aux fulgurances de Gerhard Richter en passant par les images diffusées à grande échelle des actions de la RAF, a constitué un « fond » nourricier évident.

Là-dessus s'est ajouté tout Andy Warhol, le cinéma de David Lynch, la photographie des Becher et la musique de Kraftwerk.

Enfin, le « Sud » comme il le dit (en fait la France, où il habite, et la Grèce, où il va souvent), par opposition au « Nord » allemand qui se méfie de tout acte de séduction, a achevé la formation de ce regard particulier qui est le sien.

Ainsi, Sylvester Engbrox, en raison de sa culture d'origine et de sa formation de photographe, s'est toujours intéressé à une certaine projection de la réalité qu'il a mis aussitôt en doute puisque cette réalité mentait, trompait, cherchait à manipuler et se voulait surtout définitive. Lui qui, depuis des années, a compilé et classé méthodiquement des dizaines de milliers d'images tirées de la presse grand public, des magazines de télévision ou d'Internet, a assez vite su que le monde dans son domaine sensible, s'il existe bel et bien, n'est pas aussi vrai qu'on le dit ou qu'on cherche à nous le faire croire. En fin de compte, il a constaté puis accepté que le monde est la totalité des faits et non des choses.

L'ère numérique qu'Engbrox a quasiment vu naître et qu'il a accompagné au plus près a confirmé cet état de fait. En effet, la « chose numérique » - c'est même son essence - n'oublie rien, ne jette rien, elle accumule sans cesse toutes les réalités les unes après les autres, et toutes sont vraies, successivement. Aujourd'hui, grâce à la technologie, nous pouvons les retrouver presque instantanément, sous leur forme exacte telles qu'elles nous furent proposées initialement. Devant cette multitude, nous sommes alors obligés d'admettre qu'il n'existe pas de vérité « originelle », une doxa de la réalité.

Le regard d'artiste de Sylvester Engbrox est peut-être l'un des premiers à s'être adapté à ce nouvel horizon.

Sylvester Engbrox est né en 1964 à Kleve en Allemagne.
Il est admis à l'école des Arts décoratifs qu'il quitte en 1986 pour venir s'installer à Paris.
En 1991, il est diplômé de l'Ecole nationale supérieure de photographie à Arles.
Correspondant pour deux magazines allemands le Select et The Manipulator.
Revient à la peinture dans les années quatre-vingt dix.
Chargé de la photothèque au cabinet de photographies anciennes du musée Rodin, il crée parallèlement jusqu'en 2004 un label de musique indépendant «Home Laboratoire Moderne» qui édite des CD de compilations d'artistes pop.

Depuis 2005 il reprend son activité de peintre.
En 2008, est organisée sa première exposition à la galerie VivoEquidem.


Relais (Extrait d'un entretien avec Max Torregrossa en octobre 2008)

"J'ai toujours considéré mon rôle dans la fabrication d'images comme celui d'un relais. Ce principe repose sur deux notions : réception et émission. Pour pouvoir émettre, si on ne se contente pas de s'émettre uniquement soi-même, il faut d'abord avoir une bonne capacité à recevoir. Et pour recevoir, il faut, dans un premier temps, mettre en arrière-plan sa propre personne. Un artiste peut complètement brouiller cette réception de signaux par ses pensées, ses ambitions, etc.

Mon processus de travail est basé sur l'accumulation d'images. Je range ces images physiquement, mais aussi mentalement. Les images qui m'intéressent le plus sont celles qui traversent le filtre de rangement de mon cerveau pour atterrir dans l'inconscient. Avant de peindre ces images, je dois aller pêcher ces images dans mon inconscient, un processus qui nécessite une certaine disponibilité pour recevoir. Quand Andy Warhol dit « I want to be a machine », j'entends par là qu'il voudrait entrer dans une sorte d'état de méditation qui lui permette de s'oublier lui-même et mieux voir ce sur quoi il travaille.

C'est ensuite que je donne à l'image le statut d'émetteur en la peignant. L'implication de ma personne dans ce processus de travail reste donc limitée. Elle se résume à la consommation d'images, à la réception d'une image inconsciente latente et à la décision de la peindre ou non.

On peut dire que je mène une recherche sur les images intérieures qui sont le symptôme d'un bombardement massif par des images extérieures. Si je cherche une généralisation de mon propos, je sais pertinemment que je suis limité malgré tout par une réalité que je ne peux pas contourner : je ne peux que partir de moi-même comme sujet d'étude. C'est à partir de mon propre prisme, de mon inconscient individuel, que je peux ensuite tendre vers une image collective."

>> communiqué

Exposition "Jean Marais, l'éternel retour"
Location:
Musée de Montmartre
12, rue Cortot
75018 Paris
M° Lamarck - Caulaincourt, Abbesses, Anvers, Château Rouge
France
Phone : +33 (0)1 49 25 89 37
Fax : +33 (0)1 46 06 30 75
Mail : infos@museedemontmartre.fr
Internet Site : www.museedemontmartre.fr
Description:
Dates :
Du 4 novembre 2008 au 3 mai 2009
Du mardi au dimanche de 11h à 18h

Tarif : 7 euros, tarif réduit 5,50 euros

A l'occasion des dix ans de la disparition du comédien, l'agence Arts' Talents et le Musée de Montmartre s'associent pour révéler les facettes méconnues d'un artiste aux talents multiples dans le cadre d'une exposition exceptionnelle. Parrainée par Francis Huster, cette rétrospective unique présentera à Paris plus de 1200 pièces pour la plupart inédites touchant au cinéma, à la littérature, au théâtre et aux arts plastiques. L'occasion de découvrir pour le grand public des œuvres exposées pour la toute première fois, regroupées par thèmes et mises en scène pour un véritable parcours initiatique parmi l'ensemble des salles du musée : costumes, dessins, correspondances, peintures, sculptures, terres cuites et souvenirs personnels de Jean Marais.

Le comédien, peintre, metteur en scène, créateur de costumes, décorateur et écrivain, fascinait pour ses talents et sa beauté sculpturale digne d'un marbre antique. Jean Marais habitait Montmartre et son appartement de la rue Norvins fut le rendez-vous de tous les artistes de la Butte. C'est donc tout naturellement le Musée de Montmartre qui lui rend hommage pour célébrer les dix ans de sa disparition avec une exposition dont le titre évoque l'un des films les plus célèbres de Jean Marais, L'Eternel retour de Jean Delanoy, version moderne de la légende de Tristan et Iseult. Francis Huster est le parrain de l'événement qui propose un parcours thématique dans la vie et l'œuvre de Jean Marais, présentant notamment et pour la première fois le costume brodé du roi de Peau d'âne, le masque de La Belle et la bête reconstitué sur les indications de Jean Marais, les premiers croquis d'adolescent du comédien, les esquisses de sa ligne de prêt à porter Jean Mara, le César d'Honneur reçu en 1980 ou sa correspondance avec Jean Cocteau.

Le musée dévoilera des pièces entrées dans l'histoire du 7ème Art français telles que le costume brodé porté par Jean Marais dans Peau d'Âne ou encore la reconstitution du masque de La Belle et la Bête. Les débuts du comédien seront aussi au programme à travers les clichés de ses premières séances d'essai tandis que la confirmation de son statut de star sera symbolisée par l'exposition de son César d'honneur reçu en 1980.

Au-delà du Jean Marais acteur, cette rétrospective lèvera un coin de voile sur le Jean Marais artiste avec notamment ses différentes sculptures, ses illustrations de contes pour enfants ainsi que ses différentes toiles. Dans le domaine de la vie privée, les visiteurs pourront découvrir la correspondance qu'il entretenait avec Jean Cocteau.

Voici quelques-uns des nombreux « trésors » que le grand public pourra découvrir dès le 4 novembre au Musée de Montmartre à Paris dans le cadre de l'exposition que l'agence Arts'Talents (fondée par Romain Leray et Didier Jovenet détenteurs de l'un des plus grands fonds européens de costumes et d'accessoires de cinéma) et le musée ont conjointement organisée à l'occasion des dix ans de la disparition de Jean Marais :
Le costume brodé du roi de PEAU D'ANE
Le masque de LA BELLE ET LA BETE reconstitué sur les indications de Jean Marais après le tournage
Les premiers croquis d'adolescent au trait incroyablement proche de celui de Jean Cocteau
Les clichés des premières séances d'essais professionnels
Les bronzes, toiles et aquarelles
Les esquisses de sa ligne de prêt à porter, baptisée «Jean Mora», lancée dans les années 70 et à la modernité étonnante
Les récompenses dont le César d'Honneur reçu en 1980
Les costumes, photographies et affiches de films et de théâtre
Les terres cuites et sculptures
Les illustrations de contes pour enfants
Les maquettes de décors
La correspondance avec Jean Cocteau...


Jean Marais, l'artiste

Acteur, il fut le plus ardent des caméléons. Artiste, il fut aussi le plus doué des touche-à-tout. «L'art m'attire, me fascine, j'aime m'en approcher. Je respecte l'artiste, j'aimerais lui ressembler, mais place trop haut l'art pour me croire artiste»1, s'empressait-il pourtant d'ajouter. Peinture, sculpture, dessin, et même stylisme, Jean Marais voguera toute sa vie au gré de ses envies et de ses passions.

Rattrapé par le cinéma alors qu'il se prédestinait à une carrière de peintre, Jean Marais n'abandonnera jamais pour autant ses crayons et ses pinceaux. Entre deux tournages, pendant ses loisirs, il se mettra devant son chevalet... Sa technique est digne des miniaturistes du Moyen Âge. Avec une habileté exceptionnelle et l'obsession de la belle ouvrage, il passera des heures, des jours, des semaines, parfois plusieurs mois pour réaliser une oeuvre. Picasso, qui souhaita acquérir ses créations, l'encouragea à consacrer plus de temps à cet art. Son réalisme pictural donnera naissance à un monde poétique, d'une grande sensibilité, s'inspirant de son quotidien, de sa vie et de l'environnement où la nature et les animaux occupent une place particulière.


Autoportrait peint en 1935. Jean Marais a 22 ans.
Huile sur bois.
© DR - Collection particulière - ARTS' TALENTS EDITIONS
(extrait de l'ouvrage qui sort le 4 novembre en librairie)

Le peintre complètera toujours le comédien. Mais pas seulement. En 1941, par goût esthétique prononcé, mais aussi par souci d'économie, il se mettra à dessiner des costumes et des décors. Il réalisera cette année-là ceux de Valse 1900 pour Jeannine Charrat et Roland Petit. Dix ans plus tard, Britannicus, à la Comédie-Française, sera une de ses plus belles créations. Il travaillera alors avec les ateliers de Robert Piguet, un des grands couturiers de l'époque. Pour la première fois dans la maison de Molière, un acteur assumera le jeu d'acteur, la mise en scène mais également la création des décors et des costumes. Il poursuivra avec La Machine infernale de Jean Cocteau en 1953, Pygmalion de George Bernard Shaw en 1955, L'Apprenti fakir avec George Reich en 1957, Le Disciple du diable adapté par Jean Cocteau, OEdipe-roi de Jean Cocteau en 1958, Cocteau-Marais en 1983 et Bacchus de Jean Cocteau en 1988.
Du costume de scène, il passera presque naturellement au costume de ville. Son élégance, que l'on résume trop facilement à du dandysme, lui donnera un jour l'envie de créer sa propre ligne de prêt-à-porter.
Il se lancera en 1970 sous le pseudonyme de Jean Mora. Un désir créatif influencé par trois personnalités d'exception: Coco Chanel, amie de Jean Cocteau; Christian Bérard, créateur de costumes, décorateur, magicien dans l'art du drapé, conseiller artistique qui habillera Jean Marais à de multiples occasions, comme Les Montres
sacrés, L'Aigle à deux têtes, La Belle et la Bête ou Orphée; enfin, son grand ami André Bardot, maître tailleur de l'après-guerre dont l'atelier de la rue La Boétie était couru du Tout-Paris. Il habillera Jean Marais à la ville comme à la scène notamment lors des différents galas de l'Union des Artistes où ses costumes d'une coupe parfaite feront sensation. L'homme vu par Jean Marais ? Ce sera une collection complète, comprenant plus de 50 pièces ainsi que des accessoires et des foulards.




Ces dessins, d'une extrême précision, sont aujourd'hui d'une modernité déconcertante: casquette à bout carré, sac-serviette, trench-coat croisé, pull daim et laine, blouson cintré, polo laine tricoté très fin, smoking blanc, costume de plage bouffant à l'orientale, gilet du soir en cuir...
Pour réaliser sa collection d'accessoires et en particulier ses foulards, il peindra des gouaches sur toile d'esprit arts primitifs, mêlant des couleurs très vives, chatoyantes à des motifs géométriques. Pour les ceintures et les boutons de manchettes, il jouera sur les anagrammes où l'on retrouve toujours le JM. Pourtant, malgré un grand lancement médiatique avec un défilé à l'hôtel Bristol, ces collections ne rencontreront pas le succès escompté.
Qu'importe, il va bientôt s'intéresser à un autre univers artistique.

A la fin des années 70, Jean Marais s'initie à la se lance dans ce qui sera la dernière passion créatrice de sa vie, la sculpture en terre cuite, qui sera aussi une histoire d'amitié. Grâce à un marchand de terre, il rencontre Jo Pasquali, potier, qui lui apprendra les rudiments du tournage. Et il se liera aussi à son épouse Nini Pasquali qui lui proposera d'ouvrir une galerie. C'est ainsi qu'il se mettra à tourner et à sculpter des oeuvres de toute nature, parmi lesquelles des pièces monumentales comme Le Passe-muraille dont la sculpture en bronze se trouve place Marcel-Aymé à Paris. Tignasse blanche, barbe chenue, yeux bleus délavés, il aurait dû interpréter sur scène, à la fin de sa vie, Rodin, avant que Bruno Nuytten ne s'empare du projet pour le cinéma. Drôle de clin d'oeil du destin!
«J'ai découvert la peinture à 10 ans, le stylisme à 50, la poterie à 60 et la sculpture à 73ans. On croirait à une blague», confiait-il dans un éclat de rire en 1992. Aujourd'hui, on se dispute ses oeuvres et on reconnaît l'incroyable palette de son talent. Un pied de nez du destin qui l'aurait beaucoup amusé...


Communiqué :
http://www.museedemontmartre.fr/images/marais_dp.pdf


Catalogue :
Edité par ARTS' TALENTS EDITIONS, un catalogue/livre d'art reprenant les oeuvres les plus rares et les pièces les plus marquantes de l'exposition JEAN MARAIS, L'ETERNEL RETOUR
accompagne l'événement.
Retraçant l'ensemble et la diversité de la carrière de Jean Marais, richement illustré de centaines de photographies et documents inédits, cet ouvrage est disponible en librairie à partir du 4 novembre 2008.
224 pages, 49 €
ISBN : 978-2-9532901-0-39782953290103


08:00  
09:00  
10:00 [10:30] Remise des premières fraises du Vaucluse
Location:
Ministère de l'Agriculture et de la Pêche
Hôtel de Villeroy
78, rue de Varenne
75007 Paris
M° Varenne, Solférino
France
Phone : +33 (0)1 49 55 57 46
Internet Site : agriculture.gouv.fr
Description:
Remise des premières fraises du Vaucluse par la confrérie de la fraise de Carpentras

11:00 [11:00-13:00] Inauguration du 1er "Jardin de Noé"
Location:
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
Parc de la Villette
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Internet Site : www.villette.com
Description:
Noé Conservation vous invite au lancement de son nouveau programme :
"les Jardins de Noé, un réseau de jardins dédiés à la biodiversité".

Pour célébrer ce lancement, nous vous invitons à venir inaugurer avec nous, les Jardins Passagers de la Villette, Premier "Jardin de Noé". Les Jardins Passagers de la Villette sont en effet une belle démonstration de ce que l'on peut faire pour inviter la nature au jardin !

L'inauguration aura lieu le mardi 7 avril à 11h, à la Villette et sera suivie d'un cocktail bio.

Merci de bien vouloir nous confirmer votre présence avant le 1er avril, par mail à l'adresse suivante :
jardinsdenoe@noeconservation.org

Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à contacter :
Dorothée DESCAMPS
Chargée de Programme "Jardins de Noé", Noé Conservation
Tél. Muséum : +33 (0)1 40 79 37 83
Portable : +33 (0)6 18 49 31 39
www.jardinsdenoe.org

http://www.jardinons-ensemble.org/IMG/pdf/Invitation_Noe.pdf


[12:30] Assises des maires d'Ile-de-France
Location:
Parc Floral de Paris
esplanade du château de Vincennes
route de la Pyramide
Bois de Vincennes
75012 Paris
M° Château de Vincennes, RER A Vincennes
France
Phone : +33 (0)1 43 43 92 95
Mail : info@parcfloraldeparis.com
Internet Site : www.parcfloraldeparis.com
Description:
Assises des maires d'Ile-de-France

12:00
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-18:00] Vernissage de l'exposition "Kandinsky"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
Galerie 1

8 avril - 10 août 2009
11h - 21h
Nocturne le jeudi jusqu'à 23h

Cette grande rétrospective de l'oeuvre d'une des figures majeures du XXème siècle, Vassily Kandinsky, est proposée conjointement par le Centre Pompidou, la Städtische Galerie in Lenbachhaus de Munich et le Solomon R. Guggenheim Museum de New York, qui détiennent les plus importants fonds d'oeuvres de l'artiste.

Elle rassemble une centaine de peintures abouties de Kandinsky, particulièrement les Impressions et les Improvisations. Il s'agit de revisiter la perception d'un peintre né à Moscou sujet du Tsar en 1866, mort citoyen français à Neuilly-sur-Seine en 1944.

Entre-temps, il aura vécu deux temps forts de la création au XXème siècle : le Cavalier bleu à Munich avant la Première Guerre mondiale et le Bauhaus à Weimar et à Dessau dans l'entre-deux-guerres. L'achèvement du catalogue raisonné de son oeuvre, les récentes découvertes en Russie permettent de restituer l'unité d'une oeuvre picturale qui dépasse de beaucoup le concept posthume, trop étriqué, d'« inventeur de l'abstraction ».

La présentation parisienne rend également compte des enrichissements constants du fonds Kandinsky - aquarelles et manuscrits exceptionnels de la période « russe » 1914-1917, portfolio du Bauhaus pour son 60ème anniversaire en 1926... - autant d'éléments décisifs réintégrés et offerts au Centre Pompidou par des particuliers et par la Société Kandinsky présidée jusqu'à sa disparition par Mme Georges Pompidou, et aujourd'hui par M. Edouard Balladur.


[16:00] Exposition "À double entrée"
Location:
Montreuil
93100 Montreuil
M° Robespierre, Croix de Chavaux, Mairie de Montreuil
France
Internet Site : www.montreuil.fr
Description:
Au lycée Jean Jaurès (salle de réunion 2) - 1 rue Dombasle

L'équipe du Centre d'art Mira Phalaina de la Maison populaire est heureuse de vous inviter le mardi 7 avril à partir de 16h au vernissage de l'exposition À double entrée, présentée jusqu'au 15 mai 2009 au lycée Jean Jaurès.

À double entrée
Exposition d'oeuvres de la collection d'art contemporain du Conseil général de Seine-Saint-Denis

jusqu'au 15 mai 2009
Entrée libre du lundi au vendredi de 12h30 à 13h30
Vernissage le 7 avril à partir de 16h

avec les œuvres de Tjeerd Alkema, Zong De An, Elsa Bechieau, Brice Bourdet, Sandrine Champdavoine, Johan Creten, Sylvie Fanchon, Andy Goldsworthy, Pascal Kern, Franck & Olivier Turpin, Xavier Zimmermann.

Une exposition conçue et réalisée par les élèves de la classe de première L1 option arts plastiques du Lycée Jean Jaurès sous la direction pédagogique de Mme Girard. Les élèves ont pris la posture du commissaire d'exposition pour concevoir cette proposition en écho à l'exposition Un plan simple présentée au Centre d'art Mira Phalaina de la Maison populaire par le collectif de commissaires d'exposition Le Bureau/. Les élèves découvrent ainsi toutes les facettes des métiers de l'exposition (direction artistique, scénographie, régie, communication et médiation).



16:00
17:00
18:00 [18:00-21:00] Découverte de la nouvelle bouteille Blacklight Ballantine's
Location:
Fauchon
24-30, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 70 39 38 00
Internet Site : www.fauchon.com
Description:

[18:00-21:00] Exposition collective "Le dessin à l'œuvre"
Location:
Galerie Marie-Hélène de La Forest Divonne
12, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 40 29 97 52
Mobile : +33 (0)6 84 33 98 88
Fax : +33 (0)1 42 71 39 75
Mail : contact@galeriemhlfd.com
Internet Site : www.galeriemhlfd.com
Description:
du 7 avril au 23 mai

P. Buraglio, P. Hélénon, J. Kowatch, D. Martin, H. Müller, B. Reisman

[18:00] Exposition d'Olivier HEINRY
Location:
Lavignes Bastille
27, rue de Charonne
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 47 00 88 18
Mobile : +33 (0)6 14 17 47 80
Fax : +33 (0)1 43 55 91 32
Mail : galerie.lavignesbastille@noos.fr
Internet Site : www.lavignesbastille.com
Description:
Nouvelles oeuvres

Exposition du 7 avril au 16 mai 2009
du mardi au vendredi de 14h 19h et le samedi de 11h à 12h30 et de 14h à 19h

Cet artiste, qui vit et travaille Laval, présente ses dernières réalisations : des peintures qui pixelisent l'image, des installations et des oeuvres en trois dimensions. La pastille colorée est toujours au coeur de la plupart de ses oeuvres.

[18:00-21:00] Exposition de Donald Pennor's "La mecanique des fluides"
Location:
Librairie 0fr
20, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
M° Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 45 72 88
Mail : info@ofrsystem.com
Internet Site : www.ofrsystem.com
Description:
Exposition du mardi 7 au 12 avril 2009
Vernissage mardi 7 de 18h à 21h

Atelier pochoir pour enfants avec Arnaud Crassat, artiste chromatique, le samedi 11 avril de 14h à 17h
Conference de Morad Montazami, historien de l'art, le dimanche 12 avril de 16h à 17h


[18:00-21:30] Exposition de Samathey "Sous la surface"
Location:
Ateliers d'Art de France
55, avenue Daumesnil
Viaduc des Arts
75012 Paris
M° Gare de Lyon, Bastille
France
Mail : info@ateliersdart.com
Internet Site : www.latelier-viaducdesarts.com
Description:
http://www.samathey.fr

[18:00-21:30] Vernissage de Dominique Dehais et Studio 21bis "GR 75"
Location:
Galerie La Ferronnerie Brigitte Négrier
40, rue de la Folie-Méricourt
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier, Saint-Ambroise
France
Phone : +33 (0)1 78 01 13 13
Fax : +33 (0)1 48 06 50 84
Mail : brigitte.negrier@club.fr
Internet Site : www.galerielaferronnerie.fr
Description:
Dominique Dehais, Studio 21bis
Installations, vidéo
GR 75

vernissage mardi 7 avril 2009 de 18h à 21h30
exposition du 7 avril au 23 mai 2009

Avec GR 75, Dominique Dehais et Studio 21bis proposent des œuvres nées d'une observation distanciée des activités humaines, le premier décortiquant, mettant à plat les mécanismes de la sujétion... les seconds s'appliquant, par exemple, à construire d'éphémères abris, soulignant ainsi la précarité ambiante sans se départir d'une apparente légèreté.

L'origine du travail de Dominique Dehais est à chercher dans sa formation de peintre, où il a recueilli l'héritage des grands noms de l'abstraction, ceux des générations pionnières ou de leurs successeurs déjà confrontés à la menace du formalisme. Son travail est un questionnement sur la poursuite d'une démarche picturale radicale, sans représentation ni littéralité, perméable aux préoccupations de la société contemporaine et inscrite dans le circuit des médias et de l'information.

Il pose la question de l'engagement politique dans l'art.

Au travers d'une sélection d'oeuvres issues de leurs archives personnelles, les deux artistes du binôme Studio 21bis dressent un état des lieux du monde actuel sous la forme d'un puzzle éclaté.
Autour d'un panoramique invitant le spectateur à porter un certain regard sur la projection du réel et sa représentation, les pièces constituent à la fois des témoins et des invitations à magnifier le quotidien.
Tantôt acide, tantôt onirique, toujours poétique, l'univers des artistes pointe les aspérités, les dysfonctionnements et les non-sens qui jalonnent nos vies.
Les artistes explorent les plis du réel et interrogent notre perception en proposant des dispositifs insolites et éphémères qui réveillent chez chacun de nous des interrupteurs de conscience.

[18:00-21:00] Vernissage de Gisèle GRAMMARE et Martine LAFON
Location:
La Galerie du C.R.O.U.S. de Paris
11, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 10 99
Fax : +33 (0)1 43 54 10 99
Mail : galerie@crous-paris.fr
Internet Site : www.crous-paris.fr/article.asp?idcat=AABD
Description:
Gisèle GRAMMARE
Pavillon des Images sublimes
et
Voyages partagés
avec Martine LAFON

Exposition du mardi 7 avril au samedi 18 avril 2009
Vernissage mardi 7 avril de 18h à 21h

Rencontre avec les deux artistes : Le rouge est le lieu
Jeudi 9 avril à 15h
Avec, à l'occasion de cette exposition, présentation d'un livre d'artiste avec Emmanuelle Bervillé, Gisèle Grammare, Martine Lafon, Annie Mollard - Desfour, Nicole Pellegrin :

Ce qui distingue une robe rouge d'une autre

L'exposition Pavillon des images sublimes et Voyages partagés s'est construite à partir des séjours effectués ces dernières années par Gisèle Grammare en Chine, au Japon, au Tibet.

Plastique et picturale elle propose une interprétation des lieux par l'architecture et la couleur, le rouge.

- Pavillon des images sublimes se combine dans une relation duale entre couleur / peinture en haut et couleur / architecture en bas, par la photographie. De haut en bas le rouge circule. Les photographies de la prédelle montrent un enchevêtrement de colonnes provenant du Pavillon des images merveilleuses, dans le Parc de Behai, à Pékin.

- Voyages partagés présente un ensemble d'œuvres à « quatre mains », la partie haute, celle de la photographie, revient à Gisèle Grammare ; la partie basse, celle de la gravure, appartient à Martine Lafon ; partages d'espaces et de couleurs, distinction des médiums.

Informations complémentaires: http://didier.grammare.free.fr

>> communiqué

[18:00] saison 2009-2010 de l'Ensemble Orchestral de Paris
Location:
Théâtre des Champs-Elysées
15, avenue Montaigne
75008 Paris
M° Alma - Marceau, Franklin D. Roosevelt, RER C Pont de l'Alma
France
Phone : +33 (0)1 49 52 50 50
Fax : +33 (0)1 49 52 50 11
Mail : rp@theatrechampselysees.fr
Internet Site : www.theatrechampselysees.fr
Description:
Présentation à la presse de la saison 2009-2010 de l'Ensemble Orchestral de Paris en présence de Christophe Girard, adjoint chargé de la culture

[18:30] Exposition "Calligraphie Arabe et peinture"
Location:
Centre Culturel Arabe-Syrien
12, avenue de Tourville
75007 Paris
M° Ecole Militaire
France
Phone : +33 (0)1 47 05 30 11
Fax : +33 (0)1 47 05 23 11
Mail : centreculturelsyrien@wanadoo.fr
Description:
des calligraphes peintres syriens Hassan et Hussein KOURDI

du 8 au 17 avril 2009

[18:30] Exposition de TOXIC "Round 2"
Location:
Nicy Gallery
40, rue de la Tour d'Auvergne
75009 Paris
M° Pigalle, Notre-Dame-de-Lorette, Le Peletier
France
Phone : +33 (0)1 77 32 13 40
Mail : henry.pesah@nicytown.com
Internet Site : www.nicytown.com
Description:
du 8 avril au 21 mai 2009
VERNISSAGE en présence de l'artiste LE MARDI 7 AVRIL A PARTIR DE 18H30


[18:30-21:00] Exposition personnelle d'Yves Robert
Location:
Galerie Artmonti
10-12, rue Budé
Île Saint-Louis
75004 Paris
M° Pont Marie, Cité
France
Phone : +33 (0)9 77 62 09 41
Mail : artmonti@wanadoo.fr
Internet Site : www.artmonti.com
Description:
Du 3 au 14 avril 2009
vernissage le mardi 7 avril 2009 de 18h30 à 21h

[18:30] Les tombes mérovingiennes de la basilique de Saint-Denis
Location:
Château de Saint-Germain-en-Laye
Musée d'Archéologie Nationale
place Charles de Gaulle
78105 Saint-Germain-en-Laye Cedex
M° RER A Saint-Germain-en-Laye
France
Phone : +33 (0)1 39 10 13 00
Mail : culturel.man@culture.gouv.fr
Internet Site : www.musee-archeologienationale.fr
Description:
Cinquantième anniversaire de la découverte de la tombe de la reine Arégonde,
épouse de Clotaire Ier et mère de Chilpéric Ier (1959-2009).

Commissariat général : Patrick PERIN, Directeur du musée d'Archéologie nationale ; Commissaires : Christian LANDES, conservateur en chef, Daniel PERRIER, conservateur, et Françoise VALLET, conservateur en chef honoraire.
Exposition-dossier présentant pour la première fois l'ensemble des objets découverts dans les sarcophages mérovingiens de la basilique de Saint-Denis (dont le mobilier de la reine Arégonde) ainsi que les résultats des recherches pluridisciplinaires et internationales menées depuis 2000 sur le contenu des tombes (restes organiques humains, animaux et végétaux, objets métalliques précieux, gemmes).
La nécropole mérovingienne fouillée sous la basilique de Saint-Denis par Edouard Salin († 1970), puis Michel Fleury († 2002) et Albert France-Lanord († 1993) dans les années 1950/1970 est un site archéologique unique à deux titres. D'une part il a révélé les tombes de personnages de haut rang (surtout des femmes) ayant appartenu à la cour royale mérovingienne de Paris, dont celle de la reine Arégonde, épouse de Clotaire Ie († vers 580) et mère de Chilpéric Ier (né vers 534, roi de 561 à 584). D'autre part, du fait de leur situation privilégiée dès l'origine dans une église (la basilique édifiée par sainte Geneviève à la fin du Ve siècle), ces tombes en sarcophage ont été préservées des eaux pluviales, ce qui a permis la conservation exceptionnelle de nombreux restes organiques correspondant souvent aux vêtements luxueux (soie rehaussée de galons en fils d'or) auxquels répondaient des bijoux et des accessoires vestimentaires en métal précieux (or et argent) dont beaucoup étaient ornés de gemmes (grenats en particulier).
Ces découvertes marquantes ont été publiées par Michel Fleury et Albert France-Lanord en 1998 dans un monumental ouvrage, Les trésors mérovingiens de la basilique de Saint-Denis (Ed. Gérard Klopp).
En 1994 puis en 1996 (mobilier d'Arégonde), les trouvailles de la basilique de Saint-Denis, propriété de l'État et jusqu'alors dispersées, ont été regroupées et affectées au musée d'Archéologie nationale (MAN). Ce fut l'occasion du lancement, dès 2000, d'un ambitieux programme de recherche sur les objets d'or et d'argent et les gemmes qui pouvaient les orner, réalisé au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) au moyen notamment de l'accélérateur de particules AGLAE. On a pu ainsi déterminer que tandis que les grenats utilisés au VIe siècle provenaient d'Inde et de Ceylan, ils étaient remplacés au VIIe siècle par des exemplaires notamment originaires de Bohême, sans qu'une explication historique et économique satisfaisante ait pu être encore trouvée.
En 2003, les restes organiques des fouilles de Saint-Denis, non localisés depuis les années 1970 (ossements, tissus, cuirs, etc.) ont été retrouvés et aussitôt affectés au MAN. Ils font l'objet depuis 2005 d'un programme de recherches pluridisciplinaires qui a permis de mieux connaître les inhumés (études des restes osseux) et leurs vêtements, avec des résultats parfois spectaculaires. C'est ainsi qu'on a pu établir que la reine Arégonde n'était pas morte vers 45 ans mais vers 60 ans, qu'elle était handicapée de la jambe droite, à la suite d'une poliomyélite contractée dans la petite enfance, et qu'elle était affectée par la « maladie de Forestier » (épaississement anormal de certains os). La reconstitution consacrée de son costume a d'autre part été largement modifiée.
Sans attendre la publication exhaustive de ces travaux de laboratoire, qui interviendra en 2010 sous la forme d'un nouveau catalogue des tombes*, il est apparu souhaitable de présenter le bilan de ces recherches au public en 2009, à l'occasion du 50e anniversaire de la découverte de la tombe d'Arégonde par Michel Fleury.
Ce sera tout d'abord l'occasion d'honorer la mémoire d'Edouard Salin, de Michel Fleury
et d'Albert France-Lanord et de souligner leurs travaux pionniers de laboratoire au service de l'archéologie.
Ce sera également l'occasion de présenter au public, pour la première fois, non seulement tous les objets (bijoux, accessoires vestimentaires, objets personnels) découverts dans les sarcophages mérovingiens de la basilique de Saint-Denis, mais aussi les restes organiques qui viennent d'être réétudiés au moyen des techniques de laboratoire les plus performantes. De façon thématique, les restes organiques les plus significatifs seront exposés, accompagnés de posters expliquant les recherches effectuées et les résultats obtenus : anthropologie et paléopathologie des restes osseux ; textiles, broderies de fils d'or, galons tissés aux planchettes ; cuirs (ceintures, chaussures, jarretières) ; colorants (le manteau en satin de soie d'Arégonde était le seul vêtement teint à la pourpre, couleur traditionnellement réservée aux cours impériales dans l'Antiquité) ; composition des métaux précieux des objets de parure et accessoires vestimentaires ; identification des gemmes utilisées pour les orner, dont une majorité de grenats.
Une place de choix sera naturellement réservée à la tombe de la reine Arégonde, qui était la mieux conservée. De ce fait, elle a pu bénéficier d'analyses scientifiques particulièrement poussées et innovantes qui ont complété et parfois modifié les études de laboratoire pionnières menées par Albert France-Lanord dans les années 1960.
A l'issue de cette exposition, l'ensemble de la documentation archéologique provenant des tombes mérovingiennes de la basilique de Saint-Denis exceptionnelle bénéficiera d'une présentation permanente, y compris le mobilier funéraire d'Arégonde, auparavant exposé au musée du Louvre.
* Afin de pallier l'absence de catalogue, les visiteurs auront à leur disposition un Petit Journal, ainsi que les dossiers aimablement publiés par les revues Histoire et Images médiévales et L'archéologue.


[19:00-23:55] Avant-première de l'iPhone 3G
Location:
Le Studio SFR
9, rue Tronchet
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 43 12 75 00
Internet Site : www.lestudiosfr.fr
Description:
Autour de Frank Esser, Président Directeur Général de SFR, de nombreuses personnalités étaient présentes :
La pop star Sliimy, la star Yael Naim, Julie Depardieu, Marie Fugain, André Dussollier, Zoé Félix, Tomer Sisley, Arthur H., Bixente Lizarazu, Vincent Perez, Ariane Massenet, Samuel Etienne, Linda Hardy, les designers Nathalie Garçon et Jean-Claude Jitrois accompagné de Sarah Marshall, le violoniste Laurent Korcia, Frigide Barjot, Pierre Mathieu, Nicolas Deuil, Yves Lecoq, Yolaine de la Bigne et bien d'autres personnalités se sont retrouvées pour fêter cet événement.

Avant-première de l'iPhone 3G

[19:00] Exposition de Luo Dan
Location:
Galerie Taïss
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 71 18 85
Mail : taiss@taissgalerie.com
Internet Site : www.taissgalerie.com
Description:
Du 7 avril au 28 mai 2009

[19:00] Grand Prix du roman historique
Location:
Musée Carnavalet
Musée de l'Histoire de Paris
23, rue de Sévigné
75003 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 44 59 58 58
Fax : +33 (0)1 44 59 58 11
Internet Site : www.carnavalet.paris.fr
Description:
En partenariat avec la Banque Palatine et le Musée Carnavalet, le Grand Prix du roman historique distingue tous les ans plusieurs romans historiques (parus entre octobre et mars) et récompense celui qui, parmi ceux-là, répondra le mieux aux trois critères suivants : rigueur historique, qualité romanesque et originalité de l'intrigue, qualité littéraire et stylistique de la narration.

Le Jury se compose de Stéphane Bern, Jacques Chancel, Floryse Grimaud, Karin Hann, Jean-Marc Léri, Pascal Ory, Daniel Picouly, Jean-Marc Ribes, Jacques de Saint-Victor, Gilbert Sinoué, Philippe Vallet.

Attribué en 2008 à Jean Teulé pour 'Le Montespan', le Grand Prix du Roman Historique a retenu cinq titres :
- L' Avers et le Revers d'Olivier Merle (édition de Fallois)
- Les Naufragés de l'île de Tromelin d'Irène Frain (Michel Lafon)
- Le Jumeau de l'empereur de Jacques Forgeas (Robert Laffont)
- 1630, la vengeance de Richelieu de Jean-Michel Riou (Flammarion)
- Obscura de Régis Descott (JC Lattès)

Le prix sera remis le mardi 7 avril 2009 au Musée Carnavalet lors d'une soirée privée.

[19:00] Or des Amériques
Location:
Muséum National d'Histoire Naturelle
36, rue Geoffroy Saint-Hilaire
57, rue Cuvier
2 rue Buffon
75005 Paris
M° Censier - Daubenton, Jussieu, Gare d'Austerlitz
France
Phone : +33 (0)1 40 79 56 01
Fax : +33 (0)1 40 79 54 48
Internet Site : www.mnhn.fr
Description:
Le Muséum national d'Histoire naturelle de Paris présente, du 8 avril 2009 au 11 janvier 2010, Or des Amériques, une exposition du Musée de la civilisation de Québec.

[19:00-22:00] SOIREE CHAMPAGNES NICOLAS FEUILLATE
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
Soirée « Effervescence », une invitation au voyage au cœur d'une myriade de bulles libres, colorées et scintillantes…. De nombreuses personnalités sont attendues.

[19:00-23:55] Vernissage de Clara Diebler
Location:
Le Yono
Bar Cocktails Tapas
37, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 74 31 65
Mail : contact@leyono.fr
Internet Site : www.leyono.fr
Description:
Prenant la condition humaine comme sujet, Clara Diebler captures des moments intimes, privés, typique de la vulnérabilité, du fatalisme et du fragile.Parfois, elle juxtaposes portraits et références architecturales, impersonnelles mais romantique.Son univers esthétique est universel mais relatif car venant impérieusement de s a vision du monde, une vison nostalgique et mélancolique, brutale et magnifique en même temps.Son travail n'est pas seulement photographique, il a un rendu tactile, grâce à la couche de vernis appliquée crûment sur les tirages et qui donne une fin à son projet artistique.

[19:00-21:00] Vernissage de Miguelanxo Prado
Location:
Galerie Daniel Maghen
Société Arts Graphiques
36, rue du Louvre
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Châtelet - Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 84 37 39
Mobile : +33 (0)6 07 30 31 66
Fax : +33 (0)1 42 22 77 86
Mail : info@danielmaghen.com
Internet Site : www.danielmaghen.com
Description:
du 4 au 16 avril 2009
Vernissage le mardi 7 avril à 19h

Peintre, illustrateur, dessinateur, Miguelanxo Prado est l'un des artistes phares de la BD espagnole contemporaine. Pour cette exposition-vente inédite, l'auteur présente 100 pièces originales, parmi lesquelles des peintures réalisées pour la galerie et des planches de ses ouvrages : Après l'amour, Quotidien délirant, Trait de craie et Chroniques absurdes.

[19:15-22:30] Avant-première du film "Dans la brume électrique" et débat
Location:
Forum des Images
2, rue du Cinéma
Forum des Halles
Porte Saint-Eustache
75001 Paris
M° Les Halles
France
Mail : contact@forumdesimages.fr
Internet Site : www.forumdesimages.fr
Description:
Le film « dans la brume électrique » de Bertrand Tavernier et adapté du roman de James Lee Burke, avec Tommy Lee Jones John Goodman et Peter Sarsgaard, se déroule en Lousiane. Le détective Dave Robicheaux interpreté par Tommy Lee Jones est sur les traces d'un tuer en série qui s'attaque à de très jeunes femmes.

Pour en savoir plus et découvrir la bande annonce du film :
http://www.tfmdistribution.com/dans-la-brume-electrique/

Sortie en salles le 15 avril.

La projection sera suivie d'un débat sur la thématique du roman noir et de son adaptation à l'écran, animé par Bertrand Tavernier, le réalisateur du film, ainsi que par François Guérif, éditeur spécialisé dans le roman noir et critique de cinéma.

[19:30] Vernissage ZenTwO featuring NATIVE
Location:
Glaz'art
7-15, avenue de la Porte de la Villette
75019 Paris
M° Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)1 40 36 55 65
Mail : hello@glazart.com
Internet Site : www.glazart.com
Description:
ZENTWO, illustrateur calligraphique franco-autrichien, élevé entre le Moyen-Orient et l'Occident développe, avec son complice NATIVE, un style qui combine calligraphie, illustration et coulures de peinture dynamiques. Ils apportent une vision innovante et parfois déstabilisante du mélange des cultures, dans une société actuelle si préoccupée par « Le Clash des Civilisations ». Leur travail reflète les préoccupations et inquiétudes d'une génération née dans les années 80 qui a pu bénéficier de la multiculturalité mais qui subit également les conflits identitaires. Leur objectif est de détruire les antagonismes entre ces cultures et de les rendre accessibles, de confronter leurs différences et découvrir leurs similitudes. Au delà de la recherche esthétique, leur travail exprime des émotions brutes, apporte des témoignages radicaux, suscite des controverses culturelles subversives.

Exposition visible tous les soirs d'ouverture de la salle

www.myspace.com/zentwo



[20:00-23:50] Avant-première OSS 117
Location:
Cinéma Gaumont Opéra
Gaumont Capucines - ex Paramount Opéra
2, boulevard des Capucines
75009 Paris
M° Opéra, Chaussée d'Antin - La Fayette
France
Internet Site : www.paramount.fr
Description:
+ soirée prévue au VIP ROOM.

RSVP : rsvp_gaumont@gaumont.fr ou par tel 0146432036

[20:00] assemblée générale d'Armateurs de France
Location:
Pavillon Gabriel - Potel et Chabot
5, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 42 68 18 18
Fax : +33 (0)1 42 68 04 96
Mail : gabriel@poteletchabot.fr
Internet Site : www.poteletchabot.com/lieux-reception/pavillon-gabriel.htm
Description:
Ouverture du dîner de clôture de l'assemblée générale d'Armateurs de France à l'invitation d'Eudes RIBLIER, Président

19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés