Thursday, April 9, 2009
Public Access


Category:
Category: All

09
April 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

  Exposition "Jean Marais, l'éternel retour"
Location:
Musée de Montmartre
12, rue Cortot
75018 Paris
M° Lamarck - Caulaincourt, Abbesses, Anvers, Château Rouge
France
Phone : +33 (0)1 49 25 89 37
Fax : +33 (0)1 46 06 30 75
Mail : infos@museedemontmartre.fr
Internet Site : www.museedemontmartre.fr
Description:
Dates :
Du 4 novembre 2008 au 3 mai 2009
Du mardi au dimanche de 11h à 18h

Tarif : 7 euros, tarif réduit 5,50 euros


A l'occasion des dix ans de la disparition du comédien, l'agence Arts' Talents et le Musée de Montmartre s'associent pour révéler les facettes méconnues d'un artiste aux talents multiples dans le cadre d'une exposition exceptionnelle. Parrainée par Francis Huster, cette rétrospective unique présentera à Paris plus de 1200 pièces pour la plupart inédites touchant au cinéma, à la littérature, au théâtre et aux arts plastiques. L'occasion de découvrir pour le grand public des oeuvres exposées pour la toute première fois, regroupées par thèmes et mises en scène pour un véritable parcours initiatique parmi l'ensemble des salles du musée : costumes, dessins, correspondances, peintures, sculptures, terres cuites et souvenirs personnels de Jean Marais.

Le comédien, peintre, metteur en scène, créateur de costumes, décorateur et écrivain, fascinait pour ses talents et sa beauté sculpturale digne d'un marbre antique. Jean Marais habitait Montmartre et son appartement de la rue Norvins fut le rendez-vous de tous les artistes de la Butte. C'est donc tout naturellement le Musée de Montmartre qui lui rend hommage pour célébrer les dix ans de sa disparition avec une exposition dont le titre évoque l'un des films les plus célèbres de Jean Marais, L'Eternel retour de Jean Delanoy, version moderne de la légende de Tristan et Iseult. Francis Huster est le parrain de l'évènement qui propose un parcours thématique dans la vie et l'œuvre de Jean Marais, présentant notamment et pour la première fois le costume brodé du roi de Peau d'âne, le masque de La Belle et la bête reconstitué sur les indications de Jean Marais, les premiers croquis d'adolescent du comédien, les esquisses de sa ligne de prêt à porter Jean Mara, le César d'Honneur reçu en 1980 ou sa correspondance avec Jean Cocteau.

Le musée dévoilera des pièces entrées dans l'histoire du 7ème Art français telles que le costume brodé porté par Jean Marais dans Peau d'Âne ou encore la reconstitution du masque de La Belle et la Bête. Les débuts du comédien seront aussi au programme à travers les clichés de ses premières séances d'essai tandis que la confirmation de son statut de star sera symbolisée par l'exposition de son César d'honneur reçu en 1980.

Au-delà du Jean Marais acteur, cette rétrospective lèvera un coin de voile sur le Jean Marais artiste avec notamment ses différentes sculptures, ses illustrations de contes pour enfants ainsi que ses différentes toiles. Dans le domaine de la vie privée, les visiteurs pourront découvrir la correspondance qu'il entretenait avec Jean Cocteau.

Voici quelques-uns des nombreux « trésors » que le grand public pourra découvrir dès le 4 novembre au Musée de Montmartre à Paris dans le cadre de l'exposition que l'agence Arts'Talents (fondée par Romain Leray et Didier Jovenet détenteurs de l'un des plus grands fonds européens de costumes et d'accessoires de cinéma) et le musée ont conjointement organisée à l'occasion des dix ans de la disparition de Jean Marais :
Le costume brodé du roi de PEAU D'ANE
Le masque de LA BELLE ET LA BETE reconstitué sur les indications de Jean Marais après le tournage
Les premiers croquis d'adolescent au trait incroyablement proche de celui de Jean Cocteau
Les clichés des premières séances d'essais professionnels
Les bronzes, toiles et aquarelles
Les esquisses de sa ligne de prêt à porter, baptisée «Jean Mora», lancée dans les années 70 et à la modernité étonnante
Les récompenses dont le César d'Honneur reçu en 1980
Les costumes, photographies et affiches de films et de théâtre
Les terres cuites et sculptures
Les illustrations de contes pour enfants
Les maquettes de décors
La correspondance avec Jean Cocteau…


Jean Marais, l'artiste

Acteur, il fut le plus ardent des caméléons. Artiste, il fut aussi le plus doué des touche-à-tout. «L'art m'attire, me fascine, j'aime m'en approcher. Je respecte l'artiste, j'aimerais lui ressembler, mais place trop haut l'art pour me croire artiste»1, s'empressait-il pourtant d'ajouter. Peinture, sculpture, dessin, et même stylisme, Jean Marais voguera toute sa vie au gré de ses envies et de ses passions.

Rattrapé par le cinéma alors qu'il se prédestinait à une carrière de peintre, Jean Marais n'abandonnera jamais pour autant ses crayons et ses pinceaux. Entre deux tournages, pendant ses loisirs, il se mettra devant son chevalet… Sa technique est digne des miniaturistes du Moyen Âge. Avec une habileté exceptionnelle et l'obsession de la belle ouvrage, il passera des heures, des jours, des semaines, parfois plusieurs mois pour réaliser une oeuvre. Picasso, qui souhaita acquérir ses créations, l'encouragea à consacrer plus de temps à cet art. Son réalisme pictural donnera naissance à un monde poétique, d'une grande sensibilité, s'inspirant de son quotidien, de sa vie et de l'environnement où la nature et les animaux occupent une place particulière.


Autoportrait peint en 1935. Jean Marais a 22 ans.
Huile sur bois.
© DR - Collection particulière - ARTS' TALENTS EDITIONS
(extrait de l'ouvrage qui sort le 4 novembre en librairie)

Le peintre complètera toujours le comédien. Mais pas seulement. En 1941, par goût esthétique prononcé, mais aussi par souci d'économie, il se mettra à dessiner des costumes et des décors. Il réalisera cette année-là ceux de Valse 1900 pour Jeannine Charrat et Roland Petit. Dix ans plus tard, Britannicus, à la Comédie-Française, sera une de ses plus belles créations. Il travaillera alors avec les ateliers de Robert Piguet, un des grands couturiers de l'époque. Pour la première fois dans la maison de Molière, un acteur assumera le jeu d'acteur, la mise en scène mais également la création des décors et des costumes. Il poursuivra avec La Machine infernale de Jean Cocteau en 1953, Pygmalion de George Bernard Shaw en 1955, L'Apprenti fakir avec George Reich en 1957, Le Disciple du diable adapté par Jean Cocteau, OEdipe-roi de Jean Cocteau en 1958, Cocteau-Marais en 1983 et Bacchus de Jean Cocteau en 1988.
Du costume de scène, il passera presque naturellement au costume de ville. Son élégance, que l'on résume trop facilement à du dandysme, lui donnera un jour l'envie de créer sa propre ligne de prêt-à-porter.
Il se lancera en 1970 sous le pseudonyme de Jean Mora. Un désir créatif influencé par trois personnalités d'exception: Coco Chanel, amie de Jean Cocteau; Christian Bérard, créateur de costumes, décorateur, magicien dans l'art du drapé, conseiller artistique qui habillera Jean Marais à de multiples occasions, comme Les Montres sacrés, L'Aigle à deux têtes, La Belle et la Bête ou Orphée; enfin, son grand ami André Bardot, maître tailleur de l'après-guerre dont l'atelier de la rue La Boétie était couru du Tout-Paris. Il habillera Jean Marais à la ville comme à la scène notamment lors des différents galas de l'Union des Artistes où ses costumes d'une coupe parfaite feront sensation. L'homme vu par Jean Marais ? Ce sera une collection complète, comprenant plus de 50 pièces ainsi que des accessoires et des foulards.



Ces dessins, d'une extrême précision, sont aujourd'hui d'une modernité déconcertante: casquette à bout carré, sac-serviette, trench-coat croisé, pull daim et laine, blouson cintré, polo laine tricoté très fin, smoking blanc, costume de plage bouffant à l'orientale, gilet du soir en cuir…
Pour réaliser sa collection d'accessoires et en particulier ses foulards, il peindra des gouaches sur toile d'esprit arts primitifs, mêlant des couleurs très vives, chatoyantes à des motifs géométriques. Pour les ceintures et les boutons de manchettes, il jouera sur les anagrammes où l'on retrouve toujours le JM. Pourtant, malgré un grand lancement médiatique avec un défilé à l'hôtel Bristol, ces collections ne rencontreront pas le succès escompté.
Qu'importe, il va bientôt s'intéresser à un autre univers artistique.

A la fin des années 70, Jean Marais s'initie à la se lance dans ce qui sera la dernière passion créatrice de sa vie, la sculpture en terre cuite, qui sera aussi une histoire d'amitié. Grâce à un marchand de terre, il rencontre Jo Pasquali, potier, qui lui apprendra les rudiments du tournage. Et il se liera aussi à son épouse Nini Pasquali qui lui proposera d'ouvrir une galerie. C'est ainsi qu'il se mettra à tourner et à sculpter des oeuvres de toute nature, parmi lesquelles des pièces monumentales comme Le Passe-muraille dont la sculpture en bronze se trouve place Marcel-Aymé à Paris. Tignasse blanche, barbe chenue, yeux bleus délavés, il aurait dû interpréter sur scène, à la fin de sa vie, Rodin, avant que Bruno Nuytten ne s'empare du projet pour le cinéma. Drôle de clin d'oeil du destin!
«J'ai découvert la peinture à 10 ans, le stylisme à 50, la poterie à 60 et la sculpture à 73ans. On croirait à une blague», confiait-il dans un éclat de rire en 1992. Aujourd'hui, on se dispute ses oeuvres et on reconnaît l'incroyable palette de son talent. Un pied de nez du destin qui l'aurait beaucoup amusé…


Communiqué :
http://www.museedemontmartre.fr/images/marais_dp.pdf


Catalogue :
Edité par ARTS' TALENTS EDITIONS, un catalogue/livre d'art reprenant les oeuvres les plus rares et les pièces les plus marquantes de l'exposition JEAN MARAIS, L'ETERNEL RETOUR accompagne l'événement.
Retraçant l'ensemble et la diversité de la carrière de Jean Marais, richement illustré de centaines de photographies et documents inédits, cet ouvrage est disponible en librairie à partir du 4 novembre 2008.
224 pages, 49 €
ISBN : 978-2-9532901-0-39782953290103



Exposition de Sylvester Engbrox "Hyperceptions"
Location:
Galerie VivoEquidem
113, rue du Cherche-Midi
75006 Paris
M° Duroc, Falguière, Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)9 61 26 92 13
Mail : galerie@vivoequidem.net
Internet Site : www.vivoequidem.net
Description:
du 5 mars au 13 juin
du lundi au samedi, de 14h à 19h30 et sur rendez-vous

Du 5 mars au 30 mai 2009, la galerie VivoEquidem présente une exposition de peintures de l'artiste d'origine allemande Sylvester Engbrox.


Engbrox, Katrin with Handbag, 2008, huile sur toile, 180 x 140

"ENGBROX, Hyperceptions" dévoilera une vingtaine de nouvelles toiles montrées lors d'accrochages successifs. Il s'agit de la deuxième manifestation consacrée à cet artiste après un premier événement organisé il y a tout juste un an à la galerie.

Figurative et ancrée dans notre monde actuel, la peinture de Sylvester Engbrox met en scène des personnages, souvent dénudés, évoluant dans des atmosphères étranges. De ces figures et décors inspirés par des images de notre quotidien (presse grand public, internet) ou des références plus personnelles (Andy Warhol, le cinéma de David Lynch), résultent une réalité réinventée par l'artiste. Il n'y a en effet aucun jugement ou constat dans les représentations d'Engbrox, et c'est de là que réside la force de sa peinture, parfaitement en phase avec cette ère numérique où les réalités sont multiples et polymorphes.

Natif de Kleve en Allemagne, Sylvester Engbrox s'installe en France au milieu des années 80. Photographe à ses débuts, il expérimente la peinture dans les années 90, puis dirige un temps un label indépendant de musique, avant de revenir pleinement à la peinture il y a trois ans. Nourri de toutes ces expériences, Sylvester Engbrox propose un art inclassable qui est à découvrir à la galerie VivoEquidem, le temps d'une exposition événement qui fera escale à Glasgow Art Fair en avril.


ENGBROX, Hyperceptions

Ceux qui ont eu l'occasion de voir la première exposition de Sylvester Engbrox en 2008 ont assurément pu assister à la genèse d'un artiste hors du commun.

Certes, quelques-unes des toiles avaient plus de dix ans, mais elles n'avaient jamais été montrées et la promiscuité de ces premières oeuvres avec celles de 2005, 2006 et 2007 (entre-temps, l'artiste avait cessé de peindre) constituait la « soupe originelle » d'un monde en formation dont nous avions alors sous les yeux tous les éléments primordiaux.

Aujourd'hui, l'univers de Sylvester Engbrox est en pleine expansion et dans la vingtaine de nouvelles toiles que nous exposerons trois mois durant, en plusieurs fois, entre le 4 mars et le 30 mai prochain à la galerie VivoEquidem (avec une étape à la Glasgow Art Fair, fin avril), nous verrons comment l'acte créateur d'Engbrox s'est déplacé d'une über-réalité à une über-perception.

Avec Jean-Luc Chalumeau, qui a rédigé la préface du catalogue de 2008, nous étions arrivés à la conclusion que Sylvester Engbrox n'appartenait en fait à aucune école, mais qu'il émanait directement de la complexité du monde contemporain, bombardé d'images, essentiellement numériques.

Cette über-réalité (sur/hyper-réalité) se caractérisait par l'absence de jugement et de constat dans les représentations d'Engbrox, et ce, malgré un réalisme intentionnel certain. Tous ses personnages évoluaient dans des environnements étranges, parfois hostiles (série des Air Disaster), inquiétants (Pool 1 et 2, Moni) souvent dénudés, mais sans que l'on puisse jamais attribuer à l'image (c'est-à-dire venant d'elle exclusivement) une sensation précise d'angoisse, d'attente ou d'érotisme, bien que les femmes de Sylvester soient physiquement attractives.

Evidemment, le fait que Sylvester Engbrox soit de la génération qui a grandi à Düsseldorf dans les années soixante-dix et quatre-vingt et qu'il ait reçu une très solide formation de photographe à Arles ne sont pas sans significations.

Pour lui, le monde visible de sa jeunesse, des reliquats de la Nouvelle Objectivité aux fulgurances de Gerhard Richter en passant par les images diffusées à grande échelle des actions de la RAF, a constitué un « fond » nourricier évident.

Là-dessus s'est ajouté tout Andy Warhol, le cinéma de David Lynch, la photographie des Becher et la musique de Kraftwerk.

Enfin, le « Sud » comme il le dit (en fait la France, où il habite, et la Grèce, où il va souvent), par opposition au « Nord » allemand qui se méfie de tout acte de séduction, a achevé la formation de ce regard particulier qui est le sien.

Ainsi, Sylvester Engbrox, en raison de sa culture d'origine et de sa formation de photographe, s'est toujours intéressé à une certaine projection de la réalité qu'il a mis aussitôt en doute puisque cette réalité mentait, trompait, cherchait à manipuler et se voulait surtout définitive. Lui qui, depuis des années, a compilé et classé méthodiquement des dizaines de milliers d'images tirées de la presse grand public, des magazines de télévision ou d'Internet, a assez vite su que le monde dans son domaine sensible, s'il existe bel et bien, n'est pas aussi vrai qu'on le dit ou qu'on cherche à nous le faire croire. En fin de compte, il a constaté puis accepté que le monde est la totalité des faits et non des choses.

L'ère numérique qu'Engbrox a quasiment vu naître et qu'il a accompagné au plus près a confirmé cet état de fait. En effet, la « chose numérique » – c'est même son essence – n'oublie rien, ne jette rien, elle accumule sans cesse toutes les réalités les unes après les autres, et toutes sont vraies, successivement. Aujourd'hui, grâce à la technologie, nous pouvons les retrouver presque instantanément, sous leur forme exacte telles qu'elles nous furent proposées initialement. Devant cette multitude, nous sommes alors obligés d'admettre qu'il n'existe pas de vérité « originelle », une doxa de la réalité.

Le regard d'artiste de Sylvester Engbrox est peut-être l'un des premiers à s'être adapté à ce nouvel horizon.

Sylvester Engbrox est né en 1964 à Kleve en Allemagne.
Il est admis à l'école des Arts décoratifs qu'il quitte en 1986 pour venir s'installer à Paris.
En 1991, il est diplômé de l'Ecole nationale supérieure de photographie à Arles.
Correspondant pour deux magazines allemands le Select et The Manipulator.
Revient à la peinture dans les années quatre-vingt dix.
Chargé de la photothèque au cabinet de photographies anciennes du musée Rodin, il crée parallèlement jusqu'en 2004
un label de musique indépendant «Home Laboratoire Moderne» qui édite des CD de compilations d'artistes pop.

Depuis 2005 il reprend son activité de peintre.
En 2008, est organisée sa première exposition à la galerie VivoEquidem.


Relais (Extrait d'un entretien avec Max Torregrossa en octobre 2008)

"J'ai toujours considéré mon rôle dans la fabrication d'images comme celui d'un relais. Ce principe repose sur deux notions : réception et émission. Pour pouvoir émettre, si on ne se contente pas de s'émettre uniquement soi-même, il faut d'abord avoir une bonne capacité à recevoir. Et pour recevoir, il faut, dans un premier temps, mettre en arrière-plan sa propre personne. Un artiste peut complètement brouiller cette réception de signaux par ses pensées, ses ambitions, etc.

Mon processus de travail est basé sur l'accumulation d'images. Je range ces images physiquement, mais aussi mentalement. Les images qui m'intéressent le plus sont celles qui traversent le filtre de rangement de mon cerveau pour atterrir dans l'inconscient. Avant de peindre ces images, je dois aller pêcher ces images dans mon inconscient, un processus qui nécessite une certaine disponibilité pour recevoir. Quand Andy Warhol dit « I want to be a machine », j'entends par là qu'il voudrait entrer dans une sorte d'état de méditation qui lui permette de s'oublier lui-même et mieux voir ce sur quoi il travaille.

C'est ensuite que je donne à l'image le statut d'émetteur en la peignant. L'implication de ma personne dans ce processus de travail reste donc limitée. Elle se résume à la consommation d'images, à la réception d'une image inconsciente latente et à la décision de la peindre ou non.

On peut dire que je mène une recherche sur les images intérieures qui sont le symptôme d'un bombardement massif par des images extérieures. Si je cherche une généralisation de mon propos, je sais pertinemment que je suis limité malgré tout par une réalité que je ne peux pas contourner : je ne peux que partir de moi-même comme sujet d'étude. C'est à partir de mon propre prisme, de mon inconscient individuel, que je peux ensuite tendre vers une image collective."


Engbrox, Man in an Armchair, 2007, huile sur toile, 140 x 110 cm

Engbrox parle de la peinture et de la photographie :
http://www.vivoequidem.net/artiste/engbrox/sylvester/videos/peinture/photographie/269-29,18.html

Jean-Luc Chalumeau présente l'exposition de 2008 :
http://www.vivoequidem.net/artiste/engbrox/sylvester/videos/presentation/jean/luc/chalumeau/269-22,18.html

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090303_Sylvester_Engbrox.pdf

08:00  
09:00 [09:00-11:00] Petit-déjeuner de presse de Futur en Seine
Location:
Forum des Images
2, rue du Cinéma
Forum des Halles
Porte Saint-Eustache
75001 Paris
M° Les Halles
France
Mail : contact@forumdesimages.fr
Internet Site : www.forumdesimages.fr
Description:

10:00
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:30-19:00] Rencontre avec Brigitte Fontaine
Location:
Fnac Paris - Ternes
26-30, avenue des Ternes
75017 Paris
M° Ternes
France
Phone : 0 825 020 020
Fax : +33 (0)1 44 09 18 01
Mail : etoile@fnac.tm.fr
Internet Site : rendezvous.fnac.com/home_magasin.asp?SHP=42
Description:
forum du magasin

Rencontre avec l'artiste iconoclaste, figure extravagante de la scène française, pour la sortie de trois livres qui ne ressemblent à rien (Archambaud/Les Belles Lettres) : "Contes de Chats" mini-roman magnifiquement illustré par Jean-Jacques Sempé, "Rien", un recueil de poèmes et "L'iconciliabule", un livre d'entretiens avec soi-même". Des ouvrages pleins d'une écriture à la fois familière et onirique où la chanteuse devient enchanteresse...


[18:00] Exposition "Confessions / Portraits, vidéos"
Location:
Musée Rodin
Hôtel Biron
79, rue de Varenne
75007 Paris
M° Varenne
France
Phone : +33 (0)1 44 18 61 10
Fax : +33 (0)1 44 18 61 30
Internet Site : www.musee-rodin.fr
Description:
sur invitation

10 avr. - 23 août 2009

Dans une approche presque anthropologique, les photographies et les vidéos de Gillian Wearing mettent en scène des hommes et des femmes, saisis dans leur intimité. L'artiste fait autant appel à des individus ordinaires qu'à des comédiens, dans un va-et-vient entre mise en scène du quotidien et exploration documentaire.

[18:00] Exposition "Edward Grinberg & ses amis"
Location:
Galerie Chappe
Highest Gallery in Paris
4, rue André Barsacq
21, rue Chappe
75018 Paris
M° Abbesses, Anvers
France
Phone : +33 (0)1 42 62 42 12
Mobile : +33 (0)6 70 71 46 30
Mail : galeriechappe@gmail.com
Internet Site : www.fotolog.com/galerie_chappe
Description:
Architecte, peintre, sculpteur, Edward Grinberg est le lauréat d'une bourse de recherche de l'université de Princeton, Etats-Unis et le concepteur du système Domobile.

Visant la symbiose automobile/ville, ce système propose la création d'un nouveau type de voiture : la domobile, composante architecturale mobile, pleinement intégrées au tissu urbain.

En oeuvrant sur la réalisation d'une opération pilote, le système Domobile a été présenté au Centre Pompidou, sous la forme d'une exposition de 150 m2, ainsi que dans une trentaine de musées et centres culturels en France et à l'étranger, parmi lesquels les Musées de Science de New York et Bangkok.

Parallèlement à ses activités d'architecte et d'urbaniste, Edward Grinberg a exposé tableaux et sculptures dans de nombreuses galeries d'art partout dans le monde, notamment à Paris, New York et Los Angeles.

Auteur d'essais et de livres pour enfants, Edward Grinberg prépare actuellement un ouvrage illustré sur le système Domobile.

[18:00-22:00] Exposition collective "Science versus Fiction"
Location:
Bétonsalon
Centre d'art et de recherche
47, quai Panhard et Levassor
9, esplanade Pierre Vidal-Naquet
Esplanade des Grands Moulins - Rez-de-chaussée de la Halle aux Farines
75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 84 17 56
Fax : +33 (0)1 45 84 17 56
Mail : info@betonsalon.net
Internet Site : www.betonsalon.net
Description:
http://www.betonsalon.net/spip.php?article155

10/04 - 06/06/2009
Vernissage le jeudi 9 avril de 18h à 22h en présence des artistes

NAVETTE CONJOINTE Ferme du Buisson / Bétonsalon
A l'occasion du vernissage de l'exposition Science versus fiction, nous vous invitons également à découvrir l'exposition Gianni Motti à la Ferme du Buisson. (+ d'info sur la Ferme du Buisson)
:: Départ pour la Ferme du Buisson : 18h30 devant l'Opéra Bastille (vernissage Gianni Motti)
:: Départ de la Ferme du Buisson vers Bétonsalon : 20h45. Arrivée prévue 20 min après
:: Réservation indispensable au 01 64 62 77 77

SCIENCE VERSUS FICTION

Artistes : Christophe Berdaguer & Marie Péjus, Olafur Eliasson, Judith Fegerl, Ceal Floyer, HeHe (Helen Evans , Heiko Hansen), Guillaume Leblon, Vincent Mauger, Michel Paysant, Tobias Putrih, Ariel Schlesinger, Alberto Tadiello, Luca Vitone
Scientifiques : Denis Bartolo, José Bico & Benoît Roman, Benjamin Haffner & Rémi Margerin

Une proposition de Mélanie Bouteloup et Hélène Meisel

« L'imagination est tout aussi importante dans les arts que dans les sciences. Les nouvelles découvertes, les nouvelles avancées dans les sciences, même d'un point de vue rétrospectif, ne suivent aucun cheminement logique. Elles soulèvent de nouvelles questions, elles ouvrent la possibilité de nouvelles voies à explorer, tout comme le font de nouvelles créations en art. »
Israël Rosenfield dans Que diriez-vous d'un supplément de vie ?, cat. expo. Berdaguer et Péjus [Le Lieu Unique, Nantes, 2006]

Dans le quartier encore en chantier de la ZAC Paris Rive Gauche, l'exposition Science versus fiction propose d'articuler architecture, sciences et imagination. Ici, versus signifie moins l'opposition que le rapprochement via une approche pragmatique de l'architecture, par l'expérimentation et la mise à l'épreuve de ses matériaux. L'exposition défend une approche sensible et individuelle du bâti. Le test psychologique et la déambulation seront nos outils d'observation, la science expérimentale notre mode opératoire. La distinction objet d'art/de sciences s'annule au profit de seuls objets de recherche, testant les qualités physiques et psychiques du corps de l'habitant, la mise en oeuvre des matériaux et leurs comportement. Les démarcations entre artistes, chercheurs, architectes et ingénieurs tombent également, sous l'effet d'un recours commun aux schémas rapides et modèles réduits, bricolages et essais intuitifs.

[18:00] Exposition d'Esther Ferrer "Dans le cadre de l'art"
Location:
Galerie Lara Vincy
47, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 72 51
Fax : +33 (0)1 40 51 78 88
Mail : contact@lara-vincy.com
Internet Site : www.lara-vincy.com
Description:
10 avril - 30 mai 2009
du mardi au samedi de 14h 19h
Vernissage jeudi 9 avril à partir de 18h

[18:00] Exposition d'Y LIVER "THE EYES MOVEMENT THE MEN MIGRATION AND YOU"
Location:
Galerie ESTACE
45, rue Amelot
75011 Paris
M° Chemin Vert, Bréguet - Sabin
France
Mobile : +33 (0)6 61 19 89 17
Mail : contact@estace.fr
Internet Site : www.estace.fr
Description:
01 avril 09 - 02 mai 09
du mardi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous
VERNISSAGE & PERFORMANCE le 9 AVRIL à partir de 18H

Après l'exposition “JUDE” à Berlin et leur participation à la Biennale de l'Architecture de Venise, David Liver & Rugiada Cadoni présentent leurs dernières œuvres à la galerie Estace.

Photos, écriture, vide, vidéo, dessins... Y LIVER nous emmène dans son univers en nous tenant la main.

Rassuré par l'évidence des références, on pérore mais la main nous lâche soudainement.

Tout est bouleversé, les codes qu'on croyait connaître n'ont finalement pas la signification qu'on leur prêtait...
Tout est à refaire... Les codes n'ont pas changés... Ils ne sont pas les mêmes...


[18:00] Exposition de Brissoni
Location:
Galerie Terre des Arts
34, rue Pérignon
75015 Paris
M° Ségur, Cambronne, Sèvres - Lecourbe
France
Phone : +33 (0)1 44 38 11 22
Internet Site : www.terredesarts.com
Description:
du 9 au 30 avril


[18:00-21:00] Exposition de Corentin Grossmann "cornflakes pleiade"
Location:
Galerie Jeanroch Dard
13, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 27 35
Mail : info@jeanrochdard.com
Internet Site : www.jeanrochdard.com
Description:
du 9 avril au 12 mai
du mardi au samedi de 12h à 19h

Né en 1980 à Metz (France), Corentin Grossmann vit et travaille à Berlin.
Diplômé en 2006 il obtient en 2008 une bourse de résidence pour Berlin. Son travail est une recherche permanente de formes hybrides par lesquelles il propose des connexions entre des domaines de réflexion que l'on tient trop souvent cloisonnés. Des représentations archétypales, des icônes, ou encore des imageries populaires vont se trouver déréglées, parasitées par un mode de réécriture personnel faisant surgir certains mécanismes inconscients d'associations d'idées.
Ces formes, qu'il s'agisse de vidéo, de dessin ou de dispositif utilisant la projection, résultent d'une vision qui se déplace de l'échelle cellulaire au grand ensemble à dimension humaine voire cosmique.
"Si je me réfère à une réalité locale, partielle, minuscule, ou très courte c'est pour mieux l'inscrire dans les mouvements interdépendants, et infiniment complexes des innombrables éléments qui composent notre cosmos. L'ambiguïté de la démarche réside aussi dans cette pensée dont la tendance structurante est d'avance vouée à l'échec. Il peut être question, non sans humour, de la chose la plus légère et la plus grave à la fois ; les mettre en relation, sans hiérarchie aucune est une poésie qui me plaît."


"neukölln 1", 2008
graphite sur papier
142,2 x 79 cm

[18:00] Exposition de Daniel Roviras
Location:
Galerie Pierre Marie Vitoux
3, rue d'Ormesson
Place Sainte-Catherine
75004 Paris
M° Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 48 04 81 00
Fax : +33 (0)1 48 04 56 99
Mail : info@galeriemarievitoux.com
Internet Site : www.galeriemarievitoux.com
Description:
peintures

du 9 avril au 2 mai 2009
Vernissage le 9 avril à partir de 18 heures

Une humanité d'ombres vivantes, très colorées, fortement présentes surgissent des tableaux de Roviras.
Actions, attentes, cris, les émotions sont inscrites sur les visages fermés, frontaux pour la plupart, dans une atmosphère brumeuse où se noient corps et formes. Une clarté irradiante troue l'espace transformant en visions bibliques ces peintures de la vie quotidienne et leurs violences.
" De l'autre côté ", ce que nous taisons à travers le temps sont comme révélés...Ce que nous aimerions chasser revient.
Nous voyons flotter les silhouettes fantomatiques : l'espace se creuse, le juge écrase la foule, derrière la vitre les visages se chargent d'intensité, les apparitions voyagent avec le paysage, simple poussière de matières colorées et lumineuses.
Les peintures de Roviras donnent du souffle à l'irrespirable.
Marie Vitoux


[18:00] Exposition de Dolande
Location:
V Contamporary art gallery
48, rue du Roi de Sicile
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 29 47 34
Mobile : +33 (0)6 15 58 62 67
Mail : contact@5contemporary.com
Internet Site : www.5contemporary.com
Description:
Du 09/04/2009 au 30/04/2009
Vernissage mis en scène par l'artiste le 9 avril à partir de 19h

Jean Dolande est un artiste à la fois provocateur et aimant. Son registre est l'émotionnel. D'un tempérament extraverti et généreux, Jean Dolande déploie son talent hors des sentiers battus, à son aise dans le vertige de l'infiniment grand et de l'infiniment petit.
Dans sa volonté d'interpeller, il s'invite dans les plus grands musées lors d'accrochages interdits, tels 1 minute au Musée du Louvre, 2 heures au Musée d'Orsay et 3 heures au Musée Jacquemart-André. Après avoir déclamé que "le Louvre est le Père-Lachaise de l'Art" il enterre le jour de la Toussaint une de ses œuvres au cimetière du Père-Lachaise.
(Films visibles sur son site jeandolande.com)
L'exposition présentée à la galerie Véra Amsellem propose une douzaine de ses œuvres les plus récentes. De formats divers (de 195 x 135 cm à 40 x 27 cm), leur harmonie s'organise autour de trois couleurs dominantes : le rouge, le blanc et le noir. Jean Dolande utilise une technique mixte au couteau, à la spatule et au pinceau. Ses couleurs résultent d'un mélange complexe de poussières de volcans, de poudres minérales et végétales. Jean Dolande joue des correspondances entre les gammes de couleur, le corps et l'âme. Son travail est vibratoire : la couleur répond à l'appel de l'inconscient.
Sa peinture éclaire magistralement ces vers de Rimbaud dont chacun porte le souvenir :
"A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes..."
Le 9 avril, soir du vernissage, de 19h à 21h, une mise en scène sera déployée devant la galerie : quatre œuvres du concept RedLine sur l'état d'urgence de la planète.

[18:00-21:00] Exposition de Ghazel "Me"
Location:
Maison Rouge
Fondation Antoine de Galbert
10, boulevard de la Bastille
75012 Paris
M° Quai de la Rapée, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 40 01 08 81
Fax : +33 (0)1 40 01 08 83
Mail : info@lamaisonrouge.org
Internet Site : www.lamaisonrouge.org
Description:
dans le vestibule

du 9 avril au 3 mai 2009
vernissage en présence de l'artiste : jeudi 9 avril de 18h à 21h

Ghazel présente Me 2003-2008, une série de films courts, des « home movies » aux allures de performances. A partir d'une inspiration autobiographique, Ghazel dévoile de manière cynique et légère la question du statut de la femme en Iran, de son intégration et de son identité universelle, en tant qu'être humain.

Ghazel est née en 1966 à Téhéran (Iran)/ Vit et travaille à Paris et à Téhéran.

[18:00-21:00] Exposition de Gianni Motti
Location:
Centre d'art contemporain de la Ferme du Buisson
Scène nationale de Marne-la-Vallée, Centre d'art et de curiosités culturelles
Allée de la Ferme
Noisiel
77448 Marne-la-Vallée Cedex 2
M° RER A Noisiel
France
Phone : +33 (0)1 64 62 77 77
Fax : +33 (0)1 64 62 77 99
Mail : contact@lafermedubuisson.com
Internet Site : www.lafermedubuisson.com
Description:
du 9 avril au 7 juin
Mercredi, samedi, dimanche de 14h à 19h
Sur rendez-vous en semaine

Vernissage jeudi 9 avril de 18h à 21h
Navette gratuite sur réservation au 01 64 62 77 77
Départ 18h30 face à l'Opéra Bastille

Gianni Motti est un artiste à part. Avec une parfaite désinvolture, il s'attaque à tous les registres de la sphère sociale et s'improvise en génie du détournement. Il met en scène son propre enterrement, revendique des catastrophes naturelles.. Manipulateur de l'actualité quotidienne, il est capable de tout pour parasiter la société politique ou médiatique.
En période de crise économique mondiale, l'artiste concevra à la Ferme, lieu emblématique du développement d'un certain « capitalisme idéal » au XIXe siècle, un projet inédit qui mettra une fois de plus radicalement à l'épreuve nos systèmes de valeurs.

[18:00] Exposition de Joël Barbiero
Location:
Galerie Gilles Naudin
GNG
3, rue Visconti
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 64 71
Mail : infos@galeriegng.com
Internet Site : www.galeriegng.com
Description:
Exposition du 7 avril au 9 mai 2009
Vernissage le jeudi 9 avril à partir de 18 heures


[18:00] Exposition de Marc Giai-Miniet "Petits théâtres muets pour un désastre intime
Location:
Galerie Lefor Openo
29, rue Mazarine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 46 33 87 24
Fax : +33 (0)1 46 33 19 40
Mail : leforopeno@aol.com
Internet Site : www.leforopeno.com
Description:
9 avril – 7 mai 2009

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090409_Giai-Miniet.pdf


[18:00] Exposition de Philippe Richard «Souvent, d'ailleurs, parfois»
Location:
Galerie Bernard Jordan
77, rue Charlot
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple, République
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 61
Mail : galerie.bernard.jordan@wanadoo.fr
Internet Site : www.galeriebernardjordan.com
Description:
Vernissage jeudi 9 avril à partir de 18h
Exposition du 9 avril au 30 mai 2009

[18:00-21:00] Exposition de Raphaël Boccanfuso "DO NOT DISTURB"
Location:
Fondation Suisse
Pavillon Suisse / architecte Le Corbusier 1930-33
7, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 44 16 10 10
Fax : +33 (0)1 44 16 10 30
Mail : contact@fondationsuisse.fr
Internet Site : www.fondationsuisse.fr
Description:
Vernissage le jeudi 9 avril de 18h à 21h
Exposition du 9 avril au 10 mai 2009

Sur une proposition de la Galerie Patricia Dorfmann, le Pavillon suisse à la Cité Internationale Universitaire de Paris est très heureux d'offrir à l'artiste franco-suisse Raphaël Boccanfuso carte blanche pour prendre possession du lieu à sa manière drôlement provocante, en pied de nez à l'architecture de Le Corbusier.
Le communiqué de cette exposition a été rédigé par l'artiste lui-même, sous forme de lettre personnelle adressée directement à la directrice du Pavillon suisse, Yasmin Meichtry.

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090409_Boccanfuso_verso.pdf
http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090409_Boccanfuso_recto.pdf
http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090409_Boccanfuso_CP.pdf

[18:00] Exposition de Sabine Jamme "Coproculture"
Location:
Mycroft
13, rue Ternaux
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier
France
Mail : contact@mycroft.com.fr
Internet Site : www.mycroft.com.fr
Description:
Vernissage le jeudi 9 avril 2009 à partir de 18 heures, performance à 20h

Bonus Track le samedi 11 avril 2009 à partir de 16 heures, finissage tea party

Exposition du 08 au 11 avril 2009, de 15h à 20h

Audio, photo et vidéo. Lecture, écriture et sculpture. Objets, textes et dessins. Sabine Jamme ne limite pas son champ d'intervention à une pratique artistique statique et unique, monotone. Elle se joue des médiums et des champs sémantiques. Elle mélange les genres et les travestit, explose leurs barrières pour en tirer un art par essence nomade et protéiforme, multi-instrumental et polysémique. Bien souvent acidulés, aguicheurs et moqueurs les travaux de Sabine Jamme semblent un brin enfantins et modestes. Et pourtant, si les dessous sont frivoles, l'apparence elle s'avère trompeuse. Ici, point de simplicité mais une pratique engagée et volontariste, complexe.
Vincent Chomaz

http://sameplayer.free.fr/

http://mycroft.com.fr/public/coproculture/coproculture_presse.pdf


[18:00-21:00] Exposition de Sylvain Polony "All over... the wall!"
Location:
Galerie Defrost
7, rue du Vertbois
75003 Paris
M° République, Temple, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 44 61 01 73
Mobile : +33 (0)6 15 39 09 18
Mail : contact@defrost.fr
Internet Site : www.defrost.fr
Description:
du 9 avril au 16 mai

Comment accrocher, assembler, occuper la cimaise, comment re-définir les limites du tableau ..?
Ce sont là quelques unes des questions que pose la nouvelle exposition de Sylvain Polony présentée par la galerie Defrost.

Poursuivant son utilisation des infinies possibilités formelles qu'offre abstraction, l'artiste concentre son propos sur un questionnement : celui des limites physiques de l'oeuvre peinte. Les plaques d'aluminium couvertes de peinture industrielle, typiques de son travail, ne sont plus comprises comme des tableaux, mais comme les composantes d'une installation, créant des tensions, agissant les unes sur les autres dans un jeu d'assemblages et d'associations. Alors que nous sommes assaillis d'images virtuelles, cette exposition rappelle que la peinture est matière, volume, présence physique. L'affirmation de cette réalité par la mise en évidence des profilés et des châssis métalliques apparents, permet de comprendre le tableau comme un «objet», sans pour autant détourner l'oeil de la surface peinte...
Paradoxalement, si pour ce faire les moyens picturaux sont de plus en plus simples, voir minimalistes (des matières-surfaces de peintures sans motifs ou compositions évidentes- c'est la partition des panneaux qui crée la composition), la peinture n'en est que plus affirmée. Elle envahit même l'espace et s'affirme à l'état brut : a savoir de la couleur étalée sur un support. Le lien avec l'espace est d'autant plus fort que les assemblages de pièces permettent de sortir du cadre du tableau pour «déborder» sur les murs, occuper la cimaise en créant des dynamiques spatiales. En utilisant autant le vide entre les pièces que les pièces elles-mêmes, (ainsi que leur volume), l'artiste poursuit un dialogue avec des disciplines telles que le design, l'architecture, et abolit la différence entre accrochage et installation. Ces aspects, déjà présents dans la production antérieure de Sylvain Polony, sont ici pleinement exploités au profit d'un tableau « objet », voir « objectif » dans l'affirmation de sa matérialité.
Le tableau « objet », objet de la peinture, exhibe donc sa volumétrie, sa réalité, sa profondeur…
Au sein d'une même pièce, d'un même « tableau », les surfaces peintes se présentent parfois sur différents plans, créant des effets de relief appuyant les matières même de la peinture. Cette problématique de l'objet peint, accroché au mur, n'est pas sans rappeler le minimalisme américain de Donald Judd, voir certains aspects de Support-Surface, même si le sujet de cette exposition est bien plus l'assemblage -
accrochage des pièces présentées qu'une réflexion sur le support en lui-même.
Poursuivant avec rigueur une démarche picturale assumée, Sylvain Polony nous donne a voir, à rêver, à penser, et affirme ainsi ce qu'est le regard d'un artiste : une attitude, un point de vue, une manière d'occuper l'espace…
En somme : un engagement.

http://www.sylvainpolony.com

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090409_Polony.pdf


[18:00] Exposition de printemps au musée de l'Erotisme
Location:
Musée de l'Érotisme
72, boulevard de Clichy
75018 Paris
M° Blanche
France
Phone : +33 (0)1 42 58 28 73
Mail : info@musee-erotisme.com
Internet Site : www.musee-erotisme.com
Description:
Jacques Charrier "L'école de l'extase"
Matthieu Flory "Eros Vinyls"
Ceytaire "cet air coquin"

Invitation :
http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090409_printemps.pdf

A cette occasion, Jean-Pierre Ceytaire dédicacera son nouveau livre Cet air coquin paru aux éditions RAGAGE.
Plus d'informations sur cet ouvrage :
http://www.editions-ragage.com/image-support/cet-air-coquin.php
Plus d'informations sur cette soirée :
http://ragagetouch.com/
http://www.ceytaire.com
http://www.myspace.com/ceytaire




[18:00] Exposition « Vide & Plénitude »
Location:
Espace Commines
17, rue Commines
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 53 56
Fax : +33 (0)1 42 77 81 61
Mail : mc-bouhours@commines.com
Internet Site : www.espace-commines.com
Description:
7 avril 2009 - 25 avril 2009

Exposition « Vide & Plénitude »

8 artistes : AN Zong-Dé, LEE Bae, SHIN Sung-Hy, U Sunok, Rémy HYSBERGUE, Dominique PERRAULT, Georges ROUSSE, Michel VERJUX

Cette exposition est une rencontre entre artistes contemporains coréens et français renommés. La notion d'espace vide empli d'énergie, présente dans la peinture traditionnelle asiatique, connaît des développements originaux chez les artistes coréens contemporains. En Occident, l'espace vide correspond à la rupture de la perspective dans l'art moderne qui aboutit au monochrome ou l'abstraction et qui, après l'art conceptuel, s'exprime dans des travaux sur la lumière et l'immatérialité. Cette idée d'espace vide peut se manifester à travers une très grande diversité de formes.

Cette exposition s'organise en trois parties : la surface (LEE Bae, SHIN Sung-Hy, Rémy HYSBERGUE), l'ouverture (U Sunok, Dominique PERRAULT) et le lieu (AN Zong-De, Georges ROUSSE, Michel VERJUX). Les artistes dans la section de la surface vont présenter leurs recherches sur la peau de la toile à travers plusieurs expérimentations sur la surface/profondeur (peinture par strates, déconstruction de l'intérieur/extérieur de la toile, peintures sur miroir…) L'ouverture est un espace de communication, libre et ouvert. Cette idée est positive, créative, et permet de connecter deux cultures différentes, d'ouvrir un passage entre l'Asie et l'Occident, surtout entre la Corée et la France. Le lieu se transforme dans le passage du temps, il contient des traces de la mémoire, il se libère de l'objet pour devenir lumière.

Préface du catalogue : Philippe DAGEN
Commissaire de l'exposition : KIM Sou-Hyeun

[18:00] Inauguration de l'exposition « Les Trésors du Mont Athos »
Location:
Petit Palais
Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris
avenue Winston Churchill
5, avenue Dutuit
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 53 43 40 00
Internet Site : www.petitpalais.paris.fr
Description:
sur invitation

Du 9 avril au 5 juillet 2009 sera présentée au Petit Palais (Avenue Winston Churchill 75008 Paris) une exposition exceptionnelle d'œuvres d'art byzantin en provenance du Mont-Athos.

Cette exposition est conçue comme une rétrospective regroupant deux cents œuvres du IXe au XVIIIe siècle choisies parmi les collections de grands monastères grecs du Mont-Athos tels Vatopédi, Iviron, Xenophontos, Dionysiou ou Pantocrator ainsi que de Karyès, site de l'administration de la Sainte Montagne. Elles donnent à voir la vie et la production artistique de ce haut lieu spirituel dans ses différentes facettes, et témoignent en particulier des rapports qu'a entretenus la péninsule avec l'Empire byzantin.

La plupart de ces œuvres offrent la particularité de n'avoir jamais quitté le Mont-Athos, en dehors de celles qui furent présentées à Thessalonique lors d'une exposition en 1997.

L'exposition sera ouverte tous les jours, de 10h à 18h sauf les lundis et jours fériés. Nocturne le jeudi jusqu'à 20h.

[18:00] Rencontre avec Jean-Marc Scanreigh
Location:
Le cabinet d'amateur
12, rue de la Forge Royale
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Faidherbe - Chaligny, Charonne
France
Phone : +33 (0)1 43 48 14 06
Mail : contact@lecabinetdamateur.com
Internet Site : www.lecabinetdamateur.com
Description:
dans le cadre de l'exposition "Feuilles libres"

[18:00-21:00] Vernissage de Gosti
Location:
Galerie Daniel Besseiche
33, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 40 46 08 08
Mobile : +33 (0)6 99 23 62 19
Fax : +33 (0)1 40 46 08 60
Mail : info@besseiche.com
Internet Site : www.besseiche.com
Description:
09 avril - 09 mai 2009

http://www.boz-art.com/gosti

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090409_Gosti.pdf


[18:30-22:00] Exposition "Le Mac, 25 ans déjà !"
Location:
Grande Arche de La Défense
1, parvis de La Défense
92044 Paris la Défense
M° La Défense
France
Phone : +33 (0)1 49 07 27 27
Fax : +33 (0)1 49 07 27 50
Mail : tourisme@grandearche.com
Internet Site : www.grandearche.com
Description:
Musée de l'Informatique - Toit de la Grande Arche

du 10 avril au 31 décembre 2009

Alors que l'état de santé du Président d'Apple Steve Jobs reste préoccupant, son produit iconique, le Mac, fête ses 25 bougies cette année. Pour l'occasion, une exposition est mise en place au Musée de l'Informatique (au sommet de la Grande Arche de la Défense), accessible tous les jours de 10h à 20h à partir du 11 avril.

La rétrospective permet de redécouvrir les ordinateurs de l'époque (des colonnes énormes et hors de prix, qui ramaient pour afficher 3 pixels monochrome animés), l'Osborne (premier ordinateur portable), les consoles des 80's… Indispensable pour tous les geeks dignes de ce nom.


[18:30] Exposition "MECANIQUES DU CORPS" de STELARC
Location:
Centre des Arts d'Enghien-les-Bains
12-16, rue de la Libération
95880 Enghien-les-Bains
M° Gare SNCF Enghien-les-Bains
France
Phone : +33 (0)1 30 10 85 59
Fax : +33 (0)1 30 10 88 99
Mail : accueilcda@cdarts.enghien95.fr
Internet Site : www.cda95.fr
Description:
exposition du 10 avril au 28 juin 2009
vernissage le 09 avril à partir de 18h30 en présence de Stelarc
performance Exoskeleton Robot à 19h30

Artiste australien pionnier de l'hybridation entre le corps et la technologie, Stelarc s'est illustré par sa pratique de la performance.
Au centre même de ses recherches, le corps et celui de l'artiste en particulier, est augmenté de machines, incorporant à ses dispositifs le son, la musique, Internet, la vidéo et les ordinateurs.
Cette exposition est un focus percutant, une application inédite de l'appareil biologique et du design... au sens où le corps est redésigné, redessiné, réorchestré au fil de vidéos, photos, prototypes... un cabinet de curiosités nouvelles générations en somme revu et corrigé par Stelarc lui-même !

édition d'un ouvrage publié à l'occasion de l'exposition

Artiste australien pionnier de l'hybridation entre le corps et la technologie, celui-ci s'est notamment illustré par sa pratique de la performance. Au centre même de ses recherches, le corps et celui de l'artiste en particulier, est augmenté de machines, incorporant à ses dispositifs le son, la musique, Internet, la vidéo et les ordinateurs.
Ses projets convoquent la question de la prothèse, tant mécanique que virtuelle ou encore biologique, dans une idée du corps comme architecture évolutive.
Stelarc explore donc des dispositifs anatomiques alternatifs en mettant au point des structures -sculptures- capables d'augmenter le corps dans ses fonctions quotidiennes. Ses « exosquelettes » deviennent des mécaniques robotisées incroyables qui apparaissent tels des prolongements de l'ossature humaine. Il met également au point un bras articulé qui vient se greffer sur le corps à la façon d'un troisième membre supérieur.
Ses recherches scientifiques remettent en question par la même l'acceptation du corps humain sensible, enveloppe de l'âme et de la psyché et soulèvent plutôt les thèmes polémiques de l'utilisation de la transplantation et de la greffe à titre expérimental.
Cette exposition est donc un focus percutant, une application inédite de l'appareil biologique et du design… au sens où le corps est redésigné, redessiné, réorchestré au fil de vidéos, de photos, de prototypes… un cabinet de curiosités nouvelle génération en somme revu et corrigé par Stelarc lui-même !

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090409_Stelarc.pdf


[18:30] Exposition d'Aurélie Prissette et Nicolas Crouzevialle
Location:
Galerie Arcima
161, rue Saint-Jacques
75005 Paris
M° RER B Luxembourg, Cluny - La Sorbonne
France
Phone : +33 (0)1 46 33 00 11
Fax : +33 (0)1 46 34 83 10
Mail : placeauxartistes@gmail.com
Description:
photographies d'Aurélie Prissette
peintures de Nicolas Crouzevialle

du lundi 30 mars au 19 avril
Ouvert tous les jours de 11h30 à 20h30, sauf dimanche
vernissage le jeudi 9 avril à partir de 18h30

Aurélie Prissette
http://www.myspace.com/aurelie_prissette

Nicolas Crouzevialle
http://www.nicolascrouzevialle.com



[19:00] Expo photo de Zorgomatic "ADVERTISING PIN-UPS"
Location:
Les Furieux
74, rue de la Roquette
75011 Paris
M° Voltaire, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 47 00 78 44
Fax : +33 (0)1 47 00 03 57
Mail : lesfurieux@noos.fr
Internet Site : www.lesfurieux.com
Description:
ce mois-ci les Furieux vous présentent un photographe marseillais qui nous a provoqué un vrai coup de coeur Eric ZORGO (ZORGOMATIC)
il nous propose sa vision moderne de la pin-up au fil des âges mettant leur charme au service de la pub

du 7 avril au 3 mai

http://pinupmoods.free.fr




[19:00] Exposition "Vestiaire"
Location:
Espace Art & Liberté
3, place des Marseillais
Centre Commercial La Coupole
Niveau -1
94220 Charenton-le-Pont
M° Liberté
France
Phone : +33 (0)1 46 76 68 05
Fax : +33 (0)1 46 76 66 12
Mail : frederic.mette@charentonlepont.fr
Internet Site : www.charentonlepont.fr
Description:
Du 09/04/2009 au 07/05/2009

Vestiaire ; endroit où l'on ôte ses habits. C'est un endroit commun et intime.
On y laisse un lourd manteau, une carapace, une peau. On y est nu comme après une mue.
Le vestiaire comme un lieu de transformation ; tantôt chaud plein d'odeurs, de vie, de voix, de chaleur, de sel, de couleurs et ensuite vide, avec un gant, une chaussette ou un parapluie oublié et des pas qui résonnent sur un vide couleur chambre d'hôpital.
Le vestiaire comme un témoin vie-mort.
Le vestiaire où on va abandonner un peu de soi comme les certitudes ou habitudes qui nous habillent. Le vestiaire comme un endroit mémoire où on laisse une part de nous comme de vieux oripeaux.
Le vestiaire-panique où l'on ne retrouve plus ses habits ; celui où l'on a tout perdu.
Celui où l'on pleure sa défaite.
Il y a aussi le vestiaire pour spectacle plein de joie d'excitation et d'impatience.
Et le dernier vestiaire...
Boistine

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090409_Vestiaire.pdf

[19:00] Exposition d'Isatoma
Location:
Galerie d'Art de Corbeil
7, cloître Saint-Spire
91100 Corbeil-Essonnes
M° RER D Corbeil-Essonnes
France
Phone : +33 (0)1 64 96 80 79
Mail : blaise.d@mairie-corbeil-essonnes.fr
Internet Site : www.corbeil-essonnes.com/spip.php?rubrique219
Description:
Peintures – Assemblages – Bas-reliefs

Dans l'oeuvre d'Isatoma, des portes s'ouvrent, des vagues vous soulèvent, des méandres s'enroulent puis se déroulent, des morceaux de phrases vous offrent des pistes à suivre…

Voyage initiatique, entre rêve et réalité, où mer, terre et astres vous content la danse de la vie, de l'enfance à la mort, de la mort à la renaissance. En un mot, une exposition : unique !

Du 2 au 26 avril
Vernissage le jeudi 9 avril à 19h

[19:00] Exposition d'Uta Schotten
Location:
Espace Canopy
19, rue Pajol
75018 Paris
M° La Chapelle
France
Mobile : +33 (0)6 06 72 26 67
Fax : +33 (0)1 55 79 70 74
Mail : canopy@labelette.info
Internet Site : www.labelette.info
Description:
Dans le cadre de son programme «Octopus Européen», l'Espace Canopy présente Uta Schotten du 9 avril au 17 mai 2009, vernissage mercredi 9 avril 2009 à 19h.

[19:00] Exposition « ZAC Pajol : un éco-quartier pilote en 2012 »
Location:
Mairie du 18ème arrondissement
1, place Jules Joffrin
75877 Paris Cedex 18
M° Jules Joffrin
France
Phone : +33 (0)1 53 41 18 18
Internet Site : mairie18.paris.fr
Description:
Du 6 au 25 avril
Exposition ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 17h, nocturne le jeudi à 19h30, samedi de 9h à 12h30

Une exposition durable sur un éco-quartier pilote au cœur du 18e a lieu du 6 au 25 avril 2009, à la mairie du 18e.

Destinée au grand public, cette exposition retrace l'histoire du quartier Pajol, depuis la période romaine jusqu'aux projets futurs : une auberge de jeunesse de 330 lits, un IUT de 600 étudiants, un collège de 500 élèves (livré en 2009), un centre sportif, un pôle d'entreprises, près d'un hectare de jardins…

Une exposition ludique et écologique, réalisée avec des matériaux réutilisables, recyclables et recyclés : panneaux d'exposition, frises, signalétique, mobilier en carton recyclé, affiches en papier recyclé, partenariat avec des entreprises sensibles au développement durable et au respect de l'environnement.

Des visites « jeune public » sont organisées les mercredis 15 et 22 avril. Inscription en mairie du 18e : dominique.lemoine@paris.fr / 01 53 41 17 82

[19:00-22:00] Festival Cité Talents 2009
Description:
Maison du Portugal - Cité Universitaire Internationale

19H00 - 19H15 : Mot d'AIRCUP
19H00 - 19H30 : Mot de la Délégation Générale
19H30 - 19H45 : Mot du Directeur de la Maison du Portugal
19H45 - 20H15 : Présentation des artistes
20H30 - 21H00 : Remise des prix
21H00 - 22H00 : Buffet

[19:00-22:00] Soirée shopping Mango
Location:
Boutique Mango Paris Opéra
6, boulevard des Capucines
75009 Paris
M° Opéra
France
Description:

[19:00] Sortie d'arearevue n° 18 : art et valeurs
Location:
La Réserve d'area
50, rue d’Hauteville
Fond de cour - 2ème étage
75010 Paris
M° Bonne Nouvelle, Château d'Eau
France
Phone : +33 (0)1 45 23 31 52
Fax : +33 (0)1 45 23 37 80
Mail : area.paris@wanadoo.fr
Internet Site : www.lareserveparis.com
Description:
En ouverture de ce 18e numéro tout en noir & blanc ? c'est la crise ?, Bruno Durieux, Inspecteur Général des Finances, ne remet pas en cause l'idée que l'équilibre entre l'offre et la demande est encore le meilleur système pour fixer la valeur des choses, sur quelque marché que ce soit... Par contre, pour Marc Guillaume, économiste, la valeur, drapée dans son illusion, fait jouer un double jeu à plus d'un artiste. Bernard Sichère, philosophe, nous invite à quitter la civilisation de la valeur pour celle de la parole, donc du silence. Frédéric Keck, proche de l'anthropologie, nous parle du rôle critique de la sociologie qui démontre que les valeurs sont avant tout sociales. Charles-Henri Filippi, banquier, défend le contrat social souhaité pour atténuer les tensions que crée la monnaie d'aujourd'hui, quand les "monnaies" d'Afrique, vestiges de la culture du fer, ne peuvent que nous rendre admiratifs et modestes.
Maurice Attia, écrivain et psychanalyste, voit dans l'acte créatif une nécessité quasi-vitale à l'équilibre psychique. Marie-Jo Bonnet s'interroge sur la valeur de la place des femmes dans l'histoire de l'art.
Du côté des artistes, Mark Brussenous entraîne dans des voyages épiques. Vik Munizfait le tour de The Beautiful Earth, avec strass et oeufs de lump, quand Dix10vend à prix coûtant la représentation de l'objet non singulier du supermarché. Le Louvre reçut Tunga, sous la pyramide de Pei, avant de livrer la belle Joconde à Yan Pei-Ming. Shepard Faireyrenouvelle l'art politique américain, dans un pas de côté par rapport au Pop Art. Pierre Pinoncelli, toujours en guerre contre les dévôts de l'art, ne peut pas rejeter les pratiques clandestines du Mail Art ou celles de l'Art Furtif relevant d'expériences plus lucides que naïves. Quant à Rindy Sam, était-elle si lègère sinon amoureuse lorsqu'elle déposa ses lèvres sur le triptyque de Cy Twombly ?
Ils ont tous manipulé le billet, ce bout de papier valorisé, que l'on plie et déplie, que l'on interprète, que l'on griffone... Cat Chow, Fiona Hall, Halley McCulloch, John Jones, Justine Smith, Subodh Gupta, Ray Beldner, Tracey Emin, Bernadette Delrieu, Nina Dotti, Jean-Baptiste Ngnetchopa, Cildo Meireles, Christian Zeimert...
La valeur, quand tu nous tiens, retient encore Rodney Graham, Horacio Cassinelli, Philippe Garel, Gregory Athea, Barbara Kruger, Joël Ducorroy, François Zabaleta, Jean Kapera...
Pierre Descarguesnous raconte une des Cessions de zone de sensibilité picturale immatérielle d'Yves Klein sur les bords de Seine. L'October Gallery quitte le port de Londres à bord d'Heraclitus. Julien Blaine, provocateur poétique, chute, chut ! A corps et à cris. Ghislain Mollet-Vieville, l'infiltré, agent d'art d'un marché bien réel, conseille, expertise, collectionne. Deux témoignages d'artistes, auprès des malades, à l'hôpital de Mexico et au centre thérapeutique Popincourt, à Paris. Qu'en sera-t-il du 104, établissement artistique de la Ville de Paris, en mai 2009 ? Pour Jean-Louis Martinelli, le Théâtre Nanterre-Amandiers, dont il est le directeur, est encore un lieu où l'on peut encore travailler grâce à l'énergie de l'équipe artistique et à l'engagement des acteurs. Georges Bernanos, Charles Péguy et Paul Claudel ont été les instruments de l'émancipation de Jacques Julliard. Pierre Daix, à l'école de la Résistance, du parti communiste et de... Pablo Picasso, raconte. Quand Philippe Artiasrapporte ce que doit être la peinture, Claude Lanzmannachève l'écriture de ses mémoires et Claire Paulhan, éditrice, transmet le témoignage de singuliers disparus. Hommage à Franciszek Starowieyski, et Jack Vanarsky.


[19:00] « Villa Arpel au CENTQUATRE, décor du film Mon Oncle de Jacques Tati »
Location:
Le CENT QUATRE
104, rue d'Aubervilliers
5, rue Curial
75019 Paris
M° Stalingrad, Crimée, Riquet
France
Phone : +33 (0)1 40 05 51 71
Fax : +33 (0)1 40 05 54 45
Mail : contact@104.fr
Internet Site : www.104.fr
Description:
Vernissage de l'installation de la « Villa Arpel au CENTQUATRE, décor du film Mon Oncle de Jacques Tati » en présence de Christophe Girard, adjoint chargé de la culture

Du 10 avril au 3 mai 2009

A l'initiative du maire de Paris, Bertrand Delanoë et de son adjoint à la culture, Christophe Girard, le CENTQUATRE accueille du jeudi 9 avril au dimanche 3 mai 2009 la Villa Arpel, mythique décor du film Mon Oncle de Jacques Tati.
Construit en 1956 aux Studios de la Victorine, à Nice, le décor fut détruit à la fin du tournage.
La Villa fut reconstruite pour la première fois à l'échelle réelle au Salon Futur Intérieur en janvier 2007 pour un public d'amateurs de Design. Aujourd'hui installée dans la Halle Curial du CENTQUATRE, sortie tout droit du film, accessoirisée et éclairée comme au cinéma, rien n'y manque !
Macha Makeïeff, commissaire de l'installation, a imaginé une visite ludique, selon un chemin de ronde : le parcours proposé au public sera à la fois visuel et sonore (extraits de Mon Oncle et des archives publicitaires de l'époque, diffusion de la bande originale du film et
d'extraits musicaux).
Pour cet évènement, la Ville de Paris a souhaité associer le réseau des centres de loisirs et les publics scolaires pour que les plus jeunes puissent découvrir l'univers singulier de Jacques Tati.
Cette installation fait écho non seulement à l'exposition « Jacques Tati deux temps, trois mouvements » de la Cinémathèque française, mais aussi à l'éloge du design coloré de Mon Oncle et de Play Time au Musée des arts décoratifs et, enfin, au spectacle « Salle des fêtes » au Théâtre national de Chaillot.

[19:30-21:30] Afterwork Mini Martini original cocktails
Location:
Streets Hotel by Murano
13, boulevard du Temple
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, République
France
Phone : +33 (0)1 42 71 20 00
Fax : +33 (0)1 42 71 21 01
Internet Site : www.streets-hotel.com
Description:
Guest DJ, Pierre Mathieu
events@muranoresort.com







[23:30] STANDARD MAGAZINE # 23 PARTY
Location:
Chacha Club
47, rue Berger
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 40 13 12 12
Mail : chacha@chachaclub.fr
Internet Site : www.chachaclub.fr
Description:
En after de la galerie Patricia Dorfmann, à partir de 23H30,nous fêtons le Magazine Standard avec en dj's Guests Miss Van der Roche ( Fr – Astrolab Recordings ) et Wilfried ( FR ) !

Guest list chacha : david.herman@standardmagazine.com / davidstandard@gmail.com
Reserver une table : chacha@chachaclub.fr

http://standardmagazine.com
http://myspace.com/standardmag

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés