Wednesday, April 29, 2009
Public Access


Category:
Category: All

29
April 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

  Exposition "Jean Marais, l'éternel retour"
Location:
Musée de Montmartre
12, rue Cortot
75018 Paris
M° Lamarck - Caulaincourt, Abbesses, Anvers, Château Rouge
France
Phone : +33 (0)1 49 25 89 37
Fax : +33 (0)1 46 06 30 75
Mail : infos@museedemontmartre.fr
Internet Site : www.museedemontmartre.fr
Description:
Dates :
Du 4 novembre 2008 au 3 mai 2009
Du mardi au dimanche de 11h à 18h

Tarif : 7 euros, tarif réduit 5,50 euros

A l'occasion des dix ans de la disparition du comédien, l'agence Arts' Talents et le Musée de Montmartre s'associent pour révéler les facettes méconnues d'un artiste aux talents multiples dans le cadre d'une exposition exceptionnelle. Parrainée par Francis Huster, cette rétrospective unique présentera à Paris plus de 1200 pièces pour la plupart inédites touchant au cinéma, à la littérature, au théâtre et aux arts plastiques. L'occasion de découvrir pour le grand public des œuvres exposées pour la toute première fois, regroupées par thèmes et mises en scène pour un véritable parcours initiatique parmi l'ensemble des salles du musée : costumes, dessins, correspondances, peintures, sculptures, terres cuites et souvenirs personnels de Jean Marais.

Le comédien, peintre, metteur en scène, créateur de costumes, décorateur et écrivain, fascinait pour ses talents et sa beauté sculpturale digne d'un marbre antique. Jean Marais habitait Montmartre et son appartement de la rue Norvins fut le rendez-vous de tous les artistes de la Butte. C'est donc tout naturellement le Musée de Montmartre qui lui rend hommage pour célébrer les dix ans de sa disparition avec une exposition dont le titre évoque l'un des films les plus célèbres de Jean Marais, L'Eternel retour de Jean Delanoy, version moderne de la légende de Tristan et Iseult. Francis Huster est le parrain de l'événement qui propose un parcours thématique dans la vie et l'œuvre de Jean Marais, présentant notamment et pour la première fois le costume brodé du roi de Peau d'âne, le masque de La Belle et la bête reconstitué sur les indications de Jean Marais, les premiers croquis d'adolescent du comédien, les esquisses de sa ligne de prêt à porter Jean Mara, le César d'Honneur reçu en 1980 ou sa correspondance avec Jean Cocteau.

Le musée dévoilera des pièces entrées dans l'histoire du 7ème Art français telles que le costume brodé porté par Jean Marais dans Peau d'Âne ou encore la reconstitution du masque de La Belle et la Bête. Les débuts du comédien seront aussi au programme à travers les clichés de ses premières séances d'essai tandis que la confirmation de son statut de star sera symbolisée par l'exposition de son César d'honneur reçu en 1980.

Au-delà du Jean Marais acteur, cette rétrospective lèvera un coin de voile sur le Jean Marais artiste avec notamment ses différentes sculptures, ses illustrations de contes pour enfants ainsi que ses différentes toiles. Dans le domaine de la vie privée, les visiteurs pourront découvrir la correspondance qu'il entretenait avec Jean Cocteau.

Voici quelques-uns des nombreux « trésors » que le grand public pourra découvrir dès le 4 novembre au Musée de Montmartre à Paris dans le cadre de l'exposition que l'agence Arts'Talents (fondée par Romain Leray et Didier Jovenet détenteurs de l'un des plus grands fonds européens de costumes et d'accessoires de cinéma) et le musée ont conjointement organisée à l'occasion des dix ans de la disparition de Jean Marais :
Le costume brodé du roi de PEAU D'ANE
Le masque de LA BELLE ET LA BETE reconstitué sur les indications de Jean Marais après le tournage
Les premiers croquis d'adolescent au trait incroyablement proche de celui de Jean Cocteau
Les clichés des premières séances d'essais professionnels
Les bronzes, toiles et aquarelles
Les esquisses de sa ligne de prêt à porter, baptisée «Jean Mora», lancée dans les années 70 et à la modernité étonnante
Les récompenses dont le César d'Honneur reçu en 1980
Les costumes, photographies et affiches de films et de théâtre
Les terres cuites et sculptures
Les illustrations de contes pour enfants
Les maquettes de décors
La correspondance avec Jean Cocteau…


Jean Marais, l'artiste

Acteur, il fut le plus ardent des caméléons. Artiste, il fut aussi le plus doué des touche-à-tout. «L'art m'attire, me fascine, j'aime m'en approcher. Je respecte l'artiste, j'aimerais lui ressembler, mais place trop haut l'art pour me croire artiste»1, s'empressait-il pourtant d'ajouter. Peinture, sculpture, dessin, et même stylisme, Jean Marais voguera toute sa vie au gré de ses envies et de ses passions.

Rattrapé par le cinéma alors qu'il se prédestinait à une carrière de peintre, Jean Marais n'abandonnera jamais pour autant ses crayons et ses pinceaux. Entre deux tournages, pendant ses loisirs, il se mettra devant son chevalet… Sa technique est digne des miniaturistes du Moyen Âge. Avec une habileté exceptionnelle et l'obsession de la belle ouvrage, il passera des heures, des jours, des semaines, parfois plusieurs mois pour réaliser une oeuvre. Picasso, qui souhaita acquérir ses créations, l'encouragea à consacrer plus de temps à cet art. Son réalisme pictural donnera naissance à un monde poétique, d'une grande sensibilité, s'inspirant de son quotidien, de sa vie et de l'environnement où la nature et les animaux occupent une place particulière.


Autoportrait peint en 1935. Jean Marais a 22 ans.
Huile sur bois.
© DR - Collection particulière - ARTS' TALENTS EDITIONS
(extrait de l'ouvrage qui sort le 4 novembre en librairie)

Le peintre complètera toujours le comédien. Mais pas seulement. En 1941, par goût esthétique prononcé, mais aussi par souci d'économie, il se mettra à dessiner des costumes et des décors. Il réalisera cette année-là ceux de Valse 1900 pour Jeannine Charrat et Roland Petit. Dix ans plus tard, Britannicus, à la Comédie-Française, sera une de ses plus belles créations. Il travaillera alors avec les ateliers de Robert Piguet, un des grands couturiers de l'époque. Pour la première fois dans la maison de Molière, un acteur assumera le jeu d'acteur, la mise en scène mais également la création des décors et des costumes. Il poursuivra avec La Machine infernale de Jean Cocteau en 1953, Pygmalion de George Bernard Shaw en 1955, L'Apprenti fakir avec George Reich en 1957, Le Disciple du diable adapté par Jean Cocteau, OEdipe-roi de Jean Cocteau en 1958, Cocteau-Marais en 1983 et Bacchus de Jean Cocteau en 1988.
Du costume de scène, il passera presque naturellement au costume de ville. Son élégance, que l'on résume trop facilement à du dandysme, lui donnera un jour l'envie de créer sa propre ligne de prêt-à-porter.
Il se lancera en 1970 sous le pseudonyme de Jean Mora. Un désir créatif influencé par trois personnalités d'exception: Coco Chanel, amie de Jean Cocteau; Christian Bérard, créateur de costumes, décorateur, magicien dans l'art du drapé, conseiller artistique qui habillera Jean Marais à de multiples occasions, comme Les Montres
sacrés, L'Aigle à deux têtes, La Belle et la Bête ou Orphée; enfin, son grand ami André Bardot, maître tailleur de l'après-guerre dont l'atelier de la rue La Boétie était couru du Tout-Paris. Il habillera Jean Marais à la ville comme à la scène notamment lors des différents galas de l'Union des Artistes où ses costumes d'une coupe parfaite feront sensation. L'homme vu par Jean Marais ? Ce sera une collection complète, comprenant plus de 50 pièces ainsi que des accessoires et des foulards.




Ces dessins, d'une extrême précision, sont aujourd'hui d'une modernité déconcertante: casquette à bout carré, sac-serviette, trench-coat croisé, pull daim et laine, blouson cintré, polo laine tricoté très fin, smoking blanc, costume de plage bouffant à l'orientale, gilet du soir en cuir…
Pour réaliser sa collection d'accessoires et en particulier ses foulards, il peindra des gouaches sur toile d'esprit arts primitifs, mêlant des couleurs très vives, chatoyantes à des motifs géométriques. Pour les ceintures et les boutons de manchettes, il jouera sur les anagrammes où l'on retrouve toujours le JM. Pourtant, malgré un grand lancement médiatique avec un défilé à l'hôtel Bristol, ces collections ne rencontreront pas le succès escompté.
Qu'importe, il va bientôt s'intéresser à un autre univers artistique.

A la fin des années 70, Jean Marais s'initie à la se lance dans ce qui sera la dernière passion créatrice de sa vie, la sculpture en terre cuite, qui sera aussi une histoire d'amitié. Grâce à un marchand de terre, il rencontre Jo Pasquali, potier, qui lui apprendra les rudiments du tournage. Et il se liera aussi à son épouse Nini Pasquali qui lui proposera d'ouvrir une galerie. C'est ainsi qu'il se mettra à tourner et à sculpter des oeuvres de toute nature, parmi lesquelles des pièces monumentales comme Le Passe-muraille dont la sculpture en bronze se trouve place Marcel-Aymé à Paris. Tignasse blanche, barbe chenue, yeux bleus délavés, il aurait dû interpréter sur scène, à la fin de sa vie, Rodin, avant que Bruno Nuytten ne s'empare du projet pour le cinéma. Drôle de clin d'oeil du destin!
«J'ai découvert la peinture à 10 ans, le stylisme à 50, la poterie à 60 et la sculpture à 73ans. On croirait à une blague», confiait-il dans un éclat de rire en 1992. Aujourd'hui, on se dispute ses oeuvres et on reconnaît l'incroyable palette de son talent. Un pied de nez du destin qui l'aurait beaucoup amusé…


Communiqué :
http://www.museedemontmartre.fr/images/marais_dp.pdf


Catalogue :
Edité par ARTS' TALENTS EDITIONS, un catalogue/livre d'art reprenant les oeuvres les plus rares et les pièces les plus marquantes de l'exposition JEAN MARAIS, L'ETERNEL RETOUR
accompagne l'événement.
Retraçant l'ensemble et la diversité de la carrière de Jean Marais, richement illustré de centaines de photographies et documents inédits, cet ouvrage est disponible en librairie à partir du 4 novembre 2008.
224 pages, 49 €
ISBN : 978-2-9532901-0-39782953290103

Exposition de Sylvester Engbrox "Hyperceptions"
Location:
Galerie VivoEquidem
113, rue du Cherche-Midi
75006 Paris
M° Duroc, Falguière, Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)9 61 26 92 13
Mail : galerie@vivoequidem.net
Internet Site : www.vivoequidem.net
Description:


du 5 mars au 13 juin
du lundi au samedi, de 14h à 19h30 et sur rendez-vous

Du 5 mars au 30 mai 2009, la galerie VivoEquidem présente une exposition de peintures de l'artiste d'origine allemande Sylvester Engbrox.

"ENGBROX, Hyperceptions" dévoilera une vingtaine de nouvelles toiles montrées lors d'accrochages successifs. Il s'agit de la deuxième manifestation consacrée à cet artiste après un premier événement organisé il y a tout juste un an à la galerie.

Figurative et ancrée dans notre monde actuel, la peinture de Sylvester Engbrox met en scène des personnages, souvent dénudés, évoluant dans des atmosphères étranges. De ces figures et décors inspirés par des images de notre quotidien (presse grand public, internet) ou des références plus personnelles (Andy Warhol, le cinéma de David Lynch), résultent une réalité réinventée par l'artiste. Il n'y a en effet aucun jugement ou constat dans les représentations d'Engbrox, et c'est de là que réside la force de sa peinture, parfaitement en phase avec cette ère numérique où les réalités sont multiples et polymorphes.

Natif de Kleve en Allemagne, Sylvester Engbrox s'installe en France au milieu des années 80. Photographe à ses débuts, il expérimente la peinture dans les années 90, puis dirige un temps un label indépendant de musique, avant de revenir pleinement à la peinture il y a trois ans. Nourri de toutes ces expériences, Sylvester Engbrox propose un art inclassable qui est à découvrir à la galerie VivoEquidem, le temps d'une exposition événement qui fera escale à Glasgow Art Fair en avril.


ENGBROX, Hyperceptions

Ceux qui ont eu l'occasion de voir la première exposition de Sylvester Engbrox en 2008 ont assurément pu assister à la genèse d'un artiste hors du commun.

Certes, quelques-unes des toiles avaient plus de dix ans, mais elles n'avaient jamais été montrées et la promiscuité de ces premières oeuvres avec celles de 2005, 2006 et 2007 (entre-temps, l'artiste avait cessé de peindre) constituait la « soupe originelle » d'un monde en formation dont nous avions alors sous les yeux tous les éléments primordiaux.

Aujourd'hui, l'univers de Sylvester Engbrox est en pleine expansion et dans la vingtaine de nouvelles toiles que nous exposerons trois mois durant, en plusieurs fois, entre le 4 mars et le 30 mai prochain à la galerie VivoEquidem (avec une étape à la Glasgow Art Fair, fin avril), nous verrons comment l'acte créateur d'Engbrox s'est déplacé d'une über-réalité à une über-perception.

Avec Jean-Luc Chalumeau, qui a rédigé la préface du catalogue de 2008, nous étions arrivés à la conclusion que Sylvester Engbrox n'appartenait en fait à aucune école, mais qu'il émanait directement de la complexité du monde contemporain, bombardé d'images, essentiellement numériques.

Cette über-réalité (sur/hyper-réalité) se caractérisait par l'absence de jugement et de constat dans les représentations d'Engbrox, et ce, malgré un réalisme intentionnel certain. Tous ses personnages évoluaient dans des environnements étranges, parfois hostiles (série des Air Disaster), inquiétants (Pool 1 et 2, Moni) souvent dénudés, mais sans que l'on puisse jamais attribuer à l'image (c'est-à-dire venant d'elle exclusivement) une sensation précise d'angoisse, d'attente ou d'érotisme, bien que les femmes de Sylvester soient physiquement attractives.

Evidemment, le fait que Sylvester Engbrox soit de la génération qui a grandi à Düsseldorf dans les années soixante-dix et quatre-vingt et qu'il ait reçu une très solide formation de photographe à Arles ne sont pas sans significations.

Pour lui, le monde visible de sa jeunesse, des reliquats de la Nouvelle Objectivité aux fulgurances de Gerhard Richter en passant par les images diffusées à grande échelle des actions de la RAF, a constitué un « fond » nourricier évident.

Là-dessus s'est ajouté tout Andy Warhol, le cinéma de David Lynch, la photographie des Becher et la musique de Kraftwerk.

Enfin, le « Sud » comme il le dit (en fait la France, où il habite, et la Grèce, où il va souvent), par opposition au « Nord » allemand qui se méfie de tout acte de séduction, a achevé la formation de ce regard particulier qui est le sien.

Ainsi, Sylvester Engbrox, en raison de sa culture d'origine et de sa formation de photographe, s'est toujours intéressé à une certaine projection de la réalité qu'il a mis aussitôt en doute puisque cette réalité mentait, trompait, cherchait à manipuler et se voulait surtout définitive. Lui qui, depuis des années, a compilé et classé méthodiquement des dizaines de milliers d'images tirées de la presse grand public, des magazines de télévision ou d'Internet, a assez vite su que le monde dans son domaine sensible, s'il existe bel et bien, n'est pas aussi vrai qu'on le dit ou qu'on cherche à nous le faire croire. En fin de compte, il a constaté puis accepté que le monde est la totalité des faits et non des choses.

L'ère numérique qu'Engbrox a quasiment vu naître et qu'il a accompagné au plus près a confirmé cet état de fait. En effet, la « chose numérique » – c'est même son essence – n'oublie rien, ne jette rien, elle accumule sans cesse toutes les réalités les unes après les autres, et toutes sont vraies, successivement. Aujourd'hui, grâce à la technologie, nous pouvons les retrouver presque instantanément, sous leur forme exacte telles qu'elles nous furent proposées initialement. Devant cette multitude, nous sommes alors obligés d'admettre qu'il n'existe pas de vérité « originelle », une doxa de la réalité.

Le regard d'artiste de Sylvester Engbrox est peut-être l'un des premiers à s'être adapté à ce nouvel horizon.

Sylvester Engbrox est né en 1964 à Kleve en Allemagne.
Il est admis à l'école des Arts décoratifs qu'il quitte en 1986 pour venir s'installer à Paris.
En 1991, il est diplômé de l'Ecole nationale supérieure de photographie à Arles.
Correspondant pour deux magazines allemands le Select et The Manipulator.
Revient à la peinture dans les années quatre-vingt dix.
Chargé de la photothèque au cabinet de photographies anciennes du musée Rodin, il crée parallèlement jusqu'en 2004
un label de musique indépendant «Home Laboratoire Moderne» qui édite des CD de compilations d'artistes pop.

Depuis 2005 il reprend son activité de peintre.
En 2008, est organisée sa première exposition à la galerie VivoEquidem.


Relais (Extrait d'un entretien avec Max Torregrossa en octobre 2008)

"J'ai toujours considéré mon rôle dans la fabrication d'images comme celui d'un relais. Ce principe repose sur deux notions : réception et émission. Pour pouvoir émettre, si on ne se contente pas de s'émettre uniquement soi-même, il faut d'abord avoir une bonne capacité à recevoir. Et pour recevoir, il faut, dans un premier temps, mettre en arrière-plan sa propre personne. Un artiste peut complètement brouiller cette réception de signaux par ses pensées, ses ambitions, etc.

Mon processus de travail est basé sur l'accumulation d'images. Je range ces images physiquement, mais aussi mentalement. Les images qui m'intéressent le plus sont celles qui traversent le filtre de rangement de mon cerveau pour atterrir dans l'inconscient. Avant de peindre ces images, je dois aller pêcher ces images dans mon inconscient, un processus qui nécessite une certaine disponibilité pour recevoir. Quand Andy Warhol dit « I want to be a machine », j'entends par là qu'il voudrait entrer dans une sorte d'état de méditation qui lui permette de s'oublier lui-même et mieux voir ce sur quoi il travaille.

C'est ensuite que je donne à l'image le statut d'émetteur en la peignant. L'implication de ma personne dans ce processus de travail reste donc limitée. Elle se résume à la consommation d'images, à la réception d'une image inconsciente latente et à la décision de la peindre ou non.

On peut dire que je mène une recherche sur les images intérieures qui sont le symptôme d'un bombardement massif par des images extérieures. Si je cherche une généralisation de mon propos, je sais pertinemment que je suis limité malgré tout par une réalité que je ne peux pas contourner : je ne peux que partir de moi-même comme sujet d'étude. C'est à partir de mon propre prisme, de mon inconscient individuel, que je peux ensuite tendre vers une image collective."

Engbrox parle de la peinture et de la photographie :
http://www.vivoequidem.net/artiste/engbrox/sylvester/videos/peinture/photographie/269-29,18.html

Jean-Luc Chalumeau présente l'exposition de 2008 :
http://www.vivoequidem.net/artiste/engbrox/sylvester/videos/presentation/jean/luc/chalumeau/269-22,18.html

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090303_Sylvester_Engbrox.pdf


Nouvelles Collections l'Eclaireur
Location:
Place des Vosges
Place des Vosges
75004 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul, Bastille
France
Description:
Temporairement 3 place des Vosges


Exposition "Maternités, un monde d'amour et de tendresse"
Location:
Réfectoire du Couvent des Cordeliers
Université Pierre et Marie Curie
15, rue de l'Ecole de Médecine
75006 Paris
M° Odéon
France
Phone : +33 (0)1 44 27 81 60
Internet Site : www.refectoire-cordeliers.fr
Description:
Du 15 avril au 7 mai 2009
Ouverture de 11h à 18h du lundi au samedi
Fermé le 1er mai et 2 mai

Dans le cadre de sa politique culturelle et de sa mission Savoir et Culture, l'Université Paris Descartes, université de l'Homme et de sa santé, propose du 15 avril au 7 mai 2009 une première exposition : Maternités, un monde d'amour et de tendresse.

Cinquante oeuvres d'art classique et d'art premier illustrent le thème de la mère et de l'enfant : un regard croisé qui, au-delà de la pluralité des formes et des cultures, explore ce lien sacré fait d'amour et de tendresse. Vierges à l'enfant du monde occidental, guanyin chinoises, maternités africaines, népalaises, précolombiennes… de bois, de pierre, de terre cuite… accompagnées d'objets liés aux rites de fertilité sont là pour rendre un émouvant hommage à chaque femme qui donne la vie.



Sandra Martagex, peintre, et Patrick de Wilde, photographe, en sont l'expression contemporaine.

Patrick de Wilde est rédacteur en chef de l'Expansion Voyages, directeur de collection aux éditions Atlas, chef de rubrique à Jeune Afrique et il collabore depuis une trentaine d'années à de nombreux magazines tels que Grands Reportages, BBC Wilde Life, Animan, Terre Sauvage, Ushuaïa, Géo... au titre de photo reporter.



Sandra Martagex, artiste-peintre, expose en France et à l'étranger (Pays-Bas, Etats-Unis, Belgique...). Elle illustre également plusieurs ouvrages notamment pour le musée Pétrarque à Fontaine de Vaucluse. Son thème de prédilection porte sur l'évolution du corps à travers les âges de la vie.



Cette exposition est onstituée d'œuvres provenant essentiellement de collections privées et de prêts du Musée des Beaux Arts et d'Archéologie Joseph Déchelette à Roanne.

Conçue et scénographiée par le commissaire d"exposition et historien d'art Yvan Brohard, elle entraîne le visiteur dans un voyage dans le temps et dans l'espace à la découverte d'une thématique intemporelle et universelle.

Yvan Brohard a su exploiter les qualités exceptionnelles, mais également les contraintes d'un lieu classé au volume conséquent, qui lui ont fourni les clés même d'une scénographie dépouillée et très réussie.

Elle tient à la mise en valeur, et en lumière, dans un espace à la l'éclairage naturel très tamisé et diffus conférant une atmosphère de sérénité et beauté propice en l'espèce à la thématique retenue, d'une pertinente sélection d'oeuvres.

"Maternités - un monde d'amour et de tendresse"

Ressortissant principalement de la statuaire, les oeuvres sont présentées sur socle sans vitrage, sauf pour les petites pièces, dans les deux espaces structurés par les piliers centraux qui, là encore, qui favorise leur proximité, concourent heureusement à la monstration choisie par le commissaire qui tient à l'évolution de la représentation de la maternité.

Cette évolution, qui est commune à l'art, tient à la représentation première comme objet de culte et moyen d'intercession avec le sacré et le divin. Présentes dans toutes les ethnies, exécutées dans tous les matériaux, les maternités dites "assises" représentent d'abord la déesse-mère, la matrice originelle, la terre, d'où la symbolique de la fertilité et de la fécondité qui y est attachée

L'œuvre la plus émouvante est sans aucun doute celle de la maternité animalière en bois venant du Népal, d'une épure totale, représentant une femelle singe et son petit, dont la délicatesse d'expression repose dans l'embrassement, l'échange de regard et les traits quasi humains.

Elles vont évoluer en maternités "debout" dans des attitudes moins hiératiques qui tendent à une figuration plus humaine écartant la figure de l'idole ou de l'image religieuse pour y substituer celle de mères humaines ce qui n'impliquent pas qu'elles deviennent purement profanes.

Des pièces étonnantes, comme les vierges d'accouchées en faience du 18ème siècle, la statue de Sainte Anne trinitaire italienne du 15ème siècle et l'aisselier népalais, voisinent avec les incontournables vierges à l'enfant, thème récurrent en peinture et en sculpture religieuse chrétienne, telle la belle vierge de tendresse du 16ème siècle espagnol.

Réalistes, symboliques, polychromes ou en calcaire blanc, ces maternités plurielles entrent en résonance avec les photos-portraits contemporains de Patrick de Wilde notamment par la similtude d'attitude.

Une belle exposition à entrée libre à ne pas rater avec en événements collatéraux des conférences dont la dernière, assurée par Brigitte Bouret, conservateur en chef du patrimoine au Musée Déchelette, aura lieu le 6 mai 2009.


3 conférences tout au long de l'exposition :

Lundi 20 avril à 18h
> Du lait au lien : les enjeux de l'allaitement
Catherine ROLLET, professeure à l'Université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines

Lundi 27 avril, à 18h
> Du foetus au bébé. Approches psychanalytiques
Bernard GOLSE, professeur à l'Université Paris Descartes

Mercredi 6 mai, à 18h
> La mère et l'enfant dans la peinture européenne du XVe au XXIe siècle
Brigitte BOURET, conservateur en chef du patrimoine, Musée J. Déchelette, Roanne

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090414_maternites.pdf

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00 [12:00] Cérémonie de remise des insignes à Doug Morris
Location:
Ministère de la culture et de la communication
182, rue Saint-Honoré
3, rue de Valois
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 40 15 80 00
Internet Site : www.culture.gouv.fr
Description:
Cérémonie de remise des insignes d'Officier dans l'Ordre des Arts et des Lettres à Doug Morris, président directeur général d'Universal Music Group

[12:00-20:00] Vernissage d'Eric Fischl "Ten Breaths"
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
du 29 avril au 13 juin

L'artiste américain Eric Fischl expose des sculptures monumentales à la galerie Daniel Templon. « Ten Breaths » est montrée pour la première fois à Paris, après avoir été au Kestner Gesellschaft de Hanovre en 2008. Trois groupes de personnages inspirés d'une troupe de danseurs brésiliens et une figure seule sont présentés ; ils expriment la fragilité et le conflit intérieur de l'être humain.




[15:45] Inauguration de l'exposition "Le Grand Pari(s)"
Location:
Cité de l'architecture et du patrimoine
Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro et du 11 Novembre
7-11, avenue Albert de Mun
45, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 58 51 52 00
Fax : +33 (0)1 58 51 59 39
Mail : com@citechaillot.fr
Internet Site : www.citechaillot.fr
Description:
Inauguration par le Président de la République de l'exposition Le Grand Pari(s), consultation internationale de recherche et développement






[17:00-21:00] Exposition de Gao Qiang "Red River"
Location:
Galerie Albert Benamou
24, rue de Penthièvre
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 45 63 12 21
Fax : +33 (0)1 45 63 22 11
Mail : albertbenamou@gmail.com
Internet Site : www.benamou.net
Description:

[17:30] Exposition "Ma ville, ses gens et moi"
Location:
Espace Beaurepaire
28, rue Beaurepaire
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent, République, Goncourt
France
Phone : +33 (0)1 42 45 59 64
Mail : contact@espacebeaurepaire.com
Internet Site : www.espacebeaurepaire.com
Description:
L'association OSE présente "Ma ville, ses gens et moi".

Exposition du 27 avril au 3 mai - De 12h à 20h30
Vernissage le 29 avril à partir de 17h30

Ma ville, ses gens et moi est une exposition de photographies réalisées par les enfants du Centre Vivette Samuel de l'OSE dans le cadre d`un atelier. Durant les séances, chaque enfant capte à l'aide d`un appareil argentique les images et les ambiances des différents quartiers de Paris. L'exposition nous permet ainsi d'explorer et de montrer à travers l'oeil de l'enfant sa vision, son point de vue sur sa ville, son quotidien, nous donnant ainsi une image étonnante de sa perception de la réalité.









[18:00-22:00] 54ème Salon d'Art contemporain de Montrouge - 2009
Location:
La Fabrique
51, avenue Jean Jaurès
92120 Montrouge
M° Porte d'Orléans, Châtillon - Montrouge
France
Phone : +33 (0)1 46 12 75 74
Description:
Le salon d'art contemporain de Montrouge…
Une étape décisive pour des artistes à découvrir !

Du 30 avril au 20 mai 2009
Ouvert tous les jours de 12h à 20h y compris dimanches et jours fériés
Vernissage le mercredi 29 avril 2009

101 artistes à découvrir

Peinture – Sculpture – Dessin - Vidéo – Photo- Installation…

Avec plus de 12 000 visiteurs en 2008, le Salon d'Art Contemporain de Montrouge est la manifestation la plus ancienne consacrée à la découverte et à la promotion d'artistes émergents. Avec la détermination du Maire de Montrouge, Jean Loup Metton et l'impulsion du nouveau directeur artistique Stéphane Corréard, le Salon d'Art Contemporain de Montrouge prend de nouvelles couleurs en 2009 et renforce son rôle d'accélérateur de carrières.
Alors que la Force de l'art ouvre ses portes au Grand Palais, fin avril, le salon d'Art Contemporain de Montrouge s'impose comme une étape incontournable pour tous les observateurs de la scène artistique française, à partir du 29 avril 2009.

Rendez-vous à retenir !

“Journée interdite aux parents”- Le 6 mai 2009
Visites conférences organisées par les artistes et des conférencières d'Art Eveil
Horaires : 10h30 – 14h et 15h30
Réservée au jeune public sur inscription : 01 46 12 75 74

Visites guidées les dimanches
Tous les dimanches - De 15h à 17h

Nocturnes

Pendant la durée du Salon, trois mercredis soirs
sont consacrés à des nocturnes évènementielles de 20h à 22h30:
- Le 6 mai : Soirée de performances dirigée par Arnaud Labelle – Rojoux
- Le 13 mai : Soirée de débat réunissant les membres du « collège critique » autour d'un grand curateur européen
- Le 20 mai : Concert de l'artiste-musicien Xavier Boussiron

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090429_Montrouge.pdf
http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090429_Montrouge_invitation.pdf

[18:00] Diplômes aux élèves du cycle international long de l'ENA
Location:
Ministère des Affaires étrangères et européennes
Quai d'Orsay
37, quai d'Orsay
1, rue Robert Esnault-Pelterie
75351 Paris
M° Invalides, Assemblée Nationale
France
Phone : +33 (0)1 43 17 53 53
Internet Site : www.diplomatie.gouv.fr
Description:
Cérémonie de remise de diplômes aux élèves du cycle international long de l'ENA, Promotion Emile Zola

[18:00-20:30] Exposition collective
Location:
Galerie Mona Lisa
32, rue de Varenne
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 45 48 17 25
Mail : galerie-monalisa@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerie-monalisa.net
Description:
Mariette Fiorese
Joseph Turpel
Philippe-Gabriel Debois

Exposition du 28 avril au 9 mai 2009
vernissage le mercredi 29 avril 2009 de 18h à 20h30

[18:00-21:00] Exposition collective "insides/insights"
Location:
ANNE+ Art Projects
85, rue Victor Hugo
94200 Ivry-sur-Seine
M° Pierre et Marie Curie
France
Phone : +33 (0)1 49 60 20 10
Fax : +33 (0)1 46 71 42 91
Mail : contact@anneplus.com
Internet Site : www.anneplus.com
Description:
NEVEN ALLANIC
FARAH ATASSI
NATHALIE ELEMENTO
MARIE JEANNE HOFFNER
KAMA SOKOLNICKA

vernissage : Mercredi 29 avril 18h - 21h
exposition 29 avril - 30 mai 2009

L'exposition insides/insights propose une interrogation sur l'expérience du lieu dont la mémoire et la charge émotionnelle transforment le cadre de l'environnement quotidien en univers mental complexe. Décomposé et recomposé par un regard subjectif, l'espace s'éclate en strates multiples où l'imaginaire trouble la présence physique et révele des dimensions inattendues. Les artistes invités, chacun à leur manière, questionnent ce va-et-vient permanent entre les caractéristiques matérielles d'un lieu architectural et les résonances psychologiques qu'il induit. Ainsi, les oeuvres présentées révèlent une dimension allégorique de l'espace en s'imprégnant d'une émotion, d'un souvenir, d'un moment d'histoire. Il est vrai que "nous habitons l'espace", mais aussi que l'espace "nous habite" en devenant un "décor" de notre vie intérieure.


Marie Jeanne Hoffner, Appartement 1, détail, 2003

[18:00-21:00] Exposition d'Alun Williams «The good, the bad and the ugly»
Location:
Galerie Anne Barrault
51, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 51 70 02 43
Mobile : +33 (0)6 62 28 51 68
Mail : info@galerieannebarrault.com
Internet Site : www.galerieannebarrault.com
Description:
du 29 avril au 13 juin

L'artiste britannique, Alun Williams, connu pour son œuvre autour de l'idée du portrait, continue de s'interroger sur l'illusion ou la ressemblance dans la peinture. Et si une tache de couleur, par exemple, était capable de laisser advenir un personnage à la présence plus forte que si le portraitiste en avait composé une reproduction conventionnelle ?

En réponse à l'invitation d'Anne Barrault, Williams organise un casting important, en lançant lui-même une invitation à participer, à une gamme éclectique de personnages, dans le but de faire un portrait de groupe, toute en cherchant à provoquer des rencontres inédites.

Certains vont refuser, d'autres ne seront finalement pas à la hauteur, et il y en aura sûrement même qui enverront des remplaçants. Il paraît qu'un certain Francisco Goya (l'arrière petit-fils?) présidera le comité scientifique, et qu'en tant que modèles, les premiers bruits de couloir annoncent la présence éventuelle d'une brochette de stars et de peoples tels que la Reine Louise de Prusse et le Capitaine Robert Kidd, des super models comme Victorine Meurent, ou encore des Premières Filles de politiciens telles que Hester Leisler, puis certains peintres new yorkais en vogue, comme Dana Schutz et Cecily Brown ou encore le chinois Yue Minjun.


[18:00] Exposition de l'atelier des Epinettes
Location:
La Galerie du C.R.O.U.S. de Paris
11, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 10 99
Fax : +33 (0)1 43 54 10 99
Mail : galerie@crous-paris.fr
Internet Site : www.crous-paris.fr/article.asp?idcat=AABD
Description:
Du mardi 28 avril 2009 au mardi 5 mai 2009

[18:00] Remise des insignes de Grand Officier de la Légion d'honneur à Simone VEIL
Location:
Palais de l'Elysée
55, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau, Madeleine, Concorde
France
Phone : +33 (0)1 42 92 81 00
Internet Site : www.elysee.fr
Description:
Remise des insignes de Grand Officier de la Légion d'honneur à Simone VEIL par le Président de la République

[18:00] SORTIE DU LIVRE "LINDA GLAMOUZE" DE CAMILLE BURGER
Location:
Le Monte-en-l'air
71, rue de Ménilmontant
2, rue de la Mare
75020 Paris
M° Ménilmontant, Gambetta
France
Phone : +33 (0)1 40 33 04 54
Mail : lemontenlair@free.fr
Internet Site : montenlair.wordpress.com
Description:
AUX EDITIONS FLUIDE GLAMOUR


[18:00-21:00] Vernissage d'Hiraki
Location:
Galerie Nichido
61, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Miromesnil, Champs-Elysées - Clemenceau, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 42 66 62 86
Mobile : +33 (0)6 14 18 32 17
Fax : +33 (0)1 42 66 62 86
Mail : nichido@wanadoo.fr
Internet Site : www.nichido-garo.co.jp/paris
Description:
du 23 avril au 29 mai

La galerie Nichido présente les œuvres peintes de l'artiste japonais Koichi Hiraki, qui expose pour la première fois hors du Japon ses créations qui évoquent un rêve surréaliste.

[18:00-21:00] Vernissage de Julien des Monstiers "Les chroniques du Pôle"
Location:
Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 80
Fax : +33 (0)1 48 04 04 80
Mail : info@galerie-gounod.fr
Internet Site : www.galerie-gounod.com
Description:
Peintures et objets divers

Exposition du 29 avril au 30 mai 2009
Vernissage le mercredi 29 avril de 18h à 21h

La galerie a le plaisir de présenter la première exposition personnelle de Julien des Monstiers, réunissant peintures et objets témoignant de la démarche de l'artiste à la recherche de « la dernière aventure » possible, celle des Pôles. L'artiste collecte sur ses toiles les paysages d'une banquise éclatée où les icebergs ressemblent à des vaisseaux fantômes et réunit des objets divers, telles les preuves annonciatrices d'une dévastation programmée.

Ce jeune artiste de vingt cinq ans aborde l'Art comme un « lieu de résistance », pour dit-il se « planquer » pendant la dévastation, dans le foisonnement de ses territoires plastiques, entre peinture et installations.

Si son travail trouve ses sources dans l'actualité, il en est pourtant une démonstration de « l'Après ». Ceci est plus qu'un simple prétexte artistique, mais une intention littérale et formelle de comprendre et de décortiquer le plus gros enjeux de notre époque : la recherche des derniers déserts avec la volonté assumée et frénétique de mener à bien la dernière aventure, celle de la quête de l'ultime réserve de combustibles fossiles.

« Il est essentiel d'opérer une archéologie de notre société, obsédée par le présent comme seule culture. Les phrases et les images que j'épuise de manière absurde sont des vérités, des poèmes publicitaires, de l'évidence instantanée : « épiphénomènes et pires phénomènes, point de non-retour, on y est, la dernière aventure… ». Elles sont des symptômes.

Les objets que je fabrique, assemble et met en scène sont morts, échoués, poétiques et inutiles, créés et aussitôt empreints de nostalgie. Ils sont un point de non-retour, une vitrine de l'amnésie du monde. » J. des Monstiers, 2008

« Blanc, bleu, orange… Au départ, sur cette grande toile carrée, l'œil est happé par la vivacité des couleurs. Une surface de lumière impose sa présence. Les aplats de blanc dominent, envahissent la quasi totalité de l'espace, rehaussés par le contraste d'un orange clair à la base et d'un bleu azuréen dans la partie supérieure… On entre donc dans cette toile par l'abstraction première d'une composition en grandes masses colorées. Pour ajouter à son mystère, le titre – « Quatre-vingt dix pour cent » – annonce une référence chiffrée, peu explicite. Puis on découvre en haut, à gauche, une phrase énigmatique, inversée comme un rébus ou un nom de code : « on y est ». Pascale Lismonde, extrait « Sur une toile de Julien des Monstiers », lacritique.org, 24 juin 2008

Julien des Monstiers est diplômé de l'Ecole nationale supérieure des Beaux arts de Paris en 2008, Lauréat « La critique.org » du Salon des Réalités Nouvelles en 2008, Lauréat du Prix André Parinaud (Galerie Victoria) en 2007.

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090429_Monstiers.pdf


Julien des Monstiers, 90%, 2008, peinture glycéro, adhésifs, 200 cm x 200 cm

[18:00-20:00] Vernissage « Couleurs de l'âme », Ecole Mexicaine d'Art Down
Location:
Instituto Cultural de México à Paris
119, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 44 61 84 44
Fax : +33 (0)1 44 61 84 45
Mail : idemexfra@sre.gob.mx
Internet Site : icm.sre.gob.mx/francia/
Description:
Du 30 avril au 2 juin
Vernissage mercredi 29 avril de 18h à 20h (sur invitation)

La Escuela Mexicana de Arte Down (EMAD), école d'art mexicaine réservée aux personnes atteintes du syndrome de Down (Trisomie 21), est une initiative de la Fondation John Langdon Down. Créée en 1972, au Mexique, cette institution est la première au monde à allier des soins médicaux adaptés à un programme éducatif complet favorisant le développement du potentiel créatif, artistique et intellectuel des personnes souffrant de trisomie 21.
Les oeuvres des artistes de l'EMAD, dont la qualité a été reconnue par de grands peintres mexicains, à l'instar de Anguiano, Cauduro, Soriano et Felguérez, ont fait l'objet de plusieurs expositions au Mexique, aux Etats-Unis, au Canada et en Europe.

[18:00-21:00] vernissage collectif à la galerie Art Présent
Location:
Galerie Art Présent
79, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Les Halles, Rambuteau, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)1 40 27 80 25
Fax : +33 (0)1 42 78 03 07
Mail : info@galerieartpresent.com
Internet Site : www.galerieartpresent.com
Description:
EXPOSITION DU 25 AVRIL AU 8 MAI 2009
VERNISSAGE LE 29 AVRIL DE 18H À 21H

CHANATH, MAHTAB, MAMÈS, FRANCOU, KOSAKOWSKA, BRUYNEEL, MARIE, BOUQUET, MAGNAT, MOURGEON

[18:30] Expo de Gilles Alain "Sénégal Juste pour voir"
Location:
Restaurant Le Nomad's
12/14, rue du Marché Saint-Honoré
75001 Paris
M° Tuileries, Opéra, Pyramides
France
Phone : +33 (0)1 42 60 47 21
Fax : +33 (0)1 42 60 13 31
Mail : contact@nomadsparis.com
Internet Site : www.nomadsparis.com
Description:
du 4 Avril au 6 Juin

Gilles exposera ses tableaux ainsi que des masques, sculptures et objets d'Afrique dans le cadre de son action en faveur des enfants de l'école de N'Guérine.


[18:30] Exposition de Christophe Faso
Location:
Espace Beaujon
208, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile, George V
France
Phone : +33 (0)1 42 89 17 32
Fax : +33 (0)1 53 76 00 84
Mail : info@ebeaujon.org
Internet Site : www.ebeaujon.org
Description:
exposition personnelle du 27 avril au 15 mai 2009
vernissage le mercredi 29 avril à partir de 18h30

« La rage de vivre
Question de vie ou de mort ?

Les œuvres de FASO parlent-elles de la mort ?
L'œuvre est-elle morbide ? Est-ce le regard qu'on porte sur elle qui pourrait l'être? FASO parle de la misère humaine, la détresse, la solitude, la peur, la souffrance beaucoup plus que de la mort.
Que voit-on ? Des corps, du corps pourrait-on dire, des regards, des bouches, des figures pas vraiment individualisées, ou qui dans la souffrance ont perdu ce qui les désindividualisait ? Des êtres mis à nu par la nudité sociale. Ils ont perdu le costume, l'attirail social, toutes ces apparences codées qui permettent de croire et de se faire croire qu'on est comme les autres, qu'on fait partie du groupe, qu'on est plutôt accepté et qu'on peut éviter l'exclusion.
Des êtres tellement mis à nu qu'ils semblent en avoir perdu jusqu'à leur peau. Ils n'ont plus rien pour les protéger de l'extérieur. Ils sont à vif. Ne reste que la profondeur de l'humanité dans ce qu'elle a de vital. » Extrait du texte de Françoise Hoddé.

http://www.christophe-faso.com

[18:30] Exposition de Guy Lucas de Peslouan "Allégories"
Location:
L'Oeil du Huit
8, rue Milton
75009 Paris
M° Pigalle, Saint-Georges, Notre-Dame-de-Lorette, Cadet
France
Phone : +33 (0)1 40 23 02 92
Fax : +33 (0)1 40 23 02 92
Mail : oeilduhuit@wanadoo.fr
Internet Site : www.oeilduhuit.com
Description:
Photographies

Exposition du 28 avril au 10 mai
(galerie fermée les 1er et 2 mai)
Vernissage le mercredi 29 avril à partir de 18h30


[18:30] Exposition du Lions Club - Paris
Location:
Mairie du 8ème arrondissement
Hôtel Cail
3, rue de Lisbonne
75008 Paris
M° Saint-Augustin, Europe
France
Phone : +33 (0)1 44 90 75 08
Internet Site : www.mairie8.paris.fr
Description:
du 27 avril au 7 mai 2009

[18:30-23:00] Soirée IKKS
Description:
3 rue d'argout 2eme

20h0 concert privé Thomas Dutronc
DJ Emma de Caunes

[18:30] Vernissage de Pat Andréa
Location:
Galerie Municipale Julio Gonzalez
21, avenue Paul Doumer
94110 Arcueil
M° RER B Laplace
France
Phone : +33 (0)1 46 15 09 75
Fax : +33 (0)1 46 15 09 72
Mail : galerie-gonzalez@mairie-arcueil.fr
Internet Site : www.arcueil.fr/category/culture-loisirs/galerie-julio-gonzalez/
Description:
du 29 avril au 23 mai 2009
Vernissage mercredi 29 avril à 18h30
Rencontre et dialogue avec l'artiste samedi 16 mai de 14h à 19h

"Pat Andrea est un moderne qui a retrouvé les leçons de l'antique, notamment du grand théâtre grec. Ses monstrueuses poupées sont issues à la fois des nuits profondes de nos inconscients et des lointaines mythologies narrant nos origines." J.Henric _

Les années de formation

Naissance en 1942 de Pat Andréa, fils de l'illustratrice Metti Naezer et du peintre Kee Andréa, à La Haye. Il reçoit son premier prix de dessin en 1948. en 1960, il s'inscrit à l'Académie des Beaux-Arts à La Haye où il fait la connaissance de celui qu'il considère comme son « maitre » , le peintre Westerik. En 1965, il finit ses études et entreprend, pour la seconde fois, un voyage en Espagne, afin de visiter le musée du Prado à Madrid. Durant ces années, Pat Andréa s'immerge dans l'histoire de l'art, découvrant ainsi les maîtres du XXe siècle et également ceux des périodes précédentes : Balthus, Bonnard, Piero de la Francesca, Masaccio, Vermeer, Grünewald ou Bosch. En 1967, il est récompensé du prix de dessin Jacob Maris. Il expose à plusieurs reprises en Hollande : à Amsterdam, Arnhem, La Haye et en dehors de son pays, à Zurich. En 1968, en exposant au Gemeente Museum à La Haye, il rencontre le critique d'art Pierre Sterckx qui introduit son œuvre en Belgique.

Les années 70

Dans les années 1970, il forme, avec les artistes Walter Nobbe et Peter Blokhuis, le groupe ABN. L'année 1976 est cruciale. Pat Andréa expose pour la première fois à Paris sur l'invitation de Jean Clair dans la galerie Jean Briance, ce qui lui permet de voyager en Amérique du Sud et de visiter le Pérou, la Bolivie et l'Argentine. Il arrive en Argentine le lendemain du coup d'état du général Videla. A nouveau à Buenos Aires deux ans plus tard, il observe la nouvelle situation sociale et politique violente et répressive. Cette visite lui fournit de nouvelles sources d'inspiration. Le critique Jean Clair le fait à nouveau participer à une exposition. Intitulée Papiers sur nature et organisée au CNAP, elle donnera naissance au mouvement artistique de La Nouvelle Subjectivité. Des artistes internationaux tels que Ronald B. Kitaj, David Hockney, Jim Dine, Sam Szafran, Antonio Lopez, Isabel Quintanilla, etc, y prennent part. Ils partagent une même vision figurative alternative de la réalité contemporaine, sans aucune prétention théorique ou positionnement idéologique, portés simplement par un désir de peindre bien, de restaurer le rôle du peintre ainsi que ses techniques.

Les années 80 et les années 90

Tout en travaillant entre La Haye, Paris et Buenos Aires, il expose un peu partout dans le monde, des Etats-Unis aux Pays-Bas et de l'Espagne à l'Argentine. Grâce aux galeries belges et espagnole Elisabeth Franck et Juana Mordo, son œuvre est montrée dans les plus importants évènements artistiques tels que la FIAC à Paris, l'ARCO à Madrid, l'Art Fair à Chicago et l'ICAF à Los Angeles.

Les années 2000

Sa notorité internationale se poursuit. Nommé professeur de peinture à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1998, il exerce jusqu'en 2007. Il est élu en 2002 « correspondant » (membre étranger) à l'Académie des Beaux-Arts de l'institut de France. En 2003 , suite à la commande de l'éditrice parisienne Diane de Selliers, il commence à travailler sur les dessins qui serviront à illustrer deux contes de Lewis Carroll : Alice au pays des merveilles et De l'autre côté du miroir. La parution de l'ouvrage en 2006 est suivie de plusieurs expositions de ces dessins au Château de Chenonceau et à Athènes en 2007 ainsi qu'à La Haye en 2008.

Après ce parcours international, Pat Andréa ne pouvait que faire une courte halte dans la galerie municipale Julio Gonzalez et nous présenter un échantillon de son talent.








[19:00] Exposition "Toiles de noces-scènes et coulisses" de Jannick Chiraux
Location:
Théâtre du Lierre
22, rue du Chevaleret
75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 86 55 83
Fax : +33 (0)1 45 86 82 89
Mail : info@compagniedulierre.com
Internet Site : www.letheatredulierre.com
Description:
Série de peintures

du 29/04 au 05/06/2009
Vernissage, le mercredi 29 avril à partir de 19 h, suivi de la pièce de Federico Garcia Lorca, mise en scène par Farid Paya « Noces de sang »

Série de peintures autour de “Noces de sang”

Jannick Chiraux expose ses peintures, du 29 avril au 5 juin 2009.

Entrée libre de 10 h à 13 h / 14 h à 18 h et les soirs de représentation.

http://www.jannick-chiraux.odexpo.com

[19:00] Exposition de Gabrielle Manglou, Vanessa Dziuba et Chloé Julien
Location:
Kiosque / Images
105, rue Oberkampf
Place Verte
75011 Paris
M° Parmentier, rue Saint-Maur, Ménilmontant
France
Mail : kiosque.images@gmail.com
Internet Site : www.myspace.com/lekiosque
Description:
Pour la cinquième édition du Kiosque/images Ann Guillaume et Leylagoor invitent trois artistes : Gabrielle Manglou, Vanessa Dziuba et Chloé Julien.
Gabrielle Manglou joue avec nos habitudes de décryptage d'une image. Elle utilise la couleur comme une grammaire, une grammaire à ce point maîtrisée que sa "syntaxe" prend d'emblée un tour surnaturel. Incantations, rituels flous, sortes de lévitations ça et là, un paysage habité de silhouettes mystérieusement déposées à contre-jour achève de témoigner de l'existence d'un "endroit où vont les choses et les êtres".
Vanessa Dziuba apporte un répertoire de formes, d'objets au faux air d'outils, de machines hydrauliques ininventées, de fragments de paysages fantastiques où le minéral et l'organique se fondent et forment le relief de "lieux utiles". feutres, aquarelle, stylos bic.
Chloé Julien convoque des formes incarnées sur le papier, des réponses vibrantes et haletantes au injonctions de l'inconscient.


[19:00] Fiesta de fin de l'expo "une minute de silence" de Jérémie Grandsenne
Location:
La Blanchisserie
24, rue d'Aguesseau
92100 Boulogne-Billancourt
M° Boulogne - Jean Jaurès
France
Phone : +33 (0)1 41 31 31 41
Fax : +33 (0)1 46 03 18 39
Mail : galerie@lablanchisserie.com
Internet Site : www.lablanchisserie.com
Description:
Fiesta de fin de l'expo "une minute de silence" de Jérémie Grandsenne

[19:00-22:00] soirée de clôture de l'exposition "Beau & Vital" (WWF)
Location:
Galerie YellowKorner Paris Francs Bourgeois
8, rue des Francs-Bourgeois
35, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 42 77 08 43
Mail : galerie.parisfb@yellowkorner.com
Internet Site : store.yellowkorner.com/galeries/paris-francs-bourgeois/A00
Description:
Quand le regard d'un photographe croise l'engagement de la première organisation de protection de la nature, cela donne une exposition en hommage à la biodiversité, un hymne à la vie sauvage : l'exposition Beau & Vital , vue par près de 2 millions de personnes dans les chais de Bercy.

Pour fêter ce succès, je suis heureuse de vous convier au nom du WWF à la soirée de clôture de l'exposition : une vente de tirages limités et signés - en noir et blanc - au profit de notre mission espèces menacées et en présence du photographe, dans le Marais.









[20:00-23:00] Diesel fait parler sa toile
Location:
Magasin Diesel
Diesel Denim Factory
35, rue Etienne Marcel
75001 Paris
M° Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)1 42 21 37 55
Fax : +33 (0)1 42 21 05 48
Internet Site : www.diesel.com
Description:

[20:00-23:50] Soirée Meetic
Location:
Pershing Hall
49, rue Pierre Charron
75008 Paris
M° George V, Franklin D. Roosevelt, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 58 36 58 00
Fax : +33 (0)1 58 36 58 01
Mail : info@pershinghall.com
Internet Site : www.pershinghall.com
Description:
Soirée Meetic











[22:00-23:50] Soirée Elsa Pataky
Location:
Hôtel Kube
3, passage Ruelle
au niveau du 29, rue Marx Dormoy
75018 Paris
M° La Chapelle, Marx Dormoy
France
Phone : +33 (0)1 42 05 20 00
Fax : +33 (0)1 42 05 21 01
Mail : paris@kubehotel.com
Internet Site : www.kubehotel-paris.com
Description:
Soirée Elsa Pataky

13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés