Tuesday, May 19, 2009
Public Access


Category:
Category: All

19
May 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
27 28 29 30 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

  [Cannes] 62ème Festival International du Film de Cannes 2009
Location:
Cannes
Cannes
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Internet Site : www.cannes.com
Description:
Festival International du Film de Cannes 2009

Le Festival de Cannes, autrefois appelé Festival international du film, a été créé en 1946. C'est le Festival du cinéma le plus attendu et le plus médiatisé dans le monde. Pour cette 62ème édition, l'événement aura lieu du 13 au 24 mai.

Cette année, c'est l'actrice française Isabelle Huppert qui présidera le jury de ce 62e Festival de Cannes.

Pour cette nouvelle édition, parmi les 4272 films reçus, ont été retenu 56 longs métrages représentant 32 pays de productions différents (20 films en Compétition, 19 films à Un Certain Regard), 49 premières mondiales et 6 premiers films.
La présélection a également permis de proposer 26 courts métrages (9 en Compétition, 17 à la Cinéfondation), représentants 19 pays.

>> Private parties, soirées, events and photos at the 2009 FIF Cannes

Film d'ouverture
Là-haut de Pete Docter et Bob Peterson

Films en compétition du Festival
A l'origine de Xavier Giannoli
Anti-Christ de Lars von Trier
Bright Star de Jane Campion
Etreintes brisées de Pedro Almodóvar
Fish Tank d'Andrea Arnold
Inglourious Basterds de Quentin Tarantino
Looking for Eric de Ken Loach
Le ruban blanc de Michael Haneke
Les herbes folles d'Alain Resnais
Kinatay de Brillante Mendoza
Map of the Sound of Tokyo d'Isabel Coixet
Nuit d'ivresse printanière de Lou Ye
Soudain le vide de Gaspar Noé
Taking Woodstock d'Ang Lee
The Times That Remains d'Elia Suleiman
Thirst, ceci est mon sang... de Park Chan Wook
Un prophète de Jacques Audiard
Vengeances de Johnnie To
Vincere de Marco Bellochio
Visages de Tsai Ming-Liang

Films hors compétition
Agora d'Alejandro Amenabar
The Imaginarium of Doctor Parnassus de Terry Gilliam
Jusqu'en enfer de Sam Raimi
Panique au village de Vincent Patar et Stéphane Aubier

Film de clôture
Coco Chanel et Igor Stravinsky de Jan Kounen


62ème Festival de Cannes 2009

du 13 au 24 mai 2009

http://www.festival-cannes.fr

[Cannes] 62ème Festival International du Film de Cannes 2009

Vernissage "Le Jardin de Monet à Giverny : l'invention d'un paysage"
Location:
Musée des impressionnismes Giverny
99, rue Claude Monet
27620 Giverny
M° Gare SNCF Vernon
France
Phone : +33 (0)2 32 51 94 65
Fax : +33 (0)2 32 51 94 67
Mail : contact@mdig.fr
Internet Site : www.mdig.fr
Description:
1er mai - 15 août 2009

Commissariat : Marina Ferretti Bocquillon

Le groupe impressionniste se disloque progressivement au cours des années 1880 et ses membres travaillent désormais isolés les uns des autres. L'apparente spontanéité qui avait caractérisé leurs travaux laisse place à un travail beaucoup plus médité et complexe. Après des années difficiles, la carrière de Claude Monet prend un cours favorable quand il s'installe en 1883 à Giverny. C'est alors qu'il commence à connaître un succès réel, et qu'il est reconnu comme un des peintres majeurs de son époque. Pour lui, une nouvelle vie commence et elle s'accompagne d'un renouvellement profond de son travail. Après avoir été l'initiateur de l'impressionnisme, la révolution picturale la plus significative du XIXe, Monet devient un des plus grands peintres français du XXe siècle et le jardin de Giverny est au coeur de cette évolution. En inventant un motif qu'il peindra par la suite, l'artiste inverse en effet la démarche traditionnelle du peintre paysagiste.
L'exposition s'organisera en trois sections, elle comportera une trentaine d'oeuvres peintes, des photographies et documents d'archives. Entièrement consacrée au jardin de Giverny, elle mettra en évidence cette phase essentielle du parcours artistique de Claude Monet. Des oeuvres remarquables seront présentées, dont certaines jamais exposées.
Cette exposition bénéficie de prêts exceptionnels du musée d'Orsay et du musée Marmottan Monet.

1. L'invention d'un paysage (1883-1904)
À Giverny pour la première fois, Claude Monet, qui a toujours aimé et peint la nature et les jardins, a l'occasion d'en dessiner lui-même les contours. Dans le Clos normand original, il organise des parterres d'une profusion florale inouïe. Il crée ensuite de toutes pièces un fascinant jardin d'eau où la nature et son reflet se mêlent inextricablement. L'élaboration en est lente et laborieuse : elle nécessite des acquisitions de terrains et des démarches administratives contraignantes.
Ces transformations durent près de vingt ans - de 1883 à 1904 - et l'artiste modifiera encore les contours de l'étang en 1910.
Au cours de cette période, Monet peint ses premières séries, les Peupliers, les Meules, les Cathédrales, les Matinées sur la Seine, aux environs de sa maison. Il voyage aussi pour trouver de nouveaux motifs : notamment à Bordighera, en Norvège, en Hollande ou à Londres. Mais, à l'exception d'un petit nombre d'oeuvres peintes entre 1887 et 1897, il n'explore pas encore les possibilités picturales du jardin. Son élaboration sera donc évoquée, étape par étape, par des photographies, des lettres et des documents d'archives mis en scène.

2. Monet peintre du XXe siècle (1899-1926)
Tout change au tournant du siècle. En 1899, Monet commence à peindre le jardin de Giverny qui devient rapidement son motif de prédilection. Les formats, ronds, carrés, allongés, sont de plus en plus variés et de plus en plus grands. Les compositions, souvent défocalisées, sont moins lisibles. Progressivement, Monet invente un nouveau langage pictural ; il travaille désormais avec lenteur et difficulté comme en témoigne sa correspondance. De moins en moins objectives, ces toiles sont achevées ou entièrement réalisées à l'atelier. Au début des années 1910, l'artiste se consacre aux Grandes Décorations peintes dont l'aboutissement sera l'ensemble de l'Orangerie.
Les peintres de l'abstraction américaine des années 1950 se sont justement proclamés ses héritiers, mais Monet n'a jamais rompu avec le sujet. L'immersion dans la nature, la proximité du jardin lui sont nécessaires et lui inspirent un lyrisme puissant, absent de ses premières oeuvres impressionnistes. À Giverny, Monet cesse d'être le peintre de la vie moderne et devient le chantre d'une nature foisonnante.

3. L'élaboration d'une image (1905-1926)
Monet, qui avait inventé l'impressionnisme en peignant la Grenouillère côte à côte avec Renoir, a rarement permis aux autres peintres de représenter le jardin de Giverny qui est resté quasi exclusivement « son » motif. Les photographies de Monet dans son jardin sont en outre très nombreuses et furent largement diffusées.
C'est en 1905 que Louis Vauxcelles publie les premières photographies du jardin où l'artiste pose en gentleman-farmer, une figure qui s'efface rapidement au profit de celle du patriarche de Giverny qui s'imposera à la postérité. Les dernières photographies de Monet dans son jardin sont prises par Nickolas Muray vers 1926. Le regard de l'artiste y est caché par des lunettes et elles évoquent irrésistiblement la figure d'Homère, le poète aveugle.
Une trentaine de photographies témoigneront de la mise en place de la nouvelle image de l'artiste.

Biographie
Claude MONET
(Paris, 1840 - Giverny, 1926)
Né à Paris en 1840, Claude Monet passe son adolescence au Havre où il fait la connaissance d'Eugène Boudin et de Johan Barthold Jongkind qui lui enseignent la peinture de plein air. En 1859, il s'inscrit à l'Académie Suisse à Paris où il rencontre Camille Pissarro, puis de 1862 à 1864, poursuit sa formation dans l'atelier de Charles Gleyre et se lie avec Auguste Renoir, Alfred Sisley, Frédéric Bazille.
De 1872 à 1878, il s'établit à Argenteuil. En 1874, Monet, Paul Cézanne, Armand Guillaumin, Berthe Morisot, Renoir, Pissarro, Sisley et Edgar Degas organisent l'exposition inaugurale du mouvement impressionniste dans l'ancien studio du
photographe Felix Nadar. Monet expose Impression, soleil levant (Paris, musée Marmottan Monet) et suscite l'ironie du critique Louis Leroy qui intitule son article « L'Exposition des impressionnistes ». En 1877, il commence la série de la Gare Saint-Lazare. L'été 1878, il loue une maison à Vétheuil avec son épouse Camille, ses deux fils, Jean et Michel, et la famille Hoschedé. En 1881, après la mort de son épouse, Monet s'installe à Poissy avec Alice Hoschedé. Il explore sans relâche les différentes lumières du jour sur ce petit bras de la Seine.
En avril 1883 Claude Monet s'installe avec Alice Hoschedé dans le village de Giverny et y réside jusqu'à sa mort en 1926. Monet loue, puis achète en 1890 la maison du Pressoir entourée d'un parc de plus d'un hectare. Pendant les premières années, il continue de voyager en Normandie, en Bretagne, sur la Côte d'Azur ou dans la Creuse. Il reçoit fréquemment la visite de ses amis tels Renoir, Pissarro, Cézanne, Georges Clemenceau, Octave Mirbeau....

Le rôle de Monet dans l'instauration de Giverny comme village d'artistes est fondamental même si la colonie s'est constituée indépendamment de lui. Sa fameuse série de Meules de 1891 attire immédiatement l'attention de la communauté des artistes, et de nombreux visiteurs choisissent le même sujet, en hommage au maître français. À Argenteuil et à Vétheuil, Monet avait réalisé des vues de jardins cultivés par ses soins, mais à Giverny, cette entreprise prend une toute autre dimension. Il transforme le verger, appelé Clos normand, en jardin enclos de fleurs, puis en 1893, il achète une parcelle située de l'autre côté de la voie ferrée pour créer un jardin d'eau auquel il adjoint un pont japonais en 1895. En 1901, il fait l'acquisition d'un nouveau terrain pour élargir son bassin. De 1916 à 1926, Monet se consacre aux Grandes Décorations des Nymphéas pour l'Orangerie des Tuileries à Paris.
Monet s'éteint le 5 décembre 1926 à Giverny. Le 17 mai 1927, les Grandes Décorations sont inaugurées à l'Orangerie.

Catalogue
Le Jardin de Monet à Giverny : l'invention d'un paysage
Ouvrage sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon
Contributions de Françoise Heilbrun et Gabrielle van Zuylen
24 x 29 cm
144 pages
100 illustrations couleur
édition française et anglaise coéditée avec 5 Continents
parution : avril 2009
Le Jardin de Monet à Giverny : l'invention d'un paysage
Cet ouvrage raconte l'élaboration d'un jardin unique au monde et témoigne de son rôle essentiel dans l'évolution de l'art de Monet. Il est publié à l'occasion de l'exposition « Le Jardin de Monet à Giverny : l'invention d'un paysage » qui sera présentée au musée des impressionnismes, Giverny du 1er mai au 15 août 2009.
Il rassemble trois textes d'éminents spécialistes, Marina Ferretti Bocquillon, Françoise Heilbrun et Gabrielle van Zuylen, ainsi qu'une chronologie détaillée établie par Vanessa
Lecomte. Toutes les oeuvres présentées sont reproduites en pleine page couleur et sont complétées par une large sélection de documents et d'archives.

>> communiqué


Exposition de Sylvester Engbrox "Hyperceptions"
Location:
Galerie VivoEquidem
113, rue du Cherche-Midi
75006 Paris
M° Duroc, Falguière, Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)9 61 26 92 13
Mail : galerie@vivoequidem.net
Internet Site : www.vivoequidem.net
Description:
du 5 mars au 13 juin
du lundi au samedi, de 14h à 19h30 et sur rendez-vous

Du 5 mars au 30 mai 2009, la galerie VivoEquidem présente une exposition de peintures de l'artiste d'origine allemande Sylvester Engbrox.

"ENGBROX, Hyperceptions" dévoilera une vingtaine de nouvelles toiles montrées lors d'accrochages successifs. Il s'agit de la deuxième manifestation consacrée à cet artiste après un premier événement organisé il y a tout juste un an à la galerie.

Figurative et ancrée dans notre monde actuel, la peinture de Sylvester Engbrox met en scène des personnages, souvent dénudés, évoluant dans des atmosphères étranges. De ces figures et décors inspirés par des images de notre quotidien (presse grand public, internet) ou des références plus personnelles (Andy Warhol, le cinéma de David Lynch), résultent une réalité réinventée par l'artiste. Il n'y a en effet aucun jugement ou constat dans les représentations d'Engbrox, et c'est de là que réside la force de sa peinture, parfaitement en phase avec cette ère numérique où les réalités sont multiples et polymorphes.

Natif de Kleve en Allemagne, Sylvester Engbrox s'installe en France au milieu des années 80. Photographe à ses débuts, il expérimente la peinture dans les années 90, puis dirige un temps un label indépendant de musique, avant de revenir pleinement à la peinture il y a trois ans. Nourri de toutes ces expériences, Sylvester Engbrox propose un art inclassable qui est à découvrir à la galerie VivoEquidem, le temps d'une exposition événement qui fera escale à Glasgow Art Fair en avril.


ENGBROX, Hyperceptions

Ceux qui ont eu l'occasion de voir la première exposition de Sylvester Engbrox en 2008 ont assurément pu assister à la genèse d'un artiste hors du commun.

Certes, quelques-unes des toiles avaient plus de dix ans, mais elles n'avaient jamais été montrées et la promiscuité de ces premières oeuvres avec celles de 2005, 2006 et 2007 (entre-temps, l'artiste avait cessé de peindre) constituait la « soupe originelle » d'un monde en formation dont nous avions alors sous les yeux tous les éléments primordiaux.

Aujourd'hui, l'univers de Sylvester Engbrox est en pleine expansion et dans la vingtaine de nouvelles toiles que nous exposerons trois mois durant, en plusieurs fois, entre le 4 mars et le 30 mai prochain à la galerie VivoEquidem (avec une étape à la Glasgow Art Fair, fin avril), nous verrons comment l'acte créateur d'Engbrox s'est déplacé d'une über-réalité à une über-perception.

Avec Jean-Luc Chalumeau, qui a rédigé la préface du catalogue de 2008, nous étions arrivés à la conclusion que Sylvester Engbrox n'appartenait en fait à aucune école, mais qu'il émanait directement de la complexité du monde contemporain, bombardé d'images, essentiellement numériques.

Cette über-réalité (sur/hyper-réalité) se caractérisait par l'absence de jugement et de constat dans les représentations d'Engbrox, et ce, malgré un réalisme intentionnel certain. Tous ses personnages évoluaient dans des environnements étranges, parfois hostiles (série des Air Disaster), inquiétants (Pool 1 et 2, Moni) souvent dénudés, mais sans que l'on puisse jamais attribuer à l'image (c'est-à-dire venant d'elle exclusivement) une sensation précise d'angoisse, d'attente ou d'érotisme, bien que les femmes de Sylvester soient physiquement attractives.

Evidemment, le fait que Sylvester Engbrox soit de la génération qui a grandi à Düsseldorf dans les années soixante-dix et quatre-vingt et qu'il ait reçu une très solide formation de photographe à Arles ne sont pas sans significations.

Pour lui, le monde visible de sa jeunesse, des reliquats de la Nouvelle Objectivité aux fulgurances de Gerhard Richter en passant par les images diffusées à grande échelle des actions de la RAF, a constitué un « fond » nourricier évident.

Là-dessus s'est ajouté tout Andy Warhol, le cinéma de David Lynch, la photographie des Becher et la musique de Kraftwerk.

Enfin, le « Sud » comme il le dit (en fait la France, où il habite, et la Grèce, où il va souvent), par opposition au « Nord » allemand qui se méfie de tout acte de séduction, a achevé la formation de ce regard particulier qui est le sien.

Ainsi, Sylvester Engbrox, en raison de sa culture d'origine et de sa formation de photographe, s'est toujours intéressé à une certaine projection de la réalité qu'il a mis aussitôt en doute puisque cette réalité mentait, trompait, cherchait à manipuler et se voulait surtout définitive. Lui qui, depuis des années, a compilé et classé méthodiquement des dizaines de milliers d'images tirées de la presse grand public, des magazines de télévision ou d'Internet, a assez vite su que le monde dans son domaine sensible, s'il existe bel et bien, n'est pas aussi vrai qu'on le dit ou qu'on cherche à nous le faire croire. En fin de compte, il a constaté puis accepté que le monde est la totalité des faits et non des choses.

L'ère numérique qu'Engbrox a quasiment vu naître et qu'il a accompagné au plus près a confirmé cet état de fait. En effet, la « chose numérique » - c'est même son essence - n'oublie rien, ne jette rien, elle accumule sans cesse toutes les réalités les unes après les autres, et toutes sont vraies, successivement. Aujourd'hui, grâce à la technologie, nous pouvons les retrouver presque instantanément, sous leur forme exacte telles qu'elles nous furent proposées initialement. Devant cette multitude, nous sommes alors obligés d'admettre qu'il n'existe pas de vérité « originelle », une doxa de la réalité.

Le regard d'artiste de Sylvester Engbrox est peut-être l'un des premiers à s'être adapté à ce nouvel horizon.

Sylvester Engbrox est né en 1964 à Kleve en Allemagne.
Il est admis à l'école des Arts décoratifs qu'il quitte en 1986 pour venir s'installer à Paris.
En 1991, il est diplômé de l'Ecole nationale supérieure de photographie à Arles.
Correspondant pour deux magazines allemands le Select et The Manipulator.
Revient à la peinture dans les années quatre-vingt dix.
Chargé de la photothèque au cabinet de photographies anciennes du musée Rodin, il crée parallèlement jusqu'en 2004 un label de musique indépendant «Home Laboratoire Moderne» qui édite des CD de compilations d'artistes pop.

Depuis 2005 il reprend son activité de peintre.
En 2008, est organisée sa première exposition à la galerie VivoEquidem.


Relais (Extrait d'un entretien avec Max Torregrossa en octobre 2008)

"J'ai toujours considéré mon rôle dans la fabrication d'images comme celui d'un relais. Ce principe repose sur deux notions : réception et émission. Pour pouvoir émettre, si on ne se contente pas de s'émettre uniquement soi-même, il faut d'abord avoir une bonne capacité à recevoir. Et pour recevoir, il faut, dans un premier temps, mettre en arrière-plan sa propre personne. Un artiste peut complètement brouiller cette réception de signaux par ses pensées, ses ambitions, etc.

Mon processus de travail est basé sur l'accumulation d'images. Je range ces images physiquement, mais aussi mentalement. Les images qui m'intéressent le plus sont celles qui traversent le filtre de rangement de mon cerveau pour atterrir dans l'inconscient. Avant de peindre ces images, je dois aller pêcher ces images dans mon inconscient, un processus qui nécessite une certaine disponibilité pour recevoir. Quand Andy Warhol dit « I want to be a machine », j'entends par là qu'il voudrait entrer dans une sorte d'état de méditation qui lui permette de s'oublier lui-même et mieux voir ce sur quoi il travaille.

C'est ensuite que je donne à l'image le statut d'émetteur en la peignant. L'implication de ma personne dans ce processus de travail reste donc limitée. Elle se résume à la consommation d'images, à la réception d'une image inconsciente latente et à la décision de la peindre ou non.

On peut dire que je mène une recherche sur les images intérieures qui sont le symptôme d'un bombardement massif par des images extérieures. Si je cherche une généralisation de mon propos, je sais pertinemment que je suis limité malgré tout par une réalité que je ne peux pas contourner : je ne peux que partir de moi-même comme sujet d'étude. C'est à partir de mon propre prisme, de mon inconscient individuel, que je peux ensuite tendre vers une image collective."

>> communiqué

Exposition "Les trésors des icônes bulgares"
Location:
Château de Vincennes
Avenue de Paris
94300 Vincennes
M° Château de Vincennes, RER A Vincennes
France
Phone : +33 (0)1 48 08 31 20
Fax : +33 (0)1 48 08 31 20
Internet Site : www.chateau-vincennes.fr
Description:
Sainte-Chapelle du château de Vincennes

Du 13 mai au 30 août 2009 : de 10 h à 18 h
Ouvert tous les jours, sauf le 21 juin 2009 (Fête de la musique)

Droits d'entrée durant la période de l'exposition
Gratuit pour les moins de 18 ans

Billet exposition à la Sainte-Chapelle
Plein tarif : 8 €
Pas de tarif groupe et professionnel
Tarif réduit : 5 €

Billet jumelé exposition à la Sainte-Chapelle et donjon
Plein tarif : 12 €
Tarif groupes et professionnels adultes (à partir de 20 personnes) : 9 € par personne
Tarif réduit : 7 €

Billet donjon
Plein tarif : 8 €
Tarif groupes et professionnels adultes (à partir de 20 personnes) : 6 € par personne
Tarif groupe scolaires (entre 20 et 35 personnes) : 30 € par groupe
Tarif réduit : 5 €

Visite-ateliers tout public
Proposées les jeudis 14, 21 et 28 mai ; 4, 18 et 25 juin ; 2 et 9 juillet 2009.
Visite de l'exposition de 13 h 30 à 14 h 15 puis atelier de 14 h 15 à 16 h 15.
L'atelier, assuré par une personne spécialiste de la peinture d'icônes, portera sur une initiation à cette technique sur feuille ou carton avec des pigments naturels.
Tarif adultes : 11,50 €
Tarif moins de 18 ans : 7,50 €

A l'occasion de la réouverture de la Sainte-Chapelle du château de Vincennes, après deux années de restauration, le Centre des monuments nationaux présente en coproduction avec la Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie une exposition exceptionnelle consacrée aux icônes bulgares.

Celle-ci rassemble des chefs-d'œuvre de l'art orthodoxe balkanique du IVe au XIXe siècles, dont 80 icônes issues des musées nationaux bulgares et principalement du département d'art médiéval de la Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie. Son directeur, Boris Danaïlov assure le commissariat de l'exposition.

Des musées bulgares prêtent pour la première fois à une institution étrangère, qui plus est un joyau de l'Occident catholique, 80 chefs d'œuvre de l'art orthodoxe! Les icônes sont accueillies dans le somptueux écrin de la Sainte-Chapelle du château de Vincennes, restaurée pendant trois ans après les dégâts de la tempête de 1999. Le château lui-même, dernier témoignage en France de la monarchie médiévale, doté du plus haut donjon d'Europe, a subi une cure de jouvence pendant dix ans et a rouvert ses portes en 2007.

La Sainte-Chapelle du château de Vincennes est fondée en 1379 sous Charles V et inaugurée en 1552 par Henri II. Son style unifié, simple et élancé, reproduit à l'identique, mais dans de moindres dimensions, la Sainte-Chapelle de Paris. Elle est construite selon le plan traditionnel des chapelles castrales [relatif à un château]: vaisseau unique, chœur formé d'une travée droite et d'une abside à cinq pans, deux oratoires (l'un pour le roi, l'autre pour la reine).

Sainte-Chapelle du château de Vincennes (c) Patrick Cadet / Centre des monuments nationaux, Paris
Sainte-Chapelle du château de Vincennes (c) Patrick Cadet / Centre des monuments nationaux, Paris

Dès le porche franchit, le visiteur se glisse dans un cabanon boisé, qui accueille comme dans une galerie les icônes, ainsi protégées de la lumière. Si certaines pièces ont souffert, l'ensemble est relativement bien conservé, compte tenu de leur ancienneté.

L'exposition, chronologique, permet au visiteur d'observer l'évolution de l'art des icônes. Elles apparaissent au VIIe siècle dans le premier royaume bulgare (XIIe-XIIe siècle). L'image emblématique de cette période est celle de Saint Théodore, réalisée en céramique.

Saint Théodore. Xe siècle. Céramique. Provenance: monastère de Patleyna, Preslav (c) B. Tchernev / Musée Historique, Preslav
Saint Théodore. Xe siècle. Céramique. Provenance: monastère de Patleyna, Preslav (c) B. Tchernev / Musée Historique, Preslav

En 1018, l'Empire romain d'Orient envahit le royaume bulgare qui subit alors l'influence de l'art byzantin. Telle l'importation du cercle orthodoxe qui correspond au grand schisme d'Orient (1054).

Le Conseil des Archanges. Vers 1430. Détrempe sur bois. Provenance: église des Saints-Archanges du monastère de Batchkovo. Collection du monastère de Batchkovo (c) Lulin Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia
Le Conseil des Archanges. Vers 1430. Détrempe sur bois. Provenance: église des Saints-Archanges du monastère de Batchkovo. Collection du monastère de Batchkovo (c) Lulin Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia

La fin de l'occupation byzantine se traduit par une production d'icônes variées et l'apparition de grands formats. Les proportions des corps s'allongent, les couleurs sont chaudes, les dessins sont précis (cf. icônes du Conseil des Archanges et de Saint Dimitrios).

Saint Démétrios à cheval. 1617? Détrempe sur bois. Provenance: Véliko Tarnovo (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia
Saint Démétrios à cheval. 1617? Détrempe sur bois. Provenance: Véliko Tarnovo (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia

La production artistique diminue un temps avec l'occupation ottomane de la fin du XIVe - début du XVe siècle. Si les centres d'art byzantin (Constantinople, Tessaloniky, Mistra) s'éteignent, des écoles artistiques régionales (Kostur, Ohrid) et des scriptoria de monastères (Rila, Batchkovo, Patleyna), se développent. En atteste la production des icônes de Saint Georges à cheval de Boyana (périphérie de Sofia) et l'évangile de Kremikovo.

Saint Georges à cheval. Fin du XVe siècle. Détrempe sur bois. Provenance: Boyana (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia
Saint Georges à cheval. Fin du XVe siècle. Détrempe sur bois. Provenance: Boyana (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia

Au sortir de ce premier cabanon en bois, le visiteur est guidé vers la lumière du fond de la chapelle. Forte symbolique mystique qui sert de transition historique.

A partir du XVIIIe siècle, l'icône joue un rôle fondamental dans la reconquête de l'identité nationale. Objet devenu politique, elle représente des personnalités patriotiques comme les saints frères Cyrille et Méthode.
L'icône bulgare était jusque-là sacrée. Elle n'utilisait pas la perspective et ne tentait pas de reproduire la réalité.

Saint Stéphane. 1790. Détrempe sur bois (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia
Saint Stéphane. 1790. Détrempe sur bois (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia

Son art évolue de manière radicale au XVIIIe siècle - et ce pour la dernière fois avant son extinction. L'icône devient plus figurative - au point de donner l'impression que les visages des saints aient été photographiés tant leur teint paraît réel -, les artistes recourent à la perspective, aux effets de profondeur et s'entichent d'ornements baroques pittoresques. Apparaissent également des sujets profanes, des éléments urbains, des paysages et des portraits personnels.

Evangéliaire liturgique. 1552, reliure: seconde moitié du XVIIe siècle. Papier, bronze, émaux, pierre (ou verre coloré). Provenance: monastère de Batchkovo. Collection muséale du monastère de Batchkovo (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulagarie, Sofia
Evangéliaire liturgique. 1552, reliure: seconde moitié du XVIIe siècle. Papier, bronze, émaux, pierre (ou verre coloré). Provenance: monastère de Batchkovo. Collection muséale du monastère de Batchkovo (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulagarie, Sofia

Outre les icônes sont exposés de précieux manuscrits et quelques statues et reliquaires pour témoigner de l'influence du christianisme en Bulgarie dès le IIIe siècle.
Une musique monastique douce, solennelle mais délicatement enjouée, accompagne à merveille cette somptueuse exposition.

Le catalogue de l'exposition « Les Trésors des icônes bulgares » est publié aux Editions du patrimoine.

Communiqué de presse :
http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090512_Icones_bulgares.pdf






08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00-12:00] Conférence de presse de la 21ème édition VISA POUR L'IMAGE
Location:
Opéra national de Paris - Opéra Bastille
Place de la Bastille
120, rue de Lyon
75012 Paris
M° Bastille
France
Phone : +33 (0)1 40 01 17 89
Internet Site : www.operadeparis.fr
Description:
Presse : 2e Bureau – Sylvie Grumbach

[11:15] Inauguration des festivités des 120 ans de la Tour Eiffel
Location:
Tour Eiffel
Société d'Exploitation de la Tour Eiffel
5, avenue Anatole France
Champ de Mars
75007 Paris
M° RER C Champ de Mars - Tour Eiffel, Bir-Hakeim
France
Phone : +33 (0)1 44 11 23 33
Fax : +33 (0)1 44 11 23 22
Internet Site : www.toureiffel.paris
Description:
Inauguration des festivités des 120 ans de la Tour Eiffel

12:00 [12:30-14:30] [Cannes] Technicolor lunch
Location:
Hôtel Carlton Intercontinental de Cannes
58, boulevard de la Croisette
BP 155
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Phone : +33 (0)4 93 06 40 06
Fax : +33 (0)4 93 06 40 25
Mail : carlton@ichotelsgroup.com
Internet Site : www.interconti.com/cannes
Description:
[Cannes] Technicolor lunch

13:00
14:00
15:00 [15:00-17:00] Exposition "LE BAIN ET LE MIROIR"
Location:
Musée National de la Renaissance
Château d'Ecouen
Château d'Ecouen
95440 Ecouen
M° Gare SNCF Ecouen-Ezanville, RER D Garges - Sarcelles + bus
France
Phone : +33 (0)1 34 38 38 50
Fax : +33 (0)1 34 38 38 78
Mail : accueil.musee-renaissance@culture.gouv.fr
Internet Site : www.musee-renaissance.fr
Description:
exposition "LE BAIN ET LE MIROIR", les soins du corps et cosmétiques à la Renaissance

du 20 mai au 21 septembre 2009
Vernissage le mardi 19 mai 2009 de 15h à 17h

[15:45] Présentation de la saison 2009-2010 du Théâtre de la Ville
Location:
Théâtre de la Ville de Paris
2, place du Châtelet
16, Quai Gesvres
75004 Paris
M° Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 74 22 77
Internet Site : www.theatredelaville-paris.com
Description:
Présentation de la saison septembre 2009 à juin 2010 du Théâtre de la Ville

16:00
17:00 [17:00-19:00] Remise des TROPHEES DU SPORT
Location:
Le Sénat
Palais du Luxembourg
15, rue de Vaugirard
Palais du Luxembourg
75291 Paris Cedex 06
M° Odéon, Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 42 34 20 00
Fax : +33 (0)1 42 34 26 77
Internet Site : www.senat.fr
Description:
par le groupe « Sport » au Sénat en présence de sportifs et des sénateurs.

[17:00-21:00] Vernissage d'Eric Cameron "Record of Work"
Location:
Centre Culturel Canadien
130, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Saint-Philippe-du-Roule, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 44 43 21 90
Fax : +33 (0)1 44 43 21 99
Mail : info@canada-culture.org
Internet Site : www.canada-culture.org
Description:
Exposition du 20 mai au 11 septembre 2009

D'origine anglaise, immigré au Canada où il a passé la majeure partie de sa vie, Eric Cameron est une figure majeure de l'art canadien et un analyste rigoureux de sa propre pratique. Artiste multidisciplinaire, critique et professeur, il est l'auteur d'un ensemble d'œuvres magistrales ainsi que de nombreux textes sur son propre travail et sur celui d'autres artistes.

A son actif, on compte notamment les célèbres Thick Paintings, sculptures conceptuelles constituées d'un objet significatif ayant appartenu à une personne de son entourage et progressivement recouvert d'innombrables couches de gesso qui peu à peu en modifient la forme initiale. Blanches et mat, compactes et souvent étranges, les œuvres de ce singulier corpus contiennent quelque chose de considérable, la mémoire de tous les gestes qui y sont déposés. Lettuce, Exposed/Concealed : Laura Baird VIII, Alice's Yellow Rose, etc, partagent la vie quotidienne de l'artiste avec un degré d'ancienneté différent, chaque œuvre continuant d'être transformée tant qu'elle n'a pas été acquise. Par sa dimension philosophique autant qu'esthétique l'œuvre de Cameron s'inscrit avec brio et ténacité dans la longue durée de la sculpture et participe toujours activement au renouvellement de ses enjeux.

Record of Work expose des œuvres mais aussi l'idée de travail. L'exposition présente un ensemble de sculptures de la série « in progress » des Thick Paintings (to be continued), ainsi qu'une sélection des Feuilles de contrôle (« Sheets of check marks ») qui ont un statut documentaire d'une importance considérable dans la mesure où elles font état du programme de travail d'Eric Cameron depuis une trentaine d'années. Inlassablement et de manière exhaustive, Eric Cameron prend des notes pour se rappeler de quoi (c'est-à-dire de quel matériau et avec quelle quantité de gestes) est fait chaque objet qu'il a créé, et incidemment de quoi est faite sa vie elle-même en tant qu'elle est en grande partie consacrée à la création de ces objets. Réunies en Registre, les feuilles de contrôle composent en quelque sorte le portrait mathématique de l'artiste dans la continuité et la discontinuité de ses gestes cumulés. C'est à la nature singulière de ce rapport à l'œuvre et au document que l'exposition Record of Work s'attache.

Une nouvelle version de cette exposition, réalisée en collaboration avec Maurice Fréchuret, sera présentée au Musée Chagall à Nice au printemps 2010.

« Les Thick Paintings d'Eric Cameron sont, toutes dans leur symbolique commune et chacune dans son intraitable individualité, dans son élégance, sa forme et sa rythmique singulières, dans l'humeur qui l'habite, le secret qu'elle enferme et les surprises qu'elle réserve, des objets d'une incroyable et poignante beauté [ainsi qu'une] source inépuisable de méditation. »

Thierry de Duve
« Deux ou trois choses que je crois comprendre du « programme » d'Eric Cameron », catalogue de l'exposition L'œuvre en programme, capcMusée d'art contemporain de Bordeaux & Fage éditions, 2005, p. 16.
« Les sculptures d'Eric Cameron contiennent les couches appliquées et celles qu'il n'a pas pu appliquer alors qu'il l'aurait souhaité. Elles contiennent un retard, un manque, et les émotions dont ces faits s'accompagnent. Cette information existe implicitement dans le registre sous forme d'espaces laissés vides, de colonnes vierges ou de lignes de traits ou de symboles moins saturées que d'autres. Eric Cameron a ponctuellement soumis sa méthode de notation à une révision, sans que jamais ne soit remis en cause le principe de base, à savoir la notation de chaque demi-couche appliquée à la surface d'une œuvre, ainsi que la nécessité de procéder régulièrement à un sommaire cumulatif du nombre de demi-couches par œuvre, réparti entre œuvres terminées et œuvres in progress, et du nombre de demi-couches appliquées tout court, toutes œuvres confondues. »

Catherine Bédard, Record of Work

[17:00-20:00] Vernissage de l'installation d'Antoine Paoletti "Le passant arrêté"
Location:
Mairie du 9ème arrondissement
6, rue Drouot
75009 Paris
M° Richelieu - Drouot
France
Phone : +33 (0)1 71 37 75 09
Internet Site : mairie09.paris.fr
Description:
Expo_Cube

L'artiste peintre Antoine Paoletti expose à partir du 19 mai à l'espace Neuf Cube de la mairie du 9e avec une installation d'art contemporain au titre évocateur : « Le passant arrêté ». Vernissage le mardi 19 mai à 19h.

http://antoinepaoletti.free.fr/antoine/

[17:00-20:00] [Cannes] Présentation de la Collection de Bijoux "Tapis Rouge" de Réminiscence
Location:
Cannes
Cannes
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Internet Site : www.cannes.com
Description:
Réminiscence Paris
56, rue d'Antibes

Avec Christophe Guillarmé

[17:00-21:00] [Cannes] Vernissage de Laurence Jenkell "bonbons Jenkell"
Location:
Cannes
Cannes
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Internet Site : www.cannes.com
Description:
Happy Artgallery - Yves Grindler - 142 rue d'Antibes - (04) 93 94 33 33 - (06) 20 49 99 61 - carbonek@wanadoo.fr - contact@happyart-gallery.com - www.happyart-gallery.com

VERNISSAGE LE MARDI 19 MAI 2009 de 17h à 21h
en présence de l'artiste avec dédicace de photos JENKELL

Parallèlement à son exposition à l'Hôtel Inter Continental Carlton durant le Festival de Cannes, du 13 au 24 mai 2009, Laurence JENKELL présentera pendant tout le mois de Mai, ses dernières créations à la Galerie Happy Art Gallery, qui expose l'artiste cannoise en permanence.

JENKELL rendra hommage aux stars du monde entier avec sa nouvelle série de BONBONS DRAPEAUX, jouant avec le graphisme coloré des drapeaux et l'image sublimée des stars internationales.

Un voyage dans les tréfonds de l'enfance, à la recherche des trésors et des gourmandises cachées, les bonbons JENKELL offrent une diversité d'interprétation, une explosion de couleurs, une force des matières qui en appellent à nos sens gustatifs, qui nous renvoient à ce désir gourmand matérialisé par la forme la plus subliminale du sucre, Le Bonbon.

« L'œuvre de JENKELL est un phénomène de cristallisation à part entière, lente ascension vers l'étape ultime : le désir matérialisé dans l'objet. Le BONBON participe à la fois de cet instant subtil où l'objet se transforme en plaisir. L'objet devient ainsi sublimé, soit par une fonte d'aluminium au sable, soit par un emballage en plexiglas qui donne toute sa dynamique à l'œuvre de JENKELL. »

http://www.jenkell.com

[17:30-20:00] Rencontre de 5 céramistes Franco-Japonais
Location:
Association culturelle franco-japonaise de Tenri
Espace culturel Bertin Poirée
8, rue Bertin Poirée
75001 Paris
M° Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 76 06 06
Fax : +33 (0)1 44 76 06 13
Mail : ecbp@tenri-paris.com
Internet Site : www.tenri-paris.com
Description:
Shozan AKIYAMA
Fumio KADOWAKI
Keiko FUJITA
Martine MIKAELOFF
Christine WAXWEILER

Du 19 au 30 mai 2009
Vernissage : le mardi 19 mai de 17h30 à 20h
exposition : lundi de 12h à 20h,
mardi au vendredi de 10h à 20h,
samedi de 10h à 18h30 (le 30 mai jusqu'à 16h)


[18:00-21:00] Exposition des doctorants de l'université Paris I "Dialogue(s) à l'oeuvre"
Location:
La Galerie du C.R.O.U.S. de Paris
11, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 10 99
Fax : +33 (0)1 43 54 10 99
Mail : galerie@crous-paris.fr
Internet Site : www.crous-paris.fr/article.asp?idcat=AABD
Description:
DIALOGUE(S) A l'ŒUVRE
EXPOSITION DES DOCTORANTS DE L'UNIVERSITÉ PARIS I,
SOUS LA DIRECTION DE NATHALIE REYMOND ET GISÈLE GRAMMARE

du mercredi 20 mai au vendredi 29 mai 2009
Vernissage mardi 19 mai de 18h à 21h



[18:00-20:00] Lancement des "Coffrets d'art du Pictorium"
Location:
Galerie Le Pictorium
12, rue du Moulin Joly
75011 Paris
M° Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 75 43 40 55
Mail : ledesk@ledesk.com
Internet Site : www.ledesk.com
Description:
Le Pictorium invite au lancement des "Coffrets d'art" du Pictorium. Ces coffrets au format A3 sont composés de 12 tirages Fine Art de leurs auteurs sur des sujets très précis, accompagnés d'un certificat de tirage, limités à 30 exemplaires et signés par l'auteur. Plusieurs auteurs seront présents ce mardi (Firo, Sylvie Dupic, Thierry Mamberti, Sandrine Huet...) pour signer leurs coffrets sur place.

[18:00-21:00] Lauréat du Prix Arcimboldo 2009, Mathieu Bernard-Reymond
Description:
6 bis - 6 cité de l'Ameublement (angle 31 rue de Montreuil) - 6bis.expos@gmail.com - www.6bis.fr

Exposition du 19 mai au 13 juin 2009
du mardi au samedi de 12 h à 19h
vernissage le 19 mai, nocturne le 3 juin jusqu'à minuit

>> communiqué

[18:00] MIMIE MATHY nommée Ambassadrice de l'Unicef France
Location:
Musée du quai Branly - Jacques Chirac
Musée des arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques
37, quai Branly
218, rue de l'Université
75007 Paris
M° RER C Pont de l'Alma, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 56 61 70 00
Internet Site : www.quaibranly.fr
Description:
dans le cadre du lancement du 20ème anniversaire de la Convention Internationale des droits de l'enfant. Presse : Carinne Spinosi Tél 01 44 39 17 49 Fax 01 44 39 77 78 E-mail : cspinosi@unicef.fr.

[18:00-21:00] Vernissage d'Anne Rothschild "Le Temps du Figuier"
Location:
Galerie Dima
22, rue des Rosiers
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 77 10 88
Fax : +33 (0)1 42 77 10 98
Mail : info@dimagallery.com
Internet Site : www.dimagallery.com
Description:
Lavis, carnets, installation de quatre paravents, monotypes et livres
Accompagnement sonore et odorant

Exposition du 19 mai au 1er juin 2009
Vernissage le mardi 19 mai de 18 à 21 heures et le dimanche 24 mai 2009 de 14 à 19 heures

Anne Rothschild

Née à New York en 1943, peintre-graveur et écrivain, Anne Rothschild possède les nationalités belge et suisse. Elle expose régulièrement en France, en Suisse, en Israël, et a publié une douzaine de recueils de poèmes. Elle a également écrit des romans. En 1998, elle crée le service éducatif du Musée d'art et d'histoire du Judaïsme à Paris qu'elle dirige pendant dix ans. Aujourd'hui, elle partage son temps entre Paris et le Gard où se trouve son atelier de gravure.

Son travail

Depuis longtemps, chez Anne Rothschild, écriture et image se sont mêlées pour devenir les visages d'une même quête. Qu'elle écrive, grave ou peigne, elle poursuit un même voyage à travers un espace que structurent parfois des bribes d'écritures, des fragments d'images, témoins d'une mémoire perdue.

« Après que j'aie travaillé de longues années sur le thème du désert, en 2005, une feuille est apparue timidement dans mes gravures. Ce n'était qu'une toute petite gravure dont l'accouchement fut laborieux. Mais un pas important était franchi, sans que je m'en rende compte. J'avais osé affronter le vivant dans ma recherche plastique. »

Lavis et carnets préparatoires

« Tandis que je soigne mon figuier, ses premiers bourgeons happent mon regard. Jour après jour, je prends des notes en contemplant l'arbre et le passage des saisons. J'utilise la technique fluide du lavis, pour tenter d'épouser le mouvement de la vie. Au fur et à mesure de l'avancée du travail, je prends des notes dans un carnet de croquis. »

Installation de quatre paravents

C'est ainsi que, en 2007, naît le projet d'une série de quatre paravents, qui, à travers un cycle de saisons, déclinera la vie du figuier. Conçus pour être déplacés, ils délimitent des morceaux d'espace et des portions de temps provisoires.

« Je fais appel à divers médiums : encre, crayon, pastels. A ceux-ci viennent s'ajouter écorces, feuilles et éclats de figues. Des racines végétales se mêlent aux franges du talith. Ces dernières symbolisent les liens qui m'attachent à ma Tradition. »

Un accompagnement sonore, constitué de voix, entrelace les différentes sphères dans lequel baigne l'installation : temps cosmique des saisons, temps symbolique des textes, temps historique, temps de l'intime.

Les senteurs ne sont pas en reste. Comment traiter du figuier sans évoquer son parfum si particulier ? En outre, la tradition juive attribue à l'odorat la faculté de nous rapprocher du jardin d'Eden. Il serait le plus spirituel de nos sens.

Monotypes

Des monotypes sont présentés parallèlement. Ils prolongent la réflexion des paravents. Ils puisent leur inspiration dans un voyage en Extrême Orient. Composés à partir d'empreintes, de feuilles séchées, de couches de papiers superposées, ces gravures forment une méditation sur la beauté du monde éphémère.

Livres et gravures

Gravures, livres d'artistes, recueils de poèmes sont également présentés dans le cadre de cette exposition.


Eté, paravent, détail : « Et ils cousirent des feuilles de figuier »

[18:00-21:00] Vernissage de Christine Robion "Bleus au Coeur"
Location:
Boulevard Malesherbes
Boulevard Malesherbes
75008 Paris
France
Description:
Société Générale - 11, boulevard Malesherbes - 75008 Paris

Du 19 mai - 19 juillet 2009
Vernissage le 19 mai à partir de 18h

25 petits et moyens formats, réalisés au cours des deux dernières années, peinture acrylique sur toile souvent marouflée de papiers d'origines diverses - tickets d'entrée, journaux anciens, lettres écrites, sur lesquels sont apposés de petits dessins carrés composant une autre écriture.

www.robion.com

[18:00-21:00] Vernissage de Julien Ribot
Location:
Galerie Chappe
Highest Gallery in Paris
4, rue André Barsacq
21, rue Chappe
75018 Paris
M° Abbesses, Anvers
France
Phone : +33 (0)1 42 62 42 12
Mobile : +33 (0)6 70 71 46 30
Mail : galeriechappe@gmail.com
Internet Site : www.galeriechappe.org
Description:
Julien Ribot expose à la Galerie Chappe du 20 au 30 mai 2009
VERNISSAGE LE 19 MAI A PARTIR DE 18H !

Le 19 mai, Julien Ribot, en plus de l'ouverture de son expo, fêtera son anniversaire à la Galerie Chappe. ce sera donc un anniVernissage (ou un exhiBirthday, comme vous voulez)

www.julien-ribot.com

[18:00-21:00] Vernissage de Julião Sarmento "Silhouettes Noires 2002 - 2003"
Location:
Galerie de France
54, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 74 38 00
Fax : +33 (0)1 42 74 34 67
Mail : info@galeriedefrance.com
Internet Site : www.galeriedefrance.com
Description:


[18:00-21:00] Vernissage de Patricia Erbelding "Urban Legends"
Location:
Galerie Jacques Lévy
62, rue Charlot
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Temple, République
France
Phone : +33 (0)1 42 78 79 24
Mobile : +33 (0)6 11 43 69 05
Fax : +33 (0)1 42 78 98 54
Mail : j.levy.galerie62@wanadoo.fr
Internet Site : www.galeriejacqueslevy.fr
Description:
du 20 mai au 4 juillet 2009
du mardi au samedi de 15h à 19h

Vernissage de Patricia Erbelding "Urban Legends"

[18:00-21:00] Vernissage de Sylvie Lobato
Location:
Galerie Couteron
16, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 25 62 49
Mobile : +33 (0)6 61 86 61 14
Mail : contact@galerie-couteron.com
Internet Site : www.galerie-couteron.fr
Description:
Du mardi 19 mai au lundi 15 juin 2009

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "LE BAIN et le MIROIR"
Location:
Musée de Cluny
Musée national du Moyen-Age - Thermes et hôtel de Cluny
6, place Paul Painlevé
75005 Paris
M° Cluny - La Sorbonne, Odéon, RER B Saint-Michel - Notre-Dame
France
Phone : +33 (0)1 53 73 78 16
Mail : contact.musee-moyenage@culture.gouv.fr
Internet Site : www.musee-moyenage.fr
Description:
sur invitation

exposition "LE BAIN et le MIROIR", soins du corps et cosmétiques de l'Antiquité au Moyen Âge

du 20 mai au 21 septembre 2009
Vernissage mardi 19 mai 2009 de 18h à 21h

Exposition organisée par la Rmn et le musée national de la Renaissance - Château d'Ecouen.

Exposition en parallèle au musée de Cluny, musée national du Moyen Age du 20 mai au 21 septembre 2009.

Thème de prédilection des historiens de l'art, la beauté est abordée par le musée national de la Renaissance sous un angle inhabituel par la mise en regard de représentations peintes ou gravées avec des objets d'arts et objets du quotidien permettant de restituer à la toilette de la Renaissance toute sa dimension esthétique et sociale aujourd'hui oubliée.

Contrairement aux idées reçues, les hommes de la Renaissance appréciaient propreté et hygiène corporelle. Progressivement, le bain est devenu prétexte à une forme de sociabilité nouvelle réservée à l'élite, dont l'appartement des bains du château d'Ecouen, exceptionnellement ouvert au public, constitue une éloquente démonstration.
Pour sembler naturelle, la beauté n'en est pas moins fabriquée. Les soins de beauté complètent l'hygiène du corps par un ensemble de pratiques traditionnelles enrichies par des produits nouveaux, introduits en Europe à la faveur des échanges internationaux. La cosmétologie moderne n'est encore au XVIe siècle qu'un vaste fatras de recettes empiriques d'onguents, d'eaux et de poudres dont certaines substances ne sont pas sans danger.
L'exposition consacrera une section aux sources de ce savoir « cosmétologique » diffusé par de nombreux ouvrages imprimés de formats minuscules, destinés à un public féminin, aujourd'hui rarissimes.

Les fréquentes images de baigneuses ne sont pas étrangères à la vogue d'un genre pictural nouveau à la Renaissance : le « portrait nu ». La Dame à sa toilette, l'énigmatique chef d'œuvre du Musée des Beaux-arts de Dijon, présentée dévêtue dans l'environnement familier de sa chambre se définit par une beauté radieuse inspirée par les canons antiques, un corps à la fois sacralisé et sensuel. Le cérémonial de la toilette s'accompagne d'un grand nombre d'accessoires ou de récipients : miroirs, boites à fards, peignes, éléments de parures des cheveux et du vêtement, pommes de senteur et boules à musc, tête de martres, palettes à onguents et flacons à parfums... Les plus insolites sont ceux récemment découverts au cours des fouilles archéologiques du Grand Louvre ; les plus spectaculaires proviennent de grandes collections publiques ou privées, fruit d'une enquête passionnante. Tous concourront à restituer à la toilette de la Renaissance toute sa dimension esthétique et sociale aujourd'hui oubliée.

Commissaire de l'exposition
Michèle Bimbenet-Privat, conservateur en chef au Musée national de la Renaissance.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "1, 2, 3 Hypnos"
Location:
Galerie Defrost
7, rue du Vertbois
75003 Paris
M° République, Temple, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 44 61 01 73
Mobile : +33 (0)6 15 39 09 18
Mail : contact@defrost.fr
Internet Site : www.defrost.fr
Description:
19 mai - 20 juin 2009

Territoire du néant. Zone d'assoupissement de la conscience. "Hypnos" incarne ici un projet esthétique portant sur l'approche du regardeur sous l'omniprésence médiatique d'un monde hyperindustrialisé.

avec : Julie Béna, Carole Benzaken, Ariane Brun, Michel Castaignet, Céline Cléron, Sébastien Delire, Hervé Ic, Vincent Labaume, Thomas Lélu et Xavier de Maisonneuve

Le dispositif médiatique et ses retournements
Premier constat : la dimension fascinante du dispositif médiatique est, depuis le début du siècle, venue alimenter une illusion aujourd'hui remise en question ; illusion selon laquelle les médias seraient un facteur de démocratisation et « d'épanouissement » de la société moderne.

Or, l'ère post-moderne semble bien en avoir réalisé la contre-démonstration : c'est justement la dimension fascinante des médias qui s'est affirmée comme une puissance d'aliénation des imaginaires, et par là même comme une force de régression.

Pourtant, l'univers numérique, généralisant de nouveaux modes de transmission de l'information, a provoqué le retour du point de vue singulier et la déroute des conditionnements collectifs de l'opinion.

Dans le cadre du projet « 1, 2, 3, Hypnos », notre réflexion sera guidée par un faisceau de questionnements qui, partant de ce constat sociologique, envisageront les résonances de ces changements dans le champ de la création contemporaine :

- A quoi tient le phénomène de fascination du visible ?
- Comment et en quoi les médias ont-ils passagèrement réussi à s'approprier cette dimension fascinante qui opère sur un mode hypnotique ?
- L'image n'est-elle que fascinante, ou contient-elle une puissance qui se retourne contre celui qui tente de l'instrumentaliser ?

Il s'agit de faire la démonstration du caractère fondamentalement inaliénable des regards, quand bien même l'histoire des hommes se révèle tissée de guerres de conquêtes des imaginaires. Hier comme aujourd'hui, l'image et l'imaginaire sont moins manipulables qu'il n'y parait.

>> CP

Vernissage de l'exposition collective "1, 2, 3 Hypnos"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Street Art !"
Location:
Galerie Alexis Lartigue
64, rue du Temple
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 91 16
Fax : +33 (0)1 42 78 91 16
Mail : galeriealartigue@9business.fr
Internet Site : www.artcontemporaingalerie.com
Description:
du 19 Mai au 13 Juin 2009

Vous retrouverez : JONONE, Jef Aérosol, SPEEDY GRAPHITO, SUN7, BABOU, Jérôme Mesnager, MALATESA, RUN DON'T WALK ...

Vernissage "Street Art !"

[18:00-20:00] [Cannes] Celebrate Brigitte Lacombe's Latest Book: "Lacombe"
Location:
Plage Restaurant La Mandala
boulevard de la Croisette
06400 Cannes
M° Gare SNCF Cannes
France
Phone : +33 (0)4 93 94 24 22
Fax : +33 (0)4 93 43 91 33
Mail : plage-lamandala@orange.fr
Internet Site : www.plage-lamandala.com
Description:
The Chacha Club

[18:30-21:00] Vernissage d'Alyette Hiltenbrand "ORFEO BLEU"
Location:
Centre d'animation Maurice Ravel
La Ligue de l'Enseignement
6, avenue Maurice Ravel
75012 Paris
M° T3a Montempoivre, Porte de Vincennes, Bel-Air, Porte Dorée
France
Phone : +33 (0)1 44 75 60 14
Fax : +33 (0)1 43 44 45 30
Mail : gcapelle@laligue.org
Internet Site : www.animravel.fr
Description:
Hall du CISP

Du 12 au 29 Mai 2009
tous les jours de 10h à 20h

Peinture, aquarelle

Alyette HILTENBRAND peint des aquarelles fluides et transparentes pour convoquer l'imaginaire et la méditation. Issue d'une tradition plus figurative, elle s'en échappe ici pour vous proposer une déambulation à travers un monde onirique et troublant où l' "Autre", par son absence, suscite une quête ardente.

[18:30-21:00] Vernissage de Christine Mathieu
Location:
Bibliothèque centrale Robert-Desnos
14, boulevard Rouget-de-Lisle
93100 Montreuil
M° Mairie de Montreuil
France
Phone : +33 (0)1 48 70 64 55
Mail : bibliotheque@mairie-montreuil93.fr
Internet Site : www.bibliotheque-montreuil.fr
Description:
Hall Fernand-Léger

La bibliothèque Robert-Desnos accueille, du 19 mai au 10 juin 2009, l'exposition photographique de l'artiste montreuilloise Christine Mathieu, grand prix européen du Salon d'art de Montrouge en 2002.

« Les photographies de Christine Mathieu présentent un univers complexe et ambigu, entre visible et invisible. Chaque image interroge l'imaginaire collectif et les liens qui se tissent parfois inconsciemment entre l'image et le spectateur. Christine Mathieu compose un réseau de styles et de symboles qui s'entrecroisent et se répondent pour exprimer les relations intenses de l'artiste avec son environnement, posant un regard critique sur le monde et les contradictions qui en résultent. » Charlotte Lorant

Du 19 mai au 10 juin 2009
Vernissage mardi 19 mai 2009 à partir de 18h30

Présence de l'artiste également le mercredi 27 mai de 10h à 12h et le mercredi 3 juin de 10h à 12h

Renseignements
Mission pour les arts plastiques et le patrimoine
Direction des affaires culturelles & 01 48 70 61 23

[18:30-21:00] Vernissage de Martine Delaleuf
Location:
Centre Culturel Arabe-Syrien
12, avenue de Tourville
75007 Paris
M° Ecole Militaire
France
Phone : +33 (0)1 47 05 30 11
Fax : +33 (0)1 47 05 23 11
Mail : centreculturelsyrien@wanadoo.fr
Description:
Exposition du 20 au 28 mai 2009

Diplôme de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris
Architecte DPLG
Président de la Section Architecture au Salon des Artistes Français

"C'est à partir du dessin, en suivant le fil d'une ligne conductrice, qu'elle s'aventure délicatement dans la couleur.
Ses femmes aux courbes soulignées d'or ou de violet font parfois penser à certaines déesses romaines peintes sur des fresques de quelque villa italienne.
Quand elle laisse les fonds sans matière, la tonicité des éléments graphiques prend de la puissance et favorise une esthétique résolument contemporaine. D'aplats aux tons vifs, de courbes sensibles en traces brisées, Delaleuf parvient à construire un univers entre rêve et réalité ou la noblesse des attitudes de ses personnages laisse transpirer une sensualité pudique. Pensives, lascives ou rêveuses, ses princesses intemporelles communiquent des impressions esthétiques savoureuses.

Ses natures mortes et ses sculptures, créées selon le même principe artistique, rayonnent d'une énergie qui leur confère une originalité séduisante.
Il règne dans l'œuvre de Delaleuf, une clarté sereine, une pureté d'intention qui incline à la méditation."
Patrice de la Perrière, revue "Univers des Arts" n°128 Fév. 2008

[18:30-21:30] Vernissage de Woleck
Location:
Art Jingle Contemporary
31 ter, rue des Tournelles
75003 Paris
M° Chemin Vert, Bréguet - Sabin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 40 29 40 03
Mobile : +33 (0)6 18 09 66 95
Fax : +33 (0)1 40 29 90 51
Mail : stephane@artjingle.com
Internet Site : www.artjingle.com
Description:
VERNISSAGE EN PRESENCE DE L'ARTISTE LE MARDI 19 MAI 2009 de 18H30 à 21H30
Exposition du 19 mai au 30 juin 2009
7/7 de 11h00 à 19h30 sauf le dimanche à partir de 14h

Woleck, après un parcours de musicien, saisit définitivement l'essence de sa vocation d'artiste peintre et créé une série thématique d'œuvres, mêlant ses deux passions, à l'aide de techniques diverses, parfaitement maîtrisées, alliant peintures et photos qu'il réalise lui-même.

Au cœur de cet univers imaginé par l'Artiste, une nouvelle manière méditative de peindre, composée d'éléments du présent et du passé et offrant une vision d'un futur structuré.

Les œuvres de Woleck, issues, aux dires même de l'Artiste, d'une double composition, forment une complicité troublante entre l'art et le réel, révélant une énergie dynamisante.



[19:00-21:00] Vernissage de Jacques Floret "Rachel et Rosco"
Location:
Point Ephémère
centre de dynamiques artistiques
200, quai de Valmy
75010 Paris
M° Jaurès, Louis Blanc
France
Phone : +33 (0)1 40 34 02 48
Fax : +33 (0)1 40 34 02 58
Mail : info@pointephemere.org
Internet Site : www.pointephemere.org
Description:
18 mai - 29 mai 2009

Rachel & Rosco est un ensemble de 77 dessins réalisés au stylo à bille quatre couleurs représentant une femme (ou une fille) en compagnie d'un chien. Transfuges d'un album de famille, ces images portent la charge émotionnelle de l'enfance, de moments révolus et d'une situation affective marquée par l'absence de figure masculine.

A l'occasion de la sortie du livre Rachel & Rosco, les dessins originaux de Jacques Floret seront exposés du lundi 18 mai au vendredi 29 mai 2009 à Point Ephémère.

Rachel & Rosco est un ensemble de 77 dessins réalisés au stylo à bille quatre couleurs. Chaque dessin représente une femme (ou une fille) en compagnie d'un chien.

Ces dessins, autour desquels rien d'autre ne surgit - ni légendes, ni textes -, et qui ne sont précédés d'aucune préface, sont la reproduction plus ou moins fidèle d'authentiques photographies sélectionnées par l'artiste.

Par la transcription répétée de ces scènes du quotidien, Jacques Floret fait du couple Rachel et Rosco des figures amies, des images sorties tout droit d'un album intime qui pourrait être le nôtre, rassemblant les lecteurs autour d'une mémoire commune.

C'est pourquoi Rachel et Rosco ne sont pas dotés d'une identité propre. S'ils forment un motif obsessionnel et unique - une femme, un chien -, les personnages sont multiples et les poses changeantes ; au gré des dessins, Rachel prend différents visages et Rosco change de race.

Transfuges d'un album de famille, photos "volées" à leur cadre privé, ces images portent aussi la charge émotionnelle de l'enfance, de moments révolus et d'une situation affective où l'absence de figure masculine sous-tend un regard peut-être fétichiste : un femme, un chien symbole d'amour et de fidélité, un photographe invisible...

Jacques Floret a publié Alf-moi partout (2006, Editions du Jour agnès b.) et Permettez-moi d'admirer votre parc, (2007, Editions Orbe). Il réalise ponctuellement des illustrations pour la presse (Le Monde, Les Inrockuptibles, Technikart, la revue XXI, Minimum Rock'n'roll...).

En 2008, il dessine des affiches et conçoit un catalogue pour Apc. Et depuis quelques années déjà, il expose en France et à l'étranger. Dernièrement, il a présenté des chats, format raisin, dessinés avec ses feutres et son sang.

[19:00-21:00] Vernissage de Marie Rauzy "La fameuse souplesse féminine"
Location:
La Réserve d'area
50, rue d'Hauteville
Fond de cour - 2ème étage
75010 Paris
M° Bonne Nouvelle, Château d'Eau
France
Phone : +33 (0)1 45 23 31 52
Fax : +33 (0)1 45 23 37 80
Mail : area.paris@wanadoo.fr, areavolta@gmail.com
Internet Site : www.lareserveparis.com
Description:
du 19 au 30 mai 2009
VERNISSAGE le mardi 19 mai à partir de 19h

Invitée dans la WONDER ROOM, dans le cadre de l'exposition de Christine Jean

www.marierauzy.com

Exposition de Marie Rauzy "La fameuse souplesse féminine"

[19:00-21:00] Vernissage de Virginie Stepler-Gabriel
Location:
Le Cercle Rouge
7, rue Saint-Sabin
75011 Paris
M° Bréguet - Sabin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 53 36 05 27
Mail : lecerclerougedjbar@gmail.com
Internet Site : www.myspace.com/cerclerougedjbar
Description:
Vernissage de Virginie Stepler-Gabriel

[19:00-23:00] [Cannes] Ouverture de la boutique Dsquared
Location:
Cannes
Cannes
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Internet Site : www.cannes.com
Description:
[Cannes] Ouverture de la boutique Dsquared




[20:00] Entrée de la tapisserie d'Edward Burne-Jones "L'Adoration des mages"
Location:
Musée d'Orsay
62, rue de Lille
1, rue de la Légion d'Honneur
75343 Paris Cedex 07
M° Musée d'Orsay, Solférino
France
Phone : +33 (0)1 40 49 48 14
Internet Site : www.musee-orsay.fr
Description:
Réception organisée au musée d'Orsay à l'occasion de l'entrée dans les collections du musée de la tapisserie d'Edward Burne-Jones, L'Adoration des mages, don de Pierre Bergé

[20:00-22:00] [Cannes] Soirée LOS ABRAZOS ROTOS
Location:
Cannes
Cannes
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Internet Site : www.cannes.com
Description:
Lieu tenu secret





[21:30-23:50] [Cannes] Soirée Nikki Beach & Mont-Blanc
Location:
Jetée Albert Edouard
Jetée Albert Edouard
Vieux Port
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Description:
ON THE FATHOM FILM LOUNGE BOAT
SLIP N28






[22:00-23:50] [Cannes] Dsquared launch of eyewear party
Location:
Palm Beach Casino Cannes
V.I.P. Cannes au Palm Beach
Place Franklin Roosevelt
06400 Cannes
M° Gare SNCF Cannes
France
Phone : +33 (0)4 97 06 36 90
Mail : contact@lepalmbeach.com
Internet Site : www.lepalmbeach.com
Description:
Villa Schweppes







[23:00-23:50] [Cannes] "Amreeka" party with WMA and Variety
Location:
Villa Man Ray
Villa Murano
130, avenue du Maréchal Juin
06400 Cannes
M° Gare SNCF Cannes
France
Description:
[Cannes] "Amreeka" party with WMA and Variety

[23:00-23:50] [Cannes] Bond Girl party
Location:
Villa Oxygene
137, avenue des Cactus
06220 Vallauris
France
Internet Site : www.richard-nilsson.com/villa-oxygene.html
Description:
To delight of all, some of the original Bond Girls will join us to celebrate the most memorable moments in the history of the James Bond films. This will be your chance to meet some of the most glamorous women to have ever adorned the silver screen. Tuesday will also see the premiere launch of a new rugby film. Other guests also will include legendary international rugby players and some of the Hollywood actors appearing in the film.

[23:50] [Cannes] Carl Cox Party
Location:
Palm Beach Casino Cannes
V.I.P. Cannes au Palm Beach
Place Franklin Roosevelt
06400 Cannes
M° Gare SNCF Cannes
France
Phone : +33 (0)4 97 06 36 90
Mail : contact@lepalmbeach.com
Internet Site : www.lepalmbeach.com
Description:

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés