Monday, July 13, 2009
Public Access


Category:
Category: All

13
July 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

  Fête nationale du Monténégro
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale du Monténégro

Fête nationale
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale

Exposition "Les trésors des icônes bulgares"
Location:
Château de Vincennes
Avenue de Paris
94300 Vincennes
M° Château de Vincennes, RER A Vincennes
France
Phone : +33 (0)1 48 08 31 20
Fax : +33 (0)1 48 08 31 20
Internet Site : www.chateau-vincennes.fr
Description:
Sainte-Chapelle du château de Vincennes

Du 13 mai au 30 août 2009 : de 10 h à 18 h
Ouvert tous les jours, sauf le 21 juin 2009 (Fête de la musique)

Droits d'entrée durant la période de l'exposition
Gratuit pour les moins de 18 ans

Billet exposition à la Sainte-Chapelle
Plein tarif : 8 €
Pas de tarif groupe et professionnel
Tarif réduit : 5 €

Billet jumelé exposition à la Sainte-Chapelle et donjon
Plein tarif : 12 €
Tarif groupes et professionnels adultes (à partir de 20 personnes) : 9 € par personne
Tarif réduit : 7 €

Billet donjon
Plein tarif : 8 €
Tarif groupes et professionnels adultes (à partir de 20 personnes) : 6 € par personne
Tarif groupe scolaires (entre 20 et 35 personnes) : 30 € par groupe
Tarif réduit : 5 €

Visite-ateliers tout public
Proposées les jeudis 14, 21 et 28 mai ; 4, 18 et 25 juin ; 2 et 9 juillet 2009.
Visite de l'exposition de 13 h 30 à 14 h 15 puis atelier de 14 h 15 à 16 h 15.
L'atelier, assuré par une personne spécialiste de la peinture d'icônes, portera sur une initiation à cette technique sur feuille ou carton avec des pigments naturels.
Tarif adultes : 11,50 €
Tarif moins de 18 ans : 7,50 €

A l'occasion de la réouverture de la Sainte-Chapelle du château de Vincennes, après deux années de restauration, le Centre des monuments nationaux présente en coproduction avec la Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie une exposition exceptionnelle consacrée aux icônes bulgares.

Celle-ci rassemble des chefs-d'œuvre de l'art orthodoxe balkanique du IVe au XIXe siècles, dont 80 icônes issues des musées nationaux bulgares et principalement du département d'art médiéval de la Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie. Son directeur, Boris Danaïlov assure le commissariat de l'exposition.

Des musées bulgares prêtent pour la première fois à une institution étrangère, qui plus est un joyau de l'Occident catholique, 80 chefs d'œuvre de l'art orthodoxe! Les icônes sont accueillies dans le somptueux écrin de la Sainte-Chapelle du château de Vincennes, restaurée pendant trois ans après les dégâts de la tempête de 1999. Le château lui-même, dernier témoignage en France de la monarchie médiévale, doté du plus haut donjon d'Europe, a subi une cure de jouvence pendant dix ans et a rouvert ses portes en 2007.

La Sainte-Chapelle du château de Vincennes est fondée en 1379 sous Charles V et inaugurée en 1552 par Henri II. Son style unifié, simple et élancé, reproduit à l'identique, mais dans de moindres dimensions, la Sainte-Chapelle de Paris. Elle est construite selon le plan traditionnel des chapelles castrales [relatif à un château]: vaisseau unique, chœur formé d'une travée droite et d'une abside à cinq pans, deux oratoires (l'un pour le roi, l'autre pour la reine).

Sainte-Chapelle du château de Vincennes (c) Patrick Cadet / Centre des monuments nationaux, Paris
Sainte-Chapelle du château de Vincennes (c) Patrick Cadet / Centre des monuments nationaux, Paris

Dès le porche franchit, le visiteur se glisse dans un cabanon boisé, qui accueille comme dans une galerie les icônes, ainsi protégées de la lumière. Si certaines pièces ont souffert, l'ensemble est relativement bien conservé, compte tenu de leur ancienneté.

L'exposition, chronologique, permet au visiteur d'observer l'évolution de l'art des icônes. Elles apparaissent au VIIe siècle dans le premier royaume bulgare (XIIe-XIIe siècle). L'image emblématique de cette période est celle de Saint Théodore, réalisée en céramique.

Saint Théodore. Xe siècle. Céramique. Provenance: monastère de Patleyna, Preslav (c) B. Tchernev / Musée Historique, Preslav
Saint Théodore. Xe siècle. Céramique. Provenance: monastère de Patleyna, Preslav (c) B. Tchernev / Musée Historique, Preslav

En 1018, l'Empire romain d'Orient envahit le royaume bulgare qui subit alors l'influence de l'art byzantin. Telle l'importation du cercle orthodoxe qui correspond au grand schisme d'Orient (1054).

Le Conseil des Archanges. Vers 1430. Détrempe sur bois. Provenance: église des Saints-Archanges du monastère de Batchkovo. Collection du monastère de Batchkovo (c) Lulin Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia
Le Conseil des Archanges. Vers 1430. Détrempe sur bois. Provenance: église des Saints-Archanges du monastère de Batchkovo. Collection du monastère de Batchkovo (c) Lulin Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia

La fin de l'occupation byzantine se traduit par une production d'icônes variées et l'apparition de grands formats. Les proportions des corps s'allongent, les couleurs sont chaudes, les dessins sont précis (cf. icônes du Conseil des Archanges et de Saint Dimitrios).

Saint Démétrios à cheval. 1617? Détrempe sur bois. Provenance: Véliko Tarnovo (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia
Saint Démétrios à cheval. 1617? Détrempe sur bois. Provenance: Véliko Tarnovo (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia

La production artistique diminue un temps avec l'occupation ottomane de la fin du XIVe - début du XVe siècle. Si les centres d'art byzantin (Constantinople, Tessaloniky, Mistra) s'éteignent, des écoles artistiques régionales (Kostur, Ohrid) et des scriptoria de monastères (Rila, Batchkovo, Patleyna), se développent. En atteste la production des icônes de Saint Georges à cheval de Boyana (périphérie de Sofia) et l'évangile de Kremikovo.

Saint Georges à cheval. Fin du XVe siècle. Détrempe sur bois. Provenance: Boyana (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia
Saint Georges à cheval. Fin du XVe siècle. Détrempe sur bois. Provenance: Boyana (c) L. Ognianov / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia

Au sortir de ce premier cabanon en bois, le visiteur est guidé vers la lumière du fond de la chapelle. Forte symbolique mystique qui sert de transition historique.

A partir du XVIIIe siècle, l'icône joue un rôle fondamental dans la reconquête de l'identité nationale. Objet devenu politique, elle représente des personnalités patriotiques comme les saints frères Cyrille et Méthode. L'icône bulgare était jusque-là sacrée. Elle n'utilisait pas la perspective et ne tentait pas de reproduire la réalité.

Saint Stéphane. 1790. Détrempe sur bois (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia
Saint Stéphane. 1790. Détrempe sur bois (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulgarie, Sofia

Son art évolue de manière radicale au XVIIIe siècle - et ce pour la dernière fois avant son extinction. L'icône devient plus figurative - au point de donner l'impression que les visages des saints aient été photographiés tant leur teint paraît réel -, les artistes recourent à la perspective, aux effets de profondeur et s'entichent d'ornements baroques pittoresques. Apparaissent également des sujets profanes, des éléments urbains, des paysages et des portraits personnels.

Evangéliaire liturgique. 1552, reliure: seconde moitié du XVIIe siècle. Papier, bronze, émaux, pierre (ou verre coloré). Provenance: monastère de Batchkovo. Collection muséale du monastère de Batchkovo (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulagarie, Sofia
Evangéliaire liturgique. 1552, reliure: seconde moitié du XVIIe siècle. Papier, bronze, émaux, pierre (ou verre coloré). Provenance: monastère de Batchkovo. Collection muséale du monastère de Batchkovo (c) B. Tchernev / Galerie Nationale des Beaux-Arts de Bulagarie, Sofia

Outre les icônes sont exposés de précieux manuscrits et quelques statues et reliquaires pour témoigner de l'influence du christianisme en Bulgarie dès le IIIe siècle.
Une musique monastique douce, solennelle mais délicatement enjouée, accompagne à merveille cette somptueuse exposition.

Le catalogue de l'exposition « Les Trésors des icônes bulgares » est publié aux Editions du patrimoine.

Communiqué de presse :
http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090512_Icones_bulgares.pdf






Exposition "Le Jardin de Monet à Giverny : l'invention d'un paysage"
Location:
Musée des impressionnismes Giverny
99, rue Claude Monet
27620 Giverny
M° Gare SNCF Vernon
France
Phone : +33 (0)2 32 51 94 65
Fax : +33 (0)2 32 51 94 67
Internet Site : www.mdig.fr
Description:
1er mai - 15 août 2009

Commissariat : Marina Ferretti Bocquillon

Le groupe impressionniste se disloque progressivement au cours des années 1880 et ses membres travaillent désormais isolés les uns des autres. L'apparente spontanéité qui avait caractérisé leurs travaux laisse place à un travail beaucoup plus médité et complexe. Après des années difficiles, la carrière de Claude Monet prend un cours favorable quand il s'installe en 1883 à Giverny. C'est alors qu'il commence à connaître un succès réel, et qu'il est reconnu comme un des peintres majeurs de son époque. Pour lui, une nouvelle vie commence et elle s'accompagne d'un renouvellement profond de son travail. Après avoir été l'initiateur de l'impressionnisme, la révolution picturale la plus significative du XIXe, Monet devient un des plus grands peintres français du XXe siècle et le jardin de Giverny est au coeur de cette évolution. En inventant un motif qu'il peindra par la suite, l'artiste inverse en effet la démarche traditionnelle du peintre paysagiste.
L'exposition s'organisera en trois sections, elle comportera une trentaine d'oeuvres peintes, des photographies et documents d'archives. Entièrement consacrée au jardin de Giverny, elle mettra en évidence cette phase essentielle du parcours artistique de Claude Monet. Des oeuvres remarquables seront présentées, dont certaines jamais exposées.
Cette exposition bénéficie de prêts exceptionnels du musée d'Orsay et du musée Marmottan Monet.

1. L'invention d'un paysage (1883‐1904)
À Giverny pour la première fois, Claude Monet, qui a toujours aimé et peint la nature et les jardins, a l'occasion d'en dessiner lui‐même les contours. Dans le Clos normand original, il organise des parterres d'une profusion florale inouïe. Il crée ensuite de toutes pièces un fascinant jardin d'eau où la nature et son reflet se mêlent inextricablement. L'élaboration en est lente et laborieuse : elle nécessite des acquisitions de terrains et des démarches administratives contraignantes.
Ces transformations durent près de vingt ans ‐ de 1883 à 1904 ‐ et l'artiste modifiera encore les contours de l'étang en 1910.
Au cours de cette période, Monet peint ses premières séries, les Peupliers, les Meules, les Cathédrales, les Matinées sur la Seine, aux environs de sa maison. Il voyage aussi pour trouver de nouveaux motifs : notamment à Bordighera, en Norvège, en Hollande ou à Londres. Mais, à l'exception d'un petit nombre d'oeuvres peintes entre 1887 et 1897, il n'explore pas encore les possibilités picturales du jardin. Son élaboration sera donc évoquée, étape par étape, par des photographies, des lettres et des documents d'archives mis en scène.

2. Monet peintre du XXe siècle (1899‐1926)
Tout change au tournant du siècle. En 1899, Monet commence à peindre le jardin de Giverny qui devient rapidement son motif de prédilection. Les formats, ronds, carrés, allongés, sont de plus en plus variés et de plus en plus grands. Les compositions, souvent défocalisées, sont moins lisibles. Progressivement, Monet invente un nouveau langage pictural ; il travaille désormais avec lenteur et difficulté comme en témoigne sa correspondance. De moins en moins objectives, ces toiles sont achevées ou entièrement réalisées à l'atelier. Au début des années 1910, l'artiste se consacre aux Grandes Décorations peintes dont l'aboutissement sera l'ensemble de l'Orangerie.
Les peintres de l'abstraction américaine des années 1950 se sont justement proclamés ses héritiers, mais Monet n'a jamais rompu avec le sujet. L'immersion dans la nature, la proximité du jardin lui sont nécessaires et lui inspirent un lyrisme puissant, absent de ses premières oeuvres impressionnistes. À Giverny, Monet cesse d'être le peintre de la vie moderne et devient le chantre d'une nature foisonnante.

3. L'élaboration d'une image (1905‐1926)
Monet, qui avait inventé l'impressionnisme en peignant la Grenouillère côte à côte avec Renoir, a rarement permis aux autres peintres de représenter le jardin de Giverny qui est resté quasi exclusivement « son » motif. Les photographies de Monet dans son jardin sont en outre très nombreuses et furent largement diffusées.
C'est en 1905 que Louis Vauxcelles publie les premières photographies du jardin où l'artiste pose en gentleman‐farmer, une figure qui s'efface rapidement au profit de celle du patriarche de Giverny qui s'imposera à la postérité. Les dernières photographies de Monet dans son jardin sont prises par Nickolas Muray vers 1926. Le regard de l'artiste y est caché par des lunettes et elles évoquent irrésistiblement la figure d'Homère, le poète aveugle.
Une trentaine de photographies témoigneront de la mise en place de la nouvelle image de l'artiste.

Biographie
Claude MONET
(Paris, 1840 – Giverny, 1926)
Né à Paris en 1840, Claude Monet passe son adolescence au Havre où il fait la connaissance d'Eugène Boudin et de Johan Barthold Jongkind qui lui enseignent la peinture de plein air. En 1859, il s'inscrit à l'Académie Suisse à Paris où il rencontre Camille Pissarro, puis de 1862 à 1864, poursuit sa formation dans l'atelier de Charles Gleyre et se lie avec Auguste Renoir, Alfred Sisley, Frédéric Bazille.
De 1872 à 1878, il s'établit à Argenteuil. En 1874, Monet, Paul Cézanne, Armand Guillaumin, Berthe Morisot, Renoir, Pissarro, Sisley et Edgar Degas organisent l'exposition inaugurale du mouvement impressionniste dans l'ancien studio du
photographe Felix Nadar. Monet expose Impression, soleil levant (Paris, musée Marmottan Monet) et suscite l'ironie du critique Louis Leroy qui intitule son article « L'Exposition des impressionnistes ». En 1877, il commence la série de la Gare Saint‐Lazare. L'été 1878, il loue une maison à Vétheuil avec son épouse Camille, ses deux fils, Jean et Michel, et la famille Hoschedé. En 1881, après la mort de son épouse, Monet s'installe à Poissy avec Alice Hoschedé. Il explore sans relâche les différentes lumières du jour sur ce petit bras de la Seine.
En avril 1883 Claude Monet s'installe avec Alice Hoschedé dans le village de Giverny et y réside jusqu'à sa mort en 1926. Monet loue, puis achète en 1890 la maison du Pressoir entourée d'un parc de plus d'un hectare. Pendant les premières années, il continue de voyager en Normandie, en Bretagne, sur la Côte d'Azur ou dans la Creuse. Il reçoit fréquemment la visite de ses amis tels Renoir, Pissarro, Cézanne, Georges Clemenceau, Octave Mirbeau….

Le rôle de Monet dans l'instauration de Giverny comme village d'artistes est fondamental même si la colonie s'est constituée indépendamment de lui. Sa fameuse série de Meules de 1891 attire immédiatement l'attention de la communauté des artistes, et de nombreux visiteurs choisissent le même sujet, en hommage au maître français. À Argenteuil et à Vétheuil, Monet avait réalisé des vues de jardins cultivés par ses soins, mais à Giverny, cette entreprise prend une toute autre dimension. Il transforme le verger, appelé Clos normand, en jardin enclos de fleurs, puis en 1893, il achète une parcelle située de l'autre côté de la voie ferrée pour créer un jardin d'eau auquel il adjoint un pont japonais en 1895. En 1901, il fait l'acquisition d'un nouveau terrain pour élargir son bassin. De 1916 à 1926, Monet se consacre aux Grandes Décorations des Nymphéas pour l'Orangerie des Tuileries à Paris.
Monet s'éteint le 5 décembre 1926 à Giverny. Le 17 mai 1927, les Grandes Décorations sont inaugurées à l'Orangerie.

Catalogue
Le Jardin de Monet à Giverny : l'invention d'un paysage
Ouvrage sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon
Contributions de Françoise Heilbrun et Gabrielle van Zuylen
24 x 29 cm
144 pages
100 illustrations couleur
édition française et anglaise coéditée avec 5 Continents
parution : avril 2009
Le Jardin de Monet à Giverny : l'invention d'un paysage
Cet ouvrage raconte l'élaboration d'un jardin unique au monde et témoigne de son rôle essentiel dans l'évolution de l'art de Monet. Il est publié à l'occasion de l'exposition « Le Jardin de Monet à Giverny : l'invention d'un paysage » qui sera présentée au musée des impressionnismes, Giverny du 1er mai au 15 août 2009.
Il rassemble trois textes d'éminents spécialistes, Marina Ferretti Bocquillon, Françoise Heilbrun et Gabrielle van Zuylen, ainsi qu'une chronologie détaillée établie par Vanessa
Lecomte. Toutes les oeuvres présentées sont reproduites en pleine page couleur et sont complétées par une large sélection de documents et d'archives. http://agenda.germainpire.info/img/2009/20090501_Le_Jardin_de_Monet.pdf

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00 [16:00-23:55] LE CERCLE PAN! FAIT SA RÉVOLUTION EN 36H
Location:
Maison du Cercle Pan!
45, rue du Faubourg du Temple
75010 Paris
M° Republique, Goncourt, Belleville
France
Internet Site : panblog.typepad.com
Description:
DU 13.07 A 16H AU 15.07.09 À 4H, LE CERCLE PAN! FAIT SA RÉVOLUTION EN 36H AVANT LA FERMETURE DÉFINITIVE LE 27.07.09 DES PORTES DE SA MAISON DU 45 RUE DU FAUBOURG DU TEMPLE A PARIS (Xeme).

LE CERCLE PAN! VA DONC LARGUER LES AMARRES ET METTRE LES VOILES APRÈS TROIS ANS D'AVENTURE, CAP VERS ON NE SAIT Où, ON NE SAIT QUAND, MAIS L'AVENTURE CONTINUE, IL NE PEUT EN ALLER AUTREMENT CAR PAN!, UNE CHOSE EST SURE, AIME L'AVENTURE, PAN!

TRAVAIL IN SITU ET EXPOSITION DES OEUVRES LES 13 ET 14.07 : FRED PERIE (photographie) / DOM GARCIA (photographie) / STEPHANE VALLET (collage, techniques mixtes) / BABOU (photographie) / SLIM (peinture) / SARAH CHELOU / KAREN BLAU / GERMAIN CAMINADE (peinture) / MAGALI BRIEN (installation) / MATHILDE TIXIER (pastels)

++ 13.07 à partir de 17h CONCERTS, LECTURES ET PERFORMANCES DU 13.07 (dans l'ordre d'apparition) : 18h : MATHILDE TIXIER / FAPEYLA / OthERs ReaDErs /// 19h : EVE DEQUIDT /// 19h45 : WHITE HORSE EXPERIENCE & DIEBLER /// 20h30 : JEAN-PIERRE THÉOLIER /// 21h : ANIMAL_CHIC (PYGMY JONHSON/MADAME DAME/JEREMY MALKHIOR) /// 22h30 : BOUQUET ROYALE /// 23h : GUIGNOL'S BAND /// 23h30 : CEDRIC ATTIAS + OthERs PerfORmerS /// 0h : DJ HENRI FLESH /// 1h : JEANDO / STEPHAN MAY /// 1h30 : DJ SHAZZULA /// 3h : ITAH + MICHEL SEUL + Perf ISA KAOS et K. Blau_Nini Peau De Chien_Angie Mu-Anou /// 4h : Micro-Klub du MontagsKlub (MaBuSeKi, Kollege and others)

++ 14.07 à partir de 17h CONCERTS, LECTURES ET PERFORMANCES DU 13.07 (dans l'ordre d'apparition) : 17h : LEILA FARES / FRANSWA P. / TRISTAN RANX / OthERs REaderS /// 18h : THE DEAD BIRD /// 18h20 : PATRICK BIYIK /// 19h10 : BELOOGA /// 20h10 : THE BOOHOOS / DELANEY BLUE /// 21h : BLACKARA /// 22h : THE BLUETS /// 23h : IT /// 0h TWIN TWIN / ANNE HOREL / LA VERITE / JORIS / KIRIKOO DESS / LA FONTA / LA CHATTE /// 2h : CLOTURE DE L'ESTIVAL PAN! avec la projection sur grand écran du Moules Mystery Tour (de Vincent L'Hostis, avec Thierry Théolier, Alister, Aurore Molière, Marjolaine Sirieix, Jean-Louis Costes, Sharlot Stoned et Clark Kent) et de Pacadis, un héros In (Grégory Hervelin et Vladimir Tybin), deux films dûs à Not For Production.

++ DANS LE NICE PRICE BAR : boissons fraîches et RESTAURATION by Chacalynx (lundi, Chili Con Carne, Gaspacho, Eskimos / mardi, salades, gazpacho, eskimos) et LA NUIT A PARTIR DE 22H CHAQUE JOUR : Projection de videos d'Itah (entre autres, clips d'images tournées au Cercle Pan!, au Cleub et au Vaisseau ces trois dernières années et diffusées lors de la dernière édition du festival Filmer La Musique), de René Licata (archiviste video fou d'art en général et du mouvement squat en particulier).

Le Cerce Pan! vit, c'est certain, ses deux dernières semaines dans la belle maison, il ne faudra pas venir se plaindre plus tard quand les gravats auront remplacé les notes et les sourires, faudra pas se nourrir de regrets, c'est imbécile, les regrets. La semaine prochaine, le Cercle Pan! publiera un communiqué sur sa situation et ses intentions.




[18:00-23:55] Exposition collective "...soudain l'été Fluxus"
Location:
Passage de Retz
9, rue Charlot
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 48 04 37 99
Fax : +33 (0)1 48 04 38 60
Mail : jfk.retz@wanadoo.fr
Internet Site : www.passagederetz.com
Description:
sur une proposition de Ben Vautier
avec la participation d'artistes Fluxus
et le concours de Bernard Blistène

Concert à 21h30 suivi d'un bal Fluxus

Exposition ouverte au public du 14 juillet au 20 septembre 2009
de 10h à 19h, tous les jours sauf le lundi

Entrée plein tarif : 8 € - Tarif réduit : 5 €

…Soudain l'été Fluxus

Les Français connaissent mal Fluxus.
Rares sont les expositions historiques qui ont été réalisées. Seules trois manifestations institutionnelles ont eu lieu en France : la première à l'Espace Lyonnais d'Art Contemporain en 1979, la seconde aux Musées de Marseille en 1992 en collaboration avec le Walker Art Center de Minneapolis, puis celle au Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain à Nice en 2003 pour les 40 ans de Fluxus à Nice.

Malgré l'initiative de différentes galeries, Fluxus n'a jamais eu droit à une grande manifestation à Paris. En serait-il indigne ?

Les Français connaissent mal Fluxus, même s'ils prennent aujourd'hui la mesure de son importance, au travers de nombreuses expositions et présentations collectives, souvent initiées par Ben Vautier, manifestations mêlant toutes les formes d'expression artistique et rendant Fluxus toujours plus indispensable.

Les Français ne connaissent pas Fluxus car les protagonistes du mouvement, outre Ben Vautier et Robert Filliou, ont été peu exposés et restent pour la plupart, encore méconnus. Qui sait, en France, qui est Serge III, Robert Erebo ou Roberto Bozzi, avec qui Ben Vautier travaillait à Nice, lorsque lui-même y accueillait en 1963 George Maciunas que Paris boudait ?

Après une tentative maladroite de concert Fluxus en 1962 au Centre Américain à Paris, George Maciunas arrive en 1963 à Nice et reste 20 jours chez Ben Vautier. A ce moment-là, il aide Ben à organiser le Festival Fluxus de Nice. Fluxus trouve alors, en France, un développement important au travers de la personnalité de Ben Vautier et de Robert Filliou. L'un est à Nice, l'autre à Villefranche où il ouvre en 1966, en complicité avec George Brecht, La Çédille qui Sourit. Chacun d'eux développe cet esprit collectif essentiel, cette mise en partage dont l'art de notre temps présent se réclame toujours davantage.

Les seuls concerts Fluxus donnés ensuite à Paris eurent lieu en 1964, 1965 et 1966, sur l'invitation de Ben par Jean-Jacques Lebel pour le Festival « Libre expression » au Centre Américain, boulevard Raspail, et au théâtre de la Chimère.

C'est de la nécessité de mieux faire connaître les protagonistes de cette histoire toujours vivace, que relève cette exposition. Née de discussions complices avec Ben Vautier, dans le cadre proprement vertigineux de sa maison des hauteurs de Nice, … Soudain l'été Fluxus entend donner à un public toujours plus curieux, à partir d'œuvres et d'archives souvent

inédites, des repères nécessaires pour saisir la portée et l'impact du mouvement dans l'histoire, comme la force de son actualité.

Foncièrement éclectique, Fluxus fait l'éloge du bricolage et de l'expérimentation. Ouvert à toutes les inventions et tentatives, l'œuvre Fluxus n'est pas tant un objet clos qu'un processus ludique et théorique à la fois.

Fluxus a rêvé et rêve encore, au travers de ses protagonistes actuels, d'enchanter le monde. C'est en quoi, au-delà d'un art, il est d'abord une attitude, une façon de penser toujours mouvante, une manière d'être à jamais inimitable : une « révolution » créative, une attitude et un doute fondamental où se croisent des personnalités venues de tous horizons mentaux et géographiques, de la France à New York, du Japon à l'Allemagne où le mouvement se cristallise, au gré de rendez-vous et festivals, de manifestations parodiques, poétiques et politiques à la fois.

… Soudain l'été Fluxus est une gageure car le Passage de Retz a d'abord l'ambition de témoigner de moments rares et d'attitudes singulières qu'il est toujours essentiel d'entendre et de regarder, sans en avoir ni les possibilités ni les moyens de faire œuvre muséale.

On ne retrouvera donc pas ici les pièces que seules les institutions sont à même de réunir, mais un ensemble considérable d'œuvres et d'objets de nature souvent plus intime que Ben Vautier a accepté d'offrir de présenter au public pour la première fois.
À cet ensemble unique qui constitue le corpus essentiel de cette exposition, s'ajoutent des œuvres provenant de collections privées, dont un large ensemble des archives de Luigi Bonotto inédit en France, permettant de dessiner les contours d'une histoire commencée, il y a quelque cinquante ans, et qui n'a toujours pas aujourd'hui l'intention de disparaître.

Après Surexposition : Duchamp, Man Ray, Picabia - Sexe, Humour et Flamenco, et avant la première exposition d'envergure à Paris qu'il consacrera au mouvement lettriste, le Passage de Retz tente d'offrir un regard et une lecture sur un des mouvements clé de la création, mouvement qui nous aide à comprendre et à transcender encore et toujours notre quotidien.

… Soudain l'été Fluxus est une proposition du Passage de Retz. Elle a bénéficié du concours amical et exceptionnel de Ben et Annie Vautier et de Bernard Blistène.
Elle a reçu le soutien de nombreux prêteurs privés.
Sa coordination a été assurée par Valérie Maffioletti et Vincent Normand, ainsi que par l'équipe du Passage de Retz animée par Jacqueline Frydman.


CHACUN SON COMMUNIQUE DE PRESSE
VOICI LE MIEN

OUI
Fluxus c'est presque comme la grippe porcine,
en deux ans il est passé de Tallin, à Budapest, de Budapest à Londres à la Serpentine Gallery, de Londres à Zurich au Cabaret Voltaire, et puis c'est la pandémie Fluxus est partout à Tokyo, à Nice, à New York etc il manquait une grande expo à Paris et avec le Passage de Retz c'est chose faite

OUI
"Soudain l'été Fluxus
Pourquoi ce titre ?
parce que ça se passe en été à Paris et qu'en été, là où on croit que sous la chaleur il ne se passe rien, l'été c'est un moment où parfois ça explose
dans les corps et dans les esprits

OUI
L'expo commence par la salle des citations et statments de base des Fluxus et des grands pères : Cage, Duchamp, Satie.

OUI
Vous aussi vous êtes Fluxus quand votre robinet de cuisine fuit,
quand vous éteignez la lumière,
quand la porte claque,
quand vous mettez un vase de fleurs sur un piano

OUI
Il y aura aussi un concert à 21 H 30
Et durant le vernissage des performance events de Philip Corner, Ben Patterson, Geoff Hendriks et Eric Andersen

OUI
Le concert de 21 H 3O sera dirigé par Ben Vautier (moi) qui en est à son 47ème concert. Il sera composé de 30 petites pièces du répertoire classique Fluxus avec, au programme des pièces de George Brecht Robert Watts etc

OUI
Cette expo sera l'occasion de voir des pièces de Serge III, de Robert Erebo, de Robert Bozzi, d'Alocco tous actifs de Fluxus à Nice dans les années 63

OUI
A partir de 22 heures trente il y aura un bal
avec du techno mais aussi des tangos et du bon vieux disco

OUI
Il y aura la présence effective en chair et en os
pas toujours sain d'esprit de :
Geoff Hendriks
Eric Andersen
Ben Patterson
Charles Dreyfus
Ludo, Didier Dura,
Ben Vautier …
et vous (si vous venez )

OUI
Il y aura des pièces de la collection de Gino Di Maggio,
de la collection de Bonnotto
de la collection de Caterina Gualco
de ma collection, de celle de Liliane Vincy
de celle de Marcel Fleiss, de celle de Benamou

OUI
Parce que Ben y tient beaucoup
Il y aura profusion de citations
des artistes Fluxus et des Maîtres à penser Cage, Duchamp
Satie qui ont eu des influences directes sur Fluxus

OUI
Il y aura un catalogue réalisé par Bernard Blistène
dans une boite avec paraît-il des documents fac similés

OUI
Il y aura une salle Maciunas avec la collection de Bonnotto Bonnotto est un mystère
Il aime Fluxus mais il aime Bonnoto plus encore

OUI
Il y aura des oeuvres ou des documents des artistes suivants
A-Yo
Alison Knowles
Marcel Alocco
John Armleder
Michel Asso
Ben Vautier
Ben Patterson
Joseph Beuys
George Brecht
John Cage
Jacques Charlier
Giuseppe Chiari
Dorothy Ianonne
Charles Dreyfus
Jean Dupuy
Robert Erebo
Eric Andersen
Robert Filliou
Henry Flynt
Ken Friedman
Gabor Toth
Jean Claude Guillaumon (Lyon)
Henry Flynt
John Cage
Alan Kaprow
Kosugi
La Monte Young
Jacques Lizène
George Maciunas
Miller Larry
Nam June Paik
Francis Picabia
Ray Johnson
Robin Page
Eric Satie
Tomas Schmit
Serge III
Shieko Shiomi
Takako Saito
Wolf Vostel
Christian Xatrec
Yoko Ono
Le groupe Zaj

OUI
Il y aura le livre de Philippe Brenot
« textes essentiels »
qui sera là pour démontrer
que Fluxus est une rupture comme le fut Dada et le Bauhaus
Nous aurions peut-être du commencer par John Cage, Dada Erik Satie, Duchamp mais une dizaine de citations suffisent
En vente très bon marché 12 euros


[18:00] Garden Party du Secrétariat d'Etat à l'Outre-Mer
Location:
Secrétariat d'Etat à l'Outre-Mer
Ministère de l'Intérieur, de l'Outre-Mer et des Collectivités territoriales
27, rue Oudinot
Hôtel de Montmorin
75358 Paris 07 SP
M° Saint-François-Xavier
France
Phone : +33 (0)1 53 69 20 00
Internet Site : www.outre-mer.gouv.fr
Description:
Garden Party du Secrétariat d'Etat à l'Outre-Mer

[18:30] Garden Party du ministère de la Défense
Location:
Ministère de la Défense
Hôtel de Brienne
14, rue Saint-Dominique
75007 Paris
M° Invalides, Solférino
France
Internet Site : www.defense.gouv.fr
Description:
Garden Party du ministère de la Défense





[20:30] Avant-première "Tricheuse"
Location:
UGC Ciné Cité Les Halles
7, place de la Rotonde
Nouveau Forum des Halles
75001 Paris
M° Les Halles
France
Phone : 08 92 70 00 00 #11
Internet Site : www.ugc.fr/cinema.html?code=HORIZ
Description:
avec HELENE DE FOUGEROLLES, PHILIPPE CAROIT, JEAN FRANCOIS DAVY, MELANIE TRAN ET MALIKA ALAOUI

17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés