Saturday, September 5, 2009
Public Access


Category:
Category: All

05
September 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4

  Who's Next
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
Hall 1

www.whosnext.com

35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
du 4 au 13 septembre

invité d'honneur Harisson Ford

www.festival-deauville.com

35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

Exposition de Gundula Weber "Têtes de..."
Location:
Galerie Antonine Catzéflis
23, rue Saint-Roch
75001 Paris
M° Pyramides, Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 42 86 02 58
Mobile : +33 (0)6 61 13 07 30
Mail : antonine@catzeflis.com
Internet Site : www.antoninecatzeflis.com
Description:
du 3 juin au 28 septembre 2009
du mardi au samedi ou sur rendez-vous

La Galerie Antonine Catzéflis présente, du 3 juin au 28 septembre 2009, l'exposition "Têtes de...", fruit de la rencontre entre la galériste Antonine Catzéflis, véritable tête chercheuse, et l'artiste Gundula Weber - Animalier Papier.



Les étonnantes têtes d'animaux entièrement réalisées par l'artiste en papier et mis en scène tels des trophées de chasse seront présentées pour la première fois en France. La Galerie présentera également le curieux et très réaliste bestiaire en papier de l'artiste (figurines, cabinets de curiosité (boîtes à insectes, reptiles sous cloches, etc.).



Il y a quelques années, Gundula Weber prend contact avec Antonine Catzéflis et lui envoie "pour éveiller sa curiosité", une petite boîte noire dans laquelle sont enfermés des échantillons de "la queue du tatou" du "poisson scie", de "la plume de Darwin"... Antonine Catzéflis n'y résiste pas et saute dans sa voiture pour se rendre à Sarrebrück où Gundula Weber vit et travaille, partageant son temps entre le théâtre, pour lequel elle crée des décors et son atelier dans lequel elle imagine ces animaux en papier pour (se) raconter ses histoires. Une première présentation des œuvres de Gundula Weber à Paris naît de cette rencontre et prouve avec succès qu'elle a un public dans la capitale. Mais Weber a déjà une autre idée en tête.



Il lui faudra presque trois ans de travail :
- 100 mètres carré de papier,
- 3 kilomètres de bandes de poils découpés et
- 5 millions de coups de ciseaux pour réaliser cette première exposition et proposer une cinquantaine de pièces uniques.



«Tout bout de papier peut avoir la chance de revivre un jour dans le bestiaire improbable que j'ai imaginé. Un emballage d'ordinateur peut, par exemple, se transformer en huître sur un plateau d'argent, un carton épais peut se découper en crinière de girafe ou devenir chevelure pour un animal...Tout devient possible quand l'imaginaire relève le défi et explore les limites de ce magnifique matériau qu'est le papier sous toutes ses formes. Il était inévitable qu'un jour les créatures que je façonne reçoivent un pelage fabriqué sur mesure en papier découpé. Ce travail fastidieux donne vie à une incroyable matière qui imite merveilleusement le véritable pelage. Chaque poil représente un coup de ciseaux. La relation entre les animaux et les humains me fascine et m'entraîne dans un voyage de découvertes et d'explorations sans fin. Les musées d'Histoire Naturelle restent une source d'inspiration constante. Loin d'être des trophées ordinaires, ces créatures ont leur propre caractère grâce à la diversité des papiers utilisés. Chacune d'elles porte une histoire inspirée par les couleurs d'un animal, son intelligence, sa façon de se déplacer ou même de nous ignorer. Il existe dix mille raisons de célébrer les merveilles de la nature dans une approche attentionnée et respectueuse. C'est l'histoire de mes animaux de papier... d'Animalier Papier».
Gundula Weber, Animalier Papier




08:00  
09:00  
10:00 [10:30-10:40] [Deauville] Photo Call R.J. Cutler pour THE SEPTEMBER ISSUE
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Photo Call R.J. Cutler pour THE SEPTEMBER ISSUE

11:00 [11:00-21:00] Summer Show "WHEN CROOKS ROAM THE STREET"
Location:
Galerie Olivier Robert
5, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 43 25 31 87
Mail : info@galerieolivierrobert.com
Internet Site : www.galerieolivierrobert.com
Description:
09/07/2009 - 24/09/2009

Artistes présentés :
JULIEN BENEYTON
BOOGIE
PABLO COTS
THE ERS
OLIVIER KOSTA –THEFAINE
BARRY McGEE
JON NAAR
ERIC POUGEAU
AURELIE SLONINA


[11:00-11:10] [Deauville] Photo Call et Conférence de presse Rachel McAdams et Eric Bana pour
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Photo Call et Conférence de presse Rachel McAdams et Eric Bana pour THE TIME TRAVELER'S WIFE

[11:30] Forum des associations et de la démocratie participative
Location:
Espace d'Animation des Blancs-Manteaux - Pierre-Charles Krieg
48, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 54 75 79
Description:
inauguration du forum des associations et de la démocratie participative en présence d'Hamou Bouakkaz, adjoint chargé de la démocratie locale et de la vie associative et Dominique Bertinotti, maire du 4e


[12:00-20:00] Vernissage d'Iván Navarro "Nowhere Man"
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
du 5 septembre au 24 octobre
vernissage le samedi 5 septembre de 12h à 20h

Après son succès à la Biennale de Venise où il représente le Chili, le jeune artiste conceptuel Iván Navarro revient à la Galerie Daniel Templon avec Nowhere Man, un défilé de figures lumineuses inspirées par les pictogrammes des tristement célèbres jeux olympiques de Munich.

Vernissage d'Iván Navarro "Nowhere Man"

[12:00-20:00] Vernissage de Sudarshan Shetty "Taj Mahal"
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
Impasse Beaubourg

du 5 septembre au 24 octobre
vernissage le samedi 5 septembre de 12h à 20h

Pour sa toute première exposition en France, l'artiste indien Sudarshan Shetty, investit la galerie Templon Impasse Beaubourg avec une installation monumentale « Taj Mahal », une pièce entièrement construite de reproductions miniatures du plus célèbre des palais indiens.

Vernissage de Sudarshan Shetty "Taj Mahal"



[13:30-13:40] [Deauville] Photo Call Dana Perry pour BOY INTERUPTED
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Photo Call Dana Perry pour BOY INTERUPTED




[14:00-20:00] Exposition «Oh cet echo»
Location:
Galerie Catherine Putman
40, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 45 55 23 06
Fax : +33 (0)1 47 05 61 43
Mail : contact@catherineputman.com
Internet Site : www.catherineputman.com
Description:
exposition palindromique sur une idée de Philippe Ducat

5 septembre - 31 octobre 2009
du mardi au samedi de 14 à 19 heures & sur rendez-vous
vernissage samedi 5 septembre

[14:00-21:00] Vernissage d'Alan Charlton "Peintures"
Location:
Galerie Jean Brolly
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 88 02
Fax : +33 (0)1 42 78 88 03
Mail : galbrolly@wanadoo.fr
Internet Site : www.jeanbrolly.com
Description:
Du 05 septembre au 06 octobre 2009

+ La vitrine : Œuvres de Mathieu Mercier et François Morellet

[14:00-21:00] Vernissage de Berdaguer & Pejus "BLITZ"
Location:
Galerie Martine Aboucaya
5, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 76 92 75
Fax : +33 (0)1 42 76 92 60
Mail : info@martineaboucaya.com
Internet Site : www.martineaboucaya.com
Description:
du 5 septembre au 1er octobre 2009 et du 5 décembre au 23 décembre 2009

Pour leur deuxième exposition à la Galerie Martine Aboucaya, Berdaguer & Péjus proposent "BLITZ", qui se déroulera en deux volets.
Les œuvres présentées à l'occasion du premier volet engagent des processus et des constructions évolutifs: objets à «charger » selon un protocole d'hypnose , terrain de jeux basé sur la contrainte, personnages dont les postures incongrues résultent d'une architecture absente...
Pour Berdaguer & Péjus, cette exposition en deux temps est l'occasion de créer, à travers ces différents projets, un ensemble de processus en mouvement, de temporalités qui vont s'ouvrir et se fermer, faisant bégayer l'exposition pour créer des lignes de fuites.

[14:00-14:10] [Deauville] Photo Call Andrew Monument et Joseph Maddrey pour NIGHTMARES IN RED,
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Photo Call Andrew Monument et Joseph Maddrey pour NIGHTMARES IN RED, WHITE & BLUE

[14:30-14:40] [Deauville] Photo Call et Conférence de presse Nora Ephron, Meryl Streep, Chris
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Photo Call et Conférence de presse Nora Ephron, Meryl Streep, Chris Messina, Stanley Tucci, Alexandre Desplat et Laurence Mark pour JULIE & JULIA

[14:30-14:40] [Deauville] Photo Call et Conférence de presse Richard Linklater et Christian M
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Photo Call et Conférence de presse Richard Linklater et Christian McKay pour ME AND ORSON WELLES





[15:00-21:00] Exposition "Glissements de terrain"
Location:
Galerie Les filles du calvaire
17, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 74 47 05
Fax : +33 (0)1 42 74 47 06
Mail : paris@fillesducalvaire.com
Internet Site : www.fillesducalvaire.com
Description:
05/09/2009 - 26/09/2009

Une proposition d'Emmanuelle Villard et Xavier Noiret Thomé

John Beech, Stéphane Calais, Xavier Noiret-Thomé, Adrian Schiess, Walter Swennen et Emmanuelle Villard

Il y a entre les travaux d'Emmanuelle Villard et de Xavier Noiret-Thomé bien des différences, mais aussi d'indéniables accointances. D'où leur désir de concevoir ensemble une exposition collective à la galerie Les filles du calvaire.

Si un territoire artistique, au même titre que le goût, ne se partage pas facilement, un état d'esprit semblable rallie bien au-delà des singularités et problématiques formelles propres à chaque artiste, bien au-delà aussi de cette vieille barbe dénommée « style ».
Loin donc de viser une réduction aux plus petits dénominateurs communs, il est question ici de postures d'artistes que réunit la peinture, l'usage récurrent d'autres médiums et surtout un goût prononcé pour la contradiction, les paradoxes et les glissements de terrain.

Cette résonance est à l'oeuvre dans les choix d'Emmanuelle Villard et Xavier Noiret-Thomé. En invitant John Beech, Stéphane Calais, Adrian Schiess et Walter Swennen à se joindre à eux, ils réunissent des personnalités artistiques fort singulières, d'un premier abord sans lien évident. On retrouve pourtant dans le travail de chacun plusieurs séries ou groupe de pièces dont les différences formelles sèment le germe du doute. Leurs œuvres résistent à une interprétation immédiate, chacun des éléments y dérangeant une compréhension trop rapide de l'ensemble, sans jamais pour autant en entamer la cohérence. Ces artistes ont également en commun de jouer très sérieusement avec leur médium et sa longue histoire et parfois même de s'en jouer. Enfin, ils partagent un intérêt évident pour le pop, la citation, la métaphore, la matière et les jeux de pistes.

Ainsi, sans chercher à revendiquer l'appartenance à une quelconque famille artistique, ni à établir l'improbable liste des possibles de la peinture aujourd'hui, Emmanuelle Villard et Xavier Noiret-Thomé s'attachent à montrer leur considération pour des œuvres qui, hors recette et démonstration, se construisent avec entêtement et passion.

[15:00] Exposition collective «Avoir 20 ans À VOIR partie I»
Location:
Galerie Claudine Papillon
13, rue Chapon
Code immeuble : 8719
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 29 07 20
Fax : +33 (0)1 40 29 07 90
Mail : contact@galeriepapillonparis.com
Internet Site : www.claudinepapillon.com
Description:
Du 05 septembre au 29 septembre 2009

La Galerie Claudine Papillon est heureuse de fêter son 20e anniversaire.

[15:00-21:00] Exposition collective «Bande-annonce»
Location:
Galerie de France
54, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 74 38 00
Fax : +33 (0)1 42 74 34 67
Mail : info@galeriedefrance.com
Internet Site : www.galeriedefrance.com
Description:
Kristin Baker
Michael Bell-Smith
Justin Lieberman
Nate Lowman
Bertrand Planes
Ryan Trecartin
Ryan Trecartin et Lizzie Fitch

5 September – 17 October 2009
Vernissage Saturday 5 September, 15 – 20 h

[15:00-20:00] Exposition d'Isabelle Grosse "Dis-Appearances"
Location:
Galerie Vanessa Quang
7, rue des Filles du Calvaire
Fond de cour, porte gauche
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 44 54 92 15
Fax : +33 (0)9 50 42 81 96
Mail : info@galerie-quang.com
Internet Site : www.galerie-quang.com
Description:
Exposition du 5 au 26 septembre, 2009

Isabelle Grosse présente ses nouvelles photographies, dessins et vidéos avec un parti pris des plus ambitieux: dans un chassé-croisé où le modèle se dérobe et jaillit, elle questionne notre société du spectacle, du simulacre même, à travers le jeu de la disparition et de l'apparition.

Acte premier: apparition, disparition: Dis-appearances. Bien loin du quart d'heure d'Andy
Warhol, c'est à la seule lumière de l'église Saint Sulpice que le célèbre mannequin Anna Tokarska accepte de s'effacer. Un recueillement, un retrait opéré à l'abri de son image, de sa propre condition de mannequin.

Un écho se fait alors avec sa série de dessins Cache Moi (2007-2009), là où, à découvert et selon la présentation, la position personnelles du modèle, le corps devient son propre abri.

Acte deux: la procession. Parade, ce masque comme une représentation de soi toujours plus impressionnante aux yeux de la société, tandis que l'apparence véritable s'y soustrait.

Dernier acte: le formatage. Massification absolument. Dans la vidéo Shaping (2008), les gestes obéissent à la logique de format, de rangement où chaque objet est reproduit à l'identique, vulgarisé à la chaîne puis propulsé. Impossible d'échapper aux rouages des lumières. Rideau.

D'harmonies en paradoxes, les frontières du collectif et de l'individuel sont par là même questionnées à travers une singulière poésie visuelle.

[15:00-20:00] Exposition de Carole Benzaken
Location:
Galerie Nathalie Obadia
3, rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 74 67 68
Fax : +33 (0)1 42 74 68 66
Mail : info@galerie-obadia.com
Internet Site : www.galerie-obadia.com
Description:
"Le séjour dans l'eau ne transforme pas le tronc d'un arbre en peau de crocodile"
(Sous l'orage, de Seydou Badian)

5 septembre - 10 octobre 2009
Vernissage le samedi 5 septembre de 15h à 20h

Signature de l'ouvrage L'Atelier de Carole Benzaken, entretien avec Thierry Novarese, photographies de Catherine Panchout, Thalia édition, entre 15h et 18h en présence de l'artiste

Le travail de Carole Benzaken s'appuie à la fois sur une banque d'images prélevées dans la presse et les médias et sur une base de films et de photographies personnels. Œuvrant tout à la fois dans la profondeur du tableau peint, à la surface du médium numérique, l'artiste parvient à mettre en scène un théâtre multiple, qui travaille simultanément le dedans et le dehors, l'intime et la surface, le code collectif et la mémoire individuelle.
Abandonnant les repères anthropomorphiques d'une vision trop statique, elle propose une logique visuelle inédite, multiaxiale, sans hiérarchie, ouverte sur l'infini tout en prenant sa source au plus intime de l'imaginaire. Un regard de l'envol, capable de mixer zooms et plans panoramiques, réalisme et rêve.

Là où le modèle cinématographique demeurait conforme à la structure rationnelle de la culture occidentale qui se construit selon une logique narrative de causes à effets, d'un début vers une fin, la matrice rhizomatique du flux numérique expose le navigant à des logiques intellectuelles inattendues. Mais Carole Benzaken ne demande pas au spectateur de choisir. Au contraire, elle a plutôt l'air de prendre acte d'une période de mutation passionnante, qui autorise toutes les hybridations. Si le travail veille à toujours surprendre en n'étant jamais tout à fait là où on l'attend, il se construit à la frontière d'un dispositif cinématographique inscrit dans le déroulement et la durée, et d'un dispositif en écran, qui stratifie le visible, jouant davantage de l'épaisseur optique que de la profondeur narrative. Si bien que, de toutes parts, on retrouve une oscillation entre l'image-mouvement, qui file de la gauche vers la droite et brouille la figure, et l'image-écran qui se trame, se tresse et s'opacifie à force d'additionner les calques dans l'épaisseur de l'image.
Il en va ainsi de la proposition synthétique de La manne. Trois écrans disposés en triptyque diffusent la séquence infinie d'une marche. Un homme progresse à l'horizon d'un paysage qui hésite entre paradis et " no man's land ", zone frontière entre sable et océan. Alors que la progression du personnage renoue avec la linéarité du Rouleau à Peinture, le morcellement en trois écrans de cette errance se souvient de la mise en grille moderniste des Tulipes ou de la série By Night, cherchant à contenir la fluidité du présent numérique. Mais ici, Carole Benzaken superpose à la surface de son déroulé infini une seconde grille, picturale et aléatoire celle-là, qui troue et couvre simultanément l'ensemble du flux cinématographique. C'est toute une esthétique de l'épaisseur de l'image numérique qui se dévoile alors, pour mettre à nu les illusions narratives et rationnelles d'une image construite sur un mensonge mimétique.

Ce va et vient entre image-mouvement et image-écran devient particulièrement opératoire dans la confrontation entre les (Lost) Paradise et les Zem. Dans un cas, le spectateur plonge de plus en plus loin derrière les trames de peintures qui irriguent en grilles aléatoires la surface d'imageries codifiées, évoquant tout à la fois des vacances paradisiaques et la mémoire coloniale des plages de l'esclavage. La peinture se fait surface et texture du souvenir, offrant une matière à la membrane translucide du refoulé historique. Dans l'autre cas, le spectateur est aux prises avec une fugacité insaisissable, qui impose un vertige du regard et attaque la stabilité du visible. Quelque chose traverse la peinture, qui n'est plus qu'un " moyen de transport ". La narration se noie à ce point dans la vivacité du présent, qu'il n'est plus permis de comprendre d'où vient l'instant, ni où il part. Ne reste dans l'œil qu'une rémanence rétinienne, toute entière ancrée dans la référence à une logique cinématographique, qui avoue son inaptitude à rendre compte du présent. Seule une trace de peinture demeure, comme une tache jaune inoubliable.

Stéphanie Katz, 2009

Auteur, analyste de l'image, et enseignante, Stéphanie Katz est titulaire d'une thèse sur « La représentation de la voix en peinture ». Elle a conçu de nombreux documentaires sur la peinture et l'image pour France-Culture. Auteur de « L'écran, de l'icône au virtuel. La résistance de l'infigurable »
(L'harmattan, 2004), elle publie régulièrement catalogues, monographies d'artistes, ou interventions dans la presse spécialisée. Elle attache beaucoup d'importance à son rôle de transmission.


Carole Benzaken (Lost) Paradise J. 2009, acrylique sur toile, 200 x 300 cm

[15:00-20:00] Exposition de Jessica Stockholder "Coating"
Location:
Galerie Nathalie Obadia
3, rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 74 67 68
Fax : +33 (0)1 42 74 68 66
Mail : info@galerie-obadia.com
Internet Site : www.galerie-obadia.com
Description:
Galerie II

5 septembre - 10 octobre 2009
Vernissage le samedi 5 septembre de 15h à 20h

Coating est le titre d'une série de photographies numériques réalisées par Jessica Stockholder entre 2006 et 2008 et dont une sélection a été montrée, pour la première fois, dans l'exposition Lumps Bumps & Windy Figures Too à la galerie Art & Essai de l'université de Rennes 2 en 2008, sous la direction de Mari Linnman.

"Plus connue est l'œuvre à la fois picturale et spatiale de Jessica Stockholder qui propose une exploration infinie de points de vue aux spectateurs qui se déplacent autour et à travers ses installations. Ici, c'est l'artiste qui a recouvert de son regard des objets, des fragments d'œuvres, des choses et d'autres, situés dans un espace donné, pour offrir une image matériellement faite d'une fine couche.

Coating titre à la fois la série de photographies et un livre qui a permis à l'artiste de montrer les images de manière hybride, mêlant photographies et plages de couleurs à la présence de mots. Quand les images sont présentées par deux, l'artiste joue avec leur format et leur disposition, d'autres sont montrées face à l'image d'une couleur qui, de manière dégradée, s'évanouit dans le blanc du papier glacé. L'usage des mots est sporadique et énigmatique, il participe à l'image, à sa lecture, mais aussi à son brouillage.

La série Coating nous montre que l'œuvre de Jessica Stockholder ne donne pas seulement à voir mais qu'elle est aussi un outil de perception, voire un outil critique. Son recours à la photographie - un médium « conventionnel » - nous aide à comprendre que ce travail n'invite pas seulement à regarder, mais propose aussi une manière de le faire - une manière de regarder les choses concrètes et les structures abstraites du monde dont les images sont issues."

Mari Linnman
2009


Bear, 2008, Photographie sur papier Lambda contrecollée sur Dibon, 65 x 97,5 cm/ 25,5 x 38,3 in., Edition 1/2 + 1 EA

[15:00] Vernissage de Marine Joatton "La contemplation de la flaque"
Location:
Galerie Eric Dupont
138, rue du Temple
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 54 04 14
Fax : +33 (0)1 44 54 04 24
Mail : info@eric-dupont.com
Internet Site : www.eric-dupont.com
Description:
05/09/2009 - 13/10/2009

À un moment donné, il faut inciser, ouvrir, écarter les chairs.

À un moment donné, il faut cadrer, définir le champ opératoire.

À un moment donné, il faut y aller, se déplacer, s'approcher.

Au premier accident, j'y suis, je suis tout entier dans ce que je fais, je suis dedans, je ne cherche pas à cerner, je laisse rigoler la couleur, dégringoler l'édifice, s'affaisser ce qui prenait forme. Je ne sais plus ce que je fais, mais j'y vais, je n'arrête pas, la colère gronde, l'image se dresse devant moi, d'autant plus si ce qui vient agace.

Il y a un sale moment à passer, avant que ça jubile à nouveau. À tout moment, je le sais, ça peut foutre le camp, la bataille n'est pas gagnée, ça mange toute la surface. C'est alors le moment de se frayer un chemin, le moment précis où il me faut saisir l'éclaircie, la trouée.

Tout un monde dans la flaque, tout un monde qui s'organise et se ramifie. Tout d'un coup, ça silhouette, ça se découpe, ça se débine dans l'indistinct. Je reconnais des morceaux, je reconnais des moments. C'est tout cela qu'il faut remonter à la surface, je vais en perdre en route, pas de temps à perdre.

Un espace en mange un autre, une figure en gobe une autre. Restent un bras, une jambe, un œil, une croupe, un bris, une barbe, une ribambelle de marmots en lambeaux. Une tête en efface une autre. Une tête, autant dire une béance, une butée, ça y est, j'ai bu la tasse, j'ai bu la tête. Les joues mangées, les bords sont tous rognés.

Avant que l'espace ne se referme et n'engloutisse toutes ces figures, toutes ces bestioles, il faut s'arrêter, laisser sécher.

Bataille livrée, fantômes délivrés, la toile est roulée, la toile est tendue sur châssis, la toile est retournée contre le mur, la toile sort de l'atelier.

François Durif
Texte écrit au sortir de l'atelier de Marine Joatton le 20 mai 2009






[16:00-21:00] Exposition collective "La Suite"
Location:
Air de Paris
32, rue Louise Weiss
75013 Paris
M° Chevaleret, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 44 23 02 77
Fax : +33 (0)1 53 61 22 84
Mail : fan@airdeparis.com
Internet Site : www.airdeparis.com
Description:
Une chose après une autre : une exposition, une foire, un verre de bon vin, un épisode de série américaine. Mais dans cette liste, chaque élément appelle sa propre suite : une exposition la suivante (sera-t-elle aussi bien / mieux ?), une foire la suivante (qui y sera cette fois ?), un verre de bon vin le suivant (le dernier ?), un épisode de série américaine l'épisode d'après (vivement celui d'après encore !). Chaque suite a sa logique interne : chaque nouvel élément, par rapport au précédent soit le remplace (la série), soit l'augmente (le vin), ou encore l'annule (la foire). Une exposition pourrait-elle accumuler presque toutes les caractéristiques des différents types de suite ? Une SUITE qui soit close mais vaste comme une suite d'hôtel pour accueillir une succession d'œuvres, et dont l'enchaînement, la succession ne soient pas redondantes ou attendues. Une suite d'œuvres, plus juste dans l'espace, dans le temps, mais qui fait lien avec ce qui était déjà là (une suite est forcément récursive), même si elle n'annonce pas sa logique propre (toute suite n'est pas jeu de domino, même si tout domino est une suite), et que justement elle ne s'interdit rien, et surtout pas une certaine réactivité vis à vis des imprévus ou rencontres. Et que, bien au contraire, elle se laisse la plus grande marge de manœuvre possible pour accueillir tous type de successions. Une suite qui soit une fugue, en somme.

Mais une telle exposition est-elle possible ?

[16:00] Exposition d'Alexandre Oudin "Déplacements"
Location:
Galerie Frédéric Lacroix
13, rue Chapon
Cour, 2ème étage droite
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 61 70 71
Mail : info@galeriefredericlacroix.com
Internet Site : www.galeriefredericlacroix.com
Description:
du 5 septembre au 24 octobre

Pour débuter la saison artistique 2009-2010, la galerie Frédéric Lacroix est heureuse de présenter la première exposition personnelle d'Alexandre Oudin. Ayant travaillé jusqu'alors de façon distincte la photographie et la sculpture, ce jeune artiste présente des travaux qui interrogent les possibilités d'intersection entre ces deux médiums.

L'exposition réunira installations et séries photographiques, résultat d'une réflexion sur la relation entre le réel et sa représentation, et sur le rapport volume/surface. Dans sa quête artistique, le plan devient espace, et vice-versa : ni complètement photographie et ni complètement sculpture, les œuvres d'Alexandre Oudin bousculent les termes de la représentation. « « L'image et le volume sont les deux pôles de mon travail » déclare-t-il.

Travaillant avec des objets du quotidien et l'espace de la galerie Alexandre Oudin tente de sortir du cadre de la planéité caractéristique de la photographie, pour nous plonger dans un monde en trois dimensions. En associant des objets réels et leur équivalent photographique à l'échelle 1/1, son travail semble poursuivre de façon originale la réflexion entamée dans les années soixante par un des pères de l'art conceptuel, Joseph Kosuth, et notamment sa série One And Three.

Alexandre Oudin capture et déplace virtuellement en s'appropriant l'espace de la galerie, « déplacé à l'intérieur de lui-même pour l'occasion », et physiquement, en y incorporant des objets et des photographies, fruits de ses investigations autour du thème de ambiguïté entre le plan et le volume.

Les étranges compositions d'Alexandre Oudin altèrent notre perception, troublée par ces illusions d'optique et leur apparence de faux trompe-l'œil. L'exposition qui leur est consacrée à la Galerie Frédéric Lacroix nous donne l'occasion d'atteindre « cet espace intermédiaire, logé entre l'infra-mince et la forme, où notre discernement s'abandonne à nos sensations. »

Alexandre Oudin est né à Paris en 1982. Il est diplômé de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, avec les félicitations du jury. Il a participé à plusieurs expositions collectives, à Paris, New York, et prochainement Berlin. Une de ses œuvres sera exposée dans les jardins du palais de l'Elysée lors des Journées du Patrimoine les 19 et 20 septembre.

[16:00-21:00] Exposition de Boris Chouvellon "Redessiner le monde"
Location:
Random Gallery
30, rue Louise Weiss
Vitrine entre la galerie Praz Dellavallade et la galerie Air de Paris
75013 Paris
M° Chevaleret, Bibliothèque François Mitterrand
France
Internet Site : www.random-gallery.com
Description:
Exposition de Boris Chouvellon "Redessiner le monde"

[16:00-19:00] Exposition de Gennady Zubkov "voyage à Calderara di Reno"
Location:
Galerie Blue Square
14, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 49 96 59 17
Mobile : +33 (0)6 87 70 84 74
Fax : +33 (0)1 49 96 59 17
Mail : art@galeriebluesquare.com
Internet Site : www.galeriebluesquare.com
Description:
du 5 septembre au 31 octobre
du mardi au samedi de 11h à 19h
vernissage le samedi 5 septembre de 16h à 19h

Les évocations colorées d'une promenade en Italie vous attendent en septembre pour l'inauguration de la rentrée 2009-2010. Pour sa deuxième exposition à la galerie, le peintre Gennady Zubkov présentera son Voyage à Calderara di Reno, une série de tableaux réalisée à l'occasion de son récent séjour dans cette ville du cœur de la Province de Bologne.



[16:00-21:00] Exposition de Michel Blazy
Location:
Galerie Art : Concept
4, passage Sainte-Avoye
entrée par le 8, rue Rambuteau
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 60 90 30
Fax : +33 (0)1 53 60 90 31
Mail : info@galerieartconcept.com
Internet Site : www.galerieartconcept.com
Description:
du 5 septembre au 3 octobre


[16:00-20:00] Exposition de Nicolas BUFFE "Mutations merveilleuses de divers trucs"
Location:
Galerie Schirman & De Beaucé
7 bis/9, rue du Perche
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Rambuteau, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 47 67 29
Mail : contact@schirman-debeauce.com
Internet Site : www.schirman-debeauce.com
Description:
du 8 septembre au 31 octobre 2009
vernissage le samedi 5 septembre de 16h à 20h
performance de l'artiste à 19h

A l'occasion de sa seconde exposition personnelle à Paris, Nicolas Buffe présentera une nouvelle série de travaux dont le thème général repose sur un principe cher à son travail, celui des transformations. Le terme ayant un large éventail de sens, il le relie plus précisément aux hybrides, monstres, grotesques, robots et autres transformers, toons, et zombies qui peuplent son univers référentiel.
Le titre de l'exposition, Mutations merveilleuses de divers trucs, est tiré de la traduction du 16ème siècle des Métamorphoses d'Ovide par Lodovico Dolce (Le Transformationi).
Cela sera le fil conducteur et le liant entre les divers éléments, baroques ou contemporains, qui habitent, en s'hybridant, ses travaux.

Une performance
Mais il sera aussi question de la transformation de l'état du dessin: son effacement. A cette occasion, un rituel-performance d'effacement d'un dessin mural sera effectué lors du vernissage de l'exposition, le samedi 5 septembre. Le dessin à la craie, dans toute sa fragilité, mutera et viendra se loger dans un reliquaire prévu a cet effet.
Enfin sera présenté l'éléphant monumental à bascule Pulcino, que l'on peut voir comme une mutation ludique de l'éléphant du Songe de Poliphile et du Bernin à Rome.

Un texte
Christine Buci-Glucksmann, professeur émérite de l'université Paris 8, philosophe et spécialiste de l'art contemporain, écrira un texte sur le travail de Nicolas Buffe à l'occasion de cette exposition.


[16:00-20:00] Vernissage de FAY KU "Outliers"
Location:
L MD galerie
56, rue Charlot
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Temple, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 40 62 97 46
Mail : info@lmd-art.com
Internet Site : www.lmd-art.com
Description:
Du 5 septembre au 17 octobre 2009
Vernissage samedi 5 septembre, à partir de 16h

Du 14 au 20 septembre à Docks Art Fair (Lyon)

La galerie L MD est heureuse de présenter pour la première fois en France deux expositions personnelles de Fay Ku : à la galerie du 5 septembre au 17 octobre 2009 et lors de la Docks Art fair à Lyon du 14 au 20 septembre 2009. L'artiste exposera des œuvres récentes réalisées notamment lors d'une résidence à Las Vegas au printemps et à Paris pendant l'été, où la galerie lui servira de studio.

Les dessins et les oeuvres sur papier de Fay Ku délivrent un monde fantasque et troublant. Sous un traitement d'apparence douce et naïve, les scènes révèlent une ambiguïté qui relève du fantastique, et une certaine violence à la fois sourde et tangible.

Le style et les sujets de cette jeune artiste sont nourris des contes traditionnels de la culture chinoise de son enfance, mais s'inspirent également du monde contemporain et des différents pays et cultures que l'artiste explore lors de ses nombreuses résidences.
Les personnages de Fay Ku, principalement féminins, sont à la fois vulnérables et agressifs, tantôt victimes et tantôt bourreaux. La nature est personnalisée et les sujets se fondent à un décor doué d'intentions. Dans la série récente des Bedding (lits), inspirée des "love houses" de Las Vegas, apparaît un érotisme non dénué d'humour, regard ironique sur l'industrie du sexe de cette ville.

Fay Ku travaille uniquement le dessin, avec une prédilection pour les grands formats. Elle l'a choisi notamment pour la précision du geste et la proximité du corps au papier qu'il nécessite. Elle voit dans son lien à l'œuvre et dans son implication une relation charnelle. Le thème du corps ressort également comme une thématique prégnante dans son travail, mêlé à ceux de l'enfance, de la féminité et du conte.

Née en 1974 à Taipei (Taïwan), Fay Ku vit et travaille à New York. Son travail a récemment fait l'objet d'une exposition personnelle au au New Britain Museum of American Art (Connecticut).

[16:00-21:00] Vernissage de Marc Bauer "Ambassade"
Location:
Galerie Praz Delavallade
5, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 45 86 20 00
Fax : +33 (0)1 45 86 20 10
Mail : gallery@praz-delavallade.com
Internet Site : www.praz-delavallade.com
Description:
Du 05 septembre au 03 octobre 2009

[16:00-21:00] Vernissage de Mario Milizia "Mood Mixer"
Location:
Jousse Entreprise - Art Contemporain
6, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 53 82 10 18
Fax : +33 (0)1 53 82 13 63
Mail : art@jousse-entreprise.com
Internet Site : www.jousse-entreprise.com
Description:
Du 5 septembre au 3 octobre

Le 5 septembre 2009, Mario Milizia inaugure une exposition personnelle avec le projet Mood Mixer.
Second volet d'une recherche commencée avec le Style Mixer en 2003, Mood Mixer est une sorte de jeu, mais aussi un instrument de recherche. Constitué de deux disques de carton blanc brillant qui pivotent l'un sur l'autre, il permet de générer plus de quinze mille moods en combinant émotions, états d'âme et sentiments apparemment contradictoires et étrangers l'un à l'autre. Au premier abord totalement bizarres, ou même inquiétantes, ces unions évoquent pourtant d'une part de réels phénomènes contemporains et d'autre part de nouveaux modèles conceptuels possibles: "catatonic satisfaction", "compulsive regret", "stressful delight" sont quelques-unes des combinaisons suggestives crées par le Mood Mixer.
Mario Milizia explore donc encore une fois le concept d'"hybridation" du language dans la culture et l'esthétique contemporaines, comme il avait fait en 2003, à l'occasion de son exposition personnelle précédente à la Galerie Jousse Entreprise. Le Style Mixer qu'il présentait alors - même image graphique mais d'un noir rigoureux - permettait de combiner de façon alléatoire genres musicaux, styles architecturaux et mouvements artistiques, générant des associations parfois crédibles mais le plus souvent ironiques et dissonantes. Il n'est en effet pas facile d'imaginer ce que pourrait être un "Minimal Louis XIV", ou le "Medieval Hip-Hop".
Mood Mixer reprend et élabore en clé actuelle, graphique et ironique la recherche de Robert Plutchik, psychologue américain qui en 1980 proposa dans son livre Theories of Emotion une classification de huit émotions de base à intensités variables. En mettant au point un modèle combinatoire tridimensionnel, Plutchik démontra que les combinaisons de ces huit émotions de base génèrent huit autres émotions. Par exemple, en combinant deux sentiments comme "extase" et "admiration", on obtient "amour". Reconnaissant au chercheur américain mais non satisfait, Milizia propose, avec Mood Mixer une nouvelle palette de nuances des états d'âme possibles et impossibles, déjà vécus ou encore à vivre.
Une vidéo de 21 minutes intitulée Jubilant Hallucination (une des quinze mille combinaisons possibles) accompagne la présentation du Mood Mixer. En utilisant des fragments et des images d'un concert live "anonyme", Milizia compose une video pour laquelle, avec l'aide d'un technicien du son, il ré-écrit la bande sonore. Le montage de dix morceaux de différents artistes, de Madonna à Black Eyed Peas, de Katy Perry à Armin van Buuren, permet à l'artiste de crée un concert pop "réel". Les images racontent de façon hyper-réaliste un "live" qui en fait n'a jamais eu lieu et dont l'objectif est de déclencher un court-circuit entre le réel et l'artificiel en provocant de vraies émotions.

Biographie
Mario Milizia est né à Milan en 1965, où il vit et travaille comme directeur artistique pour d'importantes maisons du luxe internationales.
Son travail a été exposé en Italie et à l'étranger dans d'importants espaces publics et galeries privées. Parmi les expositions les plus significatives: les personnelles à la Galerie Jousse Entreprise, Paris, 2001, 2003; à la Galerie Edward Mitterand, Genève, 2002; au Niitsu Art Forum, Niitsu, Japon, 2000; à la Galerie Neon, Bologne, 1998; et chez Viafarini, Milano, 1996.
Il a participé à de nombreuses expositions collectives, entre autres, The World, Speak For Gallery, Tokyo et Jousse Entreprise, Paris, 2003; Design et activisme, Speak For Gallery, Tokyo, 2001; Expander 1.0, curateurs Pierre Bal Blanc et Laurent Godin, en collaboration avec Blocnotes, Galerie Jousse Seguin, Paris, 1999; Seamless, curateur Luca Cerizza, De Appel Foundation, Amsterdam, 1998; Chi o che cosa a seconda dei casi, Galerie Neon, Bologna, 1997; Ne Dites Pas Non, curateur John Armleder, MAMCO, Genève, 1997; 504, Zentrum für Kunst, Braunschweig, 1997; Aperto '97, Trevi Flash Art Museum, Trevi.

Vernissage de Mario Milizia "Mood Mixer"

[16:00-21:00] Vernissage de Mike Kelley "selections from Kandors"
Location:
Galerie Hussenot
Eric Hussenot
5 bis, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 87 60 81
Fax : +33 (0)1 48 87 05 01
Mail : info@galeriehussenot.com
Internet Site : www.galeriehussenot.com
Description:
Du 06 septembre au 30 septembre 2009

L'exposition ; Mike Kellley : selections from Kandors présente des sculptures, lenticulars light-boxes(caissons lumineux) et des vidéos en relation avec la fictive cité de Kandor, la capitale de la planète de Superman : Krypton.
Selon le mythe de Superman, Kandor est le seul vestige de Krypton planète en partie détruite et la cité est préservée en miniature dans une bouteille en possession de Superman.
Étrangement, l'iconographie de Kandor n'est pas codifiée à travers les "comic books " et à travers les années, les représentations ont toujours variés.

Dans l'exposition, Mike Kelley reconstruit plusieurs exemplaires uniques de Kandor en lien avec ses bouteilles.
La ville en constante évolution et toujours préservée est une relique de l'enfance de Superman ; Kelley utilise ce symbole pour signifier les errements de la mémoire et de cette façon lie cette exposition à ses travaux antérieurs notamment "Repressed Memory Syndrome".

Kelley se concentre sur les diverses représentations de Kandor et plusieurs images de villes en bouteilles ont été sélectionnées parmi les nombreux exemples trouvés dans les "comic books" et recréés en sculptures à échelle humaine. L'image originale de Kandor a été graphiquement altérée afin d'accentuer la forme et la couleur des caissons lumineux (Lenticulars) qui donnent l'illusion de la dimension et du mouvement.

Le projet Kandor est un exercice pour traduire une image de 2 dimensions en une sculpture en 3 dimensions. Les différentes versions de Kandor sont représentées par des sculptures en résine et de couleurs variées. Les socles supportant les villes sont conçus comme des meubles réels mais les différents éléments de l'exposition ; bouteilles, socles et villes ont été séparés et installés séparément afin de rendre leurs relations moins évidentes.
Kelley décrit ce processus comme une tentative de créer une œuvre d'art de dimension plane, colorée et visuellement simple comme une peinture de Matisse procédant en 3 dimensions tout en maintenant une perspective aplatie.
Toutes les pièces sont lumineuses ou en mouvement et l'exposition s'illumine d'elle-même.

[16:00-21:00] Vernissage de Pratchaya Phinthong
Location:
gb agency
18, rue des Quatre Fils
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 00 60
Mail : gb@gbagency.fr
Internet Site : www.gbagency.fr
Description:
Du 05 septembre au 03 octobre 2009

Pratchaya Phinthong se sert de l'art comme d'un observatoire en créant des situations confrontant différentes strates de réalité.
Son travail active la zone dynamique entre deux points géographiques, deux sociétés, deux systèmes économiques. Ses projets se construisent souvent à partir d'un dialogue entre l'artiste et les autres, faisant glisser le geste artistique vers le champ social.

Pour sa seconde exposition personnelle à gb agency, Pratchaya Phinthong réalisera un ensemble de nouvelles œuvres.

Pratchaya Phinthong est né en 1974, il vit et travaille à Bangkok en Thaïlande.

[16:00-21:00] Vernissage de Wilson Trouvé "impasto"
Location:
Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 80
Fax : +33 (0)1 48 04 04 80
Mail : info@galerie-gounod.fr
Internet Site : www.galerie-gounod.com
Description:
5 septembre - 24 octobre 2009
du mardi au samedi de 11h à 19h
Vernissage le samedi 5 septembre de 16h à 21h

Le travail que Wilson Trouvé élabore depuis plusieurs années développe une réflexion sur les points de convergence et les relations entre peinture, sculpture et architecture. Du cadre au débordement, de la rigueur à la transgression, de l'économie à l'excès, de la surcharge baroque à l'épuration formelle, sa pratique tente d'établir des ponts et de faire émerger le sens d'une réalité qui sans cesse nous échappe, en mouvement et en devenir permanent, loin de toute possibilité de définition univoque et réductrice.

C'est au travers de ces allers-retours incessants, et dans la mesure de ces écarts, que sa sensibilité trouve écho dans le regard qu'il porte sur le réel.

Pour sa première exposition personnelle à la galerie Isabelle Gounod, Wilson Trouvé présente un ensemble d'œuvres, sculptures, dessins et vidéo, soumises à une approche géométriquement structurée de l'espace, oscillant entre la rigueur de structures minimales et l'accident, celui du geste et des matériaux.

Wilson Trouvé manipule des éléments qui imposent une conception formatée de l'espace (Lego, Duplo, sommier à lattes), composés de volumes géométriques et de lignes simples auxquelles viennent s'ajouter des accumulations de "dégoulinures", des glissements de matières incongrues. Il les fait fondre (Impasto 2009) ou y insère des coulures de colle thermofusible, imposant ainsi à ces protocoles rigides des altérations qui les détournent de leur fatalité géométrique (HotSlick 2007-2008, Milky Way 2009). Il s'agit pour l'artiste de libérer un matériau de son utilisation normée et de proposer une exploitation jubilatoire du geste.

« La notion de fonte est au coeur de ma démarche artistique. Je travaille avec des matériaux malléables que je fais fondre (cire, colle thermofusible, bonbon...) et que j'utilise comme de la peinture, à travers l'acte de recouvrement / nappage d'une structure, d'un objet existant. La coulure, la dégoulinure, l'écoulement font partie de mon vocabulaire plastique et mes gestes sont intimement liés aux notions de fonte, d'affaissement et de chute. J'envisage ma pratique artistique comme un lieu où les choses fondent et se fondent.»

Wilson Trouvé, 2007

Wilson Trouvé est né en 1980. Il vit et travaille à Marseille.
DNAP ERBAR de Rennes 2001 et DNSEP Villa Arson, Nice en 2003.
Ses travaux ont été présentés à la Galerie du Haut-Pavé, Paris (2008), au Centre d'Art Contemporain le 19, Montbéliard (2008), La Galerie Porte-Avion, Marseille (2007), Espace d'art contemporain de l'Arteppes, Annecy (2007), Musée d'Art Contemporain de Marseille (2007), Galerie du Tableau, Marseille (2006 et 2008), Biennale Internationale de la Céramique contemporaine de Vallauris (2006 et 2008), Galerie Fraich'attitude, Paris (2005), Musée National Adrien Dubouché, Limoges (2005) ...
Wilson Trouvé a réalisé des œuvres dans l'espace public (1% artistique) 2007-2008 (Lycée Balzac à Tours et Lycée Jacques Monod à St. Jean-de-Braye).

Vernissage de Wilson Trouvé "impasto"
Impasto 2009, (détail),
briques plastique, 93 cm x 38 cm x 38 cm

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Light Motive"
Location:
Galerie Suzanne Tarasiève
7, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 76 54
Mobile : +33 (0)6 11 01 16 79
Mail : info@suzanne-tarasieve.com
Internet Site : www.suzanne-tarasieve.com
Description:
Ellen Berkenblit
Alexej Meschtschanow
David Ratcliff
& Zenita Komad

du 5 septembre au 3 octobre
du mardi au samedi de 11h à 19h

vernissage le samedi 5 septembre de 16h à 21h

La galerie Suzanne Tarasiève est heureuse de présenter l'exposition « Light Motive », plongée dans un univers en clair-obscur où, à travers quatre artistes, se déroulent les fils conducteurs de la profusion, de la contradiction et de l'inquiétante étrangeté.

Ellen Berkenblit, née en 1958, vit et travaille à New York. Sa peinture se développe principalement autour de la figure d'une jeune femme, toujours la même - nez relevé, yeux ronds, petite bouche rouge - qui semble tout droit sortie d'un cartoon des années 1930. Parfois rêveuse, souvent surprise par une situation qui se déroule hors champ, le personnage évolue dans un climat de sexualité latente, au sein d'un univers onirique, nébuleux et indéterminé.
Si Ellen Berkenblit n'est pas la seule à utiliser en peinture une imagerie de cartoon (on peut penser à sa contemporaine Joyce Pensato), elle a la particularité de nous entraîner dans la pénombre attirante et fragile de la féminité. Posée sur un panneau recouvert de kaolin, la peinture glisse, entraînant le spectateur dans une intimité inquiétante.

Née en Autriche en 1980, Zenita Komad inscrit son œuvre dans le sillage du groupe Fluxus. Entre ses œuvres, une circulation se crée. Protéiformes, à la fois sculptures, tableaux et installations, elles prolifèrent dans un esprit de jubilation et de débordement qui n'est pas sans affinités avec l'art des autrichiens Gelitin. Humour, délire, sens du grotesque et de la dérision (voire de l'autodérision, l'artiste se mettant elle-même en scène) convoquent le spectateur dans une fête où il lui est demandé d'oublier ses propres limites. L'œuvre de Zenita Komad est cependant riche d'implications philosophico-politiques : elles nous invitent à une jouissance du présent, n'hésitant pas pour cela à nous bousculer, faisant fi, dans un nouvel esprit zen, des contraires et des contradictions.

L'univers d'Alexej Meschtschanow (né en 1973 et vivant à Berlin) se construit à partir de mobiliers (vieilles portes, sièges) dans lequel viennent s'imbriquer des éléments métalliques (eux-mêmes souvent issus de sièges). Comme par un effet de compression, les volumes et l'espace se réduisent : c'est un sentiment d'absurde qui en émane. Loufoque et déroutant, un tel télescopage fait perdre à l'objet sa fonction et son sens : l'objet devient pur ornement. Les principes du fonctionnalisme tels que prônés par le Bauhaus sont mis à mal : l'esthétique que celui-ci faisait émerger de l'efficacité de la forme se défait au profit d'une esthétique du bizarre où les notions de haut et de bas, de pesanteur et de légèreté, semblent ne plus exister.

David Ratcliff (né en 1970, vivant à Los Angeles) nous fait plonger dans une peinture sombre et profuse, dont le point de départ sont des images que l'artiste va chercher en masse sur Internet. Ces images sont imprimées, assemblées, découpées au cutter et posées sur la toile. L'artiste les utilise comme des pochoirs sur lesquels il projette de la peinture à la bombe.
Cette technique apparemment mécanique est gauchie par le fait que la peinture, déchirant le papier, crée sur la toile des taches et des coulures imprévues. Une dialectique entre gestualité abstraite et images s'établit. Brouillées, les images, qui témoignent de la violence de la culture américaine (les motifs sont notamment empruntés au tatouage tribal), laissent transparaître une narration fragmentée et hallucinatoire, qu'accentue l'emprunt formel au test de Rorschach.


[16:00-20:00] Vernissage de l'exposition collective "These Are a Few"
Location:
Galerie Mitterrand
79, rue du Temple
Hôtel de Montmort
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 43 26 12 05
Fax : +33 (0)1 46 33 44 83
Mail : info@galeriemitterrand.com
Internet Site : www.galeriemitterrand.com
Description:
du 5 septembre au 10 octobre
Vernissage samedi 5 septembre de 16h à 20h

"These Are a Few"
"of My Favorite Things
From The City of Los Angeles"

Justin Beal, Jedediah Caesar, Mary Weatherford, Kate Costello

curated by Madeleine Hoffmann

[16:00-21:00] project by Christoph Schifferli - books on books
Location:
&: Christophe Daviet-Thery
10, rue Duchefdelaville
75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand, Chevaleret
France
Phone : +33 (0)1 53 79 05 95
Mobile : +33 (0)6 07 71 81 59
Fax : +33 (0)1 53 79 06 19
Mail : daviet-thery@wanadoo.fr
Internet Site : www.daviet-thery.com
Description:
project by Christoph Schifferli - books on books







[17:00] Exposition collective "Transition"
Location:
Espace Paris Concret
5, rue des Immeubles Industriels
75011 Paris
M° Nation
France
Mail : info@parisconcret.org
Internet Site : www.parisconcret.org
Description:
Federica Nadaluti / Antoine Nelen / Thierry Thomen

5 / 26 septembre 2009
du mercredi au samedi 14h/18h
vernissage 5 septembre à partir de 17h

[17:00-20:00] Exposition de Luise Unger "Inner and outer space"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
Vernissage le samedi 5 septembre de 17h à 20h, en présence de l'artiste
Exposition du 5 au 29 septembre 2009

La galerie Karsten Greve est heureuse de présenter la première exposition personnelle en France de l'artiste allemande Luise Unger. Elle sera l'occasion d'explorer le développement de sa création sculpturale des vingt dernières années et mettra en scène la diversité des matériaux utilisés.

Ses premières œuvres principalement des installations à la matérialité affirmée sont pourtant constituées de matériaux très sensibles. Dans sa période dite « noire » l'artiste allie des matériaux tel que l'acier ou le bois avec du coton et des éléments fluides et flexibles comme la cire ou la gomme qui s'adaptent à la forme immobile de la charpente d'acier et la complète. Par la suite Luise Unger continue à utiliser des objets d'acier et affine ses installations, elle y dissémine de la cendre ou ajoute du fil de fer. Dans son œuvre actuelle Luise Unger utilise une technique nouvelle, celle du crochet, le fil de fer ou d'acier devient un composant essentiel de ses œuvres. Alors que les premières œuvres semblent renfermées et plastiques, les dernières sont caractérisées par plusieurs couches de fil de fer superposées, pleines de densités et cependant transparentes, elles ouvrent le regard sur l'intérieur de l'œuvre.

L'exposition est principalement consacrée aux œuvres récentes dont un certain nombre ont été créées spécialement pour l'exposition. Il s'agit d'un long travail manuel de tricotage de fils d'acier aboutissant à des structures poétiques souvent suspendues. Tels des mobiles, elles sont traversées par la lumière et s'animent d'un souffle d'air. Luise Unger joue sur les transitions entre différent états, imbriquant les formes les unes dans les autres. La sculpture semble se modifier selon l'incidence de la lumière sur sa surface et les reflets changeants tantôt chatoyants ou argentés du métal. Ses sculptures sont colorées du gris anthracite au noir sombre et se tintent parfois de couleurs cuivrées ou bleutées.

L'artiste s'immerge dans un procédé créatif qui aboutit à la fois à des formes architecturales ou anthropomorphes, mais aussi à des silhouettes incorporelles qui donnent l'illusion d'ombres noires. Qu'ils soient suspendus ou posés sur des socles, ces corps creux nous permettent d'explorer leur intérieur. Plusieurs couches faites de fil de fer esquissent le passage de l'intérieur à l'extérieur, en donnant l'impression que l'œuvre est recouverte d'une peau protectrice renfermant d'autres formes. Cette transparence des œuvres due à leur maillage métallique rompt la proximité de la peau externe, un intérieur devient visible. Pourtant, ce que l'on découvre est encore une autre surface. L'invisible devient apparent, le révélé devient illusoire.

En faisant allusion à la constatation d'Oscar Wilde : « Le vrai secret du monde c'est le visible et pas l'invisible » Luise Unger crée des installations et des sculptures qui nous invitent à rencontrer les œuvres d'une manière différente, par l'appréhension de l'extérieur et de l'intérieur, de ce qui est visible et invisible en même temps.

Né en 1956, diplômé de l'académie de design et des arts de Düsseldorf, Luise Unger vit et travaille à Cologne. Ses œuvres ont été exposées notamment dans de nombreuses galeries et musées à Cologne et à Düsseldorf - le Kunstpalast (1999 – 2004) parmi d'autres.

[17:00] Vernissage "I love Paris" - collectif GM
Location:
L'Issue
[galerie, café, atelier, studio]
38, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 77 12 46
Mail : contact@lissue.com
Internet Site : www.lissue.com
Description:
avec la fanfare Ouaiscecool

LES VESTIGES D'UNE FRESQUE PEINTE PAR LE COLLECTIF «GM» EXPOSES A LA GALERIE ISSUE

Une fresque débordante d'imagination, de styles, de couleurs. L'amour du collectif GM se dévoilait à la Galerie Issue : une semaine de résidence pour se retrouver autour d'une œuvre éphémère exposée au public à partir du 17 juillet.
http://www.galerie-issue.com/iloveparis.php

En marge de l'exposition I love Paris, les GM investissent l'espace atelier pour une exposition collective de travaux personnels : peintures, gravures, photos, sérigraphies.
http://www.galerie-issue.com/grandemarmite.php

[17:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Maverick"
Location:
Galerie Metropolis
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 74 64 17
Mail : contact@galeriemetropolis.com
Internet Site : www.galeriemetropolis.com
Description:
du 5 septembre au 10 octobre

[17:00] Vernissage de l'exposition collective "Univer artistes"
Location:
Espace UNIVER
Galerie UNIVER / Colette Colla
6, Cité de l'Ameublement
angle 31, rue de Montreuil
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny
France
Phone : +33 (0)1 43 67 00 67
Mail : uni-ver@orange.fr
Internet Site : www.uni-ver.com
Description:
du 5 septembre au 10 octobre 2009

avec Monique Tello, Avi Trattner, Joseph Choï, Emmanuelle Renard, Phillippe Agéa, Claude Marchat, Sophie Rocco, Eléonore Josso, Kim Taegon, Marc Perez, Michel Haas, Jean-Marc Cerino, Antonio Seguí, Isabelle Rozenbaum, Régis Aubry

Les activités artistiques, comme les activités amoureuses, se résument parfois à un coup de foudre. Les travaux présentés font partie de ces cas où l'œuvre mais aussi l'approche humaine derrière elles donnent lieu à des rencontres exceptionnelles. La différence de l'amour, toutefois, la fidélité artistique n'est pas exclusive. Ainsi on trouvera des "histoires", qui durent déjà depuis un certain temps, et de nouveaux talents, qui annoncent leur arrivée à la galerie. Quoi qu'il en soit, les uns et les autres partagent la même passion de la création.








[18:00] Exposition "Design à la cour"
Location:
Château de Fontainebleau
Place du Général de Gaulle
77300 Fontainebleau
M° Gare SNCF Fontainebleau-Avon
France
Phone : +33 (0)1 60 71 50 70
Fax : +33 (0)1 60 71 50 71
Mail : contact.chateau-de-fontainebleau@culture.fr
Internet Site : www.musee-chateau-fontainebleau.fr
Description:
06 septembre 2009 -> 30 novembre 2009
Vernissage - September 5, 2009

Objets de série et d'exception dans les collections du Château de Fontainebleau et du Centre National des Arts Plastiques.

L'exposition « Design à la Cour » engage une ré flexion sur les objets de série, leurs gammes et variations, par le dialogue de deux très importantes collections publiques. Le château de Fontainebleau conserve dans ses réserves un très grand nombre de meubles, sièges et objets d'usage commandés aux fournisseurs de la Cour de 1804 à 1870 pour l'aménagement des appartements d'invités, l'équipement des logements de fonctionnaires, celui des domestiques. Composée d'œuvres de designers acquises par l'État ces 30 dernières années, la collection du CNAP est constituée de meubles et objets de série, de pièces uniques mais aussi de commandes spéciales. La mise en regard de ces deux collections permet de reconsidérer les meubles et objets d'usage d'hier et d'aujourd'hui.

[18:00] Exposition collective "The Zero Budget Biennial"
Location:
Galerie Carlos Cardenas
43, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Etienne-Marcel
France
Phone : +33 (0)1 48 87 47 65
Fax : +33 (0)1 48 87 47 65
Mail : info@galeriecarloscardenas.com
Internet Site : www.galeriecarloscardenas.com
Description:
Commissaires d'exposition : Joanna Fiduccia et Chris Sharp

Du 5 septembre au 3 octobre 2009
Vernissage le samedi 5 septembre à 18 heures

PARIS, GALERIES CARLOS CARDENAS ET SCHLEICHER+LANGE

La biennale Zero Budget est la biennale qui entend en finir avec toutes les biennales telles que nous les connaissons. Dans un monde artistique assiégé à la fois par les biennales et la détresse économique, la biennale Zero Budget vient offrir une solution, une alternative viable, une échappatoire. Cette exposition a pour but de renverser les termes et l'impact général des biennales. En effet, là où la plupart du temps les biennales se soumettent à des enjeux politiques et à des thèmes sociaux, allant de la mondialisation aux discours post chute du mur de Berlin, la biennale Zero Budget restera résolument non programmatique. Là où la plupart des biennales perpétuent un genre précis, qui peut être défini comme une illustration fidèle des thèmes dominants des biennales, la biennale Zero Budget privilégiera, elle, l'idiosyncrasie. Là où les autres biennales promeuvent le tourisme, stimulent l'économie locale et génèrent du capital culturel, la biennale Zero Budget ne laissera, elle, que peu, voire aucun, impact écologique, ne rendra probablement personne plus riche et n'engendrera certainement pas de capital culturel marchandable.

Là où la plupart des biennales se contentent d'aboyer, la biennale Zero Budget mord. Elle tentera de rompre avec les discours, les oeuvres et l'économie du circuit restreint des biennales, tout en proposant un nouveau modèle en ces temps de post budget. En présentant dans des espaces commerciaux une exposition ouvertement peu rentable, cette biennale brouille clairement les frontières entre le fameux domaine « sacré », non commercial, des biennales, et celui « profane » des galeries. Au traumatisme de ce contexte non orthodoxe peut s'ajouter l'affront d'un art à échelle humaine et anti spectaculaire qui s'oppose aux conventions des biennales. Un amalgame d'hyperbole et d'humilité, de grandiloquence et d'intimité, d'outrage flétrissant et de joie méthodique. La biennale Zero Budget cherche à défier bien plus qu'un simple a priori, et ce avec tout juste quelques centimes.

La Biennale rassemble 34 artistes internationaux en plus d'une programmation de performances et une sélection de vidéos opérée par des curateurs et collectifs curatoriaux internationaux. Les artistes ou curateurs invités devaient n'avoir auparavant participé à aucune biennale. La biennale sera inaugurée en septembre à la galerie Carlos Cardenas et à la galerie schleicher+lange à Paris et pourrait arriver prochainement dans une ville proche de la vôtre.

ARTISTES : Michael Baers, Davide Balula, Sara Barker, Vanessa Billy, Agnieszka Brzezanska, Simon Dybbroe Møller, Jeff Feld, Anouk Kruithof, Lamarche-Ovize, Jochen Lempert, Justin Lieberman, Cécile Meynier, Sally Osborn, Marlo Pascual, Ruth Root, Jérôme Saint-Loubert Bié, Simone Schardt & Wolf Schmelter, Anna Strand, Hayley Tompkins, Will Yackulic.

PERFORMANCES : Claude Cattelain, Jochen Dehn, Chloé Maillet & Louise Hervé.

PROGRAMME DE PROJECTIONS : Ben Callaway, sélectionné par Chris Sharp ; George & Mike Kuchar, sélectionnés par Gianni Jetzer ; Christopher Miner, sélectionné par Joanna Fiduccia ; Jasper Rigole, sélectionné par FormContent; Martin Soto Climent, sélectionné par Vincent Honoré ; Esther Stocker, selected by Simone Menegoi ; Margaret Tait, selected by Lindsey Hanlon ; Vladimir Tomic, sélectionné par Jacob Fabricius ; et Philippe Van Wolputte, sélectionné par Komplot.

WWW.ZEROBUDGET.ORG

Cardenas Bellanger (Galerie Carlos Cardenas)
43, rue Quincampoix 75004 Paris
+33 (0)1 48 87 47 65
www.galeriecarloscardenas.com

galerie schleicher+lange
12, Rue de Picardie 75003 Paris
+33 (0)1 42 77 02 77
www.schleicherlange.com

[18:00] Exposition collective "Youpi, c'est la rentrée !"
Location:
Galerie Martine et Thibault de la Châtre
4, rue de Saintonge
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 71 89 50
Mobile : +33 (0)6 20 46 68 12
Fax : +33 (0)1 42 71 89 50
Mail : contact@lachatregalerie.com
Internet Site : www.lachatregalerie.com
Description:
Youpi, c'est la rentrée !
Benjamin Chassagne, Moussa Sarr, Achraf Touloub, Vald & Alina Turco

Commissaire d'exposition : David Rosenberg

Du 5 au 26 septembre 2009
Vernissage le samedi 5 septembre à partir de 18h

La galerie martinethibaultdelachâtre, en collaboration avec David Rosenberg, est heureuse de vous faire découvrir le travail de cinq nouveaux artistes :
Benjamin Chassagne, Moussa Sarr, Achraf Touloub et Vlad & Alina Turco (qui vivent et travaillent en couple).

L'exposition rassemble des œuvres extrêmement singulières, dont les points communs sont - par delà une grande hétérogénéité tant formelle que thématique et les origines diverses des artistes -, la fraîcheur, la justesse, l'impertinence, la générosité et l'intelligence.
Ce qui semble se transformer en pesant fardeau, besogneuse cogitation ou fastidieuse agitation chez certain(e)s devient chez eux source de réflexion amusée, de création et de récréation. L'art comme "grand jeu" physique et métaphysique.
De lumineux pixels aux propriétés picturales, rythmiques et cinétiques, des onomatopées explosives (à tous les sens du terme), une fessée mémorable, un clou en or massif et une bûche en guise de sac à main… C'est aussi beau et énigmatique, dérisoire et insensée que nos existences et nos désirs. Le tout à découvrir au mois de septembre à Paris.

Voici enfin une bonne raison de s'écrier : Youpi, c'est la rentrée !

David Rosenberg



[18:00] Exposition d'IDUMA (peintures)
Location:
La Lucarne des Ecrivains
115, rue de l'Ourcq
75019 Paris
M° Crimée, RER E Rosa Parks
France
Phone : +33 (0)1 40 05 91 29
Mail : lalucarnedesecrivains@gmail.com
Internet Site : lucarnedesecrivains.free.fr
Description:
Du lundi 31 août au samedi 19 septembre 2009

Vernissage le samedi 5 septembre 2009 avec installation d'un patchwork sur la façade entre 18 et 19h ce jour-là

[18:00-21:00] Exposition de Cristine Guinamand "Au Ciel Noir"
Location:
Galerie Trafic
13, Cité de l'Ameublement
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny
France
Phone : +33 (0)1 40 09 81 15
Mobile : +33 (0)6 03 07 20 23
Mail : traficgalerie@gmail.com
Internet Site : galerietrafic.free.fr
Description:
du 5 septembre au 10 octobre
du mercredi au vendredi de 13h à 19h et le samedi de 13h à 20h

[18:00-20:00] Exposition de David Lefebvre, «Dans le désordre»
Location:
Galerie Zürcher
56, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 72 82 20
Fax : +33 (0)1 42 72 58 07
Mail : info@galeriezurcher.com
Internet Site : www.galeriezurcher.com
Description:
vernissage samedi 5 septembre, 18-20h
5 septembre – 25 octobre

Chaque jour, pour ainsi dire, David Lefebvre collecte des images. Des images diverses, souvent médiocres en qualité et d'apparence banale : photos découpées dans des magazines ou prises avec un téléphone mobile, captures d'écran ou encore – et surtout – images glanées sur le net. Il y a des personnes aussi bien que des paysages, des amis proches comme de parfaits inconnus ; des paysages champêtres comme des sites urbains. Des images prises dit-il « dans le désordre » – c'est le titre de l'exposition – et qui forment le point de départ de « tableaux » peints à l'huile sur toile. Cette transposition d'une image média en peinture n'est pas, contrairement à ce qu'on pourrait croire a priori, un procédé si couramment utilisé en France par les artistes de la nouvelle génération plus souvent fascinés par les possibilités offertes par les nouvelles technologies. Or non seulement David Lefebvre opère-t-il cette « reproduction » par les seuls moyens de la peinture, mais encore il a recours à ses procédés les plus classiques comme la « mise au carreau » permettant de cadrer et d'agrandir le sujet à sa convenance. Ainsi, partant d'une image très pauvre, de basse définition, il ne cherche pas à masquer cet état mais à le préserver jusqu'au stade final du tableau terminé dont l'aspect parfois
« inachevé » montre le tracé au crayon de la grille sur la toile. Quitte à malmener ces systèmes mis en place sur de petits formats, David Lefebvre cherche à en repousser les limites toujours plus loin : « Cela m'a permis, dit-il, de libérer pas mal de choses, au niveau de la touche, des coulures, le fait d'accepter de laisser des zones non peintes qui là, pour le coup, sur des formats plus importants deviennent réellement présentes et font partie intégrante de la peinture. » Parfois, il n'hésite pas à emprunter une solution plastique qu'il juge parfaitement réussie par d'autres.
« Du coup », avoue-t-il, « je me retrouve dans une sorte de fantasme de la copie qui peut être parfois moteur dans ma peinture. Il m'arrive de choisir une image parce que je vais avoir envie d'obtenir le même rendu qu'une image d'une peinture de Peter Doig, par exemple. »

Récemment, en surfant sur le net, David Lefebvre a été suffisamment attiré par le blog d'une jeune femme pour en suivre l'actualité pendant plusieurs mois. Celle-ci s'y montre en diverses occasions de sa vie quotidienne, mais prend la précaution de rester anonyme en plaçant un rectangle blanc sur son visage. On pense au fameux « rectangle blanc » en guise d'avertissement parental des programmes de films à la télévision dans les années 70 – et de fait, les images des émissions de télé-réalité sont ses premières sources d'inspiration. Mais, il s'agit d'abord pour lui d'une « fenêtre », comme la réminiscence de toutes ces maisons, dont il fait dès l'origine l'un de ses thèmes de prédilection : « Parallèlement à des portraits », dit-il, « je peignais des maisons. Ces tableaux étaient vidés de la plupart des éléments qu'on pourrait s'attendre à trouver dans un paysage avec une maison, il arrivait qu'il n'y ait même plus de fenêtre. Cela devenait des sortes « d'objets-maisons ». L'aspect s'y prêtait bien car c'était souvent des maisons Phenix et je voyais ça un peu comme des portraits par absence. »

Les citations de David Lefebvre sont extraites du catalogue David Lefebvre, production Ville de Bourg-la-Reine & Galerie Zürcher, 2009

[18:00-21:00] Exposition de Linda Besemer "Slabs + Sines"
Location:
Galerie Richard
Galerie Jean-Luc & Takako Richard
74, rue de Turenne
3, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 43 25 27 22
Fax : +33 (0)1 43 25 27 23
Mail : paris@galerierichard.com
Internet Site : www.galerierichard.com
Description:
+ œuvres de Laurence Papouin, jeune artiste française, en Project Room

05/09/2009 - 17/10/2009

Comme l'a si bien exprimé le poète et critique new-yorkais John Yau : « Linda BESEMER ne se contente pas de nous rappeler simplement qu'une peinture est à la fois une surface et un objet. Une telle peinture respirerait un académisme étouffant dont Besemer est vraiment tout l'opposé. Ses peintures sont insouciantes et mystérieuses, subtiles et audacieuses. Elles établissent des continuités visuelles entre ce qui est vu et ce qui est caché, entre le droit et le courbe, le statique et le mouvant. Elles ouvrent une porte sur un chemin où peuvent commencer le raisonnement et l'examen, les pensées métaphysiques et les réflexions sur l'histoire culturelle. »

Tandis qu'elle travaillait à Rome de 2002 à 2003 (Besemer a reçu le Prix de Rôme) l'artiste a été marquée par l'art et l'architecture Post-Renaissance du XVIIème siècle. Elle s'est passionnée pour la « psychose spatiale » de l'Art Baroque, qui s'exprime tout particulièrement dans les traités de Borromini et dans l'esthétique du Bernin. Besemer a travaillé en collaboration avec un architecte et a utilisé un logiciel d'imagerie pour l'architecture. Cela lui a permis de ré-envisager le corps et la surface des peintures et de matérialiser ce mélange d'harmonie et de cacophonie propre aux draperies et aux formes de l'architecture baroque. Il y a dans ses œuvres une fusion de la sculpture et de l'architecture : ses peintures existent à la fois dans un plan à deux dimensions et dans un espace tridimensionnel. Elles survolent un endroit situé quelque part entre la peinture et la sculpture.

Le travail de Linda Besemer a récemment été exposé au Weatherspoon Art Museum, en Caroline du Nord, au Konsthallen-Bohuslans Museum, en Suède, et à la Gallery of Modern Art, à Glasgow. Besemer a également participé a l'exposition collective « Extreme Abstraction » qui s'est tenue à New York, au sein de l'Albright-Knox Art Gallery, pendant le printemps 2005.



[18:00] Exposition de Sam Samore "Schizophrenic Portrait, 1973-2009 (a survey)"
Location:
Galerie Anne de Villepoix
43, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 32 24
Mobile : +33 (0)6 15 12 19 35
Fax : +33 (0)1 42 78 32 16
Mail : info@annedevillepoix.com
Internet Site : www.annedevillepoix.com
Description:
du 5 septembre au 10 octobre

Exposition de Sam Samore "Schizophrenic Portrait, 1973-2009 (a survey)"

[18:00] Exposition de Véronique Hubert "Une fée en état de crise"
Location:
Galerie Municipale de Vitry
Galerie Municipale Jean-Collet
59, avenue Guy-Môquet
94400 Vitry-sur-Seine
M° RER C Vitry-sur-Seine
France
Phone : +33 (0)1 43 91 15 33
Mail : galerie.municipale@mairie-vitry94.fr
Internet Site : galerie.mairie-vitry94.fr
Description:
du 6 septembre au 4 octobre
tous les jours sauf le lundi de 14h à 19h

La Galerie municipale, pour cette rentrée de septembre met à l'honneur Véronique Hubert et sa fée Utopia. Nourries l'une de l'autre, n'existant que l'une au travers de l'autre, elles nous emmènent dans leur fièvre baroque du 6 septembre au 4 octobre.

Véronique Hubert mettra une nouvelle fois en scène ses personnages à l'aide de dessins, d'installations vidéo et de photographies. Il sera notamment question de l'un d'entre eux : la Fée Utopia personnage étrange rattrapé par un réel absurde. Véronique Hubert collecte, amasse, butine, mélange, recycle… Elle définit son travail comme « un fondu enchaîné perpétuel », une sorte de fièvre baroque où elle fait feu de tout bois. L'exposition donnera à voir cette production onirique, où l'humour persistant ne saurait masquer la reproduction de la tourmente de nos tracas, nos aspirations et nos ratages quotidiens.

Utopia & co, samedi 26 septembre à 18h : performance de l'artiste avec Ninar Esber et Bertrand Gauguet, dans le cadre de la journée Tram Hospitalité (Durée : 1h15).

A partir du 5 septembre 2009: édition du catalogue de l'exposition Véronique Hubert. Texte de Pierre Giquel, 32 p, 2009

[18:00] Retour de résidence
Location:
Centre d'Art Contemporain Chanot
Centre d'Arts Plastiques Albert Chanot
33, rue Brissard
92140 Clamart
M° Gare SNCF de Clamart
France
Phone : +33 (0)1 47 36 05 89
Fax : +33 (0)1 47 36 05 89
Mail : cacc@clamart.fr
Internet Site : www.cacc.clamart.fr
Description:
Retour de résidence : STÉPHANIE BUTTIER, PIERRE BOMPARD, JEAN-BAPTISTE WALLERS-BULOT

Vernissage le 5 Septembre 2009
du 5 Septembre 2009 au 4 Octobre 2009

[18:00] Vernissage d'Annette Messager "A corps perdu / Heart and Soul"
Location:
Galerie Marian Goodman
66&79, rue du Temple
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 04 70 52
Fax : +33 (0)1 40 27 81 37
Mail : parisgallery@mariangoodman.com
Internet Site : www.mariangoodman.com
Description:
5 septembre - 10 octobre 2009
Ouverture le 5 septembre à 18h

A corps perdu
et range ta chambre

La Galerie Marian Goodman est heureuse d'annoncer une exposition d'Annette Messager avec deux séries nouvelles réalisées entre 2008 et 2009.

Au rez-de-chaussée, on pourra voir A corps perdu, 2009, de grands tirages photographiques noir et blanc tirés sur toile de spi, tous recouverts de tulle noir. Ils se meuvent, se soulèvent, les images apparaissent progressivement, chacun étant relié à un petit moteur commandé par un programme informatique.

Annette Messager évoque A corps perdu : J'ai commencé à penser à cette pièce bien avant de la réaliser. Diverses rétrospectives que j'ai faites m'ont redonné le désir de travailler à partir de la photographie, abandonnée depuis 1998.
J'utilise des négatifs que j'ai fait depuis longtemps, pour la plupart jamais utilisés : photos de bébés, adultes, personnes âgées. Les enfants ont grandi, j'ai perdu de vue la plupart d'entre eux, anciens étudiants, gens disparus... Cependant tous ces fragments de corps, de visages, cette multiplicité recomposée constituent ma mémoire, ils sont aujourd'hui mon portrait.
Les formes se touchent, se frôlent, se soulèvent, ensemble ou simultanément, s'animent pour s'affaisser en se flétrissant, puis se relèvent, ballet de désirs à corps perdu...
Je voudrais leur redonner un souffle, une respiration mais tous sont recouverts d'un voile noir - « présence de l'absence »  - (cf. Roland Barthes). »
Annette Messager 2009

En regard de cette grande installation, isolé, un Cœur au repos, 2009, gît au sol.

Au sous-sol, Et range ta chambre, 2007-2009, est une installation composée de nombreux éléments. Sur deux murs, sont suspendues des cordelettes noires auxquelles sont épinglés des badges sertis de dessins originaux de l'artiste. Divers objets viennent s'ajouter : architectures, arbre en skaï, personnages, tous réalisés entre 2007 et 2009.

Et range ta chambre. Depuis deux ans, dans la journée, en soirée, dans des chambres, partout, sur de petites rondelles de papier je crayonne, j'écris un mot, je reporte des photographies, je dessine, pour ensuite les passer dans une machine à badges.
Je les ai gardés longtemps par terre, plus de mille badges, dans un grand désordre assez joyeux...
J'ai toujours aimé les pin's, les badges, qui voyagent épinglés sur nos vêtements, nos sacs, nos corps : affirmation de soi, différenciation, revendication sociale ou politique.
Maintenant la plupart de mes badges sont fixés sur des cordes noires installées au mur très régulièrement ou fixés sur des ballots de tissu, sur divers objets, ou en attente dans des boites de carton.
En même temps, d'autres éléments de skaï noir sont venus s'ajouter à ces badges : objets sans âge, ne pouvant servir à rien, suspendus ou laissés au sol, petites voitures, lits, ameublement de poupée, de marionnette détraquée pour chambre mal rangée... .»
Annette Messager, 2009

Les œuvres d'Annette Messager sont présentes dans la plupart des collection publiques et privées françaises et étrangères. Parmi ses expositions personnelles, vient de se terminer « The Messengers », Hayward Gallery, Londres, dernière étape de l'exposition itinérante « Les Messagers » initiée au Centre Pompidou en 2007 et qui est successivement passée par le National Museum of Contemporary Art, Seoul, Corée du Sud ; le Mori Art Museum, Tokyo, Japon, le Espoo Museum of Modern Art, Espoo, Finlande.
Annette Messager a remporté le Lion d'Or à la Biennale de Venise en 2005 pour la meilleure présentation nationale. Parmi les récentes expositions auxquelles elle a pris part en 2009 : « La Force de l'art 2», Palais de la Découverte, Paris ; « Une image peut en cacher un autre », Galeries nationales du Grand Palais, Paris ; « Elles@centrepompidou », Centre Pompidou, Paris, « Parade and Procession: here comes everybody », Parasol Unit Foundation, Londres ; « Libertad, Igualdad, Fraternidad », Zaragosse, Madrid ; « Silences », Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg, France puis au Musée/ Fondation Berardo, Lisbonne, Portugal.
En 2008, "The Puppett Show", Institute of Contemporary Art University of Pennsylvania, Philadelphia, USA / Santa Monica Museum of Art, California, USA / Contemporary Museum of Honolulu, Hawaï, USA, en 2008 ; "WACK!, Art and the Feminist Revolution", MOCA, Los Angeles, en 2007. En 2008 elle a participé à la Biennale de Liverpool et au Festival d'Automne dans le cadre d'une collaboration avec G. Pesson.
A la rentrée 2009 son travail sera présenté à la Biennale de Moscou ; dans l'exposition présentant la collection ESSL à Vienne et dans le cadre de « Guggenheim Project », Guggenheim Mueum à New York ; en 2010 elle participera à l'exposition « Seven deadly Sins in Fine Art », Kunstmuseum, Bern, Suisse.

Deux expositions personnelles sont également programmées à Varsovie et à Moscou et au Marco à Monterrey (Mexique) en 2010.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "The Zero Budget Biennial"
Location:
Galerie Schleicher+Lange
12, rue de Picardie
75003 Paris
M° Temple, République, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 02 77
Fax : +33 (0)1 42 77 02 72
Mail : info@schleicherlange.com
Internet Site : www.schleicherlange.com
Description:
Commissaires d'exposition : Joanna Fiduccia et Chris Sharp

Du 5 septembre au 3 octobre 2009
Vernissage le samedi 5 septembre à 18 heures

PARIS, GALERIES CARLOS CARDENAS ET SCHLEICHER+LANGE

La biennale Zero Budget est la biennale qui entend en finir avec toutes les biennales telles que nous les connaissons. Dans un monde artistique assiégé à la fois par les biennales et la détresse économique, la biennale Zero Budget vient offrir une solution, une alternative viable, une échappatoire. Cette exposition a pour but de renverser les termes et l'impact général des biennales. En effet, là où la plupart du temps les biennales se soumettent à des enjeux politiques et à des thèmes sociaux, allant de la mondialisation aux discours post chute du mur de Berlin, la biennale Zero Budget restera résolument non programmatique. Là où la plupart des biennales perpétuent un genre précis, qui peut être défini comme une illustration fidèle des thèmes dominants des biennales, la biennale Zero Budget privilégiera, elle, l'idiosyncrasie. Là où les autres biennales promeuvent le tourisme, stimulent l'économie locale et génèrent du capital culturel, la biennale Zero Budget ne laissera, elle, que peu, voire aucun, impact écologique, ne rendra probablement personne plus riche et n'engendrera certainement pas de capital culturel marchandable.

Là où la plupart des biennales se contentent d'aboyer, la biennale Zero Budget mord. Elle tentera de rompre avec les discours, les oeuvres et l'économie du circuit restreint des biennales, tout en proposant un nouveau modèle en ces temps de post budget. En présentant dans des espaces commerciaux une exposition ouvertement peu rentable, cette biennale brouille clairement les frontières entre le fameux domaine « sacré », non commercial, des biennales, et celui « profane » des galeries. Au traumatisme de ce contexte non orthodoxe peut s'ajouter l'affront d'un art à échelle humaine et anti spectaculaire qui s'oppose aux conventions des biennales. Un amalgame d'hyperbole et d'humilité, de grandiloquence et d'intimité, d'outrage flétrissant et de joie méthodique. La biennale Zero Budget cherche à défier bien plus qu'un simple a priori, et ce avec tout juste quelques centimes.

La Biennale rassemble 34 artistes internationaux en plus d'une programmation de performances et une sélection de vidéos opérée par des curateurs et collectifs curatoriaux internationaux. Les artistes ou curateurs invités devaient n'avoir auparavant participé à aucune biennale. La biennale sera inaugurée en septembre à la galerie Carlos Cardenas et à la galerie schleicher+lange à Paris et pourrait arriver prochainement dans une ville proche de la vôtre.

ARTISTES : Michael Baers, Davide Balula, Sara Barker, Vanessa Billy, Agnieszka Brzezanska, Simon Dybbroe Møller, Jeff Feld, Anouk Kruithof, Lamarche-Ovize, Jochen Lempert, Justin Lieberman, Cécile Meynier, Sally Osborn, Marlo Pascual, Ruth Root, Jérôme Saint-Loubert Bié, Simone Schardt & Wolf Schmelter, Anna Strand, Hayley Tompkins, Will Yackulic.

PERFORMANCES : Claude Cattelain, Jochen Dehn, Chloé Maillet & Louise Hervé.

PROGRAMME DE PROJECTIONS : Ben Callaway, sélectionné par Chris Sharp ; George & Mike Kuchar, sélectionnés par Gianni Jetzer ; Christopher Miner, sélectionné par Joanna Fiduccia ; Jasper Rigole, sélectionné par FormContent; Martin Soto Climent, sélectionné par Vincent Honoré ; Esther Stocker, selected by Simone Menegoi ; Margaret Tait, selected by Lindsey Hanlon ; Vladimir Tomic, sélectionné par Jacob Fabricius ; et Philippe Van Wolputte, sélectionné par Komplot.

WWW.ZEROBUDGET.ORG

Cardenas Bellanger (Galerie Carlos Cardenas)
43, rue Quincampoix 75004 Paris
+33 (0)1 48 87 47 65
www.galeriecarloscardenas.com

galerie schleicher+lange
12, Rue de Picardie 75003 Paris
+33 (0)1 42 77 02 77
www.schleicherlange.com

[18:30] Exposition de Lukas Haas
Location:
Galerie Arteconte
15, rue de Savoie
75006 Paris
M° Saint-Michel, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 46 34 84 65
Fax : +33 (0)1 46 34 84 66
Mail : info@arteconte.com
Internet Site : www.arteconte.com
Description:









[19:00] Exposition d'Olivier Kosta-Théfaine "ANTHEM"
Location:
Galerie L.J.
Lemarié-Jeudy
12, rue Commines
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 78 38 44 47
Mail : info@galerielj.com
Internet Site : www.galerielj.com
Description:
du 5 septembre au 1er octobre 2009
VERNISSAGE SAMEDI 5 SEPTEMBRE À PARTIR DE 19H

Olivier Kosta-Théfaine investit la galerie en cette rentrée 2009 avec un ensemble d'installations dont le tout forme un hymne (anthem) à la culture populaire. Sa réflexion est principalement basée sur une forme de réhabilitation d'éléments et d'outils déconsidérés, attribués à la cité, la banlieue. Il présentera à la galerie une nouvelle série de “dentelles” sur papier brûlé, des “morceaux de plafond brûlé”, une nouvelle série de ses “Low Budget Artworks”, ou encore, des modules muraux jouant avec l'idée de mur de protection.

[19:00] Kararocké - salon WHO'S NEXT
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
Hall 7/3

Kararocké dans le cadre du salon chaussures, mode & accessoires Mess

Open Bar

Pour la liste contacter Adorina : 0621632940

Hôte :Le ullmann club

[19:00] Vernissage de Carl Krull
Location:
Rec Galerie
13, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Mail : marga@recgalerie.fr
Internet Site : www.recgalerie.com
Description:
du 5 au 30 septembre 2009
VERNISSAGE LE SAMEDI 5 SEPTEMBRE A 19H

[19:30-22:30] Soirée de remise du palmarès de la presse Professionnelle
Location:
Pavillon Dauphine
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny
75016 Paris
M° Porte Dauphine, RER C Avenue Foch
France
Phone : +33 (0)1 45 00 52 73
Fax : +33 (0)1 45 00 82 85
Mail : contact@pavillon-dauphine.com
Internet Site : www.pavillon-dauphine.com
Description:
En partenariat avec CB NEWS













[23:00] A MAN ON THE MOON /// SPECIAL ED
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
/// OPEN BAR SINGHA BEER A 23h ///
/// DIEGO-SAN ON THE MIX ///
/// WARM UP BY LE PETIT PRINCE ///

En août c'était chaud, on a transpiré à grosse gouttes.
Ce n'est pas fini et le club éphèmére du Palais de Tokyo accueille samedi :
SPECIAL ED
LE PETIT PRINCE
+ GUESTS

A partir de 23h / Bière Shingha offerte aux early birds
Entrée uniquement sur guest-list ou sur reservation de tables au 06 87 31 05 70
Entrée sur liste - 23/3h

12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés