Saturday, September 12, 2009
Public Access


Category:
Category: All

12
September 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4

  35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
du 4 au 13 septembre

invité d'honneur Harisson Ford

www.festival-deauville.com

35ème Festival du Cinéma Américain de Deauville

Fête des Transports
Location:
Place de la Bastille
Place de la Bastille
75004 Paris
M° Bastille
France
Description:
- Dates : Samedi 12 et Dimanche 13 septembre 2009
- Lieu : Paris - Place de la Bastille – Terre-plein de l'Arsenal
- Horaires : Accès au site de 10h à 18h – Animations selon programme

Samedi 12 et dimanche 13 septembre 2009, la Place de la Bastille s'anime pour une nouvelle et joyeuse version de la "Fête des transports", avec au programme : animations, démonstrations, expositions, jeux d'adresse… pour découvrir de nouvelles alternatives à ses déplacements et "bouger autrement".

C'est ainsi que l'on y trouvera un centre d'essai permettant de tester la conduite de triporteurs, solex et voitures propres ou des simulateurs pour s'initier à l'éco-conduite ou "naviguer" sur la Seine en plein cœur de Paris.

Les enfants, tout en jouant, pourront apprendre les règles élémentaires pour se déplacer en toute sécurité à pied ou à vélo et, un peu plus loin, le premier aéronef au monde à avoir volé 100 % à l'hydrogène sera exposé...

Dimanche, la Fête des transports donne rendez-vous aux marcheurs, cyclistes, rollers… pour un programme de randonnées et ballades mixtes dans et autour de Paris. Plusieurs départs sont prévus tout au long de la journée.

Cette manifestation s'inscrit dans le cadre de la Semaine de la mobilité et de la sécurité routière, qui se tiendra partout en France du 16 au 22 septembre 2009.

Fête nationale de Guinée-Bissau
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale de Guinée-Bissau

Expositions Chomo + Marie MOREL
Location:
Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 58 72 89
Fax : +33 (0)1 42 64 39 78
Mail : info@hallesaintpierre.org
Internet Site : www.hallesaintpierre.org
Description:
10 septembre 2009 – 7 mars 2010

Horaires
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Fermeture billetterie à 17h30

Tarifs
Expositions temporaires : 7,50€, tarif réduit 6€


CHOMO
"Le Débarquement Spirituel"

Il y a dix ans mourait Chomo, l'ermite de la forêt de Fontainebleau, artiste total à la fois poète, musicien, peintre, sculpteur, architecte, et auteur d'un film récapitulatif de toute son œuvre, plus long que le Mahâbhârata : Le Débarquement Spirituel. Une véritable légende vivante, dont l'empreinte est profonde sur tous ceux qui l'ont rencontrée.

Des milliers de visiteurs, de toutes conditions, ont été admis, au fil des ans, dans le territoire mythique de son Village d'Art Préludien, sur la commune d'Achères-la-Forêt, non loin du Cyclope de Tinguely et de la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, où est enterré Cocteau, à Milly-la-Forêt. D'Angleterre, des Etats-Unis, d'Allemagne, du Japon, la télévision est venue filmer l'Eglise des Pauvres, le Sanctuaire des Bois Brûlés ou le Refuge, trois chefs d'œuvre de l'architecture spontanée de Chomo, réalisés, comme toute son œuvre, en matériaux de récupération : bois morts de la forêt, grillage, plâtre, bouteilles, tôles de voitures, glanés dans les sous-bois, les décharges publiques et les casses automobiles des environs.

Déjà, en 1960, les derniers surréalistes, André Breton, Dali, Joyce Mansour, Henri Michaux, mais aussi Cocteau, Anaïs Nin, le peintre Atlan, les galeristes Claude Bernard et Iris Clert ou même Picasso, avaient admiré, à Paris, les Bois Brûlés de Chomo, ses assemblages de verre et ses toiles lacérées, dans l'unique exposition qu'il devait consentir avant de se retirer du monde. Par la suite, sur les traces de Clara Malraux, mandatée en son temps par le Ministère des Affaires Culturelles pour faire protéger le site à ses débuts, des personnalités aussi différentes que Bernard Anthonioz, Jacques Attali, Henri-Claude Cousseau, Jean-Hubert Martin, se sont rendues dans le « Royaume » de Chomo, pour voir de plus près celui qui se disait aussi médium et guérisseur et vivait dans une telle symbiose avec ses abeilles qu'une séquence « choc » lui a été consacrée, en 1965, dans un film d'Edouard Logereau, Paris-Secret.

Bernard Lassus, Michel Ragon, les peintres Jean Revol, Lisette Combe et Jean de Maximy, le sculpteur Josette Rispal, les photographes Jean-Paul Vidal, Marcus Schubert, Jean-Claude David, Pascal Brousse, Minot-Gormezano, le psychiatre Gaston Ferdière, Michel Thévoz, de la Collection de l'Art Brut de Lausanne, Jean-Paul Favand du Musée des Arts Forains, John Maizels, de la revue internationale Raw Vision, et beaucoup d'autres ont été parmi les admirateurs et défenseurs de l'univers de Chomo. Clovis Prévost et Antoine de Maximy lui ont consacré un film. J'ai moi-même recueilli les souvenirs et les pensées de Chomo, dans un livre iconoclaste publié en 1978. France Inter, France Culture, Radio Libertaire sont venus enregistrer la poésie sonore, les musiques expérimentales et les propos détonants de cet écologiste avant l'heure, grand pourfendeur de la société de consommation, auquel une Fondation a même été un temps dédiée, destinée à protéger le lieu et l'œuvre de Chomo.

Mais Chomo était un irréductible, et s'il avait décidé de poursuivre son œuvre en-dehors du circuit des galeries et du marché, payant sa rébellion au prix fort de l'inconfort et de la solitude, c'était pour préserver sa liberté totale d'esprit et de création, pour pouvoir sans entraves enseigner sa voie à tous ceux qu'il prenait au piège de son rêve, et pour rester jusqu'au bout fidèle à sa révolte contre une société qu'il estimait gravement dévoyée, sur une planète elle-même en grand danger.

Depuis dix ans, l'univers de Chomo n'est plus accessible au public, et ce créateur inoubliable, ce visionnaire tourmenté par tous les excès de l'inspiration, auteur de centaines d'expériences de tous genres en sculpture, peinture, poésie, musique, cinéma, est en passe de disparaître de l'écran de nos mémoires. Il était temps que la France reconnaisse cet artiste extraordinaire, trop longtemps cantonné dans les curiosités du bord des routes, et rende hommage à celui que le chanteur britannique Jarvis Cocker, dans son road movie Journeys into the Outside (Voyages dans l'ailleurs), tourné l'année même du décès de Chomo, considérait déjà comme un monument du XXème siècle. Ce sera l'honneur et la fierté de la Halle Saint Pierre d'avoir eu, la première, ce souci et ce privilège. Puissent, dans cette lancée, les pouvoirs publics prendre les décisions qui s'imposent afin de consacrer à Chomo, sur le lieu où il a vécu, le musée qu'il mérite.

Laurent Danchin

Commissaires de l'exposition :
Laurent Danchin, Critique d'Art et Écrivain

Martine Lusardy, Directrice de la Halle Saint Pierre




Marie MOREL
"Les trois personnes de l'espace"

Marie Morel est un des plus grands peintres vivants. J'ai beaucoup appris d'elle. J'ai travaillé avec elle sur un grand tableau de six mètres qui fut intitulé « Louise Michel ». Matisse se posait la question : Comment faire pour qu'il n'y ait pas un déséquilibre entre les points faibles de la toile et les points forts, entre des régions puissantes et des fonds vides, entre ce qui s'élève et ce qui s'efface, soudain rejeté dans l'ombre de ce qui s'élève ? Pour que quelque chose surgisse avec densité, ne faut-il pas que quelque chose, à côté, nécessairement s'affaiblisse ? La réponse de Marie Morel est la saturation de tous les points sur la surface dans une marqueterie de scènes intenses. La scène sexuelle représentée en 6.20 est aussi puissamment peinte et aussi bouleversante que celle située en 27.8. Or ni l'une ni l'autre ne sont connaissables panoramiquement. Mais Marie Morel a poussé le problème que se posait Matisse plus loin encore : elle a ajouté au problème du déséquilibre des points faibles et des points forts sur la surface de la peinture le problème du déséquilibre des trois points de vue dans l'espace que la vision de la peinture requiert. Freud disait : il y a deux positions, fort et da. Ailleurs ou là. Absent ou présent. Mort ou vivant. L'art es tout entier dans ce jeu terrible qui joue entre le perdu et l'apparaissant. Mais Humboldt disait : il y a trois positions dans l'espace : hier, da, dort. Ici, là, loin. De ces trois positions dans l'espace dérivent les trois personnes dans la langue : je, tu, il. Par exemple en peinture Je, c'est le nez sur la toile lorsqu'on peint. Tu, le visage ou le buste à mi distance quand on regarde. Il, le corps inconnu qui pousse la porte et aperçoit de très loin la toile.

J'évoque le mouvement incessant du peintre dans l'atelier cherchant l'impossible encablure, l'introuvable vol d'oiseau, l'inexistante « bonne distance » vis-à-vis du chevalet qui supporte la peinture.

Marie Morel associe les trois personnes aux trois positions.

De tout près c'est je, c'est hier, c'est ici. C'est pour ainsi dire le monde interne. C'est le labyrinthe où la mosaïque incruste ses scènes et inscrit se noms. C'est le livre ; Ici, on peut lire les phrases écrites. Ici, on peut entrer à l'intérieur du cadre de chaque saynète.

A mi distance c'est tu, c'est da, c'est là, en face. C'est l'ensemble des couleurs, l'équilibre des formes. C'est le tout se donnant d'assez près pour saisir l'ensemble et percevoir la nature de son contenu (mais plus assez près pour subir l'ascendant de chaque scène sexuelle, plus assez près pour pouvoir lire les mots qui entourent les figures qu'immobilise le désir au sein de chaque petit encadrement de branches mortes).

De loin, c'est il, c'est dort, c'est là-bas, surgissant dans le loin, à partir du loin. Ce sont les grands monochromes abstraits que j'admire tant, c'est la futaie, architecture où l'image se cache, prédateur à l'aguet, autre inconnaissable sur le point de bondir.

Voilà la triple avancée qui me subjugue à chaque fois dans les peintures de Marie Morel.

J'appelle « peintures de Marie Morel » tous les grands formats dès l'instant où ils sont exposés dans l'espace qui est nécessaire aux trois visions. (...)

Pascal QUIGNARD, 2009
Extrait du texte, livre–catalogue Marie Morel

http://www.mariemorel.net

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-10:40] [Deauville] Photo Call et Conférence de presse Harrison Ford
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
[Deauville] Photo Call et Conférence de presse Harrison Ford

11:00 [11:00-19:00] Exposition de Shadi Ghadirian "nil nil & white square"
Location:
Galerie Baudoin Lebon
8, rue Charles-François Dupuis
75003 Paris
M° Temple, République, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 72 09 10
Fax : +33 (0)1 42 72 02 20
Mail : info@baudoin-lebon.com
Internet Site : www.baudoin-lebon.com
Description:
du 12 septembre au 10 octobre

Dans le cadre de la deuxième biennale des images du monde, organisée tous les deux ans par le musée du Quai Branly, la galerie Baudoin Lebon expose les photographies de l'artiste iranienne Shadi Ghadirian. Ce sont deux séries de photos réalisées en 2008 qui seront exposées du 12 septembre au 10 octobre dans la Galerie Parisienne.

Dans la série “White Square”, Shadi Ghadirian travaille à partir d'objets militaires usagés. La seule mise en scène est un ruban rouge qui dénonce symboliquement “le cadeau” empoisonné qu'est la guerre, supportée par le peuple Iranien.

[11:00] Présentation de saison 2009/2010 de la Ferme du Buisson
Location:
La Ferme du Buisson
Scène nationale de Marne-la-Vallée
Allée de la Ferme
77186 Noisiel Cedex 2
M° RER A Noisiel
France
Phone : +33 (0)1 64 62 77 77
Fax : +33 (0)1 64 62 77 99
Mail : contact@lafermedubuisson.com
Internet Site : www.lafermedubuisson.com
Description:
Journée d'ouverture de saison
Dominique A... De jour comme de nuit

* Dès 11h, la présentation de saison pour inscrire les grands rendez-vous artistiques dans vos agendas de rentrée.

* L'après-midi, Dominique A de jour. Le chanteur inclassable investit tous les lieux de la Ferme avec ses invités. Concerts, spectacles, petites formes et surtout le concert événement avant tournée de Dominique A.

* Et ça continue, Dominique A de nuit de 22h30 et jusqu'à l'aube avec une Nuit Curieuse.

De quoi débuter la rentrée sur de bonnes ondes !

RSVP 01 64 62 77 77

[11:30] Vendanges du Clos Charonne
Location:
Bistrot Mélac
42, rue Léon Frot
75011 Paris
M° Charonne, Philippe Auguste
France
Phone : +33 (0)1 43 70 59 27
Internet Site : www.bistrot-melac.fr
Description:
Ce samedi 12 septembre, à 11h30, Mélac fait ses 30èmes vendanges du Château-Charonne sous l'œil du… bacchus de Charonne !
La rue est à nous, musique, ambiance et saucisse aligot. La rue Léon Frot est bloquée par les bancs et les tables et toute la foule fraternise au son de la musique de la fanfare pendant que les enfants foulent les grappes et en font sortir un jus bien rouge. Jugées sur des échelles de peintres les jeunes filles du quartier vendanges tandis que les petits enfants du quartier foulent les grappes de leurs pieds menus. Alors, ne disons plus rien, sinon que rendez-vous ce samedi et là, vous verrez bien !

[11:30] « Pique-nique paneuropéen » Rideau de fer
Location:
Mairie du 6ème arrondissement
78, rue Bonaparte
75270 Paris Cedex 06
M° Saint-Sulpice
France
Phone : +33 (0)1 40 46 75 06
Fax : +33 (0)1 40 46 75 29
Internet Site : www.mairie6.paris.fr
Description:
Un segment du Rideau de fer et un mirador seront exposés sur le Jeu de Longue Paume du Jardin du Luxembourg. L'exposition aura trois parties : deux sections de rideau de fer encadrées par une zone de « mines », avec des photos et explications accrochés sur les poteaux. L'objectif serait de présenter à travers les photos, l'histoire de la création et de la démolition du rideau de fer.
L'essentiel de l'exposition est de montrer au public l'aspect physique d'une institution qui semble aujourd'hui inimaginable mais qui a réellement existé. En effet, le public parisien actuel peut connaître le mur de Berlin, qui par sa portée symbolique a profondément marqué les esprits au moment de sa chute. Le caractère infranchissable du mur, le béton armé, cette construction citadine était effectivement un monument spectaculaire et en même temps efficace. Le rideau de fer est quelque peu différent : sa fonction était la division de non seulement une ville mais d'un continent entier. L'enclave de Berlin de l'Ouest était un îlot, une création singulière du 20e siècle, un phénomène sans précédent dans l'histoire. Le rideau de fer était en même temps une réalité pour des dizaines de millions de personnes, mais il reste encore très peu connu devant le grand public. L'objectif du projet est donc la visualisation et l'explication d'une barrière, d'un « limes » moderne qui a coupé l'Europe en deux. L'installation viendra d'un musée hongrois privé, établi spécialement pour la présentation du rideau de fer, musée unique dans son genre en Hongrie.



[13:00-13:10] [Deauville] Photo Call Isild le Besco
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Pour THE GOOD HEART




[14:00] Exposition collective «Totem & Tabou»
Location:
Galerie de Multiples
17, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 21 77
Fax : +33 (0)1 48 87 21 77
Mail : contact@galeriedemultiples.com
Internet Site : www.galeriedemultiples.com
Description:
Du 12 septembre au 14 octobre
Vernissage samedi 12 septembre à partir de 14 heures

Saâdane Afif, Olivier Babin, Vincent Beaurin, Walter Dahn, Jason Dodge, Robert Longo, Matthew McCaslin, Olivier Mosset, Xavier Veilhan…

En 1938, Sigmund Freud quitte Vienne pour s'installer à Londres.

De son cabinet viennois, nous reste des photos qui reproduisent son ordonnance et son agencement ; mais c'est un lieu vide de vie que nous restituent ces images.

En 2004, Robert Longo réalise à partir de ces photos une série d'impressions pigmentaires : "The Freud Cycle". Son traitement très contrasté du noir et blanc renforce la puissance paradoxale des images : si l'obscurité menace à chaque instant de tout consumer, la lumière triomphe et parvient à révéler, même faiblement, le lieu de la pensée et de l'analyse.

Nous avons réuni des œuvres très différentes autour de celle de Robert Longo. Certaines viennent souligner la dimension politique et historique de "The Freud Cycle" : L'exil de Freud, médecin juif, était, face aux nazis, une question de vie ou de mort. L'histoire parfois, même exceptionnellement, peut se penser en noir et blanc, en zone de lumière intense et d'obscurité totale.

Mais nous avons voulu aussi, loin de toute référence directe à l'œuvre et à la biographie de Freud, tout en empruntant un des titres les plus connus de son œuvre, interpréter tout à fait librement – et tout à fait humblement - les notions du sacré que sont le totem et le tabou.

Cet emprunt, bien sûr, nous expose à la justification.

Qu'il nous soit permis de prétendre que le titre appartient désormais suffisamment à la culture collective pour que nous puissions nous en saisir davantage pour la puissance irrationnel qu'il irradie que pour le contenu de l'œuvre qu'il nomme.

Toutes les œuvres de l'exposition nous semblent procéder ainsi : la référence - et la différence - à des œuvres d'art existantes ou l'usage - et le déplacement - de formes symboliques fortes, ajoutent à leur impact formel une résonance que la raison ne peut épuiser.

Chacune d'elles, avec humour, légèreté ou gravité, indique des signes et des œuvres passibles de faire totem ou tabou.

[14:00-19:00] Gally expérimente à la Cité des Sciences
Location:
Cité des Sciences et de l'Industrie
30, avenue Corentin Cariou
La Villette
75930 Paris Cedex 19
M° Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)1 40 05 70 00
Internet Site : www.cite-sciences.fr
Description:
Ce samedi 12 septembre, notre Gally nationale qu'on aime d'amour va se transformer en scientifique pour décortiquer son public et son album : Mon Gras et Moi !

De 15h à 17h, à la Cité des Sciences, vous pourrez donc acheter son livre, papoter avec elle, vous faire dédicacer l'album (réfléchissez bien à ce que vous aimez manger avant, héhé !), voir l'immense expo qui lui est consacrée, puis dévorer les délices que notre fée des fourneaux, alias Ciloubidouille, aura concoctés pour le goûter !

Tout un programme…

Pour ceux qui ne pourraient pas être présents le jour J, l'exposition durera jusqu'au 25 octobre, mais bon, les gourmandises et Gally ne seront là pour vous accueillir que le samedi 12 septembre 2009 :)

[14:00-20:00] Vernissage de Stéphane Couturier
Location:
Les Douches La Galerie
5, rue Legouvé
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)1 46 07 10 84
Fax : +33 (0)1 42 38 93 01
Mail : contact@lesdoucheslagalerie.com
Internet Site : www.lesdoucheslagalerie.com
Description:
Portfolios, Stéphane Couturier Renault-Billancourt #2 et Villa Noailles

Vernissage le Samedi 12 septembre 2009 de 14h à 20h

Exposition du 12 septembre au 28 novembre 2009
Du mercredi au vendredi de 13h à 19h
Le samedi de 14h à 18h
Et sur rendez-vous

Tiré à trente exemplaires, chaque portfolio se compose de huit photographies originales, format
78 x 54 cm, signées et numérotées par l'auteur.
Impression numérique réalisée par l'atelier Philippe Guilvard à l'aide d'encres encapsulées à pigment sur un papier Arches, Velin Museum Rag 315g, Canson
Le coffret est réalisé par les ateliers Dermont Duval.

Cette exposition fait partie des Rencontres photographiques du 10e arrondissement de Paris 2009.


Portfolio Renault-Billancourt #2
Après avoir eu la possibilité de photographier le site de Renault à Boulogne-Billancourt en 1993 au moment de sa fermeture définitive, l'opportunité de pouvoir y retourner en 2003, soit dix ans après, était pour Stéphane Couturier, l'occasion de reparcourir ce lieu juste avant sa démolition.
Ce second volet du travail permet de découvrir ce qu'il reste du squelette de cette immense machinerie. Ce deuxième portfolio sur les usines Renault lui permet de poursuivre sa recherche sur l'entre-deux temporel d'un lieu entre décomposition et réactivation.
Les derniers vestiges d'un véritable monument de l'industrie sont littéralement stratifiés. Chaque couleur, matière, trace et indice participent de cette quasi mise en scène de ce lieu hors normes.

Portfolio Villa Noailles
Dans la série consacrée à la Villa Noailles, Stéphane Couturier continue sa recherche sur la représentation d'espaces en mutation.
Il a réalisé l'ensemble des prises de vues en 1996, juste avant que la Villa ne soit réhabilitée.
Entre présence et absence, ses visions de la villa nous dévoile l'architecture de Robert Mallet-Stevens sous des angles inhabituels dans lesquels la géométrie paraît bouleversée.
Entre horizontalité et verticalité, la vision frontale qu'il nous donne à voir, perturbe notre perception de ce qui nous paraissait stable. Volumes et espaces paraissent être rassemblés comme dans des collages, mêlant matières, couleurs et traces du passé prestigieux de cette villa.





[15:00-21:00] Exposition "Grands Formats"
Location:
Galerie Lisette Alibert
26, place des Vosges
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 48 87 45 50
Mail : galerie@lisettealibert.com
Internet Site : www.lisettealibert.com
Description:
du 12 au 22 septembre
Vernissage le samedi 12 septembre de 15h à 21h

avecAlsterlind
Berkouk
Boissel
Bou
Combas
Hausey-Leplat
Kako
Manscour
Rieu

[15:00-20:00] Exposition de Marie-Claude Bugeaud
Location:
Galerie Marie-Hélène de La Forest Divonne
12, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 40 29 97 52
Mobile : +33 (0)6 84 33 98 88
Fax : +33 (0)1 42 71 39 75
Mail : contact@galeriemhlfd.com
Internet Site : www.galeriemhlfd.com
Description:
10/09/2009 - 17/09/2009

"L'abstraction n'est pas la perte de sens mais l'expression d'un sens universel. Les signes qui sont en jeu dans la peinture, signes abstraits ou pas sont l'expression de l'imaginaire, du symbolique et du réel chez le peintre. Après, tout le travail reste à faire pour arracher la peinture à l'anecdote, à la mode, aux matières du temps. Le sens et la force du tableau sont liés inextricablement. Pierre Wat extrait de "sur le vif ", Marie-Claude Bugeaud, Hôtel des Arts, Toulon , 2009.

Marie-Claude Bugeaud trace, colle, coupe. Son art est celui du dessinateur : art du dessinateur : art du trait qui incise et sépare, qui délimite et fend, art dont la la justesse ne se mesure qu'à l'aune de ce que chacun de ses traits détruit, qu'à l'aune de cette blessure que chaque trace inflige au monochrome premier.

[15:00] Exposition de Vera Lutter
Location:
Galerie Xippas
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 27 05 55
Fax : +33 (0)1 40 27 07 16
Mail : paris@xippas.com
Internet Site : www.xippas.com
Description:
12 septembre - 24 octobre 2009

Pour sa première exposition personnelle en France, Vera Lutter présente onze œuvres photographiques de grand format, qui couvrent les dix dernières années de son travail.
Vera Lutter explore le potentiel de la camera obscura, procédé d'enregistrement en direct et en négatif des effets de la lumière sur le papier sensible.
Son œuvre porte sur l'architecture, les paysages urbains, sites industriels, mais aussi vues intérieures de son atelier, ou de fabriques désaffectées, espaces intérieurs dans lesquels elle aime jouer de miroirs, ou de mises en abîme d'images, jouant sur différents états de perception de l'espace. Les dimensions souvent monumentales de ses photographies imposent des durées d'exposition à la lumière qui peuvent aller jusqu'à plusieurs jours. Elle conçoit et réalise des appareils photographiques à la taille de ses images, transformant son appartement ou son atelier, métamorphosant un container ou une baraque de chantier pour en faire une chambre noire. L'exposition longue permet l'enregistrement de tout ce qui est rémanent. Ses photographies ne traduisent pas seulement le réel, mais révèlent également un monde en creux, un espace d'apparition relative, qui donne à ses images une sérénité irréelle et fluide, d'une matière photographique dense et riche, où le regard passe sur les magnifiques à-plats d'étendues de ciel ou d'eau, et s'arrête sur la précision surprenante de certains détails.
Sa maîtrise du temps, imposée par le procédé photographique donne un autre regard sur la mobilité dans le monde moderne, la transformation des espaces, la transition, les transports, la lente métamorphose des villes. Vera Lutter est le témoin attentif d'une réalité perceptible dans l'attente patiente des frôlements lents de la lumière du dehors sur le papier, où l'intuition d'une image est essentielle.

[15:00-21:00] Exposition de Vincent Beaurin "Culte"
Location:
Galerie Frédéric Giroux
8, rue Charlot
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 71 01 02
Fax : +33 (0)1 42 71 05 11
Mail : info@fredericgiroux.com
Internet Site : www.fredericgiroux.com
Description:
du 12 septembre au 31 octobre
vernissage samedi 12 septembre 15h-21h

[15:00] Exposition de Vittorio Santo "La Chambre de Marlow"
Location:
Galerie Xippas
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 27 05 55
Fax : +33 (0)1 40 27 07 16
Mail : paris@xippas.com
Internet Site : www.xippas.com
Description:
dans la chambre

12 septembre - 24 octobre 2009

Pour La Chambre, l'œuvre présentée est continuée de néons formant les mots « reciprocal » et « scutiny », ce dernier étant écrit à l'envers, comme vu dans un miroir. Face aux mots, à la même hauteur, une image encadrée fait face, presque noire, créant ainsi une relation dialectique. La photographie argentique surdéveloppée est une rephotographie du « bordereau » qui fut utilisé pour incriminer Dreyfus en 1894. A peine lisible, l'image devient un « Black Square » reflétant les néons.
Marlow fait une référence au narrateur de la nouvelle de Joseph Conrad « Au cœur des ténèbres ». Nulle ambition à priori d'établir de liens entre eux, simplement une mise en relation intuitive, une accumulation de quelques stimuli : la constellation de certains faits historiques et leur manipulation, les ramifications politiques et sociales de l'affaire Dreyfus ; le voyage symbolique et l'ambiguïté de sa description, (…) ou encore la « pureté » d'une simple image géométrique « contaminée » par le langage.
Autant de signes disséminés que l'observateur est invité à progressivement envisager comme la possibilité d'un lien entre les diverses sources et ses propres sensations. Tout comme il est invité à confronter sa propre subjectivité à un « impassible objet d'art ».







[16:00-20:00] Expo de rentrée
Location:
Galerie Hamadryade
16, rue Durantin
75018 Paris
M° Abbesses, Blanche, Pigalle
France
Phone : +33 (0)1 42 51 37 43
Mobile : +33 (0)6 07 33 23 38
Mail : galeriehamadryade@yahoo.fr
Internet Site : hamadryade.over-blog.fr
Description:
Daniele CAPLAIN espère partager un verre avec vous à la GALERIE HAMADRYADE lors du vernissage de sa nouvelle exposition d'œuvres anciennes (du 17e au début 20e : tableaux, dessins, gravures…..) samedi 12 septembre de 16h à 20h.

jusqu'au 27 Septembre
du mardi au dimanche de 16h à 19h30 + we de 11h à 13h

[16:00-23:00] Exposition "APOCALYPSE"
Location:
Imprimerie 168
Espace de création artistique
168, rue de Crimée
porte bleue fond de cour
75019 Paris
M° Crimée
France
Phone : +33 (0)1 77 17 16 90
Mail : imprimerie168@gmail.com
Internet Site : www.imprimerie168.blogspot.com
Description:
2 jeunes artistes brésiliens de passage à Paris ont lancé l'idée de cette exposition collective.

http://expositionapocalypse.jimdo.com

à partir du 12 septembre 2009

[16:00] Exposition - lancement de la revue Area n°19/20 "FEMININ PLURIEL"
Location:
La Réserve d'area
50, rue d'Hauteville
Fond de cour - 2ème étage
75010 Paris
M° Bonne Nouvelle, Château d'Eau
France
Phone : +33 (0)1 45 23 31 52
Fax : +33 (0)1 45 23 37 80
Mail : area.paris@wanadoo.fr
Internet Site : www.lareserveparis.com
Description:
La galerie area et les éditions Descartes vous invitent à l'exposition et à la présentation du numéro exceptionnel d'arearevue Féminin pluriel.


[16:00-20:00] Exposition collective "10 printemps en automne"
Location:
Galerie Kamel Mennour (rue Saint-André des Arts)
47, rue Saint-André des Arts
Hôtel de la Vieuville (fond de cour)
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Mabillon, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 56 24 03 63
Fax : +33 (0)1 40 46 80 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
en collaboration avec la Galerie kreo

du 12 septembre au 13 octobre

“10 printemps en automne”

“Il n'y a plus d'après à Saint-Germain des Prés…”, chantait Juliette Gréco.
Plus d'après ? C'est à voir…Certes, Le Tabou, rue Dauphine et Le Caméléon, rue Saint-André des Arts, hauts lieux du jazz où l'on croisait au fil des nuits les couples Sartre et Beauvoir, Barrault et Renaud, Montand et Signoret et, animant le tout, l'irremplaçable Boris Vian, ne sont plus.
Mais le quartier s'est réveillé de son long sommeil, et les rues Dauphine et Saint-André des Arts brillent à nouveaux de mille feux grâce à la présence de deux galeries qui fêtent de concert, en ce 12 septembre 2009, leur dixième anniversaire : la galerie kamel mennour et la Galerie kreo.

Au K par K

Kamel tout d'abord, qui n'a eu que trois pas à faire depuis la rue Mazarine jusqu'au 47 de la rue Saint-André des Arts. Là, s'élève une splendeur architecturale, l'hôtel de la Vieuville où, au XVIIIème siècle, se tenait l'un des plus prestigieux “salons” parisiens, celui de “la correspondance générale pour les sciences et les arts”, et qui au XXème siècle, accueillait la librairie de Jean-Jacques Magis, l'un des hauts lieux de la bibliophilie parisienne.
Et c'est justement ce lieu de l'écrit et de la mémoire, entre cour pavée et jardin, que Kamel transforme en un espace dédié à l'art et la recherche, avec un travail tout en douceur opéré par les architectes Aldric Beckmann et Françoise N'Thépé.

La Galerie kreo ensuite, qui ayant quitté le treizième arrondissement, s'est installée au 31 de la rue Dauphine, dans un vaste espace immaculé subtilement réaménagé par les architectes Laurent Buttazoni et Frédéric Lavaud. Tant de souvenirs rôdent encore ici, ceux du Ruby's Club, qui inspira à Stéphane Zagdanski son roman Noire est la beauté, évocation romantique des femmes venues d'Afrique et des Antilles jusqu'à Paris. Nuits noires, musique noire, magie noire jusqu'au bout du bout de la nuit… Et voilà que la boîte noire est devenue un “white space”.

Deux jeunes galeries – 10 ans seulement – et pourtant, déjà rayonnantes. Deux galeries, l'une consacrée à l'art, l'autre au design, et cependant, étonnamment proches dans les intentions et les objectifs, dans la pratique et le fonctionnement, dans la rigueur et la vitalité, dans la diversité et la profondeur des choix.
Deux galeries qui fêtent de concert, en cet automne 2009, leurs dix printemps.
Gilles de Bure, Paris, juin 2009

[16:00-21:00] Exposition collective "10 printemps en automne"
Location:
Galerie kreo
31, rue Dauphine
Fond de cour
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 53 10 23 00
Fax : +33 (0)1 53 10 02 49
Mail : kreogal@wanadoo.fr
Internet Site : www.galeriekreo.com
Description:
Du 12 septembre 2009 au 31 octobre 2009
du mardi au samedi de 11h à 19h
Vernissage le samedi 12 septembre de 16h à 21h

François Bauchet
Ronan & Erwan Bouroullec
Pierre Charpin
Naoto Fukasawa
Konstantin Grcic
Hella Jongerius
Alessandro Mendini
Jasper Morrison
Marc Newson
Radi designers
Maarten van Severen
Jerszy Seymour
Martin Szekely


[16:00] Exposition collective "Holy Destruction"
Location:
Galerie Polad-Hardouin
86, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Etienne Marcel, Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 05 29
Mail : contact@polad-hardouin.com
Internet Site : www.polad-hardouin.com
Description:
du 12 septembre au 31 octobre

La galerie consacre du 12 septembre au 31 octobre une exposition à André Butzer, Kim Dorland,
Armen Eloyan, Stefanie Gutheil, Nicolaï Huch,
Marcel Hüppauff, Fred Kleinberg, Cristina Lama, Jonathan Meese, Bjarne Melgaard, Dawn Mellor, Orlando Mostyn-Owen, Humberto Poblete-Bustamante, Eva Räder, Emmanuelle Renard, Raphaëlle Ricol, Jo Robertson, Allison Schulnik, Lucy Stein, Wu Xiaohai, jeunes artistes de nationalités diverses, représentatifs d'une nouvelle génération de peintres.

Présentées pour la première fois en France, les œuvres frappent par une grande liberté d'invention, laquelle traduit la volonté de ces artistes de donner une nouvelle impulsion à la peinture. Dans les toiles d'une grande expressivité qui intriguent et emportent tout à la fois le regard, cette jeune génération démontre la capacité de son médium à transcrire la réalité la plus complexe. Philippe Dagen y voit leur réactivité au monde actuel qui engendre des œuvres "stridentes, acerbes, railleuses, brutales, provocatrices".

"Holy destruction" se veut une exposition manifeste qui réaffirme que la peinture constitue un moyen d'expression pertinent pour l'époque actuelle. Ce qui n'a pas toujours été considéré comme tel, notamment en France, ainsi que le rappelle Philippe Dagen dans le catalogue de l'exposition: "Alors que dans plusieurs des grands pays- aux Etats-Unis, en Allemagne, en Grande-Bretagne la question ne se posait pas, une conviction s'est établie en France, celle de l'obsolescence de la peinture, considérée comme un mode d'expression définitivement dépassé, relégué par l'institution ou la vidéo au rang de vieillerie juste bonne pour les nostalgiques".

En référence à ce contexte, l'objectif de l'exposition est de mettre en lumière l'énergie et la vitalité qui se dégagent des œuvres de ces jeunes artistes, une preuve, s'il en fallait, que de Berlin à Paris, de Londres à Madrid, de Shanghai à Los Angeles la peinture n'est pas morte.

[16:00-20:00] Exposition de Marie Cool et Fabio Balducci
Location:
Galerie Cent8 - Serge Le Borgne
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 74 53 57
Mobile : +33 (0)6 61 67 37 69
Fax : +33 (0)1 42 74 53 18
Mail : info@sergeleborgne.com
Internet Site : www.sergeleborgne.com
Description:
Du 15 septembre au 10 octobre 2009

La révolte de la matière et l'insurrection des formes

Si la feuille de papier sur laquelle ce texte est imprimé est le produit d'une industrie son format est alors l'expression d'un standard défini pour son usage commun. Si le cadre de la porte qui mène à l'espace d'exposition délimite une largeur et une hauteur pour y pénétrer ou pour y faire pénétrer quelque chose c'est qu'il manifeste l'usage public, domestique ou technique, des lieux. Enfin si l'espace lui-même dans ses mensurations place le corps du visiteur dans un rapport d'échelle proportionné ou disproportionné relativement à sa taille, c'est bien que l'architecture est un langage qui conditionne nos comportements. Certains dans la société s'investissent au service d'un ordre matériel et formel, ils définissent par exemple le format standard d'un papier A4, la géométrie des portes ou l'architecture des espaces. D'autres comme Marie Cool et Fabio Balducci se destinent à la révolte de la matière et à celle des formes. Les premiers obéissent à un régime de visibilité qui affirme le caractère fini des choses. Ils participent au règne du produit qui s'offre comme une totalité sans marge ni revers. Les seconds travaillent sur les bords occultés de ces produits finis pour donner à leurs contours dépréciés une forme de présence. Ce qui est visible dans l'exposition de Marie Cool et Fabio Balducci n'est pas seulement ce qui est présent, comme c'est le cas chez les démonstrateurs d'ustensiles ménagers ou de bricolage installés à la marge des grands magasins.L'exercice de répétition infinie sur un objet n'est pas simplement en vue d'imposer son usage unique. Si en effet le geste précis et calculé de Marie Cool entretient des liens qui se répartissent à égalité entre celui du danseur et celui de l'ouvrier à la chaine, c'est pour exprimer à l'un comme à l'autre autant sa dissonance que sa familiarité. La différence du geste de Marie Cool avec celui d'un danseur réside dans l'affirmation de sa proximité avec le geste de l'ouvrier. La différence du geste de l'artiste avec celui de l'ouvrier se situe dans l'insubordination de ce geste à un usage particulier. Il serait trop simple d'en rester là et à vrai dire si le travail de Marie Cool et Fabio Balducci se résumait à cela, il n'aurait alors que l'intérêt de renouveler et poursuivre des pratiques déjà expérimentées par le passé. Ce qui caractérise le travail de ces deux artistes, c'est en effet de poursuivre d'une autre façon la stratégie de l'exercice imprimé à la matière et que la matière en retour imprime au corps, employée par exemple par Franz Erhard Walther dans son œuvre "Werksatz"1963 - 1969. Ce qui singularise l'œuvre de Marie Cool et Fabio Balducci c'est aussi de réinvestir dans un autre registre la répétition infligée au geste du peintre, caractéristique de l'œuvre de Niele Toroni. C'est de redistribuer à d'autres parties du corps, la pratique plastique élémentaire du piéton en déplacement, propre à Stanley Brouwn. Mais ces références ne suffisent plus pour faire preuve de solidarité envers l'agent sur la chaîne de montage des années 70 ou l'opérateur sur plateforme téléphonique actuel. Car ce qui démarque surtout le travail de Marie Cool et Fabio Balducci, par rapport aux enjeux de leurs prédécesseurs, ce qui les rapproche aussi de leur contemporain, c'est de défaire l'illusion d'un corps fini et accessible comme une totalité, c'est d'affirmer une dépendance autant mentale que physique et d'exposer la réciprocité entre l'homme et la matière. La feuille de papier, la table, le fil de coton, l'encadrement de la porte, les limites de la pièce, parfois le bord de la fenêtre découpent le corps en action de Marie Cool. Son corps se divise souvent verticalement et symétriquement, mais pas systématiquement, il est parfois coupé en deux horizontalement par le plateau d'une table qui marginalise l'usage de ses jambes. Ce travail de morcellement des membres en action, de réversibilité entre une main et une feuille au format A4 affirme une interdépendance. Le trouble instauré par la durée de l'exercice et la multiplication des séquences entame une révolution de la matière. Est-ce la main qui conduit la feuille en mouvement, qui suit le fil de coton se consumant ? Ou bien est-ce le contraire ? La durée d'exposition dissout le corps de Marie Cool dans un environnement matériel en rompant avec la stature d'un personnage de spectacle. Le retrait physique de Fabio Balducci manifeste la présence en creux qui hante et contrôle les objets comme les trajectoires de chacun des gestes de Marie Cool. L'exercice se déroule en l'absence du visiteur comme après son passage. Chez Marie Cool et Fabio Balducci ce n'est pas la déconstruction des actes qui conduit à une révolte de la matière et à une insurrection des formes, c'est la réitération de ces actes dans une absolue apathie. La négation du spectateur, l'absence exposée de Fabio Balducci, l'absorbement de Marie Cool dans sa tache, rappellent les stratégies antithéâtrales adoptées dans la peinture française du 18ème siècle et décrites en détails par Diderot dans ses Salons : absorbement des personnages, figures placées de dos, décentrement des scènes, autant de tactiques antithéâtrales en vue de nier la présence du spectateur face à la toile. L'exercice de Marie Cool rappelle tout autant la notion de "Task" (tâche) définie par Anna Halprin qui introduit dès la fin des années 50 des gestes quotidiens travaillés en boucle sur le plateau de danse ou les "Entracte"de Odile Duboc dans les années 70 qui à l'inverse immerge ces gestes simples, répétés à l'excès par des danseurs, dans le mouvement urbain. Les peintres en négligeant la présence du spectateur souhaitaient, selon Diderot, montrer autant le sujet peint que le sujet de la peinture, les chorégraphes cherchaient à présenter autant le corps social que la danse. Marie Cool et Fabio Balducci s'appuient sur cette tradition pour en réactualiser les enjeux. Ils présentent une forme et une matière en vie autant qu'une vie de la forme et de la matière. Cette tradition vise à déconditionner le regard du spectateur en le prenant de revers, dans l'espoir que de ce regard même son nom disparaisse au bénéfice d'un nouveau nom qui comme nous le montre l'histoire ne sera qu'en sursis.

Pierre Bal-Blanc Paris, avril 2009

[16:00-21:00] Exposition de Sylvie Fajfrowska
Location:
Galerie Eric Mircher
26, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 02 13
Mobile : +33 (0)6 89 98 07 97
Mail : contact@mircher.com
Internet Site : www.mircher.com
Description:
Du 12 septembre au 20 octobre 2009
Mardi au samedi de 14h à 19h

[16:00-20:00] REDEFINING BY STUDIO JO MEESTERS
Location:
Tools Galerie
119, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 35 80
Fax : +33 (0)1 42 77 37 62
Mail : Ib@toolsgalerie.com
Internet Site : www.toolsgalerie.com
Description:
REDEFINING BY STUDIO JO MEESTERS

15 septembre 2009 -> 24 octobre 2009
Vernissage le samedi 12 septembre 2009 de 16h à 20h

[16:00-21:00] Vernissage d'Anita Molinero
Location:
Galerie Alain Gutharc
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 47 00 32 10
Fax : +33 (0)1 40 21 72 74
Mail : gutharc@free.fr
Internet Site : www.alaingutharc.com
Description:
Exposition du 12 septembre au 7 novembre 2009
Vernissage le 12 septembre 2009, à partir de 16h

L'œuvre d'Anita Molinero fait écho au contexte tendu et agité ; le dynamisme de ses sculptures est une manifestation de la vitalité d'une société en changement.

"J'essaie de faire de l'art qui sorte de l'entre-soi tout en refusant quelque chose qui séduit le public, qui devienne un "procès au monde"."
Anita Molinero

Anita Molinero utilise, comme d'autres l'ont fait, des matériaux de « décharge », mais aussi des containers à ordures, des matériaux issus de l'industrie du plastique. Il ne s'agit pas de transfiguration rédemptrice qui les sacraliserait grâce à un statut d'œuvre d'art. Anita Molinero les utilise pour la brutalité même que ces matériaux véhiculent et la beauté des matières qui sont celles de notre époque.
Pour sa deuxième exposition personnelle à la Galerie Alain Gutharc, Anita Molinero propose des œuvres qui s'inscrivent dans une économie du recyclage au regard de la situation économique et sociale actuelle. A cette ambiance de sinistrose, l'artiste souhaite apporter ses constructions nées des rebuts d'une industrie qui ferme ses portes, de pneus qui ont délaissé les routes...

Le feu attaque ces vestiges, les fers les embrochent. Ces empalements tonnent comme un chant aux sonorités guerrières. Les confettis collent à la fourrure malmenée, comme jetée au ruisseau, et évoquent une fin de "party" qui laisse en bouche un goût nauséeux.
Ces œuvres portent la désillusion et si leur brutalité dérange c'est qu'elles nous forcent à un regard sans complaisance et nous obligent à voir ce que d'autres dissimulent sous le strass et les fards.

Vernissage d'Anita Molinero

[16:00-21:00] Vernissage d'Axel Pahlavi "Planète interdite"
Location:
Galerie Eva Hober
156, boulevard Haussmann
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule
France
Phone : +33 (0)1 48 04 78 68
Fax : +33 (0)1 48 04 78 07
Mail : galerie@evahober.com
Internet Site : www.evahober.com
Description:
Vernissage d'Axel Pahlavi "Planète interdite"

[16:00-21:00] Vernissage d'Ugo Rondinone "La vie silencieuse"
Location:
Galerie Almine Rech
64, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 45 83 71 90
Fax : +33 (0)1 45 70 91 30
Mail : contact.paris@alminerech.com
Internet Site : www.alminerech.com
Description:
12/09/2009 - 15/10/2009

En septembre 2006, Ugo Rondinone inaugurait l'espace de la galerie Almine Rech dans le Marais. Trois ans plus tard, il réinvestit les lieux avec une exposition qui ouvrira le 12 septembre 2009.

Cette exposition sur les deux niveaux de la galerie sera composée d'œuvres inédites dont, trois "portes" en bois peint, un ensemble de onze "Star Paintings" (acrylique sur toile) et trois masques noirs de la série Moonrise.West.

De plus, parallèlement à son exposition à la galerie, des œuvres d'Ugo Rondinone seront présentées, du 17 septembre au 15 novembre dans le cadre du Festival d'Automne à Paris dont il est l'artiste invité. Le Jardin des Tuileries accueillera la série complète Sunrise East, douze masques monumentaux en bronze argenté représentant le cycle des douze mois et une nouvelle installation sonore How does it feel ? sera montrée au Centquatre. Ugo Rondinone a également réalisé l'affiche du Festival sur laquelle apparaît un des masques de la série Sunrise East présentés aux Tuileries.

[16:00-21:00] Vernissage de Gavin Perry
Location:
Galerie Sultana
10, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville
France
Phone : +33 (0)1 44 54 08 90
Fax : +33 (0)1 44 54 09 60
Mail : contact@galeriesultana.com
Internet Site : www.galeriesultana.com
Description:
Vernissage de Gavin Perry

[16:00-21:00] Vernissage de Stefan Nikolaev "New works old dreams"
Location:
Galerie Michel Rein
42, rue de Turenne
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 72 68 13
Fax : +33 (0)1 42 72 81 94
Mail : galerie@michelrein.com
Internet Site : www.michelrein.com
Description:
du 12 septembre au 10 octobre
du mardi au samedi, de 11h à 19h

Objet, Entité, Sculpture. La sienne, la mienne, la vôtre, la nôtre.

La nouvelle exposition personnelle de Stefan Nikolaev à la galerie Michel Rein porte exclusivement sur la question de l'objet. Dans une société de plus en plus matérialiste, l'objet est l'un des moyens les plus évidents de se souvenir, de se rattacher au passé mais aussi de s'inscrire dans le présent avec son mouvement perpétuel et son réseau complexe de moments entremêlés. C'est à travers les objets que nous explorons le monde, apprenons l'histoire et imaginons des événements inconnus. Nous essayons souvent d'exprimer des sentiments et des pensées à travers les objets, nous les transformons en symboles et les investissons de significations et d'associations. Utilisés lors des commémorations à titre de récompenses, ils deviennent aussi des éléments de vanité. Dans l'histoire de l'art, le monde des objets a offert aux artistes autant d'inspiration que le paysage ou le corps humain. Prenons par exemple le verre à vin dans les œuvres de Willem Claesz Heda, la vaisselle de cuivre chez Chardin ou le célèbre Ceci n'est pas une pipe de René Magritte...

Les objets de Stefan Nikolaev traversent l'histoire : des bijoux de famille au distributeur automatique de billets, du « centre de table » rococo à un « monument » au coyote de la célèbre bande dessinée (Road Runner & Wile E Coyote). L'artiste mélange le réel et l'artificiel dans le monde des objets, transgresse leurs hiérarchies sans prêter attention à leur origine ou à leur mode de production. Ainsi, une des bagues gigantesques intitulée Nikola (2009) est la copie d'un véritable bijou porté par un prêtre orthodoxe (l'arrière grand-père de l'artiste) au moment de sa mort, au lit, dans les bras d'une jeune femme. La société traditionnelle balkanique a préféré à l'époque discourir sur la symbolique machiste plutôt que sur les circonstances réelles de cet événement tragi-comique. Ici la bague accède au statut de relique archéologique d'une épopée antique.
Stefan Nikolaev traite de la même manière sculpturale une autre de ses amulettes personnelles, la bague de son arrière grand-mère. Donka (2009) est une sculpture à l'aspect agressif avec ses puissantes griffes chtoniennes enserrant la pierre de granit, comme une manière de nous rappeler l'origine mythique de la bague.

Ces liens tissés avec l'histoire familiale de l'artiste donneraient un vaste terrain d'investigation à un sémioticien; ils constituent un large champ d'étude possible des relations entre les sexes dans la société bulgare et la société balkanique traditionnelle. Leurs interprétations courantes, leurs connotations et symboles ressurgissent dans les œuvres des artistes contemporains de façon souvent inconsciente, parfois suggérée, généralement revendiquée.

Dans What Doesn't Kill You Makes you Stronger. Fruit of the Loom (2009), les crânes humains deviennent des coupes de fruits et révèlent une esthétique expressionniste relativement différente. La fragilité de la porcelaine, la blancheur pure du matériau, les formes exquises et le brillant délicat des objets ; toutes ces qualités pourraient facilement nous entraîner dans une certaine idée de la beauté si la composition même du matériau ne contenait pas une signification mortifère : le terme de « porcelaine d'os » est encore utilisé dans cette technique qui contient des os calcinés. Utiliser le crâne, traditionnel memento mori dans notre société contemporaine « sur-designée » et déjà envahie par ce motif, est plus pour Nikolaev un moyen de prolonger la référence à la Bulgarie médiévale de Khan Krum (VIIIe siècle après Jésus-Christ). Ce dernier ordonna que soit sculptée une coupe à vin dans le crâne de l'empereur byzantin Nicéphore Ier qu'il vainquit au combat.
Les crânes de porcelaine de l'exposition de Stefan Nikolaev sont ici la démonstration physique d'une mémoire du « clan ».

Dans I Hate America and America Hates Me (2009) c'est davantage en mémoire d'un événement artistique qu'a été réalisée l'image en métal du Coyote. Ce personnage de la Warner, ennemi juré du Road Runner apparaît de façon évidente - comme n'importe quel coyote présenté aujourd'hui dans un espace d'exposition - une réincarnation du célèbre compagnon de Joseph Beuys dans sa performance I like America and America Likes Me (1974). Son coyote enveloppé dans l'identifiable couverture de feutre avec sa canne s'est substitué à l'artiste-gourou et montre les juxtapositions possibles entre différentes formes d'expériences collectives ainsi qu'un dialogue entre culture populaire et culture savante.

L'expérience de Sefan Nikolaev réside dans une opposition de ses pôles d'existence. Né à Sofia en Bulgarie, il a vécu la moitié de sa vie à Paris. Même si les différences entre ces deux pays tendent à s'estomper, on ne peut cependant pas négliger la distance symbolique qui existe entre la brillante capitale occidentale et l'autre moitié de l'Europe (titre de la première grande exposition d'artistes contemporains d'Europe de l'Est après la chute du mur en 2000). L'artiste se positionne entre deux cultures et deux traditions, deux modèles d'éducation et de langage. Il tente de les interpréter et de « se » traduire dans les deux cultures tout en exprimant ses impressions et en évitant consciemment le symbolisme simpliste ou la narration.

L'objet le plus luxueux et le plus précieux de l'exposition, tant par son matériau que par sa signification, est Cry Me a River (2009). Cette réplique d'un distributeur automatique de billets est caractéristique du dialogue que Stefan Nikolaev construit entre iconoclasme et idolâtrie. Il ne s'agit pas simplement d'un ready-made ou d'une réplique d'un objet trivial dans un matériau plus noble. On ne peut pas non plus la considérer comme une référence au Pop Art, modifiant l'échelle des nouveaux objets du désir, ni encore comme une forme esthétique, illusion d'une perfection que notre mémoire tend à produire. La réplique exacte d'un distributeur de billets galvanisé en or 24 carats devient l'autel clinquant d'un culte addictif. Le titre ironique de l'œuvre doit être compris - selon l'artiste - comme un commentaire sur l'avenir encore obscur de la dépendance de l'homme à la machine, sur l'amour et la haine, le besoin de prothèse, la peur de l'oracle et de ses prédictions. Oswald Spengler a évidemment vu juste en disant que « l'argent est une catégorie de la pensée ». Impossible également d'oublier la célèbre formule de Fidel Castro : « le capitalisme utilise son argent, nous socialistes, le gaspillons ».

Iara Boubnova
Août 2009

Vernissage de Stefan Nikolaev "New works old dreams"
Stefan Nikolaev, What Doesn't Kill You Makes You Stronger. Fruit of the Loom, 2009
photo P.Blanchecotte

[16:00-21:00] Vernissage de Takashi Murakami "Takashi Murakami Paints Self-Portraits"
Location:
Galerie Emmanuel Perrotin
76, rue de Turenne
10, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 16 79 79
Fax : +33 (0)1 42 16 79 74
Mail : info-paris@galerieperrotin.com
Internet Site : www.galerieperrotin.com
Description:
Du 15 septembre au 17 octobre 2009

La Galerie Emmanuel Perrotin présente l'ensemble le plus important d'oeuvres inédites de Takashi Murakami, du 15 septembre au 17 octobre 2009, dans ses deux espaces à Paris. L'exposition Takashi Murakami Paints Self-Portraits réunit simultanément dix-sept peintures dont trois monumentales, cinq sculptures et deux films.
La nouvelle série de tondos - format rond - Chrysanthèmes est une citation du peintre japonais du XVIIè siècle, Ogata Kôrin dont les motifs de chrysanthèmes blancs ont profondément marqué Murakami. Les fleurs se découpent sur des fonds à la feuille d'or ou de platine dans la plus pure tradition japonaise. La préciosité des matériaux et du format utilisés contraste délicatement avec la fragilité des plantes éphémères. Il rend également hommage à un autre artiste majeur: Andy Warhol, dans une série de tondos aux fleurs acidulées sur fond d'or ou de platine.
Pour la première fois, un ensemble d'autoportraits montre Murakami accompagné de ses créatures fétiches, notamment son alter ego Mr DOB à la personnalité ambivalente, tantôt aimable, tantôt féroce après avoir ingurgité des « champignons hallucinogènes ».
Dans le grand tableau HIROPON, Me, And My Lonesome Cowboy (2009), Murakami est entouré de ses fameux personnages subversifs.
Enfin, il apparaît aux côtés de Kaikai et Kiki flottant ensemble au milieu de ses célèbres motifs de fleurs souriantes ou parmi de multiples visages de l'artiste dans une oeuvre immense de 3m x 6m intitulée Hustle'n'Punch By Kaikai And Kiki (2009), jouant sur les ressorts de la représentation de l'artiste contemporain et sa mystification.
Le tableau monumental intitulé Planet of Ecology : The Earth (2008-2009) traduit, de manière provocatrice et presque naïve, les préoccupations de l'artiste pour la Nature et ses cycles. D'ailleurs, le pouvoir du « poop » constitue l'une des découvertes essentielles de Kaikai et Kiki dans un précédent film d'animation Planting the Seeds (2007).
Murakami prolonge sa collaboration avec Kanye West pour le clip Good morning extrait de l'album Graduation dont il a réalisé la couverture, par la métamorphose de cette icône du rap américain en quatre sculptures Kanye Bear (2009) recouvertes d'or, de platine, en bronze ou coloré.
Sa première exposition monographique hors du Japon a été organisée par la galerie en 1995. Dès lors, il devient l'un des artistes contemporains les plus influents et il investit les principales institutions internationales: le Center for Curatorial Studies Museum, Bard College à New York, en 1999, avec l'exposition The Meaning of the Nonsense of the Meaning ; PS1 en 2000, Grand Central Station en 2001, la Fondation Cartier et la Serpentine Gallery en 2002, le Rockfeller Center en 2003. Récemment, la rétrospective ©MURAKAMI a été présentée successivement au Museum of Contemporary Art de Los Angeles, au Brooklyn Museum à New-York, au Museum fur Moderne Kunst à Frankfort et enfin au Guggenheim Museum à Bilbao.
En tant que curator, Murakami interroge les notions d'Histoire et de Culture en partant du principe que les catégories artistiques ne sont pas aussi rigides dans le système japonais et que le terme « art » englobe toutes les formes de création. Son exposition en 3 parties intitulée Superflat montrée dans les principaux musées des Etats-Unis et d'Europe, intoduisait des artistes japonais, dessinateurs et réalisateurs de films d'animation, sur la scène internationale.
Murakami se fait connaître du grand public en 2003, lorsque Marc Jacobs lui demande de revisiter le monogramme de la marque Louis Vuitton, décliné sur la ligne d'accessoires printemps-été 2003. Puis, deux films d'animation SUPERFLAT MONOGRAM (2003) et SUPERFLAT First Love (2009) transposent les personnages de Murakami dans un univers Vuitton bariolé et psychédélique. En 2008, il est cité par le Time magazine comme l'une des 100 personnalités les plus influentes du monde.
Cette année, les 16 panneaux de 727-272 The Emergence of God At The Reversal Of Fate (2006-2009) composent une partition infinie, sous forme d'acmé, de l'exposition Mapping the Studio au Palazzo Grassi.
Docteur en peinture Nihonga de l'Université des Arts de Tokyo, Murakami développe un style unique et une oeuvre protéiforme aux techniques les plus modernes associées à la précision et la virtuosité de l'art traditionnel japonais, celui de l'estampe ukiyo-e (monde flottant) en particulier. Inspiré de la culture manga et kawaï (mignon), son monde irrésistible est peuplé de personnages monstrueux ou charmants, descendants facétieux des mythes passés.
Takashi Murakami a crée en 2001, la Kaikai Kiki Corporation basée à Tokyo, New York et maintenant à Los Angeles, véritable pépinière d'artistes, dédiée à la production d'expositions, de films d'animation, d'événements comme la foire d'art contemporain GEISAI, l'édition de catalogues et de produits dérivés, ....
L'esthétique Superflat, qu'il a théorisée en 2001, tente de brouiller les frontières entre art populaire et grand art. L'absence de perspective, la bi-dimensionnalité de l'art ancien s'infiltrent sur tous les supports, peinture, sculpture, wallpaper, films d'animation, accessoires.

Takashi Murakami est né en 1962 à Tokyo, Japon. Il vit et travaille à Tokyo, New York et Los Angeles.

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Vivre sur un nuage"
Location:
SIT DOWN
4, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 78 08 07
Mobile : +33 (0)6 64 12 06 96
Fax : +33 (0)1 42 77 06 96
Mail : info@sitdown.fr
Internet Site : www.sitdown.fr
Description:
A partir du 3 septembre 2009, la galerie SIT DOWN propose l'exposition « Vivre sur un nuage » et présente la nouvelle série de mobilier du couple d'architectes et designers italo-indien Valentina Audrito et Abhishake Kumbhat ainsi que les gravures inédites de l'artiste japonaise Atsuko Ishii.

Ces créations, toutes éditées en série limitée, évoquent un univers enchanteur, toujours avec humour et poésie.

Vernissage de l'exposition "Vivre sur un nuage" - Valentina Audrito, Abhishake Kumbhat, Atsuko Ishii

[16:30-16:40] [Deauville] Photo Call Prix Michel d'Ornano 2009
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
[Deauville] Photo Call Prix Michel d'Ornano 2009







[17:00-21:00] Exposition de Gérard Traquandi «Titre»
Location:
Galerie Laurent Godin
5, rue du Grenier Saint-Lazare
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 71 10 66
Fax : +33 (0)1 42 71 10 77
Mail : info@laurentgodin.com
Internet Site : www.laurentgodin.com
Description:
12 septembre - 17 octobre 2009
Vernissage le samedi 12 septembre de 17h à 21h

L'empreinte qu'expérimente Traquandi n'a rien d'un procédé trivial, rudimentaire ou primitif. Elle n'est pas en quête d'une épiphanie de « l'informe » et ne nous ramène pas davantage vers la préhistoire de l'oeuvre d'art. On ferait fausse route en y cherchant la réapparition fantasmagorique d'une origine perdue. Elle ne porte certainement pas le deuil de la peinture et ne lui substitue pas plus un objet de sérigraphie à la manière pop. Son dessein est d'abord d'allègement, de détachement heureux. Le tableau issu de l'empreinte procède autant par enlèvement que par adjonction. L'effervescence spatiale qui en émane est analogue à celle d'un grand dessin végétal ouvert. Un double mouvement d'alluvion immobilisé et d'envol le constitue. Il est le produit d'un affleurement entre deux surfaces encore humides et de leur suspens. Sur un fond uniment gris bleu, gris vert, gris mauve ou brun à reflets mordorés - des couleurs délibérément assourdies et polarisées - les molécules de la forme sont à la fois fixées et disséminées comme un pollen en mouvement dans les airs. A travers ces sortes d'objets floraux insaisissables, ces alternances de pistils et de nuages argentés ou ces espèces de grilles digitales, une qualité musicale de transparence ensoleillée et de scintillation se fait jour. Le peintre reporte moins à la surface du tableau un objet visuel qu'une sensation d'ouverture ascensionnelle, la fraîcheur odorante d'un végétal, la puissance d'allégresse d'un ciel ou la verticale abrupte d'une écorce et d'une paroi montagneuse.

[17:00-21:00] Fat galerie présente le Studio Glithero
Location:
FAT Galerie
1, rue Dupetit-Thouars
angle 27 rue de Picardie
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple
France
Phone : +33 (0)1 44 54 00 84
Mail : contact@fatgalerie.com
Internet Site : www.fatgalerie.com
Description:
DU 12 SEPT AU 31 OCT 09

Fat galerie accueillera le travail du Studio Glithero, duo anglo-néerlandais basé à Londres et formé par Sarah van Gameren et Tim Simpson.

info@studioglithero.com
www.studioglithero.com

FAT GALERIE PRÉSENTE LE STUDIO GLITHERO

[17:00-21:00] LHK18 - Group show
Location:
Galerie LHK
6, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 74 13 55
Mail : info@galerielh.com
Internet Site : www.galerielh.com
Description:
Neïl Beloufa, Emmanuelle Lainé, Bertrand Lamarche, Vincent Mauger, Sylvain Rousseau & Stéphane Vigny

12 Septembre-fin octobre 2009

[17:00-18:00] [Deauville] RENDEZ-VOUS AVEC ANDY GARCIA
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Salle Lexington du C.I.D

[17:30] Inauguration de l'exposition « Le rideau de fer »
Location:
Jardin du Luxembourg
19 bis, rue de Vaugirard
75006 Paris
M° RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 42 64 33 99
Internet Site : www.senat.fr
Description:
Jeu de Longue Paume

[17:30-17:40] [Deauville] Photo Call Scott Sanders et Michael Jai White
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Pour BLACK DYNAMITE








[18:00] Expo de Jean-Joseph Renucci "Parsley, Sage, Rosemary and Thyme"
Location:
Galerie Baraudou Schriqui
62, rue Saint-Sabin
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)9 53 47 41 62
Mobile : +33 (0)6 08 89 32 68
Mail : paris@galeriebaraudou.com
Internet Site : www.galeriebaraudou.com
Description:
12 septembre - 10 octobre 2009
Vernissage : Samedi 12 septembre à partir de 18H

En septembre 2008,(...) assis à la terrasse d'un café, Jean-Joseph Renucci répond au téléphone. pendant qu'il discute, il crayonne machinalement sur un bout de papier le nom de l'auteur du livre posé à côté de son verre en reprenant la typographie de l'édition :Russell Banks. En raccrochant, il se rend compte qu'il lui a accolé un autre nom : Johnny Cash. Banks et Cash, l'écrivain engagé et le chanteur de country, qui fut le premier à se produire dans les prisons, se trouvent ainsi ironiquement appariés par les voies de l'inconscient avec deux noms qui véhiculent, paradoxalement, l'image d'une amérique impérialiste.
Amusé par le jeu de langage qui s'opère à travers cette rencontre incongrue, Jean-Joseph Renucci se met alors à travailler à d'autres ready made du signifiant en dressant une liste de patronymes anglais de personnages célèbres. les couples se forment alors naturellement : Barry White et Frank Black, Mel Brooks et Lou Reed, Shirley Temple et Alonzo Church, Courtney Love et Bob Hope, etc. (...)
lorsqu'il songe à une mise en forme possible pour matérialiser ce répertoire in progress, Jean-Joseph Renucci prend le parti d'écarter le signifiant pour travailler sur le signifié. Le langage chassé, les images reviennent au galop… se met alors en place une iconothèque de portraits, issus de wikipedia pour la plupart, uniformisés en noir et blanc et obéissant à un même format de 40 x 30 cm. posés côte à côte, ces duos de personnages, que rien a priori ne rapproche, évoquent des images de défunts anonymes et hors du temps. soumis à une esthétique réduite au strict minimum et amputés de leur nom de famille, leur aura – on serait tenté de dire leur dimension people-s'évaporerait presque. Il est même permis de douter que ces célébrités aient jamais existé. (...)
extraits du texte de Soave Profumo

[18:00] Exposition "Le cercle"
Location:
Galerie Art' et Miss
14, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 43 57 37 42
Fax : +33 (0)8 21 90 17 48
Mail : artetmiss@free.fr
Internet Site : www.artetmiss.fr
Description:




[18:00] Exposition "Le délire des sages" de Norton Maza
Location:
Bendana-Pinel Art Contemporain
4, rue du Perche
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Rambuteau, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 74 22 97
Fax : +33 (0)1 42 74 25 29
Mail : galerie@bendana-pinel.com
Internet Site : www.bendana-pinel.com
Description:
du 12 septembre au 24 octobre 2009

[18:00-21:00] Exposition d'Erwin Olaf "Laboral Escena", oeuvres récentes
Location:
Galerie Magda Danysz
78, rue Amelot
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 45 83 38 51
Fax : +33 (0)1 45 83 38 51
Mail : magda@magda-gallery.com
Internet Site : www.magda-gallery.com
Description:
du 12 septembre au 10 octobre 2009

Après un début d'année marqué par de nombreuses rétrospectives muséales, Erwin Olaf présente ses œuvres récentes de la série Laboral Escena. Ces photographies rendent hommage aux œuvres des maîtres classiques tels Velasquez ou Zurbaran auxquels Erwin Olaf se réfère.

Dans chaque image, l'essence de ces peintures du siècle d'Or espagnol transparaît grâce à la technique virtuose du photographe.

[18:00-22:00] Exposition d'HÉLÈNE MOREL
Location:
Espace Culturel Mompezat
Société des Poètes Français
16, rue Monsieur le Prince
75006 Paris
M° Odéon, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 40 46 99 82
Fax : +33 (0)1 40 46 99 11
Mail : stepoetesfrancais@orange.fr
Internet Site : stepoetfrancais.eklablog.com
Description:
du 12 au 26 septembre 2009

peintre sur panneaux de bois

[18:00-21:00] Exposition de Mo Maurice Tan "International Business Traveller"
Location:
Addict Galerie
14/16, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 05 04
Fax : +33 (0)8 71 41 45 39
Mail : info@addictgalerie.com
Internet Site : www.addictgalerie.com
Description:
Vernissage le samedi 12 Septembre 2009 de 18 à 21 h.
du 12 septembre au 7 novembre 2009

Originaire de Singapour, Mo Maurice Tan aime échanger sa tenue de peintre contre le costume de l'homme d'affaires. Il peut de la sorte nous livrer ses impressions sur le monde des mégalopoles, des autoroutes, des gares...
Des salons d'aéroports aux chambres d'hôtels, de New-York à Tokyo Paris ou Londres, son carnet de voyage s'inspire de conversations volées à des déjeuners d'affaires, décrit la rumeur des halls d'hôtels et les ambiances de quais de gares.

Le peintre tente de comprendre comment ces hommes et ces femmes mangent, dorment, se déplacent en guettant le prochain avion. Ses « vignettes de vie » saisies à partir d'un taxi restituent son regard d'architecte posé sur la ville pour la sublimer ou la critiquer.

Les personnages, noyés dans le paysage urbain, évoluent dans un anonymat fantomatique. Ses perspectives architecturales donne le vertige. Sa palette réduite à une gamme de gris confère une épaisseur presque tactile aux murs de béton, symboles de la modernité des mégapoles.

Les coulures de ses tableaux font « suinter » la ville, figée alors dans l'espace et le temps, comme suspendue au sein d'une évolution trop rapide. L'artiste révèle admirablement les tensions des grandes cités et la solitude microscopique de ses habitants.

Cependant, Mo Maurice Tan reste influencé par la culture chinoise et ses reproductions de paysage. Ses cadrages, typiques de sa manière, cherchent à éliminer par le blanc c'est à dire par le vide les éléments qu'il propose à l'oeil. Oscillant entre tradition et modernité, il nous abandonne à l'atmosphère glaçante d'une lumière tranchante qui découpe les buildings dans un emboîtement de masses géométriques.

Animé par un sentiment de répulsion fascinée, Mo Maurice Tan cherche la place de l'homme dans la démesure des espaces urbains contemporains.

[18:00-22:00] Exposition de Mounir Elaloussi
Location:
Galerie Gratadou-Intuiti
Galerie Intuiti
16, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Mobile : +33 (0)6 82 83 26 29
Mail : cg@galerie-intuiti.com
Internet Site : www.galerie-intuiti.com
Description:
Exposition de Mounir Elaloussi

[18:00] Exposition de Natacha Sadoun "Le Vide Clair"
Location:
Galerie Brissot Art Contemporain
48, rue de Verneuil
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 96 08 92
Mobile : +33 (0)6 07 36 29 44
Fax : +33 (0)1 42 96 08 64
Mail : galeriebrissot@orange.fr
Internet Site : www.contemporaryart-gallery.com
Description:
8 Septembre au 3 Octobre 2009
Vernissage 12 Septembre à partir de 18h

L'œuvre créatrice de Natacha Sadoun interroge l'essentialité des formes et des matières, à la recherche de « cet inconscient du temps qu'est la survivance » telle la Mnémosyne d'Aby Warburg.
Imaginées d'abord par le calcul de la géométrie des formes, puis expérimentées par l'alliance de matières pauvres , fragiles et légères ( coton, papier, gaze ) à la lourdeur de métaux, lignes et forces de l'œuvre atteignent juste leur point d'équilibre créant un « moment »dont la lumière engendre la nature.

L'exposition « le vide clair » répond à deux ordres:

L'Ordre du Visible
Sous le mot « clair », il faut entendre non seulement ce qui est exposé à la lumière directe, de l'ombre aux transparences, mais de ce que la photographie au moment de l'achèvement de l'oeuvre peut révéler de nature intrinsèque.
L'Ordre du Silence
Sous le mot « vide »,il faut comprendre le vide originel, dont chaque composition fait écho d'une existence comme suspendue à un événement survenu ou qui ne survient pas, mais dont la dramaturgie est palpable.

La sculpture « l'envol »

Bergson écrivait que l'homme agissant imprime un filet à la matière, et ce filet, c'est le temps.
Natacha Sadoun nous invite au voyage osirien avec une pureté de perception, loin de toute convention matérielle, de sorte que le réalité de l'œuvre porte l'Idéalisme de l'âme, et ouvre un champ de méditation sur une poétique spatiale de l'éternité.

[18:00-21:00] Exposition de Raphaël Julliard "A traits tirés"
Location:
Galerie Lucile Corty
2, rue Borda
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 44 78 91 14
Mail : info@lucilecorty.com
Internet Site : www.lucilecorty.com
Description:
Vernissage Samedi 12 Septembre 18-21h
Exposition du 15 Septembre au 17 Octobre 2009
du mardi au samedi de 14h à 19h et sur RDV

Raphaël Julliard est né en 1979, il est diplômé de l'écal et de l'Ecole Supérieure des Beaux- Arts de Genève.
Raphaël Julliard vit et travaille à Genève, A trait tirés est sa première exposition personnelle à Paris.

Disons de Raphaël Julliard qu'il est un constructeur de schèmes. La recherche d'une structure intermédiaire entre la force de l'évolution et la réalisation étant en effet constitutive de son travail.
L'artiste sait profiter à loisir du fait que ce processus de construction ne soit pas figé et bel et bien adaptable. Riche de cette liberté, le processus créatif de Raphäel Julliard peut alors passer par la contrainte de la déconstruction.

L'artiste assemble, combine, inverse, pour arriver à une distorsion du réel l'amenant à une nouvelle réalité. Animé par ce désir de comprendre ce qui l'entoure et afin de pouvoir en restituer sa compréhension, Raphaël Julliard bouleverse les mots, les idées, prend des détours pour mieux arriver au but.

Il s'agit pour lui de changer de sens, autant en terme de directions qu'en terme de significations. Ceci explique que les œuvres de Raphaël Julliard soient souvent surprenantes car fréquemment empreintes de différences formelles conséquentes.
L'artiste s'attarde en premier lieu sur la perception de ressemblances apparentes pour mettre en évidences que ces dernières mènent finalement à des différences.

[18:00] Exposition de frank selby "a house that will never be built"
Location:
Galerie Jeanroch Dard
13, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 27 35
Mail : info@jeanrochdard.com
Internet Site : www.jeanrochdard.com
Description:
du 12 septembre 2009 au 10 octobre 2009
vernissage le samedi 12 septembre 2009 à partir de 18 heures

né à palm spring, californie, en 1975, frank selby vit et travaille en caroline du nord.
dessinant à partir de photos de presse, d'images tirées de films et d'impressions mentales, le travail de frank selby explore la marque de l'index comme signe d'absence. la plupart de son travail actuel est basé sur les erreurs, les failles et les échecs de communication. n'importe quel conflit entre des gens est toujours un emmêlement linguistique, et il travaille avec des versions de ces dialogues les problématise davantage. les images de soulèvements, de guerres, d'émeutes et d'affrontements trouvées dans son travail sont approchées en tant que des instances de groupes de gens pour lesquels l'échec de la langue a créé une crise. ces crises sont elles-mêmes des formes de communication et aussi faillibles que n'importe quelle formulation linguistique. d'une certaine façon, la crise est signifiant ou une représentation du désaccord sous-jacent. de cette manière l'ensemble des idées est absent de l'action, comme n'importe quelle représentation d'une chose ou d'une idée implique son absence. la documentation, la discussion, l'historicisation et la mystification des crises nous éloignent d'autant plus des idées. la possibilité d'une compréhension véritable des évènements extrêmement faible. dans leur relation provisionnelle à l'interprétation, les émeutes et guerres et monuments et ruines dépeintes dans ses textes et images ont une relation de mise entre parenthèses avec la pratique de l'art et son interprétation, et en fait avec l'écosystème de la volonté artistique dans son ensemble.


"ppoolliiccee", 2009
crayon sur polyester
36 x 52 cm

[18:00] Photographies de Lydia LABERTRANDIE "Sur les routes d'Asie"
Location:
Galerie Conviv'Art
Clos Pasteur
Pouilly-le-Fort
77240 Vert-Saint-Denis
M° RER D Cesson
France
Phone : +33 (0)1 64 09 68 71
Mail : annie.zitter@free.fr
Internet Site : galerieconvivart.canalblog.com
Description:
Du samedi 12 septembre au samedi 10 octobre

[18:00-21:00] Vernissage d'Iris Levasseur "TAUROMACHIE"
Location:
Galerie Odile Ouizeman
10-12, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 91 89
Fax : +33 (0)1 42 71 94 13
Mail : contact@galerieouizeman.com
Internet Site : www.galerieouizeman.com
Description:
12 septembre/14 novembre 2009
Vernissage samedi 12 septembre 18h/21h

Alors qu'elle installe ses personnages dans l'arène de la comédie humaine, Iris Levasseur aborde sa nouvelle exposition A cuerpo limpio, cette expression signifiant que l'on approche le taureau à corps découvert, sans utiliser cape ou muleta pour fixer son attention et le conduire.

« D'une manière générale, on peut dire que la règle tauromachique poursuit un but essentiel : outre qu'elle oblige l'homme à se mettre sérieusement en danger (...) à ne pas se défaire n'importe comment de son adversaire, elle empêche que le combat soit une simple boucherie ; aussi pointilleuse qu'un rituel, elle présente un aspect tactique (...), mais elle présente aussi un aspect esthétique. »[1]

C'est effectivement un corps à corps qu'elle livre avec la peinture, Beckmann, Dix, les peintres allemands plus particulièrement.
De Beckmann elle garde sa faculté de peindre "des grandes actions dramatiques à contenu humain", cependant elle veille à ce que la forme picturale qu'elle met en place garde ses distances de l'expressionnisme.

Le corps à corps se poursuit et s'intensifie lorsqu'elle s'immerge physiquement dans la toile et peint des formats de plus de 3 mètres sur 2.
« Lorsque je travaille un tableau, il y a tout d'abord une distance qui s'instaure avec la toile. Puis l'espace se réduit et je me rapproche physiquement lors d'incessants allers-retours. Les plus beaux moments, je le sais intuitivement, sont ceux du danger, là où je risque de tout foutre en l'air. Pendant ces interstices de temps, je réalise que si je recule, je peux facilement anéantir la toile qui respire encore et si je vais de l'avant je risque de perdre tout ce qui est acquis. La situation semble sans issue : c'est à ce moment précis que naissent les moments de grâce. C'est alors que l'action précède toute pensée: on est dans une urgence totale. Ces périodes temporelles sont courtes mais elles semblent toujours s'étirer de manière infinie. Ce sont les seuls moments de peinture. »

Son désir profond est de peindre des corps dont la consistance s'apparente à ceux qui peuplent les rêves : lourds et fluides à la fois avec la possibilité de les traverser.
Elle s'y emploie et révèle des corps-mémoires qui mêlent désir, violence, peur et doutes. Singularité des corps interpellant notre condition humaine et son aptitude au mouvement, aux rencontres, aux échanges et aux évolutions.

Ces corps surgissent. Elle peint « l'apparaissant » et sème ainsi le doute.
« il ne s'agit ni de réalisme, ni de narrations. Convertir ces regroupements d'individus des deux sexes en histoires quotidiennes ou en scènes psychologiques, ce serait les appauvrir et leur imposer un sens unique, alors qu'ils peuvent en suggérer plusieurs. Cet homme allongé meurt-il ou dort-il ?
Ceux qui l'entourent sont-ils les témoins d'un accident banal ou faut-il y reconnaître une version actuelle des Saintes femmes au tombeau du Christ ? »[2]

La violence qu'Iris Levasseur croise chaque jour ne reste pas à la porte de l'atelier.
Elle se diffuse également dans ses couleurs c'est pourquoi la parabole tauromachique se déploie aussi bien dans ses scènes dionysiaques (La Nuit, huile sur toile, 200x210 cm, 2009) que dans celles où les personnages se regroupent dans un silence assourdissant (Déposition, huile sur toile, 215x195, 2009).

Comme les corps nus de Francis Bacon qui baignent dans un espace dépouillé, sur une plate-forme ellipsoïdale semblant les aspirer dans un mouvement qui se transmet des corps à l'espace, Iris Levasseur structure l'espace en se bornant à évoquer une sorte d'estrade, un encadrement de porte, et au final un lieu vraiment clos, arène implacable où les corps se débattent entre pesanteur et apesanteur, incarnation et épiphanie.

« Les muscles de l'encolure du taureau sont transpercés et peut-être même tranchés par le dard en fer de la pique du picador. Sa tête fléchit jusqu'au sol, permettant au matador de porter ses coups d'épée sur le garrot et les épaules, facilitant le chemin jusqu'au coeur du taureau. L'énergie brute avec laquelle la bête s'était précipitée dans l'arène s'est rapidement muée en un épuisement spectaculaire de l'animal qui piétine désormais le sol en rejetant des quantités phénoménales de sang, prisonnier à jamais d'un torrent gelé d'informations et de stimuli, si bien qu'il sent par vagues que sa propre mort assiège son désir pur de rester en vie. Humer l'odeur des fleurs pendant qu'il est encore temps. »[3]

[1] Michel Leiris, L'Âge d'homme, Paris ,1939, Gallimard.
[2] Philippe Dagen, in Le Monde 2 , Les corps de rêves d'Iris Levasseur, 22 août 2009.
[3] David Wojnarowicz, Au bord du gouffre, ed 10/18 domaine étranger.

Vernissage d'Iris Levasseur "TAUROMACHIE"
La nuit, 2009
Huile sur toile
200 x 210 cm

[18:00-21:00] Vernissage d'Olivier Leclercq "Bonome Leclercq et ses chemins"
Location:
Association pour l'estampe et l'art populaire
Atelier Velasco-Meller
49 bis, rue des Cascades
75020 Paris
M° Jourdain, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 47 97 05 35
Mail : mel.vel@wanadoo.fr
Internet Site : www.estampe-artpopulaire.com
Description:
Linogravures d' Olivier Leclercq

du 11 au 20 septembre 2009
Vernissage le samedi 12 septembre à 18h
Exposition ouverte tous les jours de 15h à 20h

"Le bonome Leclercq cherche à marcher du même pas que tous les artistes populaires qui viennent avant lui. Peut-on dans une atmosphère de cités surpeuplées, de machines, et avec une âme déchirée par la fureur des moyens de communication y arriver aujourd'hui?

Peut-on avec des moyens simples retrouver «les parfums des Châteaux, des Saxes, des bois de saules…» ?

L'association pour l'estampe et l'art populaire vous apporte la réponse…"
(Olivier Leclercq)

Vernissage d'Olivier Leclercq "Bonome Leclercq et ses chemins"

[18:00-21:00] Vernissage de Carmelo Arden Quin "domaine"
Location:
Galerie NMarino
Galerie Nery Mariño
8, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 49 75
Mobile : +33 (0)6 72 51 99 92
Mail : galerienmarino@gmail.com
Internet Site : www.artameriquelatine.com
Description:
DU 13 SEPTEMBRE AU 21 NOVEMBRE 2009
du mardi au samedi 14h/18h
Vernissage le 12 septembre à 18h

Vernissage de Carmelo Arden Quin "domaine"

[18:00-21:00] Vernissage de Fabrice Gygi
Location:
Galerie Chantal Crousel
10, rue Charlot
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 38 87
Fax : +33 (0)1 42 77 59 00
Mail : galerie@crousel.com
Internet Site : www.crousel.com
Description:
SEPTEMBER 12 - OCTOBER 24

Vernissage de Fabrice Gygi

[18:00-21:00] Vernissage de Jochen Gerner
Location:
Galerie Anne Barrault
51, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 51 70 02 43
Mobile : +33 (0)6 62 28 51 68
Mail : info@galerieannebarrault.com
Internet Site : www.galerieannebarrault.com
Description:
Du 12 septembre au 31 octobre 2009

Pour sa deuxième exposition personnelle à la galerie anne barrault, Jochen Gerner présente un ensemble d'oeuvres inédit, dont les quatre éléments, la terre, l'air, l'eau et le feu, constituent le fil conducteur.

Fidèle au procédé OuBaPien, (l'OuBaPo étant à la bande dessinée ce que l'OuLiPo est à la littérature), Jochen Gerner choisit, comme support pour la réalisation de ses dessins, des documents imprimés, tels que des cartes postales, des couvertures de livres, et des cartons d'emballage.

Ainsi, dans la série intitulée "Panorama du feu", une cinquantaine de fascicules de bandes dessinées des année 50,60,70 compose la base du projet. En travailllant directement sur les couvertures avec de l'encre de Chine, et en insérant en creux des pictogrammes, Jochen Gerner fait apparaître un grand champ de bataille nocturne, zébré de tirs et de déflagrations, comme un écran d'observation d'une salle d'état-major.

Par ce traitement, il analyse l'esthétique de la bande dessinée de la période de la guerre froide, où la menace d'un conflit était un sujet récurrent des médias d'alors.

"Panorama du froid" rassemble plusieurs dizaines de cartes postales touristiques des années 80, 90 et 2000. Par un procédé de recouvrement à l'acrylique Jochen Gerner redessine les formes élémentaires des reliefs et des architectures. Avec des couleurs d'une gamme polaire, le paysage disparaît au profit d'une glaciation géométrique et de champs d'icebergs.

Non sans humour, il nous livre également son carnet intitulé "Branchages", dont il a malicieusement rempli les pages une à une, lors de ses conversations téléphoniques, entre 2002 et 2008.

Sous un aspect ludique et jubilatoire, l'approche de Jochen Gerner recèle un paradoxe d'une grande efficacité plastique : en intervenant sur les formes initiales, il en révèle l'architecture ; apparemment iconoclaste, il dialogue avec elles jusqu'à la création d'une oeuvre originale. Cette dernière, véritable radioscopie, présente une avancée nouvelle dans la recherche de l'artiste sur la "possibilité infinie de rapports entre l'écrit et l'image", et sur l'alchimie entre texte et visuel.

[18:00-21:00] Vernissage de Laure Tixier "My Cities"
Location:
Galerie Polaris
Bernard Utudjian
15, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 72 21 27
Mobile : +33 (0)6 12 22 77 15
Fax : +33 (0)1 42 76 06 29
Mail : contact@galeriepolaris.com
Internet Site : www.galeriepolaris.com
Description:
Du 12 septembre au 10 octobre 2009

[18:00-21:00] Vernissage de Meredyth Sparks "Everything we have loved is lost"
Location:
Galerie Frank Elbaz
66, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 50 04
Fax : +33 (0)1 48 87 52 93
Mail : info@galeriefrankelbaz.com
Internet Site : www.galeriefrankelbaz.com
Description:
Vernissage le samedi 12 septembre
Exposition jusqu'au 7 novembre 2009
du mardi au samedi de 11h à 19h

A l'occasion de l'exposition, sortie du livre:
Meredyth Sparks, essais de Nicolas Bourriaud et Robert Hobbs
Publié par Monografik Editions, Galerie Frank Elbaz, Elizabeth Dee Gallery

Vernissage de Meredyth Sparks "Everything we have loved is lost"

[18:00-21:00] Vernissage de Thomas Lélu "Works with Kongo"
Location:
Galerie Dominique Fiat
16, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 40 29 98 80
Fax : +33 (0)1 40 29 07 19
Mail : info@dominiquefiat.com
Internet Site : www.dominiquefiat.com
Description:
Vernissage 12 septembre 18h - 21h
Exposition 12 septembre - 31 octobre 2009

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "6 artistes se livre(nt)"
Location:
Galerie Alberta Pane
ex : Kernot Art Gallery
47, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 43 06 58 72
Mobile : +33 (0)6 11 29 40 94
Mail : info@galeriealbertapane.com
Internet Site : www.galeriealbertapane.com
Description:
6 artistes se livre(nt) :
Gayle Chong Kwan
Marie Denis
François de Gourcez
Rossy de Palma
Michelangelo Penso
Emmanuel Régent

une carte blanche à Adrien Pasternak

du 15 septembre au 31 octobre 2009
Vernissage le samedi 12 septembre à partir de 18h

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Capturing Time"
Location:
Kadist Art Foundation
19 bis, rue des Trois Frères
75018 Paris
M° Abbesses, Anvers
France
Phone : +33 (0)1 42 51 83 49
Fax : +33 (0)1 42 51 83 49
Mail : contact@kadist.org
Internet Site : www.kadist.org
Description:
un point de vue sur la collection Kadist proposé par Jeremy Lewison

13 septembre - 8 novembre 2009
Vernissage samedi 12 septembre de 18h à 21h

Christiane Baumgartner
Zarina Bhimji
Katinka Bock
Tacita Dean
Elizabeth McAlpine
Simon Starling

Kadist Art Foundation a le plaisir d'annoncer la première exposition conçue à partir
 d'un ensemble d'œuvres de sa collection
et sélectionnées par Jeremy Lewison,
membre du comité de la Fondation.

En tant que thème récurrent dans l'histoire de l'art, la notion de temps a toujours intéressé les artistes : la tradition de la vanité dans les natures mortes, les autoportraits d'un Rembrandt en observant les effets sur son propre visage, ou encore les descriptions de la lumière déclinante dans les tableaux Impressionnistes, furent les véhicules de la contemplation du passage du temps. Au XXè siècle, le film, un medium fondé sur le temps, est devenu un dépositaire naturel de ces recherches. Temps et mouvement sont un binôme indissociable, car le temps est un flot continu. Certains peuvent souhaiter que le temps se suspende, d'autres vouloir voyager dans une période révolue, physiquement ou par la mémoire. L'impermanence de la vie, son rythme implacable et sa tendance à l'autodestruction continuent de préoccuper les artistes.

Le temps est également un concept lié à la notion même de collection, puisque la collection Kadist révèle une histoire de goûts individuels et collectifs à des moments donnés. Kadist Art Foundation a commencé par constituer une collection avant d'ouvrir un espace d'exposition. Pendant plusieurs années, le fait de collectionner a permis de construire l'identité artistique de la fondation.
Exposer une collection revient toujours plus ou moins à faire une sorte d'état des lieux : prendre du recul, regarder en arrière avant de construire l'avenir.
La programmation de Kadist et sa collection sont intimement liées - tant à travers le programme de résidences et d'expositions que dans ses choix d'acquisition - et privilégie des points de vues spécifiques. Ainsi, la première présentation de la collection ne constitue pas une vision d'ensemble mais plutôt l'expression d'un regard particulier. Inviter les membres du comité de Kadist à concevoir des expositions à partir de la collection, permet également de refléter l'identité de la fondation.

[18:00] Vernissage de l'exposition collective "Cargo - Paris 2009"
Location:
Les Voûtes
19, rue des Frigos
75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand, Quai de la Gare
France
Mail : lesvoutes@lesvoutes.org
Internet Site : www.lesvoutes.org
Description:
couloirs du 1er étage

« Le thème du projet Cargo, tel qu'il est conçu pour Paris, est l' « institutionnalisme ». Ce qui nous intéresse est une réflexion artistique du mécanisme de l'institutionnalisme, que nous percevons comme un epartie « contaminée » de la nature humaine. Nous souhaitons poser la question des mécanismes figés, des stéréotypes et de leurs conséquences. Paris se prête bien à ce type de questionnement – un grand nombre d'institutions y vit le jour, qui influencèrent, modifièrent ou créèrent des modèles de fonctionnement de toute une série de systèmes sociaux. Notre projet n'est pas limitatif, notre thème pose des limites ouvertes – il est possible de déborder formellement de ce cadre dans toutes les directions. C'est là aussi une des idées principales de Cargo – laisser aux artistes le plus d'espace possible pour leur propre interprétation.

Les artistes ont la possibilité de préparer leurs projets à l'avance, la réalisation elle-même a lieu à Paris. La réalité du lieu choisi est décisive pour le sens du projet, mais ce fait n'est pas une obligation. C'est l'approche à laquelle nous avons abouti sur la base des précédents projets Cargo. »

Jan Horak, commissaire

Participants : Jana Kalinova, Barbora Klimova, Anita Somrova, I. Korpacewski, Dominik Lang, Jan Nalevka

Projet soutenu par la société Le Chèque Déjeuner et le Centre tchèque

[18:00] Vernissage du PG GROUP
Location:
Galerie Rabouan-Moussion
11, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 87 75 91
Mobile : +33 (0)6 10 82 39 77
Fax : +33 (0)1 42 71 42 81
Mail : rabouanmoussion@noos.fr
Internet Site : www.rabouan-moussion.com
Description:
du 12 septembre au 31 octobre





[18:00-18:40] [Deauville] Photo Call et Conférence de presse Louie Psihoyos, Ric O'Barry et L
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Pour THE COVE

[18:30] Exposition de CHARLEY LIMI
Location:
La 23ème marche
librairie-galerie
48, rue du Général de Gaulle
1er étage
95430 Auvers-sur-Oise
M° Gare SNCF Auvers-sur-Oise
France
Phone : +33 (0)1 30 36 82 77
Mail : contact@la23ememarche.com
Internet Site : la23ememarche.over-blog.com
Description:
du 8 septembre au 1 novembre 2009
VERNISSAGE SAMEDI 12 SEPTEMBRE 2009 A PARTIR DE 18h30

Je peins comme une évidence.
Comme une transpiration colorée de toutes mes émotions qui exsudent.
Mes doigts se font pinceaux et mes ongles couteaux.
D'abord j'aime recouvrir la toile vierge d'un jus pastéllisé et lui donner une délicate teinture.
Je mélange les couleurs à la sortie du tube dans la paume de la main qui devient palette et qui me laisse le champ libre pour creuser, strier, griffer, dessiner, caresser la toile dans un mouvement maîtrisé à la recherche de la lumière.
La quête des éclats de couleurs qui suggèrent le motif ou traduit une sensation.
Je cherche à traduire un élan, à imprimer une vision enfouie.
Je compose une partition ou les touches de couleurs se font note(s). Je transforme la matière en pâte, la pâte en grain, le grain en soie, la soie en miroir.
J'attends le miracle qui me guide, l'équilibre des tons, l'harmonie des formes.
La peur s'en mêle, le tourment des contraintes aussi.
Mais une joie inextinguible, presque égoïste, m'inonde.
Et arrive l'instant où la toile me repousse et ne veut plus de moi. Comme on donne la vie.
Avec l'infini du doute et le bonheur immense de partager.
Je peins mes états d'âme.
Avec conviction.
Comme la nécessité de respirer pour vivre bien.

CHARLEY LIMI

[18:30] Exposition de photographies « Sens #5, le toucher » de Crocus
Location:
Les Souffleurs
7, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 04 92
Mail : lessouffleurs@gmail.com
Internet Site : www.myspace.com/lessouffleurs
Description:
« Une main posée le long de la cuisse, une autre derrière le cou, ou encore des doigts pénétrant une chevelure… Cette exposition mêle sensibilité, retenue et poésie. Le cinquième sens est celui du toucher, d'où ces prises de vue en gros plans, instantané d'un frôlement, quand la paume de la main effleure la peau de l'aine, quand la main droite enlace la gauche. »
Alain Gravelet

http://www.caribou-chroniques.net









[19:00-22:00] Amen - Elzo's Exhibition
Location:
Carhartt Store
66, rue Saint-Honoré
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Châtelet, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 40 13 99 93
Internet Site : www.carhartt-streetwear.com/stores/5894
Description:
Carhartt et l'artiste belge Elzo vous invitent au vernissage de l'exposition Amen le samedi 12 septembre de 19h à 22h.

Après Bruxelles, l'exposition d'Elzo s'arrête à Paris.
Venez découvrir ses images grotesques ultra-colorées dans un style mêlant pop art, surréalisme ou encore imagerie psychédélique des sixties.

À noter qu'un pack spécial sera proposé en édition limitée comprenant une sérigraphie signée et un t-shirt…

[19:00] Expo de Tafil Musovic "Dans le jardin de la Raison"
Location:
Centre Culturel de Serbie et Montenegro
123, rue Saint-Martin
75004 Paris
M° Châtelet, Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 50 50
Fax : +33 (0)1 42 72 52 80
Mail : info@ccserbie.com
Internet Site : www.ccserbie.com
Description:
Dans le cadre de la Semaine des cultures étrangères - organisée par le FICEP - Forum international des Centres culturels étrangers à Paris

"Je ne suis pas illustrateur des idées, je suis peintre qui s'appuie sur la tradition de la peinture européenne (de la renaissance vénitienne jusqu'à Francis Bacon). Je suis conscient qu'une telle idée ne peut pas être peinte. Ainsi, ce n'est pas l'idée que j'ai peint mais les portraits de certains acteurs de ce « jardin de la raison »".

Tafil Musovic
Diplomé de l'Académie des Beaux Arts de Belgrade,
il vit et travaille à Amsterdam aux Pays Bas.
www.tafilmusovic.com

[19:30] Inauguration des expositions « Camarades, c'est fini »
Location:
Institut Hongrois de Paris
92, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 06 44
Fax : +33 (0)1 43 26 89 92
Mail : info@instituthongrois.fr
Internet Site : www.instituthongrois.fr
Description:
Inauguration des expositions « Camarades, c'est fini », affiches politiques chroniqueurs d'une ère nouvelle et «20 / 21» vingt et un artistes hongrois vingt ans après le changement de régime



20h30 : cocktail












[22:30-23:50] Soirée du 6ème anniversaire des Cireurs
Location:
Le Cab
Cabaret
2, place du Palais Royal
168, rue de Rivoli
(dans le Louvre des Antiquaires)
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Phone : +33 (0)1 58 62 56 25
Fax : +33 (0)1 58 62 56 40
Mail : info@cabaret.fr
Internet Site : www.cabaret.fr
Description:
L'Open-Bar à la vodka Wyborowa étant privé, seules les personnes avec leur laissez-passer seront admises de 22h30 à Minuit.

Dress Code : Chic

Pour être sur la liste d'invités de la soirée ou faire vos réservations, vous utiliserez votre code V.I.P. (ci-dessous) sur le site web puis vous vous enregistrerez dans la rubrique 'laissez-passer VIP'.
Vous recevrez alors votre laissez-passer par mail.
Les réservations de tables sont indépendantes de la liste d'invités.

Merci donc de répondre et de réserver directement sur le site web :
==> http://www.cireurs-private-club.com
==> Votre code V.I.P. : CBI














[23:00] A MAN ON THE MOON /// SPECIAL ED
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
/// OPEN BAR SINGHA BEER A 23h ///
/// SPECIAL ED ON THE MIX /// DER DE DER ///
/// WARM UP BY MARINA ///

http://www.facebook.com/event.php?eid=127654979182

12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés