Thursday, November 26, 2009
Public Access


Category:
Category: All

26
November 2009
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6
  Expositions Chomo + Marie MOREL
Location:
Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 58 72 89
Fax : +33 (0)1 42 64 39 78
Mail : info@hallesaintpierre.org
Internet Site : www.hallesaintpierre.org
Description:
10 septembre 2009 – 7 mars 2010

Horaires
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Fermeture billetterie à 17h30

Tarifs
Expositions temporaires : 7,50€, tarif réduit 6€


CHOMO
"Le Débarquement Spirituel"

Il y a dix ans mourait Chomo, l'ermite de la forêt de Fontainebleau, artiste total à la fois poète, musicien, peintre, sculpteur, architecte, et auteur d'un film récapitulatif de toute son œuvre, plus long que le Mahâbhârata : Le Débarquement Spirituel. Une véritable légende vivante, dont l'empreinte est profonde sur tous ceux qui l'ont rencontrée.

Des milliers de visiteurs, de toutes conditions, ont été admis, au fil des ans, dans le territoire mythique de son Village d'Art Préludien, sur la commune d'Achères-la-Forêt, non loin du Cyclope de Tinguely et de la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, où est enterré Cocteau, à Milly-la-Forêt. D'Angleterre, des Etats-Unis, d'Allemagne, du Japon, la télévision est venue filmer l'Eglise des Pauvres, le Sanctuaire des Bois Brûlés ou le Refuge, trois chefs d'œuvre de l'architecture spontanée de Chomo, réalisés, comme toute son œuvre, en matériaux de récupération : bois morts de la forêt, grillage, plâtre, bouteilles, tôles de voitures, glanés dans les sous-bois, les décharges publiques et les casses automobiles des environs.

Déjà, en 1960, les derniers surréalistes, André Breton, Dali, Joyce Mansour, Henri Michaux, mais aussi Cocteau, Anaïs Nin, le peintre Atlan, les galeristes Claude Bernard et Iris Clert ou même Picasso, avaient admiré, à Paris, les Bois Brûlés de Chomo, ses assemblages de verre et ses toiles lacérées, dans l'unique exposition qu'il devait consentir avant de se retirer du monde. Par la suite, sur les traces de Clara Malraux, mandatée en son temps par le Ministère des Affaires Culturelles pour faire protéger le site à ses débuts, des personnalités aussi différentes que Bernard Anthonioz, Jacques Attali, Henri-Claude Cousseau, Jean-Hubert Martin, se sont rendues dans le « Royaume » de Chomo, pour voir de plus près celui qui se disait aussi médium et guérisseur et vivait dans une telle symbiose avec ses abeilles qu'une séquence « choc » lui a été consacrée, en 1965, dans un film d'Edouard Logereau, Paris-Secret.

Bernard Lassus, Michel Ragon, les peintres Jean Revol, Lisette Combe et Jean de Maximy, le sculpteur Josette Rispal, les photographes Jean-Paul Vidal, Marcus Schubert, Jean-Claude David, Pascal Brousse, Minot-Gormezano, le psychiatre Gaston Ferdière, Michel Thévoz, de la Collection de l'Art Brut de Lausanne, Jean-Paul Favand du Musée des Arts Forains, John Maizels, de la revue internationale Raw Vision, et beaucoup d'autres ont été parmi les admirateurs et défenseurs de l'univers de Chomo. Clovis Prévost et Antoine de Maximy lui ont consacré un film. J'ai moi-même recueilli les souvenirs et les pensées de Chomo, dans un livre iconoclaste publié en 1978. France Inter, France Culture, Radio Libertaire sont venus enregistrer la poésie sonore, les musiques expérimentales et les propos détonants de cet écologiste avant l'heure, grand pourfendeur de la société de consommation, auquel une Fondation a même été un temps dédiée, destinée à protéger le lieu et l'œuvre de Chomo.

Mais Chomo était un irréductible, et s'il avait décidé de poursuivre son œuvre en-dehors du circuit des galeries et du marché, payant sa rébellion au prix fort de l'inconfort et de la solitude, c'était pour préserver sa liberté totale d'esprit et de création, pour pouvoir sans entraves enseigner sa voie à tous ceux qu'il prenait au piège de son rêve, et pour rester jusqu'au bout fidèle à sa révolte contre une société qu'il estimait gravement dévoyée, sur une planète elle-même en grand danger.

Depuis dix ans, l'univers de Chomo n'est plus accessible au public, et ce créateur inoubliable, ce visionnaire tourmenté par tous les excès de l'inspiration, auteur de centaines d'expériences de tous genres en sculpture, peinture, poésie, musique, cinéma, est en passe de disparaître de l'écran de nos mémoires. Il était temps que la France reconnaisse cet artiste extraordinaire, trop longtemps cantonné dans les curiosités du bord des routes, et rende hommage à celui que le chanteur britannique Jarvis Cocker, dans son road movie Journeys into the Outside (Voyages dans l'ailleurs), tourné l'année même du décès de Chomo, considérait déjà comme un monument du XXème siècle. Ce sera l'honneur et la fierté de la Halle Saint Pierre d'avoir eu, la première, ce souci et ce privilège. Puissent, dans cette lancée, les pouvoirs publics prendre les décisions qui s'imposent afin de consacrer à Chomo, sur le lieu où il a vécu, le musée qu'il mérite.

Laurent Danchin

Commissaires de l'exposition :
Laurent Danchin, Critique d'Art et Écrivain

Martine Lusardy, Directrice de la Halle Saint Pierre






Marie MOREL
"Les trois personnes de l'espace"

Marie Morel est un des plus grands peintres vivants. J'ai beaucoup appris d'elle. J'ai travaillé avec elle sur un grand tableau de six mètres qui fut intitulé « Louise Michel ». Matisse se posait la question : Comment faire pour qu'il n'y ait pas un déséquilibre entre les points faibles de la toile et les points forts, entre des régions puissantes et des fonds vides, entre ce qui s'élève et ce qui s'efface, soudain rejeté dans l'ombre de ce qui s'élève ? Pour que quelque chose surgisse avec densité, ne faut-il pas que quelque chose, à côté, nécessairement s'affaiblisse ? La réponse de Marie Morel est la saturation de tous les points sur la surface dans une marqueterie de scènes intenses. La scène sexuelle représentée en 6.20 est aussi puissamment peinte et aussi bouleversante que celle située en 27.8. Or ni l'une ni l'autre ne sont connaissables panoramiquement. Mais Marie Morel a poussé le problème que se posait Matisse plus loin encore : elle a ajouté au problème du déséquilibre des points faibles et des points forts sur la surface de la peinture le problème du déséquilibre des trois points de vue dans l'espace que la vision de la peinture requiert. Freud disait : il y a deux positions, fort et da. Ailleurs ou là. Absent ou présent. Mort ou vivant. L'art es tout entier dans ce jeu terrible qui joue entre le perdu et l'apparaissant. Mais Humboldt disait : il y a trois positions dans l'espace : hier, da, dort. Ici, là, loin. De ces trois positions dans l'espace dérivent les trois personnes dans la langue : je, tu, il. Par exemple en peinture Je, c'est le nez sur la toile lorsqu'on peint. Tu, le visage ou le buste à mi distance quand on regarde. Il, le corps inconnu qui pousse la porte et aperçoit de très loin la toile.

J'évoque le mouvement incessant du peintre dans l'atelier cherchant l'impossible encablure, l'introuvable vol d'oiseau, l'inexistante « bonne distance » vis-à-vis du chevalet qui supporte la peinture.

Marie Morel associe les trois personnes aux trois positions.

De tout près c'est je, c'est hier, c'est ici. C'est pour ainsi dire le monde interne. C'est le labyrinthe où la mosaïque incruste ses scènes et inscrit se noms. C'est le livre ; Ici, on peut lire les phrases écrites. Ici, on peut entrer à l'intérieur du cadre de chaque saynète.

A mi distance c'est tu, c'est da, c'est là, en face. C'est l'ensemble des couleurs, l'équilibre des formes. C'est le tout se donnant d'assez près pour saisir l'ensemble et percevoir la nature de son contenu (mais plus assez près pour subir l'ascendant de chaque scène sexuelle, plus assez près pour pouvoir lire les mots qui entourent les figures qu'immobilise le désir au sein de chaque petit encadrement de branches mortes).

De loin, c'est il, c'est dort, c'est là-bas, surgissant dans le loin, à partir du loin. Ce sont les grands monochromes abstraits que j'admire tant, c'est la futaie, architecture où l'image se cache, prédateur à l'aguet, autre inconnaissable sur le point de bondir.

Voilà la triple avancée qui me subjugue à chaque fois dans les peintures de Marie Morel.

J'appelle « peintures de Marie Morel » tous les grands formats dès l'instant où ils sont exposés dans l'espace qui est nécessaire aux trois visions. (...)

Pascal QUIGNARD, 2009
Extrait du texte, livre–catalogue Marie Morel

http://www.mariemorel.net


Salon des Vignerons indépendants 2009
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.parisexpo.fr/pexpo/do/Navigate?id=8
Description:
26-27-28-29 novembre: 10h-20h
30 novembre: 10h-18h

Prix d'entrée : 6 Euros

http://www.vigneron-independant.com/auxsalons/

Exposition annuelle de l'association Florence sur le thème IMAGINAIRE
Location:
Espace Commines
17, rue Commines
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 53 56
Fax : +33 (0)1 42 77 81 61
Mail : mc-bouhours@commines.com
Internet Site : www.espace-commines.com
Description:
L'exposition annuelle de l'Association Florence se tiendra du 19 au 29 novembre 2009 sur les quelque 650 m2 de l'Espace Commines à Paris. La thématique retenue cette année est : « IMAGINAIRE ».

9 artistes plasticiens, photographes, vidéastes…, exploreront ce vaste territoire et ses champs multiples, mêlant fantasme pur et traces d'un monde passé, présent, ou peut-être futur...

LA THEMATIQUE 2009 : IMAGINAIRE

Toutes les créations artistiques, d'évidence, appellent par essence à cette faculté de déborder le réel, pour l'artiste comme pour le spectateur, qu'est l'imaginaire. L'imaginaire, ou plutôt les imaginaires recouvrent des champs multiples, des territoires divers, depuis la production d'images par l'esprit aux mondes les plus oniriques, des fantasmagories les plus poétiques aux projets les plus fantaisistes.

Mais dans le monde d'aujourd'hui, quel sens prend le recours à l'imaginaire pour les artistes ? Qu'expriment les artistes contemporains en convoquant cette « fonction de l'irréel » ? Quels sentiments peuvent susciter des oeuvres empruntes de l'imaginaire de leurs créateurs ? Car le réel pouvoir de l'imaginaire ne prend-il pas véritablement corps dans la rencontre de la vision de l'artiste et du regard du spectateur ? Autant de questions que pose, en autant de propositions plastiques et conceptuelles différentes, chacun des artistes choisis par l'Association Florence, et présentés ici.

LES 9 ARTISTES DE L'EXPOSITION

Les combinaisons de figures peintes et découpées de Dominique Gayman ouvrent à un univers baroque et insolite, entre forêt amazonienne et cabinet de curiosité. Réalisées à l'échelle 1, créant une sorte de frontalité, de proximité immédiate, ces scènes semblent évoquer tout à la fois des récits de voyage, d'expéditions lointaines, des rêves de territoires encore inexplorés et des fantasmes d'exotisme.

Chez la cosmopolite Katrin Bremermann, les univers et les moments de l'histoire de l'art s'entrelacent et se superposent. Les frontières entre l'abstraction et la figuration se dissolvent. Ainsi, bribes de réalisme parfois teintées de pop occultées par l'abstraction, aplats de couleurs primaires et lignes géométriques, les images, présentes et oblitérées à la fois, se devinent, images volées entre imaginaire et souvenirs d'un monde vécu, vu ou revu, dans des confrontations visuelles, des tensions entre illusion et réalité, transformant l'oeuvre en énigme et laissant le spectateur face à ses propres scénarios. Des formes, des gestes et des images proposent un autre langage.

Jeanne Clauteaux et Patricia de Gorostarzu, chacune à leur manière, explorent les territoires intimes et évanescents de la mémoire. Les gravures en noir et blanc, souvent à la pointe sèche, de Jeanne Clauteaux, offrent un réel potentiel émotionnel. Ses silhouettes denses et énigmatiques surgissent dans une ambiance presque cinématographique, étranges et inquiétantes, comme dans un film expressionniste, entre rêve et cauchemar, réalité et souvenir confus. Les photographies « à la chambre » de Patricia de Gorostarzu, dans leur dominante sépia, explorent des lieux de vie, chambres, salles de bains, couloirs, qui font écho en nous et invitent aux rêveries nostalgiques, imaginant avec émotion les trajectoires de ces existences singulières, au travers des traces qu'elles ont laissées.

Les peintures de Catherine Olivier, présentes et évanescentes à la fois, se jouent des ombres, de la lumière et de la couleur, pour évoquer, au travers de ces portraits en douces silhouettes, un « état d'âme », quelque chose de l'ordre de la nostalgie, un sentiment plus qu'un souvenir, une atmosphère davantage qu'une image : la sensation d'un après-midi au soleil.

Tiphanie Spencer dessine et peint comme s'exprime l'inconscient : non pas à la manière d'une bibliothèque, ordonnée et bien rangée, mais dans un apparent capharnaüm, bien que poursuivant une logique interne qui bien souvent nous échappe, à moins de s'attacher à en décrypter les symboles. Ainsi le travail de Tiphanie Spencer fonctionne-t-il par glissements : glissement sémantique, associations d'idées et d'images. Elle compose et décompose ses figures, nous fait rentrer dans son univers entre cubisme et surréalisme, dans un esprit proche du « cadavre exquis », ou se mélangent l'actuel et l'intemporel, le passé et le présent.

Les sculptures d'Alice Morlon associent un esprit parfois proche de l'Arte Povera et une certaine forme de primitivisme : cavaliers oniriques, éléments de la nature, bestiaire fantastique rappelant celui de César... Attentive à l'« énergie à l'oeuvre » dans ce qu'elle crée, ses figures totémiques semblent vouloir faire entrer en dialogue la nature et la culture, autour de formes vitales ou organiques, suggérant une relation empathique entre l'homme et la nature, une relation nouvelle et apaisée pour le monde de demain.

Légères, fragiles et insaisissables comme l'âme et les airs, les installations, comme les tableaux-reliefs, de Maryline Pomian expriment une infinie poésie au détour de laquelle se déploie délicatement l'imaginaire. Matériau comme un souffle, un « presque-rien », le papier à cigarette, plié, froissé, plissé, modelé, accumulé, empilé se réinvente en sculptures puissantes et délicates, et l'on rêve de rentrer dans le secret de leurs compositions minimalistes et pures.

Quant à Laurent Pernot, ses vidéos explorent des « espaces aux frontières du réel », des territoires d'un imaginaire silencieux, épuré, contemplatif. Ses images mystérieuses et poétiques surgissent de la nuit et s'évanouissent comme des songes, du visible vers l'invisible, abordant les continents du fantastique et du merveilleux.


Crédit Laurent Pernot


L'ASSOCIATION FLORENCE EN QUELQUES MOTS

L'association Florence est née de la volonté de collectionneurs et d'amateurs d'art de défendre et de promouvoir les talents émergents de l'art contemporain depuis plus de vingt ans. Créée en hommage à Florence, artiste et mécène disparue, elle met en avant chaque année une dizaine d'artistes et leur offre pendant dix jours l'occasion de montrer leurs créations au sein du prestigieux Espace Commines à Paris.

http://www.associationflorence.com

Exposition "Renoir au XXe siècle"
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Du 23 septembre 2009 au 4 janvier 2010
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 10h à 22h. Fermeture le jeudi à 20h.

Organisée par la Réunion des musées nationaux, le musée d'Orsay et le Los Angeles County Museum of Art, en collaboration avec le Philadelphia Museum of Art, l'exposition Renoir au XXème siècle sera sûrement l'exposition la plus en vue pour le dernier trimestre 2009, avant de partir à Los Angeles et à Philadelphie.
L'exposition est construite selon une double perspective : faire redécouvrir une période et des aspects méconnus de l'œuvre de Renoir (les peintures décoratives, les dessins, la sculpture,…), tout en restituant le rayonnement de son art dans la première moitié du XXe siècle en France. Elle rassemble une centaine de tableaux, de dessins et de sculptures de Renoir. Répartis en une quinzaine de sections, ils seront ponctuellement confrontés à des œuvres de Picasso, Matisse, Maillol ou Bonnard, attestant la postérité de Renoir.

Exposition "Astérix au musée de Cluny"
Location:
Musée national du Moyen Âge
Thermes et hôtel de Cluny
6, place Paul Painlevé
75005 Paris
M° Cluny - La Sorbonne, Odéon, RER B Saint-Michel - Notre-Dame
France
Phone : +33 (0)1 53 73 78 16
Mail : contact.musee-moyenage@culture.gouv.fr
Internet Site : www.musee-moyenage.fr
Description:
Informations pratiques :
du 28 octobre 2009 au 3 janvier 2010
Tous les jours sauf le mardi, de 9h15 à 17h45
Fermeture de la caisse à 17h15
Fermé les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Tarifs d'entrée :
Plein tarif : 8 €
Tarif réduit : 6 €
Moins de 26 ans : gratuit (pour les membres de la Communauté Européenne)
Gratuit pour tous le premier dimanche du mois

A l'occasion du cinquantième anniversaire de la naissance du célèbre personnage Astérix, créé par René Goscinny et Albert Uderzo, rendez-vous est pris au musée de Cluny pour un événement inédit, la rencontre de deux monuments nationaux.

Dans le frigidarium récemment restauré des thermes gallo-romains du musée de Cluny, pour la première fois en France, et en exclusivité, sont présentés une trentaine de planches originales, et quelques tapuscrits ayant servi à la conception des albums d'Astérix. Il s'agit principalement de dessins, anciens ou récents, où s'exprime le talent d'Uderzo, associé au génie de Goscinny. C'est l'occasion de découvrir le processus de création et la naissance de ces pages d'albums tels qu'on les connaît, alors que sort le 34e album aux éditions Albert René.

Un dialogue insolite se crée entre le bâtiment de la Lutèce antique, exceptionnellement préservé, et Astérix, témoin d'une antiquité imaginaire. D'autres objets, comme la machine à écrire Keyston Royal de Goscinny, le premier numéro de Pilote (Editions Dargaud qui introduisent la bande-dessinée en France, et dans lequel est publiée la première série des aventures d'Astérix le Gaulois), etc… évoquent la complicité de ces deux créateurs de bandes dessinées qui, en se rencontrant en 1951 puis en imaginant un personnage de l'époque gallo-romaine, ont réussi à conquérir le monde entier (traduction en 107 langues et dialectes). Un écran de télévision permet de visualiser en 3D la réalisation des planches d'Astérix.

Enfin, à l'extérieur, à l'angle du boulevard Saint-Michel et du boulevard Saint-Germain, sur les grilles qui bordent le jardin du musée, sont accrochés des panneaux, qui mettent en parallèle des dessins d'Astérix et quelques-uns des plus célèbres chefs d'œuvre de l'art occidental… (cf. le Radeau de la Méduse de Géricault, qui fait dire à Astérix “Je suis médusé!”).
Parodie ou source d'inspiration ?
Les références historiques, voire anachroniques sont nombreuses dans les aventures du gaulois et Goscinny et Uderzo ont pris un plaisir à parodier de nombreuses scènes historiques (Vercingétorix jettant ses armes aux pieds de Jules César, ...).
Cette exposition est conçue et réalisée par la Réunion des musées nationaux, le musée de Cluny et les éditions Albert.



Critique :
L'exposition correspond parfaitement au lieu, vestige de la Lutèce gallo-romaine, et au frigidarium, qui offre de beaux volumes soigneusement éclairés parfaitement en adéquation avec la contemplation de l'exposition. Quelques curiosités comme la machine à écrire Keyston Royal de Goscinny et le premier numéro de Pilote attestent des premières marches du personnage devenu aujourd'hui un emblème national.
Le moins : même s'il ne s'agit pas de faire un Parc Astérix bis, quelques animations à la destination d'un public enfantin auraient été les bienvenues : dégustation de potion magique, animations sonores ou visuelles...


"L'âge d'or Hollandais - De Rembrandt à Vermeer"
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
sur invitation

Du 7 octobre 2009 au 7 février 2010
Tous les jours de 10h30 à 18h. Nocturne tous les premiers mercredis du mois jusqu'à 21h.

La Pinacothèque de Paris s'associe avec le Rijksmuseum d'Amsterdam pour présenter l'une des périodes les plus intéressantes de l'histoire de l'art : le XVIIe siècle hollandais.
L'exposition présentera un ensemble exceptionnel de plus de cent trente pièces dont une soixantaine de tableaux, une trentaine d'œuvres graphiques (dessins et aquarelles), une dizaine de gravures ainsi qu'une dizaine d'objets pour illustrer de manière très représentative la période (tapisseries, faïences, miniatures en bois, argenterie et verrerie).

08:00  
09:00  
10:00 [10:45] Prix de la Ville de Paris pour les études de genre
Location:
Hôtel de Ville de Paris
5, rue Lobau
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 76 40 40
Internet Site : www.paris.fr
Description:
Fatima Lalem, adjointe chargée des relations femmes / hommes, participera au jury du Prix de la Ville de Paris pour les études de genre

11:00  
12:00 [12:15] médaille de Grand mécène à Gregory Anneberg Weingarten
Location:
Ministère de la culture et de la communication
182, rue Saint-Honoré
3, rue de Valois
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 40 15 80 00
Internet Site : www.culture.gouv.fr
Description:
Cérémonie de remise de la médaille de Grand mécène et de Grand donateur de la Culture à Gregory Anneberg Weingarten

13:00  
14:00  
15:00  
16:00 [16:00-21:00] MADE IN BLACK II
Location:
Galerie Jousse Entreprise
Mobilier d'Architectes
18, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 53 82 13 60
Mail : infos@jousse-entreprise.com
Internet Site : www.jousse-entreprise.com
Description:
27 novembre 2009 -> 02 janvier 2010
Vernissage le jeudi 26 novembre de 16h à 21h

Mobilier d'architectes du milieu du XXème siècle : Jean Prouvé, Charlotte Perriand, Le Corbusier, Pierre Jeanneret, Mathieu Matégot, Jean Royère, Pierre Guariche, Georges Jouve, Alexandre Noll, Serge Mouille, Jean Manneval, Maria Pergay, Michel Boyer, François Arnal/Atelier A, Pierre Paulin, Roger Tallon, Emmanuel Boos, Rick Owens, Kristin McKirdy.


[17:00-22:00] EXPOSITION MARKO STUPAR
Location:
Galerie Roussard
13, rue du Mont Cenis
75018 Paris
M° Lamarck - Caulaincourt, Abbesses, Anvers, Château Rouge
France
Phone : +33 (0)1 46 06 30 46
Fax : +33 (0)1 42 52 38 00
Mail : roussard@noos.fr
Internet Site : www.roussard.com
Description:
55 œuvres originales
Huiles, Gouaches, Pastels, Aquarelles et Dessins

Exposition du 26 Novembre au 24 Décembre 2009
TLJ (dimanche inclus) de 11h à 19h
Vernissage le 26 Novembre 2009 de 17h à 22h

Entrée libre

Marko Stupar est né à Vodenica, à côté de Bozanski Pétrovac, en Bosnie, le 11 novembre 1936. Son enfance est marquée par la guerre et des conditions de vie difficiles. Il se réfugie alors très tôt dans le dessin, croquant dans son petit carnet les paysages des diverses régions de Yougoslavie dans lesquelles il séjourna jusqu'à ses seize ans. Puis, il devint ingénieur dans une usine de machines-outils, tout en suivant des cours du soir à l'école des beaux-arts de Belgrade. En parallèle de cette instruction, il se forme l'œil en fréquentant assidûment les musées de la capitale et découvre avec fascination les maîtres impressionnistes (Monet, Renoir, Pissarro…). À 28 ans, il décide de vivre à Paris, dans cette ville qui le fait tant rêver. C'est avec émerveillement qu'il arpente pour la première fois les grands boulevards, déambule dans les jardins, et se découvre une vocation pour la représentation des paysages urbains. Il débute place du Tertre, sous un pseudonyme, et très vite réussit à se faire remarquer et exposer. Pouvant vivre de sa passion, il se met à voyager et rapporte des vues des villes qu'il découvre. Après s'être établi quelques temps à Dijon, il est revenu à Paris et partage son temps entre sa ville de cœur et son pays d'origine où il a une maison au bord de l'Adriatique dont il aime tant peindre les plages.


[17:00-21:00] Exposition de Gil Potier et Annick Leroy
Location:
Fondation Taylor
1, rue La Bruyère
75009 Paris
M° Saint-Georges
France
Phone : +33 (0)1 48 74 85 24
Fax : +33 (0)1 48 74 98 01
Mail : contact@fondationtaylor.com
Internet Site : www.fondationtaylor.com
Description:
du 26 novembre au 19 décembre

[17:00] Rencontre Éric-Emmanuel Schmitt et Michèle Laroque : "Oscar et la dame rose"
Location:
Virgin Megastore Champs-Élysées
52/60, avenue des Champs-Elysées
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, George V
France
Phone : +33 (0)1 49 53 50 00
Fax : +33 (0)1 49 53 50 41
Internet Site : www.virginmegastore.fr/mon_virgin_megastore_1000.html?magasin=18
Description:
Virgin Café

Rencontre-dédicace

Oscar, garçon de dix ans, séjourne à l'hôpital des enfants. Ni les médecins ni ses parents n'osent lui dire la vérité sur sa maladie. Seule Rose, femme à l'air bougon, venue livrer ses pizzas, communique avec lui sans détour. Pour le distraire, Rose propose un jeu à Oscar : faire comme si chaque journée comptait désormais pour dix ans. Elle lui offre ainsi une vie entière en quelques jours.

Pour qu'il se confie davantage, elle lui suggère aussi d'écrire à Dieu. Dans ses lettres, Oscar avoue ses douleurs, ses inquiétudes, ses joies, son premier amour, le temps qui passe... Une amitié singulière naît entre Oscar et Rose. Tous deux sont loin d'imaginer à quel point cette complicité va bouleverser leur destin.

Né en 1960, normalien, agrégé et docteur en philosophie, Éric-Emmanuel Schmitt est devenu un des auteurs les plus lus et les plus représentés en France comme à l'étranger. Ses livres sont traduits dans 40 langues et plus de 50 pays jouent régulièrement ses pièces.

Éric-Emmanuel Schmitt a déjà adapté au cinéma un de ses précédents romans, Odette Toulemonde. Il reconduit l'expérience avec cette fois-ci la très belle et émouvante histoire d'Oscar et la dame rose. Avec Michèle Laroque dans le rôle de la dame rose et le jeune Amir dans le rôle d'Oscar. Au sujet de Michèle Laroque, Éric-Emmanuel Schmitt a récemment déclaré : « Il y a chez elle cet aspect acide, aigu, énervé, bourru du personnage que j'avais vu, avec en même temps une certaine élégance, une vraie tendresse, une humanité… Je me suis dit qu'elle avait à la fois les épines et les pétales nécessaires pour jouer une rose… ».

Oscar et la dame rose, un film de Éric-Emmanuel Schmitt (Pan-Européenne / Wild Bunch) au cinéma le mercredi 9 décembre


[17:30] comité de pilotage de la « Colline des Arts »
Location:
Société d'Exploitation de la Tour Eiffel
5, avenue Anatole France
Champ de Mars
75007 Paris
M° RER C Champ de Mars - Tour Eiffel, Bir-Hakeim
France
Phone : +33 (0)1 44 11 23 33
Fax : +33 (0)1 44 11 23 22
Internet Site : www.tour-eiffel.fr
Description:
Pilier nord de la Tour Eiffel

comité de pilotage de la « Colline des Arts » co-présidée par Christophe Girard, adjoint chargé de la culture et Marin Karmitz



[18:00-21:00] Exposition "Féminin Pluriel" de Valérie HADIDA
Location:
Galerie Orsel
47 bis, rue d'Orsel
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 51 88 40
Mobile : +33 (0)6 67 95 19 81
Fax : +33 (0)1 42 29 13 00
Internet Site : www.galerie-orsel.com
Description:
du 24 Novembre au 5 Décembre 2009
Vernissage Jeudi 26 Novembre 2009 de 18h à 21h

[18:00] Exposition "Nouvelles Archéologies" de Gerardo Suter
Location:
Sofitel Cannes Le Méditerranée
Hôtel 1835 White Palm
1, Boulevard Jean Hibert
BP 162
06407 Cannes Cedex
M° Gare SNCF Cannes
France
Phone : +33 (0)4 92 99 73 00
Fax : +33 (0)4 92 99 73 29
Mail : H0591@accor.com
Internet Site : www.1835-hotel.com/
Description:
Photographies et vidéos de Gerardo Suter

http://agenda.germainpire.info/img/2009/20091126_Gerardo_Suter_1.pdf
http://agenda.germainpire.info/img/2009/20091126_Gerardo_Suter_2.pdf

[18:00-21:00] Exposition "Tant et temps de réflexions, Opus 2" de Ghyslain Bertholon
Location:
School Gallery
322, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 78 20
Mobile : +33 (0)6 13 50 78 87
Mail : olivier@schoolgallery.fr
Internet Site : www.schoolgallery.fr
Description:
du 24 novembre au 19 décembre 2009
VERNISSAGE ce jeudi 26 novembre de 18h à 21h

(…) une vache semble vouloir s'arracher à une réalité qui n'est la sienne. Présentée sur un blason assez grand pour accueillir les dépouilles des gibiers les plus gros, le cul du paisible bovidé, dernier des Trochés (présentés de face) de Ghyslain Bertholon. Anus, vulve et mamelles de l'herbivore en lieu et place des crinières et crocs du prédateur rex. Préfiguration d'un monde où les mangeurs de plantes seraient contraints au régime carné.

Nés de la résurgence de souvenirs enfouis ou l'artiste, alors enfant, assiste au massacre d'animaux durant une partie de chasse, les Trochés de l'artiste s'appuient sur un effet plastique implacable pour interroger le rapport de domination exercée par l'homme sur la nature.

Une nature dédiée aux seuls besoins de l'humanité comme le montre les squelettes automobiles baptisés de noms latins que sont la Deupatosausus et l'Aberratosaurus que l'artiste exhibe sur le bord des routes. Fossiles d'anticipation échoués ; l'artiste présente, avec un peu d'avance, des aberrations de l'évolution technologique vouées à une inexorable disparition...

Miroir déformant révélant des visages de l'humanité, la figure animale, telle que mise en scène dans les œuvres de Ghyslain Bertholon, nous pousse à observer sous un angle différent les rapports que nous entretenons avec les autres, la nature, nous-même.

L'homme comme point de départ et finalité d'une œuvre reliée à la vie par chacune de ses éruptions artistiques.
Extrait du texte Poézies Zhumaines J. Thévenoz, Août 2008

[18:00] Exposition "Wonderful Town" de Pierre et Gilles
Location:
Galerie Jérôme de Noirmont
36-38, avenue Matignon
75008 Paris
M° Miromesnil, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 42 89 89 00
Fax : +33 (0)1 42 89 89 03
Mail : info@denoirmont.com
Internet Site : www.denoirmont.com
Description:
du vendredi 27 novembre 2009 au samedi 23 janvier 2010
Vernissage le jeudi 26 novembre 2009 à 18h00

Pour la première fois depuis 1998, année de leur première exposition à la galerie, où ils ont depuis présenté leurs nouvelles créations à 4 reprises, Pierre et Gilles dévoileront du 27 novembre au 23 janvier prochains leurs dernières œuvres, cette fois toutes réalisées entre 2007 et 2009 au sein d'une seule et même série : Wonderful Town.

" Wonderful Town, c'est une ville comme il y en a partout dans le monde… C'est une ville moderne sans passé, une ville industrielle."
L'idée de Wonderful Town est née au retour d'un voyage au Japon, pays que Pierre et Gilles connaissent bien pour y avoir séjourné plusieurs fois depuis vingt ans, où les villes sont inhumaines et où les populations urbaines éprouvent par conséquent la nécessité de s'inventer des rêves, des fantasmes, des folies pour échapper à une réalité trop dure.

Dans Wonderful Town, les rêves de chacun envahissent la ville qui n'est plus une utopie, mais une drôle de réalité, symbolisée par des grues et des engins de chantier, des usines, des immeubles cubiques, des morceaux de voiture et amas de détritus; chacun doit s'y inventer son monde où tout devient possible.

« Wonderful Town, chacun l'imagine comme il veut. C'est un peu comme dans un film : un monde imaginaire où plein de choses se passent, joyeuses ou tristes, où les fantasmes s'expriment, qu'ils soient oniriques, tendres ou violents. On retrouve tout notre univers dans ces œuvres qui peuvent être vues comme des apparitions : les portraits religieux, de marins, de personnages urbains, de soldats, de femmes… »

La création de Pierre et Gilles trouve avant tout sa source dans l'Histoire de l'Art, en particulier de la peinture, dans l'imagerie populaire ou dans l'univers du cinéma, parfois aussi dans le monde de la musique et des spectacles. Incontestablement dans cette série, le cinéma est leur principale source d'inspiration, non pas tant par les films eux-mêmes bien que certains titres soient très évocateurs (Les Temps Modernes, 2008), mais par son statut d' " usine à rêves ", où tous les rêves heureux, drôles et même les cauchemars, peuvent s'exprimer en toute liberté.

A l'instar du cinéma, Wonderful Town est une série au sein de laquelle les artistes se sont sentis très libres, puisque c'est une série dont le thème n'impose aucune contrainte, qui permet d'aborder tous les personnages, tel un gigantesque décor qui offre une liberté maximale de composition.

Quelques-uns des personnages de cet univers exclusif de Wonderful Town dans lequel Pierre et Gilles ont créé la quasi-totalité de leurs œuvres depuis 3 ans nous ont déjà été dévoilés dans le cadre de grandes expositions muséales ou institutionnelles, nous donnant un premier aperçu des multiples facettes de cet univers.

Les marins de Full Moon (2007) et Bare Capture (2008) comme le nouvel autoportrait des artistes en Toys (2007) ont fait leur apparition parmi d'autres dans le cadre de l'exposition personnelle consacrée à Pierre et Gilles au sein de la nouvelle biennale Prospect 1 New Orleans à l'initiative de son directeur Dan Cameron. Les œuvres Toutes les femmes ont un secret et De l'autre côté de l'amour (2008), avec Sylvie Vartan pour modèle, ont été créées à l'occasion de la rétrospective Pierre et Gilles au Musée de Sofia en Bulgarie en mai – juin 2008, tandis que Bloody Amélie (2008) mit Amélie Nothomb en scène en couverture de son dernier roman paru en septembre 2008, « Le fait du prince ».

La Vierge à l'Enfant (2009), l'un des sujets religieux de cette série qui en compte plusieurs, fut elle imaginée pour être exposée dans la chapelle du baptistère de l'Eglise Saint-Eustache à Paris dans le cadre de La Force de l'Art 02 en avril – mai derniers, au sein d'une installation conçue par les artistes, où tubes d'échafaudage métalliques et instruments de signalisation routière venaient prolonger et magnifier le décor de l'œuvre.

Aux côtés des visions sombres comme Saint-Sébastien de la guerre (2009) ou Le garçon au lance-pierre (2009) perdu dans cet univers industriel, émerge le merveilleux, le fantastique… « Comme la vierge qui apparaît toujours dans des endroits pauvres, les plus beaux rêves naissent dans les endroits les plus sombres, là où il y a difficulté et souffrance ; le merveilleux jaillit toujours là où on ne s'y attend pas. » C'est Un monde merveilleux (2008) avec un personnage fantasmagorique figuré par M - Mathieu Chedid trônant sur un amas de vieux jouets ; ce sont aussi Le petit footballeur (2009) ou Muscle Lady (2008), dont les personnages rieurs paraissent poser dans des vitrines, ou Le chant des cygnes (2008) dont le modèle vit une bien ironique agonie…

Plus que jamais, cette nouvelle série Wonderful Town, dont le titre tel que conçu par les artistes forme un oxymore, reflète tout le paradoxe inhérent à l'œuvre de Pierre et Gilles, qui mêle tout à la fois vision contemporaine et composition classique, représentation fidèle et respectueuse ou impertinente et humoristique, féérie et ténèbres, et qui considère toujours de manière égale modèles célèbres ou anonymes... La portée universelle du message que les artistes délivrent au travers de leur création prend un caractère plus fort encore dans ce groupe d'œuvres.

L'univers très complet de Wonderful Town nous permet aussi de mesurer l'évolution de la technique spécifique de Pierre et Gilles, qui peuvent aujourd'hui réaliser leurs photographies peintes directement sur toile grâce aux nouvelles technologies de l'image, et réaliser des scènes de plus en plus complexes grâce à leur talent parfaitement maîtrisé pour transformer de simples accessoires et artifices en décors très imagés... Même si leurs œuvres s'inscrivent dans la droite ligne de l'Histoire de l'art du portrait, suivant les règles classiques de mise en valeur du sujet représenté, elles s'apparentent plus aujourd'hui à de véritables tableaux, c'est-à-dire à des compositions picturales complexes qui ont une évidente valeur narrative, bien au-delà de la seule représentation figurative.

[18:00] Exposition "rituel d'automne"
Location:
Galerie Noir d'Ivoire
18, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 29 44 51
Mail : info@primitive-art.com
Internet Site : www.primitive-art.com
Description:

[18:00-20:30] Exposition collective
Location:
Galerie Mona Lisa
32, rue de Varenne
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 45 48 17 25
Mail : galerie-monalisa@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerie-monalisa.net
Description:
du 24 novembre au 5 décembre 2009
vernissage le jeudi 26 novembre 2009 de 18h à 20h30

Bosselin
Henry Ferrier
Annie Haquette

[18:00-21:00] Exposition collective "I survived 2009"
Location:
Artydandy
1, rue de Furstemberg
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 43 54 00 36
Mail : shop@artydandy.com
Internet Site : www.artydandy.com
Description:
avec Julie Gauthron, KühnKeramik, Ligne Noire, Lilium, Linari, Maison Georgette, Menu, Perludi, Sieger Fürstenberg, SixScentsserie2, Tomazino, Welovekaoru, 12.72

[18:00-21:00] Exposition d'annemarie graf
Location:
L'Eclaireur
10, rue Hérold
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Les Halles, Bourse, Sentier
France
Description:

[18:00] Exposition de Cristian Andersen "Watch out, You might get what you're after"
Location:
Galerie Loevenbruck
6, rue Jacques Callot
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 53 10 85 68
Fax : +33 (0)1 53 10 89 72
Mail : contact@loevenbruck.com
Internet Site : www.loevenbruck.com
Description:
27 NOVEMBRE 2009 - 16 JANVIER 2010
Vernissage le jeudi 26 novembre, à partir de 18h

Des paysages sombres où flotte encore une fumée noire ou une brume épaisse laissent persister l'indécision des lieux ; une forme d'iceberg coupe l'espace d'exposition en deux, des armes posées à proximité ; des monolithes noirs se dressent bancals, accompagnés de haches de cire blanche ; le visiteur traverse des morceaux de paysage où, à l'identique des dessins, des plans se superposent, croisant des réalités sorties tout droit de clichés surréalistes.

Cristian Andersen joue depuis longtemps avec l'effroyable. L'effroyable cataclysme ou l'effroyable chaos comme horizon. Le clair obscur domine toute son oeuvre au point de donner à ses installations des allures de gravures à la Jacques Callot. L'éclatement de la forme est quasiment érigé en une sorte de règle. Mais ces formes se répètent d'une pièce à l'autre, d'un support à l'autre : cet arbre noirci de l'installation « Colonisation », 2007, totalement défeuillé et dont il ne reste qu'une pauvre branche prolongée par une planche clouée, se retrouve presque à l'identique ou sous une forme géométrisée par pans triangulaires sur la série des dessins « Blüten aus Asche », 2005, ou sur cette photographie « Alte Geistehundefalle », 2003.
Les haches elles-mêmes se promènent tantôt en cire, plantées au milieu d'une installation, tantôt dessinées au stylo bic dans un paysage dantesque. De même le trait de lumière perce l'obscurité à l'image de l'ouverture d'une porte (Get The Balance Right, 2007) ou déchire comme un éclair la surface des toiles enduites de latex (Broken Minute Later, 2006-2007). L'éclatement est un élément de la règle que Cristian Andersen s'est donnée, mais il ne fonctionne plastiquement que parce que l'artiste lui a associé une condition, l'équilibre. Ses oeuvres jouent sans cesse de cette dualité, comme d'un point fixé dans le temps. Face à elles ou au milieu de ses installations, nous sommes dans l'après du cataclysme, mais juste avant une rupture. La question du temps est une clé essentielle à la compréhension de son travail car elle est matérialisée par cet équilibre comme nous invitent à le voir les gouttes tombant du plafond de « Draft », 2005, ou celles glissant du morceau de doigt de « As Long As It Takes », 2007.

Comme en contraste, surgissent au sens propre de petites figures blanches. Des accumulations de dés se dressant vers le ciel, des figurines guillotinées tenant à bout de bras leurs têtes ou ces oiseaux couverts d'un couvre-chef, perchés sur quelque assemblage monochrome. Ces objets moulés en céramique construisent au sens propre des équilibres. Leur assemblage est leur détermination, leur équilibre, leur existence. Ce ne sont pas des détails des dessins ou des installations, mais de réelles œuvres antinomiques de ces dernières et régies par cette notion d'assemblage. Cette opposition leur donne toute leur autonomie. Ces figures existent comme des contrepoints aux environnements. Si ces grandes sculptures représentent une forme d'effondrement de l'art minimal – les plaques noires sont des miroirs chus dans un cataclysme postmoderne - les petites sculptures négocient un retour impossible à des formes de « combines » pour reprendre la terminologie de Robert Rauschenberg, hantées par les questions du socle et de la monochromie. Car ces objets de céramique prennent leur source au cœur même de la modernité, à travers le paradigme de l'assemblage, mais ce qu'elles assemblent relève d'une relecture de la postmodernité qui échapperait à l'histoire. Cristian Andersen comme nombre d'artistes de sa génération rejoue cette question postmoderne mais hors des référents historiques, se positionnant dans le tourbillon présent d'éléments issus de la culture vernaculaire.
Il se donne ainsi une position singulière, qui est à reconsidérer à l'aune de toute une production européenne, rejouant selon un tempo romantique le modernisme historique avec sa filiation de pratiques minimales, conceptuelles et post-minimales, c'est à dire l'architecture de l'histoire contemporaine de l'art. Mais sa position singulière tient à l'écart qu'il crée au sein même de sa production, entre une tradition historique contemporaine effondrée et un kitsch toujours sur le fil du rasoir, en équilibre.

Eclatement et assemblage sont, chez Cristian Andersen, deux aspects d'une même réalité, deux termes dualistes, dont le fonctionnement est complémentaire. D'une manière plus générale, son œuvre présente un fonctionnement dualiste au sens où les jeux d'oppositions terme à terme le parcourent, sinon le structurent : éclatement/équilibre, assemblage/équilibre, clair/obscur, mat/brillant, objets manufacturés/coulures de peintures etc. Ces oppositions tranchées permettent une réelle dramatisation d'une violence qui, au fil du temps, a tendance à être de moins en moins directe, passant par des mises en scène de plus en plus métaphoriques.
Mais cette violence est bien présente, sous-jacente. Je pense au blanc laiteux et mat des haches se reflétant dans le miroir noir de plaques rectangulaires ; et cette violence n'en est que redoublée.
Je pense aussi à cette peinture au trait, sur une toile enduite de latex dont la douceur effleure l'œil, où deux masques percés de trois petits trous ronds pour figurer les yeux et la bouche, pendent dans le vide, chacun fiché d'un long nez à la Pinocchio dont les narines saignent.

Dans cette première exposition monographique à Paris intitulée « Watch out, you might get what you're after », Cristian Andersen nous laisse pénétrer cet univers trouble de clair-obscur. C'est la main du magicien qui ici intervient pour créer ce hiatus temporel, cette faille entre deux réalités, d'où surgissent une installation de planches noires, une série de céramiques et un ensemble de photographies. Ces œuvres ne sont pas le décor d'une séance d'hypnose, mais bien la projection d'un espace-temps qui nous a échappé.

Jean-Marc Avrilla

http://www.loevenbruck.com/artist.php?id=andersen&view=download

[18:00] Exposition de Francisco Sepulveda
Location:
Galerie Daniel Besseiche
33, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 40 46 08 08
Mobile : +33 (0)6 99 23 62 19
Fax : +33 (0)1 40 46 08 60
Mail : info@besseiche.com
Internet Site : www.besseiche.com
Description:
26 novembre > 9 janvier 2010 Francisco SEPULVEDA n'énonce pas explicitement les significations qu'il brasse mais nous donne à manier des jeux d'hypothèse, comme autant de jeux de clefs, susceptibles de les ouvrir. Une vision vertigineuse du Monde, perçu et senti à travers le prisme cristallin d'un imaginaire créatif ... "La Galaxie Sepulveda", Joël Couve.

[18:00] Exposition de Laure Boyer et Soria Allaoua
Location:
Viaduc des Arts 57
Galerie des expositions temporaires SEMAEST
57, avenue Daumesnil
Viaduc des Arts
75012 Paris
M° Gare de Lyon, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 43 45 04 74
Mail : contact@semaest.fr
Internet Site : www.semaest.fr
Description:
du 23 novembre au 6 décembre de 11h à 19h


[18:00] Exposition de Marco Zanuso jr "Frammenti"
Location:
Galerie Italienne (rue de Seine)
46, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Odéon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 49 29 07 74
Mail : info@galerieitalienne.com
Internet Site : www.galerieitalienne.com
Description:
La galerie Italienne va présenter à partir du 26 Novembre une exposition consacrée à l'architecte designer Marco Zanuso Jr.

Suite au succès de la collection Policromi éditée par la galerie Italienne, l'artiste prolonge sa collaboration avec la galerie en créant une nouvelle collection nommée Frammenti.

27 novembre 2009 -> 23 décembre 2009

info@studiosoncino.it
www.marcozanuso.com

[18:00] Exposition de Raphaëlle Boutié "Irruptions"
Location:
La Galerie du C.R.O.U.S. de Paris
11, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint Germain des Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 10 99
Fax : +33 (0)1 43 54 10 99
Mail : galerie@crous-paris.fr
Internet Site : www.crous-paris.fr/article.asp?idcat=AABD
Description:
raphaelleboutie@hotmail.com
06.68.70.12.25
www.raphaelleboutie.com


[18:00] Exposition de Roula Azrak « Rimal »
Location:
Mairie du 7ème arrondissement
116, rue de Grenelle
75340 Paris Cedex 07
M° Solférino, Rue du Bac, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 53 58 75 07
Fax : +33 (0)1 45 56 92 37
Internet Site : mairie7.paris.fr
Description:
salle Béatrice Hodent de Broutelles

Du 26 novembre au 2 décembre
Vernissage le 26 novembre à 18h

Peinture et sculpture

Roula Azrak peint des paysages et des maisons, surtout les toits rouges sur fond monochrome.
À voir également ses sculptures de nus en terre cuite.

[18:00-20:30] Exposition de Stéphane Bordarier
Location:
Galerie Jean Fournier
22, rue du Bac
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 97 44 00
Fax : +33 (0)1 42 97 46 00
Mail : info@galerie-jeanfournier.com
Internet Site : www.galerie-jeanfournier.com
Description:
"les r les carrés onds les ca les ronds rrés et autres peintures récentes"

du 26 novembre au 3 janvier 2010

En 2007, Stéphane Bordarier a peint des quadriptyques de grand format réalisés par l'association de trois couleurs, bleu outremer saturé, rouge et violet de mars, dont la qualité picturale mate est proche de la fresque. A la suite de ces œuvres naissent des quadriptyques où seules deux couleurs persistent, le bleu et le rouge, chacune étant travaillée dans une continuité d'étalement sur la surface de deux toiles. Ces tableaux ont fait l'objet de la dernière exposition de Stéphane Bordarier à la galerie Jean Fournier, en 2008.

L'exposition à venir présente une œuvre monumentale et un ensemble de triptyques et quadriptyques de petit format (40 x 120 cm ; 40 x 160 cm) élaborés en 2008 et 2009 dans le prolongement de cette recherche. Le peintre a choisi de mettre l'accent sur les petits tableaux qui constituent une part importante de son travail récent. Pour certains d'entre eux, Stéphane Bordarier a associé deux couleurs : rouge et orangé (qui font référence à la lithographie du catalogue Matisse au MNAM en 1956) ou vert et violet de mars. D'autres œuvres, plus récentes, sont réalisées avec une seule couleur, un rouge vermillon rosé ou un Caput mortum dont le caractère très dense permet à l'artiste d'accentuer le contraste de la forme avec la partie non peinte des toiles. L'utilisation d'une couleur seule accentue le dessin unique de l'ensemble, une longue forme sophistiquée, avec de curieuses disjonctions. La découpe de la couleur sur la toile non peinte, dans ces tableaux de petit format prend une importance inédite dans mon travail. (Stéphane Bordarier)
Comme l'évoque le titre de l'exposition, les œuvres présentées à la galerie répondent à la fois à la logique d'une règle de construction, et au jeu du hasard formel ici pleinement accepté.

Il y a dans l'œuvre de Stéphane Bordarier une quête de la peinture dans ce qu'elle a d'essentiel ; tout sujet et toute forme d'expressionnisme sont rejetés. C'est un travail fondé sur la couleur et la réflexion lumineuse dans une qualité de surface bien particulière. Réduire les moyens de la peinture à leur plus simple et plus forte expression est l'essence même du travail de l'artiste. Le résultat, radical, ne cède jamais aux sirènes de la séduction.

En collaboration avec Michael Woolworth Publications, la galerie présentera, pendant l'exposition, un ensemble de dix bois gravés intitulé Dix Paires ainsi que deux livres d'artiste.

Stéphane Bordarier est né en 1953. Il vit et travaille à Nîmes.
Cette exposition est sa onzième exposition personnelle à la galerie Jean Fournier. Ses œuvres sont présentes dans les collections publiques et privées. Une importante monographie a été publiée chez Actes Sud en 2006.
Le musée Fabre de Montpellier consacrera une exposition à ses œuvres récentes de janvier à mars 2010 (publication d'un catalogue avec des textes d'Erik Verhagen et Stéphane Bordarier).

[18:00] Les Visas de l'ANI 2009
Location:
Galerie du Bar Floréal
43, rue des Couronnes
75020 Paris
M° Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 43 49 55 22
Fax : +33 (0)1 43 49 69 34
Mail : cecile.lucas@bar-floreal.com
Internet Site : www.bar-floreal.com
Description:
Les Visas de l'ANI 2009
Nathalie Mohadjer (Allemagne)
Mila Teshaieva (Ukraine)
Marie Sjovold (Norvège)

du 27 novembre au 18 décembre 2009
vernissage le 26 novembre à partir de 18h


[18:00] Présentation du livre "8 artistes et la terre"
Location:
Musée des Arts décoratifs
UCAD
107, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 44 55 57 50
Internet Site : www.lesartsdecoratifs.fr
Description:
librairie 107 RIVOLI

[18:00] Signature de l'ouvrage "Nucléus" de Diane Mazloum
Location:
Office du Tourisme du Liban
124, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Saint-Philippe-du-Roule, Miromesnil, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 43 59 12 13
Description:
Signature de l'ouvrage "Nucléus" de Diane Mazloum

[18:00-22:00] Vernissage de l'Exposition Françoise Nielly
Location:
Galerie Menouar
16, rue du Parc Royal
75003 Paris
M° Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 48 87 60 90
Fax : +33 (0)1 48 87 54 53
Mail : contact@galeriemenouar.com
Internet Site : www.galeriemenouar.com
Description:

[18:00] Vernissage de l'exposition de Mauro COSSU
Location:
La Bellevilloise
Espace dédié à la Lumière, la Nuit et la Création
19-21, rue Boyer
75020 Paris
M° Gambetta
France
Phone : +33 (0)1 53 27 35 77
Fax : +33 (0)1 53 27 35 70
Mail : infos@labellevilloise.com
Internet Site : www.labellevilloise.com
Description:
Halle aux Oliviers

Exposition dans le cadre du festival Jazz'n'klezmer

du 25 novembre au 13 décembre

artiste-photographe-peintre

www.myspace.com/jazznklezmer
http://jazznklezmer.over-blog.fr

[18:00] Winter Show
Location:
Galerie Peirce
4, rue Quentin Bauchart
sur cour
75008 Paris
M° George V, Franklin D. Roosevelt, Alma - Marceau
France
Mobile : +33 (0)6 03 84 78 35
Mail : contact@galeriepeirce.com
Internet Site : www.galeriepeirce.com
Description:

[18:00-20:00] conférence Orange Stressé
Description:
La librairie Eyrolles et les éditions La Découverte vous invitent à la conférence Orange Stressé d'Ivan du Roy qui a mené une vaste enquête sur le mode de management par le stress mené par France Télécom. Particulièrement violente, cette pratique est aujourd'hui source des suicides et de grande souffrance au travail pour plus des 2/3 des salariés. France Télécom est devenue un géant mondial des télécommunications. L'ancienne entreprise publique est présentée comme le modèle d'une privatisation réussie, dans un secteur qui connaît une extraordinaire mutation technologique. Mais il y a un grave revers à cette médaille, beaucoup moins médiatisé que les profits records de la firme : parmi ses 100 000 salariés hexagonaux, deux sur trois se déclarent stressés. Un mal-être généralisé qui a pour symptômes la banalisation du recours aux anxiolytiques, la progression des arrêts maladie de longue durée, l'augmentation des démissions et la multiplication troublante de suicides... Lire la suite Ivan du Roy : est journaliste à Témoignage chrétien et collaborateur du magazine en ligne Basta ! La librairie Eyrolles et les éditions La Découverte seront heureux de vous inviter ensuite à un cocktail et à une séance de dédicace. Rendez-vous : * le Jeudi 26 novembre 2009, à 18 heures 30 * au 57-58, boulevard Saint-Germain (75005 Paris), Rayon Entreprise Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire : * par e-mail à : conference@eyrolles.com * par téléphone au 01 44 41 11 74 * ou directement en magasin auprès de nos libraires

[18:00-22:00] soirée de clôture de l'exposition « Bob l'éponge »
Location:
Le Pavillon de l'Eau
77, avenue de Versailles
75016 Paris
M° Mirabeau, Javel - André Citroën, RER C Javel
France
Phone : +33 (0)1 42 24 54 02
Mail : pavillondeleau@eaudeparis.fr
Internet Site : www.pavillondeleau.fr
Description:
soirée de clôture de l'exposition « Bob l'éponge »

[18:00] vernissage HELENE GIRAUD
Location:
Le Triton
11 bis, rue du Coq Français
B.P. 13
93260 Les Lilas
M° Mairie des Lilas
France
Phone : +33 (0)1 49 72 83 13
Fax : +33 (0)1 49 72 83 11
Mail : contact@letriton.com
Internet Site : www.letriton.com
Description:
du jeudi 26 novembre au samedi 19 décembre

Voyager, photographier. Faire de ce voyage un voyage intérieur, dans l'atelier cette fois, pour que les photographies deviennent à leur tour voyageuses, exploratrices. Parfois réalisées sur la céramique ou le textile rendus photosensibles et sorties de leur contexte originel, les images se révèlent bien différentes. En dehors des autoroutes de la haute technologie, les photos d'Hélène Giraud explorent les chemins de traverse de l'argentique à travers un territoire qu'elle aime, celui de la photographie préindustrielle.

http://www.letriton.com/fiches/1126-VernissageHelene.html

[18:00-21:00] vernissage Irène & Léon Zack
Location:
Galerie Gimpel et Müller
12, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 25 33 80
Mobile : +33 (0)6 16 81 71 49
Fax : +33 (0)1 73 73 33 64
Mail : info@gimpel-muller.com
Internet Site : www.gimpel-muller.com
Description:

[18:30] "Golasecca", du commerce et des hommes à l'Âge du Fer
Location:
Château de Saint-Germain-en-Laye
Musée d'Archéologie Nationale
place Charles de Gaulle
78105 Saint-Germain-en-Laye Cedex
M° RER A Saint-Germain-en-Laye
France
Phone : +33 (0)1 39 10 13 00
Mail : culturel.man@culture.gouv.fr
Internet Site : www.musee-archeologienationale.fr
Description:
du 27 novembre 2009 au 26 avril 2010
tous les jours sauf mardi, Noël et Jour de l'An de 10h à 17h15
Inauguration jeudi 26 novembre 2009 à 18h30

Du commerce et des hommes à l'âge du Fer, VIIIe – Ve siècles avant J.-C.

[18:30] Exposition "Vénus au cube" de Rok Bogataj
Location:
Fondation Maison des Sciences de l'Homme
54, boulevard Raspail
75270 Paris Cedex 06
M° Sèvres - Babylone
France
Phone : +33 (0)1 49 54 20 00
Fax : +33 (0)1 42 22 35 09
Internet Site : www.msh-paris.fr
Description:
Exposition du 26 novembre au 26 décembre 2009
Vernissage le 26 novembre à 18h30

[18:30-21:30] Exposition Sophie du Buisson et Marc Kapko
Location:
Galerie Geoffroy de La Taille - Art Emoi
64, rue des Tournelles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 78 56 57 54
Mobile : +33 (0)6 15 97 35 24
Mail : gdltt@art-emoi.fr
Internet Site : www.art-emoi.fr
Description:
12/11/2009 - 29/11/2009

A propos de Marc Kapko

« Qui sommes-nous ? » La question vaut d'être maintes fois remise sur le métier. Avec celle qui en est le pendant : « D'où venons-nous ? » Question de l'identité et question de l'origine. Entêtantes toujours. Et toujours collectives. Kapko a la décence – et probablement l'élégance d'esprit - de ne pas les poser à titre individuel. Et encore moins à titre personnel : « Qui suis-je ? D'où viens-je ? » Questions dont on entrevoit instantanément la vanité.

A l'heure où le bruissement de l'identité et des origines trouve de plus en plus souvent et de façon excessive des réponses dans l'exacerbation du sens communautaire, Kapko tient bon. Il affirme avec vigueur que maintenir la question posée vaut mieux que toutes les réponses malheureuses auxquelles d'autres se montrent si pressés de se rendre. Tendre la question, toujours. La tenir en alerte. Comme un sémaphore en suspens. Ne serait-ce d'ailleurs pas là le lot du peintre ? Mieux, la contrainte d'une faiblesse assumée ? C'est, à coup sûr, la garantie d'une innocence imméritée.

Le mutisme de la toile : à la fois source d'inquiétude et rédemption pudique…
Kapko livre des corps. A foison. Comme ceux de Lascaux livraient les représentations des animaux qu'ils vénéraient, sans doute. Depuis que les hommes produisent des images, ils disent leur perplexité et leur fascination. Chez Kapko, les corps sont nombreux. Des corps en pagaille d'êtres anonymes. A peine nés. Venus de je ne sais quelles entrailles. Des visages aussi. Une espèce d'engendrement incessant et forcené. Mais paisible. Inquiet pourtant, peut-être. Une multitude ouvrageuse et oisive qui dit l'ahurissant déferlement hominien depuis que le monde est monde. Un enchevêtrement saturé, généreux, prodigue, d'où naît, dans une sorte de bruissement sourd, une humanité valeureuse. Mais, curieusement, aucun dégoût. Aucune désolation. Seulement l'incessant mouvement d'êtres incertains.

Car, à peine nés, nous le disions, d'autres surgissent sous nos yeux. Tous aussi improbables. Et pourtant visibles. Le regard fait naître les motifs du dessin – ou de la peinture. Mais alors, le regard naît lui aussi ; on pourrait dire : « sous ses propres yeux ». Une sorte de jeu insolite s'engage qui ébahit le regardant et excite son désir de voir encore. Et encore. Et l'amène à quelque prudence. Tiens, d'autres figures apparaissent à nouveau. Puis d'autres, là, en creux… C'est cette lente déambulation qui, un temps, désoriente le regardant. L'œuvre semble jouer avec lui, s'ingénier à le prendre en défaut. Non sans malice. Sans doute pour mieux le retenir. Car, pour peu qu'il daigne s'arrêter quelques secondes devant elle, le regardant constate vite qu'il ne s'en départit pas si rapidement. Et sans doute pour lui infliger un délicieux tourment. La toile paraît vouloir garder la maîtrise de la relation. Il n'est pas question qu'elle accorde à celui ou celle qui se poste devant elle la fantaisie de décider de leur commerce. (S'il le fallait, serait-elle prête à s'en retourner ?). Le moins qu'on puisse dire, en tous cas, c'est que cette relation, elle tient à la prolonger. A l'inscrire dans le temps. Seule condition pour que l'espace de l'autre à l'autre, soit le processus de l'altérité, vive. Une peinture qui ouvre la temporalité, donc intensifie le vivant, ce n'est pas si fréquent.

Depuis que l'homme se regarde et se tend le miroir des œuvres picturales et, plus près de nous, depuis que l'homme est devenu objet de science pour lui-même, le mystère de l'humain ne s'est jamais autant épaissi. Kapko n'en révèle rien. Peut-être scrute-t-il les impondérables de l'espèce ? Mais peut-être n'en a t-il cure. Ses œuvres ont pourtant la gravité réjouissante de celles qui ne renoncent pas à affronter la figure humaine. De celles qui ne désertent pas devant la tâche – peut-être perdue d'avance ! – non de comprendre, mais assurément de piéger les innombrables avatars de "l'humanitude". On comprend que la lassitude l'envahisse parfois. La tâche, c'est sûr, est immense. Mais, par quelque bout qu'on le prenne, est-il d'autre moyen de retenir un tant soit peu l'imposant et débordant récit des générations ? Le trop-plein des fictions des pauvres vies ? L'excédent des histoires d'hommes mi-réussies mi-ratées.

Pour autant la peinture de Kapko n'est pas narrative. Plutôt, l'histoire qu'elle raconte est toujours la même, celle de l'apparition-disparition. Mais cette histoire-là ne renvoie à rien d'autre qu'à l'histoire de la peinture elle-même. La parousie toujours. C'est le propre des grands peintres de rejoindre, chacun à son époque, la question fondatrice de son art : qu'est-ce qui surgit lorsqu'apparaît la face de l'homme ? Citons Gréco, Vélasquez, Goya… De Kooning, Bacon… Kapko ne se dérobe pas. Et si la « face de l'homme », chez lui, ressemble à une cohorte d'êtres le plus souvent sans chemise, nus à l'excès, c'est que la multitude est autrement plus comptable de l'espèce que ne l'est l'unité. L'homme n'est pas seulement multiple, comme on le dit trop souvent, il est nombreux, il est légion. Il est considérable, c'est bien le mot. Dès lors, tendons la question une nouvelle fois qui ne sera pas la dernière : « Qui sommes-nous ? »

Etienne Marest
Août 2009


A propos de Sophie du Buisson, Femme Sculpteur.

Se fondre, épouser, faire corps avec. Dans la vie comme dans son métier d'artiste c'est le même geste qui anime Sophie. Ainsi, retrouver chaque jour les habitués du bar du coin et s'immerger dans le quartier c'est déjà " être au travail ".

De la vie à la pierre, son activité traverse trois étapes.

Dans les musées ou les expositions, elle dessine d'après modèles. Son trait est plus figuratif qu'à l'ordinaire.

Elle aime à découvrir les œuvres nouvelles d'artistes d'aujourd'hui comme elle aime à accomplir d'inlassables retours en redécouvrant Rodin par exemple. Tenir d'une main le présent et, de l'autre, le passé. S'inscrire sur la chaîne du vivant.

Quand elle revient à elle, à sa pratique, c'est dans l'asymétrie qu'elle trouve de la beauté, qu'elle la cherche. Mais la matière ne se livre pas instantanément. Donner forme à la terre nécessite concentration, patience et endurance. La terre est fragile et la pierre demande de s'investir physiquement. Une dualité : force et douceur dans un même mouvement.

Les autres, oui, comme question et comme évidence, comme objectif et comme nourriture.

Sculpter c'est être seul au milieu de ses réalisations, c'est vivre pas tout à fait dans les normes, c'est s'investir profondément sans être toujours compris, c'est éprouver quotidiennement le face à face avec la matière et sa masse à laquelle il faut incontournablement donner forme : CRÉER.

Suzanne Joubert pour Edwige Lamy/Soleil Vert production

[18:30] Exposition de Hamid Tibouchi
Location:
Espace Galerie Europia
15, avenue de Ségur
75007 Paris
M° Saint-François-Xavier
France
Phone : +33 (0)1 45 51 26 07
Mobile : +33 (0)6 87 80 23 66
Fax : +33 (0)1 45 51 26 32
Mail : info@europia.org
Internet Site : www.europia.org
Description:
25 novembre > 18 décembre


[18:30-21:30] Exposition de SONG YANG
Location:
Galerie Arludik
12/14, rue Saint-Louis en l'Île
75004 Paris
M° Pont Marie, Sully - Morland
France
Phone : +33 (0)1 43 26 19 22
Mail : contacts@arludik.com
Internet Site : www.arludik.com
Description:
La galerie Arludik est heureuse de vous inviter au vernissage de la première exposition en France consacrée à l'univers artistique du "phénomène" SONG YANG.

Véritable "petit génie" précurseur, Song Yang fonde son premier studio en Chine dès l'age de 15 ans, pour dessiner du Manhua.

Depuis, son trait novateur s'impose à travers les continents, à la fois dans ses albums de bande dessinée, publiées en Chine et en occident,ses illustrations réalisées pour le magazine Time Out, ou encore ses créations pour les marques Nike et Hugo Boss, reprises en affiches géantes dans Beijing.

Cet artiste unique réussi surtout à lier avec brio l'univers du manga a celui monde de l'art contemporain avec déjà à son actif d'impressionnantes expositions de peintures en Chine, Corée ou encore en Allemagne.

La galerie Arludik est particulièrement fière de proposer plus d'une trentaine de toiles spectaculaires, ainsi que de rares aquarelles qui mettent en scène son personnage emblématique « Bad Girl ».

Vernissage en présence exceptionnelle de l'artiste SONG YANG le jeudi 26 novembre de 18h30 à 21h30 à la Galerie Arludik.


[18:30] Exposition de Selfati "The Lost Forest"
Location:
Galerie Thierry Marchand
7, rue de Bourgogne
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 47 53 78 82
Internet Site : www.galeriethierrymarchand.fr
Description:
du 27 novembre 2009 au 9 janvier 2010
du mardi au samedi de 11h à 19h

"Donc le poète est vraiment voleur de feu.
Il est chargé de l'humanité, des animaux même ; il devra faire sentir, palper, écouter ses inventions. Si ce qu'il rapporte de là-bas a forme, il donne forme ; si c'est informe, il donne de l'informe."
Rimbaud Lettre à Paul Demeny, 15 mai 1871

La forêt est obscure, un rayon de soleil tombe sur la bête. La lumière est si dense qu'elle efface les couleurs, révélant une forme aux contours précis, simple et élégante. L'animal, cerf, biche, scarabée ou papillon, poudré des éclats du luminescent possède la grâce de l'origine. Il a parcouru le long chemin qui vient de la nuit des temps. Peint avec force et délicatesse par Selfati, il nous procure le vertige que l'on connaît au bord d'une figure archétypale ressurgie du passé le plus lointain.

L'animal ainsi sublimé, nous tend un miroir et nous initie. Mais en donnant la même importance à l'animal peint ou dessiné qu'au vide qui l'entoure, Selfati nous tient à distance d'un humanisme anthropocentrique qui réduirait le monde à sa notion d'environnement . En l'absence de l'évocation de leur milieu naturel, cervidés, insectes, invertébrés , dans leur grand dépouillement mettent en cause la subjectivité humaine. Ils nous révèlent l'essence de l'animal sauvage, un animal qui échappe au besoin d'appropriation de l'homme.

Et c'est ce qui le rend beau et sans doute ce qui le met en danger. C'est pourquoi, tel le poète, le peintre est ce voleur de feu qui place une émotion dans la courbe tendre et fragile d'une patte, dans celle plus robuste et tendue d'une échine ou encore dans celle massive et harmonieuse d'une croupe. Car dans cette oeuvre, si l'image immémoriale préexiste, elle est enrichie par la merveilleuse expérience familière de l'animal "nature" couronnée des riches émotions : la peur, la tendresse, l'étonnement.

Rien d'extraordinaire ici, rien de fabuleux non plus, la juste expression de la vulnérabilité. Chacun de ces animaux est né pour mourir. Il n'est ni ange, ni démon. Son existence est fragile et précaire. Mais l'image intime qu'il nous offre dans un contexte objectivement de plus en plus menaçant pour lui est celle d'une idéalité. C'est cela "The lost forest" de Selfati, une parole de poète, un témoignage plastique précieux en faveur de la bio-diversité afin de préserver dans leur être et dans leur forme les témoins vulnérables et solidaires de notre humanité.

Catherine Plassart

"The lost forest - Suite Paris" à la galerie Thierry Marchand à Paris est le second volet de l'exposition "The lost forest/ La Forêt perdue" qui s'est tenue au printemps à la Galerie Shart à Casablanca (Maroc).

[18:30] Lancement de la revue "Mondes, les cahiers du Quai d'Orsay"
Location:
Ministère des Affaires étrangères et européennes
Quai d'Orsay
37, quai d'Orsay
1, Rue Robert Esnault-Pelterie
75351 Paris
M° Invalides, Assemblée Nationale
France
Phone : +33 (0)1 43 17 53 53
Internet Site : www.diplomatie.gouv.fr
Description:
Réception à l'occasion du lancement de la revue "Mondes, les cahiers du Quai d'Orsay"

[18:30] décrochage de l'exposition de SHUCK ONE
Location:
Nicy Gallery
40, rue de la Tour d'Auvergne
75009 Paris
M° Pigalle, Notre-Dame-de-Lorette, Le Peletier
France
Phone : +33 (0)1 77 32 13 40
Mail : henry.pesah@nicytown.com
Internet Site : www.nicytown.com
Description:
décrochage de l'exposition de SHUCK ONE




[19:00] 3ème édition du salon international de l'horlogerie de prestige
Location:
Carrousel du Louvre
99, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Mail : communication@parisexpo.fr
Internet Site : www.carrouseldulouvre.fr
Description:
Soirée d'inauguration de la 3ème édition du salon international de l'horlogerie de prestige

[19:00] 150ème anniversaire de l'hôtel Westminster
Location:
Hôtel Westminster
13, rue de la Paix
75002 Paris
M° Opéra
France
Phone : +33 (0)1 42 61 57 46
Fax : +33 (0)1 42 60 30 66
Mail : resa.westminster@warwickhotels.com
Internet Site : www.warwickwestminsteropera.com
Description:
150ème anniversaire de l'hôtel Westminster

[19:00] Dédicace de MUTE (éditions Ragage) par Akiza
Location:
Les Furieux
74, rue de la Roquette
75011 Paris
M° Voltaire, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 47 00 78 44
Fax : +33 (0)1 47 00 03 57
Mail : lesfurieux@noos.fr
Internet Site : www.lesfurieux.com
Description:
Plus d'informations sur la soirée : www.ragagetouch.com

Commandez le livre d'Akiza MUTE : www.editions-ragage.com


[19:00] Expo "Les 20 ans des Droits de l'enfant"
Location:
Centre d'animation "Le Point du Jour"
1-9, rue du Général Malleterre
75016 Paris
M° Porte de Saint-Cloud
France
Phone : +33 (0)1 46 51 03 15
Internet Site : www.actisce.org/author/le-point-du-jour/
Description:
DU 16 AU 28 NOVEMBRE 2009
Vernissage le 26 novembre 2009

Dans le cadre du 20e anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE). UNICEF et le centre d'animation Le Point du Jour proposent une exposition d'œuvres d'enfants.

[19:00] Expo collective "Fantastique des Mirages"
Location:
Galerie Nuit d'Encre 64
Inknight
64, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
M° Parmentier, Goncourt, Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 49 29 48 49
Fax : +33 (0)1 49 29 42 89
Mail : nuitdencre@nuitdencre.fr
Internet Site : inknight.free.fr
Description:
Du 26 novembre 2009 au 30 mars 2010
Vernissage jeudi 26 novembre à 19h

Céline Goergen /(`/2:<<391/V)r3 /
Simon Bernheim / Estelle Hanania /
Camille Vivier / Christophe Brunnquell /
Marie-Anne Franqueville / Florencia Grisanti /
Thomas Big Pants /
El Shopo / Arnaud Rivière /
Stéphane Dana / Victoria Turlan /
Leif Elggren / Brandon Labelle /
Pierrille Tarnaud / Paul Israël /
Julien Sirjacq / Emilie Benoist /Š

Peinture . objet . dessin .photo . vidéo .
sérigraphie .concert Š



[19:00] Exposition "LA VILLE"
Location:
Carpe Diem Café
21, rue des Halles
75001 Paris
M° Châtelet, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 21 02 01
Mail : contact@carpediemcafe.fr
Internet Site : www.carpediemcafe.fr
Description:
La mort d'un démon entraîne une malédiction sur LA VILLE,
ses 10 000 habitants devront par tous les moyens se réduirent à 100,
sous peine d'une extinction de toute la population !
S'en suit alors toute une série de catastrophes et autres crimes,
que vous raconteront les auteurs du collectif La Nuagerie...
Association de 6 étudiants de l'université Paris 8 passionnés par la bande dessinée.

Exposition des planches originales jusqu'au 10 décembre 2009
VERNISSAGE JEUDI 26 NOVEMBRE à partir de 19h


[19:00] Exposition - "Regard Spécial sur la Turquie"
Location:
Ecole Spéciale d'Architecture
254, boulevard Raspail
75014 Paris
M° Raspail, Denfert-Rochereau
France
Phone : +33 (0)1 40 47 40 47
Fax : +33 (0)1 43 22 81 16
Mail : info@esa-paris.fr
Internet Site : www.esa-paris.fr
Description:
En partenariat avec la Saison de la Turquie en France et avec le soutien de Culture France,
dans le cadre du semestre turc

Exposition du 27 novembre au 17 décembre 2009

Vernissage : le jeudi 26 novembre 2009 à 19h
Avec une performance de l'artiste et architecte DESA Joël Andrianomearisoa : "Habillé, Déshabillé"

L'École Spéciale d'Architecture a toujours entretenu des relations privilégiées avec la Turquie depuis sa création en 1865.
Dés 1865 de nombreux étudiants venant de Turquie, notamment d'Istanbul et d'Izmir ont été admis et diplômés à l'Ecole Spéciale d'Architecture.

Charles Chipiez, architecte et historien de l'architecture, enseignant à l'École Spéciale d'Architecture, réalise à la fin du 19ème siècle un important voyage d'étude en Turquie.

L'urbaniste Henri Prost, directeur de l'École Spéciale d'Architecture entre 1929 et 1959, est invité en 1935 par le Président de la République Turque Mustafa Kemal Atatürk pour faire le schéma directeur de la ville d'Istanbul. Il invite Auguste Perret, alors professeur à l'ESA pour l'accompagner dans ce projet. Mallet Stevens, architecte DESA et aussi professeur à l'École Spéciale avait construit un bâtiment pour le gouvernement turc dés 1930.

Aujourd'hui, les influences réciproques sont toujours présentes au travers de la présence d'enseignants turcs et d'anciens étudiants aujourd'hui architectes ou artistes. De nombreux ateliers d'architecture partent en voyage d'étude en Turquie, travaillant ainsi sur les problématiques posées par la Turquie contemporaine.

Cette exposition souligne les liens tissés entre la Turquie et l'École Spéciale d'Architecture au fil du temps. Elle met en évidence les rapports privilégiés entre ces deux dernières.

Commissaires : Emir Drahsan, architecte DESA et Leïla Colin-Navaï, chargée des expositions – Assisté de Beste Kuscu, étudiante en architecture semestre 8 et de Alexandre Schrepfer, architecte DESA pour le montage.

[19:00] Exposition d'Yves Todeschini
Location:
Mycroft
13, rue Ternaux
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier
France
Mail : contact@mycroft.com.fr
Internet Site : www.mycroft.com.fr
Description:
En Août 2009, à l'occasion de l'exposition VVF, Mycroft a organisé sous le titre "parce que la vraie démocratie est le hasard" un tirage du loto où le gagnant se voyait offrir une semaine d'exposition chez Mycroft la dernière semaine de novembre.

À l'occasion de la sortie du roman An de grâce deux mil trois de Vivien Mars.

Exposition du 23 au 28 novembre
Vernissage le jeudi 26 novembre à partir de 19 h

Avec la participation des photographes Delphine Atila, Dom Garcia, Loïc Lautard, Yves Todeschini, concert de Bois Noir.
Lectures d'extraits par Yves Todeschini

[19:00] Exposition de LAURENT VERRON "BOULE & BILL"
Location:
Galerie 9e ART
4, rue Crétet
75009 Paris
M° Anvers, Pigalle
France
Phone : +33 (0)1 42 80 50 67
Fax : +33 (0)1 42 80 50 67
Mail : contact@galerie9art.com
Internet Site : www.galerie9art.com
Description:
DU 26 NOVEMBRE AU 9 DECEMBRE 2009
VERNISSAGE JEUDI 26 NOVEMBRE A PARTIR DE 19H


[19:00-23:00] Exposition de Sylvie Vervaet "IDEES SAUGRENUES et à POINGS"
Location:
Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 58 72 89
Fax : +33 (0)1 42 64 39 78
Mail : info@hallesaintpierre.org
Internet Site : www.hallesaintpierre.org
Description:
soirée-exposition

http://sylvie-vervaet.com


[19:00-23:00] Les apéros du jeudi "HACKERS ATTITUDE"
Location:
Espace Kiron
10, rue de la Vacquerie
75011 Paris
M° Charonne, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 44 64 11 50
Fax : +33 (0)1 43 73 55 10
Mail : galerie@kiron.fr
Internet Site : www.kiron-espace.com
Description:
Les apéros du jeudi "HACKERS ATTITUDE"

[19:00] Nixon's Art Mosh exhibition
Location:
Door Studios
9-9bis, rue Lesdiguières
75004 Paris
M° Bastille, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 87 80
Fax : +33 (0)1 44 78 90 39
Mail : info@doorstudios.com
Internet Site : www.doorstudios.com
Description:
http://www.artmosh.com

afterparty au CHACHA à 23h

[19:00] Ouverture de la boutique Hackett
Location:
Boutique Hackett
37, boulevard des Capucines
75002 Paris
M° Opéra, RER A Auber, Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 40 20 03 75
Internet Site : www.hackett.com/index.cfm?page=1162&element=16816&country=France&city=
Description:
Ouverture de la boutique Hackett

[19:00] Vernissage Matteo de Longis "Mekaneko"
Location:
ARTOYZ SHOP+GALLERY
45, rue de l'Arbre Sec
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 47 03 09 90
Mail : contact@artoyz.com
Internet Site : www.artoyz.com
Description:
vernissage de la première expo de Matteo de Longis
artiste italien qui dévoilera Mekaneko, son chat anrdoïde stylisé et plusieurs oeuvres
frappées de sa touche pop néo-manga sur de nombreux supports.
Mekaneko est le premier toy du label Venus Dea initié par Barbara Canepa (Sky.Doll)
L'exposition sera visible jusqu'au 3 Janvier.



[19:00] cérémonie des illuminations du Terrass Hotel
Location:
Terrass Hotel
12-14, rue Joseph de Maistre
75018 Paris
M° Blanche, Place de Clichy, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 46 06 72 85
Fax : +33 (0)1 44 92 34 30
Mail : reservation@terrass-hotel.com
Internet Site : www.terrass-hotel.com
Description:
cérémonie des illuminations du Terrass Hotel en présence de Jean-Bernard Bros, adjoint chargé du tourisme et des nouveaux médias locaux

[19:00] exposition céramiques Philippe et M-Anne Rouhier
Location:
Espace Karen Gulden
21, rue Saint-Sabin
75011 Paris
M° Bréguet - Sabin, Chemin Vert, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 43 55 07 76
Mobile : +33 (0)6 30 86 35 27
Description:
du 25 au 30 novembre

Philippe et Marie-Anne Rouhier
contact@rouhier-ceramistes.fr
http://www.rouhier-ceramistes.fr


[19:00] vernissage de l'exposition "Avec Badoit l'art s'invite à table"
Location:
Maison du Danemark
142, avenue des Champs-Elysées
2ème étage
75008 Paris
M° George V, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 56 59 17 40
Fax : +33 (0)1 56 59 17 41
Mail : mdd@maisondudanemark.dk
Internet Site : www.maisondudanemark.dk
Description:
au Flora Danica

[19:30-22:00] Avant-première du documentaire "Street children"
Location:
Maison de l'Unesco
125, avenue de Suffren
7, place de Fontenoy
75352 Paris 07 SP
M° Ségur
France
Phone : +33 (0)1 45 68 05 16
Internet Site : www.unesco.org/fr
Description:
Le réalisateur Michel Bulté est allé à la rencontre des enfants des rues au Brésil, en Roumanie, au Sénégal, au Vietnam et en France.
Soirée sur invitation.

Contact : cebastidon@airfrance.fr.

A l'occasion du 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant, l'UNESCO et la Fondation Air France organisent un colloque de 15 h 45 à 19 h, sur le thème : « Agir pour les enfants en situation de rue » (26 novembre) au siège de l'Organisation. Ces jeunes, ignorés des Etats, sont extrêmement vulnérables : ils sont exposés à la maltraitance, aux abus sexuels, à l'esclavage et à la prostitution.

Interviendront à ce colloque : Irène Rizzini, Professeur à l'Université catholique pontificale de Rio (Brésil), qui dirige le Centre international de recherche et des politiques sur l'enfance (CIESPI); Abdoulaye Ndiaye, magistrat, Secrétaire général du ministère de la Justice au Sénégal ; le Dr. Xavier Emmanuelli, Président du Samusocial international et le Dr Najat M'Jid, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la vente des enfants, la prostitution enfantine et la pornographie mettant en scène des enfants.

Le colloque sera suivi par la remise du prix Fondation Air France au Dr Xavier Emmanuelli et par la présentation, du documentaire Street children, réalisé par Michel Bulté, qui propose une série de portraits de jeunes vivant dans la rue au Brésil, en Roumanie, au Sénégal, au Viet Nam et en France.

[19:30-22:30] Inauguration du salon salon Prestiges-Paris
Location:
Carrousel du Louvre
99, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Mail : communication@parisexpo.fr
Internet Site : www.carrouseldulouvre.fr
Description:
Inauguration du salon salon Prestiges-Paris

[19:30] La nuit des favor'i 2009
Location:
Pavillon Gabriel - Potel et Chabot
5, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 42 68 18 18
Fax : +33 (0)1 42 68 04 96
Mail : gabriel@poteletchabot.fr
Internet Site : www.poteletchabot.com/lieux-reception/pavillon-gabriel.htm
Description:
La participation à cet évènement se fait sur invitation exclusivement. Une invitation strictement personnelle sera demandée à l'accueil.

En savoir plus sur la nuit des favor'i

Lancés en 2007 a l'occasion des 50 ans de la Fevad, les Favor'i du e-commerce se sont rapidement imposés comme le prix de référence du e-commerce aussi bien pour les e-marchands, que pour les internautes.

Ce Prix, qui récompense les meilleurs sites de vente en ligne a pour objectif d'encourager et de promouvoir l'excellence et la satisfaction client dans le domaine de l'e-commerce, de mettre en avant les nouveaux sites qui émergent ou les meilleures pratiques qui s'affirment mais aussi, de valoriser la créativité, l'innovation et l'éthique au service de la qualité et de la performance des sites. A travers son palmarès, ce Prix unique offre une vision professionnelle mais également grand public de cet univers.





[20:00-22:30] Avant-première publique de Rec 2
Location:
UGC Ciné Cité Les Halles
7, place de la Rotonde
Nouveau Forum des Halles
75001 Paris
M° Les Halles
France
Phone : 08 92 70 00 00 #11
Internet Site : www.ugc.fr/complex.do?comeFrom=allMoviesLink&complexId=HORIZ
Description:
Une avant-première de REC 2 va avoir lieu en présence des réalisateurs !

En effet , Jaume Balaguero et Paco Plaza seront présents pour présenter cette suite très attendue, qui sortira en salle le 23 décembre. Pour comprendre pourquoi il faut absolument y aller, allez lire notre critique plus que dythérambique.

www.rec2-lefilm.com

[20:00] Signature du livre « Cigares » de Guillaume Tesson
Location:
Publicis Drugstore
133, avenue des Champs-Elysées
75008 Paris
M° Charles de Gaulle - Etoile, George V
France
Phone : +33 (0)1 44 43 79 00
Internet Site : www.publicisdrugstore.com
Description:
Dédicace de « Cigares »

Signature du livre « Cigares » (Hachette Pratique) de Guillaume Tesson, photographies de Luc Monnet, dans l'espace cave à cigare/cave à vin du Drugstore Publicis, aux côtés des auteurs du guide Havanoscope 2010.

Seront également présents à la Librairie du rez-de-chaussée pour ce lancement des festivités Noël 2010 « Pop your X-Mas » : Laurant Deutsch, Eliette Abecassis, Isabelle Giordano et Jean-Charles de Castelbajac.

Sur présentation du flyer « Pop your X-Mas » imprimé, 20% de remise de 20 h à 2 h du matin sur l'ensemble du Drugstore (sauf points rouges, tabac, presse, pharmacie, brasserie, 10% Pierre Hermé Paris, 5% librairie).


17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés