Saturday, January 16, 2010
Public Access


Category:
Category: All

16
January 2010
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

  Exposition de Claire Morgan "LIFE, BLOOD"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
sculpture, installation

Vernissage le samedi 16 janvier de 18h à 21h, en présence de l'artiste
Exposition du 16 janvier au 25 février 2010
Mardi-Samedi 11h-19h

Après avoir présenté le travail de Claire Morgan dans le cadre d'expositions collectives, la galerie Karsten Greve est heureuse d'annoncer la première exposition personnelle de cette jeune artiste Irlandaise née en 1980 qui comprendra un ensemble de sculptures-installations spécialement conçues pour cette occasion.

L'œuvre de Claire Morgan est enracinée dans le désir futile que nous avons de vouloir qualifier la vie et la mort. Les êtres humains, comme tout élément du monde naturel sont fragiles : entités individuelles de quelque chose beaucoup plus vaste. Elle explore la condition humaine et interroge la valeur réelle ou l'impact que l'individu pourrait avoir. Luttant avec ces questions, le travail de Claire Morgan est une tentative personnelle cherchant à évaluer la complexité, la beauté, l'horreur et la vanité d'être humain et animal.

Ces nouvelles œuvres explorent les petites découvertes silencieuses qui se produisent entre les deux extrêmes que sont la naissance et la mort, rencontres accidentelles ou hasardeuses entre animaux et plantes, entre nous êtres humains et nos déchets. Elles examinent les situations où la nature interagit avec ce qui la défie : nous et nos dérivés. Dans l'exposition, une chouette effraie et des milliers de graines en suspension dans l'air sont suspendues avec des fragments de déchets plastiques et des cafards. « Pour moi cela illustre un moment où il se peut que la perfection et le désastre fusionnent. J'essaie d'exprimer que nous sommes des animaux même si nous faisons semblant de ne pas en être. Les animaux dans mon travail font référence à notre manière de fonctionner, de vivre et de souffrir dans les environnements que nous avons créés pour nous-mêmes. »

Toutes les œuvres intègrent une ambivalence, la beauté plastique et la gracilité s'opposent à l'horreur de la chute et de la mort, les installations en suspension révèlent un état entre mouvement et immobilité. La différence entre le bon et le mauvais reste vague, les animaux sont petits, relativement insignifiants mais beaux. En revanche les formes géométriques qui les entourent sont de taille imposante et demandent une certaine attention. En les examinant de plus près, on s'aperçoit qu'elles comportent des erreurs humaines, un manque de solidité dans la structure composée de milliers de fragments négligeables sans valeur individuelle et sans lien entre eux. Claire Morgan cherche à atteindre une forme d'émotion ou de beauté à partir de matériaux et d'objets ordinaires. Dans ses compositions la combinaison des couleurs, l'échelle, la géométrie, l'organique et l'inorganique ont tous leur importance.

Œuvres à part entière et indépendantes des installations, un ensemble d'œuvres sur papier sera également montré dans l'exposition. A chaque nouvelle sculpture, Claire Morgan, réalise la taxidermie sur une feuille de papier qui sert ensuite de support au dessin. Le papier garde la trace des résidus de la taxidermie, des fluides corporels de l'animal, des traces de scalpel et des produits chimiques utilisés, ainsi que des notes de l'artiste concernant la taille du spécimen. Claire Morgan dessine ensuite l'animal en question dans le scénario sculptural qu'elle a imaginé pour lui. Dans cette pratique Claire Morgan aime que la précision anatomique côtoie le désordre de la véritable mort de l'animal. La futilité d'essayer d'atteindre un degré de perfection sur une page déjà souillée est une expérience à laquelle elle aime se livrer.


Claire Morgan, Fantastic Mr Fox, 2008. Exposition à la James Hockey Gallery, UCA, Farnham, UK. Photo © Claire Morgan

Depuis 2003 Claire Morgan poursuit une carrière en tant qu'artiste visuelle. Elle a exposé à plusieurs reprises notamment à Belfast et Londres ainsi qu'en Europe, elle a également bénéficié de résidences et de commissions en Grande Bretagne et a participé à plusieurs expositions collectives internationales.




Claire Morgan, Fluid, 2009. Présenté à l'exposition Building With Colour de la Gallery North, Newcastle, UK,
et à Consumer au Palais de Tokyo, Paris. Crédit photo : Kris Heath

4ème édition du week-end chocolat
Location:
Hippodrome de Paris-Vincennes
2, route de la Ferme
75012 Paris
M° RER A Joinville-le-Pont
France
Phone : +33 (0)1 49 77 17 17
Description:
16 et 17 janvier

Paris sur glace 2009-2010
Location:
Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris
Place de l'Hôtel de Ville
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Description:
du 18 décembre 2009 au 6 mars 2010

La Mairie de Paris reconduit l'opération Paris sur glace en installant deux patinoires de plein air à destination des Parisiens du vendredi 18 décembre 2009 au samedi 6 mars 2010. L'Hôtel de Ville accueille sur une superficie totale de 1365 m², une grande patinoire et une petite patinoire de 208 m² à destination des jeunes enfants et débutants. Le site de Montparnasse accueille une patinoire de 770 m² (22x35).

A Montparnasse, la patinoire sera équipée d'un tapis synthétique de nouvelle génération permettant une meilleure appréhension des risques de chute et un apprentissage facilité pour le plaisir d'un public novice et familial.

La patinoire en glace de l'Hôtel de Ville fera le bonheur des amateurs de vitesse et d'une pratique sportive.

L'accès des patinoires est gratuit et la location de patins est de 5€.

Des moniteurs diplômés s'adaptent aux différentes attentes (initiation, démonstration, hockey sur glace…) et aux différents publics (grand public débutant ou habitué, groupes scolaires, centres de loisirs, centres d'initiation sportive, école municipale des sports…). Ils assurent ainsi une mission de conseiller technique et de médiateur pour sécuriser l'espace de glisse.

Exposition "L'âge d'or Hollandais - De Rembrandt à Vermeer"
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
Du 7 octobre 2009 au 7 février 2010
Tous les jours de 10h30 à 18h. Nocturne tous les premiers mercredis du mois jusqu'à 21h.

La Pinacothèque de Paris s'associe avec le Rijksmuseum d'Amsterdam pour présenter l'une des périodes les plus intéressantes de l'histoire de l'art : le XVIIe siècle hollandais.
L'exposition présentera un ensemble exceptionnel de plus de cent trente pièces dont une soixantaine de tableaux, une trentaine d'œuvres graphiques (dessins et aquarelles), une dizaine de gravures ainsi qu'une dizaine d'objets pour illustrer de manière très représentative la période (tapisseries, faïences, miniatures en bois, argenterie et verrerie).


Expositions Chomo + Marie MOREL
Location:
Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses, Château Rouge, Barbès - Rochechouart
France
Phone : +33 (0)1 42 58 72 89
Fax : +33 (0)1 42 64 39 78
Mail : info@hallesaintpierre.org
Internet Site : www.hallesaintpierre.org
Description:
10 septembre 2009 - 7 mars 2010

Horaires
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Fermeture billetterie à 17h30

Tarifs
Expositions temporaires : 7,50€, tarif réduit 6€


CHOMO
"Le Débarquement Spirituel"

Il y a dix ans mourait Chomo, l'ermite de la forêt de Fontainebleau, artiste total à la fois poète, musicien, peintre, sculpteur, architecte, et auteur d'un film récapitulatif de toute son œuvre, plus long que le Mahâbhârata : Le Débarquement Spirituel. Une véritable légende vivante, dont l'empreinte est profonde sur tous ceux qui l'ont rencontrée.

Des milliers de visiteurs, de toutes conditions, ont été admis, au fil des ans, dans le territoire mythique de son Village d'Art Préludien, sur la commune d'Achères-la-Forêt, non loin du Cyclope de Jean Tinguely et de la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, où est enterré Jean Cocteau, à Milly-la-Forêt. D'Angleterre, des Etats-Unis, d'Allemagne, du Japon, la télévision est venue filmer l'Eglise des Pauvres, le Sanctuaire des Bois Brûlés ou le Refuge, trois chefs d'œuvre de l'architecture spontanée de Chomo, réalisés, comme toute son œuvre, en matériaux de récupération : bois morts de la forêt, grillage, plâtre, bouteilles, tôles de voitures, glanés dans les sous-bois, les décharges publiques et les casses automobiles des environs.

Déjà, en 1960, les derniers surréalistes, André Breton, Salvador Dalí, Joyce Mansour, Henri Michaux, mais aussi Cocteau, Anaïs Nin, le peintre Atlan, les galeristes Claude Bernard et Iris Clert ou même Picasso, avaient admiré, à Paris, les Bois Brûlés de Chomo, ses assemblages de verre et ses toiles lacérées, dans l'unique exposition qu'il devait consentir avant de se retirer du monde. Par la suite, sur les traces de Clara Malraux, mandatée en son temps par le Ministère des Affaires Culturelles pour faire protéger le site à ses débuts, des personnalités aussi différentes que Bernard Anthonioz, Jacques Attali, Henri-Claude Cousseau, Jean-Hubert Martin, se sont rendues dans le « Royaume » de Chomo, pour voir de plus près celui qui se disait aussi médium et guérisseur et vivait dans une telle symbiose avec ses abeilles qu'une séquence « choc » lui a été consacrée, en 1965, dans un film d'Edouard Logereau, Paris-Secret.

Bernard Lassus, Michel Ragon, les peintres Jean Revol, Lisette Combe et Jean de Maximy, le sculpteur Josette Rispal, les photographes Jean-Paul Vidal, Marcus Schubert, Jean-Claude David, Pascal Brousse, Minot-Gormezano, le psychiatre Gaston Ferdière, Michel Thévoz, de la Collection de l'Art Brut de Lausanne, Jean-Paul Favand du Musée des Arts Forains, John Maizels, de la revue internationale Raw Vision, et beaucoup d'autres ont été parmi les admirateurs et défenseurs de l'univers de Chomo. Clovis Prévost et Antoine de Maximy lui ont consacré un film. J'ai moi-même recueilli les souvenirs et les pensées de Chomo, dans un livre iconoclaste publié en 1978. France Inter, France Culture, Radio Libertaire sont venus enregistrer la poésie sonore, les musiques expérimentales et les propos détonants de cet écologiste avant l'heure, grand pourfendeur de la société de consommation, auquel une Fondation a même été un temps dédiée, destinée à protéger le lieu et l'œuvre de Chomo.

Mais Chomo était un irréductible, et s'il avait décidé de poursuivre son œuvre en-dehors du circuit des galeries et du marché, payant sa rébellion au prix fort de l'inconfort et de la solitude, c'était pour préserver sa liberté totale d'esprit et de création, pour pouvoir sans entraves enseigner sa voie à tous ceux qu'il prenait au piège de son rêve, et pour rester jusqu'au bout fidèle à sa révolte contre une société qu'il estimait gravement dévoyée, sur une planète elle-même en grand danger.

Depuis dix ans, l'univers de Chomo n'est plus accessible au public, et ce créateur inoubliable, ce visionnaire tourmenté par tous les excès de l'inspiration, auteur de centaines d'expériences de tous genres en sculpture, peinture, poésie, musique, cinéma, est en passe de disparaître de l'écran de nos mémoires. Il était temps que la France reconnaisse cet artiste extraordinaire, trop longtemps cantonné dans les curiosités du bord des routes, et rende hommage à celui que le chanteur britannique Jarvis Cocker, dans son road movie Journeys into the Outside (Voyages dans l'ailleurs), tourné l'année même du décès de Chomo, considérait déjà comme un monument du XXème siècle. Ce sera l'honneur et la fierté de la Halle Saint Pierre d'avoir eu, la première, ce souci et ce privilège. Puissent, dans cette lancée, les pouvoirs publics prendre les décisions qui s'imposent afin de consacrer à Chomo, sur le lieu où il a vécu, le musée qu'il mérite.

Laurent Danchin

Commissaires de l'exposition :
Laurent Danchin, Critique d'Art et Écrivain

Martine Lusardy, Directrice de la Halle Saint Pierre




Marie MOREL
"Les trois personnes de l'espace"

Marie Morel est un des plus grands peintres vivants. J'ai beaucoup appris d'elle. J'ai travaillé avec elle sur un grand tableau de six mètres qui fut intitulé « Louise Michel ». Matisse se posait la question : Comment faire pour qu'il n'y ait pas un déséquilibre entre les points faibles de la toile et les points forts, entre des régions puissantes et des fonds vides, entre ce qui s'élève et ce qui s'efface, soudain rejeté dans l'ombre de ce qui s'élève ? Pour que quelque chose surgisse avec densité, ne faut-il pas que quelque chose, à côté, nécessairement s'affaiblisse ? La réponse de Marie Morel est la saturation de tous les points sur la surface dans une marqueterie de scènes intenses. La scène sexuelle représentée en 6.20 est aussi puissamment peinte et aussi bouleversante que celle située en 27.8. Or ni l'une ni l'autre ne sont connaissables panoramiquement. Mais Marie Morel a poussé le problème que se posait Matisse plus loin encore : elle a ajouté au problème du déséquilibre des points faibles et des points forts sur la surface de la peinture le problème du déséquilibre des trois points de vue dans l'espace que la vision de la peinture requiert. Freud disait : il y a deux positions, fort et da. Ailleurs ou là. Absent ou présent. Mort ou vivant. L'art es tout entier dans ce jeu terrible qui joue entre le perdu et l'apparaissant. Mais Humboldt disait : il y a trois positions dans l'espace : hier, da, dort. Ici, là, loin. De ces trois positions dans l'espace dérivent les trois personnes dans la langue : je, tu, il. Par exemple en peinture Je, c'est le nez sur la toile lorsqu'on peint. Tu, le visage ou le buste à mi distance quand on regarde. Il, le corps inconnu qui pousse la porte et aperçoit de très loin la toile.

J'évoque le mouvement incessant du peintre dans l'atelier cherchant l'impossible encablure, l'introuvable vol d'oiseau, l'inexistante « bonne distance » vis-à-vis du chevalet qui supporte la peinture.

Marie Morel associe les trois personnes aux trois positions.

De tout près c'est je, c'est hier, c'est ici. C'est pour ainsi dire le monde interne. C'est le labyrinthe où la mosaïque incruste ses scènes et inscrit se noms. C'est le livre ; Ici, on peut lire les phrases écrites. Ici, on peut entrer à l'intérieur du cadre de chaque saynète.

A mi distance c'est tu, c'est da, c'est là, en face. C'est l'ensemble des couleurs, l'équilibre des formes. C'est le tout se donnant d'assez près pour saisir l'ensemble et percevoir la nature de son contenu (mais plus assez près pour subir l'ascendant de chaque scène sexuelle, plus assez près pour pouvoir lire les mots qui entourent les figures qu'immobilise le désir au sein de chaque petit encadrement de branches mortes).

De loin, c'est il, c'est dort, c'est là-bas, surgissant dans le loin, à partir du loin. Ce sont les grands monochromes abstraits que j'admire tant, c'est la futaie, architecture où l'image se cache, prédateur à l'aguet, autre inconnaissable sur le point de bondir.

Voilà la triple avancée qui me subjugue à chaque fois dans les peintures de Marie Morel.

J'appelle « peintures de Marie Morel » tous les grands formats dès l'instant où ils sont exposés dans l'espace qui est nécessaire aux trois visions. (...)

Pascal QUIGNARD, 2009
Extrait du texte, livre-catalogue Marie Morel

http://www.mariemorel.net

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:00] 3ème volet de « Parties Prenantes »
Location:
Bétonsalon
Centre d'art et de recherche
47, quai Panhard et Levassor
Esplanade des Grands Moulins - Rez-de-chaussée de la Halle aux Farines
9, esplanade Pierre Vidal-Naquet - BP 90415
75626 Paris Cedex 13
M° Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 84 17 56
Fax : +33 (0)1 45 84 17 56
Mail : info@betonsalon.net
Internet Site : www.betonsalon.net
Description:
3ème volet de « PARTIES PRENANTES » / EXPERIMENTATION PROPOSEE PAR L'ECOLE DES ARTS POLITIQUES, Sciences Po Paris

3ème volet de « PARTIES PRENANTES »
Légende visuel : Emilie Marc et Lucille Uhlrich, Le show du partenariat, 2009

L'Ecole des arts politiques est un projet initié par Bruno Latour, philosophe et sociologue des sciences, à Sciences Po (ouverture prévue en septembre 2010 – pour une présentation détaillée, cliquez ici). Prenant comme point de départ la question de la zac Paris-Rive Gauche, cette future école propose une expérimentation de travail dans le cadre de « Parties Prenantes ».

« Il faudrait pouvoir inventer de nouvelles façons de travailler », se dit-on souvent, « de nouvelles formes de représentation » pour donner une visibilité à des questions qui ne savent comment s'exprimer. Nous sommes persuadés d'une chose : la forme de représentation que l'on inventera dépendra entièrement de la nature du collectif qui tentera de la produire. Aussi, bien que l'on réunira des architectes, des artistes, des chercheurs, il ne s'agira pourtant ni de science, ni de politique, ni d'art : la tâche sera en avant de ces disciplines et n'appartiendra à aucune d'entre elles.
Pourrons-nous proposer une forme qui évite l'exposition d'artistes-faisant-de-l'art, couplée au terrible colloque universitaire venant lui donner ses lettres de noblesse ? Plutôt, des modules au sein desquels élaborations théoriques et dispositifs artistiques sont indissociables et produisent alors des formes de savoir et des types d'expérience non disciplinaires.
Pour nous, « Parties Prenantes » ne se résumera pas uniquement aux deux journées du 16 et du 30 janvier. Ce sera d'abord un processus de travail qui montrera qu'expériences théorique et artistique sont intimement liées, que la nature d'un groupe et la forme d'un problème public ne sont que les deux faces d'une même pièce.
valérie pihet – franck leibovici

Avec : Nathalie Blanc, Damien Bright, Dominique Dehais, Elsa Delberghe, Emmanuel Doutriaux, Bastien Gallet, Camila Gomes Sant Anna, Franck Leibovici, Patrice Maniglier, Emilie Marc, Axel Meunier, Valérie Pihet, Lucille Uhlrich, Tommaso Venturini

et l'Université Paris Diderot -Paris 7, l'ENSA Paris Val de Seine, Sciences Po Paris, La Forme des Idées

Exposition présentée du 16 au 30 janvier

Programme du samedi 16 janvier :
14h : Performance proposée par Emilie Marc et Lucille Uhlrich
15h : La dalle au dessus des voies ferrées est la terre de Paris Rive Gauche. Performance proposée par Axel Meunier et Damien Bright, avec Arnaud Bichon
16h : Lire la ZAC. Récit de Nathalie Blanc

Programme du samedi 30 janvier :
14h : ZAC Pictionary : Dessine moi une ZAC
(La face cachée de la ZAC ou Toute la vérité sur la ZAC ou Voyage au bout de la ZAC)
Plus d'infos sur « Parties Prenantes »

Les parties prenantes sont des acteurs (individuels ou collectifs) concernés par un projet ; elles tissent des réseaux de relations basées sur l'interdépendance. Etudiant, professeur, personnel de l'université, artiste, habitant, enfant, passant, chien, commerçant, employé, association pourraient former un organigramme possible du quartier de la ZAC Masséna Paris Rive Gauche (Zone d'Aménagement Concertée du 13e arrondissement). Le projet d'exposition « Parties Prenantes » invite ces acteurs à confondre et à entremêler leur lecture du contexte, créant ainsi une représentation complexifiée de cet espace urbanistique. Ce concept de représentation – au sens de rendre sensible des processus aux moyens de signes, d'images, de textes, ou de cartes – sera envisagé à travers le croisement de champs souvent disjoints, tels que les sciences, la politique et l'art.
Comment, au sein d'un projet, un centre d'art peut-il articuler recherche, création et pédagogie avec les caractéristiques de son contexte ? Comment la représentation peut-elle jouer un rôle dans la compréhension et la transformation d'un quartier ? Comment créer un projet « participé », pensé comme un espace d'interprétations ? Autant de questionnements auxquels les participants de « Parties Prenantes » réagiront en développant les formes et les pratiques qu'ils jugeront adéquates, nées de l'entente, du compromis ou du conflit.
« Parties Prenantes » est un projet sur les pratiques de production collective et de transmission des savoirs, travaillant les modèles de l'école et de la pédagogie, et de l'oralité. Bétonsalon invite des écoles, pour enclencher, encadrer, développer différents projets avec les usagers du quartier. Elles ont pour spécificité de développer une pratique artistique contextualisée, moins centrée sur la production d'objets que sur l'attention au processus de collaboration.

[14:00-19:00] Projet "Sol Lewitt - artist's books 1967-2002"
Location:
&: Christophe Daviet-Thery
Galerie Christophe & Nathalie Daviet-Théry
10, rue Duchefdelaville
75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand, Chevaleret
France
Phone : +33 (0)1 53 79 05 95
Mobile : +33 (0)6 07 71 81 59
Fax : +33 (0)1 53 79 06 19
Mail : daviet-thery@wanadoo.fr
Internet Site : www.daviet-thery.com
Description:
du 16 janvier au 18 avril 2010
vernissage le 16 janvier 2010 de 14h à 19h

[14:00-20:00] Vernissage de Geneviève Asse "Impressions"
Location:
Galerie Catherine Putman
40, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 45 55 23 06
Fax : +33 (0)1 47 05 61 43
Mail : contact@catherineputman.com
Internet Site : www.catherineputman.com
Description:
16 janvier - 6 mars 2010
vernissage le 16 janvier de 14 à 20 heures

La galerie Catherine Putman, qui collabore depuis de nombreuses années avec Geneviève Asse et édite ses estampes depuis 1999, lui consacre pour la première fois une exposition monographique. Elle présentera un ensemble de petites peintures et de gravures. Geneviève Asse « aime peindre jusqu'à la pointe de l'œil et dessiner de la même façon, c'est-à-dire jusqu'à l'extrême, jusqu'au plus aigu. Au moyen de la gravure, je crois que je peux atteindre, justement, cet aigu extrême qui m'attire ».
Une trentaine d'œuvres récentes de petits formats sera dévoilée, principalement des huiles sur papier, accompagnée d'une sélection d'estampes au burin, à la pointe sèche et à l'aquatinte. Y domine toujours le bleu, donc l'artiste dit : « Il est venu me chercher, puis s'est graduellement répandu. [...] Je ne fais qu'un avec cette couleur. [...] Et ce n'est pas seulement une couleur ou un sentiment. C'est un langage. » . Des surfaces bleues qu'elle divise, souvent au moyen de la règle, par de fines lignes blanches ou rouges qui partitionnent l'espace.
Ne se réclamant d'aucune école, étrangère aux courants et aux modes, Geneviève Asse, née à Vannes en 1923, pratique distinctement la peinture, la gravure et le dessin, dans ses ateliers de Paris et de l'Île-aux-Moines.
Présente à l'exposition elles@centrepompidou au Musée national d'art moderne (27 mai 2009 - 24 mai 2010), l'artiste fait également l'objet d'une grande rétrospective au musée des Beaux-arts de Rouen (26 novembre 2009 - 28 février 2010).

Vernissage de Geneviève Asse "Impressions"

[14:00-21:00] Vernissage de Pierre Ardouvin "Les quatre saisons"
Location:
Galerie Chez Valentin
9, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 42 55
Fax : +33 (0)1 48 87 44 35
Mail : galerie@galeriechezvalentin.com
Internet Site : www.galeriechezvalentin.com
Description:
du 16 janvier au 20 février 2010
Vernissage le 16 janvier de 14h à 21h

[14:00-20:00] Vernissage de l'exposition collective "Le carillon de Big Ben"
Location:
Gilles Drouault galerie/multiples
Galerie de Multiples, GDM
17, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 21 77
Fax : +33 (0)1 48 87 21 77
Mail : contact@galeriedemultiples.com
Internet Site : www.galeriedemultiples.com
Description:
Du 16 janvier au 18 février

invitée par GDM, Claire Le Restif présente
Le carillon de Big Ben :
Leonor Antunes, Renée Levi, Bojan Šarčević

Special guest
Didier Rittener

Vernissage samedi 16 janvier, à partir de 14 heures

Lorsque Gilles Drouault m'a invitée à la Galerie de Multiples, j'ai accepté avec la ferme intention de ne pas faire une exposition mais de produire un projet.

Pour ne pas être de passage et inscrire cette proposition dans l'histoire de la galerie, au long cours.

J'ai eu envie immédiatement d'inviter des artistes étrangers avec lesquels j'ai déjà eu l'occasion de travailler, dans une échelle toute autre.

Le lieu intime de la galerie m'a indiqué certaines notions telles que l'échelle, le format, la mesure, le déploiement et le repli.

C'est ce qu'on observe dans la proposition de Leonor Antunes (née en 1972). Le système de triangulation qui constitue son œuvre, s'inspire directement du système de mesure de l'arc du Méridien inventé par deux arpenteurs astronomes, Delambre et Méchain, entre Dunkerque et Barcelone, entre 1792 et 1798. Dans son travail artistique, elle reconsidère, se saisit, retient, étudie au travers de la lecture libre et propre à elle-même : une forme, un fragment, un plan. De plus la duplication est une de ses préoccupations majeures. Un de ses premiers catalogues portait comme titre Duplicate : manifeste.

Le travail de Bojan Sarcevic est très emprunt des questions de construction, de déconstruction et de reconstruction. Le multiple proposé par Bojan Sarcevic (né en 1974) évoque une étagère de petite dimension accrochée au mur près du sol. Cette sculpture, structure fragile, reconsidère d'une certaine manière l'ambiguïté avec laquelle les designers du Bauhaus produisaient des objets à la lisière de l'art, en série.

Renée Levi (née en 1960) est peintre. Elle travaille une peinture déployée dans l'espace. Mais elle réalise également des tableaux. Ici elle répond par une image. A contre-jour, éblouie, Renée Levi cache ses yeux. Devant elle on devine une benne dans laquelle elle a plongé certains de ses tableaux sur châssis, restés emballés. L'intensité des couleurs qu'elle utilise, les fluorescents en particulier, qui électrisent l'espace et donne une vibration au contexte, se taisent. C'est une image distancée, humoristique que nous confie Levi, d'autant qu'elle a invité Olivier Mosset à écrire un texte sur cette image, lui qui ne s'intéresse, dit-il, qu'à la peinture.

Didier Rittener (né en 1969) s'intéresse à la mémoire collective (aux images multiples, issues de livres savants ou de vulgarisation) et individuelle liée à la sélection personnelle que l'on opère à travers cette multiplicité d'images. C'est parce qu'il défie la notion d'originalité et qu'il utilise des sources existantes que j'ai souhaité l'associer à cette exposition.

Dans son livre manifeste « Libre de droits » (le titre provient des encyclopédies visuelles « L'aventurine » qui propose d'anciennes représentations libres de droits qui peuvent être reproduites et dont on peut s'inspirer. Car ré-utiliser des formes existantes, doit-on le rappeler, est un langage. La partie continue !

Claire Le Restif


[15:00] Décrochage de l'exposition "La question du Petit Prince"
Location:
Galerie Brissot Art Contemporain
48, rue de Verneuil
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 96 08 92
Mobile : +33 (0)6 07 36 29 44
Fax : +33 (0)1 42 96 08 64
Mail : galeriebrissot@orange.fr
Internet Site : www.contemporaryart-gallery.com
Description:
Exposition de Pascale Pilate et Aleksandar Petrovic "La question du Petit Prince"

05/11/2009 - 23/01/2010

Inauguration de la deuxième scénographie de l'exposition "duo" de Pascale Pilate et Aleksandar Petrovic: La question du Petit Prince.

L'exposition rassemblant les derniers travaux de Pascal Pilate et Aleksandar Petrovic, imaginée par la galeriste Bénédicte Chauliac, est conçue comme une réflexion sur la symbolique développée dans le livre d'Antoine de Saint-Exupéry. Véritable hommage au personnage du Petit Prince, elle s'adresse à tous ceux qui désirent échapper à la trivialité du quotidien et se retirer, le temps d'une visite, vers d'autres cieux...

Pascal Pilate "l'acte amoureux"

Si la peinture du concept permet à l'acte créateur de Pascal Pilate de faire entendre l'ontologie du visible et de l'invisible, de l'éphémère et du durable, du probable et de l'improbable, l'engagement de l'homme fait acte amoureux de l'art dans une poétique de modernitédont l'étendard, se réfèrant à Beaudelaire, serait "intimité, spiritualité, couleur, aspiration vers l'infini..."

Aleksandar Petrovic "le geste simple"

Les sculptures d'Aleksandar, conçues par assemblage que le hasard et l'invention ont fait s'apprivoiser, sont des machines à explorer l'Univers : Mobiles et lumineuses, joyeuses et facétieuses, leur mécanique sonde notre âme d'enfant pour nous ré-orienter vers l'Essentiel d'un monde heureux recomposé.
"Petroland"
Aleksandar Petrovic nous invite à découvrir son univers secret dont la structure est le ciel et l'architecte, le rêve.

[15:00] Vernissage : Erró Jacquet Klasen Raynaud Schlosser
Location:
Galerie Maïa Muller
19, rue Chapon
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)9 83 56 66 60
Mobile : +33 (0)6 68 70 97 19
Mail : contact@galeriemaiamuller.com
Internet Site : www.galeriemaiamuller.com
Description:
Vernissage samedi 16 janvier à partir de 15h
Exposition du 16 janvier au 15 février 2010

[15:00-18:00] Vernissage de Damien Vassart "PARIS"
Location:
Galerie du Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris
M° Notre-Dame-des-Champs, Vavin
France
Phone : +33 (0)1 42 22 26 50
Mail : lucernaire.assist@wanadoo.fr
Internet Site : www.lucernaire.fr
Description:
Du lundi 11 janvier au dimanche 31 janvier 2010
Vernissage le samedi 16 janvier de 15h à 18h

Damien Vassart nous propose une vision différente de Paris, aux antipodes de l'image de capitale agitée que l'on s'en fait. Une vision poétique et intemporelle qui incite à l'évasion et au rêve, et à travers laquelle on a l'impression d'avoir Paris rien que pour soi.


[15:00-18:00] Vernissage de Guillaume Horen "BIOTOPES"
Location:
Incognito Art Club 24h/24
16, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Mobile : +33 (0)6 51 80 33 94
Mail : artclub@incognito.vu
Internet Site : www.incognito.vu
Description:
milieux équilibrés occupés par des organismes en association

Vernissage(s) :
Jeudi 14 janvier 2010 de 18h à 21h
&
Samedi 16 janvier 2010 de 15h à 18h

Exposition du 15 janvier au 14 février 2010

[15:00-21:00] nouvel an berbère 2960 avec conférence et cocktail
Location:
Ben Azri Galerie-Boutique
24, rue Charles Baudelaire
75012 Paris
M° Ledru-Rollin, Gare de Lyon
France
Phone : +33 (0)1 43 40 04 99
Mobile : +33 (0)6 88 43 02 30
Mail : contact@benazri.com
Internet Site : www.benazri.com
Description:
nouvel an berbère 2960 avec conférence et cocktail



[16:00-21:00] Breaking Point - Kathryn Bigelow's life in art
Location:
castillo/corrales
80, rue Julien Lacroix
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 78 03 24 51
Mail : castillocorrales@gmail.com
Internet Site : www.castillocorrales.fr
Description:
January 16 - March 13, 2010

[16:00-21:00] Découverte de la marque Mareka Jeans
Location:
Espace Kiron
10, rue de la Vacquerie
75011 Paris
M° Charonne, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 44 64 11 50
Fax : +33 (0)1 43 73 55 10
Mail : galerie@kiron.fr
Internet Site : www.kiron-espace.com
Description:


elfassi emilie / eemilie@marekajeans.com

Mareka vous invite à découvrir et d'acquérir en avant-première les créations de la marque.

- Bénéficiez de réductions allant jusqu'à -40% sur l'ensemble de la ligne Jeans.

- Partagez un moment agréable dans une ambiance chic et décontracte, gourmandises et champagne au menu.

- Dans un contexte de Fashion week, découvrez le travail des designers de la marque au coffret.


>> Imprimer votre invitation

www.marekajeans.com

[16:00] Finissage de Humberto Poblete-Bustamante et Nicolai Huch
Location:
Galerie Polad-Hardouin
86, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Etienne Marcel, Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 05 29
Mail : contact@polad-hardouin.com
Internet Site : www.polad-hardouin.com
Description:
Les expositions de Humberto Poblete-Bustamante et de Nicolai Huch se terminent.

Ce samedi 16 janvier à partir de 16 heures, vous pourrez assister à une double « performance » à la galerie :
Jeanne Madic à l'accordéon diatonique
Humberto Poblete-Bustamante dans « Le baron James Ensor + ultra versus Grandilocuencia »

Humberto Poblete-Bustamante : Try to forget me
Nicolai Huch : Kiss of Sickness

L'espace 1 sera consacré à l'exposition
Humberto Poblete-Bustamante : Try to forget me.

Tourbillons de couleur, superpositions de couches épaisses et fluides, la mise à nu de la matérialité de la peinture et la rapidité d'exécution caractérisent le travail de cet artiste chilien né en 1961. Dans ses toiles récentes inspirées à la fois de l'histoire, de la littérature et de la poésie, la touche nerveuse et la ligne dynamique se conjuguent pour structurer la composition. La galerie lui consacre sa première exposition personnelle à Paris. Un catalogue écrit par le critique Adrian Dannatt (écrivain, commissaire d'expositions et critique d'art au Art Newspaper, New York) sera disponible.
Nicolai Huch, Kidnapping Sterntaler, 2009

L'espace 2 sera investi par
Nicolai Huch, Kiss of Sickness.

Sur de grandes toiles Nicolai Huch compose un univers théâtral fait de scènes troubles et énigmatiques, peuplées de figures hybrides. Son univers sombre et inquiétant, fruit de son imagination, se veut aussi une évocation de l'état actuel du monde. Nicolai Huch est né en 1977 en Allemagne. En 2008, il obtient son diplôme des Beaux-Arts sous la direction de Valérie Favre. Il est représenté à Berlin par Frisch, espace d'exposition privé dont le but est de promouvoir et de soutenir la création artistique. Son travail est montré pour la première fois en dehors de l'Allemagne.

Le même plaisir de peindre se fait sentir chez ces deux artistes qui font librement l'expérience de la peinture et dont les œuvres constituent une approche renouvelée de la représentation picturale.

Exposition du 5 novembre 2009 au 16 janvier 2010
La galerie sera fermée du 24 décembre au lundi 4 janvier

[16:00] Performances de Gwenaël Billaud et Loïc Connanski
Location:
The Window
Laboratoire d'expérimentations artistiques en milieu urbain
1, rue Gustave Goublier
75010 Paris
M° Château d'Eau, Strasbourg - Saint-Denis, Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)9 71 38 36 19
Mail : info@thewindowparis.fr
Internet Site : www.thewindowparis.fr
Description:

[16:00-20:00] Vernissage d'Igor Makarevich "manifestations conceptuelles"
Location:
Galerie Blue Square
14, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 49 96 59 17
Mobile : +33 (0)6 87 70 84 74
Fax : +33 (0)1 49 96 59 17
Mail : art@galeriebluesquare.com
Internet Site : www.galeriebluesquare.com
Description:
du 14 janvier au 13 mars

Galerie Blue Square is pleased to announce the arrival of the artist in Paris for the vernissage on Saturday 16 January from 4 to 8 pm.

On view will be a representation of works made from the early 1990s to the present, including new objects, paintings, and sculptures from the series Mushrooms of the Avant-Garde which was first presented in London last year. The exhibition will also include objects, paintings and photographs from earlier series including The Source of Life, Homo Lignum, and Magic of Ideology which were exhibited as part of the artist's retrospective exhibition at the State Tretyakov Gallery in 2005.

the artist, whose works are included in the collection of the centre pompidou, will be in paris for the event.

A basic defining feature of Makarevich and Elagina's work is their treatment of meaning and signification, solidly fixed in various movements of Russian - and non-Russian - twentieth-century art, including the most important and fundamental of them - such as the classical avant-garde of signification that is part of our contemporaries' intellectual baggage - that are placed layer on layer and mutually interwoven for maximum expressive effect.

Joseph Bakstein in his essay "Sign and Fate in the Works of Igor Makerevich and Elena Elagina" for the exhibition Makarevich & Elagina: Mushrooms of the Russian Avant-Garde, London, 2008.

[16:00-21:00] Vernissage de Ronald Ruseler "Champ ouvert"
Location:
La Réserve d'area
50, rue d'Hauteville
Fond de cour - 2ème étage
75010 Paris
M° Bonne Nouvelle, Château d'Eau
France
Phone : +33 (0)1 45 23 31 52
Fax : +33 (0)1 45 23 37 80
Mail : area.paris@wanadoo.fr, areavolta@gmail.com
Internet Site : www.lareserveparis.com
Description:




[17:00] Exposition d'ANNE-CATHERINE CHARBONNIER et DAMIEN GRANELLE
Location:
Espace Culturel Mompezat
Société des Poètes Français
16, rue Monsieur le Prince
75006 Paris
M° Odéon, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 40 46 99 82
Fax : +33 (0)1 40 46 99 11
Mail : stepoetesfrancais@orange.fr
Internet Site : stepoetfrancais.eklablog.com
Description:
du 16 au 30 janvier 2010
vernissage samedi 16 janvier 2010 à 17h

ANNE-CATHERINE CHARBONNIER, graveur
DAMIEN GRANELLE, sculpteur

[17:00] Hommage solennel à Marek Edelman
Location:
Maison des Métallos
établissement culturel de la Ville de Paris
94, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
M° Couronnes, Parmentier
France
Phone : +33 (0)1 48 05 88 27
Fax : +33 (0)1 48 05 88 21
Mail : info@maisondesmetallos.org
Internet Site : www.maisondesmetallos.paris
Description:
Marek Edelman, dernier commandant du soulèvement du Ghetto de Varsovie

[17:00-19:00] Signature du livre de photographie "PORTRAITS" de Patrick Rimond
Location:
Galerie-Librairie Impressions
17, rue Meslay
75003 Paris
M° Temple, République
France
Phone : +33 (0)1 42 76 00 26
Mail : impressions98@wanadoo.fr
Description:
Patrick Rimond signera son nouveau livre « portraits » le 16 Janvier de 17 heures à 19 heures et proposera une version one picture book à 25 exemplaires.

Prévisualistaion (avec quicktime installé) ici
http://www.patrickrimond.com/livre.html





[18:00] Exposition « Poésie Et Légèreté »
Location:
Centre Social Madeleine Rebérioux
27, avenue François Mitterrand
94000 Créteil
M° Créteil - Préfecture
France
Phone : +33 (0)1 41 94 18 15
Mail : csmadelienereberioux@nerim.net
Internet Site : www.cscreberioux.com
Description:
Exposition de photographes amateurs du Val-de-Marne autour du thème « Poésie Et Légèreté »

Du 11 janvier au 6 février
Entrée libre de 14h à 19h les lundis, de 14h à 21h les vendredis et de 10h à 13h + de 14h à 18h les samedis
Sur RDV pour les scolaires et les groupes
vernissage le 16 janvier

Des photographes proposerons leurs clichés, accompagnés d'un texte narratif, poétique, ou explicatif de leur relation à cette photo....

[18:00] Finissage de "c NIMP" l'exposition proposée par Thierry Théolier
Location:
Mycroft
13, rue Ternaux
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier
France
Mail : contact@mycroft.com.fr
Internet Site : www.mycroft.com.fr
Description:
Exposition du 12 au 16 janvier 2010
Vernissage le 11 à 18 h 00 jusqu'à 22 h 00

avec_
Fleur Martinat
Marjolaine Sirieix
Jean-François Sanz
Gwenaël Billaud (courtesy galerie Windows 41)

et les Saigneurs de la Night
[trio de DJ - new wave/cold wave]

Finissage le samedi 16 janvier ensuite on trace
aux Saucisses New Wave # 3 à l'udo !!!

[18:00] KRONIK INVASION - exposition autour du Kronik n°3
Location:
Librairie Apo(k)lyps
120, rue Legendre
75017 Paris
M° La Fourche, Brochant
France
Phone : +33 (0)1 42 28 01 50
Internet Site : librairieapoklyps.blogspot.com
Description:
Pour la sortie de son recueil de BD n°3, le collectif Kronik expose à la librairie APO(K)LYPS.

Vernissage et dédicace du kronik n°3 le samedi 16 janvier à partir de 18h

[18:00-20:00] Vernissage d'Alix Le Méléder "Dans l'instant"
Location:
Galerie Zürcher
56, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 72 82 20
Fax : +33 (0)1 42 72 58 07
Mail : info@galeriezurcher.com
Internet Site : www.galeriezurcher.com
Description:
16 janvier - 25 février 2010
Vernissage le samedi 16 janvier, 18-20h

Sur une toile uniformément blanche et de format carré, tantôt petite (80 x 80 cm) tantôt à taille humaine (190 x 190 cm), Alix Le Méléder marque de son pinceau une zone située près des angles, vers le bord, d'un geste mesuré par une tension semblable et la rotation d'un quart de tour, y déposant successivement la couleur. Les quatre taches colorées ainsi formées vibrent, en accord ou non. Est-ce dû à la giration qui les a imprimées initialement, on croit les voir glisser et décoller dans l'espace comme animées d'un mouvement et, pour ainsi dire, d'une vie propre.
Par ce processus de répétition du geste, Alix Le Méléder s'affranchit de toute expression et la peinture sort « abstraite » de ce mouvement. Là n'est pas la moindre des contradictions : le geste qui a initié la tache n'a aucune dimension narrative. Une fois le geste effectué, la trace de couleur déposée s'ajoute à la précédente pour se constituer, en un temps plus ou moins long en tache. Encore celle-ci est-elle de nature complexe et s'apparente-t-elle plus à ces « taches solaires », phénomènes photosphériques révélant à la surface du soleil des zones d'activité magnétique intense que les chinois observaient déjà il y a plus de mille ans. Ces témoignages extrême-orientaux comparent souvent ces taches à divers objets de la vie courante, notamment des fruits. Leur forme sur une toile d'Alix Le Méléder vue de près semble le suggérer. Cependant elles donnent également l'impression de quelque phénomène vu à distance et que cette distance n'est pas réellement mesurable sauf à considérer qu'elle peut être « astronomique ». Or les taches solaires identifiées en 1611 par Galilée, couplées par deux, peuvent en effet atteindre des centaines de milliers de kilomètres à la surface de la photosphère.
Elles sont constituées - comme les taches peintes d'Alix Le Méléder - d'une partie centrale plus dense et d'une partie périphérique plus claire et filamenteuse.
De telles observations astronomiques nous préparent à glisser vers des considérations d'ordre théologique: les toiles d'Alix Le Méléder peuvent ainsi apparaître comme des « inventions » (au sens de « découvertes »). Dans le blanc indifférencié de la toile, Alix Le Méléder invente sans cesse de nouveaux systèmes solaires de révolution en révolution. Ainsi que l'a bien remarqué Philippe Dagen : « D'une toile à l'autre, des différences s'établissent, perceptibles pour peu que l'on se montre assez attentif - des différences assez prononcées pour que chaque œuvre se distingue sans équivoque et que l'on soit tenté de la caractériser en termes de sensations et de sentiments. Autrement dit : les gestes du peintre changent un objet nu et étranger en espace vivant. Ils l'humanisent et l'organisent. Ils le rendent, si l'on peut dire, habitable. »


Née en 1955, Alix Le Méléder vit et travaille à Paris.

Expositions :

2008 Galerie Zürcher, Paris
2006 Peinture du temps, Galerie Zürcher, Paris
2005 Alix Le Méléder, Galerie Zürcher, Paris
2004 Le 19, Centre d'art de Montbéliard
Le corps, son image, ses représentations, Maison d'art contemporain de Chaillioux, Fresnes
2003 Voir en peinture, Le Plateau/Frac Ile-de-France
2001 Œuvres sur papier, Galerie Jean Fournier
1999 Alix Le Méléder, Maison d'art contemporain de Chaillioux, Fresnes


[18:00-21:00] Vernissage de Claire Morgan "LIFE, BLOOD"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
sculpture, installation

Vernissage le samedi 16 janvier de 18h à 21h, en présence de l'artiste
Exposition du 16 janvier au 25 février 2010

Après avoir présenté le travail de Claire Morgan dans le cadre d'expositions collectives, la galerie Karsten Greve est heureuse d'annoncer la première exposition personnelle de cette jeune artiste Irlandaise née en 1980 qui comprendra un ensemble de sculptures-installations spécialement conçues pour cette occasion.

L'œuvre de Claire Morgan est enracinée dans le désir futile que nous avons de vouloir qualifier la vie et la mort. Les êtres humains, comme tout élément du monde naturel sont fragiles : entités individuelles de quelque chose beaucoup plus vaste. Elle explore la condition humaine et interroge la valeur réelle ou l'impact que l'individu pourrait avoir. Luttant avec ces questions, le travail de Claire Morgan est une tentative personnelle cherchant à évaluer la complexité, la beauté, l'horreur et la vanité d'être humain et animal.

Ces nouvelles œuvres explorent les petites découvertes silencieuses qui se produisent entre les deux extrêmes que sont la naissance et la mort, rencontres accidentelles ou hasardeuses entre animaux et plantes, entre nous êtres humains et nos déchets. Elles examinent les situations où la nature interagit avec ce qui la défie : nous et nos dérivés. Dans l'exposition, une chouette effraie et des milliers de graines en suspension dans l'air sont suspendues avec des fragments de déchets plastiques et des cafards. « Pour moi cela illustre un moment où il se peut que la perfection et le désastre fusionnent. J'essaie d'exprimer que nous sommes des animaux même si nous faisons semblant de ne pas en être. Les animaux dans mon travail font référence à notre manière de fonctionner, de vivre et de souffrir dans les environnements que nous avons créés pour nous-mêmes. »

Toutes les œuvres intègrent une ambivalence, la beauté plastique et la gracilité s'opposent à l'horreur de la chute et de la mort, les installations en suspension révèlent un état entre mouvement et immobilité. La différence entre le bon et le mauvais reste vague, les animaux sont petits, relativement insignifiants mais beaux. En revanche les formes géométriques qui les entourent sont de taille imposante et demandent une certaine attention. En les examinant de plus près, on s'aperçoit qu'elles comportent des erreurs humaines, un manque de solidité dans la structure composée de milliers de fragments négligeables sans valeur individuelle et sans lien entre eux. Claire Morgan cherche à atteindre une forme d'émotion ou de beauté à partir de matériaux et d'objets ordinaires. Dans ses compositions la combinaison des couleurs, l'échelle, la géométrie, l'organique et l'inorganique ont tous leur importance.

Œuvres à part entière et indépendantes des installations, un ensemble d'œuvres sur papier sera également montré dans l'exposition. A chaque nouvelle sculpture, Claire Morgan, réalise la taxidermie sur une feuille de papier qui sert ensuite de support au dessin. Le papier garde la trace des résidus de la taxidermie, des fluides corporels de l'animal, des traces de scalpel et des produits chimiques utilisés, ainsi que des notes de l'artiste concernant la taille du spécimen. Claire Morgan dessine ensuite l'animal en question dans le scénario sculptural qu'elle a imaginé pour lui. Dans cette pratique Claire Morgan aime que la précision anatomique côtoie le désordre de la véritable mort de l'animal. La futilité d'essayer d'atteindre un degré de perfection sur une page déjà souillée est une expérience à laquelle elle aime se livrer.


Claire Morgan, Fantastic Mr Fox, 2008. Exposition à la James Hockey Gallery, UCA, Farnham, UK. Photo © Claire Morgan

Depuis 2003 Claire Morgan poursuit une carrière en tant qu'artiste visuelle. Elle a exposé à plusieurs reprises notamment à Belfast et Londres ainsi qu'en Europe, elle a également bénéficié de résidences et de commissions en Grande Bretagne et a participé à plusieurs expositions collectives internationales.




Claire Morgan, Fluid, 2009. Présenté à l'exposition Building With Colour de la Gallery North, Newcastle, UK,
et à Consumer au Palais de Tokyo, Paris. Crédit photo : Kris Heath

[18:00-20:00] Vernissage de Giovanni Anselmo
Location:
Galerie Marian Goodman
66&79, rue du Temple
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 04 70 52
Fax : +33 (0)1 40 27 81 37
Mail : parisgallery@mariangoodman.com
Internet Site : www.mariangoodman.com
Description:
jusqu'au 27 février

arte povera

[18:00-21:00] Vernissage de Martine Baijot "Figura"
Location:
Galerie AMTARES
29, rue Lamarck
75018 Paris
M° Lamarck - Caulaincourt, Jules Joffrin, Château Rouge
France
Phone : +33 (0)1 44 92 47 07
Mobile : +33 (0)6 09 66 37 15
Fax : +33 (0)1 44 92 47 07
Mail : amtares@wanadoo.fr
Internet Site : www.amtares.com
Description:
vernissage le 16 janvier 2010 à partir de 18h
du 5 au 30 janvier 2010
du mardi au samedi de 15h à 19h, et sur rendez-vous

"Dans un sillon, le pinceau encré vrille, tourbillonne
Il grouille, il cisèle des fleurs imaginaires,
Il modèle des corps,
Il éclabousse peinture, encre, pigments,
Un geste, un trait, le bout du pinceau ouvre la liberté.

Martine Baijot travaille dehors ou dans l'atelier,
Toujours à observer la réaction d'un hasard qui lui ouvre
d'autres chemins, solitude, incertitude.
Peindre l'émotion, la vie, le rêve, la fragilité,
Respecter l'inconscient.
Le silence, le vent, la nature, les cieux, la terre tourne
La transformation
Avec seulement quelques coups de pinceau pour que
la lumière caresse vos regards.
Alors, toiles et papiers prennent leur sens..."

Les gestes multiples de Martine Baijot.

Souvent spontanés, sans retour en arrière, parfois composés et réfléchis. les gestes de Martine Baijot envahissent l'espace de la toile ou du papier. Les pigments, les encres de Chine, les encres typographiques se déversent en filament sur la surface. Fluctuation des tracés bombés, marques de la brosse, taches, le peintre mène la danse. Entrelacs, accidents, surprises, le geste devient expressif. Il corrige, détourne et s'émerveille encore des transformations. Le trait se sent libre. Porté par le souffle, il est la marque de la présence duelle du corps et de l'esprit dans une peinture qui fouille le chaos, restitue l'énergie et la vie.

Catherine Plassart

http://martine-art.over-blog.com

[18:00-21:00] Vernissage de Mounir Fatmi
Location:
Galerie Hussenot
Eric Hussenot
5 bis, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 87 60 81
Fax : +33 (0)1 48 87 05 01
Mail : info@galeriehussenot.com
Internet Site : www.galeriehussenot.com
Description:
du 16 janvier au 20 février

[18:00-21:00] Vernissage de Philippe Fangeaux & Guillaume Poulain "Nous Deux"
Location:
Galerie Marion Meyer (rue des Trois Portes)
3, rue des Trois Portes
75005
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 46 33 04 38
Fax : +33 (0)1 40 46 91 41
Mail : contact@marionmeyercontemporain.com
Internet Site : www.galeriemarionmeyer.com
Description:
19/01/2010 - 27/02/2010

Philippe Fangeaux - Guillaume Poulain "Nous Deux"

Philippe Fangeaux est peintre. Né en 1963, il vit à Marseille. Il fut pensionnaire de la Villa Médicis en 1997 et 1998. Guillaume Poulain est sculpteur. Né en 1972, il fut élève de l'ENSBA à Paris et vit actuellement à Montpellier. Les deux œuvres différent en tout mais une même attitude face à l'art les réunie. Attitude à relier à la pensée d'Emmanuel Hocquard : « Penser que l'on voit ce que l'on voit est probablement une erreur ».

« Ce rire titanesque, il le situe de manière parfaitement topographique, en termes de surface et de plan, dont l'ordre originel se déséquilibre dans une dynamique d'ébranlement, de vacillement et de désidentification. (...)
En montrant que cette déstabilisation de l'espace de la toile, dans les grands châssis comme dans les petits formats, appuie la revendication d'une véritable position picturale : des paysages filmographique de 1995 à l'irruption des animaux de 1997 à 2000 ; de l'univers du jouet dans les années 2000 à la présence humaine à partir de 2001, puis à l'intervention de l'univers télévisuel, se succèdent et s'interpénètrent des directions aussi radicalement distinctes que rétrospectivement cohérentes.
Nerveusement tendu entre classique et contemporain, mais toujours à distance, le travail de Fangeaux s'affirme ainsi, selon l'expression, « intempestif ». Et c'est précisément de cette intempestivité qu'il tire sa puissance : celle qui, selon l'expression de Foucault, « secoue les familiarités ».
Extrait de « L'intempestif, sur la peinture de Philippe Fangeaux » par Christiane Vollaire, Août 2005

« [...] De la logique du ready made, Poulain se distingue par l'option, non de l'indifférence (n'importe quoi), mais de l'élection. Il prélève dans le contexte environnant, celui du supermarché ou du magasin de bricolage, l'objet qu'il aurait bien aimé avoir réalisé. [...]
Le côté apparemment mal fichu de certaines pièces (bien fait, mal fait, pas fait) n'est jamais le fait d'une quelconque négligence ou désinvolture, elles signent au contraire l'affirmation d'une position de l'artiste refusant que la virtuosité ou l'esbroufe technique tiennent lieu de qualité ou de critère artistiques. Rien à voir avec la fausse modestie, encore moins avec le populisme, mais toujours cette exigeante résolution : tirer l'art du plus profond de son absence.
A l'opposé du misérabilisme, cette posture discrète use volontiers de l'ironie et du sens de la dérision ; et ce serait manquer un aspect important de l'œuvre de Guillaume Poulain que de ne pas signaler cette propension à l'humour et au jeu [...]. »
Extrait de « Mine de rien » par Jean-Marc Huitorel, Février 2009

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Nouvel arrivage 2"
Location:
Espace d'art Contemporain Camille Lambert
35, avenue de la Terrasse
91260 Juvisy-sur-Orge
M° RER C et D Juvisy-sur-Orge
France
Phone : +33 (0)1 69 57 82 50
Fax : +33 (0)1 69 57 80 01
Mail : eart.lambert@portesessonne.fr
Internet Site : www.portesessonne.fr
Description:
Du 16 janvier au 19 février 2010
du mardi au samedi 14h-18h et sur rendez-vous
Vernissage samedi 16 janvier à partir de 18h

Exposition de 7 artistes diplômés de l'Ecole des Beaux-arts de Rouen entre 2005 et 2008 : Sabine Boquier, Elodie Boutry, Morgane Fourey, Grégoire Laisné, Simon Nicaise, Aurélie Sement, Cécile Tombarello

Commissariat : Philippe Richard

Rencontre avec Philippe Richard le mardi 19 janvier à 19h

L'Exposition Nouvel Arrivage 2 présentera les travaux de 7 artistes diplômés d e l ' Ecole des Beaux-arts de Rouen entre 2005 et 2008. Faisant suite à une première édition en 2008 qui avait permis de découvrir de jeunes artistes issus d e l'Ecole d'art et de Design de Saint-Etienne, ce second opus apportera un nouveau regard sur la création dans les écoles d'art et sur de jeunes artistes émergents.

Les artistes sélectionnés par Philippe Richard donnent à découvrir, dans une grande diversité de pratique, la singularité de leur engagement et la vitalité de leur démarche.

Sabine Boquier a choisi le dessin comme médium principal. Ses dessins ne représentent rien, ou si peu. Pourtant leurs présences s'imposent au spectateur.

Elodie Boutry intervient souvent in situ, proposant ainsi une réponse aux contraintes et qualités du lieu de l'exposition. La peinture se développe librement, intégrant tous les éléments présents. Elle devient espace.

Morgane Fourey questionne l'espace tel qu'on le voit ou le perçoit. Elle se joue des échelles et crée des objets ou espaces renvoyant à des mondes réels ou rêvés. Les matériaux utilisés sont autant de leurres nous renvoyant aux questions posées par la représentation du réel.

Grégoire Laisné pratique la gravure. Il l'envisage comme un moyen actuel permettant de développer une recherche originale où le médium disparaît face à la force des œuvres.

Simon Nicaise développe depuis déjà quelques années un travail où les fictions jouent un rôle central : Fiction d'être un artiste, un entrepreneur, un acteur de sa propre vie. Cela lui donne une grande liberté où l'humour et la malice jouent parfois un rôle non négligeable.

Aurélie Sement utilise la vidéo pour nous faire entrer dans un monde poétique mais pourtant très réel.

Cécile Tombarello photographie principalement des personnes et l'espace entre elles. Une étrange relation naît entre les sujets photographiés. Une histoire commence.

[18:00-21:00] Vernissages de Stéphane Pencréac'h "Pain is Love" et Maxime Rossi
Location:
Galerie Anne de Villepoix
18, rue du Moulin Joly
75011 Paris
M° Couronnes, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 42 78 32 24
Mobile : +33 (0)6 15 12 19 35
Fax : +33 (0)1 42 78 32 16
Mail : info@annedevillepoix.com
Internet Site : www.annedevillepoix.com
Description:
du 16 janvier au 20 février 2010

Notre époque est celle des kamikazes éparpillés, des otages décapités, des guerres orientales. Dans le même temps, les démocraties sont mises à mal, un durcissement politique généralisé joue en effet de la stigmatisation, de la séparation, de la division. Notre époque est celle de la fragmentation des sociétés, des communautés, des individus.
Les derniers tableaux et sculptures de Stéphane Pencréac'h prennent acte de ce désossement planétaire en activant une esthétique de la fragmentation. Les œuvres montrent en effet des corps démembrés, torturés, ouverts. Mais cet effet de fragmentation est également perceptible dans l'hétérogénéité formelle et la grande diversité des moyens de représentation : entre la toile blanche laissée en réserve, les trous, les objets peints et les objets véritables, les miroirs feints et les vrais miroirs, tout est affaire de faux-semblants, d'espaces fictifs qui se poursuivent dans l'espace réel... et vice-versa.
Pain is Love. Des tableaux noirs, sombres comme les temps que nous vivons. Des tableaux qui ont à voir avec l'obscurité des salles de cinéma, et surtout de théâtre, non seulement en raison du rideau rouge qui dévoile autant qu'il dissimule, mais aussi parce que ces œuvres, tout comme l'art théâtral, se voudraient cathartiques : montrer l'horreur, c'est l'exorciser. Pain is Love : par une opération alchimique et artistique, la douleur devient de l'amour. La douleur, c'est de l'amour. Mais, attention, l'inverse est aussi vrai.



+ Project room: Maxime ROSSI - "Bouquet fleuri, bouquet flétri. C'est au choix"

du 16 janvier au 20 février 2010

Maxime Rossi appartient à cette fourmillante et glorieuse généalogie d'artistes pour qui l'objet (la chose dans sa banalité, sa trivialité, son mystère et sa charge poétique) constitue le point de départ et d'aboutissement du travail ; avec chez lui, une prédilection affirmée pour le dérisoire et l'incongru comme en témoigne, par exemple, son travail de "peintre abstrait" réalisé en collaboration avec un élevage d'escargots baveurs, ses "unes" de journaux dorées à l'or fin ou ses dés en suspension dans une solution saline.

La Project Room de la Galerie Anne de Villepoix accueille cette fois-ci un nouveau projet de l'artiste sur lequel l'ombre du grand Manzoni semble passer tel un souffle... Il s'agit d'une série de préservatifs (des capotes anglaises, comme on disait auparavant) réalisées en porcelaine de Limoges émaillée. Ces neufs pièces sont affublées - c'est selon-, de glorieux renflements, de hardies turgescences ou présentent de navrants avachissements. Cela peut évoquer une pâte à pain en train de lever, un melon, une aubergine ou quelque autre cucurbitacée. Floraison et flétrissement : cela va du généreux et du pléthorique au foireux. Bref, cela nous raconte et nous portraiture.

David Rosenberg


[18:30] 12èmes Rendez-vous du cinéma français d'Unifrance
Location:
Ministère de la culture et de la communication
182, rue Saint-Honoré
3, rue de Valois
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 40 15 80 00
Internet Site : www.culture.gouv.fr
Description:
Réception organisée à l'occasion des 12èmes Rendez-vous du cinéma français d'Unifrance

[18:30-21:00] Exposition Sternere Viam de Pauline Leprince
Location:
Viaduc des Arts 57
Galerie des expositions temporaires SEMAEST
57, avenue Daumesnil
Viaduc des Arts
75012 Paris
M° Gare de Lyon, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 43 45 04 74
Mail : contact@semaest.fr
Internet Site : www.semaest.fr
Description:
jusqu'au 16 janvier
du lundi au dimanche de 11h a 20h
VERNISSAGE SAMEDI 16 JANVIER 18H30-21H

http://jalb.fr









[22:30-23:55] Soirée du Nouvel An Russe
Location:
Le Cab
Cabaret
2, place du Palais Royal
168, rue de Rivoli
(dans le Louvre des Antiquaires)
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Phone : +33 (0)1 58 62 56 25
Fax : +33 (0)1 58 62 56 40
Mail : info@cabaret.fr
Internet Site : www.cabaret.fr
Description:
L'Open-Bar à la vodka Wyborowa étant privé, seules les personnes munies de leur laissez-passer seront admises de 22h30 à Minuit.

Pour être sur la liste des invités de la soirée ou faire vos réservations, vous utiliserez votre code V.I.P. (ci-dessous) sur le site web puis vous vous enregistrerez dans la rubrique 'laissez-passer VIP'.
Vous recevrez alors votre laissez-passer par mail.
Les réservations de tables sont indépendantes de la liste d'invités.

Merci donc de répondre et de réserver directement sur le site web :
==> http://www.cireurs-private-club.com
==> Votre code V.I.P. : CBI











[23:00-23:50] Concert privé de Benjamin Biolay
Location:
Europe 1
26 bis, rue François 1er
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, Alma - Marceau
France
Internet Site : www.europe1.fr
Description:
Chaque mois, Europe 1 invite un artiste à se produire sur la scène du studio Merlin face aux auditeurs de la station. Après Olivia Ruiz, Bénabar et Julien Clerc, c'est Benjamin Biolay qui sera l'invité de Thierry Lecamp dans « On connaît la musique », pour la sortie de son album "La superbe".

De 23h00 à minuit, après la première partie assurée par le groupe Siobhan Wilson, Benjamin Biolay et ses musiciens s'installent dans le studio Merlin, transformé en salle de concert. Ensemble, ils interprètent entre autre : Padam, La superbe, Ton héritage. Il reprendra également un titre d'Henri Salvador Ailleurs.

A l'issu de son live, de minuit à 1h, Benjamin Biolay répond aux questions de Thierry Lecamp et programme ses artistes favoris déjà venus chanter en live dans l'émission « On connait la musique ».

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés