Friday, January 29, 2010
Public Access


Category:
Category: All

29
January 2010
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

  "L'âge d'or Hollandais - De Rembrandt à Vermeer"
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
sur invitation

Du 7 octobre 2009 au 7 février 2010
Tous les jours de 10h30 à 18h. Nocturne tous les premiers mercredis du mois jusqu'à 21h.

La Pinacothèque de Paris s'associe avec le Rijksmuseum d'Amsterdam pour présenter l'une des périodes les plus intéressantes de l'histoire de l'art : le XVIIe siècle hollandais.
L'exposition présentera un ensemble exceptionnel de plus de cent trente pièces dont une soixantaine de tableaux, une trentaine d'œuvres graphiques (dessins et aquarelles), une dizaine de gravures ainsi qu'une dizaine d'objets pour illustrer de manière très représentative la période (tapisseries, faïences, miniatures en bois, argenterie et verrerie).

Paris sur glace 2009-2010
Description:
du 18 décembre 2009 au 6 mars 2010

La Mairie de Paris reconduit l'opération Paris sur glace en installant deux patinoires de plein air à destination des Parisiens du vendredi 18 décembre 2009 au samedi 6 mars 2010. L'Hôtel de Ville accueille sur une superficie totale de 1365 m², une grande patinoire et une petite patinoire de 208 m² à destination des jeunes enfants et débutants. Le site de Montparnasse accueille une patinoire de 770 m² (22x35).

A Montparnasse, la patinoire sera équipée d'un tapis synthétique de nouvelle génération permettant une meilleure appréhension des risques de chute et un apprentissage facilité pour le plaisir d'un public novice et familial.

La patinoire en glace de l'Hôtel de Ville fera le bonheur des amateurs de vitesse et d'une pratique sportive.

L'accès des patinoires est gratuit et la location de patins est de 5€.

Des moniteurs diplômés s'adaptent aux différentes attentes (initiation, démonstration, hockey sur glace…) et aux différents publics (grand public débutant ou habitué, groupes scolaires, centres de loisirs, centres d'initiation sportive, école municipale des sports…). Ils assurent ainsi une mission de conseiller technique et de médiateur pour sécuriser l'espace de glisse.

Salon RétroMobile
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.parisexpo.fr/pexpo/do/Navigate?id=8
Description:
du 22 au 31 janvier 2010

Expositions Chomo + Marie MOREL
Location:
Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 58 72 89
Fax : +33 (0)1 42 64 39 78
Mail : info@hallesaintpierre.org
Internet Site : www.hallesaintpierre.org
Description:
10 septembre 2009 – 7 mars 2010

Horaires
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Fermeture billetterie à 17h30

Tarifs
Expositions temporaires : 7,50€, tarif réduit 6€


CHOMO
"Le Débarquement Spirituel"

Il y a dix ans mourait Chomo, l'ermite de la forêt de Fontainebleau, artiste total à la fois poète, musicien, peintre, sculpteur, architecte, et auteur d'un film récapitulatif de toute son œuvre, plus long que le Mahâbhârata : Le Débarquement Spirituel. Une véritable légende vivante, dont l'empreinte est profonde sur tous ceux qui l'ont rencontrée.

Des milliers de visiteurs, de toutes conditions, ont été admis, au fil des ans, dans le territoire mythique de son Village d'Art Préludien, sur la commune d'Achères-la-Forêt, non loin du Cyclope de Tinguely et de la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, où est enterré Cocteau, à Milly-la-Forêt. D'Angleterre, des Etats-Unis, d'Allemagne, du Japon, la télévision est venue filmer l'Eglise des Pauvres, le Sanctuaire des Bois Brûlés ou le Refuge, trois chefs d'œuvre de l'architecture spontanée de Chomo, réalisés, comme toute son œuvre, en matériaux de récupération : bois morts de la forêt, grillage, plâtre, bouteilles, tôles de voitures, glanés dans les sous-bois, les décharges publiques et les casses automobiles des environs.

Déjà, en 1960, les derniers surréalistes, André Breton, Dali, Joyce Mansour, Henri Michaux, mais aussi Cocteau, Anaïs Nin, le peintre Atlan, les galeristes Claude Bernard et Iris Clert ou même Picasso, avaient admiré, à Paris, les Bois Brûlés de Chomo, ses assemblages de verre et ses toiles lacérées, dans l'unique exposition qu'il devait consentir avant de se retirer du monde. Par la suite, sur les traces de Clara Malraux, mandatée en son temps par le Ministère des Affaires Culturelles pour faire protéger le site à ses débuts, des personnalités aussi différentes que Bernard Anthonioz, Jacques Attali, Henri-Claude Cousseau, Jean-Hubert Martin, se sont rendues dans le « Royaume » de Chomo, pour voir de plus près celui qui se disait aussi médium et guérisseur et vivait dans une telle symbiose avec ses abeilles qu'une séquence « choc » lui a été consacrée, en 1965, dans un film d'Edouard Logereau, Paris-Secret.

Bernard Lassus, Michel Ragon, les peintres Jean Revol, Lisette Combe et Jean de Maximy, le sculpteur Josette Rispal, les photographes Jean-Paul Vidal, Marcus Schubert, Jean-Claude David, Pascal Brousse, Minot-Gormezano, le psychiatre Gaston Ferdière, Michel Thévoz, de la Collection de l'Art Brut de Lausanne, Jean-Paul Favand du Musée des Arts Forains, John Maizels, de la revue internationale Raw Vision, et beaucoup d'autres ont été parmi les admirateurs et défenseurs de l'univers de Chomo. Clovis Prévost et Antoine de Maximy lui ont consacré un film. J'ai moi-même recueilli les souvenirs et les pensées de Chomo, dans un livre iconoclaste publié en 1978. France Inter, France Culture, Radio Libertaire sont venus enregistrer la poésie sonore, les musiques expérimentales et les propos détonants de cet écologiste avant l'heure, grand pourfendeur de la société de consommation, auquel une Fondation a même été un temps dédiée, destinée à protéger le lieu et l'œuvre de Chomo.

Mais Chomo était un irréductible, et s'il avait décidé de poursuivre son œuvre en-dehors du circuit des galeries et du marché, payant sa rébellion au prix fort de l'inconfort et de la solitude, c'était pour préserver sa liberté totale d'esprit et de création, pour pouvoir sans entraves enseigner sa voie à tous ceux qu'il prenait au piège de son rêve, et pour rester jusqu'au bout fidèle à sa révolte contre une société qu'il estimait gravement dévoyée, sur une planète elle-même en grand danger.

Depuis dix ans, l'univers de Chomo n'est plus accessible au public, et ce créateur inoubliable, ce visionnaire tourmenté par tous les excès de l'inspiration, auteur de centaines d'expériences de tous genres en sculpture, peinture, poésie, musique, cinéma, est en passe de disparaître de l'écran de nos mémoires. Il était temps que la France reconnaisse cet artiste extraordinaire, trop longtemps cantonné dans les curiosités du bord des routes, et rende hommage à celui que le chanteur britannique Jarvis Cocker, dans son road movie Journeys into the Outside (Voyages dans l'ailleurs), tourné l'année même du décès de Chomo, considérait déjà comme un monument du XXème siècle. Ce sera l'honneur et la fierté de la Halle Saint Pierre d'avoir eu, la première, ce souci et ce privilège. Puissent, dans cette lancée, les pouvoirs publics prendre les décisions qui s'imposent afin de consacrer à Chomo, sur le lieu où il a vécu, le musée qu'il mérite.

Laurent Danchin

Commissaires de l'exposition :
Laurent Danchin, Critique d'Art et Écrivain

Martine Lusardy, Directrice de la Halle Saint Pierre






Marie MOREL
"Les trois personnes de l'espace"

Marie Morel est un des plus grands peintres vivants. J'ai beaucoup appris d'elle. J'ai travaillé avec elle sur un grand tableau de six mètres qui fut intitulé « Louise Michel ». Matisse se posait la question : Comment faire pour qu'il n'y ait pas un déséquilibre entre les points faibles de la toile et les points forts, entre des régions puissantes et des fonds vides, entre ce qui s'élève et ce qui s'efface, soudain rejeté dans l'ombre de ce qui s'élève ? Pour que quelque chose surgisse avec densité, ne faut-il pas que quelque chose, à côté, nécessairement s'affaiblisse ? La réponse de Marie Morel est la saturation de tous les points sur la surface dans une marqueterie de scènes intenses. La scène sexuelle représentée en 6.20 est aussi puissamment peinte et aussi bouleversante que celle située en 27.8. Or ni l'une ni l'autre ne sont connaissables panoramiquement. Mais Marie Morel a poussé le problème que se posait Matisse plus loin encore : elle a ajouté au problème du déséquilibre des points faibles et des points forts sur la surface de la peinture le problème du déséquilibre des trois points de vue dans l'espace que la vision de la peinture requiert. Freud disait : il y a deux positions, fort et da. Ailleurs ou là. Absent ou présent. Mort ou vivant. L'art es tout entier dans ce jeu terrible qui joue entre le perdu et l'apparaissant. Mais Humboldt disait : il y a trois positions dans l'espace : hier, da, dort. Ici, là, loin. De ces trois positions dans l'espace dérivent les trois personnes dans la langue : je, tu, il. Par exemple en peinture Je, c'est le nez sur la toile lorsqu'on peint. Tu, le visage ou le buste à mi distance quand on regarde. Il, le corps inconnu qui pousse la porte et aperçoit de très loin la toile.

J'évoque le mouvement incessant du peintre dans l'atelier cherchant l'impossible encablure, l'introuvable vol d'oiseau, l'inexistante « bonne distance » vis-à-vis du chevalet qui supporte la peinture.

Marie Morel associe les trois personnes aux trois positions.

De tout près c'est je, c'est hier, c'est ici. C'est pour ainsi dire le monde interne. C'est le labyrinthe où la mosaïque incruste ses scènes et inscrit se noms. C'est le livre ; Ici, on peut lire les phrases écrites. Ici, on peut entrer à l'intérieur du cadre de chaque saynète.

A mi distance c'est tu, c'est da, c'est là, en face. C'est l'ensemble des couleurs, l'équilibre des formes. C'est le tout se donnant d'assez près pour saisir l'ensemble et percevoir la nature de son contenu (mais plus assez près pour subir l'ascendant de chaque scène sexuelle, plus assez près pour pouvoir lire les mots qui entourent les figures qu'immobilise le désir au sein de chaque petit encadrement de branches mortes).

De loin, c'est il, c'est dort, c'est là-bas, surgissant dans le loin, à partir du loin. Ce sont les grands monochromes abstraits que j'admire tant, c'est la futaie, architecture où l'image se cache, prédateur à l'aguet, autre inconnaissable sur le point de bondir.

Voilà la triple avancée qui me subjugue à chaque fois dans les peintures de Marie Morel.

J'appelle « peintures de Marie Morel » tous les grands formats dès l'instant où ils sont exposés dans l'espace qui est nécessaire aux trois visions. (...)

Pascal QUIGNARD, 2009
Extrait du texte, livre–catalogue Marie Morel

http://www.mariemorel.net


Exposition de Claire Morgan "LIFE, BLOOD"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
sculpture, installation

Vernissage le samedi 16 janvier de 18h à 21h, en présence de l'artiste
Exposition du 16 janvier au 25 février 2010
Mardi-Samedi 11h-19h

Après avoir présenté le travail de Claire Morgan dans le cadre d'expositions collectives, la galerie Karsten Greve est heureuse d'annoncer la première exposition personnelle de cette jeune artiste Irlandaise née en 1980 qui comprendra un ensemble de sculptures-installations spécialement conçues pour cette occasion.

L'œuvre de Claire Morgan est enracinée dans le désir futile que nous avons de vouloir qualifier la vie et la mort. Les êtres humains, comme tout élément du monde naturel sont fragiles : entités individuelles de quelque chose beaucoup plus vaste. Elle explore la condition humaine et interroge la valeur réelle ou l'impact que l'individu pourrait avoir. Luttant avec ces questions, le travail de Claire Morgan est une tentative personnelle cherchant à évaluer la complexité, la beauté, l'horreur et la vanité d'être humain et animal.

Ces nouvelles œuvres explorent les petites découvertes silencieuses qui se produisent entre les deux extrêmes que sont la naissance et la mort, rencontres accidentelles ou hasardeuses entre animaux et plantes, entre nous êtres humains et nos déchets. Elles examinent les situations où la nature interagit avec ce qui la défie : nous et nos dérivés. Dans l'exposition, une chouette effraie et des milliers de graines en suspension dans l'air sont suspendues avec des fragments de déchets plastiques et des cafards. « Pour moi cela illustre un moment où il se peut que la perfection et le désastre fusionnent. J'essaie d'exprimer que nous sommes des animaux même si nous faisons semblant de ne pas en être. Les animaux dans mon travail font référence à notre manière de fonctionner, de vivre et de souffrir dans les environnements que nous avons créés pour nous-mêmes. »

Toutes les œuvres intègrent une ambivalence, la beauté plastique et la gracilité s'opposent à l'horreur de la chute et de la mort, les installations en suspension révèlent un état entre mouvement et immobilité. La différence entre le bon et le mauvais reste vague, les animaux sont petits, relativement insignifiants mais beaux. En revanche les formes géométriques qui les entourent sont de taille imposante et demandent une certaine attention. En les examinant de plus près, on s'aperçoit qu'elles comportent des erreurs humaines, un manque de solidité dans la structure composée de milliers de fragments négligeables sans valeur individuelle et sans lien entre eux. Claire Morgan cherche à atteindre une forme d'émotion ou de beauté à partir de matériaux et d'objets ordinaires. Dans ses compositions la combinaison des couleurs, l'échelle, la géométrie, l'organique et l'inorganique ont tous leur importance.

Œuvres à part entière et indépendantes des installations, un ensemble d'œuvres sur papier sera également montré dans l'exposition. A chaque nouvelle sculpture, Claire Morgan, réalise la taxidermie sur une feuille de papier qui sert ensuite de support au dessin. Le papier garde la trace des résidus de la taxidermie, des fluides corporels de l'animal, des traces de scalpel et des produits chimiques utilisés, ainsi que des notes de l'artiste concernant la taille du spécimen. Claire Morgan dessine ensuite l'animal en question dans le scénario sculptural qu'elle a imaginé pour lui. Dans cette pratique Claire Morgan aime que la précision anatomique côtoie le désordre de la véritable mort de l'animal. La futilité d'essayer d'atteindre un degré de perfection sur une page déjà souillée est une expérience à laquelle elle aime se livrer.


Claire Morgan, Fantastic Mr Fox, 2008. Exposition à la James Hockey Gallery, UCA, Farnham, UK. Photo © Claire Morgan

Depuis 2003 Claire Morgan poursuit une carrière en tant qu'artiste visuelle. Elle a exposé à plusieurs reprises notamment à Belfast et Londres ainsi qu'en Europe, elle a également bénéficié de résidences et de commissions en Grande Bretagne et a participé à plusieurs expositions collectives internationales.




Claire Morgan, Fluid, 2009. Présenté à l'exposition Building With Colour de la Gallery North, Newcastle, UK, et à Consumer au Palais de Tokyo, Paris. Crédit photo : Kris Heath

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00 [16:00] Exposition de Daniel Perrier "Le panache de la camelote"
Location:
Galerie Martine et Thibault de la Châtre
4, rue de Saintonge
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 71 89 50
Mobile : +33 (0)6 20 46 68 12
Fax : +33 (0)1 42 71 89 50
Mail : contact@lachatregalerie.com
Internet Site : www.lachatregalerie.com
Description:
Du 29/01/10 au 27/02/10
Vernissage le vendredi 29/01/10 à partir de 16h

Une première exposition personnelle de Daniel Perrier
Avec le soutien du CNAP (Centre National des Arts Plastiques), Ministère de la Culture et de la Communication (Aide à la première exposition)

"Sous le panache, la camelote ou – avec panache montrer quelques camelotes bien senties. C'est de cela dont il s'agit et plus avant d'«inventer le nouveau domaine des rouilles futures».
Panache, camelote, l'absurde et par extensions diverses, l'expression des vanités contemporaines pointe les origines et lieux d'où cette exposition est pensée.
Ils disent ma mémoire – poétique, laïque, proche et lointaine, une mémoire du petit, du soucis plus qu'une mémoire du flux et du stop propre au point-zéro-deux et autres buzz et autres moteurs de.
De loin en loin, puis de proche en proche, les événements du détail (comme on dirait « vente au détail ») apparaissent dans des formes, médiums et géométries variables." D.P. 12/09

17:00 [17:00-21:00] Exposition : Sofia Hulten - Wolfgang Plöger
Location:
Galerie Nelson-Freeman
59, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 74 56
Fax : +33 (0)1 42 71 74 58
Mail : info@galerienelsonfreeman.com
Internet Site : www.galerienelsonfreeman.com
Description:
dans le cadre de Berlin-Paris 2010


[17:00-21:00] Exposition collective « Ellipse/Eclipse part II »
Location:
Galerie Schleicher+Lange
12, rue de Picardie
75003 Paris
M° Temple, République, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 02 77
Fax : +33 (0)1 42 77 02 72
Mail : info@schleicherlange.com
Internet Site : www.schleicherlange.com
Description:
Du 29 janvier au 20 mars 2010

Les galeries Gregor Podnar et schleicher+lange sont heureuses d'annoncer leur prochaine exposition, Ellipse / Éclipse. Cette double exposition débute lors du programme d'échange de galeries Paris Berlin 2010, et se poursuit jusqu'au 13 mars à Berlin et 20 mars à Paris.
Les deux galeries sont co-commissaires de l'exposition qui emprunte son titre à une œuvre d'Evariste Richer. En effet, chaque galerie accueille des artistes de l'autre, tout en présentant quelques uns de sa propre programmation.

Ainsi, à Berlin, la galerie Gregor Podnar exposera Attila Csörgő, Franziska Furter, Laurent Montaron, Goran Petercol et Evariste Richer. La galerie schleicher+lange présentera, quant à elle, des oeuvres d'Attila Csörgö, Vadim Fiskin, Alexander Gutke, Goran Petercol et Evariste Richer.

L'exposition Ellipse/Éclipse regroupe des artistes autour de la notion d'espace-temps, de son aspect le plus concret, physique, au plus abstrait (scientifique, fictionnel, géologique, symbolique). L'œuvre Ellipse/Éclipse représente, à travers la reproduction de deux réflecteurs de lumière utilisés au cinéma, le soleil et la lune. Leur tissu doré et argent renvoie la lumière à la façon de ces astres. Cette œuvre représente un lien entre les artistes présentés: le recours à des dispositifs qui traduisent une sorte de pragmatisme dans les moyens capables néanmoins de stimuler l'imagination et la projection dans le monde objectif.

Galerija Gregor Podnar, Berlin
Présentée à Berlin, l'œuvre Ellipse/Éclipse d'Evariste Richer sera mise en dialogue avec After un projet de Laurent Montaron. L'image projetée d'une diapositive montrant un explorateur au milieu d'un sol recouvert de neige artificielle, en plein tournage, est coupée par un ventilateur placé devant le faisceau du projecteur. Cette image clignotante suggère autant l'expérience directe que sa mise en scène, l'espace de représentation que l'espace d'exposition. L'aventure suggérée par l'image est plutôt celle du spectateur qui « voyage » entre deux réalités.

L'œuvre d'Attila Csörgő explore, quant à elle, l'espace photographique soumis au plan en tant que surface et donnée géométrique. Orange Space, par exemple, atteste cette double relation à l'espace avec une photographie panoramique présentée à la fois comme la pelure d'une orange, mise à plat dans un cadre, et sous forme de sphère recrée à partir de cette spirale approximative.
Franziska Furter présentera des dessins de la série Draft. Ceux-ci sont comme des agrandissements des représentations graphiques de moments extatiques ou épiphaniques, autant dans les mangas que dans l'iconographie plus traditionnelle. Néanmoins, la surface de la feuille, vue de près, où une superposition de lignes forme des aplats de graphite, permet au spectateur de reproduire cette concentration mentale à travers le regard retraçant un geste méticuleux et répétitif dans cet espace donné.
Goran Petercol analyse davantage la mise en scène de l'exposition, ses espaces et ses interstices. L'œuvre de la série After Reflections est la reproduction d'un objet dont les dimensions originales ont été élargies d'environ 5 cm avec de la céramique. Cela reconnecte l'objet original avec le processus créatif, qui est basé sur le caractère aléatoire de la forme cassée.

Galerie schleicher+lange, Paris
A Paris, CMYK, une œuvre d'Evariste Richer, suggère plutôt le temps de la matière. Elle consiste en quatre pierres semi-précieuses aux couleurs cyan, magenta, jaune et noir. La référence au code de l'impression offset est déjouée par la lente temporalité de ces spécimens, ainsi que leur matérialité unique.
Une des œuvres de Vadim Fiškin, Ping-Pong Electronic, déploie également le rapport entre la matière et le temps. Comme un test scientifique « home made », elle prouve, à l'aide d'une balle régulièrement poussée sur une rampe par un sèche-cheveux, le poids, la gravité et la force. Elle se réfère au mythe de Sisyphe dans lequel éclate l'absurdité des cycles de la vie.
A ceux-ci fait écho l'œuvre Spherical Vortex Attila Csörgő. Comme une planète, une lampe tourne sur elle-même jusqu'à ce que le déplacement de la lumière produise, par le tracé de son parcours, une sphère. Celle-ci est cependant présentée par des photographies, qui dévoilent le parcours total que nous ne pouvons obtenir à l'œil nu.
Une des Sjene de Goran Petercol sera également exposée. Il s'agit d'un tube en métal placé entre un projecteur de lumière et un piédestal contenant et projetant un faisceau de lumière. Fonctionnant aussi comme l´agrandissement d'un phénomène venant souligner le comportement de matières fluides et évanescentes, ses œuvres jouent souvent aussi un rôle d'activation de la perception du monde.
Du monde à l'univers il n'y a qu'un saut langagier à effectuer, que Universe, d'Alexander Gutke, accomplit. Le travail d'Alexander Gutke se caractérise souvent par la façon dont le vide, l'espace et l'imagination sont mis en branle à travers des dispositifs obsolètes de projection d'image qui s'auto-explorent. Universe n'échappe pas à cette règle, donnant l'impression que le mot projeté « carrousel », c'est-à-dire le panier de diapositives, est en fait en train de parcourir l'espace qu'il désigne. Faussement tautologique et littérale, cette œuvre recrée l'espace total par l'idiosyncrasie d'une totalité.

[17:00-21:00] Exposition de la galerie Esther Schipper
Location:
Galerie Nathalie Obadia
3, rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 74 67 68
Fax : +33 (0)1 42 74 68 66
Mail : info@galerie-obadia.com
Internet Site : www.galerie-obadia.com
Description:
Berlin-Paris 2010 - Un échange de galeries
Esther Schipper à la Galerie Nathalie Obadia

avec :
Matti Braun
Nathan Carter
Gabriel Kuri

30.01.-27.02.2010
Vernissage vendredi 29.01.2010, 17-21 h

Pour le deuxième échange Berlin-Paris, organisé par le Bureau des Arts Plastiques et l'Ambassade de France de Berlin, Esther Schipper présente Matti Braun, Nathan Carter et Gabriel Kuri. Cette exposition de groupe offre à chaque artiste un espace et permet pour la première fois en France un aperçu plus complet de leurs travaux. Trois positions différentes, mais dont les préoccupations ne sont pas si divergentes. Matti Braun s'intéresse aux cultures, à leurs migrations et transferts, Nathan Carter dévoile les réseaux et les mutations du monde et Gabriel Kuri dévie les objets du quotidien.

Les oeuvres de Matti Braun (*1968) sont des invitations au voyage. Leurs processus de création sont issus d'un travail de recherches et de connaissances sur les interpénétrations des différentes cultures : des faits historiques, géographiques, des observations, des souvenirs, des images et formes deviennent la trame narrative de ses travaux précis et minimalistes. Ainsi l'Inde et l'Indonésie et leurs relations avec l'occident, inspirèrent à Matti Braun deux ensembles d'oeuvres LOTA, en 2006 et ATOL en 2008. Entre autre la grande tenture de coton aux dessins géométriques, conçue pour l'espace de la Galerie Nathalie Obadia, réfère aux divers rapports et échanges - comme par exemple la reprise de compositions sérielles occidentales en Inde et Indonésie. Le motif simple rappelle également ceux élaborés par le National Institute of Design, l'école de Design, créée en 1961 à Ahmedabad, sur le modèle du Bauhaus. De même les batiks, techniques traditionnelles de d'Indonésie, que l'artiste s'est approprié, deviennent pour lui source d'inspiration et modèle, nouveau renvoi de l'histoire.

Nathan Carter (*1970) apporte une réflexion et une approche sur notre système de réseau codifié, emprunté à l'affluence d'informations. Il recrée, par des éléments simples et colorés, un ensemble de travaux qui par leur caractère ludique et léger nous invitent à réfléchir sur un monde complexe. Ses oeuvres récentes se présentent comme des petites antennes ou paraboles, promettent une nouvelle perception des messages à envoyer ou à recevoir. L'oeil cherche et suit les lignes qu'il crée, et s'évade. Par ses sculptures et ses collages il réussit à nous perdre dans nos dédales de communication et de pensées.
Ce foisonnement d'informations s'exprime chez Nathan Carter dans un langage formel simplifié où se fait sentir l'influence des avant-gardes américaines.

Gabriel Kuri (*1970) utilise dans ses sculptures et installations des artefacts du quotidien; la déhiérarchisation des matériaux et l'insertion d'objets collectés et usés comme des savons, tickets de caisse ou de parking, des billets, des cannettes ou des mégots comme ceux placés avec grande précision entre les plaques de marbre des pièces ici présentées, permettent une recontextualisation des produits issus de notre société de consommation. De même et comme le suggère le titre Self portrait as a contention and flow chart , l'oeuvre est un autoportrait, mais il devient chez Kuri un simple morceau de toile isolante flanqué d'une bouteille et d'un sac en plastique remplis d'alcool, il donne ainsi une nouvelle poésie aux objets du quotidien. Au travers de l'exploration de thèmes tels les structures économiques, les spécificités culturelles, il développe un travail d'assemblage où concept, réalité et expérience rentrent en dialogue.

Matti Braun (*1968) vit et travaille à Cologne. Nombreuses expositions, dont deux personnelles en 2009 Kola à Vaduz, Lichtenstein et Pierre à l'appartement 22, Rabat, Maroc
Nathan Carter (*1970) vit et travaille à Brooklyn, New York. Expositions personnelles au Museo de Arte Raúl Anguiana,
Guadalajara (2009), Artpace, San Antonio (2007) et Domus Artium, Salamanque (2007).
Gabriel Kuri (*1971) vit et travaille à Bruxelles. Expositions individuelles à la Govett-Brewster Art Gallery, Nouvelle-Zélande
(2006), au MUHKA, Anvers (2003) et de groupe au New Museum, New-York, Au Walker Art Center, Minnéapolis

Expositions 2010 (selection)

Matti Braun
Kunstverein Braunschweig, Braunschweig (04.09.-14.11.2010)
Crédac, Ivry-sur Seine (à partir du 24.09.2010)
Kunstverein Nürnberg, Nürnberg (à partir du 15.10.2010)
La Galerie, Contemporary Art Center, Noisy-le-Sec (10.12.2010-12.02.2011)

Nathan Carter
Alexander Calder and Contemporary Art: Form, Balance, Joy (Group)
Museum of Contemporary Art, Chicago (26.06.-17.10.2010)

Gabriel Kuri
Een kleine ritselende revolutie (Groupe), Various locations, Bruges (23.01.-23.05.2010)
Museion - Museo d'Arte Moderna, Bolzano (29.05.-15.08.2010)
Kunstverein Freiburg, Freiburg (11.06.-08.08.2010)
Blaffer Gallery, the Art Museum of the University of Houston (28.08.-10.2010)
Kunstverein Bielefeld (03.09.-01.11.2010)


[18:00-21:00] "Allons coucher le soleil", premier volet du cycle unvue
Location:
Le Générateur
16, rue Charles Frérot
94250 Gentilly
M° Porte d'Italie, RER B Gentilly
France
Mail : contact@legenerateur.com
Internet Site : www.legenerateur.com
Description:
Une proposition de la Nogallery
Le Générateur, lieu expérimental et pluridisciplinaire avance sur le fil du rasoir et s'entremet avec des artistes qui se font dans les marges. Évidemment c'est une banlieue qui donne à Paris un peu plus de largeur.

La Nogallery ni label, ni enseigne, rencontre ce qui n'est pas en reste, elle est une idée d'une association à multiples caractères, où l'enjeu en est les rencontres, une idée qui se fonde sur le uns et les autres, sur le unvue, par défaut, aux vues et aux sus des voyances.

Ils sont six, hommes, femmes. En fait, il y a un homme, cinq femmes et voila comme un conte, c'est le début d'une histoire comme on dit, un conte commence toujours de la même manière, avec la phrase toujours la même, il était une fois…

[18:00-21:00] Exposition d'Elodie Seguin
Location:
Galerie Jocelyn Wolff
78, rue Julien Lacroix
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 42 03 05 65
Fax : +33 (0)1 42 03 05 46
Mail : info@galeriewolff.com
Internet Site : www.galeriewolff.com
Description:
January 30 - February 10, 2010
vernissage on Saturday 30, 2 PM
preview on Friday 29, 6-9 PM


[18:00-21:00] Exposition de Zineb Sedira "Invitation au voyage"
Location:
Ecole municipale des beaux-arts de Gennevilliers
Galerie Edouard Manet
3, place Jean Grandel
92230 Gennevilliers
M° Asnieres - Gennevilliers Les Courtilles, RER C Gennevilliers
France
Phone : +33 (0)1 40 85 67 40
Fax : +33 (0)1 47 99 33 30
Mail : embamanet@ville-gennevilliers.fr
Internet Site : www.ville-gennevilliers.fr/culture/ecole-municipale-des-beaux-arts-galerie-edouard-manet/
Description:
Du 30 janvier au 20 mars 2010
Vernissage vendredi 29 janvier de 18:00 à 21:00
Rencontre avec l'artiste samedi 30 janvier à 14:30

Les œuvres de Zineb Sedira, et notamment ses premières vidéos, se nourrissent de l'histoire personnelle de l'artiste et traduisent, au-delà de leur caractère biographique, un questionnement plus large et plus universel sur l'origine, l'identité, la mobilité, la transition et les migrations. Dans ses travaux récents, à la dimension contemplative davantage affirmée, la mer devient le support allégorique de ces thématiques, mais aussi des relations économiques, politiques et sociales entre pays riches et pays pauvres. Pour son exposition à la galerie Edouard Manet, Zineb Sedira présente un ensemble de pièces récentes, photographies et vidéos, ainsi qu'une installation inédite en France.

[18:00] Inauguration Passage Bleu spa urbain Val d'Europe
Description:
Passage Bleu Spa Urbain ZAC du Clos du Chêne (à 5 minute du Val d'Europe et de Disneyland Paris) 77144 Montévrain (Ile-de-France) - RER A Val d'Europe

Cette inauguration qui se déroulera le vendredi 29 janvier à partir de 18h sous forme de cocktail dinatoire aura pour but de vous faire visiter les locaux, de réunir les professionnels aux alentours, et de bénéficier de réductions durant la soirée sur nos soins et produits.

[18:00] Rencontre-dédicace avec Lilian Thuram pour "Mes étoiles noires"
Location:
Virgin Megastore Champs-Élysées
52/60, avenue des Champs-Elysées
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, George V
France
Phone : +33 (0)1 49 53 50 00
Fax : +33 (0)1 49 53 50 41
Internet Site : www.virginmegastore.fr/mon_virgin_megastore_1000.html?magasin=18
Description:
Rencontre-dédicace avec Lilian Thuram pour "Mes étoiles noires : de Lucy à Barack Obama"

Âgé de 37 ans, Lilian Thuram, a connu une carrière prestigieuse de footballeur international : champion du monde en 1998, champion d'Europe en 2000, vice-champion du monde en 2006, ainsi que de nombreux titres en club. Il détient le record de 142 sélections en équipe de France. Il a créé en 2008 la « Fondation Lilian Thuram, éducation contre le racisme ».

« Mes étoiles noires : de Lucy à Barack Obama » raconte le destin d'environ 40 personnages noirs qui ont aidés Lilian Thuram à forger son estime de soi, à éviter la victimisation et à déconstruire le racisme. Ces portraits de femmes et d'hommes de tous les temps sont fondés sur les lectures et les entretiens de l'auteur avec des spécialistes et des historiens. Cet ouvrage est écrit en collaboration avec Bernard Fillaire qui témoigne : « À travailler à ce livre avec Lilian Thuram, j'ai découvert un homme qui sait de quoi il parle, et qui parle pour tout le monde. J'ai débarqué dans un continent où j'ai été très bien accueilli : Toussaint-Louverture, Césaire, Billie Holiday, Mohammed Ali, Luther King… vous réconcilient avec vous-même. Un émerveillement. Il me semble que tout lecteur de ce livre grandira de quelques centimètres. »

Un livre engagé, un exercice d'admiration, au bénéfice de tous.

Mes étoiles noires : de Lucy à Barack Obama, Lilian Thuram (Philippe Rey)

[18:30-21:30] Exposition de Yoko Fukushima
Location:
Galerie Lacen
20, rue de Picardie
75003 Paris
M° Temple, République, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 34 44
Fax : +33 (0)1 42 77 34 39
Mail : info@lacengalerie.com
Internet Site : www.lacengalerie.com
Description:
Installations

Vernissage vendredi 29 Janvier 2010 de 18h30 à 21h30
Exposition du 29 Janvier au 6 mars 2010

[18:30] Vœux du Conseil de la jeunesse
Location:
Mairie du 7ème arrondissement
116, rue de Grenelle
75340 Paris Cedex 07
M° Solférino, Rue du Bac, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 53 58 75 07
Fax : +33 (0)1 45 56 92 37
Internet Site : mairie7.paris.fr
Description:
Rachida Dati, maire du 7e arrondissement et les membres du conseil local de la jeunesse du 7e arrondissement convient tous les jeunes de l'arrondissement à la cérémonie des vœux qui auront lieu à la mairie du 7e, le vendredi 29 janvier à 18h30.

>> Invitation



[19:00] Exposition du collectif Neue
Location:
La Générale en Manufacture
6, Grande Rue
92310 Sèvres
M° Pont de Sèvres
France
Mail : info@la-g.org
Internet Site : www.la-g.org
Description:
Photography, Live music & guest

www.neue.be


[19:00-22:00] HOUM (Hackable : 1 and OpenMoko User Meeting)
Location:
NUMA, par Silicon Sentier
Quartier Numérique / Silicon Sentier
39, rue du Caire
75002 Paris
M° Sentier, Réaumur - Sébastopol, Bonne Nouvelle
France
Phone : +33 (0)1 40 13 64 40
Mail : tiffany@numaparis.com
Internet Site : www.numaparis.com
Description:
HOUM (Hackable : 1 and OpenMoko User Meeting)

L'OpenMoko Freerunner n'est plus à présenter, il est précurseur dans le domaine des smartphones et a dévoilé le monde de l'Open Hardware à un public étendu.
Véritable PC embarqué doublé d'une connectivité complète, sa communauté n'arrête pas de grandir, regroupant des utilisateurs avertis, des développeurs expérimentés aussi bien que des débutants.
Les amateurs de téléphone libre et de développement embarqué sont invités par Bearstech à se rencontrer à La Cantine.

http://lacantine.org/events/houm-hackable-1-and-openmoko-user-meeting

[19:00] Ouverture des 5emes rencontres internationales du cinéma de patrimoine
Location:
Hôtel de Ville de Vincennes
53 bis, rue de Fontenay
94300 Vincennes
M° Mairie de Vincennes, RER A Vincennes
France
Phone : +33 (0)1 43 98 65 00
Internet Site : www.mairie-vincennes.fr
Description:
Ouverture des 5emes rencontres internationales du cinéma de patrimoine

[19:00] Voeux du député-maire Daniel Goldberg
Description:
Gymnase Antonin Magne - 34, rue Suzanne Masson - 93120 La Courneuve (à proximité de la gare RER La Courneuve-Aubervilliers)

Daniel Goldberg sera heureux de vous recevoir pour vous présenter ses vœux vendredi 29 janvier à partir de 19h.

[19:00] réception des étudiants allemands à Paris
Location:
Résidence de l'ambassadeur d'Allemagne en France
Hôtel de Beauharnais
78, rue de Lille
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Solférino, RER C Musée d'Orsay
France
Description:
réception des étudiants allemands à Paris




[20:00] Avant-première du film « White Material » de Claire Denis
Location:
Forum des Images
2, rue du Cinéma
Forum des Halles
Porte Saint-Eustache
75001 Paris
M° Les Halles
France
Mail : contact@forumdesimages.fr
Internet Site : www.forumdesimages.fr
Description:
en présence de Christophe Girard, adjoint chargé de la culture

[20:00] Exposition collective "course poursuite dans le fromage"
Location:
Mycroft
13, rue Ternaux
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier
France
Mail : contact@mycroft.com.fr
Internet Site : www.mycroft.com.fr
Description:
exposition du 26 au 30 janvier
vernissage le vendredi 29 janvier

A l'occasion de la sortie du livre de maïa roger “Course-poursuite dans le fromage” aux excellentes Éditions En Marge, aura lieu un vernissage à la galerie Mycroft en grandes pompes avec :
-une exposition de Maïa (du club des chats hein!)
-un concert de OSO EL ROTO Banjo-poésie sonore-chemise de nuit
-un concert de REGIS VICTOR saucisse-cocktail-piano bar
-le tout en présence de l'éditeur Jean-Pierre dit “d'en marge”
ça c'est le vendredi 29 à 20h00 pétaradante
A la suite de quoi une petite “sauterie after mix party” méow mix aura lieu au udo bar c'est juste à coté

OSO EL ROTO
http://osoelroto.free.fr
http://www.myspace.com/osoelroto

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés