Friday, February 19, 2010
Public Access


Category:
Category: All

19
February 2010
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
  Paris sur glace 2009-2010
Description:
du 18 décembre 2009 au 6 mars 2010

La Mairie de Paris reconduit l'opération Paris sur glace en installant deux patinoires de plein air à destination des Parisiens du vendredi 18 décembre 2009 au samedi 6 mars 2010. L'Hôtel de Ville accueille sur une superficie totale de 1365 m², une grande patinoire et une petite patinoire de 208 m² à destination des jeunes enfants et débutants. Le site de Montparnasse accueille une patinoire de 770 m² (22x35).

A Montparnasse, la patinoire sera équipée d'un tapis synthétique de nouvelle génération permettant une meilleure appréhension des risques de chute et un apprentissage facilité pour le plaisir d'un public novice et familial.

La patinoire en glace de l'Hôtel de Ville fera le bonheur des amateurs de vitesse et d'une pratique sportive.

L'accès des patinoires est gratuit et la location de patins est de 5€.

Des moniteurs diplômés s'adaptent aux différentes attentes (initiation, démonstration, hockey sur glace…) et aux différents publics (grand public débutant ou habitué, groupes scolaires, centres de loisirs, centres d'initiation sportive, école municipale des sports…). Ils assurent ainsi une mission de conseiller technique et de médiateur pour sécuriser l'espace de glisse.

Exposition "Edvard Munch ou l'anti-Cri"
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
19 février au 18 juillet 2010, prolongée jusqu'au 8 août 2010
Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h. Fermeture de la billetterie à 17h15. Le samedi 1er mai et le mercredi 14 juillet 2010, ouverture de 14h à 18h.
Nocturne tous les mercredis jusqu'à 21h (fermeture de la billetterie à 20h15)

Tarif : réduit : 8€ pour les 12-25 ans, étudiants, chômeurs. Groupes pour les - de 12 ans. normal : 10€

L'exposition propose une lecture nouvelle de l'œuvre du peintre norvégien Edvard Munch, pas exposé en France et à Paris depuis vingt ans. En une une centaine d'œuvres (environ soixante toiles et quarante oeuvres graphiques) issues principalement de collections privées, elle montre le travail de Munch d'après le début du XXe siècle, lorsqu'il a développé un style expressif et s'est mis à intégrer des photos et des films muets dans son œuvre.

Fête nationale du Népal
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale du Népal

Expositions Chomo + Marie MOREL
Location:
Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 58 72 89
Fax : +33 (0)1 42 64 39 78
Mail : info@hallesaintpierre.org
Internet Site : www.hallesaintpierre.org
Description:
10 septembre 2009 – 7 mars 2010

Horaires
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Fermeture billetterie à 17h30

Tarifs
Expositions temporaires : 7,50€, tarif réduit 6€


CHOMO
"Le Débarquement Spirituel"

Il y a dix ans mourait Chomo, l'ermite de la forêt de Fontainebleau, artiste total à la fois poète, musicien, peintre, sculpteur, architecte, et auteur d'un film récapitulatif de toute son œuvre, plus long que le Mahâbhârata : Le Débarquement Spirituel. Une véritable légende vivante, dont l'empreinte est profonde sur tous ceux qui l'ont rencontrée.

Des milliers de visiteurs, de toutes conditions, ont été admis, au fil des ans, dans le territoire mythique de son Village d'Art Préludien, sur la commune d'Achères-la-Forêt, non loin du Cyclope de Tinguely et de la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, où est enterré Cocteau, à Milly-la-Forêt. D'Angleterre, des Etats-Unis, d'Allemagne, du Japon, la télévision est venue filmer l'Eglise des Pauvres, le Sanctuaire des Bois Brûlés ou le Refuge, trois chefs d'œuvre de l'architecture spontanée de Chomo, réalisés, comme toute son œuvre, en matériaux de récupération : bois morts de la forêt, grillage, plâtre, bouteilles, tôles de voitures, glanés dans les sous-bois, les décharges publiques et les casses automobiles des environs.

Déjà, en 1960, les derniers surréalistes, André Breton, Dali, Joyce Mansour, Henri Michaux, mais aussi Cocteau, Anaïs Nin, le peintre Atlan, les galeristes Claude Bernard et Iris Clert ou même Picasso, avaient admiré, à Paris, les Bois Brûlés de Chomo, ses assemblages de verre et ses toiles lacérées, dans l'unique exposition qu'il devait consentir avant de se retirer du monde. Par la suite, sur les traces de Clara Malraux, mandatée en son temps par le Ministère des Affaires Culturelles pour faire protéger le site à ses débuts, des personnalités aussi différentes que Bernard Anthonioz, Jacques Attali, Henri-Claude Cousseau, Jean-Hubert Martin, se sont rendues dans le « Royaume » de Chomo, pour voir de plus près celui qui se disait aussi médium et guérisseur et vivait dans une telle symbiose avec ses abeilles qu'une séquence « choc » lui a été consacrée, en 1965, dans un film d'Edouard Logereau, Paris-Secret.

Bernard Lassus, Michel Ragon, les peintres Jean Revol, Lisette Combe et Jean de Maximy, le sculpteur Josette Rispal, les photographes Jean-Paul Vidal, Marcus Schubert, Jean-Claude David, Pascal Brousse, Minot-Gormezano, le psychiatre Gaston Ferdière, Michel Thévoz, de la Collection de l'Art Brut de Lausanne, Jean-Paul Favand du Musée des Arts Forains, John Maizels, de la revue internationale Raw Vision, et beaucoup d'autres ont été parmi les admirateurs et défenseurs de l'univers de Chomo. Clovis Prévost et Antoine de Maximy lui ont consacré un film. J'ai moi-même recueilli les souvenirs et les pensées de Chomo, dans un livre iconoclaste publié en 1978. France Inter, France Culture, Radio Libertaire sont venus enregistrer la poésie sonore, les musiques expérimentales et les propos détonants de cet écologiste avant l'heure, grand pourfendeur de la société de consommation, auquel une Fondation a même été un temps dédiée, destinée à protéger le lieu et l'œuvre de Chomo.

Mais Chomo était un irréductible, et s'il avait décidé de poursuivre son œuvre en-dehors du circuit des galeries et du marché, payant sa rébellion au prix fort de l'inconfort et de la solitude, c'était pour préserver sa liberté totale d'esprit et de création, pour pouvoir sans entraves enseigner sa voie à tous ceux qu'il prenait au piège de son rêve, et pour rester jusqu'au bout fidèle à sa révolte contre une société qu'il estimait gravement dévoyée, sur une planète elle-même en grand danger.

Depuis dix ans, l'univers de Chomo n'est plus accessible au public, et ce créateur inoubliable, ce visionnaire tourmenté par tous les excès de l'inspiration, auteur de centaines d'expériences de tous genres en sculpture, peinture, poésie, musique, cinéma, est en passe de disparaître de l'écran de nos mémoires. Il était temps que la France reconnaisse cet artiste extraordinaire, trop longtemps cantonné dans les curiosités du bord des routes, et rende hommage à celui que le chanteur britannique Jarvis Cocker, dans son road movie Journeys into the Outside (Voyages dans l'ailleurs), tourné l'année même du décès de Chomo, considérait déjà comme un monument du XXème siècle. Ce sera l'honneur et la fierté de la Halle Saint Pierre d'avoir eu, la première, ce souci et ce privilège. Puissent, dans cette lancée, les pouvoirs publics prendre les décisions qui s'imposent afin de consacrer à Chomo, sur le lieu où il a vécu, le musée qu'il mérite.

Laurent Danchin

Commissaires de l'exposition :
Laurent Danchin, Critique d'Art et Écrivain

Martine Lusardy, Directrice de la Halle Saint Pierre






Marie MOREL
"Les trois personnes de l'espace"

Marie Morel est un des plus grands peintres vivants. J'ai beaucoup appris d'elle. J'ai travaillé avec elle sur un grand tableau de six mètres qui fut intitulé « Louise Michel ». Matisse se posait la question : Comment faire pour qu'il n'y ait pas un déséquilibre entre les points faibles de la toile et les points forts, entre des régions puissantes et des fonds vides, entre ce qui s'élève et ce qui s'efface, soudain rejeté dans l'ombre de ce qui s'élève ? Pour que quelque chose surgisse avec densité, ne faut-il pas que quelque chose, à côté, nécessairement s'affaiblisse ? La réponse de Marie Morel est la saturation de tous les points sur la surface dans une marqueterie de scènes intenses. La scène sexuelle représentée en 6.20 est aussi puissamment peinte et aussi bouleversante que celle située en 27.8. Or ni l'une ni l'autre ne sont connaissables panoramiquement. Mais Marie Morel a poussé le problème que se posait Matisse plus loin encore : elle a ajouté au problème du déséquilibre des points faibles et des points forts sur la surface de la peinture le problème du déséquilibre des trois points de vue dans l'espace que la vision de la peinture requiert. Freud disait : il y a deux positions, fort et da. Ailleurs ou là. Absent ou présent. Mort ou vivant. L'art es tout entier dans ce jeu terrible qui joue entre le perdu et l'apparaissant. Mais Humboldt disait : il y a trois positions dans l'espace : hier, da, dort. Ici, là, loin. De ces trois positions dans l'espace dérivent les trois personnes dans la langue : je, tu, il. Par exemple en peinture Je, c'est le nez sur la toile lorsqu'on peint. Tu, le visage ou le buste à mi distance quand on regarde. Il, le corps inconnu qui pousse la porte et aperçoit de très loin la toile.

J'évoque le mouvement incessant du peintre dans l'atelier cherchant l'impossible encablure, l'introuvable vol d'oiseau, l'inexistante « bonne distance » vis-à-vis du chevalet qui supporte la peinture.

Marie Morel associe les trois personnes aux trois positions.

De tout près c'est je, c'est hier, c'est ici. C'est pour ainsi dire le monde interne. C'est le labyrinthe où la mosaïque incruste ses scènes et inscrit se noms. C'est le livre ; Ici, on peut lire les phrases écrites. Ici, on peut entrer à l'intérieur du cadre de chaque saynète.

A mi distance c'est tu, c'est da, c'est là, en face. C'est l'ensemble des couleurs, l'équilibre des formes. C'est le tout se donnant d'assez près pour saisir l'ensemble et percevoir la nature de son contenu (mais plus assez près pour subir l'ascendant de chaque scène sexuelle, plus assez près pour pouvoir lire les mots qui entourent les figures qu'immobilise le désir au sein de chaque petit encadrement de branches mortes).

De loin, c'est il, c'est dort, c'est là-bas, surgissant dans le loin, à partir du loin. Ce sont les grands monochromes abstraits que j'admire tant, c'est la futaie, architecture où l'image se cache, prédateur à l'aguet, autre inconnaissable sur le point de bondir.

Voilà la triple avancée qui me subjugue à chaque fois dans les peintures de Marie Morel.

J'appelle « peintures de Marie Morel » tous les grands formats dès l'instant où ils sont exposés dans l'espace qui est nécessaire aux trois visions. (...)

Pascal QUIGNARD, 2009
Extrait du texte, livre–catalogue Marie Morel

http://www.mariemorel.net


Exposition de Claire Morgan "LIFE, BLOOD"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
sculpture, installation

Vernissage le samedi 16 janvier de 18h à 21h, en présence de l'artiste
Exposition du 16 janvier au 25 février 2010
Mardi-Samedi 11h-19h

Après avoir présenté le travail de Claire Morgan dans le cadre d'expositions collectives, la galerie Karsten Greve est heureuse d'annoncer la première exposition personnelle de cette jeune artiste Irlandaise née en 1980 qui comprendra un ensemble de sculptures-installations spécialement conçues pour cette occasion.

L'œuvre de Claire Morgan est enracinée dans le désir futile que nous avons de vouloir qualifier la vie et la mort. Les êtres humains, comme tout élément du monde naturel sont fragiles : entités individuelles de quelque chose beaucoup plus vaste. Elle explore la condition humaine et interroge la valeur réelle ou l'impact que l'individu pourrait avoir. Luttant avec ces questions, le travail de Claire Morgan est une tentative personnelle cherchant à évaluer la complexité, la beauté, l'horreur et la vanité d'être humain et animal.

Ces nouvelles œuvres explorent les petites découvertes silencieuses qui se produisent entre les deux extrêmes que sont la naissance et la mort, rencontres accidentelles ou hasardeuses entre animaux et plantes, entre nous êtres humains et nos déchets. Elles examinent les situations où la nature interagit avec ce qui la défie : nous et nos dérivés. Dans l'exposition, une chouette effraie et des milliers de graines en suspension dans l'air sont suspendues avec des fragments de déchets plastiques et des cafards. « Pour moi cela illustre un moment où il se peut que la perfection et le désastre fusionnent. J'essaie d'exprimer que nous sommes des animaux même si nous faisons semblant de ne pas en être. Les animaux dans mon travail font référence à notre manière de fonctionner, de vivre et de souffrir dans les environnements que nous avons créés pour nous-mêmes. »

Toutes les œuvres intègrent une ambivalence, la beauté plastique et la gracilité s'opposent à l'horreur de la chute et de la mort, les installations en suspension révèlent un état entre mouvement et immobilité. La différence entre le bon et le mauvais reste vague, les animaux sont petits, relativement insignifiants mais beaux. En revanche les formes géométriques qui les entourent sont de taille imposante et demandent une certaine attention. En les examinant de plus près, on s'aperçoit qu'elles comportent des erreurs humaines, un manque de solidité dans la structure composée de milliers de fragments négligeables sans valeur individuelle et sans lien entre eux. Claire Morgan cherche à atteindre une forme d'émotion ou de beauté à partir de matériaux et d'objets ordinaires. Dans ses compositions la combinaison des couleurs, l'échelle, la géométrie, l'organique et l'inorganique ont tous leur importance.

Œuvres à part entière et indépendantes des installations, un ensemble d'œuvres sur papier sera également montré dans l'exposition. A chaque nouvelle sculpture, Claire Morgan, réalise la taxidermie sur une feuille de papier qui sert ensuite de support au dessin. Le papier garde la trace des résidus de la taxidermie, des fluides corporels de l'animal, des traces de scalpel et des produits chimiques utilisés, ainsi que des notes de l'artiste concernant la taille du spécimen. Claire Morgan dessine ensuite l'animal en question dans le scénario sculptural qu'elle a imaginé pour lui. Dans cette pratique Claire Morgan aime que la précision anatomique côtoie le désordre de la véritable mort de l'animal. La futilité d'essayer d'atteindre un degré de perfection sur une page déjà souillée est une expérience à laquelle elle aime se livrer.


Claire Morgan, Fantastic Mr Fox, 2008. Exposition à la James Hockey Gallery, UCA, Farnham, UK. Photo © Claire Morgan

Depuis 2003 Claire Morgan poursuit une carrière en tant qu'artiste visuelle. Elle a exposé à plusieurs reprises notamment à Belfast et Londres ainsi qu'en Europe, elle a également bénéficié de résidences et de commissions en Grande Bretagne et a participé à plusieurs expositions collectives internationales.




Claire Morgan, Fluid, 2009. Présenté à l'exposition Building With Colour de la Gallery North, Newcastle, UK, et à Consumer au Palais de Tokyo, Paris. Crédit photo : Kris Heath

08:00  
09:00 [09:30] présentation de la 7è édition de la manifestation JARDINS JARDIN aux Tuilerie
Location:
Angelina
226, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Tuileries, Concorde
France
Phone : +33 (0)1 42 60 82 00
Mail : cgrisoni@groupe-bertrand.com
Internet Site : www.groupe-bertrand.com/angelina.php
Description:
Seront présentés à cette occasion :
- Le thème de l'année (Natures Urbaines)
- Les nouveautés jardins et terrasses
- Nature Design, le village du design d'extérieur, nouveautes et designers invités
- Les animations - ateliers pour les professionnels et le grand public
- Les projets et les lauréats du 1er Concours de l'innovation sur le thème “Inventons les natures Urbaines”

RSVP avant le 16 FÉVRIER
FREDERIQUE MLA frederiquecrete@mlapresse.fr

10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00 [16:00-20:00] Exposition /LioX pique sa crise/
Location:
galerie octObre
24, rue René Boulanger
75010 Paris
M° République
France
Mobile : +33 (0)6 08 05 34 06
Mail : galerie@octobre.org
Internet Site : www.octobre.org
Description:
L'exposition /LioX pique sa crise/ des peintures et dessins de LioX (voir le catalogue) a lieu du lundi au vendredi (16 h-20 h) jusqu'au Jeudi 18 février.

Closing party autour de l'artiste le Vendredi 19 février de 16 h à 20 h (les collectionneurs sont invités à venir retirer les oeuvres qu'ils ont acquises).

"Ligne concise, concept affirmé, LioX peint des images obsessionnelles de nature sociale, philosophique, spirituelle, politique, écologique." (on twitter/octObre).

Graphiste et peintre, LioX est un magnifique dessinateur à la calligraphie subtile, admirateur de Saul Steinberg, Tomi Ungerer et André François. Il a aussi intégré l'héritage pictural d'artistes comme Keith Haring, Jean-Michel Basquiat et Andy Warhol. Liox a principalement exposé au Musée de São Paulo (Brésil), au Musée de la Poste à Paris, au Centre d'Art Contemporain de Rueil-Malmaison, à la Fondation 3 SUISSES et à la galerie Caroline Corre. Depuis 2007, il a multiplié les Happening et a distribué ses dessins originaux par milliers.



[18:00] Exposition d'Eric Dizambourg
Location:
Galerie Jocelyn Wolff
78, rue Julien Lacroix
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 42 03 05 65
Fax : +33 (0)1 42 03 05 46
Mail : info@galeriewolff.com
Internet Site : www.galeriewolff.com
Description:
from february 19, 2010 to march 06, 2010
opening on February 19, 6 PM


Eric Dizambourg, Le mouton, acrylic on canvas, 2009, 73 x 92 cm

[18:00] Installation "The Objects" d'Ulla von Brandenburg
Location:
Galerie Saint-Séverin
le plus petit centre d'art de Paris
4, rue des Prêtres Saint-Séverin
75005 Paris
M° Saint-Michel, Cluny - La Sorbonne
France
Phone : +33 (0)1 46 37 44 53
Mail : galeriesaintseverin@diocese-paris.net
Internet Site : catholique-paris.cef.fr/-206-60-Galerie-Saint-Severin-.html
Description:
L'œuvre est visible nuit et jour depuis le 6 février jusqu'au 29 mars 2010.

[18:30] Exposition "American Showcase" de Pierre-Elie de Pibrac
Location:
Galerie d'en Face
Galerie Liova-Perpitch
7, rue Paul-Louis Courier
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 45 48 53 30
Fax : +33 (0)1 42 84 04 64
Mail : info@galeriedenface.com
Internet Site : www.galeriedenface.com
Description:




[19:00] "FANTASTIQUE DES MIRAGES" - Volet 3
Location:
Galerie Nuit d'Encre 64
Inknight
64, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
M° Parmentier, Goncourt, Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 49 29 48 49
Fax : +33 (0)1 49 29 42 89
Mail : nuitdencre@nuitdencre.fr
Internet Site : inknight.free.fr
Description:
EXPOSITION DE PEINTURES : PIERRILLE TARNAUD & PAUL ISRAEL

DU 19 FEV AU 31 MARS 2010

[19:00] Exposition de Simon Queheillard "Cinq ans de flaques d'eau"
Location:
Micro onde
centre d'art contemporain de l'Onde
8 bis, avenue Louis Breguet
78140 Vélizy-Villacoublay
M° RER C Chaville - Vélizy
France
Phone : +33 (0)1 34 58 19 92
Mobile : +33 (0)6 12 77 88 90
Internet Site : www.londe.fr
Description:
Vernissage le vendredi 19 février à 19h
jusqu'au 20 mars

L'artiste Simon Quéheillard travaille les perceptions. Il fabrique au sol des flaques d'eau à l'aide d'une bouteille, au travers de dispositifs très simples qui interrogent l'apparition des images. De cette série, Simon Queheillard présente une sélection de photographies et une vidéo issues de ses expériences.

[19:00] Rencontre-dédicace avec Sandrine Bonnaire pour "Le soleil me trace la route"
Location:
Virgin Megastore Champs-Élysées
52/60, avenue des Champs-Elysées
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, George V
France
Phone : +33 (0)1 49 53 50 00
Fax : +33 (0)1 49 53 50 41
Internet Site : www.virginmegastore.fr/mon_virgin_megastore_1000.html?magasin=18
Description:
Sandrine Bonnaire est révélée au public en 1983 par le film de Maurice Pialat, À nos amours. Elle a 16 ans et remporte alors le César du meilleur espoir féminin. À 19 ans, elle interprète une jeune marginale dans Sans toit ni loi d'Agnès Varda, rôle qui lui vaut le César de la meilleure actrice. Puis elle tourner notamment avec Patrice Leconte (Monsieur Hire), Jacques Doillon (La Puritaine), Jacques Rivette (Jeanne la Pucelle ou Secret Défense), André Téchiné (Les Innocents) ou encore Claude Chabrol (La Cérémonie). En 1987 elle tourne de nouveau avec Pialat dans Sous le soleil de Satan, récompensé par la Palme d'or au Festival de Cannes.

Premier livre de Sandrine Bonnaire, Le soleil me trace la route a peut-être commencé à s'écrire naturellement il y a une vingtaine d'années, lorsque la comédienne a rencontré le couple de journalistes Gaillac-Morgue pour un portrait destiné à paraître dans un magazine. Une amitié est née, une confiance s'est installée d'année en année entre ces trois personnes et, comme Sandrine Bonnaire le dit elle-même, « à mi-parcours », et après avoir abordé la réalisation de Elle s'appelle Sabine, le documentaire consacré à sa sœur, une envie est venue, soudaine, un besoin de profondeur.
Sous la forme d'une conversation très libre, où l'on oublie rapidement les questions pour n'entendre que les réponses, Sandrine Bonnaire, qui d'ordinaire ne s'épanche jamais sur papier glacé, se confie, s'abandonne, au risque de l'incorrection, en préservant sa pudeur et son sourire dans toutes les situations et dans tous les événements.
Une femme libre, sans concessions ni entraves, dont on aimerait suivre la voix et les pas jusqu'au bout de la route.

Le soleil me trace la route, Sandrine Bonnaire (Stock)

17:00
18:00
19:00
20:00 [20:00] Expo AIDES « 25 INSTanTs » : concert de clôture
Location:
Mairie du 2ème arrondissement
8, rue de la Banque
75002 Paris
M° Bourse
France
Phone : +33 (0)1 53 29 75 02
Fax : +33 (0)1 53 29 75 01
Mail : maire02@paris.fr
Internet Site : mairie2.paris.fr
Description:
Actuellement en Mairie du 2e arrondissement de Paris, l'installation « PopINSTanTs -ça Pop dans 25INSTanTs- » présente une sélection de plusieurs sections « pop » de la fresque 25INSTanTs, accompagnées de nombreux éléments audio-vidéos et de making-offs inédits, comme par exemple un AudioINSTanT très remarqué (créé spécialement à l'occasion de cette exposition en collaboration avec le magazine Spank) interprété par Lady GaGa !

Ce nouvel épisode se termine le 19 février à l'occasion d'un Live Acoustique de Pierre Pascual au cours duquel il accueille, avec Vincent Malléa, des invités de marque dont de nombreux modèles sortis de la fresque pour interpréter des covers de l'année 1984 et quelques perles extraites du répertoire AudioINSTanTs.

Exposition du lundi 25 janvier au vendredi 19 février

Concert Pop, le vendredi 19 février à 20h
Entrée libre

21:00  
22:00 [22:00] Lebowsky Show - Fête au Bowling Foch
Location:
Bowling Foch
8, avenue Foch
75016 Paris
M° Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 45 00 00 13
Fax : +33 (0)1 34 80 34 41
Mail : commercial@bowling-foch.com
Internet Site : www.bowling-foch.com
Description:
COMPÉTITION INTERNATIONALE DE BOWLING

Au Bowling Foch, ce vendredi 19 février à 22h pétantes, le KLAY remet son titre en jeu face aux très motivés challengers des équipes :
BLITZ - LOUIS VUITTON - GALERIE EMMANUEL PERROTIN - COLETTE - MOET & CHANDON - SONIA RYKIEL - DIDIER LUDOT - CITIZEN K - ALLARD PALACES - LE CERCLE - WALL STREET JOURNAL - TETE D'AFFICHE - PIERRE HARDY - KARL LAGERFELD

GRANDE FETE A DUREE INDETERMINEE

Ce tournoi couvert par toute la presse internationale sera suivi d'une grande fête à durée indéterminée.

Open Bowling toute la nuit !

Derrière les tourne-disques s'affronteront:

GELATO (aka Cécile Togni et Misty Rabbit)
RED CARPET (aka Florinda Harvey et Johanna Senyk)
TDA DJ CREW (Leam, Yogi, Peter Pan, Colt, Sunshine, Anja Sugar, Dju, Mr Moru, Greg Boust, In Eddie, Mlle Stéphanie, ...)


23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés