Saturday, February 20, 2010
Public Access


Category:
Category: All

20
February 2010
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28

  Paris sur glace 2009-2010
Location:
Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris
Place de l'Hôtel de Ville
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Description:
du 18 décembre 2009 au 6 mars 2010

La Mairie de Paris reconduit l'opération Paris sur glace en installant deux patinoires de plein air à destination des Parisiens du vendredi 18 décembre 2009 au samedi 6 mars 2010. L'Hôtel de Ville accueille sur une superficie totale de 1365 m², une grande patinoire et une petite patinoire de 208 m² à destination des jeunes enfants et débutants. Le site de Montparnasse accueille une patinoire de 770 m² (22x35).

A Montparnasse, la patinoire sera équipée d'un tapis synthétique de nouvelle génération permettant une meilleure appréhension des risques de chute et un apprentissage facilité pour le plaisir d'un public novice et familial.

La patinoire en glace de l'Hôtel de Ville fera le bonheur des amateurs de vitesse et d'une pratique sportive.

L'accès des patinoires est gratuit et la location de patins est de 5€.

Des moniteurs diplômés s'adaptent aux différentes attentes (initiation, démonstration, hockey sur glace…) et aux différents publics (grand public débutant ou habitué, groupes scolaires, centres de loisirs, centres d'initiation sportive, école municipale des sports…). Ils assurent ainsi une mission de conseiller technique et de médiateur pour sécuriser l'espace de glisse.

Exposition "Edvard Munch ou l'anti-Cri"
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
19 février au 18 juillet 2010, prolongée jusqu'au 8 août 2010
Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h. Fermeture de la billetterie à 17h15. Le samedi 1er mai et le mercredi 14 juillet 2010, ouverture de 14h à 18h.
Nocturne tous les mercredis jusqu'à 21h (fermeture de la billetterie à 20h15)

Tarif : réduit : 8€ pour les 12-25 ans, étudiants, chômeurs. Groupes pour les - de 12 ans. normal : 10€

L'exposition propose une lecture nouvelle de l'œuvre du peintre norvégien Edvard Munch, pas exposé en France et à Paris depuis vingt ans. En une une centaine d'œuvres (environ soixante toiles et quarante oeuvres graphiques) issues principalement de collections privées, elle montre le travail de Munch d'après le début du XXe siècle, lorsqu'il a développé un style expressif et s'est mis à intégrer des photos et des films muets dans son œuvre.

Expositions Chomo + Marie MOREL
Location:
Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 58 72 89
Fax : +33 (0)1 42 64 39 78
Mail : info@hallesaintpierre.org
Internet Site : www.hallesaintpierre.org
Description:
10 septembre 2009 – 7 mars 2010

Horaires
Ouvert tous les jours de 10h à 18h
Fermeture billetterie à 17h30

Tarifs
Expositions temporaires : 7,50€, tarif réduit 6€


CHOMO
"Le Débarquement Spirituel"

Il y a dix ans mourait Chomo, l'ermite de la forêt de Fontainebleau, artiste total à la fois poète, musicien, peintre, sculpteur, architecte, et auteur d'un film récapitulatif de toute son œuvre, plus long que le Mahâbhârata : Le Débarquement Spirituel. Une véritable légende vivante, dont l'empreinte est profonde sur tous ceux qui l'ont rencontrée.

Des milliers de visiteurs, de toutes conditions, ont été admis, au fil des ans, dans le territoire mythique de son Village d'Art Préludien, sur la commune d'Achères-la-Forêt, non loin du Cyclope de Tinguely et de la chapelle Saint-Blaise-des-Simples, où est enterré Cocteau, à Milly-la-Forêt. D'Angleterre, des Etats-Unis, d'Allemagne, du Japon, la télévision est venue filmer l'Eglise des Pauvres, le Sanctuaire des Bois Brûlés ou le Refuge, trois chefs d'œuvre de l'architecture spontanée de Chomo, réalisés, comme toute son œuvre, en matériaux de récupération : bois morts de la forêt, grillage, plâtre, bouteilles, tôles de voitures, glanés dans les sous-bois, les décharges publiques et les casses automobiles des environs.

Déjà, en 1960, les derniers surréalistes, André Breton, Dali, Joyce Mansour, Henri Michaux, mais aussi Cocteau, Anaïs Nin, le peintre Atlan, les galeristes Claude Bernard et Iris Clert ou même Picasso, avaient admiré, à Paris, les Bois Brûlés de Chomo, ses assemblages de verre et ses toiles lacérées, dans l'unique exposition qu'il devait consentir avant de se retirer du monde. Par la suite, sur les traces de Clara Malraux, mandatée en son temps par le Ministère des Affaires Culturelles pour faire protéger le site à ses débuts, des personnalités aussi différentes que Bernard Anthonioz, Jacques Attali, Henri-Claude Cousseau, Jean-Hubert Martin, se sont rendues dans le « Royaume » de Chomo, pour voir de plus près celui qui se disait aussi médium et guérisseur et vivait dans une telle symbiose avec ses abeilles qu'une séquence « choc » lui a été consacrée, en 1965, dans un film d'Edouard Logereau, Paris-Secret.

Bernard Lassus, Michel Ragon, les peintres Jean Revol, Lisette Combe et Jean de Maximy, le sculpteur Josette Rispal, les photographes Jean-Paul Vidal, Marcus Schubert, Jean-Claude David, Pascal Brousse, Minot-Gormezano, le psychiatre Gaston Ferdière, Michel Thévoz, de la Collection de l'Art Brut de Lausanne, Jean-Paul Favand du Musée des Arts Forains, John Maizels, de la revue internationale Raw Vision, et beaucoup d'autres ont été parmi les admirateurs et défenseurs de l'univers de Chomo. Clovis Prévost et Antoine de Maximy lui ont consacré un film. J'ai moi-même recueilli les souvenirs et les pensées de Chomo, dans un livre iconoclaste publié en 1978. France Inter, France Culture, Radio Libertaire sont venus enregistrer la poésie sonore, les musiques expérimentales et les propos détonants de cet écologiste avant l'heure, grand pourfendeur de la société de consommation, auquel une Fondation a même été un temps dédiée, destinée à protéger le lieu et l'œuvre de Chomo.

Mais Chomo était un irréductible, et s'il avait décidé de poursuivre son œuvre en-dehors du circuit des galeries et du marché, payant sa rébellion au prix fort de l'inconfort et de la solitude, c'était pour préserver sa liberté totale d'esprit et de création, pour pouvoir sans entraves enseigner sa voie à tous ceux qu'il prenait au piège de son rêve, et pour rester jusqu'au bout fidèle à sa révolte contre une société qu'il estimait gravement dévoyée, sur une planète elle-même en grand danger.

Depuis dix ans, l'univers de Chomo n'est plus accessible au public, et ce créateur inoubliable, ce visionnaire tourmenté par tous les excès de l'inspiration, auteur de centaines d'expériences de tous genres en sculpture, peinture, poésie, musique, cinéma, est en passe de disparaître de l'écran de nos mémoires. Il était temps que la France reconnaisse cet artiste extraordinaire, trop longtemps cantonné dans les curiosités du bord des routes, et rende hommage à celui que le chanteur britannique Jarvis Cocker, dans son road movie Journeys into the Outside (Voyages dans l'ailleurs), tourné l'année même du décès de Chomo, considérait déjà comme un monument du XXème siècle. Ce sera l'honneur et la fierté de la Halle Saint Pierre d'avoir eu, la première, ce souci et ce privilège. Puissent, dans cette lancée, les pouvoirs publics prendre les décisions qui s'imposent afin de consacrer à Chomo, sur le lieu où il a vécu, le musée qu'il mérite.

Laurent Danchin

Commissaires de l'exposition :
Laurent Danchin, Critique d'Art et Écrivain

Martine Lusardy, Directrice de la Halle Saint Pierre




Marie MOREL
"Les trois personnes de l'espace"

Marie Morel est un des plus grands peintres vivants. J'ai beaucoup appris d'elle. J'ai travaillé avec elle sur un grand tableau de six mètres qui fut intitulé « Louise Michel ». Matisse se posait la question : Comment faire pour qu'il n'y ait pas un déséquilibre entre les points faibles de la toile et les points forts, entre des régions puissantes et des fonds vides, entre ce qui s'élève et ce qui s'efface, soudain rejeté dans l'ombre de ce qui s'élève ? Pour que quelque chose surgisse avec densité, ne faut-il pas que quelque chose, à côté, nécessairement s'affaiblisse ? La réponse de Marie Morel est la saturation de tous les points sur la surface dans une marqueterie de scènes intenses. La scène sexuelle représentée en 6.20 est aussi puissamment peinte et aussi bouleversante que celle située en 27.8. Or ni l'une ni l'autre ne sont connaissables panoramiquement. Mais Marie Morel a poussé le problème que se posait Matisse plus loin encore : elle a ajouté au problème du déséquilibre des points faibles et des points forts sur la surface de la peinture le problème du déséquilibre des trois points de vue dans l'espace que la vision de la peinture requiert. Freud disait : il y a deux positions, fort et da. Ailleurs ou là. Absent ou présent. Mort ou vivant. L'art es tout entier dans ce jeu terrible qui joue entre le perdu et l'apparaissant. Mais Humboldt disait : il y a trois positions dans l'espace : hier, da, dort. Ici, là, loin. De ces trois positions dans l'espace dérivent les trois personnes dans la langue : je, tu, il. Par exemple en peinture Je, c'est le nez sur la toile lorsqu'on peint. Tu, le visage ou le buste à mi distance quand on regarde. Il, le corps inconnu qui pousse la porte et aperçoit de très loin la toile.

J'évoque le mouvement incessant du peintre dans l'atelier cherchant l'impossible encablure, l'introuvable vol d'oiseau, l'inexistante « bonne distance » vis-à-vis du chevalet qui supporte la peinture.

Marie Morel associe les trois personnes aux trois positions.

De tout près c'est je, c'est hier, c'est ici. C'est pour ainsi dire le monde interne. C'est le labyrinthe où la mosaïque incruste ses scènes et inscrit se noms. C'est le livre ; Ici, on peut lire les phrases écrites. Ici, on peut entrer à l'intérieur du cadre de chaque saynète.

A mi distance c'est tu, c'est da, c'est là, en face. C'est l'ensemble des couleurs, l'équilibre des formes. C'est le tout se donnant d'assez près pour saisir l'ensemble et percevoir la nature de son contenu (mais plus assez près pour subir l'ascendant de chaque scène sexuelle, plus assez près pour pouvoir lire les mots qui entourent les figures qu'immobilise le désir au sein de chaque petit encadrement de branches mortes).

De loin, c'est il, c'est dort, c'est là-bas, surgissant dans le loin, à partir du loin. Ce sont les grands monochromes abstraits que j'admire tant, c'est la futaie, architecture où l'image se cache, prédateur à l'aguet, autre inconnaissable sur le point de bondir.

Voilà la triple avancée qui me subjugue à chaque fois dans les peintures de Marie Morel.

J'appelle « peintures de Marie Morel » tous les grands formats dès l'instant où ils sont exposés dans l'espace qui est nécessaire aux trois visions. (...)

Pascal QUIGNARD, 2009
Extrait du texte, livre–catalogue Marie Morel

http://www.mariemorel.net

Exposition de Claire Morgan "LIFE, BLOOD"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
sculpture, installation

Vernissage le samedi 16 janvier de 18h à 21h, en présence de l'artiste
Exposition du 16 janvier au 25 février 2010
Mardi-Samedi 11h-19h

Après avoir présenté le travail de Claire Morgan dans le cadre d'expositions collectives, la galerie Karsten Greve est heureuse d'annoncer la première exposition personnelle de cette jeune artiste Irlandaise née en 1980 qui comprendra un ensemble de sculptures-installations spécialement conçues pour cette occasion.

L'œuvre de Claire Morgan est enracinée dans le désir futile que nous avons de vouloir qualifier la vie et la mort. Les êtres humains, comme tout élément du monde naturel sont fragiles : entités individuelles de quelque chose beaucoup plus vaste. Elle explore la condition humaine et interroge la valeur réelle ou l'impact que l'individu pourrait avoir. Luttant avec ces questions, le travail de Claire Morgan est une tentative personnelle cherchant à évaluer la complexité, la beauté, l'horreur et la vanité d'être humain et animal.

Ces nouvelles œuvres explorent les petites découvertes silencieuses qui se produisent entre les deux extrêmes que sont la naissance et la mort, rencontres accidentelles ou hasardeuses entre animaux et plantes, entre nous êtres humains et nos déchets. Elles examinent les situations où la nature interagit avec ce qui la défie : nous et nos dérivés. Dans l'exposition, une chouette effraie et des milliers de graines en suspension dans l'air sont suspendues avec des fragments de déchets plastiques et des cafards. « Pour moi cela illustre un moment où il se peut que la perfection et le désastre fusionnent. J'essaie d'exprimer que nous sommes des animaux même si nous faisons semblant de ne pas en être. Les animaux dans mon travail font référence à notre manière de fonctionner, de vivre et de souffrir dans les environnements que nous avons créés pour nous-mêmes. »

Toutes les œuvres intègrent une ambivalence, la beauté plastique et la gracilité s'opposent à l'horreur de la chute et de la mort, les installations en suspension révèlent un état entre mouvement et immobilité. La différence entre le bon et le mauvais reste vague, les animaux sont petits, relativement insignifiants mais beaux. En revanche les formes géométriques qui les entourent sont de taille imposante et demandent une certaine attention. En les examinant de plus près, on s'aperçoit qu'elles comportent des erreurs humaines, un manque de solidité dans la structure composée de milliers de fragments négligeables sans valeur individuelle et sans lien entre eux. Claire Morgan cherche à atteindre une forme d'émotion ou de beauté à partir de matériaux et d'objets ordinaires. Dans ses compositions la combinaison des couleurs, l'échelle, la géométrie, l'organique et l'inorganique ont tous leur importance.

Œuvres à part entière et indépendantes des installations, un ensemble d'œuvres sur papier sera également montré dans l'exposition. A chaque nouvelle sculpture, Claire Morgan, réalise la taxidermie sur une feuille de papier qui sert ensuite de support au dessin. Le papier garde la trace des résidus de la taxidermie, des fluides corporels de l'animal, des traces de scalpel et des produits chimiques utilisés, ainsi que des notes de l'artiste concernant la taille du spécimen. Claire Morgan dessine ensuite l'animal en question dans le scénario sculptural qu'elle a imaginé pour lui. Dans cette pratique Claire Morgan aime que la précision anatomique côtoie le désordre de la véritable mort de l'animal. La futilité d'essayer d'atteindre un degré de perfection sur une page déjà souillée est une expérience à laquelle elle aime se livrer.


Claire Morgan, Fantastic Mr Fox, 2008. Exposition à la James Hockey Gallery, UCA, Farnham, UK. Photo © Claire Morgan

Depuis 2003 Claire Morgan poursuit une carrière en tant qu'artiste visuelle. Elle a exposé à plusieurs reprises notamment à Belfast et Londres ainsi qu'en Europe, elle a également bénéficié de résidences et de commissions en Grande Bretagne et a participé à plusieurs expositions collectives internationales.




Claire Morgan, Fluid, 2009. Présenté à l'exposition Building With Colour de la Gallery North, Newcastle, UK,
et à Consumer au Palais de Tokyo, Paris. Crédit photo : Kris Heath

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:00-17:00] Défilé du dragon
Location:
Mairie du 1er arrondissement
4, place du Louvre
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 44 50 75 01
Internet Site : mairie1.paris.fr
Description:
Il suivra le parcours suivant : Place de l'Hôtel de ville Rue du Temple Rue turbigo Place des Arts et Métiers Rue Beaubourg Rue du Renard Place de l'Hôtel de ville


[15:00-20:00] ouverture de la "Section Bibliothèque" de l'Encyclopédie des guerres
Location:
France Fiction
6 bis, rue du Forez
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple
France
Phone : +33 (0)1 77 17 26 00
Mail : france.fiction@gmail.com
Internet Site : www.france-fiction.com
Description:
Durant l'année 2010, France Fiction présente la «Section Bibliothèque» de l'Encyclopédie des guerres de Jean-Yves Jouannais. Lors de rendez-vous réguliers, Jean-Yves Jouannais procèdera à l'échange des livres de sa bibliothèque personnelle - laquelle sera progressivement installée à la galerie jusqu'en décembre 2010 - , contre tout ouvrage document ayant trait aux guerres, de l'Iliade à la Seconde Guerre Mondiale.



[16:00] Exposition "Collage Onirique" de Newzad MENAF
Location:
Institut kurde de Paris
106, rue La Fayette
75010 Paris
M° Poissonnière, Gare du Nord
France
Phone : +33 (0)1 48 24 64 64
Fax : +33 (0)1 48 24 64 66
Internet Site : www.institutkurde.org
Description:
Vernissage samedi 20 février à partir de 16h
L'exposition est ouverte au public, du 22 févrer au 5 mars 2010
du lundi au samedi de 14h00 à 19h00

Newzad MENAF est arrivé en France à l'âge de huit ans avec pour seul bagage ses souvenirs, ses rêves et l'espoir d'une vie meilleure. Réfugié kurde accueilli en France à l'initiative de Mme Mitterrand après l'exode provoqué par le spectre des armes chimiques utilisées par Saddam Hussein, Newzad se consacre aujourd'hui à l'art du collage pour traduire ses sentiments et livrer au regard ses rêves.

Il présentera une trentaine de ses œuvres dans le cadre d'une exposition intitulée « Collage onirique » illustrant son monde si singulier et intime.

http://reves-collages.over-blog.com
http://www.myspace.com/newzad
menaf.newzad@gmail.com


[16:00-21:00] Exposition d'EMILIE PEROTTO "CHAQUE DIABLE PORTE SON SAC"
Location:
Random Gallery
30, rue Louise Weiss
Vitrine entre la galerie Praz Dellavallade et la galerie Air de Paris
75013 Paris
M° Chevaleret, Bibliothèque François Mitterrand
France
Internet Site : www.random-gallery.com
Description:
20.02.2010 - 20.03.2010
Vernissage Samedi 20.02.2010 de 16h à 21h

[16:00-21:00] Exposition de Brice Dellsperger "More Body Doubles"
Location:
Air de Paris
32, rue Louise Weiss
75013 Paris
M° Chevaleret, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 44 23 02 77
Fax : +33 (0)1 53 61 22 84
Mail : fan@airdeparis.com
Internet Site : www.airdeparis.com
Description:
20 février - 20 mars 2010

Air de Paris a le plaisir de vous annoncer la prochaine exposition personnelle de Brice Dellsperger, à l'occasion de laquelle seront présentés les deux derniers films de sa série Body Double, ainsi que des tirages photographiques liés à son dernier opus, Body Double 22, et un dessin inédit de Jean-Luc Verna.

Pour Body Double 23, Brice Dellsperger déconstruit la séquence du casting du Dalhia Noir de Brian de Palma, qui est déjà en elle-même un premier redoublement, entre le jeu de l'aspirante starlette et son image dans l'écran de capture. Le maquillage du corps de la nouvelle interprète de Betty Ann Short reprend ses futures mutilations. Les scènes ne sont pas juste reprise mais transformées en quelque chose d'absolument nouveau - un Body Double.

Avec Body Double 22, Brice Dellsperger s'empare de Eyes Wide Shut de Kubrick, un peu plus de dix ans après sa sortie. A nouveau, il collabore avec Jean-Luc Verna, qui tient simultanément tous les rôles. A la différence de ses films précédents, qui consistaient en la reprise d'une seule scène (hormis BD X qui reprenait l'intégralité de L'important c'est d'aimer de A. Zulawski, et BD16 qui reprenait des scènes de deux films différents), ce nouvel opus est l'occasion de l'application des mêmes principes de réalisation sur plusieurs scènes : des doublures dédoublées en autant de personnages féminins.
Le trouble dans le genre qu'opère l'artiste (son acteur est systématiquement travesti en femme, même pour interpréter de rôles masculins) contamine à nouveau l'exercice du remake. Multipliant les scènes rejouées (le film dure 35 minutes), Body Double 22 en bouscule l'ordre. Il réorganise différentes séquences du dernier chef d'œuvre de Kubrick autour de la scène-clé du film, ici récurrente : le rituel secret découvert par le docteur Harford. Les opérations de dédoublement affectent alors la linéarité de la fiction, pour répartir comme en autant d'espaces les scènes rejouées et tournées dans différents espace d'un même théâtre (le récit du rêve, la visite à la morgue, la femme nue dans la salle de bain, la visite à la fille du patient décédé...). Les jeux d'incrustation permettent jusqu'à la superposition de scènes en un même plan (la dispute). Le recours au doublage sonore accentue le trouble général et contribue à le distancier du film de Kubrick.

A la fois extrêmement fidèle dans la reconstitution des scènes, mais infidèle dans leur restitution (une actrice dont le corp préfigure le cadavre pour BD 23, un même acteur, un ordre chamboulé, une scène récurrente pour BD 22), Brice Dellsperger saisit à la fois le destin et les obsessions des personnages, le souvenir auquel le film peut donner lieu, et sa condensation dans une nouvelle forme. A l'instar de ses précédents opus, ces Body Double permettent également de réévaluer la réelle portée de son projet tant ils vont à la fois en deçà et au-delà du film qu'ils copient : retourner à la source du projet initial et le restituer ainsi que la mémoire aurait pu le faire. A l'instar de tout souvenir, qui est contraction, étirement, réinterprétation, en bref transformation d'une séquence vécue - ici filmée.

Né en 1972, Brice Dellsperger développe depuis 1995 le cycle des Body Double, présentés dans de nombreux festivals de cinéma internationaux et acquis par de nombreuses collections privées et publiques. Son long métrage, Body Double X est présent dans la prestigieuse collection des films du MoMA.

[16:00] Signature de Sandrine Bonnaire
Location:
Fnac Paris - Montparnasse
136, rue de Rennes
75006 Paris
M° Saint-Placide, Notre-Dame-des-Champs, Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)1 49 54 30 00
Fax : +33 (0)1 49 54 30 03
Mail : montparnasse@fnac.tm.fr
Internet Site : rendezvous.fnac.com/home_magasin.asp?SHP=4
Description:
Rencontre avec la comédienne et auteure pour son livre « Le Soleil me trace la route » (Stock). Ce livre a commencé à s'écrire il y a une vingtaine d'années, lorsque la comédienne a rencontré le couple de journalistes Gaillac-Morgue pour un portrait destiné à paraître dans un magazine.

[16:00-19:00] Signature du livre de Michèle Debat
Location:
Galerie Françoise Paviot
57, rue Sainte-Anne
code 32A15
75002 Paris
M° Quatre-Septembre, Pyramides, Opéra
France
Phone : +33 (0)1 42 60 10 01
Fax : +33 (0)1 42 60 44 77
Mail : info@paviotfoto.com
Internet Site : www.paviotfoto.com
Description:
Signature du livre de Michèle Debat : "L'Impossible Image, Photographie-Danse-Chorégraphie"

[16:00-21:00] Vernissage d'Elina Brotherus "Artists at Work"
Location:
gb agency
18, rue des Quatre Fils
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 00 60
Mail : gb@gbagency.fr
Internet Site : www.gbagency.fr
Description:
20.02.2010 - 20.03.2010
Vernissage Samedi 20.02.2010 de 16h à 21h

[16:00-21:00] Vernissage de Jim Isermann
Location:
Galerie Praz Delavallade
5, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 45 86 20 00
Fax : +33 (0)1 45 86 20 10
Mail : gallery@praz-delavallade.com
Internet Site : www.praz-delavallade.com
Description:
20.02.2010 - 20.03.2010
Vernissage Samedi 20.02.2010 de 16h à 21h

La galerie Praz-Delavallade est heureuse d'annoncer la quatrième exposition personnelle qu'elle consacre à Jim Isermann.

Si de nombreux artistes contemporains puisent dans l'histoire du design américain, Jim Isermann a longtemps été au premier rang de cette investigation. A travers différentes techniques (tentures murales, tapisseries, sculptures en tissu, peintures murales en adhésif) il explore la possibilité d'utopie dans toutes ses formes esthétiques et fonctionnelles.
La pratique artistique de Jim Isermann se focalise sur l'échange d'informations visuelles entre abstraction et design, en mélangeant des éléments de "high" et "low" culture. En célébrant le potentiel décoratif de l'abstraction géométrique, il révèle le rapport symbiotique entre art plastique et art appliqué.
Isermann adapte le langage formel du minimalisme et de l'abstraction à la fonction utilitaire du design contemporain: les peintures éclatantes et les sculptures flirtent avec le fonctionnalisme, incarnant l'évolution rapide de l'abstraction moderniste aux principes du design.

Son oeuvre se divise en deux pratiques: de grandes commandes réalisées pour des lieux spécifiques et son travail d'atelier. Les projets à grande échelle emploient des matériaux industriels et demandent la collaboration d'entreprises spécialisées. Ses réalisations dans l'espace publique constituent un élément très important dans sa pratique artistique. Pour lui il y a un échange permanent d'idées entre ses oeuvres produites à l'atelier et les projets monumentaux.
L'exposition à la galerie Praz-Delavallade présente ces deux aspects.

L'approche d'Isermann consiste à utiliser une palette trés réduite de couleurs industrielles en les associant aux matériaux les plus basiques pour tenter de savoir jusqu'où il est possible de reproduire les mêmes éléments en les positionnant de façon différente. "L'élaboration arbitraire d'un motif ne m'intéresse pas; ce qui m'importe c'est de parvenir à l'assemblage le plus rigoureux possible d'éléments individuels".

Une série de quatre peintures sera présentée dans l'espace de la rue Louise Weiss. Cet ensemble est le troisième set de quatre peintures que l'artiste à commencé en 2007. Il s'agit des premières peintures réalisées par l'artiste depuis 20 ans, le précédent ensemble datant de 1987/1988. Ce qui a poussé l'artiste à revenir à la peinture est notamment la création par Pantone de peintures industrielles. Ces peintures sont construites sur les algorithmes qui déterminent certains des projets constitués de panneaux thermoformés. "Les peintures sont basées sur la même géométrie - seul le coefficient divisant les dimensions et l'affectation des couleurs changent. Réalisées à la main à partir d'un dessin sur la toile, ces oeuvres sont minutieusement exécutées à l'aide de scotch, une couleur après l'autre. L'élaboration mathématique de ces peintures représentent une forme de perfection tandis que le recours à une technique manuelle incarne l'impossibilité d'atteindre cette perfection. Cette contradiction apporte une forme de beauté et de mélancolie à cette tentative."
Une série de huit dessins relatifs aux peintures sera également présentée dans la galerie.

Dans le second espace, rue Duchefdelaville, une installation de 2001 sera présentée. "Vacuum-formed plastic panels" est un projet emblématique que Jim Isermann a réalisé pour la biennale de Santa Fe en 2001. A cette occasion l'artiste avait créé une nouvelle façade pour l'immeuble de "SITE" composée de 750 panneaux de plastiques thermoformés. Ces modules argentés de section carrée et aux coins arrondis forment des étoiles acérées à leur jonction. Combinés, les panneaux créent une structure minimaliste et brillante qui incorpore par réflexion l'espace public et la vie ordinaire.

Jim Isermann est né en 1955. Il vit et travaille à Palm Springs et a étudié à Cal Arts à Los Angeles. Jim Isermann a exposé de nombreuses fois aux Etats Unis et en Europe, et a créé de nombreuses installations pour l'espace public : UCLA Hammer Museum (2006), Yale University Art Museum (2007), Princeton University (2008). Parmi ses expositions personnelles: Van Abbemuseum, Eindhoven, (2009), Corvi Mora, London (2008), Deitch Projects, New York (2007), Museum of Contemporary Art, Chicago (2006), Hammer Museum (2002), Portikus, Francfort(2000) et le Magasin, Centre National d'Art Contemporain, Grenoble (1999). Son travail a été inclus dans de nombreuses expositions de groupe: MOMA, New York (2009), MOCA, Los Angeles (2008), Musée d'art et d'histoire, Genève (2007). Isermann a reçu de nombreux prix prestigieux, parmi eux: le Guggenheim Fellowship (2001); National Endownent for the Arts, Visual Artist' s Fellowship, Painting (1987 ) and sculpture (1984); Art Matters, Inc. Fellowship (1986), J.P. Getty Fellowship for the Visual Arts (1999).

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Le dernier festin"
Location:
Jousse Entreprise - Art Contemporain
6, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 53 82 10 18
Fax : +33 (0)1 53 82 13 63
Mail : art@jousse-entreprise.com
Internet Site : www.jousse-entreprise.com
Description:
avec Richard Kern, Atelier Van Lieshout, Philippe Meste, Martin Le Chevallier, Erwin Wurm, Thomas Grünfeld, Philip-Lorca DiCorcia, Florence Doléac

20.02.2010 - 20.03.2010
Vernissage Samedi 20.02.2010 de 16h à 21h

[16:30] Signature de livre avec QUIK
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
Sortie du premier ouvrage critique sur le street art en présence de l'auteur Magda Danysz et de quelques artistes de street art. Près de 400 pages expliquent et approfondissent l'aspect artistique de ce mouvement. « Au début, il y avait le tag et les inscriptions sur les murs. Cela a donné naissance à l'écriture sauvage et au graffiti. Ce qui s'est transformé en ce que l'on connaît maintenant sous le nom d'Art Urbain ou Street Art. Un mouvement complexe et intéressant qui mérite bien plus que de simples raccourcis. » From Style Writing to Art, a Street Art anthology, vise à expliquer comment le Street Art est devenu un mouvement artistique majeur au tournant du 21ème siècle. Ce livre s'intéresse aux pionniers du graffiti qui se sont illustrés dès les années 60, il explore ensuite le succès des artistes des années 80, et enfin il se penche sur les nouvelles questions et pratiques des années 90.

Extrait : « Puisque l'on doit dire la vérité, ce livre a pour sujet la façon dont je considère et je ressens si absolument que l'art urbain est le mouvement artistique le plus intéressant au tournant de ce siècle. Laissez-moi le répéter, ne serait-ce que pour l'œil sceptique, pour l'aveugle et le perdu, ou pour les retardataires qui ont juste manqué le bateau : l'art urbain est le mouvement artistique le plus important au tournant de ce siècle. Des talents sont nés dans l'histoire de graffiti, lui-même né dans l'histoire, récente, de l'art urbain. Finalement, cela nous permet de ne pas répondre à la célèbre question Mais ... est ce vraiment de l'art ? Au-delà de cette forme d'expression à la fois compacte et diffuse, la vraie pratique artistique a émergé, absolument incontestable en termes de qualité et de longévité. »




[17:00] Exposition de Wolf von Kries "Echantillons sans valeur"
Location:
La Ferme du Buisson
Scène nationale de Marne-la-Vallée
Allée de la Ferme
77186 Noisiel Cedex 2
M° RER A Noisiel
France
Phone : +33 (0)1 64 62 77 77
Fax : +33 (0)1 64 62 77 99
Mail : contact@lafermedubuisson.com
Internet Site : www.lafermedubuisson.com
Description:
Du 20 février au 2 mai
Vernissage samedi 20 février à 17h
Preview le samedi 13 et dimanche 14 février à l'occasion du Week-end à la Ferme Hors Saison

L'artiste allemand Wolf von Kries dépose ses trouvailles au Centre d'art. Avec lui, l'espace d'exposition devient un laboratoire scientifique, une petite fabrique d'expériences, oscillant entre archéologie du présent et projections futuristes.

Von Kries manipule, détourne, transforme, assemble des objets du quotidien. A la Ferme, il propose un voyage inédit où vous croiserez des formes familières frappées d'étrangeté : une chambre à air de tracteur exagérement gonflée, des journaux quotidiens collectionnés au début de la crise économique assemblés en une architecture utopique, des cercles concentriques de gouttes de pluie faisant écho aux couvercles de boîtes de conserves qui leur font face..

Une première exposition personnelle en France qui permet de découvrir un large corpus de son travail, mêlant œuvres existantes et projets inédits autour d'une réflexion sur les notions de valeur et de progrès. Renvoyant dos à dos des modèles utopiques et une attention particulière à l'ordinaire et à la matérialité des choses, Von Kries fait indirectement écho à la situation économique actuelle mais il développe surtout une poétique du bricolage et de l'amateurisme comme manière de faire des mondes.

Commissaire : Julie Pellegrin

[17:00] Finissage de Podgorski "Femmes révélées, femmes effacées et les autres..."
Location:
Lagalerie
Association Actuel Art
27, rue de la Forge Royale
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Faidherbe - Chaligny, Charonne
France
Phone : +33 (0)1 43 48 15 85
Mobile : +33 (0)6 09 84 35 82
Mail : actuelart@gmail.com
Internet Site : actuel.art.free.fr
Description:
Vernissage le mercredi 10 février à partir de 18H
du 10 au 20 février 2010

« La burqa, c'est une insulte faite aux femmes.» En plein débat sur le port du voile intégral, Gregor Podgorski, un photographe de Fontenay-sous-Bois, met les pieds dans le plat.Il le fait à sa manière, non sans un certain sens de la provocation. Sa nouvelle série s'intitule « Femmes révélées, femmes effacées et les autres ». Sur ces images qui seront visibles le mois prochain à Paris, deux représentations d'une même femme se côtoient : la première en burqa, l'autre entièrement nue. Les yeux du modèle en tenue d'Eve ont été arrachés et placés sur le second. Gregor Podgorski, 44 ans, est un habitué des thèmes de société. En juin, il s'était attelé aux rapports mère-fille, là encore en faisant poser ses modèles nus, côte à côte. Il a également travaillé avec des femmes ayant vaincu le cancer du sein. Une exposition qui continue de voyager et de s'enrichir de nouveaux portraits. Pourquoi le voile intégral ? « C'est une question qui ne doit pas rester aux seules mains des hommes politiques », répond le photographe. Favorable à une loi interdisant la burqa (« Ne pas légiférer, c'est laisser le phénomène prendre de l'ampleur », estime-t-il), Gregor Podgorski sait qu'avec ce thème, il marche sur des œufs : « Ce que je crains par-dessus tout, c'est d'être mal compris. » « Il ne faut pas assimiler mon travail à une attaque contre la religion, développe cet athée. Je me suis beaucoup documenté sur la question. Si certains font l'amalgame, la burqa n'a rien à voir avec l'islam. D'ailleurs, mes amis de confession musulmane me disent tous que ce phénomène leur fait énormément de tort. » ( « Lorsque je suis arrivé de Pologne en 1984, le voile intégral était inexistant en France, raconte encore l'artiste. Aujourd'hui, de plus en plus de femmes le portent. J'ai donc cherché un moyen d'exprimer ma désapprobation. Je voulais répondre à cette violence avec la même violence.» Reste à savoir comment le public percevra son travail. Réponse le 10 février. J.V (Le Parisien)


[17:00] vernissage de l'exposition "Play it !"
Location:
Librairie Florence Loewy
Books by Artists
9-11, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 44 78 98 45
Fax : +33 (0)1 44 78 98 46
Mail : info@florenceloewy.com
Internet Site : www.florenceloewy.com
Description:
Après Sound Art ? en 2002, nous sommes heureux de vous inviter le samedi 20 février à partir de 17h au vernissage de l'exposition : Play it ! Record covers by artists.

Avec :
ALBRECHT d / ALLEN Dave / ANDERSON Laurie / ANÜLL Ian / Art & Language / BASELITZ Georg / BASQUIAT Jean-Michel / BERTOIA Harry / BEUYS Joseph / BIANCHINI Alexandre / BOEHMLER Claus / BRUS Günter / CAGE John / CLEMENTE Francesco / DARBOVEN Hanne / DECRAUZAT Philippe / DOWNSBROUGH Peter / DUBUFFET Jean / FLEURY Sylvie / General Idea / GIBSON John / GORDON Douglas / GRAHAM Rodney / HAUFEN Graf / HEIDSIECK Bernard & JANICOT Françoise / HOPPER Denis / IANNONE Dorothy / JULIUS Rolf / KAPROW Allan / KIPPENBERGER Martin / KNIZAK Milan / KNOEBEL Iimi / LERICOLAIS Rainier / LEWITT Sol / MACKILLOP Sara /MARCLAY Christian / MITAN Andrzej / MONK Jonathan / NITSCH Hermann / OEHLEN Albert / OEHLEN Markus / OPALKA Roman / PARRINO Steven / PENCK A.R. / PETTIBON Raymond / POST Frédéric / RAINER Arnulf / REICH Steve / ROTH Dieter / SACHS Tom / SARKIS / SCHAEFER Janek / SNOW Michael / SONNIER Keith / TINGUELY Jean / VON BONIN Cosima / WEINER Lawrence / WOOL Christopher

Play it! présente une sélection de disques vinyles, cd, cassettes dont les musiques et/ou pochettes ont été crées par des artistes plasticiens ainsi que des catalogues retraçant l'histoire des relations entre son et arts plastiques depuis le début des années soixante.
Exposition conçue par Emmanuel Hervé avec l'amicale complicité de Rainier Lericolais.

En parallèle à notre exposition la Galerie de Multiples présente Play it! Again jusqu'au 31 mars.

[17:30] Exposition de Jean-Luc Girard
Location:
La Canaille
4, rue Crillon
75004 Paris
M° Quai de la Rapée, Sully - Morland, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 42 78 09 71
Mail : resto.lacanaille@gmail.com
Internet Site : www.lacanaille.fr
Description:
Vernissage le samedi 20 février à partir de 17h30

http://www.jeanlucgirard.book.fr

[17:30-19:00] Exposition de Pauline Fouché "Cassures"
Location:
Galerie d'Art de Créteil
10, avenue François Mitterrand
94000 Créteil
M° Créteil - Préfecture
France
Phone : +33 (0)1 49 56 13 10
Fax : +33 (0)1 41 94 29 00
Mail : culture@ville-creteil.fr
Description:
dans le cadre des 3e rencontres photographiques de Créteil

Les Cassures matérialisent l'image-évènement dont abondent les journaux à travers une réappropriation par le geste et l'image. Malmenées et rendues à la fragilité de leur apparence, ces images tentent de révéler d'autres espaces dans lesquels le sujet perd son rapport direct à l'actualité.

« Pauline Fouché travaille notre rapport aux images d'actualité (notamment celles de la guerre et du drame humain) par le geste-motif de la Cassure. Il se produit, par la reproduction photographique de papier journal froissé, une image imprenable sur un envers ou un débord de la représentation, à la fois fêlure et invagination. On entendrait presque le son d'un entre-choc où se fracturent anarchiquement les lignes de temps : tragédie de l'événement, factualité du traitement médiatique, ébranlement du regard. »
Morad Montazami

http://www.paulinefouche.fr

[17:30-19:00] Lectures-performances "Le réel, nouvel opium ?"
Location:
Galerie Les filles du calvaire
17, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 74 47 05
Fax : +33 (0)1 42 74 47 06
Mail : paris@fillesducalvaire.com
Internet Site : www.fillesducalvaire.com
Description:
Performances, le samedi 20 février de 17h30 à 19h :
David Christoffel : "Dérushage mortel"
(avec la participation de Frédéric Dumond)

Cyrille Martinez : "Bibliographies"

Louise Desbrusses : "Réel est dieu"

Fred Griot : "Parl'"

Jérôme Game : "Departure lounge"

(durée de chaque performance : entre 10 et 15mn)

Commissariat : Emmanuel Adely, Christian Barani, Frédéric Dumond





[18:00] Décrochage des Peintures de Christopher Cook
Location:
Goutte de Terre
4, rue Basfroi
75011 Paris
M° Voltaire, Charonne
France
Mobile : +33 (0)6 98 63 77 32
Mail : galeriegouttedeterre@gmail.com
Internet Site : www.gouttedeterre.blogspot.com
Description:
Décrochage des Peintures de Christopher Cook

[18:00] Exposition de Numa Droz "espaces"
Location:
Galerie de l'Europe
55, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 55 42 94 23
Fax : +33 (0)1 43 25 02 93
Mail : europe@noos.fr
Internet Site : www.galerie-europe.com
Description:
vernissage le jeudi 20 février en présence de l'artiste
du 18 février au 16 mars

[18:00] Finissage de Nicolas Chardon "Abstract"
Location:
Galerie Jean Brolly
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 88 02
Fax : +33 (0)1 42 78 88 03
Mail : galbrolly@wanadoo.fr
Internet Site : www.jeanbrolly.com
Description:
+ la vitrine :
Nicolas Chardon & Michel Verjux "Cercle et carré"

9 janvier - 20 février 2010

Pour cette nouvelle exposition à la galerie Jean Brolly, Nicolas Chardon présente un ensemble d'œuvres réalisées ou pensées lors de son séjour à la Villa Médiciis (2008/2009).

« Abstract » est une œuvre constituée de 8 toiles, toutes de format différent, sur lesquelles viennent s'inscrire chacune des lettres du titre, seules ou répétées, à l'instar d'un exercice d'écriture. La répétition et la déformation des lettres évoquent une certaine familiarité avec la poésie sonore dadaïste.

Une grande « Cible », en 4 parties, est présentée d'une manière non conventionnelle puisque que son centre est renvoyé aux quatre coins extérieurs. En vis-à-vis, un tableau intitulé « Cible losange », repose sur la pointe. L'œuvre la plus surprenante est une peinture polyptyque constituée de carrés de 80 x 80 cm, intitulée « Mosaïque ». Elle se déploie librement sur un mur comme une peinture sans fin. Pour cette œuvre, Nicolas Chardon a opté pour une intervention minimale répondant à une interrogation invariable dans son travail. En effet, la question du « fond » peint, par rapport à la forme, est ici évacuée puisque l'artiste prend le parti de peindre en bordure de chacune des toiles, une répétition de 4 formes noires, en laissant en réserve le tissu quadrillé de la toile (petit vichy noir), mettant
ainsi clairement en évidence le procédé de son travail.

Depuis toujours, Nicolas Chardon applique une méthode qui consiste à tendre et à agrafer un tissu à carreaux (vichy, madras, écossais, damier) sur un châssis puis à peindre des figures géométriques en suivant les lignes de l'imprimé
du tissu, qui perd son orthogonalité du fait de la tension. Seul, le champ de la toile sera gardé vierge, comme un indice, invitant ainsi notre regard à quitter la frontalité du tableau et à nous interroger sur le processus mis en place.
Ce qui intéresse l'artiste dans les étapes de conception et de fabrication du tableau, c'est une certaine neutralité et une mise à distance du résultat. Si son travail s'appuie sur l'observation du réel, c'est surtout une démarche
conceptuelle animée par des paradoxes qu'il convient de retenir. Ainsi, il se plaît à dire par exemple que « tendre », assouplit, bousculant ainsi certaines valeurs modernistes aux codes plus rigides.

Pour l'artiste, le moment de peindre intervient comme un après-coup, comme si la toile tendue sur le châssis avec ses couleurs et son motif suffisait à être un bon tableau moderne, achevé, mais qu'il fallait « re-faire ». Cette réflexion
s'exprime tout particulièrement dans son dernier travail intitulé « Mosaïque » précédemment évoqué.
Nicolas Chardon présentera également une œuvre à « la vitrine » avec une intervention lumineuse de Michel Verjux intitulée « Cercle et carré ».

Nicolas Chardon est né en 1974. Il vit et travaille à Paris.
Pensionnaire à la Villa Médicis, à Rome (2008/2009)

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Play it again !"
Location:
Galerie de Multiples
17, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 21 77
Fax : +33 (0)1 48 87 21 77
Mail : contact@galeriedemultiples.com
Internet Site : www.galeriedemultiples.com
Description:
Du 20 février au 31 mars
Vernissage : samedi 20 février

Play it again !

Elmgreen & Dragset, Sammy Engramer, Fischli & Weiss, Kendell Geers, Rainier Lericolais, Nam June Paik, David Monnet, Carsten Nicolaï, Melik Ohanian, Serge Onnen, Gerwald Rockenschaub...

Avec le soutien de la Fondation d'Entreprise Ricard / Art Contemporain






[19:00] Exposition de Bruno Barjhoux
Location:
Centre Social Madeleine Rebérioux
27, avenue François Mitterrand
94000 Créteil
M° Créteil - Préfecture
France
Phone : +33 (0)1 41 94 18 15
Mail : csmadelienereberioux@nerim.net
Internet Site : www.cscreberioux.com
Description:
www.barjhoux.com

Après des études supérieures commerciales, s'oriente vers la photographie professionnelle dans le domaine de la mode, la décoration et la publicité. Après avoir travaillé comme assistant auprès d'un photographe professionnel développe au début des année 80 une spécialité en photo de natures mortes et de décors en tant que photographe indépendant. Collabore avec de nombreuses agences de publicité pour des campagnes de presse et affichage. Depuis le début des années 2000, et l'arrivée du matériel numérique, son travail se dirige essentiellement vers la photographie d'architecture, secteur en plein développement et demandeuse de reportages de qualité. Réalise à titre personnel des photos panoramiques sur Paris.

Présentation du projet de résidence :
En collaboration avec le centre socio culturel Madeleine Rebérioux

« Mon projet était de suivre l'évolution du chantier de la Maison de L'Enfance jusqu'à son ouverture au public, mais ne connaissant pas la date exacte de réception des travaux, je ne peux savoir s'il sera possible de réaliser des photos avec des enfants avant février 2010.
Je partais à la découverte d'un monde inconnu, celui des chantiers et la difficulté de « ramener » des images satisfaisantes à mes yeux, et pouvant séduire ou étonner le visiteur.
Plus habitué à travailler sur des réalisations architecturales livrées, voire occupées, je n'avais pas l'assurance de produire un travail cohérent ou symbolique du monde du bâtiment.
Il m'a fallu errer dans les méandres de la Maison de l'Enfance moult fois pour y découvrir des angles, situations, ou perspectives singulières, choisissant de présenter ce chantier à travers une lorgnette décalée.
Eviter l'aspect laborieux, physique ou technique, mais y apporter quelque poésie et tendresse.
Je ne sais si mes souhaits sont accomplis, mais telle fut mon intention !
Le visiteur me renseignera plus tard. »

Vernissage : Samedi 20 février à 19h

[19:00] Exposition de Dja'Louz
Location:
Le Bric à Brac Bar
108, rue Oberkampf
75011 Paris
M° Parmentier, Ménilmontant
France
Mail : contact@bricabracbar.com
Internet Site : www.le-bric-a-brac-bar.com
Description:
DU 10/02/2010 AU 08/03/2010
VERNISSAGE LE 20/02/2010 à 19h

Depuis 5 ans, Dja'Louz adapte sa peinture sur tous supports, du mur à la toile, sur corps ou sur vêtements, sur un papier déchiré comme sur les trottoirs de la ville...
Pour la première fois, Dja'Louz, le roi de la looze qui fait des jalouses, présentera son travail lors d'une exposition où toiles, photos et graffiti se mêleront pour faire du Bric à Brac un univers à son image, fait de tracés directs, d'ombres portées et d'ambiances fantasmées.

www.flickr.com/photos/dja_louz/

[19:00] Expo « Regard croisé de 5 photographes sur l'Agent Orange »
Location:
Atelier Sous Réserve
28, esplanade des Abymes
94000 Créteil
M° Créteil Préfecture
France
Mobile : +33 (0)6 62 50 32 51
Mail : gaelic@gaelic.fr
Internet Site : www.gaelic.fr
Description:
du Lundi 1 février au Dimanche 28 février
vernissage le Samedi 20 février à 19h

Le Collectif Vietnam Dioxine organise une exposition photographique intitulée "Regards Croisés de 5 Photographes sur l'Agent Orange" dans le cadre des 3è Rencontres Photographiques de Créteil.

Créé à l'initiative de jeunes vietnamiens de France et du Vietnam, le Collectif Vietnam Dioxine ( www.vietnam-dioxine.org ), est un rassemblement de personnes et d'organisations dont l'objectif est de participer à la campagne internationale d'information et de sensibilisation de l'opinion publique sur les effets persistants des épandages d'herbicides et de défoliants (dont le tristement célèbre "Agent Orange") au Vietnam, Cambodge et Laos, entre 1961 et 1971.









[22:30-23:50] Avant-première AMER
Location:
Luminor Hôtel de Ville
anciennement Nouveau Latina
20, rue du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 47 86
Mail : luminor.hotel.de.ville@gmail.com
Internet Site : www.luminor-hoteldeville.com
Description:
Une avant-première de « Amer », le néo giallo belgo-français de Hélène Cattet et Bruno Forzani, aura lieu dans le cadre de l'Absurde Séance au Nouveau Latina. La projection aura lieu en présence des deux réalisateurs, Hélène Cattet et Bruno Forzani (qu'Amandine a rencontrés à Gérardmer) , des actrices, Delphine Brual et Charlotte Eugène-Guibbaud, ainsi que des producteurs, François Cognard et Eve Commenge. Dès 22h30, les grands manitous de l'Absurde Séance vous proposent au 1er étage une dégustation de quelques breuvages typiquement belges










[23:55] Vernissage de Jérôme Sevrette "[DE]STRUCTURE"
Location:
Rex Club
5, boulevard Poissonière
75002 Paris
M° Bonne Nouvelle
France
Phone : +33 (0)1 42 36 10 96
Mobile : +33 (0)6 87 42 85 73
Fax : +33 (0)1 42 36 55 72
Mail : infos@rexclub.com
Internet Site : www.rexclub.com
Description:
Jérôme Sevrette expose actuellement au fameux club parisien Le Rex Club. 10 photographies sur aluminium de la série [DE] STRUCTURE sont présentées dans les caissons lumineux du lieu, et ce du 4 février au 4 mars 2010.
Le vernissage est prévu le samedi 20 février à partir de minuit.

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés