Saturday, April 24, 2010
Public Access


Category:
Category: All

24
April 2010
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 31 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 1 2

  Exposition de Duane Hanson "Le Rêve américain"
Location:
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
Parc de la Villette
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Internet Site : www.villette.com
Description:
Pavillon Paul Delouvrier

Horaires
du 21 avril au 15 août 2010
Mercredi, jeudi, vendredi, dimanche de 14h à 19h / samedi de 14h à 21h

Tarifs
Entrée libre

Informations
01 40 03 75 75 / www.villette.com

Les quinze sculptures de Duane Hanson (1925-1996) réunies ici montrent combien la création de cet artiste, décédé en 1996 et peu exposé en France, s'avère encore d'une grande actualité, tant son regard critique sur la société américaine des années 70-90 peut faire écho aux désarrois de notre société actuelle.

«Duane Hanson, Le Rêve américain...» présente quinze des dernières œuvres du sculpteur, considéré de nos jours comme une figure majeure de l'hyperréalisme américain. Elles ont été réunies par l'Institut für Kulturaustausch de Tübingen et sont, pour la plupart, la propriété de la veuve du sculpteur, Wesla Hanson.

Le propos est de donner à voir combien la création de cet artiste, décédé en 1996 et peu exposé en France, s'avère encore d'une grande actualité, tant son regard critique sur la société américaine des années 70-90 peut faire écho aux désarrois que beaucoup connaissent aujourd'hui dans notre propre société.

Ces personnages «grandeur nature», à la mise ordinaire, assis ou debout, jeunes ou vieux, donnent l'illusion entière de présences humaines, à la fois attirantes et inquiétantes.


Duane Hanson, Old Couple on a Bench, 1994 - Collection Hanson, Davie, Floride - photo : Roy G. Crogan © ADAGP, Paris 2010 - Courtesy of the Institut für Kulturaustausch, Tübingen

Fraîcheur de corps d'enfants, ou visages ridés, bleu des veines sous la peau, pilosités, souci du détail vestimentaire révèlent la maîtrise technique de Duane Hanson pour réaliser ces moulages à partir de modèles vivants.

Une virtuosité qui sert l'intérêt du sculpteur pour les plus modestes de ses contemporains - femme de ménage, étudiant, sportifs, ouvriers ou petits retraités... - dont il souhaitait rendre perceptible la morosité de la vie quotidienne.

Investi contre la politique de Ronald Reagan, la guerre du Vietnam, les agressions racistes et urbaines, Duane Hanson considéra aussi la société de consommation américaine comme une violence sociale: créant des attentes inassouvies chez les plus humbles, le «rêve américain» ne généra, pour la plupart, que déception.

Ainsi, ces héros du quotidien, ces «stars de quartier» figés dans leurs pensées, le regard absent, paraissent-ils résignés dans le vide de leur existence et leur solitude.

Avec «Duane Hanson, Le Rêve américain...» la Villette souhaite rendre hommage à un artiste qui, témoin sans concession de son monde, nous donne à penser les vulnérabilités du nôtre.


Duane Hanson, Man with Walkman, 1989 - Collection Hanson, Davie, Floride - photo : Alan Ginsburg © ADAGP, Paris 2010 - Courtesy of the Institut für Kulturaustausch, Tübingen

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Location:
L'Adresse
Musée de la Poste
34, boulevard de Vaugirard
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Pasteur
France
Phone : +33 (0)1 42 79 24 24
Fax : +33 (0)1 42 79 24 00
Mail : reservation.dnmp@laposte.fr
Internet Site : www.ladressemuseedelaposte.fr
Description:
Galerie du Messager

Durée et Horaires
du 14 avril au 19 septembre 2010
Du lundi au samedi de 10h à 18h. Fermé le dimanche et les jours fériés.

Tarifs
Plein tarif : 6,50 € (donne accès aux collections permanentes)
Tarif réduit : 5 €
Gratuité pour les moins de 13 ans et pour les postiers

L'Adresse Musée de La Poste crée l'événement à Paris avec l'exposition « Aragon et l'art moderne » du 14 avril au 19 septembre 2010.

Le dialogue fécond entre une grande figure du surréalisme et les artistes du XXe siècle

L'exposition présente les peintures, dessins, collages et sculptures de plus de quarante artistes sur lesquels Aragon a expressément écrit : de Paul Signac à Pirosmani, de Henri Matisse à Pablo Picasso, en passant par Albert Marquet, Marc Chagall, Paul Klee et de plus jeunes artistes tels Titus-Carmel, Le Yaouanc, et Moninot, encouragés par Aragon dès leur première exposition. Les œuvres sont illustrées par les réflexions les plus percutantes de l'écrivain, et accompagnées de livres et de documents de l'époque. Après Philippe Soupault consacré en 1989 par la ville de Montreuil, André Breton en 1991 par le Centre Georges Pompidou, c'est aujourd'hui l'heure du troisième mousquetaire du surréalisme, Louis Aragon.

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Marcel Duchamp, L.H.O.O.Q. (La Joconde à moustache), Ready-made rectifié.
Crayon graphite sur héliogravure - 61,5 x 49,5 cm.
Coll. Parti communiste français en dépôt au Centre Pompidou, Paris, Musée national d'art moderne/ Centre de création industrielle
© Adagp, Paris 2010
© Photo RMN-Philippe Migeat

Une fusion art-littérature

Louis Aragon (1897-1982), fondateur du mouvement surréaliste avec André Breton et Philippe Soupault, est un des esprits les plus brillants et les plus complexes du XXe siècle. Les trois hommes ont très tôt entamé un dialogue avec la peinture. A tel point que leurs écrits sur l'art forment un véritable corpus dans leur oeuvre. La littérature et l'art sont, pour Aragon, imbriqués et portent en eux la même interrogation : la mise en question de l'homme et du monde et, par là même, des langages verbal et pictural. Pour Aragon, les objets sont des mots et les mots des matériaux de construction. La rencontre de l'auteur avec des peintres majeurs a été fondamentale. « Elle a toujours marqué une étape importante de ma propre vue des choses », écrira-t-il.

La révolution du collage

Ces peintres, dont il fait la connaissance grâce à Guillaume Apollinaire et à Pierre Reverdy, vont, pour certains, l'accompagner toute sa carrière. Aragon, en intimité avec ceux qu'il appelle « les aventuriers de la pierre et de la toile », sera mêlé de près aux événements capitaux de l'histoire de l'art du XXe siècle. Il publie dès 1923 un texte sur Max Ernst, puis en 1930, en guise de préface à une exposition, La Peinture au défi, qui se veut une réflexion sur les collages, suscitée par La Femme 100 tête de l'artiste et par ceux de bon nombre d'artistes dadaïstes et surréalistes auxquels il est encore lié : Marcel Duchamp, Francis Picabia, Jean Arp, Man Ray, Joan Miró, Yves Tanguy... Dans ce texte essentiel, qui préfigure ce que deviendra la création contemporaine, Aragon fait l'historique de cet art nouveau, tente d'expliquer « le défi que le collage lance à la peinture traditionnelle » et pose la question du réalisme, voire du réalisme socialiste.

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Jules Lefranc, Le Pont Marie, 1940-1945, huile sur toile,55 x 33 cm
Collection particulière - © Photographie Michel Fischer

Du réalisme socialiste à Matisse

Il approfondira ces concepts en 1935 dans son ouvrage Pour un réalisme socialiste. Dès lors, il se fait le défenseur d'artistes comme Taslitzky, Fougeron (quand il ne lui reproche pas de faire fausse route), et d'artistes soviétiques. Ce qui ne l'empêche pas simultanément d'écrire des articles sur Pirosmani, Paul Signac, Henri Matisse, Pablo Picasso, Fernand Léger, Marc Chagall, Joan Miró, Max Ernst, André Masson, Georges Malkine, Hoffmeister, Alberto Giacometti, Grüber, Bernard Buffet, Jiří Kolář, Alekos Fassianos... pour des catalogues ou des journaux, principalement Les Lettres françaises, hebdomadaire littéraire dont il assure la direction de 1953 à 1972, épaulé par Pierre Daix, rédacteur en chef, et qui seront repris dans Aragon, Ecrits sur l'art moderne (1981). Enfin, en 1970, il consacre un essai remarqué à son ami Henri Matisse, rencontré trente ans plus tôt. A côté de ses écrits, Aragon se montre aussi un fin collectionneur : il possède des Georges Braque, André Masson, Jean Arp, Hoffmeister, jusqu'à la célèbre Joconde à moustache (L.H.O.O.Q.) de Marcel Duchamp, dont il fera don au PCF en 1979. Seront présentés les peintures, dessins, collages et sculptures de plus de 40 artistes sur lesquels Aragon a expressément écrit : Paul Signac, Pirosmani, Henri Matisse, Albert Marquet, Pablo Picasso, Georges Braque, Fernand Léger, Gris, Marcel Duchamp, Marc Chagall, Paul Klee, Jean Arp, Man Ray, De Chirico, Max Ernst, André Masson, Georges Malkine... et de plus jeunes artistes tels Titus-Carmel, Le Yaouanc, et Moninot encouragés par Aragon dès leur première exposition. Les oeuvres sont illustrées par les réflexions les plus percutantes de l'écrivain, et accompagnées de livres et de documents de l'époque. Après Philippe Soupault consacré en 1989 par la ville de Montreuil, André Breton en 1991 par le Centre Georges Pompidou, le troisième mousquetaire du surréalisme, Louis Aragon, l'est aujourd'hui par L'Adresse Musée de La Poste avec une exposition qui rend compte de ce dialogue entre l'écrivain et les artistes du XXe siècle.

Exposition "Robert Doisneau - Palm Springs 1960"
Location:
Galerie Claude Bernard
7/9, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 97 07
Fax : +33 (0)1 46 33 04 25
Mail : galerie@claude-bernard.com
Internet Site : www.claude-bernard.com
Description:
1er avril - 1er juin 2010
Vernissage le 1er avril de 18h à 21h

À l'occasion de la parution du livre "Palm Springs 1960" aux Editions Flammarion, la Galerie Claude Bernard présentera du 1er avril au 1er juin 2010 un ensemble de tirages en couleur de Robert Doisneau choisis parmi les photographies reproduites dans le livre.

Depuis l'après guerre Robert Doisneau travaille régulièrement avec la presse américaine. C'est pour une commande de Life, en 1950, qu'il a réalisé celle qui deviendra sa photo la plus célèbre: « le baiser de l'hôtel de ville ». Rapho lui passe souvent des commandes pour le New York Times, Life ou Fortune.

Là bas, ses images sont également entrées au Musée.

En 1948 il a participé à une exposition sur la photographie française à New York avec Edouard Boubat, André Papillon, Willy Ronis.

En 1951 c'est au MoMA de New York qu'il est exposé en compagnie de Brassaï, Willy Ronis, Henri Cartier-Bresson et Izis.

Pourtant en 1960, il n'a jamais traversé l'Atlantique. Faute de moyens, il a laissé les photographies voyager à sa place.

C'est pour réaliser un reportage pour le magazine Fortune que Robert Doisneau prendra pour la première fois l'avion pour les Etats Unis le 19 novembre 1960. Thème du reportage : la construction de golfs à Palm Springs, refuge des riches retraités américains dans le désert du Colorado.

Après une journée passée à New York, il arrive à Palm Springs le 21 novembre.

Il y restera jusqu'au 1er décembre. Ce qu'il découvre là bas l'incite à dépasser largement le thème du reportage. Au delà de l'empiètement des greens sur un territoire aride, il dresse un portrait amusé d'une planète artificielle repeinte aux couleurs les plus suaves. Il utilise tout à tour un Rolleiflex, un Leica et un Hasselblad et, pour la première fois se sert de la pellicule couleurs à des fins résolument esthétiques.

Le 2 décembre il est à Hollywood dans les studios de la Paramount où Jerry Lewis tourne « le tombeur de ces dames ». Une semaine de prises de vues compliquées par les Syndicats américains qui délèguent à tout photographe étranger invité, un confrère américain qui le suit comme une ombre.

Robert Doisneau quitte Los Angeles le 9 décembre pour rejoindre Maurice Baquet à New York où ils réaliseront une série de prises de vues jusqu'au 17 décembre, date du retour vers Paris.

Le reportage réalisé à Palm Springs sera publié dans ne numéro de Février 1961 de Fortune sous le titre « Palm Springs : green and playful grows the desert ».

Les originaux ayant servi à la publication du reportage, oubliés dans les archives du journal, seront retrouvés en 2007 par Scott Thode alors Directeur de la photographie du journal, et rendus à l'Atelier Robert Doisneau.

C'est sa vigilance et sa courtoisie qui ont donc rendu possibles le montage du livre et la réalisation de cette exposition.

Exposition "Edvard Munch ou l'anti-Cri"
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
19 février au 18 juillet 2010, prolongée jusqu'au 8 août 2010
Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h. Fermeture de la billetterie à 17h15. Le samedi 1er mai et le mercredi 14 juillet 2010, ouverture de 14h à 18h.
Nocturne tous les mercredis jusqu'à 21h (fermeture de la billetterie à 20h15)

Tarif : réduit : 8€ pour les 12-25 ans, étudiants, chômeurs. Groupes pour les - de 12 ans. normal : 10€

L'exposition propose une lecture nouvelle de l'œuvre du peintre norvégien Edvard Munch, pas exposé en France et à Paris depuis vingt ans. En une une centaine d'œuvres (environ soixante toiles et quarante oeuvres graphiques) issues principalement de collections privées, elle montre le travail de Munch d'après le début du XXe siècle, lorsqu'il a développé un style expressif et s'est mis à intégrer des photos et des films muets dans son œuvre.

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-20:00] Vernissage de Bart Baele "La philosophie des larmes"
Location:
Galerie DIX291
10, passage Josset
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 43 55 24 11
Mail : dix291@noos.fr
Internet Site : www.dix291.fr
Description:
Vernissage le samedi 24 avril 2010 à partir de 15h
Exposition jusqu'au 10 juillet 2010
La galerie sera ouverte les samedis 1er et 8 mai
Jeudi, vendredi et samedi de 15h à 19h

Vernissage de Bart Baele "La philosophie des larmes"

[15:00] Vernissage de Clément Bagot "Entrée en matière"
Location:
Galerie Eric Dupont
138, rue du Temple
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 54 04 14
Fax : +33 (0)1 44 54 04 24
Mail : info@eric-dupont.com
Internet Site : www.eric-dupont.com
Description:
24 avril-05 juin 2010
Vernissage le 24 avril 2010 à 15h

Clément Bagot ou la transparence des mondes

Clément Bagot définit volontiers ses oeuvres (qu'il s'agisse des volumes ou des dessins) comme des «paysages mentaux». Ses dessins apparaissent comme une cartographie cellulaire, dense, dotée de stratifications et librement rythmée à la manière d'un set de jazz.

Ses sculptures - constructions de tailles variées évoquant des vaisseaux spatiaux, des villes de science-fiction ou des arches revenues du futur - se bâtissent sur le mode de la prolifération modulaire.

Partant de quelques éléments architecturaux qu'il commence par assembler entre eux (éléments souvent réalisés avant même de savoir comment ils seront intégrés à l'oeuvre), l'artiste construit ses maquettes de proche en proche, au gré des propositions de son imagination. Ainsi de fins piliers surmontés par une plate-forme seront prolongés par des échelles et des cloisons délicates définissant autant de cellules. Ailleurs une forme ressemblant à un radar, posée sur un polyèdre, appellera une démultiplication d'antennes et de récepteurs. Plus loin, une structure faite d'arceaux comparables à une colonne vertébrale stylisée se développe sur le mode de la courbe et de la contre-courbe.

En réalité, aucun des éléments utilisés n'est réellement identifiable. Tout se passe dans la suggestion de formes, et la perception du spectateur évolue en fonction des références qui l'habitent. On verra dans les maquettes un monde à la Schuiten et Peeters ou bien une arche de Noé du futur, un engin aérien sorti de Star Wars ou encore un monde souterrain construit par des bâtisseurs lilliputiens. Pour réaliser ses sculptures, l'artiste détourne de leur usage premier toutes sortes d'éléments.

Dans son atelier on remarque les cartons qui recèlent les mystérieuses réserves de ses matériaux. Sur sa table de travail, scalpels et spatules de quelques millimètres de large rappellent la précision extrême du travail. Mais on sait aussi que l'artiste - à la fois maître d'œuvre, maître d'ouvrage et ouvrier - fait appel à des techniques plus lourdes (menuiserie, électricité, thermoformage).

On pourrait être tenté d'extrapoler le propos de l'artiste et de le tirer vers les recherches sociales ou utopistes menées par une certaine architecture actuelle. Une observation minutieuse arrête très vite une telle tentation. L'univers de Clément Bagot est en effet inhabitable, chaque œuvre (qualifiée de maquette à défaut d'une dénomination plus juste) ne pouvant exister qu'à l'échelle à laquelle elle a été réalisée. Chacune est un monde clos, un univers possible qui a fragilement pris corps. Seul le rêve du spectateur est assez plastique pour y pénétrer, grimper le long des piliers, se faufiler d'une plate-forme à l'autre.

Fait de formes aériennes et se déployant dans un jeu de transparences, l'univers de Clément Bagot se tient sur une ligne délicate, au-delà du fantasme désincarné et tout près de l'avènement réel d'un ailleurs.

http://www.clementbagot.com


[16:00] Exposition collective
Location:
Galerie Hamadryade
16, rue Durantin
75018 Paris
M° Abbesses, Blanche, Pigalle
France
Phone : +33 (0)1 42 51 37 43
Mobile : +33 (0)6 07 33 23 38
Mail : galeriehamadryade@yahoo.fr
Internet Site : hamadryade.over-blog.fr
Description:
Les tableaux de
Marine ASSOUMOV
Prune THUILLEZ

Les sculptures de
Véronique BARBE
Alain DELPECH
Thierry GRAVE
Du 13 au 24 avril de 16h à 19h30 et sur rv

Daniele Caplain sera heureuse de vous recevoir autour d'un verre SAMEDI 24 à partir de 16H.

[16:00-19:00] Finissage de l'exposition "Construire sa lumière"
Location:
Espace d'art contemporain Eugène Beaudouin
Résidence Jean Zay. Bâtiment F
rue Lafontaine
92160 Antony
M° RER B Antony, RER B La Croix-de-Berny
France
Mobile : +33 (0)6 61 46 07 31
Mail : info@espacebeaudouin.com
Internet Site : www.espacebeaudouin.com
Description:
du 26 mars au 25 avril 2010
Vernissage le 25 mars de 18 à 22 heures
Ouvert du vendredi au dimanche de 14h30 à 19h

La lumière composante magique des plus belles œuvres de l'art classique, moderne et contemporain sera le thème de l'exposition « CONSTRUIRE SA LUMIERE » proposée par l'espace Beaudouin d'Antony.

Cette exposition réuni les photographes Denis Beaudier et Philip Provily, les plasticiens Eric Michel, Christian Parquet, Vincent Dulom, Jaidho Marinho, Dominique Devarine, le peintre Yvon Mutrel commissaire de l'exposition.

Cette exposition montre à travers différentes pratiques (installation, vidéo, photo et peinture) les procédés utilisés pour que s'opère ce moment magique où la couleur ou le matériau passant en lumière donnent à l'œuvre son intemporalité, son immatérialité et toute sa dimension poétique et spirituelle.

Finissage de l'exposition "Construire sa lumière"

[16:00-21:00] Vernissage de Carl Fudge "Razzle Dazzle"
Location:
Galerie Richard
Galerie Jean-Luc & Takako Richard
74, rue de Turenne
3, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 43 25 27 22
Fax : +33 (0)1 43 25 27 23
Mail : paris@galerierichard.com
Internet Site : www.galerierichard.com
Description:
nouvelles oeuvres

vernissage le 24 avril 2010 de 16h à 21h


[16:00-21:00] Vernissage de Luc Andrié "La case vide"
Location:
Galerie Alain Gutharc
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 47 00 32 10
Fax : +33 (0)1 40 21 72 74
Mail : gutharc@free.fr
Internet Site : www.alaingutharc.com
Description:
24 avril - 29 mai 2010
Vernissage le 24 avril 2010 de 16h à 21h

Luc Andrié organise un ensemble de peintures récentes telle une ronde de personnages, ou farandole, entrecoupée d'objets, vases ou porcelaine. Le titre de cette exposition renvoie à un espace vide que l'artiste met en mouvement pour jouer une farce absurde. Une case sur l'échiquier de la peinture.

«Les jeux ont besoin de la case vide, sans quoi rien n'avancerait ni ne fonctionnerait» Deleuze, (L'Ile déserte et autres textes, 1953-1974)

Né en 1954 à Pretoria en Afrique du Sud, Luc Andrié passe son enfance et adolescence au Mozambique. Aujourd'hui, il vit et travaille en Suisse où il enseigne à l'Ecole Cantonale d'Art de Lausanne (Ecal). Son travail a été présenté, en exposition personnelle, au Mamco à Genève (2003), au Frac Languedoc-Roussillon (2005) et au Printemps de Septembre à Toulouse (2008).

Formé au cinéma, Luc Andrié a également pratiqué la photographie. Celle-ci constitue, aujourd'hui encore, une activité parallèle et le réservoir d'images au sein duquel il trouve les motifs de ses peintures. L'artiste en transforme, plus ou moins, le sujet principal qu'il dégage du trop plein environnant pour lui donner un isolement pictural. Il casse ainsi les repères qui permettent une identification sans ambiguïté.

Les objets représentés, ou les personnages, semblent placés sous la lumière d'un néon, qui ne laisse pas d'ombre, égalise les surfaces, les gomme. Les personnages sont éblouis par cette présence excessive de lumière, comme le souligne le titre d'une série du peintre «L'Homme blanc n'a plus de peau». Luc Andrié sature les couleurs, les traite en aplats, les éteint et les révèle à la fois. Ses compositions sont parfois décadrées, souvent non centrées. La perspective s'échappe des lois qui la régissent. Notre regard doute de l'échelle. Les tableaux traitent d'effacement mais aussi de déguisement et de masque. Cette peinture déclenche en nous des incertitudes. Elle déstabilise notre regard par ses sujets et leurs traitements à la limite du «mal-peint» ce que contredit une grande maîtrise.

Les portraits, souvent de face et en gros plan, sont ceux de personnes vivantes, d'amis... Certains semblent être des autoportraits, de par leur ressemblance avec l'artiste, mais, plus encore, peuvent être perçus comme une possible métaphore du peintre car le modèle ne se ressemble jamais tout à fait d'un portrait à un autre. Un point commun: il adopte des postures quelques fois grotesques, comme un simplet au regard ahuri, d'autres fois très sérieuses, mais à chaque fois elles traduisent un
malaise. Ces sont des personnages qu'il interprète lors de performances - un danseur, un acteur, un directeur, un employé, un Diogène, un artiste, un spectateur, un commissaire - autant de tableaux que de scénarios possibles...

A la Galerie Alain Gutharc, Luc Andrié organise un ensemble de peintures récentes telle une ronde de personnages, ou farandole, entrecoupée d'objets, vases ou porcelaine. Le titre de cette exposition renvoie à un espace vide que l'artiste met en mouvement pour jouer une farce absurde. Une case sur l'échiquier de la peinture.

Vernissage de Luc Andrié "La case vide"

[16:00-21:00] Vernissage de Ronan & Erwan Bouroullec
Location:
Galerie kreo
31, rue Dauphine
Fond de cour
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 53 10 23 00
Fax : +33 (0)1 53 10 02 49
Mail : kreogal@wanadoo.fr
Internet Site : www.galeriekreo.com
Description:
du 24 avril au 22 juillet
du mardi au samedi de 11h à 19h
vernissage le samedi 24 avril de 16h à 21h

Vernissage de Ronan & Erwan Bouroullec

[16:00-19:00] Vernissage de l'association Atout Az'Art
Location:
Galerie du Vert Galant
ancien appartement de Simone Signoret et de Yves Montant
52, quai des Orfèvres
75001 Paris
M° Pont Neuf, Cité
France
Phone : +33 (0)1 44 07 20 74
Description:
du 23/04/2010 au 06/05/2010
Vernissage le samedi 24 Avril 2010

http://www.atoutazarts.fr.cr

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Without Sol Lewitt"
Location:
&: Christophe Daviet-Thery
10, rue Duchefdelaville
75013 Paris
M° Bibliothèque François Mitterrand, Chevaleret
France
Phone : +33 (0)1 53 79 05 95
Mobile : +33 (0)6 07 71 81 59
Fax : +33 (0)1 53 79 06 19
Mail : daviet-thery@wanadoo.fr
Internet Site : www.daviet-thery.com
Description:
Yves Chaudouët, Philippe Decrauzat, Aloïs Godinat, Jonathan Monk, Yann Sérandour, Johannes Wohnseifer

24 Avril - 22 Mai 2010



[17:00] Exposition de SCYLLA'HA & HA-LAU "Patchwork de Porc-Trait"
Location:
Frichez nous la paix
22, rue Dénoyez
75020 Paris
M° Belleville
France
Mobile : +33 (0)6 19 66 49 18
Mail : 22denoyez@free.fr
Internet Site : www.fotolog.com/friche
Description:
Du 20 au 26 AVRIL
VERNISSAGE SAMEDI 24 AVRIL à partir de 17h en musique


[17:00-21:00] Vernissage de Fabien Mérelle
Location:
Galerie Jeanroch Dard
13, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 27 35
Mail : info@jeanrochdard.com
Internet Site : www.jeanrochdard.com
Description:
24 avril 2010 - 22 mai 2010
vernissage samedi 24 avril 2010 / 17h - 21h

né en 1981 à fontenay-sous-bois, Fabien Mérelle vit et travaille à Paris.
jeune diplômé des beaux-arts de paris, ancien pensionnaire de la prestigieuse casa vélasquez à madrid, Fabien Mérelle se singularise par son style réaliste, minutieux et onirique. après avoir réapprivoisé ses dessins d'enfant qu'il complétait avec humour, sa dernière série prend pour sujet principal son propre auteur. vêtu invariablement d'un pantalon de pyjama, signe ostensible que la perception du monde se fait par le rêve, le garçon nous entraîne avec lui dans un périple fantasque. Fabien Mérelle aime le monde fantasmagorique des contes. il s'y est replongé par la redécouverte de ses dessins d'enfant qui avaient été soigneusement conservés. il l'a complété par son vécu et son imagination. le rêve peut parfois tourner au cauchemar lorsqu'il montre le jeune homme de 29 ans, aux traits durcis et émaciés, souffrant d'être attaqué par un tronc qui envahit et dévore son corps. les animaux sont aussi loin d'être des personnages de walt disney... sorte de robinson crusoé des temps modernes, Fabien Mérelle sort de sa grotte pour se confronter à un drôle de monde faisant référence autant aux mythes et aux légendes du passé, qu'aux figures majeures de l'histoire de l'art ou à la tradition du dessin anatomique. il s'y bat. il se joue aussi des jeux de mots et des citations qu'il transforme de son trait incisif.

les dessins sont de petit format, 210 x 282 mm, montrant une obsession quasi maniaque du détail et pointant la précision d'un trait posé avec minutie à l'encre de chine. s'il rend aussi hommage à la bande dessinée little nemo, il projette le spectateur dans un univers encore bien plus complexe et plus fantasque, mêlant ses mauvais esprits, ses monstres et ses peurs infantiles. suivant le cheminement d'un rêve, jouant avec l'association de formes et d'idées, il semble dire que tout se transforme et se métamorphose, tout s'ouvre aux interprétations les plus diverses...

Vernissage de Fabien Mérelle
Fabien Mérelle
"écureuil", 2010
encre sur papier
21 x 28 cm




[18:00-21:00] Exposition de YUN AI-YOUNG
Location:
Galerie Christine Park
88, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 68
Mobile : +33 (0)6 27 15 65 01
Fax : +33 (0)1 48 04 04 68
Mail : contact@galeriechristinepark.com
Internet Site : www.galeriechristinepark.com
Description:
Vernissage le 24 avril 2010
Du 22 avril 2010 au 22 mai 2010

Exposition de YUN AI-YOUNG

[18:00-21:00] Vernissage d'Antonio Caballero "fotonovelas extension"
Location:
Galerie Polaris
Bernard Utudjian
15, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 72 21 27
Mobile : +33 (0)6 12 22 77 15
Fax : +33 (0)1 42 76 06 29
Mail : contact@galeriepolaris.com
Internet Site : www.galeriepolaris.com
Description:
April 24 - May 29

New exhibition at Polaris Gallery of this Mexican photographer, who was born in 1940 and specialized in Mexican photographic short stories (Fotonovelas).

Considered as one of the greatest photographers of Fotonovelas in the 1960s & 1970s in Mexico, Antonio Caballero involved himself with all the tasks involved in making photographic short stories, including those of the scenario, the casting, the decoration, the lighting, and of course, the shooting.
Today we have a better understanding of the avant-garde style of this artist, whose work at the time was not understood for its originality and forward thinking concepts. Now looking back, we realize that his photography from the 60s & 70s is very similar to the photography in today's contemporary art world.

If his work reminds one of those of Cindy Sherman or Jeff Wall, it is simply because Antonio Caballero, with his great knowledge of photographic history, knew that he was going to advance the “little” world of photographic short stories into the world of contemporary art.

[18:00-21:00] Vernissage de Denis Nautre "En dedans ou dents dehors"
Location:
Publico
Librairie du Monde libertaire
145, rue Amelot
75011 Paris
M° Filles-du-Calvaire, Oberkampf, République
France
Phone : +33 (0)1 48 05 34 08
Internet Site : www.librairie-publico.com
Description:
du 24 avril au 24 mai

Denis Nautre, 1955 - 2006, une Œuvre réalisée sur plus de trois décennies

Une expression pas faite pour plaire
Ni pour déplaire

Une impérieuse nécessité de crier... silencieusement... bien loin d'un jeu d'enfant, un trait minutieux ni amusé ni amusant ... et pourtant, nous pouvions en rire souvent avec Denis du temps de son vivant, lorsque nous prenions le temps de regarder, d'observer, de se laisser porter par ces personnages aux abords barges un jour d'orage, frappés d'enfermement et de tourments.

Et c'est alors qu'une scène naissait et que nous nous plaisions à inventer l'histoire, des histoires sur ces êtres en papier, humour noir et café crème...

Un imaginaire décapant, oppressant, offrant peut-être une possibilité de questionner le rapport au vivant, tout simplement.

Parce que pour Denis Nautre, le terrain de la création était le terrain idéal de réconciliation entre la raison et la folie, en tant « qu'espace suprême de communication, de l'indicible. »

Parce que pour Denis Nautre : « La dimension du don contenu dans la création constitue le potentiel communicationnel permettant de trouver un espace où loger la massive, humaine, force d'amour ».

Aude - contact odelary@hotmail.com - www.atelierdunonfaire.org - www.denisnautre.com

exposition en deux lieux : également à Maldoror 10 rue du Grand Prieuré 75011 Paris

vernissage le 24 avril 18h à la Librairie du Monde Libertaire - 21h à Maldoror

[18:00-20:30] Vernissage de Georg Baselitz "sculptures monumentales"
Location:
Galerie Thaddaeus Ropac
7, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 72 99 00
Fax : +33 (0)1 42 72 61 66
Mail : galerie@ropac.net
Internet Site : www.ropac.net
Description:
24 AVRIL - 29 MAI 2010
Vernissage en présence de l'artiste le samedi 24 avril, de 18h à 20h30

La galerie Thaddaeus Ropac est heureuse d'annoncer une exposition d'œuvres récentes de Georg Baselitz réunissant des sculptures monumentales, des aquarelles et une extraordinaire série de tableaux.

La première sculpture de Baselitz, Modell für eine Skulptur, date de 1979. Elle figurait à la Biennale de Venise en 1980. Trente ans après, la Staatliche Kunsthalle de Baden-Baden lui rend hommage en organisant une rétrospective de ces sculptures. De même que ses peintures, ces œuvres très fortes refusent toute espèce d'harmonie ou de symétrie au profit d'un jaillissement de formes élémentaires et de contours déchiquetés.

Les deux sculptures, Volk Ding Zero et Dunklung Nachtung Amung Ding font penser à une œuvre de 2003 intitulée Meine neue Mütze tout aussi monumentale, représentant un personnage debout en casquette blanche, short bleu et grosses chaussures noires. Autant ce personnage pouvait sembler cocasse avec ses allures de jouet, autant les deux nouveaux autoportraits empreints de souvenirs du passé affectent une attitude contemplative. On retrouve la casquette blanche, ornée maintenant d'une inscription sur le devant : Zero. Pour travailler à l'atelier, Baselitz met une casquette de baseball en coton blanc assez similaire, mais ce couvre-chef ressemble davantage aux bonnets carrés que les bébés allemands portaient pendant la guerre. L'artiste repart chaque fois à zéro tout en exhumant des vieux souvenirs. Dans son texte Darragon explique : « Zéro qui signifie la possibilité de réaliser quelque chose en détruisant ou en annulant ce qui pourrait y faire obstacle, signifie aussi l'artiste allemand qu'il a pu devenir. [...] Le Pandämonium était un premier saut en dessous de zéro. Depuis l'artiste a procédé par sauts et par soubresauts : Der Sprung nach vorn ist zugleich der Blick zurück[1]. »

Aux côtés des sculptures monumentales seront exposées six peintures de nus inversés, sans tête, peintes sur fond noir dans une gamme de rose, orange, bleu, vert et blanc qui rappellent certaines études de nus telles que les Vénus décapitées que l'on trouve sur les sites archéologiques. Le style vif et spontané de Baselitz les fait osciller sans cesse entre figuration et abstraction.

Pour l'espace de dessin au premier étage de la galerie, l'artiste a sélectionné une vingtaine de ses dernières aquarelles. Les portraits inversés de l'artiste en mangeur d'orange coiffé de la casquette Zero, les effigies de Joan Crawford[2], une série des oiseaux sur une branche "remixée" à partir d'une série des années 70, etc.

Hans Georg Kern est né en 1938 à Deutschbaselitz. Cette ville de Saxe à laquelle il empruntera son nom d'artiste appartient alors à l'Allemagne de l'Est. Dès le début, ses œuvres expriment une réaction viscérale aux tragédies humaines en général et aux traumatismes de l'histoire allemande en particulier. Il est surtout influencé par l'Art brut, par les dessins et les écrits d'Antonin Artaud et par la sculpture africaine.

Georg Baselitz est très présent sur la scène internationale depuis le début des années 1960. Le Solomon R. Guggenheim Museum de New York a présenté en 1995 la première grande rétrospective de son œuvre, que l'on a pu voir ensuite au Los Angeles County Museum, au Hirshhorn Museum and Sculpture Garden de Washington, à la Neue Nationalgalerie de Berlin et enfin, en 1996-1997, au Musée d'art moderne de la Ville de Paris. En 2007, la Royal Academy of Arts de Londres a organisé une autre grande rétrospective, et de novembre 2009 à mars 2010, deux musées de Baden-Baden, le Museum Frieder Burda et la Staatliche Kunsthalle ont salué respectivement « Cinquante ans de peinture » et « Trente ans de sculpture » de Georg Baselitz.

Un catalogue d'exposition rédigé par Maria de Corral sera publié à l'occasion de l'exposition.

Vernissage de Georg Baselitz "sculptures monumentales"

[18:00-21:00] Vernissage de Michel Aubry "La Loge Fantôme"
Location:
Galerie Marion Meyer (rue des Trois Portes)
3, rue des Trois Portes
75005
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 46 33 04 38
Fax : +33 (0)1 40 46 91 41
Mail : contact@marionmeyercontemporain.com
Internet Site : www.galeriemarionmeyer.com
Description:
27 avril - 12 juin 2010
Vernissage samedi 24 avril, 18h - 21h

Le 23 avril 1925, Alexandre Rodtchenko écrivait à sa femme : «...Ce soir, je suis allé dans un cirque, il y en a quatre en tout à Paris. J'ai vu les célèbres Fratellini, rien de particulier, mais bien sûr, ce sont des artistes. C'est autre chose qui m'a frappé : l'amour du public pour eux et surtout, leur loge, qui a d'un côté une porte ouverte par laquelle tout le monde regarde à l'intérieur et une fenêtre à travers laquelle on peut voir ; il y a cinq pièces, et c'est tout un musée d'objets, de photos, de dessins, etc. » (1)

85 ans plus tard, presque jour pour jour, la galerie Marion Meyer Contemporain inaugure la nouvelle exposition de Michel Aubry, La Loge Fantôme, une référence directe à la loge des Fratellini. Loge des Fratellini visitée à nouveau en 2005 par la doublure de Rodtchenko en la personne de David Legrand pour les besoins du tournage du carnet « Rodtchenko à Paris » puis pour « Les chroniques de voyages de Rodtchenko et Stroheim » tournées à Tarbes en 2009 à l'occasion de la double exposition John Armleder & Michel Aubry.

Cette exposition propose une nouvelle apparition de la Loge permettant également de retrouver le musée de Michel Aubry, qui sert à l'élaboration des tournages. Ses films seront programmés pendant l'exposition.

Le travail de « traduction », mis en place par Michel Aubry dans les années 80, qui lui à permis de créer un monde ou un passage, s'avérant possible entre l'univers musical et l'univers des objets, se poursuit ici avec l'expérience cinématographique.

(1) Alexandre Rodtchenko, A Paris, Lettres à la maison, 1925 dans « Écrits complets sur l'art, l'architecture et la révolution », Édition Philippe Sers, Paris, 1988.

A DECOUVRIR PENDANT L'EXPOSITION : PROJECTIONS DE FILMS DE MICHEL AUBRY

Samedi 24 avril, 16h - Projection au Studio Galande
Chronique des voyages de Rodtchenko et Eric Von Stroheim, 1h40, 2009/2010 / Un Film de Michel Aubry
En collaboration avec les Abattoirs, Fonds Régional d'Art Contemporain Midi-Pyrénées
Œuvre coproduite avec les Abattoirs, FRAC Midi-Pyrénées à l'occasion de l'exposition John Armleder & Michel Aubry au centre d'art Le Parvis, Tarbes, 2008-2009
Avant première au Studio Galande, 42, rue Galande - 75005 Paris
Réservation impérative au 01 46 33 04 38

Vendredi 30 avril, 16h - Projection à la Galerie
Rodtchenko à Paris, 1h07, 2003/2009 / Un film de Michel Aubry
Film Muet, accompagnement musical de Rainier Lericolais

Samedi 15 mai, 16h et Samedi 5 juin, 16h - Projection à la Galerie
Les Répliqûres, 30min, 2000 / 2003 / Un film de Michel Aubry, Marc Guérini et David Legrand
Répliqûre : Les Disparus de St Agil, 4'45", 2000. D'après le film de Christian-Jacque de 1938
Répliqûre : La Grande Illusion, 18'45", 2001-2002. D'après le film de Jean Renoir de 1937
Répliqûre : Le Corbeau, 3'53", 2003. D'après le film de Henri-Georges Clouzot de 1943
Répliqûre : Lumière d'été, 3'15", 2003. D'après le film de Jean Grémillon de 1943

Samedi 22 mai, 16h - Projection à la Galerie
Rodtchenko à Paris, 1h07, 2003/2009 / Un film de Michel Aubry

SIGNATURE
Samedi 12 juin, 16h-18h - Les dispositifs romanesques de Michel Aubry
Textes de Hugo Lacroix
Coédition Marion Meyer Contemporain - Editions Nicolas Chaudun

Vernissage de Michel Aubry "La Loge Fantôme"
Michel Aubry, La marionnette Eric, 2008, 115 cm / © Marc Domage

[18:00-21:00] Vernissage de Pal Sarkozy & Werner Hornung "Entente Subtile"
Location:
Espace Pierre Cardin
1, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 44 56 02 02
Mail : gdesabran@pierrecardin.fr
Internet Site : www.pierrecardin.com/Dculture/espace_cardin_gb.html
Description:
Du 25 avril au 9 mai 2010
De 11h à 18h

Pal Sarkozy et Werner Hornung, c'est une amitié de longue date. Et c'est très naturellement, qu'un jour de l'année 2004, ils ont évoqué ensemble l'idée de s'associer dans une aventure de co-création artistique.

Chacun ayant jusque-là évolué dans son univers créatif personnel, ils ont voulu aller plus loin en offrant une nouvelle dimension à leurs explorations, en combinant le « Fine Art » des dessins au crayon de Pal avec le « Digital Art » créé par Werner. Ils réalisent ainsi une synthèse à partir des dessins, des manipulations d'éléments photographiques et créations numériques. Il en résulte un style unique en son genre que Pal et Werner qualifient désormais de « Digital Fine Art ». Le titre qu'ils ont donné à leurs travaux, « OUT OF MIND », reflète toute la dimension de leur imaginaire.

Pal Sarkozy est Hongrois d'origine et père de l'actuel Président de la République Française. Il est arrivé en France avec un atout qui sera déterminant dans sa vie, son esprit artistique et un réel talent de dessinateur. A Paris, il a commencé à travailler avec un peintre hongrois puis il s'est rapidement orienté vers le dessin publicitaire, ce qui a été le début d'une longue carrière à succès dans la publicité. A 27 ans, Pal avait créé son propre studio de publicité et son affaire s'est sans cesse développée. Il a travaillé pour de grandes marques comme Dior et L'Oréal. Son crayon ne le quitte jamais, il est toujours prêt à vous faire une esquisse sur un coin de table.

Werner Hornung est né à Konstanz en Allemagne. Il est arrivé à Paris au début des années 1970 ou il a fait sa carrière dans la publicité. Au-delà de son activité professionnelle dans son studio de création et en parallèle, Werner a toujours eu besoin de se réaliser à travers ses propres créations artistiques, hors contraintes telles que celles-ci s'imposent dans le milieu de la publicité. Il a tout d'abord créé des collages. Ensuite, il a utilisé l'ordinateur, un outil qui lui permettait d'aller plus loin dans son expression artistique. Il expose ses propres tableaux sur Internet depuis plusieurs années et à l'occasion de concours organisés, il a gagné plusieurs prix. Pour Werner, ce qui prime dans l'art demeure indéniablement l'esprit créatif et non l'outil.


A 82 ans, Pal Sarkozy a inauguré sa première exposition parisienne à l'espace Pierre Cardin, dans le VIIIe arrondissement de Paris, samedi. Depuis de nombreuses années, le père du président de la République s'est associé à l'artiste allemand Werner Hornung pour réaliser des toiles surréalistes et oniriques, dont certaines dépeignent le couple présidentiel. Mais Carla et Nicolas ont fait savoir qu'ils ne pourraient pas assister au vernissage. «Mais il m'a assuré qu'il viendrait voir l'exposition dans les deux prochaines semaines», précise Pal Sarkozy.

Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni-Sarkozy étaient absents, samedi, à l'inauguration de l'exposition de tableaux du père du président, Pal Sarkozy, à l'espace Cardin à Paris, a affirmé ce dernier à l'AFP. "J'ai reçu ce matin un gros bouquet de fleurs du président et de Carla et une lettre m'indiquant qu'ils ne viendront pas à l'inauguration", a affirmé Pal Sarkozy. "Il y a trop de journalistes" qui vont les attendre, a ajouté le père du président. Toutefois, le chef de l'Etat et son épouse lui ont écrit qu'ils viendraient voir ses oeuvres "au cours des quinze jours" que dure l'exposition, a-t-il également affirmé. L'inauguration de l'exposition de Pal Sarkozy, 82 ans, doit se tenir samedi à l'espace Cardin à Paris (VIIIè arrondissement), à partir de 18h00. Carla Bruni-Sarkozy et les femmes sont au cœur de cette exposition, dont la place centrale est occupée par un portrait de la première Dame de France, représentée jouant de la guitare et assise sur un piano. En revanche, il n'y a pas de toile représentant le président Sarkozy parmi la cinquantaine de toiles présentées, son père lui ayant offert le portrait qu'il avait fait de lui "lors de son élection à la présidence de la République".



[18:00-21:00] Vernissage de Sean Edwards "For her at this moment"
Location:
Galerie Frank Elbaz
66, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 50 04
Fax : +33 (0)1 48 87 52 93
Mail : info@galeriefrankelbaz.com
Internet Site : www.galeriefrankelbaz.com
Description:
jusqu'au 29 mai 2010
du mardi au samedi de 11h à 19h

VERNISSAGE le samedi 24 avril

[18:00-20:00] Vernissage de Vittorio Santoro "HORSE TRAILER STUDIOLO"
Location:
Galerie ColletPark
203 bis, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)1 40 46 00 20
Fax : +33 (0)1 40 46 00 20
Mail : gallery@colletpark.com
Internet Site : www.colletpark.com
Description:
Visionaries & Voyeurs II
24 | 04 - 05 | 05 | 2010

The Radio
06 | 05 - 15 | 05 | 2010





[19:00] Exposition de Catherine Benas et d'Hélène Jacqz
Location:
Centre d'Art Contemporain Chanot
Centre d'Arts Plastiques Albert Chanot
33, rue Brissard
92140 Clamart
M° Gare SNCF de Clamart
France
Phone : +33 (0)1 47 36 05 89
Fax : +33 (0)1 47 36 05 89
Mail : cacc@clamart.fr
Internet Site : www.cacc.clamart.fr
Description:
du 24 avril au 23 mai 2010
Vernissage le samedi 24 avril à partir de 19h

[19:00-21:00] Finissage de l'exposition collective "Au fil de l'œuvre"
Location:
La Galerie de Noisy-le-Sec
Centre d'art contemporain de Noisy-le-Sec
1, rue Jean-Jaurès
93130 Noisy-le-Sec
M° RER E Noisy-le-Sec
France
Phone : +33 (0)1 49 42 67 17
Fax : +33 (0)1 48 46 10 70
Mail : info@lagalerie-cac-noisylesec.fr
Internet Site : lagalerie-cac-noisylesec.fr
Description:
Au fil de l'œuvre
Davide Balula, Cie Martine Pisani, Alex Hubbard, Diogo Pimentão, Mathilde du Sordet

Soirée de finissage :
Carte blanche à Davide Balula
Concerts de Domotic & O. Lamm play Egyptology, Meurtre et Karaocake
www.myspace.com/domotic
www.myspace.com/olamm
www.myspace.com/meurtremyspace
www.myspace.com/karaocake


Davide Balula, Alex Hubbard, Diogo Pimentão, Mathilde du Sordet
+ Cie Martine Pisani (performance)

27 février - 24 avril 2010
Vernissage vendredi 26 février de 18h à 21h
Avant-première pour la presse, de 17h à 18h en présence des artistes
Le soir du vernissage, navette gratuite au départ de Paris (Place de la République / métro République / sortie Rue du Temple) à 18h30 ; retour prévu sur Paris à 21h30. Sans réservation, en fonction des places disponibles.

Une instabilité assumée des formes, des matériaux et des gestes caractérise aujourd'hui tout un pan de la création. Matériaux trouvés, recyclés, détournés fondent ce nouveau terrain d'expérimentation. L'exposition "Au fil de l'œuvre" se présente comme un paysage d'objets en devenir, tel un chantier en attente d'être activé. Au cœur d'un processus où s'équilibrent l'aléatoire et la maîtrise, les travaux - pour la plupart produits pour l'occasion ou présentés en France pour la première fois - portent la la marque du temps, du geste fugace ou de l'action laborieuse.
La performance se fait dessin (Diogo Pimentão) ou peinture (Davide Balula, en résidence à Noisy-le-Sec depuis juillet 2009), la danse se fait sculpture (Martine Pisani). En retour, la peinture se performe (Alex Hubbard) et la sculpture est l'objet d'une constante remise en jeu (Mathilde du Sordet).






[20:00] Oeuvres récentes de CHANDRANANDINEE IYENGAR "MÂHÂMÂYÂ"
Location:
Maison du Mexique
9 C, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 44 16 18 00
Fax : +33 (0)1 45 89 78 57
Mail : cultura@casademexico.org
Internet Site : www.casademexico.org
Description:
Du 24/04/2010 au 18/05/2010
Vernissage le samedi 24 avril à 20h

[20:00-23:55] Soirée Orangina Gliss & Mix
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
de 20h à 5h du matin

http://www.oranginaglissnmix.fr

L'Orangina Gliss Mix, c'est un big air ski et snowboard qui se tiendra au Grand Palais samedi 24 avril, avec en plus de la neige un bassin et des treuils pour une démo de wakeboard.

Souvenez-vous, en novembre dernier, le Grand Palais se transformait en véritable skate park pour Quiksilver. Le célèbre Monument de la capitale réitère l'opération en accueillant le 24 avril l'Orangina Gliss & Mix ! Au programme : Wakeboard, Ski et Snow sans oublier la piste de dance floor géant pour recevoir des artistes de la scène rock, hip hop et électro du moment.

Imaginez un peu! De la neige à foison, de l'eau, de l'air et du son! Le 24 avril prochain, le Grand Palais attend près de 5 000 personnes pour la première édition de Orangina Gliss & Mix ! Pour l'occasion, Orangina vous garantie des sensations fortes grâce à l'installation d'un Big Air, dressé à plus de 25 mètres de hauteur. 2 bassins feront face à cette descente où les meilleurs riders O'Neil s'affronteront lors d'un contest de très haut niveau. Compétition, risque, glisse et vitesse seront au rendez-vous pour cette soirée Ski, Wakeboard et Snow! Pour ce qui est du mix et du son, Orangina vous promet également de belles surprises avec les meilleurs artistes et DJ du moment.

Ne cherchez plus, le line up musical de l'année se déroulera le 24 avril prochain. Du rock, du hip hop et de l'électro...Il y en aura pour tous les goûts! La preuve, de Cut Killer à Izia en passant par DJ James, Naughty J, Cassius, Etienne De Crecy ou encore Brodinsky. Tous seront là pour vous faire bouger sur le dance floor le plus attrayant de la capitale. Cerise sur le gâteau, Joey Starr endossera le rôle de maître de cérémonie!

Orangina Gliss & Mix vous donne rendez-vous le 24 avril 2010 au Grand Palais pour un événement unique, destiné à tous les fans de gliss et de mix!


Contact Presse Orangina Gliss & Mix :

Bureau de presse Pascale Venot
Tifany Rosay
tel : 01 53 53 44 64 / 06 33 75 63 61
trosay@pascalevenot.com

Orangina-Schweppes
Responsable Relations presse
Samuel Jannequin
samuel.jannequin@os-group.com

O'Neill
Asap Communication :
Virginie Février
tel : 01 55 80 70 50
virginie.fevrier@asap-com.fr

Coordination technique presse
Hélène Tzara
tel : 06 10 18 80 90
htzara@only-view.fr

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés