Wednesday, May 5, 2010
Public Access


Category:
Category: All

05
May 2010
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

  Foire de Paris 2010
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
du 29 Avril au 9 Mai 2010

http://www.foiredeparis.fr

Journée de la Filière Automobile
Location:
Salons Hoche
9, avenue Hoche
75008 Paris
M° Courcelles
France
Phone : +33 (0)1 53 53 93 93
Fax : +33 (0)1 49 53 04 82
Mail : contact@salons-hoche.fr
Internet Site : www.salons-hoche.fr
Description:
A l'occasion du premier anniversaire de la PFA, la Journée rassemblera tous représentants de la filière au large :
- la PFA dressera un premier bilan d'activité et communiquera sur les perspectives de développement de ses actions;
- plusieurs fédérations professionnelles et organismes partenaires organiseront des réunions statutaires Assemblée Générale, Conseil, Comité, etc.).
La « Journée de la Filière Automobile » permettra à tous les participants de nourrir leur réflexion et d'échanger sur des thématiques automobiles d'actualité et d'avenir, en présence notamment de MM. Aschenbroich (Valeo), Burelle (Plastic Omnium), Chmielewski (Renault Trucks), Delabrière (Faurecia), Ghosn (Renault) et Varin (PSA Peugeot Citroën). 17H00 Intervention en clôture de la journée de la Filière Automobile par Christian ESTROSI

Exposition Robert Doisneau "Palm Springs 1960"
Location:
Galerie Claude Bernard
7/9, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 97 07
Fax : +33 (0)1 46 33 04 25
Mail : galerie@claude-bernard.com
Internet Site : www.claude-bernard.com
Description:
1er avril - 1er juin 2010
Vernissage le 1er avril de 18h à 21h

À l'occasion de la parution du livre “Palm Springs 1960 ” aux Editions Flammarion, la Galerie Claude Bernard présentera du 1er avril au 1er juin 2010 un ensemble de tirages en couleur de Robert Doisneau choisis parmi les photographies reproduites dans le livre.

Depuis l'après guerre Robert Doisneau travaille régulièrement avec la presse américaine. C'est pour une commande de Life, en 1950, qu'il a réalisé celle qui deviendra sa photo la plus célèbre: « le baiser de l'hôtel de ville ». Rapho lui passe souvent des commandes pour le New York Times, Life ou Fortune.

Là bas, ses images sont également entrées au Musée.

En 1948 il a participé à une exposition sur la photographie française à New York avec Edouard Boubat, André Papillon, Willy Ronis.

En 1951 c'est au MoMA de New York qu'il est exposé en compagnie de Brassai, Willy Ronis, Henri Cartier Bresson et Izis.

Pourtant en 1960, il n'a jamais traversé l'Atlantique. Faute de moyens, il a laissé les photographies voyager à sa place.

C'est pour réaliser un reportage pour le magazine Fortune que Robert Doisneau prendra pour la première fois l'avion pour les Etats Unis le 19 novembre 1960. Thème du reportage : la construction de golfs à Palm Springs, refuge des riches retraités américains dans le désert du Colorado.

Après une journée passée à New York, il arrive à Palm Springs le 21 novembre.

Il y restera jusqu'au 1er décembre. Ce qu'il découvre là bas l'incite à dépasser largement le thème du reportage. Au delà de l'empiètement des greens sur un territoire aride, il dresse un portrait amusé d'une planète artificielle repeinte aux couleurs les plus suaves. Il utilise tout à tour un Rolleiflex, un Leica et un Hasselblad et, pour la première fois se sert de la pellicule couleurs à des fins résolument esthétiques.

Le 2 décembre il est à Hollywood dans les studios de la Paramount où Jerry Lewis tourne « le tombeur de ces dames ». Une semaine de prises de vues compliquées par les Syndicats américains qui délèguent à tout photographe étranger invité, un confrère américain qui le suit comme une ombre.

Robert Doisneau quitte Los Angeles le 9 décembre pour rejoindre Maurice Baquet à New York où ils réaliseront une série de prises de vues jusqu'au 17 décembre, date du retour vers Paris.

Le reportage réalisé à Palm Springs sera publié dans ne numéro de Février 1961 de Fortune sous le titre « Palm Springs : green and playful grows the desert ».

Les originaux ayant servi à la publication du reportage, oubliés dans les archives du journal, seront retrouvés en 2007 par Scott Thode alors Directeur de la photographie du journal, et rendus à l'Atelier Robert Doisneau.

C'est sa vigilance et sa courtoisie qui ont donc rendu possibles le montage du livre et la réalisation de cette exposition.

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Location:
L'Adresse
Musée de la Poste
34, boulevard de Vaugirard
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Pasteur
France
Phone : +33 (0)1 42 79 24 24
Fax : +33 (0)1 42 79 24 00
Mail : reservation.dnmp@laposte.fr
Internet Site : www.ladressemuseedelaposte.fr
Description:
Galerie du Messager

Durée et Horaires
du 14 avril au 19 septembre 2010
Du lundi au samedi de 10h à 18h. Fermé le dimanche et les jours fériés.

Tarifs
Plein tarif : 6,50 € (donne accès aux collections permanentes)
Tarif réduit : 5 €
Gratuité pour les moins de 13 ans et pour les postiers

L'Adresse Musée de La Poste crée l'événement à Paris avec l'exposition « Aragon et l'art moderne » du 14 avril au 19 septembre 2010.

Le dialogue fécond entre une grande figure du surréalisme et les artistes du XXe siècle

L'exposition présente les peintures, dessins, collages et sculptures de plus de quarante artistes sur lesquels Aragon a expressément écrit : de Signac à Pirosmani, de Matisse à Picasso, en passant par Marquet, Chagall, Klee et de plus jeunes artistes tels Titus-Carmel, Le Yaouanc, et Moninot, encouragés par Aragon dès leur première exposition. Les œuvres sont illustrées par les réflexions les plus percutantes de l'écrivain, et accompagnées de livres et de documents de l'époque. Après Philippe Soupault consacré en 1989 par la ville de Montreuil, André Breton en 1991 par le Centre Georges Pompidou, c'est aujourd'hui l'heure du troisième mousquetaire du surréalisme, Louis Aragon.

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Marcel Duchamp, L.H.O.O.Q. (La Joconde à moustache), Ready-made rectifié.
Crayon graphite sur héliogravure - 61,5 x 49,5 cm.
Coll. Parti communiste français en dépôt au Centre Pompidou, Paris, Musée national d'art moderne/ Centre de création industrielle
© Adagp, Paris 2010
© Photo RMN-Philippe Migeat

Une fusion art-littérature

Louis Aragon (1897-1982), fondateur du mouvement surréaliste avec André Breton et Philippe Soupault, est un des esprits les plus brillants et les plus complexes du XXe siècle. Les trois hommes ont très tôt entamé un dialogue avec la peinture. A tel point que leurs écrits sur l'art forment un véritable corpus dans leur oeuvre. La littérature et l'art sont, pour Aragon, imbriqués et portent en eux la même interrogation : la mise en question de l'homme et du monde et, par là même, des langages verbal et pictural. Pour Aragon, les objets sont des mots et les mots des matériaux de construction. La rencontre de l'auteur avec des peintres majeurs a été fondamentale. « Elle a toujours marqué une étape importante de ma propre vue des choses », écrira-t-il.

La révolution du collage

Ces peintres, dont il fait la connaissance grâce à Guillaume Apollinaire et à Pierre Reverdy, vont, pour certains, l'accompagner toute sa carrière. Aragon, en intimité avec ceux qu'il appelle « les aventuriers de la pierre et de la toile », sera mêlé de près aux événements capitaux de l'histoire de l'art du XXe siècle. Il publie dès 1923 un texte sur Max Ernst, puis en 1930, en guise de préface à une exposition, La Peinture au défi, qui se veut une réflexion sur les collages, suscitée par La Femme 100 tête de l'artiste et par ceux de bon nombre d'artistes dadaïstes et surréalistes auxquels il est encore lié : Duchamp, Picabia, Arp, Man Ray, Miró, Tanguy… Dans ce texte essentiel, qui préfigure ce que deviendra la création contemporaine, Aragon fait l'historique de cet art nouveau, tente d'expliquer « le défi que le collage lance à la peinture traditionnelle » et pose la question du réalisme, voire du réalisme socialiste.

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Jules Lefranc, Le Pont Marie, 1940-1945, huile sur toile,55 x 33 cm
Collection particulière - © Photographie Michel Fischer

Du réalisme socialiste à Matisse

Il approfondira ces concepts en 1935 dans son ouvrage Pour un réalisme socialiste. Dès lors, il se fait le défenseur d'artistes comme Taslitzky, Fougeron (quand il ne lui reproche pas de faire fausse route), et d'artistes soviétiques. Ce qui ne l'empêche pas simultanément d'écrire des articles sur Pirosmani, Signac, Matisse, Picasso, Léger, Chagall, Miró, Ernst, Masson, Malkine, Hoffmeister, Giacometti, Grüber, Buffet, Kolar, Fassianos… pour des catalogues ou des journaux, principalement Les Lettres françaises, hebdomadaire littéraire dont il assure la direction de 1953 à 1972, épaulé par Pierre Daix, rédacteur en chef, et qui seront repris dans Aragon, Ecrits sur l'art moderne (1981). Enfin, en 1970, il consacre un essai remarqué à son ami Matisse, rencontré trente ans plus tôt. A côté de ses écrits, Aragon se montre aussi un fin collectionneur : il possède des Braque, Masson, Arp, Hoffmeister, jusqu'à la célèbre Joconde à moustache (L.H.O.O.Q.) de Marcel Duchamp, dont il fera don au PCF en 1979.

Exposition de Duane Hanson "Le Rêve américain"
Location:
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
Parc de la Villette
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Internet Site : www.villette.com
Description:
Pavillon Paul Delouvrier

Horaires
du 21 avril au 15 août 2010
Mercredi, jeudi, vendredi, dimanche de 14h à 19h / samedi de 14h à 21h

Tarifs
Entrée libre

Informations
01 40 03 75 75 / www.villette.com

Les quinze sculptures de Duane Hanson (1925-1996) réunies ici montrent combien la création de cet artiste, décédé en 1996 et peu exposé en France, s'avère encore d'une grande actualité, tant son regard critique sur la société américaine des années 70-90 peut faire écho aux désarrois de notre société actuelle.

«Duane Hanson, Le Rêve américain...» présente quinze des dernières œuvres du sculpteur, considéré de nos jours comme une figure majeure de l'hyperréalisme américain. Elles ont été réunies par l'Institut für Kulturaustausch de Tübingen et sont, pour la plupart, la propriété de la veuve du sculpteur, Wesla Hanson.

Le propos est de donner à voir combien la création de cet artiste, décédé en 1996 et peu exposé en France, s'avère encore d'une grande actualité, tant son regard critique sur la société américaine des années 70-90 peut faire écho aux désarrois que beaucoup connaissent aujourd'hui dans notre propre société.

Ces personnages «grandeur nature», à la mise ordinaire, assis ou debout, jeunes ou vieux, donnent l'illusion entière de présences humaines, à la fois attirantes et inquiétantes.


Duane Hanson, Old Couple on a Bench, 1994 - Collection Hanson, Davie, Floride - photo : Roy G. Crogan © ADAGP, Paris 2010 - Courtesy of the Institut für Kulturaustausch, Tübingen

Fraîcheur de corps d'enfants, ou visages ridés, bleu des veines sous la peau, pilosités, souci du détail vestimentaire révèlent la maîtrise technique de Duane Hanson pour réaliser ces moulages à partir de modèles vivants.

Une virtuosité qui sert l'intérêt du sculpteur pour les plus modestes de ses contemporains - femme de ménage, étudiant, sportifs, ouvriers ou petits retraités... - dont il souhaitait rendre perceptible la morosité de la vie quotidienne.

Investi contre la politique de Ronald Reagan, la guerre du Vietnam, les agressions racistes et urbaines, Duane Hanson considéra aussi la société de consommation américaine comme une violence sociale: créant des attentes inassouvies chez les plus humbles, le «rêve américain» ne généra, pour la plupart, que déception.

Ainsi, ces héros du quotidien, ces «stars de quartier» figés dans leurs pensées, le regard absent, paraissent-ils résignés dans le vide de leur existence et leur solitude.

Avec «Duane Hanson, Le Rêve américain...» la Villette souhaite rendre hommage à un artiste qui, témoin sans concession de son monde, nous donne à penser les vulnérabilités du nôtre.


Duane Hanson, Man with Walkman, 1989 - Collection Hanson, Davie, Floride - photo : Alan Ginsburg © ADAGP, Paris 2010 - Courtesy of the Institut für Kulturaustausch, Tübingen

Exposition "Edvard Munch ou l'anti-Cri"
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
19 février au 18 juillet 2010, prolongée jusqu'au 8 août 2010
Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h. Fermeture de la billetterie à 17h15. Le samedi 1er mai et le mercredi 14 juillet 2010, ouverture de 14h à 18h.
Nocturne tous les mercredis jusqu'à 21h (fermeture de la billetterie à 20h15)

Tarif : réduit : 8€ pour les 12-25 ans, étudiants, chômeurs. Groupes pour les - de 12 ans. normal : 10€

L'exposition propose une lecture nouvelle de l'œuvre du peintre norvégien Edvard Munch, pas exposé en France et à Paris depuis vingt ans. En une une centaine d'œuvres (environ soixante toiles et quarante oeuvres graphiques) issues principalement de collections privées, elle montre le travail de Munch d'après le début du XXe siècle, lorsqu'il a développé un style expressif et s'est mis à intégrer des photos et des films muets dans son œuvre.

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00-13:00] Conférence de presse de Paris en toutes lettres
Location:
Mairie du 1er arrondissement
4, place du Louvre
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 44 50 75 01
Internet Site : mairie1.paris.fr
Description:
PARIS EN TOUTES L ETTRES
2ème édition du 10 au 13 juin 2010
www.parisentouteslettres.fr
Direction artistique : Olivier Chaudenson

Créé par Bertrand Delanoë, maire de Paris, et Christophe Girard, adjoint chargé de la culture, Paris en Toutes Lettres s'est imposé, dès sa première édition (du 4 au 8 juin 2009), comme un événement de premier plan renforçant la politique municipale en faveur de la lecture et de l'écrit. En proposant près de 300 rendez-vous dans la capitale, il a réuni près de 50.000 spectateurs.
Du 1 0 au 13 juin, Paris en Toutes Lettres 2010 se déploiera en deux grands chapitres réunis par un même mot d'ordre « N'oublie z pas de lire ! »
Littératures en scène : véritable festival de « littérature live », Paris en Toutes Lettres donne la parole aux écrivains et explore toutes les formes pour faire partager au plus grand nombre une littérature vivante et en dialogue : lectures d'écrivains et de comédiens, performances, rencontres, exercices d'admirations, concerts et bals littéraires… Offrant un regard complet sur l'actualité littéraire, le festival proposera par ailleurs un focus sur le thème de « l'écriture et la vie ». Enfin, avec le cycle « une rentrée d'avance », il devancera la rentrée littéraire en donnant l'occasion d'entendre quelques-uns des grands romans à paraître en septembre.
La traversée de Paris : à travers ce thème, Paris devient sujet d'écriture, personnage de roman et décor littéraire : lectures dans un bus ou un jardin, sur un bateau ou sur un pont, promenades littéraires, échanges de livres, recueil d'histoires, banquet littéraire... Un foisonnement d'initiatives pour suivre au pied de la lettre le conseil de Victor Hugo : « Mettez des livres partout ! ».
Le festival se concentrera autour de deux grands espaces, l'un au Nord-Est autour du CENTQUATRE (Bouffes du Nord, 3 Baudets, Théâtre des Abbesses, Point Ephémère, Couvent de Récollets…) et l'autre au centre (Théâtre du Châtelet, Hôtel de Ville, Académie française, Maison de la Poésie, Hôtel de Lauzun, Pont des Arts, Place des Vosges…). Mais c'est aussi l'ensemble de la capitale – et parfois au-delà - que le festival irriguera par de nombreuses promenades littéraires et grâce à l'implication des réseaux scolaires, des bibliothèques municipales, des librairies, des bouquinistes ainsi que des centres culturels étrangers…

12:00
13:00 [13:00-22:00] Trophée Golf-Pétanque de La Licorne
Location:
Golf de Lésigny-Réveillon
Ferme des Hyverneaux
77150 Lésigny
M° RER E Ozoir la Ferrière
France
Phone : +33 (0)1 60 02 17 33
Fax : +33 (0)1 60 02 06 58
Mail : contact@golflesigny.com
Internet Site : www.golflesigny.com
Description:
Pierrette Brès, figure emblématique de la télévision française, vient en aide aux enfants, adolescents et adultes autistes par le biais de son association La Licorne.

Pour sa onzième édition, de nombreuse personnalités de la télévision, cinéma, chanson et du sport sont attendues.

Cet événement sportif et festif, permettra à Pierrette Brès, femme de coeur et fondatrice de l'association La Licorne, de récolter des fonds nécessaires pour développer et continuer son action d'assistance aux enfants autistes.

Après de longues années à promouvoir les chevaux et les courses à la télévision, Pierrette Brès décide de mettre un terme sa carrière de journaliste hippique pour créer l'association La Licorne.

Pierrette Brès déclare :"Ce sont les chevaux qui m'ont tout apporté, la réussite sociale bien sûr, mais il m'ont aussi appris à devenir forte, à prendre de confiance en moi, à épanouir ma personnalité, car avant de les connaître j'étais complexée et timide, incapable d'aller de l'avant. Aujourd'hui, je veux que mon expérience et ma notoriété puissent donner le maximum de chances aux enfants autistes de progresser, en stimulant chez eux un éveil bénéfique par l'approche du cheval ou du poney et par la découverte du milieu marin."

Par le passé, les actions de La Licorne ont porté leurs fruits avec des résultats concrets. L'association est venue en aide aux enfants maltraités par le biais de l'équithérapie, pratiqué dans une ferme équestre, en leur offrant ainsi une vie familiale. Nombre de ces enfants ont décroché des CAP de palefreniers soigneurs et travaillent depuis chez des entraîneurs ou des éleveurs.

13h00
Arrivée des participants, golf et pétanque Remise d'un sandwich , boisson et fruit Formation des équipes

14h00
Départ de la compétition en Shot-Gun, Formule APAR, imaginé par Patrick Dujancourt

14h30
Compétition de Pétanque tout l'après-midi

19h00
Remise des Prix, Dîner dansant ambiance musicale avec le groupe de Jean-Pierre Paoli.

Visitez le site : lalicorne.org En présence de : Yves Saint-Martin, Brian Torres, Véronique de Villèle, Michel La Rosa, Alain Bideau, Bernard Menez, Jean-Pierre Savelli, Patrick Guillemin, Sylvain Collaro, Pascal Sellem, Jean-Pierre Beltoise, Jean-Louis Oliver





[17:00-21:00] Exposition collective « En mai, fais ce qu'il te plaît ! »
Location:
Musée Bourdelle
18, rue Antoine Bourdelle
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Falguière, Pasteur
France
Phone : +33 (0)1 49 54 73 73
Fax : +33 (0)1 45 44 21 65
Internet Site : www.bourdelle.paris.fr
Description:
6 mai – 19 septembre 2010
Ouvert tous les jours
De 10h à 18h sauf lundis et jours fériés

Tarifs d'entrée :
Plein tarif : 7 € - Tarif réduit : 5 €
Demi-tarif : 3,5 €
Gratuit pour les moins de 14 ans

Elisabeth Ballet - Christian Boltanski - Richard Deacon - Hans-Peter Feldmann - Ann Veronica Janssens - Jannis Kounellis - Claude Lévêque - Jean-Luc Moulène - Tania Mouraud – ORLAN - Kees Visser

Commissaire
Juliette Laffon
Directrice du Musée Bourdelle

Cette exposition consacrée à la sculpture actuelle et à la diversité de ses pratiques et approches réunit des artistes de la scène française et européenne : Elisabeth Ballet, Christian Boltanski, Richard Deacon, Hans-Peter Feldmann, Ann Veronica Janssens, Jannis Kounellis, Claude Lévêque, Jean-Luc Moulène, Tania Mouraud, ORLAN, Kees Visser. A cette occasion, chacun d'eux présente une œuvre en résonance avec le musée, ses collections et ses espaces, dans le lieu de son choix.

Sculptures, installations, films, photographies et peintures investissent l'ensemble des salles ainsi que le jardin. Les oeuvres conçues à une exception près spécialement pour cette exposition, s'approprient les sculptures de Bourdelle, se confrontent à elles, dialoguent avec elles ou avec l'architecture.

Première carte blanche « collective », « En mai, fais ce qu'il te plaît ! » poursuit le cycle initié en 2004 d'expositions dédiées à la création contemporaine au musée Bourdelle.

[17:00] FESTISALON (2e édition)
Location:
APONIA
scène conventionnée
6, avenue Montrichard
94350 Villiers-sur-Marne
M° RER A Noisy-le-Grand (Mont d'Est)
France
Phone : +33 (0)1 49 30 57 29
Mobile : +33 (0)6 20 49 36 90
Mail : aponia@wanadoo.fr
Internet Site : www.aponia.fr
Description:
Exposition du 5 au 11 mai 2010
vernissage le mercredi 5 mai à partir de 17h

Toujours en mouvement et dans une logique de complémentarité, Aponia intensifie son action avec les enseignants des Ecoles, aidée par un regroupement d'artistes de renom ou en devenir.
Nous collaborons avec l'Inspection Académique de Créteil pour cette 2e édition du Festisalon.

Notre lieu, grâce à son rayonnement, permet à des enfants de niveaux différents d'exposer leur travail.

Ecoles accueillies :
Collège Elsa Triolet de Champigny
Lycée Montaleau de Sucy en Brie
Collège Paul Klee de Thais
Maternelle Corot de Chennevières
Maternelle Mistral de Villiers sur Marne
Elémentaire Paul Eluard de Valenton
Lycée Gustave Eiffel de Cachan

[17:00-21:00] [Cannes] Projection de Stones in exile
Location:
Hôtel JW Marriott
ex Noga Hilton, ex Palais Stephanie
50, Boulevard de la Croisette
BP 224
06414 Cannes Cedex
M° Gare SNCF Cannes
France
Phone : +33 4 92 99 70 00
Fax : +33 4 92 99 70 11
Mail : H6841@accor.com
Internet Site : http://www.marriott.fr/hotels/travel/ncejw-jw-marriott-cannes/
Description:
Film en séance spéciale de la Quinzaine des Réalisateurs, à 17H et 19H30.

[17:30-20:30] Exposition de Philippe Guénin « l'Assomption du chaos II »
Location:
Galerie La Rotonde
Yvon BIRSTER
29, rue Eugène Carrière
126 bis, rue Lamarck
75018 Paris
M° Lamarck - Caulaincourt, Guy Môcquet
France
Phone : +33 (0)1 42 23 83 10
Mail : boreal@cegetel.net
Internet Site : www.larotondefinearts.com
Description:
du 5 au 27 mai
vernissage le 5 mai de 17h30 à 20h30

[17:30] Rencontre musicale avec le groupe Gotan Project
Location:
Fnac Paris - Saint-Lazare
Passage du Havre
109, rue Saint-Lazare
75009 Paris
M° RER E Hausmann - Saint-Lazare, Saint-Lazare, RER A Havre - Caumartin
France
Phone : 0 825 020 020
Fax : +33 (0)1 55 31 21 00
Mail : saint-lazare@fnac.tm.fr
Internet Site : rendezvous.fnac.com/home_magasin.asp?SHP=21
Description:
Forum de rencontres

Pop- Rock - Electro

Rencontre musicale avec le groupe pour la sortie de "Tango 3.0" (Universal). janvier 2009, Gotan Project reprend le chemin du studio, fidèle aux principes fondateurs : une volonté de transgresser les codes du tango pour d'autant mieux les sublimer. Sur invitation uniquement, à retirer le lundi 3 mai à l'accueil du magasin.






[18:00-21:00] ART CONTEMPORAIN ISRAÉLIEN
Location:
Drouot Montaigne
15, avenue Montaigne
75008 Paris
M° Alma - Marceau, Franklin D. Roosevelt, RER C Pont de l'Alma
France
Phone : +33 (0)1 48 00 20 80
Fax : +33 (0)1 48 00 20 83
Internet Site : www.drouot.fr
Description:
FRÉDÉRIC CHAMBRE & ANTOINE GODEAU
Le département Art Contemporain

ont le plaisir de vous inviter à l'exposition de la vente

ART CONTEMPORAIN ISRAÉLIEN

Sous le haut patronage de l'Ambassade d'Israël en France

Cette vente est réalisée en collaboration avec Israëlartnew

COCKTAIL ET CONFÉRENCE À DROUOT-MONTAIGNE
Mercredi 5 mai 2010 de 18 heures à 21 heures

Si vous souhaitez recevoir une invitation nominative, merci de nous contacter avant le mercredi 28 avril 2010 à :
info@pba-auctions.com ou +33 (0)1 49 49 90 26

[18:00-21:00] Inauguration de l'exposition "Les juifs à Berlin 1933-1941"
Location:
Mémorial de la Shoah
17, rue Geoffroy l'Asnier
75004 Paris
M° Pont-Marie, Saint-Paul, Hôtel-de-Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 77 44 72
Fax : +33 (0)1 53 01 17 44
Mail : contact@memorialdelashoah.org
Internet Site : www.memorialdelashoah.org
Description:
Inauguration de l'exposition "Les juifs à Berlin 1933-1941"

[18:00] Vernissage Oké Assogba Henry "African Beats"
Location:
Bar 4 éléments
149, rue Amelot
75011 Paris
M° Filles du Calvaire, Oberkampf, République
France
Phone : +33 (0)1 47 00 34 11
Mail : contact@bar4elements.com
Internet Site : www.bar4elements.com
Description:
Oké Assogba Henry présentera l'exposition "African Beats" ce Mercredi 5 Mai au 4 éléments.

L'exposition sera visible du 5 au 20 Mai.

Oké Assogba en quelques lignes…

Mes origines
Indubitablement ce sont là mes plus grandes sources d'inspiration ! Le paradoxe de mes origines.
Comment vit-on le métissage dans un monde si controversé, comment l'Afrique vit en moi au même rang que l'Europe.
Suiço Béninoise ou Bénino Suisse ? La question me poursuivra toujours.

Terres de mon cur

Mon corps, mon cur, mon caractère et ma sensibilité évoluent et se forgent dans le sillage de multiples paysages ; Bénin, Mali, Suisse, Niger, Mozambique, Swaziland. Toutes les odeurs, toutes les formes et les couleurs prennent naissance dans ma esprit sur ces notes d'exotisme.

Artislifeisartislifeisartislife... inspiration

Très vite je comprends que j'ai besoin de m'exprimer, que les mots ne me suffisent plus. Le temps passe et je découvre que mes mains ont des pouvoirs, qu'ils veulent créer, traduire mes émotions. Trop d'énergie vivent en moi, c'est dur de canaliser tout cela. La création me permet de canaliser cette énergie. Tout est clair, il faut que je traduise mes sentiments. Je perçois comme un réservoir d'émotions le monde qui m'entoure ; les couleurs qui éblouissent, les rapports humains, les paroles tsunamiennes, les gestes envoûtants, les peuples mystérieux.

Vernissage dès 18h
PUNCH OFFERT DES 19H30
&
HAPPY HOUR 18H00-20H00

http://www.assogba.ch


[18:00-21:00] Vernissage de Rirkrit Tiravanija
Location:
Galerie Chantal Crousel
10, rue Charlot
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 38 87
Fax : +33 (0)1 42 77 59 00
Mail : galerie@crousel.com
Internet Site : www.crousel.com
Description:
du 5 mai au 17 juin
vernissage le mercredi 5 mai de 18h à 21h

Vernissage de Rirkrit Tiravanija

[18:30] Inauguration de l'exposition « Paris d'Amour » de Gérard Uféras
Location:
Hôtel de Ville de Paris
5, rue Lobau
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 76 40 40
Internet Site : www.paris.fr
Description:
Salon d'accueil de l'Hôtel de Ville

Du 6 mai au 31 juillet 2010, tous les jours de 10h à 19h sauf dimanches et fêtes
Entrée libre et gratuite

Paris vu sous l'angle de l'amour, du mariage et du pacs, dans toutes les communautés et entre les communautés : l'Hôtel de Ville expose les photographies de Gérard Uféras qui durant deux ans a suivi 70 mariages ou pacs.

Gérard Uféras témoigne d'une ville où chacun est libre de s'engager, de choisir, d'aller vers les autres. En affichant ces instantanés de bonheur mêlant générations, origines sociales, culturelles ou religieuses, il combat l'apparente uniformisation de nos villes.

Se glissant au plus près des individus, ses "haikus photographiques" parviennent à capter sans artifice des instants d'engagement et d'enthousiasme.

L'exposition met en scène des photos réalisées à l'occasion de toutes les étapes de 70 mariages civils et religieux ou de pacs. Les enterrements de vie de garçon, ou de jeune fille côtoient les préparatifs des mariés à leurs domiciles, les cérémonies de henné, les moments clés de la cérémonie civile ou religieuse, les instants de solitude ou de joie, les danses de la fête.

Certains espaces de l'exposition sont sonorisés par Xavier Dreyfuss, designer sonore, restituant ainsi l'émotion des "oui" murmurés, ou la gaieté et la diversité des bruits et musiques de la fête.

Une salle est réservée à la projection d'un film de 26 minutes. Réalisé par Pierre Schumacher à partir de photos et de scènes recueillies lors des cérémonies et nourri du matériel sonore issu des entretiens avec les mariés, avant, pendant et après les mariages.







[19:00] 5e édition du Grand Prix de l'Héroïne Madame Figaro
Location:
Hôtel Raphael
17, avenue Kléber
75116 Paris
M° Kléber
France
Phone : +33 (0)1 53 64 32 00
Fax : +33 (0)1 53 64 32 01
Mail : management@raphael-hotel.com
Internet Site : www.raphael-hotel.com
Description:
Quand Anne-Florence Schmitt, Directrice de la Rédaction de Madame Figaro, prend la tribune ce mercredi 5 mai après avoir, très chic, jovialement accueilli un à un les convives, le somptueux salon Tauber de l'hôtel Raphaël (XVIe arrondissement de Paris), qui bruissait d'une effervescence toute conviviale, se fait calme, pendu aux lèvres de la première héroïne de la soirée.

Non loin d'elle, son fidèle allié, Patrick Poivre d'Arvor, est sage également, attendant le moment où il devra remplir son office à l'occasion de cette 5e édition du Grand Prix de l'Héroïne Madame Figaro, dont il est le président d'honneur.

Partenaire fervent du rendez-vous littéraire et à la tête d'un jury chaque année composé de personnalités de renom, il avait cette année à ses côtés, pour désigner trois lauréats parmi les auteurs de 19 ouvrages, un collège comptant dans ses rangs la charmante Marie Drucker, l'élégante Nathalie Rykiel, le dandy Ariel Wizman (le trublion du Grand Popo Football Club était ce soir-là lecteur et... DJ, évidemment), présents avec lui, ainsi que Rachida Brakni, Pierre Lescure et Kamel Mennour, excusés. Cinq lectrices judicieusement recrutées complétaient le panel (Noëlle Baticle, Gaëlle Bonnet, Nelly Garnier, Mary Huault et Aude Siméon) chargé d'étudier la sélection de 6 romans, 8 biographies/documents et 5 oeuvres étrangères proposée par le journaliste de Madame Figaro, Eric Neuhoff.

C'est ce même Eric Neuhoff, avec son flegme et ses traits d'humour élégants et audacieux, qui présentera un à un les jurés, avec un traitement de faveur pour la nièce de Michel Drucker, "qu'on ne présente pas". "Ah bon ?", s'insurgera avec humour l'intéressée...

Après un discours inaugural embrasé à la gloire des héroïnes, du quotidien comme de l'extraordinaire, signé Nathalie Rykiel, PPDA mettra fin au suspense. Dans le sillage d'une entrée en matière décalée et désopilante, où il asouligné, cherchant le regard complice d'Eric Neuhoff, qu'il est difficile de faire l'éloge de l'homme après avoir entendu celui de la femme, il s'empressera d'attribuer le Grand Prix de l'Héroïne Madame Figaro pour le meilleur roman à l'un des quelques auteurs masculins en lice : Hédi Kaddour, pour Savoir-vivre (Gallimard). Déjà récompensé du Goncourt du premier roman pour le passionnant et copieux Waltenberg, Hédi Kaddour, qui enseigne à l'ENS Lyon, y aborde, au travers d'une histoire particulière dans l'Angleterre de l'après-Première Guerre mondiale, la manière dont cet épisode a modifié le statut des femmes dans la société. C'est avec une passion aussi humble et discrète que visiblement dévorante que l'intéressé est revenu sur son récit et "sa" figure d'héroïne, après avoir reçu son prix, le chèque de 5 000 euros promis aux lauréats (dotation inédite) ainsi qu'une parure S.T. Dupont, désormais partenaire prestigieux du Prix.

Dans la catégorie Biographie/Document, Violaine Binet a été récompensée pour sa biographie Diane Arbus (Grasset), consacrée à la fameuse photographe new-yorkaise, dont elle a vanté la bravoure et la vision (Diane Arbus saisissait tout ce que les photographes se refusait à envisager, créant à proprement parler la photographie documentaire - son "panorama" de l'Amérique des années soixante au travers, notamment, de marginaux, en est une oeuvre-clé) avec des mots ardents portés par une voix ténue.

Enfin, originalité de cette 5e édition du Prix, une distinction était réservée à une oeuvre étrangère. A ce chapitre, c'est la délicieuse Florentine installée à Rome Caterina Bonvicini qui a été distinguée, pour son roman L'Equilibre des requins (Gallimard), qui aborde, sans frilosité et avec un panache que traduit bien son écriture vivace, le thème de la dépression, dépeignant une héroïne que le public découvre au lendemain d'une tentative de suicide, écartelée entre les figures masculines de sa vie (mari, amants, père), l'absence de sa mère et le retour à la surface de secrets de famille. Un prix que l'attachante auteure de 35 ans a accueilli avec une volubilité rayonnante - en français, s'il vous plaît.

Ces lauriers décernés sur un tempo enlevé, la soirée s'est achevée bien plus tard, à l'issue d'un cocktail dinatoire et de quelques pas de danse endiablés au son du set proposé par Ariel Wizman. Si Marie Drucker a eu tôt fait de quitter la fête, à laquelle se sont notamment mêlés Yann Queffélec ou Bernard-Henri Lévy, venu en voisin, PPDA n'a en revanche pas boudé son plaisir, ne négligeant personne et s'attardant avec un plaisir non feint.

[19:00] 55ème Salon d'Art contemporain de Montrouge - 2010
Location:
La Fabrique
51, avenue Jean Jaurès
92120 Montrouge
M° Porte d'Orléans, Châtillon - Montrouge
France
Phone : +33 (0)1 46 12 75 74
Description:
99 artistes à découvrir

6 mai – 2 juin 2010
Vernissage le 5 mai à partir de 19h
Entrée libre, tous les jours 12h/20h, sauf le mardi
Tous les mercredis, rencontre avec les artistes, nocturnes jusqu'à 22h30

Invité d'honneur
Ernest T.

Sélection du Salon
Ivana Adaime Makac / Farah Atassi / Laetitia Badaut-Haussmann / Julien Baete / Jean-Philippe Basello / Cédric de Batz / Simon Bergala / Jean-Baptiste Bernadet / Léa Bly / Sylvain Bourget / Anna Byskov / Mathieu Carmona / Stéphane Cauchy / Ghizlène Chajaï / Mathieu Cherkit / Stéphanie Cherpin / Mathis Collins / John Cornu / Matthieu Cossé / Rémi Dal Negro / Jean-Robert Dantou / Agathe David / Tudi Deligne / Rebecca Digne / Guillaume Dorvillé / Nicolas Durand / Rachel Easterman-Ulmann / Aymeric Ebrard / Hakima El Djoudi / Elshopo (collectif) / Philippe Eydieu / Cédrick Eymenier / Pierre Fisher / Nikolas Fouré / Yann Gerstberger / Isabelle Giovacchini / Alexandre Giroux / Agnès Godard / Grégory Grincourt / Aurian Guerard des Lauriers / Didier Hébert-Guillon / Aurélie de Heinzelin / Christophe Herreros / Romain Huteau / Renaud Jerez / Le Collectif DOP / Isabelle Le Minh / Stéphane Lecomte / Christophe Lemaitre / Thomas Lévy-Lasne / Kim Lux / Bevis Martin et Charlie Youle / François Mazabraud / Olivier Menanteau / Aurélien Mole et Julien Tiberi / Geoffroy Monde / Noé Nadaud / Julien Nédélec / Aurore Pallet / Stéfane Perraud / Antoine Poncet / Marie Quéau / Chloé Quenum / Samir Ramdani / Manon Recordon / Marion Robin / Nicolas Roggy / Barbara Ryckewaert / Eléonore Saintagnan / Julien Salaud / Hugo Schüwer-Boss / Gauthier Sibillat / Aurélie Slonina / Fabien Souche / Erwann Terrier / Thomas Tronel-Gauthier / Kirill Ukolov / Julie Vayssière / Adrien Vescovi / Taoran Wang et Wenwen Wu / Thibault Waré et Jérémy Flandin / Matthieu Weil / Hermann Wendler / Ji-Eun Yoon

Sélection de l'école nationale des beaux-arts de Lyon
(commissariat : Franck Scurti et Joël Tardy)
Pierre Gaignard / Karolina Kazmierska / Aldo Paredes Orejuela / Pierre Paulin / Elodie Petit / Anne Renaud / Clémence Torres

Commissariat artistique
Stéphane Corréard
assisté de Pierre Malachin

Scénographie & signalétique
matali crasset

Collège critique
Coordination : Gaël Charbau
Isabelle Alfonsi / Paul Ardenne / Daria de Beauvais / Alain Berland / Yves Brochard / Alain Cueff / Leslie Compan / Dorothée Dupuis / Jean-Michel Frodon / Jill Gasparina / Guillaume Leingre / Emmanuelle Lequeux / Vincent Pécoil / Matthieu Poirier / Jens Emil Sennewald / Anne-Lou Vicente / Elisabeth Wetterwald

Jury
Sous la Présidence d'Éric de Chassey
Quentin Bajac / Pierre Cornette de Saint-Cyr / matali crasset / Anne-France Lanord / Marc Nicolas / Michel Poitevin / Rozenn Prat / Ernest T. / Anne de Villepoix / Marc-Olivier Wahler

Les trois lauréats du 55ème Salon de Montrouge bénéficieront d'une exposition personnelle au Palais de Tokyo, dans l'espace des « Modules – Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent » en novembre 2010.

[19:00-20:00] Evening happening / performance de Paul SANTOLERI
Location:
Galerie Ligne 13
13, rue La Condamine
75017 Paris
M° La Fourche
France
Phone : +33 (0)1 42 93 13 37
Internet Site : www.galerieligne13.com
Description:
dans le cadre de son exposition « WALL TATTOOS »

du 6 au 30 mai 2010
Performance de l'artiste ouverte au public du 1er au 5 mai 2010, de 19h à 20h
Vernissage le jeudi 6 mai de 18h à 22h

première exposition solo en France de l'artiste Paul SANTOLERI

Esprit du mur, es-tu là... ?

Un mur comprend deux parois : la partie visible et celle qui reste invisible. Tel un passe-muraille, Paul SANTOLERI, possède le don singulier de nous entraîner dans la quatrième dimension, de l'autre côté de ses murs mirifiques. En éternel poète, un brin mystique, il nous ouvre un passage entre le monde physique et le monde sensible des choses...

Ses installations juxtaposent peintures murales, graffs, collages, incrustations, céramiques et jeux de lumières et donnent ainsi une nouvelle âme au lieu. Du sol au plafond, l'artiste improvise une histoire, dans laquelle les obstacles et les particularités de l'espace deviennent un prétexte à enrichir son récit. Ses créations aux formes douces et généreuses, entre paysages aquatiques et visions urbaines, envahissent l'espace tridimensionnel de la galerie. Ses tracés malicieux faits de courbes bienveillantes nous aspirent et nous guident dans des tourbillons de luxuriants dessins aux accents surréalistes. Les détails sont foisonnants et vivaces. De l'infiniment grand, nous voyageons vers l'infiniment petit, en essayant de pénétrer son oeuvre par le dernier point de fuite sans jamais l'atteindre... Ruse de l'artiste pour nous faire pénétrer dans son univers, ou illusion d'optique ?

Et voilà que nous nous retrouvons soudainement collés au plafond, nous sommes aspirés de l'autre côté des murs, nous quittons le plancher pour laisser notre imaginaire vagabonder entre les parois, à la rencontre des réalités et des chimères de notre siècle. Nous glissons peu à peu dans un rêve éveillé et nous traversons le mur de notre inconscient, pour entrevoir de l'autre côté un monde réellement merveilleux...

Wall Tattoos, une exposition-performance inédite ouverte au public

La Galerie Ligne 13, laisse carte blanche à Paul Santoleri pour créer librement et en public une oeuvre-puzzle qui sera révélée dans son intégralité le soir du vernissage, jeudi 6 mai 2010. L'artiste va peindre, taguer, dessiner, sculpter en s'inspirant des particularités du lieu, de son relief, de ses vibrations ! Des dessins Noir et Blanc complèteront cette scénographie inédite, invitant le spectateur à flâner dans l'univers de l'artiste.

Pendant les 4 jours précédant l'exposition Wall Tattoos
du 1er au 5 mai de 19h à 20h
Paul Santoleri vous invite à ses « evening happenings » !

Paul Santoleri en quelques mots...

La majesté et la technicité du travail de Paul Santoleri ont aujourd'hui acquis une véritable reconnaissance sur la scène internationale du Street Art. Basé à Philadelphie, il parcourt la planète pour l'embellir de ses couleurs... Dans la rue, où il collabore notamment au projet « Mural Arts Program » (MAP) de Philadelphie, qui a pour objectif de redonner des couleurs aux différents quartiers et banlieues, mais aussi dans des musées et dans de nombreuses collections du monde entier. En 2009, il a obtenu le soutien financier de la Fondation Pollock-Krasner via l'Ambassade américaine à Paris et le Conseil des Arts de Pennsylvanie. Après deux mois passés en résidence à l'Usine Kohler de Sheboygan dans l'Etat du Wisconsin, il a élu domicile en fin d'année à Copenhague au Danemark, pour réaliser une fresque monumentale dans le quartier de Christiania, à l'occasion du Sommet des Nations Unies sur le Climat qui s'est tenu en décembre.



SORTIE EN AVANT-PREMIERE DU LIVRE DE SANTOLERI "MURS ET DEMESURES" à l'occasion de « Wall Tattoos », la première exposition solo en France de Paul Santoleri
Textes : Catherine Botton, avec le soutien de Marie Guglielmetti
signature du livre lors du vernissage le 6 mai de 18h à 22h

SANTOLERI, Murs et démesures
En librairies le 24 sept 2010
Prix public : 9,90 euros
60 pages quadri - Format : 15 x 15 cm
Couverture souple avec rabats
ISBN : 978-2-917829-30-1
Diffusion-Distribution :
Le Comptoir des indépendants / BLDD


[19:00] Inauguration de l'installation « L'œil composé » du groupe K27
Location:
Institut Hongrois de Paris
92, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 06 44
Fax : +33 (0)1 43 26 89 92
Mail : info@instituthongrois.fr
Internet Site : www.instituthongrois.fr
Description:
05/05 - 25/07/2010
Vernissage : Mercredi 5 mai 2010 à 19h

Vainqueur du concours « Contact prompte », le groupe K27 inaugure son installation « L'œil composé » reliant les espaces de l'Institut hongrois de Paris et de l'Institut français de Budapest.

L'OEIL COMPOSÉ

Les espaces des deux instituts sont reliés par une transmission d'image en temps réel : l'espace de l'Institut français de Budapest apparaît parallèlement à l'Institut hongrois de Paris. Dans les deux établissements, un terminal d'écran et plusieurs caméras mobiles seront déposés. Les écrans projettent des matrices des images captées en temps réel par les caméras des deux endroits. Les caméras mobiles sont à remuer librement dans les espaces des instituts.

www.k27.hu

[19:00-22:00] Remise du Prix Figaro
Location:
Hôtel Raphael
17, avenue Kléber
75116 Paris
M° Kléber
France
Phone : +33 (0)1 53 64 32 00
Fax : +33 (0)1 53 64 32 01
Mail : management@raphael-hotel.com
Internet Site : www.raphael-hotel.com
Description:
Remise du Prix Figaro

[19:30] Conférence performée "Une préface"
Location:
Ecole municipale des beaux-arts de Gennevilliers
Galerie Edouard Manet
3, place Jean Grandel
92230 Gennevilliers
M° Asnières - Gennevilliers Les Courtilles, RER C Gennevilliers
France
Phone : +33 (0)1 40 85 67 40
Fax : +33 (0)1 47 99 33 30
Mail : embamanet@ville-gennevilliers.fr
Internet Site : www.ville-gennevilliers.fr/culture/ecole-municipale-des-beaux-arts-galerie-edouard-manet/
Description:
"Une préface"
Conférence performée de Mark Geffriaud, Yoann Gourmel et Elodie Royer

Laurence Sterne s'apercevant environ au tiers de "Tristram Shandy" qu'il manque une préface au livre. Sur quoi il en insère une là où il en est.

"5. Un problème, le sujet d'une discussion ou le thème d'une recherche, dessine toujours, il esquisse les lignes d'une construction. C'est souvent une architecture protectrice. Problema : ce qu'on anticipe ou ce qu'on se propose, l'objet qu'on place devant soi, l'armure, le bouclier, l'obstacle, le vêtement, le rempart, la saillie, le promontoire, la barrière. On se tient toujours et devant et derrière le problème."

Jacques Derrida, "52 aphorismes pour un avant-propos", 1987

Mark Geffriaud est artiste.

Elodie Royer et Yoann Gourmel sont commissaires d'exposition.
Jacques Derrida et Laurence Sterne sont des cristaux.
Ensemble, ils essaieront de se tenir et devant et derrière et à travers le problème.

La conférence "Une préface" est organisée dans le cadre de l'exposition "et Mason". Elle se déroulera dans l'espace d'exposition.
L'accès aux conférences est libre et gratuit dans la limite des places disponibles.

[19:30] soirée d'inauguration de la suite Elle Décoration par Jean-Paul Gaultier
Location:
Cité de l'architecture et du patrimoine
Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro et du 11 Novembre
7-11, avenue Albert de Mun
45, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 58 51 52 00
Fax : +33 (0)1 58 51 59 39
Mail : com@citechaillot.fr
Internet Site : www.citechaillot.fr
Description:
en présence de Lyne Cohen-Solal, adjointe chargée du commerce, de l'artisanat, des professions indépendantes et des métiers d'art








[20:00] Vernissage de l'exposition "Dreamlands"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
5 mai - 9 août 2010
11h - 21h
vernissage le mercredi 5 mai à 18h sur invitation

Commissariat: Quentin Bajac, Didier Ottinger

Présentée dans la grande galerie du Centre Pompidou du 5 mai au 9 août 2010, l'exposition Dreamlands développe un propos inédit : montrer comment les modèles de foires internationales, d'expositions universelles et de parcs de loisirs ont influencé la conception de la ville et de ses usages.
Démultipliant la réalité par la pratique de la copie, jouant d'une esthétique de l'accumulation et du collage souvent proche du kitsch, ces mondes clos et parallèles ont en effet inspiré les démarches artistiques, architecturales et urbanistiques au XXe siècle, au point de s'ériger en possible norme de certaines constructions contemporaines.

Cette exposition pluridisciplinaire rassemble plus de trois cents oeuvres, mêlant art moderne et contemporain, architecture, films et documents issus de nombreuses collections publiques et privées. Dans une mise en espace ludique et didactique à la fois, elle propose la première lecture d'envergure de cette question et conviera à s'interroger sur la manière dont s'élabore l'imaginaire de la ville et dont les projets urbains s'en nourrissent.

"Je suis d'une génération pour laquelle la métropole est synonyme de rayonnement culturel (Londres, Paris, New York), puis économique (Londres, New York) ; désormais elle devient parc à thème (Las Vegas, Dubaï), camp de vie massif (les villes chinoises) ou aberration architecturale et fourre-tout social (Tokyo)", confiait l'écrivain J. G. Ballard, grand observateur des mutations urbaines du monde contemporain, quelques mois avant sa mort, en 2008.

C'est au premier de ces devenirs, la ville-parc à thème, que l'exposition Dreamlands est consacrée. Limités, à la fin du XIXe siècle, aux espaces enclos des Expositions universelles et des parcs d'attractions, les motifs et recettes pour et par cette architecture du spectacle et de l'amusement ont été progressivement appliqués, au cours du XXe siècle, à des schémas de développement urbain. Dans un ouvrage séminal, New York Délire (1978), Rem Koolhaas, en réaction aux dogmes modernistes, célébrait déjà Coney Island, et plus particulièrement l'architecture fantasmagorique de l'un de ses parcs d'attractions, "Dreamland", comme l'incubateur du Manhattan moderne.

Généralisant l'usage de la copie et du leurre, jouant d'une esthétique de l'accumulation et du collage, manifestant la volonté d'abolir les repères spatiaux et temporels, les "Dreamlands" ont conditionné l'imaginaire artistique, architectural et urbanistique au XXe siècle et jusqu'à nos jours. Des projets utopistes des années 1960 et 1970 à la réalité d'un certain urbanisme contemporain, ils ont également contribué à profondément modifier notre rapport le plus essentiel au monde et à la géographie, au temps et à l'histoire, aux notions d'original et de copie, et à brouiller les frontières entre l'art et ses vieux rivaux, le kitsch et le divertissement. Certains lieux, Las Vegas dans les années 1960 et 1970, Dubaï ou Shanghai aujourd'hui, cristallisent ces enjeux de manière emblématique.

Dans les années 1960, le situationniste Giuseppe Pinot-Gallizio appelait de ses vœux le moment où la planète serait "transformée en fête foraine sans frontières, engendrant de nouvelles émotions et de nouveaux sentiments". La réalité d'aujourd'hui est bien éloignée du rêve situationniste et l' "attraction universelle" n'engendre que rarement de nouvelles émotions et de nouveaux sentiments.

Pour ses premiers parcs à thème, la Walt Disney Company développa, au début des années 1950, le concept de l' "imagineering" : succédant à l'art de l'ingénieur, selon lequel la forme épouse la fonction, cette ingénierie de l'imaginaire d'un nouveau genre subordonnait le programme architectural à un récit, une histoire, une fiction. Ces mêmes recettes sont désormais appliquées au développement de villes entières, de Las Vegas à Shanghai ou Dubaï. Une évolution qui témoigne de la porosité grandissante du réel et de la fiction, conduisant à l'envahissement contemporain par le "storytelling" sur le modèle anglo-saxon. Nous en faisons tous, aujourd'hui, au quotidien, l'expérience.


L'exposition Dreamlands aborde ces thèmes en suivant les thématiques suivantes :
Fantasmagoriques
Les rêve de Vénus
Fun Palace
Learning from Las Vegas
Faites vos jeux
New York délire
Le monde à l'ère de sa reproduction
Dans le décor
D'Epcot à Celebration
Copier/Coller
Definitivly dubaï
Kandor
Ville fantôme









[21:00-23:50] Ouverture du restaurant Deux Etangs
Location:
Restaurant Deux Etangs
ancien Tir aux Pigeons
Route de l'Etoile
Bois de Boulogne
75016 Paris
M° Porte Dauphine, Les Sablons
France
Phone : +33 (0)1 40 67 95 44
Fax : +33 (0)1 40 67 99 43
Mail : letirauxpigeons@orange.fr
Internet Site : www.lesdeuxetangs.fr
Description:
Ouverture du restaurant Deux Etangs

14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés