Saturday, July 24, 2010
Public Access


Category:
Category: All

24
July 2010
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

  Paris Jazz Festival
Location:
Parc Floral de Paris
esplanade du château de Vincennes
route de la Pyramide
Bois de Vincennes
75012 Paris
M° Château de Vincennes, RER A Vincennes
France
Phone : +33 (0)1 43 43 92 95
Mail : info@parcfloraldeparis.com
Internet Site : www.parcfloraldeparis.com
Description:
Pour sa 17e édition le Paris Jazz Festival accueille quelques-uns des musiciens de jazz majeurs actuels. Tous les week-ends du 12 juin au 1er août, profitez de concerts gratuits sur les pelouses du Parc Floral.

L'édition 2009 avec ses 140 000 spectateurs a confirmé le Paris Jazz Festival dans sa position d'événement majeur de l'été dans la Capitale. Cette année, une cinquantaine d'artistes sont attendus, dont de grands noms de la scène actuelle, française et internationale.
Durant 8 week-ends thématiques, retrouvez et découvrez des musiciens qui feront vibrer le Parc Floral au rythme du jazz.
Côté Scandinavie, concerts du saxophoniste norvégien Jan Garbarek, et du trompettiste Nils Petter Molvaer, de blue soul avec Eric Bibb et son Quartet, et du Joachim Kühn Trio pour un week-end entre Paris et Berlin.
Deux jours sous les couleurs de l'Afrique les 24 et 25 juillet avec l'écrivain poète et chanteur Antony Joseph et son Spasm Band, la chanteuse Sandra Nkaké accompagnée des musiciens de Mansaadi et Richard Bona, bassiste camerounais.

Le dernier week-end, Jazz au vert, consacré à l'univers classique du jazz, accueille entre autres le pianiste soliste Enrico Pieranunzi qui revisite l'œuvre de Scarlatti, et le Richard Galliano Sextet pour une promenade de Bach à Piazzolla.

En marge du festival, le Jardin des sons offre des pauses dans des théâtres naturels, espaces d'expériences et de découvertes où seront donnés des mini-concerts (Harrisson Kennedy, Sophie Bernado & Virna Ertel), et où prendront place des ateliers musicaux sous le signe des quatre éléments, eau, terre, feu, air.

A ne pas manquer également, les expérimentations de la Clairière des Improvisations.

Tout le programme sur :
http://www.parisjazzfestival.fr

Porte Dorée Sport: Paris Slide s'invite à la plage
Location:
Pelouse de Reuilly
Pelouse de Reuilly
75012 Paris
M° Porte de Charenton, Porte Dorée, T3a
France
Phone : +33 (0)1 44 68 12 12
Description:
Du 17 juillet au 22 août, la Mairie de Paris et la Mairie du 12e vous proposent gratuitement différents espaces de glisse et de sports de plage sur la pelouse de Reuilly.

Cette année les nouveautés sont nombreuses, les sportifs seront notamment comblés par l'installation d'une plage sur la pelouse de Reuilly. Les activités de glisse de Paris slide prendront en effet les couleurs de Paris Plages avec sable, cabines et parasols, Beach volley, Beachsoccer et Sandball. Enfants et néophytes pourront s'initier au Roller et au Skate sur des modules urbains et une aire street avec découverte du vélo (vélo classique, vélo-randonnée dans le bois de Vincennes, BMX ...)

Sport de glisse
De l'initiation ( à partir de 3-4 ans) au perfectionnement, Street ou rampe, petits et grands de tous niveaux pourront goûter gratuitement aux joies de la glisse urbaine.

Roller, skate, BMX, vélo
- Aire d'initiation débutants et confirmés
- Modules urbain, bowl
- Mini et big ramps, aire de street

Les activités proposées sont gratuites pour tous, ainsi que le prêt des rollers et protections pour les jeunes de moins de 16 ans.

Sports de plage
- Terrain de beach volley
- Sandball et Beachsoccer

Pédalos enfant
Dix pédalos permettent aux enfants de 3 à 7 ans de "naviguer" en toute sécurité dans un bassin de 100m2.

S'initier au golf et au base-ball
Ce sont deux sports peu communs à Paris. Vous pourrez vous initier au golf (du 17 au 24 juillet) et au base-ball (du 26 juillet au 22 août). Et c'est gratuit, comme l'ensemble des activités !

"Porte Dorée sport" en pratique
Toutes les activités sont gratuites. Prêt de matériel pour tous. Pour les mineurs, une autorisation parentale sera demandée.

Les inscriptions pour les initiations (skate, golf, flat-bike...) sont faites directement sur place.
Tous les ateliers sont animés par des professionnels.

Pour les centres de loisirs de la Ville de Paris : de 9h à 12h du lundi au vendredi.

Ouverture à tous les publics, de 13h30 à 19h du lundi au vendredi, et de 13h à 19h les samedis et dimanches.

Exposition de Duane Hanson "Le Rêve américain"
Location:
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
Parc de la Villette
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Internet Site : www.villette.com
Description:
Pavillon Paul Delouvrier

Horaires
du 21 avril au 15 août 2010
Mercredi, jeudi, vendredi, dimanche de 14h à 19h / samedi de 14h à 21h

Tarifs
Entrée libre

Informations
01 40 03 75 75 / www.villette.com

Les quinze sculptures de Duane Hanson (1925-1996) réunies ici montrent combien la création de cet artiste, décédé en 1996 et peu exposé en France, s'avère encore d'une grande actualité, tant son regard critique sur la société américaine des années 70-90 peut faire écho aux désarrois de notre société actuelle.

«Duane Hanson, Le Rêve américain...» présente quinze des dernières œuvres du sculpteur, considéré de nos jours comme une figure majeure de l'hyperréalisme américain. Elles ont été réunies par l'Institut für Kulturaustausch de Tübingen et sont, pour la plupart, la propriété de la veuve du sculpteur, Wesla Hanson.

Le propos est de donner à voir combien la création de cet artiste, décédé en 1996 et peu exposé en France, s'avère encore d'une grande actualité, tant son regard critique sur la société américaine des années 70-90 peut faire écho aux désarrois que beaucoup connaissent aujourd'hui dans notre propre société.

Ces personnages «grandeur nature», à la mise ordinaire, assis ou debout, jeunes ou vieux, donnent l'illusion entière de présences humaines, à la fois attirantes et inquiétantes.


Duane Hanson, Old Couple on a Bench, 1994 - Collection Hanson, Davie, Floride - photo : Roy G. Crogan © ADAGP, Paris 2010 - Courtesy of the Institut für Kulturaustausch, Tübingen

Fraîcheur de corps d'enfants, ou visages ridés, bleu des veines sous la peau, pilosités, souci du détail vestimentaire révèlent la maîtrise technique de Duane Hanson pour réaliser ces moulages à partir de modèles vivants.

Une virtuosité qui sert l'intérêt du sculpteur pour les plus modestes de ses contemporains - femme de ménage, étudiant, sportifs, ouvriers ou petits retraités... - dont il souhaitait rendre perceptible la morosité de la vie quotidienne.

Investi contre la politique de Ronald Reagan, la guerre du Vietnam, les agressions racistes et urbaines, Duane Hanson considéra aussi la société de consommation américaine comme une violence sociale: créant des attentes inassouvies chez les plus humbles, le «rêve américain» ne généra, pour la plupart, que déception.

Ainsi, ces héros du quotidien, ces «stars de quartier» figés dans leurs pensées, le regard absent, paraissent-ils résignés dans le vide de leur existence et leur solitude.

Avec «Duane Hanson, Le Rêve américain...» la Villette souhaite rendre hommage à un artiste qui, témoin sans concession de son monde, nous donne à penser les vulnérabilités du nôtre.


Duane Hanson, Man with Walkman, 1989 - Collection Hanson, Davie, Floride - photo : Alan Ginsburg © ADAGP, Paris 2010 - Courtesy of the Institut für Kulturaustausch, Tübingen

Exposition "William Kentridge, cinq thèmes"
Location:
Jeu de Paume - Site Concorde
Musée de la Galerie Nationale du Jeu de Paume
1, Place de la Concorde
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 47 03 12 50
Fax : +33 (0)1 47 03 12 51
Mail : accueil@jeudepaume.org
Internet Site : www.jeudepaume.org
Description:
du 29 juin au 5 septembre
vernissage le lundi 28 juin à partir de 18h sur invitation

Le Jeu de Paume présente, pour la première fois en France, une rétrospective de l'artiste sud africain William Kentridge, organisée par le San Francisco Museum of Modern Art et le Norton Museum of Art.

Né à Johannesburgh en 1955, William Kentridge a d'abord suivi des études de sciences politiques avant de se tourner vers l'art.

Connu essentiellement pour ses films d'animation composés de dessins au fusain, cet artiste travaille aussi la gravure, le collage, la sculpture, la performance et l'opéra. Associant le politique et le poétique, William Kentridge entreprend dans son œuvre graphique, comme dans ses installations et ses films, de dénoncer l'apartheid et le colonialisme : "Je pratique un art politique, c'est-à-dire ambigu, contradictoire, inachevé, orienté vers des fins précises : un art d'un optimisme mesuré, qui refuse le nihilisme."

"William Kentridge, cinq thèmes" s'articule autour des grands thèmes qui ont mobilisé Kentridge depuis les trente dernières années, au travers d'une importante sélection de ses œuvres de la fin des années 1980 jusqu'à nos jours. Mettant l'accent sur ses productions les plus récentes comme Learning from the Absurd : The Nose (2008), l'exposition révèle, pour la première fois en France, le très large éventail de son œuvre.

Cette exposition, organisée par le San Francisco Museum of Modern Art et le Norton Museum of Art, a bénéficié du soutien de la Koret Foundation et du National Endowment for the Arts.

Commissaire : Mark Rosenthal,
conservateur adjoint au Norton Museum of Art.

"William Kentridge, cinq thèmes" est présentée au Jeu de Paume, du 29 juin au 05 septembre.

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Location:
L'Adresse
Musée de la Poste
34, boulevard de Vaugirard
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Pasteur
France
Phone : +33 (0)1 42 79 24 24
Fax : +33 (0)1 42 79 24 00
Mail : reservation.dnmp@laposte.fr
Internet Site : www.ladressemuseedelaposte.fr
Description:
Galerie du Messager

Durée et Horaires
du 14 avril au 19 septembre 2010
Du lundi au samedi de 10h à 18h. Fermé le dimanche et les jours fériés.

Tarifs
Plein tarif : 6,50 € (donne accès aux collections permanentes)
Tarif réduit : 5 €
Gratuité pour les moins de 13 ans et pour les postiers

L'Adresse Musée de La Poste crée l'événement à Paris avec l'exposition « Aragon et l'art moderne » du 14 avril au 19 septembre 2010.

Le dialogue fécond entre une grande figure du surréalisme et les artistes du XXe siècle

L'exposition présente les peintures, dessins, collages et sculptures de plus de quarante artistes sur lesquels Aragon a expressément écrit : de Paul Signac à Pirosmani, de Henri Matisse à Pablo Picasso, en passant par Albert Marquet, Marc Chagall, Paul Klee et de plus jeunes artistes tels Titus-Carmel, Le Yaouanc, et Moninot, encouragés par Aragon dès leur première exposition. Les œuvres sont illustrées par les réflexions les plus percutantes de l'écrivain, et accompagnées de livres et de documents de l'époque. Après Philippe Soupault consacré en 1989 par la ville de Montreuil, André Breton en 1991 par le Centre Georges Pompidou, c'est aujourd'hui l'heure du troisième mousquetaire du surréalisme, Louis Aragon.

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Marcel Duchamp, L.H.O.O.Q. (La Joconde à moustache), Ready-made rectifié.
Crayon graphite sur héliogravure - 61,5 x 49,5 cm.
Coll. Parti communiste français en dépôt au Centre Pompidou, Paris, Musée national d'art moderne/ Centre de création industrielle
© Adagp, Paris 2010
© Photo RMN-Philippe Migeat

Une fusion art-littérature

Louis Aragon (1897-1982), fondateur du mouvement surréaliste avec André Breton et Philippe Soupault, est un des esprits les plus brillants et les plus complexes du XXe siècle. Les trois hommes ont très tôt entamé un dialogue avec la peinture. A tel point que leurs écrits sur l'art forment un véritable corpus dans leur oeuvre. La littérature et l'art sont, pour Aragon, imbriqués et portent en eux la même interrogation : la mise en question de l'homme et du monde et, par là même, des langages verbal et pictural. Pour Aragon, les objets sont des mots et les mots des matériaux de construction. La rencontre de l'auteur avec des peintres majeurs a été fondamentale. « Elle a toujours marqué une étape importante de ma propre vue des choses », écrira-t-il.

La révolution du collage

Ces peintres, dont il fait la connaissance grâce à Guillaume Apollinaire et à Pierre Reverdy, vont, pour certains, l'accompagner toute sa carrière. Aragon, en intimité avec ceux qu'il appelle « les aventuriers de la pierre et de la toile », sera mêlé de près aux événements capitaux de l'histoire de l'art du XXe siècle. Il publie dès 1923 un texte sur Max Ernst, puis en 1930, en guise de préface à une exposition, La Peinture au défi, qui se veut une réflexion sur les collages, suscitée par La Femme 100 tête de l'artiste et par ceux de bon nombre d'artistes dadaïstes et surréalistes auxquels il est encore lié : Marcel Duchamp, Francis Picabia, Jean Arp, Man Ray, Joan Miró, Yves Tanguy... Dans ce texte essentiel, qui préfigure ce que deviendra la création contemporaine, Aragon fait l'historique de cet art nouveau, tente d'expliquer « le défi que le collage lance à la peinture traditionnelle » et pose la question du réalisme, voire du réalisme socialiste.

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Jules Lefranc, Le Pont Marie, 1940-1945, huile sur toile,55 x 33 cm
Collection particulière - © Photographie Michel Fischer

Du réalisme socialiste à Matisse

Il approfondira ces concepts en 1935 dans son ouvrage Pour un réalisme socialiste. Dès lors, il se fait le défenseur d'artistes comme Taslitzky, Fougeron (quand il ne lui reproche pas de faire fausse route), et d'artistes soviétiques. Ce qui ne l'empêche pas simultanément d'écrire des articles sur Pirosmani, Paul Signac, Henri Matisse, Pablo Picasso, Fernand Léger, Marc Chagall, Joan Miró, Max Ernst, André Masson, Georges Malkine, Hoffmeister, Alberto Giacometti, Grüber, Bernard Buffet, Jiří Kolář, Alekos Fassianos... pour des catalogues ou des journaux, principalement Les Lettres françaises, hebdomadaire littéraire dont il assure la direction de 1953 à 1972, épaulé par Pierre Daix, rédacteur en chef, et qui seront repris dans Aragon, Ecrits sur l'art moderne (1981). Enfin, en 1970, il consacre un essai remarqué à son ami Henri Matisse, rencontré trente ans plus tôt. A côté de ses écrits, Aragon se montre aussi un fin collectionneur : il possède des Georges Braque, André Masson, Jean Arp, Hoffmeister, jusqu'à la célèbre Joconde à moustache (L.H.O.O.Q.) de Marcel Duchamp, dont il fera don au PCF en 1979. Seront présentés les peintures, dessins, collages et sculptures de plus de 40 artistes sur lesquels Aragon a expressément écrit : Paul Signac, Pirosmani, Henri Matisse, Albert Marquet, Pablo Picasso, Georges Braque, Fernand Léger, Gris, Marcel Duchamp, Marc Chagall, Paul Klee, Jean Arp, Man Ray, De Chirico, Max Ernst, André Masson, Georges Malkine... et de plus jeunes artistes tels Titus-Carmel, Le Yaouanc, et Moninot encouragés par Aragon dès leur première exposition. Les oeuvres sont illustrées par les réflexions les plus percutantes de l'écrivain, et accompagnées de livres et de documents de l'époque. Après Philippe Soupault consacré en 1989 par la ville de Montreuil, André Breton en 1991 par le Centre Georges Pompidou, le troisième mousquetaire du surréalisme, Louis Aragon, l'est aujourd'hui par L'Adresse Musée de La Poste avec une exposition qui rend compte de ce dialogue entre l'écrivain et les artistes du XXe siècle.

Exposition "Edvard Munch ou l'anti-Cri"
Location:
Pinacothèque de Paris
28, place de la Madeleine
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 42 68 02 01
Internet Site : www.pinacotheque.com
Description:
19 février au 18 juillet 2010, prolongée jusqu'au 8 août 2010
Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h. Fermeture de la billetterie à 17h15. Le samedi 1er mai et le mercredi 14 juillet 2010, ouverture de 14h à 18h.
Nocturne tous les mercredis jusqu'à 21h (fermeture de la billetterie à 20h15)

Tarif : réduit : 8€ pour les 12-25 ans, étudiants, chômeurs. Groupes pour les - de 12 ans. normal : 10€

L'exposition propose une lecture nouvelle de l'œuvre du peintre norvégien Edvard Munch, pas exposé en France et à Paris depuis vingt ans. En une une centaine d'œuvres (environ soixante toiles et quarante oeuvres graphiques) issues principalement de collections privées, elle montre le travail de Munch d'après le début du XXe siècle, lorsqu'il a développé un style expressif et s'est mis à intégrer des photos et des films muets dans son œuvre.

20ème édition du Cinéma en plein air de La Villette 2010
Location:
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
Parc de la Villette
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Internet Site : www.villette.com
Description:
Pour sa 20e édition le festival du Cinéma en plein air de La Villette propose une programmation sur le thème « Avoir 20 ans ». Classiques, incontournables, les films sélectionnés racontent la jeunesse et ses espoirs, et ses désillusions aussi. Profitez du 7e art sous les étoiles, du 17 juillet au 22 août.

Sandrine Bonnaire, actrice principale du film d'Agnès Varda, pour lequel elle a reçu le César de la Meilleure actrice, Sans toit ni loi, projeté le dimanche 18 juillet, est la marraine de cette édition 2010.

A voir pendant le festival, une sélection de films qui ont marqué le cinéma et le public :
Palme d'or au Festival de Cannes en 2007, 4 mois, trois semaines, deux jours du réalisateur roumain Cristian Mungiu, réservé à un public averti, est projeté dans la soirée du 21 juillet.
Le 25 juillet, projection du film de Mike Nichols, Oscar du Meilleur réalisateur en 1968 pour Le Lauréat.

En août, entre autres, projection le 3 de La Cité de Dieu de Fernando Meirelles et Katia Lund, film choc sur la jeunesse des favelas de Rio de Janeiro. Projections de Juno de Jason Reitman le 5, de Virgin Suicides de Sofia Coppola le 6 et de Persépolis de Marjane Satrapi le 7.

Côté « musicals », à ne pas manquer, les projections de Cry Baby, à l'humour décalé du réalisateur John Waters le 29 juillet, et de Grease de Randal Kleiser le 21 août projeté en clôture du festival et précédé de l'installation de Schoko, « Plicnic Entre chien et loup ».

Toutes les projections sont en accès libre, location de transat à 7€.

Programme complet et informations sur villette.com

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-19:00] Instants sirop à Paris Plages
Location:
Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris
Place de l'Hôtel de Ville
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Description:
Le Syndicat des Sirops et Eau de Paris s'associent dans le cadre d'une communication collective autour de la boisson « eau + sirop ».

Ce partenariat se concrétisera par des actions communes et notamment une vaste opération de dégustation pendant Paris Plages, avec animations de Bar à Eau, du 20 juillet au 20 août. Par ailleurs, les Sirops seront présents tout au long de l'année lors d'événements et expositions organisés au Pavillon de l'eau.

En plus des huit fontaines installées sur les deux sites, Eau de Paris propose un bar à eau sur le parvis de l'Hôtel-de-Ville avec dégustation de sirops tous les après-midi (15h à 19h). Un modèle de carafe, spécial Paris Plages, et une gourde créée par Philippe Starck sont vendus sur place (10 et 3 euros).


[16:00-19:00] Vernissage de Françoise Garret "Florilège estival 2010"
Location:
Galerie Artitude
4, avenue Paul Dérouléde
Village Suisse
75015 Paris
M° La Motte-Piquet - Grenelle
France
Phone : +33 (0)1 45 66 66 33
Fax : +33 (0)1 45 66 66 33
Mail : lorriaux@artitudeparis.com
Internet Site : www.artitudeparis.com
Description:
Une vision contemporaine inédite : Le nouveau Portrait et le Paysage

19 juillet - 2 août
Vernissage samedi 24 juillet de 16 heures à 19 heures



[17:00] Festival Fnac Indétendances 2010
Location:
Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris
Place de l'Hôtel de Ville
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Description:
Fnac Indétendances 2010 : 30 concerts gratuits sur le parvis de l'Hôtel de Ville, du 23 juillet au 14 août

Pour la 7ème année, le festival Fnac Indétendances accueillera plus de 30 concerts gratuits en marge de Paris Plages ! Rendez-vous sur le parvis de l'Hôtel de Ville, du 23 juillet au 14 août, pour applaudir le meilleur de la musique «indé» : Arno, Tricky, Nada Surf, Beat Assailant, les Plastiscines, Gush...

Cette année encore, la Fnac profite de Paris Plages pour présenter la scène indépendante française et internationale à un large public, à travers huit soirées et plus de 30 concerts gratuits sur le parvis de l'Hôtel de Ville. Indétendances met à l'honneur la diversité musicale (pop, rock, rap, électro…) et fédère des artistes signés par des labels indépendants. Rendez-vous donc du 23 juillet au 14 août, chaque vendredi et samedi à partir de 17h, pour découvrir une programmation éclectique assez pointue, faite de découvertes et d'artistes au talent reconnu !

Le coup d'envoi sera donné vendredi 23 juillet avec quatre groupes qui mettront la chanson et le rock français à l'honneur: la Maison Tellier, Féloche, Bazbaz et Arno.

Le lendemain, deux heures de carte blanche à JP Nataf, qui invitera sur scène les artistes de son choix pour des duos inédits.

Les fans de hip-hop attendront avec impatience la soirée du 30 juillet pour Casey, Beat Assailant, Rocé et Nouvel R ; tandis que les rockeurs se tiendront prêts pour le 6 août, avec Gush, les Plastiscines, Coming Soon et Eiffel.

Autre temps fort du Festival : la soirée «Breizh Touch» le 7 août, organisée en partenariat avec le Conseil Régional de Bretagne. Cornemuses, harpes et musiques électroniques vibreront ensemble pour célébrer la culture bretonne, entre tradition et musiques actuelles.

Indétendances clôturera les festivités le 14 août avec une soirée électro, animée par Mr Nô, Pulpalicious, Acid Washed, Danton Eeprom, et DJ Chloé (live) vs. Transforma.

Le programme

Vendredi 23 juillet : La Maison Tellier, Féloche, Bazbaz, Arno.

Samedi 24 juillet : Arpad Flynn, Pamela Hute, Vismets, carte blanche à JP Nataf.

Vendredi 30 juillet : Nouvel R, Rocé, Casey, Beat Assailant.

Samedi 31 juillet : Lafayette, Lilly Wood And The Prick, Lonely Drifter Karen, Nada Surf.

Vendredi 6 août : Coming Soon, Gush, Plastiscines, Eiffel.

Samedi 7 août : soirée «Breizh Touch» avec Bagou Vraz, Plantec, Merzhin, Alan Stivell, DJ Zebra & le Bagad de Carhaix.

Vendredi 13 août : 0800, Boogers, Uffie, Tricky.

Samedi 14 août : Mr Nô, Pulpalicious, Acid Washed, Danton Eeprom, Chloé (live).




[18:00-21:00] Exposition de peintures sur soie du Vietnam
Location:
Centre culturel du Vietnam en France
CCV
19, rue Albert
75013 Paris
M° Porte d'Ivry, Olympiades
France
Phone : +33 (0)1 53 82 48 42
Mobile : +33 (0)9 63 65 31 55
Fax : +33 (0)1 45 84 53 22
Mail : contact@ccv-france.org
Internet Site : www.ccv-france.org
Description:
du 24 juillet au 30 août 2010
du mardi au samedi : 10h - 13h / 14h-18h
vernissage le 24 juillet à partir de 18h

Trente-huit peintures sur soie vietnamiennes sont présentées à l'exposition consacrée à la peinture sur soie vietnamienne, qui a ouvert le 24 juillet ses portes à Paris (France). Il s'agit de la première exposition de ce genre organisée dans ce pays.

Ces tableaux traitant notamment de scènes de vie quotidienne des ethnies vietnamiennes, comme Marché montagnard de l'artiste Hoàng Minh Duc, Instant de relaxation de Nguyên Thi Mang, ou Fête de Giong de Nguyên Nghia Duyên, présentent la beauté et l'originalité de cet art traditionnel vietnamien aux spectateurs français et étrangers. C'est "magnifique et extraordinaire qu'une telle manifestation culturelle soit organisée à Paris", a estimé Mme Cécile Minh, présidente de l'Association d'amitié et de solidarité France-Vietnam. Les professionnels et habitués de la peinture ont ajouté que ce genre d'expression artistique ne ressemblait ni à son équivalent japonais, ni à celui chinois, notamment au regard des styles et des couleurs.

Avec le développement des beaux-arts contemporains au Vietnam, la peinture sur soie a traversé différentes étapes engendrant de nombreuses mutations en termes de contenu et de technique d'expression. Les artistes du genre ont réussi à exprimer des contrastes de lumière et à assortir différentes couleurs. Souhaitant mieux faire découvrir ce type pictural sur soie, les peintres vietnamiens cherchent à appliquer également des gammes de couleurs vives ou contrastées, des linéaments plus adaptés.

Ouverte jusqu'au 30 août, cette exposition est placée sous l'égide du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, du Département des beaux-arts, de la photographie et des expositions du Vietnam, de l'ambassade du Vietnam ainsi que du Centre culturel du Vietnam en France.

Figuraient entre autres, à la cérémonie de vernissage, Cao Chinh Thien de l'ambassade du Vietnam en France ; Mme Thérèse Ky, présidente de l'Association des Vietnamiens en France, et Lê Hông Chuong, directeur dudit Centre culturel à Paris, sans oublier bon nombre de visiteurs vietnamiens et étrangers.

[18:00-21:30] Vernissage de Colette Hegoburu "élucubrations"
Location:
Galerie Médiart
L'Art du Vivant
109, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 78 44 93
Mobile : +33 (0)6 82 84 65 36
Fax : +33 (0)1 42 78 44 93
Mail : vanbay@free.fr
Internet Site : www.galerie-mediart.com
Description:
du 24 juillet au 1er août

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition "LUCIFER SAM - PUMP UP THE VOLUME"
Location:
Galerie Gratadou-Intuiti
Galerie Intuiti
16, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Mobile : +33 (0)6 82 83 26 29
Mail : cg@galerie-intuiti.com
Internet Site : www.galerie-intuiti.com
Description:
Galerie INTUITI présente TRISTAM / Vernissage LUCIFER SAM - PUMP UP THE VOLUME

Vernissage : samedi 24 juillet 2010 de 18h à 22h
Exposition : du 24 juillet au 32 août 2010 (à la demande de l'artiste !)

ADAKOR…

A l'origine c'est un tableau pop, un hit, un succès, un tube que Tristam décline à l'envi jusque sur des posters, des t-shirts…Ensuite c'est une envie : celle de voir évoluer son sujet du plat de la toile vers le volume de la sculpture. Voici donc cette femme asiatique, esthétique, brillante et polie, lisse, sortie de l'image pour changer de dimension, conservant dans l'action, identiques, à la fois posture et prospective. Héroïne soumise au grand conquérant, au guerrier du Pacifique, qui, en file ordonnée, escalade, déterminé, la jambe, la cuisse, l'intime, pour y aller planter le symbole de sa mainmise sur la planète. C'est un épisode de la grande histoire, une photographie ancienne et un peu floue, une reproduction anecdotique, un fake, un montage. Et ces minuscules soldats parvenant à avoir une emprise sur la masse sont à rapprocher de ces petits replis communautaristes de l'Amérique d'aujourd'hui, qui bien que minoritaires, circonviennent la majorité et représentent un véritable danger pour la démocratie. Artificiel et impressionnant. A rapprocher aussi de ce mouvement rotatif, perpétuel, que sont les métissages et les évangélismes culturels, leurs corollaires. Tristam est adepte du métissage qui mélange, pas de celui qui recouvre. Il faut savoir conserver les belles choses. La culture japonaise dès lors, fut très influencée par la vision occidentale. Elle sut intégrer, mâcher, puis régurgiter, façonner selon ses goûts. Aujourd'hui c'est l'inverse qui se produit. L'occident s'empare du kawai touch. C'est pourtant derrière l'écran, qu'il faut aller plonger, là où se découvre l'authentique culture japonaise. Celle qui va loin, qui explore jusqu'aux plus ultimes fantasmes au sein du cercle privé, à mille lieues des puritanismes de l'occident, coincé entre ses extrêmes, ses belts et ses Texans.

Couleurs superstars, flashs débridés, pointes de cynisme teintées d'humour façon comic strip, un brin d'obsessions compulsives, un intérêt assumé pour le non conformisme, pour les libertés, pour les grandes idées, les utopies des années 60… qui le font aujourd'hui sourire mais n'en demeurent pas moins les bases polymorphes des influences proto-punk et surréalistes de l'artiste au même titre que les figurines manga, les BD qu'il sur-collectionne, l'anticipation, la littérature russe, Huysmans, Himes ou Conan Doyle, K.Dick aussi. Et un leitmotiv : la curiosité ! Si une chose peut sauver le monde dit Tristam, c'est la curiosité. C'est par elle que l'on accède à la connaissance, donc à la compréhension et à la tolérance. C'est ainsi que l'on peut éviter les conflits. Impossible pourtant, à l'évidence, ajoute-t-il, de vivre dans un monde égalitaire, du fait de la nature profonde de l'être humain. Il y a aura toujours des faibles, il y aura toujours des forts. C'est immuable. Se questionner. Lire. Un livre par jour. N'être pas fataliste. Ne pas tendre non plus, vers un idéal, car l'intérêt des hommes ce sont leurs défauts. C'est pour leurs défauts ou malgré eux, que l'on aime nos amis. Ce qui est important c'est de faire ses choix sans exploiter quiconque, en jouant le jeu du partage, de l'empathie. Se mettre à la portée de l'autre, trouver des terrains d'entente. Echanger. Apporter quelque chose dans l'échange et repartir avec autre chose . Un peu d'aura, d'ego, de talent… Surtout, rester fasciné par les gens. Par leur regard. Leurs réactions. Par leurs interprétations de l'œuvre. Les explications qu'ils donnent auxquelles il n'aurait jamais pensé. Et ce principe est réversible. De ces observations, de sa réflexion sur la perception, est né le syndrome du ADAKOR… Une sorte d'ingrédient supplémentaire, de deuxième vision, qui fait, du coup, que l'objet dépasse sa fonction pour devenir aussi témoignage, histoire, désir, évidence. Et Tristam de citer Duchamp, qui disait que l'artiste est celui qui regarde.

Aaaah, d'accord !

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Invent(aire) 5"
Location:
Galerie l'Art de Rien
48, rue d'Orsel
75018 Paris
M° Abbesses, Anvers
France
Phone : +33 (0)1 42 52 75 84
Mail : info@art-de-rien.com
Internet Site : www.art-de-rien.com
Description:
du 7 juillet au 1er août 2010
puis du 17 août au 5 septembre 2010

une exposition des œuvres de :
Alyz Tale, Aurélie Crop, Barbara d'Antuono, Ciou, Clem, Comoseta, Dav Guedin, Erwan Tur, Fabesko, Fabrice Delaunay, Gaëlic, Gnot Guedin, Gonzague Octaville, Hélène Pé, Isabelle Lameloise, Juan, Julien Lesur, Kanibal, Karine Gervier, Laps, Lost Fish, Luc Poudrier, Luluberlu, Mac Fly, Maxence Gandolphe de Witte, Miette, Miss Plush plush, Mllz Fannib, Moon, Nadia Djabali, Nagua, Nikko, Orès, Peggy, RV Ringer, Skull, Sophie Thouvenin, Stoul, Victor Jaquier, Yagdom....

Et comme d'habitude, tout l'été nous vous offrons l'apéro le vendredi et le samedi à partir de 18h...

Vernissage de l'exposition collective "Invent(aire) 5"





[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "D'un regard à l'autre"
Location:
New heArt City Gallery
11, rue de Picardie
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Temple, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 43 55 03 95
Mail : newheartcity@gmail.com
Internet Site : newheartcitygallery.blogspot.com
Description:
Vernissage le 24 juillet à 19h

Du 24 juillet au 15 septembre 2010, La New heArt CitY Gallery a le grand plaisir d'accueillir Matyeux dans sa tête et Sébastien Combescot.

Les 2 artistes nous entraînent dans un univers graphique en trois dimensions, empreint d'une harmonie esthétique faite de représentation.

Matyeux Dans Sa Tête observe son quotidien et traduit avec amusement les sensations éprouvées au cœur d'atmosphères urbaines.


L'artiste est art triste, 21 x 29.7 cm, poska, feutre, crayon de couleur, papier. Non daté

Matyeux Dans Sa Tête conserve ses émotions et crée des liens entre des fichiers intimes qu'il exprime à la façon de supercheries graphiques.
Tels des cadavres exquis, le dessin, les collages et les mots s'imposent aux formats des supports de toutes qualités pour un graphisme forcément contrasté tant il dépend de la subjectivité de son auteur.

Il mêle et entremêle les lignes, entrecroise des regards et des personnages improbables pour en détourner le sens de la lecture et du regard.
Tels des tags résolument expressifs, son graphisme aux formes extravagantes et oniriques se compose par séries.


Mode d'emploi, 21 x 29.7 cm, poska, feutre, papier. Non daté

Matyeux Dans Sa Tête assume un romantisme «adulescent» teinté de légèreté, de pop musique, de «portraits-robots», d'art brut, de surréalisme et de souvenirs mémoriels.
Niant toute chronologie et contournant toute narration, il renouvelle sans cesse les dimensions iconographiques et symboliques de son travail. Abstraits ou figuratifs, ses dessins s'offrent à l'interprétation du visiteur sous l'œil complice de l'artiste.


Sébastien Combescot, sculpteur, travaille sur l'évolution de la représentation personnelle que se fait l'être humain des choses qui l'entourent. Un même objet peut se voir sous différents points de vue.


Sébastien Combescot - Transformation 3

Sébastien Combescot, sculpteur phare de la New heArt CitY Gallery, a proposé dans le passé des installations gigantesques éphémères pour célébrer les événements ponctuels de la galerie : "Central Park" pour la soirée d'inauguration sur le thème de NYC, ou "l'effondrement du mur de Berlin" et le chaos qui en résulte pour l'exposition "de Paris à Berlin".
Il travaille essentiellement le bois, et expose notamment ses installations monumentales dans des parcs et jardins.
Sa démarche interroge le rapport de l'homme et plus particulièrement du sculpteur avec la nature. Il confronte les éléments artificiels et naturels qui entrent en dialogue, les premiers prenant peu à peu le pas sur les seconds.


Sébastien Combescot - Enlacement

D'une part, il exprime la nécessité de l'homme d'avoir une emprise sur son environnement, laissant une trace, coûte que coûte, dans une nature qui lui échappe. Mais aujourd'hui, cette dynamique existentielle trouve ses limites dans les problèmes écologiques de notre planète.
D'autre part, il y a le regard porté sur l'objet, réel ou symbolique, au cours du temps. Courbes et intersections, matières lisses et rugueuses, les éléments s'opposent, brouillant les pistes du regard du passager.

Pour cette nouvelle exposition à la New heArt CitY Gallery il propose un travail sur la transformation: les objets aux multiples facettes en fonction du regard qu'on leur porte connaissent également une transformation radicale lorsque l'homme décide d'y laisser sa marque.

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés