Thursday, September 9, 2010
Public Access


Category:
Category: All

09
September 2010
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3
  Festival Classique au Vert
Location:
Parc Floral de Paris
esplanade du château de Vincennes
route de la Pyramide
Bois de Vincennes
75012 Paris
M° Château de Vincennes, RER A Vincennes
France
Phone : +33 (0)1 43 43 92 95
Mail : info@parcfloraldeparis.com
Internet Site : www.parcfloraldeparis.com
Description:
Dans la continuité du Paris Jazz Festival, le festival Classique au vert se tiendra au Parc Floral du 7 août au 26 septembre. Cette édition 2010 est consacrée à la génération de 1810, Chopin, Liszt, Brahms…

Année anniversaire de Chopin et de Schumann, 2010 célèbre également leurs contemporains, Liszt, Mendelssohn, Berlioz et Brahms. Interprètes mondialement reconnus et jeunes talents présenteront leurs œuvres dans des formations variées, sur le thème du romantisme.
Le dimanche 8 août, journée de la « Génération 1810 », le pianiste soliste Jean-Claude Pennetier interprétera notamment des lieder de Liszt et de Schumann, ainsi que des chants polonais et Trois Nocturnes de Chopin.
Les week-ends suivants, retrouvez notamment deux jeunes violonistes de la génération montante, Kazuki Yamada, Lauréat 2009 du Concours de Besançon et Nicolas Dautricourt pour un concerto romantique, invités par l'Orchestre de l'Opéra de Rouen, et assistez au Concerto en mi mineur de Chopin et la Rhénane de Schuman, par Giovanni Bellucci et l'Orchestre national d'Ile-de-France sous la direction de Kaspar Zendher.
Autour des concerts, une exposition au Pavillon 12 sur le thème de « L'inspiration de la Nature chez les musiciens romantiques », un jeu de piste à destination des familles pour découvrir le parc Floral, une randonnée découverte du bois de Vincennes, des aubades, des conférences par des musicologues et des artistes, et de nombreuses autres animations.

Tout le programme sur :
http://www.classiqueauvert.fr

Exposition "Aragon et l'art moderne"
Location:
L'Adresse
Musée de la Poste
34, boulevard de Vaugirard
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Pasteur
France
Phone : +33 (0)1 42 79 24 24
Fax : +33 (0)1 42 79 24 00
Mail : reservation.dnmp@laposte.fr
Internet Site : www.ladressemuseedelaposte.fr
Description:
Galerie du Messager

Durée et Horaires
du 14 avril au 19 septembre 2010
Du lundi au samedi de 10h à 18h. Fermé le dimanche et les jours fériés.

Tarifs
Plein tarif : 6,50 € (donne accès aux collections permanentes)
Tarif réduit : 5 €
Gratuité pour les moins de 13 ans et pour les postiers

L'Adresse Musée de La Poste crée l'événement à Paris avec l'exposition « Aragon et l'art moderne » du 14 avril au 19 septembre 2010.

Le dialogue fécond entre une grande figure du surréalisme et les artistes du XXe siècle

L'exposition présente les peintures, dessins, collages et sculptures de plus de quarante artistes sur lesquels Aragon a expressément écrit : de Signac à Pirosmani, de Matisse à Picasso, en passant par Marquet, Chagall, Klee et de plus jeunes artistes tels Titus-Carmel, Le Yaouanc, et Moninot, encouragés par Aragon dès leur première exposition. Les œuvres sont illustrées par les réflexions les plus percutantes de l'écrivain, et accompagnées de livres et de documents de l'époque. Après Philippe Soupault consacré en 1989 par la ville de Montreuil, André Breton en 1991 par le Centre Georges Pompidou, c'est aujourd'hui l'heure du troisième mousquetaire du surréalisme, Louis Aragon.


Marcel Duchamp, L.H.O.O.Q. (La Joconde à moustache), Ready-made rectifié.
Crayon graphite sur héliogravure - 61,5 x 49,5 cm.
Coll. Parti communiste français en dépôt au Centre Pompidou, Paris, Musée national d'art moderne/ Centre de création industrielle
© Adagp, Paris 2010
© Photo RMN-Philippe Migeat

Une fusion art-littérature

Louis Aragon (1897-1982), fondateur du mouvement surréaliste avec André Breton et Philippe Soupault, est un des esprits les plus brillants et les plus complexes du XXe siècle. Les trois hommes ont très tôt entamé un dialogue avec la peinture. A tel point que leurs écrits sur l'art forment un véritable corpus dans leur oeuvre. La littérature et l'art sont, pour Aragon, imbriqués et portent en eux la même interrogation : la mise en question de l'homme et du monde et, par là même, des langages verbal et pictural. Pour Aragon, les objets sont des mots et les mots des matériaux de construction. La rencontre de l'auteur avec des peintres majeurs a été fondamentale. « Elle a toujours marqué une étape importante de ma propre vue des choses », écrira-t-il.

La révolution du collage

Ces peintres, dont il fait la connaissance grâce à Guillaume Apollinaire et à Pierre Reverdy, vont, pour certains, l'accompagner toute sa carrière. Aragon, en intimité avec ceux qu'il appelle « les aventuriers de la pierre et de la toile », sera mêlé de près aux événements capitaux de l'histoire de l'art du XXe siècle. Il publie dès 1923 un texte sur Max Ernst, puis en 1930, en guise de préface à une exposition, La Peinture au défi, qui se veut une réflexion sur les collages, suscitée par La Femme 100 tête de l'artiste et par ceux de bon nombre d'artistes dadaïstes et surréalistes auxquels il est encore lié : Duchamp, Picabia, Arp, Man Ray, Miró, Tanguy… Dans ce texte essentiel, qui préfigure ce que deviendra la création contemporaine, Aragon fait l'historique de cet art nouveau, tente d'expliquer « le défi que le collage lance à la peinture traditionnelle » et pose la question du réalisme, voire du réalisme socialiste.


Jules Lefranc, Le Pont Marie, 1940-1945, huile sur toile,55 x 33 cm
Collection particulière - © Photographie Michel Fischer

Du réalisme socialiste à Matisse

Il approfondira ces concepts en 1935 dans son ouvrage Pour un réalisme socialiste. Dès lors, il se fait le défenseur d'artistes comme Taslitzky, Fougeron (quand il ne lui reproche pas de faire fausse route), et d'artistes soviétiques. Ce qui ne l'empêche pas simultanément d'écrire des articles sur Pirosmani, Signac, Matisse, Picasso, Léger, Chagall, Miró, Ernst, Masson, Malkine, Hoffmeister, Giacometti, Grüber, Buffet, Kolar, Fassianos… pour des catalogues ou des journaux, principalement Les Lettres françaises, hebdomadaire littéraire dont il assure la direction de 1953 à 1972, épaulé par Pierre Daix, rédacteur en chef, et qui seront repris dans Aragon, Ecrits sur l'art moderne (1981). Enfin, en 1970, il consacre un essai remarqué à son ami Matisse, rencontré trente ans plus tôt. A côté de ses écrits, Aragon se montre aussi un fin collectionneur : il possède des Braque, Masson, Arp, Hoffmeister, jusqu'à la célèbre Joconde à moustache (L.H.O.O.Q.) de Marcel Duchamp, dont il fera don au PCF en 1979.

36ème Festival du Cinéma Américain de Deauville
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, avenue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
du 3 au 12 septembre

www.festival-deauville.com



Les Jury Palmarès et Révélation Cartier de cette 36è édition sont désormais connus.
Pour le premier, la Présidente Emmanuelle Béart sera accompagnée par les réalisateurs et scénaristes Lucas Belvaux, Faouzi Bensaïdi, Fabrice Du Welz, Christine Citti, Tony Gatlif, Abderrahmane Sissako, et les comédiens Jeanne Balibar et Denis Lavant.
Le Jury Révélation Cartier sera, quant à lui, présidé par le réalisateur Manuel Pradal (« Un crime » avec Emmanuelle Béart…) avec, à ses côtés, la réalisatrice et scénariste Emma Luchini, et les comédiens Jonathan Lambert, Roxane Mesquida, et Sebastien Thiéry.

08:00  
09:00 [09:00-11:00] Petit-déjeuner de Presse de Lancement d'In&Fi Crédits Pro
Location:
Pavillon Gabriel - Potel et Chabot
5, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 42 68 18 18
Fax : +33 (0)1 42 68 04 96
Mail : gabriel@poteletchabot.fr
Internet Site : www.poteletchabot.com/lieux-reception/pavillon-gabriel.htm
Description:
En 2009, le volume des crédits accordés par les banques aux PME indépendantes et aux micro-entreprises représentait 204 milliards d'euros. Un montant estimé insuffisant. Les petites entreprises éprouvent, en effet, de plus en plus de difficultés à trouver des financements bancaires adaptés à leurs besoins (achat ou aménagement de locaux, crédits d'équipement, de trésorerie, affacturage…).

A l'occasion du lancement de ce premier réseau de courtiers en crédits pour les entreprises, Pascal Beuvelet (fondateur du groupe In&Fi), Patrice Matagne (Directeur d'In&Fi Crédits) et Eric Mathieu (Directeur d'In&Fi Crédits Pro) expliqueront
> comment le courtage en crédit va aider les petites et moyennes entreprises dans l'obtention de prêts
> quel sera son impact sur les pratiques des banques.

Jean-Marc Parrot (Responsable du Marché des Professionnels et Entrepreneurs) et Antoine Di Razza (Responsable Prescription/Partenariats) de BNP Paribas
> dresseront le bilan du marché du crédit aux petites entreprises
> exposeront les objectifs que se sont fixés les grandes banques françaises pour soutenir les PME.

PROGRAMME :
- 8h50 : Accueil des participants
- 9h00 : Présentation du groupe In&Fi par Pascal Beuvelet - pourquoi créer un réseau dédié aux financement des professionnels – Marché du courtage en crédits pour les professionnels
- 9h30 : Présentation d'In&Fi Crédits Pro par Eric Mathieu - domaines d'intervention – objectifs de développement - État du marché des financements aux professionnels
- 10h00 : Les synergies entre In&Fi Crédits et In&Fi Crédits Pro par Patrice Matagne
- 10h15 : Bilan du crédit aux entreprises par Jean-Marc Parrot - objectifs et contraintes des banques par rapport aux crédits aux entreprises
- 10h30 : Questions / réponses



> A propos d'In&Fi Crédits Pro :
Créée en 2009 par Pascal Beuvelet, et lancé en licence de marque en 2010, In&Fi Crédits Pro est une enseigne de courtage en crédit pour les entreprises. Elle bénéficie du savoir-faire d'In&Fi Crédits, première enseigne de courtage en crédit pour les particuliers développée en réseau et qui compte aujourd'hui plus d'une centaine d'agences en France et plus de 110 accords de partenariat avec les banques et sociétés de crédit. In&Fi Crédits Pro recherche auprès des différents organismes bancaires le meilleur financement possible à présenter à son client.

- Prestations : financement de la création et la reprise de fonds de commerce et de sociétés, d'agencements et travaux, de matériels et véhicules (Location avec Option d'Achat ou Location Longue Durée) d'achat de murs commerciaux et professionnels ainsi que des prêts de trésorerie sous forme d'affacturage.

Le site d'In&Fi Crédits Pro : www.inandficreditspro.com
L'actualité d'In&Fi Crédits Pro : www.infinites.fr

(salon Elysée)

10:00
11:00 [11:00-13:00] Conférence de presse de rentrée de Paris Première
Description:
Conférence de presse de rentrée de Paris Première

[11:30-13:00] Présentation du lauréat de la Médaille d'or 2010 du CNRS
Description:
3, rue Michel-Ange, Paris 16e


[12:00-12:10] [Deauville] Photo Call Valerie Plame
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, avenue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Pour Fair Game

[12:30-12:40] [Deauville] Photo Call pour THE IMPERIALISTS ARE STILL ALIVE!
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, avenue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Zeina Durra, Elodie Bouchez, Marianna Kulukundis et Karim Saleh

12:00
13:00 [13:00-14:00] [Deauville] Photo Call et Conférence de presse Rodrigo Garcia et Annette Bening
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, avenue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Pour MOTHER & CHILD

14:00 [14:00-20:00] Exposition collective "RÉFÉRENDUM"
Location:
Galerie Patricia Dorfmann
61, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 55 41
Fax : +33 (0)1 42 77 72 74
Mail : galerie@patriciadorfmann.com
Internet Site : www.patriciadorfmann.com
Description:
09.09 - 25.09.2010
Vernissage jeudi 9 septembre de 14h à 20h

Stéphane Bérard
Raphaël Boccanfuso
Michel Journiac

La galerie inaugure sa rentrée par une exposition en référence à l'oeuvre historique de Michel Journiac intitulée "Totem du pouvoir" (1985).
Cette exposition au caractère pour le moins subversif présente une relecture des emblèmes nationaux, archétypes flirtant entre tabous et interdits.




[16:00-20:00] Exposition d'Isabelle Ferreira "Strates"
Location:
Galerie Schirman & De Beaucé
7 bis/9, rue du Perche
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Rambuteau, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 47 67 29
Mail : contact@schirman-debeauce.com
Internet Site : www.schirman-debeauce.com
Description:
10 septembre - 30 octobre 2010
Vernissage le Jeudi 09 de 16h à 20h en présence de l'artiste

Isabelle Ferreira a essentiellement une pratique sculpturale à la lisière de la peinture et de l'architecture.
Le développement de son travail actuel continu de proposer et d'associer les problématiques de ces différents champs en essayant de faire se prolonger leurs limites. En d'autres termes, de questionner : où commence et où finit une sculpture, une peinture, un dessin ou une architecture…?… Et à quel moment l'un commence à déborder sur le territoire de l'autre ?
Sa pratique tente de proposer une approche plastique qui déroule et permet la possibilité d'une rencontre au croisement de ces inter-disciplines.

Isabelle Ferreira, diplômée des Beaux-Arts de Paris en 2003, a fait l'objet de trois expositions personnelles en centres d'art et association (La Passerelle-Dijon, Kunstverein Tiergarten-Berlin, Interface-Dijon) en 2008 et 2009.
Depuis 2001, elle a participé à près d'une cinquantaine d'expositions collectives dont LMAK projects - New York (2007), Les Rencontres Internationales Paris-Berlin (2006-2007), Fresh! Musée de Macao (2005), Remix - Galerie Hengeross-Dürkop/Hambourg (2005) et Première Vue - Passage de Retz (2004).

Elle a effectué plusieurs résidences notamment à New York en 2005 (Location One, AFAA), au Musée d'art Américain de Giverny en 2006 (Terra Foundation Summer Program), à La Friche de la Belle de Mai à Marseille en 2008 et à Interface à Dijon en 2009.
En septembre 2010, elle participera à Art-o-rama dans le cadre de sa collaboration avec les éditions Astérides.

"Strates" est la première exposition personnelle d'Isabelle Ferreira en galerie.
Cette exposition réunira de grands dessins sur papier, une édition de dessins de petit format et une série de sculptures en bois et en briques (visuels ci-dessous).
Chaque oeuvre abordant à sa manière le thème de l'épuisement de la forme, de l'architecture esseulée jusqu'à l'isolement du matériau de base de construction, la brique.

Le titre de l'exposition "Strates" fait appel en premier lieu au processus presque archéologique utilisé par l'artiste sur ses grands dessins par lequel elle gratte et élimine au moyen d'un cutter les différentes couches du papier épais pour n'en faire subsister qu'une peau de papier et une figure retravaillée correspondant à la perception de l'artiste de certaines oeuvres célèbres de l'Histoire de l'art. Le titre fait également appel au décalage sociologique et spatio-temporel opéré par cette fouille plaçant ainsi Le Promeneur au-dessus des brumes de Friedrich, Les Raboteurs de Caillebote et Le Tub de Degas hors de leur contexte d'origine dans une situation sociale inédite.
Ces couches ou strates sont également traitées par les sculptures en bois et en briques par un principe quasi inverse où l'artiste procède à un empilement des matériaux fondateurs visant à une édification simplifiée, voire systématisée, des formes quelles soient relevées ou au sol.


[16:00-20:30] Inauguration de l'exposition « Archéologues à Angkor »
Location:
Musée Cernuschi
Musée des Arts de l'Asie de la Ville de Paris
7, avenue Vélasquez
75008 Paris
M° Villiers, Monceau
France
Phone : +33 (0)1 53 96 21 50
Fax : +33 (0)1 53 96 21 96
Internet Site : www.cernuschi.paris.fr
Description:
inauguration de l'exposition « Archéologues à Angkor, archives photographiques de l'École Française d'Extrême-Orient » en présence de Christophe Girard, adjoint chargé de la culture et Danièle Pourtaud, adjointe chargée du patrimoine

du 10 septembre 2010 au 2 janvier 2011

C'est une exposition consacrée à l'action centenaire de l'Ecole Française d'Extrême-Orient. Vous découvrirez les différentes périodes qui ont marqué le site d'Angkor au travers de 108 photographies (1860-1960) des temples avant leur dégagement alors que des arbres immenses enserrent sanctuaires et reliefs, puis durant leur restauration....

[16:10-16:20] [Deauville] Photo Call Joyce Carol Oates
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, avenue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Lauréate du Prix Littéraire 2010

[16:40-17:40] [Deauville] Photo Call et Conférence de presse David Robert Mitchell
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, avenue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Pour THE MYTH OF THE AMERICAN SLEEPOVER




[17:00] Colloque Industrie de la Santé
Location:
Maison des Arts et Métiers
Société des Ingénieurs Arts et Métiers
9 bis, avenue d'Iéna
Hôtel d'Iéna
75783 Paris Cedex 16
M° Iéna
France
Phone : +33 (0)1 40 69 27 41
Fax : +33 (0)1 47 20 58 48
Mail : mondam@arts-et-metiers.asso.fr
Internet Site : www.arts-et-metiers.asso.fr
Description:
Colloque Industrie de la Santé





[18:00-21:00] Expo collective "BIG BROTHER IS WATCHING YOU"
Location:
Galerie l'Art de Rien
48, rue d'Orsel
75018 Paris
M° Abbesses, Anvers
France
Phone : +33 (0)1 42 52 75 84
Mail : info@art-de-rien.com
Internet Site : www.art-de-rien.com
Description:
du 8 septembre au 10 octobre 2010
Vernissage le 9 septembre à partir de 18h

Une exposition des oeuvres de :
Alyz Tale, Axël Kriloff, Barbara d'Antuono, Bleuz, Blo, Blueface, Captain Cavern, Clem, Düne, Dav Guedin, Deborah Stratman, Eléonor Zuber, Erwan Tur, Fabesko, Fabrice Delaunay, FKDL, Flore Voisin, Isabelle Lameloise, Jerôme Btesh, Jesse, Jhano, Juan, Julien Lesur, Kan, Loeilpartoo, Manu Luksch, Mac Fly, Maxence Gandolphe de Witte, Nadia Djabali, Natio, Nikko, Novis, Paul Toupet, Plonk et Replonk, Saten, Sirius, Sosoa, Stéphane Jaspert, Thierry Guitard, Valentin Bechade, Wilson Cy et bien sûr le collectif 1984

Guest : Les « Big Brother Awards »



1984 de George Orwell, publié en 1949, est probablement l'un des romans d'anticipation les plus connus du XXème siècle. S'inspirant à la fois du nazisme et du stalinisme, avec son chef suprême le fameux Big Brother, objet d'un culte de la personnalité constant, le livre d'Orwell est devenu au fil des années le symbole du totalitarisme sous toutes ses formes.

Plus de cinquante ans se sont écoulés depuis la sortie de ce livre. La date butoire de 1984 est depuis longtemps passée. Pourtant, si l'on sort 1984 de son contexte politico-historique, bien des problématiques posées par Orwell restent d'actualité et parfois même sont aujourd'hui encore plus. La vidéosurveillance se généralise dans nos sociétés occidentales. Après Londres c'est Paris qui va se couvrir de caméras. Ainsi, sur le seul XVIIIe arrondissement, quartier de la galerie L'Art de Rien, plus d'une centaine de caméras sont prévues.

Pour pouvoir aborder les différents angles et questionnements posés par Georges Orwell, l'exposition Big Brother is watching you se décline sous différentes formes :

Une première partie, interventionniste, se déroulera hors les murs de la galerie. De manière ludique, mais aussi pour démontrer l'absurdité de la vidéosurveillance, une dizaine d'artistes ont organisé un parcours artistique, une sorte de jeu de piste dans tout le XVIIIe arrondissement, qu'ils vous invitent à suivre, pour signaler l'emplacement « stratégique » des futures caméras.



Dans la galerie proprement dite, l'exposition présentera un ensemble d'affiches réalisées par une trentaine d'artistes ayant toutes comme slogan la fameuse phrase : « Big Brother is watching you ». Chaque affiche est une réaction, une dénonciation ou simplement une représentation du concept de la vidéosurveillance, mais chacune de par son sujet, son style ou sa technique à une connotation différente : politique, ironique, effrayante ou simplement absurde.

L'Art de Rien s'est associée à Laurent Bardèche (Annexia / Lieu-Commun) pour vous présenter l'ouvre de deux vidéastes, l'une autrichienne Manu Lukscch (http://www.ambienttv.net/), l'autre américaine : Deborah Stratman (http://www.pythagorasfilm.com/). Deux artistes travaillant sur le thème de la vidéosurveillance, dans deux univers radicalement opposés : la mégalopole londonienne d'un côté, la banlieue américaine aseptisée de l'autre. A ces deux installations vidéo s'ajoutent une installation sculpturale et vidéo réalisée par Paul Toupet et Vincent Galiano et l'installation d'un écran sculpté de Valentin Bechade.

Des oeuvres sur le thème de 1984 de George Orwell ponctueront l'exposition : Sculptures d'Isabelle Lameloise, Fabrice Delaunay et Stéphane Jaspert, tableaux de Fabesko, installation de Jerome Btesh.

Enfin le collectif 1984, un groupe d'artistes qui sous l'oil de Big Brother préfère rester anonyme, présentera un ensemble de dessins, gravures, sérigraphies et autres installations toutes sur le thème de l'univers d'Orwell et le collectif des Big Brother Awards présentera quelques unes de leurs des sculptures / Trophées réalisés par Pascal Schmitt et que bizarrement les lauréats ne sont jamais venus récupérer.

EVENEMENTS ASSOCIES :
Cycle « les concerts vidéofilmés »
(co-organisateur Régis. C)
Parce que bien que le sujet de cette exposition soit profondément grave de par les questionnements philosophiques et sociologiques qu'elle amène, nous avons choisi aussi de démontrer de manière ludique et festive l'absurdité de la vidéosurveillance, par une série de concerts vidéofilmés. Le concept est simple: les musiciens, enfermés dans le sous-sol de la galerie, joueront pour un public situé dans la galerie elle-même qui pourra voir le concert par un système de retransmission vidéo. Absurdité de voir sur un écran ce qui se passe dans la pièce d'à côté.

Le 16 septembre à partir de 20h : Bo
Le 23 septembre à partir de 20h : Mathias Malzieu (Dionysos)
Le 30 septembre à partir de 20h : Radek Azul Band
Le 7 octobre à partir de 20h : Bo and Nitzsche Cave

Parallèlement à l'exposition Big Brother is watching you, nous vous invitons aussi à participer au jeu de piste et au bal masqué : En piste contre la videosurveillance ! organisés par le collectif Souriez vous êtes filmés et le Moulin à Café le samedi 11 septembre à partir de 14h dans le 14ème arrondissement, plus d'infos sur http://souriez.info

Partenaires :
Annexia : http://www.annexia-net.com
Espace d'Art Contemporain Lieu-Commun : http://www.lieu-commun.fr

Projets vidéos présentés par Laurent Bardèche

[18:00-21:00] Expo de Louise Hervé & Chloé Maillet "La caverne du dragon ou l'enfouissement"
Location:
Galerie Marcelle Alix
4, rue Jouye-Rouve
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)9 50 04 16 80
Mail : demain@marcellealix.com
Internet Site : www.marcellealix.com
Description:
du 9 septembre au 31 octobre
vernissage jeudi 9 septembre 2010, 18h-21h

Le duo formé par Louise Hervé et Chloé Maillet nous conduit régulièrement à parcourir différents espaces chargés d'histoires (la double architecture néo-classique du Palais de Tokyo et du Musée d'Art Moderne et son rapport au péplum, Belleville et la vie des Saints-Simoniens, Marne-la-Vallée et les films d'Eric Rohmer). Dans le prolongement des recherches menées par les artistes sur les souterrains et les romans gothiques, les différents éléments de l'exposition de la galerie (une vitrine archéologique, des extraits de films, une nouvelle méthode d'inventaire balisant les sous-sols, un livre à exemplaire unique), invitent à s'intéresser à une pratique de la collection que les artistes affectionnent et à une certaine archéologie du savoir. Identifiés, décrits, classifiés, représentés dans un fichier... les objets fragmentaires ou manquants, nous livrent les clefs d'un trésor enfoui, dont la Caverne du dragon, site archéologique situé en Autriche et très ancienne légende styrienne, n'est que la formalisation romanesque.

Qui étaient les anciens habitants des grottes styriennes ? Telle était la question qui me hantait, enfant, tandis que je parcourais les collines escarpées de la vallée de la Mur.

Devenu adolescent, je ne cessais de m'interroger. Au lycée de Pernegg-an-der-Mur, je me sentis irrésistiblement attiré par la géologie et par l'histoire. Un vieux professeur que j'admirais beaucoup, Monsieur F. T. N., nous fit un jour un cours sur la préhistoire, et il prononça une phrase que je n'ai jamais oubliée : « On trouve les objets en bronze sous la terre ».

Des années plus tard, mon métier d'archéologue me ramena sur les lieux mêmes de mon enfance, et c'est là, sur les hauteurs qui dominent la Mur, que je fis cette première découverte, si importante pour l'archéologie styrienne, celle des bronzes du trésor de Mixnitz, qui avaient traversé les siècles, enfouis sous le sol de la Caverne du Dragon.

Je me rends compte aujourd'hui que le premier élément de compréhension du passé mystérieux des grottes de Mixnitz me fut donné par un vieil homme moustachu qui conduisait tous les samedis le petit train à crémaillère. Il racontait de vieilles histoires au petit garçon que j'étais pendant que le train hoquetait sur les pentes de la vallée de la Mur. Son récit fut comme une étincelle pour allumer un feu, ce fut lui qui fit naître ma vocation.

Extrait de : I.I.I.I, La Caverne du Dragon, exemplaire unique, septembre 2010.

Nées en 1981, Louise Hervé et Chloé Maillet travaillent ensemble à Paris depuis 2000. À travers l'I.I.I.I (International Institute of Important Items), association créée en 2001, elles produisent des conférences performées, des films de genre et des installations. Leur travail a été montré récemment au Palais de Tokyo et au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris (exposition Dynasty, juin-septembre 2010). Leurs conférences performées ont été programmées en 2010 à la galerie CroyNielsen (Berlin), au Centre Pompidou, au Plateau-FRAC Ile de France, à la Ferme du Buisson et à Raven Row (Londres). A l'occasion d'une résidence en Angleterre (bourse Villa Médicis Hors-les-murs et Raven Row), elles ont produit un nouveau long-métrage intitulé A Recess and a Reconstruction, en cours de montage.

Remerciements chaleureux à : Aurélien Mole, Evariste Richer, Guillaume Ségur.

Louise Hervé & Chloé Maillet
Portrait des artistes, 2010
photo: Aurélien Mole / direction artistique: Marcelle Alix

[18:00-22:00] Exposition "Banana Spleen"
Location:
Voskel
5, rue Jean-Pierre Timbaud
141, rue Amelot
75011 Paris
M° Filles-du-Calvaire, Oberkampf, République
France
Phone : +33 (0)1 43 55 44 68
Internet Site : www.voskel.com
Description:
du 28 Aout au 2 Octobre 2010

Pour la rentrée, Voskel, espace émergeant dédié à la création contemporaine présente le travail de 2 jeunes artistes : Jade Fourès-Varnier (sculpteur) et Alexis Dubois (peintre).

Une rencontre “pop surréaliste” entre deux univers. De la conjugaison de leur imaginaire et de moments vécus résulte une vision douce-amère de la vie, colorée et exubérante, qui nous transporte au fil d'images et d'idées vers des sentiments d'opulence, de plaisir, de peur et d'oubli.


[18:00] Exposition "Dix Tapis de Maîtres"
Location:
Galerie Lucie Weill & Seligmann
6, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 43 54 71 95
Fax : +33 (0)1 40 51 82 88
Mail : contact@galerie-lws.com
Internet Site : www.galerie-lws.com
Description:
Dix Tapis de Maîtres (Picasso, Arp, Derain...) édités par Marie Cuttoli & Lucie Weill

vernissage le jeudi 9 septembre à partir de 18h
exposition du 9 au 25 septembre 2010

Présentation de l'ouvrage « Marie Cuttoli » par Dominique Paulvé
Editions Norma

Cette exposition nous donne un aperçu de l'oeuvre de Marie Cuttoli et des nombreuses années qu'elle a consacrée à la renaissance du tapis artisanal, tout en s'adaptant aux tendances artistiques modernes.
En 1910, Matisse utilisait dans ses natures mortes et ses ateliers symphoniques des tissus et tapis du plus bel effet, rapportés de Briska. A la même époque, Marie Cuttoli ouvrait un atelier de tissage dans la médina d'Alger. Son but était de faire renaître les traditions artisanales locales et de recréer dans leur forme originale les tapis de laine à nœuds entièrement blancs dont on avait perdu le secret. À partir de 1920, cette personnalité à l'extraordinaire créativité persuada les plus grands artistes contemporains, qui comptaient par ailleurs parmi ses intimes, de créer pour elle des dessins. Ces artistes avaient pour nom Picasso, Léger, Miro, Laurens, Klee ou Arp. Le résultat fut un succès total. La stylisation à deux dimensions, la peinture murale, l'Art abstrait ou le genre calligraphique, qui sont à la base de l'Art moderne, s'accordaient en effet étroitement avec les traditions authentiques de fabrication des tapis. Les dessins se fondaient magnifiquement dans les textures de la laine tissée à la main et dans ses somptueuses couleurs de teinture végétale.
À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, Marie Cuttoli se remit à l'ouvrage pour collaborer avec la Galerie Lucie Weill, ainsi qu'avec la nouvelle génération de grands artistes, parmi lesquels Max Ernst, Calder, Derain, Bissière et Vieira da Silva…

http://www.galerie-lws.com/pdf/DP_TAPIS_L.pdf

[18:00-21:00] Exposition "Maximilien Luce"
Location:
Galerie Peirce
4, rue Quentin Bauchart
sur cour
75008 Paris
M° George V, Franklin D. Roosevelt, Alma - Marceau
France
Mobile : +33 (0)6 03 84 78 35
Mail : contact@galeriepeirce.com
Internet Site : www.galeriepeirce.com
Description:
Vernissage le 9 Septembre à partir de 18h
Exposition du 10 Septembre au 2 Octobre 2010
Mardi à Samedi de 14h30 à 19h
Nocturnes : Jeudi et Vendredi jusqu'à 21h

En parallèle avec la rétrospective Maximilien Luce au Musée des Impressionnismes de Giverny (du 28 Juillet au 31 Octobre 2010), la Galerie Peirce présentera, à la rentrée, une très belle sélection d'environ 100 dessins et études de Maximilien Luce (Paris, 1858 – Rolleboise, 1941), acquis directement auprès de Frédéric Luce, fils de l'artiste et jamais exposés au grand public.

Luce était un dessinateur passionné, dessinant des sujets en vue de trouver les meilleurs points de vue et rapports de valeur et de masse, ou simplement pour fixer dans sa mémoire telle ou telle scène.

« Du matin au soir, il travaille et il se promène dans la plaine ou sur le bord du fleuve ; il s'arrête souvent pour prendre, comme il dit, des «bout de croquis ». Les innombrables dessins de Luce qui sont de merveilleuses choses jonchent le sol de son atelier. C'est un dessinateur infatigable. Il peint rarement sur le motif. Il travaille d'après ses croquis et c'est de mémoire qu'il fait ses tableaux » (Jean Texcier 1927)


[18:00-20:30] Exposition collective
Location:
Galerie Mona Lisa
32, rue de Varenne
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 45 48 17 25
Mail : galerie-monalisa@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerie-monalisa.net
Description:
Eduardo Niso
Peintures

Hélène Cremmel
Peintures

JBH
Sculpture

Exposition du 7 au 18 septembre 2010
Vernissage le jeudi 9 septembre 2010 de 18h à 20h30

[18:00-21:00] Exposition collective "ELLES" : 5 artistes nous parlent des femmes
Location:
Galerie Atelier du Génie
28, passage du Génie
75012 Paris
M° Reuilly - Diderot, Nation
France
Mobile : +33 (0)6 62 73 73 41
Mail : contact@galerie-atelierdugenie.com
Internet Site : www.galerie-atelierdugenie.com
Description:
La galerie Atelier du Génie fait sa rentrée avec une exposition détonante, tonique et colorée...
ELLES

5 artistes et 1 thème : la femme

Catherine Benas - Béatrice Lecomte - Dominique Lecomte - Pascale Marchesini-Arnal - Bettie Nin

Exposition du 9 septembre au 23 octobre 2010
Vernissage le jeudi 9 septembre de 18h à 21h

Catherine Benas laisse éclater toute la sensualité féminine en déclinant un véritable jeu de jambes, de bas résille et de talons hauts, en noir et blanc.

Béatrice Lecomte met le monde en boite avec poésie, tendresse et humour. Elle rétrécit les personnages et les mixe avec des objets quotidiens ou de célèbres œuvres d'art.

Dominique Lecomte choisi le thème de la volupté, entre vénération et blasphème, admiration et insolence, il établit un étrange dialogue avec les grands maîtres du genre.

Pascale Marchesini-Arnal nous plonge dans un univers insolite composé d'un peuple d'étranges échassiers humains au long corps effilé rappelant un certain Giacometti.

Bettie Nin, fascinée par l'apparence, représente les femmes, celles que l'on croise dans la rue, plutôt jeunes, à la mode, se fondant dans le décor de leur vie.


[18:00] Exposition collective "Lever de voile sur Canton"
Location:
Galerie Lipao-Huang‎
16, rue Dauphine
75006 Paris
M° Pont Neuf, Saint-Michel, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 14 90
Mail : contact@galerie-lipao-huang.com
Internet Site : www.galerie-lipao-huang.com
Description:


[18:00] Exposition d'André Guedes "L'argent"
Location:
Galerie Crèvecoeur
4, rue Jouye-Rouve
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)9 54 57 31 26
Mail : axel.dibie@galeriecrevecoeur.com
Internet Site : www.galeriecrevecoeur.com
Description:
du 10 septembre au 30 octobre


[18:00] Exposition d'Anne Slacik "L'Avril"
Location:
Galerie L'Or du Temps
25, rue de l'Echaudé
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 43 25 66 66
Fax : +33 (0)1 44 07 08 70
Mail : contact@lordutemps.com
Internet Site : www.lordutemps.com
Description:
Toiles récentes

du 9 septembre au 16 octobre 2010
vernissage le 9 septembre à partir de 18h



[18:00-21:00] Exposition d'Irit Batsry "Caution I Danger"
Location:
Bendana-Pinel Art Contemporain
4, rue du Perche
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Rambuteau, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 74 22 97
Fax : +33 (0)1 42 74 25 29
Mail : galerie@bendana-pinel.com
Internet Site : www.bendana-pinel.com
Description:
Exposition du 9 septembre au 23 octobre 2010

Pour sa première exposition à la Galerie Bendana-Pinel, Irit Batsry a choisi de passer le mois d'août «en résidence » à la galerie, s'en appropriant l'espace pour créer une installation de grande échelle sur les vitrines et une installation vidéo transformant l'espace en un dispositif de surveillance.

Quelques milliers de mètres de bandes de sécurité industrielles jaunes et rouges sur lesquelles sont imprimés les mots «caution» et «danger» ont été installées sur les vitrines de la galerie pour en détourner l'usage. Telles des membranes, changeant d'aspect suivant la position du spectateur et la lumière du jour, elles obstruent les vitrines alors que dans le même temps sont projetés à l'intérieur de l'espace les mouvements des passants capturés à travers ces bandes de sécurité par une caméra «live».

Les installations sont présentées avec des photographies des formes sculpturales éphémères crées par Irit Batsry avec ce même matériau ainsi que des objets uniques, variations sur le thème «caution/danger».

Cette exposition parisienne s'inscrit dans le corpus «caution/danger» constitué d'installations, de vidéos et de photographies. Ce cycle de travail nomade, débuté en 2007, s'enrichit au fil du temps de nouvelles oeuvres, différentes dans leur réalisation, qui toutes incarnent la même tension entre l'organique et le mécanique, l'artisanal et l'industriel, parlent de frontières et de transgression, d'inclusion et d'exclusion, et questionnent notre perception de l'environnement.

Irit Batsry a reçu de nombreux prix et récompenses dont le prestigieux Whitney Biennial Bucksbaum Award (2002), le Guggenheim Foundation Fellowship (1992) et le Grand Prix Vidéo de Création de la Société Civile des Auteurs Multimédia (1996 et 2001). Son travail a été largement exposé notamment à la National Gallery (Washington) au National Film Theater et à l'ICA (Londres), au Museo Reina Sofia (Madrid), au Museu d'Arte Moderna (Rio de Janeiro) et au Ludwig Museum, (Cologne). Une rétrospective de ses vidéos a été présentée au Jeu de Paume à Paris en 2006 et ses oeuvres figurent entre autre dans les collections du Museum of Modern Art et du Whitney Museum à New York.

[18:00-21:00] Exposition d'Isa Melsheimer "Dachgarten"
Location:
Galerie Jocelyn Wolff
78, rue Julien Lacroix
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 42 03 05 65
Fax : +33 (0)1 42 03 05 46
Mail : info@galeriewolff.com
Internet Site : www.galeriewolff.com
Description:
from September 9th , 2010 to November 2nd, 2010
opening on September 9th, 6 to 9 PM


[18:00] Exposition de Barthélémy Toguo "L'orchestre des chiens perdus"
Location:
Galerie Lelong
13, rue de Téhéran
75008 Paris
M° Miromesnil, Monceau, Villiers
France
Phone : +33 (0)1 45 63 13 19
Fax : +33 (0)1 42 89 34 33
Mail : info@galerie-lelong.com
Internet Site : www.galerie-lelong.com
Description:
"The Lost Dogs' Orchestra / L'orchestre des chiens perdus"

du 9 septembre au 9 octobre
Vernissage le jeudi 9 septembre à partir de 18h
Performance "Public Enemy" à 20 h

Pour sa première exposition personnelle à la Galerie Lelong, Barthélémy Toguo a créé cette installation présentée sous la forme d'un théâtre invitant le spectateur à entrer sous un chapiteau fait d'immenses moustiquaires blanches, semblant tombées du ciel.

Dans cette mise en scène, l'œil se pose d'abord sur les murs blancs, attiré par de grands dessins aux titres évocateurs : "Who is the true terrorist ?", "Pollutions", "Purifications"... Ces dessins dépeignent, en couleurs diluées, des saynètes du quotidien : des corps qui à la fois jouissent et souffrent de la vie, continuellement tiraillés par l'excès de plaisir qui entraîne leur douleur et leur perte. C'est un homme dévastateur et auto-destructeur qui est évoqué dans "Your face", "Devils Heads" (2010). Un homme qui, finalement, est vaincu par la nature.

Au fil du parcours, en effet, les fleurs se fanent, se dessèchent ; orties et épines envahissent l'espace. La vidéo "Shame on you" nous entraîne dans un tourbillon qui célèbre la force et le pouvoir de l'eau, qui devient plus subtile et poétique dans "Tiny flower". Au milieu de la salle, des milliers de salamandres en porcelaine, habituellement douces, mangent un nourrisson abandonné seul sur une montagne.
L'ensemble du spectacle se déroule sur un sol recouvert de cartons de bananes donnant une sensation de douceur qui permet d'atténuer les souffrances de l'homme. Cette désagrégation se termine sur un travail en forme de cartes postales. "Head above Water" réalisé à Hiroshima et à Auschwitz-Birkenau est une réflexion commencée au Kosovo, que Toguo a ensuite déclinée dans différents pays et villes emblématiques : Lagos, Cuba, Mexico, Johannesburg, Australie… A chaque fois la parole est donnée aux habitants qui parlent librement de leur environnement, de leur situation, de leurs attentes, de leurs espoirs, sur des cartes postales illustrées qui deviennent alors autant de témoignages.

Barthélémy Toguo est né en 1967 au Cameroun. Il vit et travaille entre Paris et le Cameroun où il a créé "Bandjoun Station", lieu de production et de création qui reçoit des artistes locaux et internationaux.

Expositions collectives récentes (sélection) : The Beauty of Distance The 17th Biennale of Sydney, Australie (2010), The Graphic
Unconscious, Philagrafika, Philadelphia (2010), Isole Mai Trovate, Palazzo Ducale, Genoa, Italie / State Museum of Contemporary Art, Thessaloniki, Grèce / Musée d'Art Moderne, Saint Etienne (2010-11)

Expositions personnelles (sélection) : Liberty leading the people, The Gulbenkian Foundation Lisbon, Portugal (2010), Heart Beat
- Baltic, Centre for Contemporary Art, Newcastle, UK (2008), The Sick Opera, Palais de Tokyo, Paris (2004).


[18:00] Exposition de CASACADE « De toutes les couleurs »
Location:
Mairie du 7ème arrondissement
116, rue de Grenelle
75340 Paris Cedex 07
M° Solférino, Rue du Bac, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 53 58 75 07
Fax : +33 (0)1 45 56 92 37
Internet Site : mairie7.paris.fr
Description:
Salle Béatrice Hodent de Broutelles

Du 9 au 15 septembre
Vernissage le 9 septembre à 18h

CASACADE, artiste peintre

Cascade avait inventé le bathyscaphe des immersions vertigineuses parmi les violets améthyste, les teintes aubergine tournant au gris de lin, lilas, parme, prune, ou au bleu saphir. Des contre-chants couleur d'argile et de céruse abordant des blancs de lune. Il y avait là des taches d'eau irradiantes qui faisaient une topographie de nodules à géométrie variable, des effervescences calmes, des voyages au cœur du papier chiffon ou de la toile pour explorer des verts d'absinthe et de lichen, atteindre des fonds ambrés, bleutés, brûlés, charbonneux ou cuivrés, des diaprures moirées de nacre ou des ondes de safran, de vibrantes vibrances. On plongeait dans des évidences fortes, des tonalités de brillances étrangement précises au cœur d'une architecture évoquée en ïambes algébriques.

[18:00] Exposition de Christophe Boursault "Facettes Façonnent Factice"
Location:
Galerie Polad-Hardouin
86, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Etienne Marcel, Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 05 29
Mail : contact@polad-hardouin.com
Internet Site : www.polad-hardouin.com
Description:
du 7 septembre au 9 octobre
vernissage le jeudi 9 septembre à partir de 18h en présence de l'artiste

Christophe Boursault n'a pas 35 ans. Lui aussi, ballotté entre abstraction et figuration, il se réclame volontiers de Baselitz. Ses tableaux évoquent la BD, les références à Basquiat ponctuent le travail de ce poète peintre et graphiste...

http://www.polad-hardouin.com/exposition/christophe-boursault-facettes-fa%c3%a7onnent-factice


[18:00-21:00] Exposition de GUY DE MALHERBE
Location:
Galerie Vieille du Temple
Marie-Hélène de La Forest Divonne
23, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 29 97 52
Mobile : +33 (0)6 84 33 98 88
Fax : +33 (0)1 42 71 39 75
Mail : contact@galerievieilledutemple.com
Internet Site : www.galerievieilledutemple.com
Description:
du 9 septembre au 23 octobre


[18:00] Exposition de Ghass "Vanité"
Location:
Galerie Adler
75, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 40 06 03 82
Fax : +33 (0)1 42 66 56 02
Mail : contact@galerieadler.fr
Internet Site : www.galerieadler.fr
Description:
du 10 au 28 septembre
vernissage le jeudi 9 septembre à partir de 18h

[18:00] Exposition de Gérard Alary "Saint-Soleil"
Location:
Galerie Polad-Hardouin
86, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Etienne Marcel, Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 05 29
Mail : contact@polad-hardouin.com
Internet Site : www.polad-hardouin.com
Description:
du 7 septembre au 9 octobre
vernissage le jeudi 9 septembre à partir de 18h en présence de l'artiste

Parallèlement à son installation monumentale en Avignon, simultanément à celles de Miguel Barcelo et de Georges Rousse, Gérard Alary expose ses œuvres récentes (peintures et dessins) sur la totalité de l'espace 1 de la galerie.
Entre ombre et lumière, il fait surgir un soleil noir resplendissant. Puissance des contrastes, rythmes syncopés vibrent à la surface de la toile en des portraits-paysages.
Cette exposition est accompagnée d'un catalogue préfacé par Olivier Kaeppelin.

http://www.polad-hardouin.com/exposition/g%c3%a9rard-alary-saint-soleil


[18:00] Exposition de Philippe PASQUA "PALIMPSESTES"
Location:
Galerie Laurent Strouk
2, avenue Matignon
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 40 46 89 06
Mobile : +33 (0)6 71 09 71 68
Fax : +33 (0)1 40 46 89 04
Mail : galerie@laurentstrouk.com
Internet Site : www.laurentstrouk.com
Description:
du 10 septembre au 23 octobre 2010

Depuis 1985, Philippe PASQUA transmet à des foules entières et consentantes cet impalpable bonheur insatiable de la découverte d'un univers extraordinaire. Pour lui, la terre est un terrain de jeu aux parcours initiatiques qu'il dévore urgemment, aux rendez-vous calés serrés, aux rencontres essentielles.
La liberté et l'amour participent à sa lutte obstinée menée au rythme d'un étrange ballet brosses époustouflant, main à la pâte instinctive, imperturbable corps à corps intime.

Dans son atelier, rien ni personne ne saurait troubler la quiétude des lieux bercés de silence et du souffle vivant des pinceaux à la rage pragmatique de peindre. Il revendique son droit à l'égoïsme dans son acte essentiel de création, isolément, préservé de toute influence, s'adonnant ainsi à sa seule nécessité, sa respiration, son addiction vitale. Tout tableau est un renouveau, une découverte, un continent secret à parcourir et magnifier. Le combat recommence devant l'immense espace blanc, chaque cadrage, chaque visage, chaque regard, chaque mèche de cheveu sont autant d'incertitudes sur l'issue de la bataille.
Dans les songes de Philippe PASQUA apparaissent toujours les gens, citoyens de son monde, sans police, ni passeport. Ses personnages explosent le curseur de la normalité, brouillent les cartes de la bienséance, affolent les compteurs de l'honorabilité bien pensante.

Il s'imprègne d'eux et la vérité surgit, crue et belle, terriblement photogénique comme l'est la condition humaine dans ses mystères et sa poésie brute…

Ainsi, le nouveau-né ipso facto condamné hurle d'instinct l'instant amer et immédiat de sa fin annoncée. Crime d'amour sexuellement transmissible, la vie est là à bout de bras, agglutinée, alitée et fragile, fontanelle vibrante de l'enfant roi couronné. Plus tard, un jour finissant accouche d'une caresse bleutée, prématurée, glacée du souffle d'adieu temporaire ou définitif, fardant le visage abandonné des anesthésiés et des morts en partance. Pendant ce temps, des corps s'agitent, se proposent à l'amour de l'autre, démesurément présents, humanité sexuée, avec ou sans pilosité, avec ou sans membres.
D'une robuste constitution articulée en poses délicates, l'état général de Caphi le travesti gère ses affaires courantes, osmose osée. Sur son sommet de solitude, l'artiste gère seul la polémique victoire d'une exploration lucide et aboutie.

Et les femmes successives se révèlent.
Peau d'Anne charmeuse aux lèvres charnues, antre mouillé, terrain visqueux, glissade de l'origine du monde béante, Venus s'évase en corolle, fleur rouge d'extase, moiteur et confusion.
Eva se dévoile et convie à l'acte charnel, délicieuse pomme d'amour croquée. Constance promène ses appâts intenses. La femme enfant suce son pouce tandis qu'Isabelle porte en son sein l'espérance instinctive de la survie des peuples.
Géant, Médor dort et l'humanité passe. Bonne pâte reposante, renifleuse de rêve, cette chienne de vie chenue s'offre au monde, insouciante et bienheureuse.
Altérité expressive aux couleurs radieuses du courage, Laura, Arnaud et tant d'autres visages anonymes, présentent à l'appréciation du monde l'immense force de la dissemblance, le caractère puissant d'être autrement, exclamation flamboyante, victoire percutante et inattaquable de la volonté de dire, témoigner, exister en dépit du regard des autres, chiens de fusil et coup d'état aux canons de la beauté.
Philippe PASQUA suscite une forme d'invitation à l'acceptation spirituelle de la destinée, à l'introspection salvatrice. Tissus, sang, matières, sécrétions…, il fouille, secoue, capture les esprits pour atteindre la sagesse et la dignité de chacun.
Lorsqu'il compose une tête de mort, il appelle à la méditation, à l'allégorie, par sa radicale interprétation de l'invisible.
Hémorragies excavées, le rire grinçant de la fin nargue le sort sur fond d'infini secret, envoûtante provocation éjaculée, suintante et dégoulinante, face souillée décapitée.
Palimpseste des temps modernes, trames éblouissantes d'aujourd'hui, variations sur un thème décliné aux possibles de l'art sur fond de perfection, il explore et réécrit sans cesse l'émotion pour y révéler dans chaque version originale, sa vérité troublante et abrupte.
L'artiste isole rituellement sa réflexion dans un écrin de plexiglas, la rendant intouchable et inaltérable. Il fait sourire en 3D ses crânes immaculés, caisses évidées d'une existence passée, éviscérées de toute humeur, pleines d'une mémoire de réminiscence. Grottes ultimes à la résonance éternelle, l'esprit des morts y berce poétiquement les ailes en sursis des fébriles lépidoptères butineurs et aimants, espiègle présence ingénue.
Le socle sublime l'oeuvre, la porte au regard, la révèle dans sa hauteur et sa force.
A l'exception des pièces monumentales, la sculpture s'intègre généralement dans un symbolique et raffiné espace de plexiglas ou de verre, visible, internée et libre à la fois.
La grandeur de Philippe PASQUA apparaît dans sa capacité à rappeler la vanité des plaisirs et des biens terrestres, à évoquer le caractère transitoire de toute vie humaine, à en imposer le respect par les chemins de traverse qu'il emprunte inlassablement, serial killer de conjectures.
Il laisse entrevoir l'espoir, d'une vie meilleure, d'une souffrance soulagée, d'une forme d'éternité, voire de résurrection.
Cette détermination inconditionnée, autarcique, douloureuse et sincère, construit un mode très personnel d'une grande identité immédiatement reconnaissable, appelé style, auquel seuls quelques grands artistes à l'instar de Philippe PASQUA peuvent accéder, éclairant par la générosité d'un regard lucide et passionné, les hommes et leur destinée.
Jean CORBU


[18:00] Exposition de Thomas Léon
Location:
Galerie Municipale de Vitry
Galerie Municipale Jean-Collet
59, avenue Guy-Môquet
94400 Vitry-sur-Seine
M° RER C Vitry-sur-Seine
France
Phone : +33 (0)1 43 91 15 33
Mail : galerie.municipale@mairie-vitry94.fr
Internet Site : galerie.mairie-vitry94.fr
Description:
Exposition du 10 septembre au 10 octobre 2010
Tous les jours (sauf lundi) de 13h à 18h

Vernissage : jeudi 9 septembre 2010 à partir de 18h
Rencontre avec l'artiste le samedi 2 octobre 2010 de 17h à 20h dans le cadre de «Nuit-Blanche avant-première»

"Le ciel au-dessus du port était couleur télévision calée sur un émetteur hors service."

Le travail de Thomas Léon s'incarne dans des médiums allant de l'installation vidéo et de l'installation sonore à l'impression numérique et à la conception de volumes assistée par ordinateur. L'artiste puise ses sources dans des projets d'avant-gardes et dans la littérature (romans d'anticipation et littérature utopique), à l'image de la citation (tirée du Neuromancer de William Gibson) qu'il a choisie pour titre de son exposition à la Galerie municipale.

Vous pouvez télécharger une version PDF du catalogue de l'exposition, accompagnée d'un texte critique, à l'adresse suivante :
http://www.thomasleon.net/medias/TEXTS/catalogue_T-Leon_2010.pdf

Le communiqué de presse de l'exposition est disponible à l'adresse suivante :
http://www.mairie-vitry94.fr/fileadmin/vitry-sur-seine/MEDIA/portail_thematique/culture/galerie/saison_09-10/cmqleon.pdf


[18:00-22:00] Exposition « Keep Border » de Lionel Bayol Themines
Location:
A. galerie
12, rue Léonce Reynaud
75116 Paris
M° Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 20 79 88
Mobile : +33 (0)6 20 85 85 85
Mail : arnaud.adida@orange.fr
Internet Site : www.a-galerie.fr
Description:
Vernissage le 9 septembre 2010 de 18h à 22h
Exposition du 9 septembre au 16 octobre 2010

A Galerie expose 11 photographies de la série Keep Border
- 2 photographies couleurs 160 x 120 cm sous diasec édition 5 ex + 2 EA prix 8500 €
- 2 photographies couleurs 150 x 120 cm sous diasec édition 5 ex + 2 EA prix 8000 €
- 7 photographies couleurs 120 x 90 cm sous diasec édition 5 ex + 2 EA prix 5800 €

Photographe plasticien, Lionel Bayol-Thémines vit et travaille à Paris (France).
Il poursuit depuis une vingtaine d'année, une recherche plastique centrée autour de l'humain, sur les rapports de l'homme à son histoire, à son espace, à son évolution et l'identité qui en découle. Il utilise principalement comme médium la photographie. Depuis 2004, il est résident permanent de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques à Paris.

Titanes Land est un « work in progress » qui se déploie par le biais de plusieurs séries : Identity, Intimity, Titan's eyes, Titan's memory, Press, Landscape invasion, Keep Border et Watchmen.

Ici se croisent le banal et la légende en train de s'écrire. Ces lutteurs considérés comme des super héros mettent leur aura à l'épreuve de la réalité.

Si à l'évidence, ce mythe du surhomme y perd de sa superbe, il en jaillit une puissante construction identitaire.
Le héros devient alors individu avec tout ce qui le constitue. Un vécu, un quotidien, une mémoire, une position au sein du monde…
Plus les instantanés se multiplient, plus il est clair que ces personnes sont en symbiose avec leur masque, que ces masques sont indivisibles de leur personnalité, comme s'ils formaient une espèce à part. Nous comprenons donc que ce monde n'est pas une parade costumée mais un reflet de notre réalité. Ces différentes séries explorent l'espace privé, l'espace public et les pratiques qui nous constituent.
Titanes Land est construit comme un jeu, un espace de réflexion sur les possibles de changer la règle du je.
Une magnifique occasion de nous émanciper et de reconsidérer, cette réalité que nous fréquentons quotidiennement. Une démarche de science fiction, qui, comme certains écrivains fréquentant ce style, en faisant mine de nous éloigner de notre environnement direct nous en ont rapprochés et ouvert la critique.

A galerie Présente la série Keep Border / 2009

Dans la série Keep Border, l'espace du contrôle, de la frontière est mis en jeu. C'est dans l'eau, sans repères géographiques, avant les côtes, les territoires, que les Titans se manifestent, surveillent, contrôlent, dans une gestuelle qui n'est pas sans nous rappeler celle employée par les polices. Tel des cerbères jaillissant des fonds marins ils présupposent par leur présence et leurs gestes le passage frontalier des territoires.

Ce photographe plasticien français, au parcours atypique, élabore dans un "work in progress" à la fois symbolique et abstrait, une réflexion sur la question d'identité.

Passionné d'anthropologie, il crée, dans Titanesland, une entité unique à partir de masques de lutteurs colorés. Si, dès le premier coup d'oeil, les modèles masqués nous font penser à des super-héros, ils ne sont, en réalité, ni personnages, ni individus, mais de simples métaphores de notre condition d'Homme libre.

Dans Titanesland, les masques nous éloignent de notre environnement direct, à la manière des livres de science-fiction, pour nous en rapprocher davantage. Ce travail est une invitation à nous émanciper et à nous reconsidérer.

La perte de repères spatio-temporels est totale dans la série « Keep Border ». Le Titan apparaît à la surface de l'eau, tel un envahisseur, une présence à la fois réconfortante et effrayante. Une bouée de surveillance, une bouée de sécurité, une bienveillance sonnant comme une fausse excuse dans cet espace du contrôle et de la frontière. La position du modèle n'est pas sans rappeler la gestuelle des agents de police.

Dans le mot "frontière", il n'y a pas de parti pris, et brusquement, ces "gardes côtes" deviennent troublants. La question de vérité, de jugement, de libre arbitre apparaît alors à la place du Titan. L'interaction est totale, puisque nous devenons acteurs de la photographie, en nous plaçant d'un côté ou de l'autre de la frontière virtuelle. "Le titan est comme une ligne rouge, vous êtes d'un côté, de l'autre, vous êtes dessus".

Watchmen
Gardiens des territoires, des espaces vierges, les Watchmen préservent, nous donnent à voir l'immaculé de la bordure.
Ils sont là, ambigus entre surveillance, préservation et monstration des espaces uchroniques dont l'homme est absent.

Keep Border
Dans la série Keep Border, l'espace du contrôle, de la frontière est mis en jeu. C'est dans l'eau, sans repères géographiques, avant les côtes, les territoires, que les Titans se manifestent, surveillent, contrôlent, dans une gestuelle qui n'est pas sans nous rappeler celle employée par les polices. Tel des cerbères jaillissant des fonds marins, ils présupposent par leur présence et leurs gestes le passage frontalier des territoires.

Landscape Invasion
Avec la mise en situation du travail Intimity dans la série Landscape Invasion, il est question de confrontation, de glissement entre l'espace privé et l'espace public, mais aussi d'une infiltration de notre réalité par celle des Titanes. Les supports initialement dédiés à la publicité ouvrent une réflexion sur notre quotidien visuel, une fenêtre. Ce travail est le fruit d'une réflexion sur l'image, sa nature, son utilisation. D'un coté une image parasitaire, contaminant les ceintures des villes, les routes, les abris bus, etc.…de l'autre, une image privée, personnelle et singulière qui, à l'heure de la connectivité, se répand par des canaux immatériels. Tout à coup l'encart publicitaire se transforme en écran. L'intime privé est alors donné au plus grand nombre. Nous sommes assurément face à un piratage, une prise de contrôle. C'est le tableau d'une réalité saturée de stimuli visuels, un brouhaha où plus rien ne fait sens. Un terrain fécond s'offre aux Titanes pour signaler leur présence. Ils se montrent au grand jour et nous regarde regarder l'image qu'ils nous renvoient de notre réalité.

Intimity
Dans cette série de titanes-land, chaque titan nous invite dans son univers de vie, il réitère les gestes, les situations de son intimité quotidienne. De la chambre à coucher, à la salle de bain, jusqu'au départ au travail, il interroge la banalité de ces gestes. Ici le masque n'est pas occultant d'identité mais au contraire constituant, il catalyse « le donné à voir du banal ».

Press
Press, s'approprie des couvertures de la presse écrite mondiale, tronquant les images et jouant des titres pour mettre en lumière des faits d'actualités. Les couvertures des magazines sont réservées à des hommes hors du commun ayant des actions exceptionnelles, à des responsables ou victimes de fait-divers, à des icônes de la mode ou autres incarnations du mythe de la star. Ici le détournement s'opère, les Titans se mêlent à l'aventure de l'information humaine qui est la nôtre. Leur actualité se s'affirme, ils témoignent et nous ouvrent au regard de la nôtre qui constitue à sa manière une partie de l' histoire contemporaine
Installation photographique composée de 85 photographies contrecollées sur magazines présenté sous blister

Titan's eyes
C'est à travers le masque, par son intérieur que nous regardons l'éblouissement, l'accumulation de ce que les yeux ont vu. La superposition des informations nous amène au blanc, à la non information, à une interrogation sur notre mémoire.

Titan's Memory
C'est par un choix d'une dizaine d'événements survenus au 20 e siècle, qui ont orienté le destin de l'humanité que les titans posent leur regard. Sur ces images, réside une trace, une empreinte portée par les titans sur ces évènements, comme un souvenir, un mémorial.

LIONEL BAYOL THEMINES
http://www.bayol-themines.com

BOURSES ET RESIDENCES
Résident permanent de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques (Fondation Rothschild) à Paris
Sept 2005:
bourse de recherche du nouveau Musée Mac/val Vitry sur seine
2004-2005:
Résidence pour la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques Paris
1995 et 2000:
Lauréat de l'aide individuelle à la création (Ministère de la culture)


[18:00-21:00] Vernissage de Christel MORTIER "FLUVIATILES"
Location:
Galerie Intuiti
16, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Mobile : +33 (0)6 82 83 26 29
Mail : cg@galerie-intuiti.com
Internet Site : www.galerie-intuiti.com
Description:
Vernissage : Jeudi 9 septembre 2010 de 18h à 21h
Exposition : du 9 septembre au 2 octobre 2010

Il fait beau sur la plage. Le temps fait son ouvrage, une chorégraphie intense et lente opérée dans le secret des vagues, une danse immuable, invisible et chaotique.
Chaque frottement, chaque choc modèle en puissance une forme. Érodée, la roche fait enfin escale, naturellement, amassée, arrondie, adoucie. Galet noir, anthracite, galet blanc.

Il fait beau sur la plage et une autre chorégraphie, un peu plus loin, beaucoup plus calme, se joue. L'artiste, en une gestuelle précise et gracieuse y compose aussi son œuvre. Elle a saisi le papier, l'a déposé sur le galet, mouillé, moulé, encollé, déchiré, démoulé, rayé, cousu, assemblé.
Elle a pris son temps, a attendu que le soleil décline, que la forme soit fidèle, que le papier en douceur, durcisse, espérant ce moment où la pierre, transposée, s'est muée en légèreté, en délicatesse, apaisée.

Il fait beau sur la plage et ce papier singulier, celui que l'artiste a choisi, objet utile devenu invisible à force d'être vu, va être découpé, cousu, hachuré consciencieusement,agrafé, griffonné, à l'envers, à l'endroit, désordonné, modelé, décoloré par les éléments, presque effacé. Ce papier au départ familier, va égarer ses codes, sa graphie sera bientôt illisible, écriture neuve, obligeant à une autre lecture, devenant dessin…

Nous, observateurs de cette ultime fragilité, seront rassemblés, devant ces mémoires de formes, exactement comme le font les passagers du métro sur un quai, face à un plan, reconstituant à notre insu, c'est voulu, l'attitude, la chorégraphie initiales, nous obligeant à nous approcher s'il nous faut chercher un sens…

[18:30] Expo de Pia-Mélissa Laroche, Romina Pelagatti et Anne Touquet
Location:
Kiosque / Images
105, rue Oberkampf
Place Verte
75011 Paris
M° Parmentier, rue Saint-Maur, Ménilmontant
France
Mail : kiosque.images@gmail.com
Internet Site : www.myspace.com/lekiosque
Description:
du 9 au 29 septembre
Lundi – Dimanche : de 09:00 à 02:00
Vernissage le jeudi 9 septembre à partir de 18h30


Pia-Mélissa Laroche :

Pia-Mélissa Laroche joue avec les personnages qu'elle voit dans des magazines, elle puise dans les images, en retire des éléments qu'elle isole. Les différentes étapes de nettoyage de pieds, des notices explicatives ou encore l'étude d'une ville lui permettent d'aborder la complexité du langage et des rapports humain.
Née en 1985 à Melun, Pia-Mélissa a étudié les arts plastiques à l'Université de Paris 8 et vient d'être diplômée en communication visuelle.
Quelques uns de ces dessins sont visibles dans le numéro 2 de la revue culturel engagée Poli. Elle produit de nombreuses auto-éditions dont le superbe Welcome to fabulous Las Vegas ainsi que 19 dont les originaux seront exposés.
Vous pourrez la rencontrer au Salon Fais-le-toi-même à Lille le 25 et 26 Septembre.

www.flickr.com/photos/piamelissa


Romina Pelagatti :

Née en 1978 à Parme,en italie, Romina Pelagatti puise son inspiration dans un univers visuel disparate (l'estampe japonaise, des vieilles images chinées, les photos du National Géographic des années 50-60, la peinture chinoise, des photos amateurs et toute image qui retient son attention). Ces informations changent vite de forme sous sa plume et se transforment en taches symétriques, paysages aériens et figures étranges. Elle vient de produire Feux de forêt un recueil de dessins chez Papier Gaché, éditions indépendantes qu'elle a co-fondé.
elle vit et travaille à Paris.

www.papiergache.net


Anne Touquet :

Diplômée de Duperré puis des arts décoratifs, Anne Touquet, 30 ans, travaille dans plusieurs domaines artistiques : mode, illustration, textile, gravure, dessin …. Forte de son besoin d'expérimenter, elle explore un laboratoire graphique métissé, et passe de projets en projets avec les rebonds d'une étrange force créative. Son regard sur ses différentes expériences et ses nombreuses rencontres est sensible et coloré. Chacun de ses déplacements alimente un besoin d'exprimer ses sentiments sur ce qui la touche, la révolte ou la fascine. Récemment cette démarche l'a conduite sur plusieurs projets en Palestine et en Roumanie…
En septembre 2010,ses dessins et gravures s'exposeront au Musée des Arts de Timisoara dans le cadre d'une exposition collective.

www.annetouquet.com




Collection est une revue qui présente le dessin sous de multiples formes, de l'art contemporain au graphisme en passant par la bande-dessinée, à travers le dialogue avec des artistes. Composée de dessinateurs, l'équipe de Collection ne propose ni un point de vue journalistique ni un point de vue critique, mais souhaite, sans aucune barrière de genres, défendre le dessin en laissant la parole à ceux qui en sont les acteurs.
L'activité de Collection s'étend également à la programmation des expositions de la galerie Kiosque/Images durant toute l'année 2010.

[18:30] Exposition de PHILIPPE LALEU "Private location ou ses doigts bruns élégants"
Location:
Espace Synesthésie
15, rue Denfert-Rochereau
93200 Saint-Denis
M° Saint-Denis - Porte de Paris
France
Phone : +33 (0)1 42 71 95 67
Fax : +33 (0)1 42 71 95 67
Internet Site : www.synesthesie.com
Description:
du 10 septembre au 30 octobre 2010, prolongée jusqu'au 13 novembre 2010
du mardi au samedi de 14h à 18h et sur rendez-vous
Vernissage le jeudi 9 septembre à 18h30

Dans l'œuvre polymorphe de Philippe Laleu se mêlent photographies, polyptyques, installations, et vidéos. Ce plasticien expose en France et en Asie des installations dans lesquelles il porte un regard provocateur sur le monde qui l'entoure et efface la frontière entre le général et le familier voire le personnel ; le corps y tenant une place toute particulière tantôt décalée tantôt sensible et désarmante.
Par des reconstitutions visuelles et un regard délicat, Philippe Laleu réactive les inscriptions de l'Histoire, les traces du passé, celles des identités et des particularismes culturels.

http://www.synesthesie.com/dossier.php?idSection=1724&idFolder=1726&idSub=2028






[19:00-20:30] CONSUME // SOIREE DE LANCEMENT DU VINYLE
Location:
Le Motel
8, passage Josset
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 58 30 88 52
Internet Site : www.myspace.com/lemotel
Description:


Programme:
// Vente en exclusivité de notre 1er single vinyle "Suprématisme" (face B : remix par Blackjoy)
// Projection du clip
// DJ set : se partageront les platines : Des Chibres Et Des Lettres + Soundscriber + Gohan
// Open bar vin blanc

[19:00] Exposition Polka #10 "La vie en face"
Location:
Polka Galerie
12, rue Saint-Gilles
Cour de Venise
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 71 20 54 97
Mail : contact@polkagalerie.com
Internet Site : www.polkagalerie.com
Description:
du 10 septembre au 10 novembre


> Peter Lindbergh, et les femmes

Les magazines féminins et internationaux, du « Vogue » américain au « Elle » français, ont fait de lui le plus grand photographe de mode… qui ne photographie pas la mode. Peter Lindbergh immortalise les femmes telles qu'elles sont, en toute vérité. Son regard sur leur beauté a propulsé au premier plan de la scène avant qu'elles ne deviennent célèbres, les plus grands top models.


> Stanley Greene, Enfer et Réalité

Ancien Black Panther né à New York en 1949, Stanley Greene participe à la création de l'agence Noor avec une spécialité, le retour à l'essai photographique comme genre à part entière. Le photographe a déjà remporté trois World Press. C'est la deuxième fois que Polka Galerie l'expose, avec des tirages de son dernier travail sur Haïti, et d'autres issus de son livre Black Passport.


> La dixième édition de Polka, « La vie en face », présente aussi les travaux de Brenda Ann Kenneally, des portraits de femmes américaines emprisonnées par la misère sociale ; ceux de Mi Zhou, photographe chinois vivant à San Francisco, avec des tirages panoramiques en noir et blanc sur l'un des festivals le plus déjantés des Etats-Unis, « Burning Man ». Ainsi que des photos inédites de Steve McQueen par Alain Loison et un reportage sur le Kirghizistan, ce pays méconnu, par William Daniels.


> Tout au long de l'année, SFR Jeunes Talents Photo organise des prix concours en partenariat avec les plus grands événements culturels. Le Grand Prix SFR Jeunes Talents Photo récompense un jeune talent parmi l'ensemble des lauréats de ces différents prix concours. François Régis Durand est le Grand Prix SFR Jeunes Talents Photo de 2010, 5 tirages de sa série « Madagascar » seront exposés à la galerie Polka.

[19:00] Exposition collective "Even in paradise apples might be rotten"
Location:
Galerie Anton Weller - Isabelle Suret
9, rue Christine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 43 54 56 32
Mail : antonweller@noos.fr
Internet Site : www.antonweller.com
Description:
Manon Bara, Max Boufathal et Ulrika Byttner
"Even in paradise apples might be rotten"

Vernissage le 9 septembre 2010 à partir de 19h
Exposition du 10 septembre au 16 octobre 2010
du mardi au samedi de 14h à 19h et sur rdv

Réunis librement autour du titre de la vidéo de l'artiste suédoise Ulrika Byttner Even in Paradise apples might be rotten, Manon Bara, Max Boufathal et Piotr Baran, ont fabriqué une sorte de cadavre exquis en accentuant la particularité de leur propre médium : peinture pour Manon Bara, installation-objet pour Max Boufathal et Piotr Baran, et vidéo-dessin pour Ulrika Byttner.

Pour suivre le fil de cette association entre les artistes qui n'est jamais une collaboration, ni même une correspondance formelle, l'allusion aux icônes de nature religieuse ou aux références des « pipoles » contemporaines tient une place certaine dans l'exposition, tandis que la pratique des matériaux pauvres et recyclés relie le travail de sculpture de Max Boufathal et de Piotr Baran. L'utilisation de ces matériaux pauvres donne à l'exposition un ton ludique et humoristique qui contraste volontairement avec une certaine violence assumée.

Peintures de piétas excessives et colorées, lattes de sommiers, lames de couteaux et manches à balai, pommes-objets dégoulinantes de peinture, dessins projetés sur fond de vanités, fontaine et chaises-jerricans, bidons ayant contenus des produits toxiques, photos kitch... De ce joyeux mais aussi féroce mélange d'œuvres, le spectateur s'égarera ou au contraire cherchera et trouvera à la manière d'un rébus, le lien subtil entre les pièces et leurs propos :

Manon Bara utilise des références religieuses, vierges-piétas, comme source d'inspiration à une peinture colorée et débridée. Dans la série des Piétas, sorte d'autoportraits exposée pour la première fois à la galerie, elle cherche à créer une tension tragique et « grotesque » - au sens de risible, mêlé d'un certain effroi. Ainsi l'oeuvre trouve son équilibre entre un support lisse et froid aux couleurs agressives et précieuses de la laque et une représentation de corps blessé. Comme elle le dit elle-même, la peinture devient alors une sorte de « plaie-maquillage entre rouge à lèvres et rage de dents ».

Max Boufathal quant à lui, en créant un véritable arsenal guerrier, arme à tuer composée de lames de couteaux, de lattes de sommier et de manches à balais, manifeste sur un ton moqueur et ironique sa vision d'une société qu'il déclare lui-même comme étant « intrusive et agressive ». Le titre de sa pièce Paris Hilton One Eight Seven le démontre encore une fois. L'allusion à l'icône, mais cette fois aux pipoles contemporaines se fait là aussi très nette puisqu'il n'hésite pas à utiliser le nom d'une célèbre héritière, effigie de papier glacé, objet de scandales et de provocations. Cette œuvre fait référence aussi à un film de Kevin Reynolds 187 : code meurtre, dans lequel un professeur noir américain subit la violence extrême d'un de ses étudiants...

Piotr Baran est radical, criard et politiquement incorrect. En photographiant Manon Bara, comme une icône de supermarché, héroïne kitch du quotidien, il accentue encore dans l'exposition ce sentiment d'excès, de trop plein d'images et de signes, évocation pour le moins de l'asphyxie contemporaine dans laquelle « Même dans nos sociétés paradisiaques les pommes peuvent être pourries »...

Ainsi, c'est l'une des vidéos présentées par Ulrika Byttner qui donne le ton par son titre Even in Paradise apples might be rotten à l'exposition. Si les dessins sont proches de la mythologie nordique, sapins, maisons rouges, lapins, biches, crânes, pâtisseries suédoises, côtelettes, etc. l'utilisation de l'ordinateur leur donne comme seule réalité celle d'un pixel et comme permanence la mémoire informatique. C'est donc une sorte d'hallucination ou fantasme électronique propice à l'instabilité et à la mutation. De même, l'enchaînement des images répond à une logique non rationnelle qui semble vouloir raconter une histoire, à laquelle le sens fait défaut, et qui prend des tournures absurdes et incompréhensibles.

[19:00] Inauguration de la Fête de l'Humanité
Location:
Parc départemental de la Courneuve
Parc Georges-Valbon
55, avenue Waldeck-Rochet
93120 La Courneuve
M° La Courneuve - 8 Mai 1945, RER B Le Bourget
France
Description:
Hommage à Jean Ferrat : "Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche..."

Il était venu à la Fête en 1962 et 1972 pour un tour de chant. En 2004, année du centenaire de l'Humanité, journal à ses yeux "indispensable, aujourd'hui", Jean Ferrat avait tenu à honorer de sa présence l'exposition "Jean des Encres, Jean des Sources". De larges panneaux évoquaient les idées et les sentiments du poète chantant.

Pris dans l'ambiance, il avait même poussé la chansonnette, improvisant a capella les Cerisiers, sur le modèle des fêtes familiales de son enfance. Le dimanche, il s'était à nouveau lancé spontanément en reprenant Ma France, dont les notes résonnaient en ouverture d'un débat.

La Fête de l'Humanité 2010 rendra donc un hommage à la hauteur de ce que furent l'artiste et son œuvre, comme en a témoigné l'émotion qui a submergé le pays à l'annonce de son décès, au printemps dernier.

L'inauguration de la Fête, le jeudi soir, lancera cet hommage à Jean Ferrat avec un débat accompagnant le vernissage de l'exposition « Jean des Encres, Jean des Sources », de retour à la Fête.

Vendredi soir, les Amis de l'Humanité qui avaient accueilli, jour pour jour, six ans plus tôt Ferrat, organisent une soirée en son honneur. Dans une atmosphère conviviale, sous la présidence d'Edmonde Charles- Roux, Véronique Estel, la fille de sa première épouse Christine Sèvres, Bernard Joyet, Natacha Ezdra, dont le spectacle « Chante Ferrat » est un succès, le comédien François Marthouret et la chanteuse Francesca Solleville, liront et chanteront des textes de l'artiste. On pourra s'y procurer le portrait de l'artiste réalisé par le peintre Ernest Pignon-Ernest.

Le samedi après-midi, la Grande Scène se mettra aux couleurs du chanteur avec un concert plein de surprises.

[19:00-21:00] Lancement de la nouvelle collection de bijoux Safe World Peace
Location:
Boutique Nathalie Garçon
15/17, Galerie Vivienne
75002 Paris
M° Bourse
France
Phone : +33 1 40 20 14 00
Fax : +33 1 40 20 47 43
Description:
En présence de : Natacha Amal Adeline Blondiau Mia Frye

[19:00] Open Art 2010 - France-Brésil
Location:
Atelier Grognard
6, avenue du château de Malmaison
92500 Rueil-Malmaison
M° RER Rueil-Malmaison
France
Phone : +33 (0)1 41 39 06 96
Fax : +33 (0)1 47 14 54 77
Internet Site : www.mairie-rueilmalmaison.fr
Description:
Rencontre Internationale d'Artistes
Avec le concours des Seize Anges

du 9 septembre au 1er novembre 2010

L'atelier Grognard à Rueil-Malmaison ouvre ses portes à des rencontres avec une trentaine d' artistes brésiliens et français proposant leur vision du monde.

Cet événement est dans la continuité d'un premier échange effectué à Salvador de Bahia, en mai 2009. L'événement a reçu le label de l'année France-Brésil 2009.

[19:00-22:00] Ouverture de la Boutique JC de CASTELBAJAC
Description:
61, rue des saints pères, 75006 Paris

[19:00-21:00] VERNISSAGE MODULES - FONDATION PIERRE BERGÉ - YVES SAINT LAURENT
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
Fermeture exceptionnelle des deux Modules du 23 au 28 septembre inclus.

MODULE 1 / IRIS TOULIATOU, Apollo goes on Holiday
Avec le soutien de la Fondation Onassis
L'artiste poursuit sa recherche autour de l'architecture moderniste développée en Grèce à l'issue de la seconde guerre mondiale. Construite dans les années 1960, la chaîne d'hôtels Xenia est au cœur d'un projet de modernisation des structures d'accueil touristiques soutenu par le gouvernement grec. Ces lieux de villégiature, aujourd'hui à l'abandon, ont été le décor de nombreux films comme Apollo goes on Holiday (1968) qui véhiculaient ainsi l'image d'un nouveau mode de vie. Sur le mode de la réplique, du dialogue et du déplacement, l'artiste met en relation des données historiques et conçoit pour l'exposition des œuvres inédites.
http://www.palaisdetokyo.com/fo3/low/programme/index.php?page=nav.inc.php&id_eve=3056&session=43

MODULE 2 et MODULE HORS LES MURS / BENJAMIN VALENZA, Que nul n'entre ici qui ne soit géomètre
Benjamin Valenza propose simultanément deux interventions, dans l'espace du Module 2 et dans le saut-de-loup (le Jardin Sauvage - espace interstitiel séparant le Palais de Tokyo de l'avenue du Président Wilson - de l'Atelier du Balto).
Jusqu'au 03 octobre 2010 dans les espaces du Module 2.
Jusqu'au 26 décembre 2010 dans le saut de loup.
Entrée : Jardin aux habitants, rue de la Manutention.
http://www.palaisdetokyo.com/fo3/low/programme/index.php?page=nav.inc.php&id_eve=3054&session=43

[19:00] Vernissage « ODE AU GRAND ART AFRICAIN : LES STATUES MEURENT AUSSI »
Location:
La Monnaie de Paris
11, quai de Conti
75006 Paris
M° Saint-Michel, Odéon, Pont Neuf, Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 40 46 56 66
Fax : +33 (0)1 40 46 57 00
Mail : musee@monnaiedeparis.fr
Internet Site : www.monnaiedeparis.fr
Description:
Du 8 septembre au 2 octobre 2010

Depuis 2008, Tribal Art Management a développé une programmation culturelle parallèle au Parcours des mondes et en partenariat avec la Monnaie de Paris dans le but de divulguer et valoriser les arts premiers auprès d'un large public. Cette programmation entre en résonance avec l'ambition de la Monnaie de Paris qui vise à s'ouvrir davantage à la vie culturelle de son quartier et aux galeries d'art premier qui y sont installées.

Après la présentation de la collection privée de Michel et Liliane Durand‐Dessert en 2008, une exposition sur la figure du marchand d'art en 2009, TAM a choisi de rendre hommage à un film et à une époque exceptionnelle où travaillaient de concert et avec une même passion institutions, collectionneurs privés et marchands.

En cette année qui célèbrera le cinquantenaire des premières indépendances africaines, Parcours des mondes propose, en partenariat avec la Monnaie de Paris, une exposition intitulée « Ode au grand art africain : Les statues meurent aussi » qui se tiendra du 8 septembre au 2 octobre 2010.

Articulée autour du court‐métrage éponyme réalisé par Alain Resnais et Chris Marker en 1953, cette manifestation ambitieuse permettra de redécouvrir des icônes de l'art africain et le regard de deux grands auteurs sur un art résolument autre, où « l'homme n'est jamais séparé du monde » (Marker).

Elle mettra en exergue les accents avant‐gardistes de ce film et retracera l'histoire unique qui vit s'unir dans une aventure passionnée le talent de deux grands réalisateurs et le regard des plus importants collectionneurs de l'époque tels Tristan Tzara ou René Rasmussen.

Pour la première fois, une partie des œuvres présentées dans ce film et conservées aujourd'hui dans les plus grands musées (Barbier‐Mueller, Dapper, etc…) et collections privées seront rassemblées dans une exposition et exposées en marge de la diffusion du film en boucle dans les salles de la Monnaie de Paris.

Elles seront accompagnées de tirages grand format de nombreux photogrammes du film, pour mettre en exergue le travail de composition et d'interprétation de Ghislain Cloquet, directeur de la photographie qui reçut, en 1981, l'oscar de la meilleure photographie pour son travail sur Tess.

Un catalogue richement illustré regroupera l'intégralité des pièces utilisées dans le film et retracera leur histoire et leur importance dans le développement de la reconnaissance des arts africains.

[19:00] réception pour les bénévoles de l'association « Parisien d'un jour »
Location:
Hôtel de Ville de Paris
5, rue Lobau
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 76 40 40
Internet Site : www.paris.fr
Description:
réception en l'honneur des bénévoles de l'association « Parisien d'un jour » en présence d'Hamou Bouakkaz, adjoint chargé de la vie associative et de la démocratie locale







[20:00-22:00] Route du Rire Volkswagen 2010
Location:
Le Palace
8, rue du Faubourg Montmartre
3 bis, rue Bergère
75009 Paris
M° Grands Boulevards
France
Phone : +33 (0)1 55 31 96 62
Mail : sabrina.botbol@lepalace.info
Internet Site : www.lepalace.info
Description:
Cyril Hanouna sera entouré pour ce grand soir des 6 jeunes talents découverts lors de l'audition et de la lauréate 2009, Shirley Souagnon.
Ensemble, ils recevront Anthony Kavanagh lors de cette belle soirée !


L'humour constitue l'ADN de Volkswagen. C'est donc tout naturellement que la marque a imaginé et mis en place ce tremplin d'artistes il y a 3 ans déjà... Novateur et citoyen, ce concept propose aux jeunes humoristes une chance inespérée de se produire sur les plus belles scènes de France, tout en offrant au public un moment de rire inédit et gratuit.

La Route du Rire Volkswagen est avant tout un engagement artistique pris par la marque, à l'origine de ce beau projet. Elle s'est à nouveau entourée pour cette 4ème édition de Cyril Hanouna (ambassadeur de l'opération et maître de cérémonie) et de Warner Music France 360° (production).

Lors de l'audition du 25 juin, suite au dépôt des candidatures sur le site internet www.laroutedurire.com, son jury de professionnels a retenu 6 jeunes talents d'exception. Fidèle à sa promesse, la Route du Rire Volkswagen, présentera au public ces stars de l'humour de demain, lors de ce show hors du commun, en les faisant monter sur cette scène parisienne mythique, au côté de ce grand nom du rire qu'est Anthony Kavanagh.

Ils seront donc sur scène, au côté de la lauréate 2009, Shirley Souagnon pour remporter un contrat avec Warner Music France 360°, un accompagnement artistique de choix – un an de coaching au célèbre cours Peyran Lacroix – et le prêt d'une voiture Volkswagen pendant une année.

la Route du Rire Volkswagen 2010, une seule adresse : www.laroutedurire.com

[20:00-23:00] Soirée PlayStation Move Party
Description:
Soirée PlayStation Move Party








[21:00] Avant-première de « La Médaille » de Zabou Breitman
Location:
Théâtre du Rond-Point
2 bis, avenue Franklin D. Roosevelt
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 44 95 98 00
Fax : +33 (0)1 40 75 04 48
Internet Site : www.theatredurondpoint.fr
Description:
« La Médaille » de Zabou Breitman en présence de Christophe Girard, adjoint chargé de la culture

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés