Monday, March 14, 2011
Public Access


Category:
Category: All

14
March 2011
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-22:00] Dégustation de grands crus d'Alsace
Location:
Hôtel d'Evreux
19, place Vendôme
75001 Paris
M° Tuileries, Madeleine, Opéra, Pyramides
France
Description:
Le Conseil Interprofessionnel des Vins d'Alsace (CIVA) convie les professionnels de la filière vin à une dégustation de Grands crus alsaciens.
Cette dégustation est une invitation à la découverte des grands vins d'Alsace. Les producteurs viendront faire partager leur passion des vins et leur amour pour un terroir très expressif.
Salle des Tirages

[15:00-22:00] Workshop Bahamas
Location:
Hôtel Lutetia
45, boulevard Raspail
75006 Paris
M° Sèvres - Babylone
France
Phone : +33 (0)1 49 54 46 00
Fax : +33 (0)1 49 54 46 00
Internet Site : www.hotellutetia.com
Description:
OT des Bahamas : workshop le 14 mars à Paris

L'Office du Tourisme des Bahamas organisera un Workshop dédié à la destination, le lundi 14 mars 2011, à partir de 15h à l'hôtel Lutetia.

Destiné aux agents de voyages, agences incentive et tour opérateurs, ce rendez-vous réunira une palette de partenaires participants : groupes hôteliers et hôtels indépendants, réceptif et compagnies aériennes.

Corsairfly sera également présente, pour promouvoir son vol Paris-Miami, et la nouvelle liaison Miami-Nassau en codeshare avec la compagnie domestique Bahamasair.

Déroulé de la journée :
15h-19h30 Workshop
19h30 Projection d'un audiovisuel en 3D unique sur les îles Bahamas
20h Cocktail dînatoire et de nombreuses surprises !

Les professionnels sont invités à s'inscrire dès à présent par email à l'adresse suivante : info@bahamas.fr



[17:00-21:00] vernissage de l'exposition « Brassens ou la liberté »
Location:
Cité de la Musique
Musée de la Musique
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)1 44 84 44 84
Mail : contact@cite-musique.fr
Internet Site : www.citedelamusique.fr
Description:
DU 15 MARS AU 21 AOÛT 2011

http://www.citedelamusique.fr/minisites/1103_brassens/index.aspx

Dans la continuité de plusieurs expositions visant à éclairer le parcours de figures emblématiques de la scène musicale du xxe siècle, en France et à l'étranger : « We want Miles » (autour de Miles Davis, en octobre 2009), « Gainsbourg 2008 » (2008), « John Lennon, unfinished music » (2005), « Pink Floyd Interstellar » (2004), « Jimi Hendrix Backstage » (2003), la Cité a souhaité rendre hommage à un monument de la culture musicale française : en 2011, Georges Brassens, mort il y a tout juste trente ans, aurait eu 90 ans.

Qui ne connaît pas Brassens ? Tout le monde a chantonné un jour l'une de ses chansons : Le Gorille, Les Amoureux des bancs publics, Auprès de mon arbre et bien d'autres. L'homme est installé dans la mémoire collective avec l'image parfois consensuelle du père tranquille que l'on chante en famille au coin du feu ou celle de l'ami qui nous rassure.

Il est temps de redécouvrir que derrière la figure fleurant bon la France d'antan, se cache un individu rare, hautement lettré, fin connaisseur des grandes figures de la poésie française, et aussi un formidable musicien pétri du swing et amoureux de Charles Trenet ; un libertaire qui choisira une voie individuelle plutôt que les combats collectifs, sans renier ses convictions, s'opposant à la guerre, à la morale bien-pensante ou à l'arbitraire de la justice et de la police ; une force tranquille, inébranlable dans le tourbillon du succès, qui n'a jamais suivi que sa petite musique intérieure.

Mais comment exposer Brassens ? Comment évoquer une personnalité si populaire mais si volontairement peu spectaculaire ? La Cité de la musique a voulu, au-delà des images stéréotypées, le faire découvrir sous un angle inédit et parfois surprenant.
Elle a demandé au dessinateur et auteur Joann Sfar – le père du Chat du Rabbin mais aussi réalisateur d'un premier long-métrage consacré à Serge Gainsbourg –, ainsi qu'a la journaliste Clémentine Deroudille, de transmettre leur passion pour Brassens. Les commissaires proposent un parcours à la fois ludique et didactique, incitant à la déambulation au milieu d'une forêt d'arbres, où le public découvrira de nombreux documents inédits, manuscrits et carnets exceptionnellement confiés par la famille et les proches du chanteur, mais également sons d'archives, images télévisuelles, photographies, guitares…

La scénographie de cette première rétrospective consacrée à l'artiste a été confiée à des artistes-décorateurs de cinéma. Christian Marti, Antoine Fontaine et Gladys Garot ont imaginé un écrin fait de matériaux bruts et de tulles tendus, créant plusieurs atmosphères dans lesquelles les visiteurs découvriront un Brassens immortalisé par les photographes Robert Doisneau, Jean-Pierre Leloir et Pierre Cordier. Les dessins de Joann Sfar, répartis tout au long du parcours, sont à l'image de son univers : sagace, drôle, déroutant. Mis en scène par le graphiste Philippe Ravon, ils dialoguent avec les œuvres ; illustratifs, monumentaux, ils éclairent à leur façon la vie de Brassens et racontent des histoires – celles qui ont émaillé la vie du chanteur comme celles que le dessinateur a imaginées pour le public.

Le parcours musical de l'exposition offre au public le Brassens qu'il aime et d'autres pépites inédites. Il permet d'entendre des archives sonores méconnues réunies par Clémentine Deroudille, et un univers musical confié au musicien Olivier Daviaud, rassemblant de nombreuses chansons de l'artiste, mais aussi plusieurs textes inédits.

L'exposition recèle aussi de multiples surprises pour que parents et enfants puissent partager l'exposition. Dans « Brassens ou la liberté », les enfants sont libres de faire ce qu'il n'ont pas le droit de faire habituellement : voler des bijoux, tirer les poils du chat, parler de travers, se prendre pour Brassens, toucher des guitares… Des mini-concerts seront régulièrement proposés au sein des espaces et des ateliers pour chanter Brassens seront organisés.

En partenariat avec l'INA.

Les commissaires
Joann Sfar
Dessinateur, scénariste et réalisateur, Joann Sfar a suivi parallèlement des études de philosophie et les cours des Beaux-Arts de Paris. En 1994, l'Association Delcourt et Dargaud publient ses premiers albums. Il participe depuis au renouveau de la bande dessinée française. Seul ou accompagné, Joann Sfar a signé plus de 150 albums, quelques romans, des films d'animation et le long métrage Gainsbourg, une vie héroïque.

Clémentine Deroudille
Après une formation d'historienne de l'art, Clémentine Deroudille est entrée à RFI en 2002 où elle a collaboré notamment au magazine quotidien « Le Monde Change ». Elle a produit l'émission musicale « 100% français » destinée à faire connaître la chanson française à travers le monde. Très attachée à la mise en valeur des archives sonores, Clémentine Deroudille a réalisé le parcours sonore de l'exposition « Robert Doisneau, Paris en liberté » présentée à l'Hôtel de Ville de Paris en 2007, ainsi que le coffret sonore Robert Doisneau, le braconnier de l'éphémère (Radio France/INA). Actuellement directrice de la collection « La voix au Chapitre » aux éditions Textuel/INA/France Culture, qui donne à entendre une sélection de grands moments radiophoniques dédiés à des figures majeures des sciences humaines et sociales. Elle est aussi l'auteur du livre/disque Jacques Higelin en cavale (Textuel).

En partenariat avec l'INA




[18:00-21:00] Inauguration de l'exposition "Aimé Césaire, Lam, Picasso"
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
« Nous nous sommes trouvés »

dans le cadre de "2011, année des Outre-mer"

Grand Palais, Galeries nationales (accréditation obligatoire : 01 53 69 26 74)

16 mars 2011 - 6 juin 2011

Cette exposition est organisée par la Rmn-Grand Palais dans le cadre de 2011 Année des Outre-mer.
Sa présentation est ensuite programmée en Martinique et en Guadeloupe.

Cette exposition, organisée dans le cadre de 2011 Année des Outre-mer, célèbre le 70e anniversaire de la fructueuse rencontre entre Aimé Césaire (1913-2008) et Wifredo Lam (1902-1982), « un coup de foudre » dira le poète, « deux artistes frères » affirmera le peintre. Outre les toiles et eaux-fortes de Lam, elle réunit des gravures de Picasso et des oeuvres d'autres artistes inspirées par les poèmes et écrits de Césaire.
Pour mémoire, 2011 inaugure aussi l'hommage voulu par l'UNESCO, qui a souhaité que soient, dans les quatre prochaines années, honorés à travers le monde les trois grands poètes du XXe siècle symbolisant « l'universel réconcilié » que sont Aimé Césaire, Pablo Neruda et Rabindranath Tagore.

Césaire / Lam
Le 25 mars 1941, Lam réfugié à Marseille, quitte la France pour l'Amérique grâce à L'Emergency Rescue Committee et son mandataire Varian Fry, en compagnie de nombreux intellectuels et artistes fuyant le nazisme, parmi lesquels André Breton, André Masson, Claude Lévi-Strauss, Anna Seghers, Max Ernst, etc...
Lorsque le navire fait escale à la Martinique, les autorités françaises fidèles au régime de Vichy arrêtent les passagers qui resteront un mois dans l'île. D'abord consignés à résidence aux Trois-Ilets, ils peuvent ensuite rejoindre Fort-de-France où, André Breton découvre la revue Tropiques, et ses fondateurs Suzanne et Aimé Césaire. La lecture du Cahier d'un retour au pays natal, publié en 1938, est pour Breton un choc, il le qualifie de « plus grand monument lyrique de ce temps » et partage son enthousiasme avec Lam qui nouera une amitié créatrice et indéfectible avec Césaire. Lam regagne Cuba, son île natale quittée en 1924. Inspiré par la rencontre avec Césaire et la découverte de la forêt martiniquaise d'Absalon, il peint en 1943 La Jungle, oeuvre majeure conservée au MOMA à New-York.
Vers 1981 alors que Lam, très affaibli ne peut plus peindre, il demande à Césaire de reprendre le projet Annonciation, une dizaine d'eaux-fortes (vers 1969) et pour chacune desquelles il lui propose de composer un poème. En 1982 après la disparition de Lam les eaux-fortes sont éditées en Italie. La même année les poèmes de Césaire inspirés par les oeuvres de Lam sont publiés par Le Seuil à la fin du recueil Moi, Laminaire. Ils n'ont à ce jour jamais fait l'objet d'une publication commune.
Un des propos de cette exposition est de réunir pour la première fois ces puissantes gravures en couleurs et les dix poèmes d'Aimé Césaire. Des peintures de grand format conservées par le Musée national d'Art moderne-Centre Pompidou, le musée Cantini à Marseille et plusieurs oeuvres majeures, dont le très important tableau de 1942, La Réunion I (collection particulière) viendront l'enrichir.
Par ailleurs cette exposition permettra aussi la découverte d'un inédit de Césaire (1941/43), contemporain de La Jungle et de leur rencontre.

Césaire / Picasso
Aimé Césaire et Picasso (1881-1973) se rencontrent une première fois en 1948 à l'occasion du Congrès de la Paix à Wroclaw. En 1950 paraît le recueil Corps perdu, constitué de dix poèmes de Césaire illustrés de trente-deux gravures de Picasso. En frontispice un profil de Noir, ceint de lauriers et intitulé « Poète couronné » renvoie symboliquement à l'image de Césaire. Il sera repris pour l'affiche du premier congrès des écrivains et artistes noirs organisé à la Sorbonne en septembre 1956 par Présence africaine. ...Publié aux éditions Fragrance, le recueil, non relié, a été tiré à 207 exemplaires. Les gravures ont été réalisées dans les ateliers Roger Lacourière.

Picasso / Lam
« Je ne me suis jamais trompé sur toi. Tu es un peintre. C'est pour cela que j'ai dit la première fois que nous nous sommes vus que tu me rappelais quelqu'un : moi » (Picasso à Lam). Lorsque Wifredo Lam quitte l'Espagne en 1938, il est accueilli à Paris par Picasso qui lui présente Joan Miró, André Breton, Paul Eluard, Christian Zervos, Daniel-Henry Kahnweiler, Pierre Loeb... C'est une fructueuse rencontre entre les deux hommes, que relie en outre une langue commune, qui fera aussi dire à Picasso « Lam, je crois que tu as de mon sang en toi, tu dois être un de mes parents un primo ; un cousin ».

Commissariat général
Eskil Lam, responsable des archives et spécialiste de l'oeuvre de Wifredo Lam
Daniel Maximin, écrivain, commissaire de 2011 Année des Outre-mer

[18:00-21:00] Lancement du livre collectif "Je suis Favela"
Location:
Librairie 0fr
20, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
M° Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 45 72 88
Mail : info@ofrsystem.com
Internet Site : www.ofrsystem.com
Description:
Lancement du livre "Je suis Favela" avec la présence de Solo, du groupe Assassin, qui va venir déclamer quelques histoires.
www.jesuisfavela.fr

[18:00-21:00] Vernissage collectif "Je suis Favela"
Location:
Librairie 0fr
20, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
M° Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 45 72 88
Mail : info@ofrsystem.com
Internet Site : www.ofrsystem.com
Description:

[18:30-20:30] Exposition "Art Arabe" de l'explorateur Émile Prisse d'Avennes
Location:
Centre Culturel Egyptien
Centre Culturel d'Egypte à Paris
111, boulevard Saint-Michel
75005 Paris
M° RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 46 33 75 67
Fax : +33 (0)1 43 26 18 83
Mail : centre@culture-egypte.com
Internet Site : www.culture-egypte.com
Description:
Du lundi 14 au vendredi 25 mars
Vernissage le lundi 14 mars, de 18h30 à 20h30

30 planches tirées de l'ouvrage trilingue "Emile Prisse d'Avennes, Arab Art" édité par TASCHEN

L'ouverture de l'exposition sera suivie d'une conférence en arabe avec des résumés en français sur "L'Egypte de l'après 25 janvier 2011" en présence de Gamal Ghitany, écrivain et journaliste, Rédacteur en chef de Akhbar al-Adab, et Nasser Kamel, Ambassadeur de la République arabe d'Egypte en France.

[18:30-21:00] Remise du 57ème Prix des Libraires 2011
Location:
Saint-Germain-des-Prés
Saint-Germain-des-Prés
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés
France
Internet Site : www.saint-germain-des-pres.com
Description:
Hôtel Madison
143 Boulevard Saint-Germain
75006 Paris

Pour sa 57e édition, le prix des Libraires a été remis, lundi 14 mars, à Victor Cohen-Hadria pour son roman Les trois saisons de la rage, paru chez Albin Michel.

Avec 158 voix sur un total de 382, Les trois saisons de la rage de Victor Cohen-Hadria (Albin Michel) s'est vu décerner le prix des Libraires 2011, devançant toutefois de peu La fortune de Sila de Fabrice Humbert (Le Passage) qui a obtenu 144 voix. Le troisième titre en course, Celles qui attendent de Fatou Diome (Flammarion), suit à distance avec 80 voix.

[18:30-22:00] Soirée de lancement de la revue "Place de la Sorbonne"
Location:
Réfectoire du Couvent des Cordeliers
Université Pierre et Marie Curie
15, rue de l'Ecole de Médecine
75006 Paris
M° Odéon
France
Phone : +33 (0)1 44 27 81 60
Internet Site : www.refectoire-cordeliers.fr
Description:
Nous fêtons le premier numéro de Place de la Sorbonne, la revue internationale de poésie contemporaine de l'université Paris-Sorbonne et de son école interne l'IUFM de Paris. Place de la Sorbonne a pour but de donner chaque année à lire et à comprendre les meilleurs poètes contemporains dans un esprit universitaire éloigné de toute considération partisane. Dès ce premier numéro, de grands noms ont accepté de donner des poèmes, mais le comité éditorial a aussi été attiré par des poèmes de jeunes auteurs. Cette soirée sera déroulera en deux temps : une présentation succincte de la revue suivie de lectures de et par William Cliff, Ariane Dreyfus, Esther Tellermann, Blandine Merle, Loïc Braunstein, et bien d'autres, puis un buffet-signature au cours duquel seront mis en vente, grâce à la librairie Sillage, les exemplaires de la revue ainsi que les livres des auteurs qui auront lu sur scène et qui ont accepté de se prêter au jeu de la signature. Dans le cadre du festival Tohu-Bohu Poème, le Printemps des Poètes de SORBONNE UNIVERSITES, du 11 au 15 mars





[19:00-23:00] Transporteur de l'Année 2011
Location:
Pavillon d'Armenonville
Allée de Longchamp
Bois de Boulogne
75116 Paris
M° Porte Maillot
France
Phone : +33 (0)1 44 30 11 11
Fax : +33 (0)1 44 30 11 12
Mail : l.jean@butard-enescot.com
Internet Site : www.pavillon-armenonville.fr
Description:
maîtresse de cérémonie : Faustine Bollaert

Le lundi 14 mars, vers 22h30, au Pavillon d'Armenonville à Paris, fin du suspense : le Transporteur de l'Année 2011 sera connu du grand public ! Qui succédera à Eric et Jean-Marc Tison, dirigeants de MTA (44), élus en 2010 par leurs pairs ? Comme chaque année, six entreprises de renom seront en compétition. Elles recevront chacune une Palme. L'édition 2011 s'annonce très ouverte. Les entreprises ont choisi cette année d'axer leurs discours sur la maîtrise des coûts d'exploitation, l'optimisation des flux et des chargements, la remontée des prix de transport et l'engagement en faveur de l'environnement, visible dans la signature des chartes CO2. La soirée, réunissant près de 400 professionnels du transport routier, sera à l'unisson de cette quête économique et technologique.






[20:00-23:50] OPENING - LE DÔME DU MARAIS
Location:
Le Dôme du Marais
53 bis, rue des Francs-Bourgeois
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 74 54 17
Fax : +33 (0)1 42 78 77 17
Mail : contact@ledomedumarais.fr
Internet Site : www.ledomedumarais.fr
Description:
Cédric Munier, Thierry Monassier & les Mauvais Garçons

vous invitent

à la réouverture du Dôme du Marais

(de 20h à 22h avec carton d'invitation et de 22h à 2h en accès libre)

DJ Set : Florian Sailer, Marc-Antoine Nys, PARADOXE Jean du Sartel and GUEST

Guest live performance : Frigide Barjot and The Burger Girl

[20:00-22:00] Première de l'oratorio "Messie" (Messiah)
Location:
Théâtre du Châtelet
1, place du Châtelet
75001 Paris
M° Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 40 28 28 00
Fax : +33 (0)1 40 28 29 01
Mail : relations-publiques@chatelet-theatre.com
Internet Site : www.chatelet-theatre.com
Description:
en présence de Christophe Girard, adjoint chargé de la culture

Le Messie (Messiah, HWV 56) est un oratorio composé en 1741 par Georg Friedrich Haendel (Georg Friederich Händel). C'est une de ses œuvres les plus populaires avec les suites Water Music (Musique sur l'eau) et Music for the Royal Fireworks (Musique pour les feux d'artifice royaux). Messiah est désormais considéré comme le chef-d'œuvre du genre oratorio.

Le texte réfère principalement à la résurrection du Messie et à la rédemption qu'elle opère : l'œuvre fut écrite pour le temps de Pâques et jouée pour la première fois lors de cette fête. Cependant, il est devenu de tradition, depuis la mort du compositeur, de la jouer pendant le temps de l'Avent - les semaines qui précèdent la fête de Noël - plutôt que pendant le temps de Pâques. Ces concerts ne jouent souvent en fait que la première section du Messie, concernant l'Annonce de la venue du Christ et sa naissance, ainsi que le chœur de l'Alléluia. Certains ensembles le jouent en entier. L'œuvre est aussi jouée à Pâques, en particulier les parties concernant la résurrection qui sont souvent des pièces jouées pendant les offices. L'air de la soprano "I know that my redeemer liveth" (« je sais que mon Rédempteur vit ») est souvent entendue lors de funérailles chrétiennes. La tradition veut par ailleurs que les cinquième et sixième mesures de cet air aient servi de base à la composition de l'air du carillon de Big Ben (Westminster Quarters), à Londres, à la fin du xviiie siècle.

L'oratorio a été écrit en 1741 à Londres et repose sur un livret en anglais de Charles Jennens inspiré de la Bible. La musique pour le Messie a été achevée en 24 jours de composition rapide. Ayant reçu le texte de Jennens quelque temps après le 10 juillet 1741, Haendel a commencé à travailler dessus le 22 août. Ses notes indiquent qu'il a terminé la première partie aux alentours du 28 août, la deuxième partie le 6 septembre et la troisième, le 1er septembre. Après deux jours de correction, le travail est achevé le 14 septembre. L'original de la partition de 259 pages montre des signes de précipitation, tels des taches, des griffures et autres erreurs non corrigées, mais selon le spécialiste de musique Richard Luckett, le nombre d'erreurs est remarquablement faible dans un document de cette longueur. Mais il n'a été créé que le 13 avril 1742 lors d'un gala de charité au Temple Bar de Dublin.

Haendel met à la disposition de la prédication le ressort dramatique et musical de l'opéra. Bien que considéré comme un « oratorio sacré », le Messie est résolument sorti de l'église, davantage que bien des œuvres créées dans ce genre ; donné sur scène, il épouse toutes les ressources dramatiques et musicales de la scène, à l'exception du jeu des acteurs et des machineries. Ce développement opéré par Haendel lui permet d'atteindre une dimension nouvelle par une large amplification théâtrale, qui laisse libre cours à la volonté de l'ancien auteur d'opéras, de prolonger son succès auprès d'un nouvel auditoire, entreprise entamée dès 1739, avec l'oratorio Saül (Saul). Il faut cependant noter que cette théâtralisation est obtenue par des moyens essentiellement musicaux et que le ressort proprement dramatique est absent du Messie.

En mars 1743 lors de la création britannique du Messie, une cabale de dévots rejette l'œuvre en s'appuyant sur l'idée que la fresque semble grandiloquente à certains, et trop éloignée du recueillement ou du demi-silence qu'exigerait la vraie prière. La guerre des libelles va durer plusieurs mois, portant un tort considérable au succès de l'oratorio. Haendel devra limiter à deux représentations les auditions du Messie en 1743 et n'en donner aucune en 1744. On sait, certes, que le roi lui-même s'était levé lors de la première en entendant l'explosion de joie de l'Alléluia, dans la partition duquel on peut compter que le mot « alleluia » est répété 70 fois et où l'on chante, par exemple, For the Lord God omnipotent reigneth. Il donna ainsi naissance à la tradition britannique qui veut que la salle se lève à ce moment lors de chaque exécution en concert. Mais cet enthousiasme instinctif n'avait pas suffi à assurer le succès. Pour les Anglais, il y avait quelque chose de déroutant dans l'œuvre de Haendel : une relative abondance de chœurs (vingt, pour cinquante-deux numéros au total) qui avait convaincu les Irlandais mais laissait les Britanniques pantois, sans aucune autre référence comparable dans le genre d'oratorios sacrés qu'ils avaient entendus jusqu'alors et qui portaient la marque de la musique d'outre-manche beaucoup plus que de l'inspiration italienne. Une certaine postérité devait aussi attribuer cet échec à l'orchestration qui, à l'origine, ne mettait en œuvre que les cordes, les trompettes et les timbales (Haendel n'introduisit que plus tard les hautbois et les bassons). Le succès de l'œuvre ne fut effectif, à Londres, qu'après 1750. À son tour, Wolfgang Amadeus Mozart qui l'entendit à Mannheim en 1777 réorchestra la partition (ajoutant hautbois, flûtes, cors et trombones, pour remplacer l'orgue) pour la mettre au goût de son époque, la rapprochant encore un peu plus de l'art profane.

L'œuvre est divisée en trois parties, compilées de l'Ancien et du Nouveau Testament :
- Ancien et Nouveau Testament (c'est-à-dire, dans ce dernier, les Évangiles) : les prophéties de l'Incarnation du Christ, l'Annonciation et la Nativité.
- Ancien Testament (les Lamentations du prophète Jérémie, les Psaumes) et Nouveau Testament : la Passion, la Résurrection et l'Ascension du Christ.
- Nouveau Testament : cette dernière partie, plus courte, se présente comme une réflexion sur le rôle rédempteur du Christ, la vie l'emportant définitivement sur la mort (dans l'optique de saint Paul, largement mis à contribution ici).
L'œuvre est écrite pour orchestre et chœur, avec cinq solistes (soprano, mezzo-soprano, contralto, ténor et basse), elle comprend une ouverture, une sinfonia pastorale et 51 récitatifs, airs et chœurs.

Haendel a dirigé de nombreuses fois le Messie, adaptant souvent l'œuvre aux circonstances, si bien qu'aucune version ne peut être considérée comme étant plus authentique que les autres.

[20:30] 60 ans des Maîtres cuisiniers de France - dîner de gala
Location:
Pavillon Cambon Capucines - Potel et Chabot
46, rue Cambon
75001 Paris
M° Madeleine, Opéra
France
Phone : +33 (0)1 47 20 04 05
Fax : +33 (0)1 47 20 10 60
Mail : cambon@poteletchabot.fr
Internet Site : www.poteletchabot.com
Description:
60 ans des Maîtres cuisiniers de France - dîner de gala

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés