Tuesday, April 19, 2011
Public Access


Category:
Category: All

19
April 2011
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

  Fête nationale du Sierra Leone
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Anniversaire de l'Indépendance

08:00  
09:00  
10:00 [10:20-12:40] Concert iDTGV de Asa
Location:
Gare de l'Est
Gare de Paris-Est
Place du 11 novembre 1918
75010 Paris
M° Gare de l'Est, Château-Landon
France
Internet Site : agenda.germainpire.info/redirect.php?link_id=36
Description:
La chanteuse nigériane se produira à bord de l' iDTGV n°2995 Paris-Strasbourg (10:24 - 12:45).

11:00
12:00
13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00 [17:00] Exposition « L'Objet photographique, une invention permanente »
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
20 avril-19 juin 2011
Vernissage le 19 avril 2011 à partir de 17h

L'exposition «L'Objet photographique: une invention permanente» propose de découvrir l'ensemble des dispositifs de prise de vue (contact, sténopé, objectif photographique...) et des processus de fabrication ou de modification des divers «objets» (positifs directs, négatifs, tirages...) qui constituent l'atelier du photographe.

avec des œuvres de Laure Albin-Guillot, Manuel Alvarez Bravo, Eugène Atget, Anna Atkins, Patrick Bailly Maître-Grand, Edouard Baldus, Hippolyte Bayard, Rhona Bitner, Pierre Boucher

L'Objet photographique: une invention permanente

Ces objets, résultats des possibilités techniques de chaque époque mais aussi de leurs contraintes, sont le reflet des perpétuelles mutations ayant jalonné l'histoire de la photographie. Les oeuvres choisies montrent que création photographique et innovation technique sont intimement liées: chaque nouveau procédé a considérablement transformé l'aspect visuel des images.

Provenant d'institutions variées (Maison Européenne de la Photographie, Musée Carnavalet, Musée Bourdelle, Musée d'Art moderne de la Ville de Paris, Maison de Victor Hugo, Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Société Française de Photographie, Muséum national d'Histoire naturelle, Institut de France...) ou directement des artistes, les images historiques ou plus récentes sont rapprochées autour d'un même procédé et de ses variantes, afin de montrer les liens entre la pratique des pionniers de la photographie et celle des photographes actuels, utilisateurs de techniques alternatives qui leur permettent d'échapper à la domination des industries de l'image.

En faisant se côtoyer des oeuvres réalisées selon les mêmes procédés ou des dispositifs équivalents à parfois plus de 150 ans d'intervalle, par des photographes tels que William Henry Fox Talbot et Ilan Wolff, Anna Atkins et Nancy Wilson-Pajic, Adolph de Meyer et Irving Penn ou enfin Charles Marville et France Scully Osterman, l'exposition rompt avec l'idée d'une chronologie linéaire du médium, et s'intéresse aux ruptures et aux continuités qui ont permis d'élaborer un langage spécifique et d'écrire l'histoire matérielle de la photographie qui, en ce début du XXIème siècle, est en complète mutation. En effet, à l'ère du tout numérique, alors que l'offre en matière de support et de matériel de prise de vue s'appauvrit en ce qui concerne les filières argentiques, il devient urgent de faire le point sur les connaissances techniques qui nous permettront de comprendre la nature exacte des oeuvres produites depuis l'invention du médium (1839) et ce jusqu'à nos jours.

Le parcours de l'exposition s'ouvre sur les différents dispositifs photographiques pour s'articuler ensuite en deux parties, l'une consacrée à la photographie monochrome, l'autre à la photographie couleurs. Chacune reprend, selon le même déroulé, les questions de la prise de vue et de la matrice des images puis du travail sur le tirage. Afin d'appréhender au mieux les oeuvres, les procédés et leurs enjeux dans la photographie contemporaine, des médiateurs, présents dans les espaces d'exposition, répondent aux questions éventuelles des visiteurs. Au terme d'un dialogue entre les oeuvres historiques et contemporaines, cette exposition montre la richesse du vocabulaire technique de la photographie tant sur le plan de la fonction que de la structure des oeuvres et tend à démontrer que tout objet photographique est, par nature, unique.

[17:00] Exposition « Patrick Tosani, Œuvres 1980-2011 »
Location:
Maison Européenne de la Photographie
MEP
5-7, rue de Fourcy
82, rue François Miron
75004 Paris
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 75 00
Fax : +33 (0)1 44 78 75 15
Mail : olaurent@mep-fr.org
Internet Site : www.mep-fr.org
Description:
20 avril-19 juin 2011
Vernissage le 19 avril 2011 à partir de 17h

Patrick Tosani s'est imposé dès le début des années 1980 avec une oeuvre combinant l'héritage des avant-gardes des années 1970 et l'affirmation du medium photographique comme mode d'expérimentation. La place occupée par ses travaux n'a cessé de croître depuis.

Dès les années soixante, les Allemands Bernd et Hilla Becher, en rupture avec la Subjektive Fotografie d'Otto Steinert et le mythe du reportage indexé sur le célèbre «instant décisif», ont inventé une esthétique qui doit beaucoup à l'art conceptuel et au minimalisme, élaborant une pratique du constat, de l'archivage, de la sérialité et de la pure frontalité de l'image.

Travail austère et ambitieux, qui renvoie à la «matité» du réel, à son entêtement à être là et à ne point signifier : châteaux d'eau, hauts-fourneaux, maisons à colombages froidement répertoriés, paysages d'où tout lyrisme de la nature, toute poétique urbaine sont exclus, visages devenus faces. Mais du même coup, la polémique était aussi engagée contre le post-modernisme: réappropriation des styles, pratique de la citation, maniérismes, assomption du kitsch.

C'est dans ce lignage, théorique autant que plastique, que s'est inscrit en France le courant dit de l'«Autre Objectivité» – en référence à la Neue Sachlichkeit allemande des années vingt –, défendue par le critique d'art Jean-François Chevrier dans les années quatre-vingt, et dont relèvent des artistes tels que Hannah Collins, Jean-Louis Garnell, Suzanne Lafont, Jeff Wall et, donc, Patrick Tosani.

Mais si Tosani a incontestablement continué de pratiquer une photographie conceptuelle et minimaliste, il a aussi et surtout tracé une voie singulière et expérimentale, tout en préservant la «forme-tableau», emblématique de l'École de Düsseldorf. Tosani insiste d'ailleurs lui-même sur son côté expérimentateur, énonçant de sa photographie qu'elle est «enregistrement puis témoignage d'une expérimentation».

L'originalité de Tosani réside sans doute dans le fait que son oeuvre témoigne d'un phénomène tangible, d'une présence réelle, mais où la réalité est finalement «remise en cause, interrogée, déjouée et questionnée de manière poétique et presqu'existentielle dans notre rapport au monde». Par où Tosani s'éloignerait d'un strict paradigme objectiviste. En témoignent notamment ses jeux avec l'échelle et son questionnement récurrent autour du corps. Jeux d'échelle: Tosani joue systématiquement sur la monumentalisation et, à l'inverse, sur la miniaturisation des objets, créant de ce fait une perpétuelle déstabilisation perceptive. Gigantisme des cuillères (Cuillères, 1987), triviaux objets du quotidien qui accèdent ainsi au rang de totems, des talons de chaussures (Talons, 1987), devenus arches, ponts, sculptures, ou, a contrario, des petites figures emprisonnées dans la glace, à peine perceptibles, mystérieuses et enfantines (Le Coureur, L'Equilibriste, Valse, etc., 1982).

Mais s'il est une grande question qui traverse l'oeuvre de Tosani, c'est à n'en pas douter celle du corps. Corps déjà présent/absent dans la série consacrée aux talons, dans les multiples travaux effectués autour du vêtement – aplati, déplié, froissé, rigidifié, encollé –, corps oblique à travers la «peau» des tambours qui connote doublement l'épiderme humain et le toucher – frapper des mains musiciennes (Géographie, 1988), corps en filigrane dans la série qui expose des silhouettes évanescentes derrière une écriture en braille (Portraits Braille, 1985).

Mais le corps se donne aussi plus brutalement, voire avec violence, dans ces corps masculins ramassés sur eux-mêmes, dépourvus de membres et de têtes, semelles de chaussures écrasées sur une plaque de plexiglas, tels des boulets qui atteindraient frontalement le spectateur (CDD, 1996), et dans ces crânes pris en plongée directe, découpés sur le néant, qui se métamorphosent, selon la chevelure, en hérissons ou en galets veinés d'algues (Têtes, 1992). Toutefois, le corps ne se réduit pas, chez Tosani, à une forme sculpturale plus ou moins abstraite : il suscite aussi des effets – loin, encore une fois, de l'objectivisme pur –, tels que le sentiment d'étrangeté ou encore de dégoût. Ainsi, en plans très rapprochés, de ces ongles cruellement rongés (Ongles, 1990), qui disent l'angoisse du sujet et suscitent chez le regardeur un sentiment mêlé ; ainsi surtout de ces «bouchées» (Sans titre, 1992), qui connotent davantage encore un corps vivant, mangeant, mâchant et recrachant la nourriture.

Pour autant, et contrairement à ce qu'une approche purement formaliste pourrait le laisser supposer, l'oeuvre de Tosani n'est ni grave, ni pesante : son conceptualisme n'exclut pas une forme de légèreté poétique, voire d'humour. Que l'on regarde ces enfants dont le visage offert et le torse fragile sont entourés de splendides corolles de tissus, – des chemises encollées : rouge écarlate, bleu turquoise, vert jade, jaune orangé, véritable symphonie picturale et jouissance de l'oeil (Regards, 2001). Ou bien ces masques (Masques, 1998), quant à eux réalisés à partir de pantalons rigidifiés, ludiquement percés de larges trous évoquant les yeux étonnés des masques primitifs aux vertus magiques. Ou enfin ces chaussures «lactées», découpées et emplies de lait (Les Chaussures de lait, 2002), qui ne sont pas sans évoquer une démarche surréalisante.

Patrick Tosani a su ainsi, tout en préservant la force conceptuelle de son travail, inventer une oeuvre parfaitement originale qui fait éclater les cadres stricts de l' «Autre Objectivité», et s'aventurer vers des terrains singuliers, où se nouent pureté du minimalisme et ludisme des formes, où se déclinent enfin les différents états du corps. Une oeuvre vivante, en perpétuel devenir, et dont la séduction plastique emporte l'adhésion du regardeur.

[17:00-19:00] Récompense aux lauréats du Concours de commentaire "Génération + d'Économie
Location:
Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi
Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique‎
139, rue de Bercy
75012 Paris
M° Bercy, Gare de Lyon
France
Internet Site : www.minefi.gouv.fr
Description:
Christine LAGARDE récompensera les lauréats du Concours de commentaire « Génération + d'Économie » 2011

Christine LAGARDE, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie récompensera les lauréats du Concours de commentaire « Génération + d'Économie » 2011, concours qui s'inscrit dans la continuité de la XIIème édition de la Journée du Livre d'Économie,

Lire l'Économie organise depuis 12 ans la Journée du Livre d'Économie. Le concours de commentaire « Génération + d'Économie » a été nouvellement conçu suivant le souhait de Christine LAGARDE pour faciliter la rencontre et le débat entre le public - et plus particulièrement les étudiants et les lycéens - et les élus, les chercheurs, les journalistes et les auteurs traitant de l'économie et de la finance.
Les étudiants et les lycéens qui ont suivi les différents débats de cette journée sont aussi invités à participer au concours de commentaires « Génération + d'Économie ».
Le jury, composé de journalistes spécialisés, professeurs, économistes, et représentants des partenaires de Lire l'Économie ont départagé pour ce concours deux catégories : trois lycéens et trois étudiants ; les gagnants se verront attribuer une récompense financière. De plus, Christine LAGARDE, leur décernera un diplôme « Bercy ».

Hôtel des Ministres


[18:00] Réception avec le collectif de l'Année Européenne du Bénévolat
Location:
Ministère de l'Education Nationale
Hôtel de Rochechouart
110, rue de Grenelle
75007 Paris
M° Solférino, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 55 55 10 10
Internet Site : education.gouv.fr
Description:
Réception avec le collectif de l'Année Européenne du Bénévolat et du Volontariat

[18:00-21:00] vernissage collectif à la galerie Thuillier - Salon de Printemps
Location:
Galerie Thuillier
13, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 33 24
Mobile : +33 (0)6 12 80 88 36
Fax : +33 (0)1 42 77 33 24
Mail : galeriethuillier@wanadoo.fr
Internet Site : galeriethuillier.free.fr
Description:
Du 15 AU 28 AVRIL 2011
Vernissage mardi 19 AVRIL 18h à 21h

[18:30-22:00] Grant's Live
Location:
L'Imprimerie (Philippe Auguste)
58, avenue Philippe Auguste
75011 Paris
France
Description:
http://apps.facebook.com/grantslive/?ref=bookmarks

[18:30-22:30] Grant's ouvre un bar éphémère
Location:
L'Imprimerie (Philippe Auguste)
58, avenue Philippe Auguste
75011 Paris
France
Description:
Situé dans une ancienne imprimerie du 11ème arrondissement, le Grant's Live permet de déguster du whisky ou des cocktails à base à base de whisky dans une ambiance chaleureuse. Ce club lounge dédié au scotch blend de William Grant & Sons permettra aussi à des musiciens et des humoristes de se produire.

Ouverture du 19 au 30 avril



[19:00-22:00] Lancement du nouveau parfum "XXX - 3 baies" de VitaminWater
Location:
Les Chandelles
1, rue Thérèse
75001 Paris
France
Phone : +33 (0)1 42 60 43 31
Mobile : +33 (0)6 37 34 53 32
Mail : club@les-chandelles.com
Internet Site : www.les-chandelles.com
Description:
En presence de Sébastien Tellier, Coeur de Pirate, Philippe Manoeuvre, Nicolas Bedos, Pom Klementieff, Uffie, Olympia Le Tan, Nubia Esteban

[19:30] Soirée Artistik Rézo
Location:
Espace Pierre Cardin
1, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 44 56 02 02
Mail : gdesabran@pierrecardin.fr
Internet Site : www.pierrecardin.com/Dculture/espace_cardin_gb.html
Description:
Nicolas Laugero-Lassere's art collection vernissage
Banksy's movie about MBW "Faites le Mur!"




[20:00] Concert de l'Orchestre de l'Opéra national de Paris
Location:
Salle Pleyel
252, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 42 56 13 13
Mail : rp@sallepleyel.fr
Internet Site : www.sallepleyel.fr
Description:
sous la direction de Georges Prêtre

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2014 - Tous droits réservés