Saturday, January 7, 2012
Public Access


Category:
Category: All

07
January 2012
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

  Fête nationale du Cambodge
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
7 janvier et 17 janvier

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00 [12:00] Déjeuner de gala pour le Bel âge
Location:
Chalet du Lac
Orée du Bois de Vincennes
Avenue de Bel Air
75012 Paris
M° Saint-Mandé, T3a Alexandra David-Neel
France
Phone : +33 (0)1 43 28 09 89
Mail : contact@chaletdulac.fr
Internet Site : www.chaletdulac.fr
Description:
Samedi 7 janvier 2012 ou samedi 14 janvier 2012 à 12h

Le Maire, le Conseil municipal et le conseil d'administration du Centre communal d'action sociale vous invitent à un déjeuner dansant de gala. Aller et retour en mini-bus de la mairie sur simple demande.
Conditions de réservation : être domicilié à Saint-Mandé et âgé de 65 ans et plus.
Les cartons de réservation sont à retirer auprès du CCAS jusqu'au 17 décembre. Merci de vous munir de votre pièce d'identité.
Renseignements au 01 49 57 78 65

[12:00-20:00] Vernissage de Chiharu Shiota "White Line - infinity"
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
du 7 janvier au 18 février
vernissage le samedi 7 janvier de 12h à 20h

[12:00-20:00] Vernissage de Juliao Sarmento
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
du 7 janvier au 18 février
vernissage le samedi 7 janvier de 12h à 20h



[14:00-20:00] Vernissage de Daniel Schlier « Europa - Europa »
Location:
Galerie Jean Brolly
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 88 02
Fax : +33 (0)1 42 78 88 03
Mail : galbrolly@wanadoo.fr
Internet Site : www.jeanbrolly.com
Description:
7 janvier - 11 février 2012

« Enfin comme toujours : on commence avec une idée et on finit avec une peinture. »
D.Schlier

Inclassable, c'est probablement le terme qui vient à l'esprit lorsqu'on est devant un tableau de Daniel Schlier.
Depuis la fin des années 80, Daniel Schlier développe un travail de peinture dont l'originalité vient de l'étrangeté de ses sujets construits à partir de multiples références, qu'elles proviennent de la peinture ancienne, moderne ou issues de la photographie ou encore d'images de notre quotidien.
Pour sa 3e exposition à la galerie intitulée « Europa, Europa », Daniel Schlier s'est inspiré du rapt d'Europe, fille d'Agénor, roi de Tyr. Sous l'aspect d'un taureau blanc, Zeus « fendant les flots azurés, emporte sa proie sur le vaste océan ». Le titre de l'exposition sonne comme une incantation car l'Europe est née dans le rêve d'une jeune femme qui voit s'approcher un taureau dont « le front n'a rien de menaçant » et qui va la conduire vers sa destinée.
Sa nouvelle série de tableaux interpelle notre regard et notre imagination. Nous sommes loin du sujet mythologique qui a inspiré Ovide dans les Métamorphoses et si souvent représenté dans la peinture classique. Ici, le poème n'est qu'un prétexte qui sert de point de départ à une histoire qui nous reste, en tant que regardeur, à inventer et à construire. Certes le taureau apparaît dans la représentation, avec ou sans cornes. Parfois il se dédouble. Mais quel sens donner à cette armure de chevalier démantibulée, qui cache derrière son heaume un oeil humain ?
À l'évidence les codes sont brouillés tellement l'incohérence de la scène saute aux yeux.
L'artiste se complaît à troubler notre regard jusque dans la technique utilisée. Il cultive le goût du détail et du savoir faire. Pourquoi faire cohabiter un traitement lisse au réalisme quasi photographique avec des parties plus empâtées, des fonds travaillés comme des enduits aux couleurs acidulées jusqu'à nous imposer la présence de vrais cheveux et de poussières collés sur la toile ? Est-ce le résultat d'hallucinations, d'accidents ou au contraire celui d'un travail mûrement réfléchi et nourri par des images alchimiques ?
Daniel Schlier renoue avec une tradition de la représentation où toute tentative de narration et de compréhension est vouée à l'échec. Sa peinture est celle de la confrontation des styles et des techniques, de la déstabilisation et de l'égarement. Sa peinture doit être placée sous le signe de cette « rencontre fortuite » mallarméenne.
Daniel Schlier est né en 1960. Il vit et travaille à Strasbourg.




[15:00-20:00] Vernissage d'Yves Trémorin "SOLEILS NOIRS - Electronogrammes 2009-2011"
Location:
Galerie Michèle Chomette
24, rue Beaubourg
2ème étage
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 05 62
Fax : +33 (0)1 42 72 62 05
Mail : mc.galerie@free.fr
Description:
Exposition personnelle 11 janvier – 3 mars 2012
Vernissage en présence de l'artiste samedi 7 janvier 15h – 20h

Les œuvres récentes d'Yves Trémorin relèvent de la catégorie des électronogrammes et, de ce fait, elles inaugurent ce qu'on pourrait appeler, au moins dans le domaine de l'art, la période post-photographique. Le sujet, qui n'apparaîtra sous forme d'image qu'au terme d'un long processus de calculs complexes, est placé dans la chambre à vide d'un microscope électronique à balayage, privé sinon de lumière du moins de celle que nous percevons ordinairement en milieu ouvert. Il est, de par la taille réduite de l'habitacle, de petites dimensions et fixé par un point de colle sur une plateforme de manière à ce qu'il ne bouge pas au cours des mouvements de celle-ci. On le saupoudre à l'or afin de le doter d'un corps conducteur. La surface soumise au faisceau d'électrons réémet certaines particules qui sont transférées sous forme d'images par des capteurs sur l'ordinateur. Dès lors la manipulation se fait sur écran au moyen d'un joystick avant enregistrement. Les décisions de l'opérateur sont de ce fait assez réduites bien qu'à certains égards elles rappellent la classique séance de pose. L'image est ensuite travaillée avant d'être tirée sur papier chromogène brillant, et encadrée. L'accès à cette technologie fut fourni à Trémorin en 2009, via Stéphane Doré, directeur de l'école d'art de Bourges, par le laboratoire de l'IUT de mesures physiques de cette ville, alors dirigé par Jean-Pierre Martin, un passionné d'images. Dès 2004, comme il commençait à recourir au numérique, Yves Trémorin s'était intéressé à la reconstitution d'objets visuels qui évoquaient l'imagerie scientifique, sans grand rapport toutefois avec ce qu'il présente aujourd'hui.

Voilà pour le contexte et le processus. Mais qu'est-ce qui nous est donné à voir, et, parce que ce n'est sans doute pas la même chose, que voyons-nous ? Ce que l'on regarde est déjà tout imprégné de ce que l'on sait, mais aussi de ce que l'on désire, et de l'œuvre d'Yves Trémorin on sait déjà beaucoup. Et ceci, en premier lieu, qu'il photographie au plus près les corps, les peaux, les objets et les plantes : un œil scalpel, comme si sa formation scientifique avait depuis toujours posé et structuré son point de vue autant que son savoir-faire. Dans un premier temps de son travail, c'est son corps tout entier, collé à l'appareil photo qui s'approchait du sujet, qui faisait corps avec celui-ci. Une rupture s'est opérée avec La Dérivée Mexicaine où le fond noir posait une instance visible à la représentation, conférant aux sujets une dimension plus sculpturale, moins organique. Comme s'il avait cherché à découper des objets dans le continuum du réel, à les présenter autant qu'à les représenter et que, ce faisant, il parvenait à instaurer puis à maintenir le lien entre les choses, cette équivalence des êtres et des choses qui fait la grandeur du cinéma de Robert Bresson, par exemple. Michel Poivert a très justement dit à propos de La Dérivée Mexicaine, et contre Walter Benjamin, combien la reproduction était porteuse d'aura ; et l'on sait par ailleurs l'attention mutuelle et la proximité qui existèrent entre Trémorin et Gilles Mahé, celui qui, plus que quiconque, sut doter de simples photocopies des qualités de l'icône. C'est à ce point de son œuvre qu'Yves Trémorin s'en est allé voir du côté de l'imagerie non photographique.

Ce que nous voyons apparaît en noir et blanc. Ce que nous voyons, soigneusement tiré et encadré, l'artiste ne l'a pas vu, du moins pas strictement sous cette forme, avant l'opération de capture d'image : le sujet enfermé dans la chambre à vide, minuscule… Ce que nous voyons ? Une pure matière visuelle et plastique, la plupart du temps sans repère véritable, sans référent attesté. Un monde inédit et somptueux, monstrueux tout autant, fait de plans et de profondeurs, de courbes et de hérissements, de panoramiques et de gros plans, pour employer le pauvre vocabulaire disponible. Un univers que l'on hésite à situer dans les profondeurs de l'inconscient scopique tant il nous paraît proche et étrangement familier. Et cependant, ce que nous voyons ne relève pas de la pure construction technologique : cela existe bien dans le réel ; ce sont pour la plupart des insectes, coléoptères, abeilles, mouches, papillons, moustiques… Plus exactement, des fragments de corps, un bout d'aile, un dard, les poils autour de l'œil. Ce sont des fragments et pourtant les images d'Yves Trémorin ne sont pas à considérer comme des synecdoques (ces figures de rhétorique qui disent le tout par la partie) car ici, chaque réalité visuelle ainsi obtenue revendique sa totale autonomie : une image est toujours une image totale, son hors-champ étant à verser au dossier de l'imaginaire. Cette autonomie des images, au-delà de son principe même, est obtenue par un long et patient travail sur ordinateur confié à son collaborateur Denis Fernandez Quintanilla par lequel l'artiste dote ces images plates de toute la subtile épaisseur formelle et chromatique (la gamme des gris) par laquelle elles nous séduisent. L'opération consiste ici à ramener des images destinées à des usages scientifiques dans le champ esthétique sous l'apparence et les conventions de la photographie. Ce faisant, elle offre aux plus anciennes strates de l'antiquité animale une sorte de rédemption hésitante et ouverte dont l'art seul a le secret. Et si elles sont tirées avec tant de soin, c'est moins dans le but d'obtenir l'émotion forcément factice émanant d'un réel manipulé que ce que l'artiste nomme lui-même « l'émotion physique du papier ». Ainsi, ce que nous voyons semble parfois venir des catégories de l'histoire de l'art et de la photographie : ici un paysage, là une étude digne d'un Hollandais du 17ème siècle ou de Karl Blossfeldt ; tantôt un fouillis végétal all over comme dans certains tableaux de Max Ernst, tantôt quelque drapé issu d'un maître classique ou d'un primitif de la photographie. Étant entendu qu'une fois encore, c'est (aussi) le regardeur qui fait le tableau.

Ces images récentes d'Yves Trémorin se caractérisent par une indécidabilité très énergique, une beauté qui, à la fois, vient de nulle part et du cœur du monde, une beauté qui procède de l'invention autant que de la connaissance, une beauté de la liaison. Seuls les grands artistes sont à même d'assurer la continuité du réel.





[16:00] Inauguration des locaux provisoires de l'association « Patronage laïque »
Location:
Patronage laïque Jules Vallès
72, avenue Felix Faure
75015 Paris
M° Boucicault, Lourmel
France
Phone : +33 (0)1 40 60 86 00
Mail : ecrire@patronagelaique.fr
Internet Site : www.patronagelaique.fr
Description:
inauguration des locaux provisoires de l'association « Patronage laïque » en présence d'Anne Hidalgo, première adjointe, Hamou Bouakkaz, adjoint chargé de la démocratie locale et de la vie associative, Philippe Goujon, maire du 15e et Patrick Nicol, président de l'association

[16:00-21:00] Vernissage d'Anthony Freestone "Salle obscure"
Location:
Galerie Nicolas Silin
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 77 76 14
Mobile : +33 (0)6 74 41 14 34
Mail : ns@galeriesilin.com
Internet Site : www.galeriesilin.com
Description:
7 janvier – 18 février 2012

Je travaille sur les liens entre les choses. L'exposition Salle obscure à la Galerie Nicolas Silin réunit des œuvres
liées de près ou de loin au cinéma. On ne peut pourtant dire que le cinéma soit le thème de l'exposition, il en
serait plutôt le prétexte.
Les œuvres se présentent le plus souvent sous la forme de polyptyques faits de panneaux minutieusement
peints ; chaque panneau présente un document. Il n'est pas question ici d'expression mais d'analyse.
Le tableau juxtapose des éléments provenant d'univers a priori distincts.
Peuvent ainsi être juxtaposés, une image tirée d'un film, un texte, une carte géographique, un tissu écossais ou
une copie d'une œuvre médiévale.
Le plus souvent, les œuvres cinématographiques choisies sont obscures, ou à peu près oubliées : j'ai par rapport
à elles une attitude d'explorateur devant une terra incognita.
Le sujet de l'œuvre n'est pas pour moi le film ou le texte mais la rencontre entre le film et le texte, entre le texte et
le lieu, entre le film et le film…
On pourra s'arrêter à la pure jouissance rétinienne de cet assemblage : à la construction du polyptyque ou aux
jeux de formes et de couleurs. Si celles-ci ne sont, bien souvent, qu'une simple transposition du document
original, les panneaux-textes sont, paradoxalement, des plus picturaux : leurs couleurs sont choisies pour induire
le ton de l'oeuvre. Le choix des couleurs rend d'ailleurs souvent les textes difficilement lisibles. Cette approche
rétinienne n'est pas d'un moindre intérêt pour moi.
On peut aussi aborder la partie « conceptuelle » du travail par les liens entre les documents. On remarquera
ainsi, par exemple, que King Vidor & Joris Ivens parle de terre et d'eau. Du passage de l'eau dans la terre, de
l'irruption de la terre dans l'eau ou d'une traversée d'une terre à l'autre.
Si l'on pousse plus loin, on remarquera que, de façon récurrente, dans chaque œuvre, sont évoquées les
questions d'utopie, d'appropriations et de frontières, qu'elles soient matérielles ou mentales, dans l'espace ou le
temps.
Il est donc possible de voir mon travail comme un simple jeu rétinien ou comme une œuvre conceptuelle. Il est
probable que les tenants des deux écoles, formaliste et conceptuelle, aient quelque difficulté à admettre la
coexistence de l'autre dans une même oeuvre… Pourtant, la forme du polyptyque nous le rappelle, c'était là le
projet des peintres du Trecento. C'est encore là une question de temporalité, de frontière et d'identité.
Anthony Freestone

[16:30-18:00] Voeux du maire de Clamart au Bas Clamart
Location:
Clamart
Clamart
92140 Clamart
M° Gare SNCF de Clamart
France
Internet Site : www.clamart.fr
Description:
Vœux du maire de Clamart au Bas Clamart

Philippe Kaltenbach, donne rendez-vous aux Clamartois pour fêter l'année 2012.

Le Maire présentera ses vœux autour de la traditionnelle galette des rois et du verre de l'amitié.

Ce sera l'occasion pour Philippe Kaltenbach de revenir sur les événements qui ont marqué l'année 2011 dans notre ville.

Autant de raisons de fêter ensemble cette nouvelle année, année au cours de laquelle les projets de la municipalité seront toujours axés sur les priorités et à l'écoute des personnes qui ont choisi la ville de Clamart pour y vivre.

Ces cérémonies des vœux ont lieu dans une ambiance musicale. Les Clamartois s'y rendent chaque année de plus en plus nombreux.

A la salle des fêtes Hunebelle

Voeux du maire de Clamart au Bas Clamart






[17:00] vœux aux associations parisiennes
Location:
Pelouse de Reuilly
Pelouse de Reuilly
75012 Paris
M° Porte de Charenton, Porte Dorée, T3a
France
Phone : +33 (0)1 44 68 12 12
Description:
Hamou Bouakkaz, adjoint chargé de la démocratie locale et de la vie associative, présentera ses vœux aux associations parisiennes en présence de Gilbert Edelstein, président du Cirque Pinder

Cirque Pinder Jean Richard







[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "The Peach Colony"
Location:
Galerie Paris-Beijing
62, rue de Turbigo
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 74 32 36
Mail : paris@galerieparisbeijing.com
Internet Site : www.galerieparisbeijing.com
Description:

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Nouvel arrivage 3"
Location:
Espace d'art Contemporain Camille Lambert
35, avenue de la Terrasse
91260 Juvisy-sur-Orge
M° RER C et D Juvisy-sur-Orge
France
Phone : +33 (0)1 69 57 82 50
Fax : +33 (0)1 69 57 80 01
Mail : eart.lambert@portesessonne.fr
Internet Site : www.portesessonne.fr
Description:
L'Espace d'art contemporain Camille Lambert accueille une exposition de jeunes céramistes du 7 janvier au 18 février, qui explorent chacun des supports différents.

Nouvel arrivage est l'occasion pour de jeunes diplômés d'écoles d'art, de présenter leur travail. Pour cette 3e édition, l'Espace d'art contemporain Camille Lambert a confié la sélection de ces nouveaux talents à Patrick Loughran, artiste-céramiste, enseignant à l'Ecole nationale supérieure d'arts de Limoges. Les jeunes artistes qu'il a invité ont travaillé à ses cotés en tant que stagiaire, étudiant ou assistant.

La céramique, explorée sous différents supports, constitue le fil rouge de l'exposition. Sculpture, dessin, installation... : chaque artiste explore des supports différents mais tous ont gardé une certaine filiation de leur expérimentation du matériau terre.

Du mardi au samedi de 14h à 18h et sur rendez-vous
Rencontre avec Patrick Loughran mardi 24 janvier à 19h









[20:00-22:00] Voeux du maire de Saint-Mandé
Location:
Hôtel de Ville de Saint-Mandé
10, place Charles Digeon
94165 Saint-Mandé Cedex
M° Saint-Mandé - Tourelle
France
Phone : +33 (0)1 49 57 78 00
Fax : +33 (0)1 49 57 78 92
Internet Site : www.mairie-saint-mande.fr
Description:
Vœux du maire de Saint-Mandé

Réservation souhaitée au 01 49 57 78 03 ou par courriel à rp@mairie-saint-mande.fr

[20:15-23:00] Avant-première publique du film "L'amour dure trois ans"
Location:
Le Grand Rex
1, boulevard Poissonnière
75002 Paris
M° Bonne Nouvelle
France
Phone : +33 (0)8 92 68 05 96
Internet Site : www.legrandrex.com
Description:
En présence de l'équipe du film (Frédéric Beigbeder, Louise Bourgoin, Gaspard Proust et Joey Starr) ainsi que Pauline Lefèvre, Gustave Kervern, Mouloud Achour, Claude Lelouch, Lambert Wilson, Delphine Wespiser, Sylvie Tellier, Elisa Sednaoui, Jonathan Lambert, Martin Rappeneau, Michael Gentile, Luc Besson, Virginie Silla, Catherine Marchal, Marc Lelandais, Jean-Paul Enthoven, Nathalie Bloch Lainé, Christine Boisson, Eliette Abecassis.

Avant-première publique du film "L'amour dure trois ans"

13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés