Saturday, March 9, 2013
Public Access


Category:
Category: All

09
March 2013
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
25 26 27 28 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00-20:00] La Tour d'Argent vous offre le déjeuner
Location:
Mairie du 5ème arrondissement
21, place du Panthéon
75005 Paris
M° RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 56 81 75 05
Internet Site : www.mairie5.paris.fr
Description:
Laurent Delabre, le chef du cultissime restaurant étoilé, vous offre un festin de roi. Sa seule condition : en échange, il veut votre sang.

Les 7, 8 et 9 mars, La Tour d'Argent déménage ses cuisines pour requinquer les Parisiens lors d'une collecte de sang pas comme les autres : après avoir offert votre bras à une gentille infirmière, vous pourrez vous requinquer avec une collation trois étoiles.
Un don de sang = un repas de chef. L'équation n'a jamais été aussi simple !

Organisé par le Rotary Club et l'Etablissement Français du Sang.
N'oubliez pas votre carte d'identité si c'est votre premier don.
Plus d'infos sur le don du sang : http://www.dondusang.net/rewrite/article/4562/ou-donner-son-sang/conseils-pratiques/avant-de-donner-votre-sang/conseils-pratiques-avant-de-donner-son-sang..htm?idRubrique=1470


[12:45] 12e édition des rencontres internationales de danse Hip Hop Juste Debout
Location:
Hôtel de Ville de Paris
5, rue Lobau
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 76 40 40
Internet Site : www.paris.fr
Description:
Lancement de la 12e édition des rencontres internationales de danse Hip Hop Juste Debout

L'Hôtel de Ville de Paris accueillera samedi 9 mars les présélections des artistes français, dans le cadre de la 12e édition des rencontres internationales de danse Hip Hop Juste Debout.

Le festival Juste Debout, qui se déroulera le dimanche 10 mars au Palais Omnisports de Paris-Bercy dès 14h, s'impose aujourd'hui comme l'un des plus grands rassemblements mondiaux de danse hip-hop. En 2012 plus de 3 600 danseurs venus de 15 pays y ont participé. A Paris, les finales du festival ont attiré près de 16 000 spectateurs.

La Ville de Paris apporte son soutien à cet événement porté par l'association Juste Debout depuis ses débuts. Soucieuse de valoriser la contribution - trop longtemps sous-estimée - du mouvement de danse hip-hop à la vie culturelle de la métropole parisienne, la municipalité est partenaire de nombreux événements hip-hop, et soutient les associations qui participent au rayonnement des cultures urbaines. Un équipement culturel spécialement dédié au hip-hop verra bientôt le jour sous la grande Canopée des Halles.

Personnalités présentes :
Isabelle Gachet, adjointe chargée de la jeunesse
Claudine Bouygues, adjointe chargée des Droits de l'Homme




[14:00-21:00] Exposition de JULIO LE PARC "Multiples"
Location:
Galerie de Multiples
17, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 21 77
Fax : +33 (0)1 48 87 21 77
Mail : contact@galeriedemultiples.com
Internet Site : www.galeriedemultiples.com
Description:
Du 9 mars au 24 avril 2013
Vernissage samedi 9 mars de 14 à 21 heures

Conseiller artistique : Yamil Le Parc






[15:00-20:00] Dédicace de Nicolas Pillard
Location:
Galerie MGE
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 52 93
Mail : catherine.mairet@galeriemge.com
Internet Site : www.galeriemge.com
Description:
à l'occasion de la parution de son catalogue monographique

exposition du 9 au 16 mars


[15:00-18:00] MACK BOOKS pop up store
Location:
Brachfeld Gallery
78, rue des Archives
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 46 36 15 00
Mail : gallery@brachfeld-paris.com
Internet Site : brachfeldgallery.blogspot.com
Description:
MACK BOOKS pop up store
Antonio M. Xoubanova casa de campo exhibition & book signing

Du 9 mars au 2 avril 2013
La Galerie Brachfeld a l'honneur d'accueillir la maison d'édition britannique MACK pour leur premier pop-up store à Paris.

Depuis ses débuts en 2010, MACK définit de nouveaux standards de qualité dans le domaine de la photographie et de l'édition d'art. Fort d'une collaboration étroite avec l'éditeur Steidl, le fondateur Michael Mack cherche à concevoir des livres innovants avec une sélection pointue d'artistes à la fois établis et émergents parmi lesquels l'on peut citer Anthony Hernandez, Luke Fowler, Martin Boyce, Adam Broomberg & Oliver Chanarin, Thomas Demand, Bertien van Manen, Taryn Simon, Antonio M. Xoubanova, Paul Graham, Luigi Ghirri, Mark Dion, Roe Ethridge, Christian Patterson et Anders Petersen.

Depuis sa création il y a deux décennies, MACK a publié quelques-uns des livres les plus exigeants et pointus de ces dernières années, leur succès a été reconnu grâce à l'attribution de nombreuses récompenses et à leur présence dans la presse internationale.

A cette occasion, l'artiste Antonio M. Xoubanova est invité à exposer une série de photographies extraites de son livre Casa de Campo. Cet ouvrage est une fable photographique, qui a pris naissance dans les réalités du plus grand jardin public de Madrid.
Xoubanova est un des membres fondateurs de Blank Paper Collective. Casa de Campo est son premier livre.
Signature le 9 mars de 15h à 18h

MACK BOOKS pop up store

[15:00-19:00] Rendez-vous avec Petrus Von Tricht
Location:
Galerie Akiza
3, rue Tholozé
75018 Paris
M° Abbesses, Blanche
France
Mail : akiza@akizashop.net
Internet Site : www.akizashop.net
Description:
Samedi 9 mars, rendez-vous entre 15 et 19h
chez AKIZA, la galerie avec le talentueux et sympathique Petrus Von Tricht
https://www.facebook.com/petrus.vontricht
pour un après-midi street art, démonstration,dessins, discussions
et cadeaux signés (pour ceux qui achètent un t-shirt).
http://petrus-von-tricht.tumblr.com

[15:00-18:30] Vernissage de Derek Boshier "Paris France, Paris Texas, Paris Hilton"
Location:
Galerie du Centre
5, rue Pierre au Lard
angle 22, rue du Renard
75004 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 77 37 92
Mail : amat0036@libertysurf.fr
Internet Site : www.galerie-du-centre.net
Description:
9 mars - 19 avril 2013
Vernissage : samedi 9 mars 2013 15h - 18h30

Artiste né en 1937, à Portsmouth en Angleterre. Il est l'un des premiers représentants du Pop'art britannique et donne une représentation critique de la société.

Il vit et travaille à Los Angeles.

Depuis plus de 50 ans, il est l'ami le plus proche de David Hockney. Lorsqu'ils étaient étudiants à la Royal Academy of art, ils étaient coturnes. C'est donc un artiste qui est au cœur du pop art anglais à tel point qu'il était présent dès 1962 dans le film de Ken Russell « Pop goes to the easel » (le pop art s'installe sur les cimaises).
Il marque de son empreinte ce pop art par une vision extrêmement acérée du monde qui l'entoure. En 1962, il s'agissait de cosmonautes ou de multinationales, aujourd'hui il scrute l'impact du « smartphone » sur le comportement humain. C'est le propre de l'artiste pop de ressentir et de retraduire les mouvements profonds de la société mais cela, il l'exprime avec un langage compréhensible de tous.
Cette exposition est double. Parallèlement à celle que nous présentons sur nos cimaises, la Flowers Gallery en fait de même à New York (toujours sur le thème du smartphone).

Ce premier trimestre 2013 est riche en actualité pour l'artiste.
En effet, outre la Flowers Gallery et la Galerie du Centre, le Chelsea Arts Club à Londres projette ses films des années 60 et expose de grands dessins sur la guerre du golfe, la Tom Salomon Gallery (Tom étant le fils de Holly Salomon) à Los Angeles expose ces jours-ci des oeuvres sur papier historiques de 1962, enfin, il est présent dans une exposition de très grand prestige consacrée à David Bowie au Victoria and Albert Museum (il s'agit de maquettes de scènes).

Collections Publiques
Angleterre :
- The British Council Collection- The City of London Collection- The Tate Gallery of British Art, Londres- The Tate Modern, Londres- The Victoria and Albert Museum, Londres- The Collection of her Majesty The Queen- Windsor Castle- The National Gallery of Scotland, Edimbourg, Ecosse
- National Portrait Gallery, Londres
Etats-Unis :
- the Phoenix Art Museum, Arizona- Palm Springs Desert Museum, Californie- The Museum of Contemporary Art, San Diego, Californie- The Collection of Yale University, Connecticut- The High Museum, Atlanta, Georgie- The Contemporary Art Museum, Hawaii- New Orleans Museum of Art, New York- The Dallas Museum of Art, Texas- The Menil Collection, Houston, Texas- The Museum of Fine Art, Houston, Texas
Autres :
- The National Gallery of Art, Camberra, Australie- Peter Stuyvesant Collection, Hollande- The Museum of Art, Ein Harod, Israel- The Museum of Art, Lodz, Pologne- The National Gallery of Poland, Warsaw, Pologne- The Gulbenkian Foundation, Lisbon, Portugal

Vernissage de Derek Boshier "Paris France, Paris Texas, Paris Hilton"

[15:00-18:00] Vernissage de Toma Jankowski "The blue light"
Location:
Galerie Olivier Waltman
74, rue Mazarine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 76 14
Mail : info@galeriewaltman.com
Internet Site : www.galeriewaltman.com
Description:
Vernissage de Toma Jankowski "The blue light"






[16:00-17:30] Rencontre exclusive avec Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri
Location:
Fnac Paris - Forum (Châtelet les Halles)
1-7, rue Pierre Lescot
Centre commercial Forum des Halles
Porte Lescot, niveau -1
75001 Paris
M° Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 40 41 40 00
Fax : +33 (0)1 40 41 40 81
Mail : forum@fnac.tm.fr
Internet Site : rendezvous.fnac.com/home_magasin.asp?SHP=17
Description:
A l'occasion de la sortie en salle du film "Au bout du conte"

[16:00-21:00] Vernissage d'Aurore Pallet "L'hypothèse des halos non lumineux"
Location:
Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 80
Fax : +33 (0)1 48 04 04 80
Mail : info@galerie-gounod.fr
Internet Site : www.galerie-gounod.com
Description:
Exposition du 9 mars au 20 avril 2013
Vernissage le samedi 9 mars à partir 16 heures

La Galerie Isabelle Gounod a le plaisir de présenter la première exposition personnelle de l'artiste Aurore Pallet, « l'hypothèse des halos non lumineux ».

A U R O R E
Quand un jeune peintre se hasarde à une première exposition, autrement dit quand il s'expose, il y a toujours du danger dans cette aventure. Le peintre est comme un soldat qui jaillit hors de sa tranchée pour se lancer vers l'ennemi.
À part qu'ici le danger est caché. Il est même inconnu. Il ne vient pas des mitrailleuses et des baïonnettes (encore que les critiques, quelquefois...), mais des regards qui vont se poser sur lui, sur elle.
Et d'abord, y aura-t-il des regards ? Des regards d'aujourd'hui, les seuls, pour le moment, qui importent ? Chaque artiste qui se propose, et qui du même coup s'expose, lance un large appel au regard. À notre regard. Il sait que, sans cet appui, il n'est rien. Il compte sur ce retour, le seul qui peut donner vie et sens à son travail.
Ainsi le peintre, qui travaille seul, est le moins solitaire des artistes. Il a besoin des autres. Il lui faut cette réponse de l'inconnu, de l'invisible, qui va lui révéler, le moment venu, ce qu'il ne savait pas de lui-même.
Aurore Pallet n'a rien à expliquer. Elle fait. Mais elle a besoin de nous pour savoir si quelque part elle a soulevé un écho, trouvé une réponse - même imprécise, même hésitante. La canne blanche indique à l'aveugle l'obstacle qu'il doit éviter. Notre regard apporte au peintre ce qu'il était incapable de voir.
Dans l'immensité incohérente du cosmos, une petite lumière vient d'apparaître. Regardons-la, avec nos yeux. Alors le peintre pourra nous avouer : Dites-moi ce que vous voyez, je vous dirai ce que j'ai fait.
Jean-Claude Carrière

« Avec ses peintures, Aurore Pallet plonge désormais dans les abysses, les grandes profondeurs sous-marines. Là, dans l'obscurité, en immersion, dans un monde froid, ses images se cristallisent et décident de surgir : là et nulle part ailleurs. « C'est dans la nuit que l'on peut enfin entrevoir les formes », explique-t-elle ; la nuit comme de la peinture noire, magiquement dense, permettant paradoxalement toutes les nuances, les plus beaux glacis, et toutes les transparences.
Aurore Pallet s'intéresse à l'astrophysique, à la matière noire - matière inconnue, non détectée, composant hypothétiquement une grande part de l'univers et pourtant non identifiable et non quantifiable - à toutes ces choses que l'œil humain ne pourra jamais voir, à la mesure d'une immensité que l'on ne pourra jamais comprendre. La peinture est une tentative pour attraper ces incommensurables mystères qui sont aussi ceux des souvenirs de l'enfance, ceux des cauchemars que l'on fait dans la plus grande solitude et qui nous laissent abandonnés dans la terreur nocturne, ceux des fantômes qui nous effraient alors que nous savons bien qu'ils n'existent pas. Aurore Pallet me parle ainsi de Guy Maddin, des voix que le cinéaste dit entendre dans sa maison d'enfance et du Cauchemar de Füssli, démon horrifiant assis sur le ventre d'une belle endormie, et finit par conclure : « nous sommes hantés par des fantômes, mais nous sommes aussi des fantômes, nous laissons bien notre reflet dans les miroirs ». Et il y a beaucoup de reflets dans les peintures, de jeux sur le double, la symétrie, l'inversion, les passages constants de l'image réelle à l'image virtuelle.
Léa Bismuth, critique d'art

Aurore Pallet est née en 1982. Diplômée Ensba Paris 2009, elle vit et travaille à Paris.


Expositions collectives (sélection):

2012, Family & friends, Backslash Gallery, Paris, Drawing Now - Salon du dessin contemporain, galerie Isabelle Gounod, Paris. 2011, L'exil, Backslash Gallery, Paris. Comm. Gaël Charbau, Parcours d'artistes, Pontault Combault, Marie Altmann/Aurore Pallet/Emmanuelle Zanni, Espace Ségur, Paris. 2010, Prière de :, Eglise St Roch, Paris. Comm. Odile Burluraux. Parti pris, Galerie Claudine Papillon, Paris, 55ème Salon de Montrouge, Lignes de chance, Fondation d'entreprise Ricard, Paris, comm. François Bouillon et Bernard Moninot. 2006, 20 Eventi, Villages des Sabines, Rome (exposition parrainée par Giuseppe Penone).

Nominée pour le Prix Sciences Po pour l'Art contemporain, 2013, 2ème Prix de dessin Pierre-David Weill, 2007.

Vernissage d'Aurore Pallet "L'hypothèse des halos non lumineux"
Aurore Pallet, Appliquer l'ensemble des données, 2012, huile sur bois, 23 x 30 cm

[16:00-20:00] Vernissage de Agnieszka Podgorska "Cassée . Réparée ."
Location:
Galerie Frédéric Lacroix
13, rue Chapon
Cour, 2ème étage droite
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 61 70 71
Mail : info@galeriefredericlacroix.com
Internet Site : www.galeriefredericlacroix.com
Description:
Exposition du 9 mars au 20 avril 2013

A quelle défiguration du corps humain Agnieszka Podgórska se livre-t-elle encore ?
Le nouveau cycle de masques et de miniatures qu'elle vient de réaliser, est inspiré par des images
photographiques de visages de soldats défigurés pendant les combats de la première guerre mondiale.
Horriblement mutilés et d'aspect effrayant, ces gueules cassées aux traits déformés vont faire l'objet d'une
reconstruction picturale.
Chez A. Podgórska, on a droit au corps ou au visage - on vous regarde ou vous regardez. Et cette décomposition
n'est peut-être pas celle que vous croyez ( ce que la jeune critique polonaise Katarzyna Cytlak qualifie de corps
non-évidents ).
En partant d'une documentation photographique de traitements médicaux, l'artiste révèle l'aspect sculptural de
ces visages, ensuite réparés à l'époque selon les possibilités d'une chirurgie esthétique balbutiante.
Une superposition de fines couches de papier de tons de couleurs légèrement différenciés viennent faire écho aux
courbes de niveaux géographiques où ces horribles mutilations se produisirent.
D'une topographie à l'autre.
A sa manière, A. Podgórska répond aux images des violences esthétisées par les médias. Et ses travaux
constituent aussi une critique de l'image normée du corps humain, résultat des pratiques de la popularisation de
la chirurgie esthétique et banalisation de ces corps construits de manière artificielle, devenus des caricatures
d'eux-mêmes dans la quête d'une "perfection".
Agnieszka Podgórska est née à Raciborz, Pologne, en 1977.
Elle a reçu le Prix de la Fondation Evens ( Belgique ) en 2009.


[16:00] Vernissage de Samta Benyahia "Le Drap"
Location:
Galerie Martine et Thibault de la Châtre
4, rue de Saintonge
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 71 89 50
Mobile : +33 (0)6 20 46 68 12
Fax : +33 (0)1 42 71 89 50
Mail : contact@lachatregalerie.com
Internet Site : www.lachatregalerie.com
Description:
Exposition du 9 au 30 mars 2013
Vernissage le 9 mars 2013 à partir de 16h

Rappelons-nous. Pénélope tisse le jour le drap qui doit servir de suaire à son beau-père. Elle le détisse la nuit pour tenir au loin ceux qui veulent prendre la place de l'époux qui tarde à rentrer. Sans la trahison d'une servante, une femme, aucun homme n'aurait découvert la ruse. Car le tissage est du domaine des femmes, c'est le mystère du féminin. Dans les tabous qui entourent le tissage, l'un des plus forts interdit aux hommes de passer derrière le métier à tisser, qui se dresse face à la porte ouverte sur la lumière du jour, qui relie le ciel et la terre et permet à la femme de tracer et retracer ce lien, de le bâtir comme un mur. Au Maghreb, il y a quelques décennies, toute femme digne de ce nom, comme on disait, tisse un vêtement pour son époux, qui le porte et montre au grand jour le savoir-faire de celle qui est enfermée dans sa maison. Drap tissé, drap bâti comme un mur, drap comme un suaire. Une femme s'avance dehors. Blanc ou noir, drap fleuri, serré contre le corps ou tombant en une multitude de plis. Puis drap renouvelé, à la fois moderne car il libère le geste et licite car il est conforme à la Loi. Le drap de la tradition se recycle en drap de la Loi. Drap comme un destin. Il colle au corps, il révèle le corps. Il marque le passage des âges : finit le temps des rêves de jeune fille, s'ouvre le temps de l'épouse. Le drap taché affiche aux yeux de tous que cette femme est digne d'être une épouse. Et pour cette femme, le drap scelle son destin. Elle sera voilée, l'intérieur sera son horizon et tout ce qui va avec……
Zineb Labidi, 22 décembre 2012

Biographie
Née à Constantine (Algérie) Samta Benyahia est diplômée des Arts Décoratifs de Paris, de l'université Paris VIII Vincennes - Saint-Denis et de l'Ecole des Beaux-Arts d'Alger où elle a aussi enseigné. L'artiste a exposé entre autres au Fowler Museum à Los Angeles en 2007, à l'Institut Français d'Oran-Mahrem Santralistanbul et plus récemment à Art Sawa DubaÏ en 2011. Elle a aussi participé à divers évènements à travers le monde tels la 50ème biennale de Venise et la biennale de Bamako en 2003, La Force de l'Art en 2006 et à la Nuit Blanche en 2012.

[16:00-18:00] rencontre exclusive avec le comédien Arnaud Tsamère
Location:
Fnac Paris - Bercy Village
49/53, cour Saint-Emilion
CC Bercy Village
75012 Paris
M° Cour Saint-Emilion
France
Phone : 0825 020 020
Internet Site : www.fnac.com/Paris-Bercy-Village/Fnac-Bercy-Village/cl277/w-4
Description:
A l'occasion de la sortie en DVD de son spectacle







[17:00-20:00] Vernissage d'Ugo Rondinone "pure moonlight"
Location:
Galerie Almine Rech
64, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 45 83 71 90
Fax : +33 (0)1 45 70 91 30
Mail : contact.paris@alminerech.com
Internet Site : www.alminerech.com
Description:
March 9 – April 12, 2013
Opening Saturday March 9, 5-8 PM

La galerie Almine Rech est heureuse de présenter sa septième exposition avec l'artiste Ugo Rondinone, exposition inaugurale de son nouvel espace à Paris.

Ugo Rondinone est né en 1964 à Brunnen en Suisse. Il vit et travaille à New-York, USA. Son oeuvre a fait l'objet de nombreuses expositions à travers le monde, du Consortium de Dijon en 1997, au Kunsteverein de Stuttgart en 2002 et au Centre Georges Pompidou en 2003. Il a représenté la Suisse à la 52ème Biennale de Venise et fut commissaire de l'exposition The Third Mind, au Palais de Tokyo en 2007. Plus récemment, il a exposé au Aargauer Kunsthaus en Suisse en 2010 et au M.U.S.A.C à León en Espagne en 2011. Plusieurs expositions sont prévues en 2013, notamment au Public Art Fund du Rockefeller Center à New York, au Art Institute of Chicago, USA et au M Museum de Leuven en Belgique.

«Je suis l'homme qui fait attention à sa vie nocturne», pour citer Victor Hugo. L'artiste Ugo Rondinone révèle dans cette exposition des lunes à différents stades, aux reflets bleutés et argentés, peintures murales devant lesquelles le regard doit se concentrer tant leurs contours demeurent incertains. Ces pure moonlight font partie de la série des mandala paintings ; elles représentent des cercles concentriques plus ou moins larges selon la composition de la peinture qui créent des effets d'optique faisant varier la perception de l'œuvre. Ces mandalas s'inscrivent au coeur des date paintings, corpus d'oeuvres que l'artiste a commencé il y a plus de vingt ans. Ces peintures murales ont été présentées pour la première fois à Zurich en 1996, puis au Centre Georges Pompidou en 2002. Chaque pièce étant datée, elles représentent un jour dans la vie de l'artiste, une ode à son existence, voire à la peinture abstraite dans sa plus pure tradition. L'artiste a occulté les fenêtres de la galerie afin de poser les limites entre espace d'exposition et monde extérieur.

Cette exposition présente également au sol trente bougies en bronze et plomb, plus ou moins consumées et de couleurs différentes, qui renforcent cette idée de temps suspendu, cette tension entre lumière naturelle et artificielle, entre contours précis et vagues, entre ces peintures gigantesques et ces simples petits objets du quotidien.

En effet, Ugo Rondinone associe généralement dans son travail le spectaculaire au banal. Des oeuvres imposantes qui incitent à la réflexion, à l'abandon, sont confrontées à ces still.life, des pommes, un morceau de pain ou des oeufs en bronze répandus sur le sol qui font quant à eux office de souvenirs, d'anecdotes.


Ugo Rondinone, still.life. (snow white candle), 2013
Cast bronze, lead, paint - 12,7 x 6,2 x 5,1 cm
Courtesy of the Artist and Almine Rech Gallery

[17:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Jean Carzou - Visions surréelles"
Location:
Galerie Richard
Galerie Jean-Luc & Takako Richard
74, rue de Turenne
3, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 43 25 27 22
Fax : +33 (0)1 43 25 27 23
Mail : paris@galerierichard.com
Internet Site : www.galerierichard.com
Description:
Vernissage : samedi 9 mars de 17 à 21 heures
9 mars - 13 avril 2013

Galerie Richard, Paris, présente sa première exposition personnelle de Jean Carzou du 9 mars au 13 avril 2013. Intitulée « Visions surréelles », l'exposition met en avant les aspects surréalistes et oniriques dans l'oeuvre de Jean Carzou et engage un dialogue imaginaire avec la rétrospective Salvador Dalí présentée au Centre Georges Pompidou.

La galerie présente à la fois des peintures, des sculptures, des dessins, des lithographies sur l'intégralité de ses quatre salles d'exposition.

Jean Carzou, né à Alep en Syrie en 1907 et décédé en 2000, s'est établi à Paris depuis 1924. Il a développé toute sa vie une double ligne artistique, une ligne réaliste naturaliste dont on connaît notamment les descriptions de voies ferrées et structures industrielles, et une voie poétique et onirique qui est le sujet de cette exposition. Cette double ligne directrice à l'instar de Gerhard Richter a certainement nui à sa reconnaissance pour un public qui hier comme aujourd'hui préfère les artistes enfermés dans une œuvre de type signature. Cette singularité mérite certainement un regain d'intérêt contemporain pour son œuvre.

Vernissage de l'exposition "Jean Carzou - Visions surréelles"

[17:00] décrochage de l'exposition "Réverbérations" de Giuliana Laportella
Location:
Galeries Satellite
7, rue François de Neufchâteau
75011 Paris
M° Charonne, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 43 79 80 20
Mail : mm@galeriesatellite.com
Internet Site : galeriesatellite.jimdo.com
Description:
Max Horde et Jean Racamier vous parlent de l'invisible. L'un voit l'invisible, l'autre l'explore.
Ils vous content des mystères qui pour eux n'en sont plus. Considérant que l'art et la science ne sont qu'un seul et même chaos poétique, leur approche respective du phénomène se rejoint fatalement sur la même conclusion : L'invisible est invisible.








[18:00-21:00] Exposition "En-têtes"
Location:
Espace Topographie de l'art
15, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 40 29 44 28
Fax : +33 (0)1 40 29 44 71
Mail : topographiedelart@orange.fr
Internet Site : www.topographiedelart.com
Description:
Topographie de l'art a le plaisir de vous inviter à l'exposition "En-têtes", qui présente les oeuvres de :
Aloïse Corbaz
Terry Curling
Guillaume Dégé
Fernand Desmoulin
Fred Deux
Madge Gill
C.N. Jelodanti
Sylvia Katuszewski
Joseph Kurhajec
Michel Macréau
Paul Rumsey
Jim Sanders
Victor Soren
Lidia Syroka
Frédéric Voisin

Vernissage le samedi 9 mars de 18h à 21h

L'exposition se déroulera du 10 mars au 5 mai 2013.

Un catalogue sera édité à cette occasion par Topographie de l'art et les éditions La Manufacture de l'image.


[18:00-20:00] Finissage : Performance sonore
Location:
Galerie Villa des Tourelles
9, rue des Anciennes Mairies
face à la Maison de la musique
92000 Nanterre
M° RER A Nanterre - Ville
France
Phone : +33 (0)1 41 37 52 06
Fax : +33 (0)1 41 37 94 50
Mail : galerievilladestourelles@mairie-nanterre.fr
Internet Site : www.nanterre.fr/Envies/Culture/Lieux+culturels/Galerie+Villa+des+Tourelles.htm
Description:
Finissage : Performance sonore : Philippe Zarka, astrophysicien ; Alma Fury, Vonnick Mocholi et Claude Besnard

CONFERENCE
« Les chants électriques de l'Univers »
Philippe Zarka, astrophysicien, directeur de recherche CNRS à l'observatoire de Paris-Meudon

PERFORMANCE SONORE
Alma Fury (Vonnick Mocholi - Claude Besnard) artistes sonores
« le rivage est plus sûr mais j'aime me battre avec les flots »
Entrée libre / Renseignements : tél. 3992 - www.nanterre.fr - contact : arts. plastiques@mairie-nanterre.fr
Retrouvez la galerie Villa des Tourelles sur Facebook
www.volume-sonore.org

CONFERENCE
« Les chants électriques de l'Univers » Philippe Zarka
On parle souvent de la « musique des sphères » ou des radiotélescopes comme de « grandes oreilles à l'écoute du cosmos ». Or aucun son ne se propage à travers le vide de l'espace. Les astres seraient-ils donc désespérément muets ? Pas nécessairement : ils nous envoient de la lumière visible et invisible. Or il est possible de « traduire » littéralement cette lumière en sons. Comme la lumière se propage à vitesse nie, très grande à notre échelle mais très petite à l'échelle des dimensions de l'univers, voir loin dans l'espace c'est voir loin dans le passé. La traduction sonore de la lumière d'astres lointains est donc une « musique ancienne venue des astres »...

PERFORMANCE SONORE
La pièce sonore que nous allons spatialiser : Elle est travaillée à partir d'éléments du vivant, soit ici le cri de l'animal (grillon), de l'univers (étoiles, Pulsars), de sons de Moog et de piano revisités. Bref, le fruit de nos recherches ces dernières années. Il s'agit d'expérimenter, de métamorphoser... d'extraire « l'essence harmonique »
En finir avec les clivages et les clichés qui règnent et qui supposent que telle ou telle musique est plus sérieuse ou plus en rupture qu'une autre. Ce qui compte et ce que nous ressentons, ce ne sont pas les moyens déployés (instruments acoustiques, ordinateurs, ... ) mais cette énergie, ceux, qui nous traverse, que ce soit brutal, méditatif, atténué, ... Nous avons abordé et expérimenté divers territoires, c'est notre état d'esprit aujourd'hui.

[18:00-21:00] Vernissage d'Anne-Flore Cabanis "SUM ou la mise en mouvement de la pensée"
Location:
Galerie Vincenz Sala
52, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République
France
Phone : +33 (0)9 82 47 37 15
Mobile : +33 (0)6 58 93 39 27
Mail : vincenz.sala@vsala.com
Internet Site : www.vsala.com
Description:
du 9 mars au 13 avril 2013
Vernissage le 9 mars de 18h à 21h

L'exposition d'Anne-Flore Cabanis à la galerie Vincenz Sala s'articule selon quatre propositions artistiques qui font intervenir le dessin, la vidéo, l'installation et la performance, quatre pratiques solidaires et complémentaires au moyen desquelles elle questionne la matière de l'art, le rôle de l'artiste et la réception par le spectateur.

Considérant que ces questions font appel à des notions figées, d'un côté, l'œuvre achevée et, face à elle, le spectateur plus ou moins passif, Anne-Flore Cabanis a conçu l'exposition de manière à créer un mouvement qui instaure une relation vivante entre l'œuvre, l'artiste et le spectateur. Il s'agit pour cela, de ne pas dissocier ce dernier de ce que l'artiste donne à voir et d'articuler, par conséquent, le temps de l'œuvre, le temps de voir et le lieu d'exposition.

SUM, ou la mise en mouvement de la pensée qui se déplace de l'œuvre au spectateur dans l'unité et le lieu mis en place par l'artiste. L'œuvre se déploie en quatre volets, Temps, Je suis, Où, Présenter.[...]

Amélie Pironneau


Je suis, vidéo performance filmée au collège Gabriel Péri à Aubervilliers (Photo © Nabil Boutros)

[18:00-21:00] Vernissage de Guillaume Lebelle "Pan"
Location:
Galerie Christophe Gaillard
5, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 49 16
Mobile : +33 (0)6 65 15 75 30
Mail : contact@galerie-gaillard.com
Internet Site : www.galerie-gaillard.com
Description:
Du 9 mars au 11 mai 2013
Vernissage samedi 9 mars de 18 à 21h

La galerie Christophe Gaillard présente la deuxième exposition personnelle de Guillaume Lebelle : Pan. Grandes toiles et grands papiers, sculptures retraceront les deux dernières années de travail de l'artiste.

"Improviser une sonate.

Il y a un parallèle possible entre la musique et la pratique d'atelier de Guillaume Lebelle. S'il s'intéresse essentiellement à la musique écrite, classique et contemporaine, il ne fait pas appel à la notation pour jouer mais à sa mémoire accidentelle. Derrière un esprit classique se trouve peut-être un improvisateur. Et il n'y a donc pas de hasard s'il invite Joëlle Léandre à jouer dans l'une de ses expositions: formée à l'interprétation, à l'exécution virtuose, elle s'est toujours aventurée dans les terrains de l'expérimentation sans boussole.

Parfois l'espace pour l'expérimentation du monde le plus juste et intense est l'atelier. Au-delà de la mythologie construite sur les méandres du processus de création, l'atelier reste l'endroit même de la jonction entre réflexion et pratique, laboratoire et jeu - il abolit les frontières trop linéaires entre plaisir pulsionnel et recul critique. Car, paradoxalement, il ne permet pas trop de recul. L'atelier ne cherche pas à regarder la société ou l'art d'un point de vue distancé - cette fameuse tour d'ivoire -, il oblige plutôt à plonger dans des intensités plus fébriles, nerveuses et contradictoires.

Guillaume Lebelle fait entrer le monde dans sa peinture par des chemins plus troubles, plus indicibles, dont il ne cherche pas à maîtriser les effets. Peut-être aime-t-il se perdre à lire dans les librairies au gré de hasards choisis à cause de cela? Nonobstant une culture littéraire solide, qui dessine une cartographie incluant aussi bien Nicolas Gogol, Christophe Tarkos et Andrea Zanzotto, ici évoqués dans certains titres des tableaux, il aime à se laisser saisir par la perplexité face à une langue qu'il ne connait pas, à l'image des calligraphies chinoises. Et quelle meilleure définition de l'abstraction que cette perplexité-là.
Les qualités abstraites de la musique ont souvent été jalousées par les écrivains, les cinéastes et les artistes - de Goethe à Hans Richter ou Paul Klee - mais, encore là, Guillaume Lebelle cherche moins une supposée libération des sens que donner une qualité charnelle à sa peinture. Pour cela il inscrit différentes vitesses du geste sur des toiles qu'il travaille d'abord sans châssis, de façon à pouvoir les tourner, sans hiérarchie entre le haut et le bas, la gauche et la droite.

Et pendant ce processus il ne cherche pas à effacer les taches, les coulures, la rage et le désordre d'un doute, d'un tremblement. La peinture et le dessin se confondent, il n'y a pas de solutions définitives car il n'y a pas de solutions en peinture, elle s'affirme ici comme une plaque sensible pour des états forcément transitoires.

Sur le vif

Dans ce jeu d'équilibres, les vides, ou plutôt les silences, participent de la composition d'une sonate faite de signes et d'indices. Les espacements laissent ainsi visible la toile brute qui cherche à «attraper de l'autour», selon ses mots: qu'il s'agisse de coupures de journaux inscrivant sa pratique dans le concret d'un temps ou de l'encre typographique, rappelant d'ailleurs l'usage antérieur de son atelier, une imprimerie.

Une série de photographies récentes peut encore plus troubler ce que nous prenons pour acquis dans le travail de Guillaume Lebelle. Pour les réaliser, il est allé à l'extrême opposé de son atelier de Paris, jusque dans une plage des falaises de Normandie. A cet endroit il a joué de façon presque enfantine pour composer une sculpture joueuse, dansante, se détachant d'une roche. Les photos sont des points de vue différents de la même sculpture : on tourne autour d'elles. De ce côté-là aussi il y a à voir avec la chorégraphie. Il évoque son intérêt pour les dessins de la chorégraphe Trisha Brown. Dans ce pas de danse, cet écart par rapport à sa pratique habituelle, il avouerait presque une passion pour l'agilité non seulement du geste mais du corps, du volume. Une ouverture vers d'autres falaises, des défis qu'il aura toujours envie de se proposer à lui-même".
Pedro Morais, Février 2013

A propos de Guillaume Lebelle
Né en 1972, Guillaume Lebelle est diplômé des Beaux-Arts de Paris.
Il vit et travaille à Paris.

Vernissage de Guillaume Lebelle "Pan"

[18:00-21:00] Vernissage de Pierre Schwerzmann "mars"
Location:
Galerie Suzanne Tarasiève
7, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 76 54
Mobile : +33 (0)6 11 01 16 79
Mail : info@suzanne-tarasieve.com
Internet Site : www.suzanne-tarasieve.com
Description:
9 MARS – 11 MAI 2013
Vernissage le samedi 9 mars 2013 de 18h à 21h


Pierre Schwerzmann, Sans titre / Untitled, 2012
Acrylique sur toile / Acrylic on canvas, 180 cm x 150 cm
Crédit photographique / Photo credit: Gérald Friedli

[18:00-21:00] Vernissage de Xue Sun
Location:
Galerie Eric Mircher
26, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 02 13
Mobile : +33 (0)6 89 98 07 97
Mail : contact@mircher.com
Internet Site : www.mircher.com
Description:
sculptures

du 9 mars au 20 avril
vernissage le samedi 9 mars de 18h à 21h










[20:00-22:00] Les Poupées de Paris reçoivent Armande Altaï.
Description:
Les Poupées de Paris reçoivent ce samedi Madame Armande Altaï. Chanteuse, comédienne et professeur de chant, la divine diva sera l'invité de Solange et Lola.

Solange et Lola vous ouvrent les portes de leur univers : du music-hall au rock, de l'art à l'horreur, de la mode au clubbing.

Au travers d'anecdotes, de conseils mode et des bonnes soirées ou sortir, les poupées de Paris nous donnent les clefs pour briller en société...ou pas.

RDV SAMEDI 20H EN DIRECT SUR :
www.radiomarais.fm

Radiomarais
60 rue Chapon
75003 Paris

12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés