Thursday, April 25, 2013
Public Access


Category:
Category: All

25
April 2013
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 1 2 3 4 5

  Fête nationale d'Italie
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Libération d'Italie par les Alliés et les partisans et fin du régime fasciste en 1945

08:00  
09:00 [09:30-11:00] Point presse sur la stratégie online de Warner Bros en France
Location:
Salle Warner
115/125, avenue Charles de Gaulle
92200 Neuilly-sur-Seine
M° Les Sablons
France
Internet Site : www.warnerbros.com
Description:
Dans l'univers du cinéma, des séries et des jeux vidéo

[09:30-13:00] Vernissage presse "EN VIE, aux frontières du design"
Location:
Fondation EDF
Espace EDF Electra
6, rue Récamier
75007 Paris
M° Sèvres - Babylone
France
Phone : +33 (0)1 53 63 23 45
Internet Site : fondation.edf.com
Description:
Exposition du 26/04 au 1/09

Vernissage presse en présence de Carole Collet, Philip Beesley, Vincent Fournier, Emile de Visscher
25 avril, 9h30-13h / RSVP :
romain@pierre-laporte.com

La Fondation EDF
Est heureuse de vous convier au vernissage presse de l'exposition
EN VIE, Aux frontières du design

Le jeudi 25 avril,
De 9h30 à 13h

RSVP :
romain@pierre-laporte.com

Vernissage presse en présence de Carole Collet, commissaire de l'exposition, maître de conférences et directeur associé du centre de recherche Textile Futures au Central Saint Martins College of Arts and Design à Londres, et de certains architectes et designers exposés : Philip Beesley, Vincent Fournier, Emile de Visscher…

***
Une révolution tranquille est en cours. Un nouveau genre de designers commence à repenser notre monde en réorchestrant notre relation à la nature.

Dans une scénographie immersive, l'exposition EN VIE, aux frontières du design à la Fondation EDF présente les travaux de ces nouveaux designers, architectes et chercheurs qui s'interrogent sur les nouvelles relations avec la nature dans l'architecture, le design industriel, interactif ou culinaire, le mobilier, les bijoux, les textiles, la mode, la photographie.

Ils travaillent avec des matériaux et technologies du vivant, imaginent faire pousser des maisons, produisent du mobilier ou des vêtements à l'aide de bactéries ou de champignons, observent la croissance des plantes pour repenser notre architecture ou créent des perles artificielles grâce à des procédés chimiques.

Quelles nouvelles biotechnologies peuvent mener à une production plus écologique ? Quelles sont les alternatives ? Jusqu'où peut-on contrôler la nature ? Ce contrôle du vivant mène-t-il au design ultime ?


[10:00-19:00] Présentation OZED
Description:
13, rue Greneta

Présentation OZED





[13:00-15:00] Remise du premier Eric Jean pour le Court-Métrage
Location:
Hôtel Marignan Elysées
12, rue de Marignan
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 40 76 34 59
Internet Site : www.hotelmarignanelyseesparis.com
Description:
Créateur et mécène, Eric Jean annonce la remise du premier Eric Jean Pour le Court-Métrage, consistant en un apport de 30 000 euros décerné à un jeune cinéaste auteur d'un scénario de court-métrage pour lui permettre de réaliser son projet.

Afin de départager les 5 scénarios présélectionnés en décembre dernier suite à l'appel à candidature lancé auprès de jeunes talents, Eric Jean s'est entouré de professionnels du cinéma pour constituer le jury de cette première édition.
Le jury 2013 du Prix Eric Jean Pour Le Court Métrage :
PRESIDENTE DU JURY 2013 : Aure Atika – Comédienne et réalisatrice
Maurice Barthelemy – Comédien et Réalisateur
Florence Bensadoun – Rédactrice en chef cinéma de ELLE
Laurent Cotillon - Rédacteur en chef du FILM FRANCAIS
Eric Jean - Designer
Axelle Sibril Lefebvre – Agent artistique (ACT I)
Xavier Leherpeur – Critique cinéma à STUDIO CINE LIVE et CANAL+
Thierry Machado - Directeur Photo et Réalisateur
Guillemette Odicino – Critique cinéma à TELERAMA
Thomas Verhaeghe - Producteur (SOMBRERO)

Les 5 auteurs en lice pour cette première édition du Prix Eric Jean pour le Court Métrage sont :
Vincent Dos Reis pour « Odyssée »
Philippe Gonzales pour « Une vie »
Arnold de Parscau pour « Le domaine des étriqués »
Florent Sabatier pour « Adoptez –moi »
Pierre Zandrowicz pour « Jinendra »

A propos du PRIX Eric Jean :
Créateur français indépendant depuis une vingtaine d'années dans les domaines du luxe et de la mode, Eric Jean entretient depuis toujours un rapport privilégié avec le cinéma, les actrices et les acteurs qui ont inspiré et nourri son travail. En créant un prix portant son nom, Eric Jean souhaite aujourd'hui soutenir le projet de court métrage d'un jeune réalisateur français âgé entre 18 et 35 ans, talentueux et prometteur. Chaque année, ce soutien prendra la forme d'une dotation d'un montant de 30 000 euros attribuée au lauréat du Prix Eric Jean pour le court-métrage afin de financer le tournage du scénario d'un film de fiction inédit d'une durée de 12 à 19 minutes. L'objectif à terme est aussi de créer une collection de courts-métrages.
« A très bientôt pour vivre ensemble, d'un regard émerveillé, de fantastiques aventures cinématographiques qui seront écrites et filmées par les talents français de demain... ! » Eric Jean

Plus d'informations sur www.prixericjean.fr

Remise du premier Eric Jean pour le Court-Métrage






[14:00] Visite de presse "BRASILIA, UN DEMI-SIÈCLE DE LA CAPITALE DU BRÉSIL"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
BRASILIA, UN DEMI-SIÈCLE DE LA CAPITALE DU BRÉSIL
http://www.brasilia50.info

Du 26 avril au 15 juin 2013
Du lundi au samedi de 10h à 18h (sauf le samedi 25 mai)
Les dimanches 28 avril et 2 juin de 10h à 18h
Fermé les jours fériés
Vernissage le vendredi 26 avril à 18h

Pour la première fois en France, une exposition exceptionnelle rend hommage au célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer, à travers l'histoire de la construction de la ville de Brasilia, son œuvre maîtresse. Elle se tiendra du 26 avril au 15 juin prochains au siège du Parti Communiste Français à Paris, lieu historique construit et entièrement aménagé par Oscar Niemeyer.

VISITE DE PRESSE LE JEUDI 25 AVRIL À 14H
14h - Rendez-vous dans le hall du siège du PCF
Accueil par Danielle Athayde, commissaire de l'exposition, et Patricia Trautmann, productrice du projet à Paris
Visite guidée de l'exposition
16h - Visite du bâtiment
17h - Collation
Visite libre de l'exposition jusqu'à 18h


Mário Fontenelle
Le Président Juscelino Kubitschek et Lucio Costa au point zéro de la construction de l'Avenue Monumentale
Photographie - 60 x 40 cm
Collection de la Direction de Gestion du Patrimoine Historique Artistique et Culturel - DIGEPHAC

[14:30] Grand Prix de la Baguette de pain de la Ville de Paris
Location:
Chambre professionnelle des Artisans Boulangers - Pâtissiers
7, quai d'Anjou
75004 Paris
M° Sully - Morland
France
Phone : +33 (0)1 43 25 43 50
Internet Site : www.boulangerie75.org
Description:
en présence de Lyne Cohen-Solal, adjointe chargée du commerce, de l'artisanat, des professions indépendantes et des métiers d'art








[16:00-21:00] Vernissage de Velu Viswanadhan
Location:
Galerie Pascaline Mulliez
42, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 43 38 64 08
Mail : info@pascalinemulliez.com
Internet Site : www.pascalinemulliez.com
Description:
VERNISSAGE JEUDI 25 AVRIL, 16H - 21H
EXPOSITION 25 AVRIL - 29 JUIN 2013

La galerie pascaline mulliez est heureuse de vous présenter une sélection d'œuvres de l'artiste Velu Viswanadhan, sélection glanée sur une période allant de 1990 à 2004. Pourquoi ce choix ?

Viswanadhan est pour moi une découverte récente. L'artiste est pourtant un vieux baroudeur qui s'arrêtant à Paris dans les années 60, y fut retenu et soutenu par une grande galerie parisienne. C'est en 2012 à la galerie Fernand Léger (Ivry sur Seine) qu'il me fut donné de découvrir son travail. Je ressentis cet instant de perplexité mêlé d'étonnement, signe que ce travail me portait vers des voies et des chemins inconnus. Parmi les œuvres présentées, une retint particulièrement mon attention et c'est à partir de cette oeuvre, datée de 2001, que s'est effectuée la sélection que nous exposons aujourd'hui. Le choix recouvre une période charnière dans le parcours de Viswanadhan.

Le fond des toiles de cette période est blanc et les pigments utilisés viennent d'Inde. Vert, rouge, ocre jaune, bleu sont passés en larges aplats transparents ou opaques et organisent géométriquement la toile. De subtils rapports de couleurs se dégagent couche après couche au passage du pinceau. Les sensations visuelles en sont chatoyantes, presque terreuses. Transparences et opacités trament irrégulièrement l'œuvre et inventent sans cesse de nouvelles tonalités. Une luminosité inédite s'en dégage.

Viswanadhan surplombe le châssis entoilé lorsqu'il travaille, position qu'il tenait déjà, enfant, quand il traçait sur le sable les dessins du rituel tantrique. L'espace de la toile, est rythmé à grands coups de brosse et régulièrement l'artiste suspend le mouvement, au centre, ou presque. Ce simple geste suffit à imprimer une incise irrégulière au dessin géométrique donné par l'alternance des passages de couleurs. Lent et régulier, le geste suit une même trajectoire, droite, répétitive, tandis que le corps bouge et tourne autour du châssis posé au sol ou sur une table dans l'atelier.

L'ensemble des œuvres proposé a pour ambition de montrer ce point de confluence où se sont retrouvés les acquis d'une culture indienne et ceux de l'art contemporain; un précieux point d'équilibre entre singularité et contemporanéité.

Pascaline Mulliez

Velu Viswanadhan est né en 1940 au Kerala (Inde). Il suit l'enseignement au Government School of Arts and Crafts de Madras, auprès de K.C.S. Paniker jusqu'en 1960. Il obtient son diplôme en 1966 et fonde peu après avec Paniker et quelques autres artistes une communauté, le Cholamandal Artists' village située près de Madras, désormais Chennai. En 1967, il fut sélectionné pour la Biennale de Paris et s'installa dans la capitale l'année suivante. Il travaille aujourd'hui à Ivry-sur-Seine.

Depuis ses débuts, Viswanadhan a participé à de très nombreuses expositions en galeries et musées à travers le monde. Il était dans la sélection de la Biennale de Kochi-Muziris (Inde) fin 2012. Entre 1998 et 2000, les œuvres de Viswanadhan ont fait l'objet d'une série de rétrospectives itinérantes à travers l'Inde: National Gallery of Modern Art (New Delhi), Lalithakala Akademi (Chennai), National Gallery of Modern Art (Mumbai) et Victoria Memorial Hall (Calcutta).

Viswanadhan est également connu et reconnu pour son travail de réalisateur. La série de films sur les éléments (eau, feu, air, éther), initiée par Sable (1976-1982) et coproduite par le centre Georges Pompidou, a été présentée dans de nombreux festivals (Jérusalem, Paris, Washington) et récompensée à plusieurs reprises, notamment au Festival Dei Popoli, Florence, Italie (Grand prix du documentaire) et au Centre Pompidou, Paris (Grand Prix du Cinéma du Réel). En 2011, Ether fut projeté dans le cadre de l'exposition Aether, une proposition de Christof Keller, au Centre Georges Pompidou.

Son travail de peintre comme son travail de cinéaste a été -à plusieurs reprises- récompensé. Nommé en 2005 Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres, il a reçu en 2008 le K.C.S. Paniker Award délivré par la Kerala Lalithakala Akademi (Inde).

Les œuvres de Viswanadhan figurent dans de nombreuses collections, dont notamment la National Gallery of Modern Art (New Delhi), la National Gallery (Chennai), le Mysore State Museum (Bangalore), le Fond National d'Art Contemporain (Paris), le Château-Musée de Cagnes-sur-mer, ainsi que le Musée d'Art Moderne de la ville de Paris.


Sans titre, 2000, caséine sur toile, 130 x 130 cm









[17:00-21:00] Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe
Location:
Maison de l'Unesco
125, avenue de Suffren
7, place de Fontenoy
75352 Paris 07 SP
M° Ségur
France
Phone : +33 (0)1 45 68 05 16
Internet Site : www.unesco.org/fr
Description:
À l'occasion de la cérémonie de remise du Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe (11e édition) qui sera remis aux deux lauréats : l'universitaire et essayiste algérien Mustafa Chérif et l'Arab British Centre (Royaume-Uni).

« Cinq parcours, cinq visions, une question : quelle place pour la culture arabe dans le monde de demain ? »

Salle I, 17 heures

Inscription en ligne, dans la limite des places disponibles : http://j.mp/prix-unescosharjah

Avec la participation de :
· Sheikha Bodour bint Sultan Al Qassimi (Émirats arabes unis), sous réserve ;
· Khal Torabully, écrivain et cinéaste (Île Maurice) ;
· Ali Mahdi Nouri (Soudan), lauréat 2010 du Prix UNESCO-Sharjah, concepteur du « théâtre des opprimés » ;
· Coline Houssais (France), blogueuse de Ustaza à Paris - Agenda culturel arabe ;
· Naïf al-Mutawa (Koweït), créateur de la bande dessinée The 99, dont chaque superhéros est inspiré d'un nom d'Allah.

Khoury Project
Salle I, 20 heures
Inscription en ligne, dans la limite des places disponibles : http://j.mp/prix-unescosharjah

Concert de musique arabe du groupe Khoury Project, formé des frères Elia (oud), Oussama (kanun) et Basile (violon), qui fusionne subtilement les musiques arabe classique contemporaine et occidentale. Mohamed Abozekry, sacré meilleur joueur de oud du monde arabe au concours international de Damas en 2009, assurera la première partie de ce concert précédé de la cérémonie de remise de prix à 19 heures.

Créé à l'initiative des Émirats arabes unis, le Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe a pour vocation de récompenser les efforts de deux personnalités ou organisations, l'une originaire du monde arabe et l'autre d'un pays non arabe, ayant contribué de manière significative au développement, à la diffusion et à la promotion de la culture arabe dans le monde. Le Prix est doté d'un montant de 60 000 dollars des Etats-Unis réparti à égalité entre les deux lauréats.

[17:00-22:00] Salon International du Livre Ancien
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Salon des Livres Anciens, de l'Estampe et des Dessins Anciens

du 26 au 28 avril 2013

http://www.salondulivreancienparis.fr

[17:00-20:30] Vernissage d'Iván Navarro "Where is the next war ?"
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
du 25 avril au 1er juin
vernissage le jeudi 25 avril de 17h à 20h30

L'artiste conceptuel chilien Iván Navarro revient à Paris avec un nouveau projet et présente un ensemble inédit de sculptures en trompe-l'œil à la Galerie Templon.
Iván Navarro utilise la lumière comme matériau de base, détournant des objets en sculptures électriques et transformant l'espace par des jeux d'optique. Son travail s'approprie les icônes du modernisme en dénonçant le risque d'un formalisme vidé de tout engagement. Toujours présent en filigrane, le détournement de l'esthétique minimaliste devient le prétexte d'une subtile critique politique et sociale. Né en 1972 à Santiago, Iván Navarro a grandi sous la dictature de Pinochet. Il est installé depuis 1997 aux Etats-Unis. Au-delà de son aspect ludique, son œuvre reste hantée par les questions de pouvoir, de contrôle et d'emprisonnement physique ou psychologique.
Avec “Where is the Next War”, Iván Navarro s'intéresse à l'artiste allemand Josef Albers, précurseur de l'art optique. Ce grand expérimentateur de la couleur et de l'abstraction, professeur au Bauhaus, fuit le nazisme et trouva refuge aux Etats-Unis où il enseigna au fameux Black Mountain College.

Les fenêtres-tableaux lumineux d'Iván Navarro, échos aux Homage to the Square d'Albers, soumettent les carrés démultipliés à l'infini à un clignotement programmatique implacable. Empruntés à Goya, des mots se détachent sur chacune des compositions : Amarga presencia (Présence amère), No llegan a tiempo (Ils n'arrivent pas à temps) Le langage est une apparition lumineuse de la conscience, qui renvoie aux double sens, à la mémoire douloureuse des décalages entre apparence et vérité.


[17:00-21:00] Vernissage de Valentin Ruhry
Location:
Galerie Vanessa Quang
7, rue des Filles du Calvaire
Fond de cour, porte gauche
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 44 54 92 15
Fax : +33 (0)9 50 42 81 96
Mail : info@galerie-quang.com
Internet Site : www.galerie-quang.com
Description:
du 25 avril au 18 mai 2013
Vernissage le samedi 16 mars de 17h à 21h

La galerie Vanessa Quang est heureuse de vous présenter la première exposition personnelle à la galerie de Valentin Ruhry.

A la frontière entre sculpture et recherche scientifique, Valentin Ruhry explore les propriétés formelles des objets qu'il crée. Des objets visionnaires autrefois et aujourd'hui archaïques, à l'instar des œuvres U.F.O. et L.R.V. (Lunar Roving Vehicle). La lumière est une composante importante de son travail. Lumière qui, par son volume et sa modulation, devient objet sculptural. De même, l'artiste s'intéresse aux qualités physiques mesurables telles que tension, force et friction.


[17:30-20:30] Vernissage de Matthias Bitzer "Anatol Echo"
Location:
Galerie Almine Rech
64, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 45 83 71 90
Fax : +33 (0)1 45 70 91 30
Mail : contact.paris@alminerech.com
Internet Site : www.alminerech.com
Description:
April 25 - May 25, 2013
Opening Thursday April 25, 5.30 - 8.30 PM

Un écho se forme lorsque les résonances d'une onde sonore sont à ce point ralenties que leur vibration est perceptible comme un phénomène acoustique distinct. C'est ainsi que la nymphe Echo issue de la mythologie antique, malheureuse dans son amour pour Narcisse, est condamnée à répéter à jamais les derniers mots qu'elle entend.

C'est à la résonance de sons familiers et à la perpétuation d'images passées que s'intéresse Matthias Bitzer dans ses œuvres actuelles (peintures, sculptures, dessins), réunies dans une vaste installation qui se déploie au sein du nouvel espace parisien de la Galerie Almine Rech. C'est donc comme un signe de rejet de la primauté de la temporalité linéaire qu'il faut lire le fragment poétique cité par l'artiste « You reflect everything and your reflection is in everything » (Vous reflétez tout et votre reflet est en tout). L'enchevêtrement du passé et du présent, la remise en lumière d'un moment que l'on croyait déjà révolu rappellent la notion d'« à-présent » de Walter Benjamin.[1] La multiplicité de ces facettes se reflète dans Phosphor Notes, une installation murale de Bitzer qui évoque des atlas, voire des journaux intimes illustrés. Même après une observation approfondie, ces pièces conservent leur caractère énigmatique et ne révèlent que de manière sporadique les traces de leurs sources apparemment hétérogènes. L'intérêt de Matthias Bitzer pour les questions d'authenticité et de construction de la vérité, son exploration des structures de formation d'une personnalité plurielle et des réseaux d'identité masqués sont représentés par un personnage qui, dans cette exposition, semble paradigmatique : Anatol, le protagoniste de la pièce en un acte du même nom d'Arthur Schnitzler publiée en 1893.[2] Ce dandy viennois vit diverses aventures amoureuses sans espoir dans l'ambiance mélancolique de la fin-de-siècle et désespère de trouver un amour stable, une vérité absolue. La fragmentation kaléidoscopique de son ego provoquée par l'ivresse de l'illusion tourne infatigablement autour de ces mêmes idées. La lamentation du Faust de Goethe, « Deux âmes, hélas, se partagent mon sein », traverse l'œuvre tel un leitmotiv.[3]

Sa tentative d'échapper au tourbillon de la vie, avec sa multitude de modèles et d'attentes, aboutit le plus souvent à un rapprochement de son propre soi via des carrefours marquants, des bouts de chemin biographiques mémorables ainsi qu'une réflexion constante de son ego changeant. L'immobilisme est une illusion. Le va-et-vient perpétuel du temps qui passe se répète de manière cyclique – la rotation de la terre le prouve : tout est en mouvement.

Ursula Ströbele

Traduction par Patrick Lennon

[1] Voir notamment Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, vol. V: Das Passagen-Werk, éd. Rolf Tiedemann, Frankfurt/Main, 1982, p.591 sq.

[2] Arthur Schnitzler, Anatol, Berlin, 1893.

[3] Johann Wolfgang von Goethe, Faust, Tübingen, 1808.

Vernissage de Matthias Bitzer "Anatol Echo"
Matthias Bitzer, Anatol, 2013
Pencil on paper - 100 x 70 cm
Courtesy of the Artist and Almine Rech Gallery










[18:00-21:00] Cérémonie de remise des insignes de Commandeur à Renaud Séchan
Location:
Ministère de la culture et de la communication
182, rue Saint-Honoré
3, rue de Valois
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 40 15 80 00
Internet Site : www.culture.gouv.fr
Description:
Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres par Aurélie Filippetti, en présence de Jean-Michel Boris

[18:00] EXPOSITION [O2] DE PATRICK RICHARD
Location:
Compagnie Française de l'Orient et de la Chine (Haussmann)
170, boulevard Haussmann
75008
M° Saint-Philippe-du-Roule, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 53 53 40 80
Internet Site : www.cfoc.fr
Description:
DU 22 AVRIL AU 29 JUIN 2013


[18:00] Expos : Andrew Gilbert, Les Maîtres fous / Daniel Flammer, Les Chants captifs
Location:
Galerie Polad-Hardouin
86, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Etienne Marcel, Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 05 29
Mail : contact@polad-hardouin.com
Internet Site : www.polad-hardouin.com
Description:
Andrew Gilbert, Les Maîtres fous
STARRING ANDREW AND EMIL NOLDE

ESPACE 1

DU 25 AVRIL AU 22 JUIN 2013
VERNISSAGE LE JEUDI 25 AVRIL À PARTIR DE 18H

La Reine Victoria, Shaka Zulu en messie dictateur, Jésus, Macbeth, le Mad Mullah de Somalie et Emil Nolde sont au rendez-vous pour la prochaine exposition d'Andrew Gilbert à la galerie. Dans ses dessins, il rejoue les épisodes de l'histoire coloniale européenne, et sa débauche d'agressions envers les populations locales. Partant de faits précis, il se met en scène dans cette Histoire qui emprunte des détours fantaisistes, farceurs et anachroniques.

Cette exposition est placée sous le signe du documentaire de Jean Rouch, les Maîtres Fous (1955), qu'Andrew Gilbert a vu alors qu'il réalisait cette nouvelle série. Le film dévoile le rituel de possession religieuse d'une secte du Niger dont les membres incarnent dans un simulacre violent, des personnages de la hiérarchie britannique dominante. Cette démarche cathartique qui passe par le travestissement, rejoint celle de l'artiste qui dans un jeu de rôle burlesque prend tour à tour diverses apparences.

Andrew Gilbert revient cette fois d'Afrique où, avec son compagnon de voyage Emil Nolde, ils ont été les témoins de la brutalité extrême et de la sauvagerie perpétrées par les puissances européennes. Aux antipodes d'un exotisme édénique, ils sont loin du voyage vers le Pacifique que le peintre allemand effectua en 1913 sur les traces de Paul Gauguin.

Né à Edimbourg en 1980, Andrew Gilbert suit les cours de la la Fine-Art University of Edinburgh et du Edinburgh College of Art de 1997 à 2002. De nombreuses expositions personnelles ont été organisées à travers l'Europe, en particulier à Prague, Hambourg, Berlin, Amsterdam et Paris. Il vit et travaille entre Berlin et Prague depuis 2002.

Samedi 25 mai à 16h : rencontre-débat avec Philippe Dagen
Autour de cette exposition et dans le cadre de la 5ème édition du parcours Nomades du IIIe arrondissement, Philippe Dagen discutera de l'influence de l'art africain sur l'art contemporain occidental.






Daniel Flammer, les Chants Captifs

ESPACE 2

DU 25 AVRIL AU 22 JUIN 2013
VERNISSAGE LE JEUDI 25 AVRIL À PARTIR DE 18H

La galerie Polad-Hardouin a la plaisir de présenter pour la première fois des peintures récentes et un dessin de grand format de Daniel Flammer.

Daniel Flammer nous plonge dans un univers fabuleux où des sirènes conversent perchées sur une branche, où un étrange couple recueille le sang d'un arbre aux racines serpentines. Omnivore, picturalement parlant, l'artiste s'est beaucoup imprégné des Flamands, et plus particulièrement de Brueghel l'Ancien. Ce regard attentif porté sur le traitement spécifique du paysage, sur les scènes villageoises où abondent les détails, l'a conduit à affiner sa manière.

Mais Daniel Flammer n'arrête pas sa curiosité au monde de l'art ; insatiable et tourné vers l'extérieur, il s'intéresse à la rue, aux artisans, aux petits métiers et aux mendiants. On les retrouve dans sa peinture qui, à y regarder de plus près, se rapproche plus du réel qu'elle ne le laisse penser de prime abord. A la manière des caprices de Goya, ces tableaux allégoriques se veulent les témoins de leur temps. Loin de s'enfermer dans un discours symbolique, ils jouent sur la multiplicité du sens et savent ainsi conserver leur mystère et leur saveur.

Daniel Flammer est né en 1984 à Charenton-le-Pont. Il est diplômé de l'ENSBA de Paris. De 2004 à 2009, il fréquente les ateliers de Dominique Gauthier, Philippe Cognée, James Rielly, et celui de Valérie Favre en 2008, dans le cadre d'un échange avec l'Universität der Künste de Berlin. En 2010, il expose à Paris parmi les félicités des Beaux-Arts et est sélectionné pour le 15ème prix Antoine Marin en 2011. Il s'agit de sa première exposition personnelle à la galerie Polad-Hardouin.


[18:00-21:00] Exposition "Outsiders - Art brut et marginal de Serbie"
Location:
Centre Culturel de Serbie et Montenegro
123, rue Saint-Martin
75004 Paris
M° Châtelet, Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 42 72 50 50
Fax : +33 (0)1 42 72 52 80
Mail : info@ccserbie.com
Internet Site : www.ccserbie.com
Description:
Œuvres de la collection du Musée d'art naïf et marginal de Jagodina
Nina Krstić, auteur de l'exposition

Exposition du 26 avril au 8 juin 2013
Vernissage jeudi 25 avril de 18 à 21h

TÉLÉCHARGEZ LE CATALOGUE DE L'EXPOSITION (pdf)

Outsiders

"La formation académique en beauté
est une imposture. Nous avons été
tellement trompé, mais si bien trompé
que nous pouvons à peine recouvrir
une ombre de la vérité...
L'art n'est pas l'application d'un canon
de beauté mais ce que l'instinct et le cerveau
peuvent concevoir au delà
de n'importe quel canon.... "[1]
Picasso, Boisgeloup, 1934

Les plus importants courants dans les arts plastiques pendant les dernières décennies du 19e siècle seront marqués en Europe par la naissance des l'Art moderne. Les tournants dynamiques dans le domaine de l'esthétique au début du 20e siècle, d'abord en France et en Allemagne, plus précisément dans les milieux artistiques de Paris, de Munich et de Berlin, ont défini son profil. Les protagonistes de l'Art moderne rejetaient l'expression académique et la vision réaliste. Le monde objectivement visible recule vers le passé. Les contraintes des canons artistiques au sein de l'establishment dominant les arts plastiques devenaient claustrophobes. La vie était devenue trop complexe et l'expérience de nouveaux acquis scientifiques suffisamment variée pour que les formes anciennes d'expression ne puissent plus perdurer. C'est ainsi que les grands styles collectifs seront remplacés par des styles individuels qui, forts de leurs formules originales, viendront changer les idées sur la perception, encourager la continuité de l'évolution des libertés artistiques, créer une nouvelle réalité dans les arts.

Et pourtant, il y a toujours eu, comme aujourd'hui, une discorde envers la reconnaissance des formes nouvelles du langage des arts plastiques et des valeurs esthétiques nouvelles. Il a toujours fallu du temps pour que la qualité d'une œuvre gagne la confiance, pour que des éléments novateurs pénètrent dans l'institutionnel, se consolident et s'approprient le terrain. L'art nouveau est aussi le résultat d'une mentalité nouvelle.

L'art des "outsiders" ou marginaux voit le jour dans l'ambiance de rapports sociaux quasi détruits, d'une aliénation forcenée aux conséquences imprévisibles. C'est l'art des hommes rejetés qui commencent, en créant leurs œuvres d'art, à exprimer spontanément une sorte de révolte inconsciente contre toute sorte d'unification, pour marquer leur place dans l'univers. Le tohu-bohu du monde moderne, les événements accélérés, l'invasion de la technocratie viennent menacer l'homme sous la forme d'un manque d'humanité envers l'individu.

Marcel Duchamp, qui prêchait la liberté absolue dans l'action, refusa de se plier à n'importe quel principe esthétique, car pour lui l'art est l'idée, la décision, le concept, le processus et non l'œuvre achevée. Les surréalistes prônaient l'automatisme comme un des moyens d'atteindre un degré supérieur de l'identité. Ils étaient au courant des expériences de Prinzhorn. Dans son Manifeste du surréalisme André Breton invoquait la folie qui languit dans chacun de nous, en admirant les œuvres hallucinantes et anonymes du projet de Prinzhorn. André Masson, lui aussi possédait tout un recueil des entretiens sur le livre de Prinzhorn et les œuvres qui y étaient reproduites. Vers 1920 son atelier était comme un centre du mouvement surréaliste. L'un des habitués de cet atelier fut Jean Dubuffet. Il étudiait l'art des artistes marginaux : des asociaux, des rejetés, des perturbés mentaux et l'art des dessins d'enfants, cherchant à s'approcher lui-même de l'intuition instinctive. Le brut, le non traité, le non censuré fut pour lui une nouvelle révélation.

C'est vers le milieu du 20e siècle qu'interviennent certains changements substantiels chez les artistes et les théoriciens envers les phénomènes alternatifs dans les arts plastiques. Il est à noter aussi l'intérêt que portèrent Paul Klee et Max Ernst à l'art de ces marginaux. Les textes des études du séminaire du psychothérapeute Hans Prinzhorn, "'Bildnerei der Geistskranken" ( Springen Verlag, Berlin 1922), peuvent être considérés comme des premières tentatives de compréhension du processus même de la création artistique que l'on trouve dans les œuvres des malades mentaux, créées sans censure, où les artistes se trouvent dans leur état naturel, non corrompu par l'influence de la société. À cette occasion il avait recueilli plusieurs milliers d'œuvres de centaines d'artistes. Certains d'entre eux figurent aujourd'hui parmi les classiques du genre.

Prinzhorn était inspiré par les théories métaphysiques de l'expressionnisme sur l'empathie, c'est-à-dire par une immersion totale dans l'émotion et dans l'idée avec une réticence envers la rationalité qui avait dominé les générations précédentes. Le recueil de Hans Prinzhorn a survécu, à l'Université de Heidelberg, l'avènement des nazis en 1933, mais la plupart des auteurs furent tués dans les camps de concentration. Dans l' exposition que Hitler avait organisée à Munich en 1937, sous le titre de "Entartete Kunst",("l'art pervers"), on pouvait voir les plus grands maîtres de l'Art moderne: Picasso, Nolde, Beckmann, Kokoschka ainsi que des œuvres de la collection de Prinzhorn, avec l'intention claire de démontrer la perversité de l'Art moderne ! C'était en même temps une des premières présentations des œuvres des représentants de l'art marginal, ou de l'art des outsiders. Ce terme était, en fait, une tentative de traduction en anglais du terme originel de J. Dubuffet - L'Art brut.

Absent durant des décennies des institutions, l'art des Outsiders représentait l'énergie originelle d'une expressivité purement génétique. Pour cette raison, parce qu'il échappe à toutes les conventions, il était considéré comme utopique, trivial, sans valeur, malade, morbide. L'apparition de l'Art hors les normes, de l'Arte Irregolare et du Außenseiterkunst, de l'Outsider art des hommes de l'ombre, a inquiété beaucoup d'esprits mais, à n'en point douter, a créé un espace de perception nouveau et donné un coup d'envol à une nouvelle réflexion. Il n'a pas évolué à partir d'un art antérieur et c'est pourquoi il se présente comme radicalement nouveau. Animés toujours par certaines érosions intérieures les Outsiders matérialisent leurs visions d'une façon incontrôlée qui s'oppose à la contextualisation conventionnelle de l'histoire de l'art. Animés par une énergie créatrice originelle, ils sont délivrés de tous les fardeaux de la tradition artistique, des canons, de l'éducation, du diktat du Mainstream. Les outsiders créent poussés par un besoin irrépressible, faisant fi de tous les critères que la société impose aux artistes et à l'art. Obsédés et tenaces, ils ne respectent que les contraintes de leurs incitations intérieures et de leur imagination.

Dans son catalogue de l'exposition Outsiders : un art sans précurseurs ni tradition, Roger Cardinal écrit en 1972 sur l'importance de l'indépendance artistique des outsiders pour l'originalité de leur expression. Créateur du terme Outsider art, il publiera depuis 1972 plusieurs livres sous ce titre de sorte que ce terme s'est maintenu comme le plus approprié. Deux ans après le déménagement de la collection de Dubuffet à Lausanne, une exposition très importante a été organisée en 1978 au Musée d'Art Moderne à Paris sous le titre de Les Singuliers de l'Art. Après l'exposition organisée en1979 sous les auspices du Conseil artistique de Grande Bretagne sous le titre de Outsiders, à la galerie Hayward à Londres, Victor Musgrave souligne dans sa préface au catalogue: Il s'agit là d'un art sans précurseurs. Il propose un voyage orphique dans les profondeurs du psychisme, garni de ravissants vécus inondés d'émotions qui avaient été jusque là disciplinés par les moyens techniques dominants...

Et le livre de Cardinal de 1972 et l'exposition londonienne de 1979 ont fortement encouragé l'acceptation de l'Art brut et de l'Outsider art comme une catégorie artistique particulière, surtout dans le monde officiel des arts.

Créateur des archives ''Outsider Archive” en 1981, V. Musgrave s'assigne comme objectif la création d'un musée de l'art marginal à l'instar de la Collection de L'art brut au Château Beaulieu à Lausanne. Dans le cadre de son travail de pionnier et de collecte d'informations et d'œuvres des Outsiders, il manifeste dès 1980 un intérêt tout particulier pour les réalisations de Sava Sekulić. Après le décès de V.Musgrave, la direction des Archives est assurée par son épouse Monika Kinley (Art House Monika Kinley, London), qui présente à l'exposition internationale "In another World - Outsider Art from Europe and America", en 1987/1988, six tableaux représentatifs de Sava Sekulić.

Une vague de création de musées et de galeries à travers le monde (parmi lesquels– le Musée de l'art naïf et marginal, fondé en 1960 à Jagodina, Serbie) où seront conservées et exposées ces oeuvres, devient une réalité. On voit s'organiser dans le monde entier des manifestations internationales biennales et triennales suivant de près l'évolution de l'expression plastique de ces artistes: In situ,Outsider art, Marginal art, Art brut ( Bratislava, Jagodina, Rio de Janeiro...). On note parmi les galeries et musées reconnus depuis longtemps comme promoteurs de cet art, à part le Musée de l'art naïf et marginal de Jagodina: la Collection de L' art brut, Lausanne, Art brut Museum à Munich, Galerie Hamer à Amsterdam, le Museum Charlotte Zander, Bőningheim; Halle Saint Pierre, Paris; Mycelium, Pariz, la Collection of Alexandro Zinneli, S. Giovanni Lupatoto, Verona; Musée de la Création Franche, Bruge; Museum Haus Cajeth, Heidelberg; Collection Leszek Macak, Crakovie; Galerie der Künstler aus Gugging, Maria / Gugging, Vienne; Sammlung Essl, Klosterneuburg; Museum im Lagerhaus, St. Gallen; Art en Marge, B ruxelles; Collection V. Pomechikov, Moscou; Museum of Outsider Art, Moscou; SNG, Bratislava; Creative Heart Gallery, New York; Creative Growth Art Center, Oakland etc.

Avec le temps, les artistes dits Outsiders sont de moins en moins gardés dans l'isolement. L'Outsider art de plus en plus quitte les marges.

À l'instar de nombreux outsiders du monde entier, qui construisent patiemment leurs tours imaginaires, isolés dans les lieux secrets de leurs propres mondes – on voit se créer en Serbie des générations d'artistes dont un grand nombre sont considérés mondialement comme des classiques : Vojislav Jakić, Sava Sekulić, Emerik Feješ, Ilija Bosilj Bašičević, Barberien, Bogosav Živković, Dragutin Aleksić, Ferenc Kalmar, Dragiša et Milan Stanisavljević. Leurs créations sont présentes depuis déjà des décennies dans les expositions permanentes des plus importants musées. On y voit aussi les oeuvres d'artistes de la jeune génération dont les oeuvres méritent l'attention d'un public avisé.

Dans le domaine des arts plastiques en Serbie ces artistes deviennent avec le temps les symboles de normes entièrement nouvelles. L'immersion dans les origines instinctives-intuitives de leurs formules induit la perception d'un l'art premier, sans censure, d'un art au code génétique primaire. Les images de ces mondes étrangers sont énigmatiques et inspirantes. Si nous plongeons dans leurs visions, nous pouvont ressentir cette hypersensibilité. Leurs confessions artistiques, qui nous intriguent et restent longtemps gravées dans notre mémoire, nous enthousiasment par l'effusion de vérités inattendues, de marques inconnues qui nous incitent à la réflexion. Même la trace la plus difficile à déchiffrer peut nous toucher en nous révélant notre propre solitude et notre liberté menacée. Le besoin profond du goût de la liberté, une puissante expression de la personnalité, la résistance à tout ce qui vient de l'extérieur, mêne ces hommes dans un isolement sciemment choisi ou souvent brutalement imposé par la société. La sélectivité des idées s'opère spontanément, instinctivement, automatiquement, souvent dans un état hallucinatoire, semblable à celui des grands prophètes. La loi cosmique du rythme, la puissance énergétique de la matière, transposées dans l'image, la sculpture, le texte, l'installation, rendent visible et suggestif le monde réel de l'artiste rempli de dimensions nouvelles.

L'art des outsiders est suivi et étudié en Serbie au niveau institutionnel depuis plus de cinq décennies par le Musée de l'art naif et marginal à Jagodina;bien que beaucoup d'autres formes non académiques de la création sont catégorisés comme de l'art naïf ou marginal, l'art des outsiders, reste encore en voie d'expérimentation. La critique artisitique officielle en Serbie, en dehors de notre musée, comme ce fut le cas en Europe à l'époque, ne s'est que rarement occupé de leur création d'une manière adéquate. Aussi la présente exposition sous le titre symbolique de "Outsiders" est-elle une preuve de l'existence d'excellents artistes de ce type en Serbie et de leur présence incontournable dans l'évolution de cet forme d'art sur un plan européen plus large.

Pourtant ce ne sont là que des exemples isolés. L'expression individuelle des Outsiders demeure partout dans le monde un phénomène en marge des grands scènes artistiques. Tous les éloges mérités depuis longtemps et adressés à ces grands maîtres, en règle générale à titre posthume, sont récents. Comme si, dans leur temps, il avait été trop courageux de les reconnaître et de leur accorder la place qu'ils méritaient depuis longtemps. Rares sont ceux qui ont eu cette chance.

J'ai toujours été fascinée, ainsi que mes collègues experts de toutes les régions de l'Europe: Katarina Čierna, Roger Cardinal, Nico van der Endt, Laurent Danchin et Monika Jagfeld, par la persistance de ces oeuvres dans les manifestations internationales biennales et triennales qui conservent et cultivent la continuité et l'évolution de cet art depuis deux décennies (la Trijenale IN SITA, Bratislava, Slovaquie et la Biennale de l'art naïf et marginal, Jagodina, Serbie) et par la profondeur de l'intention de ces individus du monde entier qui fonctionnent complètement en dehors des normes en créant une nouvelle dimension des arts plastiques à travers leur propres méta-langages.

Nous sommes conscients qu'il est quasiment impossible aujourd'hui garder un isolement artistique. Est-il correct de maintenir quelqu'un dans un isolement imposé? Celui-ci n'est possible que si l'artiste y consent de son propre gré, s'il le choisit comme une sorte de mode de vie pour rester entièrement fidèle à son monde et ses idées.

Nina Krstić, historienne de l'art
[1] Tiré d'une lettre que P. Picasso envoya à son ami Christian Zervos en hiver 1934 de Boisgeloup


[18:00] Finissage de CHARLOTTE DE MAUPEOU "Objectif Lune"
Location:
Galerie Brissot Art Contemporain
48, rue de Verneuil
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 96 08 92
Mobile : +33 (0)6 07 36 29 44
Fax : +33 (0)1 42 96 08 64
Mail : galeriebrissot@orange.fr
Internet Site : www.contemporaryart-gallery.com
Description:
hommage à Vermeer

"Imaginer, c'est hausser le réel d'un ton" Bachelard

L'imagination révélatrice de Charlotte de Maupeou dont le travail manifeste toujours d'une conscience singulière de la matière - transparences ou reflets - expérimente cette fois le phénomène quantique de l'apesanteur.

Le pigment pur et saturé entraîne à la perception de sa densité, invitant au voyage fantastique, au gré d'une poétique de l'espace incarnée par douze héros de légende qui ont marché sur la lune.


[18:00] Vernissage "Delbari" calligraphy jeweler
Location:
Galerie Nicolas Flamel
216, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Réaumur - Sébastopol, Etienne Marcel, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 71 87 83
Mobile : +33 (0)6 15 72 33 16
Mail : contact@galerienicolasflamel.fr
Internet Site : www.galerienicolasflamel.fr
Description:
DELBARI exhibition : student of Parviz Tanavoli - Rumi poetry and Sama inspire Iranian jeweler

25 april - 2 may


[18:00-21:00] Vernissage d'Amaury Gallon et Ludovic Avenal
Location:
Le Musée en Herbe
Ma Première Galerie
23, rue de l'Arbre-Sec
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Pont Neuf, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 40 67 97 66
Fax : +33 (0)1 40 67 92 13
Mail : musee-en-herbe@orange.fr
Internet Site : www.musee-en-herbe.com
Description:
Vernissage Jeudi 25 avril 2013, de 18h à 21h

"L'arbre céleste"
(25/04/2013 - 26/05/2013)

Oeuvres de AMAURY GALLON et de son invité LUDOVIC AVENEL

En résonance à l'exposition DANS LA PEAU DE HUNDERTWASSER, le Musée en Herbe vous présente l'exposition collective MADE IN GREEN qui invite de jeunes artistes et des artistes de renom à présenter leur travail conjuguant l'art, la nature et l'art environnemental du 28 mars 2013 au 05 janvier 2014.

AMAURY GALLON, fondateur des jardins de Babylone
et son invité LUDOVIC AVENEL nous font le plaisir d'ouvrir le deuxième volet
de cette exposition collective.

Ils nous présenteront leur exposition « L'arbre céleste ».

Les murs végétaux et autres créations urbaines végétalisées, composent avec grâce et fraîcheur, un véritable écosystème.
Un cocon de verdure et d'air pur, en plein cœur de Paris à ne pas rater !


© Amaury Gallon
Crédit photo: Jardins de Babylone


Table potagère
© Ludovic Avenal
Crédit photo (détail) : Marie Moreau & Gaëtan Coulaud

[18:00-21:00] Vernissage de Ju Ran
Location:
A2Z Art Gallery
24, rue de l'Echaudé
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 56 24 88 88
Mobile : +33 (0)6 74 76 85 29
Internet Site : www.a2z-art.com
Description:
Le vernissage aura lieu le 25 avril 2013 à partir de 18h.

>> dossier de presse

Vernissage de Ju Ran

[18:00-21:00] Vernissage de Klaus Staudt
Location:
Galerie Gimpel et Müller
12, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 25 33 80
Mobile : +33 (0)6 16 81 71 49
Fax : +33 (0)1 73 73 33 64
Mail : info@gimpel-muller.com
Internet Site : www.gimpel-muller.com
Description:
Vernissage de Klaus Staudt
Vernissage de Klaus Staudt

[18:00-21:00] Vernissage de Marie Cool et Fabio Balducci "Sauvagerie sans nom"
Location:
Galerie Marcelle Alix
4, rue Jouye-Rouve
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)9 50 04 16 80
Mail : demain@marcellealix.com
Internet Site : www.marcellealix.com
Description:
du 25 avril au 15 juin
Vernissage jeudi 25 avril 2013, 18h-21h

La logique globale de l'œuvre de Marie Cool Fabio Balducci est une énigme qui ne se résout pas dans une définition. Il s'agit d'une éthique personnelle qui s'édifie geste après geste à travers une sociabilité très particulière qui pourrait se formuler ainsi : à quelle distance dois-je me tenir des autres pour construire un « vivre ensemble » sans aliénation et une solitude sans exil ? Les actions et ce qui en découle (objets non manipulés ou dessins au sens élargi) ne donnent pas la réponse. Ces formes racontent une vie disciplinée et autarcique, qui rejoint celles et ceux dont les désirs s'enchaînent au paradoxe de la liberté sans entraves, pour privilégier le Libre Esprit, affranchi et désencombré de lui-même.

Marie Cool n'est pas une apparition incorporelle. La plénitude et la tolérance qui émanent de sa personne, cette lente remontée vers un lointain profond, intime, secret, lorsqu'elle accomplit patiemment son programme de gestes, n'est pas seulement un vœu d'indépendance ou la manifestation d'une puissante vibration spirituelle. C'est aussi une manière de venir hanter un monde aux normes inatteignables, où les préjugés dominants s'évertuent à condamner la versatilité, comme si on ne pouvait pas cultiver plusieurs champs, avec des moyens réduits, en même temps. Dans le paysage social, la discipline que Marie Cool s'impose résiste à l'esprit qui boursicote en faveur du progrès et spécule sur un avenir rentable. Marie Cool Fabio Balducci sont loin de défendre un code unique, totalement fantasmé, qui distribuerait le monde. C'est l'ensemble des phénomènes qui les intéressent, dans le sens où ces derniers ne créent pas de catégories, mais permettent de se déplacer à son gré, sans craindre d'être récupéré par un courant ou une idéologie en particulier.

Le corps peut-il encore aujourd'hui rappeler l'Homme aux choses spirituelles? Marie Cool Fabio Balducci ne renient pas le surnaturel dans l'aspect visible et familier des choses, mais semblent privilégier un sens du sacré dans la rencontre entre une rêverie intérieure et ce que l'on appelle le quotidien. Que ce soit dans le psychédélisme lent teinté de baroque des œuvres sur papier ou avec les tables dressées à l'aide d'objets-outils (règle, pelote de fil, crayon, verre d'eau, assiette, rouleau de scotch, etc), chaque élément semble réagir à la fois dans le temps, mais aussi dans une sorte d'éternité, intégrant dans leur apparente fixité la mémoire d'une gestuelle quotidienne, composée de permutations et fondée sur des correspondances unissant macrocosme et microcosme.
La représentation de la main traverse tout le travail des artistes. Ce n'est pas seulement la main de Marie Cool dont il est question, mais de mains de plus en plus nombreuses, qui ajoutent à l'artisanat d'un style et se posent contre la mystification de la maîtrise, de la persuasion et de la « théorie ». Régulièrement, les artistes font appel à des demandeurs d'emploi, auxquelles ils transmettent un programme de gestes pour toute la durée de l'exposition. Par l'intermédiaire de la structure qui les accueille, ils créent un poste qui ne demande ni formation, ni intention. Les tables, dans leur version « inactive » ne le sont jamais tout-à-fait. Le spectateur familiarisé avec le « live » et les vidéos n'aura aucune difficulté à accompagner mentalement les mouvements inscrits dans l'organisation des objets.

C'est toujours vers les esprits les plus indépendants que leur affection se porte, mais il ne s'agit pas de courir après un modèle ou de se penser comme les héritiers de figures emblématiques de la marginalité. C'est leur perception du monde qui les a conduits inévitablement sur les traces de quelques ennemis publics.
Ainsi, parmi les moins connus, on retiendra le sort de Marguerite Porete, béguine de la première heure et auteure au Moyen-âge d'un livre unique au titre d'une extrême délicatesse : Le miroir des âmes simples et anéanties. Son livre fut brûlé en 1306 et elle fut condamnée au bûcher pour hérésie par les autorités ecclésiastiques, choquées de ses audaces et, plus particulièrement, de son éloge de l'accomplissement religieux personnel, hors du contrôle ecclésial. Bien que Marie Cool Fabio Balducci ne soient pas des luddites contemporains, leur programme est un manifeste de lutte sociale qui s'appuie sur le silence et la connivence développés par les travailleurs anglais du XVIIIe siècle, en révolte contre l'ouvrage bâclé, brisant des machines et refusant ainsi les contraintes qui vont de pair avec le développement technologique.
De quelque manière que ce soit, on assiste à la diffusion de ce qui fut longtemps perçu comme une puissance active, agressive, rongeante et incontrôlable : une aventure psychique, qui ne s'interrompt pas avec le travail manuel, mais poursuit, avec détermination, le vertigineux dialogue de la conscience avec son propre vide. L'homme laborieux oui, mais doué pour le vide, doué pour la liberté.
CB

Marie Cool Fabio Balducci travaillent ensemble à Paris. Leur travail a fait l'objet d'expositions personnelles à Site Gallery, Sheffield, à La Maison Rouge, Paris et à Attitudes, Genève en 2008, à la South London Gallery en 2009, au CAC Brétigny en 2010, à la Villa Medicis, Rome en 2011, à La Synagogue de Delme, au FRAC Lorraine, Metz et au Consortium, Dijon en 2012-2013. Ils ont également participé aux expositions collectives On Line : Drawing through the Twentieth Century (cur. Connie Butler et Catherine de Zegher) au MoMA, New York (2010), La Monnaie Vivante (cur. Pierre Bal-Blanc, 2010) et La cavalerie au CAN, Neuchâtel (2013).
Leurs oeuvres ont rejoint récemment les collections du MoMa New York, du Centre Georges Pompidou, du Frac Île-de-France et du Frac Lorraine, ainsi que celle de la Vehbi Koç Foundation, Istanbul.

Le travail de Marie Cool Fabio Balducci fera l'objet d'une présentation solo à Frieze New York (stand B25) du 9 au 13 mai 2013.

Marie Cool Fabio Balducci et Marcelle Alix remercient chaleureusement pour leur soutien: Pierre Bal-Blanc, Connie Butler, Eric de Chassey, Marie Cozette, Xavier Douroux, Elena Filipovic, Ana Janevski, Béatrice Josse, Peter O'Brien, Jean-Paul Felley et Olivier Kaeser, Solène Guillier, l'équipe du CAN Neuchâtel, Cristina Agostinelli, Katia Santibanez et James Siena.
De grands mercis également à: Sonia Droulhiole, Florence Loewy, Aurélien Mole, Camila Renz, Olga Rozenblum.

[18:00-21:00] Vernissage de Natalia Jaime-Cortez "PLI"
Location:
Galerie Vincenz Sala
52, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République
France
Phone : +33 (0)9 82 47 37 15
Mobile : +33 (0)6 58 93 39 27
Mail : vincenz.sala@vsala.com
Internet Site : www.vsala.com
Description:
Exposition du 25 Avril au 4 Mai 2013
Jeudi au Samedi de 14h à 19h

Vernissage le 25 Avril 2013 de 18h à 21h

Performance les 25, 26 et 27 Avril 2013

Avec l'exposition "PLI" de Natalia Jaime-Cortez, la galerie Vincenz Sala poursuit la programmation d'artistes qui s'inscrivent dans une pratique double du dessin et de la performance. Après Anne-Flore Cabanis en mars 2013, Myriam El Haïk en décembre 2012, et tout récemment dans le cadre de la foire Drawing Now, la présentation du travail de Natalia Jaime-Cortez reprend le sujet. On retrouve à travers ces trois positions un dessin qui engage le corps et qui est en soi trace d'une action de l'artiste dans le temps et l'espace. Moins éphémère mais appartenant à la même famille il n'est pas surprenant que cette pratique du dessin amène et revient à la performance, expression artistique qui paraît-il est en train de regagner sa juste place.

L'exposition de Natalia Jaime-Cortez s'articule autour d'un ensemble de dessins récents principalement à l'encre noire. Ces dessins explorent un réel démultiplie à l'infini dans ses moindres détails. Les lignes qui composent ses dessins sont à la fois vibration, mouvement continu, rythme et tension. Il naît la perspective d'un espace ouvert qui se déploie sous la forme d'une installation. L'artiste prend en compte tout l'espace de la galerie agençant ses dessins, objets et matériaux dans un équilibre précis fait de résonances et de cohabitations.

Son travail questionne les lieux en tant qu'espaces et territoires et procède par une pratique de l'in situ. Mais c'est également la perte de repères, la sensation du vide qu'elle tente de transmettre. A la manière des personnages de Beckett, le corps, son corps, tourne en rond, il ressasse, cherche une façon d'appréhender son paysage, son histoire, son temps. Le sens est en perpétuel mouvement, évoluant sans cesse entre apparition et disparition.

Dans le blanc du papier, des mots épars surgissent et scandent parfois ses dessins. Ce langage joue, il cherche lui aussi son orientation et son ancrage. C'est à la fois une langue sonore et visuelle semblable à une cartographie aléatoire et mentale.

L'exposition PLI se veut être avant tout une question ouverte à ce qui se trouve entre les choses. C'est une forme de mise en réseau de la pensée. L'exposition interroge par le biais du pli les multiples facettes de la perception et du geste de l'artiste.

Natalia Jaime-Cortez présentera plusieurs performances comme des temps d'activation de l'exposition où il s'agira de déplier par le corps cet espace.

Vernissage de Natalia Jaime-Cortez "PLI"

[18:00] Vernissage de Stasys Eidrigevičius « Deux courants - une source »
Location:
Galerie Roi Doré
6, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 78 54 42
Mail : galerie@roidore.com
Internet Site : www.roidore.com
Description:
Vernissage le jeudi 25 avril à partir de 18h, en présence de l'artiste.
Exposition du 26 avril au 8 juin 2013

Graphiste, illustrateur, peintre, affichiste mondialement reconnu.
Stasys, c'est sa signature d'artiste, est né en Lituanie en 1949 d'un père polonais et d'une mère lituanienne.
Il étudie à l'École d'Arts Appliqués de Kaunas, ensuite à l'Institut des Beaux-Arts de Vilnius (1968-1973). En 1972, il se rend pour la première fois en Pologne, pays alors le plus ouvert du bloc de l'Est. De 1973 à 1980, il est professeur de dessin et travaille pour le Vilnius Philarmonic. Il peint, fait de la gravure, de la photographie, du théâtre. Il commence à exposer en dehors de la Lituanie. Ses ex-libris lui valent plusieurs distinctions. Il connaît un remarquable succès dans tous les genres d'art. S'intéressant aux contes populaires, c'est en 1977 qu'il illustre son premier livre pour enfants.
Depuis 1980, il habite à Varsovie (Pologne).
Artiste universel, source inépuisable d'imagination, il se consacre à toutes les formes de création : ex-libris, miniatures, illustrations de livres pour enfants, affiches, dessins, pastels, tableaux, photographies, masques, installations, sculptures, performances et pièces de théâtre.
Les affiches de Stasys ont souvent été primées, notamment à la Biennale de l'Affiche de Lahti (Grand Prix, 1989). Il a également reçu le second prix de l'affiche culturelle de la Bibliothèque de Mexico, ainsi que le Grand Prix Savignac à Paris (1993). En 1994, il a reçu la Médaille d'or à Toyama (Japon) pour l'affiche "Le cerf blanc".
Ses œuvres sont régulièrement présentées lors de nombreuses expositions individuelles et collectives dans le monde entier et font partie des collections de nombreux musées, dont le British Museum de Londres, la Galerie créative de Tokyo, le Musée du Vatican, le Musée d'art moderne de la ville de Paris, le National Library de Washington et les Musées nationaux de Vilnius, Varsovie et Wroclaw…

L'imagerie de Stasys Eidrigevičius (nom qui se prononce approximativement Sta-cice Edri-gave-itcheuce) est aussi rébarbative à l'analyse d'un Occidental que l'est la prononciation de son nom. Toutes deux sont originaires de Lituanie: la première manifestement d'inspiration folklorique, la seconde un nom de famille respecté. L'art et la littérature lituaniens regorgent des êtres mythiques, des fantômes et des esprits qui circulent dans l'œuvre graphique de Stasys. Pourtant, il est plus facile de dire que la vision extraordinaire de cet artiste n'est pas que de définir ce qu'elle est. Alors qu'en surface elle s'accorde avec les traditions surréalistes de l'Europe de l'Est, elle n'a certainement rien à voir avec le surréalisme orthodoxe prêché par André Breton. Tout grotesque qu'elle soit, elle n'a rien d'horrifiant ni de repoussant. Mordante par moments, elle n'est pas non plus comique. Stasys se contente d'évoquer à mots couverts, avec l'innocence du conteur de fées, la solitude, le désespoir et l'impuissance de l'artiste. (...) Et son œuvre tout entier est centré sur le lieu de rencontre entre les ténèbres et la lumière. Comme Stasys ne livre jamais vraiment le fond de sa pensée, son art restera sans doute rebelle aux efforts d'analyse et risque bien de garder ses secrets et son mystère à tout jamais - Steven Heller

Le langage de l'affiche est très simple, il faut montrer une seule chose. Pour moi, c'est un visage. Cela constitue mon langage. - Stasys


[18:00-21:00] Vernissage de Sylvain Azam
Location:
Galerie Eric Mircher
26, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 02 13
Mobile : +33 (0)6 89 98 07 97
Mail : contact@mircher.com
Internet Site : www.mircher.com
Description:
PEINTURES

VERNISSAGE LE JEUDI 25 AVRIL 2013 18H > 21H
EXPOSITION > 8 JUIN 2013

Sylvain Azam est né en 1984 à Strasbourg. il vit et travaille désormais à Paris.
Diplômé des Beaux Arts de Paris en 2009 et de la Villa Arson à Nice en 2006.
Principales expositions
2013 :
"Pressure Sensitive Tapes" Galerie Eric Mircher. Paris. Exposition personnelle.
2012 :
57ème Salon de Montrouge. Commissariat Stephane Corréard.
2011 : "One but Not the Same." RongWrong Art Space. Amsterdam.
2009 : "Cas par Cas", Galerie droite des Beaux-Arts. Paris. Présentation personnelle

[18:00-21:00] Vernissage de Tony Oursler
Location:
Campoli Presti
6, rue de Braque
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 29 08 92
Mail : info@campolipresti.com
Internet Site : www.campolipresti.com
Description:
Vernissage de Tony Oursler

[18:00-21:00] Vernissage de clôture de souscription
Location:
Atelier Valencin
46, rue Saint-Sébastien
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Ambroise, Richard-Lenoir
France
Phone : +33 (0)1 43 38 09 27
Mobile : +33 (0)6 03 01 45 62
Mail : contact@thierryvalencin.com
Internet Site : www.thierryvalencin.com
Description:
Vernissage de clôture de souscription

[18:00] Vernissage de l'exposition collective "NU"
Location:
Atelier Gustave
36, rue Boissonade
75014 Paris
M° Raspail, Port-Royal
France
Phone : +33 (0)1 45 38 94 11
Mail : info@ateliergustave.org
Internet Site : www.ateliergustave.org
Description:
Du 16 au 30 avril 2013
du mardi au samedi de 14h à 19h

Liste des Artistes Participants : Aoudjhane Hayet (peintre), Benoualid Franck (peintre), Berdejo Véronique (peintre), Boublil David (peintre), Candelier Christian (sculpteur), Rafenberg Catherine (peintre), Roux Hélène (peintre), Salou Jean (peintre).

L'Atelier Gustave, sis dans un ancien atelier d'artiste, au cœur de Montparnasse, est une association artistique et culturelle, dont la vocation initiale est l'exposition d'artistes émergents et confirmés, et depuis un an nous avons élargis nos latitudes en travaillant en partenariat avec l'association ARTIC[1], qui s'occupe de recherche en cancérologie, dans le cadre de soirée caritatives, mêlant récolte de fond et expression artistique.

Les évènements que nous vous proposons se situent dans l'horizon de ce partenariat, créer une exposition permettant à la fois de participer à la recherche médicale, et de faire découvrir des artistes talentueux dans le cadre unique qu'est l'Atelier Gustave.

A ce titre L'Atelier Gustave reversera 5% après déduction des frais d'exposition à l'association ARTIC, Et une commission de 5% sur les ventes seront reversée à l'association ARTIC.

Cette exposition réunira huit artistes différents aux techniques multiples autour d'un même thème, le NU.

La représentation de corps nus est un des genres majeurs de l'art européen. Vous découvrirez à travers cette exposition la vision personnelle de chacun des artistes.

Cette exposition éclectique pourrait bien changer votre regard sur ce thème familier

 
 

[18:00-21:00] Vernissage l'expo "Ronan & Erwan Bouroullec. Momentané"
Location:
Musée des Arts Décoratifs
Union centrale des arts décoratifs - UCAD
107, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 44 55 57 50
Internet Site : www.lesartsdecoratifs.fr
Description:
Vernissage l'expo "Ronan & Erwan Bouroullec. Momentané"

[18:00] Vernissage « HIKARI TOKYO REVE » d'Hélène LAUNOIS
Location:
Galerie Frédéric Moisan
72, rue Mazarine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 49 26 95 44
Mobile : +33 (0)6 11 28 67 84
Mail : contact@galerie-fmoisan.fr
Internet Site : www.galerie-fmoisan.fr
Description:
La galerie_frédéric moisan en partenariat avec le groupe Shiseido est heureuse de vous présenter l'exposition « HIKARI TOKYO REVE »
Œuvres d'Hélène LAUNOIS

VERNISSAGE : Jeudi 25 avril à partir de 18h
Exposition du 24 avril au 11 mai 2013


[18:00] inauguration de l'exposition « En vie / Alive »
Location:
Fondation EDF
Espace EDF Electra
6, rue Récamier
75007 Paris
M° Sèvres - Babylone
France
Phone : +33 (0)1 53 63 23 45
Internet Site : fondation.edf.com
Description:
inauguration de l'exposition « En vie / Alive »

[18:00-21:00] vernissage d'Olivier Girault et Pascal Oudet
Location:
Galerie Théo de Seine
19, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés, Odéon, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 77 18 32 82
Mail : contact@galerietheodeseine.com
Internet Site : www.galerietheodeseine.com
Description:
« Olivier Girault pose les choses sur cette ligne d'horizon qui le centre. Il sépare les mondes et de fait se place et se situe face à eux. Face à lui-même, face à nous-même, il se et nous questionne sur cette quête qui nous anime tous. Quel chemin, quelle route, quel but finalement. Que cache-t-il derrière ses montagnes, ses rares arbres, ses « seules maisons » et ses quelques personnages... »

Pascal Oudet a remporté le Grand prix de la création de la ville de Paris 2012, catégorie métier d'art.
« Inspiré par le bois usé par les intempéries, j'ai créé cette série de pièces sablées - La technique du sablage permet de travailler sur la texture du bois, en profondeur - en allant jusqu'à la transparence »


[18:00] vernissage de l'exposition "François Arnal, un grand artiste français"
Location:
Artaban.com
La sélection contemporaine art et design
12, rue de Louvois
75002 Paris
M° Quatre-Septembre, Pyramides
France
Phone : +33 (0)9 54 53 21 71
Mail : contact@artaban.com
Internet Site : www.artaban.com
Description:
François Arnal, nous a quitté en 2012 à l'âge de 89 ans et nous laisse un patrimoine artistique exceptionnel en diversité et avant-gardisme tant sur le plan artistique que sur le plan du design.

La Galerie Artaban a le privilège de vous présenter une sélection représentative de ses peintures couvrant les années 50 à nos jours.

[18:30] Expo "Les Envols" : Jacques Henri Lartigue et les débuts de l'aviation
Location:
Musée Français de la Carte à Jouer
16, rue Auguste Gervais
92130 Issy-les-Moulineaux
M° Mairie d'Issy
France
Phone : +33 (0)1 41 23 83 60
Fax : +33 (0)1 41 23 83 66
Mail : musee@ville-issy.fr
Internet Site : www.museecarteajouer.com
Description:
Jeudi 25 avril, ne manquez pas le vernissage de l'exposition consacrée à un grand photographe, Jacques Henri Lartigue au Musée Français de la Carte à Jouer à 18h30.
Passionné par les débuts de l'aviation, il est venu à Issy entre 1907 et 1912 pour photographier les performances audacieuses et spectaculaires qui s'y déroulaient.

>> invitation

Du mercredi 24 avril au dimanche 28 juillet

Du mercredi 24 avril au dimanche 28 juillet, Issy-les-Moulineaux dévoile une exposition consacrée à un grand photographe, Jacques Henri Lartigue. Passionné par les débuts de l'aviation, il est venu à Issy entre 1907 et 1912 pour photographier les performances audacieuses et spectaculaires qui s'y déroulaient.

Au-delà de cette évocation du glorieux passé isséen, l'exposition présente l'objet de curiosité qu'est alors l'aviation naissante. Les clichés nous font découvrir des engins volants en tous genres (aéroplanes, dirigeables et « aviettes ») ainsi que les essais de décollage de Gabriel Voisin et d'Alberto SantosDumon, qui témoignent de l'aspect inventif de leurs tentatives de vol.

Les exploits et les prouesses sont régulièrement rapportés dans les journaux. C'est ce qui amène Jacques Henri Lartigue à vendre ses premiers clichés à la presse ; par exemple, l'« extraordinaire virage de Roland Garros sur Blériot XI, à Issy-lesMoulineaux le 15 mai 1911», reproduit en première page de La Vie au Grand Air dans son numéro du 10 février 1912, témoigne de cette conquête de l'air. Plusieurs de ses escapades isséennes sont par ailleurs mentionnées dans ses agendas de 1911 et 1912.

Issu de la grande bourgeoisie parisienne, amateur de divertissements et lui-même sportif assidu, il porte un intérêt soutenu aux sports mécaniques, symboles de vitesse et de nouveauté. Il évolue avec aisance dans ce monde où les héros sont en même temps les inventeurs, les ingénieurs et les pilotes de leurs machines. Les compétitions qu'ils se disputent et les records qu'ils remportent suscitent son enthousiasme d'enfant et de jeune homme.

Ce sont autant de prétextes à une apologie visuelle du mouvement - sujet qui retient toute son attention de photographe. Telles sont les approches que l'exposition se propose de privilégier dans une œuvre qui couvre presque un siècle. Elles font écho au regard tour à tour curieux, ébloui, admiratif de ce personnage, qui, depuis son premier appareil reçu à l'âge de huit ans, pratique la photographie en amateur peu soucieux des convenances. En outre, témoins de son univers, ces clichés illustrent cette grande épopée.


Photographie Jacques Henri Lartigue / «15 janvier 1911.
Issy-les-Moulineaux. Mahieu sur Henri Farman et un Blériot XI »
/ © Ministère de la Culture – France / AAJHL

[18:30] Expositions individuelles des lauréats "Et la lumière fut"
Location:
Espace Christiane Peugeot
Centre Culturel Christiane Peugeot - Atelier Z
62, avenue de la Grande Armée
75017 Paris
M° Porte Maillot, Argentine
France
Phone : +33 (0)1 45 74 32 53
Fax : +33 (0)1 45 72 67 56
Mail : contact@espacechristianepeugeot.org
Internet Site : www.atelier-z.org
Description:
du mercredi 24 avril au vendredi 3 mai 2013
ouvert du lundi au vendredi, de 13h30 à 18h30
Vernissage jeudi 25 avril à 18h30

après leur sélection au 1er tour,
les lauréats s'exposent...

Pierre Golvan - Eduardo Loza Laguna - Muriel Dumoulin
Anna Génard - Myriam Delahoux;- Pierre Leblanc - Monch Monique Brochet - Violete Wojcik - Michel Lenoir

[18:30] Vernissage "Caravagesques" de Claudia Vialaret
Location:
Galerie Imagineo
50, rue de Montreuil
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny, Rue des Boulets, Nation
France
Phone : +33 (0)1 53 27 98 39
Mobile : +33 (0)6 75 23 76 38
Mail : ggimmig@imagineo.fr
Internet Site : www.imagineo.fr
Description:
"Caravagesques" nous conduit sur un chemin tortueux et sensuel, entre figuration classique et expression contemporaine.
Claudia Vialaret nous offre de multiples pistes pour poursuivre le parcours.

Passionnée par l'histoire de l'art, Claudia Vialaret fait voler en éclat la représentation classique, dans la peinture comme dans la photographie, en construisant une réflexion gigogne et plurielle, combinaison rendue aujourd'hui possible par les nouvelles formes d'expression virtuelle.

>> communiqué

Vernissage "Caravagesques" de Claudia Vialaret

[18:30-20:30] vernissages de Tony Cragg et Claire Adelfang
Location:
Galerie Thaddaeus Ropac
7, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 72 99 00
Fax : +33 (0)1 42 72 61 66
Mail : galerie@ropac.net
Internet Site : www.ropac.net
Description:
du 25 avril au 15 juin 2013

TONY CRAGG
ACCURATE FIGURE


Tony Cragg, Mean Average, 2011. Fonte. 68 x 31 x 35 cm (26.77 x 12.2 x 13.78 in)

La galerie Thaddaeus Ropac est heureuse de présenter une importante exposition d'œuvres récentes de Tony Cragg, figure majeure de la sculpture contemporaine. L'exposition réunit quinze nouvelles sculptures en acier, en bronze, en bois et en pierre, juste avant la présentation d'un ensemble d'œuvres monumentales de Tony Cragg au Musée d'art moderne de Saint-Étienne Métropole, qui ouvrira en septembre 2013.


CLAIRE ADELFANG
LES FORGES
(Project Space)


Claire Adelfang, Les Forges, 2013. Vidéo en trois parties, couleur, sonore. 18'50"

Pour la seconde exposition personnelle de Claire Adelfang, la galerie Thaddaeus Ropac a choisi de mettre en avant son travail vidéo à travers la présentation de Les Forges, un film qu'elle a réalisé au début de l'année 2013. La précédente exposition intitulée Monuments était consacrée à l'œuvre photographique de la jeune artiste diplômée de l'Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris. Le public parisien a pu découvrir cet aspect de son travail avec l'exposition des finalistes du Prix Meurice à l'occasion de laquelle elle a présenté une vidéo. Claire Adelfang vient d'être nominée pour le Prix MasterCard 2013.











[19:00] Inauguration de la boutique Lydie Bonnaire
Description:
avec sa soeur Sandrine Bonnaire

13, rue du Jour
75001 Paris
http://www.lydiebonnaire.com

[19:00-23:00] Présentation du festival de Nohant
Location:
Musée de la Chasse et de la Nature
Hôtel de Mongelas
62, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 53 01 92 40
Fax : +33 (0)1 42 77 45 70
Mail : musee@chassenature.org
Internet Site : www.chassenature.org
Description:
En présence de Marie-Christine Barrault

[19:00] Soirée d'inauguration de l'institut des Lettres et des Manuscrits
Location:
Institut des lettres et manuscrits
Hôtel de la Salle
2, rue Gaston-Gallimard
21, rue de l’Université
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Description:
Invitation par :
Gérard Lhéritier
Président d'Aristophil

[19:00-22:00] Soirée de Gala "Si l'Opéra m'était conté"
Location:
Pavillon Champs-Elysées
Le 1515
32-34, rue Marbeuf
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, George V
France
Phone : +33 (0)1 53 89 15 15
Fax : +33 (0)1 53 89 15 20
Mail : laure.parot@pavillon-champselysees.com
Internet Site : www.le1515.com
Description:
Par l'association Les P'tits Cracks, parrainée par Salma Hayek, en présence de Anthony Delon, Ana Girardot, Malika Bellaribi, Samaha Sam, Louis Bertignac, Patrick Poivre d'Arvor, Édouard Baer, Astrid Veillon, Emilie Gassin, Benjamin Violet, Olga Sorokina, Édouard Carmignac, Hervé Morin, Valérie Hortefeux, Elodie Garamond

L'association Les P'tits Cracks, fondée en 2001 et présidée par Céline Charloux, a pour but de soutenir les enfants victimes du cancer au travers d'une amélioration des conditions d'hospitalisation ou encore par le biais de séjours équestres et d'escapades culturelles et sportives.


[19:00-22:00] Soirée de remise des trophées du Grand Prix du Brand Content
Location:
Espace Pierre Cardin
1, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 44 56 02 02
Mail : gdesabran@pierrecardin.fr
Internet Site : www.pierrecardin.com/Dculture/espace_cardin_gb.html
Description:
Soirée de remise des trophées du Grand Prix du Brand Content

[19:00] Vernissage "nos cinémas de quartier"
Location:
Mairie du 18ème arrondissement
1, place Jules Joffrin
75877 Paris Cedex 18
M° Jules Joffrin
France
Phone : +33 (0)1 53 41 18 18
Mail : mairie18@paris.fr
Internet Site : mairie18.paris.fr
Description:
NOS CINEMAS DE QUARTIER

Expositions organisée par la Mairie du 18e et l'association PARIS-LOUXOR vivre ensemble le cinéma en partenariat avec ARTE Actions culturelles, Télérama, le Louxor et de la Cinémathèque française-Musée du cinéma. 25 avril au 25 mai 2013 - Mairie du 18e.

Vernissage (19h.) suivi de l'Université populaire de la Mairie du 18e (20h.) autour du cinéma populaire avec Laurent Chollet, Marc Lemonier, une conférence-débat animée par Jean Segura.

Informations, dossier de presse etc. : contact@paris-louxor.fr
Vernissage de l'exposition, jeudi 25 avril à 19h > Carton vernissage

Il y a eu jusqu'à 111 salles (ici) connues dans les trois arrondissements qui forment le carrefour Barbès. 109 salles de cinémas de quartier, pour lesquelles nous vous proposons, à l'occasion de la réouverture du mythique Louxor-Palais du cinéma au mois d'avril, une promenade aux abords du “Petit boulevard”, à la rencontre des cinémas populaires. Entre la place de Clichy et le carrefour Barbès, nous déroulons un film invisible de 1,8 km qui chemine à la frontière de 3 arrondissements de Paris et redonne vie à 24 cinémas de quartier. Depuis la période de la Libération jusqu'à la fin des années 1980, 24 cinémas, comme 24 images par seconde, ont scintillé de leurs façades de lumières et de couleurs sur cette portion en clair-obscur du « Petit boulevard ». C'était la plus forte concentration parisienne de salles de quartier, rivalisant par le nombre avec les Champs Elysées, les grands boulevards et le Quartier Latin. De cet âge d'or des « 24 cinémas », seul le bastion de la place Clichy a su résister à cette désertification. Cette promenade, non exhaustive, se prolongera jusqu'à la Goutte d'Or, Montmartre et aux alentours du Louxor.

Ce parcours a été réalisé avec la participation et l'engagement d'habitants, de cinéphiles, jeunes et moins jeunes, tous d'origines sociales et de cultures différentes, unis par leur attachement à la ville, à leur quartier et au cinéma. Tous nous parlent avec gourmandise du cinéma d'hier et d'aujourd'hui, de cette proximité tant géographique qu'affective qu'ils entretiennent avec les salles et le cinéma, vécus à la fois comme bien patrimonial commun, lieu collectif de culture, de transition, d'échanges, de projection et d'émancipation.

Présentée du 25 avril au 25 mai, l'exposition “Nos cinémas de quartier” est née de la volonté de capter cette mémoire volatile, cette parole de la culture populaire, rarement sollicitée, afin de mieux fixer et partager, avec le plus grand nombre, l'intensité de ces instants vécus autour du cinéma, qui s'évaporent au fil du temps. Pour mettre en valeur ces salles et ces témoignages, l'exposition présente aux publics des installations vidéos, un montage de photographies et de textes représentant un ensemble de près de 30 cinémas parisiens.

Afin de faire de cette exposition un espace en mouvement, un lieu vivant, ouvert sur la ville, le cinéma et les citoyens, nous avons souhaité que l'exposition puisse évoluer et s'enrichir pendant sa durée de présentation en offrant la possibilité aux publics d'y participer par leurs témoignages. L'apport des citoyen(ne)s sera publié sur le site internet www.paris-louxor.fr permettant ainsi à Nos cinémas de quartier d'être partagé par le plus grand nombre.

Exposition composée de : trois installations vidéos, Barbès cinéma (diptyque, regard croisé sur le quartier Barbès, ses habitants et le cinéma), Prochainement séquences filmées, une installation vidéo tournée en 35 mm autour des salles de quartier et leurs employés, Bonne séance, les caissières de cinéma vous accueillent. Un parcours sur le Petit boulevard, et alentour, autour des salles de cinémas de quartier, textes, témoignages et photographies, Prochainement exposition photo sur les cinémas de quartier, une maquette, une urne permettant aux participants de déposer leurs témoignages.

Exposition participative : 25 avril-25 mai
Pots de rencontre : avril et mai
Soirée projection : Fin mai
Visites de quartier : 4, 11, 18 et 25 mai (avec le concours des mairies du 9, 10e et 18e arrdt.)

Commissaire de l'exposition : Laurent Laborie
Coordination éditoriale : Jean Segura
Témoignages et retranscription : Alice Rivon
Iconographie et documents : Elise Girard, Jean Segura
Scénographie, modélisation et montage : Laurent Laborie et l'Atelier Vianney de Sèze
Graphisme et maquette : Paul-Raymond Cohen
Affiche de l'exposition : FiftyFifty

Vidéos des installations : Jean-François Chaput (hall central), David Haddad (hall d'accueil)


[19:00-21:00] Vernissage cinétique-numérique
Location:
Galerie Denise René Rive Droite
Espace Marais
22, rue Charlot
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 73 94
Fax : +33 (0)1 48 87 73 95
Mail : espacemarais@deniserene.com
Internet Site : www.deniserene.com
Description:

[19:00-22:00] Vernissage de Arif Aziz "Transmutations"
Location:
Russian Tea Room
42, rue Volta
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 45 26 04 60
Mobile : +33 (0)6 63 20 23 33
Mail : info@rtrgallery.com
Internet Site : www.rtrgallery.com
Description:
exposition du 25 au 27 Avril 2013
Vernissage le jeudi 25 avril de 19h à 22h
En présence de l'artiste et de nombreuses personnalités.

ARIF AZIZ, né en 1943, expose depuis les années 70, détient plusieurs prix tels le 1er prix à l'exposition des Peintres Internationaux de Moscou (Minsk) ou encore par exemple, le 2ème prix de la Biennale Caucasienne.

Il est aussi présent au sein de quatre musées internationaux : Musée National des Beaux-Arts de Bakou (Azerbaïdjan) ; Musée des Beaux Arts de Moscou (Russie), Musées National d'Art Contemporain de Dakar (Sénégal) et Musée Chahriyar de Tabriz (Iran).

Ses oeuvres sont détenues dans des collections aux Etats Unis, en Turquie, en Russie, en Hongrie, en France, en Italie, en Allemagne, en Iran, en Inde, au Sri Lanka, en Finlande et aussi en Azerbaïdjan.

ARIF AZIZ, UN PEINTRE DE LA METAMORPHOSE

Guidé instinctivement par sa fascination pour les signes graphiques ancestraux, l'artiste est en osmose avec toutes les ères…

Polygraphe du mouvement et du rythme, Arif Aziz expérimente les évolutions de l'art contemporain en puisant dans les cultures les plus anciennes. Empreintes d'une imagination d'une rare intensité, ses toiles sont nourries d'inflexions esthétiques symboliques. En témoignent cette multitude de fragments d'univers narratifs qui ondulent au gré du pinceau de l'artiste dans une harmonie intemporelle. D'une pureté quasi immatérielle, les formes ainsi esquissées caractérisent le propre langage pictural d'Arif Aziz, à l'image d'un hymne poétique.

Explorateur de nouvelles voies, Arif Aziz nous invite à un voyage secret, surprenant, extraordinaire… L'éventail d'émotions déployées derrière les apparences suscite notre regard et nous offre la possibilité de nous abstraire des influences de nos modèles culturels pour nous laisser transporter, sans peur, vers des horizons insoupçonnés.

Véritable manifeste d'un art brut contemporain, illustrant le tiraillement entre un art académique et un art purement abstrait, l'œuvre d'Arif Aziz s'inscrit dans la mouvance de la révolution culturelle qui marque notre époque.

Portrait…

Né à Bakou (Azerbaïdjan) en 1943, Arif Aziz acquiert les bases de la peinture au collège des Arts Azim Azimzadeh, d'où il ressort diplômé en 1962. En 1966, il quitte Bakou pour étudier les arts graphiques à l'Académie Graf Strogonov de Moscou, puis rejoint les bancs de l'école des Beaux-Arts de Varsovie pour y enrichir sa culture artistique.

En 1971, il rentre à Bakou pour y faire ses premiers pas d'enseignant à l'école des Beaux-Arts. Deux ans plus tard, il décide d'œuvrer dans les ateliers des peintres russes, M. Abdullayev et Y.A. Kibrikin. En 1975, il deviendra membre de l'Union des Peintres d'URSS, puis en 1981, membre de l'Union des Publicitaires.

C'est en 1983, que Arif Aziz est nommé vice-recteur de l'école des Beaux-Arts d'Azerbaïdjan. Il restera en poste jusqu'en 2001. Durant cette période, il sera décoré de la médaille des Chevaliers de l'Ordre (1985) et ouvrira sa propre société "Aysel Art Design" (1991). Alors qu'il enseigne, il est promu Maître Emérite des Arts de la République d'Azerbaïdjan et accède à la vice-présidence du centre culturel Simurg en 1992. En 1995, il devient vice-président de l'Union des Publicitaires, puis membre de l'Union du Design et de la Publicité de Washington en 1997.

En 2005, il est invité à l'université Beykend (Turquie) où il enseignera jusqu'en 2009.

Depuis 2010, Arif Aziz occupe la chaire pour les Arts Décoratifs à l'université de la Culture et des Beaux-Arts de Bakou. En 2011, il est devenu membre de l'Académie Mondiale des Peintres "New Era" dont il a pris la présidence de la branche azerbaïdjanaise en 2012.


[19:00] Vernissage de Bernard Smadja
Location:
Espace Kiron
10, rue de la Vacquerie
75011 Paris
M° Charonne, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 44 64 11 50
Fax : +33 (0)1 43 73 55 10
Mail : galerie@kiron.fr
Internet Site : www.kiron-espace.com
Description:

[19:00] Vernissage de Laurence Bonnel "Mouvements"
Location:
JAS Gallery
Jessy Sellem
17, rue des Saints-Pères
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Rue du Bac
France
Mobile : +33 (0)6 09 17 81 08
Mail : jessy@jas-gallery.com
Internet Site : www.jas-gallery.com
Description:
Dans les œuvres de Laurence Bonnel, la figure humaine tient une place essentielle. Une figure équilibriste dont l'artiste capte l'instable traversée en explorant, par duplication des formes, la notion de passage d'un état physique et émotionnel à un autre. Comme si elles figeaient le mouvement fragile de l'existence humaine qui perpétuellement oscille entre deux états pour trouver un équilibre, les sculptures représentent l'être aux prises avec des pôles d'attractions opposés, en lutte contre des gravités. Des gravités qu'incarnent, symboliquement, les pressions exercées par le monde extérieur ou l'intériorité.


[19:00] Vernissage de l'exposition ''Couleurs Paris'' de Sophie Deborah Millenet
Location:
Mairie du 6ème arrondissement
78, rue Bonaparte
75270 Paris Cedex 06
M° Saint-Sulpice
France
Phone : +33 (0)1 40 46 75 06
Fax : +33 (0)1 40 46 75 29
Internet Site : www.mairie6.paris.fr
Description:

[19:30-22:00] Avant-première de Rectify
Location:
Club de l'Etoile
14, rue Troyon
75017 Paris
M° Charles de Gaulle - Etoile, Ternes
France
Phone : +33 (0)1 43 80 40 27
Fax : +33 (0)1 44 09 02 35
Mail : contact@clubdeletoile.fr
Internet Site : www.clubdeletoile.fr
Description:
La série


[19:30] Ginger devient Grontmij
Location:
Musée des Arts Forains
Pavillons de Bercy
53, avenue des Terroirs de France
64, rue des Pirogues de Bercy
10, rue Lheureux
75012 Paris
M° Cour Saint-Émilion
France
Phone : +33 (0)1 43 40 16 22
Fax : +33 (0)1 43 40 16 89
Internet Site : www.pavillons-de-bercy.com
Description:
Suite à la fusion des deux sociétés

[19:30] Lancement de TATTOOISME 2
Location:
Artazart Design Bookstore
83, quai de Valmy
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent, République
France
Phone : +33 (0)1 40 40 24 00
Mail : info@artazart.com
Internet Site : www.artazart.com
Description:

[19:30] Salon des artistes 2013 de Puteaux
Location:
Hôtel de Ville de Puteaux
131, rue de la République
92800 Puteaux
M° T2 Puteaux, Gare SNCF Puteaux, La Défense
France
Phone : +33 (0)1 46 92 92 92
Fax : +33 (0)1 46 92 93 67
Mail : info@mairie-puteaux.fr
Internet Site : www.mairie-puteaux.fr
Description:
Du 26 avril au 23 mai 2013
Entrée libre de 10h à 19h tous les jours y compris le dimanche et jours fériés

Vernissage le jeudi 25 avril 2013 à 19h30

Après le succès des deux premières éditions qui ont réuni de nombreux artistes dans les domaines de la photographie, de la sculpture et de la peinture... le Salon des Artistes revient et expose de nouveaux créateurs. Au printemps, les talents explosent à Puteaux ! Une cinquantaine d'artistes de tous les horizons se donnent rendez-vous dans les salons d'honneur afin de mettre en lumière leur création.

Les œuvres exposées sont le reflet de la création contemporaine. Amateurs ou professionnels, le Salon des Artistes est ouvert à tous ceux qui créent et permet aux artistes débutants d'être face à un public, peut-être la première fois pour certains.

[19:30] Vernissage de l'exposition "L"ART D'EN RIRE"
Location:
Vivienne Art Galerie
30, galerie Vivienne
75002 Paris
M° Bourse, Pyramides
France
Phone : +33 (0)9 50 84 09 54
Mobile : +33 (0)6 74 54 73 13
Mail : info@vivienneartgalerie.com
Internet Site : www.vivienneartgalerie.com
Description:
L'exposition que Vivienne Art Galerie vous propose ce jeudi 25 avril est exceptionnelle à plus d'un titre.
Elle réunit quatre artistes de talent : Fifax, Fredok, Michel Guilbert et Rach´Mell qui ont comme point commun d'avoir un énorme sens de l'humour. Ils ont créé spécialement pour cette exposition des œuvres originales qui vont vous mettre en joie.
L'humour sera présent également grâce à Zoé Guilbert qui nous a concocté un buffet dans l'esprit de l'exposition.

Vernissage de l'exposition "L"ART D'EN RIRE"












[20:00] Concert de Beyonce
Location:
AccorHotels Arena POPB
POPB
8, boulevard de Bercy
75012 Paris
M° Bercy, Gare de Lyon
France
Phone : +33 (0)1 40 02 60 60
Internet Site : www.bercyarena.paris
Description:
Concert de Beyonce

[20:30-22:00] Concert privé de Bukowski
Location:
Le Studio SFR
9, rue Tronchet
75008 Paris
M° Madeleine
France
Phone : +33 (0)1 43 12 75 00
Internet Site : www.lestudiosfr.fr
Description:
À l'occasion de la sortie de leur troisième album Hazardous Creatures

En direct sur OÜI FM













[21:00-22:00] Concert exceptionnel de IAM
Location:
Maison de Radio France
Maison de la Radio
116, avenue du Président Kennedy
75220 Paris Cedex 16
M° RER C Avenue du Président Kennedy, Passy
France
Phone : +33 (0)1 56 40 22 22
Internet Site : www.radiofrance.fr
Description:
« Faut-il encore présenter IAM en 2013 ? Un quart de siècle au service du hip-hop, à construire des édifices rapologiques en groupe, en solo, pour d'autres artistes. Une carrière exemplaire qui n'est pourtant qu'une esquisse, car IAM n'existe qu'en mouvement. »

6 ans après Saison 5, les membres du groupe se retrouvent pour leur nouvel album Arts Martiens. « Emotions fortes, textes sombres, poésie du bitume et envolées lyriques se bousculent, dans un flow de créativité qui fait le lien entre passé glorieux et futur radieux. » Olivier Cachin

En direct du Studio 105














[22:00-23:50] Soirée pour la fermeture des Bains
Location:
Les Bains Paris
Les Bains Douches
7, rue du Bourg l'Abbé
75003 Paris
M° Etienne Marcel, Réaumur - Sébastopol, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 77 07 07
Mail : contact@lesbains-paris.com
Internet Site : www.lesbains-paris.com
Description:
Soirée pour la fermeture des Bains

10:00
11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés