Saturday, March 8, 2014
Public Access


Category:
Category: All

08
March 2014
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
24 25 26 27 28 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

  Journée de la femme
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
http://www.journeedelafemme.com

La journée internationale des femmes est célébrée le 8 mars et trouve son origine dans les manifestations de femmes au début du XXe siècle en Europe et aux États-Unis, réclamant de meilleures conditions de travail et le droit de vote. Elle a été officialisée par les Nations unies en 1977, invitant chaque pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes.

C'est une journée de manifestations à travers le monde : l'occasion de revendiquer l'égalité, de faire un bilan sur la situation des femmes. Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la situation des femmes, fêter les victoires et les avancées.

La création d'une « Journée internationale des femmes » a été proposée pour la première fois en 1910, lors de la 2econférence internationale des femmes socialistes, par Clara Zetkin, et s'inscrivait alors dans une perspective révolutionnaire. Dès 1911, des manifestations sont organisées en Autriche-Hongrie, au Danemark, en Suisse, en Allemagne, puis les années suivantes en France, aux Pays-Bas, en Russie et en Suède.
La date n'est tout d'abord pas fixe, et ce n'est qu'à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met définitivement en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier.

Une légende veut que l'origine du 8 mars remonte à une manifestation d'ouvrières américaines du textile en 1857, événement qui n'a en réalité jamais eu lieu. Il s'agit surement d'un clin d'œil de féministes américaines qui, dans les années 1950, veulent à la fois intégrer cette journée dans le contexte états-unien et rendre un hommage à Clara Zetkin, 1857 étant sa date de naissance. L'origine de cette journée s'ancre bel et bien dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l'égalité entre les hommes et les femmes, qui agitèrent l'Europe, au début du XXe siècle.

La Journée internationale des femmes est reconnue officiellement par les Nations unies en 1977, et en France en 1982.

Exposition Star Wars Identities
Location:
La Cité du cinéma
Studios Europacorp - Ecole Louis Lumière
20, rue Ampère
93200 Saint-Denis
M° Carrefour Pleyel
France
Phone : +33 (0)1 48 41 28 60
Internet Site : www.europacorp-corporate.com
Description:
Depuis plus de 35 ans, le public des quatre coins de la planète suit les aventures de Luke et d'Anakin Skywalker, héros Jedi issus d'une galaxie très, très lointaine. Aujourd'hui arrive dans notre propre galaxie STAR WARS Identities, une exposition passionnante qui pose un regard inédit sur les personnages inoubliables de Star WarsMC. Développée et produite par X3 Productions de Montréal en collaboration avec Lucasfilm Ltd., l'exposition s'appuie sur la collection d'archives exhaustive du Lucas Cultural Arts Museum pour explorer les sciences de l'identité humaine par l'entremise des personnages de la saga Star Wars. La collection éblouissante, une quête d'identité interactive et personnalisée, ainsi que du contenu scientifique pertinent se conjuguent au sein de STAR WARS Identities afin de suivre le parcours dramatique de Luke et Anakin Skywalker, le duo père-fils le plus célèbre du cinéma. Les visiteurs seront en mesure de mieux comprendre ce qui fait des personnages de Star Wars qui ils sont, tout en explorant leur propre identité à l'aide d'une question à la fois simple et profonde : quelles forces vous habitent?

Les composantes de l'identité

En collaboration avec le Centre des sciences de Montréal et d'un comité de conseillers scientifiques, les développeurs de l'exposition STAR WARS Identities ont divisé la notion d'identité en trois thèmes majeurs : l'origine des personnages, les influences qui les ont définis et les choix qu'ils ont faits durant leur vie. À travers ces trois thèmes, dix composantes de l'identité humaine sont explorées :la zone Origines - l'espèce, la génétique, les parents et la culture ;la zone Influences - les mentors, les amis et les évènements marquants ; etla zone Choix - les occupations, la personnalité, et les valeurs.

Ces composantes forment ainsi l'épine dorsale de l'exposition, explorant la notion complexe d'identité, à la fois dans la réalité et dans la fiction. Des contenus originaux à travers l'exposition feront la lumière sur chacune des composantes de l'identité; simultanément, des capsules « derrière la scène » explorent la genèse de plusieurs personnages de Star Wars, expliquant comment ils sont devenus qui ils sont, et montrant comment différents choix créatifs auraient pu en faire des personnages complètement différents.

La vaste collection exclusive de plus de 200 objets provenant du Lucas Cultural Arts Museum consiste en des accessoires, des maquettes, des costumes, des croquis et des dessins conceptuels témoignant de la production des films Star Wars. Cette vaste et riche collection exclusive du Lucas Cultural Arts Museum couvre la totalité de la saga Star Wars, de la première (1977-83) et la seconde (1999-2005) trilogies, jusqu'au film d'animation The Clone Wars (2008) et à la série télévisée du même nom. Les favoris du public comme Dark Vador, R2-D2, Chewbacca, Boba Fett, Yoda, le Faucon Millenium et le protojet grandeur nature d'Anakin Skywalker - parmi tant d'autres - plairont assurément aux visiteurs de toutes générations.

Exposition "Miniartextil"
Location:
Le Beffroi
Le Beffroi Montrouge
2, place Emile Cresp
92120 Montrouge
M° Porte d'Orléans
France
Phone : +33 (0)1 40 92 62 30
Internet Site : www.ville-montrouge.fr/montrouge-notre-ville/ses-projets-ses-realisations/le-centre-culturel-
Description:
Une édition 2014 placée sous le signe d'Éros

Du vendredi 28 février au dimanche 23 mars 2014
Vernissage/preview presse le jeudi 27 février 2014


Depuis 10 ans déjà, la Ville de Montrouge accueille l'exposition internationale MINIARTEXTIL. Pour célébrer dignement cet anniversaire, elle présente cette année encore plus de soixante œuvres d'art contemporain au sein du prestigieux Beffroi, où se tient également le Salon de Montrouge. Désormais incontournable dans le calendrier des amateurs d'art textile, des collectionneurs et des passionnés de déco et de mode, l'exposition Miniartextil, venue de Côme en Italie, explore chaque année l'imagination infinie d'artistes sélectionnés dans le monde entier. Des mini-textiles de 20 cm3 aux plus spectaculaires installations, plus de soixante artistes rivalisent d'imagination, de savoir-faire, d'esprit novateur et de liberté, pour offrir le plus passionnant des panoramas de cet art du fil. Et pour la 3e année consécutive, le textile tisse sa toile également dans tout Paris via un parcours « off » étoffé, dans quelques galeries et lieux culturels partenaires, parmi lesquels la Maison de la Culture du Japon, faisant honneur aux nombreux artistes textiles japonais présents dans la sélection.


Une 10e édition placée sous le signe de l'amour !

Cette année, c'est le très sensuel thème d'Éros qui a été retenu : évocations du dieu de la mythologie, mais aussi de l'amour dans tous ses états, des plus passionnels aux plus dévorants, des plus tendres ou plus poétiques. Éros, puissance créatrice par excellence, ne pouvait qu'inspirer les artistes ! Mais les artistes n'ont pas oublié qu'Éros est indissociable de Thanatos, sa pulsion contraire et complémentaire et nous réservent des visions d'amour surprenantes...


Miniartextil : un panorama de l'art textile toujours plus innovant

Matières naturelles ou industrielles, à la croisée de l'art, du design et de la mode... toutes les matières ont rendez-vous à Montrouge, des plus techniques au plus naturelles : du coton et de la soie, du lin et de la laine, du papier plié de mille et une façons, mais aussi du métal, fer ou cuivre, des fils d'or ou d'argent, du plexiglas et - plus étonnant et sans réserve - des légumes séchés comme chez Laura Valeria Consonni, des chaussures, des plumes comme chez Laura Mangani Fasola ou Johanna Marie Schimming, des électrodes comme dans l'œuvre de Danielle Boisselier, du verre de Murano et du porphyre chez Clelia Caliari, ou encore des perles et des cocons de soie… L'amour des artistes pour les matières et les matériaux est décidément sans limite !


Le « Prix Montrouge » souffle sa 3e bougie !

Pour la troisième année, un « Prix Montrouge » est décerné à un artiste de Miniartextil, dont l'œuvre est acquise par la Ville de Montrouge et rejoint les collections municipales. Il est attribué cette année à l'artiste Henryka Zaremba, pour son mini-textile « Trap », une œuvre colorée aussi réjouissante qu'inquiétante, évoquant tout à la fois Éros et Thanatos.


Un parcours « off » spécial anniversaire : 10 ans d'exposition + 10 lieux partenaires

Pour fêter les 10 ans de Miniartextil, 10 lieux partenaires ont été sélectionnés par la Ville de Montrouge pour un parcours « off » anniversaire, parmi lesquels la Galerie l'Atelier du Génie, Galerie Lisette Alibert, Galerie Yukiko Kawase, Galerie Chevalier ou encore la Galerie Talmart, qui célébreront le mariage d'amour du textile et de l'art en présentant d'autres œuvres des artistes de Miniartextil dans leurs espaces, en solo show ou en exposition collective. En outre, pour cette année exceptionnelle - et à la place du traditionnel focus sur un métier d'art - un « carré des galeries » mettra à l'honneur, au sein même de Miniartextil à Montrouge, un artiste soutenu par chacun des 10 lieux partenaires. L'occasion de découvrir de nouveaux talents et de tisser des liens encore plus étroits entre les lieux d'exposition parisiens, les artistes et le public. D'autant plus que désormais, l'exposition à Montrouge est accessible directement en métro par la ligne 4 (sortie Mairie de Montrouge, juste en face du Beffroi).

Autre nouveauté pour 2014, Miniartextil place pour la première fois son parcours « off » sous le parrainage de la prestigieuse Maison de la Culture du Japon à Paris. Depuis les débuts de Miniartextil, les artistes japonais sont nombreux à participer, tant l'art textile est ancré dans le savoir-faire artistique nippon. La Maison de la Culture du Japon mettra à l'honneur au sein de son hall d'accueil trois installations monumentales des artistes Noriko Narahira, Takaaki Tanaka et Keichi Nagasawa, du 18 mars au 5 avril 2014. En outre, l'importance du papier dans l'art japonais et au sein de Miniartextil donnera lieu à une thématique propre, avec des ateliers autour du travail du papier.

Vernissage de l'exposition "Miniartextil"

08:00  
09:00  
10:00 [10:30-15:30] VISITE PRIVÉE GALLERIA CONTINUA
Location:
Galleria Continua
Le Moulin
46, rue de la Ferté Gaucher
77169 Boissy-le-Châtel
M° Gare SNCF Coulommiers
France
Phone : +33 (0)1 64 20 39 50
Mobile : +33 (0)6 07 37 69 56
Mail : lemoulin@galleriacontinua.com
Internet Site : www.galleriacontinua.com
Description:
Afin d'être sur que la navette parte à 10h30, je vous propose de nous retrouver à l'adresse de départ, Place Valhubert, à 10h15.

VISITE PRIVÉE GALLERIA CONTINUA




[13:00-15:00] Brunch en présence de Haude Bernabé et Arnaud Franc
Location:
Galerie Claire Corcia
323, rue Saint-Martin
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Réaumur - Sebastopol, Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)9 52 06 65 88
Mobile : +33 (0)6 62 84 03 74
Mail : contact@galeriecorcia.com
Internet Site : www.galeriecorcia.com
Description:
Brunch en présence de Haude Bernabé et Arnaud Franc





[14:00] Exposition Les "héritières" de Marie Curie
Description:
Musée Curie - 1 rue Pierre et Marie Curie, 75005 Paris
Ouvert du mercredi au samedi, de 13h à 17h • Fermé les jours fériés
Renseignements : 01 56 24 55 33 ou par mail : musee@curie.fr

Contact
Elodie Buch
35 rue d'Hauteville - 75010 Paris
Tél : 01 73 03 05 24
elodie.buch@lauma-communication.com

A l'occasion de la Journée internationale de la Femme le 8 mars 2014, le Musée Curie inaugurera sa nouvelle exposition de photographies installée dans le jardin jusqu'au 31 octobre. Intitulée Les "héritières" de Marie Curie, cette exposition rendra hommage à toutes les femmes qui ont oeuvré contre le cancer depuis 1914, à travers les portraits photos de 32 collaboratrices d'hier et d'aujourd'hui à l'Institut Curie.

La thématique de la place des femmes en sciences sera à l'honneur lors de cette exposition, une manière d'encourager les femmes en général, et les jeunes filles en particulier, à s'engager dans une carrière scientifique.

>> DP

[14:00] Rencontre avec Francky Boy
Location:
Galerie Oblique
17, rue Saint-Paul
Village Saint-Paul
75004 Paris
M° Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 27 01 51
Mail : info@galerieoblique.com
Internet Site : www.galerieoblique.fr
Description:
du 7 au 22 mars 2014

vernissage le jeudi 6 mars à partir de 18h en présence de l'artiste

Rencontre/ dédicace le samedi 8 mars, à partir de 14h

vernissage de l'exposition Francky Boy

[14:30-21:00] vernissage d'une exposition d'artistes 100% femmes
Location:
La Maison Du Canal
Régie de quartier, Paris 10
13-17, rue Louis Blanc
75010 Paris
M° Colonel Fabien, Louis Blanc
France
Phone : +33 (0)1 42 01 46 83
Mail : rqparis10@gmail.com
Internet Site : www.regiedequartierparis10.fr
Description:
Le 8 mars, c'est la Journée Internationale de la Femme.

Toutes sortes d'animations seront organisées au coeur de la Grange-aux-Belles durant la journée et la maison du Canal y participe activement !

Diverses activités bien-être et loisirs seront présentées à l'AJAM *

La journée se terminera à la régie, par le vernissage d'une exposition d'artistes 100% femmes.

- 14h30 et 16h30, à l'AJAM : Défilé de créations 100% ré-emploi Femme Active de la GAB

portées par des habitantes du quartier

- 16h00, à l'AJAM : Diffusion du clip musical Ma Philosophie

mettant en scène des femmes participant à la vie du quartier, sur la chanson d'Amel Bent

- 18h00, à la maison du Canal : Vernissage de l'exposition les Femmes du Canal (évènement facebook)

* AJAM : 18 rue Boy Zelensky, dans la Grange-aux-Belles






[15:00-21:00] Vernissage "The BATCAVE & POSTPUNK show" par Terrasson
Location:
Galerie Akiza
3, rue Tholozé
75018 Paris
M° Abbesses, Blanche
France
Mail : akiza@akizashop.net
Internet Site : www.akizashop.net
Description:
Samedi 8 mars aura lieu le vernissage de la septième exposition chez AKIZA, la galerie. Des photographies pour cette fois.

"The BATCAVE and POSTPUNK show" par Pierre TERRASSON : un retour aux sources gothiques d'Akiza avec le photographe incournable de la scène ROCK des années 80

Des clichés d'anonymes lookés & mélancoliques pris une nuit en 1982 au mythique club Batcave à Londres (pour les curieux : http://fr.wikipedia.org/wiki/Batcave) et qui seront montrés pour la première fois à Paris.
Et pour accompagner cette série, quelques portraits iconiques par Pierre Terrasson de légendes cold wave et post punks comme Siouxsie, Nina Hagen, Virgin Prunes, Klaus Nomi, Robert Smith, les Cramps, Lords of the New Church...

Les œuvres exposées sont des tirages barytés encadrés en 15 exemplaires, signés, numérotés et tamponnés de 600 à 1000 euros (entre 40 x 50 cm et 80 x 120cm).

Quelques images pour vous mettre en appétit :
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.626258627409261.1073741849.450073605027765

Vernissage & dédicace le samedi 8 mars de 15h à 21h, en présence du photographe qui signera son livre "BACKSTAGE :
http://akizashop.net/akiza_prod_504_121_Alib03.htm

et avec la présence exceptionnelle de Llori PATTERSON, la demoiselle à l'épatante coiffure et au fouet sur le flyer, qui fut la physionomiste du BATCAVE & filtrait l'entrée du club. Un des témoins de cette grande époque... qui a rencontré tout le monde et qui parle très bien français.

Exposition visible jusqu'au 28 mars

https://www.facebook.com/events/589820974446307

Vernissage "The BATCAVE & POSTPUNK show" par Terrasson

[15:00-20:00] Vernissage d'Alexandre Hollan
Location:
Galerie Marie-Hélène de La Forest Divonne
12, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 40 29 97 52
Mobile : +33 (0)6 84 33 98 88
Fax : +33 (0)1 42 71 39 75
Mail : contact@galeriemhlfd.com
Internet Site : www.galeriemhlfd.com
Description:
6 mars - 3 mai

La Galerie Vieille du Temple fondée en 1988 par Marie Hélène de La Forest Divonne travaille en étroite collaboration avec Alexandre Hollan depuis 1994.

Faisant suite à la série de grandes expositions qui viennent de lui être consacrées : Musée des Beaux Arts de Budapest, Musée Fabre de Montpellier, Domaine de Kerguéhennec et Château de Chambord, Marie Hélène de La Forest Divonne est heureuse de présenter la nouvelle exposition d'Alexandre Hollan à la Galerie Vieille du Temple, du 6 mars au 3 mai 2014.

L'exposition réunira ses Arbres et ses Vies Silencieuses. Approfondissant toujours sa recherche, Alexandre Hollan, par la modulation de la couleur capte une nouvelle fois l'énergie vibrante de l'arbre. Comme l'écrit Pierre Wat "il tente de donner forme à sa non maîtrise du monde".

[15:00-21:00] Vernissage de Paul van der Eerden "Inventaire"
Location:
Galerie Bernard Jordan
77, rue Charlot
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Temple, République
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 61
Mail : galerie.bernard.jordan@wanadoo.fr
Internet Site : www.galeriebernardjordan.com
Description:
Vernissage samedi 8 mars à partir de 15 heures
Exposition du 8 mars au 9 avril 2014

INVENTAIRE

Inventaire, la nouvelle série de Paul van der Eerden, semble révéler un côté plus direct de l'artiste. Des dessins dépouillés, à l'encre, médium qu'il utilise parfois dans d'autres œuvres afin de renforcer ou compléter la mine de plomb ou le crayon de couleur, mais rarement seul. La nature du matériau, et le trait épuré qui en résulte, obligent l'artiste à faire des lignes plus précises et directes, qui ne souffrent aucune repentir. La série peut être considérée comme la trace d'images mentales, la tentative de donner forme aux idées, aux plaisanteries, aux souvenirs et aux influences : un inventaire de la pensée visuelle.

Cependant, il serait trop facile d'interpréter les œuvres comme le chemin le plus direct entre l'esprit et la main. Dans tout le travail de van der Eerden, on retrouve sa maîtrise d'une spontanéité sans compromis, et Inventaire pourrait être vu comme une nouvelle orientation de sa "recherche" en tant que dessinateur.

[15:00-20:00] Vernissage de R.Ferri
Location:
Galerie Felli
127, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 78 81 27
Fax : +33 (0)1 42 78 82 27
Mail : contact@galeriefelli.com
Internet Site : www.galeriefelli.com
Description:
Vernissage le samedi 8 mars en présence de l'artiste, de 15h à 20h

Exposition du 8 au 30 mars 2014

Vernissage de R.Ferri

[15:00-19:00] Vernissage de Sébastien Mettraux "Papiers, s'il vous plaît"
Location:
L'Oeil du Vingtième
24, rue de la Réunion
75020 Paris
M° Maraîchers, Buzenval, Avron
France
Mobile : +33 (0)6 81 95 96 91
Mail : paul.calori@oeilduvingtieme.fr
Internet Site : www.oeilduvingtieme.fr
Description:
vernissage le samedi 8 mars
du 5 mars au 6 avril 2014

Les linogravures de Sébastien Mettraux semblent être pure abstraction géométrique.

En réalité, elles sont un inventaire des manifestations formelles du contrôle dans nos vies: signalétiques de la surveillance, symboles de la recension, security patterns...

Le travail de faussaire à la fois beau, drôle et inquiétant, d'un jeune artiste suisse.

Le vernissage en présence de l'artiste aura lieu exceptionnellement en après-midi : ce sera le samedi 8 mars, de 15h à 19h, autour d'un buffet.

>> infos

Vernissage de Sébastien Mettraux "Papiers, s'il vous plaît"
Abstraction de contrôle, Sébastien Mettraux, 2013. Linogravure. 49 x 69 cm. 30 exemplaires + 3 EA







[16:00-20:00] Présentation de collection MOY
Location:
Made in Town
Un manifeste à la fabrication locale
58, rue du Vertbois
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 75 57 08 21
Mail : mail@made-in-town.com
Internet Site : www.made-in-town.com
Description:
A l'occasion de la semaine de la mode à Paris, Made in Town présente la première collection de MOY, une ligne de T-shirts fabriqués en France.

COCKTAIL
Mardi 8 mars de 16h à 20h

Imaginés par Yasco Otomo, styliste et designer japonaise installée à Paris, cette ligne de marinières revisite la tradition française de la bonneterie et s'appuie sur le savoir-faire des ateliers Chanteclair à Troyes où elles ont été confectionnés.

Pendant toute la durée de lʼexposition, jusqu'au 29 mars 2014, le public est invité à venir découvrir cette vision japonaise du patrimoine textile régional français, avec – en exclusivité – la possibilité de pré-commander les modèles de son choix.

>> informations

Présentation de collection MOY

[16:00-21:00] Vernissage "POST-OP. Du perceptuel au pictural. 1958-2014"
Location:
Galerie Emmanuel Perrotin
76, rue de Turenne
10, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 16 79 79
Fax : +33 (0)1 42 16 79 74
Mail : info-paris@galerieperrotin.com
Internet Site : www.galerieperrotin.com
Description:
Commissaire : Matthieu Poirier

Vernissage Samedi 8 mars de 16h à 21h
Exposition du 8 mars au 19 avril 2014

Sous l'intitulé « post-op », qui signifie autant « post-opératoire » que « post-optique », il s'agit de cerner un courant pictural peu connu. Depuis son amorce à la fin des années 1950 jusqu'à ses ramifications les plus récentes, celui-ci résulte d'un dialogue continu entre deux principes antagoniques de l'abstraction : d'une part, la géométrie précise et systématique de l'art optique, comme matrice de phénomènes visuels et, d'autre part, la mise en avant, cette fois d'obédience expressionniste ou informelle, des opérations, traces, égarements et autres accidents « painterly » inhérents à l'exécution de l'oeuvre. Ainsi de nombreux tableaux, dessins muraux et autres travaux sur papier de plus d'une vingtaine d'artistes invités par Matthieu Poirier à la Galerie Perrotin ont été empruntés à des collections ou réalisés pour l'occasion.

Ces réalisations émanent de périodes, d'imaginaires de protocoles très différents. Elles se caractérisent à la fois par des approximations graphiques chez Michael Scott, Nicolas Roggy ou Florian et Michaël Quistrebert, par une gamme chromatique particulière, restreinte chez Richard Wright ou fluorescente chez Manfred Kuttner et Philip Taaffe, ou encore par un tissage rythmique du plan visuel chez Piero Dorazio. Les tableaux exposés répondent ainsi tous d'une façon critique à la géométrie neutre et absolue de l'op art : le châssis, par exemple, se voit façonné ou évidé chez Blair Thurman, Tillman Kaiser, John Tremblay et Julian Hoeber ; il est même supprimé chez Sol LeWitt, dont un wall-drawing, comporte de nombreuses scories et imprécisions, tandis que les toiles découpées puis cousues de Louise Bourgeois constituent un enchevêtrement arachnéen de cibles. Dieter Roth, quant à lui, fait s'interpénétrer grille et sfumato, tandis que Claudia Comte réalise ses sérigraphies avec une tronçonneuse, et que Dan Walsh tisse entre eux les passages successifs du pinceau sur la toile.

Dans tous ces cas de figure, l'accident et l'irrégularité jouent un rôle des plus précis : en ancrant le regard sur la particularité du détail, ils perturbent sciemment le continuum vibratoire et hypnotique de l'ensemble. De même, l'imperfection souvent sensuelle de l'acte graphique nous révèle la nature, irrémédiablement matérielle, de cet art « optique », et son caractère persistant d'objet, ceci même chez Richard Wright et Agnes Martin, dont les grilles effacées sont à la limite du discernable, chez Heinz Mack, qui procède par étalement ou frottement de la matière graphique, chez Kazuko Miyamoto, qui atomise lignes et taches pour les faire rayonner dans l'espace, chez Emilie Ding, qui noircit à la pointe de graphite d'immenses mandalas hérités de Bridget Riley, ou encore chez Éric Baudart et ses papiers millimétrés, dont l'épiderme est passé au scalpel, ligne après ligne.

Dans son exposition "Post-Painterly Abstraction" au Los Angeles County Museum of Art en 1964, Clement Greenberg envisageait l'art optique de Frank Stella ou Kenneth Noland comme une réaction à l'expressionnisme abstrait de Jackson Pollock ou Mark Rothko. A contrario, les œuvres réunies dans "Post-Op" montrent l'existence d'une perspective inverse ; elles questionnent le primat immatériel de l'op art, tout autant que sa précision mécanique, en ramenant du corps – ici au sens chirurgical, voire viscéral, du terme.

Au-delà de sa diversité, le corpus d'oeuvres rassemblées pour « Post-Op » suppose l'existence d'une zone frontière, située entre deux esthétiques perçues comme contradictoires - preuve, s'il en est, que l'histoire de l'art ne découle pas tant de territoires que d'échanges, et surtout que l'art optique, envisagé lors de son émergence comme un outil de mise à mort de la peinture, semble avoir également, de façon paradoxale, servi cette dernière.

Matthieu Poirier est docteur en histoire de l'art. Ancien enseignant de l'Université Paris-Sorbonne et pensionnaire du Centre allemand d'histoire de l'art, il a récemment été le co-commissaire de « Dynamo » aux Galeries nationales du Grand Palais et a co-organisé la rétrospective « Julio Le Parc » au Palais de Tokyo.

Oeuvres de Eric Baudart, Louise Bourgeois, Claudia Comte, Emilie Ding, Piero Dorazio, Julian Hoeber, Tillman Kaiser, Manfred Kuttner, Sol LeWitt, Heinz Mack, Agnes Martin, Kazuko Miyamoto, Florian & Michael Quistrebert, Nicolas Roggy, Dieter Roth, Michael Scott, Philip Taaffe, Blair Thurman, John Tremblay, Dan Walsh, Richard Wright

Vernissage "POST-OP. Du perceptuel au pictural. 1958-2014"
1. Dieter Roth, "Streifenbild Fringe Pattern" 1961-1974, Acrylique sur panneau de bois, 55 x 55 cm / 21 3/4 x 21 3/4 inches, Private collection
2. Blair Thurman, "Pop-Sirkle (CCKSCKR Hat #2)" 2011, Peinture acrylique et café sur bois, 150 x 190 x 18 cm / 59 1/16 x 74 3/4 x 7 1/8 inches, Courtesy Triple V, Paris

[16:00] Vernissage de Antonella Zazzera "Trames de lumière"
Location:
Galerie Jeanne Bucher Jaeger - Espace Marais
5-7, rue de Saintonge
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 72 60 42
Fax : +33 (0)1 42 72 60 49
Mail : info@jeannebucherjaeger.com
Internet Site : www.galeriejaegerbucher.com
Description:
du 8 mars au 26 avril 2014
vernissage : samedi 8 mars à partir de 16h

Carte blanche à Frédéric Jaeger

Née en 1976 à Todi, où elle vit et travaille.

Elle est diplômée en 1999 de l'Académie de Beaux Arts Pietro Vannucci à Pérouse, en Italie, avec une spécialisation en peinture. Son travail artistique, alliant peinture, photographie et sculpture, est basé sur ce qu'elle appelle « Segnotraccia » (signe-trace), un archétype visuel et psychique qui devient une identification totale avec l'Être dans son devenir. Son œuvre se présente comme le résultat d'un processus qui, partant d'une investigation photographique, emmène l'artiste à se focaliser sur la centralité de la lumière tant dans la définition de l'Espace que dans celle de la Forme.

Cette exposition est, pour l'artiste, l'occasion de montrer pour la première fois ses œuvres au public français.

Vernissage de Antonella Zazzera "Trames de lumière"

[16:00-21:00] Vernissage de Catherine Melin
Location:
Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 80
Fax : +33 (0)1 48 04 04 80
Mail : info@galerie-gounod.fr
Internet Site : www.galerie-gounod.com
Description:
Exposition du 8 mars au 12 avril 2014
Vernissage le samedi 8 mars, de 16h à 21h

La galerie sera exceptionnellement fermée le mardi 25 mars 2014

Catherine Melin investit à nouveau l'espace de la galerie dans sa globalité par un dispositif associant des dessins sur papier, des dessins muraux, des vidéos, des structures tridimensionnelles qui redessinent le parcours du visiteur.

L'exposition n'est donc pas simplement l'occasion de présenter un ensemble d'œuvres, mais est envisagée comme une occasion - le lieu et le moment d'un déploiement, de l'articulation d'un espace physique et mental dans lequel les déplacements du spectateur génèrent correspondances et désynchronisations, télescopages et ruptures, glissements de point de vue et perspectives impossibles.

Les questions du geste et de « l'habiter » sont encore approfondies en 2012-2013 dans le cadre de résidences et d'une exposition à Chengdu, métropole de la province chinoise du Sichuan. L'artiste s'attache alors davantage à saisir comment les comportements humains prennent place dans les interstices d'une ville dense en plein développement. Elle focalise son attention, dans ces espaces « en transit », sur la présence, les postures et les gestes des corps au travail : les gestes des ouvriers du bâtiment, des employés dans les ateliers artisanaux, de ceux qui, nombreux, exécutent des « petits métiers » leur assurant une maigre subsistance.

L'approche de Catherine Melin est cependant moins anthropologique qu'elle ne témoigne d'un regard pour ainsi dire chorégraphique en filmant les gestes des ramasseurs de gravats sur un chantier. En l'absence d'outil et en les vidant ainsi de leur fonction initiale, elle n'en conserve que la tension et le rythme souvent répétitif. Ce que les vidéos pointent aussi, en filigrane, c'est que ces ouvriers exécutent des gestes qui ne sont pas les leurs : comme ailleurs en Chine, ce sont en réalité des mingongs, ces paysans pauvres venus trouver ici les moyens de subsister pour un temps, et qui bâtissent une ville qu'il leur est interdit d'habiter. À travers ces activités improductives, ce sont des corps qui, saisis dans des contextes qui les contiennent autant qu'ils les excluent, se meuvent et tentent de préserver un espace de liberté.

L'œuvre de Catherine Melin pointe aussi, précisément, ce qui fait défaut à ces ambitieux programmes de restructuration et qui est en jeu dans ce que Jean-Christophe Bailly appelle fonction urbaine : « partout où zonage et compartimentation n'ont pas triomphé, une vie est maintenue, et cette vie, à la résistance mystérieuse, ce sont avant tout des accroches, de petits points de flux, de rassemblement, des points qui relient. Relier et assembler, et le faire de façon disparate, c'est là l'être même de ce qu'il faudrait appeler la fonction urbaine - une fonction qui est autonome et qui est supérieure à toutes les fonctions qu'elle brasse, une sorte d'hyperfonction complexe et unifiante, qui attache noyau et particules comme une attraction ». *

Catherine Melin suggère de s'interroger encore sur les tentatives des travailleurs d'immiscer, au cœur du travail et malgré sa dimension profondément aliénante, des poches de résistance, souvent fragiles mais bien réelles - d'insuffler là aussi une respiration, de produire « du jeu ».

C'est dans ce jeu, cet écart, cet interstice, c'est dans cet espace de battement que s'ancre le travail de Catherine Melin. Une manière de voir, ou mieux : en le traversant, d'habiter le monde.

Cédric Loire

« Une traversée », Extraits in catalogue « Catherine Melin, Point d'appui » Jean-Christophe Bailly, Cédric Loire, Analogues 2013.

* Jean-Christophe Bailly, « Fins des dortoirs », in La phrase urbaine, Collection Fiction & Cie, Seuil, Paris 2013 (p.128).

Signatures : Librairie du Palais de Tokyo, le jeudi 6 mars 2014 à partir de 18h30 en présence des auteurs, Jean-Christophe Bailly et Cédric Loire.

Nocturne du Salon Drawing Now 2014, le vendredi 28 mars à partir de 19h au Carreau du Temple, Paris.

http://www.analogues.fr/?p=4505

http://www.lespressesdureel.com/EN/ouvrage.php?id=3113&menu=


Catherine Melin est née en 1968. Elle vit et travaille à Marseille.

Diplôme Supérieur d'Arts Plastiques, ENSBA, Paris (1994), Art Institut, Chicago, USA (1993), Licence d'Arts Plastiques, Université Paris VIII (1990).

Expositions personnelles (sélection) : Musée des Beaux-Arts de Calais (2011) ; Montagnes russes, Musée d'art contemporain de Perm, Russie. Montagnes russes, Centre National d'art contemporain d'Ekaterinbourg, Russie. Espace Le Carré et Artconnexion, Lille. Point d'appui, Vidéochroniques, Marseille (2010) ; Musée des Beaux-Arts, Carré Bonnat, Bayonne (2008) ; Le 19, Centre régional d'art contemporain, Montbéliard. Centre d'art Ecart, Québec (2006).

Expositions collectives (sélection) : Glissements #2, Diagonale des arts, Biennale d'art contemporain de Cahors. Drawing Now Paris, Galerie Isabelle Gounod, Carrousel du Louvre, Paris. Lauréate du Prix Drawing Now 2011 (2011) ; People and places, FRAC Nord-Pas-de-Calais. Dunkerque (2009) ; Urbanidad, Centre culturel Borges, Buenos-Aires, Argentine (2008) ; Projections, Le 19, Centre régional d'art contemporain, Montbéliard (2007) ; Stop&Go, Acquisitions récentes du FRAC Nord-Pas-de-Calais, Dunkerque (2003) ; Ça raconte quoi ?, CREDAC, Ivry-sur-Seine (2002) ; L'art contemporain en France, Espace Paul Ricard, Paris (1998).

Acquisitions : FRAC PACA, Artothèque du Lot, Centre d'Art Borges de Buenos Aires, FRAC Nord-Pas-de-Calais, Conservatoire national des Arts et Métiers Marseille.

Collections privées françaises et étrangères.

Vernissage de Catherine Melin
C. Melin, Sans-titre, 2014, technique mixte sur papier, 42,2 x 59 cm

[16:00-21:00] Vernissage de Lea Lund & Eric K "Etapes"
Location:
Little Big Galerie
45, rue Lepic
75018 Paris
M° Blanche, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 52 81 25
Mail : littlebiggalerie@beall.fr
Internet Site : www.littlebiggalerie.com
Description:
8 mars - 8 avril 2014

Vernissage de Lea Lund & Eric K "Etapes"

[16:00] Vernissage de Pierre Tectin "La ruse"
Location:
Galerie Frédéric Lacroix
13, rue Chapon
Cour, 2ème étage droite
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 61 70 71
Mail : info@galeriefredericlacroix.com
Internet Site : www.galeriefredericlacroix.com
Description:
Du 8 mars au 19 avril 2014
Vernissage le samedi 8 mars 2014 à partir de 16h

Vernissage de Pierre Tectin "La ruse"

[16:00-21:00] Vernissage de Salvatore Puglia "Le jardin des monstres"
Location:
SIT DOWN
4, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 78 08 07
Mobile : +33 (0)6 64 12 06 96
Fax : +33 (0)1 42 77 06 96
Mail : info@sitdown.fr
Internet Site : www.sitdown.fr
Description:
Vernissage samedi 8 mars de 16h à 21h
Exposition du 8 mars au 19 avril 2014, prolongée jusqu'au 3 mai 2014
du mardi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous

Pour sa troisième exposition personnelle à la galerie Sit Down, Salvatore Puglia nous invite dans son Jardin des monstres. Poursuivant ses recherches sur le temps et la mémoire, l'artiste nous transporte au cœur de ses pérégrinations, confrontant désormais l'Histoire à l'imaginaire collectif. A travers une démarche artistique et historique, Puglia compose ses images en strates utilisant un langage plastique diversifié : photographies, encres, fils et aiguilles, gravure sur verre...
En intervenant à la fois sur le paysage photographié et sur "l'objet photograhique", Salvatore Puglia livre une œuvre poétique et intemporelle où animaux sauvages et monstres dialoguent avec une nature domestiquée par l'Homme.

Le jardin des monstres, texte de Laura Sérani, spécialiste de la photographie contemporaine.

L'attirance de Salvatore Puglia pour les arts visuels a très vite rejoint le territoire de ses études et sa fréquentation de l'Histoire en tant que chercheur pour aboutir à une recherche basée sur le recours à l'image documentaire comme support d'interventions artistiques. Son travail implique une recherche permanente de sources qui deviennent objet de lectures évolutives, dans un processus où démarches historique et artistique sont toujours structurellement liées.
En mélangeant époques, faits historiques, textes classiques, mythologie et sciences sociales, Puglia propose de nouvelles perceptions du passé et du présent. Les titres de ses travaux, Ritratto dell'artista da figliuol prodigo, Six leçons de drapé, Anabasis, L'art de la guerre, Les âmes du Purgatoire, Les préoccupations du père de famille,... donnent le ton de son oeuvre, originale, subtile et engagée.

Un pas en arrière : fin des années 1970 en Italie, lentement ou précipitamment se dessinait l'avenir de notre génération, pendant que l'espoir de transformer le monde s'estompait et le choix des chemins personnels se définissait. Comme autant de matérialisation de désirs et d'intérêts différents, cohabitaient sur la table, piles de feuilles remplies à l'Olivetti Lettera 22, pinceaux et couleurs destinés aussi bien aux abstractions à la Miro' que Salvatore dessinait sur des cartons longs et étroits, anticipation du format panoramique affectionné plus tard, qu'aux aquarelles insipides que d'autres peignaient, tout en découvrant Tina Modotti, synthèse d'art et de politique et en apprivoisant le premier Nikkormat qui a gardé la mémoire de ces moments.
En 1980, fini l'été romain et les traversées de la ville en Lambretta, Salvatore Puglia a commencé à alterner les voyages à travers l'Europe et les séjours de plus en plus longs à Paris. Les premières années parisiennes, vécues dans une atmosphère post-bohème et denses de rencontres rue de Condé, seront celles du virage définitif vers un parcours totalement dédié à la pratique artistique, sans hésitations ni concessions, mais où l'Histoire devait rester toujours présente, dans une symbiose qui caractérisera tous ses travaux jusqu'à aujourd'hui.
Depuis 1986 Salvatore Puglia se consacre aux arts visuels et vit actuellement dans le sud de la France où la lumière rappelle celle de Rome où il a vécu jusqu'à l'âge de vingt-cinq ans.

Il y a quelque temps Puglia écrivait à propos de sa démarche:
"Après avoir pratiqué pendant quelques années le montage de documents écrits et visuels, j'ai été naturellement amené à la tentative de cerner une "photographie de l'Histoire. Me limitant à considérer la photographie dans sa plus stricte fonction reproductrice, je l'utilise comme pièce à conviction, dans des ensembles à la structure sérielle, qui ne prétendent pas reconstruire un sens mais qui tentent de questionner notre manière de regarder le passé. Les images que je montre sont le plus souvent mutilées, réduites à des fragments qui ne permettent pas d'imaginer une unité qui les prolongerait; elles sont parfois brouillées par des couches superposées de documents graphiques ou iconographiques. Si la reproduction fonctionne comme un outil de conservation, cela va nécessairement de paire avec de la perte. L'image originaire étant de toute manière perdue, il reste les infinies possibilités de la recréer dans notre imaginaire."

L'Histoire sociale ou familiale, les histoires d'inconnus ou des siens à travers les images des archives de la police et du docteur Charcot ou celles des albums de famille, ont commencé à habiter des surfaces mutantes en donnant corps parfois à des récits aux allures de labyrinthes où les seuls liens entre les images sont des indices autobiographiques.

Encres et laques, fils et aiguilles inventent et soulignent silhouettes et contours, perforent et imprègnent toile et papier-calque, s'étalent sur cire, plomb, céramique, verre et miroirs: autant de langages pour réécrire l'Histoire. Les recherches de Puglia s'expriment à travers des supports et outils différents en jouant la stratification, en allusion à celle de la mémoire et aux traces d'un passé toujours sous-jacent dans la représentation du présent. Les voyages et les influences sont permanents entre Histoire et Histoire de l'art mais aussi entre différentes pratiques, le dessin, le collage, l'incision, le moulage. La photographie au fil du temps est devenue déterminante et prédominante, que ce soit par la réappropriation d'images préexistantes ou la réalisation de nouvelles images, mais la photographie intéresse toujours Puglia en tant qu'élément documentaire, vecteur de mémoire, témoin de l'absence.
Sans limites dans l'exploration des champs cognitifs et des langages visuels et techniques, l'ensemble de l'œuvre de Puglia est aussi complexe et multiforme que cohérente et immédiatement reconnaissable. Des constructions savantes s'accompagnent souvent d'un trait incertain donnant vie à d'étranges contrastes entre la pensée élaborée qui préside au processus créatif et le recours à ce trait souvent volontairement maladroit. Ce trait incertain, avec lequel Puglia dessine et brode des figures indéfinies qui évoquent des ombres ou les marques laissées sur les murs et les tapisseries par des objets disparus, ou avec lequel, d'une écriture tremblante, il retranscrit textes classiques, épitaphes et sonnets, est une constante dans son œuvre. Les certitudes du travail de chercheur semblent se confronter à une légitimité que Puglia ne voudrait toujours pas reconnaître au geste. De ce fragile déséquilibre naissent des œuvres d'une poésie vibrante.
Tel un spéléologue de la mémoire collective ou privée, Puglia revisite, méticuleusement et à sa façon, lieux et épisodes toujours inattendus. De ses fouilles émergent des reconstitutions intrigantes qui ouvrent d'autres perspectives d'investigation de l'Histoire et de nouvelles visions.

L'exposition Le jardin des monstres réunit des travaux récents axés autour des relations entre Histoire et nature, paysage et intervention humaine, relations variables au cours du temps. Le mot jardin, synonyme d'espace et de nature apprivoisée, contraste avec celui de monstre, figure par excellence de l'incapacité humaine à contrôler la nature et ses créatures. Le décor est planté et en avançant on peut s'attendre à toutes sortes de rencontres. Objet des récentes explorations de Puglia, des régions aujourd'hui difficilement accessibles et peu peuplées, comme la Tuscia au nord de Rome, parsemées de sites archéologiques abandonnés où les ruines recouvertes, de la Préhistoire à nos jours, gardent les traces de leurs fonctions successives : tombes étrusques, refuges de guerre ou bergeries. A tour de rôle, la végétation ou l'intervention humaine ont eu raison de l'autre. En introduisant sur ces lieux des objets étrangers et anachroniques, en forme de langues ou de feuilles en latex, aux couleurs fluorescentes, Puglia opère une nouvelle stratification de lexiques qui, tout en renvoyant à l'Histoire de l'art, trouble le rapport au temps et la vision romantique du paysage.
Dans ces images, désignées par Puglia, "Land Paintings", on retrouve ses préoccupations d'investigation historique et ses dispositifs créatifs habituels. Mais la surprise est permanente pour ce qui concerne les lieux re-visités et la juxtaposition des éléments glissés ou cousus dans les images. Des animaux sauvages apparaissent dans une campagne domestiquée ; des traces incongrues d'un passage humain récent investissent des sites à la végétation impénétrables ou des espaces aseptisés. Une langue enduite de pigment rouge fluorescent, rend tout son pouvoir à l'Ogre de Bomarzo, un des monstres de ce parc, extravagance de la Renaissance et repaire de dragons, sphinx et demeures penchées. A partir de l'introduction in situ d'un élément qui une fois photographié donne vie à une œuvre à part entière, Puglia produit ce qu'il appelle une archéologie inversée en ajoutant de nouvelles stratifications à celles existantes.

Liée au paysage, la question du rupestre, au centre des réflexions de Puglia depuis un certain temps, est posée de façon différente par chaque pièce présente dans l'exposition, permettant de constituer une sorte du traité illustré du "rupestre", dont ses mots introduisent bien le concept :

"Si "rupestre" est l'intervention de l'homme sur la nature, qui devient ainsi "œuvre" (les peintures, les sanctuaires, les rochers sculptés, les pierres gravées), un artefact humain peut aussi devenir rupestre, une fois qu'il est abandonné et que la nature reprend ses droits. Certainement, là où nature et Histoire se rencontrent, on est dans le rupestre. Que ce soit l'évanescence de l'Histoire face au retour de la nature, ou la défaite de la nature face à l'avancée de l'Histoire."


Biographie
Né à Rome en 1953, Salvatore Puglia a fait des études d'Histoire. Après avoir travaillé dans le domaine de la recherche, il commence à exposer ses montages en 1985. Depuis, son activité d'artiste s'est toujours accompagnée d'investigations sur les sources documentaires des images, selon une pratique qui considère les traces de l'histoire comme de la matière à transformer. "Je tombe, d'abord, dans les bibliothèques ou dans les archives historiques, sur une image, qui me frappe pour une raison qui m'est inconnue." La genèse du travail de Salvatore Puglia consiste à subtiliser des images au passé, puis à les reproduire tout en jouant sur la transparence des supports ainsi que sur la lecture de ces derniers. "Salvatore Puglia inscrit l'autre" selon J. Derrida, et travaille donc par greffes d'identités successives. Parallèlement à ses expositions, l'artiste plasticien a publié dans les revues Quaderni storici, Détail, Linea d'ombra, Revue de Littérature Générale, Vacarme, Lo sciacallo, Mediamatic, Issues in Contemporary Culture and Aesthetics, Any. Il a édité le volume collectif Via dalle immagini / Leaving Pictures (Salerne, 1999) et organisé les expositions Iconografie transitorie (Rome, 1999) et Memoria e storia (Naples, 2011). Aujourd'hui, Salvatore Puglia vit et travaille à Nîmes.

Expositions
2012 Rupestri, Alessandro Carbone Arte, Rome
Rupestre, galerie Le troisième œil, Bordeaux
2011 L'art de la copie, Salle d'exposition du lycée Daudet, Nîmes
SP O tempora, galerie Sit Down, Paris
2009 Time drip, galleria s.t., Rome
L'Illustrazione Italiana, galerie EOF, Paris
Identifications, galerie Sit Down, Paris
Identifications, galerie Le Troisième Œil, Bordeaux
2008 Ex voto, galerie Atypic, Toulouse
2007 Travaux 2001-2007, festival Cest dans la vallée, Sainte Marie aux Mines
2005 Inventarium2006 Futuro postumo, Fortezza di Montepulciano, Italie
Quattro pose statuarie, Lo Studio, Rome
Fnac Montparnasse, Paris *
2004 Six leçons de drapé, Moments d'art, Paris
Filmini, Borgotsunami, Rome
Antiquarium, Galleria Del Borgo, Rome
2003 La philosophie dans le boudoir, 3A, Rome
Sei lezioni di panneggio, Galleria Del Borgo, Rome
2001 Museum d'histoire industrielle, Société industrielle, Sainte Marie aux Mines
2000 Deutsche Menschen, Maison Heinrich Heine, Paris
Project : Personal monuments, Overgaden, Copenhagen
A Parachute, Jan Van Eyck Academie, Maastricht
1999 Iconografie transitorie, Lo Studio, Rome
Bilder, Fotogalerie Wien, Vienne
1998 3bisF, Aix-en-Provence
Centre d'Art Albert Chanot, Clamart
Stationen, Palais Yalta, Francfort
1997 Kópeskönyvek, Vizivarosi Galeria, Budapest
Iconostasis, Petit atelier, Paris
1996 Still Lives, Lo Studio, Rome
1995 Abstracts of Anamnesis, Onassis Center, New York
Histoire de l'oeil, Lo Studio, Rome *
1995 L'image de l'autre, Galerie Artem, Quimper
Trönur, Galerie Alternance, Strasbourg
1994 Figure humaine, Espace Lézard, Colmar
Hortus deliciarum, Le Parvi, Paris
Music on Bones, Galeria 21, Sankt Pietroburg
Actes, Tribunal administratif, Strasbourg
1993 Par les yeux du langage, Atelier du chocolat, Marseille
Aschenglorie, Lo Studio, Rome
Über die Schädelnerven, Galerie Alternance,Strasbourg
1992 Leçons d'anatomie, Galerie FNAC, Paris
Museo, Galerie Alternance, Strasbourg
1990 Small Talks, Instituto Cultural de Macau, Macao
313. Kein Marternbild. Institut culturel français, Naples
1988 Ash-boxes, Galerie FNAC, Strasbourg
1987 A sea-change, Centro Ellisse, Naples
1985 Falsapartenza, Galerie ADEAS, Strasbourg

Organisation d'expositions
2005 Promemoria, palazzo Lercari, Taggia, Italie
2001 Memoria e storia. La représentation de l'extermination des Juifs, Naples
1999 Via dalle immagini - Leaving Pictures, Rome

Installations in situ
2006 Postcard 02-03, festival Esterni, Terni
2005 Promemoria, palazzo Lercari, Taggia
2004 La place du père de famille, Festival di Malborghet
2002-04 Glances across Europe, 12 plaques
2002 Impalcatura, Teatro Festival, Parme
Arredamento, Albergo dei poveri, Naples
2001 La storia, Albergo dei poveri, Naples
1999 Laralia, Dale i Sunnfjord, Norvège

Collections publiques
Galeries Photo FNAC - Paris
Fonds National d'Art Contemporain - Paris
Hôtel Dieu - Paris
Altar Aalto Museo Jyväskylä- Finland

Vernissage de Salvatore Puglia "Le jardin des monstres"








[17:00-19:00] Dédicace de Blutch
Location:
Galerie Barbier & Mathon
10, rue Choron
75009 Paris
M° Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Georges, Cadet
France
Mobile : +33 (0)6 80 06 29 95
Mail : info@barbiermathon.com
Internet Site : www.barbiermathon.com
Description:
Blutch sera à la galerie le samedi 8 mars de 17h à 19h pour dédicacer son dernier ouvrage, "Lune l'envers".

[17:00] Performance de GILBERT 1
Location:
Le M.U.R.
Modulable, Urbain et Réactif
109, rue Oberkampf
croisement des rues Saint-Maur et Oberkampf
75011 Paris
M° Parmentier, rue Saint-Maur, Ménilmontant
France
Mobile : +33 (0)6 17 76 28 36
Mail : associationlemur@gmail.com
Internet Site : lemur.asso.fr
Description:
Performance de GILBERT 1

[17:00-22:00] Vernissage "CRYSTAL MAZE VI"
Location:
Préface Gallery
68, rue des Gravilliers
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Mail : contact@preface-gallery.com
Internet Site : www.preface-gallery.com
Description:
CRYSTAL MAZE VI
To Love a Bitch and a Fake (état 1)

Une distraction de l'Agence du doute avec Romain Grateau et Valérie Castan et l'aide amicale de Pierre Boggio. Le samedi 8 mars 2014 de 17 heures à 22 heures.

[17:00] Vernissage "Pop construit"
Location:
Espace Paris Concret
5, rue des Immeubles Industriels
75011 Paris
M° Nation
France
Mail : info@parisconcret.org
Internet Site : www.parisconcret.org
Description:
Rupert Mair, Aimée Terburg, Dominique Romeyer

Vernissage samedi 8 mars à partir de 17h
Jusqu'au 29 mars 2014 mercredi au samedi 14h/18h

Vernissage "Pop construit"
Dominique Romeyer, Rupert Mair, Aimée Terburg

[17:00-20:00] Vernissage de Jan Kopp "Constellations Ordinaires #3"
Location:
Galerie Eva Meyer
11, rue Michel Le Comte
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 46 33 04 38
Mail : contact@galerieevameyer.com
Internet Site : www.galerieevameyer.com
Description:
du 8 mars au 26 avril
Vernissage Samedi 8 mars de 17h à 20h

La galerie Eva Meyer est heureuse de présenter pour la seconde fois une exposition personnelle de Jan Kopp Les Constellations Ordinaires #3.

Le travail de Jan Kopp s'articule autour des notions de rythme et de mesure du temps, éprouvés à l'échelle des ses perceptions quotidiennes. Ces notions sont particulièrement sensibles à travers des dessins réalisés pour l'exposition Un grand Ensemble à La Criée – Centre d'art contemporain de Rennes en 2013. L'économie des moyens employés (crayon de papier, gomme, support papier, parfois laissé apparent) rend particulièrement visible ce paradoxe entre fragilité imperceptible et mouvement inexorable.

Toujours à même de tisser des liens entre art, territoire et société - aussi bien que des hybridations entre danse, théâtre, architecture, cinéma - Jan Kopp utilise différentes formes d'expression artistique sans en privilégier aucune : installations, performances, films, vidéos, sculpture, peinture et photographie. Il installe un dialogue permanent entre images créées et images empruntées, faisant appel - par des moyens simples - aux juxtapositions de sens et au renversement des situations.

Né en 1970 à Francfort/Main, Jan Kopp vit et travaille entre Paris et Berlin.
Une importante exposition lui a été consacrée à La Criée, Centre d'art contemporain de Rennes en 2013, à l'Abbaye de Maubuisson (Val d'Oise) en 2011. Il prépare actuellement un projet pour la Galerie des Enfants au Centre Georges Pompidou à Paris.

Vernissage de Jan Kopp "Constellations Ordinaires #3"









[18:00] Performance / Lecture de Pierre Tilman
Location:
Galerie Metropolis
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 74 64 17
Mail : contact@galeriemetropolis.com
Internet Site : www.galeriemetropolis.com
Description:
"Pierre Tilman joue des mots comme d'autres jouent de l'hélicon"

[18:00] Vernissage "DES FEMMES, UN PARIS"
Description:
À l'origine de ce projet photographique, Anne-Marie Barthelemy s'intéresse aux femmes actives, créatives, réactives…
Ce projet est né de la volonté de capter l'énergie positive que ces femmes peuvent transmettre.
Anne-Marie Barthelemy entreprend ce travail en binôme avec son ami photographe Pietro Chiapponi.
Ensemble, ils mettent en scène les femmes dans leur environnement familier et les photographient simultanément, l'une en noir et blanc, l'autre en couleur.
Des instantanés "vérité", des portraits sans artifice.

C'est naturellement qu'Anne-Marie Barthelemy et Pietro Chiapponi ont imaginé leur exposition sur la péniche Louise-Catherine.
La pureté de ses lignes dessinés par Le Corbusier, sa situation sur la Seine, au coeur de Paris, en font l'endroit rêvé pour exposer
DES FEMMES, UN PARIS, à l'occasion de la Journée de la Femme, le 8 mars !

Contact Presse :
2e BUREAU - Sylvie Grumbach
sylvie.grumbach@2e-bureau.com
T. +33 1 42 33 93 18

>> invitation

Vernissage "DES FEMMES, UN PARIS"

[18:00-21:00] Vernissage "Op & Post-Op Editions"
Location:
Librairie Florence Loewy
Books by Artists
9-11, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 44 78 98 45
Fax : +33 (0)1 44 78 98 46
Mail : info@florenceloewy.com
Internet Site : www.florenceloewy.com
Description:
Vernissage samedi 8 mars de 18h à 21h
Exposition du 8 mars au 12 avril 2014

Avec : Tauba Auerbach, Sigrid Calon, Philippe Decrauzat, François Morellet, Dan Walsh

Vernissage "Op & Post-Op Editions"
Sigrid Calon, nr.015, risographie

L'’exposition « Op & Post-op Editions » associe des éditions et des livres d’artistes confirmés et émergents.

L’appellation «Op art », qui trouve son origine dans l’abréviation de l’expression « optical art », s’impose en Europe dans les années 60. Ce mouvement artistique renoue avec l’abstraction géométrique en cherchant à créer des jeux optiques et des effets d’illusions pouvant s’inscrire à la surface de la rétine.

« 40.000 carrés » est une œuvre de François Morellet dont le titre s’apparente à un énoncé de géométrie. Membre du G.R.A.V. de 1961 à 1968, François Morellet s’est très vite affirmé comme un artiste abstrait géométrique. Néanmoins, il n'enferme pas son travail dans un cadre systématique étroit et la rigueur de sa démarche peut être modifiée par le hasard et la composition être soumise à l’aléatoire. Avec « 40.000 carrés », l’artiste part d’une grille régulière de carrés, de cases autrement dit, et d’un choix arbitraire de deux couleurs. En demandant à ses proches de lui dicter les chiffres de l’annuaire, l’artiste coche ses cases selon que la fin du numéro de téléphone est paire ou impaire ; il n’y a plus qu’à remplir les cases cochées d’une couleur, les cases vides de l’autre. Le principe à la fois numérique et binaire préfigure bien des œuvres que les artistes des décennies à venir obtiendront de leurs ordinateurs en agrandissant les pixels.

Depuis le début de sa carrière, Dan Walsh produit des livres d’artistes qui fonctionnent comme un champ d’expérimentation pour son travail pictural. L’artiste projette dans l’espace bi-dimensionnel du livre les préoccupations de son oeuvre peinte. Le livre, objet intime et tactile devient la surface à occuper, en jouant sur la séquence des pages il active différentes possibilités de séries ou progressions géométriques et chromatiques. Structurées par des lignes, des carrés concentriques ou autres traits orientant le regard, chaque page renouvèle l’expérience de la perception en une vibration méditative.

Philippe Decrauzat questionne les codes visuels de cette tradition abstraite léguée par les différents courants de l’abstraction géométrique et de l’Op art : fasciné par les effets optiques, il s’intéresse à la relation directe que l’art optique instaure avec le spectateur. Ici, un diptyque à la palette restreinte à un noir-blanc-gris obsédant combiné à des motifs simples qui animent l’image de tourments optiques.

Sigrid Calon est graphiste. S’inspirant des motifs de la broderie, elle édite en 2013 un livre To The Extend Of / | &, un volume réunissant 120 motifs tous basés sur les horizontales et les diagonales d’une trame de tapisserie. A partir de quelques règles simples, les lignes peuvent être répétées ou combinées de manière à en créer une plus longue, elles peuvent avoir ou non un contour, elles peuvent définir des formes ou au contraire des vides, se superposer pour former des couches, elle introduit alors les huit couleurs qu’offre la risographie afin d’ajouter profondeur et volume à ces incroyables grilles.

Tauba Auerbach, artiste de la scène émergente New Yorkaise questionne de manière inédite les thématiques fondamentales de l’Op art. Avec GHOST/GHOST elle combine lisibilité et abstraction, perméabilité et solidité au sein d’une surface unifiée, en verre sérigraphié. L’oeuvre, traversée par le regard, n’a plus ni face ni envers. L’image, en envoyant des informations contradictoires selon la place occupée par le spectateur, s’ouvre à d’autres dimensions.

[18:00-21:00] Vernissage "PANOS : PRISON BREAK / Art brut en milieu carcéral"
Location:
Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 33 01 70
Fax : +33 (0)1 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com
Internet Site : www.christianberst.com
Description:
PAÑOS
Prison break

Art brut en milieu carcéral

du 11 mars au 19 avril 2014
Vernissage : samedi 8 mars, 18h-21h

La galerie christian berst explore les frontières de l'art brut en exposant, du 11 mars au 19 avril, des œuvres produites en milieu carcéral : une cinquantaine de paños mexicains, mouchoirs sur lesquels les détenus dessinent à l'encre, emblématiques de la subculture latino des prisons de Los Angeles. Le cabinet de curiosité accueille les dessins de Boris Santamaria, prisonnier cubain.

Pour les prisonniers latinos du sud-ouest des Etats-Unis, souvent illettrés et condamnés à de longues peines, ces messages aux allures d'enluminures adressés à leurs proches sur les paños - diminutif de panuelos (mouchoirs en espagnol) - représentent l'unique moyen de communication avec l'extérieur. Les motifs, réalisés à l'encre de stylo bille, suivant une technique transmise d'une génération de détenus à l'autre, synchrétisent les icônes du peuple mexicain (héros de la révolution, légendes pré-colombiennes...) ainsi que celles de la culture des gangs latinos (pin up aux formes généreuses, grosses cylindrées...). Si ce registre est choisi pour les élues de leur coeur, les enfants reçoivent des personnages de cartoons et les mères des sujets religieux traditionnels : Vierge de la Guadalupe, Jésus en croix, mains jointes sur la Bible...

Cette correspondance sur étoffe, développée à la fin des années 40, est une première affirmation de l'identité chicano en Amérique du Nord.

Utilisant lui aussi comme seul matériau le stylo bille, Boris Santamaria, né à Cuba en 1975, exorcise son mal être d'homme aux prises avec les drogues et la maladie par ses dessins sur fond de lignes hachurées comme autant de barreaux de la prison dans laquelle il a commencé à produire. Son iconographie fustige l'autorité - les autorités (religieuses, politiques, économiques) - en utilisant les codes de la rue ou de la contreculture.

Vernissage "PANOS : PRISON BREAK / Art brut en milieu carcéral"

[18:00-21:00] Vernissage "PAÑOS : PRISON BREAK"
Location:
Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 33 01 70
Fax : +33 (0)1 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com
Internet Site : www.christianberst.com
Description:
Le centre, dit-on, se définit par ses marges. L'art brut, sujet de controverses toujours vivifiantes, devrait, selon ce raisonnment, y gagner à interroger ses propres bordures.

La culture dite populaire en est une. Prinzhorn et Dubuffet, en leur temps, en avaient éclairé tout un pan, celui des créations nées dans l'univers carcéral. L'un en consacrant un ouvrage à l'art des prisonniers dès 1926, l'autre en se penchant sur les travaux du "prisonnier de Bâle" dans le premier cahier de l'art brut paru en 1964.

Emblématiques de la subculture latino des prisons de Los Angeless, les paños - Les paños - dont on pourra voir des exemples sous peu dans l'exposition “Tatoueurs, tatoués” au musée du Quai Branly - sont, dans cette optique, un sujet d'étude exceptionnel. Dès les années 40, pour les détenus chicanos du sud-ouest des Etats-Unis - souvent illettrés et condamnés à de lourdes peines - ces missives enluminées au stylo-bille sur des mouchoirs constituent le seul moyen de communiquer avec l'extérieur. Leur technique se transmet parfois d'une génération de prisonniers à l'autre et les thèmes - tendus entre éros et thanatos - dressent le portrait en creux d'une culture malmenée à laquelle se serait en outre imposée celle des gangs. Convoquant à la fois les héros précolombiens et ceux de la révolution, la Vierge de la Guadalupe et la lolita des faubourgs, implorant le pardon de la mère et cherchant l'oubli ou le réconfort dans les volutes de marijuana, les auteurs de paños n'échappent pas aux archétypes de leur communauté.

Pas plus que Boris Santamaria, prisonnier cubain dont les dessins poignants et sans concessions présentés pour la première fois, ne peut se soustraire totalement aux codes de la contre-culture.

Il semblerait bien que la réclusion ou la claustration ne soient pas, en soi, des ferments pathogènes assez puissants pour modifier/transmuter à tous les coups la nature d'une production artistique. Néanmoins, même si les mythologies individuelles ne se déploient dans ces travaux qu'en filigrane, la nécessité vitale qui anime leurs auteurs y est tout à fait prodigieuse. Pour le reclus, le réprouvé, comme pour le schizophrène, inventer d'autres mondes, d'autres systèmes, d'autres destins, ce n'est jamais qu'établir un plan d'évasion.

L'art brut, en cela, est peut-être aussi le plus bel et vibrant éloge de la fuite.

Exposition organisée en partenariat avec la pop galerie.

[18:00] Vernissage d'Hans-Peter Feldmann
Location:
Galerie Martine Aboucaya
5, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 76 92 75
Fax : +33 (0)1 42 76 92 60
Mail : info@martineaboucaya.com
Internet Site : www.martineaboucaya.com
Description:
Vernissage d'Hans-Peter Feldmann

[18:00-21:00] Vernissage d'Olivier Masmonteil "La mémoire du passé"
Location:
Galerie Dukan
107, rue des Rosiers
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Clignancout
France
Mobile : +33 (0)6 61 93 49 29
Mail : info@galeriedukan.com
Internet Site : www.galeriedukan.com
Description:
Vernissage : 8 Mars / 18h-21h
8 Mars - 17 Avril, 2014

La galerie Dukan est heureuse de présenter La mémoire du passé (8 mars - 17 avril, 2014), une exposition personnelle de l'artiste français Olivier Masmonteil (1973, Romilly-Sur-Seine, France).

Pour cette série, l'artiste a choisi de s'approprier les tableaux de Jean Auguste Dominique Ingres et, plus particulièrement, les portraits de commande où il s'attarde sur les détails des drapés et le rendu des matières.

Vernissage d'Olivier Masmonteil "La mémoire du passé"










[19:00] Vernissage "PAPERWORKS"
Location:
Galerie L.J.
Lemarié-Jeudy
12, rue Commines
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 78 38 44 47
Mail : info@galerielj.com
Internet Site : www.galerielj.com
Description:
08/03 > 09/04/2014
vernissage 8 mars, 19h

La galerie célèbre le Mois du Dessin à Paris avec une sélection d'artistes travaillant sur papier, en parallèle à notre participation fin mars à la foire Drawing Now Paris l Le Salon du dessin contemporain qui a lieu cette année au Marché du Carreau du Temple, 3e.

Avec :
Allyson Mellberg (US)
Anne Geoffroy (FR)
Antoine Corbineau (FR)
Clara Fanise (FR/BE)
Frédérique Vernillet (FR)
Jérémy Schneider (FR)
Motomichi Nakamura (JP/EC)
Tangent Lin (TW)

Vernissage "PAPERWORKS"











[20:00-22:00] Avant-première de TAL AU CINEMA
Location:
Le Grand Rex
1, boulevard Poissonnière
75002 Paris
M° Bonne Nouvelle
France
Phone : +33 (0)8 92 68 05 96
Internet Site : www.legrandrex.com
Description:
En présence de la chanteuse

Avant-première de TAL AU CINEMA

[20:30-22:00] Lancement du réseau FCTV Paris
Location:
Studio des Ursulines
10, rue des Ursulines
75005 Paris
M° RER B Luxembourg, Censier - Daubenton, Place Monge
France
Phone : +33 (0)1 56 81 15 20
Fax : +33 (0)1 44 07 13 76
Mail : louis-paul@studiodesursulines.com
Internet Site : www.studiodesursulines.com
Description:
LANCEMENT DU RESEAU FCTV PARIS - FEMMES DU CINEMA DE LA TELEVISION ET DES NOUVEAUX MEDIAS

Nous sommes heureux de vous convier au lancement de notre réseau FCTV Paris - Femmes du Cinéma de la Télévision et des nouveaux médias, qui se tiendra le vendredi 8 mars, au Studio des Ursulines.

Nous vous invitons à découvrir deux court-métrages :
"Cadavre Exquis" de Laure-Elie Chenier-Moreau, "Faim" de Mathilde Rousseau.
Cette sélection de courts, sera suivie de la projection du long métrage "Ladies Turn" d'Hélène Harder.

Synopsis de Ladies Turn :
Au Sénégal, pays du foot roi, s'organise pour la première fois en 2009 un tournoi de football féminin sur les terrains de quartier, grâce à l'association Ladies' Turn. Malgré l'engagement passionné et combatif de Seyni, ancienne capitaine de l'équipe nationale, et de celles et ceux qui se battent à ses côtés, le terrain est loin d'être gagné. En 2011, bravant tabous et préjugés, les filles reprennent les matchs et jouent devant un public de plus en plus nombreux. Les laissera-t-on jouer la partie comme elles le veulent jusqu'au bout ?

Derrière l'enjeu de la victoire finale, s'en cachent en réalité bien d'autres, liés à la place des femmes, au changement des représentations et à la transgression des rôles assignés.
Au-delà du désir de remporter la finale se joue peut-être l'aspiration à une autre victoire.

Hélène Harder est une jeune réalisatrice de documentaires ayant travaillé en France et aux Etats-Unis.
En collaboration avec Wendigo Films basée à Paris, elle suit depuis plus d'un an l'aventure de Ladies' Turn.

Plus d'infos :
https://www.facebook.com/FCTVParis

11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés