Saturday, March 22, 2014
Public Access


Category:
Category: All

22
March 2014
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
24 25 26 27 28 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6

  Exposition "Star Wars Identities"
Location:
La Cité du cinéma
Studios Europacorp - Ecole Louis Lumière
20, rue Ampère
93200 Saint-Denis
M° Carrefour Pleyel
France
Phone : +33 (0)1 48 41 28 60
Internet Site : www.europacorp-corporate.com
Description:
Depuis plus de 35 ans, le public des quatre coins de la planète suit les aventures de Luke et d'Anakin Skywalker, héros Jedi issus d'une galaxie très, très lointaine. Aujourd'hui arrive dans notre propre galaxie STAR WARS Identities, une exposition passionnante qui pose un regard inédit sur les personnages inoubliables de Star WarsMC. Développée et produite par X3 Productions de Montréal en collaboration avec Lucasfilm Ltd., l'exposition s'appuie sur la collection d'archives exhaustive du Lucas Cultural Arts Museum pour explorer les sciences de l'identité humaine par l'entremise des personnages de la saga Star Wars. La collection éblouissante, une quête d'identité interactive et personnalisée, ainsi que du contenu scientifique pertinent se conjuguent au sein de STAR WARS Identities afin de suivre le parcours dramatique de Luke et Anakin Skywalker, le duo père-fils le plus célèbre du cinéma. Les visiteurs seront en mesure de mieux comprendre ce qui fait des personnages de Star Wars qui ils sont, tout en explorant leur propre identité à l'aide d'une question à la fois simple et profonde : quelles forces vous habitent?

Les composantes de l'identité

En collaboration avec le Centre des sciences de Montréal et d'un comité de conseillers scientifiques, les développeurs de l'exposition STAR WARS Identities ont divisé la notion d'identité en trois thèmes majeurs : l'origine des personnages, les influences qui les ont définis et les choix qu'ils ont faits durant leur vie. À travers ces trois thèmes, dix composantes de l'identité humaine sont explorées :la zone Origines - l'espèce, la génétique, les parents et la culture ;la zone Influences - les mentors, les amis et les évènements marquants ; etla zone Choix - les occupations, la personnalité, et les valeurs.

Ces composantes forment ainsi l'épine dorsale de l'exposition, explorant la notion complexe d'identité, à la fois dans la réalité et dans la fiction. Des contenus originaux à travers l'exposition feront la lumière sur chacune des composantes de l'identité; simultanément, des capsules « derrière la scène » explorent la genèse de plusieurs personnages de Star Wars, expliquant comment ils sont devenus qui ils sont, et montrant comment différents choix créatifs auraient pu en faire des personnages complètement différents.

La vaste collection exclusive de plus de 200 objets provenant du Lucas Cultural Arts Museum consiste en des accessoires, des maquettes, des costumes, des croquis et des dessins conceptuels témoignant de la production des films Star Wars. Cette vaste et riche collection exclusive du Lucas Cultural Arts Museum couvre la totalité de la saga Star Wars, de la première (1977-83) et la seconde (1999-2005) trilogies, jusqu'au film d'animation The Clone Wars (2008) et à la série télévisée du même nom. Les favoris du public comme Dark Vador, R2-D2, Chewbacca, Boba Fett, Yoda, le Faucon Millenium et le protojet grandeur nature d'Anakin Skywalker - parmi tant d'autres - plairont assurément aux visiteurs de toutes générations.

34ème édition du Salon du Livre de Paris
Location:
Paris Expo - Porte de Versailles
Parc des Expositions de Paris
1, place de la Porte de Versailles
75015 Paris
M° Porte de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 43 95 37 00
Fax : +33 (0)1 43 95 30 31
Internet Site : www.viparis.com/viparisFront/do/centre/paris-expo-porte-de-versailles/Accueil
Description:
34ème édition du Salon du Livre de Paris

10ème édition de Miniartextil 2014
Location:
Le Beffroi
Le Beffroi Montrouge
2, place Emile Cresp
92120 Montrouge
M° Porte d'Orléans
France
Phone : +33 (0)1 40 92 62 30
Internet Site : www.ville-montrouge.fr/414-le-beffroi.htm
Description:
Une édition 2014 placée sous le signe d'Éros

Du vendredi 28 février au dimanche 23 mars 2014
Vernissage/preview presse le jeudi 27 février 2014

Depuis 10 ans déjà, la Ville de Montrouge accueille l'exposition internationale MINIARTEXTIL. Pour célébrer dignement cet anniversaire, elle présente cette année encore plus de soixante œuvres d'art contemporain au sein du prestigieux Beffroi, où se tient également le Salon de Montrouge. Désormais incontournable dans le calendrier des amateurs d'art textile, des collectionneurs et des passionnés de déco et de mode, l'exposition Miniartextil, venue de Côme en Italie, explore chaque année l'imagination infinie d'artistes sélectionnés dans le monde entier. Des mini-textiles de 20 cm3 aux plus spectaculaires installations, plus de soixante artistes rivalisent d'imagination, de savoir-faire, d'esprit novateur et de liberté, pour offrir le plus passionnant des panoramas de cet art du fil. Et pour la 3e année consécutive, le textile tisse sa toile également dans tout Paris via un parcours « off » étoffé, dans quelques galeries et lieux culturels partenaires, parmi lesquels la Maison de la Culture du Japon, faisant honneur aux nombreux artistes textiles japonais présents dans la sélection.


Une 10e édition placée sous le signe de l'amour !

Cette année, c'est le très sensuel thème d'Éros qui a été retenu : évocations du dieu de la mythologie, mais aussi de l'amour dans tous ses états, des plus passionnels aux plus dévorants, des plus tendres ou plus poétiques. Éros, puissance créatrice par excellence, ne pouvait qu'inspirer les artistes ! Mais les artistes n'ont pas oublié qu'Éros est indissociable de Thanatos, sa pulsion contraire et complémentaire et nous réservent des visions d'amour surprenantes...


Miniartextil : un panorama de l'art textile toujours plus innovant

Matières naturelles ou industrielles, à la croisée de l'art, du design et de la mode... toutes les matières ont rendez-vous à Montrouge, des plus techniques au plus naturelles : du coton et de la soie, du lin et de la laine, du papier plié de mille et une façons, mais aussi du métal, fer ou cuivre, des fils d'or ou d'argent, du plexiglas et - plus étonnant et sans réserve - des légumes séchés comme chez Laura Valeria Consonni, des chaussures, des plumes comme chez Laura Mangani Fasola ou Johanna Marie Schimming, des électrodes comme dans l'œuvre de Danielle Boisselier, du verre de Murano et du porphyre chez Clelia Caliari, ou encore des perles et des cocons de soie... L'amour des artistes pour les matières et les matériaux est décidément sans limite !


Le « Prix Montrouge » souffle sa 3e bougie !

Pour la troisième année, un « Prix Montrouge » est décerné à un artiste de Miniartextil, dont l'œuvre est acquise par la Ville de Montrouge et rejoint les collections municipales. Il est attribué cette année à l'artiste Henryka Zaremba, pour son mini-textile « Trap », une œuvre colorée aussi réjouissante qu'inquiétante, évoquant tout à la fois Éros et Thanatos.


Un parcours « off » spécial anniversaire : 10 ans d'exposition + 10 lieux partenaires

Pour fêter les 10 ans de Miniartextil, 10 lieux partenaires ont été sélectionnés par la Ville de Montrouge pour un parcours « off » anniversaire, parmi lesquels la Galerie l'Atelier du Génie, Galerie Lisette Alibert, Galerie Yukiko Kawase, Galerie Chevalier ou encore la Galerie Talmart, qui célébreront le mariage d'amour du textile et de l'art en présentant d'autres œuvres des artistes de Miniartextil dans leurs espaces, en solo show ou en exposition collective. En outre, pour cette année exceptionnelle - et à la place du traditionnel focus sur un métier d'art - un « carré des galeries » mettra à l'honneur, au sein même de Miniartextil à Montrouge, un artiste soutenu par chacun des 10 lieux partenaires. L'occasion de découvrir de nouveaux talents et de tisser des liens encore plus étroits entre les lieux d'exposition parisiens, les artistes et le public. D'autant plus que désormais, l'exposition à Montrouge est accessible directement en métro par la ligne 4 (sortie Mairie de Montrouge, juste en face du Beffroi).

Autre nouveauté pour 2014, Miniartextil place pour la première fois son parcours « off » sous le parrainage de la prestigieuse Maison de la Culture du Japon à Paris. Depuis les débuts de Miniartextil, les artistes japonais sont nombreux à participer, tant l'art textile est ancré dans le savoir-faire artistique nippon. La Maison de la Culture du Japon mettra à l'honneur au sein de son hall d'accueil trois installations monumentales des artistes Noriko Narahira, Takaaki Tanaka et Keichi Nagasawa, du 18 mars au 5 avril 2014. En outre, l'importance du papier dans l'art japonais et au sein de Miniartextil donnera lieu à une thématique propre, avec des ateliers autour du travail du papier.

Vernissage de l'exposition "Miniartextil"

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-18:00] Dédicace de Brecht Vandenbroucke
Location:
Galerie Martel
17, rue Martel
75010 Paris
M° Château d'Eau, Gare de l'Est, Poissonnière
France
Phone : +33 (0)1 42 46 35 09
Mobile : +33 (0)6 10 19 30 02
Mail : contact@galeriemartel.fr
Internet Site : www.galeriemartel.com
Description:
Brecht Vandenbroucke vous donne rendez-vous samedi 22 mars, de 15 heures à 18 heures pour une séance de dédicaces à la galerie Martel à l'occasion de son exposition autour de son livre White Cube.

[15:00-17:00] Dédicace de Rebecca Hampton
Location:
Radisson Blu Hotel Champs Elysées
78 bis, avenue Marceau
75008 Paris
M° George V, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 53 23 43 43
Internet Site : www.radissonblu.com/hotelchampselysees-paris
Description:
La comédienne a en effet publié un recueil de correspondance coécrit avec l'auteur Paul Melchior, dans lequel elle partage ses réflexions sur la vie, la notoriété, son métier d'actrice ou encore la grossesse. Un ouvrage baptisé Lettres de là-bas, qui dévoile aussi des aspects personnels de sa vie, loin des plateaux de tournage à Marseille.

La moitié du produit des ventes directes du livre est reversée à "Main dans la main", une association qui lutte pour améliorer la qualité de vie des enfants à l'hôpital.

[15:00-19:00] Finissage de l'exposition "A posteriori"
Location:
La Maréchalerie - centre d'art contemporain
Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Versailles
5, avenue de Sceaux
Accès par la Place des Manèges face à la gare Versailles Rive Gauche RER C
Petites Ecuries du Roy
78006 Versailles
M° Gare SNCF Versailles - Rive Gauche
France
Phone : +33 (0)1 39 07 40 27
Fax : +33 (0)1 39 07 40 94
Mail : lamarechalerie@versailles.archi.fr
Internet Site : lamarechalerie.versailles.archi.fr
Description:
Exposition du 22 Janvier au 22 Mars 2014
Vernissage le Mardi 21 Janvier à partir de 18h à La Maréchalerie
Navette gratuite au départ de Paris à 18h, Place de la Concorde.
Sur réservation : lamarechalerie@versailles.archi.fr

En 2014, La Maréchalerie fête ses dix ans ; soit depuis 2004, plus de trente artistes invités, autant de productions, accompagnées d'éditions, au sein du centre d'art contemporain de l'école nationale supérieure d'architecture de Versailles, projet inédit en France.

Depuis sa création, La Maréchalerie s'est attachée à accueillir des artistes plasticiens de toutes les générations et de porter aux yeux du public une part expérimentale de la création contemporaine. Si la programmation a gardé un lien continu avec l'architecture, elle a souvent été le fruit de rencontres et de coups de cœur. Chaque artiste s'est ainsi vu offrir la possibilité d'investir un espace d'exposition complexe et prégnant pour la production d'une œuvre contextuelle.

Cette exposition anniversaire est l'occasion, a posteriori, de réunir les artistes invités depuis 2004 en une manifestation collective dédiée à l'actualité de leur création. L'exposition offre ainsi un paysage d'œuvres de sensibilités différentes au prisme des choix faits depuis dix ans. Elle a pour objet de mettre en valeur l'évolution de la production de chaque artiste depuis son exposition au centre d'art contemporain, et de trouver des échos entre les œuvres elles-mêmes, l'architecture et le monde contemporain.

La Maréchalerie met ainsi à jour les problématiques communes et la richesse de leur traitement lors de cette exposition historique et projective. A posteriori crée du lien entre les œuvres et leurs créateurs, mais également avec le public qui est amené tout le long de l'exposition à découvrir les artistes lors de rencontres ouvertes.

AUTRES RENDEZ-VOUS

Rencontres avec les artistes
Mardi 28 Janvier 2014 - 18h
Avec Jan Kopp, Jason Karaïndros et Jakob Gautel

Jeudi 13 Février 2014 - 18h
Avec Vincent Ganivet, Vincent Mauger et Jennifer Caubet

Samedi 8 Mars 2014 - 15h
Avec Karine Bonneval, Charlotte Charbonnel et Jean-Luc Bichaud

Samedi 22 Mars - 15h - Finissage
Avec Dector & Dupuy, GUsto et Laurent Sfar

[15:00] Vernissage "London Deco"
Location:
SERGEANT PAPER ARTSTORE
38, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 71 32 81 89
Mail : contact@sergeantpaper.com
Internet Site : www.sergeantpaper.com
Description:
Vernissage "London Deco"

[15:00-22:00] Vernissage de Daniel Otero Torres "Summertime"
Location:
Galerie Marine Veilleux
47, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 77 56 13
Mobile : +33 (0)6 33 01 57 34
Mail : galerie@marineveilleux.com
Internet Site : www.marineveilleux.com
Description:
22.03 / 03.05.2014, rolongée jusqu'au 8 mai
vernissage samedi 22 mars, de 15h à 22h

Pour sa première exposition personnelle à la galerie Marine Veilleux, Daniel Otero Torres propose un corpus de dessins jouant sur les échelles, les écarts et l'éclatement.

Summertime illustre et dessine l'exotisme suranné d'une imagerie estivale que l'artiste revisite en un portrait offensif, ironique et dissonant. Entre Caractères de La Bruyère et archétypes d'aujourd'hui, Daniel Otero Torres donne corps au rire bergsonien de la sanction. Son trait incisif et précis révèle, à travers jeux de massacre, mascarades et scènes ethnographiques, l'envers d'un décorum où affleure l'ambiguïté du rapport à l'autre, à l'étrange.

Lacunaires et diffractées, ses oeuvres instillent le trouble et insistent sur les limites du réalisme, qui se retourne comme un gant et tombe comme un masque.

Né en 1985 à Bogota (Colombie) et diplômé de l'Ecole nationale des Beaux-Arts de Lyon - Prix de Paris 2010 -, Daniel Otero Torres vit et travaille à Paris. Son travail a récemment été présenté au Centre d'Art Contemporain d'Istres dans le cadre de l'exposition Animal Paradise, ainsi qu'à Athènes et Berlin sous le commissariat de Rebecca Lamarche-Vadel. Il a également été montré au 56ème Salon de Montrouge ainsi qu'au Creux de l'Enfer à Thiers à l'occasion de la 12ème édition des Enfants du sabbat en 2011.

Vernissage "Summertime" de Daniel Otero Torres

[15:00-20:00] Vernissage de Jean-Luc Blanc "faux-roman visage"
Location:
Galerie Art : Concept
4, passage Sainte-Avoye
entrée par le 8, rue Rambuteau
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 60 90 30
Fax : +33 (0)1 53 60 90 31
Mail : info@galerieartconcept.com
Internet Site : www.galerieartconcept.com
Description:
22 mars - 23 avril 2014
Vernissage samedi 22 mars - 18h à 21h

Vernissage de Jean-Luc Blanc "faux-roman visage"

[15:30-20:30] Vernissage de Sammy ENGRAMER "Hétéro Queer"
Location:
Galerie Claudine Papillon
13, rue Chapon
Code immeuble : 8719
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 29 07 20
Fax : +33 (0)1 40 29 07 90
Mail : contact@galeriepapillonparis.com
Internet Site : www.claudinepapillon.com
Description:
22 March - 10 May 2014
Opening on 22 March 3:30 - 8:30 pm

& also in space R+1
Frédérique Loutz


[16:00-21:00] Vernissage de Naufus Ramirez Figueroa & Federico Herrero
Location:
Galerie Sultana
10, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville
France
Phone : +33 (0)1 44 54 08 90
Fax : +33 (0)1 44 54 09 60
Mail : contact@galeriesultana.com
Internet Site : www.galeriesultana.com
Description:
Vernissage de Naufus Ramirez Figueroa & Federico Herrero




[18:00] Vernissage d'Epi2mik
Location:
Le cabinet d'amateur
12, rue de la Forge Royale
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny, Ledru-Rollin, Charonne
France
Phone : +33 (0)1 43 48 14 06
Mail : contact@lecabinetdamateur.com
Internet Site : www.lecabinetdamateur.com
Description:
..oOo..de l'urbain à l'humain..oOo..

..oOo..Epi2mik ..oOo.. contamine ..oOo..le cabinet d'amateur ..oOo.. et présente cinquante épidémies
..oOo..10/15..oOo..dessins et peintures sur papiers phoOtOographiques vierges..oOo..

Deux jours d'exposition, samedi 22 mars de 14 à 21 h et dimanche 23 mars de 14 à 19 h
Vernissage en présence de l'artiste le samedi 22 mars à partir de 18 h

Thierry Olivier, alias Epi2mik, est originaire de Caen. Dans un processus de contamination de l'espace urbain, il développe depuis 5 ans une démarche singulière et remplie de symboles. Ce virus rendu visible par cette mousse constituée de petites bulles colorées, représente pour lui, le sida, le chômage, la corruption, la montée de l'extrémisme, les dérives du capitalisme... Il revient régulièrement sur les lieux de ses interventions et au pinceau, continue, en ajoutant des bulles, l'inexorable progression de cette gangrène qui envahit le monde.

Pour en savoir +
http://www.lecabinetdamateur.com/expositions/epi2mik

Vernissage d'Epi2mik

[18:00] Vernissage de JonOne "Evolution to Oils"
Location:
Galerie Rabouan-Moussion
11, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 87 75 91
Mobile : +33 (0)6 10 82 39 77
Fax : +33 (0)1 42 71 42 81
Mail : rabouanmoussion@noos.fr
Internet Site : www.rabouan-moussion.com
Description:
Du 22 mars au 24 mai 2014

Vernissage de JonOne "Evolution to Oils"
JonOne, Forest Mist, 110 x 110 cm, 2014

[18:00-21:00] Vernissage de YOURI LENQUETTE "KURT COBAIN - The Last Shooting"
Location:
Addict Galerie
14/16, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 05 04
Fax : +33 (0)8 71 41 45 39
Mail : info@addictgalerie.com
Internet Site : www.addictgalerie.com
Description:
25.03.2014 - 21.06.2014
Vernissage le Samedi 22 Mars de 18h a 21h

Disons le carrément, ce fut longtemps un douteux privilège que d'avoir eu Kurt Cobain dans le viseur de ce qui constitue la dernière séance photo du chanteur de Nirvana. Ou "The Last Shooting" pour ceux que la polysémie et les correspondances amusantes intéressent. Ce privilège est revenu à Youri Lenquette un soir de février 1994, de façon inattendue, presque inespérée.

Privilège puisqu'en Cobain s'est incarné l'un de ces anges déchus dont le rock a longtemps gardé l'exclusivité, l'une de ces créatures à la trajectoire aussi brève que fulgurante, l'un de ces êtres tellement en porte-à-faux avec le monde réel qu'on finit par leur prêter une origine différente du commun des mortels, lointaine, énigmatique, quasi extra-terrestre. En deux ans, Youri, alors reporter au mensuel Best, a réussi à tisser des liens avec cette jeune rock star particulièrement mal dans ses pompes que le succès et la drogue poussaient à se cloîtrer dans une tour d'ivoire de paranoïa. Ce qui en dit long sur la confiance et l'empathie que le photographe avait su créer avec le chanteur, et plus généralement sur les rapports étroits qu'il entretenait avec la faune impénétrable du rock.

Mais si privilège il y a, il aura longtemps laissé un goût bizarre à son bénéficiaire puisque cette fameuse session, dont l'accessoire principal est un revolver 22 long rifle, précède de quelques semaines la mort que s'administre le musicien à l'aide d'une arme similaire. De tout temps, les anges ont eut en perspective de leur splendeur leur propre chute. Si bien qu'évidemment, allait être conféré à cette séance la dimension d'une autodestruction annoncée. Cette mise en scène, voulue par Cobain, engendra force supputations et conjectures au point de placer le photographe dans une situation parfois délicate.
Si vingt ans ont passé depuis le suicide de Cobain, cette dernière prise de vue n'a rien perdu de son mystère un peu douloureux. Elle continue de nous laisser sur le rebord du précipice.

Exposée pour la première fois dans son intégralité, planches contacts et inédits compris, "The Last Shooting" fascine autant qu'elle interroge. C'est un bref instant, étrange car presque ludique, dans une histoire qui finit mal. C'est un document exceptionnel que le temps va charger d'un sens où l'absurde se dispute à l'héroïque. C'est enfin la dernière apparition d'un ange blond et maudit avant qu'il ne prenne son envol définitif.

Francis Dordor : Quand et dans quelles circonstances as-tu rencontré Kurt Cobain et Nirvana la première fois ?
Youri Lenquette : C'était aux Transmusicales de Rennes en décembre 1991. J'étais venu prendre contact avec le groupe en vue de réaliser un reportage sur leur tournée australienne de février 1992.

F.D : Quels souvenirs conserves-tu de cette tournée ?
Y.L. : Le souvenir d'un groupe qui répugnait à se faire prendre en photo ! Kurt en particulier ! Ils m'ont trimballé partout dans le pays pour finalement m'accorder dix minutes juste avant de prendre l'avion du retour. Au final, j'ai eu ce que j'aurais pu obtenir n'importe où ailleurs. J'étais quand même là pour faire le reportage de couverture d'un magazine (Best)... Sinon, mis à part l'aspect photo, Kurt et moi avons sympathisé. Je me souviens d'une nuit où j'écoutais des cassettes de groupes punks américains des années 60 dans ma chambre d'hôtel. Il est venu frapper à ma porte. Nous avons discuté musique. Drogue aussi. Il me donnait l'impression d'un jeune gars que le succès avait déboussolé et qui cherchait les conseils d'un aîné. J'avais 35 ans, lui 25.

F.D : Vous êtes restés en contact après ça ?
Y.L. : Nous nous sommes revus à Paris fin 92. Il est venu chez moi après le concert de Nirvana au Zénith. Ensuite je suis allé à Seattle en septembre 93 pour la sortie de l'album In Utero.

F.D : Quelles impressions conserves-tu de Kurt ?
Y.L : Celles d'un petit gars malingre très touchant qui visiblement avait d'énormes problèmes de communication avec l'extérieur. Trop énormes sans doute quand on se retrouve promu porte-parole de sa génération, que l'on a connu des difficultés matérielles toute sa vie et que du jour au lendemain on est riche au point de ne plus savoir combien l'on a sur son compte en banque. Et quand on se débat avec de sérieux problèmes de dope. Il aurait été de la trempe d'un Mick Jagger, il aurait pu surmonter tout ça. Mais Kurt n'avait pas le cynisme d'un Jagger. C'était un intègre. Il croyait à ce qu'il chantait et ne se serait renié pour rien au monde.

F.D : Comment s'est déroulée cette fameuse dernière séance ?
Y.L. Quand il était à Paris, il passait souvent par mon studio. Il y restait une partie de l'après-midi, à moitié prostré sur le canapé, à jouer de la guitare ou à inspecter ma collection de disques. C'était devenu une habitude. Un jour, il me dit qu'il aimerait faire une séance. Évidemment, je n'y ai pas cru. Voilà un mec qui ne voulait pas faire de photos quand la couverture d'un magazine était en jeu et qui soudain, de lui-même, initiait la chose ! Pour moi, c'était du pipeau. Du coup j'ai libéré mon assistant et ma maquilleuse. Mais vers 21h30, coup de téléphone de Kurt qui m'annonce qu'il monte dans un taxi et qu'il arrive. Branle-bas de combat : je n'ai ni assistant, ni maquilleuse, pas même les pellicules que j'utilise d'habitude. J'appelle un copain pour qu'il vienne me filer un coup de main. Quand le groupe arrive, Kurt a ce flingue dans la main. Il a aussi des plaques sur le visage. Il décide de se maquiller lui-même. Mais c'est tellement ridicule que je fais appeler une copine pour qu'elle ramène sa trousse...

F.D : Le flingue, c'était son idée…
Y.L. Oui il a insisté. C'est lui qui a initié toutes les poses, sur la tempe, dans la bouche, pointé vers l'objectif...

F.D : L'autre accessoire c'est cette coiffe tribale...
Y.L. C'est une parure de chef que je venais de ramener d'un voyage au Zimbabwe et sur laquelle Kurt a jeté son dévolu.

F.D : On voit également des photos du groupe au complet. Et même avec quatre membres au lieu de trois...
Y.L. Pat Smear, ancien guitariste des Germs, venait de rejoindre le trio d'origine pour cette tournée européenne...

F.D : As-tu donné une signification particulière à cette séance après l'annonce de son suicide en Avril 1994 ?
Y.L. : Je n'ai jamais cru à la thèse d'un message qu'il aurait voulu faire passer. Poser avec une arme à feu reste un grand classique de la photo rock après tout... Une autre raison me faisant penser que ce n'était pas prémédité, c'est qu'avant de se quitter ce soir là, Kurt avait flashé sur mes photos des temples d'Angkor et qu'on s'était promis d'y aller ensemble après la tournée...

F.D : Comment as-tu géré la suite ? Certaines photos sont tellement parlantes qu'elles ont dû forcément susciter la surenchère...
Y.L. J'ai demandé à mon agence de l'époque de ne pas mettre en vente les plus dérangeantes, celles où il a le flingue dans la bouche ou sur la tempe. J'ai eu des propositions très tentantes financièrement. Mais elles émanaient de journaux qui n'auraient jamais parlé de Nirvana en temps normal et dans lesquels Kurt n'aurait certainement pas voulu apparaître. Ce qui n'a pas empêché la polémique. Quelques mois plus tôt à Seattle, Kurt avait déjà posé avec un pistolet en plastique dans la bouche et sur la tempe. Ces photos étaient diffusées depuis longtemps quand il s'est suicidé...

F.D : À l'aune d'une longue carrière, que représente pour toi cette séance ?
Y.L : Techniquement ce n'est pas ma meilleure prise de vue. Mais symboliquement c'est fort... Je dirais que le titre de l'exposition "The Last Shooting" vaut aussi pour ma propre trajectoire étant donné qu'après la mort de Kurt, je me suis détourné du rock pour m'intéresser à autre chose. Comme si toute la mythologie autour de cette musique avait soudain perdu de son attrait avec sa disparition.

La Galerie ADDICT et Laetitia Hecht présenteront du 25 Mars au 21 Juin 2014, les photographies de cette dernière session lors de l'exposition "KURT COBAIN – The Last Shooting". Une partie des images sélectionnées seront proposées en tirage Argentique traditionnel réalisées par Marc Upson, le tireur qui réalisa les épreuves de ces mêmes photos en 1994… sur un papier identique et en procédant de la même manière qu'a l'époque.

Francis Dordor

Vernissage de YOURI LENQUETTE "KURT COBAIN - The Last Shooting"

[18:00] Vernissage de l'exposition "DU ZHENJUN"
Location:
Domaine National de Chambord
Château
41250 Chambord
France
Phone : +33 (0)2 54 50 40 00
Fax : +33 (0)2 54 33 34 81
Mail : info@chambord.org
Internet Site : www.chambord.org
Description:
dans le cadre de France-Chine 50

du 23 mars au 27 avril 2014

Le Domaine national de Chambord présentera, dans le cadre du cinquantenaire de la reconnaissance de la République populaire de Chine par la France, Babel Empire, une exposition du grand photographe chinois Du Zhenjun, du 23 mars au 27 avril 2014. Cette manifestation est organisée dans le cadre de France-Chine 50 / www.france-chine50.com

Le vernissage aura lieu le samedi 22 mars au Domaine National de Chambord.

>> invitation

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Deux pièces meublées"
Location:
Galerie Municipale de Vitry
Galerie Municipale Jean-Collet
59, avenue Guy-Môquet
94400 Vitry-sur-Seine
M° RER C Vitry-sur-Seine
France
Phone : +33 (0)1 43 91 15 33
Mail : galerie.municipale@mairie-vitry94.fr
Internet Site : galerie.mairie-vitry94.fr
Description:
commissariat : Alexandra Sá et Catherine Viollet

Installation / Sculpture / Projet / Performance...

23 mars - 04 mai
VERNISSAGE : le samedi 22 mars à 18h

Avec Julien Berthier, Katinka Bock, Mario D'Souza, Jean-François Leroy, Nathalie Elemento, Vincent Mauger, Stéphanie Nava, Julien Pastor, Alexandra Sá, Manuel Salvat et Thomas Jocher, Laurent Suchy, Rémi Uchéda

« L'œuvre d'art telle qu'on la connaît, en dehors d'être un objet de célébration, d'être une icône ou d'être un objet exceptionnel, a toujours aussi été un objet domestique. Elle a toujours été un objet décoratif inclut dans un lieu de vie ou un habitat depuis Lascaux jusqu'à n'importe quel château ».
John Armleder

L'exposition Deux pièces meublées rassemble des œuvres d'artistes qui questionnent la relation mobilier-sculpture-installation, à partir de mobilier domestique ou urbain, dans un travail d'appropriations joueuses et surprenantes.

Posant la question de la standardisation des objets par le prisme du dépassement de leur fonction initiale, les pièces présentées provoquent le corps et la pensée : réutiliser, trouver une autre finalité aux usages, glisser du familier à l'étrange, détourner, assumer une certaine valeur décorative...

S'y décline la fragmentation, la juxtaposition - dans les œuvres de Julien Pastor notamment -, le collage, les oppositions, la stratification - chez Stéphanie Nava -, le hasard et l'humour dans les démarches de Manuel Salvat ou Julien Berthier. Frôlant parfois le design ou l'architecture, tous se posent dans un rapport à l'objet au départ standardisé ou imité - dans la pièce de Katinka Bock -, souvent rejeté et récupéré, démembré chez Vincent Mauger, puis réécrit pour faire œuvre.

Tous construisent quelque chose d'autre, surprenant de gravité ou de légèreté, dans le changement d'échelle, le mouvement et la révélation des matériaux pour ce qu'ils sont, avec une réelle dimension picturale chez certains.

Eviter l'efficacité de l'objet, cependant le rendre viable autrement. Questionner les fonctions préalables au mobilier, qui deviennent différemment agissantes dans le projet de sculpture.

L'exposition Deux pièces meublées présente également des dessins, pratique largement développée par Julien Berthier, Nathalie Elemento, Stéphanie Nava, Laurent Suchy ou encore Mario D'Souza...

Rencontre avec les artistes : dimanche 6 avril à 16h
Déjeuner sur l'art : jeudi 10 avril à partir de 12h15
Conférence (en partenariat) : mardi 29 avril à 18h

Vernissage "Deux pièces meublées"

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés