Monday, October 6, 2014
Public Access


Category:
Category: All

06
October 2014
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

  Exposition "DESSINS DU STUDIO GHIBLI"
Location:
Art Ludique-Le Musée
34, quai d'Austerlitz
Docks en Seine
75013 Paris
M° Gare d'Austerlitz, Quai de la Gare
France
Phone : +33 (0)1 45 70 09 49
Mail : info@artludique.com
Internet Site : www.artludique.com
Description:
Du 4 octobre 2014 au 1er mars 2015, Art Ludique-Le Musée, dévoile 1 300 dessins originaux du célèbre studio japonais.

Mon voisin Totoro, Le tombeau des lucioles, Le château dans le ciel, Pompoko, Princesse Mononoké, Mes voisins les Yamada, Le voyage de Chihiro, Ponyo sur la falaise, Le vent se lève ou Le conte de la Princesse Kaguya, autant de films dont la beauté des dessins et de l'animation ainsi que la qualité scénaristique sont unanimement reconnus et admirés dans le monde entier.
Pour appréhender le génie créatif d'Isao Takahata et Hayao Miyazaki, les auteurs de ces chefs-d'oeuvre, pour percer les secrets de leur animation et partager leurs émotions artistiques, cette exposition exceptionnelle présentera près de 30 ans de dessins du Studio Ghibli à travers 1 300 layouts (dessins originaux) des films produits par le studio.

Pour la première fois en Europe, le public va pouvoir admirer ces dessins qui sont la genèse de toutes les productions du studio et préfigurent ce que l'on peut découvrir sur grand écran, toute la matière graphique qui est le creuset artistique essentiel à tout film d'animation.
Pour Isao Takahata, le layout est la composante clé dans la production d'un film d'animation.
Les layouts définissent, en effet, pour chacun des plans des films ce que seront l'ambiance d'une scène, son décor, la position, l'attitude et l'expression des personnages.
Cette exposition permet de montrer ces magnifiques dessins pour la première fois au public européen et de rendre ainsi hommage aux remarquables qualités artistiques de ceux qui les dessinent.
Pour Hayao Miyazaki : « L'animation est une illusion et le public est curieux de voir comment elle va l'éblouir ».
Quels secrets, cette plongée au cœur des dessins de Takahata et Miyazaki, permettra-t-elle de dévoiler ? Isao Takahata répond : « Cela dépend de l'imagination de chacun des visiteurs ».
Après les prestigieuses expositions « Pixar, 25 ans d'animation » et « L'Art des Super-Héros Marvel », cette nouvelle exposition de Art Ludique-Le Musée, « Dessins du Studio Ghibli : les secrets du Layout pour comprendre l'animation de Takahata et Miyazaki » est une formidable occasion de mettre en valeur les créateurs de ces univers qui marquent tant notre imaginaire et de faire découvrir au grand public la dimension artistique majeure qui est à l'origine de ces oeuvres qui le font rêver.

Exposition "DESSINS DU STUDIO GHIBLI"

08:00  
09:00 [09:30-13:00] Vernissage presse "MAYAS, Révélation d'un temps sans fin"
Location:
Musée du quai Branly - Jacques Chirac
Musée des arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques
37, quai Branly
218, rue de l'Université
75007 Paris
M° RER C Pont de l'Alma, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 56 61 70 00
Internet Site : www.quaibranly.fr
Description:
Galerie Jardin

07/10/14 - 08/02/15
Vernissage lundi 6 octobre 2014, de 9h30 à 13h

Exceptionnelle par l'étendue géographique et temporelle qu'elle recouvre, l'exposition MAYAS, Révélation d'un temps sans fin réunit 400 chefs-d'œuvre issus des différentes époques qui jalonnent l'extraordinaire longévité de cette civilisation.

Cette exposition permet d'appréhender le legs des Mayas à l'humanité. Suivant un ordre thématique, l'exposition propose de découvrir les différents aspects de cette culture, sa capacité créative et sa perfection technique. Elle dresse un panorama général, en montrant la grande variété des styles et les réussites esthétiques des différents groupes mayas (environ 28), chacun d'eux ayant sa propre langue et sa propre expressivité.

Commissaire : Mercedes de la Garza
Écrivain, historienne et académicienne, chercheur émérite du Centre d'études mayas de l'UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México) et membre permanent du comité scientifique de l'INAH (Instituto Nacional de Antropología e Historia, Mexique)

Colloque international
MESURES ET TEXTURES DU TEMPS CHEZ LES MAYAS
le dit, l'écrit et le vécu
08/10 - 10/10/14
Ce colloque pluridisciplinaire explore les représentations et les constructions temporelles chez les Mayas tant dans le flux du vécu et les formes d'agir que dans les pratiques mémorielles et prospectives. Abordant ce sujet dans les périodes préhispaniques, coloniales et dans les sociétés mayas actuelles, il réunit archéologues, épigraphistes, ethno-historiens, ethnologues et linguistes. L'ambition de ces journées est d'ouvrir des voies nouvelles dans l'exploration des diverses conceptions, expressions et praxis temporelles.

Installation de photographies
« AH ÇA ! OU DONC SE CACHE LE PALAIS ? »
PALENQUE 1881-1891
Cabinet d'arts graphiques 07/10/14 – 14/12/14
En parallèle de l'exposition, l'accrochage « Ah ça ! Où donc se cache le palais ? » Palenque 1881-1891 propose une sélection de trente photographies de l'exceptionnel site maya de Palenque (situé au Mexique dans l'État du Chiapas) réalisées par Désiré Charnay en 1881 et par Alfred Maudslay en 1891.

Vernissage presse "LES MAYAS, Révélation d'un temps sans fin"

[09:30] Vernissage presse de l'exposition "François Truffaut"
Location:
La Cinémathèque Française
Musée du Cinéma
51, rue de Bercy
75012 Paris
M° Bercy
France
Phone : +33 (0)1 71 19 33 33
Mail : contact@cinematheque.fr
Internet Site : www.cinemathequefrancaise.com
Description:
>> DP


[10:00] Conférence : 30ème édition du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse
Location:
Théâtre du Châtelet
1, place du Châtelet
75001 Paris
M° Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 40 28 28 00
Fax : +33 (0)1 40 28 29 01
Mail : relations-publiques@chatelet-theatre.com
Internet Site : www.chatelet-theatre.com
Description:
Conférence : 30ème édition du Salon du Livre et de la Presse Jeunesse



[11:30] Présentation des Equipes de France de ski
Location:
Pavillon Gabriel - Potel et Chabot
5, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 42 68 18 18
Fax : +33 (0)1 42 68 04 96
Mail : gabriel@poteletchabot.fr
Internet Site : www.poteletchabot.com/lieux-reception/pavillon-gabriel.htm
Description:
Gwendal PEIZERAT, Conseiller délégué aux sports, participera à la présentation des Equipes de France de ski (Ski Alpin, Biathlon, Ski de Fond, Combiné Nordique, Saut, Ski Freestyle et Snowboard).

En présence de Michel VION, Président de la FFS

10:00
11:00
12:00
13:00  
14:00  
15:00 [15:15] Anne Hidalgo inaugure le 1er étage de la Tour Eiffel entièrement rénové
Location:
Tour Eiffel
Société d'Exploitation de la Tour Eiffel
5, avenue Anatole France
Champ de Mars
75007 Paris
M° RER C Champ de Mars - Tour Eiffel, Bir-Hakeim
France
Phone : +33 (0)1 44 11 23 33
Fax : +33 (0)1 44 11 23 22
Internet Site : www.toureiffel.paris
Description:
Anne Hidalgo, Maire de Paris, inaugurera lundi le premier étage de la Tour Eiffel entièrement rénové, en présence de personnalités qui incarnent Paris : sportifs, entrepreneurs, artistes, chefs étoilés, start-upers, etc.
Le 1er étage de la Tour Eiffel a fait peau neuve. Il dispose désormais d'un spectaculaire plancher et d'un garde-corps vitrés, qui permettent une vue plongeante sur le sol et de marcher au-dessus du vide, à 57 mètres de hauteur.

Les équipements du 1er étage de la Tour ont également été totalement transformés pour un meilleur accueil des visiteurs : nouveau pavillon consacré à l'accueil et aux services (point d'information, boutique, restaurant), parcours muséographique sur la Tour Eiffel dévoilant l'histoire et les secrets du monument le plus célèbre de Paris, etc. Par ailleurs, le 1er étage est désormais accessible aux personnes en situation de handicap.

Personnalités présentes :
- Anne Hidalgo, Maire de Paris
- Jean-François Martins, adjoint à la Maire de Paris en charge du tourisme
- Bernard Gaudillère, Président de la Société d'Exploitation de la tour Eiffel (SETE)
- Pierre-Eric Spitz, directeur de la SETE
- Alain Moatti, architecte

kiosque d'accueil presse, face au pilier nord, Tour Eiffel

[15:30] Vernissage « Jean Jaurès, le parcours d'un homme de paix »
Location:
Université Paris 8
2, rue de la Liberté
93526 Saint-Denis Cedex 02
M° Saint-Denis - Université
France
Phone : +33 (0)1 49 40 67 89
Fax : +33 (0) 1 48 21 04 4
Internet Site : www.univ-paris8.fr
Description:
Assassiné le 31 juillet 1914, Jean Jaurès à combattu la guerre jusqu'à son dernier souffle.

exposition organisée par l'université Paris 8 et la Ligue des droits de l'Homme et soutenue par la fondation Jean Jaurès et le service d'Action Culturelle & Artistique, dans le cadre de l'année thématique "le siècle commence en 14"

Il y a 100 ans était assassiné un homme de Paix, Jean Jaurès. Jusqu'à son dernier souffle il a combattu la guerre. Attaché aux droits de l'Homme, grand orateur, défenseur des valeurs de la République, cette grande figure historique reste très présente dans la mémoire collective sans pourtant être vraiment connu. Cette exposition permettra d'en découvrir quelques facettes et de mieux appréhender en quoi la vie de Jaurès, sa pensée, ses combats restent d'actualité aujourd'hui.
Le contenu de l'exposition a été conçu par Marion Fontaine, maître de conférences à l'université d'Avignon et secrétaire générale de la Société d'études jaurésiennes. L'ensemble, constitué de 15 panneaux, permet de comprendre les points les plus saillants du cheminement jaurésien. Le premier d'entre eux évoque l'assassinat du 31 juillet ; il s'agit ensuite de dérouler, en quelque sorte à rebours, les différentes étapes du parcours de Jaurès, en valorisant la diversité des sphères, mais aussi des échelles dans lesquelles se sont inscrits ses engagements (l'homme du Sud Ouest, de Paris, de l'Internationale ; le parlementaire, le philosophe, l'humaniste, l'homme d'action et de débats, le journaliste…).

Du lundi 6 octobre au vendredi 10 octobre 2014
De 13h à 18h
Hall d'exposition
Vernissage lundi 6 octobre 2014 à 15h30

16:00  
17:00 [17:00] 40 ans des GRETA
Location:
Ecole Boulle
21, rue Pierre Bourdan
75012 Paris
M° Reuilly - Diderot, Nation
France
Phone : +33 (0)1 44 67 69 67
Fax : +33 (0)1 43 42 22 66
Internet Site : www.ecole-boulle.org
Description:
40 ans des GRETA

18:00 [18:00] Apéro & rencontre Total
Location:
NUMA, par Silicon Sentier
Quartier Numérique / Silicon Sentier
39, rue du Caire
75002 Paris
M° Sentier, Réaumur - Sébastopol, Bonne Nouvelle
France
Phone : +33 (0)1 40 13 64 40
Mail : tiffany@numaparis.com
Internet Site : www.numaparis.com
Description:
fidélité localisée, gestion budgétaire, géo-localisation

Hélène fait partie d'une équipe pilote chez TOTAL dont l'objectif est de déclencher rapidement des collaborations avec l'écosystème techno et start-ups.

Nous avons validé 3 problèmes - autour de la géo-localisation, gestion budgétaire, fidélité localisée - avec leur cible et un budget associé.

Vous avez des solutions sur lesquelles nous pourrions collaborer ?

Venez rencontrer les porteurs de ces sujets lors d'une discussion informelle au NUMA le lundi 6 octobre à 18h, au 2ième étage. Si vous voulez en savoir plus sur les sujets et confirmer votre présence - contactez helene.platel@total.com

[18:00] Insignes de Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres à Quincy Jones
Location:
Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard
Place Mohammed V
75236 Paris Cedex 05
M° Cardinal Lemoine, Jussieu, Maubert - Mutualité, Sully - Morland
France
Phone : +33 (0)1 40 51 38 38
Fax : +33 (0)1 43 54 76 45
Mail : rap@imarabe.org
Internet Site : www.imarabe.org
Description:
Le musicien Quincy Jones a été élevé au grade de Commandeur de l'Ordre des Arts et des Lettres par Jack Lang, président de l'Institut du Monde Arabe.

Quincy Jones, de son vrai nom Quincy Delight Jones Jr, trompettiste de renom et producteur de musique de génie a été fait Commandeur des Arts et Lettres par Jack Lang, ce lundi 6 octobre à Paris. Parmi les invités du récipiendaire, on a pu voir Anouk Aimée, Caroline Barclay, Line Renaud et Claude Chirac. Déja Commandeur de la Légion d'honneur, Quincy Jones va pouvoir accrocher cette nouvelle distinction à un tableau déjà bien rempli.

Quincy Jones, c'est plus de 100 millions de disques vendus dans le monde, 27 Grammy Awards, 7 nominations aux Oscars... mais pour ce musicien de génie, cette distinction est "au-delà de toutes les récompenses que j'ai reçues", confiait-il ce matin, sur Europe 1. Né en 1933 à Chicago, Quincy Jones démarre la musique très jeune, en essayant le piano. Puis il rencontre Ray Charles et tous deux montent un duo qui écume les clubs de la ville de Seattle. Il qualifiera d'ailleurs le musicien de "frère". Un peu plus tard, il croise la route de Dizzie Gillespie et deviendra son trompettiste et directeur musical. En 1957, il s'établit à Paris quelques années, y rencontre Eddy Barclay puis retourne aux Etats Unis et devient vice président du label Mercury.

C'est sur le tournage d'un film, The Wiz qu'il rencontre celui qui deviendra plus tard Michael Jackson. Tous deux travaillent sur trois albums : Off the Wall, Bad et Thriller. Ce dernier deviendra d'ailleurs l'album le plus vendu de tous les temps. En 2001, il est fait Commandeur de la Légion d'Honneur par Jacques Chirac. Plus récemment, c'est avec la chanteuse française Zaz que le producteur a travaillé.

[18:00] Vernissage "Faites vos voeux ! Ex-voto d'artistes contemporains"
Location:
Musée du Montparnasse
21, avenue du Maine
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Falguière
France
Phone : +33 (0)1 42 22 91 96
Fax : +33 (0)1 42 22 91 00
Internet Site : www.museedumontparnasse.net
Description:
>> invitation

[18:00] Vernissage "Les Suspendues", installation de Sima Khatami & Stéfane Perraud
Location:
Maison Internationale de la Cité Universitaire
17, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 43 13 66 80
Fax : +33 (0)1 43 13 66 70
Mail : maisoninternationale@ciup.fr
Internet Site : www.ciup.fr
Description:
Vernissage lundi 6 octobre à 18h, entrée libre
puis tous les jours en entrée libre, jusqu'au 14 novembre 2014

pelouse sud

Les Suspendues est une installation sonore et visuelle qui murmure au gré des vents les révoltes d'hier et d'aujourd'hui.

Sous cette passerelle sont suspendus des billets rectangulaires en acier. Sur ces billets, on trouvera imprimés des photos, des témoignages ou des documents de combats et d'engagements de tout un chacun. Les vôtres peut-être ? Les Suspendues est donc une oeuvre de lutte collective qui veut donner à lire et à voir des engagements politiques d'hier et à nos jours.

Dans le cadre du programme Art Campus

http://lessuspendues.blogspot.fr

[18:00] Vernissage "MAYAS, Révélation d'un temps sans fin"
Location:
Musée du quai Branly - Jacques Chirac
Musée des arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques
37, quai Branly
218, rue de l'Université
75007 Paris
M° RER C Pont de l'Alma, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 56 61 70 00
Internet Site : www.quaibranly.fr
Description:
Galerie Jardin

07/10/14 - 08/02/15

Exceptionnelle par l'étendue géographique et temporelle qu'elle recouvre, l'exposition MAYAS, Révélation d'un temps sans fin réunit 400 chefs-d'œuvre issus des différentes époques qui jalonnent l'extraordinaire longévité de cette civilisation.

Cette exposition permet d'appréhender le legs des Mayas à l'humanité. Suivant un ordre thématique, l'exposition propose de découvrir les différents aspects de cette culture, sa capacité créative et sa perfection technique. Elle dresse un panorama général, en montrant la grande variété des styles et les réussites esthétiques des différents groupes mayas (environ 28), chacun d'eux ayant sa propre langue et sa propre expressivité.

Commissaire : Mercedes de la Garza
Écrivain, historienne et académicienne, chercheur émérite du Centre d'études mayas de l'UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México) et membre permanent du comité scientifique de l'INAH (Instituto Nacional de Antropología e Historia, Mexique)

Colloque international
MESURES ET TEXTURES DU TEMPS CHEZ LES MAYAS
le dit, l'écrit et le vécu
08/10 - 10/10/14
Ce colloque pluridisciplinaire explore les représentations et les constructions temporelles chez les Mayas tant dans le flux du vécu et les formes d'agir que dans les pratiques mémorielles et prospectives. Abordant ce sujet dans les périodes préhispaniques, coloniales et dans les sociétés mayas actuelles, il réunit archéologues, épigraphistes, ethno-historiens, ethnologues et linguistes. L'ambition de ces journées est d'ouvrir des voies nouvelles dans l'exploration des diverses conceptions, expressions et praxis temporelles.

Installation de photographies
« AH ÇA ! OU DONC SE CACHE LE PALAIS ? »
PALENQUE 1881-1891
Cabinet d'arts graphiques 07/10/14 – 14/12/14
En parallèle de l'exposition, l'accrochage « Ah ça ! Où donc se cache le palais ? » Palenque 1881-1891 propose une sélection de trente photographies de l'exceptionnel site maya de Palenque (situé au Mexique dans l'État du Chiapas) réalisées par Désiré Charnay en 1881 et par Alfred Maudslay en 1891.

Vernissage presse "LES MAYAS, Révélation d'un temps sans fin"

[18:00-21:00] Vernissage de Sabine Guédamour « Consolation »
Location:
Ecole Spéos, Paris Photographic Institute
Galerie Spéos
7, rue Jules Vallès
75011 Paris
M° Charonne, Faidherbe - Chaligny
France
Phone : +33 (0)1 40 09 18 58
Mail : info@speos.fr
Internet Site : www.speos.fr
Description:
Exposition du 6 octobre au 7 novembre 2014.

Dans le massif du Jura, le Val de Consolation creuse un paysage de pierres et d'eau, d'arbres et de lumière. Au hasard d'une rencontre et menée par une envie de fugue, Sabine Guédamour le découvre en 2010, encombrée de son matériel photographique et de son trépied. Seule la marche permet d'y accéder et le paysage s'offre en récompense de l'effort, un lieu magique à l'écart du monde.

Après une prise de vue en argentique à la chambre, elle choisit le procédé ancien du tirage palladium où l'alchimie de la photographie opère, par la lumière et les sels métalliques, comme on l'a inventée il y a plus de 150 ans. Procédé extrêmement stable dans le temps, le palladium permet d'obtenir des tirages identiques en taille au négatif, aux nuances de gris infinies et profondes, ancrées dans la matière même du papier. Au moment de la prise de vue, dans le calme et la nature, succèdent alors de longues heures de tirage en laboratoire, dans une salle de bain de la banlieue parisienne. Grand écart géographique, changement radical d'atmosphère mais continuité dans l'émotion et la précision.

Les photographies de Consolation révèlent l'apaisement d'un paysage où le temps géologique se mèle au rythme des saisons. On n'y entend plus la cascade, ni le chant des oiseaux, mais on voit l'eau qui creuse infiniment la roche et la pousse des bourgeons. Un paradis perdu que Sabine Guédamour transforme en monochrome offert à la contemplation. Photographier comme une résilience, un souvenir contre la disparition.

Texte de Florence Pillet, Septembre 2014

Sabine Guedamour est une photographe indépendante basée à Paris. Pendant plus de 15 ans, elle a vécu aux États-Unis où elle a créé en collaboration avec deux photographes américaines la Tilt Gallery, à Phoenix, Arizona, une galerie consacrée aux procédés photographiques alternatifs et historiques.
En 2008 elle rentre en France et décide d'étudier la photographie à Spéos. Tout en continuant ses activités avec Tilt Gallery et le développement de ses projets photographiques, elle travaille actuellement pour la Galerie Esther Woerdehoff.

[18:00] Vernissage de l'exposition "TOI FEMMES"
Location:
Espace Beaujon
208, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile, George V
France
Phone : +33 (0)1 42 89 17 32
Fax : +33 (0)1 53 76 00 84
Mail : info@ebeaujon.org
Internet Site : www.ebeaujon.org
Description:
Nicolas Maupied et Minou Azoulai : 8 portraits de femmes qui ont subi des violences et leurs témoignages - Photos en NB.

Ils seront également disponibles en téléchargement pour impression presse et affichage sur le site toifemmes.com

>> invitation

[18:30-20:30] Vernissage "Les bas-fonds du Baroque. La Rome du vice et de la misère"
Location:
Villa Médicis
Académie de France à Rome - Villa Medici
1, Viale della Trinità dei Monti
00187 Roma
M° Spagna
Italia
Phone : +39 06 67611
Mail : standard@villamedici.it
Internet Site : www.villamedici.it
Description:
Vernissage "Les bas-fonds du Baroque. La Rome du vice et de la misère"


[19:00] 6ème Salon des Artistes Amateurs
Location:
Asnières-sur-Seine
Asnières-sur-Seine
92600 Asnières-sur-Seine
M° Gare SNCF Asnières-sur-Seine, Gabriel Péri
France
Internet Site : www.asnieres-sur-seine.fr
Description:
Centre Socioculturel Yannick Noah
46 avenue des Grésillons

Du 6 octobre 2014 au 11 octobre 2014
Ouverture de l'exposition du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 19h et le samedi de 14 à 18h

Vernissage le lundi 6 octobre à partir de 19h

[19:00] 11ème Nuit du Rugby
Location:
Palais Brongniart
Palais de la Bourse des Valeurs de Paris
28, Place de la Bourse
75002 Paris
M° Bourse
France
Phone : +33 (0)1 83 92 30 20
Fax : +33 (0)1 49 27 55 20
Mail : palais.brongniart@gl-events.com
Internet Site : www.palaisbrongniart.com
Description:
Rendez-vous désormais incontournable depuis sa création en 2004, la Nuit du Rugby récompensera ceux qui ont marqué de leur empreinte la saison 2013/2014.

>> nomminés

[19:00-22:00] Avant-première mondiale du programme 2015 de Cecilia Bartoli
Location:
Château de Versailles
Place d'Armes
78000 Versailles
M° Gares SNCF de Versailles
France
Phone : +33 (0)1 30 83 78 00
Mail : direction.public@chateauversailles.fr
Internet Site : www.chateauversailles.fr
Description:
Il s'agit d'un parcours inédit à travers l'Empire russe, à l'époque où le goût officiel de trois impératrices pro-occidentales se tourne avec curiosité vers l'opéra italien. Vous découvrirez comment l'opéra italien est arrivé à la Cour de Saint-Pétersbourg, ainsi que les compositeurs fétiches des tsarines Anne I, Elisabeth I et Catherine II. 11 premières mondiales en provenance des archives du Mariinsky, composées par Dall'Oglio, Araia, Raupach, puis Manfredini, aux côtés du plus célèbre Cimarosa…
Une soirée privée au Château de Versailles, avec Decca Classics.

RECITAL DE CECILIA BARTOLI

[19:00-22:00] Inauguration du Train de la Télé
Location:
Gare de Lyon
Place Louis Armand
75012 Paris
M° Gare de Lyon
France
Description:
L'Institut National de l'Audiovisuel (INA) et Trains Expo Evènements SNCF s'associent pour co-produire le Train de la Télé, qui parcourra la France du 6 au 26 octobre pour faire découvrir aux Français l'histoire du petit écran.

>> informations

Inauguration du Train de la Télé

En présence de Sophie Davant, Flora Coquerel, William Leymergie, Rémy Pflimlin, Michel Drucker, Evelyne Leclerc, Daniela Lumbroso, Denise Fabre, Francis Vandenhende, Jean-Pierre Foucault, Gérard Holtz, Nelson Monfort, Patrick Sabatier, Jean-Claude Narcy, Michel Chevalet, Igor Bogdanoff, Patrice Drevet, Raphaël Mezrahi

[19:00] Vernissage "Schizophrenia Taiwan 2.0"
Location:
Maison des Métallos
établissement culturel de la Ville de Paris
94, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
M° Couronnes, Parmentier
France
Phone : +33 (0)1 48 05 88 27
Fax : +33 (0)1 48 05 88 21
Mail : info@maisondesmetallos.org
Internet Site : www.maisondesmetallos.paris
Description:
7 - 19 octobre

Cette exposition propose la vision des schizophrénies contemporaines des sociétés occidentales par 14 artistes taïwanais : la crise économique, les corruptions de la démocratie, le vide politique, les mutations technologiques, le destin des êtres dans un monde mondialisé, les désastres humanitaires de l'immigration, la fascination du virtuel, le désarroi de la jeunesse, le terrorisme… Comment, depuis l'autre côté de la planète, ces questions sont-elles transcendées par les artistes de cette petite île, dont le seul destin est de disparaître un jour dans le tourbillon du grand voisin chinois ?
Après le festival Ars Electronica de Linz, le Musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, la transmediale de Berlin et Londres, l'exposition fait halte à la Maison des métallos à l'initiative de Pierre Bongiovanni.

[19:00] Vernissage d'Eric Durant
Location:
Bois-Colombes
Bois-Colombes
92270 Bois-Colombes
M° Gare SNCF Bois-Colombes
France
Internet Site : www.bois-colombes.com
Description:
Linogravures monochromes et polychromes, sur le thème "Brisants, vagues et déferlantes"

du 2 octobre au 30 novembre 2014
du lundi au vendredi de 13h30 à 17h30 et aux horaires du cinéma et des spectacles
Vernissage le lundi 6 octobre 2014 à partir de 19h

Salle Jean-Renoir
7 villa des Aubépines
Téléphone 0147813797

Email ericdurant.art@gmail.com
http://artisartfree.free.fr/vagues.htm

[19:00] Vernissage de l'exposition "Frank Gehry"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
8 octobre 2014 - 26 janvier 2015
de 11h00 à 21h00

Galerie sud

13€, TR 10€ / Forfait donnant accès à toutes les expositions temporaires et aux collections permanentes du musée

Les lignes de force de la carrière de l'une des figures majeures de l'architecture contemporaine.

Le nom de Frank Gehry incarne à lui seul l'image de l'architecture contemporaine. Mondialement reconnu pour des projets qui ont aujourd'hui valeur d'icône, son œuvre a révolutionné l'esthétique de l'architecture, son rôle social et culturel dans la ville. C'est à Los Angeles que Frank Gehry initie sa pratique. Il côtoie dès les années soixante la scène artistique californienne, proche d'artistes comme Ed Ruscha, Richard Serra, Claes Oldenburg, Larry Bell, Ron Davis, pour n'en citer que quelques-uns. La rencontre avec les œuvres de Robert Rauschenberg et de Jasper Johns ouvre la voie à la reconfiguration de sa pratique architecturale. Elle l'engage notamment à introduire l'usage des matériaux pauvres comme le carton, la tôle, les grillages industriels. L'extension de sa propre maison à Santa Monica en est un manifeste. Les projets de Frank Gehry reposeront dès lors sur une interrogation de ses propres moyens d'expression. Cette position de passeur, entre art et architecture, le conduit à écrire l'histoire la plus récente, et légendaire, de Los Angeles. Alors que triomphe le postmodernisme, Frank Gehry, au contraire, s'en échappe. Il s'en explique par exemple dans un dialogue resté célèbre avec le cinéaste Sydney Pollack qui réalise un film biographique, en 2005. Comment humaniser l'architecture ? Comment retrouver un second souffle après la première crise industrielle ? Ces questions traversent l'œuvre de Frank Gehry, tant dans son architecture que dans la vision urbaine qu'elle porte. Il est en effet tout autant un architecte qu'un grand urbaniste, et c'est bien la ville que Frank Gehry nous montre par ses bâtiments. Le musée Guggenheim, à Bilbao en est l'un des exemples le plus flamboyant érigé en emblème d'une capacité de l'architecture à réactiver le tissu économique d'un territoire. La rétrospective présentée par le Centre Pompidou offre pour la première fois en Europe une lecture globale de son œuvre, à travers plus de soixante maquettes et près de deux cent-vingt dessins originaux. Elle retrace dans un parcours thématique et chronologique les lignes de force de la carrière de l'une des figures majeures de l'architecture contemporaine et de la seconde moitié du 20ème siècle.

Frédéric Migayrou – Où donc tout a commencé? Quel a été ce commencement ?
Frank Gehry – Lorsque j'étais jeune, je travaillais dans la quincaillerie de mon grand-père, je fabriquais des tuyaux filetés, on découpait du verre, on vendait des clous et du mastic, je réparais des horloges et toutes sortes de choses. J'ai toujours conservé en moi cette référence tactile. Nous étions une famille très pauvre, il n'y avait donc aucune chance pour que nous vivions dans un environnement luxueux… Toujours de petites pièces que je partageais avec d'autres, ma sœur, mon père et ma mère, et aussi de longues heures de travail. […] Je pense qu'une éthique du travail s'est ainsi instillée en moi ; je n'ai jamais eu le sentiment d'avoir droit à quelque chose, même encore aujourd'hui. L'architecture est arrivée par hasard car je ne pensais pas devenir architecte. […] Lorsque j'ai finalement débuté en architecture, j'aimais aller me promener et prendre des photos de bâtiments industriels, c'était une recherche, et je regardais toujours attentivement l'environnement. Je n'aimais pas tellement ce que je voyais, hormis les œuvres de Frank Lloyd Wright ou de Schindler, bien sûr, mais l'environnement général n'était pas très sophistiqué. C'était chaotique, sans règle, et je ne sais pas pourquoi j'ai commencé à observer les espaces entre les constructions […] Dès que je me suis mis à regarder dans cette direction, j'ai commencé à être vraiment intéressé par ce que je voyais. […]

FM – Tandis que les portes des grandes commandes commencent à s'ouvrir, vous décidez de travailler avec des artistes, de retourner aux origines, aux premiers éléments du langage. Vous vous intéressez aux minimalistes, à Rauschenberg et à Jasper Johns, puis à la scène artistique de L. A. et vous modifiez complètement votre langage, vos expérimentations architecturales, pour trouver de nouvelles racines.
FG – Je crois que j'étais attiré par cela parce que je ne me sentais pas à l'aise avec ce qui se développait alors en architecture. J'aime Schindler. J'aimais ce qu'il faisait, mais je ne voulais pas le copier pour autant. Je ne voulais pas faire la même chose. Une bonne partie de ma formation, je crois, vient de l'influence asiatique en Californie, qui était très puissante, nettement plus que ce que pensent beaucoup de gens quand ils parlent d'architecture californienne. […] Mes premières petites réalisations donnaient l'impression que j'étais un architecte… japonais, parce que j'utilisais un langage accessible à une mentalité liée à la maison de lotissement. En fait, vous pouviez construire vous-même ces maisons en bois. […]

FM – […] vous avez commencé à fabriquer des meubles à partir de matériaux très pauvres. Est-ce que l'on pourrait parler comme Wright, d'une nouvelle naturalisation de la cité, dans l'utilisation des matériaux tels qu'ils sont ?
FG – C'est peut-être aussi une sorte d'hommage à Don Quichotte : c'est fou, mais si vous jouez assez longtemps avec quelque chose, vous pouvez vous en servir et faire que des choses se produisent, comme chez Rauschenberg et ses assemblages.

Aurélien Lemonier – Pourrait-on parler de manière contextuelle de travailler ?
FG – Oui, c'est ça. Mais c'est un contexte humain. C'est contextuel à ce que nous sommes, à ce que nous produisons, à ce que nous fabriquons, c'est normal. C'est juste une réalité. […] C'est accepter cette réalité : la façon, les gens avec lesquels je dois travailler. Comment vais-je faire de ce projet quelque chose de spécial? Comment puis-je m'emparer de cette réalité et la transformer en quelque chose de positif? C'est comme au jiujitsu. L'idée du jiujitsu est que vous utilisez la force de l'autre pour le bousculer et gagner. […]

AL – Pourriez-vous expliquer le concept du « One room building », le « bâtiment d'une seule pièce », qui date de la même période que votre maison ? C'est un concept très puissant.
FG – Il vient de Philip Johnson. […] Il a donc donné une conférence, mais je ne suis pas certain d'y avoir assisté, je crois que j'en ai lu le texte plus tard. Cette conférence parlait du « One room building ». J'essayais alors de trouver comment arriver à l'essence des choses, comme mes amis peintres. À quoi pense Jasper quand il fait son premier geste? La clarté, la pureté de ce moment est difficile à atteindre en architecture. Lorsque Philip a donné cette conférence, je me suis dit que c'était ça. Le « One room building » peut être n'importe quoi, puisque sa fonction est simplement de protéger de la pluie, mais il ne possède aucune complexité inhérente qui, fonctionnellement, le rende opératif. C'est pourquoi les églises ne sont que de superbes espaces, et l'on atteint là à l'essence, du moins c'est ce que j'ai pensé… C'est à ce moment que j'ai fait cette petite maison, ces maisons de villages que j'ai réunies parce que je n'avais pas beaucoup de travail et que je voulais faire autant de « One room building » que je pouvais.

AL – La faculté de droit de la Loyola University a été le premier programme important à expérimenter cette idée à plus grande échelle ?
FG – Cette faculté de droit était un projet intéressant car le campus de l'université Loyola est un très bel endroit, en haut d'une colline qui domine l'océan. C'était un petit orphelin, réfugié dans le centre de L.A. […] L'université ne disposait que d'un budget très serré. Je les ai interrogés sur leurs aspirations. Ils voulaient bien sûr un superbe campus, mais n'en avaient pas les moyens. Ils avaient besoin d'un lieu sécurisé, donc, d'une certaine façon, d'un lieu que l'on peut fermer. Ils voulaient une identité, ce qui est logique, ils n'avaient pas envie d'avoir l'air d'un pauvre orphelin. Le premier bâtiment construit pour eux, la bibliothèque, n'avait fait qu'empirer les choses, parce qu'elle n'était pas très réussie, hors d'échelle et peu accueillante. Je leur ai donc parlé, parlé du droit, de ce qui était important. Par pure coïncidence, je venais de visiter Rome, le Forum et le temple de Castor et Pollux, que je connaissais déjà, mais de le voir m'a fait réaliser qu'il ne fallait pas beaucoup d'éléments pour exprimer quelque chose sur le droit. Il ne fallait pas grand-chose; deux ou trois colonnes et un petit linteau.

FM – Pour en venir à vos premières expérimentations avec l'ordinateur… Votre façon de dessiner est devenue absolument iconique, de quelle manière procédez vous ?
FG – Selon moi, les dessins tiennent davantage à la continuité, ils font la globalité, ils essaient de tout réunir, comme dans une action qui se développe. À un certain moment, c'est fait. J'aime l'idée de continuité, mais d'une continuité totale et ambiguë, si l'on veut. J'ajoute quelques autres petites choses pour le plaisir. […] Une fois que j'ai compris les possibilités de cette technologie, qu'elle allait se répandre partout et que tout le monde allait dessiner sur ordinateur, que l'on n'allait plus faire de croquis ni de maquettes, pour dessiner directement, j'ai voulu essayer à mon tour. Je voulais voir ce que cela signifiait, ce que ces logiciels pouvaient faire et j'ai eu la chance d'avoir auprès de moi quelqu'un qui savait s'en servir, ce qui n'était pas mon cas. Il était assis à côté de moi, j'ai fait une maquette en toile, puis nous l'avons intégrée dans l'ordinateur. J'ai détesté l'image sur l'écran. L'image d'ordinateur est sans vie, froide, horrible. J'ai manipulé ces formes avec lui, en lui montrant du doigt sur l'écran ce que je voulais. Je dessinais presque sur l'écran pour lui et il me suivait. Techniquement, il était vraiment excellent. Faire passer l'image de mon cerveau à cette chose sur écran, paraissait vraiment… je ne sais pas comment dire. Un peu comme être chez un dentiste sans anesthésiant. Cela faisait mal. Je ne pouvais pas le supporter et je me suis même enfui de la pièce. Quelqu'un avait même chronométré que je n'étais resté que 3 minutes 40 devant l'écran. Mais c'est comme ça qu'est apparue la tête de cheval.

FM – Vous veniez d'inventer l'idée de computation générative ?
FG – C'est ça. Mais ce qui se produit maintenant est que le monde, pour revenir à Cervantes, finit par tout abîmer. Ce qui est un outil étonnant offert à l'architecte est devenu une béquille et beaucoup de ceux qui l'utilisent laissent finalement l'ordinateur dessiner, concevoir leurs formes. Chaque logiciel a sa signature; si vous utilisez mes logiciels, vous pouvez les reconnaître. […] Cela pour revenir à mes dessins, mes dessins possèdent une complexité. Je peux faire un dessin facilement, d'un simple trait. Mais vous avez plus de puissance, de possibilités, quand vous utilisez l'ordinateur, vous passez facilement à une petite échelle qui vous permet de faire des dessins plus précis, plus fins. Une fois que vous maîtrisez la petite échelle, vous pouvez passez à la grande, mais vous avez plus de liberté. En d'autres termes, vous mettez l'ordinateur au service de votre propre créativité, vous ne le laissez pas devenir le créateur. Je ne sais pas comment expliquer autrement ce processus de travail. […]

FM – Il a été particulièrement efficace quand vous avez croisé les deux projets que vous réalisiez à cette époque, le Walt Disney Concert Hall et le musée Guggenheim, la manipulation due à l'ordinateur disparaissait un peu, mais la singularité des bâtiments était conservée.
FG – Oui, mais je fais encore confiance à la technique de la maquette pour construire parce que c'est un rapport direct entre la main et l'objet. Je ne fabrique pas mes maquettes, mais c'est plus direct. Je travaille avec mes collaborateurs, et c'est en quelque sorte plus personnel. Lorsque vous, vous pouvez mettre les données dans la machine, et maintenant vous pouvez le faire, tout mettre dans la machine, appuyer sur un bouton et vous avez une maquette en 3D, un rendu en 3D, c'est totalement impersonnel, terrifiant. […]

FM – Après le Guggenheim vous avez réalisé un autre projet. [...] De l'assemblage à la fusion d'éléments, pour aller vers la complexité de cette idée un peu chaotique de l'architecture, vous semblez maintenant revenir à l'unité. Dans votre immeuble new-yorkais (Beekman Tower), le plus récent, vous revenez aux typologies classiques, de manière très complexe. [...] Comment cela s'est-il produit, comment en êtes vous venu à remettre de nouveau en question l'identité du bâtiment ?
FG – […] Je pense que cela dépend de l'échelle. […] Dans le domaine des tours de grande hauteur, les modèles sont là, tout a été fait, tout a été pensé, tout a été modélisé et construit dans le monde; toutes ces tours se ressemblent. Ce qui me semblait manquer, à New York, était une tour qui ne soit pas une copie, ne soit pas une copie historique, mais qui dise avant tout : « New York!». Si vous la voyez, vous savez qu'elle ne peut être qu'à New York. Je répondais en fait au Woolworth Building, une icône précieuse s'il en est. […] Quel que soit le problème de la décoration du Woolworth, c'est à cette tour que je répondais, mais sans passer par la décoration, en faisant quelque chose d'utile à l'immeuble, et c'est comme ça que la baie vitrée m'a semblé une idée intéressante. J'y ai beaucoup réfléchi. Je recherchais ce qui pourrait faire l'essence de cette tour. Certains confrères font des choses assez folles avec les tours, mais j'étais à la recherche de l'essence de ce type même. Je cherchais une idée, un mouvement, je recherchais quelque chose tel le Woolworth, avec sa décoration du 19e siècle et son échelle. C'est cela qui m'intéressait. J'étais en dialogue avec la tradition de New York, et j'allais utiliser ce « truc », appelez-le comme vous voulez, de la baie vitrée. […] Je pensais au Bernin. Je pensais à L'Extase de sainte Thérèse et à ces plis merveilleux. Pour moi, ils sont très architecturaux. Michel-Ange dessine des plis tout en douceur, ceux du Bernin sont plus anguleux. J'ai réalisé un petit croquis, puis j'ai demandé à une jeune fille de Princeton qui était à l'agence si elle connaissait la différence entre les plis du Bernin et ceux de Borromini. « Oui » me répondit-elle. « Alors, faites moi des lignes avec des plis du Bernin », lui ai-je alors demandé et elle a fabriqué une petite maquette. Ça a marché, et c'est ce que nous avons construit. […]

FM – C'est une sorte d'idée entièrement nouvelle de l'histoire parce que vous citez le Bernin et des exemples principalement tirés de la période du maniérisme au baroque, face à l'idée traditionnelle de la perspective. C'est une sorte de critique permanente de l'histoire. Vous avez changé toutes les disciplines de l'ingénierie architecturale... [...]
FG – J'espère au moins que c'est bien [rires]. Je pense que vous en revenez à ce qu'a été pour moi la lecture du Talmud : pourquoi est-ce que cela doit être de cette façon ? Donc je regarde l'histoire. J'essaye de comprendre ce que pensaient les artistes, pourquoi ils ont fait ce qu'ils ont fait, comment cela s'est produit. […] C'est ce que je recherche dans l'histoire, ces touches d'humanité, ce qui s'est produit du fait de la technologie alors disponible. J'essaye alors de dire : « Nous disposons d'une nouvelle technologie, de nouveaux outils, comment ne pas perdre cette humanité, cette pensée ». […]

Propos recueillis par Frédéric Migayrou, directeur adjoint, musée national d'art moderne
et Aurélien Lemonier, conservateur, musée national d'art moderne, commissaires de l'exposition.

Commissaire : Mnam/Cci F Migayrou

[19:00] Vernissage de la vente "Autographes et manuscrits du XXè"
Location:
Sotheby's
76, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 53 05 53 05
Fax : +33 (0)1 47 42 22 32
Internet Site : www.sothebys.com
Description:
manuscrits, brouillons ou dessins de Cocteau, Apollinaire, Reverdy, Céline, Proust, Jarry, Radiguet, ...

[19:00] Vernissage privé de l'exposition "François Truffaut"
Location:
La Cinémathèque Française
Musée du Cinéma
51, rue de Bercy
75012 Paris
M° Bercy
France
Phone : +33 (0)1 71 19 33 33
Mail : contact@cinematheque.fr
Internet Site : www.cinemathequefrancaise.com
Description:
avec Clotilde Courau, Julie Gayet, Elodie Frégé, Valeria Bruni-Tedeschi, Nadine Trintignant, Agathe Bonitzer, Omar Sharif, Andréa Ferréol, Tonie Marshall, Sabine Haudepin, Nathalie Rykiel, Jean-Pierre Léaud, Alexandre Desplat, Jean-Pierre Jeunet, Emmanuel Mouret, Paul Belmondo, Bernard Menez, Pierre-William Glenn, Serge Moati

concert avec Helena Noguerra et Vincent Delerm



[20:00] Avant-première du film "Au nom des miens"
Location:
Cinéma l'Arlequin
76, rue de Rennes
75006 Paris
M° Saint-Sulpice
France
Phone : +33 (0)1 45 44 28 80
Mail : arlequin@lesecransdeparis.fr
Internet Site : www.lesecransdeparis.fr/nos-salles~arlequin
Description:
En avant-première et en exclusivité à Paris, au cinéma l'Arlequin le 06 octobre 2014, venez assister à la projection du film « Au nom des miens » de PVS avec la présence de Marie Martinod, Jean-Frédéric Chapuis, Kevin Rolland, Ophélie David, Jason Lamy-Chappuis, Coline Mattel et bon nombre d'autres champions...

Au Nom des Miens, retrace le come back fracassant de Marie Martinod, du jour où elle a repris le chemin de la compétition, jusqu'à la fin de la saison Olympique 2014.

Marie Martinod était l'un des piliers féminins du ski freestyle de 2004 à 2007. Et puis elle décide de mettre sa carrière entre parenthèses en 2007 pour se consacrer à sa vie personnelle et fonder une famille.

En 2012, avec la confirmation de l'entrée du ski halfpipe aux JO, elle revient fort sur les skis avec un seul objectif en tête : le podium Olympique.

Dès son retour, les victoires s'enchaînent : Championne de France en 2012, médaille d'or aux X-Games de Tignes en halfpipe en 2013. Il ne lui manque qu'une breloque à mettre autour du cou. A force d'un entraînement acharné et d'une volonté de fer, elle ramènera l'argent de Sotchi en février 2014...

[20:30] Avant-première "FELICIDAD"
Location:
Cinéma Majestic Passy
18, rue de Passy
75116 Paris
M° Passy, La Muette
France
Phone : +33 (0)1 42 24 46 24
Internet Site : www.lesecransdeparis.fr/majestic-passy
Description:
avec l'équipe du film

19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés