Saturday, October 18, 2014
Public Access


Category:
Category: All

18
October 2014
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

  Exposition "DESSINS DU STUDIO GHIBLI"
Location:
Art Ludique-Le Musée
34, quai d'Austerlitz
Docks en Seine
75013 Paris
M° Gare d'Austerlitz, Quai de la Gare
France
Phone : +33 (0)1 45 70 09 49
Mail : info@artludique.com
Internet Site : www.artludique.com
Description:
Du 4 octobre 2014 au 1er mars 2015, Art Ludique-Le Musée, dévoile 1 300 dessins originaux du célèbre studio japonais.

Mon voisin Totoro, Le tombeau des lucioles, Le château dans le ciel, Pompoko, Princesse Mononoké, Mes voisins les Yamada, Le voyage de Chihiro, Ponyo sur la falaise, Le vent se lève ou Le conte de la Princesse Kaguya, autant de films dont la beauté des dessins et de l'animation ainsi que la qualité scénaristique sont unanimement reconnus et admirés dans le monde entier.
Pour appréhender le génie créatif d'Isao Takahata et Hayao Miyazaki, les auteurs de ces chefs-d'oeuvre, pour percer les secrets de leur animation et partager leurs émotions artistiques, cette exposition exceptionnelle présentera près de 30 ans de dessins du Studio Ghibli à travers 1 300 layouts (dessins originaux) des films produits par le studio.

Pour la première fois en Europe, le public va pouvoir admirer ces dessins qui sont la genèse de toutes les productions du studio et préfigurent ce que l'on peut découvrir sur grand écran, toute la matière graphique qui est le creuset artistique essentiel à tout film d'animation.
Pour Isao Takahata, le layout est la composante clé dans la production d'un film d'animation.
Les layouts définissent, en effet, pour chacun des plans des films ce que seront l'ambiance d'une scène, son décor, la position, l'attitude et l'expression des personnages.
Cette exposition permet de montrer ces magnifiques dessins pour la première fois au public européen et de rendre ainsi hommage aux remarquables qualités artistiques de ceux qui les dessinent.
Pour Hayao Miyazaki : « L'animation est une illusion et le public est curieux de voir comment elle va l'éblouir ».
Quels secrets, cette plongée au cœur des dessins de Takahata et Miyazaki, permettra-t-elle de dévoiler ? Isao Takahata répond : « Cela dépend de l'imagination de chacun des visiteurs ».
Après les prestigieuses expositions « Pixar, 25 ans d'animation » et « L'Art des Super-Héros Marvel », cette nouvelle exposition de Art Ludique-Le Musée, « Dessins du Studio Ghibli : les secrets du Layout pour comprendre l'animation de Takahata et Miyazaki » est une formidable occasion de mettre en valeur les créateurs de ces univers qui marquent tant notre imaginaire et de faire découvrir au grand public la dimension artistique majeure qui est à l'origine de ces oeuvres qui le font rêver.

Exposition "DESSINS DU STUDIO GHIBLI"

Salon Automédon
Location:
Aéroport de Paris Le Bourget
Musée de l'Air et de l'Espace
BP 173
93350 Le Bourget Cedex
M° RER B Le Bourget
France
Phone : +33 (0)1 49 92 70 62
Fax : +33 (0)1 49 92 71 41
Mail : musee.air@mae.org
Internet Site : www.museedelair.org
Description:
Cette année, le Salon a pour thème : compétition et performance.

Il présentera des modèles provenant de Musées, de collections particulières ou de clubs. Le salon fêtera également les 50 ans de la Ford Mustang et s'ouvrira aux objets Vintage de l'univers automobile. Une centaine de clubs seront présents ainsi que des artisans et commerçants spécialisés...sans oublier le parking de collection et le Motorama.

Parc des Expositions Paris-Le Bourget

Salon Vivez Nature
Location:
Grande Halle de la Villette
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)1 40 03 75 75
Internet Site : www.villette.com
Description:
Du vendredi 17 au dimanche 19 octobre de 10h30 à 20h
Lundi 20 octobre de 10h30 à 18h30

>> invitation

Salon Vivez Nature

Exposition de Dina Goldstein, lauréate du Prix Virginia 2014
Location:
Hôtel Durey de Sauroy
Espace photographique de Sauroy
58, rue Charlot
dans la cour, à gauche
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Temple, République
France
Phone : +33 (0)1 42 72 16 76
Mail : espacesauroy@orange.fr
Description:
Jusqu'au 20 novembre 2014
Ouvert tous les jours sauf le lundi de 13h à 19h

Le jury du Prix Virginia 2014 a particulièrement apprécié dans le travail de Dina Goldstein : son sens de l'humour, des couleurs et de la mise en scène, et sa grande maîtrise de la composition. La veine de son travail se situe dans le pop surréalisme, et on est frappé par sa voix originale : en observant le monde où elle vit et en condamnant les princesses dans ce monde où elles n'existent plus, Dina Goldstein propose une réflexion sur la place de la fiction, sur les faux-semblants, et sur le rapport ambigu que nous pouvons avoir au réel.

Vernissage de Dina Goldstein, lauréate du Prix Virginia 2014

Dina Goldstein a reçu une reconnaissance internationale, et le jury est heureux de pouvoir mettre en lumière son travail en France en proposant la première exposition des deux séries primées par le Prix Virginia 2014, Fallen Princesses et In the Dollhouse.

http://www.prixvirginia.com
http://www.dinagoldstein.com

Vernissage de Dina Goldstein, lauréate du Prix Virginia 2014 - Fallen Princesses: Snowy, 2008 © Dina Goldstein
Fallen Princesses: Snowy, 2008 © Dina Goldstein

Vernissage de Dina Goldstein, lauréate du Prix Virginia 2014 - Fallen Princesses, Rapunzel, 2008 © Dina Goldstein
Fallen Princesses, Rapunzel, 2008 © Dina Goldstein

Vernissage de Dina Goldstein, lauréate du Prix Virginia 2014 - Fallen Princesses, Cinder, 2007 © Dina Goldstein
Fallen Princesses, Cinder, 2007 © Dina Goldstein

Vernissage de Dina Goldstein, lauréate du Prix Virginia 2014 - In The Dollhouse, Breakfast, 2011 © Dina Goldstein
In The Dollhouse, Breakfast, 2011 © Dina Goldstein

Vernissage de Dina Goldstein, lauréate du Prix Virginia 2014 - In The Dollhouse, Affair, 2011 © Dina Goldstein
In The Dollhouse, Affair, 2011 © Dina Goldstein

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-12:00] Lancement de "Peur sur le Parc"
Location:
Parc Astérix
60128 Plailly
France
Phone : 0 826 46 66 26
Internet Site : www.parcasterix.fr
Description:
Peur sur le Parc 2014 - du 18 octobre au 2 novembre !

[10:00-15:00] La semaine du goût d'Yvan Cadiou
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
À l'occasion de la semaine du goût, nous invitons pour vous, dans 5 de nos magasins, le cuisinier créateur Yvan Cadiou pour une réalisation gourmande de plats qu'il cuisinera sous vos yeux et que vous pourrez déguster gratuitement.
Du 14 au 18 octobre à paris et sa région yvan cadiou cuisine les produits naturalia rien que pour vous !

SAVE THE DATE: FOOD SHOW // YVAN CADIOU //SEMAINE DU GOÛT/ CHEZ NATURALIA de 10h à 15h les :

- 14 octobre : au NATURALIA 2, rue du Jourdain - 75020 Paris (métro: L11 Jourdain)

- 15 octobre : au NATURALIA 21, bd des Batignolles - 75008 Paris (métro L 2, 13 | Rome, Place de Clichy )

- 16 octobre : au NATURALIA 84, rue Beaubourg -75003 Paris (métro L 11 | Arts et Métiers)

- 17 octobre :au NATURALIA 8 rue Lakanal - 75015 Paris (nouveau) (métro: L 8| Commerce)

- 18 octobre : au NATURALIA 6, avenue Sainte Foy - 92200 Neuilly Sur Seine (nouveau) (métro L1 | les Sablons, Pont de neuilly.)

« Sculpteur du goût », la cuisine simple, saine et colorée d'Yvan Cadiou reflète sa vie de voyageur, s'inspirant des ambiances du monde, de ses origines populaires hors des modes et des tendances, et de son atelier culinaire situé à St Rémy de Provence.
Partenaire de cœur de NATURALIA, depuis des années, il transporte cette année sa « cuisine nomade » et fait son show dans 5 magasins de l'enseigne pour une dégustation gracieuse.

Pour tous les clients amoureux de la cuisine authentique et inventive, il partagera sa passion pendant une semaine en improvisant des recettes grâce aux savoureux produits NATURALIA, respectueux du goût et des provenances. Convivialité et bonne humeur à l'honneur !


[11:00] Vernissage de Nicolas Darrot "Molécule Eden"
Location:
Galerie Eva Hober
156, boulevard Haussmann
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule
France
Phone : +33 (0)1 48 04 78 68
Fax : +33 (0)1 48 04 78 07
Mail : galerie@evahober.com
Internet Site : www.evahober.com
Description:
du 18 octobre au 22 novembre

Texte par Mériam Korichi - La corde d'airain ajoutée à sa lyre
Nicolas Darrot ajoute à sa lyre une corde d'airain. Solennise une tête de devin au bonnet pointu, qui s'est tue. La matière d'airain se dévide de ses yeux, et non plus des mots de sa bouche. Laconisme édénique de la présence.
Se sont éclipsées les bouches articulées délivrant un son automatisé, dont les ressorts sont dévoilés au regard, volontairement, par transparence du montage exhibant la structure mécanique, circuits électriques, diodes, bobines, pistons, fils qui s'enroulent et se déroulent actionnant le mouvement, et le son, moyennant un bouton qu'on déclenche manuellement. Ces mécanismes virtuoses ne sont que simulacres de la parole vivante ? Et si toute parole était toujours automatique ? Ne sommes-nous pas comme ces machines de Darrot, des automates spirituels qu'il faut actionner pour obtenir un son ? Nous parlons et nous mouvons, et pensons, sous l'action de stimuli extérieurs, avec une nécessité d'airain.
Alors l'artiste déplace le curseur. Changement d'aiguillage abrupt sur les rails de la signification. Le langage est à la remorque. Voilà la bouche reliée à un ventre, et non à la parole. Et ce ventre contient les sphères. Harmonie des sphères exhalée par une bouche carnacière. L'être est primitif. Primitif dans sa jouissance incisive de l'être.
Nous sommes la terre et nous sommes traversés des infrasons de l'univers, ionisés par les particules sous les mots, celles de la matière souveraine, reine, parcourant jusqu'à nous l'espace supposé vide entre les objets célestes, alors qu'il est habité de signaux, d'ondes, de vibrations, de hautes et de basses fréquences, de vibes. L'espace recèle un secret qui est comme un irritant qui rend fou et visionnaire l'esprit. Un secret ou un mystère ? Qu'est-ce qu'il y a sous la grande ourse ? Et dans la tête de la grande ourse ?
Constellation, conflagration, révélation : les mouvements mécaniques, répétés, ne se donnaient plus la peine de nous entretenir de notre futur. Alors il a fallu aller voir en deça du mouvement, donner à sentir du primordial, donner à voir, même à enserrer par le toucher-vision que suscitent ces bronzes majestueux et denses, la dureté de l'être-matière qui persévère, pérenne, dans et par-delà ce qui semble continuel changement, fuite perpétuelle, parasitage constant, perte inexorable. Il fallait fixer, assigner la sensation à quelque chose qui endure le temps. La faire bronze, lui donner une portée métallique. Et découvrir alors le monde comme nouveau par synesthésie.
Au système indéfiniment ouvert de la signification verbale, s'est d'abord opposé le système fermé de la construction et de la répétition mécaniques, hypnotiques, médusant l'esprit. Maintenant vient s'y opposer le système compact de la densité de la matière qui a pris forme, qui déjoue les mots creux et attrape les mots pleins, système compacté et agencé, concaténé et modelé par des mains et un esprit de fer et de pointe, profondément sûrs aussi. A la recherche non pas d'une clé ou d'une formule génériques pour comprendre la genèse des formes, mais en quête de l'expérience d'être-matière. Le bronze ramène la chair au fer, les tissus organiques au métal de l'univers, et la forme au froid, au froid absolu de la conservation des éléments. Les éléments qui forment les êtres, nous chante Lucrèce, ne sont point mortels. Ces éléments sont propres à réparer sans cesse l'univers.
Sécrétion, coulée indéfiniment lente de matière, concrétion. Assemblage explosif. Œil disséqué en coupe longitudinale, au pied d'une patte de poulet éruptive. Univers vaudou. Sauvage. Ce que l'on prend pour le vide est sursaturé d'énergie noire. L'image du manteau de la mort épouse un nuage d'hélium et flotte. Les signes sont renversés sur la table hirsute des eaux gelées, cette eau plus primitive que la terre et qui, à la bonne température, givre l'animal le plus terrestre, l'ours, et l'apparente à l'objet céleste, la petite ourse. Alchimie. C'est ainsi que les montagnes nous font toucher le ciel, par leur eau de glace venue un jour du fond de l'univers sur une comète. Comète que Nicolas Darrot, avec sa vision de bronze, a détournée de sa trajectoire usuelle dans le langage, démonétisant le mot en le rendant à sa fonction poétique. Poésie coulée dans le métal.

Vernissage de Nicolas Darrot "Molécule Eden"
Nicolas Darrot - Grande Ourse (détail) 2014 - Bronze



[12:00] Projection de "Barbarie"
Location:
La Pagode
57, rue de Babylone
75007 Paris
M° Saint-Francois-Xavier, Vaneau
France
Phone : +33 (0)1 45 55 48 48
Internet Site : lepetitcinephileparisien.googlepages.com
Description:
Barbarie est un court métrage sur le monde du cirque et des monstres de foires de 10 minutes tourné en Red et dans lequel nous retrouverons les personnages de La Femme Araignée, Monsieur Loyal, Elephant Man, Les Sœurs Siamoises.Produit parLes Saisons d'ArthurAvec le soutien de E.LeclercUne idée originale de Jeremy Circus

Projection de "Barbarie"
Projection de "Barbarie"





[14:00-17:00] Marche des personnes trans', intersexes
Location:
Place Stalingrad
Place de la Bataille-de-Stalingrad
Place Stalingrad
75019 Paris
M° Stalingrad, Jaurès
France
Description:
Et de tous ceux et celles qui les soutiennent

http://existrans.org

[14:00-19:00] Rencontre avec Jean-C. Denis
Location:
Galerie Oblique
17, rue Saint-Paul
Village Saint-Paul
75004 Paris
M° Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 27 01 51
Mail : info@galerieoblique.com
Internet Site : www.galerieoblique.fr
Description:
Vernissage le mardi 30 septembre 2014 à partir de 18h en présence de l'artiste

Rencontre / dédicace du catalogue
le samedi 18 octobre, de 14h à 19h

Vernissage de Jean-C. Denis "Bois brut & herbes folles"

[14:00-21:00] Vernissage : ALBERTO GARCÍA-ALIX "UN MUNDO TRAICIONADO"
Location:
Galerie Kamel Mennour (rue Saint-André des Arts)
47, rue Saint-André des Arts
Hôtel de la Vieuville (fond de cour)
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Mabillon, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 56 24 03 63
Fax : +33 (0)1 40 46 80 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
18 octobre - 22 novembre 2014
Vernissage le samedi 18 octobre de 14h à 21h

[14:00-20:00] Vernissage de Daniel Schlier "Faire germer les pierres"
Location:
Galerie Jean Brolly
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 88 02
Fax : +33 (0)1 42 78 88 03
Mail : galbrolly@wanadoo.fr
Internet Site : www.jeanbrolly.com
Description:
peintures sur marbre

Vernissage le samedi 18 octobre 2014 à partir de 14h
du 16 octobre 2014 au 22 novembre 2014

Vernissage de Daniel Schlier "Faire germer les pierres"

il n'est pas insensé de penser que les roches au cours de leur formation aient pu enregistrer des images des temps géologiques, et qu'il devrait donc être possible de les retrouver.
telle est la recherche de daniel schlier face à l'énigme d'un noir de carrare, d'une labradorite australe, d'un portofino et d'un rose de norvège.

[14:00-20:00] Vernissage de Matthieu Gafsou "La Chaux-de-Fonds"
Location:
Galerie Eric Mouchet
45, rue Jacob
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon, Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 42 96 26 11
Mobile : +33 (0)6 22 99 53 89
Mail : info@ericmouchet.com
Internet Site : www.ericmouchet.com
Description:
21 octobre - 22 novembre 2014
Vernissage le samedi 18 octobre de 14h à 20h

Né en 1981, Matthieu Gafsou est un photographe plasticien suisse travaillant par série. L'acuité de son regard capte et révèle tant la beauté que la laideur des paysages et portraits qu'il saisit.

Proches de l'art graphique, ses photographies suspendent le temps et donnent à leur sujet une dimension onirique.

Débutée en 2009, la série « La Chaux-de-Fonds » est le fruit d'une résidence de l'artiste invité à saisir le portrait de cette ville du Jura suisse où naquirent Cendrars et Le Corbusier. De ses déambulations aléatoires à travers les rues de La Chaux-de-Fonds, Matthieu Gafsou nous donne à voir « l'inquiétante étrangeté » des lieux dans des images insolites, parfois cocasses, toujours parfaitement construites.

C'est fin 2012, à l'occasion de l'exposition L'Expérience de la ville où ses photos sont exposées au Musée des Beaux Arts de La Chaux-de-Fonds, qu'Eric Mouchet, expert de l'œuvre picturale de Le Corbusier, découvre le travail de Matthieu Gafsou.

Pour son exposition inaugurale, la Galerie Eric Mouchet présentera « La Chaux-de-Fonds » de Matthieu Gafsou avec la participation de la Galerie C de Neuchâtel.

[14:00-21:00] Vernissage de Petrit Halilaj
Location:
Galerie Kamel Mennour (rue du Pont de Lodi)
6, rue du Pont de Lodi
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 56 24 03 63
Fax : +33 (0)1 40 46 80 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
YES BUT THE SEA IS ATTACHED TO THE EARTH AND IT NEVER FLOATS AROUND IN SPACE. THE STARS WOULD TURN OFF AND WHAT ABOUT MY PLANET?

18 octobre - 22 novembre 2014
Vernissage le samedi 18 octobre de 14h à 21h

[14:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Roland Topor - génie connu et méconnu"
Location:
Galerie Anne Barrault
51, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 51 70 02 43
Mobile : +33 (0)6 62 28 51 68
Mail : info@galerieannebarrault.com
Internet Site : www.galerieannebarrault.com
Description:
Alexandre Devaux et Nicolas Topor présentent
Roland Topor
génie connu et méconnu

vernissage le samedi 18 octobre de 14h à 20h
exposition du 18 octobre au 30 novembre 2014







[16:00-19:00] Finissage de Cédric Klapisch "Paris - New York"
Location:
Galerie Cinema - Anne-Dominique Toussaint
26, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 40 27 09 22
Mail : contact@galeriecinema.com
Internet Site : www.galerie-cinema.com
Description:
du 4 septembre au 18 octobre 2014
vernissage le jeudi 4 septembre de 18h à 22h

On connaît Cédric Klapisch réalisateur et auteur. Mais sa photographie, pourtant partie intégrante de son travail depuis plus de 20 ans, reste inconnue du public.

Vernissage de Klapisch Cédric "Paris-NY"
Vernissage de Klapisch Cédric "Paris - New York"

[16:00] Rencontre avec Robert Schneider
Location:
Fnac Paris - Ternes
26-30, avenue des Ternes
75017 Paris
M° Ternes
France
Phone : 0 825 020 020
Fax : +33 (0)1 44 09 18 01
Mail : etoile@fnac.com
Internet Site : www.fnac.com/Paris-Ternes/Fnac-Ternes/cl71/w-4
Description:
La Fnac des Ternes est heureuse d'accueillir Robert Schneider pour la dédicace de son livre "Premières Dames" samedi 18 octobre à 16h. L'évènement est gratuit et en entrée libre (selon la capacité d'accueil du lieu).

A propos de l'auteur: Robert Schneider a été chef du service politique de L'Express jusqu'en 1981, directeur-adjoint de la rédaction de France Inter jusqu'en 1986, puis rédacteur en chef et chef du service politique du Nouvel Observateur. Il est aujourd'hui conseiller de la direction de l'hebdomadaire. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Les Mitterrand (Perrin, 2009 ; Tempus, 2011), et Je serai président (Perrin, 2012).

A propos de Premières Dames: Qu'y a-t-il de commun entre Yvonne de Gaulle, la prude, et Carla Bruni-Sarkozy, la délurée ; entre Anne-Aymone Giscard d'Estaing, la discrète et Valérie Trierweiler, la twitteuse ; entre Bernadette Chirac, la catholique et Danielle Mitterrand, la laïque ; entre Claude Pompidou, fidèle pendant trente ans à la mémoire de son mari, et Cécilia Sarkozy, qui a quitté le sien cinq mois seulement après son élection ?
Toutes ont connu un destin exceptionnel auquel elles n'étaient ni prédestinées ni préparées. Comment ont-elles vécu cette existence hors du commun ? Comment ont-elles tenu leur place auprès du monarque républicain ? Quelle a été leur influence ? En pénétrant leur intimité, on découvre huit femmes loin des clichés sur papier glacé, loin des caricatures dont elles ont été victimes, loin aussi de l'image qu'elles ont tenté de donner d'elles-mêmes.

[16:00-21:00] Vernissage de Paolo Giardi "The Botanist"
Location:
Less is More Projects
5, rue du Dahomey
fond de cour
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny
France
Mobile : +33 (0)6 74 15 43 94
Mail : lessismoreprojects@me.com
Internet Site : www.lessismoreprojects.com
Description:
The Botanist {You Can Learn a Lot of Things From the Flowers}

18.10 - 29.11.2014
Vernissage samedi 18 octobre 2014 de 16h à 21h

A l'occasion de sa première exposition personnelle "The Botanist" à Less Is More Projects, l'artiste Paolo Giardi présente la série complète de You Can Learn A Lot of Things From The Flowers, 66 découpages de pages centrales de magazines d'époque, réalisés entre 2011 et 2014.

Le titre de la série est tiré de la chanson All In The Golden Afternoon - la scène des fleurs qui parlent - dans Alice au Pays des Merveilles de Walt Disney 1951.
Le projet est également un hommage au merveilleux et évocateur univers crée par Marcel Proust dans son ode à la jeunesse, A l'Ombre des Jeunes Filles en Fleur.

Paolo Giardi est un artiste Italien né en 1964. Il vit et travaille à Florence et Londres.

Vernissage de Paolo Giardi "The Botanist"
Paolo Giardi, "The Botanist", 2014 - Courtesy the artist and Less is More Projects

[16:00] Vernissage de l'expo "Capitaine futur"
Location:
La Gaîté Lyrique
3 bis, rue Papin
75003 Paris
M° Réaumur - Sébastopol
France
Mail : presse@gaite-lyrique.net
Internet Site : www.gaite-lyrique.net
Description:
performance de Lady Frutti à 16h30

[16:00-19:00] Vernissage de l'exposition des artistes de la galerie Artitude
Location:
Galerie Artitude
4, avenue Paul Dérouléde
Village Suisse
75015 Paris
M° La Motte-Piquet - Grenelle
France
Phone : +33 (0)1 45 66 66 33
Fax : +33 (0)1 45 66 66 33
Mail : lorriaux@artitudeparis.com
Internet Site : www.artitudeparis.com
Description:
Vernissage de l'exposition des artistes de la galerie Artitude








[17:00-20:00] Finissage de l'exposition Artcité 2014 - Inspiration
Location:
Maison du Citoyen et De la Vie Associative
16, rue du Révérend Père Lucien Aubry
94120 Fontenay-sous-Bois
M° RER A Fontenay-sous-Bois
France
Phone : +33 (0)1 49 74 76 90
Fax : +33 (0)1 49 74 76 92
Mail : mdcva@fontenay-sous-bois.fr
Internet Site : www.mdcva.fontenay-sous-bois.fr
Description:
Du mardi 23 septembre au samedi 18 octobre 2014

Le rendez-vous annuel d'art contemporain à Fontenay-sous-Bois, présente sa treizième édition.

La réception de clôture, le samedi 18 octobre à 17h à la Maison du Citoyen.

[17:00-23:55] Inauguration du bar à vins "La Mignonne"
Location:
Montmartre
Montmartre
75018 Paris
M° Abbesses, Lamarck - Caulaincourt, Pigalle, Anvers, Château Rouge
France
Description:
La Mignonne
54 rue Custine

Déjà 1 mois que La Mignonne a ouvert ses portes... Je tiens à vous remercier pour votre soutien et votre présence...

La Mignonne vous convie tous pour son inauguration le 18 octobre. Des surprises tout au long de cette soirée vous attendent !!

Bonne semaine à tous et à très vite !

Bérengère Kerambrun
La Mignonne

[17:00-21:00] Lancement du numéro #9 du magazine Code Magazine 2.0
Location:
Brownstone Foundation
Fondation Brownstone
26, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Mail : contact@brownstonefoundation.org
Internet Site : www.brownstonefoundation.org
Description:
Avec la complicité des Amis des Beaux-Arts de Paris

Un partenariat réussi est un partenariat fidèle ! Depuis trois ans, les Amis des Beaux-Arts de Paris confient la publication de leurs prix à Code Magazine 2.0. En conséquence, le lancement du numéro 9 s'est naturellement déroulé dans le cadre de l'exposition des lauréats des Prix, au milieu d'un accrochage soigné des œuvres de Jean Claracq, Jérémy Demester, Isabella Hin, Tarik Kiswanson et Radouan Zeghidour. L'occasion, une fois n'est pas coutume, de croiser les générations et les réseaux, dans un même élan et un même goût pour les découvertes esthétiques !


Numéro 9
- Automne 2014

Les artistes: Jean-Marie Appriou & Jenna Kaës, Roxane Borujerdi, Nicolas Chesnais, Vincent Kohler, Estrid Lutz & Émile Mold, François Mazabraud, Cécile Noguès, Nicolas Roggy, Philipp Timischl

Les auteurs : Marc Bembekoff, Marc Boissonnade, Charlotte Cosson & Emmanuelle Luciani, Emmanuelle Day, Sévérine Fromaigeat, Jérémie Gindre, Alexis Jakubowicz, Rafaela Lopez & Georgia René-Worms, Sylvain Ménetrey, Laurence Schmidlin, Claude-Hubert Tatot

Apnée

Vous serez d'accord avec nous : quand le monde à notre porte et au-delà oscille entre Les Dents de la Mer et Titanic, quoi de plus bénéfique qu'une brasse dans l'eau rosée et quelques longueurs à exercer son souffle et régénérer son corps ?

Vous ne nous contredirez pas : qu'y a-t-il de plus rafraîchissant que de plonger dans les plis et méandres de l'oeuvre d'un artiste, dans ses courants théoriques et concrets, dans ses pensées à tiroirs, ses propositions à double fond, dans « le grand bleu » de la création. Quand se sentir submergé par la complexité précède une remontée inspirée à la surface, une provision de trésors dans ses filets.

L'immersion d'un amateur d'art ne dure rarement que le temps d'un week-end ; elle est un mode de vie, une addiction aussi forte que l'ivresse des profondeurs.

Pour affronter l'automne et soigner votre vague à l'âme, mieux vaut nager dans Code Magazine 2.0 que de surfer en eaux troubles, mieux vaut soupeser le poids du papier (recyclé) et humer l'odeur de l'encre (seichée) pour remplir avec qualité votre « temps de cerveau disponible ». Prenez votre respiration pour vous lancer dans ces dizaines de lignes, que cette plongée soit votre baptême de l'eau ou votre millième longueur de papillon.

[17:00-21:00] Vernissage de John M Armleder, Jean Carzou
Location:
Galerie Richard
Galerie Jean-Luc & Takako Richard
74, rue de Turenne
3, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 43 25 27 22
Fax : +33 (0)1 43 25 27 23
Mail : paris@galerierichard.com
Internet Site : www.galerierichard.com
Description:
Vernissage de John M Armleder, Jean Carzou









[18:00-21:00] "art brut, masterpieces" - Carte blanche à Bruno Decharme
Location:
Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 33 01 70
Fax : +33 (0)1 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com
Internet Site : www.christianberst.com
Description:
Carte blanche à Bruno Decharme pour l'exposition “art brut, masterpieces” (21 octobre au 22 novembre 2014) dont l'exceptionnelle collection d'art brut sera concomitamment exposée à la Maison Rouge.

Des oeuvres majeures d'artistes historiques comme Martin Ramirez, Adolf Wolflï, Janko Domsic, Friedrich Schröder-Sonnenstern côtoieront les dessins de créateurs contemporains tels Lubôs Plný, Harald Stoffers, Kunizo Matsumoto ou Zdenek Kosek.
Un catalogue bilingue de 200 p. est publié avec une conversation entre Christian Berst et Bruno Decharme.

artistes présentés : Aloïse, Eugene von Bruenchenhein, Eric Derkenne, Janko Domsic, Guo Fengyi, Jaime Fernandes, Giovanni Galli, Madge Gill, Yumiko Kawai, Zdenek Kosek, Medvedev, Joseph Lambert, Alexandre Lobanov, Koji Nishioka, Lubôs Plný, Martin Ramirez, Chiyuki Sakagami, Harald Stoffers, Miroslav Tichý, Friedrich Schröder-Sonnenstern, Scottie Wilson, Adolf Wölfli.

[18:00] Cocktail pour l'exposition de Catherine Lee "RIFT"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
6 September - 1 November 2014
vernissage le Samedi 6 Septembre de 17h à 20h

Cocktail Samedi 18 Octobre en présence de l'artiste

La Galerie Karsten Greve est heureuse de présenter l'exposition RIFT dédiée à l'artiste Catherine Lee. Née en 1950 à Pampa au Texas, le travail à la renommée internationale de Catherine Lee reflète sa fascination pour l'abstraction. L'artiste aborde ce sujet à travers des différents supports : des sculptures monumentales en bronze, des céramiques raku, des huiles sur bois, sur toile ou sur plâtre. C'est aux peintures que l'exposition RIFT se consacre : les œuvres exposées ont été réalisées sur une longue période, ce qui témoigne non seulement de l'engagement constant de l'artiste vis-à-vis de la composition minimaliste, mais également de son rapport intime avec la notion de temps et de répétition. Il est intéressant de voir comme les procédés restent les mêmes pendant toute la période de production : à ce propos, l'artiste affirme que mon travail est toujours sériel, toujours répétitif ; c'est comme une marque du temps, comme un souvenir d'être au monde.

Les peintures les plus récentes, faisant partie de la série Quanta, sont exposées ensemble avec les travaux réalisés à partir des années 1970. Ce corpus d'œuvres dévoile l'un des aspects principaux du travail de Catherine Lee : celui de la répétition dynamique. Le point de départ pour ses peintures est la grille, qu'elle conçoit comme le moyen le plus simple d'orientation - tout comme la grille utilisée en cartographie pour les données géographiques - et qu'elle emploie pour structurer le plan de la peinture. Pour l'artiste c'est le moyen le plus évident pour faire de l'ordre au milieu du vide.

Catherine Lee vit et travaille à New York et au Texas. Son travail est présent dans les plus importantes collections publiques parmi lesquelles le Museum of Art de San Francisco, le Museum of Fine Arts de Houston, le MoMA à New York, le Museum of Modern Art de Copenhague et la Tate Gallery de Londres. Les expositions au Lenbachhaus à Munich (1992), à l'Irish Museum of Modern Art de Dublin (2005), au Musée d'art Moderne de Saint Etienne (2006) et à l'Hôtel des Art de Toulon (2006) ont attiré l'attention d'un public plus large. Catherine Lee a également été professeur auprès de l'Université du Texas à San Antonio et à la Columbia University de New York.

Vernissage de Catherine Lee "RIFT"

[18:00-21:00] Showcase de Groundation
Location:
La Bellevilloise
Espace dédié à la Lumière, la Nuit et la Création
19-21, rue Boyer
75020 Paris
M° Gambetta
France
Phone : +33 (0)1 53 27 35 77
Fax : +33 (0)1 53 27 35 70
Mail : infos@labellevilloise.com
Internet Site : www.labellevilloise.com
Description:
Retrouvez Marcus & Harrison pour un showcase acoustique et une conférence de presse.

Showcase de Groundation

[18:00-21:00] Vernissage "Kate Groobey in 100 painters of tomorrow"
Location:
Librairie 0fr
20, rue Dupetit-Thouars
75003 Paris
M° Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 45 72 88
Mail : info@ofrsystem.com
Internet Site : www.ofrsystem.com
Description:
Kate Groobey in 100 painters of tomorrow by Thames & Hudson, private view saturday 18th october 6-9 pm, exhibition dates 19th - 22nd october 10am-8pm.

Vernissage "Kate Groobey in 100 painters of tomorrow"

[18:00-21:00] Vernissage d'Eva Nielsen & Rebecca Digne "Kodak Grey, Green Screen"
Location:
Galerie Dominique Fiat
16, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 40 29 98 80
Fax : +33 (0)1 40 29 07 19
Mail : info@dominiquefiat.com
Internet Site : www.dominiquefiat.com
Description:
Vernissage 18 octobre 18h-21h
18 octobre - 20 décembre 2014

Une conversation en gris, vert et rouge

Clément Dirié : Avant d'en venir aux œuvres, au dispositif de monstration élaboré ensemble et au dialogue entre vos pratiques, parlons d'abord de ce titre Kodak Grey, Green Screen.

Eva Nielsen : L'idée du titre nous est venue très vite. Dès nos premières conversations, nous avons pensé à cette notion, utilisée en optique et en colorimétrie, de « Kodak grey », et plus précisément à celle de « 18% grey », une référence en terme d'alignement des gris, des noirs et des blancs. Ce qui nous intéressait dans cette valeur, c'est qu'elle est un repère permettant de passer d'un médium à l'autre. Cette idée de passerelle me semblait poétique.

Rebecca Digne : Le « Kodak grey » est une référence qui ouvre le champ des possibilités ; c'est la couleur absolue qui permet d'aligner les différents médias. C'est à la fois le point qui permet d'ouvrir un dialogue et une tabula rasa de nos médiums respectifs. Concevoir l'exposition à partir de cette valeur nous a conduit à grader l'expérience de la couleur, celle-ci se révélant au fur et à mesure du parcours.

Eva Nielsen : Le principe même de « révélation » est au cœur de nos pratiques, qu'il s'agisse, dans mon cas, de la révélation obtenue par l'écran de sérigraphie ou dans celui de Rebecca du développement postérieur à l'enregistrement de ses films tournés en Super-8.

Clément Dirié : À cette notion de « Kodak grey », j'ai proposé d'ajouter celle de « green screen », en référence au dispositif utilisé, notamment par les programmes météos, pour incruster une image sur un fond produit a posteriori. C'est une autre manière d'aborder la relation entre représentation et production. Par ailleurs, le gris, devenu une sorte de mètre étalon, est la matrice de cette « œuvre commune » qu'est l'exposition. Celle-ci s'articule autour d'un dispositif colorimétrique conduisant le spectateur du gris clair au gris foncé.

Rebecca Digne : Ce dispositif propose un effet paradoxal : au mouvement du gris clair au gris foncé se superpose un mouvement inverse, dans nos œuvres. Plus les œuvres sont « lumineuses », plus le dispositif s'assombrit. Le parcours apporte une sorte de révélation, de « rechargement du regard ». C'est également une invitation à suivre notre façon de travailler, du magma à la révélation, d'interroger notre relation à la fabrique de l'image.

Eva Nielsen : Par exemple, en sérigraphie, lorsque les calques sont préparés en amont, il est très délicat de retranscrire les gris. Le négatif rend difficile cette retranscription. Il y a de fait une perte lors du processus d'impression.

Rebecca Digne : Au commencement d'un film, le premier geste est d'étalonner sa lumière sur un écran gris. C'est le point de départ pour révéler une image. Faute de cela, l'image est surexposée ou sous-exposée.

Clément Dirié : Mais il ne s'agit nullement d'une exposition en gris et blanc. Les couleurs y sont aussi présentes. Intitulé Rouge, le film de Rebecca est une investigation au cœur de la fabrique d'une couleur et sur la manière dont un matériau se révèle via différents gestes et lumières.

Rebecca Digne : Si le titre de mon film est si évocateur, c'est d'une certaine manière pour m'excuser de traiter presque uniquement de ce que représente la matière filmée, le labeur, la chaleur qui métamorphose les éléments. Rouge est une étude pour extraire ces gestes que nous faisons aux prises avec une matière puissante qui résiste au travail de l'homme. C'est un projet en plusieurs volets, qui se prolongera par des films sur le vert et le bleu - les deux autres couleurs primaires - et posera ainsi la question de la complémentarité, laquelle requiert une lumière totale ou un noir absolu. Ce qui nous ramène au gris.

Clément Dirié : Tu as tourné ce film dans une cristallerie située en Champagne-Ardenne. C'est l'occasion pour une vidéaste, qui va d'un lieu de tournage à un autre, d'avoir enfin un atelier, avec une unité de temps et de mouvement, comme un peintre.

Rebecca Digne : Un tournage permet de comprendre que nous sommes face à des faiseurs et de se rassurer en constatant que le regard est également un geste. Le geste de filmer et de voir des personnes travailler génère un point de concentration qui est celui de la pellicule. Ici, l'atelier et le résultat du labeur n'apparaissent pas totalement à l'image, ils sont hors-champ. Seuls apparaissent des gestes, des mains et des outils, afin de conserver force et intemporalité.

Clément Dirié : Autour du centre qu'est Rouge gravitent différentes propositions d'Eva. Ensemble, elles provoquent une réflexion sur l'image et la manière dont la peinture peut étendre son domaine d'activité, par le papier peint ou la sérigraphie.

Eva Nielsen : Ce dialogue avec Rebecca m'a permis de sonder le processus de fabrique de la peinture et de m'interroger sur le(s) transport(s) de l'image en en décortiquant les étapes. Je me suis plus particulièrement intéressée au typon, le calque utilisé en sérigraphie. Le fait de l'isoler et de le garder en tant que tel permet de faire apparaître une strate de ce processus. Le mettre à plat et le retranscrire en papier peint me semblait particulièrement excitant. Pour le diptyque grand format, il s'agit d'une expérimentation récente. J'ai plutôt tendance à n'utiliser qu'une seule fois les calques - ce qui constitue d'ailleurs une utilisation biaisée de la sérigraphie -, or, ici, la trame est répétée deux fois. Je me suis donc intéressée à la couleur cachée derrière la trame. C'est le fond de couleur, en réaction avec la trame, qui fait surgir une nouvelle image. La troisième peinture est dans la continuité de mes recherches récentes : la couleur vient contraster avec la sérigraphie et c'est la tension entre ces deux états qui crée le résultat visuel. La couleur permet le surgissement du volume de la sérigraphie.

Clément Dirié : La fin du parcours, ou plutôt sa boucle, réunit un dessin en sérigraphie d'Eva, presque une miniature, et une intervention de Rebecca qui prolonge la réflexion du film, comme si le projecteur en se retirant avait déposé un peu de la matière filmée sur le mur. Cette dernière salle agit comme un concentré de l'exposition, à partir duquel il faut la reparcourir.

* * *

Née en 1983, diplômée des Beaux-Arts de Paris, Eva Nielsen vit à Paris. Parmi ses expositions récentes : en 2014, The Road, Selma Feriani Gallery, Londres (solo), Avec et sans peinture, Mac/Val, Vitry ; en 2013, Let's Talk Again About Painting, Centre d'art contemporain, Guyancourt ; en 2012, Babel, Palais des Beaux-Arts, Lille. Elle est lauréate du prix Art Collector en 2014.
Née en 1982, diplômée des Beaux-Arts de Paris, ancienne résidente de la Rijksakademie (Amsterdam) et du Pavillon du Palais de Tokyo (Paris), Rebecca Digne vit à Paris. Parmi ses expositions récentes : en 2014, 100 ans plus tard, Palais de Tokyo, Paris, AB Show, Nomas Foundation, Rome ; en 2013, Facing Mercurio, Nomas Foundation (solo) ; en 2012, Mains, Jeanine Hofland Contemporary Art, Amsterdam (solo), Tapis Volants, Villa Medici, Rome.

Vernissage d'Eva Nielsen & Rebecca Digne "Kodak Grey, Green Screen" - Eva Nielsen
Eva Nielsen
Lucite I, 2014
Encres, impression et acrylique sur toile
190 x 140 cm
Courtesy de l'artiste et Dominique Fiat, Paris

[18:00-21:00] Vernissage de Nicolas Moulin "Steppterm"
Location:
Galerie Chez Valentin
9, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 42 55
Fax : +33 (0)1 48 87 44 35
Mail : galerie@galeriechezvalentin.com
Internet Site : www.galeriechezvalentin.com
Description:
Exposition du 18 octobre au 22 novembre 2014

Vernissage le 18 octobre 2014 de 18h à 21h
Nocturne le 23 octobre 2014 de 18h à 22h

Conférence de David Liaudet le 24 octobre à 15h à la FIAC, auditorium du Grand Palais

Ruine ne se dit que des palais, des tombeaux somptueux ou des monumens publics. On ne diroit point ruine en parlant d'une maison particulière de paysans ou de bourgeois ; on diroit alors bâtimens ruiné. D. Diderot & M. d'Alembert

Steppterminal a été pensé comme un ensemble d'hybrides entre le fragment architectural et la sculpture autonome. La série présente un ensemble de structures fantômes, sans statut, ni avenir, évoquant un présent perpétuel, celui de la ruine, ou d'une construction inachevée, refermée sur sa défaillance souveraine. Cette nouvelle pièce de Nicolas Moulin comprendra en tout six éléments, dont figurent ici les deux premiers. Elle reprend des principes techniques de construction modulaires de l'architecture brutaliste des années 1960 et s'inspirent plus particulièrement de parties de bâtiments existants, réduites à l'échelle 1/6, ici le centre IBM de la Gaude, dessiné par Marcel Breuer ( Steppterminal 1) et le Boston City Hall de Kallmann McKinnell & Knowles (Steppterminal 2).
L'architecture brutaliste, sublimant l'expressivité austère et radicale du béton brut dans des bâtiments d'habitats collectifs, de centres administratifs ou d'entreprises, s'est développée de manière exponentielle dans les années des trente glorieuses, celles aussi de la guerre froide. Elle fut donnée comme l'expression « terminale » des grandes utopies modernes, leur dernier souffle, aujourd'hui éteint. Appelée autrefois par Le Corbusier « romantisme du mal foutu », l'esthétique brutaliste associait une vision prospective de l'avenir, chargée de répondre aux nouveaux besoins de la société de masse, avec des principes de construction archaïques, édifiant ainsi l'image paradoxale de bâtiments qui semblent avoir prévu leur propre obsolescence. Aujourd'hui impopulaires, associés à l'esthétique du « laid », ou à la fracture sociale par un imaginaire collectif désormais conditionné par la neutralité standard de l'esthétique pavillonnaire, ces bâtiments véhiculent l'image désynchronisée d'une modernité tombée en désuétude, une sorte d'interzone, qui continue pourtant à être traversée ou habitée.
En reconstruisant ces constructions, en les donnant à contempler, à analyser, à lire ( l'un des fondements de l'architecture brutaliste étant la lisibilité de la structure du bâtiment ) comme des fragments, des vrai-faux simulacres, Nicolas Moulin temporalise ces fantômes, leur ré-attribue une fonction transitoire.
Tout à la fois maquette surdimensionnée, sculpture exsangue, espace potentiel dont on aurait évacué la dimension ludique, évoquant les découpes de bâtiments de Matta Clark, Steppterminal est semblables à ces « éléphant blancs », monuments abandonnés en cours de construction, n'ayant jamais accueilli l'activité humaine pour laquelle ils ont été imaginés. Trop coûteux matériellement, et symboliquement à détruire, ils restent des monuments improductifs, de spectres de bétons continuant à peupler le paysage des vivants.
Dans ce projet, l'artiste doit procéder comme un ingénieur, avec précision, calcul, prenant en compte le poids, l'équilibre, la pesanteur, la tension entre les modules élaborés dans des matériaux analogues, ici des dérivés de synthèse du béton.
Dans ce projet, l'artiste doit procéder comme un ingénieur, avec précision, calcul, prenant en compte le poids, l'équilibre, la pesanteur, la tension entre les modules élaborés dans des matériaux analogues, ici des dérivés de synthèse du béton. Nicolas Moulin travaille à mettre en présence un monde absent, faisant de l'absence et de la désintégration les éléments constitutifs de notre condition contemporaine. Cette « esthétique de la disparition » ( Virilio) atteint ici une forme ultime, et paradoxalement un caractère de plus en plus concret : la ruine en tant que projet architectural, en tant que devenir.
Texte de Clara Guislain

Vernissage de Nicolas Moulin "Steppterm"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Ma Samaritaine 2014"
Location:
La Samaritaine
67-73, rue de Rivoli
19, rue de la Monnaie
75001 Paris
M° Pont Neuf, Louvre - Rivoli
France
Phone : +33 (0)1 56 81 28 40
Fax : +33 (0)1 56 81 28 49
Mail : samaritaine@samaritaine.fr
Internet Site : projet.samaritaine.com
Description:
Les travaux de Samuel Bouaroua, Louis Boulet, Charlotte El Moussaed, Mats Gustau, Isabella Hin, Emeric Lhuisset, Chao Liang, Pierre Seiter, Victor Vaysse et Clotilde Viannay seront exposés, du 18 octobre au 21 décembre, à l'occasion de la Fiac et de Paris Photo, au 67-73, rue de Rivoli, dans le Ier arrondissement de Paris.

[18:00-22:00] Vernissage du Salon Réalités Nouvelles 2014
Location:
Parc Floral de Paris
esplanade du château de Vincennes
route de la Pyramide
Bois de Vincennes
75012 Paris
M° Château de Vincennes, RER A Vincennes
France
Phone : +33 (0)1 43 43 92 95
Mail : info@parcfloraldeparis.com
Internet Site : www.parcfloraldeparis.com
Description:
Du 19 au 26 octobre

www.realitesnouvelles.org

Vernissage du Salon Réalités Nouvelles 2014

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Mauvais Genre"
Location:
Addict Galerie
14/16, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 05 04
Fax : +33 (0)8 71 41 45 39
Mail : info@addictgalerie.com
Internet Site : www.addictgalerie.com
Description:
21.10.2014 - 20.12.2014

avec Ghada Amer, Hans Bellmer, Gilles Berquet, Marie-Laure Dagoit, Daniel Darc, Pierre Denan, Braco Dimitrijević, Noël Dolla, Jean Faucheur, Nicolas Fenouillat, Dominique Figarella, Laurent Friquet, Raoul Hausmann, Bernard Heidsieck, Just Jaeckin, Françoise Janicot, Susanne Junker, François Lagarde, Marianne Maric, Fred W. McDarrah, Pierre Molinier, Daidō Moriyama, Olivier Mosset, Derek Ridgers, Bruno Rousseaud, Ed Ruscha, Steve Schapiro, Stephen Shames, Winston Smith, Alberto Sorbelli, David Teboul & Guests...

Rimbaud, décidé à ne pas être sérieux à dix sept ans, se vit abandonné par ses amis sous prétexte de "mauvais goût". Il se radicalisera par une conduite déviante et une mise négligée : ce "mauvais genre" finira par révolutionner l'art poétique.

L'artiste authentiquement novateur a toujours été attaqué sur le terrain du goût, censuré, mis à l'index au nom de la décence, de l'acceptable par une pensée dominante corsetée dans son "bon genre". Aveugle sur la réalité des pulsions qui la travaillent ou des lois qui la guident, la société préfère coller des étiquettes infamantes sur ce qui la dérange. L'artiste n'en a cure. Il travaille à la marge, investit à la frontière. Adepte de la destruction créatrice, il ouvre une brèche féconde qui, en autopsiant la société, la décille, lui intime de changer de langage. Comme en mathématique la dérivée d'une fonction indique, par un calcul à la marge, le sens d'une courbe, l'artiste, dans sa dérive et sa marginalité, informe la société sur la direction qu'elle emprunte sans en avoir toujours conscience. Puis, la marge finit par devenir la norme en repoussant sans cesse les limites du mauvais genre.

Laetitia Hecht et Samantha Barroero ont aussi fait le choix d'exhumer le mauvais genre là où, parfois, on ne l'attend pas. Photographies, peintures ou collages ne cherchent pas à choquer mais à opérer des rapprochements inédits. Elles révèlent que le plus intime peut toucher à l'universel, que l'innocence du regard et la complicité de la lumière sacralisent certaines images et désamorcent les réactions de rejets.

Par exemple, le destin du rose, couleur de l'innocence et de la quiétude. Sa charge symbolique a semblé longtemps bien ancrée dans l'imaginaire collectif: panoplie sublimée de la petite fille, enveloppe épithéliale d'un organe sain (langue rose), signal éclatant d'une santé prospère (joues roses), affichage d'un sentimentalisme sucré (romans à l'eau de rose), existence idéalisée (La vie en rose). Puis, le rose est entré en dissidence pour se pervertir en une teinte hypocrite, cachant sa nature profonde de rouge "désaturé". Il s'est mis à signaler les plaisirs tarifés (téléphone rose), les polissonneries perverses (ballets roses), les voyages sous psychotrope (éléphants roses). Pourquoi le peintre ne l'arborerait-il pas comme le point d'orgue de son itinéraire créatif ? Pourquoi une telle monochromie ne serait pas l'aboutissement des sens interdits des aventures de l'art ? Cette démarche appartient aussi au mauvais genre car elle retourne comme un gant la vieille convention qui faisait d'une couleur, symbole de sérénité mièvre, l'avatar moisi de certitudes surannées.

En s'emparant à sa façon de l'expression artistique, le "mauvais genre" affronte aussi sans détour la question du langage dominant, ce mode de communication qui impose ses canons, nomme sans dire, désigne sans éclairer. Une telle emprise empêche l'échange authentique entre les individus, c'est à dire la symbiose, la communion. Pour Godard, par exemple, dire "Adieu au langage", c'est se désespérer de ne pouvoir donner leur vrai sens aux mots. Ainsi la 3D ne révolutionne pas, comme on le prêche, la perception de l'espace, elle ne fait que donner du relief à la platitude. Le "mauvais genre", lui, cherche à pénétrer la réalité. Pour cela, il la regarde de biais, fait un pas de côté sous une lumière rasante, apte à saisir ce que le langage commun est impuissant à exprimer : la profondeur, l'émotion, le désir. De là, le sentiment que les images affichées par l'exposition adoptent l'angle de la perspective juste, celle qui suggère la signification profonde de ce qui est montré. Le mauvais genre revêt alors les oripeaux d'une salutaire salubrité.

Sur une proposition de Laetitia Hecht et Samantha Barroero, La Galerie ADDICT présentera l'exposition Mauvais genre du 21 Octobre au 20 Décembre 2014. Durant l'exposition, des artistes invités présenteront des performances, lectures, débats, projections... les « Samedi mauvais genre ».

Un coffret Mauvais genre en exemplaire limité sera édité en collaboration avec Les éditions derrière la salle de bains.

René Bonnell

Vernissage de l'exposition collective "Mauvais Genre"













[22:30-23:50] Soirée Les Ambassadeurs - Odyssee 5069
Location:
Aéroport de Paris Le Bourget
Musée de l'Air et de l'Espace
BP 173
93350 Le Bourget Cedex
M° RER B Le Bourget
France
Phone : +33 (0)1 49 92 70 62
Fax : +33 (0)1 49 92 71 41
Mail : musee.air@mae.org
Internet Site : www.museedelair.org
Description:
Hall 5

11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés