Monday, April 27, 2015
Public Access


Category:
Category: All

27
April 2015
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

  Fête nationale du Togo
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Déclaration d'Indépendance en 1957

Jour de la Liberté - Afrique du Sud
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Le jour de la Liberté (en anglais Freedom Day, en afrikaans Vryheidsdag) est un jour férié en Afrique du Sud depuis 1995 qui commémore notamment la fin de la domination politique de la minorité blanche sud-africaine.

Institué par Nelson Mandela, le premier président noir du pays, cette date commémore la tenue des premières élections nationales multiraciales depuis l'abolition de l'apartheid et de l'entrée en vigueur de la nouvelle constitution intérimaire, négociée pendant 3 ans au sein de la CODESA entre le gouvernement de Klerk, le congrès national africain (ANC), le parti national et 19 autres partis politiques de plus ou moins grande importance ainsi que les représentants des Bantoustans. Le scrutin eut lieu du 26 au 29 avril. Sur un total de 22,7 millions d'électeurs, plus de 16 millions de Noirs votaient pour la première fois pour élire leurs représentants au parlement et dans les nouvelles législatures provinciales. L'ANC remporta 252 sièges sur 400 dans la nouvelle Assemblée et la majorité des suffrages dans sept des neuf nouvelles provinces. Le 27 avril est également la date de la levée du nouveau drapeau sud-africain et du nouveau statut de Nkosi Sikelel' iAfrika en tant qu'hymne national au côté de Die Stem van Suid-Afrika, l'hymne national depuis 1927.

Auparavant, depuis 1910, seuls les Blancs d'Afrique du Sud avaient toujours bénéficié d'un droit de vote sans restriction, mise à part une obligation de résidence d'au moins 5 ans dans le pays pour être élu, alors que les droits électoraux des Coloureds acquis précédemment dans la colonie du Cap et maintenu dans la province du Cap par le South Africa Act lors de la formation de l'Union sud-africaine avaient été rognés par une loi d'apartheid en 19564. La constitution sud-africaine de 1983 mit en place un parlement tricaméral où les indiens et les métis purent élire leurs représentants dans des chambres séparées tandis que les Noirs continuaient à n'avoir aucune représentation élue au niveau national.

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:30-15:00] Vernissage presse "HIP-HOP, du Bronx aux rues arabes"
Location:
Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard
Place Mohammed V
75236 Paris Cedex 05
M° Cardinal Lemoine, Jussieu, Maubert - Mutualité, Sully - Morland
France
Phone : +33 (0)1 40 51 38 38
Fax : +33 (0)1 43 54 76 45
Mail : rap@imarabe.org
Internet Site : www.imarabe.org
Description:
Salles d'expositions niveau +1/+2

Du 28 avril 2015 au 26 juillet 2015
Du mardi au vendredi de 10h à 18h, nocturne le vendredi jusqu'à 21h30,
samedi, dimanche et jours fériés (sauf le 1er mai) de 10h à 19h.

10 € / 8 €*/ 5 € jeunes 12-25 ans
*Demandeurs d'emploi, RSA, enseignants, groupe de 10 personnes, Maison des artistes(MDA)/Association Internationale des Artistes (IAA/AIAP).

Une exposition-événement à l'Institut du monde arabe, sous la direction artistique du rappeur Akhenaton, consacrée au mouvement Hip-Hop, devenu en une quarantaine d'années une culture universelle aux facettes multiples et souvent méconnues.

Pour la première fois en France, la culture Hip-Hop s'exposera en toute liberté à l'Institut du monde arabe. Depuis qu'il existe le Hip-Hop est un genre subversif. Il est un véritable médium artistique d'expression sociale et politique pour la jeunesse.

Le Hip-Hop arabe est au départ un phénomène underground. Rapidement, par les réseaux sociaux et le web, il s'est fait l'écho d'un désir grandissant de dignité, de liberté et d'un futur meilleur. Les différents printemps arabes révolutionnaires de ces dernières années, ont vu les modes d'expression du Hip-Hop jouer un rôle d'éveilleur de conscience.

Ainsi, à sa manière, avec ses propres codes, le Hip-Hop s'est inscrit dans la grande histoire d'un style devenu universel. L'ambition de cette exposition est de retracer l'histoire de cette culture, de sa genèse aux États-Unis dans les années 1970, en passant par sa ré-appropriation en France dans les années 1980, à son développement dans les rues arabes des printemps révolutionnaires.

L'Institut du monde arabe ouvrira ses espaces à ceux qui, aux États-Unis, en France et dans le monde arabe, incarnent ce phénomène planétaire, sous de multiples formes : la musique, l'écriture, le graffiti, le tag, la danse, la mode, la photographie ou encore le cinéma.

Près d'une centaine d'œuvres historiques d'artistes américains, français et arabes seront déployées aux côtés de documents d'archives, dans une scénographie unique, sur plus de 1000 m2.

Dans une démarche de transversalité historique, géographique et artistique, des œuvres inédites de graffeurs tels que JonOne, Evol, Jay One, Meen One ou Yazan Halwani seront créées à cette occasion. Une bande sonore originale produite spécialement par Thierry Planelle positionnera cette exposition aux avants gardes de ce courant effervescent.

Vernissage presse "HIP-HOP, du Bronx aux rues arabes"
"Aisha" par Noe Two / Affiche designed in Marseille by aKa

Autour de l'exposition :

Deux concerts exceptionnels seront organisés les 19 et 20 juin, en partenariat avec le Festival Paris Hip-Hop ; un cycle de conférences, des rencontres, dédicaces et ateliers rythmeront l'événement.

Vernissage presse "HIP-HOP, du Bronx aux rues arabes"

12:00
13:00
14:00
15:00  
16:00 [16:00] Vernissage presse de l'exposition "Pol Bury - INSTANTS DONNÉS"
Location:
Fondation EDF
Espace EDF Electra
6, rue Récamier
75007 Paris
M° Sèvres - Babylone
France
Phone : +33 (0)1 53 63 23 45
Internet Site : fondation.edf.com
Description:
Exposition du 28 avril au 23 août 2015

A l'occasion du dixième anniversaire de la disparition du sculpteur belge Pol Bury (1922-2005), l'Espace Fondation EDF lui consacre sa première exposition rétrospective à Paris depuis 1982.
Du 28 avril au 23 août 2015, l'exposition Pol Bury – Instants donnés réunit en quelques 80 œuvres le parcours singulièrement inventif de l'un des pères de l'art cinétique et de la sculpture internationale.
Un demi-siècle de création y est représenté : sculptures, installations, fontaines, bijoux, maquettes, photographies, films d'archives…

Vernissage presse de l'exposition "Pol Bury - INSTANTS DONNÉS"

17:00 [17:00-19:00] Signature d'Abbi Glines
Location:
BHV Marais
BHV Rivoli
52, rue de Rivoli
75189 Paris Cedex 4
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 77 40 14 00
Fax : +33 (0)1 42 74 96 79
Internet Site : www.bhv.fr/magasins/bhv-paris/
Description:
Pour son nouveau roman "Take a Chance"

au 2ème étage

[17:00-22:00] Vernissage "HIP-HOP, du Bronx aux rues arabes"
Location:
Institut du Monde Arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard
Place Mohammed V
75236 Paris Cedex 05
M° Cardinal Lemoine, Jussieu, Maubert - Mutualité, Sully - Morland
France
Phone : +33 (0)1 40 51 38 38
Fax : +33 (0)1 43 54 76 45
Mail : rap@imarabe.org
Internet Site : www.imarabe.org
Description:
Salles d'expositions niveau +1/+2

Du 28 avril 2015 au 26 juillet 2015
Du mardi au vendredi de 10h à 18h, nocturne le vendredi jusqu'à 21h30,
samedi, dimanche et jours fériés (sauf le 1er mai) de 10h à 19h.

10 € / 8 €*/ 5 € jeunes 12-25 ans
*Demandeurs d'emploi, RSA, enseignants, groupe de 10 personnes, Maison des artistes(MDA)/Association Internationale des Artistes (IAA/AIAP).

Une exposition-événement à l'Institut du monde arabe, sous la direction artistique du rappeur Akhenaton, consacrée au mouvement Hip-Hop, devenu en une quarantaine d'années une culture universelle aux facettes multiples et souvent méconnues.

Pour la première fois en France, la culture Hip-Hop s'exposera en toute liberté à l'Institut du monde arabe. Depuis qu'il existe le Hip-Hop est un genre subversif. Il est un véritable médium artistique d'expression sociale et politique pour la jeunesse.

Le Hip-Hop arabe est au départ un phénomène underground. Rapidement, par les réseaux sociaux et le web, il s'est fait l'écho d'un désir grandissant de dignité, de liberté et d'un futur meilleur. Les différents printemps arabes révolutionnaires de ces dernières années, ont vu les modes d'expression du Hip-Hop jouer un rôle d'éveilleur de conscience.

Ainsi, à sa manière, avec ses propres codes, le Hip-Hop s'est inscrit dans la grande histoire d'un style devenu universel. L'ambition de cette exposition est de retracer l'histoire de cette culture, de sa genèse aux États-Unis dans les années 1970, en passant par sa ré-appropriation en France dans les années 1980, à son développement dans les rues arabes des printemps révolutionnaires.

L'Institut du monde arabe ouvrira ses espaces à ceux qui, aux États-Unis, en France et dans le monde arabe, incarnent ce phénomène planétaire, sous de multiples formes : la musique, l'écriture, le graffiti, le tag, la danse, la mode, la photographie ou encore le cinéma.

Près d'une centaine d'œuvres historiques d'artistes américains, français et arabes seront déployées aux côtés de documents d'archives, dans une scénographie unique, sur plus de 1000 m2.

Dans une démarche de transversalité historique, géographique et artistique, des œuvres inédites de graffeurs tels que JonOne, Evol, Jay One, Meen One ou Yazan Halwani seront créées à cette occasion. Une bande sonore originale produite spécialement par Thierry Planelle positionnera cette exposition aux avants gardes de ce courant effervescent.

Vernissage "HIP-HOP, du Bronx aux rues arabes"
"Aisha" par Noe Two / Affiche designed in Marseille by aKa

Autour de l'exposition :

Deux concerts exceptionnels seront organisés les 19 et 20 juin, en partenariat avec le Festival Paris Hip-Hop ; un cycle de conférences, des rencontres, dédicaces et ateliers rythmeront l'événement.

Vernissage "HIP-HOP, du Bronx aux rues arabes"


[18:00] Rencontre avec Matthieu Ricard
Location:
Galerie YellowKorner Paris Pompidou
137, rue Saint-Martin
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Etienne Marcel, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 67 02 81 91
Mail : galerie.parispompidou@yellowkorner.com
Internet Site : store.yellowkorner.com/galeries/paris-pompidou/C50
Description:
Ce sera l'occasion informelle de présenter Matthieu Ricard à l'occasion de l'inauguration de son exposition et de la sortie de son livre "Hymne à la beauté", co-édition YellowKorner La Martinière.

Expo Ephémère dans toutes les galeries YellowKorner du 27 avril au 14 juin

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition de Julie Abadie "Rêves de Julie"
Location:
Galerie Etienne de Causans
25, rue de Seine
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 54 48
Mail : edecausans@orange.fr
Description:
Vernissage le lundi 27 avril 2015 de 18h à 21h
Exposition du 27 avril au lundi 11 mai 2015 inclus

[18:30] Présentation des oeuvres d'art "Realismo Mágico en Jujuy"
Location:
Ambassade de la République Argentine
Galerie Argentine
6, rue Cimarosa
75116 Paris
M° Boissière
France
Phone : +33 (0)1 47 27 15 11
Fax : +33 (0)1 47 04 61 51
Mail : ambassadeargentine@noos.fr
Internet Site : www.efran.mrecic.gob.ar
Description:
L'Ambassade de la République Argentine
et le Gouvernement de la Province de Jujuy
ont le plaisir de vous convier à la
Semaine de Jujuy en France
Cet événement a pour objectif de promouvoir l'offre culturelle et touristique
à travers la gastronomie andine, la peinture, la mode et la musique régionales.
Nous vous attendons le lundi 27 avril à 18h30 pour la présentation des oeuvres d'art
"Realismo Mágico en Jujuy"

suivie d'une dégustation de mets régionaux préparés
par deux Chefs de cuisine venues spécialement de Jujuy



[19:00] Conférence «Zao Wou-Ki, Du début à la fin»
Location:
Centre Culturel de Chine à Paris
1, boulevard de La Tour-Maubourg
75007 Paris
M° Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 59 20
Fax : +33 (0)1 53 59 59 29
Mail : cccparisinfo@gmail.com
Internet Site : www.cccparis.org
Description:
Conférence «Zao Wou-Ki, Du début à la fin»

[19:00] Jour de la Liberté - Afrique du Sud
Location:
Ambassade d'Afrique du Sud
59, quai d'Orsay
75007 Paris
M° Invalides
France
Internet Site : www.afriquesud.net
Description:
Jour de la Liberté - Afrique du Sud

[19:00] Lancement du « Label Tech 40 »
Location:
Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi
Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique‎
139, rue de Bercy
75012 Paris
M° Bercy, Gare de Lyon
France
Internet Site : www.minefi.gouv.fr
Description:
Axelle LEMAIRE, secrétaire d'État au Numérique participera au lancement du « Label Tech 40 » avec Eric FOREST, Président-directeur général d'EnterNext, filiale d'Euronext, lundi 27 avril.

Attribué à 40 PME-ETI cotées dans le secteur technologique, ce label donnera accès à des services premium et offrira une visibilité accrue à ces sociétés particulièrement performantes, notamment auprès des investisseurs.

[19:00] Vernissage de Thomas Duranteau "Des Miettes et des Etoiles"
Location:
Mairie du 12ème arrondissement
130, avenue Daumesnil
75012 Paris
M° Dugommier, Daumesnil
France
Phone : +33 (0)1 44 68 12 12
Fax : +33 (0)1 44 68 12 09
Internet Site : mairie12.paris.fr
Description:
La Mairie du 12e présente, du lundi 27 avril au vendredi 26 juin 2015, l'exposition Des Miettes et des Etoiles, du musée de la Résistance de Limoges, rassemblant l'ensemble des originaux (dessins, peintures, gravures) ayant été créés par Thomas Duranteau pour le livre du même nom couronné par le Prix du Club de la Presse 2012.

Cet ouvrage a été réalisé suite à un voyage d'étude de cinq jours dans les camps d'extermination nazis d'Auschwitz, de Birkenau, de Majdanek et de Treblinka, organisé par l'Union des Déportés d'Auschwitz (UDA).

Utilisant sa triple casquette de peintre, écrivain et professeur d'histoire, Thomas Duranteau décide alors d'aborder la Shoah en racontant son expérience à travers un carnet de voyage où il mêle dessins, croquis, gravures, réflexions personnelles, impressions sur les lieux, citations d'anciens déportés, d'historiens et une partie documentaire.
L'exposition réserve une place importante à l'image avec une centaine de
peintures, gravures et dessins originaux utilisant des techniques diverses : crayon de
couleur, encre de chine, aquarelle, acrylique, fusain, gravure en eau-forte, matériaux trouvés in situ (boue, brique, feuille d'arbre). Au côté des dessins originaux, des reproductions agrandies de doubles-pages du livre soulignent les relations entre les dessins dans l'ouvrage. Des extraits de textes et de citations tirés du livre viennent compléter l'ensemble pour donner du sens au parcours. L'exposition suit la même logique que le livre avec une organisation en cinq grandes parties correspondant aux cinq jours du voyage : « Un voyage, premier
jour », « Auschwitz I, deuxième jour », « Auschwitz II Birkenau, troisième jour », «Majdanek, quatrième jour » et « Treblinka, cinquième jour ».

Exposition du 27 avril au 26 juin
Le vernissage de l'exposition se tiendra le lundi 27 avril 2015 à 19h.

[19:00] Vernissage de l'exposition "Pol Bury - INSTANTS DONNÉS"
Location:
Fondation EDF
Espace EDF Electra
6, rue Récamier
75007 Paris
M° Sèvres - Babylone
France
Phone : +33 (0)1 53 63 23 45
Internet Site : fondation.edf.com
Description:
Exposition du 28 avril au 23 août 2015

A l'occasion du dixième anniversaire de la disparition du sculpteur belge Pol Bury (1922-2005), l'Espace Fondation EDF lui consacre sa première exposition rétrospective à Paris depuis 1982.
Du 28 avril au 23 août 2015, l'exposition Pol Bury – Instants donnés réunit en quelques 80 œuvres le parcours singulièrement inventif de l'un des pères de l'art cinétique et de la sculpture internationale.
Un demi-siècle de création y est représenté : sculptures, installations, fontaines, bijoux, maquettes, photographies, films d'archives…

Vernissage de l'exposition "Pol Bury - INSTANTS DONNÉS"




[20:00-23:00] 27ème Nuit des Molières 2015
Location:
Théâtre de Paris
15, rue Blanche
75009 Paris
M° Trinité - d'Estienne d'Orves, Blanche
France
Phone : +33 (0)1 48 74 10 75
Fax : +33 (0)1 48 74 28 09
Mail : contact@theatredeparis.com
Internet Site : www.theatredeparis.com
Description:
Les Molières - Cérémonie des Molières 2015

Seront précédés d'une pièce intitulée Un petit jeu sans conséquence avec au générique, un casting alléchant : Bruno Salomone, Bruno Solo, Isabelle Gélinas, Constance Dolle, Lionel Abelanski. Après quoi, place à la remise des prix.

Présenté par Nicolas Bedos

Les nommés 2015

Molière du Théâtre Privé
Les Cartes du Pouvoir, de Beau Willimon, mise en scène Ladislas Chollat, Théâtre Hébertot.
Chère Elena, de Ludmilla Razoumovskaïa, mise en scène Didier Long, Théâtre de Poche-Montparnasse.
Des Souris et des Hommes, de John Steinbeck, mise en scène Jean-Philippe Evariste, Philippe Ivancic, Théâtre du Palais-Royal.
La Vénus à la fourrure, de David Ives, mise en scène Jérémie Lippmann, Théâtre Tristan Bernard.

Molière du Théâtre Public
Les Coquelicots des Tranchées, de Georges-Marie Jolidon, mise en scène Xavier Lemaire, Théâtre 14 - Jean-Marie Serreau.
Germinal, de et mise en scène Antoine Defoort et Halory Goerger, L'Amicale de Production - Lille.
Henry VI, de William Shakespeare, mise en scène Thomas Jolly, La Piccola Familia.
Les Particules Élémentaires, de Michel Houellebecq, mise en scène Julien Gosselin, Si vous pouviez lécher mon cœur.

Molière du Théâtre Musical
Ali 74 - Le combat du siècle, de Nicolas Bonneau, Fannytastic et Mikael Plunian, direction artistique Nicolas Bonneau, Cie La Volige.
Cinq de Cœur - Le concert sans retour, de Cinq de cœur, mise en scène Meriem Menant, Théâtre Le Ranelagh.
Les Franglaises, de et mise en scène Les Franglaises, Blue Line Productions, Bobino.
La Grande Duchesse, d'après Offenbach, mise en scène Philippe Béziat, Cie Les Brigands.

Molière de la Comédie
Cher Trésor, de et mise en scène Francis Veber, Théâtre des Nouveautés.
Des gens intelligents, de Marc Fayet, mise en scène José Paul, Théâtre de Paris - salle Réjane.
On ne se mentira jamais! de Éric Assous, mise en scène Jean-Luc Moreau, Théâtre La Bruyère.
Un Dîner d'Adieu, de Alexandre de la Patellière et Matthieu Delaporte, mise en scène Bernard Murat, Théâtre Édouard VII.

Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre Privé
Maxime d'Aboville dans The Servant mise en scène Thierry Harcourt
François Berléand dans Deux Hommes tout nus mise en scène Ladislas Chollat
Claude Brasseur dans La Colère du Tigre mise en scène Christophe Lidon
Nicolas Briançon dans La Vénus à la Fourrure mise en scène Jérémie Lippmann

Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre Public
Philippe Caubère dans La Danse du Diable mise en scène Philippe Caubère
André Dussollier dans Novecento mise en scène André Dussollier et Pierre-François Limbosch
Micha Lescot dans Ivanov mise en scène Luc Bondy
Olivier Martin-Salvan dans Pantagruel mise en scène Benjamin Lazar

Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre Privé
Myriam Boyer dans Chère Elena mise en scène Didier Long
Fanny Cottençon dans On ne se mentira jamais! mise en scène Jean-Luc Moreau
Marie Gillain dans La Vénus à la Fourrure mise en scène Jérémie Lippmann
Miou-Miou dans Des Gens bien mise en scène Anne Bourgeois

Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre Public
Audrey Bonnet dans Répétition mise en scène Pascal Rambert
Emmanuelle Devos dans Platonov mise en scène Rodolphe Dana
Émilie Incerti Formentini dans Rendez-vous Gare de l'Est mise en scène Guillaume Vincent
Vanessa Van Durme dans Avant que j'oublie mise en scène Richard Brunel

Molière du Comédien dans un second rôle
Urbain Cancelier dans Le Système mise en scène Didier Long
Florian Choquart dans La Discrète amoureuse mise en scène Justine Heynemann
Romain Cottard dans Comment vous racontez la partie mise en scène Yasmina Reza
Thierry Frémont dans Les Cartes du pouvoir mise en scène Ladislas Chollat
Arthur Igual dans Le Capital et son singe mise en scène Sylvain Creuzevault
Eric Laugerias dans Nelson mise en scène Jean-Pierre Dravel et Olivier Macé

Molière de la Comédienne dans un second rôle
Anne Azoulay dans King Kong Théorie mise en scène Vanessa Larré
Léna Bréban dans La Maison d'à côté mise en scène Philippe Adrien
Marie-Christine Danède dans La Colère du Tigre mise en scène Christophe Lidon
Noémie Gantier dans Les Particules élémentaires mise en scène Julien Gosselin
Dominique Reymond dans Comment vous racontez la partie mise en scène Yasmina Reza
Agnès Sourdillon dans Le Malade Imaginaire mise en scène Michel Didym

Molière du Metteur en scène d'un spectacle de Théâtre Privé
Nicolas Briançon pour Voyages avec ma tante
Ladislas Chollat pour Les Cartes du pouvoir
Didier Long pour Le Système et Chère Elena
Roman Polanski pour Le Bal des Vampires

Molière du Metteur en scène d'un spectacle de Théâtre Public
Julien Gosselin pour Les Particules élémentaires
Caroline Guiela Nguyen pour Elle brûle
Thomas Jolly pour Henry VI
Vincent Macaigne pour Idiot! parce que nous aurions dû nous aimer

Molière de l'Auteur francophone vivant
Éric Assous pour On ne se mentira jamais!
Michel Houellebecq pour Les Particules élémentaires
Tristan Petitgirard pour Rupture à domicile
Pascal Rambert pour Répétition
Yasmina Reza pour Comment vous racontez la partie
Sébastien Thiéry pour Deux Hommes tout nus

Molière de la Révélation Féminine
Éléonore Arnaud dans La Discrète amoureuse mise en scène Justine Heynemann
Gaëlle Billaut-Danno dans Célimène et le Cardinal mise en scène Pascal Faber
Roxane Duràn dans Les Cartes du pouvoir mise en scène Ladislas Chollat
Valentine Galey dans L'École des Femmes mise en scène Philippe Adrien
Nathalie Mann dans La Grande Nouvelle mise en scène Philippe Adrien
Marie Rémond dans Yvonne, Princesse de Bourgogne mise en scène Jacques Vincey

Molière de la Révélation masculine
Félix Beaupérin dans Si on recommençait mise en scène Steve Suissa
François Deblock dans Chère Elena mise en scène Didier Long
Alexis Moncorgé dans Le Bonheur des Dames de Zola mise en scène Florence Camoin
David Murgia dans Discours à la Nation mise en scène Ascanio Celestini

Molière Seul/e en scène
Florence Foresti dans Madame Foresti mise en scène Florence Foresti
Jos Houben dans l'Art du Rire
Francis Huster dans Le Joueur d'échecs mise en scène Steve Suissa
Denis Lavant dans Faire danser les alligators sur la flûte de Pan mise en scène Ivan Morane

Molière de la Création Visuelle
Le Bal des Vampires. Décors: William Dudley, costumes: Sue Blane, lumière: Hugh Vanstone
Les Particules élémentaires. Scénographie: Julien Gosselin, costumes: Caroline Tavernier, Lumière: Nicolas Joubert
La Réunification des deux Corées. Scénographie et lumière: Eric Soyer, costumes: Isabelle Deffin
Le Système. Décors: Bernard Fau, Citronelle Dufay, costumes: Jean-Daniel Vuillermoz, lumière: Laurent Béal

[20:00-22:00] Avant-première de "L'épreuve" avec Juliette Binoche
Location:
UGC Ciné Cité Les Halles
7, place de la Rotonde
Nouveau Forum des Halles
75001 Paris
M° Les Halles
France
Phone : 08 92 70 00 00 #11
Internet Site : www.ugc.fr/cinema.html?code=HORIZ
Description:
En présence de Juliette Binoche

Avant-première de "L'épreuve"

[20:00-22:00] Avant-première de "Un pigeon perché sur une branche"
Location:
MK2 Quai de Seine
14, quai de Seine
75019 Paris
M° Stalingrad, Jaurès
France
Phone : 08 92 69 84 84 (#10)
Internet Site : www.mk2.com/salles/mk2-quai-seine-quai-loire
Description:
Avant-première de "Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence"

Avant-première de "Un pigeon perché sur une branche"

[20:00] Vernissage de l'exposition "Le Corbusier - Mesures de l'homme"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
29 avril 2015 - 3 août 2015
de 11h00 à 21h00

Galerie 2 - Centre Pompidou, Paris

14€, TR 11€ / Forfait donnant accès à toutes les expositions temporaires et aux collections permanentes du musée

A l'occasion de la 6ème édition du Nouveau festival, l'accès à la Galerie Sud et à l'Espace 315 est illimité du 15 avril au 20 juillet 2015, sur présentation obligatoire du billet « Musée & Expositions » acheté durant cette période uniquement.

Le Centre Pompidou consacre une exposition à l'œuvre de Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier. Architecte et urbaniste visionnaire, théoricien de la modernité, mais aussi peintre et sculpteur, Le Corbusier a profondément marqué le 20e siècle en bouleversant la création architecturale et la façon « d'habiter ». Le Centre Pompidou invite le public à comprendre tout l'œuvre de cette grande figure de la modernité à travers la notion de proportion humaine, le corps humain s'imposant comme un principe universel définissant toutes les dimensions de l'architecture et de la composition spatiale. La conception du Modulor (1944), silhouette d'un corps humain d'1,83 m, formalise un système de proportions basé sur le nombre d'or et permettant d'organiser une harmonie de toutes constructions spatiales directement définie selon la morphologie humaine. Pourtant le Modulor - qui s'imposera comme un véritable système normatif pour de très nombreux architectes, régulant aussi bien la forme des intérieurs que la proportion des constructions - semble avoir été interprété comme un instrument métrique, une mesure purement abstraite organisant l'architecture selon une rationalité géométrique.

L'exposition revient sur les sources de la conception du corps chez Le Corbusier, un corps en mouvement qui définit sa notion de l'eurythmie (l'un des cinq fondamentaux de l'architecture, le « bon rythme », la proportion). Il aborde ce principe au tournant des années 1910 sous l'influence de l'école d'Hellerau, une cité-jardin près de Dresde où son frère, Albert Jeanneret, suit les cours du compositeur et pédagogue Émile Jaques-Dalcroze. Au sein de ce lieu d'expérimentation artistique majeur, ce dernier propose une méthode rythmique qui enseigne la musique et la chorégraphie dans une pédagogie du mouvement fondée sur la perception physique, une cognition de l'espace organisée par les interactions entre espace, temps, énergie. Ces notions influenceront profondément Le Corbusier.

Tandis que Le Corbusier effectue un stage chez l'architecte Peter Behrens (1910-1911) en Allemagne, où il croise Mies van der Rohe et Walter Gropius, il publie en 1912 une Étude sur le mouvement des arts décoratifs en Allemagne et s'inscrit aux prémisses du Werkbund (mouvement de promotion de l'innovation dans les arts appliqués et l'architecture fondé en 1907) et du mouvement des cités-jardins. Aux sources, on trouve le mouvement de la Lebensreform (réforme de la vie), une recherche d'harmonie ancrée sur les théories psychophysiques du philosophe allemand Gustav Fechner et du psychologue Wilhelm Wundt. Le Corbusier s'en nourrit pour concevoir une dynamique et une esthétique de l'espace désormais régies par le rythme et le mouvement, avec l'idée d'un corps qui perçoit. L'influence de ces notions sera décisive sur sa peinture et tout son œuvre, à travers la définition de « l'esthétique scientifique ».

Selon une chronologie déterminée par les grandes étapes de cette conception esthétique nouvelle, l'exposition propose une traversée inédite de l'œuvre de Le Corbusier. Le corps y est « percevant », « cognitif » ; il permet de lire en cohérence toutes les recherches qui ont animé son œuvre peint, sculpté et architectural. Le Corbusier moderniste, auteur d'une architecture puriste, est souvent opposé à celui de l'après-guerre, empreint d'un brutalisme du béton ou de formes plus organiques. L'exposition montre au contraire la pleine continuité de sa démarche.
Elle s'ouvre sur une salle consacrée à la définition de la notion de rythme et d'eurythmie. Elle revient sur l'influence des tracés régulateurs chez Peter Behrens, sur celle de J. L. M Lauweriks et sur le Voyage en Orient de Le Corbusier, débuté en 1911. Il puisera toute sa vie aux abondants carnets de dessins et de notes rapportés de ce voyage initiatique. L'architecte théorisera alors sur l'unité perceptuelle et cognitive d'un objet architectural qu'il finira par symboliser par un cube. Ce cube blanc est celui des premiers dessins puristes et de la peinture intitulée La Cheminée (1918). Ce tableau sera la pierre angulaire de la collaboration avec le peintre Amédée Ozenfant avec lequel il fonde le mouvement du « purisme » et la revue L'Esprit nouveau. Ces recherches s'incarnent notamment dans des natures mortes organisées comme des variations selon des tracés régulateurs. Dans une relation critique au cubisme, elles affirment une dimension psychophysique, l'existence d'un « parallélisme psychophysique » entre l'esprit et le corps défendu par Gustav Fechner. C'est dans cette même revue que Le Corbusier - qui est encore Charles-Edouard Jeanneret - signe pour la première fois de son pseudonyme.

Un chapitre de l'exposition est consacré à la revue et aux premières villas qui s'érigeront en manifestes. Avec le pavillon de l'Esprit nouveau conçu pour l'Exposition internationale des arts décoratifs de 1925, Le Corbusier concrétise l'instauration d'un espace cognitif définissant tout à la fois l'espace pictural, l'espace de « l'habiter », l'harmonie des compositions architecturales et la compréhension du domaine urbain. L'article séminal de Le Corbusier « Des yeux qui ne voient pas » définit le nouvel espace de la modernité, celui d'une société portée par la machine, l'automobile, l'avion, le paquebot, où le mouvement, la mobilité imposent une nouvelle conception de l'espace-temps. Les villas (Villa Stein, Villa Savoye...) s'imposent comme les manifestes de cette architecture organisée pour un corps libéré, pensée comme un plan libre ouvert à la lumière.

Durant toutes les années 1930, partageant chaque journée de travail entre la peinture et l'architecture, Le Corbusier mène des recherches systématiques sur les corps : corps de femmes se déformant et se recomposant en de nouvelles figures, morphogenèse des corps déployée en un ensemble de toiles et d'esquisses trouvant un accomplissement avec la peinture murale de la maison Badovici à Vézelay (1936), présentée pour la première fois au public dans l'exposition. L'ensemble des pièces prototypes des meubles de la série L.C. - conçus par Le Corbusier après sa visite de la Weissenhof Siedlung, à Stuttgart en 1927 - est également exposé. Cette cité expérimentale est le manifeste architectural du mouvement de l'internationale moderniste. Ses constructions blanches, à toit plat, sont créées par Behrens, Gropius, van der Rohe et Le Corbusier.

Au cœur de l'exposition, la salle consacrée au Modulor présente près d'une cinquantaine de dessins ainsi que des objets. Entre les dessins de recherche sur la formalisation mathématique et ceux touchant à la description des progressions géométriques, le Modulor apparaît plus comme un instrument de régulation que comme une norme abstraite.
La période acoustique de Le Corbusier débute avec les esquisses d'Ozon (1943) figurant une oreille que l'on retrouve dans de nombreux dessins et peintures (Ubu IV) et donne lieu à une série de sculptures réalisées par Joseph Savina. Le concept de l'acoustique est directement lié à la notion d'espace indicible, texte que Le Corbusier publie dans un numéro spécial de L'Architecture d'aujourd'hui. Il reconduit l'idée d'une psychophysique de l'espace où tous les sens, le visuel, le sonore, le tactile résonnent ensemble dans un domaine unifié par l'harmonie des proportions. L'ensemble des peintures et sculptures est complété par la présentation de la peinture murale réalisée par Le Corbusier pour son atelier de la rue de Sèvres.

La « cellule d'habitation », à l'échelle du corps, s'impose dans les immeubles et les villas que crée le Corbusier après la visite des cellules de la Chartreuse de Galluzo, près de Florence. L'utilisation systématique du Modulor pour la réalisation de l'Unité d'habitation de Marseille définit le principe d'un habitat collectif fondé sur une compréhension universaliste de l'échelle et des fonctions nécessaires à l'homme. Le Corbusier développe ce principe pour d'autres programmes, multipliant les empreintes du Modulor à l'aide de tampons humides dans nombre de dessins, pour certains montrés dans l'exposition.

Le Corbusier s'attache à la concrétisation d'un espace spirituel communautaire, fondé sur la compréhension de l'espace indicible. Sa relation avec le père Couturier l'amène à s'intéresser à des programmes liés à l'art sacré. La notion d'une communauté spirituelle, fondée sur des constantes physiologiques et sur des valeurs culturelles partagées, définit l'unité de conception de ces projets. Le Pavillon Philips, à la fois événement et transfiguration d'un espace acoustique étendu, s'affirme comme un manifeste concret et accessible à un large public.

À la ville rationnelle, à la planification des vastes espaces urbains, Le Corbusier substitue une vision de la cité articulée autour de bâtiments symboliques. Il définit cette ville humaniste dans Sur les 4 Routes, La Maison des hommes, et en publiant dans les revues L'Homme réel et L'Homme et l'architecture. Chandigarh s'impose comme la démonstration concrète de cette vision universaliste du monde. Au début des années 1950, les autorités indiennes lui confient la conception de la nouvelle capitale du Pendjab. Il prend en charge l'urbanisme complet de la ville, construit les premiers bâtiments officiels et réalise des résidences privées. Comme un symbole, Le Corbusier avait voulu y ériger un monument pacifiste, une main, une partie du corps substituée à la colombe de la paix.

L'exposition se clôt sur la réalisation de Le Corbusier à la fois la plus personnelle et la plus emblématique de sa pensée : Le Cabanon. Pour cette « cellule d'habitation », construite sur un rocher de bord de mer à Roquebrune-Cap-Martin, Le Corbusier conçoit un espace minimum de vie. Le cabanon apparaît comme un paradoxe pour un architecte qui se sera imposé dans la démesure de grands projets urbains - celle d'une intense communication, d'une publicité savamment orchestrée, multipliant sans trêve la diffusion de son image - mais aussi dans l'aspiration au dénuement. Avec le cabanon s'exprime sa volonté de vivre dans un espace minimum et minimal, fondé sur la simple physiologie du corps. Le Corbusier y vivra presque nu, et c'est en contrebas qu'il y disparaîtra lors de l'une de ses baignades quotidiennes en Méditerranée, en 1965.

Commissaire : Mnam/Cci, Frédéric Migayrou, Olivier Cinqualbre





[21:00-23:00] Avant-première de "Nos Femmes"
Location:
Cinéma Gaumont Opéra
Gaumont Capucines - ex Paramount Opéra
2, boulevard des Capucines
75009 Paris
M° Opéra, Chaussée d'Antin - La Fayette
France
Internet Site : www.paramount.fr
Description:
En présence d'une partie de l'équipe du film







[23:00] Dîner des Molières
Location:
Closerie des Lilas
171, boulevard du Montparnasse
75006 Paris
M° Port-Royal
France
Phone : +33 (0)1 40 51 34 50
Mail : closeriedeslilas@orange.fr
Internet Site : www.closeriedeslilas.fr
Description:
Dîner des Molières

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés