Saturday, September 12, 2015
Public Access


Category:
Category: All

12
September 2015
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4

  Exposition "L'Air des géants"
Location:
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
Parc de la Villette
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Internet Site : www.villette.com
Description:
Exposition du 27 août au 13 septembre

Dix œuvres monumentales sont déployées sur le parc de la Villette et en esquissent un parcours inédit où dialoguent bâtiments emblématiques et œuvres contemporaines ; s'en dessine la proposition d'un nouvel urbanisme.Les œuvres présentées, tout en plastique gonflable ou en tissu, sont conçues par des artistes internationaux qui ont ressenti le besoin d'espace pour s'exprimer.Ces œuvres imposantes atteignent des dimensions colossales alors qu'il leur aura suffi d'être transportées dans une valise pour arriver jusqu'à la Villette.

A la fin de l'été, La Villette accueille l'exposition L'Air des Géants. Toutes en plastique gonflable ou en tissu, ces dix œuvres monumentales conçues par des artistes internationaux redessinent l'architecture du parc. En accès libre

A l'instar de La Bicyclette Ensevelie, ces œuvres atteignent des dimensions colossales. Sauf qu'il aura suffi d'une valise pour les amener à la Villette !
Le « gonflable » apparaît comme un média récurrent dans la scène de l'art actuel, et est devenu un passage dans la carrière d'un artiste, comme une confrontation nécessaire à la matière. En effet, Niki de Saint Phalle avait signé quelques Nanas surprenantes en PVC, Christo y a trouvé le matériau idéal pour rentrer dans le Guinness Book des records en concevant la plus grande sculpture jamais créée, Anish Kapoor en a constitué son projet pour la Monumenta 2011, même Paul McCarthy en a fait un de ses support préférés pour des sculptures aux formes insolites dans les années 2000.
Apparitions fantastiques, immersion dans des installations qui se transforment au gré de nos mouvements, symboles de l'artifice ou du street-art, toutes ces œuvres encouragent à repenser son environnement, à voir la ville sous un angle différent.

Commissariat de l'exposition : Barbara Lerbut, Le Manège, Maubeuge

avec des oeuvres de Stefan Sagmeister, Choi Jeong Hwa, Pete Hamilton et Pedro Estrellas (Designs in Air), Les Plasticiens Volants, Johan Muyle

Exposition "L'Air des géants"
About being irritated (c) Choi Jeong Hwa - photo Carole Polonsky

Exposition "L'Air des géants"
Eveybody Always Thinks They Are Right (c) Stefan Sagmeister - photo Carole Polonsky

Exposition "L'Air des géants"
Fruit tree (c) Choi Jeong Hwa - photo Carole Polonsky

Exposition "L'Air des géants"
Paint the town red (c) Filthy Luker et Pedro Estrellas - photo Carole Polonsky

Exposition "L'Air des géants"
Poulpe (c) Les Plasticiens Volants - photo Carole Polonsky

Exposition "L'Air des géants"
White Lotus (c) Choi Jeong Hwa - photo Carole Polonsky

Exposition "L'Air des géants"
Fluctuat Nec Mergitur (c) Johan Muyle - photo Carole Polonsky

Salon Révélations 2015
Location:
Grand Palais
Galeries Nationales du Grand Palais
avenue Winston Churchill
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : www.grandpalais.fr
Description:
Première Biennale internationale des métiers d'art et de la création

Du jeudi 10 au dimanche 13 septembre 2015

Mercredi 9 septembre :
- réservé aux professionnels : 15h - 18h
- Vernissage : 19h - 22h30
Jeudi 10 septembre : 10h - 20h
Vendredi 11 septembre : 10h - 20h
Samedi 12 septembre : 10h - 20h
Dimanche 13 septembre : 10h - 19h

http://www.revelations-grandpalais.com

Invitation à retirer sur
http://acces.revelations-grandpalais.com/index.php
code : REV15ARDI

Salon Révélations 2015

[Deauville] 41e Festival du Cinéma Américain de Deauville
Location:
Deauville
Deauville
14800 Deauville
M° Gare SNCF Trouville - Deauville
France
Internet Site : www.mairie-deauville.fr
Description:
[Deauville] 41e Festival du Cinéma Américain de Deauville

Fête de l'Humanité 2015
Location:
Parc départemental de la Courneuve Georges Valbon
Parc Georges Valbon
55, avenue Waldeck-Rochet
93120 La Courneuve
M° La Courneuve - 8 Mai 1945, RER B Le Bourget
France
Description:
du 11 Septembre 2015 au 13 Septembre

http://fete.humanite.fr

Avec Manu Chao, Shaka Ponk, les Chedid, Tiken Jah Fakoly, Youssoupha, Texas, Juliette Greco

Fête nationale de Guinée-Bissau
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête nationale de Guinée-Bissau

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00 [12:00-23:55] Weather Summer
Location:
Paris Event Center
20, avenue de la Porte de la Villette
75019 Paris
M° Porte de la Villette
France
Phone : 08 11 11 55 55
Mail : contact@parisevent-center.com
Internet Site : www.parisevent-center.com
Description:
20H non stop (12H – 08H)
3 scènes : 2 warehouses + 1 open air

3 scènes dont 1 en open-air sont prévues pour accueillir un line up d'exception. La scène en plein air sera ouverte dès 12h et accueillera le français Chris Carrier qui lancera les hostilités, suivi du roumain Barac (live), du duo Detroit Swindle (live), de Dungeon Meat (aka Brawther et Tristan de Cunha) et enfin du trio Italojohnson !



WAREHOUSE 1
– Dave Clarke
– Paul Ritch
– Rebekah
– Tommy Four Seven (Official)
– UVB
– W.LV.S aka The Driver & ELECTRIC RESCUE

WAREHOUSE 2
– Carl Craig
– Delano Smith Detroit (Official DJ Page) live (world premiere)
– Lazare Hoche
– Levon Vincent (Official_Page)
– Phuture live

OPEN AIR STAGE
– Barac live
– Chris Carrier
– Detroit Swindle
– Dungeon Meat (Brawther & Tristan da Cunha)
– Italojohnson



[14:00] Inauguration de la Fabuleuse Fête du Manger Local
Location:
Berges sur Seine
Ports de Solférino, Invalides et Gros Caillou
75007 Paris
M° Invalides, Assemblée Nationale, Alma - Marceau
France
Internet Site : lesberges.paris.fr
Description:
En présence de Jean-Paul Huchon, Président du Conseil Régional IDF et Marie Richard, Présidente du CERVIA Paris IDF et Conseillère Régionale

[14:00-22:00] La rentrée des Indés de l'imaginaire
Location:
Le MOTif
Observatoire du livre et de l'écrit de la région Ile-de-France
6, villa Marcel Lods
Passage de l'Atlas
75019 Paris
M° Belleville
France
Phone : +33 (0)1 53 38 60 61
Fax : +33 (0)1 53 38 60 70
Internet Site : www.lemotif.fr
Description:
Après des extraits de leurs coups de coeur Fantasy, les Indés de l'Imaginaire vous proposent, le 12 septembre, une journée de rentrée pour vous présenter leurs nouveautés. Découpé en plusieurs moments, fort, cet événement en rentrée devrait séduire le plus grand nombre des lecteurs parisiens. Voici le programme disponible :

14h-17h : Une après midi avec Philip K. Dick.
Pour saluer la sortie de Simulacres et Illusions, une Monographie sur Philip K.Dick, plusieurs conférences auront lieu avec Hélène Collon, Ariel Kyrou, Etienne Barillier et Hervé Lagoguey (Programme détaillé à venir). Leurs interventions seront suivis de dédicaces…

17h-19h : Une fin d'après midi très fantasy.
A l'occasion de la rentrée, Mnémos, Actusf et Les Moutons électriques publient chacun un auteur français très talentueux de fantasy… Des écrivains à découvrir : Claire Krust, Chloé Chevalier, Christian Chavassieux. Au programme : conférence et dédicaces ! Ne manquez pas ces futurs grands noms de la fantasy.

20h : Une soirée Steampunk !
Pour fêter la sortie de La France Steampunk, une soirée de lancement sera organisée en présence des auteurs.
Le lieu : C'est encore un secret…

[14:00-20:00] Vernissage d'Avi Mograbi « Relief & Details »
Location:
Galerie Gabrielle Maubrie
24, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 78 03 97
Fax : +33 (0)1 42 74 54 00
Mail : maubrie@orange.fr
Internet Site : www.gabriellemaubrie.com
Description:
EXPOSITION DU 12 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE
VERNISSAGE LE 12 SEPTEMBRE DE 14 À 20 HEURES

[14:00-19:00] Vernissage de David Hominal
Location:
Galerie Kamel Mennour (rue Saint-André des Arts)
47, rue Saint-André des Arts
Hôtel de la Vieuville (fond de cour)
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Mabillon, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 56 24 03 63
Fax : +33 (0)1 40 46 80 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
12 septembre - 10 octobre 2015
Vernissage le samedi 12 septembre de 14h à 19h

http://davidhominal.kamelmennour.com

Vernissage de David Hominal

[14:00-19:00] Vernissage de Tadashi Kawamata
Location:
Galerie Kamel Mennour (rue Saint-André des Arts)
47, rue Saint-André des Arts
Hôtel de la Vieuville (fond de cour)
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Mabillon, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 56 24 03 63
Fax : +33 (0)1 40 46 80 20
Mail : galerie@kamelmennour.fr
Internet Site : www.kamelmennour.fr
Description:
12 septembre - 10 octobre 2015
Vernissage le samedi 12 septembre de 14h à 19h

http://tadashikawamata.kamelmennour.com

Vernissage de Tadashi Kawamata
Tadashi Kawamata
Tetra House plan n°6 (détail), 1983
Bois et peinture / Wood and painting
46 x 54 x 5 cm
© Tadashi Kawamata
Photo. DR
Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

[14:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Autofiction d'une collection. Ramus del Rondeaux"
Location:
Galerie Polaris
Bernard Utudjian
15, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 72 21 27
Mobile : +33 (0)6 12 22 77 15
Fax : +33 (0)1 42 76 06 29
Mail : contact@galeriepolaris.com
Internet Site : www.galeriepolaris.com
Description:
Autofiction d'une collection. Ramus del Rondeaux

vernissage le samedi 12 septembre de 14h à 20h
exposition : 11.09.2015 > 04.10.2015

L'autoportrait impossible du collectionneur parisien Ramus Del Rondeaux :

"Autofiction d'une collection" réunira plus de cent cinquante oeuvres de sa collection personnelle, de la création de ses contemporains à celle d'époques plus anciennes.

Le regard de ce collectionneur se donne à voir, comme se donne à voir, le tissage en filigrane entre les trois axiomes que sont l'artiste, le galeriste et le collectionneur.

Cabinet de curiosités ? Assemblage baroque ? Acte créateur ? Cette Autofiction est, pour rejoindre Ramus del Rondeaux, une proposition ouverte à tous les regards,

et servira de point de départ aux questions que peut se poser tout jeune collectionneur, quand au tissage, la fidélité à l'oeuvre d'un artiste, ou encore la confiance à un galeriste.

L'écriture singulière d'un collectionneur aux identités multiples questionne; la liberté de la galerie qui accueille ce langage aussi, et que dire de l'Artiste principal médium ?

L'ensemble comprend des œuvres de : Eric Aupol,Nicolas darrot, Marcos Carrasquer, Jérôme Zonder, Satoshi Saïkusa, Léon Kelly, Grégoire Scalabre, Elodie Lesourd, Giampetrino, Chris Hipkiss, Portocarrero, Henry de Groux, Paul Jouve, Julien Salaud, Youcef Korichi, Lionel Sabatté,Vanessa Fanuele, Per B-Sundberg, Kate MccGwire, Bart Baele,…




[15:00-19:00] Inauguration de l'exposition "Lascaux"
Location:
Château de Saint-Germain-en-Laye
Musée d'Archéologie Nationale
place Charles de Gaulle
78105 Saint-Germain-en-Laye Cedex
M° RER A Saint-Germain-en-Laye
France
Phone : +33 (0)1 39 10 13 00
Mail : culturel.man@culture.gouv.fr
Internet Site : www.musee-archeologienationale.fr
Description:
A l'occasion du Mois de la Préhistoire, Hilaire Multon, directeur du Musée d'Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye vous prie de bien vouloir assister à l'inauguration de l'exposition Lascaux par Christian Jegou.

Cette inauguration sera précédée par la projection du film : Les premiers européens, épisode 2 (de -20 000 à -3 000), d'Axel Clévenot, 2010, 54 min
dans l'auditorium du musée à 15h (dans la limite des places disponibles) et de la présentation de l'Objet du mois par Catherine Schwab, conservateur des collections du Paléolithique et du Mésolithique à 16h30 dans la chapelle.

[15:00-19:30] Le Studio 13/16 fête ses 5 ans !
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
Dégommer Andy Warhol dans un chamboule-tout, pêcher des canettes à pimper soi-même, retomber en enfance dans un château gonflable, découvrir des mots d'artistes dans des ballons, manger du pop-corn et des barbe-à-papa à volonté, repartir avec son accessoire de mode customisé par un artiste (en partenariat avec la Villa Noailles)... Voici quelques exemples de ce que vous pourrez faire dans la grande fête foraine d'anniversaire du Studio 13/16 le 12 septembre au Centre Pompidou !

Le Studio 13/16 fête ses 5 ans et invite pour l'occasion des artistes et ados qui ont participé à faire l'identité du lieu depuis son ouverture en 2010.

Deux sessions de spectacle en Grande Salle auront lieu à 16h et 18h : vidéo, concerts, performances… les billets sont à retirer gratuitement sur place !

************
//// Programme ////

15 – 18h, Forum -1
La fête foraine du Studio 13/16 avec la participation des artistes Pablo Cots, Delphine Huguet, Nicolas Lachambre, Florent Lamouroux, JEAN-PAUL LESPAGNARD, Maroussia Rebecq (Andrea Crews), Nikkfurie De La Caution, Guillaume Poulain, Guillaumit Mit, Pierre Vanni.

16h-16h45, Grande Salle
Concerts de In Your Dreams (pop) et Eighty (métal, rock)

18h-19h30, Grande Salle
Le spectacle des 5 ans présenté par Greg Frite / Black Boul' et avec Les prophetes du like, Mots d'ados (projet d'Irvin Anneix), la Compagnie François Stemmer, Georgio, THYLACINE et Laetitia Bely - LBVJ.

************
Le Studio 13/16 est ouvert gratuitement et sans réservation les mercredis, samedis et dimanches en continu de 14h à 18h et tous les jours pendant les vacances scolaires de la zone C.

Accès par l'entrée principale du Centre Pompidou, puis niveau -1.

En partenariat avec la Villa Noailles, Hyères

Le Studio 13/16 bénéficie du soutien de la Fondation Jean-Luc Lagardère et du partenariat de Boesner et Soundsgood App

Le Studio 13/16 fête ses 5 ans !

[15:00-22:00] PASSAGE PAS SAGE 2015
Location:
Passage Pas Sage
Passage des Gravilliers
Passage des Gravilliers
entrée par le 10, rue Chapon ou le 19, rue des Gravilliers
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Internet Site : www.passage-pas-sage.com
Description:
'expérience immersive revient pour la quatrième année

samedi 12 septembre de 15h à 22h

organisateurs : galerie Christian Berst, galerie Sator, Under Construction Gallery, Paper! Tiger!

concerts // performances // expositions // libations

partenaires : Elixia, Paris Cola, Les Brasseurs du Grand Paris, Chú Luân, Le Tricycle, Les Jeudis Arty

habillage du passage : unSolub

performances : Skall, Andreÿ Zouari, Rachel Marks, River Lin

concerts & DJ's : Ignatus (projet Epok), Into the Deep, DJ Scoiattolo

[15:00-22:00] Vernissage d'Anne-Charlotte Yver "Exsangue - Acte I"
Location:
Galerie Marine Veilleux
47, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Etienne Marcel, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 77 56 13
Mobile : +33 (0)6 33 01 57 34
Mail : galerie@marineveilleux.com
Internet Site : www.marineveilleux.com
Description:
Acte I . 12 septembre . 27 septembre 2015
Vernissage samedi 12 septembre de 15h à 22h

Acte III . 14 octobre . 08 novembre 2015
Vernissage mercredi 14 octobre de 15h à 22h

Correspondance autour d'Exsangue, juillet – août 2015

« Il s'agit travailler sur un désencombrement en mettant en place un système d'autonomie qui ne relève ni de la prouesse, ni de la performance. Les éléments à l'unité ne sont pas volumineux, transportables facilement (…) et c'est par leur assemblage, leur placement, leur lien, leur extension qu'ils viendront occuper l'espace. (…)
Il y a ces trois Actes, qui apparaissent dans l'ordre du processus de travail plus que dans l'ordre de l'ouverture des expositions. Il y a toujours en premier lieu un souci de rassembler un certain nombre d'éléments particuliers à partir d'une intuition : images, matières, formes, objets trouvés, mots, etc... Ensuite vient leur ancrage dans un espace et peut-être en dernier lieu, une tentative de formation d'objets plus complexes et plus clos sur eux-mêmes, qui travaillent sur l'extension, les potentialités et les limites des élé- ments de départ, dans un circuit quand même ouvert à la déviation en cours de route. (…)
Le latex s'est imposé comme une évidence, par rapport à des intuitions très subjectives. Pour revenir à l'exemple du Rituel du serpent de Warburg, j'ai l'impression d'être sur ce même déplacement symbolique du serpent-éclair. En tous cas j'y reconnais la manière dont les liens se tissent par la manipulation concrète, comme dans un processus rituel archaïque mais investi d'un sens profond, l'appréhension d'une situation à travers un objet de substitution signifiant. Le latex, fluide qui coule des vaisseaux d'un arbre, récolté par «saignées», coagule pour former un matériau ultra résistant, extensible, élastique, une peau translucide qui fonce au contact des ultraviolets. Dans un travail où les éléments s'interchangent pour être tour à tour ossature, surface, chair, masse, structure, peau et où la sculpture prend corps par l'assemblage de ces éléments, le latex symbolise clairement tour à tour le fluide (sang) et la membrane. L'acier ici est à la fois machine d'expérimentation, de chirurgie ou de contrôle de cette matière difficile à tenir, qui se rétracte et change d'aspect, qui devient tellement fine quand elle se tend, qu'elle tend à s'échapper de l'étau qui la tient. Il est un support qui n'a pas su s'en tenir au minimalisme sans doute requis pour un support, mais s'est laissé emporter dans sa fabrication progressive vers un certain maniérisme. On est sur des questions de contrôle et de ce qui résiste au contrôle – comme cette espèce de jouissance du dé- tail dans la construction - ou peine à lui résister. Les tubes de néons diffusent des ultraviolets à travers la matière et évoquent le processus de transformation de la couleur du latex tout en le rendant incandescent, comme une manière de maintenir active, vivante et chaude une matière coagulée qui a achevé sa transformation. Il s'agit en quelque sorte de rendre l'énergie vitale à une matière morte, toujours un genre d'acharnement un peu monstrueux et désespéré à la Frankenstein.»

Anne-Charlotte Yver


Née en 1987, Anne-Charlotte Yver vit et travaille entre Paris et Genève. Diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris avec les félicitations du Jury en 2011, elle est invitée par la galerie In situ Fabienne Leclerc à y présenter sa première exposition personnelle en 2012. Elle reçoit la même année le prix artistique Fénéon et le prix de sculpture Georges Coulon. En 2013, la Fondation d'entreprise Hermès l'accueille en résidence. Les pièces réalisées à cette occasion sont présentées dans le cadre de l'exposition Condensation sous le commissariat de Gaël Charbau au Palais de Tokyo en 2013, puis à Tokyo et Séoul en 2014. La même année, elle participe à la 59ème édition du Salon de Montrouge et présente Fusion, sa première exposition personnelle à la galerie Marine Veilleux, avec laquelle elle prend part à l'édition 2014 de YIA Art Fair au Carreau du Temple.
Au sortir d'une résidence à l'Embassy of Foreign Artists (Genève), Anne-Charlotte Yver participe à plusieurs expositions collectives en 2015, à la galerie Marine Veilleux, au CAC La Traverse d'Alfortville ainsi qu'à la galerie Gourvennec Ogor à Marseille.
Parallèlement à Exsangue - Acte I & III, qui constitue sa deuxième exposition personnelle à la galerie Marine Veilleux, Anne-Charlotte Yver présente actuellement Exsangue - Acte II dans le cadre du Module hors les murs du Palais de Tokyo produit en résonance avec la Biennale de Lyon, à la Halle Girard.

Vernissage d'Anne-Charlotte Yver "Exsangue"

[15:00] Vernissage de l'exposition "LES UNIFORMES"
Location:
Galerie Akiza
3, rue Tholozé
75018 Paris
M° Abbesses, Blanche
France
Mail : akiza@akizashop.net
Internet Site : www.akizashop.net
Description:
LES UNIFORMES. Exposition stricte & sensée.

- C'est la Rentrée...
En rang deux par deux mes petits boulons.
Le petit doigt sur la couture du pantalon.
Je ne veux voir qu'une seule tête.
- CHEF OUI CHEF !

La rentrée vue par AKIZA la galerie
c'est un peu d'ordre, beaucoup de rigueur
et une certaine idée de l'élégance.

avec des œuvres de :
JUHA ARVID HELMINEN [Finlande] juhaarvidhelminen.com
AKIZA - www.facebook.com/Akiza.pageofficielle
ANTOINE BERNHART - http://www.antoine-b.com
ARTISTE OUVRIER - www.facebook.com/ARTISTE-OUVRIER-159930647410006
DOCTEUR BERGMAN - www.facebook.com/DocteurBergman
FRÉDÉRIC FONTENOY - www.fredericfontenoy.com
FULL MANO - www.facebook.com/xFullMano
MICHAËL BRACK - michael.brack.free.fr
SMOT75 www.instagram.com/smot75
SON EXCELLENCE OTTO - www.novasodomia.com
VALNOIR - www.metastazis.com

VERNISSAGE samedi 12 septembre à partir de 15h

[15:00-20:00] Vernissage de l'exposition collective "LA PHOTOGRAPHIE ET SES ARBORESCENCES"
Location:
Galerie Michèle Chomette
24, rue Beaubourg
2ème étage
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 05 62
Fax : +33 (0)1 42 72 62 05
Mail : mc.galerie@free.fr
Description:
Vernissage de l'exposition collective "LA PHOTOGRAPHIE ET SES ARBORESCENCES"

[15:30-20:30] Vernissage de Tatiana Wolska "Mutacje"
Location:
Galerie Claudine Papillon
13, rue Chapon
Code immeuble : 8719
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 29 07 20
Fax : +33 (0)1 40 29 07 90
Mail : contact@galeriepapillonparis.com
Internet Site : www.claudinepapillon.com
Description:
12 septembre - 31 octobre 2015
Vernissage samedi 12 septembre 15:30 - 20:30

Le travail de Tatiana Wolska procède de l'écriture par itération, la main de l'artiste assemble ou ré-agence les matériaux investis avec le plaisir d'une répétition qui cherche son motif.

Ses oeuvres présentent l'écheveau d'une composition aux gestes simples et précis interrogeant librement le rapport de la production à l'exposition. Métaphores intimes et frontales, ses oeuvres rappellent une tentative de remédier au symptôme de la modernité qui a pu séparer sujet et objet.

L'artiste sait troubler les frontières avec humour et poésie par des oeuvres présentées comme "réceptacles de sculptures potentielles" ou écrins à quelques espèces d'espaces. Ses processus de travail inventent un répertoire sans programme à l'organisation à la fois évidente et incongrue, intime et généreuse. La posture de l'artiste aborde l'identité par le multiple, l'imaginaire par la fiction, et semble délibérément étirer le temps pour laisser révéler ce que l'oeuvre fait.

Tatiana ne dessine pas quelque chose, elle dessine et sans doute procède-elle de la sculpture comme du dessin. Elle éprouve un geste, en étire les dérives pour laisser les résurgences inventer des mondes.

L'œuvre de Tatiana à cet égard a également trait au baroque par des figures organiques récurrentes qui modèlent la surface ou l'espace. Artiste en "homo faber", on peut certainement promettre, pour reprendre Merleau-Ponty que « si (ses) créations ne sont pas un acquis, c'est aussi qu'elles ont presque toute leur vie devant elles. »

Marina Pirot, juin 2015

Vernissage de Tatiana Wolska "Mutacje"

Galerie R+1:
oeuvres de Cathryn Boch, Gaëlle Chotard, Johan Creten, Erik Dietman, Sammy Engramer, Luka Fineisen, Hreinn Fridfinnsson, Charles Le Hyaric, Jürgen Klauke, Frédérique Loutz, Dieter Roth, JC Ruggirello, Elsa Sahal, Didier Trenet





[16:00-19:00] Vernissage de 2SHY « Météorisme »
Location:
Module
9, rue Cyrano de Bergerac
75018 Paris
M° Jules Joffrin, Lamarck - Caulaincourt
France
Mobile : +33 (0)6 59 11 51 70
Mail : contact@lemoduleparis.fr
Internet Site : www.lemoduleparis.fr
Description:
Depuis plus de vingt ans, 2SHY explore le monde comme les supports sur lesquels il peint, dessine, crée, s'exprime. Murs, briques, façades, monuments, terrains, papiers, toiles, galeries, écrans… aucune surface n'échappe à son univers enfantin et coloré. Une seule condition à ses œuvres : un rendu graphique impeccable.
Insatiable curieux, cet artiste à la création et l'imagination sans bornes a dernièrement jeté son dévolu sur la céramique, un art qu'il a affiné à l'atelier Le Biscuit à Ivry.
2SHY expose des œuvres originales inédites et ses peintures sur céramique au Module, du 12 septembre au 3 octobre. La galerie est ouverte tous les samedis de 15h à 18h.

https://www.facebook.com/2shy2shy
https://instagram.com/2shywashere
http://2shywashere.com

Vernissage de 2SHY « Météorisme »

[16:00-21:30] Vernissage de JR « DECADE. Portrait d'une génération »
Location:
Galerie Emmanuel Perrotin
76, rue de Turenne
10, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 16 79 79
Fax : +33 (0)1 42 16 79 74
Mail : info-paris@galerieperrotin.com
Internet Site : www.galerieperrotin.com
Description:
Vernissage samedi 12 septembre, 16h-21h30
12 septembre - 17 octobre 2015

La Galerie Perrotin est heureuse de présenter « DECADE, portrait d'une génération », une exposition de JR qui occupe simultanément le premier niveau de l'espace de la rue de Turenne et l'impasse Saint-Claude à Paris.

Cette nouvelle exposition, la 5e depuis que l'artiste a rejoint la Galerie Perrotin en 2011, est l'occasion de revenir sur les dix dernières années du parcours de l'artiste, en présentant au visiteur son travail vidéo, ses encres sur bois et sa production photographique récente.

Le parcours débute par une installation immersive qui nous projette au cœur de la cité des Bosquets, à Clichy-Montfermeil. Cette œuvre confronte, pour mieux les relier, les différents thèmes que l'artiste a associés depuis dix ans.

Par un procédé de réflexion au sol, des projections présentent un dialogue infini entre les habitants de la cité, l'évocation des émeutes urbaines de 2005 et la destruction des immeubles d'habitation comme réponse politique qui s'ensuivit. La danse filmée offre un lien à la fois académique et temporel. Elle rassemble symboliquement les différentes étapes de travail de JR sur le territoire de Clichy-Montfermeil durant cette décennie.
Présentées en boucle, ces vidéos diffractées dans l'espace de la Galerie ne sont pas sans rappeler la difficulté à décrire l'espace formel et temporel des évènements sociaux et politiques qui ont ébranlé la France entière à l'automne 2005.
*
Clichy-Montfermeil, c'est le lieu d'où sont parties, selon le politologue Gilles Képel, « les plus grandes émeutes de l'Histoire de la France contemporaine ». Le 27 octobre 2005, le drame de la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré électrocutés alors qu'ils tentaient de fuir un contrôle de police marque le départ d'un embrasement social et d'un emballement médiatique international sans précédent.

Un an auparavant, c'est sur ce territoire que JR a débuté sans le savoir encore, son projet « Portrait d'une Génération ». Avec son ami et réalisateur Ladj Ly, habitant des Bosquets, il photographie dans leur quotidien les jeunes habitants du quartier avant de coller les images sur leurs immeubles, sans aucune autorisation et pour la première fois de son parcours en très grand format.

Parmi celles-ci figure le portrait de Ladj Ly entouré de jeunes garçons de la cité, pointant sa caméra comme une arme vers l'objectif de JR. Lorsque les émeutes démarrent un an plus tard, ces affiches restées sur les murs sont subitement exposées aux médias du monde entier. Les journalistes s'emploient à les utiliser comme illustration de l'actualité, miroir ironique de la violence de ces jeunes face à celle des propos médiatiques et politiques.

Ils se tournent vers JR pour utiliser ses clichés. L'artiste refuse, il n'est pas plus photo-reporter que porte-parole de la cité des Bosquets. Cette situation le pousse à définir sa démarche formelle, celle qui préfigure le projet 28 Millimètres dans son ensemble (« Face2Face - 2007 », « Women Are Heroes – 2008/2010 »), puis plus tard « Wrinkles of the City (2008/2015)».

Il retourne sur les lieux en 2006 muni de son appareil photo, sur lequel il fixe un objectif de 28 mm pour photographier au plus près et dans les moindres détails les visages des jeunes de la cité. JR colle ensuite ces portraits déformés par les grimaces dans le centre de Paris, accompagnés de leur nom, prénom et adresse précise. Qui veut se rendre à Clichy-Montfermeil peut aller sonner à leur porte.
JR prend ainsi à contre-pied la mise à distance par l'image qu'utilisaient les médias pour traiter l'événement un an auparavant.
*
C'est par la pratique de la vidéo que ces portraits refont surface, lorsque le PRU (Projet national de Rénovation Urbaine) inclut en 2012 la destruction de deux barres d'immeubles de la cité des Bosquets.

Conscient qu'une partie de la mémoire des lieux va disparaître, JR choisit d'en capter les derniers instants en ayant préalablement collé une vingtaine des portraits de 2006 sur les cloisons intérieures des appartements : portraits d'une génération que l'on voit s'effondrer à l'écran, au fur et à mesure que l'immeuble est grignoté, voué à disparaître.
En 2014, alors qu'il est invité à réaliser un travail plastique pour le New York City Ballet (NYCB) dont une partie est visible dans les espaces de la rue de Turenne de la Galerie Perrotin, JR convainc Peter Martins, le directeur du David Koch Theater, de monter une chorégraphie autour de l'histoire des Bosquets et des émeutes de 2005.

Une décade après avoir fait ses premiers pas à la cité des Bosquets, il met en scène avec le NYCB l'histoire de son ami Ladj Ly et de sa rencontre avec une jeune journaliste lors des émeutes. Il fait appel à Lil' Buck, jeune danseur connu pour sa pratique du jookin qui incarnera le jeune Ladj Ly, pour créer un duo avec la danseuse classique Lauren Lovette, qui interprétera la journaliste. La première du ballet « Les Bosquets » est donnée en avril 2014 avec 42 danseurs du corps de ballet du NYCB.
*
Cela fera bientôt dix ans que les banlieues parisiennes se sont embrasées. JR se rend compte que cette forme dansée nouvelle pour lui et sensiblement évocatrice de l'histoire d'un quartier peut constituer le lien visuel nécessaire au travail documentaire qu'il vient d'entreprendre sur ces dix années passées depuis qu'il a collé l'image de Ladj Ly sur son immeuble des Bosquets.
Plutôt que le documentaire initial, c'est une fiction inspirée du réel qui est montrée, sur une musique originale de Hans Zimmer, Woodkid, Pharrell Williams et Ben Wallfish.
Reprise par les danseurs de l'Opéra National de Paris sur les lieux-même des affrontements en 2005, la chorégraphie créée pour le NYCB devient l'élément central du film « Les Bosquets ».

C'est tout naturellement que ce film de 17 mn, auto-produit & réalisé par JR, sera projeté en avant-première en France à l'Espace 93 à Clichy-sous-Bois le 10 septembre, à 20h. Il y sera ensuite visible gratuitement et en continu tous les mercredis et vendredis du mois de septembre, de 17h à 20h. Il sera présenté en boucle dans l'espace Saint-Claude de la Galerie Perrotin à partir du 12 septembre, pendant toute la durée de l'exposition.

Les danseurs du NYCB traversent également l'œuvre photographique de JR ainsi que les encres sur bois de petits et très grands formats visibles dans l'exposition. Le corps du ballet de l'Opéra National de Paris pose avec délicatesse dans des containers en partance du port du Havre ou encore sur le toit de l'Opéra Garnier.

Dix ans après les émeutes qui ont secoué la France au point que le gouvernement déclare l'état d'urgence, l'exposition « DECADE, Portrait d'une génération » témoigne de la capacité de JR à déplacer le champ des possibles. Cette démarche constitue depuis 10 ans le socle formel et esthétique de son œuvre. Elle n'est pas sans rappeler certains principes situationnistes, dans le sens où elle s'affranchit des frontières établies pour produire des images ancrées dans la réalité, qui rapprochent l'art de la vie.

Anaïd Demir

Une grande monographie autour de JR paraîtra le 10 septembre aux éditions Phaidon, JR: L'ART PEUT-IL CHANGER LE MONDE ?, avec un roman graphique de Joseph Remnant et un essai de Nato Thompson, 304 pages, 500 illustrations. En vente à la librairie de la Galerie.

http://www.jr-art.net

Vernissage de JR « DECADE. Portrait d'une génération »

[16:00-21:30] Vernissage de Thilo Heinzmann « Détours, Hasards & Monsieur Heinzmann »
Location:
Galerie Emmanuel Perrotin
76, rue de Turenne
10, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 16 79 79
Fax : +33 (0)1 42 16 79 74
Mail : info-paris@galerieperrotin.com
Internet Site : www.galerieperrotin.com
Description:
Vernissage samedi 12 septembre, 16h-21h30
12 Septembre - 17 Octobre 2015

Monsieur Heinzmann, pour sa première exposition parisienne à la galerie Perrotin, en invoquant détours et hasards, réunit un ensemble d'œuvres qui présente chacune à sa manière un geste pictural audacieux, sorte de défi lancé au hasard, non pour l'annuler mais pour le célébrer et dépasser radicalement le formalisme.

« Un coup de dés jamais n'abolira le hasard. » Mallarmé, en pleine conscience de ses moyens et de la crise de la modernité, jeta ces mots et ébranla le monde poétique avec ce poème inouï éclaté sur douze doubles feuilles blanches, les mots surgissant par vague, en cascade, en explosion, en constellation sur un horizon unanime, uniment blanc. Comme Mallarmé, Thilo Heinzmann manie à l'état pur ses moyens plastiques, ceux de la peinture, mû par l'exigence du geste créateur et poétique qui affronte le vide, le fond blanc des choses, mû également par le désir de continuer de faire de la peinture le champ privilégié de puissantes rencontres entre le support, le travail sur la matière et le travail sur la couleur et la texture.

Les matériaux du support des surfaces varient, et avec eux les qualités et les valeurs du blanc. La surface est absorbante et dense, et presque mousseuse, quand le support est une toile enduite. Mate, lisse, trop parfaite, quand le support est en aluminium. Subtilement insistante sous la fine couche blanche, quand le support est un panneau de bois, mettant bien en avant ce qui est présenté au regard, en l'occurrence des morceaux de polystyrène, jouant du contraste entre matériau naturel et matériau artificiel. La qualité de matière précaire et synthétique, ainsi tronçonnée et collée, vient compliquer le rapport à la surface de travail de la peinture, qui n'est ni neutre, ni plate, ni lisse, ni innocente. En fonction des qualités matérielles et visuelles des supports choisis, Thilo Heinzmann intervient et perturbe donc la perception de la surface, parasite la notion de représentation et les idées d'utilité et de finalité des matériaux, défendant la possibilité de suspendre le mode utilitaire de la perception en fixant l'attention sur la sensorialité des matériaux. Là, il travaille à mettre en tension le bois et le polystyrène, ici à faire sentir la rudesse et le plissement de la toile de jute mouchetée, maculée, et là-bas à perforer, inciser, lacérer le plan blanc rigide et métallique, encouragé en cela par la création de couleurs chaudes dont il balise le tracé avec des coupures qui gardent le rythme du geste incisif, geste vivant qui troue le métal.

Les jets de pigments procèdent du même geste, convoquant les sensations de détonation, d'énergie et de fulgurance. Des nuées vivantes, rendant presque un son poudreux et effervescent, se sont formées à la surface. L'action de la peinture s'impose au blanc et à la puissance de son éclat lisse. Le travail sur la matérialité élémentaire de la peinture réussit des opérations chimiques qui dégagent des qualités esthétiques et picturales paradoxales, convoquant la sensation d'une composition instinctive, souvent minimale.

La peinture est confrontée ici à une triple dimension de sa nature : chimique, matérielle, et paradoxalement hasardeuse : hasard précisément convoqué des matières, des réactions, du geste faisant se rencontrer matière et chimie, geste ayant l'audace de mettre à l'arrière plan la tension historique entre la peinture figurative et la peinture abstraite, au profit de la tension sensorielle actuelle entre la texture, la couleur, la matérialité du support, la surface. Le travail de Thilo Heinzmann est une recherche, une expérimentation sur les moyens plastiques élémentaires de la peinture, à l'affut, soit pour parvenir à capturer la minéralité du pigment, avec l'éclat de sa couleur, dans sa volatilité, irradié et irradiant, fluorescent, témoin et acteur des processus de transfiguration de la lumière en couleurs ; soit pour le prendre au piège de l'époxyde, séduction irrésistible de la couleur coulée en matière parfaite - utopie de la couleur sans la forme, sans objet, inversant la traditionnelle hiérarchie, conceptuelle et métaphysique, entre la Forme et la Matière.

O. T. Les titres de toutes les peintures sont formées ici des initiales de « Ohne Titel » - sans titre. L'objet de la peinture ne se dira pas dans les mots, car aucun objet n'est ici représenté. L'art de Thilo Heinzmann ne produit pas d'images en tant qu'elles sont des imitations des contours des choses. Alors pour affronter le rien, le néant blanc, pour faire saillir ce qui peut surgir en effet, et s'imposer à la surface, Thilo Heinzmann suit une dynamique picturale toujours renouvelée par une recherche poïétique. Recherche du geste juste, dont le but n'est pas de représenter des choses bien définies, finies, mais dont le but est de rechercher le moment où le geste peut puiser à une énergie originelle, source d'une immense fécondité. On perçoit bien qu'il ne s'agit pas de représenter des objets donnés, mais de chercher l'impulsion vivante, jaillissante, dans ce qu'elle a de plastique et de visuellement ambiguë. Et pour la saisir jaillissante, le geste est prêt à s'arrêter à mi-parcours, courant le risque de l'inachevé, ou de la tension avec le vide.

Cet aiguillon poïétique fixe l'attention de l'artiste sur la sensation de commencement des choses, ce qui explique qu'il n'accorde pas d'importance aux formes arrêtées ou aux contours dessinés. D'où s'ensuit un certain relâchement de tension avec les choses et leurs apparences. Une sensation de suspens, et de liberté, se dégage de l'ensemble de ces décisions picturales à chaque fois uniques, chaque pièce répercutant un écho à l'origine commune mais divergeant de plus en plus, comme cet ensemble de peintures aux pigments aux relations diversement géométriques : parallèles, homothétiques, perpendiculaires, définissant une zone dense de voisinage, faisant vibrer le blanc avec les différences de longueurs d'onde entre les pigments bleu lagon et les pigments terreux aux reflets de bronze.

Thilo Heinzmann nous donne accès à une perception sensible élargie du processus de création inlassablement recommencée et continuée. La création est continue parce qu'elle recommence à chaque nouveau geste. Thilo Heinzmann sait, pour chaque pièce, un endroit mince, un point de détonation, où peut frapper l'apparition, comme ces traces ocre-sang sur la toile de jute, ou ces traces de peinture fantôme sur la grande plaque de polystyrène. Il évalue l'amplitude de la perturbation matérielle nécessaire, où elle doit s'arrêter et garder du vide, et recommencer, ou opérer une variation, créant des équilibres formels précaires et inattendus pourtant pérennes – des formes en mouvement sont bel et bien apparues et demeurent paradoxalement.

Thilo Heinzmann relâche le rapport aux apparences des choses, et déjoue nos habitudes de fascination visuelle, pour mettre en jeu une extrême tension entre le visible et l'invisible dans ces espaces-plans blancs, carapaçonnés de plexis, cages transparentes retenant la trace du mouvement de l'existence, où se jouent devant nos yeux des équilibres fondamentaux et infimes, infiniment grands et précaires. « Et c'est la magie de la vie » selon la formule de Paul Klee : c'est la force agissante, la force d'exister entre ces équilibres et déséquilibres, que les moyens de la peinture continuent de capturer de manière unique.

Mériam Korichi

Vernissage de Thilo Heinzmann « Détours, Hasards & Monsieur Heinzmann »

[16:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Gottfried Honegger"
Location:
Galerie Lahumière
17, rue du Parc Royal
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 77 27 74
Fax : +33 (0)1 42 77 27 78
Mail : galerie@lahumiere.com
Internet Site : www.lahumiere.com
Description:
Du 12 septembre 2015 au 15 octobre 2015

C'était peu avant l'ouverture de son exposition au Centre Pompidou. Pour prolonger le plaisir de voir ou de revoir un certain nombre de ces œuvres nous avons pris l'initiative de lui consacrer notre première exposition de la rentrée, avec aussi bien des peintures-collages, des dessins, des sculptures et des reliefs, représentant des pièces conçues entre 1975 et 2015, dont deux œuvres remarquables. Lors de sa précédente exposition à la galerie, son « Adieu au tableau » évoquait une série de reliefs très aériens, nous proposerons un polyptyque noir et blanc de cette période (2012) en fer et aluminium peint (100 x 200 cm). Une autre pièce plus ancienne (1980-81), un triptyque collage et acrylique sur toile aux dimensions honorables (230 x 313 cm) sera présentée au rez-de-chaussée de la galerie. Cette pièce nous a-t-il avoué en la regardant, est singulière, dans fait qu'il y avait peint sur la toile comme un cadre. En tout, accrochées aux cimaises et posées au sol, entre rez-de-chaussée et le premier étage, il y aura environ une vingtaine d'œuvres. Nous ne pensions pas qu'il viendrait, on met du temps à devenir jeune, il en est la preuve vivante, il nous fait l'honneur et la joie de se déplacer à nouveau de Zürich où il vit maintenant. Gottfried Honegger n'est jamais là où on l'attend, allez vous promener sur le port de La Rochelle, tout en haut de la Tour de la Lanterne, dans la galerie (dernier étage à 38 mètres de haut), vous y découvrirez une étonnante installation : au sol une composition en granit et fixée sous le cône de la tour, une longue flèche en aluminium pointée vers le sol, les deux œuvres datent de 1985. Cette Tour du XII siècle à servi d'amer et de phare, tout comme Gottfried l'est pour toute une génération d'artistes travaillant dans la même veine. Gottfried en allemand signifie : la paix de Dieu, il est né en 1917 à Engadine, Suisse.

Vernissage de l'exposition "Gottfried Honegger"

[16:30-19:00] Finissage de SOO KYOUNG LEE et GUILLAUME MOSCHINI
Location:
Galerie Djeziri Bonn
Linard Editions
47, rue de Turenne
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)9 52 04 50 80
Mail : contact@galeriedjbo.com
Internet Site : www.galeriedjbo.com
Description:
exposition du 08-07 au 12-09-15

Lecture et finissage

Présentation du livre "Parenthèse" - estampes originales de Guillaume Moschini et texte de Gérard Moschini - édité à 60 exemplaires, numérotés et signés par les artistes.

Lecture du texte par Gérard Moschini en présence de Guillaume Moschini.






[17:00-20:00] Vernissage de Pierre Ardouvin "WICKED WORLD"
Location:
Galerie Praz Delavallade
5, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 45 86 20 00
Fax : +33 (0)1 45 86 20 10
Mail : gallery@praz-delavallade.com
Internet Site : www.praz-delavallade.com
Description:
September 12 - October 10, 2015
Opening Reception: 17:00-20:00, September 12, 2015

Depuis le début des années 1990, le travail de Pierre Ardouvin se développe comme un scénario elliptique de nos désillusions. Sa poésie, souvent en lien avec la culture populaire, vient d'un rapport « dérangé » au langage et au monde.

L'exposition Wicked World présente de nouvelles œuvres issues des ensembles Les Écrans de veille, Un Monde pourri et Le Théâtre des opérations, tous liés par leur enracinement dans le terrain des affects et de la prolifération ainsi que par une bonne dose d'humour poétiquement acide. Les univers convoqués, ces choses mises au rebut du souvenir, font émerger une autre mémoire, une mélancolie à la frontière entre l'intime et le collectif.

Les Ecrans de veille
« Il faut ruiner un palais pour en faire un objet d'intérêt. » - La poétique des ruines, Denis Diderot, 1767

L'imagerie carte postale représentative de la société des loisirs de masses, celle des stations balnéaires, du tourisme culturel et muséal, ou encore des îles paradisiaques est un motif récurrent dans l'œuvre de Pierre Ardouvin. Ses « tableaux » de la série des Ecrans de veille peuvent être envisagés comme des interfaces perturbées d'un imaginaire collectif, synthèse dysfonctionnelle entre deux logiques : celle du rêve médiatisé à travers les «écrans » de la culture de masse et la logique irruptive et parasitaire de l'intime.

Un Monde pourri
« Can't you see that all my castles are burning? » - Fire in The Sky, Ozzy Osbourne, 1988

Un Monde pourri met en scène des assemblages d'objets en plastique, pour l'essentiel des jouets. Ces hybridations qui viennent réactiver un langage enfantin dans une dimension de perte sublimée sont réalisées en chauffant les objets, ainsi soudés, et partiellement fondus et déformés. Cet ensemble nous renvoie à un monde à l'abandon, une sorte de poétique des ruines version série B. On retrouve aussi la dimension romantique liée à l'adolescence et propre à l'univers de l'artiste dans les phrases titres qui reprennent des extraits ou des titres de chansons où se côtoient Black Sabbath, Nirvana, Les Rolling Stones etc.

Théâtre des opérations
« À chaque théâtre correspond en général une campagne. »

Surgissent également d'autres objets dans l'exposition : une vielle chaise d'écolier, un tronc d'arbre mort, quelques boules de Noël, un pneu usagé, des pierres, un petit toboggan en plastique, une boule a facette... Autant d'éléments se référant à des univers divers et dont les assemblages construisent des figures qui réactivent de manière frontale et crue le territoire perdu de l'enfance. Chaque pièce de cette série nommée Théatre des opérations reprend en effet les noms d'interventions militaires aux connotations aussi poétiques que grinçantes, Aube de l'Odyssée, Deadlight ou Desert Storm, qui mettent en évidence cette position inconfortable, paradoxale qui fait toute la puissance efficiente du travail de Pierre Ardouvin, ce subtil mouvement de balancier entre le rêve et la chute, l'évasion et l'enfermement, la poésie du monde et son aride cruauté.

Pierre Ardouvin est né en 1955, il vit et travaille à Paris. Un catalogue monographique de référence Eschatologic Park a été publié aux éditions Les presses du Réel en 2010. Un livre aux éditions Villa Saint Clair est à paraître. Une exposition monographique au MAC/VAL (Vitry) est en préparation pour le printemps 2016. Ses œuvres ont aussi été exposées au Palais de Tokyo (Paris), au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, à la Fondation Jumex (Mexico), au Mori Art Museum (Tokyo), au NMCA (Seoul) et sont présentes dans de nombreuses collections publiques et privées en France et à l'étranger.

[17:00-20:00] Vernissage de Rina Banerjee "Human Traffic"
Location:
Galerie Nathalie Obadia (Bourg Tibourg)
18, rue du Bourg Tibourg
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 53 01 99 76
Mail : info@galerie-obadia.com
Internet Site : www.galerie-obadia.com
Description:
12 Septembre - 24 Octobre 2015
Vernissage le 12 Septembre 2015 de 17h à 20h
+ signature de la nouvelle monographie de Rina Banerjee

La Galerie Nathalie Obadia est heureuse de présenter la troisième exposition personnelle de Rina Banerjee dans sa galerie à Paris depuis Imagining the other half of the world from here en 2011, organisée en parallèle de son exposition personnelle au Musée Guimet, Chimères de l'Inde et de l'Occident.

Pour Human Traffic, Rina Banerjee a produit spécifiquement une série d'œuvres (sculptures, panneaux de bois, dessins grand format) illustrant ses réflexions sur le thème du mouvement qu'elle interprète tout aussi bien de manière positive : les voyages qui génèrent une grande mixité et richesse culturelles, que plus abruptement avec la circulation physique des corps forcée par les guerres, le terrorisme, la pauvreté, et impliquant de fait des migrations de toute sorte. Ainsi la colonisation, le déracinement ou même le trafic humain à proprement parler sont abordés dans cette exposition, dans des formes complexes, colorées et puissantes où chacun y puisera sens, et illustrées par des titres métaphoriques écrits à la manière de poèmes.

Partant du fait que le mouvement est un phénomène particulièrement propre à notre récente époque, porté par l'afflux des technologies et la multiplicité des réseaux, mais aussi accru par le pouvoir consumériste des pays de l'Ouest sur l'Est, Rina Banerjee explore de fronts dans ses œuvres ces différentes formes de circulations. Ainsi la sculpture Make me a summary of the world, she was his guide and had travelled on camel, rhino, elephant and kangaroo, dedicated to dried plants, glass houses - for medical study, vegeatible sexuality, self-pollination, fertilization her reach pierced the woods country by country peut-elle bien résumer cette thématique. Il est ici question, par une prolifération de matériaux et de formes (cornes pointues prêtes à transpercer, ombrelles protectrices, tête de poupée en plastique, rhinocéros en bois, coquillages, branches torturées, etc) de multiples déplacements entre différents continents, laissant trace sur son passage à la manière d'une pollinisation des airs.

Plus sombrement, l'artiste évoque des situations traumatisantes tels : Soldier : overseas and out of place his species seeded dead to grow as common place, bore beautiful flowers of wound, carnage discovered a resin sticky like sweat. He had courage and loyalty when everyone wept and came home emptied while we splet, offrant l'image d'un homme luttant pour son identité, portant des poids morts, un crâne rouge surplombant son corps gonflé. Pour l'artiste, les différents objets utilisés sont comme des orphelins et son rôle d'artiste est alors de leur trouver une famille «fabriquée.»

Rina Banerjee s'est intéressée pour cette exposition certes à la mobilité des corps, mais sous couvert d'une fervente critique de leur marchandisation. A plusieurs reprises, l'individualité est mise à mal, l'esclavagisme est pointé du doigt, les enfants et les femmes sont les premiers êtres persécutés, kidnappés, utilisés comme monnaie d'échange, poussés au crime : Petty crime, shame on her mind. Ainsi dans le grand dessin Human traffic, une mère qui se veut protectrice est entourée d'embryons de corps difformes, livrés à eux-mêmes dans un océan de couleur. « Je joue avec des changements d'échelle brusques dans mes dessins et sculptures. Je suis attirée par les détails délicats, fragiles, ésotériques et maladroitement placés dans l'œuvre, qui invitent à aller vers de nouvelles directions et nous mènent en voyage.» L'invitation au voyage est tentante, même si elle insinue parfois violence et brutalité. Son monde est comme une série de collisions culturelles inévitables où seul l'être humain, en tant qu'animal vivant, est propre à s'y adapter.

Dénonçant l'impact du capitalisme sur nos rapports à l'univers et aux autres, l'artiste regrette que nous vivions dans un monde de ségrégation et de discrimination raciales, culturelles et économiques. «Mon oeil est fatigué de toujours regarder la culture à travers un seul prisme.» C'est la richesse de ses compositions, la fulgurance de ses couleurs, la multiplicité des sensations qu'elle fait éclore en nous à la vue de ses œuvres, échappatoire à tout enfermement et favorisant à leur tour un mouvement cette fois enrichissant vers l'autre et l'ailleurs.

Rina Banerjee est née à Calcutta, Inde en 1963. Elle vit et travaille à New York.

Depuis la fin des années 1990, elle expose dans de nombreuses institutions notamment avec «Astralis » à l'Espace Culturel Louis Vuitton à Paris en 2014. Du 19 septembre au 6 décembre 2015, Rina Banerjee participera à l'exposition Artist making movement à l'occasion de l'Asian Art Biennal se tenant au National Taiwan Museum of Fine Arts, Taichung, Taiwan.
Les oeuvres de Rina Banerjee figurent dans de nombreuses collections privées et publiques prestigieuses dont celles du Whitney Museum (New York), du SF Moma (San Francisco), de la Yale University Art Gallery (Connecticut), de la Fondation Louis Vuitton pour l'Art Contemporain (Paris), de la Boghossian Foundation - Villa Empain (Bruxelles), de la Mont Blanc Collection (Suisse), de la Donation Guerlain au Musée National Art Moderne (Paris), ainsi que celle du Musée d'Art Moderne et Contemporain «Les Abattoirs» (Toulouse) .

Vernissage de Rina Banerjee "Human Traffic"
Fury of the fringe, largely restless, faint and fragile at every start, it's first breath, jumpy and punctured
as you see to let it be by way of watching fires grow, keep the wildness of our heart reach press for a better way to merge
all human and animal and plant trails, walks, migrations stray toward our common drinking hole., 2015
Technique mixte, 109,7 x 45,7 x 70 cm (43 13/64 x 18 x 27 19/32 in.)

[17:00] Visite commentée de l'exposition "Idées Multiples"
Location:
Galerie des Galeries
29 bis, rue de la Chaussée d'Antin
40, boulevard Haussmann
premier étage
75009 Paris
M° Chaussée d'Antin - La Fayette, Trinité - d'Estienne d'Orves, Havre - Caumartin, RER A Auber
France
Phone : +33 (0)1 42 82 81 98
Mail : galeriedesgaleries@galerieslafayette.com
Internet Site : www.galeriedesgaleries.com
Description:
Profitez des derniers jours pour découvrir ou re-découvrir l'exposition "Idées Multiples" à la Galerie des Galeries, jusqu'au 12 septembre 2015.

>> Visite commentée gratuite le samedi 12 septembre à 17h.
Réservations: mferre@galerieslafayette.com

*Les multiples, les objets et les vêtements sont en vente au sein de l'espace et des Galeries Lafayette

[17:30-20:00] Vernissage d'Imran Qureshi "IDEA OF LANDSCAPE"
Location:
Galerie Thaddaeus Ropac
7, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 72 99 00
Fax : +33 (0)1 42 72 61 66
Mail : galerie@ropac.net
Internet Site : www.ropac.net
Description:
12 SEPT - 17 OCT 2015
VERNISSAGE EN PRÉSENCE DE L'ARTISTE SAMEDI 12 SEPTEMBRE 17H30 - 20H

La galerie Thaddaeus Ropac est heureuse d'annoncer la première exposition personnelle d'Imran Qureshi dans son espace du Marais. L'artiste pakistanais, né en 1972 et domicilié à Lahore, a élaboré un style singulier qui transpose les motifs, symboles et procédés décoratifs de la miniature moghole dans un langage résolument contemporain.

Imran Qureshi, unanimement salué pour son installation sur le toit du Metropolitan Museum of Art à New York en 2013, a participé a la Nuit Blanche de Paris en 2014 et il fait partie des artistes invités au pavillon iranien de la 56e Biennale de Venise.

Vernissage d'Imran Qureshi "IDEA OF LANDSCAPE"
Imran Qureshi This Leprous Brightness, 2015
Emulsion, acrylic paint and gold leaf on canvas
198,1 x 137,2 cm (78 x 54 in)

[17:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Les Drapeaux"
Location:
XPO GALLERY
17, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)9 66 84 37 55
Mail : info@xpogallery.com
Internet Site : www.xpogallery.com
Description:
vernissage 12 septembre de 17h30 à 21h

Les Drapeaux est une exposition d'étendards pensés par dix-huit artistes, invités à investir ce format.

Hissés une semaine chacun de mai à août 2015, ces drapeaux ont décoré tour à tour le toit de la Maison des arts de Malakoff, un centre d'art contemporain aménagé dans un édifice classique du XIXe siècle.

Suite à cette invitation faite par Pablo Cavero, alors en résidence à la Maison des arts, les drapeaux sont présentés dans leur ensemble à la galerie XPO.

Leur présentation conventionnelle, sur l'édifice, emprunte à celle du drapeau national, et confère au format sa symbolique. L'étoffe mise au vent est employée dans les domaines de la politique, de la signalétique, et de la publicité, pour l'impact visuel qu'elle produit.

Chacune des réponses formulées par les artistes s'approprie cette contrainte de format, et met ainsi en avant ce qui définit leurs pratiques. Réflexions sur l'image et le support, la nature politique et culturelle du drapeau ou de l'emblème, ou encore l'image commerciale, la matérialité de l'œuvre, et l'emprunt à l'histoire... ce sont autant de possibles qu'invoquent ces actes de pavoisement.

L'exposition à XPO gallery conclut ce cycle, et présente les drapeaux dans un nouveau contexte qui les réunit. La neutralité du white cube permet de visualiser les drapeaux dans leur ensemble.

Vernissage de l'exposition "Les Drapeaux"
Pablo Cavero, nuances de gris, 2015







[18:00] Apéro T.R.O.C
Location:
The Window
Laboratoire d'expérimentations artistiques en milieu urbain
1, rue Gustave Goublier
75010 Paris
M° Château d'Eau, Strasbourg - Saint-Denis, Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)9 71 38 36 19
Mail : info@thewindowparis.fr
Internet Site : www.thewindowparis.fr
Description:
L'évènement se produit à l'heure de l'apéro au 0/gustave rue Gustave Goublier dans une ambiance conviviale et détendue.

Chacun a chez soi, ou en soi, un ouvrage de sa confection ou non, qu'on estime raté ou insignifiant, une potentielle oeuvre d'art qui sommeille: un objet manufacturé ou une œuvre de la nature, des travaux d'art et de loisirs (dessin, peinture, poterie), un livre, un vêtement, une idée, une action, etc.

Le principe de l'apéro T.R.O.C. est simple: prendre l'apéro et échanger un artefact ou un élément naturel indésirable contre un autre qui selon vous peut faire "œuvre". Autrement dit, l'apéro troc c'est offrir à un objet de désaffectation l'opportunité de trouver grâce aux yeux d'un autre. L'art n'est-il pas juste une histoire d'amour et de désamour?

Les règles du jeu

1.TROC est un système exponentiel d'échanges non monnayables entre deux personnes 2.Un troqueur n'a pas nécessairement le statut d'artiste mais l'échange fait oeuvre 3.Tout collectionneur troqueur est responsable de sa collection ( archivage, conservation, restauration ... ) 4.Ces deux personnes définissent elles-mêmes la valeur de cet échange. La nature des échanges pourra être soit matérielle ( objet... ) soit immatérielle ( service, geste... ) 5.Un troqueur devient collectionneur lorsqu'il se constitue une collection privée. Un troqueur peut s'adonner à un troc unique et ponctuel, sans par conséquent constituer de collection 6.Chaque échange effectué dans le TROC fait parti du FROC ( fond du troc.roc.oc.c ) 7.Chaque collection peut être présentée ou exposée au sein des évènements et des rencontres FROC 8.Une oeuvre peut être troquée à volonté 9.Chaque oeuvre TROC peut être exposée sous réserve de la mention collection privée FROC ( aucune vente n'est possible ) 10.P

[18:00] Finissage de Vinie
Location:
Le Lavo//matik
arts urbains
20, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 83 69 92
Mail : benoit.maitre@wanadoo.fr
Description:
Originaire de Toulouse, Vinie s'initie au graffiti dès le lycée.
Un poste de Directrice artistique la mène à Paris en 2007. C'est à son arrivée dans la capitale qu'elle se tourne intuitivement vers un travail plus personnel. Elle construit alors un personnage à mi-chemin entre poupée et pin-up. Cette figure féminine devient très vite sa marque de fabrique, notamment grâce à sa coiffure changeante, faite de tags et dédicaces diverses, de coulures ou jetés de peintures, jusqu'à l'utilisation de lierre déjà présent dans le décor.
A l'aise sur toiles comme sur murs, elle signe en juin 2014 un Opus Délit “Des couleurs plein la tête” chez Critères Editions, et réalise ses premières expositions solo et à l'étranger.

L'expo sera visible jusqu'au samedi 12 septembre inclus.

Finissage de Vinie

[18:00-21:00] Vernissage d'Alkis Boutlis "Lettres à Sibylla"
Location:
Galerie Suzanne Tarasiève
7, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 71 76 54
Mobile : +33 (0)6 11 01 16 79
Mail : info@suzanne-tarasieve.com
Internet Site : www.suzanne-tarasieve.com
Description:
12 SEPT. – 10. OCT. 2015
Vernissage samedi 12 septembre 2015 de 18h à 21h

Catalogue de l'exposition - Textes de Serge Legat et J. Emil Sennewald

Vernissage d'Alkis Boutlis "Lettres à Sibylla"

[18:00-21:00] Vernissage de David Miguel "FLYING VISIONS"
Location:
NextLevel Galerie
8, rue Charlot
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers, Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 54 90 88
Mobile : +33 (0)6 08 16 73 69
Mail : contact@nextlevelgalerie.com
Internet Site : www.nextlevelgalerie.com
Description:
Vernissage le samedi 12 septembre de 18h à 21h
Du 12 septembre au 31 octobre 2015

Ceux qui connaissent déjà le travail de David Miguel découvriront d'un œil neuf sa nouvelle exposition à la galerie. Mettant momentanément de côté sa pratique sombre et précise du dessin, l'artiste déploie dans les espaces de NextLevel une série de grandes œuvres faites de toiles de parachute. Les murs de la galerie reçoivent ces pièces telles des tentures Rococo, aériennes et colorées.

Travaillant les motifs du pli, des fronces, des drapés, des bouillonnés, l'artiste s'inscrit dans une tradition où la représentation du tissu, qu'elle soit exécutée à la peinture à l'huile ou dans le marbre, est démonstratrice de virtuosité. Ici, les formes jubilent et le plaisir de la matière est flagrant. Tantôt les plis rayonnants évoquent un soleil, tantôt ce sera plutôt un nuage ou une fleur, ou encore un agencement aux connotations érotiques. Les formes sont abondantes et sensuelles.

Les œuvres attirent aussi le regard par leur densité. Repliées, cousues, ces toiles de parachute conservent de leur nature d'origine leur appartenance à l'élément aérien sans pour autant rien cacher de leur soumission à la gravité terrestre : les cordelières s'échappent vers le sol et les drapés ne doivent leurs envolées qu'aux coutures savamment disposées qui les retiennent avec grâce.

Ce qui rattache ces œuvres, pourtant, à celles que David Miguel a réalisées auparavant, c'est l'attrait pour l'objet réel - objet trouvé à partir duquel s'élèvent la pensée et la rêverie. Contrairement aux sculptures que l'on connaît déjà de l'artiste, celui-ci n'a pas cherché, ici, à tirer l'œuvre vers une réflexion politique ou sociale. Lâchant prise sur la recherche d'un sens, il abandonne les formes à leur insouciante expansion et nous transmet par là même un sentiment vivifiant de liberté.

Texte de Anne Malherbe

Vernissage de David Miguel "FLYING VISIONS"

[18:00-21:00] Vernissage de Kathleen Finlay « Vanitas »
Location:
Galerie 26
26, place des Vosges
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 40 27 00 90
Fax : +33 (0)1 40 27 90 56
Mail : info@galerie26.com
Internet Site : www.galerie26.com
Description:
La Galerie 26 a le plaisir de vous inviter à sa première exposition photographique, en vous présentant une des plus talentueuses artistes canadiennes de sa génération.

Vanitas est une exploration des natures mortes et des lieux de création, témoins d'un regard sur le temps qui œuvre et passe. Entre zeste de vie et patine des ans, Kathleen Finlay revisite des codes artistiques séculaires et transcende les héritages, pour en faire des photographies profondément contemporaines.

Ses images attestent d'une maîtrise magistrale du médium photographique au nom d'une véritable esthétique picturale : la densité des ombres et l'éclat des lumières sur le papier velouté, la subtilité des couleurs, la précision extrême des objets et l'intelligence de la composition...

L'exigence d'une réflexion qui relie absence et présence, permanence et évanescence. Des œuvres en quête de l'essentiel, comme autant d'évidences.

Kathleen Finlay sera heureuse de vous accueillir
pour son vernissage le samedi 12 Septembre 2015, de 18h à 21h.

L'exposition se poursuivant jusqu'au 12 Octobre 2015.

[18:00-21:00] Vernissage de Samuel Gratacap "Images dissuasives"
Location:
Temple
20, rue de la Corderie
75003 Paris
M° Temple, République
France
Mail : temple@templeparis.com
Internet Site : www.templeparis.com
Description:
Commissariat de Léa Bismuth

Exposition du 12 septembre au 3 octobre 2015
Du jeudi au samedi de 15h à 19h et sur rendez-vous
Vernissage ce samedi 12 septembre à partir de 18h

L'action se passe lors d'une seule et unique nuit, en Libye, à Tripoli. Entre Minuit et 3 heures du matin. Il fait froid. Il a plu et la nuit est tombée vite. Je suis depuis quelques jours dans un hôtel. Un peu désoeuvré. Un hôtel pour les journalistes, comme on dit ici. J'attends.
Ce scénario est une reprise subjective et omnisciente des événements de cette nuit-là, d'après mémoire, et nécessairement reconstruits pour créer ce qui pourrait bien devenir une fiction, l'écriture d'une histoire qui n'a jamais eu lieu…
Mais, que se passerait-t-il si, précisément, il ne s'y passait rien ?
Léa Bismuth – Pas même une errance / Bribes pour le scénario d'une exposition

Vernissage de Samuel Gratacap "Images dissuasives"

[18:00] Vernissage de Tim Eitel
Location:
Jousse Entreprise - Art Contemporain
6, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 53 82 10 18
Fax : +33 (0)1 53 82 13 63
Mail : art@jousse-entreprise.com
Internet Site : www.jousse-entreprise.com
Description:
Vernissage 12 septembre 2015
Exposition du 12 septembre au 31 octobre 2015

La galerie Jousse Entreprise a le plaisir de vous présenter, pour la première fois en France, une exposition personnelle de Tim Eitel. Né en 1971 à Leonberg, près de Stuttgart, ce peintre allemand, protagoniste de l'école de Leipzig, a marqué de manière significative sa génération et continue d'influencer largement les artistes qui lui succèdent. La singularité de sa peinture lui a valu de recevoir de prestigieux prix et de participer à de nombreuses expositions dans le monde entier. Il vit et travaille actuellement entre Berlin et Paris.

Dans son ouvrage intitulé Logique de la sensation, Gilles Deleuze réfute l'idée commune de la page blanche préalable à tout procédé créateur, si problématique et problématisée. Au contraire, il met en évidence la masse d'images déjà là sur la toile avant même que l'artiste n'ait ébauché quoi que ce soit, et qu'il nomme « clichés ». Ainsi distingue-t-il le travail du peintre qui « aurait plutôt à vider, désencombrer, nettoyer » la toile de tout ce qu'il a dans la tête et autour de lui.

C'est précisément de cette manière que l'artiste allemand Tim Eitel envisage son travail : « une peinture est finie quand il ne reste rien à enlever », dit-il. Procédant par recouvrement il élimine les éléments bruyants et superflus pour composer et ne garder que l'essentiel. Des banalités des villes, des évidences des environnements, des images qui le marquent, il saisit des clichés photographiques et en tire ses sujets. A travers sa recherche de symboles pertinents pour questionner le regardeur, sa peinture se nourrit d'une attention particulière à la vie qui l'entoure, qu'il habite et qui l'habite. Ainsi crée-t-il des situations picturales où les scènes figuratives résonnent avec un traitement minimal des plans, où le réalisme des figures est opposé à des surfaces qui composent l'espace pictural.

Il serait alors question, semble-t-il, de prendre conscience, devant ces tableaux, de leur réalité matérielle, du temps qui séjourne en eux autant qu'il séjourne en celui qui se tient juste devant, contemplatif, identifiant des attitudes, des gestes, des situations, des images, des souvenirs.

En outre, ces toiles sont emplies de réflexion métaphysique autant que de questionnements sociaux. Elles posent dans un premier temps, par le biais des personnages représentés, la question des individualités et des types qui composent le paysage de la société dans laquelle Tim Eitel évolue. Tout se passe comme s'il adressait au spectateur une question sur la nature du regard qu'il porte sur son environnement immédiat, et notamment urbain, ainsi que sur son rapport à autrui et à l'image. D'autre part, ce que ce peintre issu de l'école de Leipzig semble produire avec ses images, c'est une ouverture. S'il produit des images photographiques, ce n'est que pour noter, documenter et retenir ces moments particuliers et inattendus qui surprennent et bouleversent parfois celui qui se promène sans rien chercher vraiment, mais qui reste disposé à être surpris, disponible pour trouver. Dès lors, les tableaux sont comme des citations libres de ces singularités. Ces dernières sont prétextes à l'ouverture d'un espace pictural, imaginaire - c'est-à-dire en image – qui a sa propre épaisseur, son propre lieu et sa propre réalité.

Il s'agit de rendre ambiguë la surface sur laquelle repose l'espace pictural et qui le sépare de l'espace du regardeur. Mais le tableau est un objet et l'impression de continuité que produisent les échelles n'est que visuelle. Ainsi Tim Eitel joue-t-il des dimensions de ses tableaux et de leur exposition, rendant énigmatique cette sensation de continuité et de familiarité avec les situations présentées, de même que la place du spectateur face à ces images et aux figures représentées.

Il s'agit aussi d'inviter ce dernier à contempler et à se fondre par la pensée dans cet autre espace, à prendre le temps de se taire pour regarder ces tableaux silencieux qui semblent en suspens, au seuil d'une chute, d'un réveil ou d'une arrivée. Ainsi fonctionnent ces portraits de sans-abris assoupis semblant si proches, si vrais et pourtant déjà loin dans leurs pensées ; ces personnages de dos qui ignorent leur propre espace autant que celui du visiteur ; ou encore ces objets qui suggèrent une narration autant qu'un simple espace clos. (Texte de Mathis Berchery, juin 2015)

Vernissage de Tim Eitel

[18:00-20:00] Vernissage de Vincent Tanguy "Today To Yesterday"
Location:
Gleichapel
15, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Mobile : +33 (0)6 25 39 01 03
Mail : hello@gleichapel.org
Internet Site : www.gleichapel.org
Description:
du 12 septembre au 21 octobre
Vernissage le samedi 12 septembre 18h-20h

Gleichapel se transforme à l'occasion de la première exposition personnelle de Vincent Tanguy. Présentée en deux temps, cette exposition intitulée “Today to Yesterday" puis “Break" investit l'espace singulier de la rue Debelleyme en explorant la géolocalisation du lieu et son architecture.

En explorant la géolocalisation du lieu et son architecture, “Today to Yesterday” imagine des fragments de formes de vies dont la rencontre bouleverse la perception du lieu et les principes de narration linéaire. En semant des traits d'union incongrus, l'artiste emmène l'observateur dans un voyage immobile où se rejoignent l'espace domestique, celui d'une maison close ou encore d'un snack Kebab. Ce télescopage d'expériences poursuit plusieurs tentatives. Il évoque d'une part le vécu personnel de l'artiste et sa capacité à créer des liens entre l'histoire anecdotique, la pratique artistique et l'histoire de l'art. D'autre part, il interroge l'ordre séquentiel entre le vécu de l'artiste et sa matérialisation artistique.

http://vincenttanguy.com

Vernissage de Vincent Tanguy "Today To Yesterday"
"Back to the future or looking forward to the past," 2015. Photograph, plexiglas, bois. 30x45x27cm








[19:00] Présentation de saison de l'ECAM
Location:
Espace Culturel André Malraux
ECAM
2, place Victor Hugo
94270 Le Kremlin-Bicêtre
M° Le Kremlin-Bicêtre
France
Phone : +33 (0)1 49 60 62 16
Fax : +33 (0)1 49 60 76 16
Mail : agecam@orange.fr
Internet Site : www.ecam-lekremlinbicetre.com
Description:
Soyez nombreux pour découvrir les spectacles de la saison 15-16 !

Et pour finir la soirée, profitez de l'ambiance chaleureuse du Mosquito Salsa Club qui vous fera danser sur le plateau du théâtre.

Pensez à réserver !
01 49 60 69 42
reservations.ecam@orange.fr

[19:00-22:00] [Deauville] Soirée de clôture du festival du Film Américain de Deauville
Location:
Centre International de Deauville
CID
1, rue Lucien Barrière
« Les planches »
BP 71100
14801 Deauville Cedex
M° Gare SNCF Deauville
France
Phone : +33 (0)2 31 14 14 14
Fax : +33 (0)2 31 14 01 01
Mail : email@congres-deauville.com
Internet Site : www.congres-deauville.com
Description:
Projection de «Sicario» de Denis Villeneuve, thriller sur la mafia mexicaine avec Emily Blunt, Benicio Del Toro et Josh Brolin.

[19:30-21:30] Vernissage de Pati Fernandez "LAZOS"
Location:
Espace Keller
11, rue Keller
sur cour - code 37B84
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 48 06 80 09
Mail : contact@espacekeller.com
Internet Site : www.espacekeller.com
Description:
Vernissage le SAMEDI 12 SEPTEMBRE 2015 de 19h30 à 21h30 en présence de l'artiste, accompagnée d'un APÉRO et d'une performance de Gilberto Pereyra, bandonéoniste
Exposition du 12 au 17 septembre 2015

Visite sur rendez-vous / permanences mardi 15 et mercredi 16 septembre

Dans cette exposition de peinture nommée “LAZOS” (Liens), nous nous trouvons dans une recherche précise, qui se transforme dans une tentative de retrouver à partir de ses origines ces liens qui construisent notre identité.
Celle-ci transforme ses liens dans un procédé vital qui plonge dans le passé, dans les souvenirs entrelacés de sentiments ainsi que dans ces vieilles photos qui nous évoquent des moments de vie et nous font revivre des sensations.
Ici les liens sont étudiés un à un, à travers leurs traces et formes, dans un style minutieux. Il y a de la nostalgie dans cette recherche, dans ce voyage qui nous replonge vers ces liens.

LAZOS c'est aussi une invitation à venir se ressourcer à l'Espace Keller, un lieu dédié à l'art et au bien-étre. La soirée de l'exposition sera accompagnée d'un APÉRO et ponctuée de PERFORMANCES.

Vernissage de Pati Fernandez "LAZOS"

Pati Fernandez
Artiste Uruguayenne né en 1968

L'axe central de son oeuvre est la peinture et la couleur. Son langage pictural cherche a construire une nouvelle image du planisme, travaillant sur la base de plans de couleurs avec une peinture sans volume, sans clair-obscur, ou le fond et la forme se concurrence et se complète en s'appuyant sur le dessin précis et austère.

Elle a étudié à l'école des Arts Visuels de Maldonado avec Carlos Tonelli et Miguel Angel Battegazzore dont elle est toujours disciple. Elle s'est perfectionnée dans les ateliers d'artiste comme ceux de Virginia Jones, Dina Vicente, Celsa Burgueno ou encore Gabriel Lema pour la sérigraphie.

Depuis 2009 elle a réalisé de nombreuses expositions dont :

- « Déconstruction » Janvier 2015 dans la Black Gallery, Pueblo Garzon, Uruguay.
- « Carlota aux 4 vents » Mars 2013, Espace Culturel Celsa Burgueno, Punta del Este, Uruguay.
- "Autres Carlotas », janvier 2012, Municipalité de Punta del Este.
- « Elles sont 4 Carlotas » octobre 2011, Maison de la Culture de Maldonado.

Pati est la créatrice et directrice de la Campagne de Sensibilisation Artistique au Collège et en 2014, elle crée avec la conservatrice Mercedes Sader, Black Gallery, qui diffuse l'Art Contemporain dans un des spots les plus branché de l'Amérique du Sud.

Elle travaille et vit aujourd'hui à Punta del Este en Uruguay et vend ses peintures à des clients dans toute l'Amérique.

“Quand j'utilise des couleurs noires, je sens que je parle à voix haute”.
Pati Fernández
2015









[20:00-23:55] 18 ans de Trax Magazine
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
au Yoyo

Une date à noter en caractères gras dans votre agenda :
le 12 septembre 2015, le magazine Trax fête ses 18 ans !

Nous invitons pour l'occasion des artistes ayant marqué l'histoire de la musique électronique et d'autres qui sont en train d'élaborer son futur.

TRAX est le magazine français de référence des musiques électroniques depuis 1997. Il est aujourd'hui édité par la société Sources Management. Cette rentrée 2015 marque le lancement d'une sacrée métamorphose...

>> RSVP pour la soirée privée (20h-22h)












[23:55] Avant-première mondiale de "HUMAN", le nouveau film de Yann Arthus-Bertrand
Location:
New York
New York
10007 New York
Etats-Unis
Internet Site : www.nyc.gov
Description:
aux Nations Unies

Avant-première mondiale de "HUMAN", le nouveau film de Yann Arthus-Bertrand


13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés