Monday, September 28, 2015
Public Access


Category:
Category: All

28
September 2015
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:00-19:00] Fête de la gastronomie sur le fil de Paris
Location:
Sur le fil de Paris
2, rue de l'Ave Maria
75004 Paris
M° Sully - Morland, Pont Marie
France
Phone : +33 (0)1 71 20 41 46
Mail : contact@surlefildeparis.fr
Internet Site : www.surlefildeparis.fr
Description:
A l"occasion de la fête de la gastronomie, la librairie Sur le fil de Paris vous propose de découvrir la littérature gastronomique. En prime, dégustation de la Cuvée du Village Saint-Paul !

On y apprendra ce que buvaient les parisiens au XVIIe siècle, quels étaient les cafés politiques du XIXe ; le journaliste belge Maurice des Ombiaux vous dira tout sur les fromages et les liqueurs ; le photographe André Kertész vous fera découvrir « Les Cathédrales du vin » ; les caves Felix Potin vous apprendront « Comment boire nos bons vins de France » et Albert Brasseur comment boire le Quina-Laroche ; on lira l'ode aux vignerons de Jacques Prévert ; on chantera le champagne et le vin rosé à travers de partitions illustrées du début de 1900 ; la maison Nicolas, enfin, vous donnera les prix de leurs fines bouteilles des années 1930 au années 1960, à travers des catalogues commerciaux superbement illustrés.

Fête de la gastronomie sur le fil de Paris





[18:00-22:00] Pink Heater 2 Happening Party
Location:
Galerie Rabouan-Moussion
11, rue Pastourelle
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 87 75 91
Mobile : +33 (0)6 10 82 39 77
Fax : +33 (0)1 42 71 42 81
Mail : rabouanmoussion@noos.fr
Internet Site : www.rabouan-moussion.com
Description:
Press Contact: RSVP
press@pinkheater.com
pinkheater.com

Pink Heater 2 Happening Party

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "CONCOURS PHOTO 2015"
Location:
Galerie des Ateliers d'Artistes de Belleville
Le DADA de Belleville
1, rue Francis Picabia
75020 Paris
M° Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 77 12 63 13
Fax : +33 (0)1 46 36 44 09
Mail : contact@ateliers-artistes-belleville.org
Internet Site : www.ateliers-artistes-belleville.org
Description:
Exposition ouverte du vendredi 25 au lundi 28 septembre de 14 à 20h
Vernissage : lundi 28 septembre à partir de 18h

La 26e édition des Portes Ouvertes a fait l'objet d'un grand concours photo : nous avons reçu de nombreuses participations et proposons une exposition des meilleurs clichés à la galerie des AAB.
Revivez ou découvrez l'événement avec le regard de 25 visiteurs-photographes dont les images sont tour à tour créatives, étonnantes ou poétiques !
Un prix “Coup de cœur des AAB” et un “prix du public” seront décernés.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "DESIGN EX MACHINA !"
Location:
Galerie Michel Journiac
47-53, rue des Bergers
75015 Paris
M° Lourmel, Charles-Michels
France
Mail : galeriejourniac@gmail.com
Internet Site : www.galeriemicheljourniac.net
Description:
avec Camille Bosqué, Guillaume Buisson et Lucile Schrenzel, Pierrick Faure, Gaël Gouault, Martin Guillaumie, Jules Levasseur, Axel Morales, Studio E+K

Exposition du 29 septembre au 23 octobre 2015
Vernissage le 28 septembre 2015 à 18h

Interroger la relation entre les outils de production et ce qui en résulte tel est l'enjeu de cette exposition qui entend mettre en évidence la relation de réciprocité entre les moyens de production (ce qui produit) et les formes qui en découlent (ce qui est produit).

Aujourd'hui, le développement des outils numériques et leur plus large accessibilité favorisent, notamment dans le champ du design, une production de machines inédites qui s'émancipent des lieux de production industriels habituels. Ayant compris depuis longtemps que la qualité d'une pièce provient tout aussi bien de sa conception que de son façonnage (processus de fabrication), les designers s'intéressent largement aux moyens de production et de mise en forme des pièces qu'ils veulent créer. Reste que cette relation passe souvent inaperçue aux yeux des non initiés.

Il s'agit alors de présenter ce que les designers font aux machines et ce que font les machines aux designers. Ce qu'ils obtiennent et les raisons qui les poussent à détourner des matériaux ou semi-produits industriels de leurs usages conventionnels, à imaginer d'autres procédés de mise en forme de la matière, à mettre également au point leurs propres machines-outils, à modifier les usages conventionnels, les normes et les paramétrages d'usine.

Entre fabriques artisanales et industrielles, impliquant ou non des technologies numériques, l'exposition cherche à embrasser un large champ de productions (design d'objets, graphisme, typographie, etc.) relevant aussi bien de pratiques amateurs, artistiques, artisanales qu'industrielles.
DESIGN EX MACHINA ! est également l'opportunité pour certains designers de créer des pièces ou dispositifs pour l'occasion.

Enfin, l'intention de l'exposition n'est pas de seulement présenter la pièce finale mais une sélection d'éléments concourant à la bonne compréhension de la pièce, de son fonctionnement et de son processus de production.

Commissariat d'exposition : Sophie Fétro
Assistant : Dorian Reunkrilerk

[18:30-20:00] Célébration du 70ème anniversaire de l'indépendance de l'Indonésie
Location:
Pavillon Dauphine
Pavillon Dauphine Saint Clair
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny
75016 Paris
M° Porte Dauphine, RER C Avenue Foch
France
Phone : +33 (0)1 45 00 52 73
Fax : +33 (0)1 45 00 82 85
Mail : contact@pavillon-dauphine.com
Internet Site : www.pavillon-dauphine.com
Description:
Célébration du 70ème anniversaire de l'indépendance de l'Indonésie

[18:30-21:00] Vernissage "Les années Ovahimba / Rina Sherman"
Location:
Bibliothèque Nationale de France - site François-Mitterrand
Quai François-Mauriac
75706 Paris Cedex 13
M° Bibliothèque François-Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 53 79 59 59
Internet Site : www.bnf.fr
Description:
Galerie des donateurs

Exposition 29 septembre - 15 novembre 2015

Ethnographe, cinéaste et photographe, Rina Sherman a vécu pendant sept ans au sein d'une communauté Ovahimba d'Afrique australe. Au cours de ces années, elle a rassemblé un riche fonds d'images vidéo, de photographies, de notes et de dessins qu'elle a choisi de donner à la BnF. A travers l'humanité du regard de l'ethnographe, l'exposition multimédia qui lui est consacrée livre un témoignage unique sur le temps du quotidien de cette société d'éleveurs de bœufs et son patrimoine culturel immatériel.
Une expérience partagée à découvrir à la Bibliothèque.

Vernissage "Les années Ovahimba / Rina Sherman"

[18:30-21:00] Vernissage de Dominique Paoluzzo "Babylone Babylone"
Location:
Centre Social et Culturel des Blagis
CSCB de Sceaux
2, rue du Docteur Roux
92330 Sceaux
M° RER B Sceaux, RER B Bourg-la-Reine
France
Phone : +33 (0)1 41 87 06 10
Mail : cscblagis@wanadoo.fr
Internet Site : www.cscb.asso.fr
Description:
du 28 septembre au 16 octobre 2015
Vernissage le lundi 28 septembre à 18h30

Transbord'Art est une galerie numérique et nomade qui expose des artistes français émergents et contemporains, en France et à l'étranger. La galerie opère la même démarche pour des artistes étrangers qui souhaitent exposer en France.
La préférence dans le choix des artistes est donnée à ceux qui n'ont pas « appris » l'ART et ses techniques sur les bancs d'une école aussi prestigieuse qu'elle soit… Les artistes soutenus sont photographes, plasticiens, peintres ou sculpteurs.

Du 28 septembre au 16 octobre, le Centre Social et Culturel des Blagis invite l'artiste scéenne Dominique Paoluzzo pour une exposition de ses œuvres. Babylone Babylone illustre le thème cher à l'artiste, celui des villes tentaculaires. Sur ce même thème, elle présentera durant l'exposition, son dernier ouvrage La lézarde, dont l'action tient place dans le quartier de La Butte rouge à Châtenay-Malabry.

transbordart.fr

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Jardins et Santé"
Location:
Mairie du 16ème arrondissement
71, avenue Henri Martin
75775 Paris Cedex 16
M° Rue de la Pompe
France
Phone : +33 (0)1 40 72 16 16
Fax : +33 (0)1 40 72 16 53
Internet Site : www.mairie16.paris.fr
Description:
3 artistes plasticiens exposent leurs oeuvres pour soutenir l'association "Jardins et Santé"

du 28 septembre au 4 octobre 2015
Vernissage le lundi 28 septembre à partir de 18h30

La Mairie du XVIème expose trois peintres : Claire Couveinhes, Josy Moreau-Peter et Guillaume Villaros, au bénéfice de l'association Jardins et Santé qui finance des bourses pour aider la création de jardins à but thérapeutique et la recherche clinique sur les maladies cérébrales (Alzheimer, autisme...).

Cette exposition s'adresse aussi à un public scolaire, convoqué par l'intermédiaire de leur professeur d'art plastique et des directeurs d'établissements scolaires du XVIème. Les artistes seront à leur disposition, prêts à partager leur savoir-faire et répondre à leurs questions.

Les artistes

Claire Couveinhes : Après avoir utilisé des collages d'éléments tirés de cartes, d'atlas et de guides de voyages, elle se consacre désormais à des sujets liés à l'écologie, associant la photographie et la peinture.

Josy Moreau-Peter : Elle puise son inspiration dans ses lectures, ses voyages ou les arts du spectacle. Son style est ce qu'on appelle la figuration libre qui prend parfois la liberté de devenir abstrait.

Guillaume Villaros : Marqué par le courant impressionniste, c'est le travail de composition et la recherche de la lumière qui l'attirent. Dans ses tableaux, les sujets exprimés prennent vie par une étude toute particulière de la lumière et de la matière.

http://www.jardins-sante.org






[19:00-22:00] 10ème édition des Trophées de la sécurité 2015
Location:
Espace Pierre Cardin
1, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 44 56 02 02
Mail : gdesabran@pierrecardin.fr
Internet Site : www.pierrecardin.com/Dculture/espace_cardin_gb.html
Description:
>> inscription

[19:00-22:00] 13ème Cérémonie des Victoires de la Beauté 2015-2016
Location:
Les Folies Bergère
32, rue Richer
75009 Paris
M° Grands Boulevards, Cadet
France
Phone : +33 (0)8 92 68 16 50
Fax : +33 (0)1 44 79 98 90
Mail : infos@foliesbergere.com
Internet Site : www.foliesbergere.com
Description:
13ème Cérémonie des Victoires de la Beauté 2015-2016

[19:00-22:00] Avant-première du film "Les Enragés"
Location:
UGC Ciné Cité Les Halles
7, place de la Rotonde
Nouveau Forum des Halles
Niveau -3
75001 Paris
M° Les Halles
France
Phone : 08 92 70 00 00 #11
Internet Site : www.ugc.fr/cinema.html?id=10
Description:
En présence de Lily-Rose Depp, Allyson Paradis, Guillaume Gouix, Franck Gastambide, Virginie Ledoyen, Eric Hannezo, Lambert Wilson et Gabrielle Lazure

[19:00] Inauguration de la programmation du Centre Culturel de Taiwan
Location:
Centre Culturel de Taïwan à Paris
駐法國臺灣文化中心
78, rue de l'Université
75007 Paris
M° Solférino, RER C Musée d'Orsay
France
Phone : +33 (0)1 44 39 88 66
Fax : +33 (0)1 44 39 88 79
Mail : contact@ccacctp.org
Internet Site : www.ccacctp.org
Description:
Inauguration de la programmation du Centre Culturel de Taiwan

[19:00-21:00] Vernissage de Svetlana Loboff "L'âme slave en héritage"
Location:
Centre Culturel Russe
Centre de Russie pour la Science et la Culture
61, rue Boissière
75116 Paris
M° Boissière, Victor Hugo
France
Phone : +33 (0)1 44 34 79 79
Fax : +33 (0)1 44 34 79 74
Mail : crsc.paris@gmail.com
Internet Site : www.crsc.fr
Description:
23 > 28 SEPT.
Vernissage le lundi 28 septembre à 19h (sur invitation)

L'exposition de photographies de Svetlana Loboff parle de l'environnement culturel et social des représentants de la diaspora aux racines russes et slaves en France. L'artiste-photographe, d'origine russe, témoigne : « À la prise de vues, je rentre dans l'univers de mon sujet. Je le laisse parler de son histoire, de ce qu'il aime, ce qui le révolte ou le passionne. Je cherche à savoir quels liens il garde avec ses origines, avec la Russie d'hier, celle d'aujourd'hui. Chaque composition est le miroir de ce qu'il m'a raconté, de ce que j'ai ressenti de lui. »

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "PARTITIONS"
Location:
Galerie Wallpepper
8, rue du Bourg l'Abbé
75003 Paris
M° Etienne Marcel, Réaumur - Sébastopol, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 78 18 26
Mobile : +33 (0)6 40 48 00 08
Mail : paris@wallpepper.fr
Internet Site : www.wallpepper.fr
Description:
en présence de ses deux artistes Marc Josse & Olivier Trillon

Vernissage de l'exposition "PARTITIONS"

[19:00-21:00] Vernissage privé de l'exposition "Wifredo Lam"
Location:
Centre Pompidou
Musée National d'Art Moderne - Beaubourg
Place Georges Pompidou
19, rue Beaubourg
75191 Paris Cedex 04
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 44 78 12 33
Fax : +33 (0)1 44 78 13 03
Internet Site : www.centrepompidou.fr
Description:
Galerie 2 - Centre Pompidou, Paris

30 septembre 2015 - 15 février 2016
de 11h00 à 21h00

Le Centre Pompidou consacre, pour la première fois, une rétrospective à l'oeuvre de Wifredo Lam, à travers un parcours de près de trois cents oeuvres - peintures, dessins, gravures, céramiques - enrichi d'archives, de documents et de photographies témoins d'une vie engagée dans un siècle bouleversé.
L'oeuvre de Wifredo Lam occupe une place singulière et paradoxale dans l'art du 20ème siècle, exemplaire des circulations plurielles des formes et des idées dans le contexte des avant-gardes, échanges et mouvements culturels inter et transnationaux qui ont constitué le « modernisme élargi » décrit par Andreas Huyssen autrement et bien avant que la question de la globalisation ne soit posée dans les années 1990.
Reconnue et présente à partir des années 1940 dans les collections privées et muséales, célébrée internationalement, l'oeuvre de Wifredo Lam est encore l'objet de malentendus et d'enthousiasmes réducteurs. Si elle a en effet reçu l'attention, les encouragements et les commentaires d'auteurs essentiels rencontrés dès la fin des années 1930 à Paris (Picasso, Michel Leiris, André Breton), puis aux Antilles, à Cuba et en Haïti dans les années 1940 (Aimé Césaire, Fernando Ortiz, Alejo Carpentier, Lydia Cabrera, Pierre Mabille...), certaines approches culturalistes ont altéré la perception d'une oeuvre complexe qui s'invente et s'articule entre divers espaces géographiques et culturels, et en tension entre centre(s) et périphéries supposés de la modernité. Cette exposition revient sur la genèse du travail mais aussi sur les diverses étapes et conditions de la réception et de l'intégration progressives d'une oeuvre patiemment construite entre Espagne, Paris-Marseille et Cuba, dans le corpus de l'art moderne canonique.

Retrouvées en Espagne après la mort de l'artiste, les oeuvres réalisées dans les villes où il a vécu ou séjourné, et abandonnées à des amis lors de son départ précipité vers la France après la victoire des armées franquistes pendant la guerre civile, témoignent d'un long et difficile apprentissage (1923-1938) dans l'ex-métropole coloniale où le jeune Cubain est envoyé avec une bourse. Il étudie les oeuvres des maîtres exposées au musée du Prado et les peintres espagnols contemporains, académiques ou plus novateurs. Ses choix formels sont éclectiques et empruntent aux esthétiques fin de siècle et expressionniste, puis au cubisme tardif, une « syntaxe » transnationale adoptée à partir des années 1920-1930 par les artistes du monde entier pour contester ou transformer les formes et les ordres dominants, dans une démarche où l'acte critique n'est pas forcément solidaire d'une révolution formelle, au moins dans les termes d'un canon moderne prétendu « universel ».

Les sujets des oeuvres de ces années sont classiques (portraits de commande, paysages et natures mortes) et les oeuvres de Juan Gris, Joan Miró et Pablo Picasso que Lam découvre en mars 1929, à Madrid, autant que les images des tableaux de Paul Gauguin, des expressionnistes allemands et de Matisse qu'il consulte dans catalogues et revues l'aident à simplifier les formes et à travailler la touche en larges aplats de couleurs. La mort brutale de sa femme Eva Piris et de son jeune fils, emportés par la tuberculose en 1931, puis les épreuves de la guerre civile inspirent une série de maternités et de personnages implorants, et une grande scène de guerre. Nombre des oeuvres de cette époque sont réalisées sur papier pour des raisons économiques et pratiques, mais ce support restera par la suite le médium de prédilection de l'artiste dont un grand nombre d'oeuvres sont marouflées sur toile. Dans bien des figures exécutées au tournant des années 1937-1938, à la fin du séjour espagnol et dans les premiers mois parisiens, les visages sont remplacés par des masques (ovales vides et monochromes ou traits réduits à quelques lignes géométriques) qui renvoient plus au refus de la psychologie et à des formes de dramatisation expressionniste qu'aux arts de l'Afrique qu'il découvrira à Paris dans l'atelier de Picasso et au musée de l'Homme, inauguré en 1938. Deux autoportraits font exception : l'un figure le buste d'un homme mulâtre torse nu (Autoportrait II, 1938), l'autre (Autoportrait I, 1937 - non exposé et reproduit dans le catalogue page 57) le visage et la silhouette au sexe ambigu d'un personnage aux traits métisses et vêtu d'un kimono fleuri. Bien que simplifiés, les traits du visage renvoient aux portraits photographiques de l'artiste réalisés à la même époque. Ces jeux de rôles et d'images photographiques apparaissent comme les premiers éléments de la construction d'une représentation de soi et de ses transformations successives au cours de sa vie et de sa carrière, qu'il se mette en scène lui-même ou à travers l'objectif de photographes amis (Jesse Fernandez) ou célèbres (John Miller ou Man Ray). Ces images participeront de la construction d'une figure d'artiste moderne - cubain, latino-américain et international - au gré des époques, des regards et des circonstances.

Né d'un père chinois originaire de Canton et d'une mère mulâtre descendante d'esclaves et d'Espagnols, Wifredo Lam est très tôt conscient de la question raciale et de ses implications sociales et politiques - à Cuba, en Europe et plus tard aux États-Unis. Dans ses lettres d'Espagne à sa famille et à son amie Balbina Barrera, il exprime, au-delà des soucis quotidiens
d'une vie souvent très précaire, une inquiétude face à la montée des périls mais aussi un malaise récurrent et diffus qu'il identifiera bientôt directement, à travers l'amitié et les échanges avec Aimé Césaire notamment, qui publie son Cahier d'un retour au pays natal - illustré par Lam - en 1940, à la condition coloniale. Cependant, ses lectures et convictions marxistes forgées dans la lutte espagnole et l'antifascisme européen, autant sans doute que ses origines sino-hispano-africaines, concentrent son attention sur les rapports de classe et de domination, plus que sur les pensées raciales et la « Négritude ». S'inscrivant non sans frictions dans divers espaces nationaux, sociaux et culturels, il tiendra toujours une posture de distance, sans être jamais dupe des rôles et des projections identitaires que lui imposent amis et admirateurs au demeurant bien intentionnés. Ainsi de la fameuse boutade de Picasso s'exclamant, en examinant les tableaux que Lam lui présente dès son arrivée à Paris - « Il a le droit, il est nègre, lui ! » -, qui inscrivait d'emblée son travail dans une équation primitivisme/authenticité et un supposé héritage « africain » hâtivement associé à la couleur de sa peau.

Tout comme l'amitié et le soutien de Picasso, dont il n'a jamais été l'« élève », l'amitié d'André Breton et l'aventure surréaliste ont été l'objet d'interprétations réductrices de l'oeuvre de Lam. Lorsqu'il rencontre André Breton et Benjamin Péret, fin 1939, la grande époque - héroïque et théorique - du surréalisme est passée, le mouvement fatigué par les polémiques et les scissions, et à la recherche d'un second souffle qu'il trouvera aux Amériques (Mexique, Antilles, New York) et dans les arts d'Océanie. C'est l'entrée des troupes allemandes à Paris et l'exode du groupe à Marseille qui favorise le resserrement des liens amicaux et la reprise des activités collectives (cadavres exquis, réalisation des cartes du Jeu de Marseille). Lam participe à ces séances et réalise de nombreux dessins à l'encre de Chine sur des cahiers démembrés ultérieurement. Ces dessins au trait empruntent aux mondes humain, animal et végétal des éléments divers recomposés en figures hybrides qui annoncent les oeuvres du retour à Cuba.
Dans ce moment d'incertitude et d'inquiétude qui met brutalement fin au « nouveau départ » parisien, dans l'attente d'un visa et d'un bateau vers l'exil, les pratiques automatiques libèrent aussi les énergies psychiques et formelles. Après vingt années passées en Europe et deux exodes, Wifredo Lam vit son retour forcé au « pays natal » comme un exil et une douloureuse frustration. Il redécouvre un pays qu'il avait quitté très jeune et où la corruption, le racisme et la misère règnent sous la terreur policière organisée par le régime de Gerardo Machado. C'est le Cuba d'Hemingway, le paradis du jeu, de la prostitution et du cigare. L'île est indépendante depuis 1902 mais des siècles d'exploitation coloniale ont « saccagé » une culture qui tente de résister sous le folklore de pacotille encouragé par un pouvoir cynique.
L'année 1942 est une année de travail intense et La Jungle, achevée en janvier 1943, est exposée en juin 1944 dans la seconde exposition consacrée à Lam par la Pierre Matisse Gallery à New York, puis achetée par James Johnson Sweeney pour le Museum of Modern Art (MoMA). L'accrochage du tableau dans le couloir qui mène au vestiaire du musée pendant de longues années avant qu'il ne rejoigne les Demoiselles d'Avignon dans les salles, témoigne des résistances du canon moderne énoncé par et dans les grandes institutions occidentales. En effet, même si La Jungle a été immédiatement reconnue comme une oeuvre majeure, elle ne pouvait trouver sa place dans le discours linéaire d'un « art moderne » restreint aux productions des métropoles euro-américaines. En revanche, la réception cubaine de l'oeuvre est immédiate et exceptionnelle, dans un moment politiquement tendu mais d'effervescence intellectuelle et culturelle. De retour dans l'île, Lam vit dans un relatif « insilio » (« exil intérieur ») dans la maison-atelier de Marianao où le retrouvent ses amis Pierre Loeb et Pierre Mabille, mais aussi Alejo Carpentier, Lydia Cabrera, Fernando Ortiz, Virgilio Piñera et José Lezama Lima. Le long séjour européen l'a tenu éloigné des groupes et des enjeux des avant-gardes insulaires des années 1920-1930, mais l'enseignement amical de Lydia Cabrera, qui poursuit sa collecte des traditions et rituels de santeria qu'elle publiera dans El Monte en 1954, et la lecture de Fernando Ortiz qui vient de publier Contrepoint cubain du tabac et du sucre (1940) en inventant, bien avant les « tout monde » et autres approximations multiculturelles, le concept essentiel de « transculturation », l'accompagnent dans sa (re)découverte de la culture afro-cubaine et de l'extraordinaire flore tropicale. Ces recherches s'inscrivent dans un contexte plus large de résistance culturelle aux stratégies de domination interne (la dictature) et externe (l'américanisation) et la quête d'une « cubanité », essentielle mais dénuée d'essentialisme car sans « origine » (après la destruction des populations aborigènes lors de la conquête) est alors une question sociologique, historique et politique autant qu'esthétique.

Fernando Ortiz propose, dans la première monographie consacrée à l'artiste, une lecture iconographique de La Jungle et des oeuvres des années 1940 explicitant les références formelles et symboliques aux croyances afro-cubaines et à la végétation réfétropicale exubérante mais aussi les symboles empruntés à la tradition occultiste dont il partageait l'intérêt avec sa femme Helena Holzer et Pierre Mabille. Il pointe aussi une « manière hermétique » et un certain commerce avec l'invisible et ce qui se tient en veille sous les apparences. Dans un texte écrit à Rome en 1954, María Zambrano évoque le « secret » et le silence inquiet qui émanent des luminosités presque cinétiques et si particulières des oeuvres des années 1940 : « Car dans la nature tropicale tout se meut sous une quiétude apparente et, seule, la nuit révèle la fête occulte, la danse qui semble être la vie intime de toutes les créatures. Le monde du tropique n'est pas plastique, il est musical, orphique. La peinture de Lam a révélé ce secret ; ses tableaux ont une distribution musicale, rythmique ; l'espace est le vide que les corps subtils déplacent dans leur tournoiement. »
Wifredo Lam savait qu'il n'y a pas de jungle à Cuba, mais la manigua (maquis dense et épineux). Et les figures qui veillent à l'orée de ce bois obscur appartiennent au monte, l'espace symbolique et sacré qui condense la mémoire historique des « Cimarrones » (Nègres Marrons) échappés des plantations à l'époque de l'esclavage et dont il était le refuge, le séjour éternel des esprits autant que l'avenir de la révolte. Par expérience politique autant que par intuition poétique, il savait qu'il « faudrait du temps » pour que son oeuvre circule et atteigne (dans tous les sens du terme) tous ceux auxquels il la destinait.

Commissaire : Mnam/Cci, Catherine David

Vernissage privé de l'exposition "Wifredo Lam"







[20:00-22:00] Avant-première du film "Crimson Peak"
Location:
UGC Ciné Cité Bercy
2, cour Saint-Emilion
75012 Paris
M° Cour Saint-Emilion
France
Phone : 08 92 70 00 00 #12
Fax : +33 (0)1 53 44 79 80
Internet Site : www.ugc.fr/cinema.html?id=12
Description:
en présence du réalisateur Guillermo Del Toro et des acteurs Mia Wasikowska et Tom Hiddleston

Avant-première du film "Crimson Peak"

[20:15-23:15] Lancement d'Octobre Rose et remise des prix Ruban Rose
Location:
Théâtre National de Chaillot
Palais de Chaillot
1, place du Trocadéro et du 11 Novembre
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 53 65 30 00
Internet Site : www.theatre-chaillot.fr
Description:
Remise des prix aux lauréats du Estée Lauder Pink Ribbon Photo Award et l'exposition des 40 clichés finalistes.

en présence de Cristina Córdula, Frédérique Bel, Sophie Davant, la chanteuse Yelle, Axelle Laffont, Audrey Dana, Chantal Thomass, Caroline Nielsen, Anne Hidalgo, Inès Mélia, Béatrice Ardisson, Mathilda May, Blanca Li, Virginie de Clausade, Cécile Togni, Christopher Baldelli, Marielle Fournier, Laurence Roustandjee

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2020 - Tous droits réservés