Saturday, October 10, 2015
Public Access


Category:
Category: All

10
October 2015
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:30-19:00] Finissage de l'exposition collective "ENFANCE"
Location:
Green Flowers Art Gallery
61, rue du Château
92100 Boulogne-Billancourt
M° Boulogne - Jean Jaurès
France
Phone : +33 (0)6 85 82 94 01
Mail : galerie@greenflowersart.fr
Internet Site : www.greenflowersart.fr
Description:
Vernissage : jeudi 10 septembre 2015 de 18h à 21h
Exposition jusqu'au 10 octobre 2015

avec Assunta Genovesio, Sophie Gerspacher, Frédéric Jagueneau, Yuichiro Moriyama, Miquel Wert et 2Rode

[14:30-15:30] Inauguration de la piscine Rosa Parks
Location:
Clichy-sous-Bois
Clichy-sous-Bois
93390 Clichy-sous-Bois
France
Internet Site : www.clichy-sous-bois.fr
Description:
Patrick KANNER, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, se rendra à Clichy-sous-Bois (93), pour l'inauguration du tout nouveau centre aquatique de la commune, la piscine Rosa PARKS.

En Seine-Saint-Denis, 29% des jeunes de moins de 20 ans ne savent pas nager. Avec l'ouverture de ce beau centre aquatique, les Clichois auront accès à un équipement de qualité et de proximité, qui facilitera leur pratique sportive.

PROGRAMME

14h30 Visite de la piscine, tour du bassin

14h40 Démonstration sportive avec un professeur d'EPS, des collégiens et un club de natation

14h55 Coupe du ruban et dévoilement des plaques

15h00 Discours d'Olivier KLEIN, Maire de Clichy-sous-Bois, Stéphane TROUSSEL, Président du Conseil départemental et Patrick Kanner

(Boulevard Gagarine - Clichy-sous-Bois)


[15:00] Finissage de Philippe Hérard
Location:
Joël Knafo Art Gallery
21&24, rue Véron
75018 Paris
M° Abbesses, Pigalle
France
Mobile : +33 (0)7 81 61 21 57
Mail : galerie@joelknafo-art.com
Internet Site : www.joelknafo-art.com
Description:
Joël Knafo Art est heureux de vous inviter à découvrir le travail poétique de Philippe Hérard réalisé à l'occasion de son Solo Show de rentrée.
Profitant du calme estival et de l'intégralité de l'espace de la galerie, Philippe Hérard a réalisé des œuvres inédites dont une fresque sur plus de 8 mètres de long et plusieurs installations composées de mobiles suspendus.
D'autres toiles complètent cet accrochage en mettant en scène ses personnages anonymes souvent tendres et amusants, parfois tristes et mélancoliques.

Avec cette exposition majeure, Philippe Hérard délivre une image introspective, reflet de nos états d'âme et miroir de la société.

Vernissage vendredi 11 septembre à partir de 18h en présence de l'artiste
Exposition du 11 septembre au 10 octobre

Vernissage de Philippe Hérard

[15:00-17:45] Grand défilé de la Fête des Vendanges de Montmartre 2015
Location:
Mairie du 18ème arrondissement
1, place Jules Joffrin
75877 Paris Cedex 18
M° Jules Joffrin
France
Phone : +33 (0)1 53 41 18 18
Mail : mairie18@paris.fr
Internet Site : mairie18.paris.fr
Description:
Personnalités présentes :
- Anne Hidalgo, Maire de Paris
- Pénélope Komites, adjointe à la Maire en charge des espaces verts, de la nature, de la biodiversité et des affaires funéraires.
- Eric Lejoindre, Maire du 18e arrondissement
- Mélanie Thierry, marraine de la Fête des Vendanges 2015
- Raphael, parrain de la Fête des Vendanges 2015

Du 7 au 11 octobre, le XVIIIe arrondissement de la capitale accueille la 82e édition du rendez-vous viticole. En plus des traditionnels défilé, feu d'artifice, bal et dégustations, des animations feront écho à la COP 21.

Après Nuit Blanche le week-end dernier, c'est au tour d'une autre manifestation populaire parisienne de rendre hommage à la COP21, qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre prochains à Paris. Du 7 au 11 octobre, la très festive Fête des vendanges de Montmartre, parrainée par le chanteur Raphaël et la comédienne Mélanie Thierry, célébre ainsi la planète, «dans une démarche encore plus éco-responsable qu'en 2014» promet Eric Lejoindre, maire du XVIIIe.

Le millésime 2015 issu des vignes de la Butte est un rosé, nommé «Cuvée de la planète». Au programme pendant cinq jours, dans une cinquantaine de lieux aux quatre coins de l'arrondissement: visites des vignes et des jardins, ateliers en tous genres pour adultes et enfants (écriture sur la nature, fabrication de pots de fleurs...), balades, expos, chorales, concerts, conférences, journée anti-gaspillage à La Recyclerie (le 8), cours d'oenologie... Mais aussi les cinq temps forts habituels de l'événement, ouverts à tous:
• Le grand défilé des confréries vineuses et gastronomiques, venues de toute la France et des pays frontaliers, mêlées aux habitants du quartier. Samedi 10 octobre, de 15h à 17h45, au départ de la mairie du XVIIIe, jusqu'à la place Saint-Pierre.
• Le parcours du goût et ses nombreux stands vineux et gastronomiques du terroir autour du Sacré-Cœur. Du vendredi 9 au dimanche 11 octobre, de 10h à 22h (ven.), 23h (sam.) et 19h (dim.), butte Montmartre. Dans le jardin Saint-Pierre, l'École du Goût propose des démonstrations culinaires.
• Le feu d'artifice, créé par Joseph Couturier, comme «une balade pyromélodique à la rencontre du vivant». Samedi 10 octobre à 21h45, au pied du Sacré-Cœur.
• La cérémonie des non-demandes en mariage célébrée chaque année depuis 2007, sur la place des Abbesses, par l'ancien maire Daniel Vaillant (sur inscription préalable). Au programme, poèmes d'amour et coiffures «mystérieuses». Dimanche 11, de 10h30 à 12h30, place des Abbesses.
• Le grand bal «cosmos-polite» de clôture, sous la toile d'un chapiteau, avec un orchestre qui promet un voyage autour du monde. Dimanche 11 octobre, de 17h à 20h. square Louise Michel.

Fête des Vendanges de Montmartre 2015, du 7 au 11 octobre dans le XVIIIe
http://www.fetedesvendangesdemontmartre.com

Grand défilé de la Fête des Vendanges de Montmartre 2015

[15:00-20:00] Vernissage d'Edouard Wolton "Photométéores"
Location:
Galerie Les filles du calvaire
17, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 74 47 05
Fax : +33 (0)1 42 74 47 06
Mail : paris@fillesducalvaire.com
Internet Site : www.fillesducalvaire.com
Description:
AGARTHA du 3 au 26 septembre 2015

PHOTOMETEORES du 10 au 24 octobre 2015.

Pour sa première exposition personnelle au sein d'une galerie, ce jeune artiste présente une scénographie en deux volets(1) en proposant des œuvres où se mêlent les mathématiques, la géométrie et le Naturel. A travers une étude des minéraux, des phénomènes lumineux ou bien encore des théories géométriques, l'artiste tisse un lien entre différents éléments extraits de la nature pour les inscrire dans une pensée cohérente et rationalisée de la représentation.

Agartha, titre de la première exposition, relève de la théorie selon laquelle la terre serait creuse et renfermerait un système ordonné avec un soleil propre. Ce terme renvoie donc à un espace inaccessible où résiderait la connaissance totale. Cette hypothèse artistique est mise autant en relation avec des théories scientifiques que des approches poétiques ou des romans de science-fiction, comme le Voyage au centre de la terre de Jules Verne. Ce nom Agartha, celui d'un royaume souterrain légendaire, permet de tisser un lien entre le paysage, la roche, les minéraux et les différentes théories mathématiques dans la perspective de créer une rationalisation complète des éléments. La montagne creuse, la croute terrestre, l'imaginaire et les symboles forment un monde autonome et total...

Le titre de la seconde exposition, Photométéores, désigne elle des phénomènes optiques résultant d'une modification de la lumière solaire ou terrestre. Les manifestions les plus fréquentes, comme les arcs-en-ciel, les étoiles filantes ou encore les crépuscules, imprègnent notre quotidien. Ainsi ces processus, longtemps fantasmés, créent un lien immatériel entre notre atmosphère et le cosmos. Semblables à des vortex lumineux, ses œuvres associent sources de lumières célestes et organiques (corail, lucioles, etc.) pour retranscrire au mieux l'ordre du Naturel.

« Le premier contact avec l'œuvre d'Edouard Wolton est un vertige. Entre identité esthétique forte et motifs hétéroclites, entre délice plastique et démarche conceptuelle rigoureuse, entre hommage à la rationalité et dérive mystique, l'art oxymore de ce jeune peintre joue et se joue des contradictions inhérentes à la question de la représentation. Revendiquant la relation nécessaire de toutes ces oppositions, sa création navigue en eaux troubles, mais cette rivière peuplée de hiatus est bien seule et unique. À l'instar de nombreux jeunes artistes de sa génération, Édouard Wolton a fait le choix de la peinture pour rendre compte d'un univers dont la contemplation ne cesse de produire de nouvelles interrogations. Pour autant, sa production plastique est inséparable de la somme d'études et de recherches qui président à la création de ses paysages silencieux. Des considérations esthétiques platoniciennes à la géométrie euclidienne, la genèse de la capacité humaine d'abstraction constitue un terrain de jeu évoqué et interrogé par sa peinture de la figuration. Une figuration qui fait écho à la peinture de paysage, tradition à laquelle Edouard Wolton a consacré une grande partie de ses recherches, menant conjointement son enquête sur le terrain historique (documents, conférences) et pratique (réalisations de tableaux « à la manière de », réactivation des techniques classiques dans ses propres tableaux, emprunts). En s'approchant ainsi de la nature, Edouard Wolton nous projette vers une représentation mentale, élaborée dans le secret de l'atelier, usant de motifs comme autant d'items compilés pour mettre en place une construction idéale. Si elle se compose principalement d'une production picturale, l'œuvre d'Edouard Wolton déploie donc un champ de recherche dense qui puise dans l'histoire de l'art les racines d'une réflexion nouvelle sur la perception. ».

Extrait du texte de Guillaume Benoit, 2015

A paraître dans le 1er catalogue d'Edouard Wolton, qui sera présenté lors du vernissage le 10 octobre du deuxième volet de son exposition.

Publication éditée par la galerie avec le soutien du CNAP pour l'aide au premier catalogue.


(1)Le premier volet occupe le RDC de la galerie en septembre et le deuxième le premier étage en octobre, selon deux propositions complémentaires mais différenciées dans le choix des œuvres exposées.

Cette exposition est présentée en même temps que celle de Paola de Pietri dont les œuvres seront à l'inverse présentées d'abord au premier étage puis au RDC.

Vernissage d'Edouard Wolton "Agartha"

[15:00-21:00] Vernissage de Nils Guadagnin "SUPERVOID"
Location:
Galerie Derouillon
38, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République, Arts et Métiers, Strasbourg - Saint-Denis
France
Mobile : +33 (0)6 13 67 33 71
Mail : benjamin@galeriederouillon.com
Internet Site : www.galeriederouillon.com
Description:
DU 10 OCTOBRE AU 14 NOVEMBRE 2015

[15:00-20:00] Vernissage de Paola de Pietri "Questa Pianura"
Location:
Galerie Les filles du calvaire
17, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 74 47 05
Fax : +33 (0)1 42 74 47 06
Mail : paris@fillesducalvaire.com
Internet Site : www.fillesducalvaire.com
Description:
Exposition en 2 volets :
Du 3 au 26 septembre
Et du 10 au 24 octobre 2015

1er vernissage le jeudi 3 septembre de 18h à 21h
2nd vernissage le samedi 10 octobre de 15h à 20h

Paola de Pietri est une figure majeure dans le panorama de la photographie italienne. Outre ses récentes collaborations a Fotografia Europea de Reggio Emillia et aux grandes expositions de Linea di Confine pour lesquelles elle a réalisé plusieurs commandes territoriales, Paola de Pietri a participé ces deux dernières décennies à de nombreuses expositions sous l'égide des principales institutions italiennes et européennes dédiées à la photographie et à l'art contemporain . Pour sa série To face, elle a reçu le prestigieux prix Albert Renger-Patzsch en 2009 et bénéficié de plusieurs expositions monographiques dont une au MAXXI de Rome. En France, elle a récemment exposé au CPIF de Pontault-Combault et au Musée de l'Image à Epinal.

Parallèlement à ses dernières séries Istanbul New Stories, qui s'attache à témoigner des transformations subies par les faubourgs d'Istanbul, et To Face révélant les stigmates de la Première Guerre mondiale sur le paysage des Alpes italiennes, Paola de Pietri s'est à nouveau penchée sur un paysage sur lequel elle a souvent travaillé et qui lui est très familier : la plaine du Pô, autour de Reggio Emilia. Pour cette série inédite, Questa Pianura (2014 –2015), elle a arpenté cette vaste plaine, celle de son enfance, où elle vit toujours et qui reste un territoire agricole même s'il a subi des transformations drastiques ces cinquantes dernières années – entre restructuration agraire et développement périurbain intensif.

Pour donner à voir ce “plat pays” (Questa Pianura) elle a portraituré ce qui le peuple encore : les vestiges d'anciennes fermes et quelques arbres solitaires qu'elle a choisi de documenter par de grandes images aux élégantes nuances de gris. Ce vaste paysage à l'horizon infini semble ainsi hanté par l'histoire des hommes et d'un temps révolu qui nous sont contés au travers de ces architectures délaissées. En contrapposto, pour mieux marquer l'éphémère face au pérenne : quelques images couleurs de la nature en friche ou en champs viennent rythmer le corps du travail.

“C'est la plaine du fleuve Pô. Ce paysage, je le connais depuis toujours et les changements qu'il a subi sont étroitement liés au développement économique d'après-guerre.

Dans ce projet se mêlent et se croisent, deux séries de photographies :

L'une en grand format noir et blanc représente des arbres et des fermes désormais inhabitées et pour la plupart en ruine. Leur agencement dans l'espace n'est pas aléatoire, il révèle leurs anciennes fonctions agricoles, économiques et sociales qui existaient il y a encore une quarantaine d'années.

A ces images totémiques d'arbres et de maisons sont juxtaposées des images couleurs de plus petit format : de rivages, d'herbes, de cultures, d'oiseaux, de fleurs sauvages etc. où la perception de la plaine est liée à une dimension sensorielle, vitale, désordonnée, atmosphérique et au cycle de la nature.

Je perçois désormais ces paysages comme les fragments d'un discours dont il n'est plus possible de retrouver le sens, même si la disparition, la perte et la ruine sont évidentes. Les arbres, privés de leur fonction, se développent non plus dans une perspective utilitaire mais de nouveau selon leur ancrage naturel et originel.”

Vernissage de Paola de Pietri "Questa Pianura"



[16:00-20:00] Vernissage de Pauline Bastard "DENIM VICTORY"
Location:
Galerie Eva Hober
156, boulevard Haussmann
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule
France
Phone : +33 (0)1 48 04 78 68
Fax : +33 (0)1 48 04 78 07
Mail : galerie@evahober.com
Internet Site : www.evahober.com
Description:
10 octobre - 14 novembre 2015
Vernissage le samedi 10 octobre de 16h à 20h

DENIM VICTORY - PAR MÉRIAM KORICHI
L'invention de protocoles de production, c'est s'aventurer, découvrir et arpenter des zones inconnues. Repousser les frontières du connu et du familier. C'est le Far West. Le protocole combine des règles simples et hasardeuses, qui deviennent créatrices de péripéties, de récits, d'ensembles accidentels et improbables, faits de détournements et de raccords signifiants. Il y a des déroutages, des bifurcations, des découplages, et des recouplages aboutissant à des formes provoquant l'empathie et l'aversion à la fois. Il y a là un travail sur le façonnage, le maquettage artificiel et le synthétique, qui expose, en la retravaillant, la dénaturation et l'impersonnalisation de la confection que l'homme produit et consomme tous les jours. Cependant nous faisons l'expérience duelle de la répulsion et de la séduction de ces processus. Dans le factice, il y a de la place pour la spéculation poétique qui se nourrit de faux raccords, de défauts d'assemblage, de jointures pas d'équerre, de jeux dans les emboîtements, de flottements, de zones grises. Subtilité duplice du faux raccord. Le travail de Pauline Bastard aiguise la perception consciente, s'immisçant dans les associations et les choix que l'on ne questionne pas d'ordinaire. L'œuvre cherche ces moments où ne sont pas encore indissociables point de convergence et point de divergence.
Moment de départs possibles et irrémédiablement manqués.
Moment de retrouvailles fausses et véritables.
Moment de rapprochements impossibles et existant pourtant depuis l'origine.
Moment de grâce et de monstruosité.
Ces fausses paires assemblées là ont perdu leur vraie moitié, tout en trouvant leur autre moitié, intime et tout à fait étrangère. Comme des mondes parallèles qui, ayant un rapport objectif mais n'étant pas destinés à se rencontrer, collisionnent tout d'un coup. Collision plastique qui électrise le réel et fracture ses cloisons préfabriquées.
Et l'anomalie s'impose comme forme, pied de nez aux “valeurs sures” du réel, à un “ordre” supposé, à une “authenticité” exigée. L'œuvre se joue de la réalité sociale souvent claquemurée, construite à coup de choix qui ne sont que faux semblants, choix standardisés, procédant à une uniformisation généralisée, duplication, déduplication, imitation multipliée, où tout se ressemble, tous se mélange . Cette réalité répétitive est fissurée cependant de toute part par la possibilité de micro-déviations et de micro-variations dans les interstices laissés par la fabrique des images, des objets, des esprits, des corps, des vies individuelles. Ces micro-déviations, ces micro-variations, accumulées, font surgir les aspérités et les irrégularités de la réalité manufacturée, et les mondes parallèles se dressent d'un coup dans les hiatus et les fentes du contemporain.
Le détail matériel est la possibilité de la bifurcation. Pauline Bastard raconte les histoires de suspens inscrits en creux dans la matière, même manufacturée, archi-conglomérée, autoritaire. Matérialité triturée, questionnée, reconfigurée, d'où surgissent alors des objets, des images et des sujets au statut ambigus. Nous sommes invités ici à une rencontre du troisième type, comme dans le film Alex. Alex est un individu fictif qui a acquis un statut civil réel et qui est incarné par une personne réelle. Mais Alex n'est un pas un rôle. Le sujet incarné, qui a accepté d'entrer dans le film et de se prêter au protocole pour donner vie à Alex, devient réellement fictif. Et les personnes qui rencontrent Alex dans et à travers le film deviennent à leur tour fictives. Au contact d'Alex, vous devenez fictifs. Il y a contamination. Le réel se déréalise et se réalise. La fiction s'infiltre et étend son territoire, et se déploie inexorablement jusqu'à empiéter sur notre propre territoire que nous croyions connaître.

Pauline Bastard est née en 1982 à Rouen, elle vit et travaille à Paris. Elle est diplômée de l'ENSBA Paris (2009) et de l'Université Paris I - La Sorbonne (2010). Denim Victory est sa troisième exposition personnelle à la galerie Eva Hober.
Pauline Bastard participe régulièrement à de grandes expositions collectives comme personnelles en France et à l'étranger : 30ème Biennale de São Paulo ; Hors-Pistes - Centre Pompidou ; A space called Public by Emgreen & Dragset - Munich ; Grey Noise - Dubai ; Fondation d'entreprise Ricard, Galerie Barbara Seiler - Zurich ; Hamish Morisson - Berlin ; Nettie Horn - Londres ; Valenzuela - Bogota ; Art Centres in 18th street, Los Angeles ; et bientôt au CAP de Lectoure.
Pauline Bastard a reçu plusieurs prix et a bénéficié de plusieurs programmes de résidence : FNAGP (2013), Domaine de Chamarande (2012), Flux Factory (2011). Ses œuvres font partie des collections des FRAC Haute-Normandie et Aquitaine, du Fonds Départemental d'Art Contemporain d'Île-de-France et du Fonds Municipal de la Ville de Paris.
Pauline Bastard, lauréate 2014 du prestigieux programme Audi Talents Awards, s'empare de l'ancienne sacristie du Collège des Bernardins pour y présenter la première exposition de son projet Alex - du 21 octobre au 13 décembre 2015 - commissaire Gaël Charbau.

Vernissage de Pauline Bastard "DENIM VICTORY"

[16:00-21:00] Vernissage de Raphaël Barontini «Solar Drums»
Location:
Galerie Alain Gutharc
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 47 00 32 10
Fax : +33 (0)1 40 21 72 74
Mail : gutharc@free.fr
Internet Site : www.alaingutharc.com
Description:
Exposition du 10 octobre au 21 novembre

La peinture de Raphaël Barontini fait surgir de fonds cosmiques des personnages aux racines française du XVIIe ou XVIIIe siècles mêlées à celles plus modernes et contemporaines mais tout aussi anciennes de Haïti, des Dogon, ou plus politiques pour nous, des Black Panthers, sans compter celles inénarrables, intemporelles et extra-terrestres de Sun-Ra. Il réunit ces personnages historiques et fictionnels, sur toile, sur banderole, en provenance d'internet, de cartes postales, ou d'objets trouvés encore, en un véritable carnaval qui avance dans notre nuit diurne toutes cymbales sonnantes, toutes percussions résonnantes, comme un chant non plus universel tel que pensé par l'Occident, mais celui du Tout-monde, sorti de la bouche de la Créolité. (...)

Des tribus amérindiennes ont inventé les dreamcatchers, les capteurs de rêve. Les toiles et les installations de Raphaël Barontini sont des capteurs de mythes : elles les saisissent, les réassemblent, les dévorent même parfois, et il en résulte de nouveaux mythes. Elles regardent l'histoire à partir du présent comme cela doit être, et non penser le présent à partir de l'histoire. Elles reconfigurent notre histoire commune, celle de l'humanité dans sa multiplicité, par la créolisation. En reprenant le fil d'un temps long, en pensant l'étrangeté au cœur même de nos propres récits, elles dévoilent le mécanisme de lissage historique sur des siècles, qui a fait oublier consciencieusement combien nos ancêtres nous sont terriblement exotiques, combien nos contemporains nous sont proches. Il donne à cette conscience nouvelle de l'Autre et de nous même, une représentation commune, une présentification pourrait-on même dire !

Ses œuvres tout en se dressant dans toute leur plasticité, ne s'opposent toutefois pas complètement aux mots ni à la raison. Mais elles viennent dire leurs voix singulières. Elles creusent là où la raison occidentale a failli, là où elle s'est prise pour Dieu. Il renvoie la modernité à son dramatique paradoxe, à l'aporie même qui l'a vu s'ériger en une utopie d'une nouvelle humanité et sombrer dans l'horreur de la barbarie. Et ses œuvres se dressent alors dans toute leur poétique.

Jean-Marc Avrilla

«Solar Drums» est la première exposition individuelle de Raphaël Barontini à la Galerie Alain Gutharc.

Vernissage de Raphaël Barontini «Solar Drums»

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "KIDS FACTORY"
Location:
Arts Factory / Bastille
27, rue de Charonne
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Mobile : +33(0)6 22 85 35 86
Mail : artsfactory@free.fr
Internet Site : www.artsfactory.net
Description:
KIDS FACTORY
une exposition de Guillaumit, Stéphane Kiehl & Lili Scratchy
vernissage le samedi 10 octobre de 16h à 21h
(merci aux enfants de bien vouloir accompagner leurs parents)
exposition du 12 octobre au 7 novembre 2015

Du 10 octobre au 7 novembre c'est un peu la récré chez Arts Factory avec une exposition spécialement conçue pour les petits (et grands) enfants, en partenariat avec le magazine Paris Mômes qui fête à cette occasion la parution de son numéro 100. Avis aux amateurs d'univers graphiques déjantés, ludiques et colorés, Guillaumit, Stéphane Kiehl et Lili Scratchy ont ainsi concocté un réjouissant ensemble d'œuvres à base de feutres qui tachent, créations numériques, installations interactives et walldrawing géant. Le moment idéal pour refaire en famille la déco de la maison en s'offrant un dessin original ou l'une des nombreuses éditions limités proposées … mais aussi flâner dans l'espace librairie en participant aux ateliers et rencontres organisées.

Dans le cadre de la Carte Blanche proposée au magazine Paris Mômes, Arts Factory présentera également les illustrations de Jeanne Detallante, Delphine Renon, Federica Del Proposto, Didier Cornille et les céramiques de Vincent Balas.

#guillaumit

Guillaumit a de gros cheveux, pour cacher tous ses cerveaux. Artiste, illustrateur, graphiste, designer, performer, réalisateur de films d'animation, il est multiple, mais toujours instantanément reconnaissable. Illustrateur au sein de l'agence Lezilus, il conçoit des visuels publicitaires, de la signalétique et des affiches de festival. Il travaille ainsi pour le Centre Pompidou, La Gaité Lyrique, Sosh, Sony, Arte ou la ville de Bordeaux. Avec Gangpol ils forment le duo Gangpol & Mit; Gangpol pour les oreilles et Guillaumit pour les yeux. Leurs concerts sont des spectacles utilisant programmation informatique et vidéo projection.

Associés à Mami Chan et Norman Bambi, ils créent "Carton Park", un concept mutltimedia à destination des enfants. Guillaumit a également publié de nombreux ouvrages, citons notamment "L'ABC des Verbes" chez Thierry Magnier, "Costume Cravate" aux Requins Marteaux, "Faits Divers" un livre / dvd pour Pictoplasma ou le tout récent "Au Bureau" aux éditions Les Fourmis Rouges.

#stéphanekiehl

Auteur / illustrateur né en 1975, Stéphane Kiehl est diplômé de l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Nancy. Créateur de mondes imaginaires où un merveilleux bestiaire croise les toutes dernières technologies, il travaille depuis 1999 pour la presse, l'édition, la communication d'entreprise et la publicité. Abondance du détail, truculence des motifs, références multiples; du Douanier Rousseau aux grandes figures de l'architecture et de l'art contemporain, ses foisonnantes compositions numériques s'exposent également dans les galeries et centres d'art contemporain ( Arts Factory, Square des Artistes, Le Cube, Le Labo ... ).

Co-fondateur en 2012 de e-Toiles, l'une des toutes premières maisons d'édition 100% digitales, il a conçu pour ce projet novateur deux livres numériques : "Dans mon rêve" en novembre 2011 (premier Bologna Ragazzi Digital Award 2012 du Salon du livre jeunesse de Bologne) et "Ma poire" en septembre 2012. En juin 2012, son premier film d'animation "Abel" est diffusé sur Canal + dans la collection "Le Laboratoire d'images", il obtient le prix du public au 41e Rencontres Cinématographiques de Digne-les-Bains en mars 2013. Stéphane Kiehl ne délaisse pas pour autant l'édition traditionnelle, en témoignent ses nombreux ouvrages illustrés pour Autrement Jeunesse ou Actes Sud Junior.

#liliscratchy

Diplômée de l'ECV (Ecole de Communication Visuelle), Lili Scratchy - Frédérique Bellier à la ville - est née en 1969 à Orléans. Graphiste dans une vie antérieure, elle se lance dans l'illustration avec son premier livre Lulu Magazine (1998, Le Seuil jeunesse), une parodie de journal féminin pour petites filles. Elle a depuis publié de nombreux ouvrages, citons notamment ses incroyables albums de coloriages chez Thierry Magnier ou les touts récents « Popdouwizz » aux éditions Les fourmis rouges et "Bingo" (Seuil Jeunesse). Sous l'impulsion de son amie illustratrice Nathalie Choux, Lili Scratchy a également investi le champ de la céramique. Un travail résolumen t ludique et pétillant, riche en couleurs explosives, inspiré notamment par l'art brut, le design japonais et les petites bêtises fomentées par ses trois enfants Félix, Lison et Rose.

#parismômes

Paris Mômes est un guide culturel bimestriel pour les parents des enfants de 0 à 12 ans (avec une rubrique Ados pour les 12-18 ans). Il est diffusé gratuitement à 150 000 exemplaires - dont 45 000 exemplaires en kiosque en supplément du quotidien Libération, et 105 000 en dépôt gratuit dans un réseau qualifié. Depuis sa première parution, en 1997, le magazine Paris Mômes soutient la création jeune public: théâtre, cinéma, arts plastiques… Il est aussi partenaire de nombreux événements culturels accessibles en famille. Dans un esprit d'ouverture culturelle, la ligne éditoriale privilégie les démarches artistiques singulières, les initiatives associatives et citoyennes. Ancré dans sa ville, Paris Mômes offre une autre manière de découvrir Paris.

Vernissage de l'exposition collective "KIDS FACTORY"

[16:30-19:00] "Spray final", live painting du graffeur unSolub
Location:
Passage Pas Sage
Passage des Gravilliers
Passage des Gravilliers
entrée par le 10, rue Chapon ou le 19, rue des Gravilliers
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Internet Site : www.passage-pas-sage.com
Description:
unSolub inaugure sa fresque de 250 m2.

Passage pas sage organise "Spray final", un live painting du graffeur unSolub, ultime touche à sa fresque réalisée passage des Gravilliers. Une expérience unique à Paris.

PROGRAMME
16h30 : les rideaux métalliques du passage se baisseront de concert afin d'apprécier l'oeuvre picturale dans son ensemble
17h : lever de rideaux et ré-ouverture des galeries
17h à 19h : live painting, performance de unSolub

C'est au graffeur unSolub que christian berst art brut, GALERIE SATOR, Under Construction Gallery et PAPER TIGER ont choisi de confier, au début du mois d'août, le projet ambitieux de faire naître une jungle urbaine sous les porches et sur les 16 rideaux métalliques de leur passage - soit une surface de plus de 250 m2.
En 10 semaines et 100 bombes, unSolub a donné vie à un univers onirique peuplé de machines volantes inspirées de l'univers de Gustav Mesmer surplombant des méandres architecturaux envahis de végétations luxuriantes, dans une gamme allant du "pur blanc" au "noir rat" nuancés de "full metal" et d'un camaïeu de gris.

UNSOLUB > http://on.fb.me/1Xkw5jR
Né en 1986, en France, unSolub a, dès sa prime enfance, fondé sa relation au monde à travers l'art.
Après s'être formé aux techniques du verre, il colonise, en autodidacte, son environnement avec ses graffs. Sa réputation est alors croissante et des collectifs de graffeurs réputés le repèrent et l'associent à leurs initiatives. Mais il reste un artiste protéiforme, curieux de toutes les matières et de toutes les manières, et qui voudrait les embrasser toutes.




[17:00] Présentation de "Continental Saigon" de Philippe Franchini
Location:
Galerie-Librairie Impressions
17, rue Meslay
75003 Paris
M° République, Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 76 00 26
Mail : impressions98@wanadoo.fr
Description:
Vente, dédicace, discussion avec l'auteur.
entrée libre dans la limite des places disponibles
durée 1 heure

Dans le cadre de l'Exposition « SERENITE » du peintre amérasien REMY GASTAMBIDE,
la Galerie Librairie IMPRESSIONS vous invite le samedi 10 octobre 2015 à 17h, à la présentation de :

"Continental Saigon"
et « Métis »,
de Philippe Franchini

"Continental Saigon" - Editions des Equateurs, 2015
Symbole et miroir de l'histoire de l'Indochine, le Continental Palace a été est le point d'ancrage de tous les aventuriers, les rêveurs et les ambitieux. Son salon, sa terrasse bruissaient des intrigues et des illusions tissées par ces hommes qui ont cédé aux charmes de l'Extrême Orient, ses promesses de fortune, le parfum du pastis et des tamaris, la fumée brune de l'opium puis celle des canons.
A travers l'histoire de sa famille - son père corse propriétaire du fameux hôtel et sa mère vietnamienne - c'est tout le Saigon des années 1930 à 1975 qui resurgit : vie quotidienne des Vietnamiens, tragédie du métissage, crépuscule du "règne des Blancs", prospérité et désillusions, corruption et sang.
Poste d'observation de toutes les personnalités militaires et politiques, journalistes, écrivains et cinéastes, le Continental est une institution par laquelle sont passés : Mayréna, Segalen, Malraux, Lucien Bodard, Graham Green, Pierre Schoendoerffer, Jacques Laurent, Jean Lartéguy, Raoul Coutard, Jacques Chancel, James Jones, Frances Fitzgerald....
Récit magnifique et poignant d'un témoin privilégié de l'Histoire et de ses coulisses, de l'Indochine française à la révolte de 1930, de la guerre du Vietnam à la chute de Saigon.

« Métis » Edition Baleine, 2014, essai-témoignage sur le métissage et la quête d'identité de l'auteur condition de métis, véritable complément de l'ouvrage précédent.

"Peintre par vocation, écrivain de profession, hôtelier de circonstance", Philippe Franchini, né à Saigon, a dirigé l'Hôtel Continental de 1965 à 1975.

[17:00-21:00] Vernissage de Clément COGITORE "Digital Desert"
Location:
White Project
24, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 60 35 69 14
Mail : info@whiteproject.fr
Internet Site : www.whiteproject.fr
Description:
Vernissage de Clément COGITORE "Digital Desert"

[17:00] Vernissage de HERAKUT
Location:
Le M.U.R.
Modulable, Urbain et Réactif
109, rue Oberkampf
croisement des rues Saint-Maur et Oberkampf
75011 Paris
M° Parmentier, rue Saint-Maur, Ménilmontant
France
Mobile : +33 (0)6 17 76 28 36
Mail : associationlemur@gmail.com
Internet Site : lemur.asso.fr
Description:
Vernissage de HERAKUT

[17:00-21:00] Vernissage de Laure Vasconi "Villes de cinéma"
Location:
SIT DOWN
4, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 78 08 07
Mobile : +33 (0)6 64 12 06 96
Fax : +33 (0)1 42 77 06 96
Mail : info@sitdown.fr
Internet Site : www.sitdown.fr
Description:
Vernissage samedi 10 octobre 17h - 21h
Exposition du 10 octobre au 7 novembre 2015

Du Caire à Rome, d'Hollywood à Babelsberg, de Paramount à Fox, Laure Vasconi a vadrouillé, déambulé, flâné, rêvé, toujours armée de sa prothèse devenue naturelle, l'appareil photo.

Dans des studios plus ou moins en activité, en sommeil, voire en déshérence, elle a observé les coulisses des usines à rêves du XXème siècle, capté l'envers, les plis, l'inconscient du cinéma, saisi le hors champ des films. Dans des locaux le plus souvent déserts, mais parfois peuplés de quelques employés, fourmis invisibles mais indispensables de la grande ruche cinéma, elle n'a eu de cesse de photographier ce que les foules ne voient jamais : la béance du cinéma, la latence entre les films, avant ou après que ceux-ci soient fabriqués. Hangars vides, trétaux, cimaises, machineries, vestiaires, placards, tiroirs, costumes, perruques, mannequins forment le monde englouti, le labyrinthe obscur, le liquide amniotique de la vie des films, toujours soustrait à la vue du public. Géologue, spéléologue, exploratrice du cinéma, Laure Vasconi opère donc un travail de dévoilement, révélant les entrailles cachées de la plus grande machine à fantasmes des cent-vingt dernières années. 120 ans, c'est vieux, et c'est aussi cet âge canonique, cette possible agonie qu'enregistre la photographe, produisant les dernières traces d'un art et d'un monde, d'une “industrie artisanale“ en voie d'être submergés par l'ère digitale.

Documenter les coulisses d'un art en pleine mutation, c'est aussi produire un genre de film en images fixes, c'est prolonger la magie du cinéma et sa puissance d'évocation : tel est l'art paradoxal de Laure Vasconi, telle est la beauté émouvante de sa série sur les grands studios.

Serge Kaganski

Vernissage de Laure Vasconi "Villes de cinéma"

[17:00-21:00] Vernissage de Lise Stoufflet "Permesse"
Location:
under construction gallery
6, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Mobile : +33 (0)6 37 34 99 78
Mail : underconstructiongallery@gmail.com
Internet Site : www.underconstructiongallery.com
Description:
du samedi 10 octobre au samedi 7 novembre 2015
vernissage le samedi 10 octobre de 17h à 21h

Intriguant et parfois même déroutant, le travail de Lise Stoufflet ne laisse pas indifférent. Une inquiétante beauté se dégage de ses oeuvres sur toile à l'apparente facture classique mais dont émanent certaines ambiguïtés. La plus remarquable est la présence d'éléments (rubans, céramiques, sculptures, …) qui prolongent le motif peint hors de la surface plane de la toile dans l'espace de la galerie. Des matérialisations qui sont pour l'artiste des allers-retours entre la fiction et le réel :

« Au début, c'est parti d'objets que j'extrayais de la toile ou que je continuais au pinceau sur le mur. Avec ce principe de frontière un peu floue entre fiction et réalité où l'on peut aller de l'un à l'autre. J'aime quand l'irrationnel intègre d'une manière ou d'une autre le réel. » Lise Stoufflet

Le point de vue en légère contre-plongée intensifie l'étrangeté de la composition tout comme le cadrage « photographique » qui donne le sentiment au regardeur d'être privé de certains éléments de compréhension de l'œuvre. Une privation qui est soulignée par la figure de l'enfance et du jeu, des thèmes récurrents dans les œuvres de Lise Stoufflet. Assister à un jeu sans en comprendre les règles, sans pouvoir en deviner les dimensions, positionne le spectateur dans une situation et un sentiment d'exclusion.

« J'aime les thèmes du jeu et du rituel car quand on les regarde de manière extérieure c'est très intrigant et fascinant. Car même si l'on voit bien ce qui se passe, on ne sait pas vraiment toujours ce qui se déroule sous nos yeux. J'essaye de créer ainsi des images où il puisse y avoir plusieurs histoires à raconter. Je suis dans le plausible mais je cherche ce point créateur de questionnements, d'hypothétiques histoires. » L. S.

Positionnés le plus souvent sur le sol, les personnages « rarement en mouvement, sont plutôt dans l'attente », sont représentés dans un état liminaire entre sommeil, inconscience voire même parfois hypnose. Les couleurs aux tons pastels accentuent cette sensation d'étrangeté que vient souligner tout un jeu d'ombres. Les compositions de Lise Stoufflet sont réalisées la plupart du temps à partir d'images qu'elle réorganisent d'abord dans des croquis avant d'investir la toile jusqu'à :

« ce point où il y a presque un basculement. Une recherche dont la créativité tient pour une bonne part de l'instinct et où se combinent des instants qui n'existent pas ». L. S.

texte de Point Contemporain
www.pointcontemporain.com

Vernissage de Lise Stoufflet "Permesse"

[17:00-21:00] Vernissage de Pierre Sgamma
Location:
Galerie Sylvie le Page
20, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 83 08 16 85
Mail : galeriesylvielepage@gmail.com
Internet Site : www.galeriesylvielepage.com
Description:
Dessins et Céramiques

Pour la première fois Pierre Sgamma présente ses céramiques accompagnées de leurs dessins préparatoires.

Vernissage de Pierre Sgamma





[18:00] Apéro pour l'exposition de Johanna HEEG "SPLEEN ET IDEAL"
Location:
Studio Galerie B&B
6, rue des Récollets
75010 Paris
M° Gare de l'Est
France
Phone : +33 (0)1 40 38 08 88
Mail : info@studiogaleriebb.com
Internet Site : www.studiogaleriebb.com
Description:
Polysémie à la Galerie B&B

Du 6 au 11 octobre

Vernissage, le 6 octobre à partir de 18h
Apéro sympa, le samedi 10 octobre à partir de 18h
Thé, le dimanche 11 octobre à partir de 16h

Vernissage de Johanna HEEG "SPLEEN ET IDEAL"

[18:00-21:00] Signature de "Blackywall", Claude Closky
Location:
Librairie Florence Loewy
Books by Artists
9-11, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 44 78 98 45
Fax : +33 (0)1 44 78 98 46
Mail : info@florenceloewy.com
Internet Site : www.florenceloewy.com
Description:
« Blackywall » pourrait apparaître comme une monographie sur l'œuvre de Claude Closky, avec 200 pages d'illustrations ponctuées de textes descriptifs. Les références à Claude Monet, Claude Debussy, Christian Dior, Rasputin, Harley-Davidson ou Sean Connery attirent cependant l'attention. Ces critiques sont en fait nourries de citations extraites d'Internet, à travers une série de recherche de mots-clés programmées pour apporter une description rationnelle et objective des œuvres. Apparues sur un site en ligne « pirate », Claude Closky s'est réapproprié cette matière première digitale, pour fournir avec « Blackywall » un nouvel angle de vue sur son oeuvre.

RRose éditions, Paris
Impression numérique, 200 pages, 23 x 14.5 cm
Impression laser, 1 page, 21 x 26 cm
300 exemplaires
25 €

[18:00-21:00] Vernissage "Curiosity" par Théo Jan
Location:
SERGEANT PAPER ARTSTORE
38, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 71 32 81 89
Mail : contact@sergeantpaper.com
Internet Site : www.sergeantpaper.com
Description:
A PARTIR DU 10 OCTOBRE
VERNISSAGE LE SAMEDI 10 OCTOBRE DE 18H À 21H

Bienvenue dans l'univers curieux de Théo Jan.
Pour sa première exposition, Théo Jan, jeune artiste autodidacte de 25 ans, nous invite à pénétrer dans son cabinet de curiosités. Des curiosités hétéroclites finement retranscrites au rotring sur papier. L'univers inédit de Théo Jan est peuplé d'animaux sauvages délicatement dépecés, de compilations d'ustensiles finement dessinés, de créatures chimériques plongées dans du formol.
Féru de science-fiction et de gravures, Théo Jan en fait ses principales sources d'inspiration. A la manière des dessins d'observation, sans qu'aucun détail ne lui échappe, Théo Jan illustre de manière réaliste un monde à la lisière du fantastique. Partez à la découverte du laboratoire graphique de Théo Jan.

THÉO JAN

Né en 1990 et originaire de Toulouse, Théo Jan est diplômé en ébénisterie. Dès son plus jeune âge, cet autodidacte se consacre au dessin.
Sur un coup de tête, Théo Jan quitte son sud natal pour rejoindre la capitale. C'est en arrivant un peu par hasard, au détour de la rue Quincampoix que Théo Jan entre chez Sergeant Paper. Et le hasard fait bien les choses puisqu'il devient pendant quelques années membre de la galerie parisienne, en tant qu'imprimeur.
Largement inspiré par l'esthétique de la gravure, et pour cause, son père est graveur, Théo Jan poursuit la tradition filiale et porte son admiration auprès d'artistes tels qu'Ernest Pignon-Ernest, Jacques Muron et Philippe Mohlitz.

Vernissage "Curiosity" par Théo Jan

[18:00-21:00] Vernissage de Paula de Solminihac "Les Noms Secrets"
Location:
Galerie Dix9
19, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 78 91 77
Fax : +33 (0)1 42 78 91 77
Mail : info@galeriedix9.com
Internet Site : www.galeriedix9.com
Description:
Figure montante de la scène artistique chilienne, Paula de Sominihac produit des oeuvres singulières où vie privée et questionnement artistique sont intriséquement liés. Avec pour principal objet la céramique, son travail s'inscrit dans une perspective de l'archéologie contemporaine. L'artiste s'attache en effet plus aux processus de production qu'aux objets eux mêmes, et systématise l'étude de l'activité matérielle comme un champ spécifique de l'art et de l'anthropologie.

Pour sa première exposition en France, Paula de Solminihac présente un projet spécifique issu d'une recherche menée en février 2015 à Santa Marta de la Sierra Nevada (Colombie). Fruit d'une bourse obtenue avec l'appui de la Galerie Dix9, cette recherche était à l'origine destinée à prendre contact avec les indigènes de la zone, connus pour être les premiers potiers d´Amérique Latine. Certaines pièces figureront dans la grande exposition Ceramix qui débutera à la même époque au musée Bonnefanten à Maastricht avant de se redéployer à la Maison Rouge à Paris.

Vernissage de Paula de Solminihac "Les Noms Secrets"
Livre Blanc (White Book), 2014
terre cuite, 36 x 26 x 16cm

[18:00-21:00] Vernissage de Rachel de Joode "Porosity"
Location:
Galerie Christophe Gaillard
5, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 49 16
Mobile : +33 (0)6 65 15 75 30
Mail : contact@galerie-gaillard.com
Internet Site : www.galerie-gaillard.com
Description:
Main space

10.10.2015 - 15.11.2015
Vernissage 10.10.2015

Depuis plusieurs années, nous regardons le travail de Rachel de Joode changer d'état. La matière cristallise, gèle, se liquéfie ou s'évapore, elle est en constante évolution. Même s'il naît dans l'atelier, le travail de l'artiste n'y survit pas. Les matériaux sculptés, assemblés de façon éphémère sont pris en photo et donnés à voir sous forme de surfaces imprimées. Cette pratique de la sculpture, ludique voir régressive, tient autant du collage organique ou du patchwork digital que de la greffe de peau.

Extrait du communiqué rédigé par It's our Playground

[18:00] Vernissage de Renaud Bargues
Location:
Galerie espace marie-robin
18, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Mobile : +33 (0)6 80 26 74 04
Mail : espace.marie-robin@wanadoo.fr
Description:
Du Dessin en Sculpture
2013/2015

Exposition du 10 octobre au 7 novembre 2015
Vernissage samedi 10 octobre

PERFORMANCE
"DESSINS BRUTS"
par RENAUD BARGUES
lors du vernissage du jeudi Arty
15 octobre à 19h30

Vernissage de Renaud Bargues
Vernissage de Renaud Bargues

[18:00-21:00] Vernissage de Sara Acremann et Charlotte El Moussaed "le motif dans le tapis"
Location:
Progress Gallery
4 bis, passage de la Fonderie
accès au niveau du 72, rue Jean-Pierre Timbaud
code : porte ou B288
75011 Paris
M° Parmentier, Goncourt, Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 70 23 30 20
Mobile : +33 (0)6 98 02 72 80
Internet Site : www.progressgallery.com
Description:
commissariat : Viviana Birolli

Le motif dans le tapis d'Henry James voit deux jeunes critiques littéraires se lancer corps et âme à la recherche de cette petite chose “aussi concrète qu'un oiseau dans une cage” qui est pour chacun des ouvrages de l'écrivain Hugh Vereker comme un “organe de vie”, “un motif complexe dans un tapis persan”. Ingrédient secret ou “pose monstrueuse”, l'objet de cette quête sera toutefois destiné à sombrer dans la mort avec son découvreur. Ceux qui lui survivront ne pourront alors qu'être les victimes d'un désir inassouvi, mâtiné d'un doute diabolique : et si le motif dans le tapis n'était qu'une “mauvaise plaisanterie” ?
À mi-chemin entre le roman policier et la réflexion ironique sur le mythe du créateur et l'inutilité du critique, Le motif dans le tapis est ainsi surtout une trappe de lecture parfaite, mue par l'essor du suspens. Le secret y est à la fois point de chute et de fuite, moteur interprétatif qui pourrait très bien s'avérer un manège tournant à vide. La quête ne serait alors qu'une grande blague, et le motif dans le tapis, son plus beau miroir aux alouettes.
C'est par cette incertitude que le conte d'Henry James touche à la rencontre entre les œuvres de Sara Acremann et de Charlotte EL Moussaed, par un certain “air de famille” qui est un goût du récit déplacé, de l'indice manquant et de l'hésitation qui en découle, par une prédilection discursive qui fait du mot et de l'image autant d'interrogations allusives, voire d'artifices sans clef ni double fond.
Sara Acremann s'insère dans les fissures de la situation classique d'énonciation pour construire des dramaturgies troubles se déployant dans l'espace d'une hésitation et défiant la sincérité des actes de parole comme artefact formel. Charlotte EL Moussaed construit des montages d'objets et d'images tirés d'un espace intime désincarné, voire factice : autant de Totems domestiques où l'ordinaire et le folklore se confondent et les textes s'écrivent en creux dans les vides du langage.
Inscrite dans l'espace d'exposition au travers de leurs pièces, la rencontre entre ces deux artistes mélange les cartes sur table et génère de nouveaux discours, soutenue par une mise en scène qui suggère des pistes d'interprétation précaires et fragilise la notion d'auteur.
En suspens, les photographies et les textes habitent ainsi un espace intermédiaire entre spontanéité et mise en scène, rituel et série tournant à vide. Ambiguës, volontiers douteuses, les vidéos se construisent le long du seuil de bascule entre geste léger et grave, réalité et fiction, arabesque complexe et artifice simple, tellement simple que les fils blancs dont il est cousu ne se verraient même plus.
Comme le déclare le panneau imprimé à l'entrée du personnel d'un grand magasin parisien : “Souriez, vous entrez en scène”. Sauf que du spectacle annoncé il ne reste peut-être que le rideau, un scénario et quelques affiches.

Viviana Birolli


Sara Acremann
Née en 1983, Sara Acremann vit et travaille à Paris.
Après une licence en Lettres Modernes à Paris 4-Sorbonne, elle obtient son diplôme à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en juin 2012, avec les félicitations du Jury. Son travail s'empare de la vidéo, de la photographie, du son et du travail textuel, pour questionner la notion d'incertitude – celle des figures de l'auteur et du spectateur, celle du statut de l'image et du discours. Interrogeant et détournant la situation classique d'énonciation, Sara Acremann construit des fictions fragiles, des récits qui s'appuient toujours sur des observations de la réalité quotidienne et se déploient dans l'espace incertain des suppositions.
Ses travaux ont été présentés à plusieurs reprises en France, à l'occasion d'expositions collectives et personnelles : on mentionnera entre autres “Les Varennes de Loire”, exposition personnelle à l'Eternal Gallery (Les Nouveaux Commanditaires) et dans l'ancienne laverie de l'hôpital Bretonneau de Tours (2014) ; “La griffe du chat”,parcours d'art contemporain dans la ville de Dole organisé en collaboration avec le Musée des Beaux-Arts de Dole ; “Dépaysement”, exposition des félicités de l'ENSBA au Centquatre de Paris (2013), à l'occasion de laquelle il a remporté le prix pour la meilleure vidéo ; la présentation de son travail photographique à Paris Photo, dans la section “Découverte” du stand de la Galerie du Jour (2012). Nominée de la bourse “Révélations Emerige 2015”, elle travaille actuellement à la présentation de son travail qui se tiendra à la villa Emerige en novembre 2015.

Charlotte EL Moussaed
Née en 1987, Charlotte EL Moussaed vit et travaille à Paris.
Diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2013, elle pratique la photographie et la vidéo non sans lien avec l'écriture. Elle s'intéresse tout particulièrement au concept de livre, qu'elle traverse autant en fabricant des éditions qu'en gardant le principe de l'objet, dans des séries photographiques ou diaporamas qui évoquent, entre autres, la lecture d'un récit aux évènements souvent énigmatiques, voire manquants. Son travail a déjà été présenté en France et à l'étranger, à l'occasion, entre autres, des expositions collectives “DEDANS MON SOUVENIR” à l'Hôtel des Laurens d'Avignon (2015) et “Ma Samaritaine 2014 : Carte Blanche à la Jeune Photographie” à Paris, au Lishui International Photography Festival en Chine (2013), à l'ENSBA de Paris (2013). Elle collabore par ailleurs avec Le Bal et la Fabrique du Regard sur le programme “Mon journal du monde”.
En 2014, elle a été lauréate de la bourse photographique “Looking for Paris-Texas”, attribuée par l'Ambassade des Etats-Unis et l'association des Amis des Beaux-Arts ; à l'issu de ce prix, elle a séjourné trois mois aux Etats-Unis, de juillet à octobre 2014. Elle travaille actuellement à la finalisation des recherches menées sur le territoire américain.
Plus récemment, elle a reçu le prix “Impressions Photographiques 2015”, décerné pour la première fois cette année par Les Ateliers Vortex en partenariat avec le Consortium de Dijon et le Conseil Régional de Bourgogne ; ce prix lui a valu une exposition au Frac Bourgogne de Dijon.

Vernissage de Sara Acremann et Charlotte El Moussaed "le motif dans le tapis"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Clair couleur" de Régine Schumann
Location:
Galerie NMarino
Galerie Nery Mariño
8, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 49 75
Mobile : +33 (0)6 72 51 99 92
Mail : galerienmarino@gmail.com
Internet Site : www.artameriquelatine.com
Description:
Clair couleur

Les remarquables qualités esthétiques du travail de Régine Schumann s'expliquent par l'interaction de la couleur, la lumière, l'espace et la matière. Dans sa production l'artiste utilise presque exclusivement des matériaux qui s'illuminent par eux-mêmes, dès qu'ils sont exposés à l'énergie lumineuse. Le verre acrylique fluorescent est son matériau de prédilection, mais au cours des dernières années, elle a également employé le pigment actif à l'UV, le papier et la corde plastique pour produire de frappantes oeuvres individuelles et des installations in-situ.

Dans ses oeuvres, Régine Schumann combine la couleur avec les possibilités de design offertes par la lumière. En temps normal, la lumière du jour donne à ses espaces un éclat particulièrement vif. Toutefois, dans une salle peu éclairée, ces derniers révèlent tout leur potentiel de beauté et de luminosité. Les rayons ultraviolets agissent sur les matériaux fluorescents, générant ainsi une lumière qui confère aux oeuvres d'art des formes d'une extraordinaire sensualité. Régine Schumann approche la composition de ses objets en verre acrylique selon les principes picturaux, avec son sens très assuré de la couleur et de la compréhension de ses effets.Elle crée de nouvelles combinaisons à travers la juxtaposition et la superposition des surfaces.

Enfin ce charme qui caractérise son travail s'explique par la dualité et la complexité de leurs différentes qualités, par cette sensation d'un « effet calculé », accompagné de phénomènes optiques, et de reflets, que l'on peut apercevoir, pour peu que l'on soit attentif.

Régine Schumann a reçu de nombreuses distinctions en Europe et aux États-Unis, où son travail est régulièrement exposé. Ses oeuvres font parties de nombreuses collections publiques et privées. Elle vit et travaille à Cologne.

Vernissage de l'exposition "Clair couleur" de Régine Schumann

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Changer le Monde"
Location:
Galerie Christophe Gaillard
5, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 49 16
Mobile : +33 (0)6 65 15 75 30
Mail : contact@galerie-gaillard.com
Internet Site : www.galerie-gaillard.com
Description:
Front space

avec :PIERRE YVES BOHM,
VÉRONIQUE BOUDIER,
HÉLÈNE DELPRAT,
TETSUMI KUDO,
SIGALIT LANDAU,
DANIEL POMMEREULLE (ESTATE),
ALINA SZAPOCZNIKOW,
FRANZ WEST

10.10.2015 - 15.11.2015
Vernissage 10.10.2015






[19:00-23:55] Déconstruction de l'art de Gérard Gartner
Location:
Ma pomme en colimaçon
107, rue de Ménilmontant
75020 Paris
M° Ménilmontant, Gambetta
France
Phone : +33 (0)1 40 33 10 40
Mail : mapommeencolimacon@gmx.fr
Description:
LANCEMENT D'ULTIMA VERBA

Gérard Gartner, artiste rom et manouche, a décidé de détruire la totalité de ses sculptures, lʼoeuvre de toute sa vie. Le 10 octobre, il détruira une de ses sculptures, la toute première de son projet Ultima Verba, son projet de dé-construction de l'art.
Cette date du 10 octobre correspond au jour anniversaire de la naissance d'Alberto Giacometti, car c'est dans l'atelier du maître et à son contact que Gérad Gartner a débuté son travail d'artiste.
Autour de cette destruction, Tonia Galievsky Sermonne, comédienne et metteur en scène nous fera l'honneur d'une lecture d'extraits des écrits de Gérard Gartner sur l'art.
Et parce que ce dernier souhaite que ce rituel destructif soit lʼoccasion dʼune fête joyeuse, une fête de lʼéternel retour des choses, nous aurons la joie d'accueillir l'accordéoniste virtuose roumain Roberto de Brașov, dont la musique puise dans des inspirations tsiganes, jazzy, latines balkaniques, musette, blues...

Le point d'orgue de ce projet, la destruction complète, totale, définitive, irréversible de toutes ses sculptures, environ 250 pièces quʼil a toujours refusé de vendre aura lieu les 15, 16 et 17 janvier à Douarnenez, Cette dé-construction de l'art sera un terme, un point final et lʼaboutissement inéluctable dʼun itinéraire, dʼune pensée, sinon dʼune vie.

Contact / Florence Fouin Jonas florencefouinjonas@hotmail.fr

Déconstruction de l'art de Gérard Gartner

[19:30] Soirée Prestige Tunespoir
Location:
Salle Wagram
39, avenue de Wagram
5 bis, rue de Montenotte
75017 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 55 37 86 86
Fax : +33 (0)1 43 80 96 95
Mail : contact@sallewagram.com
Internet Site : www.sallewagram.com
Description:
Tunespoir organise une soirée PRESTIGE le Samedi 10 octobre 2015 à la Salle WAGRAM à deux pas de l'Arc du Triomphe.

La salle WAGRAM classée Monument Historique de Paris, est l'une des plus belles salles de la capitale.

Tunespoir vous offre le meilleur, un DINER GASTRONOMIQUE suivi de DEUX SPECTACLES de grands artistes tunisiens mariant humour et musique.

Plusieurs célébrités et stars seront nos invités d'honneur.

Les fonds récoltés seront investis au profit de l'enfance et de l'éducation en Tunisie.








[21:45] Feu d'artifice de la Fête des Vendanges de Montmartre 2015
Location:
Montmartre
Montmartre
75018 Paris
M° Abbesses, Lamarck - Caulaincourt, Pigalle, Anvers, Château Rouge
France
Description:
au pied du Sacré-Cœur

Du 7 au 11 octobre, le XVIIIe arrondissement de la capitale accueille la 82e édition du rendez-vous viticole. En plus des traditionnels défilé, feu d'artifice, bal et dégustations, des animations feront écho à la COP 21.

Après Nuit Blanche le week-end dernier, c'est au tour d'une autre manifestation populaire parisienne de rendre hommage à la COP21, qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre prochains à Paris. Du 7 au 11 octobre, la très festive Fête des vendanges de Montmartre, parrainée par le chanteur Raphaël et la comédienne Mélanie Thierry, célébre ainsi la planète, «dans une démarche encore plus éco-responsable qu'en 2014» promet Eric Lejoindre, maire du XVIIIe.

Le millésime 2015 issu des vignes de la Butte est un rosé, nommé «Cuvée de la planète». Au programme pendant cinq jours, dans une cinquantaine de lieux aux quatre coins de l'arrondissement: visites des vignes et des jardins, ateliers en tous genres pour adultes et enfants (écriture sur la nature, fabrication de pots de fleurs...), balades, expos, chorales, concerts, conférences, journée anti-gaspillage à La Recyclerie (le 8), cours d'oenologie... Mais aussi les cinq temps forts habituels de l'événement, ouverts à tous:
• Le grand défilé des confréries vineuses et gastronomiques, venues de toute la France et des pays frontaliers, mêlées aux habitants du quartier. Samedi 10 octobre, de 15h à 17h45, au départ de la mairie du XVIIIe, jusqu'à la place Saint-Pierre.
• Le parcours du goût et ses nombreux stands vineux et gastronomiques du terroir autour du Sacré-Cœur. Du vendredi 9 au dimanche 11 octobre, de 10h à 22h (ven.), 23h (sam.) et 19h (dim.), butte Montmartre. Dans le jardin Saint-Pierre, l'École du Goût propose des démonstrations culinaires.
• Le feu d'artifice, créé par Joseph Couturier, comme «une balade pyromélodique à la rencontre du vivant». Samedi 10 octobre à 21h45, au pied du Sacré-Cœur.
• La cérémonie des non-demandes en mariage célébrée chaque année depuis 2007, sur la place des Abbesses, par l'ancien maire Daniel Vaillant (sur inscription préalable). Au programme, poèmes d'amour et coiffures «mystérieuses». Dimanche 11, de 10h30 à 12h30, place des Abbesses.
• Le grand bal «cosmos-polite» de clôture, sous la toile d'un chapiteau, avec un orchestre qui promet un voyage autour du monde. Dimanche 11 octobre, de 17h à 20h. square Louise Michel.

Fête des Vendanges de Montmartre 2015, du 7 au 11 octobre dans le XVIIIe
http://www.fetedesvendangesdemontmartre.com

Feu d'artifice de la Fête des Vendanges de Montmartre 2015

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés