Monday, October 19, 2015
Public Access


Category:
Category: All

19
October 2015
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-12:00] Vernissage presse "ALEX", Carte blanche à Pauline Bastard
Location:
Collège des Bernardins
20, rue de Poissy
75005 Paris
M° Cardinal Lemoine, Maubert - Mutualité
France
Phone : +33 (0)1 53 10 74 40
Mail : communication@collegedesbernardins.fr
Internet Site : www.collegedesbernardins.fr
Description:
ALEX, exposition
CARTE BLANCHE A PAULINE BASTARD
LAUREATE DES AUDI TALENTS AWARDS

21 octobre - 13 décembre 2015

Poursuivant sa trajectoire auprès des artistes émergents, le Collège des Bernardins et le commissaire Gaël Charbau s'associent aux Audi talents awards pour proposer à l'artiste Pauline Bastard de s'emparer de l'ancienne sacristie.

Elle y présentera la première exposition de son projet Alex. A partir d'objets du quotidien récupérés, Pauline Bastard entremêle de façon poétique et facétieuse le réel et l'imaginaire, utilise l'invraisemblance qu'elle peut ressentir face à la réalité pour construire des fictions.

Elle donne ainsi naissance à Alex, personnage qu'elle a inventé et qu'elle tente d'introduire dans la société. Pour cette exposition, elle a réuni un groupe de professionnels (une anthropologue, une costumière, une philosophe, un avocat, une scénariste et une psychanalyste) pour penser les actions d'Alex, dont l'identité culturelle, sociale ou administrative se révèle au fil des situations qu'il rencontre. Des scènes de vie sont ainsi présentées, le tout formant des couches saturées d'éléments se parasitant les uns les autres, comme les souvenirs.

Avec ce dispositif, Pauline Bastard crée un jeu de complicité avec le spectateur, en jouant avec son imagination, son attente et son désir.

Vernissage presse "ALEX", Carte blanche à Pauline Bastard
Vernissage presse "ALEX", Carte blanche à Pauline Bastard

[10:30-13:00] Vernissage presse de l'exposition "Philippe Halsman. Étonnez-moi !"
Location:
Jeu de Paume - Site Concorde
Musée de la Galerie Nationale du Jeu de Paume
1, Place de la Concorde
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 47 03 12 50
Fax : +33 (0)1 47 03 12 51
Mail : accueil@jeudepaume.org
Internet Site : www.jeudepaume.org
Description:
EXPOSITION DU 20 OCTOBRE 2015 AU 24 JANVIER 2016.
VISITE PRESSE LE LUNDI 19 OCTOBRE DE 10H30 À 13H

Le photographe Philippe Halsman (Riga, Lettonie, 1906 - New York, 1979) mène pendant une quarantaine d'années une carrière exemplaire, depuis ses débuts à Paris dans les années 1930, jusqu'à l'immense succès de son studio new-yorkais entre 1940 et 1970.

À Paris, puis à New-York, Philippe Halsman collabore à de nombreux magazines, Vogue, Vu, Voilà..., et Life dont il réalisera 101 couvertures. En France puis aux États-Unis, il réalise des portraits de nombreuses personnalités comme Marc Chagall, Le Corbusier, Gide, André Malraux, Marylin Monroe, Rita Hayworth, Duke Ellington, Les Windsor, Richard Nixon, Albert Einstein...
Loin d'être uniquement un photographe de célébrités, il n'aura de cesse d'expérimenter et de repousser les limites de son médium ; sa photographie se caractérise par une approche directe, une parfaite maîtrise technique et un soin du détail. Son activité couvre des champs aussi variés que le portrait, la mode, le reportage, les commandes privées et institutionnelles ou bien encore des projets personnels : il collabore notamment pendant plus de 30 ans avec Salvador Dalí et invente la "jumpology", qui consiste à photographier des personnalités en train de sauter, offrant ainsi un portrait plus naturel et spontané de ses sujets.

Au final, près de 300 images exclusives et documents originaux (planches et tirages par contact, épreuves préliminaires, photomontages, originaux et maquettes) sont présentés pour cette exposition rétrospective, apportant un éclairage unique sur l'œuvre et le processus d'un photographe exceptionnel et atypique.

Vernissage presse de l'exposition "Philippe Halsman. Étonnez-moi !"
Philippe Halsman, Dalí Atomicus, 1948. Musée de l'Elysée. © 2015 Philippe Halsman Archive / Magnum Photos. Droits exclusifs pour les images de Salvador Dalí : Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2015


Catalogue de l'exposition

La version française du catalogue Philippe Halsman, Étonnez-moi ! est éditée aux éditions Photosynthèses.
Cette publication de 320 pages présente la première étude de l'œuvre complète de Philippe Halsman. L'ouvrage comprend deux essais : un premier consacré au processus créatif du photographe par Anne Lacoste, commissaire de l'exposition du Musée de l'Elysée, et le second, signé par Marc Aufraise, s'attachant à sa collaboration avec Salvador Dalí. Un texte de la famille Halsman évoquant des souvenirs plus personnels du photographe et une chronologie détaillée complètent cette étude.
Le livre, divisé en quatre sections : "Paris années 1930", "Portraits", "Mises en scène", "Halsman / Dalí", est illustré par plus de 250 reproductions (épreuves argentiques originales, tirages couleur, maquettes, photomontages, épreuves préparatoires).
Prix de vente : 60 euros.


Visites et rencontres
mercredi et samedi, 12 h 30 / rendez-vous du Jeu de Paume, visite commentée des expositions
samedis 7 novembre, 5 décembre et 2 janvier, 15h30 / rendez-vous en famille, parcours en images pour les 7-11 ans et leurs parents
samedi 31 octobre, 15h30, samedi 28 novembre, 11h et 15h30 / les enfants d'abord !, visites-ateliers pour les 7-11 ans
mardi 27 octobre et mercredi 28 octobre / 12-15ANS.JPG, stage de pratique des images pour les 12-15 ans
dernier mardi du mois, 11h-21 h / mardis jeunes, gratuité pour les étudiants et moins de 26 ans
vendredi 23 octobre, 18h30 / Halsman au travail, présentation par Irène Halsman d'une sélection d'images de son père
mardi 27 octobre, 18h / Philippe Halsman, Étonnez-moi !, visite de l'exposition par Sam Stourdzé et Anne Lacoste, commissaires.
samedi 12 décembre, 11h / Jumpologies : de la gymnastique à l'extase, journée d'étude dédiée au travail de Philippe Halsman. Sous la direction de Joséphine Jibokji, Barbara Le Maître, Natacha Pernac et Jennifer Verraes.


[11:00-14:00] Vernissage presse "Anselm Kiefer, l'alchimie du livre"
Location:
Bibliothèque Nationale de France - site François-Mitterrand
Quai François-Mauriac
75706 Paris Cedex 13
M° Bibliothèque François-Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 53 79 59 59
Internet Site : www.bnf.fr
Description:
Galerie 2

Du 20 octobre 2015 au 7 février 2016

La bibliothèque nationale de France organise du 20 octobre 2015 au 31 janvier 2016, la toute première exposition consacrée aux livres d'Anselm Kiefer. La scénographie inédite signée par l'artiste allemand dévoile plus d'une centaine de livres, œuvres uniques réalisées entre 1968 et 2015, associés à des sculptures et des tableaux récents, et recrée l'atelier et la bibliothèque de l'artiste, habituellement inaccessibles au public. Une occasion unique de découvrir l'univers intime de cet artiste contemporain majeur et de comprendre le rôle essentiel que joue le libre dans son processus de création.

>> invitation





[14:00-23:00] Vernissage de l'exposition anniversaire « ¡ Picasso ! »
Location:
Musée national Picasso-Paris
Musée Picasso - Hôtel Salé
5, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 25 21
Fax : +33 (0)1 48 04 75 46
Internet Site : www.museepicassoparis.fr
Description:
Déployée sur les cinq niveaux de l'hôtel Salé, l'exposition anniversaire « ¡ Picasso ! » illustre la continuité et la profonde unité de la collection et de l'histoire du musée. Le Musée national Picasso-Paris conserve une collection couvrant toutes les périodes de sa création et tous les domaines, dont les « Picasso de Picasso » venus directement de l'atelier de l'artiste. Les archives personnelles de Pablo Picasso, puis celles du musée, sont au cœur de ce projet d'exposition. Elles résonnent avec les chefs-d'œuvre et, en vaste majorité inédites, permettent de lire autrement la vie, le processus créatif et la diffusion de l'œuvre du maître.

Un grand collage visuel invite les visiteurs à parcourir les cinq niveaux de l'hôtel Salé en partant de l'histoire du musée (sous-sol), pour découvrir une présentation chronologique d'œuvres majeures (rez-de-chaussée et 1er étage), puis « Pablo Picasso, figure publique » (2e étage), et rencontrer le « Picasso intime » (3e étage). C'est une lecture contemporaine des œuvres de Picasso qui alterne entre des salles proposant un accrochage dense et des séquences plus intimistes.

L'exposition en un clin d'œil :
5 parties distinctes : De l'atelier au musée, Picasso 1897-1929, Picasso 1922-1973, Picasso figure publique, Picasso intime
– 105 peintures (dont 86 de Picasso)
– 92 sculptures dont 22 céramiques, 13 objets et 1 œuvre textile
– 192 œuvres d'arts graphiques (186 de Picasso) dont 94 dessins, 20 carnets, 10 livres illustrés, 62 estampes et 6 matrices d'estampes
– 190 photographies
– 1 installation contemporaine
– 4 films et environ 30 extraits INA
– 314 archives dont 223 documents et correspondances, 38 périodiques, 31 ouvrages et 22 objets


En octobre 2015, le Musée national Picasso-Paris célèbre son 30e anniversaire. À cette occasion, il se démultiplie en événements et festivités. Découvrez le programme :
http://www.museepicassoparis.fr/30-ans/


Le commissariat : 10 commissaires
Violette Andres
Sophie Annoepel–Cabrignac
Émilie Bouvard
Yve-Alain Bois
Laure Collignon
Laurent Le Bon
Nathalie Leleu
Virginie Perdrisot
Emilia Philippot
Jeanne-Yvette Sudour


La scénographie

Le parti architectural de la scénographie s'articule autour d'une famille de formes et de dispositifs d'exposition modulaires. Pensé par Jasmin Oezcebi et implanté sous la forme d'un parcours libre, cet
ensemble accompagne l'œuvre de Picasso et propose d'établir un lien formel avec le cadre bâti du musée.

Quatre accents architecturaux (détails et dessins ornementaux spécifiques) participent à l'identification des territoires de l'exposition. Ces éléments de style s'inspirent et évoquent les différentes techniques de composition dans l'œuvre de Picasso : la superposition, le collage, l'assemblage, et la déconstruction.

Le jeu des modénatures, de pleins et de creux, l'alternance des finitions mate et brillante constituent des variations du langage et en affirment le mouvement.

La transparence des dispositifs permet une superposition et une recomposition visuelle des différents niveaux de lectures, et propose au visiteur d'embrasser d'un même regard les œuvres de différents médiums et les documents d'archives. Le blanc a été préféré afin de ne pas divertir l'œil du visiteur des différentes palettes de l'artiste.

L'accrochage instaure ainsi une proximité avec les œuvres, le visiteur se trouvant progressivement immergé au cœur du mouvement créatif, invité à déambuler librement autour des œuvres, à les découvrir dans leur singularité et leurs échanges.


L'exposition en détails

De l'atelier au musée : le sous-sol

Une première section introductive propose au visiteur un voyage dans l'histoire de la collection et du musée : depuis la création des œuvres qui constituent cette collection avec un focus sur les ateliers de Picasso ; en passant par la donation puis les dations de la famille Picasso qui ont permis que ce véritable trésor devienne accessible à tous avec l'ouverture au public du musée en 1985 ; et pour conclure, une histoire des grandes expositions qui ont rythmé la vie du musée depuis son ouverture.

Le processus créatif
Depuis son premier séjour à Paris, rue Gabrielle, jusqu'au mas de Mougins, Pablo Picasso connaît une vingtaine de lieux de vie et de création en France entre 1900 et 1973. L'atelier de Picasso est un univers où se croisent matières, techniques, volumes et images, supports et outils, archives et sources diverses qui alimentent le « laboratoire » où l'œuvre se découvre dans son processus créatif.
« L'Alambic des formes » (Michel Butor) est aussi chez Picasso le lieu de l'expérimentation photographique. Les différents attributs de l'atelier se retrouvent sur le plateau de tournage du Mystère Picasso (1955) par Henri-Georges Clouzot, film qui vise à capter l'essence et l'énergie du geste picassien.

De la donation de 1973 à la dation de 1979
Le 10 avril 1973 est annoncée la donation à l'État de la collection personnelle de Pablo Picasso décédé deux jours plus tôt. Le 13 novembre 1979, ses héritiers signent l'agrément de la dation, c'est- à-dire le paiement de leurs droits de succession à l'État en objets de valeur artistique et historique.
Entre ces deux dates fondatrices du patrimoine picassien de la nation, un travail d'inventaire colossal s'est déroulé dans les divers ateliers de Picasso. La dation, qui constitue le cœur du futur Musée national Picasso-Paris, sera exposée au Grand Palais en avant-première en octobre 1979 avant de circuler dans le monde.

1985, l'ouverture du musée
En 1976, Dominique Bozo, conservateur responsable de la préfiguration du Musée national Picasso, rédige le pré-programme de la consultation visant à désigner l'architecte en charge de la rénovation et de l'aménagement de l'Hôtel Salé. Jean Monge, Roland Castro et le Groupement pour l'Architecture et l'Urbanisme, Carlo Scarpa et enfin Roland Simounet répondent à la consultation. Ce dernier élabore une proposition audacieuse : il intègre tous les éléments du programme dans l'Hôtel Salé. La circulation est rythmée par des décrochés et des fentes qui permettent des points de vue sur le paysage architectural intérieur. Le musée imaginé par Simounet offre une grande proximité entre l'œuvre et le spectateur. Le musée est inauguré le 23 septembre 1985. L'année suivante, Roland Simounet reçoit l'Equerre d'argent pour ses aménagements.

La dation Jacqueline Picasso
Après la disparition soudaine de Jacqueline Picasso, dernière épouse de l'artiste, une dation permet l'entrée dans le patrimoine public en 1990 d'un nouvel ensemble exceptionnel, grâce notamment à un groupe important de portraits de toutes les époques et à 24 carnets de dessins exécutés entre 1899 et 1966. Une grande part des 47 peintures relève de la dernière période de création de Picasso.
La dation compte aussi des dessins, sculptures, céramiques, gravures et lithographies, ainsi qu'un papier collé de Georges Braque. Conformément à la volonté publique de redéploiement des collections nationales en direction des musées en région, la ventilation de la dation a bénéficié en 1991 à 21 musées de France.

Archives
Papiers personnels, lettres, télégrammes, journaux, prospectus, manuscrits, livres, photographies, disques, bricoles… Une grande partie de l'univers qui environnait Pablo Picasso est aujourd'hui conservée au Musée national Picasso-Paris, avec le concours et l'expertise des Archives nationales.
Soucieux de l'intégrité et de la pérennité de l'ensemble, les héritiers de Picasso en ont fait don à l'État en 1991. Depuis, le Musée national Picasso est chargé d'en assurer le classement, l'inventaire, la gestion et la valorisation scientifique. Ce fonds est évalué à près de 200 000 documents, dont 17 000 photographies. Son inventaire sommaire, réalisé avec les Archives nationales, est disponible en ligne sur les sites du Musée national Picasso et des Archives nationales.

Histoires d'expositions
Depuis 1987, une centaine d'expositions temporaires a été organisée par le musée. La programmation culturelle décline plusieurs formules : dans l'Hôtel Salé ou « hors-les-murs », comme au Centre Pompidou et au Grand Palais pour les projets de large envergure, mais aussi ailleurs en France et au sein d'un vaste réseau institutionnel à l'étranger. Périodes, techniques, thèmes ou confrontations, autour d'une acquisition, etc. Catalogues, photographies de salle, affiches, témoignent de cette diversité.

Picasso, 1897-1929 : Rez-de-chaussée

Les visiteurs découvrent une nouvelle mise en lumière des chefs d'œuvre du maître, déployée sur les deux premiers niveaux de l'hôtel Salé. Le musée comporte en effet un nombre exceptionnel d'œuvres majeures. La spécificité de la collection est aussi son caractère complet : toutes les périodes de l'œuvre de Picasso y sont représentées. Leur présentation dans ce nouvel accrochage offre un éclairage contemporain sur ses périodes bien connues comme les périodes rose, bleue ou cubiste(s), mais aussi des aspects plus méconnus de la création de Pablo Picasso comme son rapprochement du surréalisme ou l'année 1935 durant laquelle il délaissa ses pinceaux pour la poésie…

Autoportraits

Tout sa vie, Pablo Picasso se peint lui-même et se réinvente sous des traits inattendus, de la jeunesse à l'âge mûr. Ici, seul l'Autoportrait de 1906, celui d'un jeune homme nu jusqu'à mi-corps, répond à cette définition du portrait de soi : on reconnaît un Picasso vigoureux, âgé seulement de 25 ans. Il revient alors d'un séjour à Gósol où il a découvert la sculpture catalane traditionnelle. L'arc des sourcils se prolongeant pour former l'arête du nez est typique de cette influence primitive. Réalisé en 1937, le moulage de sa main droite, telle une empreinte magique, témoigne de son désir de garder la trace de l'instrument de son génie créateur. Exécuté deux ans avant la mort de l'artiste, Le Jeune Peintre est tout autant l'image d'un maître confirmé qui excelle dans la simplicité de sa facture qu'un salut émouvant aux jeunes peintres à venir.

Bleu et rose

Période bleue et période rose : c'est sous le signe de ces deux couleurs prédominantes que les critiques ont d'abord caractérisé l'œuvre de jeunesse de Pablo Picasso. Il entre dans le bleu à l'été 1901, en renonçant à une peinture aux coloris vifs, à la Van Gogh, encore visible dans La Mort de Casagemas. Le rose colore en 1904 les joues de l'entremetteuse La Célestine, avant de baigner les nus et les scènes de saltimbanques. Les corps sont graciles, évanescents, déformés comme dans la peinture du Greco. Le jeune Picasso représente les miséreux, thématique traditionnelle de l'école espagnole, et miroir des conditions précaires de son existence à Paris au début du siècle. Puis, les saltimbanques, alors qu'il fréquente le cirque Medrano, renvoient à la position à la fois fascinante et marginale de l'artiste dans le monde.

Pablo Picasso et Guillaume Apollinaire
Pablo Picasso fait la connaissance de Guillaume Apollinaire en février 1905 à l'Austin Café. Les deux artistes se lient très vite d'une amitié forte. Au printemps, Apollinaire est le premier critique contemporain de Picasso en France à reconnaître son génie et à promouvoir son œuvre par ses articles pour La Revue Immoraliste puis pour La Plume. En retour, Picasso dessine de nombreux portraits d'Apollinaire dont beaucoup de caricatures dans lesquelles le poète est reconnaissable par le dessin de sa tête en forme de poire. Picasso et Apollinaire sont également passionnés par les arts africains et océaniens qu'ils découvrent en 1906 et qui auront une influence durable sur leur œuvre.
Au printemps 2016, le musée de l'Orangerie présentera une exposition consacrée à Guillaume Apollinaire et la naissance de l'art moderne.

Laboratoire cubiste
« Un atelier de peintre doit être un laboratoire » (Pablo Picasso).
Au lendemain de l'invention des papiers collés à l'automne 1912, le cubisme de Braque et de Picasso s'engage dans la conquête du volume. Dans ce laboratoire de formes qu'est l'atelier de l'artiste, est initié un dialogue continu et fructueux entre la deuxième et la troisième dimension. Par le pliage, le collage devient relief. D'abord projetés sur le plan, les papiers collés des guitares et violons se font sculptures avec l'invention des deux guitares en carton de décembre 1912 ou le Violon de décembre 1913. Dans ces « sculpto-peintures » (Daniel-Henry Kahnweiler) s'invitent les matériaux pauvres et objets quotidiens : papier journal, papier peint, boîte en carton, boîte à cigares ou le célèbre morceau de toile cirée qui orne la Nature morte à la chaise cannée.

Cubismes
Le cubisme que Pablo Picasso invente avec Georges Braque en « cordée » à partir de 1908 fonde probablement l'art du XXème siècle. Il se décompose en une première phase cézanienne (1908-1909), marquée par la géométrie et les formes ouvertes de la peinture de Paul Cézanne, une seconde phase analytique et quasi abstraite (1910-1911) reposant sur une décomposition accrue des formes en multiples facettes, et enfin, une troisième phase synthétique, inaugurée en 1912 avec l'apparition des papiers collés et des objets. Braque et Picasso envisagent de représenter les choses non pas telles qu'elles se présentent à l'œil mais telle qu'elles apparaissent à l'esprit, c'est-à-dire telles qu'on les connait : « l'art ne doit pas être un trompe-l'œil mais un trompe-l'esprit » (Pablo Picasso).

Olga
Olga Khokhlova est née en 1891 à Nijyn dans ce qui est alors l'Empire russe. Après un voyage en France, elle entre comme danseuse en 1912 dans la prestigieuse et innovante troupe des Ballets Russes dirigée par Serge de Diaghilev. C'est à Rome au printemps 1917 qu'elle rencontre Pablo Picasso ; l'artiste y réalise les décors et les costumes du ballet Parade. Ils se marient le 12 juillet 1918. Modèle par excellence de la période classique de Picasso, Olga apparaît d'abord sous une ligne fine et élégante marquée par l'influence ingresque. Au début des années 1920, elle se mue en femme colossale à l'expression figée dont les traits massifs rappellent la statuaire de la Rome antique. En 1929, dans le Grand nu au fauteuil rouge, elle n'est plus que douleur, forme molle et monstrueuse dont la violence expressive traduit la nature de la crise conjugale traversée par le couple.
Le Musée National Picasso-Paris consacrera une exposition à Olga au printemps 2017.

Picasso, 1922-1973 : 1er étage

Baigneuses
En 1928 et 1929, Pablo Picasso passe l'été en famille à Dinard avec Olga et leur fils Paulo. Ce sont des mois de chassés-croisés amoureux car y séjourne également Marie-Thérèse Walter, sa nouvelle maîtresse. La Baigneuse ouvrant une cabine, avec sa petite clef noire, évoquerait des rendez-vous secrets. Picasso transforme le thème classique de la baigneuse en créature à l'anatomie décomposée, mais d'une grande légèreté. Parallèlement, la chair tend à se faire os ou pierre, ce qui caractérisera la période dite de « Boisgeloup » marquée par une forte dimension sculpturale. La métamorphose, thème lié au surréalisme, traverse le travail de Picasso depuis 1925. Avec la Femme lançant une pierre, l'anecdote érotique a laissé place à une simplification accrue des formes. La mer et la plage ont disparu : ne reste que le corps, disloqué, et sa matérialité picturale.
Ces sujets seront analysés dans une exposition consacrée à l'année 1932, prévue pour l'automne 2017 au Musée National Picasso-Paris.

Parenthèse artistique
9 janvier 1935, Femme lisant – 3 avril 1936, Portrait de jeune fille : entre ces deux peintures, Pablo Picasso ne peint plus et plonge brutalement dans l'écriture alors qu'il est au bord de la rupture avec son épouse Olga, et que sa maîtresse Marie-Thérèse attend un enfant, Maya. Pour cet ami des poètes Guillaume Apollinaire et Max Jacob, l'écriture est poésie : il produira ainsi 280 textes poétiques entre 1935 et 1940, dont un tiers entre janvier 1935 et avril 1936. Dans ses pages d'écriture, mots et dessins se confondent, mêlant croquis, chiffres et rehauts aux crayons de couleur. Les textes sont souvent biffés, raturés, mais tous sont datés, parfois à l'heure près. Son écriture évolue aussi selon l'humeur, du tracé nerveux à la calligraphie serrée ; l'orthographe, la grammaire et la ponctuation sont volontairement aléatoires, qu'il écrive en français ou en espagnol.

Surréalisme
« La beauté sera convulsive ou ne sera pas » : cette formule du surréaliste André Breton se lit dans plusieurs œuvres de Pablo Picasso où la déformation touche la figure humaine, nouvel assemblage de formes biomorphiques, dans les peintures l'Acrobate de 1930 ou les Femme au fauteuil rouge de 1932 et en sculpture les Baigneuse et Femme assise de 1931. Ainsi que Breton l'écrit dans « Picasso dans son élément », publié dans la revue Minotaure en 1933, par le jeu du collage et de l'assemblage, Picasso instaure un trouble dans le regard du spectateur. Au gré d'une « aimantation élective » (Breton), objets et matériaux trouvés sur la plage fusionnent dans les compositions au sable de l'été 1930, tandis qu'en 1932 se pose dans le champ d'une petite toile « un papillon commun pour toujours immobilisé près d'une feuille sèche » (Composition au papillon).

Picasso abstrait
Le mépris constamment affiché de Pablo Picasso pour l'art abstrait prend racine dans la crise qu'il subit pendant l'été 1910, à Cadaqués. Après avoir cherché depuis plus d'un an à réduire son vocabulaire plastique à un petit nombre de signes, il débouche alors sans le vouloir sur des œuvres quasiment abstraites, dont le motif n'est plus reconnaissable. Se rétractant dès son retour à Paris, en réintroduisant dans ses toiles des détails figuratifs très lisibles, il se jure bien de ne jamais baisser sa garde devant le risque de l'abstraction. Pourtant, sa vie durant, Picasso éprouve périodiquement le besoin de tester sa résistance à cette tentation de l'abstrait, que ce soit en 1913 avec sa série de « Têtes-Guitares », lors des années 1920, particulièrement durant son flirt avec le surréalisme, ou dans l'immédiat après-guerre dans une grande toile comme La Cuisine, et au-delà. Cette salle évoque certains de ces épisodes d'exorcisme dans la carrière de Picasso.

Les peintures de guerre
Pour Pablo Picasso, le conflit a commencé en 1936 avec la guerre d'Espagne. Il est ensuite désigné comme « peintre dégénéré » par les nazis. En 1940, la nationalité française lui est refusée, le taxant d'anarchiste. Il choisit de rester auprès de ses œuvres et passe l'Occupation dans son atelier des Grands-Augustins. La difficulté des temps se ressent dans son travail, notamment dans la pièce à caractère surréaliste, Le Désir attrapé par la queue (1941 ; première lecture chez Michel Leiris en 1944). Les natures mortes et les papiers déchirés, rappellent la mort qui rôde et les tables maigres. Picasso utilise des couleurs terreuses, sombres, revient à la violence du primitivisme.

Les Déjeuners sur l'herbe
Pablo Picasso s'attaque véritablement au Déjeuner sur l'herbe d'Édouard Manet à l'été 1959, après avoir réinventé les Femmes d'Alger d'Eugène Delacroix, et les Ménines de Diego Velázquez. Icône scandaleuse, cette peinture intéresse Picasso par le mélange des genres qu'elle opère entre les thèmes des baigneuses et du concert champêtre. Sa composition, avec cette trouée dans la verdure, représente aussi un défi dans l'articulation des figures – tantôt distinctes, tantôt enchevêtrées – et du fond. Picasso poursuit ce travail plastique en l'adaptant à d'autres supports : il entame, dès 1961 une série de linogravures et réalise en août 1962 des maquettes en carton qui seront agrandies en bétongravure par Carl Nesjar pour le Moderna Museet de Stockholm, puis des lithographies pour illustrer l'ouvrage de Douglas Cooper Les Déjeuners (Paris, 1963).

Avignon, 1970, 1973
Pablo Picasso et les époux Zervos sont liés par une amitié ancienne, via la revue Cahiers d'art (1926-1960), et la publication du catalogue raisonné (1932-1970) que Christian a édités. Yvonne organise en 1970 au palais des Papes à Avignon une exposition de peintures et gravures de 1969 et 1970. Ce « dernier Picasso » fait scandale par son érotisme et la flamboyante rupture stylistique qu'il représente : une gestuelle expressionniste est libérée. Après la mort de Picasso le 8 avril 1973, Jacqueline Picasso reprend l'idée d'une exposition des dernières peintures (1970-1973). C'est à nouveau un scandale, Douglas Cooper parlant même de « gribouillages ». Dans les années 1980, le « retour de la peinture » dans l'art contemporain fera naître chez les conservateurs et les critiques un nouveau regard sur l'ultime période de Pablo Picasso.

Picasso, figure publique : Deuxième étage

Même s'il était relativement peu enclin à apparaître publiquement, Picasso n'en a pas moins pris parti et mit en avant ses positions politiques. Des documents inédits puisés parmi les archives du musée, mais aussi des prêts exceptionnels permettent de mieux comprendre la relation de Picasso à la politique et aux médias.

1937 : Guernica et la guerre d'Espagne
La guerre d'Espagne éclate le 18 juillet 1936, par le putsch du Général Francisco Franco contre le jeune gouvernement du Front Populaire. Pablo Picasso soutient les Républicains et est nommé directeur du musée du Prado. Il grave Songe et mensonge de Franco sous l'apparence du despote Ubu d'Alfred Jarry. En janvier 1937, l'Espagne choisit Picasso pour défendre sa cause à l'Exposition internationale des arts et techniques de Paris. Le bombardement de la petite ville basque de Guernica le 26 avril déchaîne le processus créatif qui mène au chef-d'œuvre. Guernica est l'élément clef du pavillon qui mêle des artistes espagnols engagés et des panneaux pédagogiques sur l'Espagne. Le tableau est ensuite exposé à travers l'Europe et les États-Unis pour lever des fonds en faveur de l'Espagne républicaine.

Picasso politique. Un hommage à Pierre Daix
Son adhésion au Parti communiste français en octobre 1944 donne à Pablo Picasso une stature publique et engagée. À l'immédiat après-guerre, l'histoire du communisme est étroitement liée aux actions mondiales pour la paix, dans lesquelles l'artiste s'investit pendant plusieurs années. Le monde entier lui envoie des nouvelles des peuples en lutte et du prolétariat international. Ses relations avec le PCF se distendent après la violente polémique déclenchée en 1953 par la publication du portrait de Staline par Picasso dans Les Lettres françaises, que ses détracteurs jugent irrespectueux. Picasso reste membre du PCF jusqu'à sa mort. Selon Pierre Daix, biographe et ami de l'artiste, « le communisme de Picasso était une solidarité et une espérance ».

Dans le cadre de YIA (Young International Artists) Art Fair, le Musée national Picasso-Paris accueille, du 20 octobre 2015 au 20 février 2016, une œuvre de l'artiste contemporain Raphaël Denis, La loi normale des erreurs – Projet Picasso, réalisée avec l'aimable soutien de la galerie Sator et de la YIA Artfair.
Cette installation est le troisième opus d'un travail sur les spoliations nazies initié en 2014 par l'artiste Raphaël Denis. Des cadres enserrant des panneaux noirs sont disposés les uns sur les autres, évoquant le dépôt du Jeu de Paume où étaient rassemblées les œuvres d'art spoliées par les nazis. Leurs dimensions correspondent à celles des quatre-vingt-dix œuvres de Pablo Picasso qui figurent dans les inventaires de l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (E.R.R.), provenant des saisies réalisées chez de grands collectionneurs juifs comme Paul Rosenberg, l'un des marchands de Picasso. Certaines de ces œuvres n'ont pas été restituées, d'autres ont disparu ou brûlé dans l'autodafé de juillet 1943 du Jeu de Paume. Le Portrait de Mme Rosenberg et sa fille (1918) faisait partie des neuf tableaux de Picasso que Goering s'était accaparé pour sa collection personnelle. Il a été restitué après-guerre à la famille Rosenberg et est entré dans les collections du musée par dation en 2008.
Voir aussi

Colombes
Parmi les centaines de lettres adressées à Pablo Picasso, nombreuses sont des demandes de soutien à des causes politiques et humanitaires : un condamné à mort à gracier, un prisonnier à libérer. Quand Picasso y répondait, c'était souvent avec un dessin. Tracts, journaux et livres témoignent de cette chaîne d'énergie qui fait passer un cas critique de l'ombre à la lumière. Un portrait par Picasso, réalisé sur photographie, garantit une vaste audience et un impact moral considérable. Le plus célèbre de ces dessins est la colombe que Picasso n'a pourtant destinée à aucune cause. C'est Louis Aragon qui choisit cette œuvre pour l'affiche du congrès de la Paix en avril 1949 à Paris.

Méditerranée
De 1948 à 1954, Pablo Picasso réside à Vallauris, petit village du sud de la France, où il pratique intensément la céramique et la sculpture. Cette période est particulièrement féconde pour les assemblages. La Chèvre, avec ses ceps de vigne, tige de palmier, morceaux de cartons, et pots de céramique, démontre tout le génie de la trouvaille picassienne. C'est un esprit joyeux et ludique qui anime l'artiste et redonne vie au bestiaire antique d'une Méditerranée éternelle. On retrouve ce même élan dans les linogravures réalisées quelques années plus tard à Cannes. Cette technique d'estampe où la forme est dégagée en relief, produit des images d'une grande lisibilité caractérisées par de larges aplats, des contours marqués et de forts effets de contraste.

Célébrité(s)
Pablo Picasso a connu les bouleversements médiatiques du XXème siècle : mutation de la presse, explosion du reportage, apparition de la presse dite « people », mais il a aussi vécu le début des « nouveaux média » que sont le cinéma ou la radio et les balbutiements de la télévision. Attiré par leur potentiel, il a accompagné ces développements avec gourmandise. Après la Seconde Guerre mondiale, l'homme politique actif s'est doublé d'un homme public, sujet de films pour Henri-Georges Clouzot, Luciano Emmer ou Paul Haesaerts, voire acteur, pour Jean Cocteau. Il a aussi été l'objet de nombreux reportages photographiques, dans la presse écrite française et étrangère, posant devant l'objectif des grands noms de la photo, qui ont aussi façonné son image. Jusqu'au milieu des années 1960, il est un personnage récurrent de Vogue, Life ou Paris Match, un titre avec lequel il va nouer une relation étroite.

Autour de La Tauromaquia
Ainsi que l'atteste la correspondance de Gustavo Gili père, l'éditeur avait dès 1927 projeté une édition de La Tauromaquia de Pepe Illo, manuel pour toreros et aficionados, célèbre en Espagne, pour laquelle Pablo Picasso avait alors réalisé six gravures. Ce projet non achevé fut à nouveau proposé par Gustavo Gili fils. Et c'est en 1959 que parut à Barcelone La Tauromaquia accompagnée de vingt-six aquatintes au sucre. À la différence des eaux-fortes de 1928-1929, qui traduisaient de façon tragique et violente la confrontation torero-taureau, les aquatintes donnent de la corrida une vision plus spectaculaire. Fidèle au texte, Picasso figure les différents temps de la corrida, saisit le mouvement et la fugacité de ce qui se déroule dans l'arène et traduit ainsi entre ombre et lumière la sublime tension des officiants et des aficionados lors du rituel tauromachique.

Picasso intime : Troisième étage

Sous la charpente baroque du dernier étage du musée est exposé un Picasso intime à travers les œuvres qu'il collectionnait de ses amis Miró, Matisse et Brassai et une exploration de sa vie amoureuse et familiale. Sont également présentés des exemples de documents inédits (tickets de caisse, de métro, etc.), qui constituaient son quotidien et qu'il conservait de manière frénétique et exhaustive.

Maîtres
Les différents ateliers et demeures de Pablo Picasso témoignent du dialogue incessant que ses œuvres entretenaient avec sa collection de peintures, sculptures et arts graphiques. La collection de Picasso, dont une sélection fut consentie à l'État par donation, n'a été constituée, ni dans un désir de classement académique, où chaque école de l'histoire de l'art serait représentée, ni dans une quête assidue de la perle rare, mais par affinités électives et par le désir de s'entourer d'œuvres amies. On y rencontre ainsi des grands maîtres comme Louis Le Nain, Jean Siméon Chardin, Gustave Courbet,… témoignant du goût de l'artiste pour une certaine tradition française.

Joan Miró
En février 1920, lorsqu'il arrive à Paris, Joan Miró se hâte de rendre visite à son aîné Pablo Picasso dont il loue l'œuvre et avec la famille duquel il entretient des liens d'amitié. De retour en Espagne, dans une lettre à Picasso de juin 1920, Miró joint quatre photographies de ses œuvres, parmi lesquelles son Autoportrait de 1919, dont il dira plus tard qu'il était une « œuvre capitale dans [sa] production ». Il espère ainsi faire connaître ses œuvres auprès de Picasso qui s'empresse d'intéresser ses marchands Daniel-Henry Kahnweiler et Paul Rosenberg à la peinture de son compatriote. Originellement confiés à Josep Dalmau, marchand de Miró, l'Autoportrait (1919) et le Portrait d'une danseuse espagnole (1921) entrent dans la collection de Picasso, comme témoignages de l'attachement entre les deux peintres espagnols.

Henri Matisse
« Pôle Nord » et « Pôle Sud » aurait dit Pablo Picasso, selon Fernande Olivier, pour qualifier son tempérament et celui d'Henri Matisse, à la fois son semblable et son contraire. Matisse est, avec Auguste Renoir, le peintre le plus représenté dans la collection de Picasso. À l'automne 1907, Picasso échange avec Matisse un portrait de sa fille Marguerite contre une nature morte qu'il a peinte à la fin des Demoiselles d'Avignon. Depuis ce premier échange amical, les œuvres de Matisse font leur entrée dans l'intimité de Picasso comme autant de phares : Bouquet de fleurs dans la chocolatière (1902) et Corbeille d'oranges (1912) que Picasso acquiert en 1939 et 1942 ; Tulipes et huîtres sur fond noir (1943) offerte par Matisse au sortir du conflit. Après la mort de Matisse en 1954, Picasso laisse au centre de l'atelier de la Californie, une toile vierge et une Femme d'Alger prolongeant les odalisques du peintre disparu.

Picasso-Brassaï
Gyula Halász, dit Brassaï, né le 9 septembre 1899 à Brașov, est un artiste hongrois, naturalisé français, installé en 1924 à Paris. Proche de la bohême parisienne depuis les années 1920, il fait la connaissance de Picasso en 1932. Photographe, il peuple les pages de la revue surréaliste Minotaure des sculptures de Picasso et, plus intime, capture l'image des familiers de Picasso. Écrivain, il prend en notes les propos de l'artiste, constitue des dossiers par personne, et entreprend un travail de reconstitution dans les années 1960 pour aboutir aux Conversations avec Picasso. Enfin, dessinateur et graveur, il expérimente la gravure sur plaques photographiques à partir de 1934, réalisant une impression à chaque état de l'évolution du travail, et publie en 1967 une sélection de douze images de ces séries dans un portfolio de photogravures : Transmutations.

Au jour le jour
Picasso ne jetait rien. Ses archives d'une richesse exceptionnelle, accumulées au fil du temps, en témoignent. En plus des milliers de documents qui permettent à l'historien de mieux comprendre son processus de création artistique, il a gardé par centaines les papiers de la vie quotidienne. Ainsi, aux côtés des papiers officiels, personnels ou professionnels à conserver tout au long de la vie tels que les documents d'état civil, comptables ou bancaires, on trouve une multitude d'autres papiers. Des tickets de métro côtoient des billets d'entrée au théâtre, à la corrida, au cinéma… Des objets aussi, émouvants tant ils sont privés, tels que les répertoires et carnets d'adresses enrichis d'annotations, ratures et croquis, ou encore éphémérides et agendas, forment un ensemble cohérent dans sa diversité et sont autant d'indices qui permettent de mieux cerner l'homme que fut Picasso.

« Femmes ou modèles ? »
Pablo Picasso s'est aussi rendu célèbre pour sa biographie amoureuse, au point que l'on associe souvent ses compagnes à ses périodes artistiques. Les rapports de la vie à l'œuvre pour un artiste sont très complexes, et Picasso en a fait un axe en soi de son travail : confondant la maison et l'atelier, la femme et le modèle, il fait fusionner de manière inédite la vie et l'art. Les femmes de Picasso, modèles choisis et aimés – même si l'artiste ne peint quasiment jamais d'après modèle vivant – se caractérisent par leur forte personnalité, et certaines sont artistes. Olga Khokhlova était danseuse, Dora Maar photographe membre du groupe surréaliste, Françoise Gilot peintre. Fernande Olivier, Marie-Thérèse Walter, Jacqueline Roque, … elles sont des figures clefs de la vie d'homme mais aussi d'artiste de Picasso, et interviennent à plusieurs titres dans le processus créatif.

En famille
Marié à Olga Khokhlova en 1918, Picasso devient père pour la première fois à 40 ans, à la naissance de Paulo, le 4 février 1921. Quatorze ans plus tard, Marie-Thérèse Walter donne naissance à son deuxième enfant, Maria de la Concepción surnommée Maya. Claude et Paloma sont les enfants de Françoise Gilot, rencontrée en 1943. Les œuvres de Picasso représentant ses enfants sont nombreuses, témoins de ses multiples mutations et créations artistiques : enfants déguisés, jouant, dessinant, mangeant, dormant…, du néo-classicisme du début des années 1920, en passant par les distorsions d'avant-guerre jusqu'aux imbrications complexes des années 1950. De nombreuses photographies aussi, conservées dans ses archives, illustrent des scènes familiales dès la naissance de Paulo.

[14:00-18:00] Vernissage presse Variation - Media Art Fair
Location:
Espace d'Animation des Blancs-Manteaux - Pierre-Charles Krieg
48, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 54 75 79
Description:
Variation-Media Art Fair est la première foire française d'art contemporain dédiée aux artistes nouveaux médias, fruit de la collaboration de trois figures majeures du marché de l'art contemporain numérique, Dominique Moulon, commissaire d'exposition et critique d'art, Anne-Cécile Worms, productrice de l'événement, fondatrice de la start-up Art2M & éditrice du Magazine des Cultures Digitales, et Vanessa Quang, Galeriste et cofondatrice de la foire Show-Off devenue en 2014 Variation, Media Art Fair.

L'exposition Variation-Media Art Fair, lors de son édition 2014, a rassemblé plus de 12000 visiteurs durant la semaine de l'art contemporain à Paris et près de 3000 personnes lors de son vernissage.

Variation, Media Art Fair est une exposition vente qui a pour objectif de mettre en avant la scène française et internationale, avec cette année, des œuvres d'artistes historiques (Julio Le Parc, Edmond Couchot & Michel Bret, Catherine Ikam, ORLAN, Maurice Benayoun, Eduardo Kac, Rolando Pena, Luc Courchesne…), d'artistes reconnus (Shaun Gladwell, Hee Won Lee, Pascal Haudressy, Du Zhenjun, Art Orienté Objet, Joanie Lemercier, Samuel Bianchini…), et d'artistes émergents jusqu'aux étudiants en école d'art.

Variation – Media Art Fair est produite par Art2M, MCD - Magazine des Cultures Digitales et la Galerie Vanessa Quang, avec les soutiens de la Mairie du 4e arrondissement de Paris, de la Région Ile-de-France, et de Montpellier Méditerranée Métropole. Variation - Media Art Fair, fait également partie du programme officiel de la première Biennale Internationale des Arts Numériques organisée par Arcadi-Région Ile-de-France.

Ouverture au public : du lundi 19 octobre à 18h au dimanche 25 octobre à 18h00
Horaires : du mardi au samedi de 12h à 20h, dimanche de 12h à 18h.

Preview presse & VIP : lundi 19 octobre à 14h
RSVP : ada@art2m.com

Vernissage sur invitation : lundi 19 octobre de 18h à 22h

Entrée libre
Plus d'infos : www.variation.paris - www.digitalweek.paris

Les artistes Variation – Media Art Fair 2015 :
Donald Abad (FR) / Memo Akten (TR) / Art Orienté Objet (FR)
Jean-Pierre Attal (FR) / Cécile Babiole (FR) / Marion Balac (FR)
Maurice Benayoun (FR) / Samuel Bianchini (FR) / Matthew Biederman (CA)
Julien Borrel (FR) / François Brument (FR) / Edmond Couchot et Michel Bret (FR)
Luc Courchesne (CA) / Michaël Cros (FR) / Enora Denis (FR)
Quentin Destieu & Sylvain Huguet (FR) / Côme di Meglio & Eliott Paquet (FR)
Pascal Dombis (FR) /Jan Domicz (PL) /Reynald Drouhin (FR) /Fleury Fontaine (FR)
Juliette Goiffon & Charles Beauté (FR) / Lia Giraud (FR) / Shaun Gladwell (AS)
Catherine Ikam & Louis Fléri (FR) /Pascal Haudressy (FR) / Claudia Hart (US)
Eduardo Kac (US) / Jean-Benoit Lallemant (FR) / Hee Won Lee (KR)
Joanie Lemercier (FR) /Juan Le Parc (FR) /Julio Le Parc (AR)
Selma Lepart (FR) /Julien Levesque (FR) /LIA (AT)
Christophe Luxereau (FR) / Laurent Mareschal (FR) / Mazaccio & Drowilal (FR)
Audrey Martin & Thomas Rochon (FR) / Albertine Meunier (FR) / Barnabé Moinard (FR)
ORLAN (FR) / Alejandro Otero (VE) / Rolando Peña (VE) / Pascale Peyret (FR)
Bertrand Planes (FR) / Dani Ploeger (GB) / Olivier Ratsi (FR)
Théoriz & Pia MYrvoLD (NO) / Patrick Tresset (GB) / François Vogel (FR) / Du Zhenjun (CN)

Vernissage presse Variation - Media Art Fair

[14:00-18:30] Vernissage presse de ASIA NOW - Paris Asian Art Fair
Location:
Espace Pierre Cardin
1, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 44 56 02 02
Mail : gdesabran@pierrecardin.fr
Internet Site : www.pierrecardin.com/Dculture/espace_cardin_gb.html
Description:
Journée de vernissage (sur invitation) : 19 octobre de 14h à 18h30
Soirée de vernissage (sur invitation) : 19 octobre de 18h30 à 21h00
Journées d'ouverture :
20 octobre, de 11h à 21h
21 octobre, de 11h à 22h
22 octobre, de 11h à 19h30

www.asianowparis.com

CONTACTS PRESSE
France et International: Brunswick Arts
Leslie Compan et Jeanne Grouet
+33(0) 6 29 18 48 12
asianowparis@brunswickgroup.com


ASIA NOW – PARIS ASIAN ART FAIR
UN NOUVEL ECLAIRAGE SUR LA SCENE CONTEMPORAINE ASIATIQUE

Ouvrir, décloisonner, découvrir et partager : ASIA NOW Paris Asian Art Fair est une foire hors norme qui invite à repenser l'art contemporain asiatique. Face aux stéréotypes et aux raccourcis, il s'agit aujourd'hui de redonner la parole aux artistes, aux critiques et aux galeries qui défendent la richesse et la diversité artistiques de cette partie du monde. Avec un programme d'expositions cohérentes et fortes, avec des conversations engagées et pertinentes, cet évènement permet de sortir des sentiers battus, de relancer le débat et d'explorer les interstices et les zones d'ombre, méconnues, de cette création en mouvement. Les images résiduelles que nous avons tous sur l'art contemporain asiatique, dont on connait au fond souvent mieux la valeur du marché que celle de sa scène, foisonnante, sont peut-être à revoir. Non qu'il y ait un art asiatique. Il est évidemment pluriel, ouvert, inclassable. Mais c'est précisément de ce flux vibrant et presque insaisissable que l'on veut rendre compte avec ASIA NOW qui se donne ici une mission « d'éclaireur ».
Caroline Ha Thuc, critique d'art, écrivaine et commissaire d'expositions.

ASIA NOW– Paris Asian Art Fair est la première foire à taille humaine en France et en Europe qui pose un regard nouveau sur l'art contemporain asiatique et met en lumière sa contribution à la scène artistique internationale.

Du 20 au 22 octobre –juste après FRIEZE, en amont de la FIAC, avec deux jours en commun – ASIA NOW invite les collectionneurs et amateurs d'art à participer à un programme d'expositions et d'évènements qui vise à examiner les territoires encore méconnus de l'art asiatique. Il convoque la parole des artistes, critiques d'art et galeristes qui défendent la richesse et la diversité artistique des scènes d'Asie.

A travers trois temps forts, le programme d'ASIA NOW se donne pour mission de transmettre et faire partager les contours et les enjeux de la scène asiatique. En exposant et explorant les pratiques artistiques de 40 artistes ASIA NOW invite ainsi à repenser l'art contemporain asiatique, sans préjugés, ni clichés.

Le temps de l'« Exposition » présente une série de propositions monographiques ou collectives d'artistes parmi les plus talentueux de leur génération, défendus par des galeries établies déjà reconnues sur leur scène d'origine mais méconnues en Europe et qui pour certaines, n'ont jamais été vues à Paris. Sur une idée de Claude Fain, menée par Alexandra Fain, directrice et co-fondatrice d'ASIA NOW et Ami Barak, conseiller artistique de la foire, en collaboration avec le comité artistique: Martina Köppel-Yang, Laure Raibaut, Jérôme Sans, Caroline Ha Thuc et Jean-Marc Decrop.

Pour sa première édition, ASIA NOW réunit 17 galeries d'Asie et d'Europe qui ont pour mission commune la représentation et le soutien d'artistes asiatiques. ARNDT Gallery (Berlin/Shanghai) présente des œuvres de l'artiste indonésien Eko Nugroho et du philippin Rodel Tapaya ; CHOI&LAGER (Cologne) présente une exposition collective d'artistes coréens; A Thousand Plateaus Art Space (Chengdu) - présent pour la première fois en Europe - confronte les œuvres de Chen Qiulin et Yang Shu ; la New Galerie (Paris/ New York) présente le projet vidéo « Truth » de l'artiste Wang Sishun, Leo Xu Projects montre le travail de Cheng Ran; Edouard Malingue Gallery se concentre sur l'artiste taiwanais Chou Yu-Cheng qui a présenté une exposition personnelle au Taipei Fine Arts Museum; AIKE-DELLARCO (Shanghai) présente une œuvre inédite de Tao Hui; A2Z Art Gallery (Paris) présentera le nouveau projet de Li Wei, STILL NOBODY CARES; De Sarthe Gallery (Hong Kong/ Beijing); Galerie Quynh (Ho Chi Minh Ville); ifa gallery (Bruxelles/Shanghai); galerie Magda Danysz (Paris/Shanghai); galerie Michael Janssen (Singapour/Berlin); Primo Marella Gallery (Milan); Richard Koh Fine Art (Kuala Lumpur) ; Sa Sa Bassac (Cambodge) et la galerie 313 ART PROJECT (Seoul).

En parallèle des projets artistiques des galeries, ASIA NOW propose 3 projets curatoriaux :

Robin Peckham (Rédacteur en chef adjoint de LEAP Magazine) présente le LEAP Pavillion et conçoit une exposition collective d'artistes Hongkongais - dont Lee Kit et Tsang Kin-Wah - qui ont respectivement représenté Hong Kong à la 55ème et 56ème Biennale de Venise ; BLAST ! plateforme dédiée à tous les artistes de la génération digitale, propose un projet spécial développé en parallèle de Art in the City Festival, (du 11 au 14 septembre 2015 à Shanghai) ; enfin, Perfect Design, établi à Shanghai et co-fondé par Jean-Marc Decrop et Morgan Morris, est invité par ASIA NOW à présenter leur sélection du 'meilleur du créé en Chine' par cinq des designers les plus talentueux de leur pays.

Xu Qu, qui fait partie de la jeune génération des artistes chinois, est commissionné par la Fondation Mimi Ullens pour la production d'objets réalisés en exclusivité pour ASIA NOW en édition limitée, inspirés de ses œuvres, au profit de la lutte contre le cancer. (Xu Qu est représenté en Asie par Yallay Space et en France par la galerie Almine Rech).

Pour cette première édition, un projet « Hors les Murs », sera présentée à l'hôtel Park Hyatt.
La galerie Magda Danysz (Paris/Shanghai) présentera Eternal Smile, une installation de l'artiste Wang Keping. Aussi, à l'occasion de l'année de la Corée en France, les galeries CHOI&LAGER et la galerie 313 ART PROJECT, menées par Joanne Kim, présenteront un projet curatorial, dont les détails seront révélés prochainement.

Le deuxième temps est réservé aux « Conversations », une plateforme co-curatée par LEAP Magazine, animée par des experts de la scène asiatique tels que Robin Peckham, Rédacteur en Chef de Leap International et directeur de la redaction du numéro special en français et Jérôme Sans. Parmi eux :

Corentin Hamel et Ami Barak qui interviendront sur le projet Truth de Wang Sishun – « L'artiste a effectué un périple de 6 semaines de Beijing à Paris, afin de ramener une flammèche, survivante d'un incendie dévastateur, une relique dont Wang Sishun a fait œuvre. » Ami Barak ;

Des directeurs d'institutions comme Phil Tinari (directeur Ullens Center for Contemporary Art à Pékin) ;

Des critiques d'art et commissaires d'expositions : Jérôme Sans (consultant et critique d'art, spécialiste de la Chine), Caroline Ha Thuc (critique d'art, écrivaine et commissaire d'expositions), Martina Köppel-Yang (historienne d'art spécialiste de l'art contemporain en Chine), Ami Barak (critique d'art et commissaire d'expositions), Jo-ey Tang (curateur d'Inside China au Palais de Tokyo en collaboration avec K11), Jean-Marc Decrop (expert européen d'art chinois), Erin Gleeson (commissaire d'exposition du programme Satellite 8 au Jeu de Paume et co-fondatrice de Sa Sa Bassac) ;

Des collectionneurs précurseurs dans le soutien aux artistes asiatiques, comme Sylvain Levy (fondateur de la DSL Collection), Guy Ullens (fondateur de Fondation Guy et Myriam Ullens), Guillaume Levy-Lambert (fondateur de MaGMA Collection) ;

Des experts du marché de l'art dans de grandes maisons de vente comme Laure Raibault (spécialiste de l'art contemporain asiatique à Hong Kong)

Le troisième et dernier temps de ce programme est celui de l'« Exploration », qui présentera une sélection d'ouvrages de références dédiés à la scène artistique asiatique grâce au partenariat avec le Ullens Center for Contemporary Art Bookshop.

A cette occasion, LEAP, le magazine spécialiste de l'Art Contemporain en Chine, lancera la première version française de son magazine.


DIRECTION ET COMITE ARTISTIQUE

Alexandra Fain est co-fondatrice et directrice d'ASIA NOW – Paris Asian Art Fair. Après onze ans passés au planning stratégique de Publicis Worldwide, Conseil et 133, responsable des stratégies de branding des marques de luxe, et directrice du marketing au sein du groupe Richemont pendant 4 ans, Alexandra a conçu et organisé pendant la 56ème Biennale de Venise au Palazzo Morosini, l'exposition de Zheng Guogu et Yangjiang Group : The Writtings of Today are a Promise for Tomorrow, curatée par Martina Köppel-Yang.

Ami Barak est un commissaire d'exposition indépendant et critique d'art de renommée internationale. En France, il a notamment été le directeur artistique des éditions 2003 et 2004 de la Nuit Blanche, et, plus récemment, le commissaire de l'exposition de Taryn Simon au Jeu de Paume en 2015. A l'international, il a piloté le projet Art for the World [the Expo] the City of Forking Paths, lors de la World Expo Shanghai 2010, révélant vingt sculptures monumentales en provenance de Chine et d'ailleurs ; ou encore le Pavilion Roumain à la Biennale de Venise en 2011.


COMITE ARTISTIQUE

Martina Köppel-Yang
Laure Raibaut
Jérôme Sans
Caroline Ha Thuc
Jean-Marc Decrop


LISTE DES ARTISTES PAR PAYS

Chine : Tao Hui (1987/galerie AIKE-DELLARCO), Wang Keping (1949/galerie Magda Danysz) ; Yang Shu (1969/A Thousand Plateaus Art Space) ; Li Wei (1975), Fan Shunzan (1984), Zhang Wei (1977) représentés par A2Z Art Gallery; Chen Qiulin (1975), Wang Chuan (1953) et Li Lang (1969) chez A Thousand Plateaus Art Space ; Xu Qu (1978/Fondation Mimi Ullens) ; Wang Sishun (1979/ New Gallery), Cheng Ran (1981/Leo Xu Projects ; Lin Jingjing (1970), Ma Sibo (1979), Wang Guofeng (1967) et Zhou Wendou (1970) chez De Sarthe Gallery ; Wu Junjong (1978), Dai Guangyu (1955), GAO Brothers (1956 et 1962) chez ifa gallery.
Cambodge : Svay Sareth (1972/Sa Sa Bassac)
Corée : Heung-soon Lim (1969), Meekyoung Shin (1967), Seahyun Lee (1967), Xoang Choi (1975), Younghun Kim (1964), Sukkhee Kwon (1981) chez CHOI&LAGER
Hong Kong : Nadim Abbas (1980), Lee Kit (1977), Firenze Lai (1984), Tsang Kin-Wah (1976), Adrian Wong (1980), Trevor Yeung (1988), LEAP Pavillion .
Indonésie : Eko Nugroho (1977/ARNDT Gallery).
Malaisie : Nadia Bamadhaj (1968) et Wong Pern Fey (1974) chez Richard Koh Fine Art
Philippines: Ronald Ventura (1973/Primo Marella Gallery); Rodel Tapaya (1980/ARNDT Gallery)
Taiwan: Chou Yu-Cheng (1976/Edouard Malingue Gallery)
Thaïlande : Natee Utarit (1970/Richard Koh Fine Art)
Vietnam: Hoang Duong Cam (1974) et Trong Gia Nguyen (1971) chez Galerie Quynh ; Nguyen Tuan Thai (1965/ Primo Marella Gallery)


LISTE DES EXPOSANTS [au 3 Septembre, à compléter le 15 septembre 2015]

ARNDT Gallery (Berlin/Singapour): Eko Nugroho et Rodel Tapaya
A Thousand Plateaus Art Space (Chengdu): Chen Qiulin et Yang Shu
AIKE-DELLARCO (Shanghai): Tao Hui
A2Z Art Gallery (Paris): Fan Shunzan, Zhang Wei et Li Wei
CHOI&LAGER (Cologne) : Heung-soon Lim, Meekyoung Shin, Seahyun Lee, Xoang Choi, Younghun Kim, Sukkhee Kwon
De Sarthe Gallery : Lin Jingjing, Ma Sibo, Wang Guofeng et Zhou Wendou
Edouard Malingue Gallery (Hong Kong): Chou Yu-Cheng
Fondation Mimi Ullens (Bruxelles): Xu Qu
Galerie Quynh (Ho Chi Minh Ville): Hoang Duong Cam et Trong Gia Nguyen
ifa gallery (Bruxelles/Shanghai)
LEAP magazine (Pékin) : Nadim Abbas, Lee Kit, Firenze Lai, Tsang Kin-Wah, Adrian Wong, Trevor Yeung
Leo Xu Projects (Shanghai): Cheng Ran
galerie 313 ART PROJECT (Séoul)
galerie Magda Danysz (Paris/Shanghai): Wang Keping, Prune Nourry
galerie Michael Janssen (Singapour/Berlin)
New Galerie (Paris): Wang Sishun
Primo Marella Gallery (Milan); Li Wei, Nguyen Tuan Thai and Ronald Ventura
Richard Koh Fine Art (Kuala Lumpur); Natee Utari, Nadiah Bamadhaj, Wong Pern Fey
Sa Sa Bassac (Cambodge): Svay Sareth


LISTE DES INTERVENANTS

Phil Tinari (directeur Ullens Center for Contemporary Art à Pékin)
Jérôme Sans (consultant et critique d'art, spécialiste de la Chine)
Caroline Ha Thuc (critique d'art, écrivaine et commissaire d'expositions)
Martina Köppel-Yang (historienne d'art specialiste de l'art contemporain en Chine)
Ami Barak (critique d'art et commissaire de l'exposition Art for the World [the Expo] the City of Forking Paths)
Erin Gleeson (directrice de la galerie Sa Sa Bassac et commissaire d'exposition)
Sylvain Levy (fondateur de la DSL Collection)
Guy Ullens (fondateur de Fondation Guy et Myriam Ullens)
Guillaume Levy-Lambert (fondateur de MaGMA Collection)
Laure Raibaut (spécialiste de l'art asiatique contemporain)
Corentin Hamel (directeur de la New Galerie)
Jean-Marc Decrop (consultant expert de la scène chinoise, sud-asiatique et indonésienne)






[15:00-17:00] Vernissage presse Kraemer Gallery & galerie kamel mennour
Location:
Kraemer Gallery
43, rue de Monceau
75008 Paris
M° Monceau, Villiers, Courcelles
France
Phone : +33 (0)1 45 63 31 23
Fax : +33 (0)1 45 63 54 36
Mail : kraemer@kraemer.fr
Internet Site : www.kraemer.fr
Description:
Exposition du 20 au 31 octobre 2015, de 10h30 à 19h00
Présentation Presse : Lundi 19 octobre 2015, de 15h00 à 17h00

À Paris, pendant la FIAC, Kraemer Gallery a choisi d'inviter Kamel Mennour à présenter des artistes contemporains dans les espaces de leur hôtel particulier.
Cet événement est organisé avec la complicité de Jean-Jacques Aillagon.
Pour célébrer ses 140 ans, Kraemer Gallery a imaginé ce dialogue avec des artistes contemporains dans les espaces du 43 rue de Monceau.

Vernissage Kraemer Gallery & galerie kamel mennour







[16:00-18:00] Vernissage presse de l'exposition "LES VOYAGEURS"
Location:
Palais des Beaux-Arts de Paris
Salle Melpomène
13, quai Malaquais
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 47 03 50 83
Internet Site : palaisdesbeauxarts.tumblr.com
Description:
Exposition des jeunes artistes félicités
du 20.10.2015 au 03.01.2016

VISITE DE PRESSE
Lundi 19 octobre à 16h
au Palais des Beaux-Arts
en présence du commissaire, Hou Hanru (directeur du MAXXI à Rome) et du directeur de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Jean-Marc Bustamante

LES ARTISTES DE DEMAIN
L'ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES BEAUX-ARTS PRÉSENTE L'EXPOSITION ANNUELLE DES JEUNES ARTISTES AYANT OBTENU LE DIPLÔME NATIONAL SUPÉRIEUR D'ARTS PLASTIQUES (DNSAP) AVEC LES FÉLICITATIONS DU JURY.

AVEC : Violette Astier, Clarissa Baumann, Renaud Baur, Jessica Boubetra, Jeremy Demester, Léa Dumayet, Virgile Fraisse, Célia Gondol, Joris Henne avec la collaboration de Natasha Lacroix, Kieran Jessel, Maha Kays, Tarik Kiswanson, Antoine Liebaert, Ana Maria Lozano Rivera, Stefano Marchionini, Elena Moaty, Martin Monchicourt, Eleni Pratsi, Kevin Rouillard, Sarah Srage, Romain Vicari

[16:30] Vernissage presse des expositions de la saison "La Vie Magnifique"
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
EXPOSITIONS

• UGO RONDINONE : I ♥ JOHN GIORNO
• RAGNAR KJARTANSSON, Seul celui qui connaît le désir
• MELANIE MATRANGA, 反复 [fanfu]

• LEE BUL, Aubade III (Intervention sur le bâtiment)
• MATHIS COLLINS, Dry French (Modules - Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent)

Plus d'infos sur www.palaisdetokyo.com








[17:00-22:00] Vernissage Kraemer Gallery & galerie kamel mennour
Location:
Kraemer Gallery
43, rue de Monceau
75008 Paris
M° Monceau, Villiers, Courcelles
France
Phone : +33 (0)1 45 63 31 23
Fax : +33 (0)1 45 63 54 36
Mail : kraemer@kraemer.fr
Internet Site : www.kraemer.fr
Description:
Exposition du 20 au 31 octobre 2015, de 10h30 à 19h00
Présentation Presse : Lundi 19 octobre 2015, de 15h00 à 17h00

À Paris, pendant la FIAC, Kraemer Gallery a choisi d'inviter Kamel Mennour à présenter des artistes contemporains dans les espaces de leur hôtel particulier.
Cet événement est organisé avec la complicité de Jean-Jacques Aillagon.
Pour célébrer ses 140 ans, Kraemer Gallery a imaginé ce dialogue avec des artistes contemporains dans les espaces du 43 rue de Monceau.

avec André-Charles BOULLE, Anish KAPOOR, Charles CRESSENT, Daniel BUREN, Jean-Henri RIESENER, Claude Lévêque, Martin CARLIN, Lee UFAN

Vernissage Kraemer Gallery & galerie kamel mennour

[17:00-21:00] Vernissage de Pascale Marthine Tayou "Paradis(e)"
Location:
Galerie Aveline
94, rue du Faubourg Saint-Honoré
Plave Beauvau
75008 Paris
M° Miromesnil, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 42 66 60 29
Fax : +33 (0)1 42 66 45 91
Mail : aveline@aveline.com
Internet Site : www.aveline.com
Description:
Vernissage lundi 19 octobre 2015 de 17h à 21h

Jusqu'au 10 janvier 2016
du lundi au samedi de 10h à 19h et sur rendez-vous

The exhibition will continue until 10 January 2016, Monday-Saturday, 10a.m. to 7p.m. and by appointment. Also open on Sunday 25th October.

How can you not halt before the work of the Cameroonian artist Pascale Marthine Tayou ?

His trees covered with multicoloured plastic bags were a sensation at Art Basel 2015, like a poetic punch at the future of our planet.

The antique dealers Jean-Marie Rossi and Marella Rossi Mosseri, passionate supporters of the dialogue between past and present, are convinced by the extraordinary meetings that can arise between contemporary art and masterpieces of 18th century decorative arts, which they have supported for over 60 years.

In 2014, the galerie Aveline and Galleria Continua created an event with the exhibition Réflexion(s) by Michelangelo Pistoletto.

On the occasion of FIAC 2015, they are delighted to host together, at the Galerie Aveline, the exhibition Paradis(e) by Pascale Marthine Tayou from 20 October 2015 to 10 January 2016.

His work has been exhibited in the most prestigious venues for contemporary art (Biennales of Venice, Johannesburg, Lyon, San Paolo, Kwangju, Berlin, Tapei, Istanbul, Havana, Sidney, Documenta (Kassel); and the Pompidou Centre (Paris), Serpentine Gallery (London), Macro (Rome), the Fowler (Los Angeles), the Malmö Konsthall (Sweden) and the Bozar (Brussels) to mention only a few), Pascale Marthine Tayou is also the artist in residence of the Musée de l'Homme (Paris) for its highly anticipated reopening this autumn.

Taking over the 650 m2 of the galerie Aveline, he snakes freely among pedestal tables, arm chairs, commodes, paintings and objects that are over three hundred years old to represent his intimate memory there, his vision of the world, his own paradise, created especially for the exhibition. A unique and eclectic paradise where dolls, masks, sculptures, paintings, installations and charms intersect.

Born in 1966, this self-taught artist, who divides his time between Ghent and Yaoundé, always creates at the intersection of Africa and the West, to better challenge frontiers, just as he enjoys mixing the most unexpected materials found on his way. Combining wood, earth, crystal, nails, plastic, horn metal, elastic... each piece is profoundly unique, disconcerting, inexplicable and mysterious, like the artist's name which plays hide and seek with the real, allowing a woman's sensitivit to be inferred behind the face of a man.

What if basically this were what paradise is ?
A place where all the periods from the 18th century to today, and even well before, are gathered together.
A place which unites all the arts and all aspects of the human, from its smallness to its greatness. A place which diverts objects and leaves us without explanation. A place where a large cloud of cotton, multicoloured alabaster eggs, figures in crystal and colons nailed together naturally find their place close to a pair of Celadon vases, an Empire chandelier or a pair of Louis XV bergère chairs.

This is surely what paradise is.
Not a great white kingdom, cosy and silent, where everything looks like everything else, like a place without any soul or variety. Why not imagine it rather like life, made of happiness and sadness, of beauty and coarseness, of poetry and lucidity ?
For that, a contemporary Arcimboldo is needed, visionary and profoundly sensitive, an artist who goes beyond the context, a man of all colours to better open our eyes. His name is Pascale Marthine Tayou and we are very proud of this association.

[17:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Hybridation"
Location:
Le 6, Mandel
Naturelei
6, avenue Georges Mandel
1, rue Greuze
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 42 27 27 93
Mobile : +33 (0)6 09 84 77 05
Fax : +33 (0)1 45 05 30 26
Mail : contact@naturelei.com
Internet Site : www.naturelei.com
Description:
avec des oeuvres de :
Marjolaine Salvador-Morel, sculpture
Muriel Moreau, gravure
Michaël Cailloux, gravure et bijou mural

Exposition du 20 octobre au 07 novembre 2015
Vernissage le lundi 19 octobre de 17h à 21h en présence des artistes

[17:00] Vernissage de l'exposition de Shila Khatami "faster"
Location:
Galerie Samy Abraham
43, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 43 58 04 16
Mail : gallery@samyabraham.com
Internet Site : www.samyabraham.com
Description:
19.10 - 19.12.2015

[17:00-22:00] Vernissage du Salon Zürcher
Location:
Galerie Zürcher
56, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 72 82 20
Fax : +33 (0)1 42 72 58 07
Mail : info@galeriezurcher.com
Internet Site : www.galeriezurcher.com
Description:
Créé en mars 2011 à l'initiative de la Galerie Zürcher, Paris-New-York, le Salon Zürcher est un concept de mini-foire alternative, intime et sélective, positionné en OFF des grandes foires de New York (l'Armory Show début mars et Frieze à la mi-mai) et de Paris (la FIAC mi-octobre).
Tandis que la première édition à New York en mars 2011 pendant l'Armory Show était qualifiée par le New York Times de « spirited selection », la seconde édition à Paris en octobre 2011 pendant la FIAC était désignée comme un « mini art salon » par le Financial Times. Ce modèle de “salon d'art” s'est imposé pour les éditions suivantes.
La Galerie Zürcher, Paris-New-York, commissaire et organisateur du Salon, invite des galeries nord-américaines connues pour être investies sur une programmation d'artistes émergents.
Pour sa 11ème édition, le Salon Zürcher s'étend rue Chapon grâce à la collaboration de 3 galeries partenaires. Cette extension a pour but de créer des synergies entre les galeries françaises et américaines.

LES GALERIES
Lesley Heller, NY chez Galerie Placido 41 rue Chapon
City Bird, NY chez ALB ANOUKLEBOURDIEC 47 rue Chapon
Robert Poulin, Montréal chez Galerie Zürcher 56 rue Chapon
Brian Morris, NY chez Galerie Zürcher 56 rue Chapon
Freight & Volume, NY chez Galerie Zürcher 56 rue Chapon
Zürcher Gallery, NY chez Galerie Zürcher 56 rue Chapon
Sensei Gallery, NY chez Galerie Fatiha Selam 58 rue Chapon

Le soir du vernissage (17h-20h), l'artiste performeuse Bonnie Tchien Hwen-Ying rendra hommage à René Magritte en déambulant rue Chapon, d'une galerie à l'autre.

Vernissage du Salon Zürcher
Vernissage du Salon Zürcher









[18:00-22:00] Prix Villégiature Awards 2015
Location:
Hilton Paris Opera
108, rue Saint-Lazare
75008 Paris
M° Saint-Lazare
France
Phone : +33 (0)1 40 08 44 44
Fax : +33 (0)1 42 93 01 20
Internet Site : www3.hilton.com/en/hotels/france/hilton-paris-opera-PAROPHI/index.html
Description:
Prix Villégiature Awards 2015

[18:00-21:00] Vernissage "Propos d'Europe 14, Thoughts that breathe"
Location:
Fondation Hippocrène
12, rue Mallet-Stevens
75016 Paris
M° Ranelagh, Jasmin
France
Phone : +33 (0)1 45 20 95 94
Mail : contact@fondationhippocrene.eu
Internet Site : www.fondationhippocrene.eu
Description:
Michèle Guyot-Roze, présidente de la Fondation Hippocrène, a le plaisir de vous convier au vernissage de l'exposition,
Thoughts that breathe, proposée par la Fondation Haubrok en partenariat avec la Fondation Hippocrène,
en présence de Barbara et Axel Haubrok, fondateurs de la Fondation Haubrok
le lundi 19 octobre 2015 à partir de 18h.

Cette exposition s'inscrit dans le parcours privé de la Fiac 2015.

Exposition ouverte jusqu'au 18 décembre 2015 du mardi au samedi de 14h à 19h

Relations avec la presse
Lorraine Hussenot
Tél. : 01 48 78 92 20
lohussenot@hotmail.com

>> invitation

Pour la 14ème édition de Propos d'Europe, exposition annuelle d'art contemporain promouvant la rencontre et la création d'artistes européens émergents et confirmés, la Fondation Hippocrène invite cette année la Fondation Haubrok de Berlin. Du 6 octobre au 18 décembre 2015, l'ancienne agence de l'architecte moderniste Robert Mallet-Stevens accueillera ainsi une sélection d'œuvres de la Collection Haubrok traitant de l'architecture de cette période. Intitulée Thoughts that breathe, cette exposition inédite mettra en lumière le travail de 4 artistes de renommée internationale : Carol Bove, Martin Boyce, Bojan Sarcevic et Markus Schinwald. Elle marquera également la troisième collaboration de la Fondation Hippocrène avec une fondation privée et européenne d'art contemporain.

Au-delà de la rencontre et du dialogue établis entre les œuvres de la Collection Haubrok et l'espace créé par Mallet-Stevens, l'exposition tendra à refléter des aspects d'une certaine mélancolie saisonnière. Non seulement les pièces interagiront et répondront au design et à l'architecture de l'époque - Martin Boyce et Bojan Sarcevic ayant notamment chacun une réflexion et un questionnement sur l'architecture et le design moderne - mais résideront également en écho à l'automne, dont l'omniprésence sera manifeste à la fois à l'intérieur de l'espace d'exposition, mais aussi en dehors, reliant ainsi deux espaces disparates à travers l'art.

Cette exposition s'inscrit dans le Parcours Privé de la Fiac 2015.

[18:00-22:00] Vernissage Variation - Media Art Fair
Location:
Espace d'Animation des Blancs-Manteaux - Pierre-Charles Krieg
48, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 54 75 79
Description:
Variation-Media Art Fair est la première foire française d'art contemporain dédiée aux artistes nouveaux médias, fruit de la collaboration de trois figures majeures du marché de l'art contemporain numérique, Dominique Moulon, commissaire d'exposition et critique d'art, Anne-Cécile Worms, productrice de l'événement, fondatrice de la start-up Art2M & éditrice du Magazine des Cultures Digitales, et Vanessa Quang, Galeriste et cofondatrice de la foire Show-Off devenue en 2014 Variation, Media Art Fair.

L'exposition Variation-Media Art Fair, lors de son édition 2014, a rassemblé plus de 12000 visiteurs durant la semaine de l'art contemporain à Paris et près de 3000 personnes lors de son vernissage.

Variation, Media Art Fair est une exposition vente qui a pour objectif de mettre en avant la scène française et internationale, avec cette année, des œuvres d'artistes historiques (Julio Le Parc, Edmond Couchot & Michel Bret, Catherine Ikam, ORLAN, Maurice Benayoun, Eduardo Kac, Rolando Pena, Luc Courchesne…), d'artistes reconnus (Shaun Gladwell, Hee Won Lee, Pascal Haudressy, Du Zhenjun, Art Orienté Objet, Joanie Lemercier, Samuel Bianchini…), et d'artistes émergents jusqu'aux étudiants en école d'art.

Variation – Media Art Fair est produite par Art2M, MCD - Magazine des Cultures Digitales et la Galerie Vanessa Quang, avec les soutiens de la Mairie du 4e arrondissement de Paris, de la Région Ile-de-France, et de Montpellier Méditerranée Métropole. Variation - Media Art Fair, fait également partie du programme officiel de la première Biennale Internationale des Arts Numériques organisée par Arcadi-Région Ile-de-France.

Ouverture au public : du lundi 19 octobre à 18h au dimanche 25 octobre à 18h00
Horaires : du mardi au samedi de 12h à 20h, dimanche de 12h à 18h.

Vernissage sur invitation : lundi 19 octobre de 18h à 22h

Entrée libre
Plus d'infos : www.variation.paris - www.digitalweek.paris

Les artistes Variation – Media Art Fair 2015 :
Donald Abad (FR) / Memo Akten (TR) / Art Orienté Objet (FR)
Jean-Pierre Attal (FR) / Cécile Babiole (FR) / Marion Balac (FR)
Maurice Benayoun (FR) / Samuel Bianchini (FR) / Matthew Biederman (CA)
Julien Borrel (FR) / François Brument (FR) / Edmond Couchot et Michel Bret (FR)
Luc Courchesne (CA) / Michaël Cros (FR) / Enora Denis (FR)
Quentin Destieu & Sylvain Huguet (FR) / Côme di Meglio & Eliott Paquet (FR)
Pascal Dombis (FR) /Jan Domicz (PL) /Reynald Drouhin (FR) /Fleury Fontaine (FR)
Juliette Goiffon & Charles Beauté (FR) / Lia Giraud (FR) / Shaun Gladwell (AS)
Catherine Ikam & Louis Fléri (FR) /Pascal Haudressy (FR) / Claudia Hart (US)
Eduardo Kac (US) / Jean-Benoit Lallemant (FR) / Hee Won Lee (KR)
Joanie Lemercier (FR) /Juan Le Parc (FR) /Julio Le Parc (AR)
Selma Lepart (FR) /Julien Levesque (FR) /LIA (AT)
Christophe Luxereau (FR) / Laurent Mareschal (FR) / Mazaccio & Drowilal (FR)
Audrey Martin & Thomas Rochon (FR) / Albertine Meunier (FR) / Barnabé Moinard (FR)
ORLAN (FR) / Alejandro Otero (VE) / Rolando Peña (VE) / Pascale Peyret (FR)
Bertrand Planes (FR) / Dani Ploeger (GB) / Olivier Ratsi (FR)
Théoriz & Pia MYrvoLD (NO) / Patrick Tresset (GB) / François Vogel (FR) / Du Zhenjun (CN)

[18:00-21:00] Vernissage d'Alex Prager
Location:
Galerie des Galeries
29 bis, rue de la Chaussée d'Antin
40, boulevard Haussmann
premier étage
75009 Paris
M° Chaussée d'Antin - La Fayette, Trinité - d'Estienne d'Orves, Havre - Caumartin, RER A Auber
France
Phone : +33 (0)1 42 82 81 98
Mail : galeriedesgaleries@galerieslafayette.com
Internet Site : www.galeriedesgaleries.com
Description:
DU 20 OCTOBRE 2015 AU 23 JANVIER 2016

PREMIÈRE EXPOSITION PERSONNELLE EN FRANCE DE L'ARTISTE AMÉRICAINE

À cette occasion, la photographe et réalisatrice présente ses oeuvres récentes, dont notamment son dernier film.

Alex Prager s'est fait connaître par ses mises en scène très précises au sein desquelles elle cite l'imagerie de l'âge d'or du film dramatique hollywoodien pour mieux révéler l'étrangeté de la vie individuelle et sociale contemporaine. La ville de Los Angeles, où elle est née, est pour elle une source inépuisable d'inspiration, tant dans les sujets que l'artiste aborde : le fantasme, l'errance et la perdition ; que dans la façon dont elle s'empare de l'industrie cinématographique pour réaliser ses films et ses photographies. Nourrie par le cinéma d'Alfred Hitchcock ou de Luis Buñuel, ainsi que par les oeuvres de photographes tels que William Eggleston et Enrique Metinides, Alex Prager met également en avant son éducation peu conventionnelle pour expliquer la construction de son propre univers artistique, qui conjugue à la fois couleurs intenses, angles inattendus et éclairages spectaculaires.

Exposées dans le monde entier, y compris à la National Gallery of Victoria (Melbourne, 2014) ; la Corcoran Gallery of Art de Washington (2013) et le FOAM – Musée de la Photographie d'Amsterdam (Pays-Bas, 2012), les oeuvres d'Alex Prager figurent dans les collections de plusieurs grands musées dont le MoMA et le Whitney Museum of American Art, à New York.

C'est en 2010, seulement trois ans après sa première exposition personnelle Polyester, qu'Alex Prager est sélectionnée dans la prestigieuse exposition New Photography au MoMA (New York). Dès lors, sa présence sur la scène artistique internationale s'amplifie. En 2012, elle se voit décerner le Prix Paul Huf du FOAM et sa série de films courts Touch of Evil, commandée par le New York Times Magazine, mettant en scène 13 illustres acteurs dont Brad Pitt, Gary Oldman et Glenn Close, est récompensée par un Emmy Award. À seulement 36 ans, Alex Prager est considérée comme l'une des artistes les plus prometteuses de sa génération.

[18:00-21:00] Vernissage d'Isabelle Cornaro
Location:
Galerie Balice Hertling Belleville
47 bis, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Couronnes, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 40 33 47 26
Mobile : +33 (0)6 19 60 88 94
Fax : +33 (0)1 40 33 47 36
Mail : gallery@balicehertling.com
Internet Site : www.balicehertling.com
Description:
Vernissage d'Isabelle Cornaro

[18:00-21:00] Vernissage d'Omer Fast "Le présent continue"
Location:
Jeu de Paume - Site Concorde
Musée de la Galerie Nationale du Jeu de Paume
1, Place de la Concorde
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 47 03 12 50
Fax : +33 (0)1 47 03 12 51
Mail : accueil@jeudepaume.org
Internet Site : www.jeudepaume.org
Description:
20/10/2015 – 24/01/2016

Dans ses installations vidéo, composées de projections uniques ou multiples, Omer Fast (1972, Jérusalem) explore de nouvelles formes de narration, en tissant des liens entre mots et images. Réalité et fiction, mémoire collective et expérience personnelle, se superposent ou se confondent dans ses œuvres autour de sujets tels que la guerre, la mort, la mémoire, le déplacement et le deuil.

commissaires : l'artiste, Marina Vinyes Albes, Laurence Sillars, Stinna Toft

[18:00-21:00] Vernissage de Beverly Semmes "Handle"
Location:
Galerie Lefebvre et Fils
24, rue du Bac
75007 Paris
M° Rue du Bac, RER C Musée d'Orsay
France
Phone : +33 (0)1 42 61 18 40
Mail : lefebvreetfils@gmail.com
Internet Site : www.lefebvreetfils.fr
Description:
première exposition parisienne de Beverly Semmes depuis vingt ans

20 octobre - 19 décembre
vernissage le 19 octobre à partir de 18h

L'exposition présentera une série de sculptures en céramiques, ainsi que des FRP Paintings, articulées autour de l'une des célèbres robes de Beverly Semmes.
À travers une appropriation d'images pornographiques et une critique de la femme-objet, l'artiste développe un discours militant équivoque sur le féminisme.

[18:00-21:00] Vernissage de Nguyen Trinh Thi "Lettres de Panduranga"
Location:
Jeu de Paume - Site Concorde
Musée de la Galerie Nationale du Jeu de Paume
1, Place de la Concorde
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 47 03 12 50
Fax : +33 (0)1 47 03 12 51
Mail : accueil@jeudepaume.org
Internet Site : www.jeudepaume.org
Description:
20/10/2015 – 24/01/2016

Artiste et cinéaste, Nguyen Trinh Thi (1973, Hanoï) questionne la mémoire et la collectivité ainsi que leur capacité à déconstruire les concepts idéologiques de l'histoire du Vietnam en les resituant dans un contexte contemporain de surveillance et de censure.

commissaire de la programmation Satellite : Erin Gleeson

[18:00-21:00] Vernissage de Sayed Haider Raza
Location:
Galerie Lara Vincy
47, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 72 51
Fax : +33 (0)1 40 51 78 88
Mail : contact@lara-vincy.com
Internet Site : www.lara-vincy.com
Description:
Un Bindu[1], c'est tout !

En 1958, trois ans après sa création, la galerie Lara Vincy accueille la première exposition personnelle de Sayed Haider Raza, fondateur du Progressive Artists' Group - le PAG -, l'artiste partage avec Lara Vincy une liberté d'esprit et une volonté de décloisonner les arts qui les inscrivent d'emblée dans les avant-gardes. Conçu en 1947, quelques mois après la Partition de l'Inde et du Pakistan, le PAG est principalement composé d'artistes de Bombay, qui ont vécu cet évènement comme une impulsion à créer un art nouveau. Engagés à un niveau international, ils synthétisent leur culture d'origine avec la culture européenne et nord américaine de la première moitié du XXème Siècle et se réfléchissent à partir du Post-Impressionnisme, du Cubisme et de l'Expressionisme.
Ayant obtenu une bourse de l'état français en 1950, Sayed Haider Raza étudie aux Beaux-Arts de Paris pendant trois ans et obtient en 1956, le prix de la critique. Son travail évolue rapidement vers une épure car si “en 1943, ses paysages ont une approche cubiste, [… quelques années plus tard], les couleurs sont là, les structures sont là, mais elles volent en éclat”[2] et se cristallisent dans un nouveau symbolisme. L'artiste développe alors un syncrétisme entre nature et spiritualité, culture occidentale et philosophie orientale. Si “le Bindu, le Grand point Noir, est bien ce d'où naît la genèse de la création, d'abord la lumière, puis les formes et les couleurs, [… il] est aussi les vibrations, l'énergie, le son, l'espace, le temps”[3]. Bindus et mandalas confèrent à son œuvre picturale, une qualité et une force plastique qui prêtent à la méditation contemplative et transcendantale.
Accompagné de cette force et pour sa première exposition inaugurale depuis la disparition de sa mère, Liliane, Youri Vincy propose un retour vers le futur, un saut dans le temps qui ne manquera pas de nous surprendre, car le soir du vernissage, nous découvrirons la galerie telle que sa grand-mère, Lara, l'avait conçue : façade, mobilier et œuvres nous transporteront dans une galerie des années 50 radicalement tournée vers le futur. Une exposition hommage, qui fait de ce retour en arrière, un grand bond en avant !

[1] Le bindu est l'expression d'un point de départ, d'une origine, ce germe porte en lui toutes les potentialités, énergie créatrice, il exprime un aboutissement. Il signifie à la fois goutte séminale et graine.
[2] Hugo Weihe, directeur international de l'art asiatique chez Christie's, interview à l'occasion de la vente du 17 septembre 2013, New York.
[3] Pierre Gaudibert, ancien directeur du Musée d'art moderne de la Ville de Paris et du Musée des arts d'Afrique et d'Océanie.

Francine Flandrin, 2015

Vernissage de Sayed Haider Raza

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "LES VOYAGEURS"
Location:
Palais des Beaux-Arts de Paris
Salle Melpomène
13, quai Malaquais
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 47 03 50 83
Internet Site : palaisdesbeauxarts.tumblr.com
Description:
Exposition des jeunes artistes félicités
du 20.10.2015 au 03.01.2016

LES ARTISTES DE DEMAIN
L'ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DES BEAUX-ARTS PRÉSENTE L'EXPOSITION ANNUELLE DES JEUNES ARTISTES AYANT OBTENU LE DIPLÔME NATIONAL SUPÉRIEUR D'ARTS PLASTIQUES (DNSAP) AVEC LES FÉLICITATIONS DU JURY.

AVEC : Violette Astier, Clarissa Baumann, Renaud Baur, Jessica Boubetra, Jeremy Demester, Léa Dumayet, Virgile Fraisse, Célia Gondol, Joris Henne avec la collaboration de Natasha Lacroix, Kieran Jessel, Maha Kays, Tarik Kiswanson, Antoine Liebaert, Ana Maria Lozano Rivera, Stefano Marchionini, Elena Moaty, Martin Monchicourt, Eleni Pratsi, Kevin Rouillard, Sarah Srage, Romain Vicari

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Philippe Halsman. Étonnez-moi !"
Location:
Jeu de Paume - Site Concorde
Musée de la Galerie Nationale du Jeu de Paume
1, Place de la Concorde
75008 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 47 03 12 50
Fax : +33 (0)1 47 03 12 51
Mail : accueil@jeudepaume.org
Internet Site : www.jeudepaume.org
Description:
EXPOSITION DU 20 OCTOBRE 2015 AU 24 JANVIER 2016.

Le photographe Philippe Halsman (Riga, Lettonie, 1906 - New York, 1979) mène pendant une quarantaine d'années une carrière exemplaire, depuis ses débuts à Paris dans les années 1930, jusqu'à l'immense succès de son studio new-yorkais entre 1940 et 1970.

À Paris, puis à New-York, Philippe Halsman collabore à de nombreux magazines, Vogue, Vu, Voilà..., et Life dont il réalisera 101 couvertures. En France puis aux États-Unis, il réalise des portraits de nombreuses personnalités comme Marc Chagall, Le Corbusier, Gide, André Malraux, Marylin Monroe, Rita Hayworth, Duke Ellington, Les Windsor, Richard Nixon, Albert Einstein...
Loin d'être uniquement un photographe de célébrités, il n'aura de cesse d'expérimenter et de repousser les limites de son médium ; sa photographie se caractérise par une approche directe, une parfaite maîtrise technique et un soin du détail. Son activité couvre des champs aussi variés que le portrait, la mode, le reportage, les commandes privées et institutionnelles ou bien encore des projets personnels : il collabore notamment pendant plus de 30 ans avec Salvador Dalí et invente la "jumpology", qui consiste à photographier des personnalités en train de sauter, offrant ainsi un portrait plus naturel et spontané de ses sujets.

Au final, près de 300 images exclusives et documents originaux (planches et tirages par contact, épreuves préliminaires, photomontages, originaux et maquettes) sont présentés pour cette exposition rétrospective, apportant un éclairage unique sur l'œuvre et le processus d'un photographe exceptionnel et atypique.

Vernissage presse de l'exposition "Philippe Halsman. Étonnez-moi !"
Philippe Halsman, Dalí Atomicus, 1948. Musée de l'Elysée. © 2015 Philippe Halsman Archive / Magnum Photos. Droits exclusifs pour les images de Salvador Dalí : Fundació Gala-Salvador Dalí, Figueres, 2015


Catalogue de l'exposition

La version française du catalogue Philippe Halsman, Étonnez-moi ! est éditée aux éditions Photosynthèses.
Cette publication de 320 pages présente la première étude de l'œuvre complète de Philippe Halsman. L'ouvrage comprend deux essais : un premier consacré au processus créatif du photographe par Anne Lacoste, commissaire de l'exposition du Musée de l'Elysée, et le second, signé par Marc Aufraise, s'attachant à sa collaboration avec Salvador Dalí. Un texte de la famille Halsman évoquant des souvenirs plus personnels du photographe et une chronologie détaillée complètent cette étude.
Le livre, divisé en quatre sections : "Paris années 1930", "Portraits", "Mises en scène", "Halsman / Dalí", est illustré par plus de 250 reproductions (épreuves argentiques originales, tirages couleur, maquettes, photomontages, épreuves préparatoires).
Prix de vente : 60 euros.


Visites et rencontres
mercredi et samedi, 12 h 30 / rendez-vous du Jeu de Paume, visite commentée des expositions
samedis 7 novembre, 5 décembre et 2 janvier, 15h30 / rendez-vous en famille, parcours en images pour les 7-11 ans et leurs parents
samedi 31 octobre, 15h30, samedi 28 novembre, 11h et 15h30 / les enfants d'abord !, visites-ateliers pour les 7-11 ans
mardi 27 octobre et mercredi 28 octobre / 12-15ANS.JPG, stage de pratique des images pour les 12-15 ans
dernier mardi du mois, 11h-21 h / mardis jeunes, gratuité pour les étudiants et moins de 26 ans
vendredi 23 octobre, 18h30 / Halsman au travail, présentation par Irène Halsman d'une sélection d'images de son père
mardi 27 octobre, 18h / Philippe Halsman, Étonnez-moi !, visite de l'exposition par Sam Stourdzé et Anne Lacoste, commissaires.
samedi 12 décembre, 11h / Jumpologies : de la gymnastique à l'extase, journée d'étude dédiée au travail de Philippe Halsman. Sous la direction de Joséphine Jibokji, Barbara Le Maître, Natacha Pernac et Jennifer Verraes.

[18:00-20:00] Vernissage des installations de Dan Graham - FIAC hors les murs
Location:
Place Vendôme
Place Vendôme
75001 Paris
M° Tuileries, Madeleine, Opéra, Pyramides
France
Internet Site : www.comite-vendome.com
Description:
October 12 - November 12
Inauguration, October 19 from 6:00-8:00pm

Vernissage des installations de Dan Graham - FIAC hors les murs
Dan Graham, Passage Intime, 2015

[18:00-21:00] Vernissage privé des expositions de la saison "La Vie Magnifique"
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
EXPOSITIONS

• UGO RONDINONE : I ♥ JOHN GIORNO
• RAGNAR KJARTANSSON, Seul celui qui connaît le désir
• MELANIE MATRANGA, 反复 [fanfu]

• LEE BUL, Aubade III (Intervention sur le bâtiment)
• MATHIS COLLINS, Dry French (Modules - Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent)

Plus d'infos sur www.palaisdetokyo.com

[18:30-21:00] Vernissage "Anselm Kiefer, l'alchimie du livre"
Location:
Bibliothèque Nationale de France - site François-Mitterrand
Quai François-Mauriac
75706 Paris Cedex 13
M° Bibliothèque François-Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 53 79 59 59
Internet Site : www.bnf.fr
Description:
Galerie 2

Du 20 octobre 2015 au 7 février 2016

La bibliothèque nationale de France organise du 20 octobre 2015 au 31 janvier 2016, la toute première exposition consacrée aux livres d'Anselm Kiefer. La scénographie inédite signée par l'artiste allemand dévoile plus d'une centaine de livres, œuvres uniques réalisées entre 1968 et 2015, associés à des sculptures et des tableaux récents, et recrée l'atelier et la bibliothèque de l'artiste, habituellement inaccessibles au public. Une occasion unique de découvrir l'univers intime de cet artiste contemporain majeur et de comprendre le rôle essentiel que joue le libre dans son processus de création.

>> invitation

[18:30-21:00] Vernissage de ASIA NOW - Paris Asian Art Fair
Location:
Espace Pierre Cardin
1, avenue Gabriel
75008 Paris
M° Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 44 56 02 02
Mail : gdesabran@pierrecardin.fr
Internet Site : www.pierrecardin.com/Dculture/espace_cardin_gb.html
Description:
Journée de vernissage (sur invitation) : 19 octobre de 14h à 18h30
Soirée de vernissage (sur invitation) : 19 octobre de 18h30 à 21h00
Journées d'ouverture :
20 octobre, de 11h à 21h
21 octobre, de 11h à 22h
22 octobre, de 11h à 19h30

www.asianowparis.com

ASIA NOW – PARIS ASIAN ART FAIR
UN NOUVEL ECLAIRAGE SUR LA SCENE CONTEMPORAINE ASIATIQUE

Ouvrir, décloisonner, découvrir et partager : ASIA NOW Paris Asian Art Fair est une foire hors norme qui invite à repenser l'art contemporain asiatique. Face aux stéréotypes et aux raccourcis, il s'agit aujourd'hui de redonner la parole aux artistes, aux critiques et aux galeries qui défendent la richesse et la diversité artistiques de cette partie du monde. Avec un programme d'expositions cohérentes et fortes, avec des conversations engagées et pertinentes, cet évènement permet de sortir des sentiers battus, de relancer le débat et d'explorer les interstices et les zones d'ombre, méconnues, de cette création en mouvement. Les images résiduelles que nous avons tous sur l'art contemporain asiatique, dont on connait au fond souvent mieux la valeur du marché que celle de sa scène, foisonnante, sont peut-être à revoir. Non qu'il y ait un art asiatique. Il est évidemment pluriel, ouvert, inclassable. Mais c'est précisément de ce flux vibrant et presque insaisissable que l'on veut rendre compte avec ASIA NOW qui se donne ici une mission « d'éclaireur ».
Caroline Ha Thuc, critique d'art, écrivaine et commissaire d'expositions.

ASIA NOW– Paris Asian Art Fair est la première foire à taille humaine en France et en Europe qui pose un regard nouveau sur l'art contemporain asiatique et met en lumière sa contribution à la scène artistique internationale.

Du 20 au 22 octobre –juste après FRIEZE, en amont de la FIAC, avec deux jours en commun – ASIA NOW invite les collectionneurs et amateurs d'art à participer à un programme d'expositions et d'évènements qui vise à examiner les territoires encore méconnus de l'art asiatique. Il convoque la parole des artistes, critiques d'art et galeristes qui défendent la richesse et la diversité artistique des scènes d'Asie.

A travers trois temps forts, le programme d'ASIA NOW se donne pour mission de transmettre et faire partager les contours et les enjeux de la scène asiatique. En exposant et explorant les pratiques artistiques de 40 artistes ASIA NOW invite ainsi à repenser l'art contemporain asiatique, sans préjugés, ni clichés.

Le temps de l'« Exposition » présente une série de propositions monographiques ou collectives d'artistes parmi les plus talentueux de leur génération, défendus par des galeries établies déjà reconnues sur leur scène d'origine mais méconnues en Europe et qui pour certaines, n'ont jamais été vues à Paris. Sur une idée de Claude Fain, menée par Alexandra Fain, directrice et co-fondatrice d'ASIA NOW et Ami Barak, conseiller artistique de la foire, en collaboration avec le comité artistique: Martina Köppel-Yang, Laure Raibaut, Jérôme Sans, Caroline Ha Thuc et Jean-Marc Decrop.

Pour sa première édition, ASIA NOW réunit 17 galeries d'Asie et d'Europe qui ont pour mission commune la représentation et le soutien d'artistes asiatiques. ARNDT Gallery (Berlin/Shanghai) présente des œuvres de l'artiste indonésien Eko Nugroho et du philippin Rodel Tapaya ; CHOI&LAGER (Cologne) présente une exposition collective d'artistes coréens; A Thousand Plateaus Art Space (Chengdu) - présent pour la première fois en Europe - confronte les œuvres de Chen Qiulin et Yang Shu ; la New Galerie (Paris/ New York) présente le projet vidéo « Truth » de l'artiste Wang Sishun, Leo Xu Projects montre le travail de Cheng Ran; Edouard Malingue Gallery se concentre sur l'artiste taiwanais Chou Yu-Cheng qui a présenté une exposition personnelle au Taipei Fine Arts Museum; AIKE-DELLARCO (Shanghai) présente une œuvre inédite de Tao Hui; A2Z Art Gallery (Paris) présentera le nouveau projet de Li Wei, STILL NOBODY CARES; De Sarthe Gallery (Hong Kong/ Beijing); Galerie Quynh (Ho Chi Minh Ville); ifa gallery (Bruxelles/Shanghai); galerie Magda Danysz (Paris/Shanghai); galerie Michael Janssen (Singapour/Berlin); Primo Marella Gallery (Milan); Richard Koh Fine Art (Kuala Lumpur) ; Sa Sa Bassac (Cambodge) et la galerie 313 ART PROJECT (Seoul).

En parallèle des projets artistiques des galeries, ASIA NOW propose 3 projets curatoriaux :

Robin Peckham (Rédacteur en chef adjoint de LEAP Magazine) présente le LEAP Pavillion et conçoit une exposition collective d'artistes Hongkongais - dont Lee Kit et Tsang Kin-Wah - qui ont respectivement représenté Hong Kong à la 55ème et 56ème Biennale de Venise ; BLAST ! plateforme dédiée à tous les artistes de la génération digitale, propose un projet spécial développé en parallèle de Art in the City Festival, (du 11 au 14 septembre 2015 à Shanghai) ; enfin, Perfect Design, établi à Shanghai et co-fondé par Jean-Marc Decrop et Morgan Morris, est invité par ASIA NOW à présenter leur sélection du 'meilleur du créé en Chine' par cinq des designers les plus talentueux de leur pays.

Xu Qu, qui fait partie de la jeune génération des artistes chinois, est commissionné par la Fondation Mimi Ullens pour la production d'objets réalisés en exclusivité pour ASIA NOW en édition limitée, inspirés de ses œuvres, au profit de la lutte contre le cancer. (Xu Qu est représenté en Asie par Yallay Space et en France par la galerie Almine Rech).

Pour cette première édition, un projet « Hors les Murs », sera présentée à l'hôtel Park Hyatt.
La galerie Magda Danysz (Paris/Shanghai) présentera Eternal Smile, une installation de l'artiste Wang Keping. Aussi, à l'occasion de l'année de la Corée en France, les galeries CHOI&LAGER et la galerie 313 ART PROJECT, menées par Joanne Kim, présenteront un projet curatorial, dont les détails seront révélés prochainement.

Le deuxième temps est réservé aux « Conversations », une plateforme co-curatée par LEAP Magazine, animée par des experts de la scène asiatique tels que Robin Peckham, Rédacteur en Chef de Leap International et directeur de la redaction du numéro special en français et Jérôme Sans. Parmi eux :

Corentin Hamel et Ami Barak qui interviendront sur le projet Truth de Wang Sishun – « L'artiste a effectué un périple de 6 semaines de Beijing à Paris, afin de ramener une flammèche, survivante d'un incendie dévastateur, une relique dont Wang Sishun a fait œuvre. » Ami Barak ;

Des directeurs d'institutions comme Phil Tinari (directeur Ullens Center for Contemporary Art à Pékin) ;

Des critiques d'art et commissaires d'expositions : Jérôme Sans (consultant et critique d'art, spécialiste de la Chine), Caroline Ha Thuc (critique d'art, écrivaine et commissaire d'expositions), Martina Köppel-Yang (historienne d'art spécialiste de l'art contemporain en Chine), Ami Barak (critique d'art et commissaire d'expositions), Jo-ey Tang (curateur d'Inside China au Palais de Tokyo en collaboration avec K11), Jean-Marc Decrop (expert européen d'art chinois), Erin Gleeson (commissaire d'exposition du programme Satellite 8 au Jeu de Paume et co-fondatrice de Sa Sa Bassac) ;

Des collectionneurs précurseurs dans le soutien aux artistes asiatiques, comme Sylvain Levy (fondateur de la DSL Collection), Guy Ullens (fondateur de Fondation Guy et Myriam Ullens), Guillaume Levy-Lambert (fondateur de MaGMA Collection) ;

Des experts du marché de l'art dans de grandes maisons de vente comme Laure Raibault (spécialiste de l'art contemporain asiatique à Hong Kong)

Le troisième et dernier temps de ce programme est celui de l'« Exploration », qui présentera une sélection d'ouvrages de références dédiés à la scène artistique asiatique grâce au partenariat avec le Ullens Center for Contemporary Art Bookshop.

A cette occasion, LEAP, le magazine spécialiste de l'Art Contemporain en Chine, lancera la première version française de son magazine.


DIRECTION ET COMITE ARTISTIQUE

Alexandra Fain est co-fondatrice et directrice d'ASIA NOW – Paris Asian Art Fair. Après onze ans passés au planning stratégique de Publicis Worldwide, Conseil et 133, responsable des stratégies de branding des marques de luxe, et directrice du marketing au sein du groupe Richemont pendant 4 ans, Alexandra a conçu et organisé pendant la 56ème Biennale de Venise au Palazzo Morosini, l'exposition de Zheng Guogu et Yangjiang Group : The Writtings of Today are a Promise for Tomorrow, curatée par Martina Köppel-Yang.

Ami Barak est un commissaire d'exposition indépendant et critique d'art de renommée internationale. En France, il a notamment été le directeur artistique des éditions 2003 et 2004 de la Nuit Blanche, et, plus récemment, le commissaire de l'exposition de Taryn Simon au Jeu de Paume en 2015. A l'international, il a piloté le projet Art for the World [the Expo] the City of Forking Paths, lors de la World Expo Shanghai 2010, révélant vingt sculptures monumentales en provenance de Chine et d'ailleurs ; ou encore le Pavilion Roumain à la Biennale de Venise en 2011.


COMITE ARTISTIQUE

Martina Köppel-Yang
Laure Raibaut
Jérôme Sans
Caroline Ha Thuc
Jean-Marc Decrop


LISTE DES ARTISTES PAR PAYS

Chine : Tao Hui (1987/galerie AIKE-DELLARCO), Wang Keping (1949/galerie Magda Danysz) ; Yang Shu (1969/A Thousand Plateaus Art Space) ; Li Wei (1975), Fan Shunzan (1984), Zhang Wei (1977) représentés par A2Z Art Gallery; Chen Qiulin (1975), Wang Chuan (1953) et Li Lang (1969) chez A Thousand Plateaus Art Space ; Xu Qu (1978/Fondation Mimi Ullens) ; Wang Sishun (1979/ New Gallery), Cheng Ran (1981/Leo Xu Projects ; Lin Jingjing (1970), Ma Sibo (1979), Wang Guofeng (1967) et Zhou Wendou (1970) chez De Sarthe Gallery ; Wu Junjong (1978), Dai Guangyu (1955), GAO Brothers (1956 et 1962) chez ifa gallery.
Cambodge : Svay Sareth (1972/Sa Sa Bassac)
Corée : Heung-soon Lim (1969), Meekyoung Shin (1967), Seahyun Lee (1967), Xoang Choi (1975), Younghun Kim (1964), Sukkhee Kwon (1981) chez CHOI&LAGER
Hong Kong : Nadim Abbas (1980), Lee Kit (1977), Firenze Lai (1984), Tsang Kin-Wah (1976), Adrian Wong (1980), Trevor Yeung (1988), LEAP Pavillion .
Indonésie : Eko Nugroho (1977/ARNDT Gallery).
Malaisie : Nadia Bamadhaj (1968) et Wong Pern Fey (1974) chez Richard Koh Fine Art
Philippines: Ronald Ventura (1973/Primo Marella Gallery); Rodel Tapaya (1980/ARNDT Gallery)
Taiwan: Chou Yu-Cheng (1976/Edouard Malingue Gallery)
Thaïlande : Natee Utarit (1970/Richard Koh Fine Art)
Vietnam: Hoang Duong Cam (1974) et Trong Gia Nguyen (1971) chez Galerie Quynh ; Nguyen Tuan Thai (1965/ Primo Marella Gallery)


LISTE DES EXPOSANTS [au 3 Septembre, à compléter le 15 septembre 2015]

ARNDT Gallery (Berlin/Singapour): Eko Nugroho et Rodel Tapaya
A Thousand Plateaus Art Space (Chengdu): Chen Qiulin et Yang Shu
AIKE-DELLARCO (Shanghai): Tao Hui
A2Z Art Gallery (Paris): Fan Shunzan, Zhang Wei et Li Wei
CHOI&LAGER (Cologne) : Heung-soon Lim, Meekyoung Shin, Seahyun Lee, Xoang Choi, Younghun Kim, Sukkhee Kwon
De Sarthe Gallery : Lin Jingjing, Ma Sibo, Wang Guofeng et Zhou Wendou
Edouard Malingue Gallery (Hong Kong): Chou Yu-Cheng
Fondation Mimi Ullens (Bruxelles): Xu Qu
Galerie Quynh (Ho Chi Minh Ville): Hoang Duong Cam et Trong Gia Nguyen
ifa gallery (Bruxelles/Shanghai)
LEAP magazine (Pékin) : Nadim Abbas, Lee Kit, Firenze Lai, Tsang Kin-Wah, Adrian Wong, Trevor Yeung
Leo Xu Projects (Shanghai): Cheng Ran
galerie 313 ART PROJECT (Séoul)
galerie Magda Danysz (Paris/Shanghai): Wang Keping, Prune Nourry
galerie Michael Janssen (Singapour/Berlin)
New Galerie (Paris): Wang Sishun
Primo Marella Gallery (Milan); Li Wei, Nguyen Tuan Thai and Ronald Ventura
Richard Koh Fine Art (Kuala Lumpur); Natee Utari, Nadiah Bamadhaj, Wong Pern Fey
Sa Sa Bassac (Cambodge): Svay Sareth


LISTE DES INTERVENANTS

Phil Tinari (directeur Ullens Center for Contemporary Art à Pékin)
Jérôme Sans (consultant et critique d'art, spécialiste de la Chine)
Caroline Ha Thuc (critique d'art, écrivaine et commissaire d'expositions)
Martina Köppel-Yang (historienne d'art specialiste de l'art contemporain en Chine)
Ami Barak (critique d'art et commissaire de l'exposition Art for the World [the Expo] the City of Forking Paths)
Erin Gleeson (directrice de la galerie Sa Sa Bassac et commissaire d'exposition)
Sylvain Levy (fondateur de la DSL Collection)
Guy Ullens (fondateur de Fondation Guy et Myriam Ullens)
Guillaume Levy-Lambert (fondateur de MaGMA Collection)
Laure Raibaut (spécialiste de l'art asiatique contemporain)
Corentin Hamel (directeur de la New Galerie)
Jean-Marc Decrop (consultant expert de la scène chinoise, sud-asiatique et indonésienne)

[18:30-22:30] Vernissage de Mathilde Marc "Les étreintes"
Location:
Le Louxor
Palais du Cinéma
170, boulevard de Magenta
75010 Paris
M° Barbès - Rochechouart
France
Phone : +33 (0)1 44 63 96 96
Internet Site : www.cinemalouxor.fr
Description:
Soirée de vernissage de l'exposition "Les étreintes" de Mathilde Marc, dans le cadre du festival "Les rencontres photographiques du 10ème". L'exposition a lieu du 15 octobre au 30 novembre dans le salon du Louxor, Palais du cinéma (au 2ème étage) pour les spectateurs munis de billets et est ouverte à tous à l'occasion du vernissage le lundi 19 octobre de 18h30 à 22h30.

Cette série, "Les étreintes", est inspirée par une gestuelle récurrente au cinéma et tout particulièrement dans les films de Douglas Sirk et d'Alfred Hitchcock: le regard hors champ déclenché par la fin d'une étreinte. Cet instant, presque chorégraphié dans le jeu des acteurs, raconte une double histoire: celle qui est représentée et celle qui est fantasmée.
Contrainte, bouleversée, apaisée…à quoi pense l'héroïne, que regarde-t-elle?

Mathilde Marc est photographe et réalisatrice. Elle étudie le Cinéma à Rennes, Bruxelles, Montréal et à Paris où elle obtient un Master de réalisation.
Elle réalise des courts-métrages présentés dans des festivals internationaux. Parallèlement à la réalisation, elle se met à la photographie avec passion et réalise des portraits, des illustrations et des reportages pour différents médias.
Fixes ou animées, ses images sont inspirées par l'Histoire, le cinéma, les fantômes, la danse et les métamorphoses physiques.

http://mathildemarc.com

Vernissage de Mathilde Marc "Les étreintes"










[19:00-22:00] Avant-première du film "Lolo"
Location:
Cinéma Gaumont Opéra
Gaumont Capucines - ex Paramount Opéra
2, boulevard des Capucines
75009 Paris
M° Opéra, Chaussée d'Antin - La Fayette
France
Internet Site : www.paramount.fr
Description:
Film de Julie Delpy avec Dany Boon et Vincent Lacoste en présence de Claire Chazal, Aurélie Saada (membre du duo Brigitte), Aure Atika et Félix Moati

[19:00] Célébration du 59ème anniversaire de la Révolution de 1956
Location:
Institut Hongrois de Paris
92, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 06 44
Fax : +33 (0)1 43 26 89 92
Mail : info@instituthongrois.fr
Internet Site : www.instituthongrois.fr
Description:
L'Ambassade de Hongrie et l'Institut hongrois de Paris vous prient de leur faire l'honneur d'assister à la célébration du 59ème anniversaire de la Révolution de 1956 le 19 octobre 2015 à 19h à l'Institut hongrois.

Le discours solennel, prononcé par M. László Kövér, président du Parlement hongrois, sera suivi d'un récital de poèmes, interprété par M. Pál Oberfrank, comédien, directeur du Théâtre Petőfi de Veszprém.

Programme en langue hongroise
Tenue correcte exigée
Entrée libre dans la limite des places disponibles

[19:00-22:00] Vernissage de Georges Moquay - Soirée de lancement Ma P'tite Culotte
Location:
Espace Beaurepaire
28, rue Beaurepaire
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent, République, Goncourt
France
Phone : +33 (0)1 42 45 59 64
Mail : contact@espacebeaurepaire.com
Internet Site : www.espacebeaurepaire.com
Description:
Vernissage de Georges Moquay - Soirée de lancement Ma P'tite Culotte

du 20 au 25 octobre 2015
Entrée libre tous les jours de 12h à 20h

Soirée de lancement Ma P'tite Culotte

Nous connaissions le Street art à la conquête des murs de la ville, des entreprises, des lieux publics, le voici lancé aujourd'hui à la conquête de notre intime quotidien !

Ma P'tite Culotte s'est alliée avec l'artiste Georges Moquay pour vous proposer un ensemble de lingerie inédit, sur lequel vous retrouverez le tableau « Lettre d'amour » de l'artiste.

Le résultat est exceptionnel : une explosion de couleurs et d'amour envoyée à tous les habitants de cette planète, la matérialisation d'un message universel, une invitation au bonheur.

Venez le découvrir en avant-première lors de la soirée de lancement, dans la galerie My Favorite Art !

Venez découvrir en avant-première le modèle "Envoûtante", et rencontrer l'artiste Georges Moquay - qui a créé la toile "Lettre d'Amour" apposée sur la parure - et l'équipe Ma P'tite Culotte.

Soirée de lancement Ma P'tite Culotte

« Les femmes sont pour moi une source d'inspiration inépuisable et fascinante. », Georges Moquay.
Une source d'inspiration commune avec Ma P'tite Culotte et qui les a poussés à vous proposer un ensemble inédit : "Envoûtante", sur lequel l'artiste Georges Moquay a apposé son tableau "Lettre d'Amour".

Soirée de lancement Ma P'tite Culotte

[19:00-23:55] Vernissage de l'exposition "VIDE ET PLEIN"
Location:
Espace Commines
17, rue Commines
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 53 56
Fax : +33 (0)1 42 77 81 61
Mail : mc-bouhours@commines.com
Internet Site : www.espace-commines.com
Description:
Vernissage de l'exposition "VIDE ET PLEIN"

[19:00] Vernissage de l'exposition collective "Artistes du Monde"
Location:
Espace Le Scribe-l'Harmattan
19, rue Frédéric Sauton
Place Maubert
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité
France
Phone : +33 (0)9 81 62 06 38
Mobile : +33 (0)6 99 42 87 65
Mail : scribeharmattan@gmail.com
Internet Site : lescribeharmattan.hautetfort.com
Description:
Exposition du 19 octobre au 1er novembre 2015.

Peintures et Photos
Aya Kosaka
Fatima Guemiah
Itsuki Kabasawa
Jean Merhi
Kanae Katakami
Kazuko Shimomura
Mohammed Alguendi
Yoshiharu Yukawa
Yvanka Paul
Yves Letourneur

Performance poétique et musicale
Joséphine Laurens
Yvan Navaï
Hanan Benselma

Vernissage de l'exposition collective "Artistes du Monde"











[20:00] Avant-première du film "Héritages"
Location:
Le Grand Action
5, rue des Ecoles
Paris 75005
M° Cardinal Lemoine, Jussieu
France
Phone : +33 (0)1 43 54 47 62
Fax : 33 (0)1 43 29 02 00
Internet Site : www.legrandaction.com
Description:
Avant-première du film "Héritages"












[21:00-23:00] Vernissage "FIAC hors les murs à la Maison de la Radio"
Location:
Maison de Radio France
Maison de la Radio
116, avenue du Président Kennedy
75220 Paris Cedex 16
M° RER C Avenue du Président Kennedy, Passy
France
Phone : +33 (0)1 56 40 22 22
Internet Site : www.radiofrance.fr
Description:
RSVP relationspubliques@radiofrance.com

Vernissage "FIAC hors les murs à la Maison de la Radio"

[21:00-23:55] Vernissage des expositions de la saison "La Vie Magnifique"
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
EXPOSITIONS

• UGO RONDINONE : I ♥ JOHN GIORNO
• RAGNAR KJARTANSSON, Seul celui qui connaît le désir
• MELANIE MATRANGA, 反复 [fanfu]

• LEE BUL, Aubade III (Intervention sur le bâtiment)
• MATHIS COLLINS, Dry French (Modules - Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent)

Plus d'infos sur www.palaisdetokyo.com

11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés