Thursday, December 10, 2015
Public Access


Category:
Category: All

10
December 2015
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

  Exposition "Soulages, peintures 2013-2015"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
du 16 octobre 2015 au 2 janvier 2016
vernissage vendredi 16 janvier de 18h à 20h

Mario-Andreas von Lüttichau
LES NOIRS SONT LA MATIÈRE DE LA LUMIÈRE

Dans son dernier portrait de groupe, De Staalmeesters, de 1662, Rembrandt représente les maîtres de la guilde des drapiers d'Amsterdam. Cette instance était chargée de vérifier et de contrôler la qualité et la quantité des étoffes fabriquées, teintes et vendues par ses membres. Le personnage assis au centre en est le président. Le livre de comptes ouvert devant lui contient la quantité et l'évaluation de la production des membres. Le noir et le bleu étaient les tons habituels de l'habillement à cette époque, et l'on portait une attention particulière au noir des étoffes. L'étoffe noire portée par les Staalmeesters doit témoigner de l'exigence de qualité, et Rembrandt est chargé de manifester dans ce tableau les caractères et l'ambiance de l'assemblée annuelle. Aucun autre artiste, avant ou après l'âge d'or de la peinture descriptive hollandaise, n'est parvenu à produire ce noir presque palpable, à la fois iridescent à la surface du vernis et plein en profondeur. Mais les personnages du portrait de groupe de Rembrandt reflètent aussi un moment socio-politique intéressant : le ton noir uniforme nivelle l'individualité des maîtres drapiers. Au sein d'une société de castes, Rembrandt met en scène collectivement un cercle dirigeant. Les insignes de leur pouvoir sont introvertis et uniquement reconnaissables à la structure et au traitement de leurs vêtements.

Ces structures cachées, enfouies dans le noir par Rembrandt, nous les retrouvons dans les tableaux noirs de Pierre Soulages réalisés depuis les années 1970, parfois en dialogue avec le bleu de lapis lazuli et de délicates traces et lignes de blanc venant apporter du mouvement - toujours en contraste avec le noir comme les cols d'un blanc vif des drapiers. Des séries de tableaux noirs de grandes dimensions, comme les Polyptyques, laissent apparaître dans leur présence monumentale des profondes lignes tracées dans la pâte de la couleur. Elles structurent la texture lisse, mate et brillante et constituent des ordonnancements changeant composés de sillons et de crêtes horizontaux, verticaux, ou obliques. Soulages appelle « outrenoir » cette propagation radicale du noir pur et parle d'un « unique noir de ces peintures noires, ce sont des différences de textures, lisses, fibreuses, calmes, tendues ou agitées qui, captant ou refusant la lumière, font naître les noirs gris ou les noirs profonds ».

La régie de lumière définie précisément à Conques par Soulages relie le Français au Néerlandais. La mise en scène du portrait de groupe De Nachtwacht (La Ronde de Nuit, achevé en 1642), plongée dans une lumière théâtralisée, montre des membres d'une compagnie de gardes civils. Les deux personnages faisant des gestes au centre du tableau sont le capitaine Frans Banning Cocq, vêtu de noir, et son sous-lieutenant Willem van Ruytenburgh, qui marche devant en diagonale, magnifiquement représenté dans un uniforme d'un blanc lumineux. Rembrandt, dans cette œuvre, s'avère être aussi un metteur en scène conscient de l'effet scénique et plastique de la lumière sur ses acteurs en action. Nous percevons ses espaces comme des boîtes noires - des zones presque dépourvues de lumière du jour. Comme sur une scène de théâtre, la lumière a une force performative. Elle définit des actions et les met en mouvement. De la même façon, Soulages sait installer ses tableaux noirs. Il fait de l'espace d'exposition une scène, dont la lumière crée des tableaux prenant forme comme des sculptures autonomes - en parfaite conformité avec ce qu'écrit le linguistique et essayiste Henri Meschonnic : « Les noirs sont la matière de la lumière ». Mais les spectateurs sont confrontés à un autre type d'obscurité : l'obscure. Différente de la nuit abstraite, l'obscure est plus émotionnel ; il a une dimension mystique. Il suscite l'effort de vouloir la pénétrer - au risque de s'y perdre.

Vernissage de l'exposition "Soulages, peintures 2013-2015"
Pierre Soulages, Peinture, 243 x 181cm, 28 août 2015

Vernissage de l'exposition "Soulages, peintures 2013-2015"
Peinture, 57 x 81 cm, 9 mars 2014
2014
Acrylique sur toile
57 x 81 cm
PSou/M 46

Vernissage de l'exposition "Soulages, peintures 2013-2015"
Peinture, 159 x 202 cm, 20 août 2015
2015
Acrylique sur toile
159 x 202 cm
PSou/M 51

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:00-21:00] Vernissage de Luc Schuhmacher "Plus bas que terre"
Location:
Backslash Gallery
29, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République
France
Phone : +33 (0)9 81 39 60 01
Mobile : +33 (0)6 63 60 14 48
Mail : info@backslashgallery.com
Internet Site : www.backslashgallery.com
Description:
vernissage le jeudi 10 décembre de 14h à 21h
du 10 décembre 2015 au 6 février 2016

durée : 20 minutes

La galerie Backslash est heureuse d'annoncer la nouvelle exposition de Luc Schuhmacher dont les installations sonores emmènent le spectateur dans un voyage à travers l'esprit de l'artiste et les méandres de son processus créatif. Une dizaine d'œuvres récentes seront exposées le long d'un parcours précis pensé par l'artiste qui explique :

Vingt minutes : c'est le temps qu'il faut pour parcourir l'exposition.

Plus bas que terre : c'est le nom de l'exposition.

C'est aussi le nom d'une pièce : plusieurs séries de dessins sur enveloppes et un enregistrement, où, pendant 3.46 mn, ma voix relate une bribe d'un cauchemar qui a duré 10 jours et 10 nuits.

Le résultat est très en dessous de la réalité.

Plus bas que terre. Le désespoir. Trou béant dans lequel je chute, les pensées qui ne s'arrêtent plus, qui me persécutent, l'angoisse si intense qu'elle me vide le corps. Me planter un couteau aiguisé dans le ventre. Me brûler vif. Me pendre. Que ça s'arrête. Aveugle, courbé, utilisant mes mains pour me repérer, je marche dans mon appartement. Les lattes de bois de mon lit, la table de la cuisine sont mes seuls secours. Je les touche, plus bas que terre. Je ne peux plus respirer. Les autres me rotent à la gueule, ils me crachent dessus. J'affronte leurs regards. Je vois leurs orbites dégoulinants, sans globe oculaire et leurs dents pourries. Les prochaines minutes sont impossibles à vivre.

Tout ce qui vient de moi sera à terre : l'accrochage se fera au sol.

Des séries de dessins, de textes, gisent sur le parquet. Au niveau de chacune des séries, fixé au mur, un dispositif que l'on peut choisir d'actionner ou de ne pas actionner. Tirez la corde : l'enregistrement se répand dans l'espace comme un murmure. Si vous approchez l'oreille, une histoire se donne à entendre.

Ces histoires sont réalisées, en tourné monté, avec un dictaphone à cassette.

Tourné monté : montage fait à mesure de la prise de son, à même la bande magnétique. Des morceaux d'enregistrements se suivent. Je procède comme un médecin qui fait ses rapports de consultation. Cette marche à suivre crée une matière sonore faite de coupures, de silences et de répétitions qui elles sont dues à la possibilité de réenregistrer sur quelque chose de déjà existant. Je veux arriver au ton juste ; le repentir. Ce sont des dessins sonores. L'espace de la bande audio est une feuille de papier. Tirer un trait, puis un autre, jusqu'à arriver au trait juste qui fait tenir le dessin debout.

A l'écoute des enregistrements, ce qui est à voir gagne en sens. Ma voix refait le moment passé. Quelque chose se rejoue dans « l'après coup », probablement parce que dans l'instant vécu, je n'ai pas su réagir. Par ces dispositifs, chaque histoire est rejouée tant qu'on les actionne. Exposer mon travail, c'est faire en sorte que ça se rejoue.

Le travail de Luc Schuhmacher a notamment été exposé pendant la Nuit Blanche de 2006 et au Mac Val.

Vernissage de Luc Schuhmacher "Plus bas que terre"



[16:00] Conférence de presse que doit donner Noël Le Graët sur Benzema
Location:
Fédération Française de Football
87, boulevard de Grenelle
75015 Paris
M° La Motte-Piquet - Grenelle, Dupleix
France
Internet Site : www.fff.fr
Description:
Rarement les débats du comité exécutif n'ont suscité pareil engouement. Pas moins de soixante journalistes se sont fait accréditer pour la conférence de presse que doit donner Noël Le Graët, à 16 heures au siège de la FFF, à l'issue de la réunion du gouvernement du foot.

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Lumière & Lumières"
Location:
Galerie NMarino
Galerie Nery Mariño
8, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 49 75
Mobile : +33 (0)6 72 51 99 92
Mail : galerienmarino@gmail.com
Internet Site : www.artameriquelatine.com
Description:
La Galerie NMariño a le plaisir d'annoncer une exposition rassemblant des œuvres de plusieurs artistes reconnus pour leur travail avec la lumière.

Absorbée, réfléchie, réfractée ou diffusée, la lumière s'impose comme un matériau esthétique infiniment riche.

Les néons en trois dimensions de Roger Vilder, les tunnels de LED d'Hans Kotter, les boites colorées de Régine Schumann réagissant à la lumière ultra violette, et les "Continuels lumières" emblématiques dans le travail de Julio Le Parc, sont autant de propositions qui éblouissent par leur présence et leur simplicité.

Vernissage de l'exposition collective "Lumière & Lumières"

[16:30] L'Observeur du Design 2016
Location:
Cité des Sciences et de l'Industrie
30, avenue Corentin Cariou
La Villette
75930 Paris Cedex 19
M° Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)1 40 05 70 00
Internet Site : www.cite-sciences.fr
Description:
Remise des Étoiles 2016 et inauguration de la 17e édition de l'Observeur du Design 16 (11-12/06-11-16). Venez découvrir l'exposition "Paysage d'aujourd'hui" et les 156 labels 2016.
Organisé par l'APCI, l'Observeur du design est la seule compétition française qui bénéficie du label International competition de l'International Council of Societies of Industrial Design (ICSID), institution de référence en matière de design.
Conférence Pecha Kucha suivie de la Remise des Etoiles.




[17:00-21:00] Vernissage d'Isabelle Cochereau "Psychés / Peintures 2015"
Location:
Galerie Corinne Bonnet
63, rue Daguerre
Cité artisanale
75014 Paris
M° Denfert-Rochereau, Gaîté
France
Phone : +33 (0)1 43 20 56 06
Mobile : +33 (0)6 82 66 08 89
Fax : +33 (0)1 43 20 56 67
Mail : galeriecorinnebonnet@gmail.com
Internet Site : www.galeriecorinnebonnet.com
Description:
Vernissage d'Isabelle Cochereau "Psychés / Peintures 2015"





[18:00-20:00] Rencontre et dédicace avec "M" Matthieu Chedid et Matthias Picard
Location:
MK2 Quai de Seine
14, quai de Seine
75019 Paris
M° Stalingrad, Jaurès
France
Phone : 08 92 69 84 84 (#10)
Internet Site : www.mk2.com/salles/mk2-quai-seine-quai-loire
Description:
Rencontre et dédicace avec "M" Matthieu Chedid (-M-) et Matthias Picard au Magasin du MK2 Quai de Loire à Paris le jeudi 10 décembre 2015 à partir de 18h puis présentation en salle du court métrage

[18:00-20:00] Signature de grands chefs parisiens
Location:
TASCHEN Store
2, rue de Buci
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 40 51 79 22
Mail : store-paris@taschen.com
Internet Site : www.taschen.com/pages/en/stores/73.store_paris.htm
Description:
TASCHEN
vous convie à une rencontre exclusive
avec l'équipe du plus gourmand des livres

Inside Chefs' Fridges, Europe
Le réfrigérateur des plus grands chefs

Les auteurs Adrian Moore et Carrie Solomon
se joignent à de grands chefs parisiens
pour une séance de signature exceptionnelle.

Yves Camdeborde
Sven Chartier
Fatéma Hal

seront présents
le jeudi 10 décembre 2015
de 18h à 20h

[18:00-21:00] Vernissage "Hommage à Joseph Erhardy"
Location:
Galerie Vallois
35&41, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 25 17 34
Fax : +33 (0)1 43 29 06 42
Mail : vallois35@vallois.com, vallois41@vallois.com
Internet Site : www.vallois.com
Description:
du 3 décembre 2015 au 30 janvier 2016

[18:00-21:00] Vernissage "Tulipe Bleue" by Unglee
Location:
Galerie Christophe Gaillard
5, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 49 16
Mobile : +33 (0)6 65 15 75 30
Mail : contact@galerie-gaillard.com
Internet Site : www.galerie-gaillard.com
Description:
Capsule exhibition du 10 au 19/12

[18:00-21:00] Vernissage d'Adam Janes "Memory Song"
Location:
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
36, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 46 34 61 07
Fax : +33 (0)1 43 25 18 80
Mail : ggpnv@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerie-vallois.com
Description:
Du Vendredi 11 décembre 2015 au Samedi 30 janvier 2016

Pierre Seinturier & Adam Janes, voyages intérieurs

L'un est français, l'autre est américain. Celui-ci vit à Paris, celui-là à Los Angeles. Si tous deux sont férus de dessin, toujours prompts à recouvrir pages de carnets et feuilles de papier, leur œuvre s'offre à voir à l'aune d'une production plastique polymorphe qui se développe volontiers en étendue comme en volume. Quoique Pierre Seinturier (né en 1988) et Adam Janes (né en 1976) partagent le même intérêt pour toute une iconographie figurée et narrative, ils puisent chacun leur inspiration à des sources différentes - le cinéma et l'image imprimée pour le premier, la culture populaire pour le second, tout en croisant un même goût pour l'histoire de l'art. Malgré leur douze ans de différence, quelque chose les rend familiers d'une même génération, notamment dans leur façon d'accumulation d'images et de signes, leur propension à vouloir mettre en scène leurs œuvres et cette liberté qu'ils s'octroient à mettre le regard à l'épreuve de toutes sortes d'expérimentations.

Pour toutes ces raisons, qu'elles soient synonymiques ou antinomiques, les réunir dans l'unité d'une même exposition est l'occasion de mettre en exergue la richesse d'une création dont le dessin est le vecteur cardinal. Pour ce qu'il est toujours en amont de toute expression, pour ce qu'il permet toutes formes de déclinaisons, pour ce qu'il est tout à la fois le lien et le liant de tous les autres modes. L'exposition de Pierre Seinturier et d'Adam Janes en fait d'autant plus la démonstration que leur présentation respective en forme d'installation tend à vouloir instruire les termes d'un semblant d'œuvre d'art total. Conçue sur le mode d'un parcours fortement structuré à travers chacune de leurs œuvres, elle invite le spectateur à la découverte de deux mondes à part qui l'entraînent chacun à sa manière vers des territoires décalés, riches de réminiscences, de références et de figures plus ou moins familières. Il y va d'une expérience d'immersion dans l'imaginaire de chacun des artistes, tout à la fois sensible et mentale, qui nous interroge, nous fascine ou nous déroute, dans tous les cas qui ne nous laisse pas indemne.

L'art de Pierre Seinturier est requis par le narratif et le suspens. Les saynètes qu'il imagine mettent en jeu des situations que fonde une culture de l'énigme pour ce qu'elles s'inscrivent ni en amont, ni en aval d'un quelconque continuum. Elles disent un moment arrêté, comme on stoppe le déroulement d'un film pour isoler un plan de son contexte et le découvrir dans la surprise de sa singularité. Extraites de tout un monde d'images fixes ou animées - films, bandes dessinées, cartes postales, ouvrages divers et variés... -, les œuvres de Seinturier croisent aussi les aléas de son quotidien, ses obsessions, ses visions fantasmées, celle notamment d'une Amérique qu'il a peu vue. C'est tout un théâtre de mémoire qu'il imagine, s'inventant des histoires, les instruisant dans des paysages à l'atmosphère tendue, les animant de personnages dont ne sait s'ils sont ou non fictifs, ni qui ils sont vraiment. La façon qu'il a d'investir l'espace en l'architecturant de différents plans lui permet de jouer en trompe-l'œil et en dédales visuels qui obligent le visiteur à une déambulation active, curieuse, voire fouineuse. En fait, tous les efforts de Pierre Seinturier visent à multiplier les points de vue pour sortir de la bi-dimensionnalité et les expériences plastiques pour opérer toujours davantage le mélange entre réalité et fiction. Par-là, son art relève d'une sorte d'esthétique de la fable.

Aux pratiques conjuguées du collage et de l'assemblage, Adam Janes accorde une place de choix. Ses œuvres en déclinent l'exercice dans la réalisation de travaux qui passent du plan au volume et se donnent à voir comme autant d'icônes qui appartiendraient à une culture marginale. En réalité, son art procède de la combinaison entre des éléments empruntés à différentes culture populaires et tout un lot de références classiques. Quelque chose de singulier et de ludique est à l'œuvre dans son travail qui en appelle à un vocabulaire de formes et de signes rudimentaires, immédiatement accessibles au regard et qui mêle toutes les techniques et tous les formats. L'artiste prend comme un malin plaisir à fabriquer des objets incongrus et des machines improbables dont les motifs jouent de l'intrication entre imaginaire débridé et références autobiographiques. Adam Janes n'a pas son pareil pour orchestrer la collusion entre figuration et abstraction et noyer tout un monde de personnages souvent drolatiques dans le flux de ses images ou dans la construction de ses sculptures. Aussi ses œuvres relèvent-elles d'une forme de palimpseste dont il ne nous livre aucun déchiffrement et nous nous nous trouvons, face à elles, en position d'explorateur. Articulé autour de l'idée de Memory Song, le dispositif qu'il a conçu pour cette exposition participe en ce sens à nous entraîner dans les dédales imprévisibles de la mémoire.

Ici et là, Pierre Seinturier et Adam Janes nous proposent au bout du compte de faire comme un voyage au cœur même du monde de leurs images. Aventure, expédition, introspection...

Philippe Piguet

[18:00-21:00] Vernissage d'exposition collective
Location:
Galerie Artelie
25, rue de Penthièvre
75008 Paris
M° Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 43 59 27 21
Mail : ek@artelie.fr
Internet Site : www.artelie.fr
Description:
Vernissage d'exposition collective

[18:00-21:00] Vernissage de Akira Kito et Sébastien Kito
Location:
Galerie Lara Vincy
47, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 72 51
Fax : +33 (0)1 40 51 78 88
Mail : contact@lara-vincy.com
Internet Site : www.lara-vincy.com
Description:
Akira Kito - Sébastien Kito
Peintures - Sculptures

Vernissage jeudi 10 décembre à partir de 18h
09/12/2015 - 31/01/2016

[18:00-21:00] Vernissage de Pierre Seinturier "It's a way of life!"
Location:
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
36, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 46 34 61 07
Fax : +33 (0)1 43 25 18 80
Mail : ggpnv@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerie-vallois.com
Description:
Du Vendredi 11 décembre 2015 au Samedi 30 janvier 2016

Pierre Seinturier & Adam Janes, voyages intérieurs

L'un est français, l'autre est américain. Celui-ci vit à Paris, celui-là à Los Angeles. Si tous deux sont férus de dessin, toujours prompts à recouvrir pages de carnets et feuilles de papier, leur œuvre s'offre à voir à l'aune d'une production plastique polymorphe qui se développe volontiers en étendue comme en volume. Quoique Pierre Seinturier (né en 1988) et Adam Janes (né en 1976) partagent le même intérêt pour toute une iconographie figurée et narrative, ils puisent chacun leur inspiration à des sources différentes - le cinéma et l'image imprimée pour le premier, la culture populaire pour le second, tout en croisant un même goût pour l'histoire de l'art. Malgré leur douze ans de différence, quelque chose les rend familiers d'une même génération, notamment dans leur façon d'accumulation d'images et de signes, leur propension à vouloir mettre en scène leurs œuvres et cette liberté qu'ils s'octroient à mettre le regard à l'épreuve de toutes sortes d'expérimentations.

Pour toutes ces raisons, qu'elles soient synonymiques ou antinomiques, les réunir dans l'unité d'une même exposition est l'occasion de mettre en exergue la richesse d'une création dont le dessin est le vecteur cardinal. Pour ce qu'il est toujours en amont de toute expression, pour ce qu'il permet toutes formes de déclinaisons, pour ce qu'il est tout à la fois le lien et le liant de tous les autres modes. L'exposition de Pierre Seinturier et d'Adam Janes en fait d'autant plus la démonstration que leur présentation respective en forme d'installation tend à vouloir instruire les termes d'un semblant d'œuvre d'art total. Conçue sur le mode d'un parcours fortement structuré à travers chacune de leurs œuvres, elle invite le spectateur à la découverte de deux mondes à part qui l'entraînent chacun à sa manière vers des territoires décalés, riches de réminiscences, de références et de figures plus ou moins familières. Il y va d'une expérience d'immersion dans l'imaginaire de chacun des artistes, tout à la fois sensible et mentale, qui nous interroge, nous fascine ou nous déroute, dans tous les cas qui ne nous laisse pas indemne.

L'art de Pierre Seinturier est requis par le narratif et le suspens. Les saynètes qu'il imagine mettent en jeu des situations que fonde une culture de l'énigme pour ce qu'elles s'inscrivent ni en amont, ni en aval d'un quelconque continuum. Elles disent un moment arrêté, comme on stoppe le déroulement d'un film pour isoler un plan de son contexte et le découvrir dans la surprise de sa singularité. Extraites de tout un monde d'images fixes ou animées - films, bandes dessinées, cartes postales, ouvrages divers et variés... -, les œuvres de Seinturier croisent aussi les aléas de son quotidien, ses obsessions, ses visions fantasmées, celle notamment d'une Amérique qu'il a peu vue. C'est tout un théâtre de mémoire qu'il imagine, s'inventant des histoires, les instruisant dans des paysages à l'atmosphère tendue, les animant de personnages dont ne sait s'ils sont ou non fictifs, ni qui ils sont vraiment. La façon qu'il a d'investir l'espace en l'architecturant de différents plans lui permet de jouer en trompe-l'œil et en dédales visuels qui obligent le visiteur à une déambulation active, curieuse, voire fouineuse. En fait, tous les efforts de Pierre Seinturier visent à multiplier les points de vue pour sortir de la bi-dimensionnalité et les expériences plastiques pour opérer toujours davantage le mélange entre réalité et fiction. Par-là, son art relève d'une sorte d'esthétique de la fable.

Aux pratiques conjuguées du collage et de l'assemblage, Adam Janes accorde une place de choix. Ses œuvres en déclinent l'exercice dans la réalisation de travaux qui passent du plan au volume et se donnent à voir comme autant d'icônes qui appartiendraient à une culture marginale. En réalité, son art procède de la combinaison entre des éléments empruntés à différentes culture populaires et tout un lot de références classiques. Quelque chose de singulier et de ludique est à l'œuvre dans son travail qui en appelle à un vocabulaire de formes et de signes rudimentaires, immédiatement accessibles au regard et qui mêle toutes les techniques et tous les formats. L'artiste prend comme un malin plaisir à fabriquer des objets incongrus et des machines improbables dont les motifs jouent de l'intrication entre imaginaire débridé et références autobiographiques. Adam Janes n'a pas son pareil pour orchestrer la collusion entre figuration et abstraction et noyer tout un monde de personnages souvent drolatiques dans le flux de ses images ou dans la construction de ses sculptures. Aussi ses œuvres relèvent-elles d'une forme de palimpseste dont il ne nous livre aucun déchiffrement et nous nous nous trouvons, face à elles, en position d'explorateur. Articulé autour de l'idée de Memory Song, le dispositif qu'il a conçu pour cette exposition participe en ce sens à nous entraîner dans les dédales imprévisibles de la mémoire.

Ici et là, Pierre Seinturier et Adam Janes nous proposent au bout du compte de faire comme un voyage au cœur même du monde de leurs images. Aventure, expédition, introspection...

Philippe Piguet

[18:00-21:00] Vernissage de Stéphane Sautour "Do you not hear the sea ?"
Location:
Galerie Loevenbruck
6, rue Jacques Callot
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 53 10 85 68
Fax : +33 (0)1 53 10 89 72
Mail : contact@loevenbruck.com
Internet Site : www.loevenbruck.com
Description:
Du Vendredi 11 décembre 2015 au Samedi 30 janvier 2016

Un après-midi du début de novembre, chez Stéphane Sautour.

Tout en me faisant visiter son « théâtre d'objets », Stéphane me dit : « Je veux montrer des états de matière. » Il me dit aussi : « Avec Alexandre, on a travaillé sur un capteur qui permet de visualiser sous forme d'ondes comment de l'argile crue ressent son environnement. » Il me dit encore : « Le capteur permet de donner un état du ressenti de la matière vis-à-vis de son milieu. » Alexandre Schubnel est géophysicien. Il travaille sur la micro-sismicité, sur les frictions rocheuses, sur l'élasticité de la matière. Alexandre et Stéphane se retrouvent sur une ligne de faille : celle que, physiquement autant que symboliquement, a ouverte la catastrophe japonaise de 2011. C'est cette ligne de faille qui constitue le point de départ de l'exploration dans les formes à laquelle se prête Stéphane. Des motifs apparaissent, figurines morcelées, têtes, bottes, torses, des mains - des avant-bras plutôt -, qui s'affichent pleins d'une matière qui « continue à faire des manières », ajoute-t-il.

« Le temps de la matière n'est pas le mien », explique Stéphane. Il ne le devient que sous certaines conditions (le tremblement de terre faisant précisément coïncider temps géologique et temps humain) qui débordent toujours, en tout cas, le moment de l'exposition d'art. Cette constatation oblige à une déprise : il va falloir apprendre à observer méticuleusement, à être patient, à potentiellement ne rien voir. Observer méticuleusement, être patient ne sont pas à prendre comme des contraintes mais comme des invitations à différer le moment du jugement ou même de l'analyse, et à se placer dans le temps des transformations lentes. C'est le milieu, ou l'environnement, qui est ici le support des métamorphoses et des déformations. L'un au contact de l'autre (l'argile au contact de l'air, au contact de l'argent) y risque une partie de son être. Frottements. Altérations. Décalages. La matière, parce que vibrante, selon l'expression de Jane Bennett (Vibrant Matter), appelle à saisir « le moment d'indépendance (de la subjectivité) que possèdent les choses, un moment qui doit exister parce que les choses affectent bel et bien les autres corps, augmentant ou diminuant leur pouvoir (1) ». On entre donc dans la danse.

On entre dans la danse parce que la matière ne fait pas ici l'objet d'un traitement, encore moins d'un traitement générique : elle est toujours tenue dans son occurrence singulière, elle est un événement, et en cela elle devient le lieu d'une attention que l'on doit trouver les moyens de soutenir, d'un soin particulier. Dans L'Appât des possibles, le philosophe Didier Debaise, commentant l'oeuvre d'Alfred North Whitehead et prolongeant son geste, écrit : « Notre expérience contemporaine ne nous force-t-elle pas à [...] nous intéresser à la multiplicité des centres d'expérience, des manières d'être, des relations multiples que les existants ont les uns avec les autres, et qui composent une nature devenue essentiellement plurielle (2) ? » Composer une nature faite de « vies personnelles », ainsi que l'exprimait William James...

Sophie Houdart, CNRS - Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative

(1) « ... the moment of independence (from subjectivity) possessed by things, a moment that must be there, since things do in fact affect other bodies, enhancing or weakening their power » (Jane Bennett, Vibrant Matter. A Political Ecology of Things, Durham et Londres, Duke University Press, 2010, p. 3).
(2) Didier Debaise, L'Appât des possibles. Reprise de Whitehead, Paris, Les Presses du réel, 2015,
p. 69-70.

[18:00-21:00] Vernissage de Zoe Williams
Location:
Galerie Antoine Levi
44, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)9 53 56 49 56
Mobile : +33 (0)6 95 65 44 67
Mail : info@antoinelevi.fr
Internet Site : www.antoinelevi.fr
Description:
Du Jeudi 10 décembre au Jeudi 31 décembre 2015

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "un grain de toute beauté"
Location:
Palais de Tokyo
site de création contemporaine
13, avenue du Président Wilson
75116 Paris
M° Iéna, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 47 23 54 01
Fax : +33 (0)1 47 20 15 31
Mail : info@palaisdetokyo.com
Internet Site : www.palaisdetokyo.com
Description:
avec des oeuvres de Marion Bataillard, Willem Boel, Arthur Lambert, François Malingrëy

Date: 11/12/2015 - 10/01/2016

dans le cadre des Modules - Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent

Cette exposition réunit les lauréats du 60ème Salon de Montrouge qui s'est tenu du 5 mai au 3 juin derniers, choisis par un jury présidé par le cinéaste Olivier Assayas. Rien ne les réunit a priori, sauf le hasard de cette glorification fugace, et à présent cette présentation collective, qui se risque à une mise en perspective «psychique» de leurs travaux. Le titre de l'exposition est d'ailleurs extrait de la chanson d'Alain Bashung.

Au Pavillon des Lauriers, d'après le nom du bâtiment hospitalier psychiatrique où il résidait parfois : «Je veux rester fou», y clame-t-il, et «je veille / Sur un grain de toute beauté». Dès l'entrée, le visiteur se trouve plongé dans le fracas du chaos mental orchestré par Willem Boel. En émergent les schémas métaphysiques d'Arthur Lambert. Dans une perspective démesurée, inspirée des tunnels décrits par les témoins de mort clinique, il aborde les visages familiers scrutés au pinceau par Marion Bataillard et François Malingrëy, puis les corps entiers pris dans les vastes compositions des mêmes.

«Référence à la folie ou non, veiller sur un grain de toute beauté m'est apparu comme une définition possible de cette insaisissable activité que demeure «faire de l'art», que Jean-François Lyotard entendait lui comme «faire des branchements de libido sur la couleur». Je cite Bashung et Lyotard, mais la forme même de l'exposition doit plus à Giuseppe Tomasi di Lampedusa, qui s'attache dans Le Guépard à débusquer les « racines plus profondes dans un de ces motifs que nous appelons irrationnels parce que ensevelis sous des amas d'ignorance de nous-mêmes». Comme celui-là, elle se développe dans l'espace et le temps en profondeur, vers un point aveugle, on la traverse en se retournant à demi, comme pour jeter un dernier oeil sur le monde qu'on laisse derrière soi ; on y progresse comme dans un travelling exagérément ralenti, elle forme en son entier un zoom arrière sophistiqué. Le grain du titre, ainsi, prend tous ses sens, psychiatrique, météorologique, épidermique comme pictural.»

Commissariat: Stéphane Corréard, assisté de Dahlia Sicsic

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "La ligne rouge"
Location:
Galerie Maïa Muller
19, rue Chapon
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)9 83 56 66 60
Mobile : +33 (0)6 68 70 97 19
Mail : contact@galeriemaiamuller.com
Internet Site : www.galeriemaiamuller.com
Description:
Vernissage le jeudi 10 décembre à partir de 18h
Exposition du 10 décembre au 30 Janvier 2016

avec Jean-Michel Alberola, Giulia Andreani, Io Burgard, Camille Fischer, Jason Glasser, Sacha Ketoff, Myriam Mihindou

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Métamorphose is"
Location:
Pantin
Pantin
93500 Pantin
M° Hoche, Eglise de Pantin, RER E Pantin
France
Internet Site : www.ville-pantin.fr
Description:
11/13-12

avec les œuvres de Sébastien Baverez, Jean-Baptiste Perrot, Todd Narbey, ...

Le Garage Éphémère du Ventre de la Baleine - 74 rue Charles Nodier - Pantin 93 (M° Hoche)

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition « L'art est la vie, la vie c'est l'art »
Location:
Galerie Popy Arvani
7, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
M° Oberkampf, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 47 00 87 51
Mobile : +33 (0)6 82 58 52 54
Mail : galerie@galeriepopyarvani.com
Internet Site : www.galeriepopyarvani.com
Description:
« L'art est la vie, la vie c'est l'art » a écrit William Blake dans le Premier livre d'Urizen.

Peintures, sculpture, installation, dessins, photos et vidéo

Vernissage le jeudi 10 décembre 2015 de 18h à 21h

[18:00-22:00] Vernissage du salon SOON PARIS #2 / Salon de l'Oeuvre Originale Numérotée 2015
Location:
Bastille Design Center
74, boulevard Richard Lenoir
75011 Paris
M° Richard Lenoir, Saint-Ambroise
France
Phone : +33 (0)1 48 06 67 99
Mobile : +33 (0)6 09 66 33 87
Fax : +33 (0)1 48 06 58 16
Mail : info@bastille-design-center.com
Internet Site : www.bastille-design-center.com
Description:
Salon de l'Oeuvre Originale Numérotée

du 11 au 13.12.2015

[18:30-21:00] Ouverture de la boutique AEROBATIX
Description:
Cocktail d'inauguration pour la presse

43 rue de Turenne
Paris 3e


[18:30-21:00] Vernissage de Bastien Morin / Frohlein.S
Location:
Placement-libre
5, rue Commines
75003 Paris
M° Filles du Calvaire, Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)6 63 73 73 00
Internet Site : www.placement-libre.com
Description:
SUR L'ASPHALTE
Bastien Morin / Photos
www.bastienmorin.fr

CONFRONTATIONS
ORDINAIRES
Frohlein.S / Sculptures
www.placement-libre.com

Exposition
du 11 décembre 2015
au 9 janvier 2016

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "100 affiches pour le droit à la santé"
Location:
Halle Pajol
Espalanade Nathalie Sarraute
Rue Pajol
ZAC Pajol
75018 Paris
M° La Chapelle, Marx Dormoy
France
Description:
du 10 décembre 2015 au 30 janvier 2016

Pour célébrer sa 7e édition, poster for tomorrow organise une exposition de 100 affiches sur le droit à la santé à Paris et dans plusieurs villes à travers le monde.

Le graphisme au service des grandes causes et la transmission de savoir-faire sont les grands principes des différentes activités de 4 Tomorrow et de son projet principal, poster for tomorrow : un concours international d'affiches suivi d'expositions simultanées à l'échelle internationale pour célébrer la Journée internationale des droits de l'Homme.

Les 100 affiches ont été sélectionnées parmi les 4980 reçues de plus d'une centaine de pays à l'issue du concours annuel de poster for tomorrow. Cette année 10 graphistes français figurent parmi les 100 gagnants.

La campagne de poster for tomorrow sur le DROIT A LA SANTE traite notamment des problèmes de l'accès universel aux soins de santé, de l'accès à l'eau, et de l'éradication des maladies évitables.

http://www.posterfortomorrow.org

Vernissage de l'exposition "100 affiches pour le droit à la santé"

Vernissage de l'exposition "100 affiches pour le droit à la santé"

Vernissage de l'exposition "100 affiches pour le droit à la santé"






[19:00-21:00] Trophées du Sport responsable 2015
Location:
Stade de France
rue Jules Rimet
93216 Saint-Denis La Plaine Cedex
M° Saint-Denis - Porte de Paris, RER B La Plaine, RER D Stade de France
France
Phone : +33 (0)1 55 93 00 00
Fax : +33 (0)1 55 93 00 05
Internet Site : www.stadefrance.com
Description:
Pour leur quatrième édition, les Trophées du Sport responsable se dérouleront au Stade de France, le 10 décembre prochain. L'occasion de célébrer les initiatives vertueuses du monde sportif en la présence exceptionnelle de Zinédine Zidane, président du jury.

305 structures sportives labélisées dans 37 disciplines différentes* : l'édition 2015 de la démarche Sport responsable a été extrêmement riche en initiatives vertueuses et en projets s'inscrivant dans les valeurs de la Charte du Sport responsable.

Jeudi prochain, 21 lauréats dans 7 catégories différentes recevront leur trophée des mains du mythique numéro 10 des « Bleus ». Ces structures sélectionnées par un jury d'experts seront récompensées pour leurs actions dans les domaines de l'accessibilité, de la mixité, du sport santé, de l'éco-responsabilité, de l'insertion professionnelle et de la promotion de l'esprit sportif.

Une des 10 fédérations signataires de la Charte du Sport responsable désignée par le vote des internautes sera également distinguée lors de la cérémonie.

Encore plus de diversité et d'ouverture

Cette édition sera placée sous le signe de la diversité et de l'ouverture de la démarche à l'ensemble du monde sportif grâce à plusieurs évolutions significatives.

En effet, la création d'un Prix Spécial du Jury et l'ouverture du Label Sport responsable à l'ensemble des structures du monde sportif aura permis de mettre en lumière des organisateurs d'événements, des ligues, des comités, des associations, des entreprises ... en plus des clubs sportifs qui sont mis à l'honneur chaque année depuis la création de la démarche en 2012 !

Par ailleurs, le « Team Ambassadeurs » Sport responsable a vu le jour : de jeunes sportifs de haut niveau s'impliquent dans la diffusion et la valorisation des bonnes pratiques sur tous les terrains et dans de nombreuses disciplines.

Pour twitter lors de la cérémonie, utilisez le hashtag #sportresp2015 ! Les meilleurs tweets seront diffusés en direct sur l'écran scénique lors de la cérémonie.

* En 2014, 224 structures sportives issues de 25 disciplines différentes avaient obtenu le Label Sport responsable

[19:00-22:00] Vernissage "Guilty of Art" de Julien Durix
Location:
Le Marceau Bastille
Hotel - Gallery
13, rue Jules César
75012 Paris
M° Quai de la Rapée, Bastille, Gare de Lyon, Sully - Morland
France
Phone : +33 (0)1 43 43 11 65
Fax : +33 (0)1 43 41 67 70
Mail : infos@hotelmarceaubastille.com
Internet Site : www.hotelmarceaubastille.com
Description:
Vernissage "Guilty of Art" de Julien Durix

[19:00-22:00] Vernissage d'Emilie Ménard
Location:
Hôtel Crayon
25, rue du Bouloi
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Palais Royal - Musée du Louvre, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 36 54 19
Mail : contact@hotelcrayon.com
Internet Site : www.hotelcrayon.com
Description:
Jeudi 10 décembre, de 19h à 22h, l'hôtel Crayon vous invite à découvrir l'univers sensuel et féminin d'Emilie Ménard à l'occasion du vernissage de son exposition.

Enfant, elle passait des heures à dessiner, et à l'âge de 8 ans elle réalisait sa première bande dessinée.

Artiste autodidacte, ses principales sources d'inspiration sont des jeunes femmes dont le visage exprime une véritable personnalité. S'interrogeant sur le rôle de la femme dans notre société et sur l'évolution de la féminité, elle cherche à représenter des femmes libres, émancipées et solitaires.

Elle s'inspire de l'art urbain, de la bande dessinée et du pop art pour donner vie à ses sujets. La plupart de ses peintures sont réalisées à l'acrylique et à l'huile, et elle utilise parfois des bombes aérosol ou des pochoirs pour finaliser le tableau.

Découvrez l'artiste : emiliemenard.com

Vernissage d'Emilie Ménard

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition des lauréats du Prix HSBC pour la photographie 2015
Location:
Maison de la Photographie de Lille
28, rue Pierre Legrand
59800 Lille
M° Gare SNCF de Lille-Flandres
France
Phone : +33 (0)3 20 05 29 29
Mail : bureau@maisonphoto.com
Internet Site : www.maisonphoto.com
Description:
Maia Flore et Guillaume Martial
Lauréats du Prix HSBC pour la photographie 2015

Vernissage Prix HSBC 2015

[19:30] Rencotre vernissage autour de l'exposition « Photographier l'Architecture »
Location:
Librairie Volume
47, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, Strasbourg - Saint-Denis, République
France
Phone : +33 (0)1 85 08 02 86
Mail : contact@librairievolume.fr
Internet Site : www.librairievolume.fr
Description:
11-12/05-01-16

exposition de Maxime Delvaux

Une rencontre entre Maxime Delvaux (photographe) et les architectes Guillaume Becker (Vers.A), François Lichtle (L'Escaut), Bernard Deffet (Baumans Deffet) et Alain Simon (MSA) animée par Frédérique Mocquet (LIAT / Paris Malaquais).
Dans le cadre de l'exposition entrer. au Centre Wallonie Bruxelles jusqu'au 12 janvier 2016










[23:30] L'Alternative électronique : 1 shot offert
Location:
Badaboum
La Scène Bastille
2 bis, rue des Taillandiers
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 48 06 50 70
Fax : +33 (0)1 48 06 57 07
Mail : contact@scenebastille.com
Internet Site : www.la-scene.com
Description:
L'Alternative électronique : 1 shot offert

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés