Friday, April 15, 2016
Public Access


Category:
Category: All

15
April 2016
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

  Exposition "Napoléon à Sainte-Hélène - la conquête de la mémoire"
Location:
Musée de l'Armée
Hôtel national des Invalides
129, rue de Grenelle
75700 Paris 07 SP
M° La Tour-Maubourg, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 44 42 38 77
Mail : accueil-ma@invalides.org
Internet Site : www.invalides.org
Description:
6 avril - 24 juillet 2016
Tous les jours de 10h à 18h

Conditions d'accès : exposition seule : 8,50€ / musée et exposition : 12€

18 juin 1815, la bataille de Waterloo sonne le glas de l'Empire. Napoléon, vaincu, prend la route de l'exil. Craignant un éventuel retour de l'homme des Cent Jours, l'Angleterre fait le choix de la dernière demeure de l'Empereur : ce sera Sainte-Hélène, petite île hérissant ses reliefs hostiles au milieu de l'Océan Atlantique. Napoléon y débarque avec ses plus fidèles compagnons et s'installe à Longwood House, logis pour le moins modeste dans lequel il finira ses jours.

Organisée autour de l'opération exceptionnelle de restauration des meubles de Longwood House, l'exposition Napoléon à Sainte-Hélène. La conquête de la mémoire offre au public français l'occasion unique de venir contempler le mobilier qui entourait l'Empereur au moment de sa mort. Les vestiges impériaux, que Napoléon a réussi à emporter avec lui, entrent en résonance avec la précarité de sa condition de prisonnier. Que reste-t-il alors de l'Empereur, que reste-t-il de l'homme ? Napoléon se lance dans sa dernière conquête, celle de la postérité et fait de Sainte-Hélène le lieu de l'écriture de la légende, dès avant sa mort, le 5 mai 1821.

Cette exposition produite par le musée de l'Armée, est organisée avec le soutien de la Fondation Napoléon, du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, des Domaines nationaux de Sainte-Hélène, du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau et du gouvernement de Sainte-Hélène, ainsi que du CIC, grand partenaire du musée de l'Armée.



Vernissage "Napoléon à Sainte-Hélène - la conquête de la mémoire"
Lit de camp de Napoléon Ier à Sainte-Hélène
Provenance : musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau
© DESOUCHES, Marie-Jean

Vernissage "Napoléon à Sainte-Hélène - la conquête de la mémoire"
Masque mortuaire

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00 [12:30] Inauguration de l'événement "La Ville au Corps"
Location:
Carreau du Temple
3, rue Dupetit-Thouars
4, rue Eugène Spuller
75003 Paris
M° Temple, Filles du Calvaire, République
France
Mail : accueil@carreaudutemple.org
Internet Site : www.carreaudutemple.eu
Description:
Le Carreau du Temple organise du 14 au 17 avril un festival d'art vidéo d'un nouveau genre autour des problématiques urbaines dans la vidéo contemporaine.

La programmation de La Ville au Corps, comprend une quarantaine d'œuvres (Bertille Bak, Louidgi Beltrame, Clément Cogitore, Jordi Colomer, Alain Della Negra et Kaori Kinoshita, Cécile Hartmann, Hayoun Kwon, Angelika Markul, Ariane Michel, Raphaël Zarka...) et rend compte des cycles d'existence des villes, du chaos à la renaissance.

Ces œuvres seront présentées dans des formats différents qui permettent une appropriation inédite par le grand public : un dispositif de consultation libre dans les Halles (du jeudi au dimanche), des projections et des rencontres dans l'auditorium (à partir du vendredi)

Un bal POP (Petit Orchestre Parisien) le samedi vient marquer ce grand weekend.

Nous vous invitons à l'inauguration de ce nouveau temps fort le vendredi 15 avril dès 12h30, en présence de Jeanne Brun et Jessica Castex, commissaires associées, suivie d'un cocktail déjeunatoire dans les Halles.

Au programme le vendredi 15 avril

Toute la journée à partir de 11h, consultation des œuvres en accès libre - Halles

11h : projection du documentaire de Florent Tillon, Détroit Ville sauvage (2010) - Salle de spectacle

12h30 : inauguration du festival (cocktail déjeunatoire) et présentation du projet par Jeanne Brun et Jessica Castex, commissaires associées - Halles

14h30-20h : des projections en condition cinéma, suivies de rencontres - Salle de spectacle
Cyprien Gaillard, Pruit Igo Falls (2009)
Cécile Hartmann, Achrone (2008-11)
Yan Goang-Ming, Landscape of energy (2014)
Renaud Auguste-Dormeuil, Sans titre (Tokyo, March 1945) (2008)
Angelika Markul, Bambi à Tchernobyl (2013-14)
Louidgi Beltrame, Gunkanjima (2010)
Gaëlle Cintré, Zone Blanche (2014)
Alain Della Negra et Kaori Kinoshita, L'île sans femmes (2015)
Rencontre avec Florent Tillon, réalisateur
Récit - Performance par Alain Della Negra et Kaori Kinoshita
Discussion entre François Cusset et Philippe Roux

20h30-00h : projection de l'œuvre de Mélanie Manchot Dance (All night Paris) (2010) - Halles

13:00  
14:00  
15:00  
16:00  
17:00  
18:00 [18:00-21:00] Vernissage d'Armand Julien Waisfich
Location:
SoiXante AdaDa
60, rue Gabriel Péri
93200 Saint-Denis
M° Saint-Denis - Porte de Paris, Basilique de Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 77 48 37 98
Mail : adada93@free.fr
Internet Site : 60adada.viabloga.com
Description:
« La maison de l'homme dans un monde inachevé »

du 15 au 30 avril 2016
vernissage le vendredi 15 dès 18h
Entrée libre tous les jours lundi excepté de 15h à 19h

Cette série de tableaux d'Armand julien Waisfisch prolonge le travail entrepris dans les deux séries précédentes, « le temps de la mémoire » et « des hommes et des valises » qui évoquaient toutes deux l'errance, le nomadisme de l'exil d'un côté et de l'autre, l'ancrage, l'enracinement dans la mémoire. Des humains, adultes et enfants, seuls ou en groupe s'apprêtent à franchir une porte. Ils ne sont rien d'autre que des êtres qui passent, des êtres de passage, saisis sur le seuil qui sépare l'installation dans une demeure où l'un trouve abri et sécurité, de la recherche d'une place plus ou moins habitable dans le monde.

La peinture se pose sur ce seuil ou cette limite, elle se fait exploration perspicace et sensible de l'espace habitable à travers une série de tableaux, de reprises à travers quelques paramètres : le cadrage spatial, l'espace de la porte à franchir, le seuil, les marches, le sol et ses pavages, les murs qui laissent apparaître les matériaux de construction, des couches de peinture, mais aussi des escaliers et des échelles, des paysages. L'espace géométrique est clairement délimité, tellement bordé qu'il induit infailliblement que quelque chose peut le déborder ou le pousser dans ses dernières limites ; Le jeu des couleurs : du noir et du blanc, l'une étant le négatif de l'autre, beaucoup de gris en couches délavées et d'autres couleurs utilisées avec beaucoup de parcimonie, du jaune ou du rouge, sans doute avec une charge symbolique intense. Des personnages très stylisés, à la limite de l'informe, fortement étirés en longueur, avec des allures de spectres, émergeant d'un fond noir intense, très obscur et lumineux en même temps. La matière du tableau : des feuilles de papier kraft, des feuillets parfois décalés, un support très léger donc, accroché uniquement par le haut, libre par le bas .Quelque chose comme une tenture pour une porte, que l'on peut aussi enrouler facilement pour l'emporter, une peinture pour des êtres constamment en transit, de passage ?Armand julien n'hésite pas à dire « nomade » !

Passages
De tableau en tableau la même scène se reproduit, se renouvelle de manière inquiète, comme si le cadrage n'avait pas cerné l'entrée ou la sortie des personnages, l'événement inaugural, l'annonce et l'occurrence d'une vérité essentielle, d'un point nodal sur la maison de l'homme, sur le sens que prend « habiter sur terre » à l'heure de l'exil et de l'immigration. Le thème revient, en faisant entendre les harmoniques du « passage », en répercutant tous ses échos, jamais bien entendus et qui reviennent inlassablement pour forcer les portes de la perception ou de la conscience..Des êtres quittent un monde, sortent pour entrer dans un autre monde, ou tout simplement le monde, où nous croyons être entrés depuis notre naissance.

La porte est étroite et le passage difficile, le seuil n'est pas toujours aisé à franchir. Cherchant la demeure, l'homme ne fait que passer, que cheminer d'un point à un autre au risque de tomber dans l'impasse.

Ici, dans ces oeuvres, aucun chemin ne se dessine devant ces figures nomades. Passer, c'est se frayer un passage quand il n'y en a pas, inventer un nouveau lieu de pensée ou d'action pour un bref séjour, qui risque de se refermer aussitôt ouvert, donc toujours à frayer ou à tracer. Le peintre et l'explorateur découvrent des passages en ce sens.

L'artiste s'est installé en observateur patient et méditatif devant cette porte et le flux des personnages, comme a pu le faire Bill Viola en plantant sa caméra pour enregistrer le fait brut de la procession des passants dans un lieu donné, avec probablement un sentiment de malaise et d'étrangeté post baudelairienne devant ces espaces de passage. Il demeure fasciné par la porte, qui est déjà un cadre pictural, un peu à la manière de Mark Rothko lorsqu'il peignait les intérieurs du métro dont les portes s'ouvrent sur des passagers de toutes sortes, sans traits distinctifs ni modelé, sans identité, des signes fantomatiques qui donnent une présence envoûtante à un espace sans profondeur.

Théâtre
Au centre de chaque tableau, le cadre de la porte délimite un rectangle noir, intense et lumineux, qui diffuse sur toute la scène une lumière noire. Celle ci donne à l'obscurité un autre pouvoir d'éclairer, de pénétrer l'invisible. Elle suggère qu'avec notre volonté d'y voir clair à tout prix et de ne pas réaliser que la lumière diurne n'éclaire que des apparences trompeuses, nous passons à côté de l'essentiel. « il faut savoir rester blotti dans l'obscur et l'inconscient » dit l'artiste, «regarder en gardant l'obscurité tout contre soi » pour laisser à la matière et aux choses le temps de se saisir de la lumière pour la restituer. Il réduit les ouvertures, rend la fenêtre plus étroite, abaisse le linteau de la porte...

Dans le prisme de cet éclairage les personnages s'irréalisent, prennent des allures fantomatiques et spectrales pour retrouver une nouvelle matérialité. Ils n'ont plus de traits caractéristiques, plus d'identité .A la taille on peut reconnaître des enfants et des adultes, les différences sexuelles sont peu marquées. Les silhouettes sont considérablement étirées dans le sens vertical. Un traitement voisin de celui que Giacometti imposait à ses sculptures : un corps vivant et en marche n'a pas de poids, il faut donc alléger, vider les personnages de leur substance matérielle pour n'en garder que l'essentiel : leur force de vie ou leur force d'âme, la volonté de trouver le passage et de « passer » tout simplement.

La lumière noire se diffuse sur les murs en strates de blancs et de gris animées de mouvements ; Elles évoquent les éléments : nuages et ciels, cascades et eaux stagnantes, rochers et falaises, mais éclairent aussi des paysages, vraisemblablement liés à ces êtres de passage, et des instruments d'élévation, échelles ou escaliers. Des pointes de rouge suggèrent le mystère d'une intervention invisible.

Cette mise en scène si cadrée et si géométrisée, déréalisée (Armand Julien dit explicitement tout ce qu'il doit à Kantor) se déroule dans un monde virtuel, dans un monde de rêve et de limbes, ou mieux dans un monde du « déjà vu », un monde lui aussi au seuil de la conscience, celui qui n'existe que dans le point infinitésimal de la décision de commencer, de se mettre en chemin, de la coupure ou séparation entre un avant et un après :la ligne de départ du passage, sur le seuil de la porte, quand il n y a plus ni passé, ni futur, quand la vision est bordée en arrière par des spectres et des revenants, et en avant par des présages, des avertissements.

Partout sur cette terre les humains sont « de passage », ils apportent à un monde sans cesse vieillissant la nouveauté dont il a bien besoin pour se régénérer (Hannah Arendt).Tous les nouveaux nés et nouveaux venus rêvent de faire triompher cette promesse de la nouveauté, au risque d'épouvantables catastrophes. Tous franchissent le seuil pour réaliser cette aspiration immémoriale à la transformation de la terre qui les transforme à son tour en leur fournissant une nouvelle habitation. Cette série de 30 peintures d'Armand Julien Waisfisch constituent un espace de silence dans l'agitation des villes et un lieu pour se recueillir face à cette question de la migration. Il travaille avec rapidité et légèreté, en créant un ordre intérieur bien délimité, mais avec un mouvement d'illimitation, jouant de l'ambiguïté du seuil, à la fois « la limite » et « à la limite » : être chez soi dans le monde, et au fond apatride et étranger !
Georges Quidet/ HCE galerie

Vernissage d'Armand Julien Waisfich

[18:00-21:00] Vernissage de Clémentine Guivarc'h "Illustrations"
Location:
Châtillon
Châtillon
92320 Châtillon
M° Châtillon - Montrouge, Tram T6
France
Internet Site : www.ville-chatillon.fr
Description:
Mairie, salle des mariages
Place de la Libération
92320 Châtillon

Clémentine Guivarc'h, jeune artiste chatillonnaise, passionnée d'images narratives, entame en 2012 un cursus d'illustration et de bande-dessinée dont elle sort diplômée au bout de 2 ans. Début 2014, son travail est récompensé par le Prix Canson Art School dont elle est lauréate. Pendant 3 mois, ses « Sardines » ont ainsi été exposées sur une façade, rue de Rivoli à Paris, sur près de 70m2 à la vue des passants. En été 2015, celles-ci sont à nouveau exposées au Guilvinec, dans le Finistère, accompagnées d'une vingtaine d'illustrations collées sur les murs à la manière du street art.

Depuis, Clémentine s'investit dans divers projets, éditoriaux et de communication entre autres, et donne des cours de dessin.
Une partie de son travail d'illustratrice sera exposé du 15 avril au 30 mai à la mairie. Celle-ci sera composée d'originaux et de créations numériques hauts en couleurs !"

Vernissage de l'exposition "Illustrations" de Clémentine Guivarc'h

[18:00-21:00] Vernissage de Dominique Taroni et Sybille Wallon
Location:
Laboratoire d'exposition Art&Moi
Groupement Intensité
11-13, rue de l'Echiquier
75010 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis
France
Mail : uta.kriesten@free.fr
Description:
Exposition du 15 au 19 avril 2016

[18:00-21:00] Vernissage de Lena Avinova et Natalya Osipova
Location:
Cité Internationale des Arts
18, rue de l'Hôtel de Ville
75180 Paris Cedex 04
M° Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 78 71 72
Fax : +33 (0)1 42 78 40 54
Mail : contact@citedesartsparis.fr
Internet Site : www.citedesartsparis.net
Description:
Espace « la Boutique » / Présentation de projet

LAV ROAD STORIES
Lena Avinova et Natalya Osipova

Le projet Lav Road Stories de l'artiste russe Lena Avinova est un carnet de voyages graphique mettant en scène les personnages de Pierrot - alter ego de l'auteur - et Colombine. Après Venise, Kiev, Odessa et Moscou, c'est à Paris qu'ils posent leurs valises. La Cité internationale des arts vous invite à découvrir un univers d'aventures graphiques, le temps d'une exposition-installation dans « la boutique », à proximité de la Galerie.
En parallèle de l'exposition, Lena Avinova qui réalise sa résidence à Paris avec Natalya Osipova, organisent un workshop autour du roman graphique du 18 au 25 avril 2016 (16h-20h). Ce workshop s'appuie sur le programme américain (California College of the Arts) et le programme russe (Moscow Creative Writing School).

Vernissage vendredi 15 avril 2016, 18h-21h
Exposition jusqu'au 25 avril 2016
Entrée libre tous les jours, 16h - 20h

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Être(s) au monde"
Location:
Salle d'exposition de Guyancourt
11, place Pierre Bérégovoy
Quartier de Villaroy
78280 Guyancourt
M° Gare de Saint-Quentin-en-Yvelines - Montigny-le-Bretonneux
France
Phone : +33 (0)1 30 44 50 80
Mail : action.culturelle@ville-guyancourt.fr
Internet Site : www.ville-guyancourt.fr/Temps-libre/Culture/Expositions
Description:
Vernissage de l'exposition "Être(s) au monde"

[18:30-21:00] Vernissage de Pierre Ardouvin "Tout est affaire de décor"
Location:
Mac/Val
Musée d'art contemporain du Val-de-Marne
Place de la Libération
Boite Postale 147
94400 Vitry-sur-Seine Cédex
M° RER C Vitry-sur-Seine
France
Phone : +33 (0)1 43 91 64 20
Fax : +33 (0)1 30 83 64 30
Mail : contact@macval.fr
Internet Site : www.macval.fr
Description:
Exposition du 16 avril au 4 septembre 2016

Commissariat : Alexia Fabre et Frank Lamy

Pour cette grande monographie, tant théâtrale que fantasmagorique, l'artiste français donne à voir une vision globale de son travail qui raconte la pluralité d'une pratique artistique qui s'étend sur une vingtaine d'années.

L'enjeu de l'exposition rétrospective, Tout est affaire de décor, repose essentiellement sur la scénographie, minutieusement orchestrée par l'artiste qui a spécifiquement sélectionné une trentaine d'œuvres, assemblées et rejouées pour le MAC VAL. De nouvelles productions et des pièces réactivées s'immiscent dans les 1350 m² de la salle d'expositions temporaires du musée, mais aussi dans le vestibule et le jardin.


[19:00-20:00] Conversation avec... Gérard Fromanger
Location:
Musée national de l'Orangerie
Jardin des Tuileries
75001 Paris
M° Concorde
France
Phone : +33 (0)1 44 77 80 07
Mail : information-orangerie@culture.gouv.fr
Internet Site : www.musee-orangerie.fr
Description:
Sur le thème des Nymphéas, des personnalités du monde artistique sont invitées à faire partager leur admiration pour Monet et évoquer leurs sources d'inspiration puisées dans l'oeuvre du peintre pour leurs propres créations.
Les rencontres seront animées par Philippe Piguet, historien et critique d'art.

Gérard Fromanger est né en 1939 à Pontchartrain. Il vit et travaille à Paris et en Italie.
Très jeune, dès les années 1960, il s'impose comme une des personnalités de la scène artistique à Paris en participant à l'aventure de la Nouvelle Figuration narrative. En 1964, après avoir rencontré Alberto Giacometti, il rentre à la galerie Aimé Maeght.
Il est l'un des fondateurs de l'Atelier des Beaux-Arts en 1968 d'où sortiront tant d'affiches politiques. Par la suite, et dans le même esprit, il tournera avec Jean-Luc Godard des "films tracts".
Mai 68, la société de consommation, silhouettes rouges, scènes de rue, Prévert, Deleuze, Foucault et le photoréalisme plantent le décor de ses interventions artistiques, qui marquent une forte alliance de la peinture et de la politique.
Gérard Fromanger utilise l'appareil photographique pour créer des images sans point de vue délibéré, sans cadrage privilégié, "images prélevées comme une pellicule sur le mouvement anonyme de ce qui se passe", écrit à son propos Michel Foucault.
Entre 1974 et 2015, une trentaine de rétrospectives lui ont été consacrées dans le monde, notamment en 2012 à la Fondation Leclerc à Landerneau, et plus d'une centaine d'oeuvres sont entrées dans les collections publiques, musées et fondations. Le Centre Pompidou lui en consacre une actuellement qui rassemble une cinquantaine d'oeuvres de 1964 à 2015 visant à rendre perceptible les expressions du dualisme qu'il situe au cœur de son art : passion picturale et souci du monde (jusqu'au 16 mai 2016).

[19:00] Vernissage de l'exposition "Gus Van Sant"
Location:
La Cinémathèque Française
Musée du Cinéma
51, rue de Bercy
75012 Paris
M° Bercy
France
Phone : +33 (0)1 71 19 33 33
Mail : contact@cinematheque.fr
Internet Site : www.cinemathequefrancaise.com
Description:
Vernissage de l'exposition "Gus Van Sant"

[19:00] Vernissage de l'exposition "Jean Genet, l'échappée belle"
Location:
MuCEM
Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée
7, promenade Robert Laffont
1, esplanade du J4
13002 Marseille
M° Joliette
France
Phone : +33 (0)4 84 35 13 13
Internet Site : www.mucem.org
Description:
Vernissage de l'exposition "Jean Genet, l'échappée belle"

[19:00] Vernissage de l'exposition "RC Louvre"
Location:
Musée du Louvre-Lens
99, rue Paul Bert
62300 Lens
M° Gare SNCF de Lens
France
Phone : +33 (0)3 21 18 62 62
Fax : +33 (0)3 21 18 62 65
Mail : info@louvrelens.fr
Internet Site : www.louvrelens.fr
Description:
du 20 Avril au 7 Novembre

Créé en 1906, le Racing Club de Lens - couramment appelé RC Lens - est le club de football emblématique de la ville. Tout comme ses joueurs, ses supporters sont surnommés les « Sang et Or » et sont connus pour leur immense ferveur.
Dans le cadre des manifestations accompagnant l'UEFA Euro 2016, dont Lens accueille quatre matchs en juin, le musée du Louvre-Lens a souhaité rendre hommage à ces supporters, à travers une exposition révélant différentes facettes du lien très fort qui les unit au club. Ainsi présente-t-elle des objets et des témoignages de passionnés, rassemblés grâce à une collecte organisée au cours de l'été 2015, en association avec le musée national du Sport de Nice. Ces souvenirs personnels sont complétés par des documents d'archives et quelques oeuvres d'art contemporain. Ensemble, ils évoquent également de grandes figures du club - qui fête cette année ses 110 ans - et des souvenirs marquants au stade Bollaert-Delelis, tout juste rénové, voisin du musée et visible depuis le Pavillon de verre qui accueille l'exposition.

Commissaire(s) : Luc Piralla, musée du Louvre-Lens.

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "SKY. PLANE. GIRL" du photographe Tilmann Krieg
Location:
Galerie Mansart
Galerie François Mansart
5, rue Payenne
75003 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)9 52 48 86 08
Mail : contact@galerie-mansart.fr
Internet Site : www.galerie-mansart.fr
Description:
La Galerie Mansart est heureuse de vous convier au vernissage de "GIRL", le troisième accrochage de l'exposition "SKY. PLANE. GIRL" du photographe allemand Tilmann Krieg, qui aura lieu le vendredi 15 avril, à 19h.

A la Galerie Mansart, l'artiste présente une exposition en trois chapitres, inspirée du film Sky Plane Girl de la réalisatrice russe Vera Storozheva. Chaque accrochage est un nouveau point de vue qui vient interroger la photographie.

Après le premier accrochage, "SKY", débuté le 18 mars, qui explorait la photographie comme médium, et le deuxième chapitre, "PLANE", présenté depuis le 1er avril, qui privilégiait l'esthétique du déplacement, "GIRL" renoue avec un accrochage classique pour aborder un des thèmes majeurs de l'œuvre de Krieg : la figure féminine, dévelopée autour de la technique si personnelle de l'artiste.

Né en Allemagne en 1954, Tilmann Krieg propose un mode d'expression artistique original : la photographie picturale, à la croisée des chemins entre photographie et peinture, narration séquentielle et abstraction. L'artiste a développé une technique inhabituelle autour du mouvement et de supports comme l'acier, le cuivre ou l'aluminium. Il sacrifie la dimension documentaire de la photo pour privilégier le travail de la lumière comme signification autoréférentielle, offrant un traitement original du temps en photographie.

Curateur: Azad Asifovich

Vernissage de l'exposition "SKY. PLANE. GIRL" du photographe Tilmann Krieg

[19:00-23:00] Vernissage de l'exposition collective "Spoutnik"
Location:
Art Espace
12, rue Duguay Trouin
75006 Paris
M° Rennes, Saint-Placide, Notre-Dame-des-Champs
France
Description:
Date : 16 avril - 6 mai

Le 12 avril 1961 : Youri Gagarine devient le premier homme dans l'espace ! Pour fêter ça venez découvrir...

"SPOUTNIK"
L'exposition sur la conquête spatiale et la Russie dans toute sa splendeur avec plus de 30 artistes de 4 coins de la galaxie ! Un voyage à la vitesse de la lumière vous attend sur place avec peintures, photos, sculptures et éditions limitées !

Participants :
- France: Greg Astro, Bault, DIFUZ, Gilbert Mazout, Joffrey Roussel, Jo Di Bona, Joachim Romain, Matthieu Dagorn, Ned Nedellec, Seb Niark1, Pablito Zago, Jérôme Laurent, Russ Jordan, Romain Froquet, Skio, Stew, Max Tetar, Théo Lopez Artist, Victor Guerin
- Russie: Pokras Lampas / Modern Calligraphy artist, Ivan Kuzmin, Kira Vygrivach Photography, Svetlana Font, Anna Ārtī Ashikhmina, Vladislav Kozlovskiy
- Italie: Hopnn
- Israel: Elna Oo, Gab Jt, UNTAY, Dede Bandaid

Curators : Alla Goldshteyn et Kira Vygrivach

Partenaires : OTRAD Fine Art et Your Paris Blog

[19:30] Avant-première du film "La femme de l'armateur"
Location:
SACD - Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques
maison des auteurs
7-9, rue Ballu
75009 Paris
M° Place de Clichy
France
Phone : +33 (01) 40 23 44 55
Mail : webmaster@sacd.fr
Internet Site : www.sacd.fr
Description:
Avant-première du film "La femme de l'armateur"

[19:30-22:00] Inauguration du Studio One Touch
Location:
Créteil
Créteil
94000 Créteil
M° Créteil - l'Echat, Créteil - Université, Créteil - Préfecture
France
Internet Site : www.ville-creteil.fr
Description:
Le Studio One Touch a le plaisir de vous convier à l'inauguration de son nouveau studio photo.

Le Vendredi 15 Avril 2016 à partir de 19h30

Studio One Touch
3 Rue Saussure
94000 Créteil

Veuillez confirmer votre présence en répondant à contact@studioonetouch.com



[20:00-23:00] Soirée d'ouverture du Festival Series Mania
Location:
Le Grand Rex
1, boulevard Poissonnière
75002 Paris
M° Bonne Nouvelle
France
Phone : +33 (0)8 92 68 05 96
Internet Site : www.legrandrex.com
Description:
avec Bobby CANNAVALE, acteur principal de la série VINYL, David Chase, le créateur des «Soprano», Yaël Abecassis («Hatufim») et Amira Casar, les scénaristes Fanny Herrero («Dix pour cent») et Tony Grisoni («SouthCliffe») ainsi que Julie Gayet, Caroline Proust

19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2018 - Tous droits réservés