Saturday, June 4, 2016
Public Access


Category:
Category: All

04
June 2016
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

  Exposition "Napoléon à Sainte-Hélène - la conquête de la mémoire"
Location:
Musée de l'Armée
Hôtel national des Invalides
129, rue de Grenelle
75700 Paris 07 SP
M° La Tour-Maubourg, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 44 42 38 77
Mail : accueil-ma@invalides.org
Internet Site : www.invalides.org
Description:
6 avril - 24 juillet 2016
Tous les jours de 10h à 18h

Conditions d'accès : exposition seule : 8,50€ / musée et exposition : 12€

18 juin 1815, la bataille de Waterloo sonne le glas de l'Empire. Napoléon, vaincu, prend la route de l'exil. Craignant un éventuel retour de l'homme des Cent Jours, l'Angleterre fait le choix de la dernière demeure de l'Empereur : ce sera Sainte-Hélène, petite île hérissant ses reliefs hostiles au milieu de l'Océan Atlantique. Napoléon y débarque avec ses plus fidèles compagnons et s'installe à Longwood House, logis pour le moins modeste dans lequel il finira ses jours.

Organisée autour de l'opération exceptionnelle de restauration des meubles de Longwood House, l'exposition Napoléon à Sainte-Hélène. La conquête de la mémoire offre au public français l'occasion unique de venir contempler le mobilier qui entourait l'Empereur au moment de sa mort. Les vestiges impériaux, que Napoléon a réussi à emporter avec lui, entrent en résonance avec la précarité de sa condition de prisonnier. Que reste-t-il alors de l'Empereur, que reste-t-il de l'homme ? Napoléon se lance dans sa dernière conquête, celle de la postérité et fait de Sainte-Hélène le lieu de l'écriture de la légende, dès avant sa mort, le 5 mai 1821.

Cette exposition produite par le musée de l'Armée, est organisée avec le soutien de la Fondation Napoléon, du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, des Domaines nationaux de Sainte-Hélène, du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau et du gouvernement de Sainte-Hélène, ainsi que du CIC, grand partenaire du musée de l'Armée.



Vernissage "Napoléon à Sainte-Hélène - la conquête de la mémoire"
Lit de camp de Napoléon Ier à Sainte-Hélène
Provenance : musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau
© DESOUCHES, Marie-Jean

Vernissage "Napoléon à Sainte-Hélène - la conquête de la mémoire"
Masque mortuaire

JAMES BOND, 007 L'Exposition - 50 ans de style Bond
Location:
Grande Halle de la Villette
Parc de la Villette
211, avenue Jean Jaurès
75019 Paris
M° Porte de Pantin, Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)1 40 03 75 75
Internet Site : www.villette.com
Description:
Du 16 avril au 4 septembre 2016

DE LUNDI À VENDREDI 10H30 - 19H30
Dernière entrée 1h avant la fermeture
SAMEDI, DIMANCHE ET JOURS FÉRIÉS 9H30 - 20H
Dernière entrée 1h avant la fermeture

FERMETURES EXCEPTIONNELLES
Fermetures exceptionnelles les 26, 27, 28 et 29 mai à 14h et le 5 juin 2016 toute la journée

Tarifs
Adultes 21,99 €
Enfants (-12 ans) 16,99 €
Enfants (-4 ans) Gratuit
Pack Famille (2 adultes + 2 enfants) 69,99 €
Lundi (hors juillet-août) 18,99 €
Personne handicapée 18,99 €
Billets horaires par tranches de 30 mn

Infos & Réservations : www.jamesbond007-exposition-paris.fr
#Expo007Paris

Ce printemps, la Grande Halle de la Villette accueillera James Bond 007, l'exposition, 50 ans de style Bond. Une expérience qui plongera le visiteur au cœur du processus de création et de développement du style Bond tout au long de ses 50 ans d'histoireà travers les stars emblématiques, les costumes, les véhicules, les gadgets, les effets spéciaux, les illustrations, les destinations exotiques, les armes, les cascades et les accessoires.

Le parcours de l'exposition permettra de découvrir l'univers Bond à travers différents angles : les séquences d'ouverture des films, les territoires étrangers, le travail créatif de Ian Fleming, la section Q...

Pour la première fois en Europe, des pièces exclusives issues du tournage de Spectre seront présentées !

Le public pourra notamment découvrir l'Aston Martin DB10, le costume blanc de Daniel Craig, la robe en satin portée par Léa Seydoux, le pc portable de Q, le corset de Monica Bellucci...

Depuis ses débuts au Barbican Centre à Londres en 2012, Designing 007 a été présentée à Toronto, Shanghai, Melbourne, Moscou, Rotterdam, Madrid et Mexico.

Le Barbican Centre et EON Productions ont uni leurs forces pour créer une exposition exceptionnelle conçue par Ab Rogers grâce à un accès sans précédent aux archives de production d'EON, et en collaboration avec l'historienne de mode Bronwyn Cosgrave et la créatrice de costumes primée aux Oscars® Lindy Hemming.

JAMES BOND, 007 L'Exposition - 50 ans de style Bond

Fête nationale du royaume des Tonga
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Fête de l'émancipation, commémore l'abolition du servage en 1862 et l'indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni en 1972.

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00] Vernissage de William S. Burroughs
Location:
Semiose galerie-éditions
54, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau, Réaumur - Sébastopol
France
Phone : +33 (0)9 79 26 16 38
Mail : b.porcher@semiose.com
Internet Site : www.semiose.com
Description:
FOR THE ANGEL OF DEATH SPREADS HIS WINGS

Figure majeure de la littérature du XXe siècle et génial inventeur de la technique du cut-up, William S. Burroughs (1914-1997) s'est taillé un costume d'icône de la contre-culture américaine dont le rayonnement s'est exercé bien au-delà du monde littéraire. Peu savent qu'il a aussi consacré les quinze dernières années de sa vie presque exclusivement à la peinture. Initié aux arts visuels par Brion Gysin, avec lequel il partage une production intensive de collages dès 1963, c'est pourtant à Lawrence dans le Kansas où il se fixe à partir de 1982, qu'il débute des expérimentations plastiques tout azimut. Ses premières peintures de tirs de carabine le stupéfient et il prolonge cette exaltation dans des combine paintings où se télescopent collage, pochoir, dessin à l'encre, spray et peinture fluo.

Fidèle à sa pensée non-conformiste, Burroughs s'affranchit de toute tradition ou règle préétablie, corrompant les moyens et les formats habituels de la peinture. En autodidacte désinhibé, il se sert de ventouses ou de champignons pour pinceaux et se saisit de chemises en carton ou de portes comme supports ; ces trouvailles lui permettent de ré-évaluer continuellement les chances offertes par le quotidien. Réutilisant les mêmes formes découpées d'un tableau à l'autre, photographiant des détails de ses peintures puis les collant sur les suivantes, insérant comme un leitmotiv des images de lémuriens, chats, aliens, les œuvres fixent ses rengaines obsessionnelles, amplifiées par la variation dans la répétition.

Comme le souligne le réalisateur John Waters, « Burroughs réalisait tout ce qui se trouvait dans ses romans, mais sur des toiles, exposées dans des galeries d'art. Sa peinture est une extension logique de ce qu'il a toujours fait. » Œuvres automatiques, processus aléatoires, matériaux trouvés, calligraphies cryptées, la pratique de l'artiste est traversée par la pensée chamanique, poreuse aux mondes invisibles et magiques. En ce sens, sa peinture est opérante, elle se charge de sens et de messages prophétiques, qui se révèlent à celui qui accepte de franchir le point d'entrée. L'un de ses crédos est « Let the picture look at you », laissez le tableau vous regarder. William S. Burroughs, s'abîmant dans la contemplation dans et à travers la peinture, était le premier ébloui par les surgissements de figures dans ses abstractions, attentif aux accidents de simultanéité. « Impossible de dire s'il devance son œuvre ou si elle le pourchasse » remarque à son propos Rosine Buhler, qui organisa sa première exposition à Paris en 1990.

L'oeuvre de William S. Burroughs se situe à la confluence d'une avant-garde historique, qu'il a côtoyée à Paris dès les années 1950, en la figure de Marcel Duchamp notamment, et d'une pensée ésotérique héritée de Castaneda, d'autre part. Outre la filiation évidente à Gysin - dont Burroughs prolonge l'oeuvre à travers l'emploi de l'encre et la peinture gestuelle -, les dessins d'Henri Michaux - que Burroughs approvisionnait en mescaline -, l'expressionnisme américain et la peinture abstraite la plus contemporaine fournissent de bons parangons aux œuvres de Burroughs. Même retiré dans le Kansas, il a multiplié les collaborations avec d'autres artistes - Robert Rauschenberg, Keith Haring, John Giorno ou Philip Taaffe entre autres - et exercé son magnétisme dans le cinéma et l'opéra, aux côtés de Laurie Anderson, Robert Wilson, Tom Waits et David Cronenberg.

Ses oeuvres ont fait l'objet d'une rétrospective au LACMA, de son vivant en 1996, puis au ZKM de Karlsruhe en 2012 et à la Photographer's Gallery de Londres en 2014, entre autres. Vingt après sa disparition, les œuvres picturales de Burroughs sont pratiquement inédites en France, alors même que sa pensée esthétique s'est formée à Paris.
L'exposition à venir à la galerie Semiose réunit un ensemble emblématique de sa production, aux multiples registres : grands panneaux de bois troués à la carabine et aspergés de peinture, motifs de grilles sprayés sur le papier et rehaussés de pochoirs en négatif, collages d'images, calligraphies à l'encre sur chemises cartonnées, ainsi que deux dessins, exceptionnels par leur référence exprès à la figure.

Au Centre Pompidou se tient simultanément la grande manifestation Beat Generation (22 juin - 3 octobre 2016) qui ravive le souvenir sulfureux d'une génération guidée par l'invention stylistique et le renversement des normes établies, et dont William S. Burroughs fut l'un des promoteurs les plus décisifs.

Laëtitia Chauvin

Vernissage de William S. Burroughs

12:00  
13:00  
14:00  
15:00 [15:00] Finale femmes des Internationaux de France de tennis de Roland-Garros
Location:
Stade Roland-Garros
2 bis, avenue Gordon Bennett
Porte Marcel Bernard
11, avenue de la Porte d'Auteuil
75016 Paris
M° Porte d'Auteuil, Michel-Ange - Auteuil, Michel-Ange - Molitor, Porte de Saint-Cl
France
Phone : +33 (0)1 47 43 48 00
Internet Site : www.rolandgarros.com
Description:
entre Garbiñe Muguruza et Serena Williams

en présence d'Isabelle Carré, Audrey Fleurot, Guy Forget, Amélie Mauresmo

[15:30-17:00] Conférence Daido Moriyama Marrakech 2015 (Record n°30)
Location:
Galerie Folia
13Abbaye - Galerie du groupe Libella
13, rue de l'Abbaye
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon, Odéon
France
Phone : +33 (0)1 42 03 21 83
Mail : folia@galerie-folia.fr
Internet Site : www.galerie-folia.fr
Description:
Conférence consacrée à l'oeuvre de Daido Moriyama avec Simon Baker (conservateur pour la Photographie et l'Art international à la Tate, Londres) et Jean-Kenta Gauthier

Conférence Daido Moriyama Marrakech 2015 (Record n°30)

Conférence Daido Moriyama Marrakech 2015 (Record n°30)

Conférence Daido Moriyama Marrakech 2015 (Record n°30)


[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition "New Wave"
Location:
Galerie Brugier-Rigail
Art Partner Galerie
40, rue Volta
75003 Paris
M° Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 77 09 00
Mobile : +33 (0)6 99 42 10 50
Fax : +33 (0)1 42 77 09 00
Mail : contact@artpartnergalerie.com
Internet Site : www.artpartnergalerie.com
Description:
avec Gris1, Kan, Kurar, MadC, Monkeybird et Cleon Peterson

Avant tout collectionneurs passionnés, depuis de nombreuses années nous nous sommes intéressés aux acteurs majeurs du mouvement de l'art urbain. En créant la galerie, nous nous sommes attachés à présenter les mouvements principaux des années 80. Figuration libre, figuration narrative… C'est tout naturellement que nous avons intégré dans notre ligne directrice les artistes issus du Street Art. Ce mouvement avant commencé dans les années 70 aux États-Unis, puis est rapidement arrivé en France. Il nous a fait découvrir des artistes comme Speedy Graphito, Miss Tic, John Matos Crash, Jonone... L'art de la rue s'est aujourd'hui institutionnalisé. Ces artistes précurseurs sont aujourd'hui bien inscrits dans le paysage de l'art contemporain et il est évident qu'ils ont ouvert un grand chapitre dans le livre de l'histoire de l'art ! Ces œuvres, que nous pouvions voir dans les rues des plus grandes villes, sont aujourd'hui présentes dans les musées, les centres culturels et les galeries. Ces lieux ont eu l'audace de proposer en avant-première ces pépites artistiques à leurs collectionneurs. Il faut compter aujourd'hui avec une jeune génération et c'est ce que nous voulons vous proposer lors de cette nouvelle exposition « New Wave ». Cette nouvelle vague nous fait part de ses inquiétudes et de ses doutes au travers d'œuvres souvent ironiques, déjà d'une grande maturité et avec une technique parfaitement maîtrisée. Ce sont donc de jeunes talents que nous sommes ravis de vous proposer et qui sont nos réels coups de cœur : Gris1, Kan, Kurar, MadC, Monkeybird et Cleon Peterson. Des artistes à suivre avec déjà un beau parcours et que nous sommes ravis de mettre en avant aujourd'hui pour cette nouvelle exposition.
Laurent et Eric

Exposition
2 - 21 juin 2016

Vernissage
le samedi 4 juin 2016 à partir de 16h



[17:00-21:00] Vernissage de Olaf Rauh "2004 - 2012"
Location:
Galerie Richard
Galerie Jean-Luc & Takako Richard
74, rue de Turenne
3, Impasse Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 43 25 27 22
Fax : +33 (0)1 43 25 27 23
Mail : paris@galerierichard.com
Internet Site : www.galerierichard.com
Description:
Exposition du 4 juin au 30 juillet 2016

Jean-Luc et Takako Richard on le plaisir de présenter à Paris la cinquième exposition personnelle d'Olaf Rauh intitulée « 2004-2012 » qui rassemble des photographies de l'artiste issues de trois séries consécutives: « Paris » (2004), Paninsula (2008) et Multiscan (2012) du 4 juin au 30 juillet 2016. Galerie Richard à New York organisera la première exposition personnelle d'Olaf Rauh aux Etats-Unis du 29 juin au 31 juillet 2016 consacrée à sa première série « Playgrounds » de 2001. Olaf Rauh, né en 1968 à Leipzig, est le principal représentant de la nouvelle génération de photographes allemands. Il se détache radicalement de la quête d'objectivité, de neutralité, et de tout aspect documentaire, pour mieux révéler les artifices du réel et mettre en valeur les spécificités de ses sujets.

La galerie expose des oeuvres de la série Code Paris, photographies de Paris en 2004. Les titres font souvent référence à des enseignes de magasins. On a l'impression de suivre un flâneur qui cherche à capter une vérité sur Paris autre que l'image touristique ou documentaire. L'image de la rue est striée de lignes horizontales, des formes sont distordues, disparaissent presque ou deviennent méconnaissables, parfois fantomatiques. De cette impression de vitesse, de circulation, seules les enseignes publicitaires semblent avoir assez de présence pour rester figées. Le temps n'est pas allongé mais fragmenté, étiré et raccourci à la fois. L'espace-temps est utilisé comme variable non plus à une équation mais comme un champ d'expérimentations de télescopages riches et complexes. Ici le flux de l'image vidéo précède la photographie. Les films sont projetés en mode accéléré et en mode ralenti. C'est seulement après cette manipulation que les photographies sont prises. La transformation digitale qu'opère Olaf Rauh fait ressortir la place prépondérante jouée par la circulation automobile dans l'animation et la perception quotidienne de Paris.

La série "Paninsula" qui date de 2008 nous plonge dans l'imaginaire de l'artiste d'une une île du Pacifique inconnue du grand public où les heureux propriétaires vivent dans une oasis paradisiaque. Les architectures géométriques contrastent avec la végétation luxuriance qui les entourent. En face des œuvres d'Olaf Rauh, la question se pose toujours de savoir quelle a été l'image originelle, qu'est-ce qu'il en reste, qu'est-ce qui a été retravaillé, recomposé, créé de toutes pièces et comment. L'ensemble des œuvres de cette série laisse penser que chaque création résulte du mixage de deux images, une image de jungle et une image de bâtisse construite dans certains cas par l'artiste lui-même, insérant des blocs de pixels comme un maçon superposant des blocs de béton. Dans la photographie intitulée Paninsula 10, à l'instar du peintre qui jouit de la plus absolue liberté créatrice sur sa toile, la totalité de l'image est une pure création digitale ex nihilo.

La série intitulée Multiscan est différente des séries précédentes déjà par l'absence évidente d'un sujet ou d'une thématique. Ces photographies ont été prises aux quatre coins du monde. Comme le titre le suggère le lien peut être la technique de prise de vue: un scanner, chaque photographie résultant d'un ou plusieurs passages de scanner. Il en résulte des photographies aux couleurs très saturées avec une densité irréelle. Des formes en mouvement sont transformées en masses polychromes éthérées. L'artiste a inséré dans cette série une oeuvre sans aucune manipulation. Il a aussi pour d'autres images scanné plusieurs fois un même paysage et l'a reconstruit à partir des différents scans. En enlevant au spectateur toute possibilité de compréhension technique il libère pour chaque oeuvre la plénitude de leur contenu artistique.

Olaf Rauh, exposition après exposition, irrévocablement et sans possibilité de retours en arrière, détruit méticuleusement toute illusion d'objectivité de n'importe quelle image et en même temps, expérimente avec délectation les nouveaux territoires de création.

Vernissage de Olaf Rauh "2004 - 2012"




[18:00-23:55] Soirée de lancement de Foot For Freedom
Location:
A la Folie
26, avenue Corentin Cariou
Parc de la Villette
75019 Paris
M° Corentin Cariou, Porte de la Villette
France
Phone : +33 (0)7 76 79 70 66
Mail : info@alafolie.paris
Internet Site : www.alafolie.paris
Description:
Le foot est un jeu mais il est aussi un mode potentiel d'affirmation politique. Terrain d'expression privilégié des discriminations liées au genre et à l'orientation sexuelle, il peut aussi être un vecteur formidable pour faire bouger les lignes.

Du 3 au 10 juin, une équipe de 11 réfugié.e.s. LGBT sera à paris pour participer à notre semaine d'actions sportives et culturelles "Foot For Freedom". Au coeur de la manifestation, la question des conditions d'accueil des exilé.e.s et du sport comme levier d'émancipation.

Le 4, nous allons donner le coup d'envoi de la semaine avec une soirée d'exception : du slam, du Double Dutch, des performances, de la musique et plein d'autres surprises!

[18:00-21:00] Vernissage de Florian Pugnaire et David Raffini "Show me"
Location:
Galerie Torri
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 40 27 00 32
Mail : contact@galerietorri.com
Internet Site : www.galerietorri.com
Description:
Vernissage de Florian Pugnaire et David Raffini "Show me"

[18:00-21:00] Vernissage de Pierre-Olivier Arnaud "un autre halo"
Location:
Galerie Art : Concept
4, passage Sainte-Avoye
entrée par le 8, rue Rambuteau
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 60 90 30
Fax : +33 (0)1 53 60 90 31
Mail : info@galerieartconcept.com
Internet Site : www.galerieartconcept.com
Description:
4 juin - 23 juillet 2016

Toujours dans une esthétique volontairement économe et un mode de présentation radicalement sobre (sans encadrement ni système d'accroche spécifique), Pierre-Olivier Arnaud pour sa nouvelle exposition à la galerie Art : Concept poursuit sa réflexion sur la production d'images.

Vernissage de Pierre-Olivier Arnaud "un autre halo"

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés