Saturday, November 5, 2016
Public Access


Category:
Category: All

05
November 2016
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4

  Exposition "Les Insoumis de l'art moderne, Paris les années 50"
Location:
Musée Mendjisky - Ecoles de Paris
15, square Vergennes
75015 Paris
M° Vaugirard
France
Phone : +33 (0)1 45 32 37 70
Mail : info@fmep.fr
Internet Site : www.fmep.fr
Description:
Le Musée Mendjisky-Ecoles de Paris est fier de vous présenter sa nouvelle exposition : "Les Insoumis de l'art moderne, Paris les années 50".

Du 12 octobre au 31 décembre

A travers une soixantaine d'oeuvres maîtresses, l'exposition présente des artistes tels que Bernard Buffet, Bernard Lorjou, André Minaux ou encore Paul Rebeyrolle qui ont réaffirmé une vision de l'art faite de chair et de terre. Ils nous montrent combien la seconde partie du XXe siècle n'est pas celle du vide mais celle de la figure réinventée.

Dans les années 50, ces jeunes peintres français se sont battus tout comme Francis Bacon, Balthus, Lucian Freud, Edward Hopper ou Giorgio Morandi pour imposer une figuration que la modernité voulait à jamais dissoudre.

avec des oeuvres de Michel Thomson

Tarif plein 9 €
Tarif réduit 6 €

Exposition "Les Insoumis de l'art moderne, Paris les années 50"

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00] Brunch entre galeries
Location:
Le Marais
Marais
75004 Paris
M° Saint-Paul, Hôtel de Ville, Rambuteau, Arts et Métiers
France
Description:
Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico
Galerie Escougnou-Cetraro
Galerie Alain Gutharc
Galerie Houg
galeriepcp
Galerie Polaris
TORRI
Valentin

[11:00] Vernissage d'Antoine Donzeaud "De 4h à 10h du matin"
Location:
Galerie Chez Valentin
9, rue Saint-Gilles
75003 Paris
M° Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 42 55
Fax : +33 (0)1 48 87 44 35
Mail : galerie@galeriechezvalentin.com
Internet Site : www.galeriechezvalentin.com
Description:
Brunch samedi 5 novembre 2016 à partir de 11h Exposition jusqu'au 19 novembre 2016

Vernissage d'Antoine Donzeaud "De 4h à 10h du matin"

12:00 [12:00-20:00] Vernissage d'Anju Dodiya "How to be brave (in pictures)"
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
5 novembre - 24 décembre 2016

Anju Dodiya est née en 1964 à Bombay en Inde, où elle vit et travaille. Ses peintures, actes de rébellion et d'exorcisme, explorent sous la forme de l'autoportrait les conflits entre intériorité et réalité extérieure. L'artiste réactualise des sources historiques aussi variées que les miniatures indiennes, les tapisseries médiévales françaises ou les photos de journaux. Sa peinture frappe par le contraste entre l'intensité dramatique des sujets et les subtilités de la réalisation.

Vernissage d'Anju Dodiya "How to be brave (in pictures)"
Dance of the Pink Pavilions, 2016
Aquarelle, fusain et pastel sur papier
185 x 114 cm
73 x 45 in.

[12:00-20:00] Vernissage de Francesco Clemente "Pirate Heart"
Location:
Galerie Daniel Templon
30, rue Beaubourg
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 42 72 14 10
Fax : +33 (0)1 42 77 45 36
Mail : info@danieltemplon.com
Internet Site : www.danieltemplon.com
Description:
5 novembre - 24 décembre 2016

Vernissage de Francesco Clemente "Pirate Heart"
Ardhanarishvara, 2016
Huile sur toile
40,6 x 30,5 cm
16 x 12 in.


[13:00] Dédicace d'EnjoyPhoenix
Location:
Gibert Joseph
26-34, boulevard Saint-Michel
75006 Paris
M° Cluny - La Sorbonne, Odéon, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 44 41 88 88
Fax : +33 (0)1 44 41 88 50
Internet Site : www.gibertjoseph.com/magasins/paris-vi.html
Description:
Dédicace d'EnjoyPhoenix



[14:00-19:30] Vernissage de Joel Meyerowitz "Taking My Time", Part I
Location:
Polka Galerie
12, rue Saint-Gilles
Cour de Venise
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 76 21 41 30
Fax : +33 (0)1 76 50 21 83
Mail : contact@polkagalerie.com
Internet Site : www.polkagalerie.com
Description:
du 5 novembre au 21 décembre

Vernissage de Joel Meyerowitz "Taking My Time", Part I

[14:00-18:00] Vernissage de Josef Bolf "Reality / Elsewhere"
Location:
Galerie Dukan
107, rue des Rosiers
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Clignancout
France
Mobile : +33 (0)6 61 93 49 29
Mail : info@galeriedukan.com
Internet Site : www.galeriedukan.com
Description:
4.11 - 5.12.2016

La galerie Dukan est très heureuse de présenter la troisième exposition individuelle qu'elle consacre à l'artiste tchèque Josef Bolf dans son nouvel espace de St Ouen. Né en 1971, Josef Bolf vit et travaille aujourd'hui à Prague. Il étudie le dessin et la peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Prague puis, de 1990 à 1998, il se perfectionne dans les ateliers de J. Načeradský, V. Kokolia et V. Skrepl, ainsi qu'à la Kongsthögskolan à Stockholm (1995) et à l'Akademie der bildende Künst à Stuttgart (1996). Josef Bolf est l'un des artistes tchèques les plus importants de sa génération auprès de Jan Šerých, Ján Mančuška et Tomás Vanek. Ils forment d'ailleurs, entre 1998 et 2002, le collectif BJ (Bezhlavý Jezdec/Le Chevalier sans tête). Sa génération, qui émerge au début des années 2000, est la première à ne pas être soumise à la censure du régime communiste et à se lier à diverses scènes artistiques étrangères, particulièrement en Europe de l'Ouest. Ses peintures évoquent son enfance, le souvenir qu'il en conserve est teinté de cette morosité inhérente à la période de la “Normalisation” (1968-1989). Cette dernière fut effectivement caractérisée par le retour à la “norme communiste” entre le Printemps de Prague et la Révolution de velours. Il est élu meilleur artiste tchèque de l'année en 2010.

En République tchèque, il expose fréquemment à la galerie Huntkastner, à la Galerie nationale tchèque et la Galerie de la Ville de Prague. En 2016, le Centre tchèque de Paris lui consacre une grande rétrospective en collaboration avec la galerie Dukan.

Vernissage de Josef Bolf "Reality / Elsewhere"
Josef Bolf, "Going away", 2016 acrylique, huile, encre et papier sur canvas 30 x 54 cm Courtesy Galerie Dukan

[14:00-19:00] Vernissage de Sophie Ristelhueber
Location:
Galerie Poggi
2, rue Beaubourg
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)9 84 38 87 74
Mail : office@galeriepoggi.com
Internet Site : www.galeriepoggi.com
Description:
du 5 novembre au 10 décembre

La Galerie Jérôme Poggi est heureuse de présenter la deuxième exposition qu'elle consacre à Sophie Ristelhueber. L'artiste y présentera de nouvelles oeuvres ainsi que des travaux inédits issus de séries historiques.

Depuis plus de trente ans, Sophie Ristelhueber poursuit une réflexion sur le territoire et son histoire, au travers d'une approche singulière des ruines et des traces laissées par l'Homme dans des lieux dévastés par la guerre ou par des bouleversements naturels et culturels.

Vernissage de Sophie Ristelhueber

[14:00-19:30] Vernissage de Toshio Shibata "Quintessence of Japan"
Location:
Polka Galerie
12, rue Saint-Gilles
Cour de Venise
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 76 21 41 30
Fax : +33 (0)1 76 50 21 83
Mail : contact@polkagalerie.com
Internet Site : www.polkagalerie.com
Description:
du 5 novembre au 21 décembre

Vernissage de Toshio Shibata "Quintessence of Japan"




[15:00-19:00] Dédicace du livre de Férial Hart "No More Nos Mort"
Location:
Le Lavo//matik
arts urbains
20, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 83 69 92
Mail : benoit.maitre@wanadoo.fr
Description:
Il y a presque un an, c'était le 14 novembre 2015, nous nous retrouvions dans une ambiance très émue pour le finissage de notre expo "Maudite soit la guerre". On ne croyait pas si bien dire !

Ce 5 novembre nous vous donnons rendez-vous avec notre amie Férial Hart à l'occasion de la sortie de son livre "No More Nos Morts", qui paraît chez Critères Editions. Un vibrant hommage à la liberté.

" En 2015, nous avons veillé nos morts, nous avons clamé «No more».
Aujourd'hui, il est temps de s'unir, de nous prémunir, de proclamer, sans diffamer, de s'ériger contre vents et marées, de célébrer sans décrier, de chérir et ne jamais haïr.
Le futur est arrivé avec son lot d'espérances, de guérisons, de brutalités aussi.
La route sera sans doute longue et pavée d'embûches avant la rémission mais elle devra se cheminer ensemble, coude à coude, main dans la main."

Férial

"Quand un peuple pleure ses enfants suppliciés,
quand les clans se forment, quand les peurs resurgissent,
quand les racistes exultent, quand la bête tue aveuglément,
toi, ma République regarde ce que, sur tes murs, les artistes te disent...
Écoute-les. Ils te montrent. Ils hurlent !"

Didier Levallois

Dédicace du livre de Férial Hart "No More Nos Mort"

[15:00-20:00] Vernissage d'Anne Pharel "L'intangible"
Location:
Galerie Photo12
14, rue des Jardins Saint-Paul
15, rue Saint-Paul
Village Saint-Paul
75004 Paris
M° Sully - Morland, Pont Marie, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 78 24 21
Mail : aline@photo12.com
Internet Site : www.photo12.com
Description:
Du 5 novembre 2016 au 11 février 2017
Vernissage samedi 5 novembre 2016 - 15h - 20h

http://www.anne-andre-pharel.com

Du 5 novembre 2016 au 11 février 2017, Photo12 Galerie présente « L'Intangible », une exposition consacrée au travail photographique d'Anne Pharel.

Photographies sur papier argentique, boîtes lumineuses, cadres métalliques ou en plexiglas : Anne Pharel créé des objets à partir de ses photographies et joue avec différents supports pour aborder un thème central, le temps et son écoulement - problématique récurrente qu'elle place au cœur de sa démarche artistique.

L'exposition présentera une quarantaine d'œuvres uniques issues de ses différentes séries : Sub Noctem, Orpaillage, Insaisissable et dérivées, Jardins intérieurs...

Vernissage d'Anne Pharel "L'intangible"
Sub Noctem, Le canal. 2015. Tirage argentique. 120 x 90 cm. Tirage unique

[15:00-19:00] Vernissage d'Edgard Keller "lignes de vies à Peintureau-Langlois"
Location:
Galerie Keller
13, rue Keller
75011 Paris
M° Bastille, Ledru-Rollin
France
Phone : +33 (0)1 43 57 72 49
Mobile : +33 (0)6 68 22 46 97
Fax : +33 (0)1 43 57 72 49
Mail : galeriekeller@free.fr
Internet Site : www.galerie-keller.com
Description:
Edgard Keller, peintures
Lignes de vie à Pintureau-Langlois

3 au 26 novembre 2016
Vernissage le 5 novembre de 15h à 19h

[15:00] Vernissage de Pascal Convert
Location:
Galerie Eric Dupont
138, rue du Temple
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 54 04 14
Fax : +33 (0)1 44 54 04 24
Mail : info@eric-dupont.com
Internet Site : www.eric-dupont.com
Description:
5 NOVEMBRE - 23 DÉCEMBRE 2016
VERNISSAGE : 5 NOVEMBRE A PARTIR DE 15H

Vernissage de Pascal Convert

[15:00-19:00] Vernissage de Teruhisa Yamanobe "ECHO"
Location:
Galerie Rauchfeld
22, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 66 75
Mobile : +33 (0)6 63 56 52 15
Mail : cyril@galerierauchfeld.com
Internet Site : www.galerierauchfeld.com
Description:
Vernissage de Teruhisa Yamanobe "ECHO"

[15:00-20:00] Vernissage de Vincent Breed "OBSCUR"
Location:
Granville Gallery
23, rue du Départ
75014 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)1 43 22 41 94
Mobile : +33 (0)6 87 31 45 34
Mail : granvillegallery@wanadoo.fr
Internet Site : www.granvillegallery.org
Description:
Vernissage : 5 novembre - 15h > 20h
Exposition : 5 novembre > 3 décembre 2016

Depuis toujours, Vincent Breed aborde dans ses propositions artistiques la confrontation avec le réel comme support spécifique et processus de création. Pour lui, la mise en forme, en représentation, ne saisit jamais qu'une suspension temporaire, une dérobée du réel.
L'artiste explore et donne à voir combien, face au regard de l'autre, nous ne pouvons que constater le caractère confus et souvent non pertinent de nos seuls critères visuels en matière d'observation et de perception. Ici, par une activation constante du regard, il nous alerte en nous confrontant autant à des énigmes qu'à des révélations. Dispositif de quelles preuves ? Balises et images de quelles vérités ? Galerie de quelles questions ?


ARGUS, 2015

On peut se demander quelles intentions président aujourd'hui à ce flux d'images à disposition de tous les écrans et internautes, qu'elles soient de la planète Mars, d'une salle de bains ou d'une salle de concerts.
Elles viennent aussi de ces yeux détachés du corps que sont les drones et autres optiques qui étendent nos regards à l'inaccessible, l'inédit, l'inimaginable et aujourd'hui l'inacceptable.
Que voit-on quand on peut voir autant, puisqu'une image n'est pas grand chose sans cerveau ?
ARGUS, le berger mythologique des dieux aux 50 yeux toujours ouverts et 50 autres fermés serait-il de retour ?


TERRITOIRES OBSCURS, 2013

En réalisant la série TERRITOIRES OBSCURS à partir de captations partielles de portraits, Vincent Breed s'interroge sur notre obscurité. Doit-on toujours tout montrer ? Existe-t'on par ce que nous laissons visible ou bien sensible ?
Pour l'artiste, l'obscur de l'ombre est un gisement prélevé à la forme. En le cartographiant, il prolonge l'histoire commencée dans le portrait et réduit, en le comblant, un écart qui a à voir avec le privé, l'intime.


AU PLACARD, 2011

EYES WIDE SHUT… "De la lagune à bout de souffle, une terrible beauté est née..."

AU PLACARD a été créée pour l'Ile de Murano, siège historique de l'art verrier où agonise une profession conservatrice qui ferme les yeux sur l'évolution de la création et tolère un commerce complice du marché industriel.
Asphyxiés dans le sarcophage de la tradition, père et fils, maître et élève, séparés à tout jamais dans leur panthéon, laissent passer l'époque...
Exposée dans le cadre de la Biennale Internationale du Verre, en coédition avec la biennale de Venise 2011, cette œuvre a représenté, seule, l'art français du verre.

Vincent Breed a invité pour son exposition à la Granville Gallery Eric Brun-Sanglard, architecte d'intérieur, designer non-voyant et créateur du « Blind Design » à se confronter au verre soufflé.
Directeur artistique et communicant devenu non-voyant, il propose aujourd'hui, avec succès, des projets prestigieux. Il les conçoit et les construit sur d'intenses connexions humaines avec ses clients et toutes les sensations qui émanent comme une radioactivité des lieux, formes, couleurs, volumes, matières, odeurs, sons et toutes énergies dont il tire une recomposition, qu'il propose dans ses réalisations d'architecte d'intérieur et de designer reconnu. Que veut-il que l'on voie ?

« Le merveilleux avec le manque de vue, c'est que l'on n'est pas influencé par ce que l'on voie... rentrez plus souvent dans le noir... regardez à l'intérieur de vous-même... avec tout cela vous serez peut-être comme moi un super voyant. » Eric Brun-Sanglard

Jean-Pierre Evrard




Vincent Breed

Artiste verrier néerlandais, il vit et travaille près de Lyon.

Issu d'une famille d'artistes, Vincent Breed pratique la sculpture dès son plus jeune âge et connaît une révélation quand il rencontre le verre durant ses études aux Arts Décoratifs de Strasbourg. Il poursuit alors son parcours par un apprentissage auprès de maîtres verriers de renommée internationale.
Son goût pour les formes pensées et maîtrisées l'amène à se concentrer sur le soufflage, mode d'expression le plus noble du verre. Perfectionniste et technicien averti, il aborde le verre comme support d'expression plastique en jouant des couleurs, du reflet, voire de l'image, qu'il y incorpore par l'argenture.
Au delà de ses créations propres, il a mené des collaborations avec et/ou pour Yves Saint-Laurent, Jean Nouvel, Matali Crasset, Hilton McConnico, Paul Bocuse, Noé Duchaufour-Lawrance...
Son travail a été exposé au Musée du verre de Murano, à l'Hôtel Murano de Paris, au Design Center de NYC mais également à Monte-Carlo, Beyrouth, Moscou, Hong Kong ou Shanghaï.
Vincent Breed était l'unique représentant professionnel de l'art verrier français à la Biennale d'Art Contemporain de Venise 2011.

Vernissage de Vincent Breed "OBSCUR"

[15:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Partition du silence"
Location:
Galerie Anne-Sarah Bénichou
45, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 93 91 48
Mail : galerie@annesarahbenichou.com
Internet Site : www.annesarahbenichou.com
Description:
Exposition collective avec Dominique Blais, Céleste Boursier-Mougenot, Julien Discrit, Tal Isaac Hadad, Atsunobu Kohira, Ange Leccia, Camille Llobet, Laurent Montaron

Hommage à l'œuvre de Pierre Huyghe de 1997 "Silent Score", le titre de la première exposition collective de la galerie Anne-Sarah Bénichou, Partition du Silence, se présente comme un oxymore venant souligner et interroger les rapports qu'entretient l'art contemporain avec la notion de son.
Dans un environnement paradoxalement assez silencieux, les huit artistes choisis donnent ainsi forme et consistance au son : qu'il s'agisse d'un sonogramme, d'une flamme dansant, d'une voix emprisonnée dans des boîtes ou encore d'une photographie décomposant les gestes du musicien, chaque œuvre tente à sa façon de matérialiser l'évanescence des sons et de figurer plastiquement le ressenti auditif. Ou comment écouter avec les yeux...

Exposition du 5 novembre au 17 décembre 2016





[16:00-20:00] Inauguration de la nouvelle Librairie-Galerie Mauguin
Location:
Editions L. Mauguin
poésie contemporaine
32, rue Vergniaud
75013 Paris
M° Glacière, Corvisart
France
Phone : +33 (0)1 40 51 71 54
Mail : editionlmauguin@orange.fr
Internet Site : www.editionslmauguin.com
Description:
Inauguration de la nouvelle Librairie-Galerie Mauguin

[16:00-20:00] Vernissage d'Agnès Varda "Les beaux quartiers de Marseille"
Location:
Marseille
Marseille
13000 Marseille
M° Gare SNCF Marseille Saint-Charles
France
Internet Site : www.marseille.fr
Description:
Galerie Gourvennec Ogor
7 rue Duverger
Marseille

5 novembre - 24 décembre 2016

Didier Gourvennec Ogor est heureux d'annoncer la première exposition personnelle à la galerie de l'artiste de renommée internationale Agnès Varda.
Au project room, la galerie présentera l'exposition «Pas de côté» de l'artiste lauréat de la cinquième édition du Prix ESADMM 2016 : Mahatsanga Le Dantec.

L'exposition ouvrira le samedi 5 novembre de 16 heures à 20 heures en présence des artistes, et sera visible jusqu'au 25 décembre 2016.

«Mon arrière grand-mère maternelle était Marseillaise.
C'est dans les années 50 que j'ai découvert Marseille et sa région.

Un peu plus tard, en 1956, j'ai pris une photographie sur la terrasse de la Cité radieuse du Corbusier. Des passants étaient là, placés par le hasard comme une mise en scène.
Cette image m'a inspiré deux projets : un film de fiction en vidéo, un scénario que j'ai inventé en imaginant la vie des personnages de l'image, l'instant d'avant et l'instant d'après cette photographie.
Plus récemment, sur cette même terrasse, j'ai fait un portrait de groupe. Des femmes qui sont des Citoyennes radieuses version 2012.
Ce sont elles que je présente à la galerie Gourvennec Ogor, parmi d'autres photographies des quartiers de Marseille dont les noms m'ont amusée et inspirée. Je les ai illustrés tout simplement : la Pomme, le Merlan, la Rose, la Criée, le Panier, le Vélodrome…
Cette série de portraits de groupes raconte la diversité des habitants de Marseille.
J'ai beaucoup aimé rassembler des personnes qui ne se connaissaient pas ou peu.
Ils ont souri, ils m'ont parlé, ils ont posé.
Je les remercie de s'être prêtés de bonne grâce à mon album local.»

Agnès Varda
Septembre 2017

Née en 1928 à Ixelles, Belgique. Vit et travaille à Paris, France.


Project Room :
MAHATSANGA LE DANTEC
Pas de côté

Dans le cadre de la cinquième édition du Prix ESADMM (École Supérieure d'Art et Design Marseille Méditérannée)
la galerie Gourvennec Ogor est heureuse de présenter au project room l'exposition «Pas de côté» de l'artiste Mahatsanga Le Dantec.

"Pas de côté"
Comme un léger glissement de terrain peut changer le paysage, un simple pas de côté peut changer la perspective d'une rue, et transformer un trajet en une flânerie. C'est dans ce décalage qu'opèrent les travaux que présente Mahatsanga Le Dantec.
Il est question de rythme, celui de la voirie comme celui d'une journée, il est question de prendre le temps, de jouer avec les formes de la ville, ses répétitions, ses dispositifs, ses signes ses gestes et ses passants, comme une invitation à danser, à faire un pas de côté, et piquer la curiosité pour l'infra-ordinaire.
Urbanisme sauvage est un projet qui s'infiltre dans les répétitions du mobilier urbain, en y inscrivant des exceptions plastiques. Un stimulus dans la séquence métronomique de la voirie, perturbant l'état de veille de l'attention visuelle.
Là 440 est un essai documentaire basé sur un dispositif simple qui utilise la cabine téléphonique pour interpeller le passant. En contact intime dans un espace privé de l'espace public, une voix prend des nouvelles des quartiers de Marseille par ses habitants.

Formé à la charpente, aux arts du spectacle et aux beaux-arts, Mahatsanga est un artiste multiple qui interroge l'architecture, l'urbanisme, la sculpture, l'installation, la musique, la vidéo, la photographie et la danse dans un travail sensible aux rythmes, aux structures, au son, à la géométrie élémentaire, au mouvement et l'entropie. En contact au contexte, son travail procède volontiers par hybridation, et interférence.
Ici, l'approche formelle s'assimile à l'instinctif, cherchant à atteindre dans l'épaisseur de l'ordinaire, une part de liberté incompressible et farouche.

[16:00-20:00] Vernissage d'Herman Steins "work in progress"
Location:
Galerie Toutes Latitudes
38, avenue Franklin Roosevelt
94300 Vincennes
M° Bérault, Château de Vincennes
France
Phone : +33 (0)1 58 64 09 73
Mail : info@touteslatitudes.com
Internet Site : www.touteslatitudes.com
Description:
du 5 au 27 novembre 2016
Vernissage samedi 5 novembre 16h-20h
Finissage dimanche 27 novembre 16h-20h

Herman Steins est un artiste néerlandais pluridisciplinaire. Dans l'exposition "work in progress" il présente des travaux protéiformes récents, réalisés dans des techniques allant de la peinture encaustique aux bas-reliefs, ayant comme thématique : l'appropriation, la perception et l'anachronisme.
Par exemple dans la série "Ruysdael PLaNE" il retravaille en peinture à l'encaustique des détails de paysages du maître hollandais du 17ème siècle. En y remplaçant les oiseaux de l'artiste par un "avion", Herman Steins veut souligner, de façon plus contemporaine, l'effet de profondeur créé par l'utilisation des oiseaux dans les ciels de Jacob van Ruysdael. Une même idée de perspective lui était déjà imposée par son professeur d'aquarelle Anton Buytendijk à l'Académie des Beaux-Arts Minerva aux Pays-Bas. Un professeur qui ne pouvait pas s'empêcher de peindre un oiseau noir sous forme de V dans les études de ses élèves pour donner plus de profondeur à leurs paysages.
vendredi, samedi, dimanche de 15h à 19h et sur rendez-vous
(Herman Steins, « Ruysdael-PLaNED », 2016, encaustique)

Vernissage d'Herman Steins "work in progress"

[16:00-18:00] Vernissage de Nine Antico
Location:
Potemkine
30, rue Beaurepaire
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent, République, Goncourt
France
Phone : +33 (0)1 40 18 01 81
Mail : info@potemkine.fr
Internet Site : www.potemkine.fr
Description:
exposition de la dessinatrice Nine Antico, pour un vernissage dédié à son travail sur Eric Rohmer

A cette occasion, quatre affiches dessinées par Nine seront mises en vente (Ma nuit chez Maud, Pauline à la plage, Les nuits de la pleine lune et Conte d'été) en tirage limité.

[16:00-21:00] Vernissage de Pierre-Alexandre Remy "Chambre d'échos"
Location:
Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 80
Fax : +33 (0)1 48 04 04 80
Mail : info@galerie-gounod.fr
Internet Site : www.galerie-gounod.com
Description:
Du 5 au 19 novembre 2016

La galerie Isabelle Gounod est heureuse de présenter "Chambre d'échos" la première exposition personnelle consacrée à Pierre-Alexandre Remy.

Calligraphie ou chorégraphie énigmatique, aérienne et colorée : l'oeuvre de Pierre-Alexandre Remy est faite de contrastes. Les matériaux employés, tout d'abord, souvent multiples, permettent de juxtaposer les textures et les formes, entre lignes courbes et amas de matière, entre fines arabesques et stables jointures. Les couleurs, également tranchées, permettent une lecture aisée de la sculpture. L'artiste lui-même les envisage comme des réinterprétations de tracés cartographiques : indications de routes, courbes de niveaux, délimitations.

Jouant avec la fragilité des matières, s'amusant de cette précarité dans l'équilibre des formes, transformant l'espace de déambulation, le travail de Pierre-Alexandre Remy nous interpelle quant aux possibilités intrinsèques des matériaux qu'il utilise : le métal, le verre, les polymères ou la céramique sont tordus, étirés, pliés, bousculés, contraints. Artiste de l'expérimentation, il cherche à multiplier les techniques, tenter de nouveaux assemblages.

“Chambre d'échos” est l'occasion pour Pierre-Alexandre Remy de présenter pour la première fois des sculptures en verre filigrané et grès émaillé ainsi que dans l'espace de la cour de la galerie l'œuvre « Orpaillie » 2015 (acier, faïence émaillée, 420 x 200 x 250 cm).

Le travail de Pierre-Alexandre Remy questionne de façon récurrente, le rapport qu'entretient une intervention artistique, dans une intime proximité avec l'espace dans lequel cette intervention prend place. Collectant, classant, redistribuant les données qui font l'identité d'un territoire, contrepoints à la structure du bâti, interférences avec le vivant, ses sculptures, par la proximité qu'elles instaurent avec le spectateur, enrichissent d'un angle nouveau notre expérience physique et sensible.

“Un homme fait le projet de dessiner le Monde. Les années passent : il peuple une surface d'images de provinces, de royaumes, de montagnes, de golfes, de navires, d'îles, de poissons, de maisons, d'instruments, d'astres, de chevaux, de gens. Peu avant sa mort, il s'aperçoit que ce patient labyrinthe de formes n'est rien d'autre que son portrait.”
Jorge Luis Borges, L'Auteur et autres textes, 1982, Collection L'imaginaire (n°105), Gallimard

Vernissage de Pierre-Alexandre Remy "Chambre d'échos"

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition "L'enseigne de Gersaint"
Location:
Galerie Eva Hober
156, boulevard Haussmann
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule
France
Phone : +33 (0)1 48 04 78 68
Fax : +33 (0)1 48 04 78 07
Mail : galerie@evahober.com
Internet Site : www.evahober.com
Description:
5 novembre - 17 décembre 2016
Vernissage samedi 5 novembre 2016 de 16h à 21h

Le vernissage se poursuivra au Silencio-Club à partir de 22h30.
RSVP : party@evahober.com

CLÉMENT BAGOT, PAULINE BASTARD, KATIA BOURDAREL, DAMIEN CADIO, LUCIE CHAUMONT, CLÉMENT COGITORE, JULIA COTTIN, NICOLAS DARROT, BENOIT HUOT, YOUCEF KORICHI, MYRIAM MECHITA, AUDREY NERVI, AXEL PAHLAVI, LIONEL SABATTÉ, GIORGIO SILVESTRINI, PIERRICK SORIN, JÉRÔME ZONDER

Pare-choc contre pare-choc
Edme-François Gersaint, un marchand d'œuvres d'art et d'estampes établi depuis 1718 au numéro 35 du pont Notre-Dame reliant l'île de la Cité à la rive droite de la Seine, débordant de marchands, effervescent d'une foule remuante et bavarde, raconte que Watteau est venu chez lui, lui demander s'il voulait bien lui permettre, pour se dégourdir les doigts - ce sont les termes de Watteau rapportés par Gersaint - s'il voulait bien lui permettre de peindre un toile que le marchand exposerait au dehors de sa boutique. Ce que Gersaint voulut bien et fit aussitôt le tableau de Watteau achevé, à son grand bénéfice car L'Enseigne (ainsi cette œuvre fut-elle après nommée) signalait aux passants sa boutique d'une manière fort remarquable et flamboyante.
Peint à l'automne 1720, L'Enseigne de Gersaint fit l'admiration des parisiens. Qu'admiraient les parisiens passant devant L'Enseigne de Gersaint ? Sans nul doute, le tableau lui-même, de taille considérable, mais aussi bien son accrochage dans la rue, tableau de maître faisant réclame pour la boutique d'un marchand, Gersaint, boutique magnifiée par cette image rayonnante, pleine d'abondance et de nonchalance, image d'un lieu ouvert sur la rue, sans devanture, regorgeant de belles choses, d'œuvres et d'objets d'art, du sol au plafond, les murs tapissés, les sols encombrés, les réserves prêtes à fournir pour remplacer les œuvres à l'affiche s'offrant au regard et à l'appétit des passants, promptes à être décrochées, emballées et emportées par les acheteurs et, à ce moment-là, dérobées au regard général, public, anonyme. Mais avant cela, l'achat, avant la transaction marchande qui fait décrocher l'œuvre d'art du mur, l'enseigne se réfléchit dans le tableau de Watteau comme galerie d'exposition de pièces de choix - choisies certainement mais très nombreuses, les années de métier de marchand ayant emmagasiné quantités de pièces. Dans ce croisement de la sélection et de l'accumulation, la qualité se trouve dans tous ses états - qualité garantie par une sélection au coup par coup, prélèvement tatillon et sourcilleux parmi un certain nombre d'œuvres - résultat de la rencontre, de la négociation et de l'entente entre le marchand et les artistes - et qualité produite par la quantité d'œuvres accumulée par le marchand-galeriste, formidable. Cette quantité profuse et vertigineuse, bord à bord, cadre à cadre, montrée dans le tableau de Watteau, est exposée par Eva Hober cet automne 2016, dans sa version contemporaine, plus tendue, la nonchalance s'est perdue.
315 œuvres, 17 artistes, 1 galerie. Galerie marchande qui fait l'étal d'une quantité d'œuvres ébouriffées et ébouriffantes, bruyantes et vrombissantes, engorgées en un même lieu-carrefour, pare-choc contre pare-choc. La galerie-enseigne Eva Hober présente un ensemble dense et cacophonique, avec l'intensité d'une célébration bachique, habité de pluralités vives et forcenées, ensemble animé d'un mouvement centrifuge, nécessairement, et convergent, néanmoins, par la force des histoires de rencontres et de croisements entre individualités puissantes et irréductibles. Mériam Korichi

Vernissage de l'exposition "L'enseigne de Gersaint"
Visuel : Vue de l'exposition L'enseigne de Gersaint, © Marc Domage

[16:30-20:00] Vernissage de Marie Bretin « Dans sa bulle »
Location:
Montmartre
Montmartre
75018 Paris
M° Abbesses, Lamarck - Caulaincourt, Pigalle, Anvers, Château Rouge
France
Description:
Atelier Nota Atelier
Papeterie & Concept Store
Galerie
10, rue Ramey
Paris 18
www.youtube.com/watch?v=9vWt2rgXnk4&feature=youtu.be
https://www.instagram.com/ateliernota

une exposition d'illustration de Marie Bretin

du 6 novembre au 31 décembre 2016

Marie Bretin, jeune et talentueuse illustratrice, travaille pour de nombreux domaines, tels que la presse,l'édition, le design textile ou encore le web.
Cette année, avec la maison d'édition Voce Verso éditions, elle réalise l'un de ses plus grands défis : son premier album jeunesse.

L'exposition "Dans sa bulle" présente en exclusivité des planches inédites tirées du livre.
Par ailleurs, nous aurons le plaisir de revenir sur l'ensemble du travail de Marie Bretin en dédiant une partie de l'espace à ses illustrations réalisées au cours des derniers mois.

Vernissage de Marie Bretin « Dans sa bulle »






[17:00-21:00] Finissage [WeArt] Exhibit #9
Location:
59Rivoli
L'Aftersquat - Collectif d'artistes « Chez Robert, électrons libres »
59, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Châtelet
France
Mail : rivoli59@gmail.com
Internet Site : www.59rivoli.org
Description:
Fort du succès de ses dernières expositions, le Collectif [WeArt] se réunit pour une nouvelle exposition dans un lieu artistique mythique au cœur de Paris : le 59 Rivoli !

[WeArt] est né de la rencontre de plusieurs Artistes, nationaux et Internationaux : Sandra ENCAOUA, Li SOYER, Marie DESERT, Ccil SMITH, RAF & LAU.

Vous pourrez rencontrer et converser avec chacun lors des Arty Days : un Artiste sera mis à l'honneur durant une journée et réalisera une performance en live ou une présentation de son travail. Durant ces Arty Days, les œuvres de l'artiste seront proposées à tarif préférentiel :

Li SOYER (Peinture) 26 Octobre
Marie DESERT (Peinture) 28 Octobre
Sandra ENCAOUA (Peinture à l'huile) 1er Novembre
Ccil SMITH (Céramique) 2 Novembre
RAF URBAN (Urban Art) 3 Novembre
LAU (Sculpture Bronze) 4 Novembre

FrequenceOrange.com, radio musicale, culturelle et révélateur de talents participera pour la première fois à [WeArt] Exhibit et mettra à l'honneur les artistes.

Deux soirées musicales sont programmées par semaine, les samedi et dimanche dès 18h.

Vernissage le 27 Octobre à partir de 17h
Finissage le 5 Novembre à partir de 17h

Venez découvrir la [WeArt] Exhibit #9, du 25 Octobre au 6 Novembre 2016
Du mardi au dimanche de 13h à 20h (fermeture le lundi 31 octobre)

Finissage [WeArt] Exhibit #9

[17:00-20:00] Vernissage "Impressions de Chine" - le céladon de Longquan
Location:
Gentilly
Gentilly
94250 Gentilly
M° RER B Gentilly
France
Internet Site : www.ville-gentilly.fr
Description:
Centre Culturel les Amis de Nouvelles d'Europe
45-50 Rue Benoît Malon
94250 Gentilly
culture@oushinet.com
http://culture-oushi.com

L'exposition artistique sur le céladon de Longquan "Impressions de Chine" aura lieu au Centre Culturel de Nouvelles d'Europe du 5 novembre au 8 novembre 2016.

Ce sera un grand honneur pour nous de vous recevoir au vernissage de cette exposition le samedi 5 novembre à 17h.

La Chine est connue par ses porcelaines, et le céladon de Longquan est l'une des meilleures. La technique de cuisson traditionnelle du céladon de Longquan de Chine a été inscrite en 2009 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO. Cette exposition vous offre une occasion rare de regarder de magnifiques œuvres de près et vous pourrez aussi échanger avec de célèbres porcelainiers. Un cadeau sera offert aux personnes ayant confirmé leur présence et présentes lors du vernissage de l'exposition.


Le céladon de Longquan

La ville de Longquan, dans la province chinoise côtière de Zhejian, est réputée pour sa poterie céladon et sa technique de cuisson traditionnelle qui lui confère sa glaçure spécifique.
Composée d'argile or-violet et d'un mélange de feldspath calciné, de calcaire, de quartz et de cendre de végétaux, la glaçure est préparée selon des recettes souvent transmises de génération en génération par des maîtres ou au sein des familles.
La glaçure est appliquée sur un récipient en grès cuit qui est ensuite recuit selon un cycle de six opérations de cuisson-refroidissement où la précision des températures revêt une importance primordiale : toute cuisson excessive ou insuffisante gâtera l'effet produit. Les artistes expérimentés dans l'art du céladon contrôlent soigneusement chaque étape en utilisant un thermomètre et en observant la couleur de la flamme qui peut monter jusqu'à 1 310° C.
Le produit final prend l'un des deux styles suivants : le céladon dit du « grand frère » a un fini noir avec effet craquelé, tandis que celui dit du « jeune frère » a un fini épais gris lavande et vert prune. Avec sa teinte vert de jade sous-jacente, le céladon cuit par les entreprises familiales de Longquan est apprécié en tant que technique produisant de véritables chefs-d'œuvre qui peuvent aussi servir d'objets usuels. C'est un symbole du patrimoine culturel des artisans, de leur ville et de la nation, dont ils tirent une grande fierté.

Vernissage "Impressions de Chine" - le céladon de Longquan
Vernissage "Impressions de Chine" - le céladon de Longquan

[17:00] Vernissage d'Emmanuel Suchet
Location:
Galerie Couteron
16, rue Guénégaud
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 25 62 49
Mobile : +33 (0)6 61 86 61 14
Mail : contact@galerie-couteron.com
Internet Site : www.galerie-couteron.fr
Description:
du mercredi 2 au samedi 19 novembre 2016
Vernissage samedi 5 novembre à 17 heures

Vernissage d'Emmanuel Suchet

[17:30-20:00] Vernissage de Erik van Huisstede & Bart Koetsier
Location:
Atelier Néerlandais
Fondation Custodia
121, rue de Lille
Hôtel Turgot
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 12 40
Fax : +33 (0)1 45 56 00 77
Mail : info@institutneerlandais.com
Internet Site : www.institutneerlandais.com
Description:
Vernissage de Erik van Huisstede & Bart Koetsier







[18:00-21:00] Finissage de Marie Baronnet "TWIST AND SHOUT"
Location:
Outcasts Incorporated
42, rue Cesaria Evora
#605
75019 Paris
M° RER E Rosa Parks, T3b Canal Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 30 18 01 99
Mail : contact@outcasts-incorporated.com
Internet Site : www.outcasts-incorporated.com
Description:
du 7 au 30 Octobre, prolongée au 5 novembre
du lundi au samedi et sur rdv

2 séries de photographies et 2 films:
LEGENDS & "Une Tornade Sur le Sentier de la Guerre".

Marie Baronnet est une photographe française. Très tôt un appareil photo à la main. Paris 8, Beaux Arts de Paris, une série de nus, auto-portraits, montrés au Musée d'Art Moderne de Paris puis à New York, l'emmène de l'autre côté de l'Atlantique dans une exposition collective de Jo-Ana Isaak, aux côtés d'artistes féministes comme Nancy Spero, Jenny Holzer, Barbra Kruger, Cindy Sherman. Bourse à CalArts, Los Angeles, ville monde qu'elle découvre avec passion. La ligne de démarcation entre Mexique et Etats-Unis, de Tijuana à Ciudad Juarez, des deux côtés du mur. Navajos d Arizona, terre sacrée contre centrale au charbon. Las Vegas Siegel Suites ou les déclassés tentent de remonter à bord de la société. Marie Baronnet nous donne à voir une quête personnelle et toujours construite des thèmes qu'elle explore. Elle porte un regard conscient avec l'énergie et la candeur naturelles des artistes qui savent contempler le monde et nous livrer des images qui font réagir. Elle fait face aux sujets, aux éléments et nous confronte aux images de ce qui attire son regard. Transcription esthétique et précise, articulée sur la rigueur de l'investigation, l'oeil sur le réel. Outcast naturelle, elle nous raconte des histoires. Et porte un regard franc, direct qui met en lumière l'imagination des laissés pour compte. La résilience. Ses photos ont trouvés des pages, sur papier et sur toile. Newsweek, L'Equipe, Le Monde, Libération, Geo, Sunday London Times, Le Figaro, Slate, Rolling Stone, Arizona Highway, L'Obs, ... Elle travaille aussi sur des tournages de film, comme photographe de plateau. Aux USA, où elle vit aujourd'hui dans la grandeur des faits divers et des paysages, elle se focalise sur ces sujets que l'Amérique nous donne à voir, où dans la profusion des genres ressort souvent une même esthétique. L'art n'est peut être pas d'inventer une esthétique ou d'en choisir une, mais de montrer sans laisser indifférent. Aujourd'hui Outcasts Incorporated présente deux séries distinctes « Legends » et « Une tornade sur le sentier de la guerre », et bien que tout semble opposer ces deux thèmes, il y a pourtant un lien: l'éphémère, en tournée permanente.

LES SÉRIES PRÉSENTÉES : LEGENDS : A Las Vegas pour photographier le boxeur philippin Manny Pacquiao, Marie rencontre Dixie Evans, ex-stripteaseuse de 85 ans, qui lui raconte dans son mobile home son expérience de femme et de performer du Burlesque américain et lui découvre son monde. Au gré du bouche à oreille Marie entreprend une traversée de l'Amérique du Nord à la recherches de ces femmes âgées de 65 à 95 ans, les "Legends", ces anciennes gloires des scènes du Burlesque américain. L'art de l'effeuillage s'incarne sous son objectif et se raconte. Des bases militaires de la guerre du Vietnam à la bigoterie des années Reagan. Le striptease est vécu par ces femmes marginales, comme un art populaire et militant, à travers ses costumes flamboyants, ses chorégraphies choisies et la conquête de leur autonomie financière dans une Amérique puritaine et raciste ou triomphe la domesticité de la classe dite moyenne. Elles nous bouleversent de leur bonne humeur, leur fatalisme, leur détachement et leur énergie communicative. Ces deux années d'investigation sur ces femmes, leur univers intime et artistique, ces heures passées avec elles, ont produit un livre, publié en France, en 2014, chez André Frère: "Legends, the living art of risqué", et un film montré en boucle à la galerie.

UNE TORNADE SUR LE SENTIER DE LA GUERRE :
En 2013, alors que Marie venait de photographier la stripteaseuse Lady Lust chez elle, dans l'état du Colorado, une tornade d'une ampleur inouie dévasta la ville de Moore, dans l'état d'à côté, en Oklahoma. Elle vit ces images sur CNN et décida de s'y rendre. Paysage pulvérisé sans armes, sans violence et sans haine. Marie Baronnet contemple la destruction dans les gestes et mouvements de ceux qui font le tri tranquille de ce ré-arrangement de tout ce qui était. Quand la destruction est totale le choc est paisible. Linda, dans les décombres de sa maison: " la nature fait son travail". Et remet au pas ce besoin qu'a l'humain de toujours vouloir plus et plus grand. Avec ces photos, un film aussi, en boucle à la galerie.

Finissage de Marie Baronnet "TWIST AND SHOUT"

[18:00-21:00] Vernissage d'Angela Detanico / Rafael Lain "Letter Pieces (On the Revolutions)"
Location:
Galerie Martine Aboucaya
5, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 76 92 75
Fax : +33 (0)1 42 76 92 60
Mail : info@martineaboucaya.com
Internet Site : www.martineaboucaya.com
Description:
Vernissage d'Angela Detanico / Rafael Lain "Letter Pieces (On the Revolutions)"

[18:00-20:30] Vernissage de Barbara Bloom "The Weather"
Location:
Berlin
Berlin
10871 Berlin
M° U-Bahn Berlin
Allemagne
Internet Site : www.berlin.de
Description:
Capitain Petzel
Karl-Marx-Allee 45
10178 Berlin
www.CapitainPetzel.de

du 5 novembre au 7 janvier

[18:00-22:00] Vernissage de Dom Garcia "Bitume"
Location:
Marché aux Puces de Paris - Saint-Ouen
Puces de Saint-Ouen
Rue des Rosiers
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Clignancourt, Garibaldi
France
Phone : +33 (0)1 40 12 32 58
Fax : +33 (0)1 40 12 32 58
Internet Site : www.parispuces.com
Description:
Galerie Isabelle Delannoy
Marché Dauphine, Stand 89

A l'occasion des RPPC au Marché Dauphine du 5 au 28 novembre, la Galerie Isabelle Delannoy présente la Série "Bitume" de Dom Garcia
"Le travail de Dom Garcia s'inscrit toujours avec le même respect de la figure et la même exigence de la tension, révélant avec une constante et virulente élégance la précarité d'un « état des choses ». « Bitume », tout en concentrant le théâtre social de la rue en des stigmates écorchés, nous rappelle à notre devoir de résistance contre le laminage identitaire, la compression des êtres sous les hordes des omnipotences aveuglées"
Pierre-François Moreau, écrivain, critique d'art

Vernissage le 5 novembre de 18h à 22h

Vernissage de Dom Garcia "Bitume"
Plaque 141 - GAZ
Série Bitume
Tirage 1/9 + 1 E.A.
#DOMGARCIA2008
Impression Fine Art sur papier Hahnemühle Photo Rag 308g
27x27cm-40x50cm

[18:00-22:00] Vernissage de Jean-Philippe Pernot
Location:
Marché aux Puces de Paris - Saint-Ouen
Puces de Saint-Ouen
Rue des Rosiers
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Clignancourt, Garibaldi
France
Phone : +33 (0)1 40 12 32 58
Fax : +33 (0)1 40 12 32 58
Internet Site : www.parispuces.com
Description:
Vernissage de Jean-Philippe Pernot

[18:00-21:00] Vernissage de Jérémy Gobé "Atom Dance"
Location:
Galerie Odile Ouizeman
10-12, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 91 89
Fax : +33 (0)1 42 71 94 13
Mail : contact@galerieouizeman.com
Internet Site : www.galerieouizeman.com
Description:
5 novembre 2016 - 18 janvier 2017

Restlessly turning around and around I am dancing towards transformation. Björk - Atom Dance (2015)

« Car rien ne se crée, ni dans les opérations de l'art, ni dans celles de la nature, et l'on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après l'opération ; que la qualité et la quantité des principes est la même, et qu'il n'y a que des changements, des modifications. »1

Dans la nature, la matière vivante est en perpétuelle transformation. Qu'elle soit minérale, organique, végétale, elle croît, se meut, décline, s'hybride, mute, renaît. Les mouvements de la nature engendrent une expérience du sublime. Mêlée de fascination, d'impuissance et de crainte, l'expérience du sublime est à la fois intense (parce que ce que nous voyons nous dépasse d'un point de vue physique, esthétique ou moral) et ambiguë (parce qu'elle nous renvoie à notre condition humaine et mortelle). L'Homme cherche à rivaliser avec ces mouvements, ces constructions et ces systèmes naturels. La maxime de Lavoisier et la notion du sublime trouvent un écho significatif dans l'œuvre de Jérémy Gobé. La nature représente en effet un pôle de fascination dans son œuvre sculptée et dessinée. Puisqu'elle a horreur du vide, elle met en place différentes stratégies pour se déployer, coloniser et transformer non seulement la matière, mais aussi l'espace.

Jérémy Gobé s'empare de ces dispositifs en choisissant des matériaux et des gestuelles précises. Ainsi, la matière, naturelle ou artificielle, est constamment soumise au mouvement et à un changement d'état. Les œuvres ouvrent des passages entre différents territoires puisque Jérémy Gobé jongle aussi bien avec les sciences (mathématique, chimie, physique, biologie), les savoir-faire spécifiques (artisanal et industriel) et la sociologie. La liberté guidant la laine est une installation in situ réalisée en collaboration avec l'atelier Maille Emma (Clamart). Une enveloppe de laine rouge et blanche entièrement tricotée se saisit de l'espace d'exposition qui adopte un nouveau visage. Recouverte d'un motif, celui d'une croix rouge encadrée d'un carré blanc, elle nous apparaît comme une entité mutante et mouvante qui se déploie d'une manière tentaculaire le long des murs. Sous l'enveloppe, d'autres entités tentent de s'extraire et dessinent la matière tricotée.

Les sculptures proviennent en partie de la rencontre avec un objet domestique : un bureau de travail, un meuble déglingué trouvé sur le chemin de l'atelier, une chaise, un miroir, un guéridon ou encore une porte. Les objets en bois, abîmés et abandonnés, sont récoltés dans son environnement direct, il ne les cherche pas précisément, ils lui parviennent. Un long travail d'appropriation de ces meubles et de ces objets accidentés se met en place. Avec la volonté de « secourir la matière », Jérémy Gobé les fait cohabiter avec un matériau qui leur est étranger : de la laine, des coraux, du plâtre, des chevilles en plastique, de la porcelaine, du feutre, du béton. Ils retiennent son attention pour leurs qualités plastiques, leur malléabilité, mais aussi leur histoire. Ils peuvent être le vecteur de rencontres singulières.

Soucieux de l'évanouissement du secteur industriel et artisanal en France, l'artiste va à la rencontre d'ouvriers dont les entreprises ont fermé. Il tisse ainsi des liens avec des hommes et des femmes abîmés par la violence de ces fermetures. Des individus qui, pour la plupart, ont consacré leur vie à leur travail. Il attache un intérêt particulier à l'industrie textile et récolte, d'usine en usine, les ruines de son activité passée. Des chutes de tissus et des bobines de l qui portent une histoire, un traumatisme partagé. Les matériaux (de la laine, du feutre, du coton) sont agrégés aux meubles et aux objets eux aussi récupérés. La matière s'installe comme un champignon agissant à la fois comme un pansement ou une maladie.

Jérémy Gobé se joue des dichotomies en donnant patiemment forme à des corps inédits, beaux et monstrueux. Les greffes résultent d'un protocole gestuel où la répétition et l'épuisement sont de rigueur. Il plie, pique, enroule, noue les matériaux textiles pendant des mois, voire des années. La répétition des gestes est profondément inscrite dans le contexte du monde ouvrier auquel il fabrique une mémoire transcendée. Les sculptures et des dessins sont les fruits de processus laborieux guidés par une vision esthétique, poétique et politique. En portant secours aux objets et aux matériaux textiles dont la production est stoppée, Jérémy Gobé soigne et répare une mémoire individuelle et collective, privée et publique. Il surpasse la blessure et l'abandon pour donner vie à de nouvelles entités, captivantes et étranges, régies par un élan vital.

1 Lavoisier, Antoine. Traité Elémentaire de Chimie, 1789

Julie Crenn

Vernissage de Jérémy Gobé "Atom Dance"
La Liberté guidant la laine, installation laine tricotée et bois, en partenariat avec Maille Emma, 2014 - Hangzhou Triennial of Fiber Art

[18:00-20:00] Vernissage de Karel Funk
Location:
NextLevel Galerie
8, rue Charlot
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers, Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 54 90 88
Mobile : +33 (0)6 08 16 73 69
Mail : contact@nextlevelgalerie.com
Internet Site : www.nextlevelgalerie.com
Description:
Saturday 5 November:
Press preview 2 - 4 pm
Private preview 4 - 6 pm
Artist's reception 6 - 8 pm

5 November 2016 - 14 January 2017

NextLevel est heureuse d'annoncer la première exposition personnelle à Paris et en Europe de l'artiste canadien Karel Funk, depuis longtemps reconnu à l'étranger pour ses portraits envoûtants de figures solitaires et dont l'une de ses toiles avait été présentée dans la très belle exposition collective 'My Winnipeg' à la Maison Rouge en 2011.

Karel Funk peint des portraits méditatifs et distanciés de figures encapuchonnées dont l'inspiration initiale résulte de son expérience newyorkaise - alors même qu'il était étudiant à l'Université de Columbia - frappé par la proximité physique entre les gens et notamment dans son métro bondé mêlant intimité et anonymat. Dans son œuvre la plus récente, le sujet humain est parfois abandonné et remplacé par des vêtements d'extérieur froissés ou noués. Les figures présentes dans la plupart des peintures de Funk expriment une contemplation silencieuse qui les place dans un dialogue avec la tradition de la peinture post-humaniste : de la Renaissance italienne et nordique au Photoréalisme. Karel Funk a récemment inauguré sa première rétrospective muséale à la Winnipeg Art Gallery. Il vit et travaille à Winnipeg.

Karel Funk (né en 1971) a reçu un MFA à la Columbia University à New York en 2003. Ses œuvres ont fait l'objet de plusieurs expositions personnelles en musée, notamment au Rochester Art Center (Etats-Unis) en 2009 ou encore au Musée d'Art Contemporain de Montréal (Canada) en 2007. Il a également participé à plusieurs expositions collectives en Amérique du nord et à l'étranger. Les œuvres de Karel Funk sont présentes dans des collections muséales majeures : le Guggenheim, le Whitney Museum à New York, la National Gallery of Canada, le Los Angeles County Museum of Art, le San Francisco Museum of Modern Art et le Dallas Museum of Art, ainsi que dans de nombreuses collections privées.

Vernissage de Karel Funk

[18:00-21:00] Vernissage de Neil Lang "Under the Moonlight"
Location:
Galerie Odile Ouizeman
10-12, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 71 91 89
Fax : +33 (0)1 42 71 94 13
Mail : contact@galerieouizeman.com
Internet Site : www.galerieouizeman.com
Description:
Project Room

du 5 novembre au 24 décembre

Entendre le silence
Une poésie intrigante.
Comme une narration qui se crée.
Observer la nature la nuit. Révéler sa magie par des lumières et des contrastes très forts. Jouer avec des températures de lumières très froides.
La nuit devient une enveloppe de création, un moment d'échange avec la nature. On entend presque son silence.
Un monde paradoxal où science et intuition se côtoient.
En révélant les équilibres fragiles entres les objets, Neil Lang recherche les interactions évidentes qui sont les fondements d'univers et de mondes parallèles et autonomes.
Il délivre à la fois une image, au statut d'ouverture irréelle, et dans un même espace-temps il met au jour des concepts fondamentaux inscrits dans la nature.
Univers, Etoiles, Orbite, Gravité, les systèmes fondamentaux de notre nature sont en perpétuel mouvement. Contradictoire et indispensable, ce mouvement crée un équilibre bien établi que l'artiste fait apparaître, témoignage d'un phénomène tant physique qu'esthétique.
On pense alors à Walter Benjamin et l'aura qui nous baigne dans un monde rationnel tout en reconnaissant, à travers la valeur attribuée à l'œuvre d'art, une autre source possible de la connaissance qui ne serait pas rationnelle mais magique...

Vernissage de Neil Lang "Under the Moonlight"
Neil Lang, Under the Moonlight 6, Approximately 4000 Kelvin 40x120 cm, 6 + 2 AP C-Print, 2016

[18:00-22:00] Vernissage de Ronald Martinez "Nus Divins"
Location:
Marché aux Puces de Paris - Saint-Ouen
Puces de Saint-Ouen
Rue des Rosiers
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Clignancourt, Garibaldi
France
Phone : +33 (0)1 40 12 32 58
Fax : +33 (0)1 40 12 32 58
Internet Site : www.parispuces.com
Description:
Maryam Ahi Art & Design Market
Paris Flea Market
Marché Dauphine
stand 57/58
www.galeriemaryamahi.com
https://www.instagram.com/galerie.maryam.ahi

Ronald Martinez présente ses Nus Divins à la Galerie Maryam Ahi Marché Dauphine du 5 au 27 novembre 2016, vernissage le samedi 5 novembre.

Vernissage de Ronald Martinez "Nus Divins"
Vernissage de Ronald Martinez "Nus Divins"Vernissage de Ronald Martinez "Nus Divins"

[18:00-21:00] Vernissage de Takao Kawabe
Location:
Atelier Visconti
4, rue Visconti
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 25 44 48
Mobile : +33 (0)6 85 90 67 24
Description:
du 2 au 12 novembre 2016
Vernissage le samedi 5 novembre à partir de 18h

Vernissage de Takao Kawabe

[18:00-20:00] Vernissage de Thomas Brummett "Of Earth, Heaven and Light"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
Du 5 novembre au 30 décembre, 2016
Vernissage samedi 5 novembre de 18h à 20h en présence de l'artiste

Vernissage de Thomas Brummett "Of Earth, Heaven and Light"
Light Projection #32, 2015, tirage chromogénique, 94 x 76 cm, Ed. 1/5

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Smoke Gets in Your Eyes"
Location:
Lebenson gallery
56, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)9 81 88 75 61
Mobile : +33 (0)6 13 54 37 22
Mail : director@lebensongallery.com
Internet Site : www.lebensongallery.com
Description:
"They asked me how I knew
My true love was true
I of course replied
Something here inside cannot be denied
They said "someday you'll find all who love are blind"
When your heart's on fire,
You must realize, smoke gets in your eyes

So I chaffed them and I gaily laughed
To think they could doubt my love
Yet today my love has flown away,
I am without my love (without my love)

Now laughing friends deride
Tears I cannot hide
So I smile and say
When a lovely flame dies, smoke gets in your eyes"

The Platters
Written by Eriko Ohashi (pka Hussy R), Lady John Douglas Scott

Vernissage de l'exposition "Smoke Gets in Your Eyes"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Clay Case"
Location:
Galerie Anne de Villepoix
43, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 32 24
Mobile : +33 (0)6 15 12 19 35
Fax : +33 (0)1 42 78 32 16
Mail : info@annedevillepoix.com
Internet Site : www.annedevillepoix.com
Description:
Ceramic Group show

avec
AUBRY et BROQUARD
Jessica BOUBETRA
Jean DENANT
Michel GOUÉRY
Lee MAIDA
Hubert MAROT
Ada VAN HOOREBEKE

Vernissage samedi 05 novembre de 18h à 21h
Exposition du 05 novembre 2016 au 15 février 2017

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Déformation Professionnelle"
Location:
Galerie Paris-Beijing
62, rue de Turbigo
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 74 32 36
Mail : paris@galerieparisbeijing.com
Internet Site : www.galerieparisbeijing.com
Description:
Une proposition de Raphaël Denis

Léa Belooussovitch, Justine Bougerol, Dieudonné Cartier, Claude Cattelain, Jerome Cavaliere & Stéphane Déplan, Morgane Fourey, Mathieu Gargam, Elodie Huet, Alexandre Lavet, Gabriel Leger, Maude Maris, Simon Nicaise, Félix Pinquier, Brice Raphalen, Benjamin Sabatier, Mathias Tujague, Roeland Tweelinckx, Président Vertut, Sebastian Wickeroth, Michael Zelehoski

Avec le soutien des galeries: Arnaud Deschin, Archiraar, Backslash, Isabelle Gounot, Bertrand Grimont, Irene Laub, Sator, Dürst Britt & Mayhew, Snap.projects et UN-Spaced

Nourries par leur expérience de travail et d'observation dans l'univers des galeries et institutions culturelles, les créations proposées par les artistes réunis dans Déformation professionnelle constituent autant de digressions sur le monde de l'art que sur les formes et matières de l'exposition. Elles évoquent notamment la construction des œuvres, leur mise en scène et l'intendance d'une galerie en mettant au premier plan un ensemble de matériaux et un vocabulaire habituellement dissimulés au spectateur, laissés dans les réserves, évacués lors d'un dernier lissage avant l'ouverture au public ou conservés dans l'intimité de l'atelier.

Plusieurs œuvres font ainsi directement référence aux outils et consommables employés par les régisseurs chargés de monter et construire physiquement les expositions ; les bleus de protection, les parois mobiles, les rouleaux de scotch, les différents dispositifs d'accrochage et de stockage, mais aussi les traces de peinture ou restes de plâtre deviennent le sujet principal de l'attention. Ils sont transformés en œuvres indépendantes, maniés pour eux-mêmes, mimés dans leur apparence ou encore utilisés à contre-emploi et rendus inutilisables, dans des constructions confinant à l'absurde ou au paradoxe comme les clous cloués de Simon Nicaise, les bâtons de colle collés d'Elodie Huet, les équerres soutenant le plafond de Roeland Tweelinckx, la cloison explosée de Sébastien Wickeroth ou la perceuse à foret de cristal de Gabriel Leger.

De l'intérêt pour les rebuts et les matériaux quotidiens d'emballage, de transport ou de protection naissent des jeux formels et installations relevant tantôt de la prouesse architectonique, tantôt du trompe-l'œil ou de la stratégie poétique. Les différences d'échelle entre les formes spectaculaires ou minuscules que ces éléments standardisés et faciles d'emploi permettent de créer laissent toutefois toujours percevoir le même souci de perfection, la même délicatesse dans la mise en œuvre. Ainsi des armatures apparemment instables de Claude Cattelain qui forment une installation à l'équilibre parfaitement maîtrisé, des tâches de peinture en porcelaine disposées au sol d'Alexandre Lavet ou encore de la tour interminable de rouleaux de scotch de Benjamin Sabatier. Des équilibres similaires se retrouvent dans les mystérieuses constructions scénographiques de Maude Maris, élaborées à partir de maquettes constituées de moulages en plâtre, évoquant un monde de formes en devenir, prêt à s'animer, ou dans l'espace distendu conçu par Justine Bougerol. Le même silence, la même attente et la même tension semblent résonner dans les vues de galeries vidées de leurs œuvres d'Alexandre Lavet - qui simulent l'état dans lequel les régisseurs les perçoivent avant et après l'exposition - ou émaner des tables de travail à la présentation très soignée de Mathias Tujague et Morgane Fourey, dont les arrangements évoquent des établis parfaitement ordonnés. Conçues comme un autoportrait ou une accumulation de restes, ces installations soulignent la parenté entre l'artiste et l'artisan ; d'autres œuvres laissent percevoir les liens entre l'artiste et l'ingénieur, comme les manipulations de modules et constructions graphiques du sculpteur Félix Pinquier.

À l'évocation directe de l'aspect pratique et matériel, très standardisé, du montage d'une exposition, s'ajoute celle d'un monde de l'art concurrentiel et des impératifs de séduction qu'il requiert (de la possession d'un espace et de la connaissance précise de collectionneurs jusqu'à l'envoi de centaines d'invitations que peut évoquer la ligne d'enveloppes de Léa Belooussovitch). Un monde aux apparences policées dont la brutalité et la sauvagerie sont clairement démontrées par les hilarantes vidéos de Jérôme Cavaliere et Stéphane Déplan ; un monde peuplé de réappropriations et détournements dont témoignent les reliques de néons issues d'une sculpture de François Morellet récupérées par Brice Raphalen ou les motifs de Sol Lewitt repris par Michael Zelehoski. Aux rivalités artistiques s'ajoutent à l'occasion l'irruption de véritables guerres, de compromissions et d'arrangements, comme le rappelle Dieudonné Cartier avec son évocation du « don » de Jacques Chirac au Musée de Bamako d'une statuette volée qu'on lui avait offerte - ou encore Président Vertut avec sa vidéo minutieusement calquée sur les images de la destruction des œuvres du musée de Mossoul par les sbires de l'État islamique, dans laquelle ces derniers sont remplacés par des hipsters fanatisés, saccageant une exposition d'art contemporain.

Raphaël Denis, Septembre 2016

Vernissage de l'exposition collective "Déformation Professionnelle"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Main dans la main"
Location:
Rotonde de la Villette
La Rotonde Stalingrad
6-8, Place de la Bataille de Stalingrad
75019 Paris
M° Stalingrad
France
Phone : +33 (0)1 80 48 33 40
Mail : contact@larotonde.com
Internet Site : www.larotonde.com
Description:
Vernissage le 5 Novembre 2016 à partir de 18h
Du 05/11 au 06/11/2016

Exposition de Louis Granet, Davaine Idir, Cyril Debon

[18:00-22:00] Vernissage des Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine
Location:
Marché aux Puces de Paris - Saint-Ouen
Puces de Saint-Ouen
Rue des Rosiers
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Clignancourt, Garibaldi
France
Phone : +33 (0)1 40 12 32 58
Fax : +33 (0)1 40 12 32 58
Internet Site : www.parispuces.com
Description:
Marché Dauphine

du 5 au 28 novembre

Vernissage des Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine

Vernissage des Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine

[18:00-22:00] Vernissage des artistes de Doggy Art Bag aux RPPC
Location:
Marché aux Puces de Paris - Saint-Ouen
Puces de Saint-Ouen
Rue des Rosiers
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Clignancourt, Garibaldi
France
Phone : +33 (0)1 40 12 32 58
Fax : +33 (0)1 40 12 32 58
Internet Site : www.parispuces.com
Description:
Doggy Art Bag a le plaisir de vous convier aux Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine et présente les artistes :
- Jean-Christophe Ballot
- Jarl Alé de Basseville
- Patrick Braoudé
- Denis Debadier
- Grégoire de Gaulle
- Franck Stromme

6 photographes, 6 univers à découvrir au fil des stands du Marché Dauphine.

Pour sa deuxième édition, les Rencontres Parisiennes de la Photographie Contemporaine investissent le Marché Dauphine, où seront exposés plus de 70 photographes, des galeristes et des éditeurs, avec pour thème "Le réalisme symbolique en photographie".
Ouvert tous les week-ends de novembre, de 10h à 18h et plus précisément :
- samedi 5, dimanche 6 et lundi 7 novembre
- samedi 12, dimanche 13 et lundi 14 novembre
- samedi 19, dimanche 20 et lundi 21 novembre
- samedi 26 et dimanche 27 novembre

Vernissage samedi 5 Novembre de 18 à 22 heures

Vernissage des artistes de Doggy Art Bag aux RPPC

[18:00-21:00] Vernissages de Buck Ellison + Full Haus
Location:
Galerie Balice Hertling Belleville
47 bis, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Couronnes, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 40 33 47 26
Mobile : +33 (0)6 19 60 88 94
Fax : +33 (0)1 40 33 47 36
Mail : gallery@balicehertling.com
Internet Site : www.balicehertling.com
Description:
Balice Hertling is pleased to host "Louisa", the first solo show of Buck Ellison at the gallery from November 5, 2016 through January 7, 2017. The opening is on Saturday, November 5 from 6 to 9 PM.

We are also pleased to host the gallery Full Haus from Los Angeles for a guest appearance at our space on 45 rue Ramponeau, 75020 Paris. "Saigon Immolation", organized by Full Haus with works by William Kaminski, Sowon Kwon, Becca Lieb, David Muenzer and Jeffrey Stuker will run from November 5 through December 10.
The opening is on Saturday, November 5 from 6 to 9 PM.

Vernissages de Buck Ellison + Full Haus








[19:00] Vernissage de Julia Scorna "Juhu, juhu"
Location:
Berlin
Berlin
10871 Berlin
M° U-Bahn Berlin
Allemagne
Internet Site : www.berlin.de
Description:
Galerie Eigenheim

05.11.-03.12.2016

In den drei Räumen der Galerie Eigenheim Berlin zeigt Julia Scorna Arbeiten, welche den Menschen in drei sich ergänzende Verhältnisse setzen: zur Natur, zur Kultur und zu sich selbst. Dabei geht sie poetisch und subtil zu gleich vor und hält uns mit mehr oder weniger verschlüsselten Botschaften einen Spiegel unserer selbst vor Augen. Der erste Eindruck ist ein hoch ästhetisierter, abstrahierter, welcher sich bei weiterem Betrachten mit Inhalten füllt.
Im ersten Raum finden wir beispielhaft die Fotografien mit dem Titel Hors Piste, welche Schneelandschaften zeigen, in der sich die menschlicher Existenz in Form von Skispuren und Wintersportanlagen ablesen lassen. Hors Piste lässt sich dabei mit Außerhalb der Piste übersetzen und ist ein Beispiel dafür, in wie weit sich die Menschen über das verträgliche Maß der Ausbeutung der Natur hinweg setzen; Ihrer Sehnsucht nach Individualität nachkommen, ohne dabei an die Folgen zu denken. In Verbindung mit dem durchaus zynisch lesbaren Titel der Ausstellung Juhu, juhu. hinterfragt Julia Scorna die omnipräsente Feierkultur, in der die Moral und das Streben nach kollektiver Gesundheit in Bezug auf Umwelt, Individuum und Gesellschaft, dem Verlangen nach Spaß und Glück des Einzelnen hinter her hinkt. Stellvertretend für die zeitgemäße Erforschung des Verhältnisses zwischen Mensch und Kultur, welches die thematische Klammer des zweiten Raumes bildet, steht die Arbeit Take away Altar to go; ein Klappaltar mit mobilem Charakter, mit sich im Innerem befindlichen Abbildungen von Himmel- und Wolkenstrukturen. Die Allgegenwärtigkeit der Ökonomisierung der Zeit lässt auch neue Formen von Devotionalien notwendig erscheinen. Dabei ist der Himmel ein gern herangezogener, demokratischer und universeller Bildraum, um in Verbindung mit einem Altar eine Möglichkeit des Kontaktes mit dem Jenseits aufzunehmen. Nachvollziehbar erscheint hier die Entwicklung eines mobilen Altars im Bezug auf die Rastlosigkeit unserer Existenz. Gleichermaßen spielt es auf das notwendige Wechseln kultureller Räume an, das den Umgang mit der eigenen kulturellen Identität bedingt.
Im dritten Raum werden wir letztendlich auf uns selbst als Individuum zurück geworfen. Die zehnteilige Spiegelarbeit Zeitgemäßes Selbstportrait reflektiert verschiedene aktuelle Beziehung zu sich selbst. Es handelt sich dabei um gerahmte, verschiedenfarbige Spiegelfolien. Eine einfache und doch wieder tiefgründige Arbeit, welche verschiedene Formen des Egos entdecken lässt, und sich sogleich mit der Trend- und Fashionwelt auseinander setzt. Die von der Künstlerin gewählten Titel der einzelnen Arbeiten beziehen sich auf Marketingstrategien der Modebranche und heißen Purple Rain oder Urban 2000 und spielen so mit künstlichen Identitäten und der Frage, wer wir nach außen sein wollen und wer wir nach innen wirklich sind. Alles ist jedoch billig produziert und gerahmt und macht so auf die Kurzlebigkeit der Trendzyklen und den Anspruch des Kunden aufmerksam. Die Auswahl an Arbeiten kann als ein momentanes Gefühl der Künstlerin gegenüber der Gesellschaft verstanden werden. Sind doch gerade Großstädte Orte hochverdichteter Tendenzen menschlichen Entwicklungsdrangs, mit welchem sich die Künstlerin, seit drei Jahren in Paris lebend, konfrontiert sieht. Die Ausstellung kann als Angebot verstanden werden über die Universalität dieser Verhältnisse kritisch nachzudenken.

Vernissage: Samstag, 05. November, ab 19:00 Uhr

Vernissage de Julia Scorna "Juhu, juhu"











[22:00] Nuit Paul McCarthy Films+Actions
Location:
Chacha Club
47, rue Berger
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Les Halles
France
Phone : +33 (0)1 40 13 12 12
Mail : chacha@chachaclub.fr
Internet Site : www.chachaclub.fr
Description:
La Galerie du Chacha accueille une soirée spéciale Paul Mc Carthy avec des projections et des performances
Performances : Amélie Pironneau et Gwenael Billaud

Né en 1945 à Salt Lake City (Utah), Paul McCarthy commence sa carrière artistique par des performances et des vidéos. En 1974, dans une vidéo appelée Painting, Wall Whip, Paul McCarthy utilise son corps comme pinceau, et de la mayonnaise, du ketchup, de la viande et des excréments comme peinture. Une autre vidéo, Painter, réalisée en 1995, donne une idée de cet aspect de son travail.
L'artiste va beaucoup plus loin, n'hésitant pas à faire, comme dans Class Fool (1976), des "choses impliquant des poupées Barbie, des saucisses, de la vaseline et ses orifices corporels ou ceux des autres - que nous ne pouvons pas décrire ici", raconte pudiquement le New York Times (en anglais). "J'ai un faible pour exposer l'intérieur de notre corps, les orifices qui y mènent, ce qu'est l'intérieur et ses tabous", confiait-il au Guardian (en anglais) en 2011. Bienvenue dans l'univers de Paul Mc Carthy !

Open Bulles et saucisses à 22h

Mix By Gwenaël Billaud électro Clash

Vidéos dans la salle de Bain Remixes

Paul McCarthy et Mike kelley - Fresh Acconci (1995)
Paul McCarthy - Painter (1995)
Paul McCarthy & Mike Kelley - Heidi, 1992
Paul McCarthy - "Class Fool" (1976)
Paul McCarthy - 1974 - Sauce

Partenariat Technikart

Nuit Paul McCarthy Films+Actions

13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés