Saturday, November 26, 2016
Public Access


Category:
Category: All

26
November 2016
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 1 2 3 4

  Exposition "Les Insoumis de l'art moderne, Paris les années 50"
Location:
Musée Mendjisky - Ecoles de Paris
15, square Vergennes
75015 Paris
M° Vaugirard
France
Phone : +33 (0)1 45 32 37 70
Mail : info@fmep.fr
Internet Site : www.fmep.fr
Description:
Le Musée Mendjisky-Ecoles de Paris est fier de vous présenter sa nouvelle exposition : "Les Insoumis de l'art moderne, Paris les années 50".

Du 12 octobre au 31 décembre

A travers une soixantaine d'oeuvres maîtresses, l'exposition présente des artistes tels que Bernard Buffet, Bernard Lorjou, André Minaux ou encore Paul Rebeyrolle qui ont réaffirmé une vision de l'art faite de chair et de terre. Ils nous montrent combien la seconde partie du XXe siècle n'est pas celle du vide mais celle de la figure réinventée.

Dans les années 50, ces jeunes peintres français se sont battus tout comme Francis Bacon, Balthus, Lucian Freud, Edward Hopper ou Giorgio Morandi pour imposer une figuration que la modernité voulait à jamais dissoudre.

avec des oeuvres de Michel Thomson

Tarif plein 9 €
Tarif réduit 6 €

Exposition "Les Insoumis de l'art moderne, Paris les années 50"

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00] Distribution gratuite de bulbes aux Parisiens
Location:
Parvis de l'Hôtel de Ville de Paris
Place de l'Hôtel de Ville
75004 Paris
M° Hôtel de Ville
France
Description:
Distribution gratuite de bulbes aux Parisiens

[11:00] Lancement du roman de Florence Seyvos "La Sainte Famille"
Location:
Cinéma du Panthéon
13, rue Victor Cousin
75005 Paris
M° RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 40 46 01 21
Mail : cinemadupantheon@yahoo.fr
Internet Site : www.whynotproductions.fr/pantheon
Description:
À l'occasion de la parution du dernier roman
de FLORENCE SEYVOS

les Éditions de L'Olivier et le Ciné-club du Libraire vous invitent à une rencontre animée par Nathalie CROM, responsable des pages livres du journal Télérama

Projection du Film "SHERLOCK JUNIOR"
(Buster Keaton, 1924,45')

Lectures par Emmanuelle Devos d'extraits de La sainte famille (2016) et Le garçon incassable (2013)

12:00  
13:00 [13:30-14:30] Initiation au scénario de bande dessinée
Location:
Art en Transe Gallery
4, rue Roger Verlomme
75003 Paris
M° Chemin Vert, Bréguet - Sabin, Bastille
France
Phone : +33 (0)9 81 39 39 80
Mail : contact@entransegallery.com
Internet Site : www.entransegallery.com
Description:
Initiation au scénario de bande dessinée


[14:00] Signature de François Schuiten & Laurent Durieux pour "Dialogues"
Location:
Galerie Barbier & Mathon
10, rue Choron
75009 Paris
M° Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Georges, Cadet
France
Mobile : +33 (0)6 80 06 29 95
Mail : info@barbiermathon.com
Internet Site : www.barbiermathon.com
Description:
François Schuiten & Laurent Durieux dédicaceront leur livre Dialogues (ce titre uniquement) à la galerie le samedi 26 novembre à partir de 14h. Seules les personnes inscrites lors de l'achat du catalogue pourront y accéder.

L'exposition reste ouverte au public pendant la durée de la dédicace.




La prochaine exposition de la Galerie Barbier & Mathon est consacrée à la collaboration artistique entre l'auteur de bande dessinée François Schuiten et l'artiste Laurent Durieux.

Elle réunira des sérigraphies réalisées à quatre mains par les deux auteurs mais également les dessins originaux et crayonnés préparatoires ayant servi à leur réalisation.

A l'occasion de cette exposition, la galerie éditera un catalogue comprenant un entretien avec les auteurs : Dialogues, également en vente le soir du vernissage.

Le vernissage est ouvert au public et se tiendra, en présence des artistes, le jeudi 17 novembre de 19h à 21h30.

Exposition : du 18 novembre 2016 au 7 janvier 2017

Vernissage de François Schuiten & Laurent Durieux "Dialogues"

[14:00-20:00] Vernissage de Raphaëlle Ricol "Je t'Âme"
Location:
Galerie Patricia Dorfmann
61, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 55 41
Fax : +33 (0)1 42 77 72 74
Mail : galerie@patriciadorfmann.com
Internet Site : www.patriciadorfmann.com
Description:
26 novembre 2016 - 07 janvier 2017
Exposition prolongée jusqu'au 14 janvier 2017
Vernissage samedi 26 novembre de 14h à 20h

Un dimanche à la galerie
27 novembre de 12h à 18h
Rencontre avec l'artiste et signature du journal !BAAM!
!BAAM! première édition du journal de la galerie.
N°1 consacré à Raphaëlle Ricol. Édition Collector signée et numérotée.

Vernissage de Raphaëlle Ricol "Je t'Âme"
Raphaëlle Ricol, Témoin, 2016 - Acrylique sur toile, 162 x 200 cm

[14:00-21:00] Vernissage de Thomas Lévy-Lasne "La fragilité"
Location:
Backslash Gallery
29, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République
France
Phone : +33 (0)9 81 39 60 01
Mobile : +33 (0)6 63 60 14 48
Mail : info@backslashgallery.com
Internet Site : www.backslashgallery.com
Description:
26 novembre - 29 décembre
vernissage le samedi 26 novembre de 14h à 21h

Backslash est très heureuse d'annoncer la première exposition personnelle à la galerie de l'artiste Thomas Lévy-Lasne qui mêle références à la peinture classique et une actualité indiscutable dans le choix de sujets contemporains.
À l'huile sur toile, l'aquarelle, le crayon ou le fusain, dans de petits formats ou des œuvres monumentales, Thomas Lévy-Lasne concentre la maîtrise de son art au service d'une valorisation de la banalité quotidienne.
Le titre de l'exposition « La fragilité » fait écho, comme un parfum, au tragique de la période actuelle, à ce nouveau monde auquel nous devons nous adapter.

L'exposition propose un voyage à travers les différentes techniques artistiques que propose le geste figuratif.

L'huile sur toile se développe dans des formats et des sujets très différents. Des grandes compositions aux détails opératiques, un paysage luxuriant, écrin d'un personnage affairé sur son smartphone; une femme au balcon d'un immeuble moderne à la multitude de parcelles d'habitations. Des paysages, comme un coucher de soleil pollué aux couleurs artificielles, ou des portraits comme des petites filles très sérieuses déguisées en princesse pour retrouver le plaisir pictural des drapés grandiloquents. Une série de toiles fixe des métiers dans l'humilité du fait main. La concentration, la sensibilité, l'intuition sont requises, toutes choses inaccessibles aux machines.

Une toute nouvelle série de fusains propose des images aux noirs à la fois denses et flous, la technique spécifique du fixatif liquide brouillant le trait hyper précis de l'artiste. Une forêt immense invite le visiteur à plonger physiquement dans la perspective de ses frondaisons; l'agitation des manifestations contraste avec le calme patrimonial des arbres et des immeubles haussmanniens; des corps se présentent dans l'intimité d'espaces urbains étriqués.

La série des aquarelles de fêtes propose un regard sur une génération festive, mais fragile. Confettis, canettes de bière ou décolletés plongeants deviennent vanités iconographiques sous un regard alcoolique qui dépeint, sans hiérarchie, le carnaval des textures et des motifs.

Témoin de son époque, Thomas Lévy-Lasne dessine également au crayon des scénettes inspirées d'un site de streaming live érotique où des amateurs exhibent leurs ébats sexuels. Magnifiant la tendresse, l'intimité, le scabreux et le comique de la sexualité, c'est à coup de crayon, par hachures douces, de petites caresses en corrélation avec le sujet, qu'il s'attaque à un sujet trusté par l'industrie pornographique.

Klaus Spiedel explique : « Coucher de soleil ou scène d'orgie, ses œuvres sont autant de tentatives de nous faire partager un énorme appétit d'apparences qui caractérise la pratique de Thomas Lévy-Lasne.»

Vernissage de Thomas Lévy-Lasne "La fragilité"



[15:00-18:00] Dédicace par Greg "Léon" Guillemin de cartes postales #Q2byLeon
Location:
Audi City Paris
48, place du Marché Saint-Honoré
75001 Paris
M° Pyramides, Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 55 35 30 00
Fax : +33 (0)1 55 35 30 01
Internet Site : www.audicityparis.com
Description:
Du 8 novembre au 3 décembre 2016, Audi City Paris nous donne rendez-vous avec "The Secret Life of Heroes" de Greg "Léon" Guillemin.

[15:00-19:00] Signature du livre '"Sur Paris" d'Alain Cornu
Location:
Galerie Thierry Bigaignon
9, rue Charlot
Hôtel de Retz
Bâtiment A - 1er étage
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul, Rambuteau
France
Mobile : +33 (0)6 80 61 99 41
Mail : thierry@thierrybigaignon.com
Internet Site : www.thierrybigaignon.com
Description:
A la rencontre d'un Paris imaginaire et poétique.
Plongeant au cœur de l'imaginaire collectif, revisitant le romantisme de la capitale, Alain Cornu laisse s'exprimer dans la série "Sur Paris" toute la poésie du paysage urbain à travers des dizaines de photographies, toutes plus fascinantes les unes que les autres.

Rendez-vous samedi 26 novembre de 15h à 19h à la Galerie Thierry Bigaignon pour une rencontre exceptionnelle lors de la signature de son livre.

Signature du livre '"Sur Paris" d'Alain Cornu

[15:00-18:00] Vernissage de l'exposition "Animaux Fantastiques"
Location:
Galerie Vanessa Rau
Art contemporain et antiquités du Japon
110, rue des Rosiers
Marché Serpette - Allée 3 Stand 11
Puces de Paris Saint-Ouen
93400 Saint-Ouen
M° Porte de Clignancourt, Garibaldi
France
Phone : +33 (0)7 86 51 97 62
Mail : contact@galerievanessarau.com
Internet Site : www.galerievanessarau.com
Description:
Animaux Fantastiques
Exposition de
Antoine Bertrand et Naondo Fukumoto

Du Samedi 26 Novembre au Lundi 19 Décembre 2016
Vernissage le Samedi 26 Novembre de 15h00 à 18h00

La Galerie Vanessa Rau a le plaisir de vous inviter à découvrir les dernières œuvres d'Antoine BERTRAND et de Naondo FUKUMOTO, artistes adeptes des techniques artistiques traditionnelles japonaises.

Chacun, à sa manière et dans son style, nous présente leurs animaux fantastiques.
Naondo FUKUMOTO à travers les animaux mythologiques japonais, sobres et mystérieux.
Antoine BERTRAND avec des animaux sauvages aux regards pénétrants et aux forts caractères.
Peintures et céramiques seront à la vente.

Entre mythe et nature, une exposition incontournable !

Vernissage de l'exposition "Animaux Fantastiques"

[15:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Joël Stein and the GRAV"
Location:
Galerie Xippas
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 27 05 55
Fax : +33 (0)1 40 27 07 16
Mail : paris@xippas.com
Internet Site : www.xippas.com
Description:
Exposition du 26 novembre 2016 au 21 janvier 2017
Vernissage le samedi 26 novembre à 15h

Avec les œuvres de Horacio Garcia-Rossi, Julio Le Parc, François Morellet, Francisco Sobrino, Joël Stein et Jean-Pierre Yvaral

Commissaire de l'exposition : Arnauld Pierre

Des structures programmées aux objets manipulables et transformables, de la sollicitation du spectateur à l'établissement de situations ludiques et récréatives, c'est l'ensemble des stratégies visuelles et participatives du Groupe de Recherche d'Art Visuel (GRAV) qui aura été exploré par Joël Stein (1926-2012), l'un des membres fondateurs du groupe en 1960 avec François Morellet, Jean-Pierre Yvaral, Julio Le Parc, Francisco Sobrino et Horacio Garcia-Rossi.

Au contact de Morellet, Stein avait adopté en 1956 tous les principes d'une abstraction conçue comme organisation plus contrôlée et homogène de la surface, par des opérations systématiques de répétition, de progression et de permutation, affectant à la fois la forme et la couleur. L'idéal est celui de la recherche anonyme et dédaigneuse des mythologies construites autour de la figure de l'artiste en génie solitaire et inspiré - « cette éloquence délirante sur l'artiste et sa personnalité » qui avait accompagné le développement de l'abstraction lyrique. Sur ce terrain, l'entente est parfaite avec quelques artistes sud-américains récemment arrivés à Paris avec un bagage pictural rassemblé à partir des mêmes sources : Max Bill et l'art concret, Victor Vasarely et les prémices de ce qu'il appelle déjà « cinétisme ».

Après la formation du GRAV, Stein oriente ses recherches dans le sens du programme défini en commun : stimulation rétinienne et instabilité visuelle. Il superpose grilles et trames et explore l'effet moiré, réunissant une partie de ses résultats dans l'album Jeux de trames (1962), préfacé par Pierre Schaeffer. Stein est en rapport avec le compositeur dans le cadre d'une autre entreprise collective caractéristique de cette décennie d'expérimentations polymorphes : le Groupe de Recherche Musicale de l'ORTF. Il y réalise des séquences d'images et des génériques pour la télévision, tandis que le cinéaste Henri-Georges Clouzot lui donne carte blanche, ainsi qu'à son complice Yvaral, pour les effets spéciaux hallucinatoires de L'Enfer (1964, inachevé) et de La Prisonnière (1968).

Comme ses collègues du GRAV, et en phase avec l'utopie participative de l'époque, Stein outrepasse rapidement le champ expérimental de « la relation œuvre-œil » pour inventer des formes d'interaction directe avec le spectateur. Appelé à toucher et à manipuler, ce dernier est désormais confronté à des objets ludiques qu'il lui appartient d'activer : kaléidoscopes et reliefs tapissés de miroirs renvoyant les reflets démultipliés de sphères suspendues, objets et miroirs transformables, appareils à engendrer déformations et anamorphoses... A l'instar du Boulier de 1965, la plupart de ces objets ont figuré dans les fameux Labyrinthes élaborés en plusieurs occasions par les membres du GRAV au fil de leurs années d'activité. Avec ces environnements hautement ludiques et participatifs, le groupe visait l'une de ses plus hautes missions politiques et sociales : l'avénement d'un nouveau public démocratique dans l'euphorie communicative du jeu et du divertissement. Avec Joël Stein en principal théoricien de ce nouvel homo ludens : « Par le jeu, nous arrivons à un engagement total du spectateur adulte ou enfant, ignare ou cultivé, qu'importe, il y a une mise en situation, une relance de l'attention qui ne s'appuie pas sur une préconnaissance, mais sur la surprise, le geste, la provocation. »

L'autodissolution du GRAV à la fin de l'année 1968 accompagne le constat que l'époque a accompli la révolution demandée par les artistes. Stein se met à expérimenter le laser et retourne à ses recherches sur les interactions chromatiques, l'ombre et la lumière, qui prennent des formes dont la variété devra à nouveau être exposée. Alors, les années du GRAV n'apparaîtraient pas seulement comme une parenthèse enchantée mais comme un moment d'une carrière entièrement conduite par la même insatiable curiosité pour les phénomènes de la vision et l'univers perceptif.

Arnauld Pierre

Vernissage de l'exposition "Joël Stein and the GRAV"
Joël Stein, Boîte lumière, 1964 (réédition 2012). Wood, metal, neon, mirror and a small motor, 65 x 65 x 26 cm.
Photo: Frédéric Lanternier. Courtesy Galerie Xippas




[16:00] Baptiste Giabiconi dédicace son calendrier 2017
Location:
BHV Marais
BHV Rivoli
52, rue de Rivoli
75189 Paris Cedex 4
M° Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)9 77 40 14 00
Fax : +33 (0)1 42 74 96 79
Internet Site : www.bhv.fr/magasins/bhv-paris/
Description:
Baptiste Giabiconi dédicace son calendrier 2017

[16:00-19:00] Finissage d'Olivia Lavergne "FICTIONS"
Location:
Galerie Insula
24, rue des Grands Augustins
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Michel, Pont Neuf
France
Phone : +33 (0)1 71 97 69 57
Mobile : +33 (0)6 07 74 96 57
Mail : contact@galerie-insula.com
Internet Site : www.galerie-insula.com
Description:
Dans le cadre du Festival Photo Saint Germain 2016
et en partenariat avec ARTE

du 4 au 27 novembre 2016
Vernissage le jeudi 3 novembre de 18h30 à 21h

« Les tableaux photographiques d'Olivia Lavergne intriguent. Empruntant les codes de la peinture et du cinéma, ses paysages bousculent le réel, font illusion, de sorte qu'il est bien impossible de démêler le vrai du faux.

Ses Jungles nous plongent dans une forêt tropicale luxuriante, une végétation dense dont l'étrange beauté fascine et invite à l'exploration.

Anywhere out of the world creuse les notions de perception et de métamorphose. Dans ce décor onirique, sublimé par une lumière très travaillée, les associations visuelles recomposent un territoire imaginaire.

Architecture des formes, conjugaison des couleurs, effets de clair-obscur, nuit américaine, tout concourt à la «réalisation d'une image qui contienne à la fois ce qu'elle montre et ce qu'elle dissimule.»

Finissage d'Olivia Lavergne "FICTIONS"
Olivia Lavergne, Jungles 2, 100 x 100 cm, Tirage Fine Art, Ed.5

[16:00-19:00] Le Cyclop en dédicace
Location:
Le Lavo//matik
arts urbains
20, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 83 69 92
Mail : benoit.maitre@wanadoo.fr
Description:
Le Cyclop pour une séance de dédicace de l'Opus Délits qui lui est consacré "Fantaisies Urbaines"

De son oeil malicieux et inquisiteur, moqueur et chatoyant, il scrute la rue perché en haut des potelets métalliques qui poussent sur nos trottoirs
Mais son imagination est débordante et il ne se limite pas à ça, surprise surprise...

Le Cyclop en dédicace

[16:00-18:30] Signature du recueil de poèmes écrits par Bernadette Buffet
Location:
Galerie Maître Albert
6, rue Maître-Albert
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 55 42 73 77
Mail : jdm@lmet.fr
Internet Site : www.maitrealbertgallery.com
Description:
Les éditions du Monde en tique ont le plaisir de vous inviter à la signature du recueil de poèmes écrits par Bernadette Buffet et illustrés par Monique Dehais.

Une lecture accompagnera cette dédicace ce samedi 26 novembre 2016, de 16 heures à 18 heures 30, autour d'un verre pour célébrer la peinture et la poésie.

Monique Dehais présentera également les œuvres qui ont concouru à l'aboutissement de cet ouvrage.

Signature du recueil de poèmes écrits par Bernadette Buffet

[16:00-21:00] Vernissage de Glen Baxter "Completely Baxter"
Location:
Galerie Isabelle Gounod
13, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 48 04 04 80
Fax : +33 (0)1 48 04 04 80
Mail : info@galerie-gounod.fr
Internet Site : www.galerie-gounod.com
Description:
Du 26 novembre 2016 au 14 janvier 2017
Vernissage le 26 novembre, de 16h à 21h

La galerie Isabelle Gounod est particulièrement heureuse d'accueillir Glen Baxter pour sa première exposition personnelle à la galerie.

Explorateurs en casque colonial, étudiants en blazer, buveurs de thé et joueurs de cricket, cow-boys et autres scouts sont les héros ordinaires de ses dessins légendés qui l'ont rendu célèbre. Issus des récits populaires de la jeunesse des années 30 et 40, ces personnages sont placés dans des situations absurdes et extravagantes au milieu desquelles ils semblent conserver un flegme tout à fait britannique : des boy-scouts récitent du Raymond Roussel devant un feu de camp ; un sheriff prend en flagrant délit le cow-boy Perec tentant de voler un E ; des primo-délinquants en blazer mis au pilori sont condamnés à assister à un colloque sur Houellebecq ; des enfants en robe de chambre scrutent à la lanterne la reproduction quasi-industrielle de Mondrian par leur père...

Vers 1970, Glen Baxter crée une formule de dessins légendés, méticuleusement typographiés, dont il fait par la suite, sa forme d'expression usuelle. Il réalise ses dessins à l'encre de chine et au crayon gras. Le dessin est toujours cerné à l'encre, la couleur emplit entièrement le motif. Attitude figée des personnages, absence d'ombre portée et d'expression faciales, arrière-plan strictement délimité. Ses dessins construits avec grande rigueur, évacuent tout pathos stylistique.

Ce maître du Nonsense (en anglais) sait parfaitement où placer le détail que l'oeil découvre souvent dans un second temps et qui modifie tout le sens de la scène. Pour peu que l'on y prête attention, l'incongruité pointe toujours dans les relations que cet artiste anglais établit entre ses textes et ses images. Souvent, le Nonsense et le rire qui s'ensuit reposent sur le décalage entre des images truffées de bizarreries et l'impassibilité de leurs légendes. «Il suffit d'une flèche, d'un hennin, d'un feu au second plan pour que soudain la normalité bascule dans l'absurde.»

«Les surréalistes appelaient ça le 'frisson' [en français dans le texte], cette impression soudain que le sol se dérobe, qu'on est allé trop vite, que l'on s'est trompé. (...) C'est une sensation fugitive, mais très forte, comme si l'esprit perdait momentanément l'équilibre. Exactement ce que j'essaie de faire éprouver à ceux qui regardent mes dessins. J'ai toujours adoré ces accrocs dans la réalité, ces légers vertiges.» (1)

Glen Baxter cite volontiers comme sources : Lewis Carroll, le roman « What a life ! » de Lucas et Morrow (2) considéré par Raymond Queneau comme pionnier du surréalisme, Buffalo Bill, Tom Mix, George Herriman (créateur de « Krazy Kat »), et ceux qu'il admire le plus : Jarry, Queneau, Raymond Roussel, Beckett, Magritte, Chirico, Desnos, Man Ray...

«Ni aphorismes illustrés, ni simples dessins légendés, les oeuvres de Glen Baxter jouent simultanément de la disjonction et de l'interdépendance d'images et de textes au style doucereux pour provoquer le rire. Chez cet anglo-saxon, le tout est plus grand que la somme des parties.» (3)

1 Stéphane Jarno, « Les dadas du Colonel », Télérama n° 3077, 2009
2 E.V. Lucas, George Morrow, What a life!: an autobiography, 1911, London, Methuen & Co Ltd
3 Sarah Ihler-Meyer, Artpress n°395, décembre 2012

Glen Baxter est né en 1944 à Leeds (Grande Bretagne), où il a suivi les cours de l'Ecole des Beaux-arts (entre 1960/1965). Peintre et dessinateur, c'est surtout son oeuvre graphique qui l'a fait connaître, aux Etats-Unis d'abord, puis en Grande Bretagne, en Hollande, dans les pays nordiques, en Australie, au Japon et bien sûr, en France où il expose régulièrement.

«Colonel Baxter» compte parmi ses «followers» Prince Charles himself, Monty Pythons' John Cleese, Salman Rushdie, Tonino Benaquista et bien d'autres...

Vernissage de Glen Baxter "Completely Baxter"
Glen Baxter, Untitled, 2014, crayon et encre sur papier, 79 x 53 cm

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Transition"
Location:
Galerie Alain Gutharc
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 47 00 32 10
Fax : +33 (0)1 40 21 72 74
Mail : gutharc@free.fr
Internet Site : www.alaingutharc.com
Description:
a group show curated by Pedro Morais
with: Aline Bouvy, Mathis Collins, Julien Creuzet, Florentine & Alexandre Lamarche-Ovize, Paul Maheke ft. Marie Toseland, Caroline Mesquita, Émilie Pitoiset

Exposition du 27 novembre 2016 au 14 janvier 2017
Vernissage samedi 26 novembre

Faisant suite à l'exposition « Radical Software », dont le titre citait une revue de contre-culture écolo-cybernétique des années 70, « Transition » emprunte son titre à une revue africaine d'avant-garde (1961-1976), point de ralliement de chercheurs et écrivains africains, crée en Ouganda par Rajat Neogy. L'objectif de la revue était de discuter de l'Afrique à partir de l'intérieur, sans pour autant revendiquer une quelconque identité noire. Transition était nourrie par des expatriés (y compris dans leur pays) en lien étroit avec le centre universitaire majeur d'Afrique de l'Est, à Makerere. Cultivant une attitude provocatrice, s'autorisant l'ironie et l'auto-dérision, ils refusaient de prôner une image glorieuse de l'Afrique pour les besoins de l'action politique. Ce refus d'identité se prolongeait dans la forme - mélangeant reportage, fiction, poésie, théâtre et critique - et dans les sujets, allant de la place de l'amour chez les Acholi aux politiques sexuelles, de la violence d'État au panafricanisme.

L'exposition tourne elle aussi autour du refus d'une identité figée, portée sur le potentiel trans ou transitionnel des œuvres. « Qui a besoin de l'identité? » interrogeait de façon provocatrice Stuart Hall en 1999, le sociologue d'origine jamaïcaine, figure incontournable des "cultural studies", mettant en évidence l'instabilité et la volatilité des catégories identitaires. L'exposition « Transition » cherche précisément à célébrer le caractère fabriqué de la réalité, l'anthropomorphisme temporaire et changeant des objets, l'animisme mutant, la délocalisation permanente des racines et la démolition transgenre des oppositions binaires.

Pedro Morais

Vernissage de l'exposition collective "Transition"





[17:00-20:00] Vernissage d'Anne Marie Arbefeuille
Location:
Galerie espace marie-robin
18, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Mobile : +33 (0)6 80 26 74 04
Mail : espace.marie-robin@wanadoo.fr
Description:
Vernissage d'Anne Marie Arbefeuille






[18:00] Décrochage de Louis Thomas "PORTRAITS"
Location:
Galerie Antonine Catzéflis
23, rue Saint-Roch
75001 Paris
M° Pyramides, Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 42 86 02 58
Mobile : +33 (0)6 61 13 07 30
Mail : antonine@catzeflis.com
Internet Site : www.antoninecatzeflis.com
Description:
Antonine Catzéflis
Michèle Cointe
Vous prient d'assister au vernissage de l'exposition
dans le nouvel espace de la galerie Antonine Catzéflis

PORTRAITS
de Louis Thomas

VERNISSAGE
Jeudi 23 juin 2016 de 18 à 22h

EXPOSITION
du 23 juin au 23 juillet

A l'occasion du vernissage,
Louis Thomas signera le livre de l'exposition
Portraits
Éditions de Pipo

Vernissage de Louis Thomas "PORTRAITS"

Vernissage de Louis Thomas "PORTRAITS"
Vernissage de Louis Thomas "PORTRAITS"

[18:00] Ifce : Remise des Trophées du sport
Location:
Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte
Parc d'expositions de Paris-Nord Villepinte
BP 68004
95970 Roissy CDG Cedex
M° RER B Parc des Expositions
France
Phone : +33 (0)1 48 63 30 30
Fax : +33 (0)1 48 63 33 63
Internet Site : www.expoparisnord.com
Description:
Salon du Cheval - stand H168, hall 5A

L'Institut français du cheval et de l'équitation organise les Trophées du Sport pour mettre à l'honneur les sportifs et les personnes qui se sont illustrées au cours de la saison sportive 2016.

[18:00-21:00] Vernissage de Carlos Cruz-Diez "Un être flottant"
Location:
Galerie Mitterrand
79, rue du Temple
Hôtel de Montmort
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 43 26 12 05
Fax : +33 (0)1 46 33 44 83
Mail : info@galeriemitterrand.com
Internet Site : www.galeriemitterrand.com
Description:
26/11 > 28/01 2017

Carlos Cruz-Diez est une figure historique du cinétisme et de l'art optique. En octobre 2016, il dialoguait avec l'architecture d'Auguste Perret (« Un être flottant », Palais d'Iéna, Paris) par le biais d'environnements monumentaux réalisés pour le lieu ou adaptés à celui-ci. L'exposition à la Galerie Mitterrand, elle aussi placée sous le commissariat de Matthieu Poirier, en est le pendant rétrospectif. Elle réunit à ce titre plus d'une trentaine d'œuvres-clefs de l'artiste né à Caracas en 1923. Ces tableaux, reliefs et environnements, du milieu des années 1950 à nos jours, témoignent tous de l'exploration incessante, par l'artiste aujourd'hui âgé de 93 ans, de la couleur comme phénomène spatial et sensoriel, cet « être flottant » rêvé par Vassily Kandinsky.

Formé à l'École des Beaux-Arts de Caracas où il obtient un diplôme de Professeur en 1945, Cruz-Diez vit au cours des années 1950 entre Caracas, Barcelone et Paris. S'il finit par s'installer en 1960 dans la capitale française, c'est dès 1954 que son œuvre connaît un tournant abstrait, à partir duquel l'artiste n'aura de cesse d'interroger la passivité sensorielle du support. Ses Proyectos murales (1954), des reliefs abstraits héritiers du néo-plasticisme de Sophie Tauber-Arp, sont ainsi peints de couleurs primaires se projetant sur leur support immaculé grâce à l'éclairage ambiant et en fonction de ses variations. Fait tout aussi surprenant, ces reliefs offrent ces mêmes éléments faisant saillie à la libre manipulation du spectateur. En 1955, les entrelacs de la série Parénquimas relèvent tant de l'art informel que de la microscopie cellulaire. En 1956, ce jeu de grilles prend un tour plus géométrique et la surface du tableau, envahie de triangles étirés et peints en aplats de couleurs primaires qui s'opposent violemment, produisent de puissants effets d'instabilité visuelle, non sans préfigurer, au sein de l'oeuvre, le système de lignes verticales et parallèles qui prévaut encore dans les réalisations les plus récentes de l'artiste.

Pour Cruz-Diez, la fixité de la composition, fut-elle abstraite, n'est qu'une image de plus, une nouvelle iconographie, aussi symbolique et narrative, voire anecdotique, que l'art figuratif. Dès 1958, l'artiste voit l'issue de cette impasse dans les théories de la couleur du XIXe siècle, chez Ogden Rood ou Eugène Chevreul, dans le néo-impressionnisme de Georges Seurat, dans le cubisme analytique de Pablo Picasso et Georges Braque, dans le futurisme de Giacomo Balla ou le suprématisme de Kasimir Malevitch, courants auxquels il empruntera la vibration, l'accélération et la suspension. Les découvertes plus récentes dans différents domaines scientifiques le passionnent tout autant : graphisme, photographie et reprographie modernes d'une part, optique, psychologie cognitive et phénoménologie de la perception, d'autre part. Selon Cruz-Diez, l'œuvre doit être porteuse d'enjeux « cinétiques » et « dynamogènes ». En d'autres mots, l'élément visuel, sans être forcément mobile lui-même, doit susciter chez son observateur un déplacement - une réaction motrice. Aussi et surtout, il doit produire la sensation « atmosphérique » d'un phénomène impalpable : celui d'une couleur pure, flottant dans l'espace physique mais aussi et surtout entre l'œil et le cerveau, dans le domaine psychophysiologique de la perception.

Dans les années 1960 et 1970, cette orientation esthétique prend chez l'artiste une connotation politique, démocratique pourrait-on dire, en ce qu'elle vient questionner la hiérarchie artistique qui veut que l'œuvre (ou son créateur) prime sur le spectateur. Cette participation active, cet appel à un corps velléitaire et non plus soumis à un message, même symbolique, se déploie chez Cruz-Diez d'une série à l'autre, non pas selon des thématiques ou des sujets, mais selon divers phénomènes, processus ou méthodes, tous liés au phénomène coloré (le préfixe chromo- est quasi systématique dès la fin des années 1950). La présente exposition vise ainsi à rendre compte de façon la plus exhaustive possible de l'univers de l'artiste, où les tableaux (Couleurs additives, dès 1959 ou Inductions chromatiques, dès 1963) sont peints, sérigraphiés ou même, ces dernières années, imprimés à partir de fichiers électroniques. Un haut degré d'inventivité technique s'y retrouve chez l'artiste, en vue d'une précision formelle que l'on pourrait qualifier de « chirurgicale » pensée en vue d'améliorer constamment l'efficience sensorielle. Ces données concernent tout autant ses reliefs (nommés Physichromies, dès 1959). Le plus souvent, ceux-ci n'offrent non pas tant un volume en saillie sur un fond ; ils présentent en réalité un soulèvement et une division du plan tout entier en de fines et multiples cloisons verticales, constituées elles-mêmes par des lamelles de divers matériaux (carton, plexiglas, métal, etc.) maintenues perpendiculairement au plan du support vertical.

D'une œuvre sur le plan mais dont la couleur palpite et se déploie dans l'espace, en passant par un environnement se jouant des données architecturales, Cruz-Diez déploie en réalité une conception singulière de l'abstraction, que l'on pourrait qualifier d'« héraclitéenne » - on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. Car les œuvres répondent d'une même pensée du flux, où la couleur n'est pas un état donné mais une mutation jamais interrompue (si ce n'est, hélas, par le document photographique) dans le temps et l'espace réels. Cette transformation sensible, qui ne connait jamais d'état final, de résultat analysable et concret, est obtenue par des variations systématiques, programmées et modulaires, et non plus « picturales », subjectives ou gestuelles.

La puissante industrie informatique voudrait aujourd'hui voir dans l'art cinétique, optique, perceptuel ou encore participatif comme celui de Cruz-Diez l'amorce de l'art numérique ou interactif. L'expérience authentique et directe - et non médiatique - de son travail nous dit pourtant le contraire : le spectateur n'est pas une paire d'yeux fixées à un piquet planté face au tableau, mais un corps mobile, faisant l'expérience in vivo d'une œuvre dont la réalité sensorielle s'incarne de façon particulière chez chaque nouvel observateur. Ce dernier, devenu une partie cruciale de la création (« qui n'existe pas sans spectateur », énonce l'artiste), fait incidemment l'expérience du regardeur regardé, tout autant que d'une forme de jouissance esthétique que l'artiste a toujours souhaitée équivalente à celle procurée par la musique. On aurait ainsi tort de voir dans l'œuvre de Cruz-Diez une exploration simplement savante et ludique de la couleur : il s'agit bien d'une révolution du regard, d'une expérience dynamique de l'élasticité de notre perception, lorsque la couleur n'est plus pétrifiée face à nous, mais qu'elle plane au-dessus de son support, à la lisière de notre vision.

Matthieu Poirier

Vernissage de Carlos Cruz-Diez "Un être flottant"

[18:00-20:00] Vernissage de Charles Gaines
Location:
Galerie Max Hetzler
57, rue du Temple
75004 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 57 40 60 80
Mail : info@maxhetzler.com
Internet Site : www.maxhetzler.com
Description:
Vernissage 26 novembre, 18h - 20h
26 novembre 2016 - 14 janvier 2017

Vernissage de Charles Gaines

[18:00-21:00] Vernissage de Jean-Luc Moulène "Ce fut une belle journée"
Location:
Galerie Chantal Crousel
10, rue Charlot
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 38 87
Fax : +33 (0)1 42 77 59 00
Mail : galerie@crousel.com
Internet Site : www.crousel.com
Description:
November 26, 2016 - February 11, 2017
Opening on Saturday, November 26, 2016 from 6 to 9pm

Pour sa cinquième exposition à la galerie Chantal Crousel, Jean-Luc Moulène présente un ensemble d'oeuvres inédites. Toutes réalisées entre 2012 et 2016, depuis la fin de sa dernière exposition à la galerie jusqu'à aujourd'hui. Elles sont spécialement adressées pour l'évènement.

Les objets, curieux et inédits, sont au nombre de 16, disposés avec précision dans l'espace de la galerie. Parmi eux, ConquOs qui, comme son titre l'indique, est l'assemblage d'un os et d'un coquillage. L'oeuvre joue sur les espaces intérieurs et extérieurs, qui s'entremêlent et s'inversent.
Conflit d'espace et de représentation que nous retrouvons dans Seule au sommet, une bubu, figure récurante dans l'oeuvre de Jean-Luc Moulène et mascotte du Grand Jeu1, est un dieu multiple, modulable et plastique. Seule au sommet est une abstraction, le bleu du ciel et le bleu marin supportent ce personnage fait de coquillages, entre ciel et mer, abîme et sommet.
« Tout s'inverse, le haut vaut le bas et le corps est la plastique de la représentation. Il faut revenir au Théâtre de la Cruauté, à cette opposition entre l'idéal et la condition. Mon travail est concrètement le lieu de ce conflit2. »

Inverse - reverse n'a de référence à la musique que par son titre emprunté aux paroles d'une chanson du Velvet Underground (The Murder Mystery). L'oeuvre est composée d'une branche d'arbre, qui, à chaque bifurcation a été coupée, retournée à 180° puis refixée. Les couleurs rouge et bleu, appliquées par alternance, donnent à la sculpture une certaine harmonie anatomique, non sans rappeler les illustrations classiques de la circulation sanguine.
Tête couronnée est un noeud de bois trouvé par Jean-Luc Moulène dans lequel ce dernier a enfoncé cinq de ses propres dents.
Comme très souvent dans son oeuvre, la notion de corps est encore présente dans ses nouvelles pièces.
« En 1970 Michel Journiac dit "le corps est viande". En 1980 il complète : "le corps est viande sociale". Et en 1990 il aboutit à cette formule : "le corps, viande sociale consciente". J'ai accompagné ce mouvement qui faisait du corps l'enjeu de la représentation3. »

Quelque Soit Tensintegral et Nombre et Noeud sont à rapprocher de l'intérêt de l'artiste pour les mathématiques :
« La raison trouve dans la géométrie son meilleur argument. Alors que je pense que la géométrie peut servir autre chose que la raison4. »
Le processus de création de Quelque Soit Tensintegral tient de l'intégrité tensionnelle5, le plus souvent appliquée aux constructions rectilignes pour renforcer la résistance des bâtiments. Il est ici appliqué à de la tuyauterie en cuivre, aux formes quelconques et trouvées.

Toutes de petites tailles, les oeuvres présentées sont des productions d'atelier pour lesquelles l'artiste est allé au plus simple du côté de l'outil. Ce sont des objets de pensée, des concepts, des gestes. Les éléments divers, trouvés ou créés, y sont assemblés et ajustés avec exactitude.
« Le premier geste est souvent le meilleur, mais il ne faut surtout pas en faire une mythologie. [...] En essayant d'améliorer un geste, on lui enlève son moment de surgissement. Le travail de la matière fait aussi surgir le langage non articulé qui va orienter les décisions. Ça peut être une digression, une onomatopée, un éclat de rire. [...] Il y a un moment où l'objet décide qu'il est complet - c'est un impératif de l'oeuvre. Il faut l'écouter parler, l'objet, à ce moment-là 6. »

Un groupe d'images statiques et en mouvement, dessins à l'aquarelle et deux courtes vidéos s'ajoutent à la structure globale de l'exposition à la galerie.

Jean-Luc Moulène présente également une exposition personnelle au Centre Pompidou jusqu'au 20 février 2017.

1. Le Grand Jeu est le nom d'une revue littéraire, éditée de 1928 à 1932, et du groupe dont elle est l'expression.
2. Jean-Luc Moulène, Chaque quelconque, entretien de l'artiste avec Briony Fer, Paris, octobre 2008.
3. Ibid.
4. Jean-Luc Moulène, entretien avec Jean-Luc Moulène, Alexandre Costanzo et Manuel Joseph, Paris, 2016.
5. Le concept d'intégrité tensionnelle a été défini en 1920 par l'architecte Buckminster Fuller. La traction ou tension est continue, alors que la poussée ou compression est discontinue.
6. Jean-Luc Moulène, Le premier geste, l'éclat de rire, catalogue de l'exposition, Centre Georges Pompidou, Paris, 2016.

Vernissage de Jean-Luc Moulène "Ce fut une belle journée"
Jean-Luc Moulène, ConquOs, Paris - Mexico, 2016, bone, shell, 13,5 x 12 x 28 cm
© Jean-Luc Moulène/ADAPG Paris 2016

[18:00-20:30] Vernissage de Lasse Schmidt Hansen "Exhibitions"
Location:
Galerie Hussenot
Eric Hussenot
5 bis, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 87 60 81
Fax : +33 (0)1 48 87 05 01
Mail : info@galeriehussenot.com
Internet Site : www.galeriehussenot.com
Description:
Vernissage le 26 novembre 18.00 - 20.30
26 Novembre - 14 Janvier 2017

Exhibitions is the second solo presentation at the Eric Hussenot Gallery by Lasse Schmidt Hansen. The exhibition is a collection of several new productions made specifically for it. All the works are evocative of his own approach to the exhibition process.

Exhibitions is the title of the work for which the exhibition is named. The work consists of two glass top tables with arranged and rearranged images taken in the gallery space at an earlier stage of preparation when the placement of exhibits had not yet been determined. Areas on the walls and floor marked with tape point out various alternate versions of the exhibition, hinting that what is now on display could have turned out differently. In this case activities preceding the exhibition become material for the content of the piece. They are like a documentation of something that could have been or of an activity that can longer be seen.

Untitled Epson Paper is likewise a series related to photography. Trimmed fragments of unexposed photo paper are put in frames in a more or less organized way. These are the edges that surround or come after a printed image. Flexibility is a characteristic of photo paper, and not being mounted allows the paper to bend and curl inside the frame. Being loose inside the frames also means that the works are sensitive to movement, and they may change when transported and eventually look different. While strictly using the medium of photography, in a sense the work hints at what's outside the image. It also engages a dialogue between intangibility and fleetingness, intentionality and permanence, which are concepts at the core of photography.

In the mezzanine a version of Dismantled Molleton is on view. The work consists of a collection of used pieces of black cloth (molleton) collected from different places like art institutions, galleries, theaters, film and photo sets. In art institutions, it is mainly used to obstruct light sources and to create invisibility in the galleries. However, it can also be used for black boxes or wall coverings allowing the pieces to relate to different architectures, windows, doorways, walls, etc. Hansen displays the pieces of fabric on the floor, folded in various fashions, showing how they were stored initially. Some clues remain as to their original function - such as staples, pieces of duct tape, missing corners - and are evocative of various architectures. Placed in a new context these pieces become displayed matter or dark objects, and their former function is now only partially definable.

For the duration of the exhibition the gallery will maintain the exhibited pieces in an arrested state- simultaneously displaying stages of construction, reorganization and disintegration. Exhibitions though, is a temporary exhibition where eventually the individual exhibits are replaced by the works of another exhibition and are subsequently moved to other places into new contexts. Themes like the momentary and the changeable or the circumstantial and the invisible run throughout most of Lasse Schmidt Hansen's productions.

Lasse Schmidt Hansen was born in 1978 in the City of Albertslund outside Copenhagen. He attended the Funen Art Academy from 2000 to 2003 and Städelschule in Frankfurt between 2003 and 2006. Since then his work has been exhibited numerous times internationally such as Reinhard Hauff, Stuttgart, 2015; Christian Andersen, Copenhagen, 2014; MUDAM, Luxembourg, 2015; Kunsthalle Wien, 2014 and Museum of Contemporary Art, Roskilde, 2014.

He currently lives and works in Berlin and Copenhagen.

Vernissage de Lasse Schmidt Hansen "Exhibitions"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Elles débarquent !"
Location:
SoiXante AdaDa
60, rue Gabriel Péri
93200 Saint-Denis
M° Saint-Denis - Porte de Paris, Basilique de Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 77 48 37 98
Mail : adada93@free.fr
Internet Site : 60adada.viabloga.com
Description:
Le 25 novembre journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes remonte à 1960 lorsqu'en République Dominicaine les sœurs Mirabal furent assassinées parce qu'elles militaient pour leurs droits. Elles devinrent alors les symboles du combat pour éradiquer ce fléau qu'est la violence à l'égard des femmes.

En France, chaque année 200 000 femmes sont victimes de violences conjugales, 83 000 de viols ou de tentatives de viols, 53 000 ont subi une mutilation génitale.

A Saint-Denis les artistes engagées dans les luttes proposeront dans différents lieux des expressions artistiques sur ce thème.

Un activisme féministe pour résister et dénoncer toutes les violences contre les filles et les femmes.

Du 26 novembre au 4 décembre à ADADA

Vernissage de l'exposition collective "Elles débarquent !"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition de Mode 2 "Préludes"
Location:
Galerie OpenSpace
116, boulevard Richard Lenoir
75011 Paris
M° Oberkampf, Parmentier
France
Phone : +33 (0)9 80 66 63 94
Mail : contact@openspace-paris.fr
Internet Site : www.openspace-paris.fr
Description:
Exposition personnelle du 26 novembre 2016 au 28 janvier 2017
du mercredi au samedi de 14h à 19h

Vernissage samedi 26 novembre entre 18h et 21h

Après quatre ans d'existence, la Galerie Openspace a réussi à inscrire son histoire entre figuration et abstraction avec une réelle exigence artistique. Son attrait pour les artistes développant une certaine technicité l'amène à présenter l'artiste britannique Mode 2, pionnier du mouvement graffiti post-New York, ainsi que de la culture Hip-Hop.

La Galerie Openspace et l'artiste britannique Mode 2 sont très fiers de présenter l'exposition "Préludes..." qu'ils préparent conjointement depuis plus d'un an. Cette icône de l'art urbain fait son grand retour en France avec cette exposition d'envergure à la Galerie Openspace, présentant 25 œuvres sur toile et papier.

Différents styles viennent dialoguer au fil des salles d'exposition de la galerie pour constituer une partition en quatre temps, sur les notions de mouvement et de rythme, de musicalité, d'harmonie et de dynamisme. Se voulant comme une traduction en peinture d'un sentiment exacerbé, "Préludes..." suggère cette excitation ou appréhension qui s'intensifie, et qui, au-delà de la stricte narration, illustre le moment qui précède, annonce, prépare, projette... Avec cette exposition, Mode 2 puise dans l'énergie et l'inventivité du graffiti et du Hip-Hop pour explorer ses propres limites. Considérant le vernissage d'une exposition comme une pièce de théâtre ou une prestation musicale sur scène, "Préludes..." présente l'artiste comme un équilibriste vacillant entre ses sujets, ses compositions, ses couleurs et ses lignes...

Vernissage de l'exposition de Mode 2 "Préludes"

[18:30-21:00] Vernissage de Leonidas Michalakos
Location:
Librairie hellénique Desmos
14, rue Vandamme
75014 Paris
M° Gaîté, Edgard Quinet, Montparnasse - Bienvenüe
France
Phone : +33 (0)1 43 20 84 04
Mail : desmosplus@gmail.com
Internet Site : www.desmos-grece.com
Description:
Vernissage de Leonidas Michalakos







[19:00-22:00] Soirée de lancement des produits cosmétiques L.A. Girl Paris
Description:
En présence de Ayem Nour, Hapsatou Sy, Malika Ménard, Ludivine Sagna

32 rue du Faubourg-Saint-Martin,
Paris










[20:00] Célébration de l'élection du Général Aoun à la Présidence du Liban
Location:
Palais Maillot
anciennement Palais M
2, place de la Porte Maillot
Palais des Congrès de Paris
75017 Paris
M° Porte Maillot
France
Phone : +33 (0)1 58 56 20 55
Internet Site : www.palaismaillot.fr
Description:
Célébration de l'élection du Général Aoun à la Présidence du Liban

14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés