Saturday, January 28, 2017
Public Access


Category:
Category: All

28
January 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5

08:00  
09:00  
10:00 [10:00-19:00] Salon Lire la Nature
Location:
Musée de la Chasse et de la Nature
Hôtel de Mongelas
62, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 53 01 92 40
Fax : +33 (0)1 42 77 45 70
Mail : musee@chassenature.org
Internet Site : www.chassenature.org
Description:
Et si la nature était en plein Paris ?

À l'occasion des 50 ans de la Fondation François Sommer, les hôtels de Guénégaud et de Mongelas (musée de la Chasse et de la Nature) ouvrent grand leurs portes et offrent une journée d'exception entièrement gratuite.

De 10h à 19h, la 1ère édition du Salon Lire la Nature propose un riche programme pour petits et grands :

Rencontres-débats, dédicaces avec de nombreux auteurs, penseurs, explorateurs amoureux de la nature comme
Nicolas Vanier, Yann Quefffélec, Marcus Malte, Jean-Baptiste del Amo, Baptiste Morizot...

Visites contées à partir de 3 ans, ateliers, projection de Kirikou et les bêtes sauvages en présence de Michel Ocelot.

Espace gourmand food truck et crêpes party

[10:30] Présentation de la saison 17/18
Location:
Opéra national de Paris - Opéra Bastille
120, rue de Lyon
75012 Paris
M° Bastille
France
Phone : +33 (0)1 40 01 17 89
Internet Site : www.operadeparis.fr
Description:
événement destiné exclusivement aux spectateurs les plus fidèles


[11:00] Avant-première du film "DEMAIN" avec Mélanie Laurent
Location:
MK2 Odéon (côté St Germain)
113, boulevard Saint-Germain
75006 Paris
M° Odéon
France
Phone : 0 892 69 84 84
Internet Site : www.mk2.com/salles/mk2-odeon-0
Description:
Avant-première du film "DEMAIN" avec Mélanie Laurent

[11:00-17:00] Sébastien Blondin FW17/18 collection
Location:
Renaissance Paris Republique Hotel
40, rue René Boulanger
75010 Paris
M° République
France
Phone : +33 (0)1 71 18 20 95
Fax : +33 (0)1 40 99 88 01
Mail : creative.manager@renaissanceparisrepublique.com
Internet Site : renaissance-hotels.marriott.com/renaissance-paris-republique-hotel
Description:
Open Bar

Press Contact: Charline
T : +33 (0)6 03 50 62 08
contact@sebastienblondin.com

Sébastien Blondin FW17/18 collection

[11:00] Vernissage de Bouchra Khalili et Emma Gifford Mead
Location:
Londres
London
London
London
M° www.tfl.gov.uk/tube
United Kingdom
Internet Site : www.cityoflondon.gov.uk
Description:
Lisson Gallery
52 Bell St, Marylebone
London NW1 5DA, Royaume-Uni

A l'occasion de son vernissage à la Lisson Gallery à Londres, Bouchra Khalili présentera son travail en compagnie de Emma Gifford Mead, samedi 28 janvier à 11h.

On Saturday 28 January, the Moroccan-French artist Bouchra Khalili discusses her first solo exhibition in the UK with Emma Gifford-Mead, Lisson Gallery's Head of Exhibitions.

The talk begins at 11am, with brunch from 10.30am. As spaces are limited, please email rsvp@lissongallery.com to book your spot.

Khalili's exhibition at Lisson Gallery London runs from 27 January until 18 March.

[11:30] Remise du Prix littéraire François Sommer 2017
Location:
Musée de la Chasse et de la Nature
Hôtel de Mongelas
62, rue des Archives
75003 Paris
M° Rambuteau, Hôtel de Ville
France
Phone : +33 (0)1 53 01 92 40
Fax : +33 (0)1 42 77 45 70
Mail : musee@chassenature.org
Internet Site : www.chassenature.org
Description:
Doté de 15 000 euros, Le Prix littéraire François Sommer récompensera un ouvrage explorant les relations de l'homme à la nature. Vous trouverez ci-joint la liste des 8 ouvrages en lice.

Ce Prix sera remis pendant la 1e édition du Salon LIRE LA NATURE qui aura lieu toute la journée du samedi 28 janvier 2017 dans les hôtels de Guénégaud et de Mongelas (musée de la Chasse et de la Nature).

Merci de confirmer votre présence avant le 24 janvier au bureau Sabine Arman au 01 44 52 80 80 ou par mail : sabine@sabinearman.com / pascaline@sabinearman.com

>> invitation





[14:00] Avant-première du film "RAID DINGUE" avec Dany Boon et Alice Pol
Location:
Centre Commercial Belle Epine
Avenue du Luxembourg
94320 Thiais
M° RER C Pont de Rungis - Aéroport d'Orly
France
Phone : +33 (0)1 46 87 33 05
Internet Site : www.club-onlyou.com/Belle-Epine
Description:
Avant-première du film "RAID DINGUE" avec Dany Boon et Alice Pol

au Pathé Belle Epine

Avant-première du film "RAID DINGUE" avec Dany Boon et Alice Pol

[14:00] Grand défilé du Nouvel An Chinois 2017 - annulé
Location:
Place de la République
Place de la République
75003 Paris
M° République
France
Internet Site : www.placedelarepublique.paris.fr
Description:
Grand défilé avec ses chars et ses costumes du nouvel an. Départ de la place de la République à 14h.

Vous aimez les défilés festifs ? Alors ne manquez pas le fameux défilé du Nouvel An Chinois de Paris, qui aura lieu cette année le samedi 28 janvier 2017. Soit une semaine avant l'incontournable défilé du Nouvel An Chinois organisé dans le 13e arrondissement, le quartier chinois de Paris.

Le défilé du Nouvel An Chinois du Marais qui démarre cette année, Place de la République est certainement l'un des plus beaux de la capitale. Il partira vers 14h00 de la place après la cérémonie d'ouverture avec danses des dragons et des lions. Au rythme des tambours et cymbales plusieurs danseurs, dragons et lions danseront pour célébrer le premier jour de l'année du Coq de feu.

Sortez vos pétards, vos lanternes rouges et suivez dragons et tambours dans cette balade aux superbes costumes traditionnels. Le défilé empruntera le trajet suivant :
Rue du Temple
Rue de Bretagne
Rue de Turbigo
Rue Beaubourg

Pour cet évènement culturel, le 3e arrondissement proposera une semaine autour de la culture chinoise avec au menu : des expositions, des démonstrations d'arts martiaux, des concerts et des conférences.

[14:00-20:00] Vernissage de Kim Dohyung "Grayoval"
Location:
Galerie Patricia Dorfmann
61, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 55 41
Fax : +33 (0)1 42 77 72 74
Mail : galerie@patriciadorfmann.com
Internet Site : www.patriciadorfmann.com
Description:
Vernissage le samedi 28 janvier de 14h à 20h
Exposition du 28 janvier au 25 février 2017

Le show-room de la galerie accueillera l'exposition « Grayoval » du coréen Kim Dohyung: entre collage et graphisme, l'artiste présente des oeuvres dans lesquelles les images mainstreams qui émergent par endroits parlent des impérialismes américain et japonais exercés sur la Corée du Sud.

Portfolio comprenant 13 sérigraphies originales réalisées par l'artiste sur papier Japon 290g - 15 exemplaires signés et numérotés - 2014 - 80 x 58,7 cm

[14:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Formes cinématographiques"
Location:
Galerie Patricia Dorfmann
61, rue de la Verrerie
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 77 55 41
Fax : +33 (0)1 42 77 72 74
Mail : galerie@patriciadorfmann.com
Internet Site : www.patriciadorfmann.com
Description:
Vernissage le samedi 28 janvier de 14h à 20h
Exposition du 28 janvier au 25 février 2017

avec :
Artus de Lavilléon
Radenko Milak
Henrik Plenge Jakobsen
Zevs

[14:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Regards croisés"
Location:
Galerie Les Yeux Fertiles
27, rue de Seine
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 27 91
Fax : +33 (0)1 46 34 19 27
Mail : contact@galerie-lesyeuxfertiles.com
Internet Site : www.galerie-lesyeuxfertiles.com
Description:
Du 28 janvier au 11 mars 2017

avec :
Fred Deux, Lou Dubois, Leonor Fini, Esteban Frances, Guy Harloff, Stanislao Lepri, Michel Nedjar, Ody Saban, Agares Graber






[15:00-18:00] Finissage de l'exposition de Nicole Hassler "Peintures"
Location:
Galerie Arnaud Lefebvre
10, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 54 55 23
Mobile : +33 (0)6 81 33 46 94
Mail : arnaud@galeriearnaudlefebvre.com
Internet Site : www.galeriearnaudlefebvre.com
Description:
Artiste plasticienne, Nicole Hassler est peintre et s'inscrit dans un mouvement de peinture radicale. Son medium majeur est la peinture, mais on trouve dans son parcours d'autres techniques telles que la photo, la vidéo et la sculpture. Nicole Hassler s'intéresse à l'artifice, au monde de l'illusion. Elle crée des œuvres qui questionnent les limites instables entre ce qui est considéré comme étant de l'art et ce qui ne l'est pas. La plasticienne établit un lien sur ce qui détermine la manière dont l'art est reçu et interprété, portant sur les contextes politiques, culturels, et aussi sur les questions de genre. Ses œuvres témoignent à la fois de l'histoire et du discours de l'art contemporain, du néo-féminisme, du consumérisme et de l'industrie.
Pour cette exposition, Nicole Hassler a choisi de montrer une série de peintures récentes empruntée au monde des cosméticiens. En s'appropriant les couleurs que l'on met sur la peau, Hassler revendique le droit à la consommation. Elle fixe les codes de tendance de la mode cosmétique dont les titres évocateurs de ses peintures dévoilent l'identité. Ses œuvres sont régulièrement exposées, principalement en Europe, France, Suisse, Allemagne et aussi aux États-Unis. Nicole Hassler vit et travaille à Genève.

[15:00-18:00] Présentation de la nouvelle sérigraphie de OAK OAK
Location:
Le Lavo//matik
arts urbains
20, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 83 69 92
Mail : benoit.maitre@wanadoo.fr
Description:
Présentation de la nouvelle sérigraphie de OAK OAK

[15:00-21:00] Signature de Jean-Louis Poitevin pour "Séoul Playstation mélancolique"
Location:
Editions Atelier Clot, Bramsen & Georges
19, rue Vieille du Temple
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 29 91 59
Fax : +33 (0)1 40 27 93 32
Mail : editionsatelierclot@wanadoo.fr
Internet Site : www.atelierclot.com
Description:
Retrouvez Jean-Louis Poitevin pour une signature de son livre "Séoul, Playstation mélancolique" le 28 janvier de 15h à 21h.

Signature de Jean-Louis Poitevin pour "Séoul Playstation mélancolique"

[15:00] Vernissage de Didier Mencoboni "ÉPISODE XII"
Location:
Galerie Eric Dupont
138, rue du Temple
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 44 54 04 14
Fax : +33 (0)1 44 54 04 24
Mail : info@eric-dupont.com
Internet Site : www.eric-dupont.com
Description:
JANUARY 28TH - FEBRUARY 25TH, 2017
OPENING : JANUARY 28TH FROM 3PM

Vernissage de Didier Mencoboni "ÉPISODE XII"

[15:00-19:00] Vernissage de Vahid Chamani "Amino Acids"
Location:
Galerie Lazarew
14, rue du Perche
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 44 61 28 73
Mobile : +33 (0)6 98 83 90 86
Mail : info@galerie-lazarew.fr
Internet Site : www.galerie-lazarew.fr
Description:
Du 26 janvier au 25 février
Vernissage le samedi 28 janvier 2017 de 15h à 19h

Vernissage de Vahid Chamani "Amino Acids"

La Galerie Lazarew est heureuse de montrer, pour la première fois en France, le travail de l'artiste iranien Vahid Chamani, déjà présent en Iran, son pays d'origine, aux Etats-Unis, à Londres, ou encore à Dubaï, son travail minutieux et raffiné mélange les influences et les techniques et offre un regard unique sur les tiraillements de la société iranienne.

«Mon travail parle généralement de la situation culturelle actuelle en Iran, qui est perturbée par de profonds contrastes en tradition et modernisme. D'une manière, nous nous sommes détournés de nos traditions, mais en même temps, nous avons été laissé de côté par la modernité. Nous nous sommes écartés de nos croyances, que nous tenons à distance pour pouvoir participer au flux global des cultures modernes, mais il semble que nous avons échoué à atteindre l'un ou l'autre. Peut-être est-ce du fait que nous sommes dubitatifs vis-à-vis de cette libération et que nous ne voulons pas nous séparer de notre passé. Cela nous a positionné dans une sorte de vide culturel où nous ne parvenons pas à trouver notre véritable place dans le modèle occidental. J'essaye de rendre ce vide visible dans mes oeuvres : mes fonds sombres ou monochromes montrent l'absence de temporalité et de lieu, où les gens doutent de leur identité et s'inquiètent our leur avenir. Certaines silhouettes et visages sont représentés avec deux faces différentes, reflet de leur esprit torturé. Certains regards sont aveugles, d'autres témoignent d'une déception, on ressent les cicatrices de leurs coeurs et leurs âmes. Très peu ont encore de l'espoir.

Dans d'autres travaux, j'ai utilisé des ornements comme des boucles d'oreille et des colliers. Ces jolies silhouettes, en dépit de leurs visages brillants et très maquillés, portent encore leurs robes traditionnelles, signe de leur désir intérieur d'un retour aux cultures passées malgré tout. Elles ne suivent les modes que de peur d'être considérées comme arriérées. Mes personnages se sont frabiqué une fausse identité, à la fois pour eux-mêmes et pour un monde de faux-semblants. Ils ne sont jamais ce qu'ils semblent être, ils jouent toujours un rôle dans l'espoir de se sentir mieux.

J'utilise à la fois l'huile et l'encre. L'encre est un médium de la peinture traditionnelle iranienne, l'huile est plus moderne. Ils se confrontent dans mes oeuvres mais c'est toujours l'huile qui gagne. J'utilise des vêtements traditionnels appartenant aux dynasties Kadjar et Sassanide, ou à différentes époques, ou bien je les fais paraître vieux et anciens. Ils sont mis en scène dans des espaces modernes, avec un éclairage moderne et un vernis occidental mélangé à des signes et des icônes iraniens traditionnels. Les deux cultures coexistent. Est-ce représentatif de la réalité ? Non, je pense que nous sommes seulement en train de rêver ou d'halluciner. J'ai choisi le titre Amino Acids pour tous mes travaux, pas seulement quelques-uns. L'acide aminé est l'élément fondamental de la cellule du corps humain et de toutes les autres créatures, nous sommes tous faits à partir d'un noyau commun qui prend différentes formes. J'ai choisi ce titre parce que j'ai suivi le même concept, mes oeuvres ont un noyau commun qui se manifeste dans des formes et de présentations différentes.»

Vahid Chamani

Vernissage de Vahid Chamani "Amino Acids"

[15:00] Vernissage de Xavier Drong "Tableaux furtifs"
Location:
Galerie DIX291
10, passage Josset
75011 Paris
M° Ledru-Rollin, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 43 55 24 11
Mail : dix291@noos.fr
Internet Site : www.dix291.fr
Description:
Vernissage le samedi 28 janvier 2017 à partir de 15h
Exposition jusqu'au 8 avril 2017

Vernissage de Xavier Drong "Tableaux furtifs"

[15:00-20:00] Vernissage de l'exposition collective "Geste"
Location:
Galerie Marie-Hélène de La Forest Divonne
12, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 40 29 97 52
Mobile : +33 (0)6 84 33 98 88
Fax : +33 (0)1 42 71 39 75
Mail : contact@galeriemhlfd.com
Internet Site : www.galeriemhlfd.com
Description:
26 janvier - 11 mars 2017

Artistes présentés :
Gilles Altieri, Caribaï, Alexandre Hollan, Jeff Kowatch, Astrid de La Forest, Guy de Malherbe

Vernissage de l'exposition collective "Geste" - Gilles Altieri, Caribaï, Alexandre Hollan, Jeff Kowatch, Astrid de La Forest, Guy de Malherbe
Vernissage de l'exposition collective "Geste" - Gilles Altieri, Caribaï, Alexandre Hollan, Jeff Kowatch, Astrid de La Forest, Guy de Malherbe

[15:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Pattern recognition"
Location:
Galerie Xippas
108, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 40 27 05 55
Fax : +33 (0)1 40 27 07 16
Mail : paris@xippas.com
Internet Site : www.xippas.com
Description:
JANVIER 28 - MARS 18, PARIS

avec Peter Halley, Herbert Hamak, Valérie Jouve, Marco Maggi, Dean Monogenis, Raha Raissnia, Lucas Samaras, Michael Scott, Takis, Dan Walsh

« Homo sapiens is about pattern recognition » dit ironiquement Parkaboy, l'un des personnages du livre culte de William Gibson (1). Pattern recognition : identifier les structures, construire une classification ou un support de classification, reconnaître des schémas qui articulent le quotidien et deviner les rythmes qui créent les interfaces urbaines des villes. Décomposer les façades des bâtiments, décomposer les rues, les avenues, les places, décomposer en particules élémentaires et abstraites qui se répètent, se multiplient, se déclinent et voir comment les formes architecturales se rapprochent du vocabulaire construit à partir d'éléments d'inspiration minimaliste. Les cubes, les rectangles, les grilles, les lignes simples, entrelacées, juxtaposées, autant de formes qui toutes réunies créent des architectures mathématiquement parfaites, géométriques et rythmées.

Des patterns conceptuels et iconographiques semblent envahir de manière obsessionnelle les toiles de Peter Halley pour construire un vocabulaire fixe et défini, concentré sur trois éléments picturaux, qui sont tout à la fois abstraits et enracinés dans le contexte social : le carré, représentant la « cellule », la grille, renvoyant à l'idée de « prison » et le « conduit » faisant référence à l'idée de circulation à l'intérieur du système clos. Ce système géométrique de cellules et de grilles, à la fois isolées et reliées par des conduits, devient une métaphore de la société contemporaine et cherche à imiter l'organisation spatiale des comportements sociaux : il s'agit des schémas d'urbanisme, de la planification géométrique des villes et de leur circulation, des autoroutes interminables qui les enveloppent, des panneaux publicitaires qui les surplombent. Les éléments, rejoués, réinventés sans cesse dans le vocabulaire de Peter Halley, font écho aux formes géométriques et répétitives, déclinées en volumes, des œuvres de Herbert Hamak. Les « cellules » se transforment en cubes volumineux constitués d'un mélange de pigments à de la résine et de la cire, qui est ensuite moulé sur une toile conventionnelle enchâssée. Les « conduits » se traduisent en colonnes ou bien en ce qui pourrait être l'un des angles découpé d'un carré ou d'un rectangle, comme la forme de Malachit Synthetic. La peinture ainsi matérialisée dans l'espace acquiert une dimension sculpturale et devient une masse de lumière, selon la formule de l'artiste, tout en permettant une transition de la peinture vers les formes architecturales.

La toile de Dan Walsh intitulée Key est construite à partir d'un élément primaire : une grille, faussement géométrique, devient à travers sa répétition un motif structurant le fond de la toile. Sa multiplication compose une façade structurée et rythmée, comme dans un jeu de construction où les blocs de béton s'ajoutent les uns aux autres, les uns au dessus des autres. La rigueur de cette répétition est pourtant atténuée par l'utilisation de la couleur qui devient de moins en moins transparente et gagne en opacité, affirmant avec plus de force la présence de la grille en tant que forme prédominante. La répétition et la différence, pour reprendre la formule deleuzienne. La juxtaposition de grilles noires organise la surface de la toile de manière à ce que le fond de couleur bleu foncé se transforme lui aussi en une grille qui englobe et structure celles qu'elle contient.

Les œuvres de Marco Maggi reprennent une logique semblable à celle de Key de Dan Walsh. Les Turner Boxes - inspirées des architectures de Le Corbusier, Van der Rohe, Gerhy... - sont posées sur une étagère qui reprend la forme d'une grille, comme si cette dernière cherchait à classifier les boîtes auxquelles elle sert à la fois de cadre et de support. Les boîtes, à leur tour, contiennent des piles de 100 pages minutieusement découpées. Les découpages sont faits de telle manière que ce qui se présente au regard ce ne sont plus des pages blanches opaques, mais des grilles, qui suivant la logique déjà établie deviennent elles-mêmes des étagères - la grille dans une grille - et contiennent, elles aussi, quelque chose en leur sein. Leur contenu - des figures géométriques découpées et complexes - paraît suspendu dans les cellules dessinées, configurées, délimitées par la grille.

Pourtant, pour les remarquer, pour pénétrer dans ce monde myope de figures infiniment petites, comme celles de microchip, il faut s'approcher et regarder les détails, un par un, tout en gardant l'idée de l'ensemble. Est-ce la vue aérienne d'une ville géométriquement parfaite et impossible ?

La grille réapparaît sur le paysage urbain, étrange et fantasmé, de Age of Sail de Dean Monogenis. Elle est pourtant beaucoup moins présente et devient même fragile. Il n'y a plus ni répétition, ni stabilité. Ici, la grille jaune est brisée, diffractée, en partie effacée, devenant ainsi presque instable, comme si elle était saisie au moment de son « auto-déconstruction », au moment où sa forme commence à tomber dans l'oubli. S'affirmant avec une grande hésitation, elle se superpose parfois à une architecture fragmentée et étrange, composée par la juxtaposition incongrue de ruines antiques et d'une façade moderne laissée à l'abandon ; ailleurs, effacée, elle met en avant les constructions utopiques qu'elle cherchait à cacher.

Raha Raissnia, quant à elle, produit des compositions labyrinthiques à partir de formes à la fois répétitives et altérées, qui oscillent entre abstraction et figuration. L'armature fragile des lignes structure la toile, créant ainsi des espaces abstraits, à la fois transparents et impénétrables. Cependant, des éléments figuratifs, comme des suggestions quasi-éphémères, comme des indices presque insaisissables, s'ajoutent à ces structures mathématiquement construites : ici ou là, il est possible de deviner les contours d'une fenêtre ou d'une façade d'immeuble ou encore d'un chantier. Grâce à leur composition, les toiles de Raissnia se rapprochent de la structure de la fugue, où le motif se décline à travers les variations, les répétitions, les superpositions.

House of Abstinence de Michael Scott présente également un paysage à la fois figuratif et abstrait : une maison qui paraît suspendue dans un espace géométrique. Cette maison ainsi que l'espace qui l'entoure sont méthodiquement déconstruits en éléments constitutifs, comme s'ils avaient été générés par un principe informatique, juxtaposant des bandes noires et blanches comme les 0 et les 1 dans le système binaire. La répétition insistante des lignes fines verticales est équilibrée par les bandes diagonales plus épaisses, ce qui crée un effet optique très intense, empêchant le regard de se fixer sur une forme. La surface est tellement saturée, tellement informée que l'acte perceptif devient presque impossible. A la fois architecturale et purement abstraite, saisissable et insaisissable, l'œuvre, pour reprendre la formule de Bob Nickas (2), se trouve dans le fossé entre « sites and non-sites, sights and non-sights ».

Dans sa série Les façades, Valérie Jouve photographie des bâtiments modernes, structurés, se distinguant par un motif répétitif qui les rythme. Par exemple, les fenêtres uniformes, reproduites à l'infini sur les façades des bâtiments, deviennent un pattern abstrait qui se traduit en élément architectural, tout en interrogeant la manière dont le profil de la ville se construit. Ces façades, à mi-chemin vers l'abstraction, font écho aux formes épurées et minimales des cubes imparfaits de Lucas Samaras. Sont-ils des blocs de construction redressés ou bien des allusions - en miniature - aux gratte-ciel ?

...Parmi ces paysages à la fois abstraits et architecturaux, le Signal de Takis apparaît. Disproportionné, élégant, fragile, il oscille, recherchant l'équilibre, mais il n'a de cesse d'envoyer des pulsations de lumière, comme pour réguler la circulation à l'intérieur de ces villes étranges, géométriques, construites à partir de patterns abstraits qui se répètent, se déclinent et se répètent de nouveau.

1 William Gibson, Pattern recognition, Ed. Berkley Publishing Group, 2004.
2 Robert Nickas, « 22 September 1990 » dans le catalogue Michael Scott: New Paintings, September 22-October 20, 1990, Ed. Tony Shafrazi Gallery, 1990.

Vernissage de l'exposition collective "Pattern recognition"
Valérie Jouve Sans Titre (les Façades) 2002/2004 C-Print, 100 x 124 cm







[16:00-18:00] Dédicace d'Oriane Jeancourt-Galignani
Location:
Librairie Galignani
224, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 42 60 76 07
Fax : +33 (0)1 42 86 09 31
Mail : galignani@galignani.com
Internet Site : www.galignani.com
Description:
pour la dédicace de "HADAMAR"

Le livre :
1945. Un homme sort de Dachau. Dans le désastre de l'Allemagne vaincue, il part à la recherche de son fils, dont il ne sait plus rien depuis qu'il l'a inscrit aux Jeunesses hitlériennes avant d'être emprisonné. Il retourne dans sa ville natale. Les habitants sont
énigmatiques, fuyants. C'est alors que l'homme entend des rumeurs au sujet de l'hôpital d'Hadamar. Il s'y rend, décidé à retrouver son fils, quel que soit le prix de sa quête.

Dédicace d'Oriane Jeancourt-Galignani

[16:00-19:00] Sortie du livre "Va & Vient" de Hérard et Levalet
Location:
Joël Knafo Art Gallery
21&24, rue Véron
75018 Paris
M° Abbesses, Pigalle
France
Mobile : +33 (0)7 81 61 21 57
Mail : galerie@joelknafo-art.com
Internet Site : www.joelknafo-art.com
Description:
Rencontre et dédicaces autour du livre "Va & Vient, où comment une rue se transforme en œuvre d'art" en présence de Philippe HERARD et LEVALET.

A l'occasion de la sortie du livre "Va & Vient" retraçant le projet réalisé rue Véron par Philippe Hérard et Levalet, les galeries Joël Knafo Art vous accueillent pour une séance de dédicaces le samedi 28 janvier 2017 en présence des artistes.

Cet ouvrage de 96 pages présente la centaine de collages qui ornent la rue Véron sur près de 400 mètres.
Par leur générosité et leur talent Philippe Hérard et Levalet transforment l'espace public en œuvre d'art et offrent aux passants un spectacle poétique et humoristique.

Cette rencontre sera aussi l'occasion de découvrir deux nouvelles estampes des artistes qui s'inscrivent dans le cadre de l'exposition en cours « je suis plus qu'un numéro », visible jusqu'au 4 février 2017.

Livre va & Vient - Philippe Hérard & Levalet
Tirage de tête : 50 exemplaires
Signés & numérotés accompagnés d'un tirage photographique 20x20cm - Fine Art Rag 308g
Format : 21x21 cm
Nombre de pages : 96
Prix : 70,00 euros

Tirage courant : 20,00 euros

Sortie du livre "Va & Vient" de Hérard et Levalet

[16:00-21:00] Vernissage d'Alain Longueaud "Rêves singuliers"
Location:
Galerie espace marie-robin
18, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Mobile : +33 (0)6 80 26 74 04
Mail : espace.marie-robin@wanadoo.fr
Description:
Exposition du 28 janvier au 28 février 2017
Vernissage samedi 28 janvier / 16h-21h & jeudi 2 février / 18h-21h

Oui, c'est bien le rêve qu'il impose au regard. Ce rêve qui pénètre ce regard.
Ce rêve qui emporte loin, très loin, au-delà du réel. Ce réel, il le détourne, le manipule, à la manière d'un peintre, par petites touches, invisibles, intimes.
Touches, gestes qui sont autant d'aveux, d'émotions. C'est cela la photographie d'Alain Longeaud, une mise en abîme de la réalité.
Jean Louis Pinte

Vernissage d'Alain Longueaud "Rêves singuliers"

[16:00-20:00] Vernissage d'Axel Pahlavi "Peindre dans tes yeux"
Location:
Galerie Eva Hober
156, boulevard Haussmann
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule
France
Phone : +33 (0)1 48 04 78 68
Fax : +33 (0)1 48 04 78 07
Mail : galerie@evahober.com
Internet Site : www.evahober.com
Description:
Infinis défibrillateurs

Les cadres des tableaux sont marqués de croix, les murs de l'atelier qui ont porté les toiles à travailler, en sont constellés. Ce sont les marques répétées du temps pénétrant la matière et la lumière, propageant et démultipliant le mystère de l'existence humaine, personnifié dans l'acte même de peindre. Le tableau, quelles que soient ses dimensions, désormais s'élabore dans une durée longue, très longue. Une durée qui n'a en droit pas de fin. La terminaison de la peinture n'est qu'extérieure, contingente. Le commencement du tableau ne l'est pas, en revanche. Une vision le précède et donne l'impulse. Alors le peintre rentre dans la durée infinie du travail de la peinture, iconographique et pictural, les deux à part égale. Plus le temps consacré au tableau est long, plus le tableau répond à ce que le peintre cherche : un point, une ligne, un plan de bascule d'un espace vers un autre espace. Alors les formes imaginaires, transcendantes, commencent à s'installer, à habiter le tableau dont l'imagerie s'implante d'abord dans des espaces très décrits, très inscrits, qui finissent par perdre leur bidimensionnalité et acquérir une tridimensionnalité lumineuse, incandescente, allumée par un foyer intérieur ranimé.Avec le temps, les tableaux discutent l'horizontalité, s'emplissent de verticalité, de ciels, et basculent, suspendus et tendus entre terre et air, la peinture étant chose terreuse baignée d'éther. La chair humaine en son sein se forme. Elle n'a jamais été aussi innervée, son épiderme aussi réel, son incarnat aussi pulsatif. Pulsations de vie qui happent le regard vers le haut, stimulées par les grands espaces des ciels, beaux et pleins, qui agissent comme d'infinis défibrillateurs. La vie irriguée jusqu'à violacer la peau, montrer son sang, son côté sanglant. Et la Sainte Face flotte là, désinscrite de tout espace-temps local et relatif, terriblement ensanglantée et souveraine pourtant, aux yeux vairons dans leur direction, l'un deux résolument attaché sur nous, nous rendant à notre affectivité et à notre subjectivité, nous soustrayant à notre devenir impersonnel.

Les tableaux montrent des figures humaines possiblement tombées mais à présent relevées, des personnes aux visages levés. On sent ce qu'il en a coûté au peintre pour les voir s'élever. Le clown a laissé couler son blanc et son rouge, l'œil et l'humeur limpides, à l'image du cœur qui affleure parce qu'il a écouté l'appel. Cette iconologie est personnelle et universelle. Axel Pahlavi s'efforce de voir la vie dans son quotidien, la prélève, et la ranime par la peinture. Aventure transsubstantielle. Cette aventure a quelque chose d'épique et d'expéditionnaire. Aventure de peinture, mais aussi et surtout d'amour. Indissociablement les deux en réalité. L'amour, le dévouement, le sentiment et le désir de sauvetage de la détresse, la consécration du peintre à cet enfoncement dans la matière picturale et humaine, exsudent l'inlassable révolte contre la bête insensibilité. Ces tableaux vivant viennent vers nous, comme des défis au temps mort, inanimé. Et l'Histoire devient ce qu'arrête un cheval blanc entre ciel et terre, maintenu immobile par le cavalier-peintre tout entier dévolu à la profondeur et à l'ampleur de son sentiment qui connaît ce qu'est la chose la plus importante du monde. english version
Par Mériam Korichi

L'exposition Peindre dans tes yeux est présentée à la Galerie Eva Hober du 28 janvier au 25 février 2017.

Vernissage d'Axel Pahlavi "Peindre dans tes yeux"

[16:00-21:00] Vernissage de Danièle Perronne
Location:
Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris
M° Anvers, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 58 72 89
Fax : +33 (0)1 42 64 39 78
Mail : info@hallesaintpierre.org
Internet Site : www.hallesaintpierre.org
Description:
Héritière de la peinture abstraite et de l'art de l'objet du XXème siècle, Danièle Perronne était une artiste singulière. Son modernisme honore les valeurs du meilleur classicisme : elle reste fidèle à l'idée du Beau comme résolution harmonieuses des contraires, et l'accompagne des dissonances de la musique concrète contemporaine "Bernard Noël".
Cette exposition de quelques unes de ses oeuvres est un hommage à son travail.
La famille de l'artiste sera heureuse de vous accueillir à la librairie de la Halle Saint Pierre le samedi 28 janvier à partir de 16h.

Vernissage de Danièle Perronne

[16:00-20:00] Vernissage de Francesco Merlini "Farang"
Location:
Le 247
Galerie PCP
247, rue Marcadet
75018 Paris
M° Guy Môquet
France
Phone : +33 (0)1 46 27 43 74
Internet Site : www.le247.fr
Description:
Présentée dans le cadre des Lieux Associés au Festival Circulations 2017

"Pendant trois ans, j'ai pris ces photos en Italie, en France, en Turquie, en Thaïlande et au Kosovo. J'ai photographié des lieux qui m'étaient inconnus, des êtres qui m'étaient étrangers.
La flash de l'appareil photo agissait alors comme un révélateur, découvrant à mon propre regard la véritable nature de ce que je photographiais. Nature profonde, qui m'avait jusqu'alors échapée.
Ces images sont des reliques de l"invisible.
Chacun d'elle est une carte du Tarot, l'unique représentation d'une perception collective."

Francesco Merlini
www.francescomerlini.com

Exposition présentée jusqu'au 25 mars 2017
Entrée libre les mercredis, vendredis, samedis de 14h à 19h, et sur rendez-vous

Vernissage de Francesco Merlini "Farang"

[16:00-21:00] Vernissage de Jimmie Durham / Jone Kvie "GLASS"
Location:
Galerie Michel Rein
42, rue de Turenne
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 72 68 13
Fax : +33 (0)1 42 72 81 94
Mail : galerie@michelrein.com
Internet Site : www.michelrein.com
Description:
28.01 - 25.02.2017
opening January 28, 4-9 pm

Vernissage de Jimmie Durham / Jone Kvie "GLASS"
workshop at CIRVA, Marseilles, October 2016
ph: Kai-Morten Vollmer

[16:00-20:00] Vernissage de Lara Minerva X Temper Berlin
Location:
Berlin
Berlin
10871 Berlin
M° U-Bahn Berlin
Allemagne
Internet Site : www.berlin.de
Description:
Studio183
BIKINI Berlin, 1.OG neben ASPESI/MURKUDIS, Budapester Str. 38-51, 10787 Berlin

At the Intersection of Fashion and Art

Join us to celebrate the opening of the in-store exhibition showcasing the collaboration between Fashion Label Temper and collage artist Lara Minerva at Bikini Berlin.

Enjoy an afternoon of creativity and inspiration, have a chance to meet the designer Stephanie Gorzynska / Temper & artist Lara Manoloudakis / Lara Minerva, and enjoy some refreshments and music and at Studio183.

Vernissage de Lara Minerva X Temper Berlin

[16:00-21:00] Vernissage de Louidgi Beltrame, Tim Eitel, Julien Prévieux
Location:
Jousse Entreprise - Art Contemporain
6, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 53 82 10 18
Fax : +33 (0)1 53 82 13 63
Mail : art@jousse-entreprise.com
Internet Site : www.jousse-entreprise.com
Description:
28.01.17 / 25.02.17
Vernissage Samedi 28 janvier 2017

Comme un florilège, l'exposition présente trois artistes : Louidgi Beltrame, Tim Eitel et Julien Prévieux. Nous avons choisi des oeuvres centrées sur l'idée de la projection, notamment par rapport au cinéma, à l'espace et au temps. Toutes s'intéressent aussi, de manières différentes à la saisie des mouvements du corps.

Après l'exposition de Julien Prévieux au Centre Pompidou pour le Prix Marcel Duchamp et l'installation de Louidgi Beltrame au Palais de Tokyo, prix SAM, il nous a semblé important de monter quelques pièces de ces artistes à un moment charnière de leur carrière.

En contrepoint, l'exposition intercale l'installation d'un travail récent du peintre allemand Tim Eitel, Hinter der Felsen. Cette oeuvre, magistrale par la perfection et l'économie de ses moyens, marque également une étape dans le travail de l'artiste. Elle s'inscrit, comme les oeuvres de Louidgi et Julien, dans une interrogation du statut et de la source des images contemporaines.

Vernissage de Louidgi Beltrame, Tim Eitel, Julien Prévieux
Louidgi Beltrame, "El Brujo", 2016, vidéo HD

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Maisons Rouges"
Location:
Galerie Metropolis
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 74 64 17
Mail : contact@galeriemetropolis.com
Internet Site : www.galeriemetropolis.com
Description:
30 artistes - 50 oeuvres pour une exposition généreuse et solidaire

Vernissage de l'exposition "Maisons Rouges"
Vernissage de l'exposition "Maisons Rouges"

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Une autre fin du monde est possible"
Location:
Galerie Alain Gutharc
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 47 00 32 10
Fax : +33 (0)1 40 21 72 74
Mail : gutharc@free.fr
Internet Site : www.alaingutharc.com
Description:
Vernissage le samedi 28 janvier 2017
Exposition du 28 janvier au 25 février 2017

Raphaël Barontini
Véronique Ellena
Laurent Goumarre
Guillaume Janot
Mathias Kiss
Guillaume Linard-Osorio
Estefanía Peñafiel Loaiza
Bernard Quesniaux
Michael Roy

Vernissage de l'exposition "Une autre fin du monde est possible" - Estefanía Peñafiel Loaiza
Estefanía Peñafiel Loaiza, La véritable dimension des choses n°6 (2016)
pigment ink print - 127,5 x 87,3 cm x 4,1 cm

[16:30] Finissage de l'exposition "Entre L'Abstraction et La Figuration"
Location:
Galerie Grand E'terna
3, rue de Miromesnil
75008 Paris
M° Miromesnil, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Phone : +33 (0)1 42 65 14 46
Fax : +33 (0)1 42 65 20 50
Mail : k-nishikawa@jsb-g.co.jp
Internet Site : www.gallery-grand-eterna.com
Description:
L'Heure musicale "Entre L'Abstraction et La Figuration"
avec
AYA HASEGAWA (Violon)
SHINICHI INOGUCHI (Piano)








[17:00-21:00] Inauguration de l'espace Marc Petit
Location:
Galerie Schwab Beaubourg
35, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 12 16
Mail : edouard.schwab@hotmail.fr
Internet Site : www.galerieschwabbeaubourg.com
Description:
La Galerie Schwab Beaubourg consacre désormais la salle du bas à une exposition permanente de bronzes de Marc Petit.

Né en 1961 à Saint-Céré, dans le Lot, Marc Petit vit et travaille près de Limoges.
Il expose ses bronzes depuis 30 ans dans de nombreux pays : France, Espagne, Suisse, Belgique, Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Pologne.
Un musée lui est consacré, à Ajaccio.

En 2016, le magazine Miroir de l'Art à demander à ses lecteurs de désigner les plus grands sculpteurs vivants. Près de mille collectionneurs, artistes et galeristes ont répondu. Voici le classement qui en résulte :
1 Marc Petit, 2 Ron Mueck, 3 Ousmane Sow.

Quelques dates marquantes de ce parcours exceptionnel :
1985 : Première exposition personnelle en France
1988 : Première exposition personnelle à l'étranger (Belgique)
1994 : Première exposition personnelle à Paris
1994 : Première exposition personnelle dans un musée (Cahors)
2008 : Ouverture du musée Marc Petit à Ajaccio
2011 : Grande rétrospective à l'abbaye d'Auberive
2016 : Exposition monumentale autour de la cathédrale de Limoges
2016 : Désigné par les lecteurs du magazine Miroir de l'Art comme le plus grand sculpteur vivant

« ... Figuratif, il l'est, et viscéralement, mais les troublantes dissonances, les perceptibles tressaillements du malheur, la part d'invisible souffrance, tout cela bouscule l'ordinaire figuration, récuse d'avance tout réalisme sommaire, toute anecdote passante. Emplies d'énergie vitale, ces œuvres protègent. Elles ont absorbé la durée. Elles veillent nos silences. Mais chez Marc Petit, les ombres sont mortelles, elles savent mordre. Les sculptures de Marc Petit, ses grands dessins de bronze ont le goût éclairé de l'homme. Au regard, malgré l'affaissement sinistre, malgré l'effondrement poignant, la vie tient tête. »
Christian Noorbergen

[17:00-20:00] Vernissage de Jean-Luc Dècle
Location:
Galerie Art' et Miss
14, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 43 57 37 42
Fax : +33 (0)8 21 90 17 48
Mail : artetmiss@free.fr
Internet Site : www.artetmiss.fr
Description:
Vernissage de Jean-Luc Dècle

[17:00-21:00] Vernissage de Niyaz Najafov et Monch
Location:
Galerie Schwab Beaubourg
35, rue Quincampoix
75004 Paris
M° Rambuteau, Les Halles, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 71 12 16
Mail : edouard.schwab@hotmail.fr
Internet Site : www.galerieschwabbeaubourg.com
Description:
Exposition du 25 janvier au 25 février 2017
Vernissage samedi 28 janvier de 17h à 21h en présence des artistes

Vernissage de Niyaz Najafov et Monch
Niyaz Najafov, Homme accroupi, 80 x 60 cm, huile sur toile

Né en 1968 à Bakou (Azerbaïdjan), le peintre Niyaz Najafov a représenté son pays à la biennale de Venise en 2009. En 2010 il s'est installé à Paris et a commencé d'exposer en Europe de l'Ouest. Il a récemment intégré la collection du Musée d'Art Moderne de Rovereto (Italie), ainsi que de nombreuses collections privées. Sa dernière exposition majeure en Europe, « Dancing on Bones », à la Gazelli art House de Londres en 2013 lui a valu un intérêt grandissant, un critique d'art anglais le comparant à Francis Bacon pour la force tragique de ses toiles. Ses œuvres sont aujourd'hui exposées au Royaume-Uni, en Suisse, en Italie, aux Etats-Unis, en Allemagne, au Danemark, en Egypte, en France.

Cet artiste autodidacte, devenu célèbre en Azerbaidjan, traduit dans ses toiles son angoisse existentielle. Il peint des scènes de la vie quotidienne en leur conférant une intensité exceptionnelle. Cela tient à son dessin, à la façon dont il déforme les corps, mais aussi à ses couleurs puissantes, chaudes. Dans cette lutte perpétuelle d'une humanité qu'il ressent comme fragile et qui est son thème récurrent, des détails cocasses mettent souvent une touche d'espoir. Niyaz Najafov, tellement loin de l'art conceptuel froid et calculé qui envahit l'espace médiatique, est à coup sûr un maître de l'expressionnisme contemporain.

Vernissage de Niyaz Najafov et Monch

Né en 1964, Monch vit et travaille en région parisienne.
Ses portraits, individuels ou de groupe, sont souvent réalisés dans une veine noire, charbonneuse, avec des contrastes forts, comme une accentuation de l'être. Ses femmes, d'une suavité ténébreuse, sont belles, telles des figures de Kafka. Mais parfois au contraire il crée des visages évanescents, vaporeux, comme des visions éphémères dans la brume. La maîtrise du dessin explique la séduction des œuvres de Monch, dont la technique reste mystérieuse. Un grand artiste d'aujourd'hui, à l'univers très personnel, qui oscille entre la douceur ténue et l'expressionnisme sombre.

[17:00-20:00] Vernissage de Salla Pesonen "silence bruyant"
Location:
Galerie Maria Lund
La galerie Danoise
48, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 42 76 00 33
Fax : +33 (0)1 42 76 00 10
Mail : galerie@marialund.com
Internet Site : www.marialund.com
Description:
28.01. - 11.03.2017
vernissage : le samedi 28 janvier de 17h à 20h en présence de l'artiste
ouvertures dominicales :
le dimanche 29 janvier de 14h à 19h
le dimanche 26 février de 14h à 19h où les vidéos rikka et siɲ de Salla Pesonen seront projetées.

Vernissage de Salla Pesonen "silence bruyant"
Salla Pesonen | sans titre (triptyque 2) | 90 x 60 cm * 3 | photo, tirage jet d'encre sur papier Hahnemühle,
éd. : 6 expl. | 2016

C'est étonnant de voir la surprise des gens lorsqu'ils rencontrent le silence
Salla Pesonen

Les images jouent un rôle de plus en plus important dans notre manière de sentir et de penser, ainsi que dans notre construction du monde : certaines photos nous suivent. Les revisiter nous permet de mesurer le passage du temps, notre propre place dans ce temps ainsi que dans la constitution fluctuante de notre mémoire. D'autres images nous accompagnent tous les jours indépendamment de notre volonté - sur Internet, dans les médias et dans l'espace public - et ceci à une vitesse toujours croissante. Le travail actuel de Salla Pesonen situé à la lisière de l'abstraction et de la figuration a pris forme graduellement. L'artiste a pour ambition de parvenir à faire exister des images offrant un espace à l'imaginaire et à la contemplation - une utilisation alternative de la photographie dans la façon de ressentir.

Née en 1984 en Finlande, Salla Pesonen vit et travaille actuellement à Paris. Elle est diplômée de photographie. Son œuvre, photographie et vidéo, est exposée régulièrement en France et en Finlande depuis 2009. Salla Pesonen est représentée par la GALERIE MARIA LUND. La collaboration a débuté par l'exposition collective Here comes the sun (2015) et a été suivie par sa présentation à YIA art fair 2015 (Paris). Auparavant, son travail a été exposé dans le cadre de la manifestation collective Marseille vu par 100 photographes (commissariat : Antoine d'Agata, Bibliothèque de Marseille, 2013), dans la Helsinki Photography Biennial (Helsinki City Museum, 2009) ainsi que dans le cadre de Korea Korea (Galerie Luova, Helsinki, 2009).

Vernissage de Salla Pesonen "silence bruyant"
Salla Pesonen | sans titre | 36 x 24 cm | photo, tirage jet d'encre sur
papier Hahnemühle, éd. : 6 expl. | 2016

[17:00-21:00] Vernissage de Sheila Concari et Anne Deguelle "Médusidélancolie"
Location:
Galerie Dix9
19, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 78 91 77
Fax : +33 (0)1 42 78 91 77
Mail : info@galeriedix9.com
Internet Site : www.galeriedix9.com
Description:
28.01 - 25.02.2017
Vernissage samedi 28 janvier 17h - 21h

Deux artistes de la galerie, Sheila Concari et Anne Deguelle, se réunissent pour réactiver chacune une figure mythique de la sidération, la Mélancolie pour Anne, Méduse pour Sheila.

Ces deux figures de la sidération Méduse et Mélancolie se rejoignent ici dans l'expression même du bouleversement. Nous demeurons médusés et sidérés en face des soubresauts du monde contemporain.
L'effroi psychique et émotionnel paralyse notre réflexion et notre capacité d'action. Les tremblements, les désenchantements, les révolutions, creusent un désarroi où tout semble éculé et voué à l'échec.

Les investigations respectives d'Anne et Sheila déploient une relecture de ces deux mythologies féminines dans les champs du poétique, de l'art, du document pour un décryptage de l'état d'entravement. Cette inscription mythique convoque des figures universelles pour appeler l'aide d'une réparation comparable à celle du bol brisé kintsugi

[17:00-21:00] Vernissage de Vincent Gicquel "As-tu vraiment besoin d'aller là-bas ?"
Location:
Galerie Thomas Bernard-Cortex Athletico
13, rue des Arquebusiers
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 75 50 42 65
Mail : info@cortexathletico.com
Internet Site : www.cortexathletico.com
Description:
28.01.17 - 25.02.17
Vernissage le 28 janvier 2017, de 17h à 21h

La galerie est heureuse de présenter les dernières peintures de Vincent Gicquel pour sa quatrième exposition personnelle.

Un programme comico-tragique, une peinture de la dérision, l'oeuvre de Vincent Gicquel
(né en 1974, il vit et travaille à Bordeaux) est l'oeuvre d'un comique qui laisse apparaître ou deviner tout ce qu'il y a de ridicule et d'horriblement banal dans l'existence humaine. Dans ces tableaux, l'homme devient alors l'unique sujet, l'unique vestige campé au beau milieu d'un monde où tout semble avoir disparu.

Vernissage de Vincent Gicquel "As-tu vraiment besoin d'aller là-bas ?"
Vincent Gicquel, Mur, détail / detail, 2016
Peinture à l'huile sur toile / Oil painting on canvas, 193,5 x 143 cm

[17:00] Vernissage de l'exposition "Forme e Colori"
Location:
Rome
Roma
Roma
00100 Roma
M° www.metropolitanadiroma.it
Italia
Internet Site : www.comune.roma.it
Description:
Arte Borgo Gallery

Vernissage de l'exposition "Forme e Colori"

[17:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Photographies 1972-1985"
Location:
Galerie Michèle Chomette
24, rue Beaubourg
2ème étage
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 05 62
Fax : +33 (0)1 42 72 62 05
Mail : mc.galerie@free.fr
Description:
Vernissage le 28 janvier 2017
Du 01 février 2017 au 04 mars 2017

Vernissage de l'exposition "Photographies 1972-1985"

[17:00-20:00] Vernissage de l'exposition "The plates of the present, so far"
Location:
Galerie Praz Delavallade
5, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 45 86 20 00
Fax : +33 (0)1 45 86 20 10
Mail : gallery@praz-delavallade.com
Internet Site : www.praz-delavallade.com
Description:
The plates of the present, so far marque le quatrième anniversaire du projet basé sur le procédé photographique du photogramme. En Février 2013, l'artiste Thomas Fougeirol et l'artiste/curateur Jo-ey Tang ont installé une chambre noire photographique (surnommée DUST) à Ivry-sur-Seine, en bordure de Paris. Depuis, plus de 70 artistes ont participé à The plates of the present. Le projet a été nommé d'après une phrase du livre The Pencil of Nature de William Henry Fox Talbot (publié en 6 volets entre 1844 et 1846), le premier livre photographique illustré. D'une durée variant entre une après-midi et plusieurs mois, l'utilisation de la chambre noire et de la technique du photogramme ont permis aux artistes, dont la plupart n'avaient pas d'expérience des procédés traditionnels de développement de la photographie, de recalibrer leurs relations au temps et à l'espace. Cette expérience est un répit par rapport à nos obligations quotidiennes, mais aussi un défi. Du papier photographique est donné à chaque participant, à qui l'on demande de créer huit photogrammes. Les accidents individuels sont les bienvenus. A l'inverse d'un projet curatorial, celui-ci est une invitation basée sur la curiosité mutuelle et la confiance. Et il est devenu très intéressant de voir que le photogramme devienne un enjeu dans le travail de beaucoup qui sont venus participer à The plates of the present. A l'occasion de cette présentation chez Praz-Delavallade, les photogrammes de chaque participant seront présentés par ordre chronologique.

En Mai 2013, G. William Webb a réactivé N. Dash's Bean Agency pour accompagner le premier lot de photogrammes exposés au Chalet/Belleville à Paris. En Octobre 2013, DROOID5Z (Ben Dowell, Nathan Gwynne, Nickolaus Typaldos) installèrent leurs photogrammes développés après leur séance de 15 heures, dans le sous-sol de La Cantine de Belleville pour leur concert. En 2015, The plates of the present, February 2013 - July 2015 a été présenté au BAXTER ST au Camera Club of New York, une exposition curatée par Sonel Breslav. Une table-ronde s'est tenue pendant la New York Art Book Fair au MoMA PS1, organisée par David Senior, Musem of Modern Art Library. Le livre Dust: The plates of the present, February 2013 - July 2015, edité par Sonel Breslav, publié par Blonde Art Books et Secretary Press, est accompagné de textes de Robin Cameron, Mara Hoberman, Flora Katz et Brett Littman.

- Thomas Fougeirol & Jo-ey Tang


Liste des artistes

2013
G. William Webb, J. Pasila, Allison Somers, Marina Faust, Joy Episalla, Shanta Rao, Carrie Yamaoka, Ofer Wolberger, Munro Galloway, Bettie Nin, Raffaella della Olga, Madeleine Aktypi, Robin Cameron, Benoit Fougeirol, Cécile Dauchez, DROOID5Z, Ben Dowell, Nickolaus Typaldos, Nathan Gwynne, Emmanuel van der Meulen, Camila Oliveira Fairclough, Sonja Engelhardt
2014
Delphine Trouche, Davide Cascio, Emilie Benoist, Daiga Grantina, Carlos Reyes, Agnes Lux, Jia Jia Zhang, Zoë Paul, Chloé Quenum, Jean-Baptiste Maitre, Joe Namy, Jesus Alberto Benitez, Mimosa Echard, Antoine Barberon, Renaud Regnery, Thomas Fougeirol, Yonatan Vinitsky

2015
Anne Laure Sacriste, Antoine Donzeaud, Hubert Marot, Julien Bouillon, Lorraine Châteaux, Loup Sarion, Sylvie Fanchon, Jean-Luc Blanc, Laëtitia Badaut Haussmann, Nancy Brooks Brody, Mo Husain, Sergio Verastegui, Samuel Richardot, Nick Oberthaler, Julien Carreyn, Camila Farina, Clémence Roudil, Jade Boyeldieu d'Auvigny, Jesse Stecklow, Libby Pratt, Aaron L. Richardson

2016
Amelia Saul, Isobel Wohl, Takuji Shimmura, Nicolas Descottes, Alicia Tréminio, Jérôme Valton

2017
James Miller, Mar Garcia Albert, Pepo Salazar, Tangui Marchand, Aïda Bruyere, My-Lan Hoang-Thuy, Rayane Mcirdi, Roxane Alaime, Evariste Richer, Theo Ghiglia


Thomas Fougeirol & Jo-ey Tang remercient leurs premiers supporters Ana Mendoza Aldana, Silvia Ammon, Arlène Berceliot Courtin et Arthur Coulet.

Vernissage de l'exposition "The plates of the present, so far"
Image caption: Laëtitia Badaut Haussmann, Untitled, 2015 (detail) - Photogram - 40 x 30 cm - 15 3/4 x 11 3/4 inches









[18:00-21:00] Vernissage Shiori Eda, JI Jun et Arthur Lambert "Lignes de force"
Location:
A2Z Art Gallery
24, rue de l'Echaudé
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 56 24 88 88
Mobile : +33 (0)6 74 76 85 29
Internet Site : www.a2z-art.com
Description:
Shiori EDA, JI Jun et Arthur LAMBERT
"Lignes de force"

28.01 - 25.02.2017
Vernissage le 28 janvier à 18h

Shiori EDA, JI Jun et Arthur LAMBERT, trois artistes trentenaires, évoluent dans un contexte où la mutation de notre monde s'est accélérée en parallèle avec l'évolution du numérique. L'appropriation du digital permet à chacun d'en extraire l'essence et de mettre à jour une perception liée à une réflexion nourrie d'une sensibilité propre à chacun.

Shiori EDA nous montre la fragilité de l'espèce humaine dans un univers qu'elle essaie de dompter. Les compositions picturales entre figuration et surréalisme mettent en scène des femmes nues faisant face à des éléments naturels déchaînés. Toutes adressent un message sur la condition féminine dans une société japonaise ressentie comme misogyne.

JI Jun manipule les perspectives géométriques à travers un procédé numérique qui tend à nous donner la perception d'un objectif photographique de 120 mm. Créant des textures et des scènes surréalistes, il nous offre un monde dénué de vie où une sensation charnelle se retrouve dans les détails que l'on retrouve dans ses compositions architecturées. L'homme fait corps avec ses créations.

Arthur Lambert met en lumière les divers états transformés de la nature et de l'être à travers un univers géométrique dont lui seul en connait les secrets. Il vit chacune de ses oeuvres sous formes d'expériences où la répétition l'emmène dans un état transcendantal. Ses compositions qualifiées d'« illuminations intérieures » nous permettent d'initier une quête entre l'esprit et la matière.

Vernissage Shiori Eda, JI Jun et Arthur Lambert

[18:00-21:00] Vernissage d'Anne-Laure Koubbi "Hibridae"
Location:
ΠJAMA Galerie
82, rue de Turenne
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 86 18 17 54
Mail : contact@pijamagalerie.paris
Internet Site : pijamagalerie.paris
Description:
Le 28 janvier sera marqué par un phénomène rare : la conjonction de la nouvelle année chinoise et d'un vernissage à la Pijama Galerie. Comme l'a dit Najat Vallaud-Belkacem lors de son discours sur les théories du complot : "Coïncidence, non je ne crois pas".

Ce phénomène exceptionnel ne pouvait arriver sans la découverte d'un talent tout aussi exceptionnel : Anne-Laure Koubbi. Aussi, laissons planer le suspens, car Carpe diem quam minimum credula postero.

Ne pas se méprendre : ce double i n'est pas une faute de frappe, mais bien le symbole du souci du détail que cette sémillante artiste accorde à la réalisation de ses êtres hybrides. En effet, avec méticulosité et précision, Anne Laure Koubbi manie aussi bien la bille de son stylo fétiche que ses scalpels, non pour disséquer le vivant mais pour retailler ce qui avait été oublié et lui redonner vie. Elle mélange sur le papier, telle une illusionniste, de vieux grimoires et un trait emblématique dont la finesse relève presque de la magie. Le regard se perd, tentant de déceler le motif anatomique dans la fantaisie de l'artiste. Mais là, pas de vrai ni de faux, juste un imaginaire pétillant et une recherche de perfection où l'équilibre et l'épure révèlent l'inattendu.

Pour plonger le regardeur dans son univers, Anne-Laure a recréé son atelier au sous-sol, en reprenant les éléments essentiels de son quotidien fait d'œuvres, de détente et de bouquins. Pour prolonger cette expérience livresque, l'accrochage et l'encadrement vont de pair, faisant de nos traités anatomiques et botaniques de véritables madeleines proustiennes.


Anne-Laure Koubbi (née à Bordeaux en 1986, vit et travaille à Paris)

Sortie d'une école de commerce, Anne-Laure Koubbi décide de quitter le confort du marketing pour se consacrer pleinement à sa pratique artistique, créant un univers si particulier fait de paysages fantastiques peuplés de créatures hybrides. En permanente exploration, elle prend un plaisir espiègle à créer des associations inédites de formes, pour faire entrer le spectateur dans son monde sur orbite.
Chinant dans les lieux désertés de nos quotidiens, elle plonge tête en avant dans l'obsolète et le poussiéreux. Manuels d'anatomie, atlas d'antan, vieux dicos et autres papiers jaunis forment la matière brute dans laquelle elle pique, ça et là, les motifs et ambiances qu'elle réinvente pour créer ses êtres fantasmagoriques.
Elle est actuellement artiste résidente au Shakirail.

« Je crois que l'art naît d'une puissante relation d'amour avec le monde, d'une façon de poser le regard sur chaque chose et d'y découvrir mille bonnes raisons de s'approcher plus près. L'œil devine alors des objets de contemplation et d'invention dans les racines d'un arbre ou dans les stigmates du vice sur une peau ravagée... Dans la façon dont un rideau se noue et laisse entrevoir un visage aux sillons ouatés né des plis du tissu.
L'art nous invite à voir au-delà de l'évidence et de la matière brute, nous bouscule d'un bout à l'autre de l'entendement pour laisser place à la deuxième lecture, celle de l'âme. »

Vernissage d'Anne-Laure Koubbi "Hibridae"

[18:00-21:00] Vernissage d'Emeline Piot
Location:
Galerie Hors-Champs
13, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 53 48 14 04
Mail : contact@galerie-hors-champs.com
Internet Site : www.galerie-hors-ch​amps.com
Description:
La Galerie Hors-Champs est heureuse de vous inviter au vernissage des dessins d'Emeline Piot, le samedi 28 janvier de 18 heures à 21 heures.

L'exposition se déroulera jusqu'au dimanche 26 février.

Un premier regard sur un dessin d'Emeline Piot entraîne une fascination immédiate : là où l'on voit de loin une vaste tache envahissant une toile ou un carton, on se surprend en s'approchant à découvrir une prolifération de motifs et de figures entrelacés les uns aux autres en un désordre animal et végétal parfaitement maîtrisé, sans hiérarchie.

Le premier réflexe que l'on a lorsque l'on regarde un assemblage d'images, est d'en déchiffrer le langage, ce qu'il est susceptible de raconter. Force est de constater qu'ici, il ne peut être question d'histoires linéaires. Les signes sont assemblés en un secret intime. On en soupçonne une fonction, peut être le témoignage d'un mythe oublié, jusqu'à ce que, du bouquet d'émotions ressenties, l'on comprenne qu'il s'agit avant tout d'une formule, celle d'une harmonie entropique.

L'œuvre d'Emeline Piot est une incantation qui évoque le chamanisme.
En premier lieu, l'élaboration même des motifs a une dimension magique : à partir d'une simple idée de départ (le motif principal), Emeline Piot brode l'univers qui émanera de cette idée par la pratique du dessin automatique. L'entrelacement des formes est instinctif. On a du mal à y croire tant la cohérence des toiles saute aux yeux, mais pourtant jamais, au cours du processus créatif, elle ne prend du recul sur le travail en cours pour le corriger, l'équilibrer, en surveiller la structure.

L'artiste précise que ses rêves sont régulièrement composés de ces arabesques visionnaires, ce qui en explique la rareté des couleurs.

Conteur de rêves, le geste d'Emeline Piot participe donc lui-même de ces rêves. La main somnambule qui guide dans cette nuit est aussi nocturne, et aussi guidée. Et s'il y a guide, c'est qu'il y a chemin : pour aller où ? Pour aller partout, en tout sens (n'est-ce pas là le principe des rêves ?). Pour mieux se perdre, c'est-à-dire être attentif aux potentiels infinis.

Le potentiel du dessin sur la toile, le potentiel des formes mais aussi celui des expériences intérieures : le devenir-humain quand on le confronte au devenir-végétal, animal, élément, abstraction... La proposition est bien-sûr holistique, animiste.

Le vide n'existe pas. Tout est foisonnement, tout est naissance. En envahissant la toile en un agglomérat de traits, Emeline Piot suggère qu'il est possible de nous laisser à notre tour nous envahir par ce que cet « avant l'être humain » a à nous dire, comme une énergie des rhizomes. Un trait est toujours un lien, d'un point à un autre : les dessins sont ici un nœud de liens enserrés pour mieux dénouer ce lien entre notre regard et ce qu'ils nous murmurent sur nous-mêmes -entre nous et là d'où nous venons.

Les dessins d'Emeline Piot sont une jungle qu'il faut observer de très près afin d'en constater l'impressionnante minutie. Il y a là quelque chose de proche de la joaillerie : peut être une volonté de créer un ornement, une parure pour sa mythologie. Comme un hommage mortuaire au Paradis perdu. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que les motifs de départ d'Emeline Piot sont généralement des crânes, des carcasses d'animaux morts.

Crânes qui ne sont pas seulement le sujet de ses dessins, mais aussi leur support. L'Histoire regorge de cultures où le tatouage est associé aux formules magiques. Les formes d'un dessin seraient susceptibles de comporter en elles une dimension spirituelle qui imprégnerait son porteur. Sauf qu'Emeline Piot ne dessine pas sur la chair d'animaux vivants mais sur des os d'animaux (renard, phacochère, buffle, cheval, etc...), la volonté n'est pas ici de protéger l'être mais de lui insuffler une seconde vie. Une vie qui se meut avec sa propre temporalité puisque l'encre évolue sur les crânes en fonction de sa confrontation avec une matière qui ne cesse d'évoluer. La mémoire ne se sauvegarde et ne s'honore qu'en l'enrichissant du présent -qu'en l'incluant dans un mouvement créateur. C'est là la tâche d'Emeline Piot : relier, tisser trait après trait une arabesque de liens entre nous et le monde.

Vernissage d'Emeline Piot

[18:00-21:00] Vernissage d'Emmanuel Le Cerf "I keep hell clean for your return"
Location:
Galerie Escougnou-Cetraro
anciennement Galerie See studio
7, rue Saint-Claude
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 48 87 52 93
Mail : galerie@escougnou-cetraro.fr
Internet Site : www.escougnou-cetraro.fr
Description:
Du 28 janvier au 28 février 2017
Vernissage samedi 28 janvier à 18h

Les œuvres d'Emmanuel Le Cerf organisent des circuits de dérivation perceptive mettant en jeu des phénomènes d' « infra-voyance » : images auto-engendrées à partir de traductions de signaux et de dialogues entre prothèses photo-réceptives, projections invisibles dont la perception dépend de l'activité interprétante de caméras infra-rouge, ondes imperceptibles traduites en images puis en son, lexique d'images-intensité extraites du flux continu de la béatitude virtuelle. Compensant, en en révélant les angles morts, les carences d'une perception humaine prise au piège par l'immédiateté paramétrée de l'hyper-vision contemporaine, les œuvres s'organisent comme autant de perspectives différées. Elles interrogent la figurabilité de l'image et la dynamique, désirante et médiatique, qui informe son expérience.

Pour sa première exposition à la Galerie Escougnou-Cetraro, l'artiste a conçu un milieu appareillé, où la perception est convoquée dans sa nature instrumentale, sans toutefois se voir attribuer un champ d'action précis : l'ensemble est évocateur de l'utilitarisme technologique et de sa vision sans regard, tout en laissant flotter l'énigme des visées de son activité. Des espaces de latence se définissent dans le jeu d'intervalle entre la sensation d'une inactivité et la découverte médiatisée que des flux ici s'organisent en mots, images, et visages. Une fois la technique décryptée, restent les images, définitivement énigmatiques, qui ont servi de support à ce déploiement : faces extatiques détourées de foules, « homme-abeille », expression du visage d'un acteur d'un film d'Orson Welles jamais réalisé, lexique de phobies lumineuses sans suffixe, tableaux de Bosch évidés de ses créatures des enfers. Leur présence intermittente se dévoile comme autant de résidus subliminaux d'une tentative de désamorcer la vision pour engager la perception.

Clara Guislain

Vernissage d'Emmanuel Le Cerf "I keep hell clean for your return"

[18:00-20:00] Vernissage de Carine Deambrosis
Location:
Librairie La Terrasse de Gutenberg
9, rue Emilio Castelar
75012 Paris
M° Ledru-Rollin, Gare de Lyon
France
Phone : +33 (0)1 43 07 42 15
Mail : laterrassedegutenberg@wanadoo.fr
Description:
Samedi 28 janvier à partir de 16h15
Présentation du livre de Christophe Carlier par Mercedes Deambrosis et l'auteur de "Ressentiments distingués"
Lectures et Vernissage des œuvres exposées dans nos vitrines de Carine Deambrosis à partir de 18h.

« Le microclimat de l'île : pluie et bourrasques. Ce qui n'empêche pas ses habitants d'avoir un bon fond, et d'accueillir le facteur avec un sourire, quel que soit son retard. Le pauvre homme souffre d'arthrose ; mais l'heure de la tournée n'intéresse pas grand monde. Nul n'envoie plus de lettres d'amour et les factures arrivent toujours trop tôt. Jusqu'à ce que des missives malveillantes atterrissent dans les boîtes aux lettres. Un corbeau avive les susceptibilités, fait grincer les armoires où l'on cache les secrets. Serait-ce Tommy, le benêt ? La vaniteuse Marie-Odile ? Ou bien Adèle qui goûte tant les querelles ? Ou encore Emile, Laure, Marge ou Félicien ? Bien vite, les soupçons alimentent toutes les conversations. Sans que les bavards complices n'en retirent le plaisir d'être solidaires. »

[18:00-21:00] Vernissage de Charwei Tsai "As It Is"
Location:
galerie mor charpentier
61, rue de Bretagne
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 44 54 01 58
Mail : contact@mor-charpentier.com
Internet Site : www.mor-charpentier.com
Description:
January 28 - March 18, 2017

Vernissage de Charwei Tsai "As It Is"

[18:00-21:00] Vernissage de François Mangeol "ASHES TO ASHES"
Location:
Mannerheim Gallery
6, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République
France
Phone : +33 (0)7 70 46 19 13
Mail : info@mannerheimgallery.com
Internet Site : www.mannerheimgallery.com
Description:
du 28 janvier au 25 février

Vernissage de François Mangeol "ASHES TO ASHES"

«Mes pièces sont comme des petites énigmes, des pierres de rosette, de petits cailloux blancs pour que ceux qui le souhaitent puissent me suivre, s'interroger, se rejoindre, me rejoindre» F.M.

La notion de temps est au cœur du travail de François Mangeol, artiste français passionné de sémantique et de philosophie. Comment expérimenter la durée ? Que fait-on du temps que l'on a ?
À travers différents systèmes plastiques, il produit un recueil de figures mystérieuses, qui sont autant de pistes de réponse. Dans sa nouvelle exposition ASHES TO ASHES, il propose ainsi au visiteur de parcourir le temps et les œuvres, pour tenter de découvrir leur secret, de trouver du sens; et l'invite à se faire acteur de sa propre interprétation.

Les expositions de François Mangeol sont conçues comme des propositions, non pas d'arrêter le temps, mais de marquer des temps de pause pour mieux comprendre, apprendre et recommencer. Ici, le titre ASHES TO ASHES n'est en aucun cas un message pessimiste ou funeste, au contraire; il renvoie au mythe du phoenix qui renait de ses cendres, il est la promesse d'un éternel renouvellement, jour après jour.

Suivant la pensée de leur créateur, les œuvres présentées sont toutes des objets de texte qui, débarrassés de la lecture immédiate, acquièrent une dimension spirituelle. Toutes sont des énigmes qu'il nous appartient de résoudre; toutes sont composées à partir de cet alphabet mis en place par l'artiste. A travers lui, exposition après exposition, il crée ainsi une langue étrangère, et invente une syntaxe nouvelle, une partition visuelle. Ici, deux faux monochromes recouverts d'inscriptions quasi invisibles côtoient un assemblage de six « toiles-lettres » aux dimensions monumentales. Là, un couple de tableaux rend hommage aux origines de la vie sur Terre, tandis que les différentes mises en oeuvre d'une même pièce évoquent la tension entre apparition et disparition.
Enfin, une série de 28 dessins, quasi automatiques, vient compter les 28 jours qui séparent le Nouvel An du début de cette exposition, symbolisant une fois encore l'action du temps qui passe.

François Mangeol construit ses oeuvres à la manière d'un charpentier, couche après couche, par strates historiques et temporelles. La superposition de peinture et de matière, plus ou moins perceptible, offre alors différents niveaux de lecture. Et le sens, qui n'est toujours qu'esquissé, se met en retrait pour laisser place à l'émotion de l'observateur, et de celui qui aura pris le temps et le plaisir de chercher et de découvrir.


Né en 1984, François Mangeol vit et travaille à Paris. Il crée des oeuvres conceptuelles dont le temps est la dimension essentielle, entre art, poésie et langage. En 2016, il a été l'invité du Centre d'Art Assaut de la Menuiserie à Saint-Etienne, et de l'Institut Français de Milan. Ses pièces sont présentes dans plusieurs collections publiques dont celles du FNAC-CNAP et du MAMCO de Genève.

Vernissage de François Mangeol "ASHES TO ASHES"
LUCY, 2017, Acrylic on canvas
Courtesy François Mangeol and Mannerheim Gallery

[18:00-21:00] Vernissage de Käthe Kruse "Cuir, cheveux et photographie"
Location:
Galerie Vincenz Sala
52, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Temple, République
France
Phone : +33 (0)9 82 47 37 15
Mobile : +33 (0)6 58 93 39 27
Mail : vincenz.sala@vsala.com
Internet Site : www.vsala.com
Description:
du 28 janvier au 18 mars 2017
Vernissage le 28 janvier 2017 de 18h à 21h

La galerie Vincenz Sala est heureuse de présenter du 28 janvier au 18 mars 2017, l'exposition « Cuir, cheveux et photographie » de Käthe Kruse, artiste allemande née en 1958.

Käthe Kruse exposera la batterie avec laquelle elle a joué avec son groupe d'avant-garde « Die Tödliche Doris » dans les années 1980, notamment au Museum of Modern Art à New York, à la documenta 8 à Kassel et au Musée d'Art Moderne de Paris. Invité par le Goethe-Institut, le trio a également donné des concerts au Club Quattro à Tokyo et au Palais de Tokyo à Paris, où il fit fureur avec ses mélodies minimalistes et ses récitatifs monotones. Les concerts du groupe s'inscrivaient dans une démarche artistique globale et lui fournissaient souvent un matériau (p. ex. costumes, accessoires, instruments, vidéos) qu'il utilisait ensuite pour créer de nouvelles œuvres plastiques.

Poursuivant cette tradition, Käthe Kruse a transformé sa batterie en une sculpture recouverte de cuir de vache, qui peut cependant toujours être utilisée comme instrument, même si elle sonne bien sûr autrement que l'original : les caisses rendent un son plus sourd, le charleston sonne plus aigu.

Vous pourrez le découvrir lors de la performance « Chöre & Soli » que Käthe Kruse présentera avec ses filles Edda et Klara Kruse Rosset le 18 mars 2017. Dissimulée dans un grand tablier-costume cylindrique en cuir également, elle y chantera ses morceaux insolites, accompagnée par Edda à la batterie et par Klara qui traduira en français les textes de Die Tödliche Doris.

L'exposition de l'artiste berlinoise comprend diverses œuvres, comme « L'amour analphabète », une installation murale constituée de douze bandes de différentes longueurs montrant les électrocardiogrammes de son cœur et de celui de son mari Yves Rosset, ou le tableau-texte « Mots de l'instant », une transposition en français du tableau-texte allemand original intitulé « Alphabet des Augenblicks », qui figure l'abécédaire personnel de l'artiste. Ces deux pièces font initialement partie d'un ensemble de douze Gesamtkunstwerk, comprenant chacune une œuvre plastique, une chanson, une projection vidéo et une performance, ensemble qui a été présenté dans son intégralité sous le titre « Le Sexe Rouge » au musée Hamburger Bahnhof de Berlin et à la Kunsthalle Bremerhaven.

Käthe Kruse présentera également quatre nouvelles compositions associant chacune une œuvre plastique et des photographies réalisées en Islande, combinées selon des critères esthétiques ou thématiques. À une sculpture qui reproduit l'itinéraire d'Alexander von Humboldt en Amérique du Sud sous la forme de l'une des légendaires dreadlocks de l'artiste collée sur du bois de chêne, elle associe des photographies d'oiseau nichant près de la lagune glaciaire de Jökulsarlon, en écho au Guacharo des cavernes découvert par Humboldt et Bonpland dans un caverne de l'actuel Venezuela.

Vernissage de Käthe Kruse "Cuir, cheveux et photographie"

[18:00-21:00] Vernissage de Marilena Pelosi "Catharsis"
Location:
Galerie Christian Berst
3-5, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 33 01 70
Fax : +33 (0)1 53 33 01 70
Mail : contact@christianberst.com
Internet Site : www.christianberst.com
Description:
Vernissage samedi 28 janvier de 18h à 21h
Exposition du 28 janvier au 25 février 2017

un théâtre de la réparation

« Ce sont les gens normaux qui deviennent fous. Mais comme je ne l'ai jamais été, je ne risque rien. » En disant cela, Marilena Pelosi bat en brèche, sans le vouloir, l'idée même de normalité et de son corollaire, la folie. L'artiste qu'elle est devenue s'est néanmoins construite sur le terreau d'une altérité nourrie des séismes de son existence.

Née en 1957 à Rio de Janeiro, Marilena aurait aimé faire les Beaux-Arts : « Heureusement, je n'y suis pas allée, peut-être qu'on m'aurait appris à dessiner correctement.» C'est à l'âge de 16 ans, à la suite d'une maladie grave, qu'elle commence à produire des œuvres dans lesquelles le catholicisme exubérant et la macumba fiévreuse de son Brésil natal tournoient jusqu'au délire. Les réminiscences de transes, de processions eucharistiques et de carnavals endiablés sont inextricablement mêlées à des évocations bien plus intimes : l'enfance recluse, la fuite d'un mariage forcé avec un prêtre vaudou, les années d'errance à travers le monde, en quête d'un havre.

Les didascalies qu'elle sème parfois dans la marge, au lieu de nous renseigner, renforcent l'étrangeté de ces saynètes sauvages tracées d'un trait sobre, sans artifice, presque clinique.
En jaillissent de cruelles féeries dans lesquelles le sens se dérobe, défie la raison - la sienne en premier - mais dont tout, absolument tout, transpire la résilience. C'est comme si nous assistions, à travers ce théâtre de la réparation - fait de germinations, de floraisons, de simulacres de noces barbares, de fluides séminaux et de renaissances érotisées - à la plus vibrante des catharsis.

Un catalogue bilingue FR/EN de 230 p. avec des textes de Laurent Quénéhen et Laurent Danchin sera publié à l'occasion de l'exposition.

Vernissage de Marilena Pelosi "Catharsis"

[18:00-21:00] Vernissage de Mathieu Gargam "Stones & Roses"
Location:
Temple
20, rue de la Corderie
75003 Paris
M° Temple, République
France
Mail : temple@templeparis.com
Internet Site : www.templeparis.com
Description:
SOME BOOKS, SOME PLACE... continue, depuis le 21 Janvier, Temple accueille en résidence Théophile Calot, fondateur de Théophile's Papers, plateforme dédiée aux pratiques éditoriales, à la fois librairie, maison d'édition et générateur d'expositions. Pendant quelques semaines livres, multiples, sculptures et surprises viendront prendre place à Temple. Ce samedi, découvrez le nouvel accrochage de Mathieu Gargam.

Ce samedi 28 janvier, Théophile Calot invite Mathieu Gargam, Stones & Roses, 2017

Temple accueille en résidence Théophile Calot, fondateur de Théophile's Papers, plateforme dédiée aux pratiques éditoriales, à la fois librairie, maison d'édition et générateur d'expositions et de débats sur le sujet. Pendant quelques semaines livres, multiples, sculptures et surprises viendront prendre place à Temple.

Mathieu Gargam
L'essentiel du travail de Mathieu Gargam se compose d'images - matériaux trouvés, chinés, devenus anonymes. Il les articule ensuite selon des ensembles, affinités formelles ou thématiques (rationnelles ou imaginées), et il les manipule, les assemble, les « colle » sur des supports variés : simple projection, collage numérique, imprimé, impression, ou ré-impression...
Julie Rodriguez Malti

Stones & Roses :
agréable, beauté, bloc, bouquet, bourgeon, bouton, brillant, caillasse, carreau, caillou, charme, choix, commencement, concrétion, corindon, dalle, débris, décombres, démolitions, diamant, éclat, élite, efflorescence, femelle, fleur, force, fraîcheur, gai, gemme, gerbe, gravats, gravelle, gravier, gravois, lilas, lithiase, meilleur, moellon, ornement, pavé, parpaing, plâtras, pierre, perfection, phénix, plaisant, restes, roche, rocher, romanesque, romantique, rosace, ruine, sentimental, silex, tombes, trésor, traces, vestige, vitrage, vitrail ...

Vernissage de Mathieu Gargam "Stones & Roses"

[18:00-21:00] Vernissage de Pierre-Yves Bohm "Sur vous je crache de la peinture"
Location:
Galerie Christophe Gaillard
5, rue Chapon
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 49 16
Mobile : +33 (0)6 65 15 75 30
Mail : contact@galerie-gaillard.com
Internet Site : www.galerie-gaillard.com
Description:
MAINSPACE

Exposition personnelle du 28 janvier au 25 février 2017
Vernissage le samedi 28 janvier, de 17h à 20h.

Pierre-Yves Bohm fait dialoguer dialectiquement la forme et l'informe. Il manie l'électrisation violente et le labeur lent et réfléchi. Il « crache de la peinture » et « presse l'image comme un citron », dans un jaillissement révélant tout autant une tension vitale qu'une quête acharnée. Ne se retrouvant pas dans une démarche abstraite et instinctive, il n'hésite pourtant pas à nous cracher cette peinture à la figure, à nous livrer la matière d'une manière rageuse. Le titre de l'exposition fait référence à l'une de ses têtes modelées sur une simple tige métallique, de la bouche gicle de la peinture. Un autoportrait ?
Extrait du communiqué de presse de Mélane Lerat

Vernissage de Pierre-Yves Bohm "Sur vous je crache de la peinture"

[18:00-20:00] Vernissage de Yuri Dojc "Last Folio"
Location:
Galerie Karsten Greve
5, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 77 19 37
Fax : +33 (0)1 42 77 05 58
Mail : galerieparis@karstengreve.fr
Internet Site : www.galerie-karsten-greve.com
Description:
Du 28 janvier au 28 février 2017
Vernissage samedi 28 janvier de 18h à 20h en présence de l'artiste

La Galerie Karsten Greve a le plaisir de présenter, pour la première fois en France, le projet de l'artiste et photographe né en Tchécoslovaquie Yuri Dojc, intitulé Last Folio: A Photographic Journey with Yuri Dojc (« La Dernière Page. Voyage photographique avec Yuri Dojc »).

C'est le hasard qui a conduit Yuri Dojc, sa productrice Katya Krausova et leur équipe de film documentaire jusqu'à une école juive abandonnée dans l'est de la Slovaquie, où le temps s'était figé un jour de 1942 lorsque ceux qui s'y trouvaient furent déportés dans des camps de concentration... Les manuels scolaires étaient toujours là, les cahiers d'écoliers annotés, les bulletins, les actes de naissance, les livres de comptes, et même du sucre dans les placards de la cuisine... le tout en état de décomposition sur des étagères poussiéreuses, derniers témoins d'une culture autrefois florissante.

Yuri Dojc envisage chaque livre abandonné, abîmé par le temps, comme un survivant, dont il fait un portrait, préservé dans sa beauté finale : des images qui en disent plus long que les mots. Aujourd'hui, des années plus tard, sa propre recherche, qui a débuté avec des portraits de survivants après la mort de son père, se transforme en un remarquable récit photographique. Parmi les centaines de livres et de fragments que Dojc photographie, l'un d'entre eux sort particulièrement du lot. Perdu au milieu d'une pile couverte de poussière, un livre ayant appartenu à son grand-père Jakab se retrouve comme par miracle entre les mains de son héritier légitime. En 1997, Dojc croise un rescapé de la Shoah à l'enterrement de son père. Cette rencontre décisive l'amène à photographier des survivants slovaques avant qu'il ne soit trop tard. Il parcourt ainsi le pays et réalise plus de cent cinquante portraits, saisissant leur histoire, leurs traits. Au cours de son périple, il immortalise aussi des objets, et des bâtiments, ayant appartenu à la communauté juive. Malgré leur état de déliquescence, il est touché par leur beauté et décide de retrouver puis de photographier d'autres traces de cette communauté perdue. À la recherche de l'héritage des Juifs de Slovaquie, décrit dans le livre de son père, il entame le projet qui deviendra Last Folio. « Nous aspirons tous à laisser quelque chose derrière nous ; une empreinte de notre passage, dit Dojc. Mais il ne reste presque rien de ces personnes dont les vies ont été interrompues pendant la Shoah. La photographie me permet d'ériger un monument intime à leur mémoire. À travers ces clichés, je leur rends hommage et je conserve leur trace. Je ne peux qu'espérer que mes images parleront aux visiteurs de cette exposition. »

Krausova ajoute : « Yuri et moi-même avons parcouru tout le pays, des petites villes et de minuscules hameaux, rencontré des gens, trouvé des restes de vie et des fragments de souvenirs. Retracer les expériences de nos familles et l'univers dans lequel elles ont vécu et sont mortes s'est avéré un voyage absolument renversant, à la fois émouvant, spirituel et très personnel. » Les photographies des livres que Dojc a trouvés dans une école juive à Bardejov constituent l'élément central de Last Folio, comme autant de vestiges d'une culture autrefois florissante. Les images de l'exposition révèlent les ruines terrifiantes d'écoles, de synagogues et de cimetières. Last Folio inscrit un voyage personnel dans la mémoire culturelle et offre une réflexion sur la perte universelle en tant qu'elle fait partie du souvenir européen.

Conçue comme une installation itinérante, Last Folio réunit une sélection de photographies, un film documentaire et un livre, et a été présentée dans plusieurs pays des deux côtés de l'Atlantique. Douze de ces clichés font désormais partie de la collection permanente de la Bibliothèque du Congrès à Washington. En 2015, Last Folio s'insère dans les commémorations internationales du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce cadre, l'exposition est montrée aux Nations unies à New York, à la Bibliothèque nationale d'Allemagne à Berlin, au musée Mark Rothko en Lettonie, au Musée juif et centre pour la tolérance récemment ouvert à Moscou et dans la galerie d'art de l'université Tufts aux États-Unis.


L'ARTISTE

Yuri Dojc quitte la Tchécoslovaquie en 1968 lorsque les chars soviétiques entrent dans Prague. Il s'installe à Toronto, où, en quatre décennies, il passe du statut de réfugié à celui de photographe de renommée internationale. Son œuvre figure parmi les collections du musée des Beaux-Arts du Canada et du Musée national slovaque. La Bibliothèque du Congrès de Washington a récemment acquis une large sélection de sa collection de photographies. En 2001, l'ambassadeur de Slovaquie aux États-Unis lui remet la Médaille d'honneur pour We Endured, une série de portraits de survivants slovaques de la Shoah. Dojc fait l'objet de dizaines d'articles dans la presse internationale, notamment Communication Arts et Applied Arts and Creativity, et de reportages sur les sites de Apple et Microsoft. Les photographies de son voyage au Rwanda lui ont valu une double page dans le journal Libération. En 2010, il publie son sixième ouvrage, Honour, qui rend hommage aux vétérans canadiens de la Seconde Guerre mondiale, et son travail fait l'objet d'une rétrospective au palais Mirbach à Bratislava. Inaugurée au musée de l'Héritage juif à New York en mars 2011, l'exposition Last Folio est depuis lors montrée dans un grand nombre d'autres lieux.

Katya Krausova est une productrice/réalisatrice indépendante de télévision. Ses films ont été diffusés sur des chaînes de télévision nationales et projetés dans de prestigieux festivals de films internationaux. Arrivée en Grande-Bretagne au lendemain de l'invasion russe de la Tchécoslovaquie en 1968, elle dirige aujourd'hui Portobello Media and Portobello Pictures, une société indépendante de production audiovisuelle de premier plan qui a remporté l'Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1997 avec Kolya.

Vernissage de Yuri Dojc "Last Folio"
"Flying letters" book fragment, 2013 (Bardejov), tirage d'archive à encre pigmentaire sur papier coton, 80 x 120 cm, Éd. 1/8

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "ZOOM - Projection III / Les Fileuses"
Location:
Galerie Dohyang Lee
73/75, rue Quincampoix
75003 Paris
M° Les Halles, Rambuteau, Etienne-Marcel
France
Phone : +33 (0)1 42 77 05 97
Fax : +33 (0)1 42 76 94 47
Mail : info@galeriedohyanglee.com
Internet Site : www.galeriedohyanglee.com
Description:
avec Clarissa Baumann, Minia Biabiany et Natalia Villanueva Linares

Vernissage le Samedi 28 Janvier 2017 de 18h à 21h
28 janvier - 4 mars 2017

"Parques, annoncez lui son sort..." Pour cette exposition, on aurait envie d'écouter le fameux trio d' Hippolyte et Aricie (1). Il y'a une coïncidence étrange entre le fait de montrer des films d'un trio d'artistes femmes, et que l'expression filaire soit commune à toutes. Cependant, on n'évoquera ici ni les déesses antiques, mais plutôt la forte originalité de chaque artiste et de leurs vidéos. Pourquoi ne pas chanter Aguas de Março (2), en pensant aux œuvres de Clarissa Baumann? Des premières paroles, il ne resterait que la pierre, mais plus la fin de la route remplacée par la mer ou le hasard. Chez Minia Biabiany, le dessin ne raconte pas une histoire linéaire mais montre un regard en va et vient comme des traversées. Les images animées seraient-elles des souvenirs sur tableau noir? Le foisonnement de couleurs, la finesse des fils dans l'installation Sœurs et dans la vidéo Breathing chez Natalia Villanueva nous mettent face à une question : Est ce que les fils de couleur qui se rejoignent seraient une métaphore de la naissance de toute chose, d'une origine commune, mais que nous sommes aussi des individualités, comme ces fils de couleurs, avec chacun un destin ?

Clarissa Baumann est une artiste née à Rio de Janeiro. Elle possède une double formation, étant diplômée de École Supérieure des Arts Décoratifs de Rio de Janeiro et de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Elle possède aussi une formation en danse contemporaine reçue dans l'Ecole Angel Vianna. Clarissa Baumann est lauréate du Prix des Fondations des Beaux Arts de Paris et du Prix ADAGP des Arts Plastiques en 2016. Transitant entre le dessin industriel, les arts plastiques et la danse, sa recherche interpelle le lieu du corps et des actions quotidiennes au milieu d'une conception constructiviste et fonctionnelle du monde. Prenant souvent la forme d'un jeu entre des processus éphémères et différents médias qui questionnent les limites entre le visible et l'invisible, son travail se construit à partir d'actions intervenant sur des contextes et des relations déjà existantes. L'artiste propose une nouvelle installation Pli, contrepoids qui est composée d'un fil, qui commence depuis l'espace extérieur de la galerie, transperce la baie vitrée, et finit son chemin enroulé dans un pavé de rue, importé de Rio de Janeiro. Quant à la vidéo Architecture pour la mer, elle montre une vue de Rio de Janeiro où la ligne de mer traverse horizontalement le cadre d'une fenêtre. Dans la tentative d'ajouter une perpendiculaire à cet horizon, un fil à coudre est déroulé depuis l'intérieur de la maison, croisant l'architecture sinueuse de Burle Marx, les voies de circulation et le sable jusqu'au bord de la mer. Dans Eloge du hasard, Clarissa Baumann lance au-dessus du pont du Garigliano à Paris, trois dés sur des péniches qui transportent de la terre le long de la Seine. Cette version d'un Mallarmé décalé déclenche une quête dont le résultat ne se dévoile jamais : chaque péniche suit son cours, la terre pouvant être déversée en différents points de la ville ou continuer son trajet indéfiniment jusqu'à des ports plus distants, en Chine ou au Mexique...

Minia Biabiany est née en Guadeloupe, en 1988. Elle est diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon en 2011. Elle vit et travaille entre Paris et Mexico D.F. Son travail questionne les entrecroisements entre l'intimité et le politique à partir du lieu et du territoire. Ses installations in situ prennent l'espace comme source et construisent une poétique du lieu à partir de ses caractéristiques et d'objets véhiculant histoire personnelle et collective (de ses origines caribéennes). En février 2016, elle a initié et réalisé collectivement le semillero Caribe, expérimentation pédagogique et artistique questionnant des concepts d'auteurs caribéens par le corps. La vidéo Blue spelling... a été réalisée par accumulation de dessins faits à la craie sur tableau noir et photographiés avec un cadrage fixe. La répétition de dessins et le rythme changeant toujours saccadé de Blue spelling... induisent une image fuyante, qui résiste à être comprise totalement. L'œuvre épelle des oublis, elle écrit un doute dans la surface noire et le temps non linéaire d'une Histoire faite de ruptures. Une sortie de corps qui se regarde elle-même; un imaginaire de la représentation du corps noir, de comment il se voit et de comment sa vision de lui-même se construit. Dans le sommeil léger, la perception du temps diffère pour l'écho brisé. La craie épelle à vitesse douce un exil, et la répétition dessine entre persistance et effacement.

Natalia Villanueva Linares est une artiste Franco-Péruvienne, diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris avec les félicitations du jury. Son travail a été présenté dans deux expositions majeures au Palais des Beaux Arts de Paris, dans des galeries et foires à Los Angeles, Madrid, Chicago, Peoria, IL, Berlin et Lima. Elle est la fondatrice du magazine d'art Ukay-zine. Natalia a deux approches très distinctes de son travail : elle construit des moments de taille monumentale comme une célébration du volume et des couleurs et dévoile également des situations orientées vers le détail, chargées d'un esprit métaphorique intense. Elle procède souvent à la destruction d'objets pour produire des transformations et ouvre l'objet aux autres, permettant ainsi que la destruction devienne un geste de répartition où naît la notion de dévouement. La plupart de ses pièces ont un rôle protecteur, elles sacralisent la surproduction pour mettre en valeur une multitude d'imperfections sui generis. Pour Sœurs 1- 10, chaque sœur est une boîte en métal de couleur et taille différente. Ces boîtes sont posées ouvertes sur une étagère et contiennent une quantité de bobines de fil en bois usées. Tous les fils sortent de la boîte pour se rencontrer dans un même point cloué au mur. Ce geste permet de rendre visible le contenu de chacune, ce qu'elles ont de plus fin, ce qu'elles ont de plus coloré. Quant au film Breathing, il capture, mèche par mèche, la création de la pièce Sœur n°0. C'est une rencontre entre la générosité de l'objet, un bout de son histoire et le regard du passant. L'action est vitale pour le devenir de la pièce et révèle la nature symbolique des matériaux qui s'offrent petit à petit, se transforment en écriture, cachée du regard mais d'une forte évidence sensible.

1 Hippolyte et Aricie (1733) est un opéra de Jean-Philippe Rameau.
2 Aguas de Março (1972) est une chanson d'Antonio Carlos Jobim.

Vernissage de l'exposition "ZOOM - Projection III / Les Fileuses"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Chinese New Year"
Location:
Galerie Magda Danysz
78, rue Amelot
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 45 83 38 51
Fax : +33 (0)1 45 83 38 51
Mail : magda@magda-gallery.com
Internet Site : www.magda-gallery.com
Description:
EXPOSITION JUSQU'AU 11 MARS

Artists : Bai Guanghua, Zhang Dali, Feng Fangyu, Huang Xiaoliang, Wang Keping, L'Atlas, Li Hongbo, Ludo, Maleonn, Wang Tong, Yi Zhou

L'exposition « Chinese New Year » débute le jour même du nouvel an chinois. L'exposition est festive et joyeuse, une célébration artistique du passage de l'année du singe à l'année du coq. Point de singe ni de coq dans cette exposition, c'eut été trop facile. Magda Danysz a décidé de fêter cette occasion tout en art. A l'heure où elle prépare son ouverture en mars dans un tout nouveau lieu à shanghai en plein cœur de la ville, la galerie célèbre à Paris le nouvel an chinois à travers une exposition consacrée aux artistes les plus prometteurs de leurs générations. De Wang Keping à Huang Xiaoliang en passant par les stars Zhang Dali ou Maleonn. A aussi été invité l'artiste français L'Atlas, convié l'année dernière à Shanghai par la galerie en résidence. Inspiré depuis toujours par la culture chinoise et la calligraphie, il réalise a cette exposition une installation in situ hommage au nouvel an chinois.

Vernissage de l'exposition collective "Chinese New Year"
Zhang Dali
Slogan (72), 2010
Série : slogan
Acrylique sur toile
150 x 120 cm
Pièce unique
N° Inv. 9865

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition collective "Interférences"
Location:
Galerie NMarino
Galerie Nery Mariño
8, rue des Coutures Saint-Gervais
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Paul, Chemin Vert
France
Phone : +33 (0)1 48 87 49 75
Mobile : +33 (0)6 72 51 99 92
Mail : galerienmarino@gmail.com
Internet Site : www.artameriquelatine.com
Description:
28 janvier - 25 février 2017

« En mécanique ondulatoire, les interférences sont la combinaison de deux ondes susceptibles d'interagir. Ce phénomène apparaît souvent en optique avec les ondes lumineuses, mais il s'obtient également avec des ondes électromagnétiques d'autres longueurs d'onde, ou avec d'autres types d'ondes comme les ondes sonores. ».

Les étoiles ne sont pas visibles à l'œil nu à la présence du soleil ; les télescopes optiques captent les radiofréquences des ondes et le spectre électromagnétique de l'univers peut alors être observé. Pour cet événement, nous ouvrons les portes à la science, et présentons des œuvres où recherche scientifique et technologique sont les mots clés de cette exploration :

« Etalon Lumière » par Félicie d'Estienne d'Orves
La série Étalon lumière réintroduit l'idée de temps cosmique relatif aux rythmes naturels comme système de référence. Chaque étalon correspond à un objet du système solaire et suit le temps que la lumière met à parvenir à la Terre pour chacun d'eux. Soit ~ 8 minutes pour le Soleil, 2 à 15 minutes pour Vénus, 3 à 22 minutes pour Mars, 4 heures à 4 heures 30 pour Neptune....
Programmées jusqu'en l'an 3000, les oscillations continues des deux étalons VÉNUS (2 à 14 min) et URANUS (2h23 à 2h55), semblent s'affranchir d'un temps métrique et fragmenté, substituant à une pensée de l'instantanéité une perception à long terme. Les étalons témoignent de notre appartenance à un système planétaire patrimoine commun à tous les humains.
http://www.feliciedestiennedorves.com

Vernissage de l'exposition collective "Interférences" - Félicie d'Estienne d'Orves, Etalons lumières, 2016
Félicie d'Estienne d'Orves, Etalons lumières, 2016
Acier, LED, programmation électronique - 113 × 4 × 25CM durée variable

Vernissage de l'exposition collective "Interférences" - Félicie d'Estienne d'Orves, Etalons lumières, 2016
Félicie d'Estienne d'Orves, Etalons lumières, 2016
Acier, LED, programmation électronique - 113 × 4 × 25CM durée variable

Néon Pulsar par Rémi Tamburini :
Ces lignes de néons provenant de la même origine sont une ré-interprétation de l'étoile pulsar écrite sur la plaque pioneer. (« La plaque de Pioneer est une plaque sur laquelle un message pictural de l'humanité est gravé: un homme et une femme représentés nus, ainsi que plusieurs symboles fournissant des informations sur l'origine des sondes.
Ce schéma sur la plaque réprésente la position de la terre et permet de situer le système solaire dans la galaxie.

Vernissage de l'exposition collective "Interférences" - Rémi Tamburini, Néon pulsar, 2010-2011
Rémi Tamburini, Néon pulsar, 2010-2011
Boîtier acier Thermo laqué, RAL9016, tube fluorescent T8

Vernissage de l'exposition collective "Interférences" - Rémi Tamburini, Néon pulsar, 2010-2011
Rémi Tamburini, Néon pulsar, 2010-2011
Boîtier acier Thermo laqué, RAL9016, tube fluorescent T8

« Post-Digital Mirroir » par Pascal Dombis :
« ... Les nouvelles technologies dans leur usage artistique créent le fractal, le rhizome et le mouvement de et dans l'image. On est donc passé des facettes d'un réel en abîme propre aux miroirs, à un «épiderme» feuilleté d'images. Un panoptisme de l'interface et de l'artefact, où la topologie courbe peut surgir d'un épiderme apparemment ordonné géométriquement, dans un baroque minimaliste fait d'une fluidité structurale et de trajets visuels infinis. Entre Alice qui traverse les miroirs et Icare aspiré par l'infini du ciel et des trajets, le monochrome du modernisme resurgit soudain dans cette pièce de multiples monochromes numériques superposés pour recréer «un post -digital mirror» lumineux, vidé de toute chair. Mais dans cette nouvelle «folie du voir» la distance conditionne l'accès à une indétermination sans frontière, une quatrième dimension qui ouvre sur une esthétique du temps éphémère et stratifié... Extrait de « Un nouveau régime des images » par Christine Buci-Glucksman ».

Vernissage de l'exposition collective "Interférences" - Pascal Dombis, Post digital Mirror, 2012
Pascal Dombis, Post digital Mirror, 2012
Lenticular mounted on alu-dibon, framed - Unique piece - 1.10 × 1.80 m

Vernissage de l'exposition collective "Interférences" - Pascal Dombis, Post digital Mirror, 2012
Pascal Dombis, Post digital Mirror, details, 2012
Lenticular mounted on alu-dibon, framed - Unique piece - 1.10 × 1.80 m

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "VANISHING"
Location:
Galerie Martine Aboucaya
5, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 76 92 75
Fax : +33 (0)1 42 76 92 60
Mail : info@martineaboucaya.com
Internet Site : www.martineaboucaya.com
Description:
Vernissage de l'exposition collective "VANISHING"

[18:30-22:30] Vernissage de Thierry Van Quickenborne "Entre Temps"
Location:
Galerie JPHT
Jean-Philippe Thérond
4, rue de Saintonge
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Mobile : +33 (0)6 08 25 45 97
Mail : contact@galeriejpht.com
Internet Site : www.galeriejpht.com
Description:
du Samedi 28 Janvier au Samedi 25 Février 2017
Vernissage le Samedi 28 Janvier 2017 de 18h30 à 22h30 en présence de l'artiste

« Thierry Van Quickenborne
On pourrait parler de son diplôme d'Histoire et d'Arts plastiques, de ses nombreuses expositions à l'étranger, et se focaliser sur ses trente trois années comme Professeur d'arts plastiques, mais ce serait passer à côté de l'essentiel. Car Thierry Van Quickenborne possède moult facettes ; peintre engagé à la personnalité délurée, metteur en scène du fond et de la forme, du rêve et de la réalité, il aime « faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux. » Son esprit fantasque et voyageur côtoie le désir puissant de lutter contre les injustices. Langage soutenu ou familier, mine rieuse ou fermée, c'est ce même et unique pinceau qui fait de lui le peintre de l'imaginaire. »
Nicolas Kapamaciyan

Vernissage de Thierry Van Quickenborne "Entre Temps"
In London, Huile et acrylique sur toile, 73 x 92 cm










[19:00] Les Plateaux Sauvages : une nouvelle fabrique culturelle à Paris
Location:
Les Plateaux Sauvages
5, rue des Plâtrières
75020 Paris
M° Gambetta, Ménilmontant
France
Phone : +33 (0)1 40 31 26 35
Mail : info@lesplateauxsauvages.fr
Internet Site : www.lesplateauxsauvages.fr
Description:
Bruno Julliard, Premier adjoint à la Maire de Paris, et Pauline Véron, adjointe en charge de la jeunesse, vous invitent à découvrir samedi le tout nouvel établissement culturel de la Ville de Paris, les « Plateaux Sauvages », lieu dédié à la création émergente et au partage avec tous les publics.

Après la Villa Vassilieff et le Grand Parquet en 2016, les Plateaux Sauvages constituent la troisième des quatre « fabriques culturelles » souhaitées par la Ville de Paris. Il s'agit d'un équipement culturel d'un nouveau genre, ancré dans le vingtième arrondissement, où exigence artistique et engagement des publics vont de pair.

Les Plateaux Sauvages placeront transmission artistique, création et convivialité au cœur de leur démarche. Chaque année y seront accueillies en résidence une quinzaine d'équipes artistiques, pour moitié émergentes, pour moitié plus confirmées. Chacune inventera, avec et pour les habitants, notamment les jeunes, des actions ambitieuses et variées.

Les Plateaux Sauvages proposeront une quarantaine d'ateliers réguliers de pratiques artistiques amateurs : théâtre, chant, danse, bien être, etc., des espaces et des occasions de rencontre (librairie, café) ainsi qu'une programmation de spectacles.

Interventions artistiques, visite des espaces réinventés, temps de convivialité : Un Jour aux Plateaux Sauvages est le premier temps fort d'une « saison en chantier », imaginé comme une avant-première de la saison 2017-2018.

Pour Bruno Julliard, premier adjoint à la Maire de Paris : « ces lieux d'échanges culturels s'inscrivent pleinement dans la vie d'un quartier ; les Plateaux Sauvages constituent un outil inédit au service de la création et de la mise en relation entre artistes et habitants ».

Pauline Véron salue quant à elle, « un lieu innovant et participatif qui s'inspire des valeurs de l'éducation populaire et permet de construire de nouveaux rendez-vous citoyens, en misant sur la convivialité, les échanges et les rencontres ».

Personnalités présentes :
-Bruno Julliard, Premier adjoint à la Maire de Paris, chargé de la culture, du patrimoine, des métiers d'art, des entreprises culturelles, de la « nuit » et des relations avec les arrondissements.
- Pauline Véron, adjointe à la Maire de Paris en charge de la démocratie locale, la participation citoyenne, la vie associative, la jeunesse, l'emploi.
- Frédérique Calandra, maire du 20e arrondissement











[20:00-23:00] Dîner de Gala pour le Prix d'Amérique - Opodo
Location:
Hôtel Salomon de Rothschild
Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques
11, rue Berryer
75008 Paris
M° George V, Ternes, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 71 93 75 37
Fax : +33 (0)1 71 93 75 38
Mail : contact@HotelSalomondeRothschild.com
Internet Site : www.hotelsalomonderothschild.com
Description:
Soirée animée par Denis Brogniart, épaulé par le futur commentateur du Prix d'Amérique Pierre-Emmanuel Goetz.
Au profit de La Chaîne de l'Espoir, créée par le Professeur Alain Deloche, qui intervient dans plus de 30 pays pour offrir un accès aux soins et à l'éducation aux enfants les plus démunis.














[23:45] 6 ans de la IT'S BRITNEY BITCH avec Pamela Anderson
Location:
Le Gibus
18, rue du Faubourg du Temple
75011 Paris
M° République, Goncourt
France
Phone : +33 (0)1 47 00 78 88
Internet Site : www.gibus.fr
Description:
>> DEJA 6 ANS !
Voilà 6 ans que la IT'S BRITNEY BITCH s'est lancée à Paris, après le succès qu'elle connait depuis 8 ans à Tel Aviv...
2011... Première à l'Anthracite
2012... Le Toro
2014... Le Paris Paris
2015... Le Jamel Comedy Club
2016... Le Gibus !

>> 1 AN AU GIBUS
Depuis Janvier 2016, la soirée s'est installée au Gibus pour notre plus grand plaisir et n'a cessé d'exploser tous les records !

>> SOIREE TRES SPECIALE & SPECIAL GUEST
Pour célébrer cet anniversaire, nous vous prévoyons une ENORME surprise et un BEST OF de toutes nos Bitch préférées... Britney, Madonna, Gaga, Rihanna, JLO, Christina, Mariah, Beyoncé, Katy et même Cher !

>> POP & RNB MUSIC by Damita J

6 ans de la IT'S BRITNEY BITCH avec Pamela Anderson

11:00
12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés