Friday, February 3, 2017
Public Access


Category:
Category: All

03
February 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00 [14:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Alighiero Boetti"
Location:
Galerie Tornabuoni Art
9, rue Charlot
Passage de Retz
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 53 53 51 51
Fax : +33 (0)1 53 53 51 50
Mail : info@tornabuoniart.fr
Internet Site : www.tornabuoniart.fr
Description:
du 3 février au 8 avril 2017

Tornabuoni Art a le plaisir de vous annoncer l'ouverture de sa nouvelle galerie avec la plus importante rétrospective jamais réalisée sur l'œuvre d'Alighiero Boetti (1940-94) par une galerie privée.

Situé dans le célèbre Passage de Retz au cœur de la dynamique scène artistique du Marais, l'hôtel particulier du XVIIème siècle constitue un cadre spectaculaire permettant de présenter des expositions ambitieuses de qualité muséale.

Retraçant toute la carrière de Boetti, l'exposition illustre l'ampleur de son influence et l'importance de son œuvre au sein du panorama artistique contemporain.

Vernissage de l'exposition "Alighiero Boetti"
Les mains d'Alighiero Boetti traçant une ligne, studio de Santa Maria à Trastevere, 1976 (détail), Courtesy Gianfranco Gorgoni



[16:00-20:00] Vernissage de Mac Adams "Homecoming"
Location:
gb agency
18, rue des Quatre Fils
75003 Paris
M° Rambuteau, Saint-Sébastien - Froissart, Arts et Métiers, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 44 78 00 60
Mail : gb@gbagency.fr
Internet Site : www.gbagency.fr
Description:
du 3 Février au 25 Mars 2017
Vernissage vendredi 3 Février de 16h à 20h

"Homecoming", la nouvelle exposition de Mac Adams à gb agency raconte plusieurs histoires; la galerie devient le champ d'opération de toutes les stratégies pour construire des structures narratives ouvertes pour une lecture à plusieurs entrées.
La première installation, The Homecoming (1976-2017) plante le décor : tableau vivant ou scène que des acteurs viennent de quitter, cadrage figé d'un appareil photo ou au contraire mouvement lent et régulier d'une caméra sur les détails d'une mise en scène ? Le spectateur, à la fois témoin et voyeur s'introduit dans les interstices d'une forme narrative non linéaire et fragmentée.
Circumstantial Evidence (2016) est à l'origine le titre de la première photographie de la série des Mysteries réalisée en 1974 par Mac Adams. Diptyque noir et blanc où figurent un chat et un verre de lait renversé, cette oeuvre annonce les principes de la photographie narrative. Une analyse pleine d'humour sur un sujet plus sérieux, la manière dont les stéréotypes et les préjugés influencent notre jugement. Pour la première fois dans sa pratique, l'artiste a choisi de mettre en trois dimensions cette oeuvre fondatrice.
Nous présenterons aussi un ensemble de photographies appartenant à la série des Post Modern Tragedies, commencée dans les années 80 et toujours en développement ainsi qu'une nouvelle production, qui pourrait en être sa suite.

Avec cette exposition personnelle de Mac Adams, nous avons souhaité rendre compte des allers-retours et détours permanents de ce travail toujours aussi inventif et exigeant : les années 70, avec des oeuvres originales comme le collage conceptuel intitulé Eight Small Sculptures de 1971, les re-créations d'installations des années 70 et une nouvelle réalisation inédite à partir d'une oeuvre en creux de 1974.

Vernissage de Mac Adams "Homecoming"
Mac Adams, The Homecoming, 1976, installation




[17:00-21:00] Vernissage d'Anne-Marie Toffolo
Location:
Galerie de La Voûte
42, rue de la Voûte
75012 Paris
M° Porte de Vincennes, Picpus
France
Mobile : +33 (0)6 09 94 49 60
Mail : galeriedelavoute@gmail.com
Internet Site : www.galeriedelavoute.com
Description:
Anne-Marie Toffolo - Photos

Exposition du 4 au 19 février 2017
Ouvert tous les jours de 16h à 19h sauf le lundi et le jeudi

Commissaire d'exposition Laurent Quénéhen

Qu'est-ce qui fait que dans le déferlement des photos qui inonde internet en général et facebook en particulier, le regard s'arrête sur certaines ?
Qu'est-ce qui fait que soudain, dans le flux, une petite musique survient, et revient ?
Rien de ce qui fait habituellement la beauté classique : les photos d'Anne-Marie Toffolo, ne sont pas mises en scène, ne sont pas travaillées, mais il y a quelque chose, autre chose, une façon de saisir la lumière, un détail, un sens aigu du cadrage, une manière de regarder le réel. C'est un art de l'instantané, qui évoque le fameux instant décisif d'Henri Cartier-Bresson : « L'appareil photographique est pour moi un carnet de croquis, l'instrument de l'intuition et de la spontanéité, le maître de l'instant qui, en termes visuels, questionne et décide à la fois. ».
Comme les espontaneos, ces apprentis toreros qui parcourent les routes à la recherche d'une bonne occasion, elle saisit ce qui passe à sa portée, l'air de rien, le nez au vent, mais l'oeil aux aguets. A l'heure de la retouche, elle livre du brut, et pratique une forme d'arte povera, avec pour toute arme son téléphone portable.
Dans les photos présentées ici, la majeure partie a été prise dans le métro parisien. Comme The Passengers de Walter Evans, dans le métro new-yorkais en 1941, comme Chris Marker, dans le métro parisien entre 2008 et 2010, elle a saisi les gens à leur insu, ignorant le droit à l'image - elle se définit d'ailleurs volontiers comme une pie voleuse emportant des trésors, un chasseur ramenant ses trophées, usant de cette arme du pauvre qu'est la ruse.
Mais il y a de la délicatesse et de la malice dans son approche et une fascination pour ces lieux où la frontière entre public et privé se fait ténue. Dans la promiscuité du métro, chacun est seul dans ses pensées, absorbé, absent. Silhouettes de dos laissées à leurs mystères, duos saisis serrés, scène de groupe où cohabitent le vison et le piercing des punks à chien, elle puise dans cet espace ce qu'elle cherche partout : un monde qui se dérobe à la maîtrise et offre des échappées vers une autre réalité.
L'image est parfois saturée de publicités, d'informations. Elle ne cherche pas à les éliminer mais elle les replace dans un nouveau réseau de significations qui leur confère soudain une valeur différente. Une publicité pour Bompard occupe le champ mais les moutons dans le métro évoquent une autre forme de troupeau. Ailleurs, les rayures d'un pull rappellent celles d'une banquette, un chien sans maître et sans collier lui fait face dans un couloir, tandis que sur une plage, une femme passe le râteau dans l'ombre de son parasol... Pas de hiérarchie chez elle, chacun a sa grandeur. Un chien a autant d'humanité qu'un homme qui fait la manche dans un escalier, ou que celui qui, en se levant pour attraper la rame semble tout droit sorti d'un film d'action américain, prêt à la riposte.
Le toréro El Cordobes déclara paraît-il un jour : « Je ne torée pas, je fais des trucs avec le taureau ». Anne-Marie Toffolo dirait sans doute volontiers la même chose de sa pratique : « Je ne fais pas de photos, je fais des trucs avec mon téléphone portable ». Ses « trucs » ne cherchent ni à magnifier, ni à dénoncer, mais à saisir ce qui constitue les petits riens de l'humanité, sa part rêveuse, son aspect à la fois dérisoire et grandiose. Ce faisant, elle fait un portrait du monde dans sa banalité et son mélange, et rend à chacun sa part irréductible de singularité. En suivant des chemins de traverses, Anne-Marie Toffolo apprivoise ainsi le réel, défiant l'air de rien un système qui, lui, préfère souvent la ligne droite.
Emmanuelle Mougne

Vernissage d'Anne-Marie Toffolo





[18:00] Célébration de la Fête du Têt
Location:
Hôtel de Ville de Paris
5, rue Lobau
75004 Paris
M° Hôtel de Ville, Châtelet
France
Phone : +33 (0)1 42 76 40 40
Internet Site : www.paris.fr
Description:
Célébration de la Fête du Têt

[18:00-20:30] Vernissage de l'exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"
Location:
Atelier Néerlandais
Fondation Custodia
121, rue de Lille
Hôtel Turgot
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 12 40
Fax : +33 (0)1 45 56 00 77
Mail : info@institutneerlandais.com
Internet Site : www.institutneerlandais.com
Description:
Du 4 février au 7 mai 2017
Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Tarifs : Plein tarif 10 € / Tarif réduit 7 €

Pour la première fois après quatre siècles de séparation, sont réunis des tableaux des plus grands artistes hollandais du Siècle d'Or avec leurs dessins préparatoires. Après son succès à la National Gallery of Art de Washington pendant l'automne 2016, la Fondation Custodia est heureuse de présenter à Paris vingt-et-une peintures et une centaine de dessins, au nombre desquels deux rares carnets d'esquisses et un exceptionnel album offrant une immersion dans les ateliers du XVIIe siècle.

L'exposition dévoile le fruit des années de recherche de plusieurs spécialistes, qui se sont penchés sur la façon dont les artistes néerlandais utilisaient le dessin dans leur processus pictural. Sur les quelques milliers de dessins ayant traversé les siècles jusqu'à nous, ils ont réussi à en mettre certains en rapport avec une peinture identifiée. L'exposition bénéficie de prêts de nombre des plus grands musées et cabinets d'arts graphiques du monde. Aux côtés des œuvres de la Fondation Custodia et de la National Gallery of Art de Washington, on peut voir entre autres des peintures et des dessins du Metropolitan Museum of Art de New York, du Fogg Art Museum de Boston, du Rijksmuseum d'Amsterdam, de l'Albertina Museum de Vienne, de l'Ashmolean Museum d'Oxford, du British Museum de Londres, de la Gemäldegalerie ou encore du Kupferstichkabinett de Berlin.

Une section introductive illustre la pratique du dessin des peintres hollandais au XVIIe siècle. Avec leurs études esquissées d'après des modèles, leurs croquis exécutés dans la nature - capturant paysages, arbres et bâtisses pittoresques, animaux... -, leurs études de mains, de bras, de têtes... les artistes se constituaient un répertoire de motifs dans lequel ils pouvaient puiser à loisir pour créer leurs tableaux.

Cette plongée dans les coulisses des ateliers permet de comprendre les méthodes de création d'une quarantaine des plus grands peintres hollandais et de passer en revue tous les genres picturaux : de la nature morte aux marines, des intérieurs d'églises aux scènes mythologiques et bibliques.

Si Rembrandt (1606-1669) fut un formidable dessinateur, on connaît très peu de feuilles directement préparatoires pour ses tableaux. L'un de ces très rares exemples est cependant présent dans l'exposition : pour la composition complexe de son Saint Jean-Baptiste prêchant, le maître hollandais a étudié dans différents dessins le personnage central et la foule assemblée pour écouter le saint. On peut suivre l'artiste dans sa recherche d'une posture, d'une expression ou du détail d'un costume.

Scènes de genre et portraits jalonnent le parcours de l'exposition. Le public peut notamment admirer les études de compositions d'Adriaen van Ostade (1610-1685) qui les multipliait et détaillait ensuite certaines de ses figures dans des dessins à la pierre noire dont plusieurs exemples sont exposés.

Après les « reportages » de batailles en mer et « portraits » de navires des célèbres peintres de marines Willem van de Velde père et fils, le visiteur pourra se pencher sur les méthodes de création de plusieurs des meilleurs paysagistes hollandais. La vue plongeante sur Amsterdam que Jacob van Ruisdael (1628/29-1682) réalisa sans aucun doute sur le motif, depuis les échafaudages d'un bâtiment en construction, a été le point de départ d'un remarquable tableau. La feuille, quoique de facture très enlevée, fournit d'infinis détails pour la description de la ville au premier plan, tandis que Ruisdael extrapole la moitié supérieure avec un ciel nuageux dont il avait le secret.

L'exposition et le catalogue sont le résultat d'une étroite collaboration d'un groupe international de spécialistes, sous la houlette de Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, Peter Schatborn, ancien directeur du Cabinet d'arts graphiques du Rijksmuseum, Amsterdam, et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur des peintures nordiques à la National Gallery of Art, Washington. Le catalogue, disponible en français et en anglais, constitue la première étude sur le sujet et offre un panorama complet du XVIIe siècle hollandais.


Catalogue
Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt
Fondation Custodia, Paris, National Gallery of Art, Washington, Skira editore, Milan, 2016
318 pp., 31 x 24,5 cm, ca. 300 illustrations couleur, relié
ISBN 978-88-572-3345-1
Prix : 59,00 €

Vernissage de l'exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt" - Dirck Hals
Dirck Hals (1591-1656)
Études d'un homme assis, fumant la pipe, et de deux jambes, 1622-1627
Pinceau et encre brune, peinture brune, rehauts de gouache blanche, sur une esquisse à la pierre noire, 277 x 178 mm
© Rijksmuseum, Amsterdam

Vernissage de l'exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "L'Art Animalier"
Location:
Château des Tourelles
19, avenue de la Maréchale
94420 Le Plessis-Trévise
M° RER E Les Yvris - Noisy-le-Grand
France
Phone : +33 (0)1 45 93 34 78
Mail : chateau@leplessistrevise.fr
Description:
Du 3 février au 6 mars 2017

[18:00-20:30] Vernissage de l'exposition "La Quête de la ligne"
Location:
Atelier Néerlandais
Fondation Custodia
121, rue de Lille
Hôtel Turgot
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 12 40
Fax : +33 (0)1 45 56 00 77
Mail : info@institutneerlandais.com
Internet Site : www.institutneerlandais.com
Description:
La Quête de la ligne
Trois siècles de dessin en Allemagne

Du 4 février au 7 mai 2017
Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Tarifs : Plein tarif 10 € / Tarif réduit 7 €

Parallèlement à l'exposition du premier étage, la Fondation Custodia accueille au sous-sol de l'hôtel Lévis-Mirepoix l'importante collection de dessins de l'historien de l'art Hinrich Sieveking. Après sa présentation à la Kunsthalle de Hambourg à l'automne 2016, le public peut admirer pour la toute première fois en France plus de cent feuilles retraçant l'histoire du dessin en Allemagne, du début du XVIIe siècle jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Hinrich Sieveking, historien de l'art allemand et spécialiste de l'époque de Goethe, est avant tout un collectionneur. Il s'adonne dès son plus jeune âge à cette passion en s'orientant progressivement vers le dessin. Dans un premier temps, Sieveking se laisse guider par ses coups de cœur et achète des œuvres des écoles italienne, française, flamande, hollandaise et allemande (l'exposition montre à la fin du parcours une petite sélection de ces feuilles de diverses écoles). Au fur et à mesure de l'accroissement de sa collection, il s'intéresse de plus en plus à la relation entre les différents dessins et le contexte de leur création. Il décide alors de recentrer sa collection sur l'évolution du dessin en Allemagne. La Fondation Custodia présente ainsi le fruit de ces années de recherches et d'acquisitions.

L'exposition s'articule autour de trois périodes importantes pour l'art du dessin allemand : la période maniériste autour de 1600, le baroque et l'art de l'époque de Goethe.

La période maniériste
La visite commence avec des dessins exécutés autour de 1600 dans les grands centres artistiques d'Europe centrale : Prague, Augsbourg et Munich. On peut notamment admirer les magnifiques feuilles de la main des artistes maniéristes Pietro Candido (vers 1548-1628), Friedrich Sustris (vers 1540-1599), Matthäus Gundelach (vers 1566-1653) et Hans Rottenhammer (1564-1625). La très belle étude de Candido, Esquisses de garçons jouant des instruments de musique, fut acquise par le collectionneur en 1979 alors qu'elle était attribuée à Bernardino Poccetti. Hinrich Sieveking sut toutefois y reconnaître la main de Candido, artiste né à Bruges sous le nom de Pieter de Witte, qui comptait en son temps parmi les peintres majeurs en Allemagne.

Le baroque
La visite se poursuit avec des dessins baroques, notamment de l'Allemagne du Sud, avec des œuvres de Johann Georg Bergmüller (1688-1762) et de Johann Wolfgang Baumgartner (1702-1761). De ce dernier, la très grande feuille, L'Elément Feu, est particulièrement impressionnante. On y voit Saint Florian, invoqué contre le feu, au-dessus d'une ville en flammes, dans une composition agrémentée de décors architecturaux d'inspiration rocaille.

L'art de l'époque de Goethe
La plupart des œuvres exposées datent de l'époque de Goethe (1770-1830), âge d'or du romantisme allemand. Le dessin occupe alors une place éminente dans le domaine des beaux-arts. Un florilège de feuilles, parmi lesquelles de nombreuses aquarelles, montre la richesse artistique et thématique de cette période, à travers des paysages, des scènes historiques et des portraits.

Johann Heinrich Wilhelm Tischbein (1751-1829) et Julius Schnorr von Carolsfeld (1794-1872), deux artistes chers au collectionneur, sont particulièrement bien représentés dans l'exposition. Arrivé à Rome en 1818, Schnorr rejoignit les Nazaréens, dont il était l'un des plus illustres membres. Ce mouvement artistique avait pour ambition de renouveler la peinture religieuse en s'inspirant de l'art allemand et italien des XVe et XVIe siècles.

Le renouveau de l'art du paysage à cette époque est reflété notamment par les œuvres d'Albert Venus (1842-1871). Son aquarelle Vue du Tibre près du Ponte Molle, Campagna Romana offre au visiteur la vue d'une lumière cristalline d'une journée d'hiver ensoleillée au bord du Tibre près de Rome.

Mentionnons que l'exposition montre également l'intérêt du collectionneur pour les artistes de Hambourg. Y figure par exemple la magnifique feuille, tout en délicatesse, de Philipp Otto Runge (1777-1810), Deux épis de blés.

L'exposition est accompagnée d'un catalogue en allemand rédigé sous la direction de Peter Prange et Andreas Stolzenburg, chef du département des arts graphiques de la Hamburger Kunsthalle. Réalisé avec le soutien de 36 spécialistes, il contient également un entretien avec le collectionneur Hinrich Sieveking mené par Gina Thomas.


Catalogue
Spurenlese. Zeichnungen und Aquarelle aus drei Jahrhunderten
Hirmer Verlag, Munich, 2016
320 pp., 32 x 25 cm, 240 illustrations, relié
ISBN 978-3-7774-2673-0
Prix : 39,00 €

Vernissage de l'exposition "La Quête de la ligne"

[18:30] Soirée de lancement du slogan de Paris 2024 "Made for Sharing"
Location:
Musée de l'Homme
Palais de Chaillot
17, place du Trocadéro et du 11 Novembre
75116 Paris
M° Trocadéro
France
Phone : +33 (0)1 44 05 72 72
Mail : contatc.mdh@mnhn.fr
Internet Site : www.mnhn.fr
Description:
avec projection sur la Tour Eiffel

avec Teddy Riner, Estelle Mossely, Pascal Gentil, Lauren Rembi, Tony Estanguet, Anne Hidalgo

Lancement de la promotion internationale Paris 2024

Soirée de lancement du slogan de Paris 2024 "Made for Sharing"

[18:30] Soirée des voeux à la communauté chinoise
Location:
Carreau du Temple
3, rue Dupetit-Thouars
4, rue Eugène Spuller
75003 Paris
M° Temple, Filles du Calvaire, République
France
Mail : accueil@carreaudutemple.org
Internet Site : www.carreaudutemple.eu
Description:
Soirée des vœux à la communauté chinoise

dans le cadre du Nouvel An Chinois 2017

[18:30-21:00] Vernissage de Julius Baltazar "Un abstrait à l'état sauvage"
Location:
Mairie du 6ème arrondissement
78, rue Bonaparte
75270 Paris Cedex 06
M° Saint-Sulpice
France
Phone : +33 (0)1 40 46 75 06
Fax : +33 (0)1 40 46 75 29
Internet Site : www.mairie6.paris.fr
Description:
Vernissage de Julius Baltazar "Un abstrait à l'état sauvage"

[18:30-21:00] Vernissage de Raffaella Della Olga "STOFFE"
Location:
Editions Dilecta
49, rue Notre Dame de Nazareth
54, rue du Vertbois
75003 Paris
M° Temple, Arts et Métiers, République, Strasbourg - Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 43 40 28 10
Fax : +33 (0)1 43 40 28 62
Mail : info@editions-dilecta.com
Internet Site : www.editions-dilecta.com
Description:
Commissariat : Caroline Hancock

Vernissage Vendredi 3 février 2017 18h30-21h
Exposition du 3 au 25 février et du 16 mars au 1er avril 2017

Vernissage de Raffaella Della Olga "STOFFE"






[19:00] Comice du houblon
Location:
La Générale Nord-Est
Coopérative artistique, politique et sociale
14, avenue Parmentier
75011 Paris
M° Voltaire
France
Mail : contact@lagenerale.fr
Internet Site : www.lagenerale.fr
Description:
Organisé par les Houblons de France qui milite pour la promotion du houblon français et pour la relocalisation du houblon au plus proche des brasseries.

[19:30] Rencontre avec Karol Radziszewski
Location:
22,48 m²
30, rue des Envierges
75020 Paris
M° Jourdain, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)9 81 72 26 37
Mail : contact@2248m2.org
Internet Site : www.2248m2.org
Description:
En s'appuyant sur l'exemple de son dernier projet intitulé "Queer Archives Institute" (QAI), Karol Radziszewski évoquera comment, de celui d'artiste, d'activiste, d'archiviste, de collectionneur et de curateur, il est amené en permanence à changer de statut. La rencontre sera l'occasion de découvrir les différentes orientations qu'assume le projet QAI - d'une exposition à une institution provisoire, en passant par une publication, une performance, une conférence. L'artiste reviendra en détails sur sa démarche éditoriale en présentant le magazine qu'il dirige, DIK Fagazine, ainsi que le projet Kisieland.

Karol Radziszewski (né en 1980) vit et travaille à Varsovie (Pologne) où il reçut son diplôme de l'Académie des Beaux-Arts en 2004. Il travaille sur divers supports - vidéo, photographie, instalation -, et mène des projets interdisciplinaires. Sa méthodologie archivistique croise des références diverses (culturelles, historiques, religieuses, sociales et gender). Depuis 2005, il est rédacteur en chef de la revue DIK Fagazine (www.dikfagazine.com). Il est le fondateur du Queer Archives Institute (www.queerarchivesinstitute.org). Ses œuvres ont été présentées dans des institutions telles que : National Museum, Museum of Modern Art, Zacheta National Gallery of Art, Varsovie; Kunsthalle Wien, Vienne; New Museum, New York; VideoBrasil, Sao Paulo; Cobra Museum, Amsterdam; Wroclaw Contemporary Museum, Ludwig Museum à Budapest and Muzeum Sztuki à Lodz. Il a participé à plusieurs biennales internationales parmi lesquelles PERFORMA 13 à New York, la 7e Biennale de Göteborg, la 4e Biennale de Prague et et la 15e Biennale WRO Media Art.
www.karolradziszewski.com

La rencontre avec l'artiste se poursuivra par une discussion avec le public, modérée par Renaud Chantraine (chercheur à l'EHESS).

L'événement se conclura par un cocktail lors duquel la revue DIK Fagazine n°11 (sur le thème : Homosexualité communiste ?, bilingue anglais-français) sera en vente sur place au prix de 10 Euros.

Événement mise en place dans le cadre de la conférence internationale "Homosexualité communiste (1945-1989)", organisée par Jérôme Bazin, Arthur Clech et Mathieu Lericq, en coopération avec l'Institut Polonais de Paris.
Pour connaître toutre la programmation : eastqueerconference.wordpress.com

15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00  
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés