Friday, February 24, 2017
Public Access


Category:
Category: All

24
February 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5

  Fête nationale d'Estonie
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Jour de l'Indépendance (1918)

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Affiche de l'exposition

Du 21 février au 7 juin 2017
Lundi au vendredi 11h à 18h30
Samedi et dimanche 13h à 18h
Fermé les jours fériés

Entrée libre

Le Musée de La Poste propose l'exposition Rancillac Rétrospective du 21 février au 7 juin 2017 à l'espace Niemeyer.

Commissaire de l'exposition : Josette Rasle
Scénographe : Jean-Claude Salliou

Bernard Rancillac est l'un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l'inventeur d'une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faire accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l'actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l'art.

La rétrospective de Bernard Rancillac proposée à l'Espace Niemeyer par le Musée de La Poste, actuellement fermé pour rénovation, réunit sur plus de 1300 m2 une centaine de pièces : peintures, objets, affiches, installations, collages... s'étalant de 1961 à 2015. Elle permet une approche complète et représentative du parcours de l'artiste né en 1931 et grande figure de la Figuration Narrative.

Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l'actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l'art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l'abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d'art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d'art moderne de la ville de Paris, l'exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l'utilisation qu'ils font de l'image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d'images très variées (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo...) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d'inventions formelles d'une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma...), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l'histoire de l'art ». Bien que l'effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Jeune égorgée, 1998
Acrylique sur toile, 165 x 250 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Notre Sainte Mère La Vache n°2, 1972
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 116 x 89 cm, Musée des beaux-arts, Dole

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Section rythmique de Miles Davis, 1974
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 162 x 162 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Belfast, 1977
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 146 x 114 cm, coll. Martine et Michel Brossard, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Le Muezin, 2013,
Acrylique sur toile, 130 cm x 197 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Les Afghanes, 2004, Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017
Acrylique sur toile, 130 cm x 195 cm, coll. de l'artiste, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Où es-tu, que fais-tu ?, 1965
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Huile sur toile, 178 x 195 cm, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Enfer-Paradis, 2007,
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 230 x 500 cm

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Gilda (Cinémonde n°56), 1989
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 195 x 130 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Sakeo, (camp de réfugiés Khmers), 1996
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile,200x200 cm, coll. La Croix-Rouge monégasque - Don de l'artiste

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"
Location:
Atelier Néerlandais
Fondation Custodia
121, rue de Lille
Hôtel Turgot
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 12 40
Fax : +33 (0)1 45 56 00 77
Mail : info@institutneerlandais.com
Internet Site : www.institutneerlandais.com
Description:
Du 4 février au 7 mai 2017
Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Tarifs : Plein tarif 10 € / Tarif réduit 7 €

Pour la première fois après quatre siècles de séparation, sont réunis des tableaux des plus grands artistes hollandais du Siècle d'Or avec leurs dessins préparatoires. Après son succès à la National Gallery of Art de Washington pendant l'automne 2016, la Fondation Custodia est heureuse de présenter à Paris vingt-et-une peintures et une centaine de dessins, au nombre desquels deux rares carnets d'esquisses et un exceptionnel album offrant une immersion dans les ateliers du XVIIe siècle.

L'exposition dévoile le fruit des années de recherche de plusieurs spécialistes, qui se sont penchés sur la façon dont les artistes néerlandais utilisaient le dessin dans leur processus pictural. Sur les quelques milliers de dessins ayant traversé les siècles jusqu'à nous, ils ont réussi à en mettre certains en rapport avec une peinture identifiée. L'exposition bénéficie de prêts de nombre des plus grands musées et cabinets d'arts graphiques du monde. Aux côtés des œuvres de la Fondation Custodia et de la National Gallery of Art de Washington, on peut voir entre autres des peintures et des dessins du Metropolitan Museum of Art de New York, du Fogg Art Museum de Boston, du Rijksmuseum d'Amsterdam, de l'Albertina Museum de Vienne, de l'Ashmolean Museum d'Oxford, du British Museum de Londres, de la Gemäldegalerie ou encore du Kupferstichkabinett de Berlin.

Une section introductive illustre la pratique du dessin des peintres hollandais au XVIIe siècle. Avec leurs études esquissées d'après des modèles, leurs croquis exécutés dans la nature - capturant paysages, arbres et bâtisses pittoresques, animaux... -, leurs études de mains, de bras, de têtes... les artistes se constituaient un répertoire de motifs dans lequel ils pouvaient puiser à loisir pour créer leurs tableaux.

Cette plongée dans les coulisses des ateliers permet de comprendre les méthodes de création d'une quarantaine des plus grands peintres hollandais et de passer en revue tous les genres picturaux : de la nature morte aux marines, des intérieurs d'églises aux scènes mythologiques et bibliques.

Si Rembrandt (1606-1669) fut un formidable dessinateur, on connaît très peu de feuilles directement préparatoires pour ses tableaux. L'un de ces très rares exemples est cependant présent dans l'exposition : pour la composition complexe de son Saint Jean-Baptiste prêchant, le maître hollandais a étudié dans différents dessins le personnage central et la foule assemblée pour écouter le saint. On peut suivre l'artiste dans sa recherche d'une posture, d'une expression ou du détail d'un costume.

Scènes de genre et portraits jalonnent le parcours de l'exposition. Le public peut notamment admirer les études de compositions d'Adriaen van Ostade (1610-1685) qui les multipliait et détaillait ensuite certaines de ses figures dans des dessins à la pierre noire dont plusieurs exemples sont exposés.

Après les « reportages » de batailles en mer et « portraits » de navires des célèbres peintres de marines Willem van de Velde père et fils, le visiteur pourra se pencher sur les méthodes de création de plusieurs des meilleurs paysagistes hollandais. La vue plongeante sur Amsterdam que Jacob van Ruisdael (1628/29-1682) réalisa sans aucun doute sur le motif, depuis les échafaudages d'un bâtiment en construction, a été le point de départ d'un remarquable tableau. La feuille, quoique de facture très enlevée, fournit d'infinis détails pour la description de la ville au premier plan, tandis que Ruisdael extrapole la moitié supérieure avec un ciel nuageux dont il avait le secret.

L'exposition et le catalogue sont le résultat d'une étroite collaboration d'un groupe international de spécialistes, sous la houlette de Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, Peter Schatborn, ancien directeur du Cabinet d'arts graphiques du Rijksmuseum, Amsterdam, et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur des peintures nordiques à la National Gallery of Art, Washington. Le catalogue, disponible en français et en anglais, constitue la première étude sur le sujet et offre un panorama complet du XVIIe siècle hollandais.


Catalogue
Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt
Fondation Custodia, Paris, National Gallery of Art, Washington, Skira editore, Milan, 2016
318 pp., 31 x 24,5 cm, ca. 300 illustrations couleur, relié
ISBN 978-88-572-3345-1
Prix : 59,00 €

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt" - Dirck Hals
Dirck Hals (1591-1656)
Études d'un homme assis, fumant la pipe, et de deux jambes, 1622-1627
Pinceau et encre brune, peinture brune, rehauts de gouache blanche, sur une esquisse à la pierre noire, 277 x 178 mm
© Rijksmuseum, Amsterdam

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"

08:00  
09:00 [09:30-13:00] Vernissage presse "Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi"
Location:
Musée Cognacq-Jay
Hôtel de Donon
8, rue Elzévir
75003 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 27 07 21
Fax : +33 (0)1 40 27 89 44
Internet Site : www.museecognacqjay.paris.fr
Description:
Du 25 février au 25 juin 2017, le musée Cognacq-Jay vous invite à Venise le temps d'un carnaval !

Curieux paradoxe que la Venise du XVIIIe siècle : alors que sa puissance politique, économique et territoriale s'est considérablement réduite depuis la Renaissance, elle connaît un formidable âge d'or culturel. La Cité des Doges, comme pour conjurer son déclin qui aboutira à sa reddition face à Napoléon en 1797 après un millénaire d'indépendance, multiplie les fêtes, célébrations et autres spectacles qui attirent curieux et amateurs de l'Europe entière.

Loin d'être de purs divertissements oisifs, ces festivités comme le carnaval, participent à une véritable mise en scène politique et religieuse de Venise. Immortalisées par de grands noms, Tiepolo, Guardi, Longhi, elles impriment durablement et exportent partout en Europe les attraits de la cité des Doges. Plus de quarante peintures, gravures, dessins, provenant de collections françaises et européennes prestigieuses seront ainsi présentés au public pour réanimer, le temps d'une exposition, les fastes déployés par la Sérénissime République de Venise au temps des Lumières.

Le parcours de l'exposition propose d'explorer quatre thématiques liées aux fêtes vénitiennes :

Grandes et petites réjouissances. La danse et la musique occupent une place de choix dans la société vénitienne, aussi bien au sein de l'aristocratie que le peuple.

De la ville à la scène. La commedia dell'arte connaît un essor sans précédent à Venise au XVIIIe siècle, en particulier avec l'auteur de théâtre Carlo Goldoni. Quant à l'Opéra, il bénéficie alors de majestueuses salles de spectacle, dont la plus célèbre demeure la Fenice.

Le pouvoir en spectacle. Les institutions laïques et sacrées de la Sérénissime aiment convier des foules entières à de grandes festivités cristallisant l'image d'une Venise puissante et fastueuse. Les réceptions de princes étrangers, notamment français, sont également l'occasion d'extraordinaires célébrations sur la place Saint-Marc ou le Grand Canal.

Au carnaval. Que serait Venise sans son carnaval ? Instituée au Moyen Âge, cette fête colorée et masquée réunit au XVIIIe siècle une foule cosmopolite, qui aime autant les attractions foraines de plein air que les divertissements plus discrets du Ridotto, l'ancêtre du casino.

Commissariat :
- Benjamin Couilleaux, conservateur du patrimoine au musée Cognacq-Jay
- Rose-Marie Herda-Mousseaux, conservateur en chef du patrimoine, directrice du musée Cognacq-Jay

Vernissage "Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi"



[11:30-13:00] Inauguration de la Cour de l'Industrie
Location:
Le 37bis rue de Montreuil
Cours de l'Industrie
37 bis, rue de Montreuil
75011 Paris
M° Faidherbe - Chaligny, Rue des Boulets, Nation
France
Internet Site : www.37bis.com
Description:
Ce site exceptionnel, haut lieu de l'artisanat d'art parisien, inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, renaît après 6 ans de travaux.

Une cinquantaine d'ateliers d'artisans et d'artistes : menuisiers, doreurs, photographes, plasticiens, relieur, céramistes etc. investissent les 3 cours de cet espace dédié à l'échange, à la création et à l'enseignement.

10:00
11:00
12:00
13:00  
14:00  
15:00  
16:00 [16:30-19:30] Inauguration de Naturalia
Location:
Rosny-sous-Bois
Rosny-sous-Bois
93110 Rosny-sous-Bois
M° RER E Rosny-sous-Bois, RER E Rosny Bois-Perrier
France
Internet Site : www.rosny93.fr
Description:
26 rue du Général Gallieni
93110 Rosny-sous-Bois

Après l'installation d'une librairie, d'un café associatif, d'un fromager, d'un nouveau boulanger... Rosny-sous-Bois célèbrera l'inauguration de la rôtisserie du centre-ville le 17 février à 17h30. Une semaine plus tard, le 24 février, dès 16h30, ce sera au tour de l'enseigne Naturalia, également située dans le centre-ville de la commune, d'être inaugurée.

Le 16 novembre dernier, les Rosnéens ont vu les portes de la rôtisserie du centre-ville s'ouvrir dans la rue Gallieni. Quelques mètres plus loin, toujours dans la rue Gallieni, un magasin de meuble a cédé sa place à un magasin Naturalia. Dès le 25 novembre, cette enseigne permettait aux habitants de la commune de faire le plein de produits bio.

Le maire de la Ville, Claude Capillon, se réjouit de cette dynamique : « lorsque j'ai accédé à la tête de l'exécutif municipal, l'une de mes principales promesses était de redynamiser le centre-ville de la commune. Grâce à un travail de fond qui s'est effectué sur le long terme ainsi qu'à un plan de sauvegarde protecteur, nous récoltons aujourd'hui les fruits de ce que la Ville a semé il y a déjà plusieurs années. Et je suis heureux que les commerces de proximité rosnéens vivent et se développent bien ! ».



[18:00-23:00] Chayan Khoï /arty Party/ Vernissage
Location:
50 Avenue de New-York
50, avenue de New-York
75116 Paris
M° Iéna, RER C Pont de l'Alma
France
Description:
les 23, 24 et 25 février de 18h à 23h

en partenariat avec Ushuaia TV

Chayan Khoï /arty Party/ Vernissage
Chayan Khoï /arty Party/ Vernissage

[18:00-21:00] Vernissage "Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi"
Location:
Musée Cognacq-Jay
Hôtel de Donon
8, rue Elzévir
75003 Paris
M° Saint-Paul, Chemin Vert, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 27 07 21
Fax : +33 (0)1 40 27 89 44
Internet Site : www.museecognacqjay.paris.fr
Description:
Du 25 février au 25 juin 2017, le musée Cognacq-Jay vous invite à Venise le temps d'un carnaval !

Curieux paradoxe que la Venise du XVIIIe siècle : alors que sa puissance politique, économique et territoriale s'est considérablement réduite depuis la Renaissance, elle connaît un formidable âge d'or culturel. La Cité des Doges, comme pour conjurer son déclin qui aboutira à sa reddition face à Napoléon en 1797 après un millénaire d'indépendance, multiplie les fêtes, célébrations et autres spectacles qui attirent curieux et amateurs de l'Europe entière.

Loin d'être de purs divertissements oisifs, ces festivités comme le carnaval, participent à une véritable mise en scène politique et religieuse de Venise. Immortalisées par de grands noms, Tiepolo, Guardi, Longhi, elles impriment durablement et exportent partout en Europe les attraits de la cité des Doges. Plus de quarante peintures, gravures, dessins, provenant de collections françaises et européennes prestigieuses seront ainsi présentés au public pour réanimer, le temps d'une exposition, les fastes déployés par la Sérénissime République de Venise au temps des Lumières.

Le parcours de l'exposition propose d'explorer quatre thématiques liées aux fêtes vénitiennes :

Grandes et petites réjouissances. La danse et la musique occupent une place de choix dans la société vénitienne, aussi bien au sein de l'aristocratie que le peuple.

De la ville à la scène. La commedia dell'arte connaît un essor sans précédent à Venise au XVIIIe siècle, en particulier avec l'auteur de théâtre Carlo Goldoni. Quant à l'Opéra, il bénéficie alors de majestueuses salles de spectacle, dont la plus célèbre demeure la Fenice.

Le pouvoir en spectacle. Les institutions laïques et sacrées de la Sérénissime aiment convier des foules entières à de grandes festivités cristallisant l'image d'une Venise puissante et fastueuse. Les réceptions de princes étrangers, notamment français, sont également l'occasion d'extraordinaires célébrations sur la place Saint-Marc ou le Grand Canal.

Au carnaval. Que serait Venise sans son carnaval ? Instituée au Moyen Âge, cette fête colorée et masquée réunit au XVIIIe siècle une foule cosmopolite, qui aime autant les attractions foraines de plein air que les divertissements plus discrets du Ridotto, l'ancêtre du casino.

Commissariat :
- Benjamin Couilleaux, conservateur du patrimoine au musée Cognacq-Jay
- Rose-Marie Herda-Mousseaux, conservateur en chef du patrimoine, directrice du musée Cognacq-Jay

Vernissage "Sérénissime ! Venise en fête de Tiepolo à Guardi"

[18:00-21:00] Vernissage de José León Cerrillo "Continuum"
Location:
Galerie Mitterrand
79, rue du Temple
Hôtel de Montmort
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 43 26 12 05
Fax : +33 (0)1 46 33 44 83
Mail : info@galeriemitterrand.com
Internet Site : www.galeriemitterrand.com
Description:
25/02 > 08/04

José León Cerrillo
Continuum (Now point with horizon of the past)

La Galerie Mitterrand est heureuse de présenter la première exposition personnelle de José León Cerrillo en France. L'artiste mexicain investit pour l'occasion l'espace sur rue de la galerie, qu'il reconfigure avec une installation représentative de son langage formel : géométrique et épuré.
José León Cerrillo est un artiste protéiforme qui explore les modes de représentation à travers un large éventail de mediums tels que l'affiche, la sculpture, l'installation ou encore la performance. Il travaille à partir de systèmes géométriques simples en revisitant les codes et l'iconographie modernistes et constructivistes. Ses objets, sculptures et installations perturbent notre perception. Puisant autant dans les plans d'architecture ou dans les dessins techniques du design ou du graphisme, José León Cerrillo projette dans l'espace réel des formes abstraites autonomes qui s'affranchissent des limites spatiales du lieu qui les entoure.

Pour son exposition à la Galerie Mitterrand, José Léon Cerrillo superpose deux espace-temps à priori inconciliables. Le tapis rose étendu au sol reprend la forme, les lignes et la taille d'un court de tennis à l'échelle 1. En superposant les plans du court de tennis et de la galerie, comme on importe une image dans Photoshop, Cerrillo crée une distorsion de l'espace réel et de notre perception. Mentalement, on peut bien sûr reconstituer le tracé du court de tennis au-delà des limites de propres de l'espace d'exposition mais physiquement, c'est bien une forme abstraite et géométrique autonome que l'on observe. Ainsi, le visiteur découvre deux sculptures constituées de cadres en métal coloré, intitulées The New Psychology. Sept Poems, faits de panneaux d'aluminium découpés et sur lesquels figurent des éléments graphiques, géométriques et photographiques complétent cette installation.

José León Cerrillo est né à San Luis Potosi, Mexique en 1976. Il vit et travaille à Mexico. Il est diplômé de la School of Visual Arts de New York et de l'Université de Colombia à New York également. L'artiste a déjà été intégré dans plusieurs expositions muséales comme à la Triennale du New Museum (New York) en 2015 et en 2013 au MOMA PS1 dans le cadre de l'exposition Expo 1 : New York sous le commissariat de Hans Ulrich Obrist et Klaus Biesenbach. En 2012 et 2011, il a participé à deux expositions au centre d'art Tensta konsthall de Stockholm (Suède).

Vernissage de José León Cerrillo "Continuum"

[18:00-21:00] Vernissage de Marta Pan "Sculptures Flottantes"
Location:
Galerie Mitterrand
79, rue du Temple
Hôtel de Montmort
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 43 26 12 05
Fax : +33 (0)1 46 33 44 83
Mail : info@galeriemitterrand.com
Internet Site : www.galeriemitterrand.com
Description:
25/02 > 08/04

La Galerie Mitterrand est heureuse de présenter une quatrième exposition de l'artiste française d'origine hongroise Marta Pan dans son espace historique de la rue du Temple. Première exposition réalisée à la galerie depuis la mort de l'artiste en 2008, celle-ci se concentre sur les sculptures flottantes de Marta Pan, œuvres iconiques qu'elle a développées à partir du début des années 60.

Née en 1923 à Budapest, Marta Pan arrive à Paris en 1947 après une formation à l'Académie des Arts de sa ville natale. Inspirée au départ par les formes végétales et organiques (fruits, coquilles, racines) qu'elle transpose en plâtre ou en terre cuite, son travail évolue rapidement vers des lignes de plus en plus simplifiées, jusqu'à l'abstraction. En 1952, elle épouse l'architecte André Wogenscky, le plus proche disciple de Le Corbusier. Leur proximité marque le début d'une esthétique nouvelle chez Marta Pan où l'architecture, l'environnement et leur relation aux œuvres prennent une importance déterminante. L'artiste s'intéresse également à la liberté de mouvement qu'elle peut donner à ses sculptures. Dans un premier temps, c'est l'action humaine qui active le mouvement de l'œuvre comme dans son cycle des Équilibres, sculptures en bois réalisées dès 1957. Puis, Marta Pan utilise les énergies cinétiques naturelles, telles que l'air et l'eau, qu'elle laisse volontiers dialoguer avec ses sculptures d'extérieur et en particulier avec ses sculptures flottantes.

La première sculpture flottante de l'artiste est réalisée en 1960 dans le cadre d'une commande pour le Kröller-Müller Museum aux Pays-Bas qui lui propose d'investir le parc autour du musée et son plan d'eau. Marta Pan crée alors à Otterlo « un point de rencontre entre l'architecture et la nature » et dessine une sculpture pour un étang dont elle décide également des contours afin d'épouser à la fois la sculpture et son environnement direct. Elle écrit : « J'ai alors appris qu'on ne pose pas un objet impunément dans un milieu, que ce milieu soit naturel ou construit. Parce que la présence de l'objet transforme l'espace. Et on ne crée pas impunément un espace parce que le lieu créé oriente le comportement de ceux qui le traversent. Car le matériau essentiel de la sculpture n'est ni la pierre, ni le métal, ni le béton mais l'énergie ». Dans l'exposition Sculptures Flottantes à la Galerie Mitterrand le visiteur découvre deux Lentilles Flottantes monumentales de couleur blanche créées en 1994 et peut se replonger dans le contexte de création de ces sculptures avec des images d'archives, un film et une sélection de cinq sculptures en bois dont les formes organiques, typiques du début du travail de l'artiste, sont à l'origine de la Sculpture Flottante 1 aussi connue sous le nom d'Otterlo.

Marta Pan est née en 1923 à Budapest, Hongrie et est décédée en 2008 à Paris, France. Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections à travers le monde telles que le Kröller-Müller Museum aux Pays-Bas, le Hakone Open-Air Museum au Japon, le Seoul Museum of Art en Corée, le Lynden Sculpture Garden aux Etats-Unis, le Lehmbruck Museum de Duisburg en Allemagne ou encore les Ludwig Museum de Budapest et la Modern Gallery-László Vass Collection de Veszprém en Hongrie. En dehors des musées, les œuvres de Marta Pan sont également très présentes dans des espaces publics en France et à l'étranger comme par exemple dans la fontaine de l'Hôtel de Ville de Dallas aux Etats-Unis.

Vernissage de Marta Pan "Sculptures Flottantes"
Marta Pan en 1966 au Salon international des galeries pilotes à Lausanne lors de l'installation temporaire d'une de ses sculptures flottantes.

[18:00-21:00] Vernissage de Ruth Wolf-Rehfeldt
Location:
Immanence
21, avenue du Maine
75015 Paris
M° Montparnasse - Bienvenüe, Falguière
France
Phone : +33 (0)1 42 22 05 68
Fax : +33 (0)1 42 22 05 68
Mail : immanence.art@club-internet.fr
Internet Site : www.art-immanence.org
Description:
Exposition du 25 février au 29 avril 2017

Commissaires : Cannelle Tanc et Frédéric Vincent

Exposition du 25 février au 29 avril 2017 à Immanence
Et du 10.6 au 19.7 8 2017 à la Documenta 14, Kassel.

L'œuvre libertaire de Ruth Wolf-Rehfeldt, née en 1932 à Wurzen (Allemagne), Nous vous proposons de découvrir ce travail encore méconnu en France. Après avoir suivi des études de 1947 à 1950, dans le domaine de l'industrie, Ruth Wolf-Rehfeldt emménage à Berlin où elle intègre la Faculté des travailleurs et paysans (Arbeiter-und-Bauern-Fakultät), elle étudiera par la suite la philosophie. En 1954, elle rencontre Robert Rehfeldt qu'elle épousa l'année suivante. Robert Rehfeldt a introduit le mail art en RDA, ils vont devenir ainsi la plaque tournante d'un art dissident en Allemagne de l'Est. Au début des années 1970, Ruth Wolf-Rehfeldt commence à écrire des poèmes, dessinant et réalisant en parallèle des collages. C'est à ce moment qu'elle réalise la synthèse de ses deux activités distinctes sur une machine à écrire de la marque Erika. Au fil des années, l'artiste a développé une technique particulière, lui permettant de réaliser des figures complexes uniquement avec des signes, des symboles et les lettres fournies par la machine à écrire. La superposition des caractères permet à Ruth Wolf-Rehfeldt d'amener du volume à ces formes. Apparaissent sur la feuille, des forêts, des hommes en marche, des sphères, des tours de Babel, des animaux. Sont présentés à Immanence, une série de vingt de ces dessins réalisés à la machine à écrire, de véritable Schrift Stücke, c'est-à-dire des morceaux d'écriture, à la fois graphique, et politique. Ces dessins ont été réalisés entre 1972 et 1989. Après la chute du mur de Berlin et la réunification, Ruth Wolf-Rehfeldt n'en ressentant plus la nécessité, à cesser toute activité artistique. Ces dessins réalisés de l'autre côté du mur de Berlin possèdent une dimension politique évidente qui les rend on ne peut plus actuels, à une époque où certains pensent encore qu'ériger un mur, est une solution. Il est tout à fait envisageable de situer le travail de Ruth Wolf-Rehfeldt dans le domaine de l'art conceptuel, de la poésie visuelle ou du Mail Art. Mais avant tout, voilà désormais, une œuvre qui s'impose formellement, réussi dans toute sa beauté. Ce qui fait la beauté d'une œuvre, d'une pièce, d'un tableau ou d'un dessin cela n'est pas son sujet. Ce qui fait la beauté de ces dessins, c'est son affirmation, sa rigueur, son poids, son harmonie. Ce qui fait la beauté des dessins de Ruth Wolf-Rehfeldt c'est justement que cela est inexplicable.

Ruth Wolf-Rehfeldt est peut-être l'artiste allemande qui a le plus poussé les relations entre texte et image. L'implication de Ruth et son mari Robert dans un réseau international du Mail Art lui permettent de surmonter l'interdiction d'expositions et de publications d'artistes alternatifs en Allemagne de l'Est. Nous remarquons qu'elle expose dans des pays (Hongrie, Brésil, Pologne) où le Mail Art permet de contourner ces interdits. Le travail de Ruth Wolf-Rehfeldt est aujourd'hui à découvrir, un travail fait de poésie visuelle, de poésie concrète et d'abstraction.

[18:00-21:30] Vernissage de Soheila Niknam et Maria Ahmadi
Location:
Rouge Grenade
85 bis, rue de Bagnolet
75020 Paris
M° Alexandre Dumas, Gambetta
France
Phone : +33 (0)1 44 68 38 44
Mail : rougegrenade@gmail.com
Internet Site : rougegrenade.jimdo.com
Description:
Du 23 février au 25 mars 2017, vous pourrez découvrir deux artistes d'origine iranienne qui travaillent à Paris : Soheila Niknam présentera un travail de peinture inspiré par l'urbain aux couleurs subtiles et Maria Ahmadi des gravures en noir et gris d'ou émergent des personnages, des visages ou des mains.

Le vernissage de l'exposition aura lieu le vendredi 24 février 2017 de 18h à 21h30.

Vernissage de Soheila Niknam et Maria Ahmadi

[18:00-21:00] Vernissage de Stoul "Oru Serigraff"
Location:
Joël Knafo Art Gallery
21&24, rue Véron
75018 Paris
M° Abbesses, Pigalle
France
Mobile : +33 (0)7 81 61 21 57
Mail : galerie@joelknafo-art.com
Internet Site : www.joelknafo-art.com
Description:
Vernissage : vendredi 24 février à partir de 18h
Exposition du 24 février au 4 mars 2017

Originaux et multiples

Les galeries Joël Knafo Art accueillent Stoul, remarquable figure féminine de la scène urbaine française, pour un SOLO SHOW du 24 février au 4 mars 2017.

Les œuvres de Stoul mêlent formes géométriques et silhouettes stylisées qui tendent vers l'abstraction.

Pour cette nouvelle exposition, l'artiste confirme ses engagements écologiques tant dans le sujet que dans les matériaux employés. Elle explore de nouvelles esthétiques à travers l'Art du papier.

Stoul s'intéresse au recyclage avec une série de bas-reliefs réalisés à partir de ses pochoirs.

Son exposition Oru Serigraff fait ainsi écho aux cultures underground et traditionnelles et présente des œuvres réalisées à la bombe aérosol Amsterdam Color sur papier 100% recyclé.

A l'occasion de cet événement une sérigraphie 100x70cm sera éditée en 30 exemplaires.

Vernissage de Stoul "Oru Serigraff"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "INTERSTICES"
Location:
SoiXante AdaDa
60, rue Gabriel Péri
93200 Saint-Denis
M° Saint-Denis - Porte de Paris, Basilique de Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 77 48 37 98
Mail : adada93@free.fr
Internet Site : 60adada.viabloga.com
Description:
DIFFÉRENTS REGARDS SUR LA VILLE

10 photographes de lieux abandonnés vous proposent de les accompagner dans ces lieux en marge de la vie courante, en marge depuis hier ou une éternité.

En affichant une vision documentaire ou onirique, leurs parcours entremêlés offrent des aperçus vertigineux, inattendus, effrayants, ironiques, humoristiques ou nostalgiques sur cette Ville dans, sous et autour de la Ville, sans laquelle notre vie quotidienne n'existerait pas.

Ces regards attentifs ont cherché dans la ville vibrionnante les espaces en dehors des chemins bien balisés de la vie courante, les espaces urbains derrières les espaces urbains, les immensités
invisibles, uniquement accessibles par d'étroits passages dissimulés.

Ces passages, ces interstices, sont des passerelles vers un autre monde, un monde qui vit à un autre rythme du temps, où la Nature réinvestit ces lieux cachés et silencieux, où les pas résonnent plus fort que le vacarme de la rue si proche.

Et avec ce choc de la (re)découverte, ces parcours nous aident à reconstruire cette vision globale que nous avons perdue en un siècle, les liens entre la Terre et notre quotidien.

HERÈM - DIANE DUFRAISY - JEAN ROULIN - FRANCOIS K - LENAJ - LOTUS - CAROLINE CRETE - ZUL -
OLIVIER DEXHEIMER - MAXIME ROUGE

L'exposition aura lieu du 24 Février au 12 Mars.
Entrée libre
Lundi : Fermée
Mardi : 14h-21h
Mercredi: 14h-21h
Jeudi: 14h-21h
Vendredi: 14h-21h
Samedi: 12h-20h
Dimanche: 12h-20h

Vernissage de l'exposition "INTERSTICES"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Recouvrir, ensabler, copier, traduire, restituer"
Location:
Kadist Art Foundation
19 bis, rue des Trois Frères
75018 Paris
M° Abbesses, Anvers
France
Phone : +33 (0)1 42 51 83 49
Fax : +33 (0)1 42 51 83 49
Mail : contact@kadist.org
Internet Site : www.kadist.org
Description:
Vernissage 24 février, 18h - 21h
25 Février - 16 Avril 2017

Avec : Pio Abad, Mariana Castillo Deball, Baris Dogrusöz, Chrysanthi Koumianaki, Alexandra Pirici

L'expression « en creux » est généralement employée pour décrire une situation par le manque ou l'absence, une vision indirecte, une façon de lire entre les lignes. Elle peut être reliée à l'archéologie, discipline qui spécule, à partir de la présence d'objets et l'étude de leur fabrication par l'homme, une histoire de leurs usages dans le contexte social auquel ils ont pris part.

La notion de « biographie » des objets -développée par les anthropologues Igor Kopytoff et Arjun Appadurai *1, a permis de placer l'attention du côté des artefacts, de leurs trajectoires physiques et légales, ponctuées par des changements de propriétaires et de contextes ; chaque étape ajoutant une strate à l'histoire de l'objet et à sa valeur. L'immuabilité des objets se confronte à la mutation de leurs interprétations.
« (...) Le cadeau d'aujourd'hui est la marchandise de demain. La marchandise d'hier est l'objet d'art trouvé de demain. L'objet d'art d'aujourd'hui est la camelote de demain. Et la camelote d'hier deviendra l'héritage de demain. »*2
L'exposition Recouvrir, ensabler, copier, traduire, restituer réunit des projets artistiques qui étudient des objets pris dans des situations de conflit, qui en sont véhicules ou témoins. Ces œuvres sont présentées à différentes étapes de leur existence pour souligner la méthode de travail des artistes, articulant leurs références historiques et une réponse à l'actualité politique. Pio Abad inventorie la collection du couple dictatorial philippin Ferdinand et Imelda Marcos (1965-1986), et les œuvres de propagande qu'ils ont commanditées, tandis que le régime actuel semble raviver leur mémoire. Chrysanthi Koumianaki s'empare de slogans politiques prélevés récemment dans les rues d'Athènes pour les retranscrire dans un langage crypté atemporel.

Les œuvres de l'exposition participent à un débat plus large autour du devenir des artefacts, de leur conservation et de leur restitution, dans le cadre des processus et écrits décoloniaux des dernières décennies. En reproduisant des plats Amérindiens, Mariana Castillo Deball recherche leur fonction et souligne les erreurs de restauration qui ont conduit à différentes interprétations. Les répétitions publiques d'Alexandra Pirici mettent en jeu la restitution par le British Museum des marbres du Parthénon au Musée de l'Acropole. La vidéo de Baris Dogrusöz propose une d'étude du site archéologique de la citadelle d'Europos Doura en Syrie et de son ensevelissement comme stratégie de résistance. Tandis que les crises internationales actuelles perpétuent des conflits d'intérêts et soulignent la relation entre art et pouvoir, les modèles de gouvernance se lisent à travers la question de l'héritage culturel.
L'installation de Baris Dogrusöz bénéficie du soutien de SAHA

L'œuvre d'Alexandra Pirici est produite pour Future Climates (Antonia Alampi and iLiana Fokianaki) par State of Concept (Athènes) et KADIST, et sera présentée dans sa version finale à Athènes en avril 2017.

Vernissage de l'exposition "Recouvrir, ensabler, copier, traduire, restituer"

[18:30-21:00] Vernissage de Nikolas Fouré "horizon des évènements"
Location:
Galerie Municipale Julio Gonzalez
21, avenue Paul Doumer
94110 Arcueil
M° RER B Laplace
France
Phone : +33 (0)1 46 15 09 75
Fax : +33 (0)1 46 15 09 72
Mail : galerie-gonzalez@mairie-arcueil.fr
Internet Site : www.arcueil.fr/category/culture-loisirs/galerie-julio-gonzalez/
Description:
Exposition du vendredi 24 février au samedi 1er avril 2017
Vernissage vendredi 24 février à 18h30

Rencontre et dialogue avec l'artiste samedi 11 mars de 16h à 19h

La mesure est une opération définissant une échelle préalable (une unité) afin de pouvoir la comparer avec le réel. Il s'agit autant d'un geste que d'un calcul. La mesure est un outil indispensable à nos activités quotidiennes, intellectuelles, professionnelles... Un artefact qui nous permet d'interagir avec le Monde. La représentation de la Voie lactée est une image construite par des calculs, une image constituée par des chiffres. Je me suis emparée de cette image afin de la reproduire. Avec des tampons encreur, une multitude de gestes et de chiffres, j'ai dessiné une image numérique de notre Galaxie.

Finissage musical samedi 1er avril de 16h à 18h. « Frames » de Mathieu Chamagne.
Pièce électroacoustique pour 3 interprètes et dispositif interactif de captation gestuelle,
suivie d'un moment d'échange avec le public. Entrée libre

Et exposition des œuvres réalisées par les élèves des écoles de la ville.


Né en 1976, Nikolas Fouré vit et travaille à Rennes.

"Mon intérêt pour le paysage ne s'arrête pas strictement aux formes de la nature mais à tout ce qui constitue notre environnement - notre milieu - de l'architecture à nos systèmes d'organisation sociale. Le principe numérique est une lecture essentielle à la compréhension de notre Monde aujourd'hui. Au-delà de la technologie, le concept de numérique implique une relation à l'unité et sa répétition : qu'elle soit intrinsèque à la Nature (les feuilles d'un arbre, les poils d'un pelage...), inhérente à la technique (les briques d'un mur, le calepinage du carrelage...) ou quotidienne dans nos gestes répétés." N. F.

Vernissage de Nikolas Fouré "horizon des évènements"
Mesures, 2015 Tampon encreur sur papier Montval 300g 25 parties de 41 x 51 cm Le tout 205 x 255 cm

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Carte Blanche aux Galeries d'Art"
Location:
Espace Landowski
Musée Paul-Landowski - Musée des années 30
28, avenue André-Morizet
92100 Boulogne-Billancourt
M° Marcel Sembat, Boulogne - Jean Jaurès
France
Phone : +33 (0)1 55 18 53 00
Mail : alexia.dana@mairie-boulogne-billancourt
Internet Site : www.boulognebillancourt.com
Description:
Du vendredi 24 février au dimanche 5 mars 2017, de 10h à 19h

Du vendredi 24 février au dimanche 05 mars 2017, la Foire "Carte Blanche aux Galeries d'art" de la ville de Boulogne-Billancourt est de retour !

Rendez-vous dans la nef de l'espace Landowski et du Musée des années 30, au sein de la Foire d'Art Contemporain, qui réunira les sélections pointues des cinq galeries invitées dont les galeries de CARRÉ SUR SEINE (Exit Art Contemporain, Green Flowers Art Gallery, Mondapart et VOZ'Galerie).

Cette année, l'association Carré sur Seine accordera une place privilégiée au lauréat des dernières lectures de portfolio, organisées à l'occasion des lectures de portfolio Carré sur Seine à la Bibliothèque Marmottan de Boulogne-Billancourt.
Son nom sera dévoilé à l'occasion de la remise des prix pendant le vernissage de la "Carte Blanche aux Galeries d'art" le vendredi 24 février à 18h.

Carré sur Seine présentera Nicolas HENRY, un photographe talentueux que vous avez pu découvrir en janvier dernier lors du cycle ECOUTEZ VOIR à la VOZ'Galerie, avec ses séries "Les Cabanes de nos grands-parents" et "Cabanes imaginaires autour du monde".

Vernissage de l'exposition "Carte Blanche aux Galeries d'Art"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Mémoire Caraïbes"
Location:
Maison des Arts de Bagneux
15, avenue Albert Petit
92220 Bagneux
M° RER B Bagneux
France
Phone : +33 (0)1 46 56 64 36
Fax : +33 (0)1 46 56 20 93
Mail : maison-arts@mairie-bagneux.fr
Internet Site : www.bagneux92.fr
Description:
Une mémoire multiple

L'exposition «Mémoire Caraïbes» aurait pu emprunter son titre au grand poème d'Aimé Césaire, «Cahier d'un retour au pays natal», car chaque artiste y expose la vision de sa Caraïbe.

Hervé Télémaque, aîné prestigieux venu des grandes Antilles, nous donne à voir une de ses « figurations» d' Haïti. Le Martiniquais Alex Burke interroge l'histoire des flux migratoires forcés de l'esclavage aux drames contemporains. le Guadeloupéen Sébastien Méhal questionne l'urbanisation et la modernité de son île, tandis que son jeune compatriote, Ronald Cyrille, imagine des récits mythologiques. La Vénézuélienne Anabell Guerrero fait revivre le souvenir de l'éruption de la Montagne Pelée, quand Sophie Durand et Stéphane Bunclair apportent le témoignage d'un regard européen sur Haiti.

Mais plusieurs lignes de force unissent ces mémoires singulières et leur donnent une portée universelle.
D'abord, la mémoire de la traite et de l'esclavage dont l'abolition sera commémorée à Bagneux le 10 mai prochain.
En amont, l'héritage des premiers peuples amérindiens et des ancêtres africains, richesse humaine et culturelle issue du croisement de l'Afrique et de l'Amérique auquel s'est mêlé l'apport européen, malgré les drames de la colonisation.
Puis, écrasant le présent, les grandes migrations forcées de la mondialisation, les catastrophes naturelles qui font écho à l'histoire tragique de la Caraïbe, mais aussi la vision d'une humanité future métissée, réconciliée et porteuse d'avenir.
Enfin, chacune des œuvres à sa manière font échos à la poésie caribéenne que nous célébrerons à Bagneux tout au long de mois de mars le temps du «Printemps des poètes».

Nathalie Pradel Janvier 2017

Vernissage de l'exposition collective "Mémoire Caraïbes"
Vernissage de l'exposition collective "Mémoire Caraïbes"




[19:00-21:00] Vernissage de Caroline Pierre "Lumières et Paillettes"
Location:
Les Cuizines
Scène de musiques actuelles
38, rue de la Haute Borne
77500 Chelles
M° RER E Chelles - Gournay, Gare SNCF Chelles - Gournay
France
Phone : +33 (0)1 60 93 04 70
Mail : lescuizines@chelles.fr
Internet Site : www.lescuizines.fr
Description:
du 23 février au 04 avril 2017

« Lumières et Paillettes »

« Passionnée par l'ambiance fascinante du milieu artistique, la magie des lumières, des paillettes et des mises en scène qui subliment les artistes, Caroline Pierre proposera avec cette exposition photo sa vision de la vie d'artiste.

En baroudeuse, la passion pour la photographie naît de ses multiples voyages autour du globe, Caroline mise sur l'instant, le geste, le regard.

L'exposition sera lancée par un vernissage le 24 Février à 19h, pour rencontrer la photographe, et sera suivie d'une jam session.

www.carolinepierrephotographe.com

Vernissage de Caroline Pierre "Lumières et Paillettes"

[19:00-21:00] Vernissage de Théo Mercier "Panorama Zéro"
Location:
Galerie Bugada & Cargnel
Cosmic
7-9, rue de l'Equerre
75019 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 42 71 72 73
Fax : +33 (0)1 42 71 72 00
Mail : contact@bugadacargnel.com
Internet Site : www.bugadacargnel.com
Description:
24/02/2017 > 22/04/2017
Vernissage le 24/02/2017, de 19h à 21h

"Le futur n'est que l'obsolète à l'envers." (Vladimir NABOKOV)

Pour "Panorama Zéro", sa première exposition personnelle à la galerie, Théo Mercier présente un ensemble de sculptures et de photographies, à travers lequel il interroge la fabrique de l'Histoire, dans sa construction comme dans sa déconstruction. Mettant à plat les traces du passé, proche ou lointain, et celles du présent, il questionne les phénomènes de ruine et d'obsolescence. Sans verser dans une forme de romantisme qu'il refuse, ou alors en le prenant à rebours, Théo Mercier crée un environnement dans lequel les objets deviennent le signe annonciateur du désastre à venir, opérant une forme d'archéologie à l'envers qui tend à sublimer les processus de destruction.

Au centre de l'espace d'exposition, une installation se déploie en un paysage de sculptures, assemblages à l'équilibre instable d'objets hétéroclites, anciens ou contemporains, originaux ou reproductions: amphore antique, imposantes jarres en céramique du XVIIIe siècle, vase mésopotamien, boulet de canons en pierre, sphères, chapiteau de colonne, pneu, etc. Ces compositions elles-mêmes reposent sur des socles évoquant des éléments d'architecture - arche, escalier, colonnes, gradins... - dont on dirait qu'ils sont en ruine, et où quelques surfaces discrètement peintes dessinent des ombres en trompe-l'œil.

Théo Mercier met en place des équilibres aussi virtuoses que précaires et des jeux d'échelles paradoxaux. Les socles, qui servent habituellement de soutien et de protection aux sculptures, semblent ici les menacer - réponse inédite à la question centrale du rapport entre une sculpture et son socle. Allant à l'encontre de la pérennité généralement associée au médium sculpté, Théo Mercier réalise des œuvres instables, fragiles, dystopiques, essentiellement vouées à la disparition, comme autant de monuments à la chute : des « machines à démonter le temps », selon ses propres termes. Remettant en question la verticalité sculpturale et son piédestal symbolique, il s'approprie singulièrement cet aller-retour archétypal que constitue le couple "ascension-chute" : les œuvres-monuments de Panorama Zéro, fondées sur le déséquilibre, contiennent intrinsèquement leur érection comme leur chute, leur ruine, soulignant ainsi, à travers un jeu d'échos esthétiques, la filiation étymologique des deux dernières - "ruina" en latin signifiant notamment "chute".

Théo Mercier réalise une « mise en scène babylonienne et organisée du désastre » et construit « un paysage urbain dont l'homme aurait disparu, une cité mise à sac où se jouerait la fin d'une civilisation ». Si plusieurs références artistiques ou historiques se croisent, du musée de Mossoul aux temples de Palmyre, aucune n'est jamais clairement évoquée dans cet ensemble, qui constitue en réalité un paysage fantasmé, évoquant le destin précaire de l'homme et l'histoire du monde à travers des traces matérielles de civilisations que l'artiste se plaît à détourner et à réinventer.

Surplombant cet ensemble, les mobiles Désastre I et Désastre II font quant à eux surgir une autre menace, venue cette fois du ciel. Des rochers façonnés par l'artiste et des morceaux de murs d'enceinte en briques, hérissés de tessons de verre, sont suspendus dans les airs à des chaînes, comme précipités sur ce paysage où le futur est discrédité et le passé à l'abandon. Contrepoint de la trajectoire ascendante de l'installation centrale, la chute libre des mobiles vient ainsi parachever ce panorama de la catastrophe - autre sens du latin "ruina" - et de la disparition inéluctable dressé par Théo Mercier, sur lequel semblent se refermer les mâchoires du Temps.

Le Sens de l'histoire ou la Grande Réduction est un ensemble de six reproductions de la tête d'Hygie, chef d'œuvre de la Grèce antique conservé au Musée national archéologique d'Athènes figurant la déesse grecque de la santé. Les six moulages de ce visage féminin en marbre, reproduit ici à différentes échelles, sont disposés les uns à côté des autres sur une étagère par ordre de taille, donnant à voir leurs dissemblances. Provenant de la boutique du musée à Athènes, la plus grande de ces têtes est sans doute la plus proche de l'œuvre originale, tandis que les autres constituent un ensemble de réductions déclinant le modèle avec de moins en moins de précision et de plus en plus de distance à mesure que la taille s'amenuise. Reproduit à l'infini pour alimenter les boutiques de souvenir d'Athènes, le visage serein et harmonieux de la déesse se déforme ici tangiblement au fil des duplications, esquissant, selon l'artiste, une sorte de « déformographie » du divin, à l'image du Temps qui malmène l'Histoire.

À la manière d'un collectionneur, Théo Mercier a collecté ces objets et leur a donné un socle ; en les rassemblant ainsi, il inscrit ces objets disparates dans une trajectoire du sacré au profane et dessine une grande traversée de l'Histoire, du panthéon au musée contemporain d'Athènes, du champ archéologique aux boutiques de souvenir.

Cinq diptyques photographiques et une photographie de la série Chefs-d'œuvre de l'art assemblent chacun, à la manière de collages, des objets iconiques, vestiges de civilisations disparues. Le titre de cette série d'œuvres fait directement référence aux couvertures d'une revue éditée par Hachette dans les années 1960 et dont l'ambition était de répertorier et de vulgariser 40'000 ans de production humaine. Les plus grands "chefs-d'œuvre" sélectionnés par l'éditeur figuraient au fil des couvertures sur des fonds colorés rouges, verts, jaunes ou bleus, dans des compositions presque pop. L'aspiration au récolement scientifique laissait place à des images graphiquement séduisantes, transformant ces artefacts de civilisations anciennes ou disparues en véritables icônes de presse, «comme une œuvre de Pop Art avec une Vénus callipyge au lieu d'une Jackie Kennedy », ainsi que le suggère Théo Mercier.

En reprenant ce principe et en réactivant le même regard esthétisant porté sur des civilisations lointaines ou disparues, il met en scène la construction et la déconstruction du Temps passé au gré des aléas de l'Histoire et aux sélections opérées par les civilisations qui se succèdent. Sculptures, masques et artefacts, pour la plupart anthropomorphes, alternent sur les murs de l'exposition, évoquant « une grande galerie des ancêtres qui met l'Homme face à l'autre Homme dans sa mortelle humanité », selon l'artiste. Alors que les sculptures au centre de l'exposition sont prêtes à sombrer dans les tréfonds de l'Histoire, les fantômes des diptyques photographiques apparaissent comme les témoins de leur propre disparition.

Tel des petits cailloux sur un chemin permettant de rallier certaines de ces civilisations, des prises d'escalades - imitations de la nature pour parois artificielles - incitent de façon métaphorique le visiteur à tenter une ascension périlleuse.

Avec "Panorama Zéro", Théo Mercier renoue d'une certaine manière avec la fonction oraculaire de l'artiste et du poète en cartographiant, sans pour autant les nommer, les édifications et les ruines de civilisations passées, en cours et à venir, suggérant par là même qu'elles sont le propre de l'humanité.

Vernissage de Théo Mercier "Panorama Zéro"

[19:00] Vernissage du 39ème Salon de l'académie des peintres de l'Abbaye
Location:
Poissy
Poissy
78300 Poissy
M° RER A Poissy
France
Internet Site : www.ville-poissy.fr
Description:
« Les Rives de la Seine », tel sera le thème du 39ème salon de l'Académie des Peintres de l'Abbaye qui se déroulera du 25 février au 12 mars prochain au Centre de Diffusion Artistique.

Du 25 février au 12 mars 2017 NC

Des oeuvres inédites des deux artistes pisciacais Charles Meissonier (1844-1917) et de Lucien Gtos (1845-1913) y seront présentées ainsi qu'un ensemble d'oeuvres contemporaines relatives aux berges de la Seine.

Informations
Adresse : 53 avenue Blanche de Castille
Téléphone : 01 39 11 95 89
Email : academie.abbaye@wanadoo.fr
Site Internet : http://www.academie-abbaye.fr

[19:30] Finissage "Videofreex - Data Report : Processing Activist Images"
Location:
Treize
24, rue Moret
75011 Paris
M° Couronnes, Ménilmontant, Rue Saint-Maur
France
Phone : +33 (0)1 48 05 79 48
Mail : treize.galerie@gmail.com
Internet Site : chez-treize.blogspot.fr
Description:
À l'occasion de sa dernière soirée d'ouverture, l'exposition accueille le label Simple Music Experience producteur de l'émission SMTV diffusée à l'automne dernier en streaming sur Labor Zero Labor.

Last Friday Night, Simple Music Experience

Vendredi 24 février, à partir de 19h30

Taboula Nul (live)
Radiante Pourpre (live)
SMTV (action)




Du 11 janvier au 24 février 2017
Vernissage mardi 10 janvier à 18h en présence de Skip Blumberg, Mary Curtis Racliff et Rhea Kennedy

Vernissage "Videofreex - Data Report : Processing Activist Images"

Une exposition réalisée en collaboration avec les membres de Videofreex Partnership, Skip Blumberg, Nancy Cain, David Cort, Bart Friedman, Davidson Gigliotti, Mary Curtis Ratcliff, Parry Teasdale, Carol Vontobel, Ann Woodward, Rhea Kennedy et avec le souvenir de Chuck Kennedy, sur une invitation de Sibylle de Laurens & Pascaline Morincôme.

www.Videofreex.com

Nous remercions particulièrement Media Burn Archive, Video Data Bank, la Fondation Daniel Langlois ainsi que l'École nationale supérieure d'arts de Paris-Cergy.

Data Report : Processing Activist Images est la première exposition européenne consacrée à l'œuvre du collectif Videofreex. Fondé en 1969 par des vidéastes, des artistes et des activistes, Videofreex développe depuis New-York une pratique radicale de la vidéo au sein des milieux artistiques et médiatiques élargis.
...

En reprenant le principe des Friday Nights Screenings organisés par Videofreex dans des appartements pendant sa période new-yorkaise, Data Report : Processing Activist Images accueille un programme de projections et de conférences.



Vendredi 13 Janvier
Videofreex Archive

Conférence en présence de Skip Blumberg et Mary Curtis Ratcliff
+ Projection surprise

Treize
19:00


Vendredi 20 Janvier
Inauguration Night

Soirée de projection consacrée à la cérémonie d'investiture américaine en présence de Skip Blumberg

Treize
19:00


Vendredi 27 Janvier
Projection du documentaire Here Come the Videofreex réalisé par Jon Nealon & Jenny Raskin

Cinéma du Sureau
Pantin
19:00


Vendredi 10 février
Feminism and Video Pratice

Soirée de projection
Treize
19:00


Vendredi 27 février
Last Friday Night

Soirée de projection
Treize
19:00

Vernissage de l'exposition "Videofreex - Data Report : Processing Activist Images"
De gauche à droite et de haut en bas : une partie des membres de Videofreex, n.d. ; deux dessins réalisés par Ann Woodward issus de The Spaguetti City Video Manual publié par Videofreex et Praeger Publishers en 1973 ; Russell Connor, Harriet Benjamin et Nancy Cain sur le plateau de Lanesville TV en 1975





[20:00-23:00] 42ème cérémonie des César
Location:
Salle Pleyel
252, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Ternes, Charles de Gaulle - Etoile
France
Phone : +33 (0)1 42 56 13 13
Mail : rp@sallepleyel.fr
Internet Site : www.sallepleyel.fr
Description:
Cérémonie des César 2017 présentée par Jérôme Commandeur

non présidée par Roman Polanski

L'Académie des Arts et Techniques du Cinéma vient d'annoncer quelle personnalité a été choisie cette année pour recevoir le César d'honneur. Et après Michael Douglas, en 2016, c'est George Clooney que la France honorera lors de la traditionnelle messe du cinéma hexagonal. La prestigieuse statuette lui sera remise à l'occasion de la 42e cérémonie des César, qui aura lieu le 24 février 2017 sur la scène de la salle Pleyel.
L'Académie des César a justifié son choix en invoquant notamment «le charme», «l'humour», la «personnalité» et «l'engagement» du comédien. «Acteur le plus charismatique de sa génération, George Clooney incarne ce glamour Hollywoodien caractéristique des grandes stars du cinéma», ajoute l'institution, qui ne tarit pas d'éloges sur la carrière exemplaire - et polymorphe - de la star américaine. L'Académie des Arts et Techniques du Cinéma évoque ainsi «un talent éblouissant de comédien, réalisateur, scénariste et producteur».
L'acteur n'en est pas à sa première récompense. En 2006, il avait reçu l'oscar du Meilleur Acteur dans un Second Rôle pour sa prestation dans Syriana, film qu'il avait également produit. C'est en tant que producteur du film Argo qu'il recevait son second Oscar en 2012, celui du Meilleur Film. En 2015, le Prix Cecil B. DeMille décerné par les Golden Globes l'honorait également pour l'ensemble de sa carrière.

[20:30] Dîner en l'honneur des Ministres étrangers en charge de l'agriculture
Location:
Ministère de l'Agriculture et de la Pêche
Hôtel de Villeroy
78, rue de Varenne
75007 Paris
M° Varenne, Solférino
France
Phone : +33 (0)1 49 55 57 46
Internet Site : agriculture.gouv.fr
Description:
Dîner en l'honneur des Ministres étrangers en charge de l'agriculture présents à Paris à l'occasion du 54ème Salon International de l'Agriculture








[23:00] Dîner de la 42ème cérémonie des César
Location:
Fouquet's
99, avenue des Champs-Elysées
46, avenue George V
75008 Paris
M° George V
France
Phone : +33 (0)1 40 69 60 50
Fax : +33 (0)1 40 69 60 55
Mail : fouquets@lucienbarriere.com
Internet Site : www.lucienbarriere.com/localized/fr/restaurants/nos_restaurants/fouquets.htm
Description:
Dîner de la 42ème cérémonie des César

[23:55] After de la 42ème cérémonie des César
Location:
Queen NightClub
79, avenue des Champs-Elysées
22, rue Quentin-Bauchart
75008 Paris
M° George V, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 53 89 08 90
Fax : +33 (0)1 45 61 28 21
Mail : reservation@queen.fr
Internet Site : www.queen.fr
Description:
en présence d'Ana Girardot, Vincent Lacoste, Virginie Efira, Mabrouk El-Mechri, Xavier Dolan

17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés