Wednesday, March 15, 2017
Public Access


Category:
Category: All

15
March 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
27 28 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

  Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"
Location:
Atelier Néerlandais
Fondation Custodia
121, rue de Lille
Hôtel Turgot
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 12 40
Fax : +33 (0)1 45 56 00 77
Mail : info@institutneerlandais.com
Internet Site : www.institutneerlandais.com
Description:
Du 4 février au 7 mai 2017
Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Tarifs : Plein tarif 10 € / Tarif réduit 7 €

Pour la première fois après quatre siècles de séparation, sont réunis des tableaux des plus grands artistes hollandais du Siècle d'Or avec leurs dessins préparatoires. Après son succès à la National Gallery of Art de Washington pendant l'automne 2016, la Fondation Custodia est heureuse de présenter à Paris vingt-et-une peintures et une centaine de dessins, au nombre desquels deux rares carnets d'esquisses et un exceptionnel album offrant une immersion dans les ateliers du XVIIe siècle.

L'exposition dévoile le fruit des années de recherche de plusieurs spécialistes, qui se sont penchés sur la façon dont les artistes néerlandais utilisaient le dessin dans leur processus pictural. Sur les quelques milliers de dessins ayant traversé les siècles jusqu'à nous, ils ont réussi à en mettre certains en rapport avec une peinture identifiée. L'exposition bénéficie de prêts de nombre des plus grands musées et cabinets d'arts graphiques du monde. Aux côtés des œuvres de la Fondation Custodia et de la National Gallery of Art de Washington, on peut voir entre autres des peintures et des dessins du Metropolitan Museum of Art de New York, du Fogg Art Museum de Boston, du Rijksmuseum d'Amsterdam, de l'Albertina Museum de Vienne, de l'Ashmolean Museum d'Oxford, du British Museum de Londres, de la Gemäldegalerie ou encore du Kupferstichkabinett de Berlin.

Une section introductive illustre la pratique du dessin des peintres hollandais au XVIIe siècle. Avec leurs études esquissées d'après des modèles, leurs croquis exécutés dans la nature - capturant paysages, arbres et bâtisses pittoresques, animaux... -, leurs études de mains, de bras, de têtes... les artistes se constituaient un répertoire de motifs dans lequel ils pouvaient puiser à loisir pour créer leurs tableaux.

Cette plongée dans les coulisses des ateliers permet de comprendre les méthodes de création d'une quarantaine des plus grands peintres hollandais et de passer en revue tous les genres picturaux : de la nature morte aux marines, des intérieurs d'églises aux scènes mythologiques et bibliques.

Si Rembrandt (1606-1669) fut un formidable dessinateur, on connaît très peu de feuilles directement préparatoires pour ses tableaux. L'un de ces très rares exemples est cependant présent dans l'exposition : pour la composition complexe de son Saint Jean-Baptiste prêchant, le maître hollandais a étudié dans différents dessins le personnage central et la foule assemblée pour écouter le saint. On peut suivre l'artiste dans sa recherche d'une posture, d'une expression ou du détail d'un costume.

Scènes de genre et portraits jalonnent le parcours de l'exposition. Le public peut notamment admirer les études de compositions d'Adriaen van Ostade (1610-1685) qui les multipliait et détaillait ensuite certaines de ses figures dans des dessins à la pierre noire dont plusieurs exemples sont exposés.

Après les « reportages » de batailles en mer et « portraits » de navires des célèbres peintres de marines Willem van de Velde père et fils, le visiteur pourra se pencher sur les méthodes de création de plusieurs des meilleurs paysagistes hollandais. La vue plongeante sur Amsterdam que Jacob van Ruisdael (1628/29-1682) réalisa sans aucun doute sur le motif, depuis les échafaudages d'un bâtiment en construction, a été le point de départ d'un remarquable tableau. La feuille, quoique de facture très enlevée, fournit d'infinis détails pour la description de la ville au premier plan, tandis que Ruisdael extrapole la moitié supérieure avec un ciel nuageux dont il avait le secret.

L'exposition et le catalogue sont le résultat d'une étroite collaboration d'un groupe international de spécialistes, sous la houlette de Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, Peter Schatborn, ancien directeur du Cabinet d'arts graphiques du Rijksmuseum, Amsterdam, et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur des peintures nordiques à la National Gallery of Art, Washington. Le catalogue, disponible en français et en anglais, constitue la première étude sur le sujet et offre un panorama complet du XVIIe siècle hollandais.


Catalogue
Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt
Fondation Custodia, Paris, National Gallery of Art, Washington, Skira editore, Milan, 2016
318 pp., 31 x 24,5 cm, ca. 300 illustrations couleur, relié
ISBN 978-88-572-3345-1
Prix : 59,00 €

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt" - Dirck Hals
Dirck Hals (1591-1656)
Études d'un homme assis, fumant la pipe, et de deux jambes, 1622-1627
Pinceau et encre brune, peinture brune, rehauts de gouache blanche, sur une esquisse à la pierre noire, 277 x 178 mm
© Rijksmuseum, Amsterdam

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Affiche de l'exposition

Du 21 février au 7 juin 2017
Lundi au vendredi 11h à 18h30
Samedi et dimanche 13h à 18h
Fermé les jours fériés

Entrée libre

Le Musée de La Poste propose l'exposition Rancillac Rétrospective du 21 février au 7 juin 2017 à l'espace Niemeyer.

Commissaire de l'exposition : Josette Rasle
Scénographe : Jean-Claude Salliou

Bernard Rancillac est l'un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l'inventeur d'une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faire accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l'actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l'art.

La rétrospective de Bernard Rancillac proposée à l'Espace Niemeyer par le Musée de La Poste, actuellement fermé pour rénovation, réunit sur plus de 1300 m2 une centaine de pièces : peintures, objets, affiches, installations, collages... s'étalant de 1961 à 2015. Elle permet une approche complète et représentative du parcours de l'artiste né en 1931 et grande figure de la Figuration Narrative.

Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l'actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l'art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l'abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d'art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d'art moderne de la ville de Paris, l'exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l'utilisation qu'ils font de l'image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d'images très variées (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo...) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d'inventions formelles d'une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma...), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l'histoire de l'art ». Bien que l'effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Jeune égorgée, 1998
Acrylique sur toile, 165 x 250 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Notre Sainte Mère La Vache n°2, 1972
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 116 x 89 cm, Musée des beaux-arts, Dole

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Section rythmique de Miles Davis, 1974
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 162 x 162 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Belfast, 1977
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 146 x 114 cm, coll. Martine et Michel Brossard, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Le Muezin, 2013,
Acrylique sur toile, 130 cm x 197 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Les Afghanes, 2004, Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017
Acrylique sur toile, 130 cm x 195 cm, coll. de l'artiste, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Où es-tu, que fais-tu ?, 1965
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Huile sur toile, 178 x 195 cm, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Enfer-Paradis, 2007,
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 230 x 500 cm

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Gilda (Cinémonde n°56), 1989
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 195 x 130 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Sakeo, (camp de réfugiés Khmers), 1996
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile,200x200 cm, coll. La Croix-Rouge monégasque - Don de l'artiste

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00  
14:00  
15:00  
16:00 [16:00] Vernissage presse de Mitch Epstein "New York Trees, Rocks & Clouds"
Location:
Galerie Les filles du calvaire
17, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 74 47 05
Fax : +33 (0)1 42 74 47 06
Mail : paris@fillesducalvaire.com
Internet Site : www.fillesducalvaire.com
Description:
Vernissage presse de Mitch Epstein "New York Trees, Rocks & Clouds"

du 17 mars au 6 mai

Mitch Epstein compte parmi les photographes américains les plus importants de sa génération. Cinq ans après son exposition American Power à la Fondation Cartier Bresson il revient à Paris, à la galerie Les filles du calvaire, avec une trilogie d'ampleur présentée pour la première fois en France : New York Trees, Rocks & Clouds.

Le rapport que l'homme entretient avec son milieu, ses semblables et sa modernité constituent la trame d'un grand récit mené depuis plus de quarante ans par Mitch Epstein, tant aux Etats-Unis, qu'en Europe, en Inde et au Viêt Nam. Commencée dans les années 70 par l'observation de la culture américaine et de ses paysages, la série Recreation envisageait la façon dont les américains occupaient leur temps libre, dans un traitement libre de tout jugement critique ou didactique. S'en suit alors un travail photographique reprenant, toujours en couleur, ces différents thèmes : The City (1995-98) et la relation ténue entre espace public et privé, Family Business (2000-02) et la réalité plus nuancée du rêve américain qu'il documente à travers la fermeture du commerce de son père. Plus tard, avec le vaste projet American Power (2003-08) salué par le Prix Pictet, Mitch Epstein entreprendra cette fois de mesurer l'impact de la production énergétique sur les modes de vie et son empreinte laissée sur le paysage. Posture rare chez ses contemporains américains, il développe une critique politique en questionnant les symboles du concept d'américanité et en observant l'impact des enjeux économiques sur la société et l'environnement. Ses expériences à l'étranger sont autant d'occasions d'exporter les problématiques observées en occident. En Inde où il vécut et réalisa des films avec sa première femme indienne dans les années 80, il compose des images hors de tout exotisme, inspirées par le quotidien et l'intime qu'il vit directement. Avec le Viet Nam (1993-95), dont les images sont rassemblées dans une superbe monographie, il nous offre le poignant aperçu d'une modernité imposée. Ce thème, comme celui d'une partition, donne à son travail une remarquable constance.

Avec ces trois derniers corpus présentés à la galerie, Mitch Epstein poursuit et déplace ses recherches vers un inventaire de motifs, fruit d'un long travail de repérage. Une fois inventoriés, ces portions de nature résonnent avec une conception originale du paysage: il ne s'agit pas seulement d'objets isolés formellement mais d'un témoignage manifeste de la relation entre l'homme et la nature. En effet, lorsqu'il saisit le ciel tourbillonnant au-dessus du verre et du béton, ou la ramure tortueuse d'un arbre se déployant en ville, Mitch Epstein interroge surtout l'étendue de la conquête de l'homme sur la nature et leurs tentatives de cohabitation.

"Mes rochers et nuages, comme mes arbres dans New York Arbor, existent photographiquement dans leur relation à l'entreprise humaine. Je ne suis pas un photographe de la nature. Ce qui m'intéresse c'est l'inextricabilité de la société humaine et de la nature".

Dans les années 70, et plus d'un siècle après la création de Central Park par le paysagiste Frederick Law Olmsted, l'artiste américain Robert Smithson concentre sa réflexion sur la confrontation de la nature à l'urbanité, y voyant là une possible « earth sculpture ». Nous appelant à imaginer « Central Park il y a un million d'années », il souligne combien « l'œil de l'appareil photo remet en question la notion de parc comme entité statique [...] terrain de rencontre du hasard et de la nécessité ». Ce hasard naturel et cette nécessité urbaine forment une énergie qui n'échappe pas non plus à Mitch Epstein. Bien qu'il place son regard sur ce créneau de contradictions, ces photographies transcendent la simple opposition entre nature et culture en laissant le choc du sublime intervenir ou non. Au-delà de Central Park, c'est la ville entière de New York et ses Boroughs qui devient le terrain d'une réelle entreprise de cartographie, scandée par les trois motifs. L'efficacité du noir et blanc (nouveau dans son travail), tout comme l'infinité des gris, accentuent la vigueur formelle et insoupçonnée des motifs choisis : les mers de nuages, le branchage audacieux des arbres ou les strates anarchiques de la roche. En éteignant partiellement les couleurs de la ville, Mitch Epstein concentre notre regard sur l'essentiel. En choisissant le ciel, la roche et les arbres il mêle à son ambition documentaire certains effets du pittoresque, remettant en jeu ses éléments traditionnels. Son modèle esthétique, soutenu par ce traitement, se base sur une approche contemplative du temps qui combine dans une même image des temporalités différentes. La série New York Abor, menée entre 2011 et 2012, offre une galerie de portraits des arbres peuplant la ville. Ces gardiens silencieux, souvent multiséculaires et pourtant oubliés, sont assurément les observateurs privilégiés de l'expansion urbaine et des générations humaines se succédant pour la faire vivre. Ici, l'échelle géologique, infinie et patiente, rappelle la toute jeunesse de l'homme.

Avec sa dernière série Rocks and Clouds (2014 - 205), l'artiste continue ses recherches new-yorkaises en cartographiant les rochers et en reconnaissant chez eux, bien que fortuites, leurs évidentes qualités sculpturales. Ces mêmes qualités qu'Olmsted avait exploitées un siècle et demi plus tôt en utilisant la pierre comme le témoignage d'un passé insondable. Au contact de ses traces historiques, déplacées et mises en scène depuis les amérindiens, Epstein nous révèle ainsi le façonnage humain et la manipulation du paysage.

"J'ai choisi les nuages comme une opposition aux rochers. Je pensais confronter le temps ancien et le temps contemporain"

Epstein reconnait dans l'imprévisibilité et la fugacité des nuages, le pouvoir d'élargir son champ méditatif sur une observation plus proche de l'expérience, plus ancrée dans le présent. En levant son objectif vers le ciel en mouvement et tout en l'opposant au hiératisme moderne de l'architecture, il retourne ainsi son étude vers un instant vécu. A la manière d'un chercheur, Mitch Epstein extrait du ciel et des corps organiques, peu bavards, une matière indicielle. En somme, cette trilogie constitue une exceptionnelle étude documentaire, non seulement sur le paysage New-Yorkais mais aussi sur l'histoire entretenue par les hommes dans leurs désirs d'appropriation de la nature.

Sébastien Borderie

Vernissage presse de Mitch Epstein "New York Trees, Rocks & Clouds"
Mitch Epstein, Weeping Beech, Woodlawn Cemetery, Bronx 2012 (Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire)

Vernissage presse de Mitch Epstein "New York Trees, Rocks & Clouds"
Mitch Epstein, Pelham Bay Park, Bronx 2014 (Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire)

17:00 [17:00] Vernissage de l'exposition "Dessiner le quotidien - La Hollande au Siècle d'or"
Location:
Musée du Louvre
Place du Carrousel
75058 Paris Cedex 01
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Phone : +33 (0)1 40 20 50 50
Fax : +33 (0)1 40 20 54 52
Internet Site : www.louvre.fr
Description:
Rotonde Sully Sud

Du 16 mars au 12 juin 2017
Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9h à 18h
Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu'à 21h45

Tarif sur place :
Billet unique (collections permanentes et expositions) : 15€ sur place

Organisée en partenariat avec l'École nationale supérieure des beaux-arts, l'exposition explore le foisonnement des motifs tirés de la vie quotidienne au sein de la production graphique des artistes hollandais du Siècle d'or, qu'ils soient peintres de genre, paysagistes, portraitistes ou même peintres d'histoire.

La sélection d'une centaine de feuilles provenant des collections publiques françaises - Rembrandt, van Goyen, van Ostade ou encore Buytewech - est conçue pour offrir un contrepoint à l'exposition Vermeer, rappelant la grande diversité, mais aussi le caractère nettement codifié des sujets mettant en scène le quotidien hollandais du 17e siècle.
Elle mettra en lumière la complexité de leur rapport au réel, entre observation et reconstruction, impression d'instantané et conventions de représentation.

Commissaire(s) :
Emmanuelle Brugerolles, conservatrice générale du patrimoine en charge des dessins, Beaux-Arts de Paris et Olivia Savatier Sjöholm, conservatrice du patrimoine, département des Arts graphiques, musée du Louvre.

Vernissage de l'exposition "Dessiner le quotidien - La Hollande au Siècle d'or"
Rembrandt, Femme à la fenêtre

[17:00-20:00] Vernissage presse d'Invader "Masterpieces"
Location:
Galerie Le Feuvre
164, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Saint-Philippe-du-Roule, Miromesnil
France
Phone : +33 (0)1 40 07 11 11
Mail : info@galerielefeuvre.com
Internet Site : www.galerielefeuvre.com
Description:
Vernissage jeudi 16 mars à partir de 17h
jusqu'au 15 avril 2017

La Galerie LE FEUVRE est heureuse de présenter "Masterpieces", une exposition née de la découverte d'œuvres historiques de l'artiste iconique Invader.

Lorsqu'on parle du Street Art, on énumère inévitablement le graffiti, le collage, le muralisme, le pochoir et, finalement, la mosaïque. Toutes ces disciplines ont plusieurs représentants, sauf la dernière. Unique tenant de la mosaïque in situ, Invader est à lui seul une part importante de la définition du Street Art. Bien que personne ne sache qui il est, tout le monde a déjà vu son travail. Il est sûrement, avec Bansky, l'artiste urbain le plus connu au monde. Et si jamais son nom n'évoque rien au premier abord, l'idée d'une mosaïque collée dans la rue, « là haut », reprenant les personnages du jeu vidéo Space Invaders, est tout de suite familière.

Mais l'artiste n'a pas commencé par la rue... En 1997, Invader réalise ses toutes premières mosaïques jouant sur la pixellisation de l'image. Ainsi, s'inspirant du cryptage de Canal +, notamment lors des premiers samedis du mois, ou en pixellisant grâce à l'outil informatique des photos existantes, Invader accompagné du peintre Jean-Marc Dallanegra, crée ses premières œuvres en collant des carreaux de céramique sur des plaques de bois. Non destinées à la rue, ces œuvres sont vendues aux puces de Vanves quand les visuels ne sont pas déclinés en t-shirts - ce qui ne manque pas d'avoir un certain charme lorsque l'on constate qu'avec plusieurs mètres de recul les images pixellisées - parfois pornographiques - deviennent parfaitement lisibles.

1997 est donc une date clé pour Invader. Elle marque le début de sa carrière, mais pas le début de l'invasion. Une carrière d'abord imaginée autour d'une pixellisation qui, laissée un temps de côté au profit du projet d'invasion global, reprendra toute sa force quand l'artiste créera le Rubikcubisme en 2005.
Le terrien Invader entame son invasion en 1998. Le Musée du Louvre, la colline d'Hollywood, les murs de Paris, Montpellier (avec son comparse ZEVS), puis dans le désordre, Aix-en-Provence, Frankfort, Londres, Miami, Hong Kong, Rome, New York, Los Angeles, ou encore Vienne, les fonds marins de la baie de Cancún, l'Espace avec la Station Spatiale Internationale... Ce sont, vingt ans après, plus de 3 400 mosaïques que l'on retrouve collées à travers le monde dans près de 70 villes... Toutes archivées par l'artiste, ces mosaïques sont pour certaines réunies dans des cartes et des guides d'invasion, publiés lorsque l'action d'Invader dans une ville est de grande ampleur. Ainsi Paris, Londres, Miami, Los Angeles, Rome et Hong Kong ont chacune leur guide d'invasion. Et Paris peut être particulièrement fière et se targuer d'être la seule ville à laquelle l'artiste a consacré deux livres. Aujourd'hui, plus de 1200 mosaïques sont réparties dans les vingt arrondissements de la capitale.

La Galerie LE FEUVRE a longtemps collaboré avec Invader. Elle a représenté l'artiste en France de 2010 à 2015. En 2011, l'exposition 1000 est organisée pour célébrer la 1000ème mosaïque collée dans Paris. Se tenant à La Générale et à la galerie, l'exposition dévoile installations, photographies, Space Waffles, Speed Balls, panneaux de signalisation, Rubik's Cubes, Alias... tout l'univers d'Invader devient accessible au public Français.

Mars 2016.
En exhumant, en plus de travaux plus récents, ces quatre œuvres datées de 1997, la Galerie LE FEUVRE présente aux amateurs d'art, aux nombreux fans d'Invader et aux collectionneurs, les prémices d'une carrière déjà longue de vingt ans, et dont les murs témoignent aux quatre coins du monde.

Vernissage d'Invader "Masterpieces"


[18:00-21:00] Finissage de l'exposition "Maisons Rouges"
Location:
Galerie Metropolis
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 42 74 64 17
Mail : contact@galeriemetropolis.com
Internet Site : www.galeriemetropolis.com
Description:
30 artistes - 50 oeuvres pour une exposition généreuse et solidaire

Finissage de l'exposition "Maisons Rouges"
Vernissage de l'exposition "Maisons Rouges"

[18:00-21:00] Preview de Mitch Epstein "New York Trees, Rocks & Clouds"
Location:
Galerie Les filles du calvaire
17, rue des Filles du Calvaire
75003 Paris
M° Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 42 74 47 05
Fax : +33 (0)1 42 74 47 06
Mail : paris@fillesducalvaire.com
Internet Site : www.fillesducalvaire.com
Description:
Preview de Mitch Epstein "New York Trees, Rocks & Clouds"

du 17 mars au 6 mai

Mitch Epstein compte parmi les photographes américains les plus importants de sa génération. Cinq ans après son exposition American Power à la Fondation Cartier Bresson il revient à Paris, à la galerie Les filles du calvaire, avec une trilogie d'ampleur présentée pour la première fois en France : New York Trees, Rocks & Clouds.

Le rapport que l'homme entretient avec son milieu, ses semblables et sa modernité constituent la trame d'un grand récit mené depuis plus de quarante ans par Mitch Epstein, tant aux Etats-Unis, qu'en Europe, en Inde et au Viêt Nam. Commencée dans les années 70 par l'observation de la culture américaine et de ses paysages, la série Recreation envisageait la façon dont les américains occupaient leur temps libre, dans un traitement libre de tout jugement critique ou didactique. S'en suit alors un travail photographique reprenant, toujours en couleur, ces différents thèmes : The City (1995-98) et la relation ténue entre espace public et privé, Family Business (2000-02) et la réalité plus nuancée du rêve américain qu'il documente à travers la fermeture du commerce de son père. Plus tard, avec le vaste projet American Power (2003-08) salué par le Prix Pictet, Mitch Epstein entreprendra cette fois de mesurer l'impact de la production énergétique sur les modes de vie et son empreinte laissée sur le paysage. Posture rare chez ses contemporains américains, il développe une critique politique en questionnant les symboles du concept d'américanité et en observant l'impact des enjeux économiques sur la société et l'environnement. Ses expériences à l'étranger sont autant d'occasions d'exporter les problématiques observées en occident. En Inde où il vécut et réalisa des films avec sa première femme indienne dans les années 80, il compose des images hors de tout exotisme, inspirées par le quotidien et l'intime qu'il vit directement. Avec le Viet Nam (1993-95), dont les images sont rassemblées dans une superbe monographie, il nous offre le poignant aperçu d'une modernité imposée. Ce thème, comme celui d'une partition, donne à son travail une remarquable constance.

Avec ces trois derniers corpus présentés à la galerie, Mitch Epstein poursuit et déplace ses recherches vers un inventaire de motifs, fruit d'un long travail de repérage. Une fois inventoriés, ces portions de nature résonnent avec une conception originale du paysage: il ne s'agit pas seulement d'objets isolés formellement mais d'un témoignage manifeste de la relation entre l'homme et la nature. En effet, lorsqu'il saisit le ciel tourbillonnant au-dessus du verre et du béton, ou la ramure tortueuse d'un arbre se déployant en ville, Mitch Epstein interroge surtout l'étendue de la conquête de l'homme sur la nature et leurs tentatives de cohabitation.

"Mes rochers et nuages, comme mes arbres dans New York Arbor, existent photographiquement dans leur relation à l'entreprise humaine. Je ne suis pas un photographe de la nature. Ce qui m'intéresse c'est l'inextricabilité de la société humaine et de la nature".

Dans les années 70, et plus d'un siècle après la création de Central Park par le paysagiste Frederick Law Olmsted, l'artiste américain Robert Smithson concentre sa réflexion sur la confrontation de la nature à l'urbanité, y voyant là une possible « earth sculpture ». Nous appelant à imaginer « Central Park il y a un million d'années », il souligne combien « l'œil de l'appareil photo remet en question la notion de parc comme entité statique [...] terrain de rencontre du hasard et de la nécessité ». Ce hasard naturel et cette nécessité urbaine forment une énergie qui n'échappe pas non plus à Mitch Epstein. Bien qu'il place son regard sur ce créneau de contradictions, ces photographies transcendent la simple opposition entre nature et culture en laissant le choc du sublime intervenir ou non. Au-delà de Central Park, c'est la ville entière de New York et ses Boroughs qui devient le terrain d'une réelle entreprise de cartographie, scandée par les trois motifs. L'efficacité du noir et blanc (nouveau dans son travail), tout comme l'infinité des gris, accentuent la vigueur formelle et insoupçonnée des motifs choisis : les mers de nuages, le branchage audacieux des arbres ou les strates anarchiques de la roche. En éteignant partiellement les couleurs de la ville, Mitch Epstein concentre notre regard sur l'essentiel. En choisissant le ciel, la roche et les arbres il mêle à son ambition documentaire certains effets du pittoresque, remettant en jeu ses éléments traditionnels. Son modèle esthétique, soutenu par ce traitement, se base sur une approche contemplative du temps qui combine dans une même image des temporalités différentes. La série New York Abor, menée entre 2011 et 2012, offre une galerie de portraits des arbres peuplant la ville. Ces gardiens silencieux, souvent multiséculaires et pourtant oubliés, sont assurément les observateurs privilégiés de l'expansion urbaine et des générations humaines se succédant pour la faire vivre. Ici, l'échelle géologique, infinie et patiente, rappelle la toute jeunesse de l'homme.

Avec sa dernière série Rocks and Clouds (2014 - 205), l'artiste continue ses recherches new-yorkaises en cartographiant les rochers et en reconnaissant chez eux, bien que fortuites, leurs évidentes qualités sculpturales. Ces mêmes qualités qu'Olmsted avait exploitées un siècle et demi plus tôt en utilisant la pierre comme le témoignage d'un passé insondable. Au contact de ses traces historiques, déplacées et mises en scène depuis les amérindiens, Epstein nous révèle ainsi le façonnage humain et la manipulation du paysage.

"J'ai choisi les nuages comme une opposition aux rochers. Je pensais confronter le temps ancien et le temps contemporain"

Epstein reconnait dans l'imprévisibilité et la fugacité des nuages, le pouvoir d'élargir son champ méditatif sur une observation plus proche de l'expérience, plus ancrée dans le présent. En levant son objectif vers le ciel en mouvement et tout en l'opposant au hiératisme moderne de l'architecture, il retourne ainsi son étude vers un instant vécu. A la manière d'un chercheur, Mitch Epstein extrait du ciel et des corps organiques, peu bavards, une matière indicielle. En somme, cette trilogie constitue une exceptionnelle étude documentaire, non seulement sur le paysage New-Yorkais mais aussi sur l'histoire entretenue par les hommes dans leurs désirs d'appropriation de la nature.

Sébastien Borderie

Vernissage presse de Mitch Epstein "New York Trees, Rocks & Clouds"
Mitch Epstein, Weeping Beech, Woodlawn Cemetery, Bronx 2012 (Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire)

Vernissage presse de Mitch Epstein "New York Trees, Rocks & Clouds"
Mitch Epstein, Pelham Bay Park, Bronx 2014 (Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire)

[18:00-22:00] Vernissage d'Isabelle Levistre "Anamnèse"
Location:
Little Big Galerie
45, rue Lepic
75018 Paris
M° Blanche, Abbesses
France
Phone : +33 (0)1 42 52 81 25
Mail : littlebiggalerie@beall.fr
Internet Site : www.littlebiggalerie.com
Description:
du 14 Mars au 5 Avril 2017

Vernissage d'Isabelle Levistre "Anamnèse"

[18:00-19:30] Vernissage de Benoît Méjean "Malgré la nuit seule et le jour en feu"
Location:
Villejuif
Villejuif
94800 Villejuif
M° Villejuif - Louis Aragon, Villejuif - Paul Vaillant-Couturier, Villejuif - Léo Lagrange
France
Internet Site : www.ville-villejuif.fr
Description:
Show Devant
4, Esplanade Pierre-Yves Cosnier
94800 Villejuif

Au fait, le Mercredi 15 Mars à 18h, vous faites quoi ?

Facile ! Vous rappliquez illico au SHOW-DEVANT à Villejuif, face à la mairie (et à 2 pas du métro Villejuif Paul Vaillant Couturier, ligne 7, la rose bonbon) pour me voir bien sûr et accessoirement zieuter mes photos, à l'occasion de l'accrochage-apéro de ma première expo !

Des photos prises la nuit à Paris, New-York, Villejuif ou Venise, développées et tirées en Noir&Blanc (Piezography).

Sans alcool la fête est plus folle, mais comme c'est un vernis sage, eh bien j'offre le P U N C H :-)

Pour ceux qui le souhaitent (moi perso je le souhaite), on peut dîner sur place ensuite. L'excellentissime chef Olivier Chaput propose un menu spécial vernissage à 22€ avec un plat au choix :

Dos de cabillaud rôti, tombée de fenouil grenadine,
pommes Chérie en chemise

Ou bien

Tournedos de magret de canard, poêlée hivernale,
aigre-douce de kalamansi

Plus un délicieux dessert au choix parmi la carte. Je vous la fait tourte euh courte : Tourte au chocolat (ma préférée), ou Gâteau aux noix (mon préféré), ou Paris-Brest (mon préféré) ou Tiramisu (mon préféré)...

Réservation indispensable pour le dîner au 01 49 60 61 70

Quant au vernissage, les personnes intéréssées par l'événement peuvent basculer follement, éperdument et sans douleur dans le "J'Y PARTICIPE" dès que possible. Ou me contacter : expo@benoitmejean.com

:: La vie est yummy ::

Benoît
https://www.instagram.com/benoitmejean

Vernissage de Benoît Méjean "Malgré la nuit seule et le jour en feu"

[18:00-20:30] Vernissage de Licia Lacerda
Location:
Galerie Mona Lisa
32, rue de Varenne
75007 Paris
M° Rue du Bac
France
Phone : +33 (0)1 45 48 17 25
Mail : galerie-monalisa@wanadoo.fr
Internet Site : www.galerie-monalisa.net
Description:
14 au 25 mars 2017
du mardi au samedi de 14h à 18h30
Vernissage mercredi 15 mars 2017 de 18h à 20h30

Vernissage de Licia Lacerda

[18:00-21:00] Vernissage de Valentin Ammann
Location:
Renaissance Paris Republique Hotel
40, rue René Boulanger
75010 Paris
M° République
France
Phone : +33 (0)1 71 18 20 95
Fax : +33 (0)1 40 99 88 01
Mail : creative.manager@renaissanceparisrepublique.com
Internet Site : renaissance-hotels.marriott.com/renaissance-paris-republique-hotel
Description:
L'Hôtel Renaissance République à le plaisir d'accueillir l'artiste Valentin A à partir du 15 mars 2017.

Connecté à l'essence bohème du quartier République, l'hôtel Renaissance met chaque mois à disposition d'artistes son espace lounge. Du 16 mars au 15 avril, Valentin Ammann aura carte blanche pour présenter dans ce lieu propice à l'inspiration sa série inédite Luminaria. L'hôtel Renaissance République ouvrira ses portes mercredi 15 mars à 18h.

Vernissage de Valentin Ammann

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Odiot orfèvre"
Location:
Musée des Arts Décoratifs
Union centrale des arts décoratifs - UCAD
107, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 44 55 57 50
Internet Site : www.lesartsdecoratifs.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Odiot orfèvre"

[18:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Oeuvres sur papier"
Location:
Galerie Johann Naldi
22, rue Chaptal
75009 Paris
France
Phone : +33 (0)1 70 23 64 73
Mobile : +33 (0)6 15 85 19 33
Internet Site : www.johannnaldi.com
Description:
jusqu'au 31 mars

Vernissage de l'exposition "Oeuvres sur papier"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Pierre Gouthière"
Location:
Musée des Arts Décoratifs
Union centrale des arts décoratifs - UCAD
107, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 44 55 57 50
Internet Site : www.lesartsdecoratifs.fr
Description:
Vernissage de l'exposition "Pierre Gouthière"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Partitions graphiques"
Location:
Espace des Arts Sans Frontières
44, rue Bouret
Code : 13A62
75019 Paris
M° Jaurès, Bolivar
France
Phone : +33 (0)1 42 01 27 74
Mail : espacedesartssf@gmail.com
Internet Site : espacedesartssf.blogspot.com
Description:
Du 15 au 21 mars 2017
Exposition ouverte au public tous les jours de 14h à 19h
Vernissage mercredi 15 mars à partir de 18h00, Concert à 20h30 (voir plus bas)

avec : Yurika Kinoshita / Sung Kyung Kim / Dasom Kim / Chihiro Yamamoto

De deux choses l'une : un aphorisme de Günter Brus "Turner peignait des partitions de Debussy"* et "partition graphique", terme qui recoupe un ensemble de pratiques initiés par des compositeurs à partir de la seconde moitié du XXème siècle, afin d'imaginer de nouveaux systèmes de notation pour la musique. L'usage de partitions graphiques aura permis une ouverture des techniques propres à la composition à l'improvisation, formulé une libération des sons et mis l'accent sur la subjectivité des musiciens comme des auditeurs dans l'interprétation des œuvres.

L'exposition "Partitions graphiques" rassemble les œuvres de quatre jeunes artistes coréens et japonais : Yurika Kinoshita, Sung Kyung Kim, Chihiro Yamamoto et Dasom Kim. Chacun de ces artistes cherchent au moyen de la peinture, du dessin et de l'assemblage une certaine expressivité voire musicalité.

À la suite du vernissage, la soirée continuera avec un concert organisé par le collectif de musiques expérimentales et improvisées XtetX.
Yurika Kinoshita réalisera une peinture en live accompagnée par Doedelzak au piano.

*Günter Brus, Pictura jacta est ! Éditions Absalon.


Mercredi 15 mars
XtetX #21 Partitions libres
Doedelzak / Jules Valentin & Nicolas Marciniak / Torbill XtetX Ensemble
Vernissage à 18h00
Musique à 20h30
Participation libre

Collectif d'improvisation libre, XtetX s'intéressera ce soir-là aux partitions qui laissent une grande marge de liberté aux interprètes : un juste milieu entre composition et improvisation.

Cette soirée est une collaboration entre artistes et musiciens. Le même jour, l'Espace des arts sans frontières présente le vernissage d'une exposition dont la thématique est "Partitions graphiques"

L'exposition et le concert sont liés et les publics sont invités à se mélanger autant que les différentes formes d'expression artistique.


Programme :

Doedelzak w/ Live painting par Yurika Kinoshita
Habituellement improvisateur aux synthés analogiques, Doedelzak jouera ce soir sur piano acoustique une partition qui laisse une totale liberté d'interprétation sur sa structure répétitive, ses rythmes et sa durée, tout en donnant des directives sur les hauteurs et les intensités.

Jules Valentin & Nicolas Marciniak
Duo constitué de Nicolas Marciniak à la trompette et de Jules Valentin à la guitare électrique et effets. Ils interpréteront « ăm-bĭvˈə-ləns », une pièce composée sur partition graphique.
A mi-chemin entre langages improvisés et structures établies, cette proposition sous forme de paysages sonores abstraits est une invitation à l'errance mentale, au voyage intérieur, ou à la contemplation.

Torbill
Torbill, qui a déjà joué de nombreuses improvisations à la guitare et aux effets, jouera une partition qu'il a créée à partir de mots découpés dans des articles de presse. Le placement des mots sur la portée est déterminé par un précédé aléatoire directement inspiré de John Cage.

XtetX Ensemble
Le XtetX Ensemble est l'ensemble d'improvisation à géométrie variable des membres du collectif XtetX, avec d'occasionnels invités. Ce fois-ci l'invité sera Nicolas Marciniak à la trompette. L'ensemble inteprétera une partition graphique créée à l'occasion par un artiste de l'exposition.

https://xtetx.org/

[18:30-21:00] Lancement du Jambonlaissé de Guillaume Remuepoire
Location:
Le Monte-en-l'air
71, rue de Ménilmontant
2, rue de la Mare
75020 Paris
M° Ménilmontant, Gambetta
France
Phone : +33 (0)1 40 33 04 54
Mail : lemontenlair@free.fr
Internet Site : montenlair.wordpress.com
Description:
L'Indéprimeuse a traduit Hamlet avec Google translate et présentera son Jambonlaissé de Guillaume Remuepoire en compagnie d' Etienne Candel, Maître de conférences HDR sciences Info-Com, ancien élève de École Normale Supérieure et auteur de l'avant-propos de Jambonlaissé.

On vous attend pour des discussions, un extrait de la pièce joué (!!) et des bizarreries imprimées.

(Ps : en présence d'un vrai jambon)

Lancement du Jambonlaissé de Guillaume Remuepoire

[18:30-21:00] Vernissage de Thierry Mutin "ROBOTS IN LOVE"
Location:
Galerie Mickael Marciano Rivoli
190, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre, Tuileries
France
Phone : +33 (0)1 84 83 18 18
Fax : +33 (0)1 84 83 18 19
Mail : rivoli@galerie-marciano.com
Internet Site : www.galerie-marciano.com
Description:
POST HUMAN ART
Thierry Mutin "ROBOTS IN LOVE"

Exposition du 15 mars au 7 avril 2017
Vernissage mercredi 15 mars 2017 à partir de 18h30

Vernissage de Thierry Mutin "ROBOTS IN LOVE"

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Les chanceliers allemands"
Location:
Centre d'Information sur l'Allemagne
CIDAL
31, rue de Condé
75006 Paris
M° Odéon, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 44 17 31 31
Mail : info@allemagne.diplo.de
Description:
De la dictature à l'exemplarité démocratique? Les chanceliers, bâtisseurs de l'Allemagne contemporaine (1949-2017)
Qui sont les chanceliers allemands? Comment ont-ils influé sur le destin de la République fédérale? Qu'ont-ils laissé en héritage à la démocratie en Allemagne et en Europe?
Nous vous invitons à en discuter lors du vernissage de notre exposition
Les chanceliers allemands : visages de l'Allemagne de 1949 à nos jours
mercredi 15 mars 2017
à 18h30 au CIDAL
avec
Hélène Miard-Delacroix, Professeur d'Histoire et de civilisation de l'Allemagne contemporaine à Université Paris-Sorbonne, auteur de plusieurs œuvres sur les chanceliers allemands, et
Romy Straßenburg, auteur et journaliste indépendante travaillant pour des médias allemands et français.

Sur inscription, dans la limite des places disponibles: stefanie.lange@diplo.de - 0144173121
Manifestation en langue française uniquement

Vernissage de l'exposition "Les chanceliers allemands"

[18:30-22:00] Vernissage de l'exposition "Un Poète dans la vie"
Location:
ON-OFF Studio
11, rue Berzélius
75017 Paris
M° Brochant, Porte de Clichy
France
Phone : +33 (0)6 24 84 61 30
Mail : contact@on-off-studio.com
Description:
VERNISSAGE : mercredi 15 mars / 18:30 > 22:00
LECTURE DE POÈMES : dimanche 19 mars / 17:00

Entrée libre / mercredi > dimanche / 14:00 > 19:00
Visite sur rendez-vous jusqu'au 23 mars - contact@on-off-studio.com

C'est la force du propos, à la fois, et la légèreté des moyens qu'il a découverts
dans les œuvres d'Ameneh Moayedi, qui a donné envie à Georges Oucif
de lui demander d'illustrer un de ses recueils de poésie. La vigueur de ses traits en même temps
que leur finesse sont proches du vers poétique qu'il emploie pour donner une forme parlante
aux sentiments qui nous traversent. Ameneh Moayedi use de la même liberté que le poète, lorsqu'elle
crée en regard de ses textes poétiques et c'est à cet impératif que l'artiste
a réussi à donner forme, lorsqu'elle s'est trouvée confrontée
aux thèmes de la poésie, de l'amour ou de la misère des hommes.

Vernissage de l'exposition "Un Poète dans la vie"



[19:00] 70 ans de PAYOT
Location:
Hôtel Bachaumont
18, rue Bachaumont
75002 Paris
M° Sentier, Etienne Marcel
France
Phone : +33 (0)1 81 66 47 00
Mail : contact@hotelbachaumont.com
Internet Site : www.hotelbachaumont.com
Description:
70 ans de PAYOT

[19:00] Projection presse de la série documentaire "Ceci n'est pas un graffiti"
Location:
Le 42
96, boulevard Bessières
75017 Paris
M° Porte de Clichy
France
Internet Site : www.42.fr
Description:
Ceci n'est pas un graffiti vous ouvre les portes du street-art français. Ce véritable courant de l'art contemporain s'impose aujourd'hui comme le plus important en taille et en succès populaire dans le monde. Vous allez approcher les artistes à l'œuvre derrière ces fresques de rue qu'on voit partout désormais, et leur monde si intimement lié à la musique et à la fête. Vous allez découvrir leurs valeurs et leurs rêves, en pleine transformation parfois à l'ère d'internet, du marketing street-art et des spéculations financières les plus folles. Leurs liens avec les mairies, institutions et galeries sont pour certains des partenariats nécessaires, pour d'autres des récupérations compromettantes. Quelle que soit la technique, pinceau, bombe aérosol, pochoir, mosaïque, posca ou projections, les artistes de rue partagent avec franchise et clarté leurs accords et désaccords sur ce mouvement dont ils n'avaient pas toujours anticipé l'ampleur, dont la légitimité n'est pas encore définitivement acquise, mais dont les talents, bientôt, auront leur place dans nos musées.

Projection presse de la série documentaire "Ceci n'est pas un graffiti"

[19:00-21:00] Vernissage d'Edouard Buzon
Location:
Galerie Envie d'Art Paris XVI
4, avenue Bugeaud
75116 Paris
M° Victor Hugo
France
Phone : +33 (0)1 55 73 10 76
Mail : bugeaud@enviedart.com
Internet Site : www.enviedart.com
Description:
Venez rencontrer Édouard Buzon et découvrir son travail, où transparence et profondeur vous feront vivre une expérience unique.
Nous vous attendons avec impatience autour des fameux cocktails d'Alexandra !

Vernissage mercredi 15 mars de 19h à 21h
RSVP : justine.laurent@enviedart.com

Exposition jusqu'au 15 avril

Vernissage d'Edouard Buzon

[19:00-21:00] Vernissage de Christian Bonnefoi
Location:
Campoli Presti
6, rue de Braque
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 40 29 08 92
Mail : info@campolipresti.com
Internet Site : www.campolipresti.com
Description:
Du Mercredi 15 mars au Samedi 15 avril 2017

Vernissage de Christian Bonnefoi
Christian Bonnefoi, Double Take
Vue d'installation : 13 November 2016 - 28 February 2017 à la Jean-Paul Najar Foundation, Dubai

Vernissage de Christian Bonnefoi

[19:00-21:00] Vernissage de Fanaha "Toritygi"
Location:
Le Sonar(t)
55, rue Jean-Baptiste Pigalle
75009 Paris
M° Pigalle, Saint-Georges
France
Phone : +33 (0)9 50 38 02 95
Mail : hello@le-sonart.com
Internet Site : www.le-sonart.com
Description:
Vernissage le mercredi 15 mars
Décrochage le mardi 28 mars

Fanaha est une jeune artiste pluridisciplinaire habitée par un seul mot : création.
Musique, écriture, danse, peinture et dessin, peu importe le moyen, l'important pour elle est d'exprimer et partager ses émotions !
Pattern's addict, viens poser tes yeux sur un art plutôt psychédélique et presque cellulaire tant les détails semblent découler d'une névrose de l'artiste.
Fanaha fait partie de la communauté Les Nanas d'Paname.

Toritygi, série d'illustrations
Alice aux Pays des Merveilles - Fanaha a représenté huit personnages de ce pays de l'excès : monde illogique et inquiétant où l'ambiguïté et la folie convoquent le bizarre et l'absurde. Chaque personnage a sa couleur et les détails graphiques, inhérents au travail de Fanaha, mettent en exergue la folie convoquée par Lewis Caroll dans son conte.

Sous les traits merveilleux des personnages créés par Walt Disney, FANAHA ajoute des motifs psychédéliques.

En savoir plus : http://lesnanasdpaname.com/2016/06/06/10546/

Vernissage de Fanaha "Toritygi"

[19:00] Vernissage de Pierre-Henri Chauveau "Quart-Vide"
Location:
Le 61
3, rue de l'Oise
75019 Paris
M° Crimée, Ourcq
France
Phone : +33 (0)1 42 05 09 17
Mail : 61paris@gmail.com
Internet Site : www.61paris.fr
Description:
exposition du 15 mars au 1er avril
vernissage mercredi 15 mars 19h

http://www.pierrechauveau.net

Vernissage de Pierre-Henri Chauveau "Quart-Vide"

[19:00] Vernissage de Wiliam Kentridge "O Sentimental Machine"
Location:
Galerie Marian Goodman
66&79, rue du Temple
75003 Paris
M° Rambuteau, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)1 48 04 70 52
Fax : +33 (0)1 40 27 81 37
Mail : parisgallery@mariangoodman.com
Internet Site : www.mariangoodman.com
Description:
Du Mercredi 15 mars au Samedi 15 avril 2017

Vernissage de Wiliam Kentridge "O Sentimental Machine"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Arcanes de la Nuit"
Location:
Galerie Art Aujourd'hui
8, rue Alfred Stevens
75009 Paris
M° Pigalle
France
Phone : +33 (0)1 71 37 93 51
Mail : contact@galerie-art-aujourdhui.com
Internet Site : www.galerie-art-aujourdhui.com
Description:
Genèse d'une exposition...

Le projet Arcanes de la nuit est né avec celui de la Halle Saint Pierre d'exposer les dessins de Victor SOREN pour le livre de Jean-Michel MAUBERT (Bestiaire suivi de Pénombres, à paraître aux Editions Maurice Nadeau en mars 2017). Nous l'avons d'abord évoqué avec V. Soren lors de sa participation à l'exposition "L'ange du bizarre", c'était en février 2016, puis nous l'avons précisé avec la Halle Saint Pierre courant 2016.
C'est donc tout naturellement que la Halle Saint Pierre expose du 22 mars au 30 avril, les dessins reproduits dans le livre tandis que nous exposons du 15 mars au 22 avril un choix d'œuvres antérieures et souvent inédites. Il faut en effet savoir que Soren a travaillé plus d'un an exclusivement sur les dessins du livre. Il souligne lui même qu'il ne peut "produire" plus et que cette lenteur à concevoir lui est indispensable! Ainsi vont la magie de l'oeuvre et ses arcanes!
Pour accompagner ce projet, nous avons choisi deux peintres, Isabelle Vialle, Denis Pouppeville et le sculpteur Hans Jorgensen, persuadés qu'une fois encore, l'exposition manifestera une belle unité dans la diversité de ses expressions.

NB: le livre de Jean Michel Maubert sera disponible dès parution à la Librairie Vendredi, notre excellente voisine du 67 rue des Martyrs, et bien sur à la librairie de la Halle Saint Pierre..


Arcanes de la nuit

La nuit s'installe, les lumières de la conscience s'éteignent. L'esprit oscille entre frayeur et fascination. Dans la pénombre qui gagne, les contraires se pénètrent, des créatures hybrides se dessinent. La face cachée de l'être se dévoile, brisant les tabous et leur cortège de transgressions, de débauches, de mort. Les œuvres de l'exposition « Arcanes de la nuit » comme les formules secrètes des anciens alchimistes, se présentent comme des énigmes. Leur mystère reste intact, aucune interprétation, aucun code, ne viendra éclaircir leur inquiétante étrangeté. Les quatre artistes présentés explorent à leur manière les profondeurs de la nuit. Surgissent alors d'inquiétantes créatures. Figures animales ou humaines chez Victor Soren, personnages interlopes de Denis Pouppeville, guerriers et amazones surgis de la nuit des temps chez Hans Jorgensen, barques échouées d'un lointain périple pour Isabelle Vialle, autant d'aspects singuliers que la lumière noire illumine en écho aux nuits qui nous habitent.

Vernissage de l'exposition "Arcanes de la Nuit"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Corps Expressif"
Location:
Marseille
Marseille
13000 Marseille
M° Gare SNCF Marseille Saint-Charles
France
Internet Site : www.marseille.fr
Description:
Sébastopol Galerie
10 place Sébastopol
13004 Marseille

jusqu'au 14 avril 2017
de 9h à 18h

La galerie Sébastopol vous invite à son Exposition Photographique Collective du 15 mars au 15 avril 2017.
Serge Ben Lisa, Anoum, Virgile, Marylyse, Frédérique Bonnaud, Samir Elyamni et Andy Alexandre, vous proposons d'observer le "Corps expressif" à travers l'addiction, l'émoi, la passion, la danse, la folie, la solitude. Cette collection présente la force expressive du corps qui s'exprime par le toucher, par les regards, par le mouvement, par les états d'Être, ....
Une performance de deux danseurs chorégraphes vous sera offerte par la Compagnie "Babel Danse" le jour du vernissage, le 15 mars 2017 à partir de 19h.

Vernissage de l'exposition "Corps Expressif"

[19:00] Vernissage de l'exposition "Pissarro à Eragny, la nature retrouvée"
Location:
Musée du Luxembourg
19, rue de Vaugirard
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Odéon, Rennes, RER B Luxembourg
France
Phone : +33 (0)1 42 34 25 95
Mail : info@museeduluxembourg.fr
Internet Site : www.museeduluxembourg.fr
Description:
sur invitation

Du 16 mars au 9 juillet 2017
Ouverture tous les jours de 10h30 à 19h
Nocturne les vendredis jusqu'à 22h

Plein tarif : 12 €
Tarif réduit : 8,5 €

Aux côtés d'archives familiales, une centaine de tableaux, dessins et gravures, aussi spectaculaires que peu connus, créés à Éragny-sur-Epte entre 1884 et 1903 et provenant des plus grandes collections muséales et particulières du monde entier, illustrent la période la moins étudiée de la carrière de l'artiste. Celui-ci s'installe dans le village d'Eragny en 1884 dans une belle maison dont il devient propriétaire grâce à un prêt octroyé par Claude Monet et où il reste toute sa vie. Au cœur d'un véritable bouillonnement artistique et intellectuel, Pissarro met en œuvre ses convictions politiques dans sa peinture comme dans son mode de vie.
Les deux grands spécialistes de l'artiste, Richard Brettell et Joachim Pissarro, sont réunis pour assurer le commissariat de cette ambitieuse exposition.

Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais

Vernissage de l'exposition "Pissarro à Eragny, la nature retrouvée"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Visuellement Vôtre"
Location:
Théâtre Rutebeuf
Galerie du Rutebeuf
16/18, allées Léon Gambetta
92110 Clichy-la-Garenne
M° Mairie de Clichy
France
Phone : +33 (0)1 47 15 31 38
Fax : +33 (0)1 47 15 30 45
Mail : culture@ville-clichy.fr
Internet Site : www.ville-clichy.fr/275-le-theatre-rutebeuf.htm
Description:
Galeries du Rutebeuf & Salon Cesaria Evora

Qu'ils soient peintres, sculpteurs, photographes, illustrateurs ou encore vidéastes, les artistes plasticiens, made in Clichy, ont toujours une œuvre qui pourra régaler vos pupilles et éveiller vos sens.

Cette année encore, la diversité est à l'honneur et chacun à son point de vue et son coup de main bien à lui.

Avec : Adèle Perwuelz, Alice Honoré, Ariane Brigandat, Claude Gérard, Jacques Payet, Jeannine Henrot, Eliane Eloidin, Camille Trouinard, Aicha Adref, Rahma Sgrouchni, Fatima Hbaik, Caroline Parent, Christian Norkiewicz, Danièle Rousseau-Aga, DO Art, Erik Vindiolet, Jacky Sorriaux, Joelle Lemarigny, Julia Darsot- Rafenonirina, Tylia13, Marie-Claire Vignaud, Marie-Thérèse Gergam, Mustapha Bimich, Nicette Taibi, Olivier Terral, Sabine Zemal & l'association Clichy Sculpture, Samuel Gazé, Soledad Pino-Fargier, Valérie Mandacé, Xue Qian

Vernissage de l'exposition collective "Visuellement Vôtre"

[19:30] Prix Landerneau de l'album jeunesse
Location:
Saint-Germain-des-Prés
Saint-Germain-des-Prés
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés
France
Internet Site : www.saint-germain-des-pres.com
Description:
Restaurant Les Bouquinistes
53 quai des Grands-Augustins
75006 Paris

Ce prix récompense l'ouvrage d'un auteur ou illustrateur francophone alliant qualités graphiques et éditoriales tout en étant porteur de messages qui contribuent à initier l'enfant à la découverte du monde et de soi.

[19:30-21:00] Vernissage de l'exposition "Il était une fois"
Location:
Association Jour et Nuit Culture
9, place Saint-Michel
75006 Paris
M° Saint-Michel, Odéon
France
Mobile : +33 (0)6 52 62 91 67
Mail : jouretnuit.collectifartistique@gmail.com
Internet Site : jouretnuitcollectifa.wix.com/jouretnuit
Description:
Il était une fois 11 artistes

À la tombée du jour, 11 artistes viennent narrer des histoires singulières... à l'image de ces recueils de contes noctambules que l'on se plaît à effeuiller en compagnie du marchand de sables.
Des histoires croquées, peintes, sculptées ou encore photographiées.
Au plaisir de se retrouver en ce lieu inattendu, lové dans le ventre chaud de la place Saint-Michel.
Nous y fêterons cette aventure collective, dédiée à l'avènement du printemps des poètes.
Une aventure pensée « entre chiens & loups » et voulue dans la veine d'une certaine forme de cinéma expérimental entre autres ersatz.

AVEC :
Agnès BERTHELOT, Caroline DUCLOS, Christophe ROLLAND, Danielle GUTMAN, Gökçe CELIKEL, Kaïa KIIK, Loran BRUNET, Marie Françoise SERRA, Olga LUPI, Ségolène DENIS, Yan LE MARCHAND

Exposition du 15 au 25 mars (hors lundi 2O et mardi 21) - Entrée libre de 16h3O à 2Oh3O
Soirées musicales et performances les mercredis 15 et 22 mars, et les vendredis 17 et 24 mars

Dans le cadre du Printemps des Poètes

Performances & vernissage
- mercredi 15 mars à 19h3O
"Il était une fois dans l'arche" par Adeline Baldacchino & Philippe Geoffroy (poésies et chansons)
​+ 21h
Le collectif Moonstaff (textes et musique improvisée électro-onirique

- vendredi 17 mars à 19h
Stidy Jane, auteure compositrice pop-poétique
+ 21h
Philippe Guillard, poète chanteur

Autres performances
- mercredi 22 mars

- vendredi 24 mars à 19h3O
Lembe Lokk, chanteuse

Vernissage de l'exposition "Il était une fois"

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés