Friday, March 17, 2017
Public Access


Category:
Category: All

17
March 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
27 28 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

  Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"
Location:
Atelier Néerlandais
Fondation Custodia
121, rue de Lille
Hôtel Turgot
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 12 40
Fax : +33 (0)1 45 56 00 77
Mail : info@institutneerlandais.com
Internet Site : www.institutneerlandais.com
Description:
Du 4 février au 7 mai 2017
Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Tarifs : Plein tarif 10 € / Tarif réduit 7 €

Pour la première fois après quatre siècles de séparation, sont réunis des tableaux des plus grands artistes hollandais du Siècle d'Or avec leurs dessins préparatoires. Après son succès à la National Gallery of Art de Washington pendant l'automne 2016, la Fondation Custodia est heureuse de présenter à Paris vingt-et-une peintures et une centaine de dessins, au nombre desquels deux rares carnets d'esquisses et un exceptionnel album offrant une immersion dans les ateliers du XVIIe siècle.

L'exposition dévoile le fruit des années de recherche de plusieurs spécialistes, qui se sont penchés sur la façon dont les artistes néerlandais utilisaient le dessin dans leur processus pictural. Sur les quelques milliers de dessins ayant traversé les siècles jusqu'à nous, ils ont réussi à en mettre certains en rapport avec une peinture identifiée. L'exposition bénéficie de prêts de nombre des plus grands musées et cabinets d'arts graphiques du monde. Aux côtés des œuvres de la Fondation Custodia et de la National Gallery of Art de Washington, on peut voir entre autres des peintures et des dessins du Metropolitan Museum of Art de New York, du Fogg Art Museum de Boston, du Rijksmuseum d'Amsterdam, de l'Albertina Museum de Vienne, de l'Ashmolean Museum d'Oxford, du British Museum de Londres, de la Gemäldegalerie ou encore du Kupferstichkabinett de Berlin.

Une section introductive illustre la pratique du dessin des peintres hollandais au XVIIe siècle. Avec leurs études esquissées d'après des modèles, leurs croquis exécutés dans la nature - capturant paysages, arbres et bâtisses pittoresques, animaux... -, leurs études de mains, de bras, de têtes... les artistes se constituaient un répertoire de motifs dans lequel ils pouvaient puiser à loisir pour créer leurs tableaux.

Cette plongée dans les coulisses des ateliers permet de comprendre les méthodes de création d'une quarantaine des plus grands peintres hollandais et de passer en revue tous les genres picturaux : de la nature morte aux marines, des intérieurs d'églises aux scènes mythologiques et bibliques.

Si Rembrandt (1606-1669) fut un formidable dessinateur, on connaît très peu de feuilles directement préparatoires pour ses tableaux. L'un de ces très rares exemples est cependant présent dans l'exposition : pour la composition complexe de son Saint Jean-Baptiste prêchant, le maître hollandais a étudié dans différents dessins le personnage central et la foule assemblée pour écouter le saint. On peut suivre l'artiste dans sa recherche d'une posture, d'une expression ou du détail d'un costume.

Scènes de genre et portraits jalonnent le parcours de l'exposition. Le public peut notamment admirer les études de compositions d'Adriaen van Ostade (1610-1685) qui les multipliait et détaillait ensuite certaines de ses figures dans des dessins à la pierre noire dont plusieurs exemples sont exposés.

Après les « reportages » de batailles en mer et « portraits » de navires des célèbres peintres de marines Willem van de Velde père et fils, le visiteur pourra se pencher sur les méthodes de création de plusieurs des meilleurs paysagistes hollandais. La vue plongeante sur Amsterdam que Jacob van Ruisdael (1628/29-1682) réalisa sans aucun doute sur le motif, depuis les échafaudages d'un bâtiment en construction, a été le point de départ d'un remarquable tableau. La feuille, quoique de facture très enlevée, fournit d'infinis détails pour la description de la ville au premier plan, tandis que Ruisdael extrapole la moitié supérieure avec un ciel nuageux dont il avait le secret.

L'exposition et le catalogue sont le résultat d'une étroite collaboration d'un groupe international de spécialistes, sous la houlette de Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, Peter Schatborn, ancien directeur du Cabinet d'arts graphiques du Rijksmuseum, Amsterdam, et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur des peintures nordiques à la National Gallery of Art, Washington. Le catalogue, disponible en français et en anglais, constitue la première étude sur le sujet et offre un panorama complet du XVIIe siècle hollandais.


Catalogue
Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt
Fondation Custodia, Paris, National Gallery of Art, Washington, Skira editore, Milan, 2016
318 pp., 31 x 24,5 cm, ca. 300 illustrations couleur, relié
ISBN 978-88-572-3345-1
Prix : 59,00 €

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt" - Dirck Hals
Dirck Hals (1591-1656)
Études d'un homme assis, fumant la pipe, et de deux jambes, 1622-1627
Pinceau et encre brune, peinture brune, rehauts de gouache blanche, sur une esquisse à la pierre noire, 277 x 178 mm
© Rijksmuseum, Amsterdam

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"

Fête nationale irlandaise / Fête de la Saint Patrick
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
La fête de la Saint-Patrick ou fête nationale irlandaise est une fête catholique qui célèbre saint Patrick (395-461), le saint patron de l'Irlande. Le 17 mars est un jour férié en Irlande, en Irlande du Nord et à Terre-Neuve-et-Labrador.

Rivière verte de ChicagoLa fête de Saint-Patrick est célébrée par les Irlandais du monde entier, expatriés ou descendants des nombreux immigrants qu'a connus l'île, et de plus en plus aussi par des non-Irlandais qui participent aux festivités et se réclament « irlandais pour un jour ». Les célébrations font généralement appel à la couleur verte et à tout ce qui appartient à la culture irlandaise' : la fête de Saint-Patrick telle que pratiquée aujourd'hui voit les participants, qu'ils soient chrétiens ou pas, porter au moins un vêtement avec du vert, assister à des « parades », consommer des plats et des boissons irlandaises, en particulier des boissons alcoolisées (bières et stout irlandais, comme la Murphys, Smithwicks, Harp ou Guinness, ou des whiskeys, des cidres irlandais, des Irish coffee). Certains boivent même de la bière colorée verte dans le bon goût irlandais.

La parade à Dublin, qui ponctue une fête de Saint-Patrick qui prend la forme d'un festival de cinq jours, a réuni plus de 500 000 personnes en 2006.

C'est la ville de New York qui abrite la plus grande parade pour la Saint-Patrick, avec plus de deux millions de spectateurs sur la Cinquième Avenue. Il faut dire que là-bas, les premières Saint-Patrick remontent à 1762 quand les soldats irlandais défilèrent dans la ville le 17 mars. D'autres grandes parades ont lieu à Belfast, Manchester, Birmingham, Londres, Montréal, Boston, Chicago, Savannah, Denver, Scranton, Toronto, dans Argentine… et dans d'autres lieux en Europe, en Australie et en Asie.

On raconte que saint Patrick, venu pour christianiser l'Irlande, a, ce jour-là, expliqué la Sainte Trinité aux Irlandais avec un trèfle (devenu depuis un des symboles de l'Irlande !).

Outre une célébration de la culture irlandaise, la Saint-Patrick est aussi, et surtout à l'origine, une fête chrétienne célébrée par l'Église catholique, l'Église d'Irlande et d'autres communautés chrétiennes. La fête a toujours lieu pendant le Carême. Dans les calendriers chrétiens, la Saint-Patrick est déplacée au lundi quand elle tombe un dimanche. Il est de tradition pour certains chrétiens observant un jeûne pour le Carême, de le rompre pendant la journée de Saint-Patrick.

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Affiche de l'exposition

Du 21 février au 7 juin 2017
Lundi au vendredi 11h à 18h30
Samedi et dimanche 13h à 18h
Fermé les jours fériés

Entrée libre

Le Musée de La Poste propose l'exposition Rancillac Rétrospective du 21 février au 7 juin 2017 à l'espace Niemeyer.

Commissaire de l'exposition : Josette Rasle
Scénographe : Jean-Claude Salliou

Bernard Rancillac est l'un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l'inventeur d'une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faire accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l'actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l'art.

La rétrospective de Bernard Rancillac proposée à l'Espace Niemeyer par le Musée de La Poste, actuellement fermé pour rénovation, réunit sur plus de 1300 m2 une centaine de pièces : peintures, objets, affiches, installations, collages... s'étalant de 1961 à 2015. Elle permet une approche complète et représentative du parcours de l'artiste né en 1931 et grande figure de la Figuration Narrative.

Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l'actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l'art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l'abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d'art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d'art moderne de la ville de Paris, l'exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l'utilisation qu'ils font de l'image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d'images très variées (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo...) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d'inventions formelles d'une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma...), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l'histoire de l'art ». Bien que l'effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Jeune égorgée, 1998
Acrylique sur toile, 165 x 250 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Notre Sainte Mère La Vache n°2, 1972
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 116 x 89 cm, Musée des beaux-arts, Dole

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Section rythmique de Miles Davis, 1974
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 162 x 162 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Belfast, 1977
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 146 x 114 cm, coll. Martine et Michel Brossard, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Le Muezin, 2013,
Acrylique sur toile, 130 cm x 197 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Les Afghanes, 2004, Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017
Acrylique sur toile, 130 cm x 195 cm, coll. de l'artiste, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Où es-tu, que fais-tu ?, 1965
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Huile sur toile, 178 x 195 cm, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Enfer-Paradis, 2007,
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 230 x 500 cm

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Gilda (Cinémonde n°56), 1989
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 195 x 130 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Sakeo, (camp de réfugiés Khmers), 1996
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile,200x200 cm, coll. La Croix-Rouge monégasque - Don de l'artiste

08:00  
09:00  
10:00 [10:00] Vernissage presse : Alain Fleischer + artistes issus du Fresnoy
Location:
Galerie Municipale de Vitry
Galerie Municipale Jean-Collet
59, avenue Guy-Môquet
94400 Vitry-sur-Seine
M° RER C Vitry-sur-Seine
France
Phone : +33 (0)1 43 91 15 33
Mail : galerie.municipale@mairie-vitry94.fr
Internet Site : galerie.mairie-vitry94.fr
Description:
Exposition du 19 mars au 7 mai 2017
Du mardi au dimanche de 13h30 à 18h
Le mercredi de 10h à 12h et de 13h30 à 18h
Entrée libre

Vernissage le samedi 18 mars à 18h

Commissariat : Evelyne Artaud et Catherine Viollet

Du 19 mars au 7 mai 2017, la Galerie municipale Jean-Collet à Vitry-sur-Seine présente une double exposition d'envergure réunissant deux générations d'artistes autour de la question des outils et des langages audiovisuels contemporains. Elle regroupe des œuvres de différents médiums d'Alain Fleischer, et de Shirley Bruno, Junkai Chen, Noé Grenier, Mathilde Lavenne, et Baptiste Rabichon.

Alain Fleischer, écrivain et réalisateur, photographe et vidéaste, poursuit une œuvre exigeante, unique et singulière, passant d'une discipline à l'autre pour en expérimenter les limites, en faire éclater les frontières, et dans laquelle se dessine une constante interrogation sur le médium utilisé et sur la consistance matérielle de l'expérience artistique dans ses formes les plus diverses.

En parallèle, est présenté le travail de Shirley Bruno, Junkai Chen, Noé Grenier, Mathilde Lavenne et Baptiste Rabichon, dévoilé lors de l'exposition Panorama 18, rendez-vous annuel des créations réalisées durant l'année par les artistes qui suivent la formation du Fresnoy - Studio national des arts contemporains. Leurs œuvres témoignent d'un rapport fort au corps dans son incarnation ou sa désincarnation, par l'usage des outils de la création numérique et du multimédia, de la photographie ou de la performance.

Vernissage : Alain Fleischer + artistes issus du Fresnoy
Alain Fleischer
De sa série La nuit des visages, 1995
Tirage cibachrome contrecollé sur aluminium
120 x 180 cm
© Alain Fleischer, ADAGP

11:00  
12:00 [12:00-15:00] "Andromède", un Rodin redécouvert 130 ans après
Location:
Artcurial
Hôtel Marcel Dassault
7, Rond-Point des Champs Elysées-Marcel Dassault
61, avenue Montaigne
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 42 99 20 20
Mail : contact@artcurial.com
Internet Site : www.artcurial.com
Description:
Artcurial vous invite à venir découvrir, en avant-première,
une œuvre à l'histoire extraordinaire:

Andromède
d'Auguste Rodin

Dans les mains de la même famille depuis 130 ans,
elle vient d'être redécouverte par les équipes d'Artcurial.

Bruno Jaubert, directeur du département Art Impressionniste et Moderne
et Stéphane Aubert, directeur du département Inventaires & Collections,
seront disponibles pour répondre à vos questions.

Après-midi presse
Vendredi 17 mars 2017 - 12h-15h

Exposition en avant-première à Paris
Du samedi 18 au mardi 28 mars 2017

Vente aux enchères
Mardi 30 mai 2017 - 20h

"Andromède", un Rodin redécouvert 130 ans après

Alors que l'on célèbre le centenaire de la mort d'Auguste Rodin par une série d'expositions, la maison Artcurial annonce la vente, le 30 mai, d'un marbre inédit redécouvert plus d'un siècle après sa création.

Dans sa stature de marbre blanc, la belle Andromède trône endormie dans l'écrin de boiseries de la maison Artcurial. Ce vendredi 17 mars, Bruno Jaubert directeur du département impressionniste et moderne est là, en compagnie de Stéphane Aubert, directeur associé, et toute l'équipe de la maison du Rond-Point des Champs-Élysées, pour expliquer l'apparition sur le marché de cette pièce majeure de Rodin, 130 ans après sa création. Un événement qui tombe en pleine ouverture de l'exposition Rodin qui s'ouvre ces jours-ci, à deux pas, au Grand-Palais, pour célébrer le centenaire de la mort du sculpteur.

«Andromède nous attendait, explique Bruno Jaubert. C'est l'impression émouvante et rare que nous avons eue en redécouvrant cette œuvre majeure de Rodin conservée précieusement dans la même famille de génération en génération. Dans les années 1930, Georges Grappe, premier conservateur du musée Rodin émettait l'hypothèse qu'Andromède serait sans doute encore dans les mains de la famille Morla mais sans certitudes. Depuis on en avait perdu la trace...».
Un des plus beaux exemples de l'interprétation de ce mythe antique dans l'œuvre du sculpteur.

Rodin, «Andromède», estimée entre 800.000 et 1,2 million d'euros, sera en vente le 30 mai chez Artcurial, à Paris.
L'œuvre a tout pour séduire. Son sujet - «une femme nue assise sur un rocher, presque pliée en deux» selon la description du critique Gustave Geoffroy qui a vu un exemplaire de cette pièce à la galerie Georges Petit en 1886 - est caractéristique du style de Rodin dans les années 1880. Sa matière dénote par son modelé doux et sensible, sa surface lisse et luisante contrastant avec le socle encore à l'état brut, comme si Andromède semblait sortir de terre.
«Tout l'art de Rodin tient dans cet effet entre le motif fini et le «non finito du bloc dont il est issu et auquel il reste relié» souligne Serge Lemoine, ancien directeur du musée d'Orsay aujourd'hui conseiller d'Artcurial. Et son histoire lui donne une provenance rêvée irréprochable.

En 1888, en poste à Paris, le diplomate chilien, Carlos Lynch de Morla demande à son ami Rodin de réaliser le portrait de sa jeune épouse, Luisa. Le sculpteur immortalise sa beauté dans le marbre. Ce buste est alors exposé la même année au Salon national des Beaux-Arts. Celui-ci connaît un tel succès que l'État français souhaite l'acquérir pour le faire entrer dans les collections du musée du Luxembourg. Longtemps connu sous le nom de «Madame Vicunha» ou «la charmeuse», Il est aujourd'hui conservé au musée d'Orsay.

En ami des arts et de la France, le Chilien accepte. En échange, Rodin lui offre le marbre d'Andromède, un des plus beaux exemples de l'interprétation de ce mythe antique dans l'œuvre du sculpteur. On connaît trois des cinq autres exemplaires dans des institutions publiques. Le premier, propriété de Roger Marx est au musée de Philadelphie. Le deuxième commandé par Maurice Fenaille est au musée Rodin. Le troisième provenant de l'ancienne collection Jacques Zoubaloff est au musée national de Buenos-Aires. Le quatrième fait partie de la collection Gabriel Hanotaux. Il a été vendu aux enchères en 2006, à New York, pour 3 millions de dollars.

Le marbre vendu par Artcurial le 30 mai prochain affiche une estimation de 800.000 à 1,2 million d'euros. Compte tenu de l'engouement pour l'œuvre de Rodin, sous les feux des projecteurs avec les expositions le célébrant, les enchères pourraient flamber...

"Andromède", un Rodin redécouvert 130 ans après

13:00
14:00
15:00  
16:00  
17:00 [17:00-21:00] Finissage de Jérôme Mesnager
Location:
Le Lavo//matik
arts urbains
20, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 83 69 92
Mail : benoit.maitre@wanadoo.fr
Description:
du 3 au 17 mars

Finissage de Jérôme Mesnager

[17:00] Inauguration du Hoops Factory Evry
Location:
Evry
Evry
91000 Evry
M° RER D Evry - Courcouronnes
France
Internet Site : www.evry.fr
Description:
Hoops Factory Evry
3, avenue du bois de l'épine
91080 Courcouronnes

Hoops Factory Evry, premier complexe de basketball indoor, ouvrira ses portes à Evry-Courcouronnes le 24 mars prochain.
L'inauguration et la première visite du complexe se tiendront en présence de Mr le Maire de Courcouronnes.

[17:00-18:00] Séance de dédicace de la BD "Le Blond" par Gad Elmaleh
Location:
Fnac Paris - Ternes
26-30, avenue des Ternes
75017 Paris
M° Ternes
France
Phone : 0 825 020 020
Fax : +33 (0)1 44 09 18 01
Mail : etoile@fnac.com
Internet Site : rendezvous.fnac.com/home_magasin.asp?SHP=42
Description:
Gad Elmaleh en dédicaces pour sa BD le Blond

Le Blond de Gad Elmaleh, héros de BD ? Ce vendredi 17 mars 2017, Gad Elmaleh vient nous présenter sa première BD, Le Blond, à la FNAC des Ternes. Entouré de Spoon et Pasquiers, il y dépeint le quotidien de son personnage phare, cet ami super sociable, sportif de surcroît,

Gad Elmaleh est en dédicace à la FNAC des Ternes ce vendredi 17 mars 2017, à l'occasion de la sortie de sa bande dessinée Le Blond. Le Blond, pour Gad Elmaleh, c'est ce copain qui sait tout sur tout, cet ami super sportif, qui monte un meuble IKEA les yeux fermés, ce type super sociable qu'on déteste au fond toujours un peu car il nous renvoie à notre propre condition.

Si on a rencontré pour la première fois Le Blond dans le spectacle L'Autre c'est moi, le succès fut tel que Gad Elmaleh a souhaité lui donner un visage dans une BD signée Bastien Pasquier et SPOON. Pour les besoins de la BD, Jean-Baptiste Hostache, à qui l'on doit les BD Assassin's Creed, Neige Fondation, VDM, et Bastien Pasquier, monteur pour le cinéma, ont dû apprendre à « parler le Blond, penser le Blond, vivre le Blond, danser le Blond, manger le Blond » lors dune formation accélérée auprès de Gad Elmaleh.

Tarifs : 10,95€ la BD

Séance de dédicace de la BD "Le Blond" par Gad Elmaleh

[17:00] Vernissage de Michèle Gignoux "variétés... et go !"
Location:
Galeries Satellite
7, rue François de Neufchâteau
75011 Paris
M° Charonne, Voltaire
France
Phone : +33 (0)1 43 79 80 20
Mail : mm@galeriesatellite.com
Internet Site : galeriesatellite.jimdo.com
Description:
du 17 mars au 15 avril


[18:00-21:00] Vernissage d'Amélie Scotta "éléphants blancs"
Location:
under construction gallery
6, passage des Gravilliers
(accès par le 10, rue Chapon)
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Mobile : +33 (0)6 37 34 99 78
Mail : underconstructiongallery@gmail.com
Internet Site : www.underconstructiongallery.com
Description:
éléphants blancs
1ère exposition personnelle d'amélie scotta

du 18 mars au 29 avril 2017
Vernissage le vendredi 17 mars de 18h à 21h

Œuvres réalisées avec le soutien de la fondation Moonens à Bruxelles.
Je dessine de manière lente et répétitive, confrontant l'aléatoire de la main à la perfection de la machine. Le dessin est un medium que j'affectionne par son caractère « pauvre ». Il nécessite peu de moyens et n'a aucune limite, si ce n'est celle du temps.
Mes dernières séries parlent d'architecture et de folie. De la démesure des stades et gratte-ciel à l'incontrôlable prolifération des immeubles d'habitation, l'homme semble dépassé et soumis à cette machine énergivore qu'il a lui-même édifiée. C'est l'ambiguïté entre cette séduction monumentale et son effrayante réalité qui m'intéresse. Une inquiétante beauté qui provoque tour à tour horreur, malaise et fascination.
Amélie Scotta

Vernissage d'Amélie Scotta "éléphants blancs"
Amélie Scotta, Tour Gary, 2017, 0
Dessin au graphite sur papier Arches - 105 × 33 cm

[18:00-21:00] Vernissage d'Elsa Werth "Perspectives provisoires"
Location:
Galerie Martine Aboucaya
5, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 42 76 92 75
Fax : +33 (0)1 42 76 92 60
Mail : info@martineaboucaya.com
Internet Site : www.martineaboucaya.com
Description:
Du Vendredi 17 mars au Samedi 22 avril 2017

Vernissage d'Elsa Werth "Perspectives provisoires"

[18:00-21:00] Vernissage de Charles Serruya "La part des Anges"
Location:
Galerie Pierre-Alain Challier
Pacea
8, rue Debelleyme
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Filles du Calvaire
France
Phone : +33 (0)1 49 96 63 00
Mail : galerie@pacea.fr
Internet Site : www.pacea.fr
Description:
Sculptures et photographies inédites

Vernissage de Printemps vendredi 17 mars de 18h à 21h

Exposition du 18 mars au 8 avril 2017
du mardi au samedi de 11h à 19h

http://charles-serruya.e-monsite.com

[18:00-21:30] Vernissage de Ganglo
Location:
Espace Thorigny - Le Marais
4, place de Thorigny
75003 Paris
M° Chemin Vert, Saint-Paul
France
Mobile : +33 (0)6 14 55 69 77
Mail : info@espacethorignylemarais.com
Internet Site : www.espacethorigny.com
Description:
Vernissage de Ganglo

[18:00-21:00] Vernissage de Nicolas Milhé "CRAMOISI"
Location:
Galerie Samy Abraham
43, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Pyrénées
France
Phone : +33 (0)1 43 58 04 16
Mail : gallery@samyabraham.com
Internet Site : www.samyabraham.com
Description:
Du Vendredi 17 mars au Dimanche 16 avril 2017

[18:00-21:00] Vernissage de Sean Townley "Opera in Restauro"
Location:
Galerie Antoine Levi
44, rue Ramponeau
75020 Paris
M° Belleville, Pyrénées
France
Mobile : +33 (0)6 95 65 44 67
Mail : info@antoinelevi.fr
Internet Site : www.antoinelevi.fr
Description:
Du Vendredi 17 mars au Samedi 6 mai 2017

Vernissage de Sean Townley "Opera in Restauro"

[18:00-21:00] Vernissage de Silvère Jarrosson
Location:
Galerie Hors-Champs
13, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)9 53 48 14 04
Mail : contact@galerie-hors-champs.com
Internet Site : www.galerie-hors-ch​amps.com
Description:
La Galerie Hors-Champs est heureuse de vous inviter au vernissage de l'exposition "Murmures de sous la surface" du peintre Silvère Jarrosson, le vendredi 17 mars de 18 heures à 21 heures.

Exceptionnellement, nous débuterons l'exposition quelques jours plus tôt, le mardi 14 mars. Elle s'achèvera le dimanche 14 mai.

La troisième exposition de Silvère Jarrosson à la Galerie Hors-Champs présente les nouvelles recherches picturales nées de son univers déjà bien affirmé. Les formes abstraites, minérales et reptiliennes, célestes et granuleuses, poursuivent leur évolution par une multitude de variations, de nuances, qui se révèlent comme un prolongement de ses dernières séries, comme un même corps en devenir.

On ne saurait dire si ce corps « grandit », puisqu'il se refuse toujours à nommer ce qu'il pourrait figurer : il mute, en tout cas. La technique est la même : avant le dripping, Silvère Jarrosson prépare sa peinture selon un procédé qu'il rapproche de la subduction : en déployant une pression suffisante, il glisse une couche de peinture blanche sous une couche de peinture colorée, ce qui va la déformer à la manière d'une plaque tectonique. De cette confrontation des matières, mélangées sans fusionner, il tire un potentiel de textures qu'il lui faudra apprivoiser sur la toile.

Il en découle toujours ce magma de globules, de fractales et de sinuosités. Mais plus que jamais, Silvère Jarrosson a tenu à ce que le rendu de ses toiles témoigne des remous intérieurs qui ont rendu cette surface possible, ce phénomène simultané d'accouplement et de séparation, d'emmêlement et de fragmentation. Si l'image trouve son unité, c'est dans la cohabitation de directions indécises, d'organes entêtés à suivre leur propre chemin, de cosmos fracturés et incomplets. Ces mondes se superposent, parfois s'isolent, comme des plaques, ou des poches, que le peintre très souvent étire avec le mouvement d'un sismographe frénétique.

Si, dans les premières séries de Silvère Jarrosson, on ne pouvait s'empêcher de projeter une cartographie, comme si sa peinture y tendait, nous sommes ici dans une dynamique opposée : on croirait des images reconnaissables qui soudainement se sont brouillées. En géologie, il est constaté que l'une des conséquences du phénomène subductif est d'entraîner des séismes. Un tremblement de peinture se serait passé. Les couleurs mêmes se sont atténuées, une certaine mélancolie règne. Et puis le silence s'est imposé - mais un silence qui contient encore les tressaillements de sa conception.

Quand on parle d'abstraction, les métaphores que l'on utilise pourraient être remplacées par des émotions. Il ne s'agit pas d'énoncer à quoi ressemblent les formes, mais de localiser l'essence psychique, peut être spirituelle, de ce qu'elles évoquent. Il y a, dans cette série, quelque chose d'ancestral, d'originel, qui nous est caché parce qu'il s'est dissout en nous. De même que la mécanique des profondeurs où se créent les textures picturales se font oublier au profit de la surface de la toile, de même l'abstraction est ce réel dont nous émergeons mais qui se dérobe toujours à nous, heurté par le filtre du langage.

A nouveau, un voyage impossible dans l'espace, dans le temps, dans l'amnios du temps. Mais de ce dernier, un écho est toujours présent, et nous revient comme un murmure.

Hannibal Volkoff

Vernissage de Silvère Jarrosson

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "MICRO SALON#7 (1957-2017)"
Location:
Galerie l'Inlassable - Saint-Germain-des-Prés
13 bis, rue de Nevers
18, rue Dauphine
75006 Paris
M° Odéon, Mabillon, Pont Neuf, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 73 74 75 45
Mobile : +33 (0)6 71 88 21 14
Mail : galerie@linlassable.com
Internet Site : www.galerielinlassable.com
Description:
FROM YVES KLEIN TO CAROLINE CORBASSON,
70 ARTISTES CELEBRATING THE LEGACY OF IRIS CLERT.

Jenny ÅKERLUND
Fredrik ÅKUM
Tomer ALUF
Giulia ANDREANI
Joël ANDRIANOMEARISOA
Bianca ARGIMON
ARMAN
Mike BALLARD
Marcella BARCELÓ
Eva BERENDES
BERGER & BERGER
Charlie BOISSON
Elvire BONDUELLE
Strauss BOURQUE LAFRANCE
Zach BRUDER
Rachelle BUISSIERES
Richard CALDICOTT
Andrea CARPITA
Kai-Chun CHANG
Mateusz CHORÓBSKI
Brandon CHUESY
Caroline CORBASSON
Stephen DEAN
Coraline de CHIARA
Stephen DEAN
Anne DELEPORTE
Alex EBSTEIN
Pius FOX
Deyson GILBERT
Célia GONDOL
Richard GORMAN
Raymond HAINS
Thomas HAUSER
Gabriel HENSCHE
Daniel JENSEN
Jordan KERWICK
Yeojin KIM
Yves KLEIN
Marlena KUDLICKA
José Luis LANDET
Asger Dybvad LARSEN
Renato LEOTTA
Mevlana LIPP
Frédérique LOUTZ
Clay MAHN Simon MARTIN
Manoela MEDEIROS
Nika NEELOVA
Fay NICOLSON
Jim OSMAN
Ricardo PASSAPORTE
Kevin PERKINS
Oliver PERKINS
Audrey PERZO
Kasper PINCIS
Louis REITH
Kes RICHARDSON
James RIELLY
Patric SANDRI
TAKIS
Jean TINGUELY
Sergio VERASTEGUI
Jack VICKRIDGE
Rebecca WARD
Jeannie WEISSGLASS
Tess WILLIAMS
Peter WU

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "La Bibliothèque Vagabonde"
Location:
Galerie du Génie de la Bastille
126, rue de Charonne
75011 Paris
M° Charonne, Alexandre Dumas
France
Mobile : +33 (0)6 26 57 28 36
Mail : contact@legeniedelabastille.com
Internet Site : www.legeniedelabastille.com
Description:
Du 15 au 26 mars 2017

Le Génie de la Bastille présentera le collectif « La Bibliothèque Vagabonde », du 15 au 26 mars 2017.

C'est une bibliothèque remplie d'œuvres d'art, des livres d'artistes...
17 artistes, 17 horizons, 17 savoir-faire sont réunis dans ce projet nomade, à l'esprit libre et ouvert.

VERNISSAGE Vendredi 17 mars à partir de 18h

PERFORMANCE / "Paroles vagabondes" par Antonietta Pizzorno
Samedi 25 mars à 18h

Vernissage de l'exposition "La Bibliothèque Vagabonde"



[19:00] Vernissage d'Alexandre Beridze "FRAGMENTS CAPTURES"
Location:
Nice
Nice
06000 Nice
M° Gare SNCF Nice
France
Internet Site : www.nice.fr
Description:
au Parc Phoenix

Vernissage d'Alexandre Beridze "FRAGMENTS CAPTURES"

[19:00-23:30] Vernissage de Marie Loreille "Moun a Gwoka"
Location:
Le 100 E.C.S.
Etablissement Culturel Solidaire
100, rue de Charenton
75012 Paris
M° Gare de Lyon, Ledru-Rollin
France
Phone : +33 (0)1 55 78 05 55
Fax : +33 (0)1 58 51 23 29
Mail : accueil@100ecs.fr
Internet Site : 100ecs.paris
Description:
Exposition du 17 au 30 mars 2017

Entrée libre et gratuite

- Restauration sur place en partenariat avec le restaurant La Kaz
- Kout tanbou à partir de 21h30 animé par la Cie DNK
- Stands de créateurs : Odassya Créations, Label Fabrique, Negaka, Dany Carapa

Infos et renseignements :
http://100ecs.fr/exposition-photographique-moun-a-gwoka/
www.mounagwoka.com

Vernissage de Marie Loreille‏ "Moun a Gwoka"

[19:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Ceux qui ont construit Budapest"
Location:
Institut Hongrois de Paris
92, rue Bonaparte
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Rennes, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 06 44
Fax : +33 (0)1 43 26 89 92
Mail : info@instituthongrois.fr
Internet Site : www.instituthongrois.fr
Description:
18 mars - 20 mai 2017
Vernissage : 17 mars 2017 à 19h

Budapest devient une métropole pendant la période de la Monarchie austro-hongroise. Elle acquiert son aspect architectural actuel, entre historicisme et art nouveau, dans le dernier tiers du 19e siècle et au tournant du 20e, dans le sillage d'autres capitales européennes telles que Vienne et Paris. Notre exposition présente cette période de l'histoire de Budapest du point de vue de ses constructeurs à travers des documents d'époque : photogravures des célèbres bâtiments publics et privés de la capitale, photos documentant la construction du train souterrain du Millénaire (1894-1896), dessins architecturaux d'artisans, maquettes de plâtre, patrons de conception allemands et français, livres d'architecture.

Exposition de la Collection d'art Schola Graphidis (Université de Beaux-Arts - Lycée spécialisé Beaux-Arts et Arts appliqués, Budapest)

[19:00] Vernissage de l'exposition "Jardin infini. de Giverny à l'Amazonie"
Location:
Centre Pompidou Metz
1, Parvis des Droits de l’Homme
CS 90490
57020 Metz Cedex 1
M° Gare SNCF de Metz
France
Phone : +33 (0)3 87 15 39 39
Internet Site : www.centrepompidou-metz.fr
Description:
Galerie 2, Galerie 3

Du 18 mars au 28 août 2017

Loin d'être un espace clos et limité, l'exposition explore le jardin comme un territoire infini. Il représente un lieu d'hybridation, d'expérimentation et d'étrangeté aux yeux de nombreux artistes. Perpétuelle source d'inspiration, ce Jardin infini rassemble environ 300 œuvres de la fin du 19ème à nos jours.

L'exposition, à vocation pluridisciplinaire et sensorielle, présente un grand nombre d'installations contemporaines, dont le monumental Léviathan-main-toth d'Ernesto Neto (2005). D'autres artistes de renom, tels que, Dominique Gonzalez-Foerster, Laurent Grasso, Rebecca Horn ou Yayoi Kusama, expérimentent et fantasment la nature de ce Jardin Infini.

D'après une scénographie de l'artiste catalan Daniel Steegmann Mangrané, les deux galeries du Centre Pompidou-Metz incarnent un vaste espace naturel : du monde tellurique à la lumière. Le parcours libre et ouvert sur la ville de Metz, avec l'aménagement de trois jardins d'artistes hors les murs, invite le public à cheminer à travers cette exposition comme dans un paysage inconnu.

Commissariat :
Emma Lavigne, directrice du Centre Pompidou-Metz
Hélène Meisel, chargée de recherches au Pôle Programmation, Centre Pompidou-Metz

Vernissage de l'exposition "Jardin infini. de Giverny à l'Amazonie" - Max Ernst
Max Ernst, Pétales et jardin de la nymphe Ancolie, 1934
Huile sur enduit, transférée sur panneaux de bois ; 415 x 531 cm
Kunsthaus Zürich
© Adagp, Paris, 2016

[19:00] Vernissage de la fresque de Popay
Location:
Centre d'animation Ken Saro Wiwa
63, rue Buzenval
75020 Paris
M° Buzenval
France
Phone : +33 (0)1 43 56 57 60
Mail : kensarowiwa@ligueparis.org
Internet Site : www.ligueparis.org/centre-animation/20eme-arrondissement/ken-saro-wiwa/
Description:
Vernissage de la fresque de Popay

[19:30-21:00] Vernissage de David Kidman
Location:
The Film Gallery
Re:Voir
43, rue du Faubourg Saint-Martin
75010 Paris
M° Château d'Eau, Strasbourg - Saint-Denis, Jacques Bonsergent
France
Phone : +33 (0)9 54 22 51 11
Fax : +33 (0)1 42 40 04 27
Mail : the@film-gallery.org
Internet Site : www.film-gallery.org
Description:
Ces pièces jouent avec la notion de l'image mobile comme étant à la fois un signifiant visuel temporel et facilement décodable, de sorte qu'une d'inter-changeabilité peut être considérée. Les images sont à la fois fixes et en mouvement, ainsi que des référents temporels.
Une partie du travail de David Kidman réfléchit sur l'invention et la réinvention des mécanismes et des procédures du travail cinématographique La résistance à l'utilisation du matériel analogique est souvent basée sur une forme de nostalgie, ce dont l'artiste se méfie beaucoup. Son travail utilise des formes analogues comme clé pour ouvrir les possibilités d'autres formes contemporaines. Les références historiques abordées sont souvent l'occasion d'une réévaluation critique, avec une analyse des raisons motivant les éléments historiques en question et des réponses qui peuvent fonctionner dans le contexte actuel. Le recours à divers types de techniques est fréquent mais à chaque fois dans l'espoir de trouver un nouveau chemin, comme si les racines du passé pouvaient produire une arborescence de branches inexplorées pouvant devenir le point de départ d'un nouveau type de travail. Cela ne signifie pas un refus de la technologie, mais une recherche active dans des technologies qui peuvent être alignées ou déviées par des pratiques diverses.

Vernissage de David Kidman

[19:45] Dîner pour le prince et la princesse de Cambridge
Location:
Résidence de l'Ambassadeur du Royaume Uni
British Ambassador's Residence - Hôtel de Charost
39, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Madeleine, Concorde, Champs-Elysées - Clemenceau
France
Internet Site : ukinfrance.fco.gov.uk/fr/our-offices-in-france/our-ambassador/residence-paris/
Description:
Dîner pour le prince et la princesse de Cambridge

18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés