Wednesday, April 5, 2017
Public Access


Category:
Category: All

05
April 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

  Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"
Location:
Atelier Néerlandais
Fondation Custodia
121, rue de Lille
Hôtel Turgot
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 12 40
Fax : +33 (0)1 45 56 00 77
Mail : info@institutneerlandais.com
Internet Site : www.institutneerlandais.com
Description:
Du 4 février au 7 mai 2017
Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Tarifs : Plein tarif 10 € / Tarif réduit 7 €

Pour la première fois après quatre siècles de séparation, sont réunis des tableaux des plus grands artistes hollandais du Siècle d'Or avec leurs dessins préparatoires. Après son succès à la National Gallery of Art de Washington pendant l'automne 2016, la Fondation Custodia est heureuse de présenter à Paris vingt-et-une peintures et une centaine de dessins, au nombre desquels deux rares carnets d'esquisses et un exceptionnel album offrant une immersion dans les ateliers du XVIIe siècle.

L'exposition dévoile le fruit des années de recherche de plusieurs spécialistes, qui se sont penchés sur la façon dont les artistes néerlandais utilisaient le dessin dans leur processus pictural. Sur les quelques milliers de dessins ayant traversé les siècles jusqu'à nous, ils ont réussi à en mettre certains en rapport avec une peinture identifiée. L'exposition bénéficie de prêts de nombre des plus grands musées et cabinets d'arts graphiques du monde. Aux côtés des œuvres de la Fondation Custodia et de la National Gallery of Art de Washington, on peut voir entre autres des peintures et des dessins du Metropolitan Museum of Art de New York, du Fogg Art Museum de Boston, du Rijksmuseum d'Amsterdam, de l'Albertina Museum de Vienne, de l'Ashmolean Museum d'Oxford, du British Museum de Londres, de la Gemäldegalerie ou encore du Kupferstichkabinett de Berlin.

Une section introductive illustre la pratique du dessin des peintres hollandais au XVIIe siècle. Avec leurs études esquissées d'après des modèles, leurs croquis exécutés dans la nature - capturant paysages, arbres et bâtisses pittoresques, animaux... -, leurs études de mains, de bras, de têtes... les artistes se constituaient un répertoire de motifs dans lequel ils pouvaient puiser à loisir pour créer leurs tableaux.

Cette plongée dans les coulisses des ateliers permet de comprendre les méthodes de création d'une quarantaine des plus grands peintres hollandais et de passer en revue tous les genres picturaux : de la nature morte aux marines, des intérieurs d'églises aux scènes mythologiques et bibliques.

Si Rembrandt (1606-1669) fut un formidable dessinateur, on connaît très peu de feuilles directement préparatoires pour ses tableaux. L'un de ces très rares exemples est cependant présent dans l'exposition : pour la composition complexe de son Saint Jean-Baptiste prêchant, le maître hollandais a étudié dans différents dessins le personnage central et la foule assemblée pour écouter le saint. On peut suivre l'artiste dans sa recherche d'une posture, d'une expression ou du détail d'un costume.

Scènes de genre et portraits jalonnent le parcours de l'exposition. Le public peut notamment admirer les études de compositions d'Adriaen van Ostade (1610-1685) qui les multipliait et détaillait ensuite certaines de ses figures dans des dessins à la pierre noire dont plusieurs exemples sont exposés.

Après les « reportages » de batailles en mer et « portraits » de navires des célèbres peintres de marines Willem van de Velde père et fils, le visiteur pourra se pencher sur les méthodes de création de plusieurs des meilleurs paysagistes hollandais. La vue plongeante sur Amsterdam que Jacob van Ruisdael (1628/29-1682) réalisa sans aucun doute sur le motif, depuis les échafaudages d'un bâtiment en construction, a été le point de départ d'un remarquable tableau. La feuille, quoique de facture très enlevée, fournit d'infinis détails pour la description de la ville au premier plan, tandis que Ruisdael extrapole la moitié supérieure avec un ciel nuageux dont il avait le secret.

L'exposition et le catalogue sont le résultat d'une étroite collaboration d'un groupe international de spécialistes, sous la houlette de Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, Peter Schatborn, ancien directeur du Cabinet d'arts graphiques du Rijksmuseum, Amsterdam, et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur des peintures nordiques à la National Gallery of Art, Washington. Le catalogue, disponible en français et en anglais, constitue la première étude sur le sujet et offre un panorama complet du XVIIe siècle hollandais.


Catalogue
Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt
Fondation Custodia, Paris, National Gallery of Art, Washington, Skira editore, Milan, 2016
318 pp., 31 x 24,5 cm, ca. 300 illustrations couleur, relié
ISBN 978-88-572-3345-1
Prix : 59,00 €

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt" - Dirck Hals
Dirck Hals (1591-1656)
Études d'un homme assis, fumant la pipe, et de deux jambes, 1622-1627
Pinceau et encre brune, peinture brune, rehauts de gouache blanche, sur une esquisse à la pierre noire, 277 x 178 mm
© Rijksmuseum, Amsterdam

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Affiche de l'exposition

Du 21 février au 7 juin 2017
Lundi au vendredi 11h à 18h30
Samedi et dimanche 13h à 18h
Fermé les jours fériés

Entrée libre

Le Musée de La Poste propose l'exposition Rancillac Rétrospective du 21 février au 7 juin 2017 à l'espace Niemeyer.

Commissaire de l'exposition : Josette Rasle
Scénographe : Jean-Claude Salliou

Bernard Rancillac est l'un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l'inventeur d'une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faire accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l'actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l'art.

La rétrospective de Bernard Rancillac proposée à l'Espace Niemeyer par le Musée de La Poste, actuellement fermé pour rénovation, réunit sur plus de 1300 m2 une centaine de pièces : peintures, objets, affiches, installations, collages... s'étalant de 1961 à 2015. Elle permet une approche complète et représentative du parcours de l'artiste né en 1931 et grande figure de la Figuration Narrative.

Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l'actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l'art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l'abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d'art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d'art moderne de la ville de Paris, l'exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l'utilisation qu'ils font de l'image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d'images très variées (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo...) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d'inventions formelles d'une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma...), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l'histoire de l'art ». Bien que l'effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Jeune égorgée, 1998
Acrylique sur toile, 165 x 250 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Notre Sainte Mère La Vache n°2, 1972
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 116 x 89 cm, Musée des beaux-arts, Dole

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Section rythmique de Miles Davis, 1974
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 162 x 162 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Belfast, 1977
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 146 x 114 cm, coll. Martine et Michel Brossard, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Le Muezin, 2013,
Acrylique sur toile, 130 cm x 197 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Les Afghanes, 2004, Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017
Acrylique sur toile, 130 cm x 195 cm, coll. de l'artiste, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Où es-tu, que fais-tu ?, 1965
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Huile sur toile, 178 x 195 cm, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Enfer-Paradis, 2007,
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 230 x 500 cm

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Gilda (Cinémonde n°56), 1989
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 195 x 130 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Sakeo, (camp de réfugiés Khmers), 1996
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile,200x200 cm, coll. La Croix-Rouge monégasque - Don de l'artiste

08:00  
09:00  
10:00  
11:00  
12:00  
13:00 [13:30-15:00] Vernissage de l'exposition "BACKTOoceania"
Location:
FIAP Jean Monnet
30, rue Cabanis
75014 Paris
M° Glacière, Saint-Jacques
France
Phone : +33 (0)1 43 13 17 00
Fax : +33 (0)1 45 81 63 91
Mail : animation@fiap-paris.org
Internet Site : www.fiap.asso.fr/service-culturel
Description:
L'exposition proposé dans le cadre du mois de la photo à Paris, restitue le processus artistique déployé en Australie et Nouvelle-Zélande par l'équipe IDENTiTESproject. L'occasion de témoigner de la diversité culturelle présente sur notre planète, en insistant sur ce qui nous lie : notre humanité commune.

Du 06 avril au 30 juin 2017
Ouvert tous les jours de 10h à 20h

Proposé dans le cadre du mois de la photo à Paris, restitue le processus artistique déployé en Australie et Nouvelle-Zélande par l'équipe IDENTiTESproject. L'occasion de témoigner de la diverstité culturelle présente sur notre planète, en insistant sur ce qui nous lie : notre humanité commune.

Du 06 avril au 30 juin 2017 au FIAP Jean Monnet.

Chaque année, depuis janvier 2013, IDENTiTESproject met le cap sur un nouveau continent, à la rencontre de l'humain, avec pour objectif de faire du portrait photographique, l'expression même de nos identités plurielles. Une lecture simple, directe et sincère, implicant les peuples, valorisant leur culture et leur créativité.
Après l'Afrique, l'Asie et l'Amérique, en 2016, IDENTITES project se rend en Océanie, au contact des populations d'Australie et de Nouvelle-Zélande, y développe son laboratoire participatif autour de 3 démarches principales : le portrait photographique, les ateliers de co-création et les [StreetGallery].
De retour en France, L'exposition / événement BACKTOoceania invite les publics à revivre l'expérience de ce voyage à travers une restitution immersive sous des formes diverses : installations, photographies, tableaux, ambiances sonores, films documentaires, tables rondes, performances scéniques et ateliers artistiques.
C'est tout naturellement au FIAP, lieu d'accueil et de diffusion de toutes les cultures depuis près de 50 ans, que ce projet fait escale. Pendant 1 trimestre, publics internationaux et parisiens peuvent embarquer à bord de BACKTOoceania.

Vernissage de l'exposition "BACKTOoceania"


[14:00-20:00] Vernissage de l'exposition "MAGICAL"
Location:
Galerie Alain Bovis
9, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 56 24 09 25
Mail : galerie.alainbovis@wanadoo.fr
Internet Site : www.alainbovis.com
Description:
Exposition du 05 au 08 avril 2017

dans le cadre de Paris Tribal

L'exposition "Magical" vous invite à explorer la dimension « magique » d'une sélection d'objets d'arts premiers, de l'Afrique à l'Amérique en passant par l'Asie. Charmes protecteurs, «instruments» de divination ou de guérison, les œuvres sélectionnées témoignent d'une inventivité plastique extrêmement riche et rivalisent de pouvoirs magiques, à travers leurs expressions ou leurs attitudes suggérant férocité, protection ou prière, à travers l'évocation de personnages mythiques ou ancestraux, et les nombreux ajouts tels les charges magiques, morceaux de métal, cornes, coquillages, tissus... Et pour pimenter encore l'événement, cette année Alain Bovis invite Michel Thieme (Amsterdam).

Vernissage de l'exposition "MAGICAL"

[14:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Paris Tribal"
Location:
Galerie Charles-Wesley Hourdé
Arts d'Afrique, d'Océanie et des Amériques
40, rue Mazarine
75006 Paris
France
Mail : info@charleswesleyhourde.com
Internet Site : www.charleswesleyhourde.com
Description:
Opening: April 5th, 2-8pm / 14h-20h
Exhibition : April 6-8th, 11am-7pm / 11h-19h

Vernissage de l'exposition "Paris Tribal"

[14:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Paris Tribal"
Location:
Galerie Flak
8, rue des Beaux-Arts
75006 Paris
France
Phone : +33 (0)1 46 33 77 77
Fax : +33 (0)1 46 33 27 57
Mail : contact@galerieflak.com
Internet Site : www.galerieflak.com
Description:
5 - 8 Avril 2017
Vernissage Mercredi 5 Avril de 14h à 20h
Nocturne Jeudi des Beaux-Arts le 6 Avril jusqu'à 21h

[14:00-20:00] Vernissage de la foire Paris Tribal 2017
Location:
Saint-Germain-des-Prés
Saint-Germain-des-Prés
75006 Paris
M° Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés
France
Internet Site : www.saint-germain-des-pres.com
Description:
5-8 Avril 2017 à la galerie
Vernissage le 5 Avril de 14h à 20h
Mercredi 5 : Vernissage de 14h à 20h
Jeudi 6 au samedi 8 : 11h à 19h

Créé à l'initiative des marchands d'arts premiers du quartier Beaux-Arts/Saint-Germain-des-Prés au printemps 2014, Paris Tribal aura lieu cette année du mercredi 5 au samedi 8 avril 2017.
Plus d'une vingtaine de galeries ont choisi de participer à l'événement qui réunira aussi bien des expositions à thèmes que des pièces exceptionnelles. Tous les champs de l'art tribal seront ainsi explorés : Arts d'Afrique, d'Amérique, d'Himalaya, d'Indonésie et d'Océanie.
Cette année, quatre marchands étrangers sont invités par des marchands parisiens à partager leur galerie.
De plus, « Formes et Matières », exposition collective des participants à Paris tribal se déroulera du lundi 3 au samedi 8 avril au 35 rue Guénégaud.

http://www.paristribal.com

Vernissage de la foire Paris Tribal



[15:45] Remise des Trophées Bougez-Malins
Location:
Halle Georges Carpentier
81, boulevard Masséna
75013 Paris
M° Porte de Choisy, Porte d'Ivry
France
Description:
Remise des Trophées Bougez-Malins





[17:00-21:00] Vernissage de Sylvie Sarrazin "L'Influence des Anges"
Location:
Espace Beaurepaire
28, rue Beaurepaire
75010 Paris
M° Jacques Bonsergent, République, Goncourt
France
Phone : +33 (0)1 42 45 59 64
Mail : contact@espacebeaurepaire.com
Internet Site : www.espacebeaurepaire.com
Description:
Du mercredi 5 au dimanche 16 avril 2017
Vernissage le 5 et 6 avril de 17h à 21h

Au seuil de l'invisible

Sylvie Sarrazin fait partie de ces artistes contemporains dont la peinture est un prolongement vital de leur existence. Autodidacte de l'Art elle s'inscrit dans l'histoire de la peinture moderne :les Nymphéas de Monet, les écritures/mythologies de Twombly, les couleurs/espaces de Rothko et ses passages entre matière et transcendance...

L'essentiel de son travail n'est pas dans la représentation d'une nature, mais dans l'évocation de son souffle. Sylvie Sarrazin retient et note des manifestations plastiques naturelles telles que des tourbillons de l'air et de l'eau, des reflets de la lumière, des frissons de l'eau et du vent ; elle s'inspire des instants dans lesquels les mouvements de la matière - terre, eau, air, lumière - se déclarent et nous apportent des sensations d'une nature qui se transforme et se métamorphose.

Le spectateur est amené à franchir des seuils et à entrer dans un monde de passages, passages à travers la matière : matrices, maillages, tressages, traces et strates, épaisseurs du temps, mais aussi de la matière.

Dans cette nouvelle exposition Sylvie Sarrazin nous suggère de nouveaux passages vers un au-delà, où le secret et le sacré semble enfermer la source d'un processus créatif.

Contact :
Sylvie Sarrazin : Sylviesarrazin56@sfr.fr
Tel : +33.(0)6.73.83.83.15
www.sylvie-sarrazin.com
www.facebook.com/sylvie.sarrazin

Vernissage de Sylvie Sarrazin "L'Influence des Anges"
Vernissage de Sylvie Sarrazin "L'Influence des Anges"






[18:00-21:00] Vernissage de Ian Kiaer "Endnote, tooth"
Location:
Galerie Marcelle Alix
4, rue Jouye-Rouve
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Phone : +33 (0)9 50 04 16 80
Mail : demain@marcellealix.com
Internet Site : www.marcellealix.com
Description:
5.04 - 27.05.2017
Vernissage mercredi 5 avril, 18h-21h

Les œuvres de Ian Kiaer ont des façons d'être, appelons ça des manières, des rythmes, des allures, des styles. Ce travail comprend le réel comme une multitude, une pluralité à l'image des nuances qu'offre la vie elle-même. Chaque chose risque sa forme initiale entre les mains de l'artiste, au contact des espaces d'expositions et des visiteurs. Chaque proposition prend le parti de l'existant, revendiquant l'héroïsme de la moindre chose. Donner de l'importance à chaque élément, jusqu'au plus petit objet posé à même le sol et qui nécessite de fléchir son corps pour le regarder. Cette exposition est un hymne à la couleur et à une éthique qui n'est rien sans la plasticité : l'œuvre comme un mode d'existence plus qu'un mode d'apparaître.

CB: Je me suis rendu compte récemment que j'étais particulièrement touchée par les artistes qui travaillent à ralentir le flux des images pour véritablement protéger un rythme souple. Ian Kiaer m'a toujours donné l'impression d'occuper silencieusement la place décalée d'un individu discret se contentant de retarder au maximum ce rythme en travaillant une forme de dérive, un rythme qui admet l'imperfection, le manque ou l'ajout de quelque chose qui bouleverse un ordre pensé au préalable. Plus qu'une méthode, je vois dans le travail de Ian Kiaer une ascèse qui déserte l'idée d'une forme persuasive pour reconnaître le précieux mouvement qui fait d'une trouvaille une œuvre et d'une œuvre une matière première. Son goût pour la matérialité du monde dépasse le cadre de la peinture au sens classique. C'est comme si cet amoureux de la peinture préférait travailler sur la précarité et la défaillance qui existent pour chaque œuvre. L'écart entre l'œuvre d'art et la réalité est parfois immense, trop grand en fait. Les œuvres de Ian prouvent que la réalité ne doit jamais se faire oublier, elle doit agir comme le fait un dialogue avec quelqu'un sur quelque chose... l'art comme une monnaie d'échange plutôt qu'un objet.

IA : c'est très beau cette conception de l'art comme monnaie d'échange, ou comme ouvrant la possibilité d'un dialogue entre égaux. C'est une entrée intéressante pour définir la position de Ian Kiaer comme une forme de marginalité. Pour autant cette marginalité n'a pas à se placer en-dehors du réel, elle négocie toujours avec le réel, mais depuis une position de vulnérabilité : elle refuse la place de pouvoir que peut occuper l'artiste. Il me semble que son travail s'apparente à la position « à côté » (nearby) que la cinéaste et théoricienne féministe Trinh T. Minh-ha définit dans son œuvre : c'est-à-dire la possibilité de décentrer le travail, d'être à la fois à l'intérieur et à l'extérieur (de la peinture, de l'art, de l'histoire). Dans le cas de Ian, c'est particulièrement visible dans son incessante volonté de faire de l'art tout en se référant souvent-mais marginalement-à l'architecture (à travers les « maquettes » qu'il bricole et les titres de ses œuvres). Le projet qu'il a conçu pour la galerie est intitulé Endnote, tooth : il choisit de se situer dans les notes de bas de page (« endnote ») d'un propos librement inspiré de la Tooth House de Frederick Kiesler. Ian ne parle pas « de » Kiesler, ou « à propos » de la Tooth House, il s'exprime avec le travail de Kiesler en tête, tout contre, à son contact. Il occupe sa propre place mais touche d'autres domaines, d'autres objets. Pour autant il ne s'arroge pas le droit d'en faire des sujets de recherche, c'est une véritable éthique de travail qu'il déploie. Trinh T. Minh-ha l'exprime parfaitement : « chaque élément construit dans un film fait référence au monde autour de lui, en ayant en même temps sa propre vie. Et cette vie est précisément ce qui manque quand quelqu'un utilise un mot, une image, un son comme outil de pensée. Dire ainsi qu'on préfère parler à côté plutôt que de parler à propos est un grand défi. Parce qu'en réalité, ce n'est pas juste une technique ou une affirmation qu'on fait à l'oral. C'est une attitude dans la vie, une façon de se positionner vis-à-vis du monde. »* C'est là ce qui fait la différence entre un travail d'artiste et un travail de chercheur-e : les œuvres de Ian Kiaer ont leur propre vie, leur poésie.

CB : pour une fois, je parlerai du visuel qui accompagne ce texte. Ce petit cavalier du Trecento peint par Simone Martini me renvoie évidemment à Ian Kiaer, puisqu'il s'agit d'un portrait fantasmé, mais aussi plus largement à son travail, habile arrangement de divers éléments qui coexistent dans l'espace d'exposition et auxquels l'artiste confère des rapports nouveaux que tu as déjà évoqués. La position centrale du cavalier dans la fresque suggère un rythme particulier, une position en retrait des deux cités qui l'entourent. Ce qui m'intéresse le plus, ce n'est pas la distance qui sépare le cavalier des autres éléments de la composition, bien que cela pourrait amorcer une réflexion importante quant à ce qui pousse Ian Kiaer à éclater dans l'espace les différentes parties d'une même œuvre, mais cet habit que porte le cavalier et qui trouve un étonnant prolongement grâce au caparaçon du cheval. Bien qu'il s'agisse d'un cavalier portant ses armes (des losanges en enfilade), j'y vois une jolie manière de parler de l'engagement de Kiaer, à la suite de tes mots. Les losanges bout à bout forment une colonne vertébrale suffisamment souple pour couvrir autant de corps et de sujets qu'il n'en faut, attendrissant ainsi les tensions, les déplaçant progressivement. Je suis d'accord avec ton développement sur la marginalité et cette peinture siennoise le dit, avec ce personnage qui est à la fois lié à la guerre et à son hors-champ. Simone Martini donne à travers ce portrait équestre la possibilité pour celui qui regarde de s'éloigner, comme il le fait, de la représentation limpide du pouvoir pour lui préférer cette plasticité gracieuse et fluide, ce rythme à pas léger, grâce auquel le cavalier se connecte à ce qui l'entoure sans manquer de naturel, en déjouant, selon la perspective barthésienne, les données conflictuelles du discours pour entrer dans le champ de l'indécidable ou de l'inassignable. Infléchir, déborder ou se déporter, à l'image de ce petit sabot planté sur le bord de la frise servant de cadre.

IA : Parler du travail de Ian à travers la description d'une image de peinture classique fonctionne particulièrement bien et tu as raison de revenir sur la structure formelle qui ne hiérarchise pas le motif et le fond (ou l'homme, l'animal et le paysage) dans l'image de Martini car l'absence de hiérarchie entre les différents éléments d'une installation est aussi une donnée fondamentale des œuvres de Ian. Une fenêtre dans l'espace d'exposition peut prendre autant d'importance qu'une étoffe tendue sur une toile. La couleur du sol, la hauteur des murs résonnent avec les teintes des matériaux utilisés. Nous avons été plusieurs fois surprises de la façon dont son travail exposé dans la galerie semblait toujours étrangement coordonné avec notre carrelage prétendu « difficile ». Pour moi, l'installation de l'immense œuvre gonflable transparente et dorée de sa dernière exposition personnelle (a.r. nef, gonflable, 2013) reste un moment fort de la vie de la galerie. Ian Kiaer déplace le regard de ce qui est traditionnellement le centre de l'exposition (l'œuvre) vers la périphérie (un espace qui se voudrait neutre pour accueillir l'œuvre) affirmant sans cesse ce principe de non-hiérarchie. Pour son exposition intitulée Il baciamano à la Fondation Querini Stampalia à Venise en 2011, il s'était inspiré d'un maître italien du 18ème siècle, Pietro Longhi, pour parler de la forme mineure et de ce que cette forme peut dire sur le monde dont elle témoigne, à l'inverse du discours porté par les formes majoritaires. Je crois personnellement à la puissance des formes minoritaires et marginales comme présentant des alternatives possibles mais quasi-invisibles à ce qui s'impose à nous comme étant la norme. Elles nécessitent cependant une forme d'attention particulière, le rythme ralenti et souple dont tu parlais au début de cette conversation. Nous obliger à ralentir, à regarder entre les œuvres, à considérer les marges de la peinture, de l'art : là où se trouve toujours le potentiel politique d'un travail artistique.

*Trinh T. Minh-ha en conversation avec Nancy N. Chen (1992)

Ian Kiaer est né en 1971 à Londres, où il vit. Il a notamment bénéficié d'expositions personnelles au Neubaeur Collegium, Chicago, à Lulu, Mexico, au Henry Moore Institue, Leeds, au Aspen Art Museum, au Kunstverein Munich ainsi qu'à la Galleria d'Arte Moderna e Contemporanea de Turin. Son travail a également été montré dans des expositions collectives à la Kunstsaele Berlin (DE), au MUDAM (cur. Christophe Gallois), à la Biennale de Rennes (cur. Anne Bonnin), à la Tate Britain, au British Art Show (cur. Lisa Le Feuvre), au Hammer Museum, Los Angeles ainsi qu'à la Xe Biennale de Lyon (cur. Hou Hanru).
Le projet Endnote, tooth continuera à la galerie Barbara Wien, Berlin (vernissage le 28 avril) et au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris plus tard dans l'année.

Remerciements à : Guilhem Chabas, François Orphelin, Lee Triming et Jieun Kiaer

Vernissage de Ian Kiaer "Endnote, tooth"

[18:00-21:00] Vernissage de Judith Hassan Mizrahi
Location:
Espace culturel de l'Acerma
Quai des Lunes
22, quai de la Loire
75019 Paris
M° Jaurès
France
Phone : +33 (0)1 48 24 98 16
Fax : +33 (0)1 48 24 98 16
Mail : acermalin@gmail.com
Internet Site : www.acerma.org
Description:
Judith Hassan Mizrahi fait partie de ces artistes qui ont le talent de nous rappeler que nous sommes faits de RÊVES et SENTIMENTS.
Ses œuvres sont un océan de vibrations.
Un battement de cœur qui éclabousse la toile.

Du 31 mars au 14 avril 2017
Vernissage mercredi 5 avril de 18h à 21h

Vernissage de Judith Hassan Mizrahi

[18:00-21:00] Vernissage de Romain Froquet "Lunaire"
Location:
Artistik Rezo Gallery
14, rue Alexandre Dumas
75011 Paris
M° Rue des Boulets
France
Phone : +33 (0)1 77 12 54 55
Mail : contact@galerieartistikrezo.com
Internet Site : www.galerieartistikrezo.com
Description:
Vernissage le mercredi 05 avril 2017 de 18 heures à 21 heures
Exposition du 06 avril au 24 juin 2017
Du lundi au samedi de 11 heures à 19 heures

La Galerie Artistik Rezo accueille l'artiste Romain Froquet pour un nouveau solo show. Intitulée Lunaire, cette exposition présente l'univers onirique, fluide, vibrant et coloré de Romain Froquet.
Les œuvres présentées sont le fruit d'une longue évolution, faite de maturation, d'échanges, avec un fil directeur constant, celui de raconter une histoire.

Lunaire. Perdue dans l'infini de l'univers, la lumière reflétée par la lune rompt l'obscurité, comme certaines touches de couleur vive peuvent venir confronter le reste de la toile pour l'illuminer et la faire vibrer. Le titre retenu pour cette exposition témoigne de la réflexion qui accompagne tout le travail de Romain, une recherche d'équilibre, de mouvement, d'émotions, mais aussi de mémoire et de spiritualité.

Vernissage de Romain Froquet "Lunaire"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Alain Trioen"
Location:
Galerie Maître Albert
6, rue Maître-Albert
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 55 42 73 77
Mail : jdm@lmet.fr
Internet Site : www.maitrealbertgallery.com
Description:
Vernissage de l'artiste Alain Trioen, héritier du fauvisme, en présence de sa femme Nadine Servajean

du 3 avril au 30 avril 2017

Vernissage de l'exposition "Alain Trioen"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Ce qui aurait pu ne pas être"
Location:
Abstract Project
Espace des Arts Abstraits
5, rue des Immeubles Industriels
75011 Paris
M° Nation
France
Mobile : +33 (0)6 82 89 14 16
Mail : contact@abstract-project.com
Internet Site : www.abstract-project.com
Description:
Vernissage mercredi 5 avril de 18h à 21h
Exposition du 6 au 15 avril 2017

Tania Alexander
Milija Belic
Roger Bensasson
Cécile Bonduelle
Raphaëlle Boutié
Susan Cantrick
Jean-Baptiste Couronne
Marcel Crozet
Nathalie Delasalle
Laurent Deschamps
Philippe Henri Doucet
EricM
Alain Guillon
Isabelle Labat
Danielle Lescot
Erik Levesque
Anne Lou
Anya Pesce
Lisa Sharp
Madeleine Sins
Christophe Syren

Tout travail d'artiste repose sur des pratiques et des postulats plus fragiles qu'ils n'en ont l'air.
De leurs projets, de leurs réalisations les artistes transmettent la possibilité que toute chose puisse à un moment, devenir autre.
De nécessités en contingences, les œuvres sont ainsi en permanentes mutations.
Au cours de la création et des expériences menées, chacun des artistes peut avoir senti que ces recherches et productions dérivent, cherchent, et proposent de façon fortuite des formes inattendues mais possibles.
C'est autour de « Ce qui aurait pu ne pas être, » que nous vous proposons cette exposition.
C'est le pari que nous avons soumis aux artistes réunis ici, montrer des créations qui sont pour eux un pas de côté dans leur production.
Montrer ce qui serait inhabituel à un moment de leur recherche.

Vernissage de l'exposition "Ce qui aurait pu ne pas être"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Dis moi ce que tu exposes, je te dirai qui tu es !"
Location:
Bruxelles
Bruxelles
21000 Bruxelles
M° Gare de Bruxelles
Belgique
Internet Site : www.bruxelles.be
Description:
Galerie La Forest Divonne
Rue de l'Hotel des monnaies 66
1060 Brussels

Du 5 au 29 avril 2017, la Galerie La Forest Divonne marquera le premier anniversaire de son ouverture à Bruxelles avec une exposition de groupe rassemblant les cinq artistes exposés en solo depuis l'inauguration.

Des œuvres d'Arthur Aillaud, Vincent Bioulès, Bernadette Chéné, Guy de Malherbe et Jean-Bernard Métais, attentivement choisies pour l'occasion, permettront ainsi de revenir sur la première année de programmation de la galerie. L'exposition 1 an déjà ! mettra l'accent sur la diversité de leur pratiques et de leurs parcours tout en soulignant la ligne artistique qui s'en dégage, faite d'authenticité, de singularité et de rigueur.

[18:30-21:00] Plan Climat Air Energie
Location:
Mairie du 3ème arrondissement
2, rue Eugène Spuller
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Temple
France
Phone : +33 (0)1 53 01 75 03
Internet Site : mairie3.paris.fr
Description:
Soirée de restitution de la concertation pour l'élaboration du nouveau Plan Climat Air Energie de Paris vers une ville neutre en carbone et 100% ENR en 2050

[18:30-21:00] Vernissage de Bruno Victoria "NAP"
Location:
Point Ephémère
centre de dynamiques artistiques
200, quai de Valmy
75010 Paris
M° Jaurès, Louis Blanc
France
Phone : +33 (0)1 40 34 02 48
Fax : +33 (0)1 40 34 02 58
Mail : info@pointephemere.org
Internet Site : www.pointephemere.org
Description:
Bruno Victoria présente NAP
exposition photos

"Pour mieux vivre et vieillir chez soi et dans son quartier".

5 avril - 7 avril

"Tel est l'objectif de l'AG11 (association de gérontologie du 11ème arrondissement de Paris) que j'ai contacté pour réaliser ce projet photographique. Comment ressentir ce lien d'importance entre âge et habitat, autrement dit entre temporalité et espace. Comment au cœur même de la ville, pleine d'agitation, prendre le temps de voir. Comment entrouvrir un lieu clos si proche et si lointain.
J'ai pensé à ce temps si particulier de l'après-midi appelé sieste, nap, pour une incursion dans l'univers de ces femmes et de ces hommes.

Témoigner d'une intimité entre rêve et réalité, obscurité et lumière. Montrer ces petits riens du quotidien, ces objets qui définissent aussi une existence. Révéler la présence et l'évanescence de visages façonnés par l'expérience. Donner à voir ceux qui nous entourent en tentant d'éviter l'intrusion.

J'en reviens accompagné de nombreuses paroles qui m'ont profondément ému. Une des personnes photographiées, ne pouvant pas sortir de chez elle, m'a confié qu'aux beaux jours elle ouvre sa fenêtre pour sentir l'odeur des fleurs d'un square voisin. Les sens toujours en éveil."

Bruno Victoria commence son parcours professionnel dans la mode à la fin des années 90. Assistant styliste d'Hédi Slimane chez Yves Saint Laurent, il participa à la modernisation de la ligne masculine.
Puis pendant sept ans, il fut le directeur de collection de la marque éponyme de Kris Van Assche. En 2011 il s'installe aux USA et décide de développer son univers pictural par le biais de la photographie.
Une expérimentation autour des effets de distorsion de l'eau, du mouvement qu'il expose à l'Institut français de Washington DC en juin 2014. Désormais partageant son temps entre Paris et Londres, il s'est engagé dans un travail documentaire dont le premier opus, appelé "Nap", évoque le sujet du grand âge.

http://brunovictoria.com

Vernissage de Bruno Victoria "NAP"

[18:30-21:00] Vernissage de Hannaka et Matt Waples
Location:
Vitrine - 65
65, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis, Réaumur - Sébastopol, Arts et Métiers
France
Phone : +33 (0)7 83 20 26 20
Mobile : +33 (0)6 72 70 13 34
Mail : contact@vitrine-65.gallery
Internet Site : www.vitrine-65.gallery
Description:
A l'occasion de Paris Photo Off 2017

HANNAKA (France) et MATT WAPLES (Canada)
"Vues et quelques durées d'attention"

Vernissage le mercredi 5 avril 2017 à partir de 18h30 en présence de Hannaka
du 5 avril au 15 avril 2017
du mercredi au samedi de 14h à 19h30

Vernissage de Hannaka
Hannaka "Les grandes vues" (Impression numérique, format 60x60cm, 2017)

Vernissage de Hannaka et Matt Waples
Matt Waples N°566 (8x11cm, dye-diffusion transfer)

[18:30-21:00] Vernissage de Lucie Linder et Philipp Chekler
Location:
Fondation Suisse
Pavillon Suisse / architecte Le Corbusier 1930-33
7, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 44 16 10 10
Fax : +33 (0)1 44 16 10 30
Mail : contact@fondationsuisse.fr
Internet Site : www.fondationsuisse.fr
Description:
"L'entre-deux" de Lucie Linder
"Images flottantes" de Philipp Chekler

dans le cadre du Mois de la Photo 2107 et de Art-Hop-Polis

Exposition du 24 mars au 30 avril
visites tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 17h
Mercredi 5 avril - 18h30 à 21h - vernissage en présence des artistes

Pour sa première participation au Mois de la photo, la Fondation suisse expose les oeuvres de deux photographes du 14ème arrondissement : "L'entre-deux" de Lucie Linder et "Images flottantes" de Philipp Chekler.

Née en 1988, Lucie Linder est diplômée de l'École Supérieure d'Art de Lorraine depuis 2011. Après avoir enchaîné plusieurs résidences à la villa Belleville en 2014, à la Mue Cairon, puis au Point Éphémère, elle vit et travaille à Paris. Ses photographies interrogent les limites entre réalité et imaginaire. Pour elle, la lumière dessine la fantasmagorie de la nature et reflète ses influences issues des contes. La confusion des médiums (photographies - vidéos, installations - sculptures, éditions - multiples) s'interpénètre à travers son rapport au corps et la combinaison de contraires : douceur / mysticisme, apparition / disparition, présence / absence. Assumant le plus souvent un aspect fantomatique, la matière dialogue avec le désir et la mélancolie. L'artiste ne se contente pas de formes naturelles mais laisse remonter des zones génériques, des entre-deux narratifs, appelant ainsi à projeter son récit sur ces images ouvertes. Suite à de nombreuses expositions entre Metz et Paris, son travail se poursuit de manière tridimensionnelle et collaborative. Elle exposera notamment pour le mois de la photo au cœur des Grands voisins, au Point éphémère, à la Fondation suisse et à la cité jardin du Prés St Gervais.
http://lucielinder.com

Philipp Chekler Etudie la calligraphie avec Senseï nakasatO san, maître calligraphe. Peintre autodidacte, s'inspire entre autres des arts martiaux, des samouraïs, de l'Aïkido, qui est un art martial de paix qu'il pratique et dont le principe est de résoudre les conflits avec harmonie aussi bien sur les tatamis que dans la vie de tous les jours, et de la philosophie de la vie...
https://www.philippchekler.com

Exposition organisée en partenariat avec la Mairie du 14ème

Vernissage de Lucie Linder et Philipp Chekler

[18:30-21:00] Vernissage de l'exposition "#NOTASTEFORBADTASTE"
Location:
Milan
Milano
Milan
20100 Milano
M° Gares Milan-Centrale et Porta Garibaldi
Italy
Internet Site : www.comune.milano.it
Description:
Vernissage de l'exposition "#NOTASTEFORBADTASTE"







[19:00] Concert exceptionnel de José María Vitier "TARDE EN LA HABANA"
Location:
Instituto Cervantes
7, rue Quentin Bauchart
75008 Paris
M° George V, Franklin D. Roosevelt, Alma - Marceau
France
Phone : +33 (0)1 40 70 92 92
Fax : +33 (0)1 47 20 27 49
Mail : cenpar@cervantes.es
Internet Site : paris.cervantes.es
Description:
CONCERT EXCEPTIONNEL DE JOSÉ MARÍA VITIER, TARDE EN LA HABANA

Programme du concert :
1- MANISERO, (Moisés Simons / versión José María Vitier)
2- COMPARSA, (E. Lecuona / versión José María Vitier)
3- DESEOS, (José María Vitier)
4- CANCIÓN DE OTOÑO, (José María Vitier)
5- TEMPO HABANERO, (José María Vitier)
6- RITUAL, (José María Vitier)
7- ROMÁNTICO, (José María Vitier)
8- DANZÓN IMAGINARIO, (José María Vitier)
9- TUS OJOS CLAROS, (José María Vitier)
10- CONTRADANZA FESTIVA, (José María Vitier)
11- FRESA Y CHOCOLATE, (JoséMaría Vitier)
12- ORACIÓN POR CUBA, (José María Vitier)

Avant-concert :
À l'occasion de ce concert aura lieu la présentation des livres, Antología poética et Quevedo, de Fina GARCÍA MARRUZ, poète et essayiste, lauréat du Prix Reina Sofía de Poésie Ibéro-américaine et du Prix Federico García Lorca en Espagne, mère de José María Vitier.

RÉSERVATION. RSVP avant le 4 avril : cenpar@cervantes.es

Concert exceptionnel de José María Vitier "TARDE EN LA HABANA"

[19:00-21:00] Lancement de l'édition "Images en quête d'histoires" de Valérie Mréjen
Location:
Le Plateau
Espace d'Art Contemporain / FRAC Ile de France
22, rue des Alouettes
75019 Paris
M° Jourdain, Buttes Chaumont
France
Phone : +33 (0)1 76 21 13 41
Fax : +33 (0)1 53 19 88 19
Mail : info@fraciledefrance.com
Internet Site : www.fraciledefrance.com
Description:
Lancement d'une publication éditée par le frac île-de-france qui documente un atelier collectif proposé par l'artiste Valérie Mréjen dans le cadre du programme le collectif.

Cette publication documente un atelier collectif proposé par l'artiste Valérie Mréjen en octobre - novembre 2016, à l'invitation de l'antenne culturelle du frac île-de-france dans le cadre du programme le collectif *. Des annonces ont permis de réunir un groupe dont les participants devaient apporter des photos de famille. Les séances d'atelier ont conduit à élaborer des histoires à partir de ces images pour écrire ensemble une fiction. Les trente-six images sélectionnées ont permis d'écrire deux histoires : La femme émancipée et Les doubles. L'édition finale prend la forme d'une collection de cartes postales, contenue dans un boîtier cartonné. Le lecteur est invité à suivre le fil linéaire des histoires, ou à se les approprier librement et en écrire de nouvelles. Le film Quatre enfants, qui a résulté de l'atelier, est diffusé sur fraciledefrance.com, rubrique le collectif.

* Le frac île-de-france donne régulièrement carte blanche à un(e) artiste pour la réalisation d'un projet partagé et ouvert à tous.
Un projet de Valérie Mréjen, à l'invitation de l'antenne culturelle du frac île-de-france dans le cadre du programme le collectif.

Avec les images et la participation de Théodora Barat, Emma Bourgin, Estelle Dupuy, François Forge, Christophe Huthwohl, Marie Naudin, Lucie Plançon, Céline Vacher, Charles Villa.

Conception éditoriale et graphique : Villa Böhnke
37 cartes postales (ill. n&b) dans un boîtier cartonné (10,5 x 15 x 2)
10 euros

[19:00-20:30] Vernissage d'Alteronce Gumby "Black(ness) Is Beautiful"
Location:
Fondation des Etats-Unis
15, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 53 80 68 80
Mail : administration@feusa.org
Internet Site : www.feusa.org
Description:
Du 6 au 27 avril
Du lundi au vendredi de 10h à 12h30 et 14h30 à 18h

Black(ness) is Beautiful est une exposition des œuvres les plus récentes d'Alteronce Gumby (artiste et résidence et boursier Harriet Hale Woolley), dans la galerie de la Fondation des Etats-Unis. Dans cette sélection de peintures abstraites, Alteronce Gumby utilise des teintes sombres pour représenter au sein d'un même tableau l'état du noir, de la couleur noire. Le travail d'Alteronce Gumby est une réflexion sur la culture afro-américaine, l'histoire de la peinture tonale et la perspective de la couleur noire comme amalgamation.

Alteronce Gumby est un artiste originaire de New York. Il a obtenu son Master en Fine Arts (peinture et gravure) à l'université de Yale (mai 2016). Avant de venir à Paris, Alteronce Gumby a bénéficié de résidences internationales en Écosse, à la Dumfries House, en Autriche, à la Summer Academy de Salzburg, et a participé au programme London Summer Intensive (Londres). Alteronce a exposé dans des galeries à New York, Londres et Los Angeles (expositions de groupe). Le travail de Gumby évolue principalement autour du processus de la peinture, mais il explore également d'autres formes d'expression telles que la céramique, la poésie et les performances. Gumby est arrivé à Paris juste après l'ouverture de sa première exposition individuelle à 6 Base dans le Bronx, à New York, où il a produit la deuxième version de son œuvre sur papier, One Way Ticket Across The Universe. Lors de son séjour à Paris à la Fondation des Etats-Unis, Alteronce Gumby espère engager une conversation métaphorique et conceptuelle avec Yves Klein, en rapport avec la venue d'Afro-Américains à Paris tout au long du 20ème siècle. Gumby est boursier Harriet Hale Woolley pour cette année universitaire 2016-17.

Vernissage d'Alteronce Gumby "Black(ness) Is Beautiful"

[19:00-20:30] Vernissage d'Andrew Vox "Operable Routines 125"
Location:
Fondation des Etats-Unis
15, boulevard Jourdan
Cité Internationale Universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 53 80 68 80
Mail : administration@feusa.org
Internet Site : www.feusa.org
Description:
05 avril au 23 avril

Dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris-Off 2017, la Fondation des États-Unis est ravie de vous présenter des images de la série "Operable Routines 125" d'Andrew Vox, photographe en résidence, à découvrir dans le hall de la Fondation.

Operable Routines 125 évoque le déséquilibre entre la distorsion et le contrôle.
Le processus de création d'une photographie est construit sur des réactions chimiques. Avec la chimie et le temps, on peut contrôler et manipuler tous les aspects d'une image. Alternativement, le cerveau fonctionne et se nourrit de produits chimiques pour contrôler le corps humain sans notre conscience ou notre consentement. Les produits chimiques sont utilisés pour forcer une altération de l'esprit de cet état d'homéostasie.
Operable Routines 125 est une manipulation de l'équilibre qu'un esprit est amené à percevoir. Avec suffisamment de temps, de lumière et de réglage, la perception de la réalité est en mesure d'être ajustée en une composition de distorsions visuelles. Ces contorsions sont comme une forme de contrôle au sein du chaos. Des mouvements de lentille élégants permettent un contrôle des distorsions visuelles existantes au sein de ce chaos. Ces photos représentent la catharsis d'un manque de contrôle chimique.

Andrew Vox est né à Baltimore, dans le Maryland aux Etats-Unis. Il travaille principalement dans le milieu de la photographie, mais se tourne également vers les milieux des programmes informatiques et des supports électroniques. Il a obtenu un baccalauréat dans le domaine des Beaux-Arts, en anglais, à l'Université du Maryland. Il a également obtenu des diplômes dans d'autres domaines : la Photographie, la Simulation de Conception et les Jeux au Cecil College, ainsi que des certificats en design graphique de la Maryland Institute College of Art. Andrew Vox a fait partie de plusieurs expositions collectives en France et aux Etats-Unis. En 2015, il a fait partie d'un groupe artistique à la Saatchi Gallery à Londres, en Angleterre. Actuellement, il étudie pour son diplôme dans le domaine des Nouveaux Médias transdisciplinaires au Paris College of Art, et réside à la Fondation des Etats-Unis à Paris en France.

Commencez ou poursuivez la soirée avec d'autres expositions, organisées dans le cadre du projet Art-Hop-Polis, dans les maisons participantes.

Exposition organisée en partenariat avec la Mairie du 14e

Vernissage d'Andrew Vox "Operable Routines 125"

[19:00] Vernissage de C.Over "CoVER Pressur"
Location:
Bar 4 éléments
149, rue Amelot
75011 Paris
M° Filles du Calvaire, Oberkampf, République
France
Phone : +33 (0)1 47 00 34 11
Mail : contact@bar4elements.com
Internet Site : www.bar4elements.com
Description:
Vernissage musical et amical de l'exposition de C.Over avec :
Mr Chouggy
Total Process Control
Enzil
Random squad
S0ca
Koox
Chienne St Claire

Vernissage de C.Over "CoVER Pressur"

[19:00] Vernissage de Laure Prouvost "#3. Swallow"
Location:
Shakespeare & Company
37, rue de la Bûcherie
75005 Paris
M° Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 25 40 93
Mail : news@shakespeareandcompany.com
Internet Site : www.shakespeareandcompany.com
Description:
Available Light : After the Mirror

Premier Cycle vidéo organisé par le collectif Available Light.
Du 1er février au 30 juin 2017 à la librairie Shakespeare and Company, Paris.

#3. Swallow, Laure Prouvost
5 - 30 avril 2017
Vernissage 5 avril 2017, 19h

Pendant six mois, le cycle After the Mirror élaborés par le collectif Available Light, présente six vidéos en partenariat avec la librairie anglo-américaine Shakespeare and Company, à Paris.

Chaque mois, la vidéo d'une artiste sera présentée en continue dans la salle des archives de Shakespeare and Company. Elle sera diffusée sur un écran à la place d'un miroir qui est habituellement accroché dans cette salle.

Ce premier cycle After the Mirror, présente six artistes internationaux dont le travail se centre autour de la vidéo et s'appuie sur des textes de littérature, des archives ou des créations personnelles. Ces six artistes mettent en évidence six regards posés sur le monde, six manières d'utiliser ce médium et six attitudes artistiques bien distinctes.

Artistes : Sojung Jun, Ninna Bohn Pedersen, Laure Prouvost, Meggy Rustamova, Ayoung Kim, Irene de Andrés

https://www.facebook.com/availablelightparis


Swallow, 12 min, 2013, Laure Prouvost
Courtesy de l'artiste et Galerie Nathalie Obadia, Paris/Bruxelles

Dans ses vidéos, Laure Prouvost plonge le spectateur dans un monde fictionnel. À travers une pratique spécifique du montage, l'artiste invente un langage vidéo qui lui est propre et qui devient un moyen performatif, une matière première qui sert à construire la narration. La vidéo Swallow (2013) a été réalisée lors d'une résidence de l'artiste à la British School de Rome et à la fondation Cittadellarte-Pistolleto de Biella en Italie. On y découvre une poétique de l'image inspirée de la tradition du Grand Tour effectué par les artistes en quête d'inspiration artistique. Par le jeu de l'humour, les images et du son, Laure Prouvost parvient à rendre les impressions joyeuses qui dégagent des évocations sensuelles.
Cette oeuvre a été commissionnée par le Max Mara Art Prize.


Laure Prouvost (née à Croix-Lille) vit et travaille à Londres. Elle est la lauréate du Turner Prize 2013 et du Max Mara art Prize for Women, 2012. Elle récemment a exposé, entre autres, au Neuer Berliner Kunstverein, Berlin, 2014 ; au New Museum, New York, 2014 ; à la Whitechapel Gallery, Londres, 2013 ; à la Tate Britain, Londres, 2013 ; au Hepworth, Wakefield, 2012 et à Spike Island, Bristol, 2011.

Vernissage de Laure Prouvost "#3. Swallow"

[19:00-21:00] Vernissage de Nicu Ilfoveanu "Bienheureux Valerica"
Location:
Institut Culturel Roumain de Paris
Centre Culturel Roumain
1, rue de l'Exposition
75007 Paris
M° Ecole Militaire, RER C Pont de l'Alma
France
Phone : +33 (0)1 47 05 15 31
Fax : +33 (0)1 47 05 15 50
Mail : institut@institut-roumain.org
Internet Site : www.institut-roumain.org
Description:
du 5 avril au 28 avril 2017

Commissariat : Camilo Racana

dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris

L'image du « Bienheureux Valerică né un dimanche » est alternée avec celles des êtres « nés en dimanche » dans les chefs d'œuvre de la Renaissance. Conte photographique, extrait d'une oeuvre fleuve.

The picture of the "Blissful Valerica born on a Sunday" is alternated with the pictures of those "born on a Sunday" in Renaissance art. A photographical fairy tale part of a larger work.

« Valerica, c'est lui. Je ne connais pas son âge, je pense qu'il est plus petit que moi. Nous nous connaissons depuis l'enfance mais il ne fréquentait pas l'école, voila.
Il avait une sœur, Veronica, à laquelle est liée ma première expérience avec la photographie. Nous avions un jeu: elle se perchait sur les souches, nous nous tenions accroupis et puis si je lui donnais une pièce elle souleva sa jupe et nous « faisais une photo ».
Je ne l'ai plus vu de nos jours, Valerica non plus ne la plus vu. Par contre lui, il vient tous les dimanches et m'appelle à la porte. Je lui fais des photos et glisse quelque chose dans sa poche. Il ne mendie pas, il vient juste pour faire des photos qu'il ne veut jamais revoir. C'est lui qui choisit l'endroit de la photo. »

in Nicu Ilfoveanu: Cum mi-am petrecut vara, în zece poze. par Andra Matzal. Think outside the box. 9 Janvier, 2014.

extrait du Nicu Ilfoveanu - « Bienheureux Valerica » Camilo Racana Paris, 20.X.2016

L'exposition Bienheureux Valerică introduit en France l'œuvre de l'artiste roumain Nicu Ilfoveanu. Diplômé de l'Université des Beaux-Arts de Bucarest, il est remarqué par son travail avec des thématiques résiduelles qui l'ont conduit à réveiller l'autochrome Lumière ou le Stampare Metrica.
Bienheureux Valerică est une séance dans une œuvre fleuve. A l'Institut culturel roumain seront présentées des photographies sur papier et des « séquences »(diapositives des duplicateurs et diapositives autochromes) qui alternent l'image du « Bienheureux Valerică né un dimanche », avec celles des êtres « nés en dimanche » dans les chefs d'œuvre de la Renaissance.

Vernissage de Nicu Ilfoveanu "Bienheureux Valerica"
Nicu Ilfoveanu, Valerica, Eau de Vie (détail), 2014
Copyright Nicu Ilfoveanu, avec l'autorisation du District Kunst-und Kulturförderung, Berlin

[19:00] Vernissage de Régino Dos Santos
Location:
Le Duplex Bar
25, rue Michel Le Comte
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 72 80 86
Mail : infoduplex@duplex-bar.com
Internet Site : www.duplex-bar.com
Description:
Vernissage de Régino Dos Santos

[19:00-20:30] Vernissage de Setareh Korkchi "L'abstraction infinie"
Location:
Maison des Etudiants Suédois
7 F, boulevard Jourdan
Cité internationale universitaire de Paris
75014 Paris
M° RER B Cité Universitaire
France
Phone : +33 (0)1 53 80 81 50
Mobile : +33 (0)6 80 47 58 79
Fax : +33 (0)1 53 80 81 55
Mail : contact@maisondelasuede.org
Internet Site : www.svenskastudenthemmet.com
Description:
Venez découvrir les œuvres de l'artiste suédoise Setareh Korkchi, ancienne résidente de la Maison des Etudiants Suédois et membre artiste de l'Association Artistique Suédoise, dans le cadre du parcours Art Hop Polis à la CIUP.

Vernissage le 5 avril de 19h00 à 20h30
Exposition du 5 au 23 avril 2017

Vernissage de Setareh Korkchi "L'abstraction infinie"

[19:00] Vernissage de l'exposition "BACKTOoceania"
Location:
FIAP Jean Monnet
30, rue Cabanis
75014 Paris
M° Glacière, Saint-Jacques
France
Phone : +33 (0)1 43 13 17 00
Fax : +33 (0)1 45 81 63 91
Mail : animation@fiap-paris.org
Internet Site : www.fiap.asso.fr/service-culturel
Description:
L'exposition proposé dans le cadre du mois de la photo à Paris, restitue le processus artistique déployé en Australie et Nouvelle-Zélande par l'équipe IDENTiTESproject. L'occasion de témoigner de la diversité culturelle présente sur notre planète, en insistant sur ce qui nous lie : notre humanité commune.

Du 06 avril au 30 juin 2017
Ouvert tous les jours de 10h à 20h

Proposé dans le cadre du mois de la photo à Paris, restitue le processus artistique déployé en Australie et Nouvelle-Zélande par l'équipe IDENTiTESproject. L'occasion de témoigner de la diverstité culturelle présente sur notre planète, en insistant sur ce qui nous lie : notre humanité commune.

Du 06 avril au 30 juin 2017 au FIAP Jean Monnet.

Chaque année, depuis janvier 2013, IDENTiTESproject met le cap sur un nouveau continent, à la rencontre de l'humain, avec pour objectif de faire du portrait photographique, l'expression même de nos identités plurielles. Une lecture simple, directe et sincère, implicant les peuples, valorisant leur culture et leur créativité.
Après l'Afrique, l'Asie et l'Amérique, en 2016, IDENTITES project se rend en Océanie, au contact des populations d'Australie et de Nouvelle-Zélande, y développe son laboratoire participatif autour de 3 démarches principales : le portrait photographique, les ateliers de co-création et les [StreetGallery].
De retour en France, L'exposition / événement BACKTOoceania invite les publics à revivre l'expérience de ce voyage à travers une restitution immersive sous des formes diverses : installations, photographies, tableaux, ambiances sonores, films documentaires, tables rondes, performances scéniques et ateliers artistiques.
C'est tout naturellement au FIAP, lieu d'accueil et de diffusion de toutes les cultures depuis près de 50 ans, que ce projet fait escale. Pendant 1 trimestre, publics internationaux et parisiens peuvent embarquer à bord de BACKTOoceania.

Vernissage de l'exposition "BACKTOoceania"

[19:00] Vernissage de l'exposition "L'Espace du Débat, Tout foutre en l'air ?"
Location:
Pavillon de l'Arsenal
21, boulevard Morland
75004 Paris
M° Sully - Morland, Bastille
France
Phone : +33 (0)1 42 76 33 97
Fax : +33 (0)1 42 76 26 32
Mail : infopa@pavillon-arsenal.com
Internet Site : www.pavillon-arsenal.com
Description:
"Quelque part entre le café-débat et le stand-up, l'inauguration de l'exposition permet aux assoiffés d'étancher leur soif de paroles. Chacun avec ses contradictions et ses interrogations peut approcher les invités réunis pour discuter de la diversité des formes actuelles de débat. L'occasion pour une soirée de foutre en l'air les frontières de l'architecture."

Inauguration et café-débat : "Les nouvelles formes de débat"
avec la participation de
Guilhem Fouetillou, analyste web social, co-fondateur de Linkfluence
Elisa Lewis, auteure de l'ouvrage "Le coup d'état citoyen" & membre de Démocratie Ouverte
Malte Martin, designer graphique
Laurent Strabic, agence Grand Public
Le public interviendra quand il le souhaite.

Autour d'un verre, chacun exposera dans son domaine la diversité des lieux et des manières d'échanger. Ensemble, la question sera de savoir si ces expériences peuvent s'ériger en exemples de lieux d'expression démocratique ? Enfin, nous chercherons ce qu'il faut foutre en l'air dans les pratiques actuelles.

Le rôle de BAOBAB sera d'orienter la conversation pour que des cas concrets soient évoqués.
En lien avec l'exposition, elle questionnera la forme prise par chacun des exemples.

Aline Rollin illustrera les idées force, les cheminements de pensés et les points de désaccord pour montrer comment le débat produit une forme particulière de pensée commune facilement compréhensible et utile.


Exposition

2017 : où se cache le débat ?
À l'occasion des élections, BAOBAB Dealer d'Espaces investit le Pavillon de l'Arsenal à Paris et arc en rêve centre d'architecture à Bordeaux pour une exposition qui interroge les formes et les rôles du débat d'idées, à l'heure d'internet et des soulèvements citoyens.

En s'inspirant de configurations spatiales typiques, l'exposition illustre les nouvelles manières d'échanger : positionnement des corps, temps et signes de la prise de parole, symbole des lieux investis. Chacun s'approche, s'agrippe et s'engueule dans un conflit devenu nécessaire puisqu'il "est déjà la résolution des tensions entre les contraires", entre les hommes et dans la ville.

Partant de la question "Faut-il tout foutre en l'air ?" une vingtaine de contributions artistiques inédites pèsent les mots, investissent de nouveaux lieux d'expression, colportent des textes ordinaires, exposent les réseaux de dialogues souterrains...

À travers l'exposition, émerge l'hypothèse qu'en s'inspirant de la diversité des lieux de débat existants, il sera possible de revivifier les institutions démocratiques, quitte à à les secouer ! Avec le cycle de débat s'ouvre la question de savoir pourquoi, où et comment construire des espaces communs d'échanges contradictoires. Tout un chantier auquel BAOBAB et le Pavillon de l'Arsenal vous convient.


COMMISSARIAT ET CONTIBUTEURS

Commissaire scientifique invité
BAOBAB Dealer d'Espaces offre des situations d'échange à des personnes d'horizons divers, (professionnels, habitants et citoyens). L'association, née en 2011, travaille au développement de l'intérêt du public pour l'espace, la ville et l'architecture. Ses actions prennent la forme d'événements, de débats et de publications comme autant d'éléments de construction des espaces vécus.
L'association BAOBAB est convaincue que le DÉBAT CITOYEN doit faire partie intégrante de la gestion du territoire urbain. Poil à gratter, provocateur, BAOBAB joue sur les situations et les codes sociaux pour raconter et questionner tous les espaces vécus, et éviter de tourner en rond chacun dans sa discipline.

Contributeurs
Une vingtaine d'artistes, de collectifs, de graphistes, d'architectes ont répondu à l'appel à contributions « Tout foutre en l'air ? » lancé par BAOBAB en février 2017. Le but est de réunir des points de vue variés sur le sens de la notion de "débat" aujourd'hui.
Les oeuvres présentées le long de ce mur résultent de ce travail généreux. Les contributeurs n'ont pas été rémunérés, et BAOBAB les remercie pour leur patience lors des nombreux échanges qui ont rendu cette exposition possible.
Cette démarche traduit l'esprit « non fini » de cette exposition qui vise davantage à ouvrir des portes et poser des questions sur qu'à construire l'Espace de Débat idéal.

Ivan Argote, Jonas Staal, Ruedi Baur, Collectif Marguerite OKA, Cédric Pierre, Agence Faire, Malte Martin & Agrafmobile, Nina Imbs, Léa Troulard, BenjmnG, On a pensé à un truc, Katia Bokatova Vincent, Sans Plus Attendre, Diurne Nocturne, Marine Kaiser & Stéphanie Verin, Cendrine Lassalle, Julie Blanc, Agostino Bubbico, Ne Rougissez Pas !, Aline Rollin, Deux degrés, Maxime Dumoulin & Guillaume Duverger.

Vernissage de l'exposition "L'Espace du Débat, Tout foutre en l'air ?"

[19:00-22:00] Vernissage de l'exposition "Secret(s)"
Location:
Le 100 E.C.S.
Etablissement Culturel Solidaire
100, rue de Charenton
75012 Paris
M° Gare de Lyon, Ledru-Rollin
France
Phone : +33 (0)1 55 78 05 55
Fax : +33 (0)1 58 51 23 29
Mail : accueil@100ecs.fr
Internet Site : 100ecs.paris
Description:
L'exposition Secret(s) propose une expérience empreinte de mystère où les images recèlent d'infinis niveaux de lecture, liés à des préoccupations formelles et existentielles.

Que nous apprennent-elles sur ce que nous croyons savoir ? Que nous donnent-elles à voir? Des silences, des respirations, des instants de poésie et de doutes.

Dans une dimension narrative de la photographie, quasi cinématographique, l'exposition Secret(s) interroge notre rapport à la réalité, en transcendant des scènes de la vie quotidienne.

Véritables miroirs de la vie humaine, les images nous invitent à explorer notre moi intérieur à travers ses souvenirs, ses non-dits et ses paradoxes. Entre apparition et disparition, matériel et immatériel, les œuvres de "Secret(s)"; cherchent toutes à transfigurer le réel et à (ré) activer notre recherche de vérité.

Exposition avec : Julia Amarger, Fabien de Chavanes, Clément Collange, Emeline Hamon, Mégan Laurent, Sunyoung Park, Térence Pique.

VERNISSAGE : MERCREDI 5 AVRIL à 19h
SOIREE DE FINISSAGE / CAFE DES ARTS : JEUDI 20 AVRIL de 17h à 21h avec la projection du film de Nathalie Lacroix, "Paysages en-visagés" (56 min).

Vernissage de l'exposition "Secret(s)"

[19:00-21:00] Vernissage de la vitrine de Maxime Thieffine
Location:
Le Plateau
Espace d'Art Contemporain / FRAC Ile de France
22, rue des Alouettes
75019 Paris
M° Jourdain, Buttes Chaumont
France
Phone : +33 (0)1 76 21 13 41
Fax : +33 (0)1 53 19 88 19
Mail : info@fraciledefrance.com
Internet Site : www.fraciledefrance.com
Description:
05.04 - 21.05.2017
Vernissage le mercredi 05 avril 2017, de 19h à 21h

Pour réaliser ses œuvres - peintures, volumes, vidéos, assemblages... - Maxime Thieffine extrait des images de sa mémoire, issues de l'histoire de l'art ou de la culture populaire.

Il les traite au moyen de différents outils aux qualités spécifiques, et fait apparaître les formes sur des supports variés. Il opère, selon ses humeurs, une hybridation, une fusion entre des choix sources, faisant des œuvres des organismes vivants, à l'identité changeante.

En vitrine, deux peintures sont au regard l'une de l'autre. Les deux portraits, réunis en un geste d'association de leurs différences, représentent des créatures androgynes qui nous interpellent.

Vernissage de la vitrine de Maxime Thieffine
Maxime Thieffine, sans titre, 2017 © Maxime Thieffine








[20:00-23:00] Avant-première du film "Fast & Furious 8"
Location:
Le Grand Rex
1, boulevard Poissonnière
75002 Paris
M° Bonne Nouvelle
France
Phone : +33 (0)8 92 68 05 96
Internet Site : www.legrandrex.com
Description:
en présence de Vin Diesel, Charlize Theron, F. Gary Gray

Avant-première du film "Fast & Furious 8"

Avant-première du film "Fast & Furious 8"
Avant-première du film "Fast & Furious 8"
Avant-première du film "Fast & Furious 8"
Avant-première du film "Fast & Furious 8"
Avant-première du film "Fast & Furious 8"

[20:00] Vernissage de l'exposition "GHIBLI, LES ARTISANS DU RÊVE"
Location:
Saint-Ouen
Saint-Ouen
93400 Saint-Ouen
M° RER C Saint-Ouen, Garibaldi, Mairie de Saint-Ouen
France
Internet Site : www.saint-ouen.fr
Description:
Commune Image
8, rue Godillot
93400 Saint-Ouen

LE MOIS GHIBLI

À l'occasion de la sortie du mook GHIBLI, LES ARTISANS DU RÊVE (déjà disponible en pré-commande), découvrez une exposition inédite ! Du 5 au 30 avril, venez contempler de magnifiques dessins en hommage au Studio Ghibli, réalisés par des artistes français de talent !

Le mois d'avril sera LE MOIS GHIBLI puisqu'en parallèle de l'exposition, une série de tables rondes et de projections seront proposées ! Elles sont gratuites et tout public, dans la limite des places disponibles. Pour les projections, il est nécessaire de vous inscrire via :
https://www.weezevent.com/ghibli-les-artisans-du-reve.

Programme :

5 avril
Sortie du mook
20 h inauguration de l'exposition
Dédicaces et vente du mook

14 avril
15 h table ronde « Les contes et légendes dans les films Ghibli »
16 h projection de Kiki, la petite sorcière (gratuit, place limitée et réservation obligatoire)

21 avril
19 h table ronde « L'impact de Ghibli dans l'animation »
20 h projection de Pompoko (gratuit, place limitée et réservation obligatoire)

26 avril
19 h discours de fin d'exposition et débats autour de Ghibli
22 h projection de La Tortue Rouge (gratuit, place limitée et réservation obligatoire)

DU 5 AU 30 AVRIL
Ouvert de 10 h à 19 h du lundi au vendredi.
Soirées spéciales les 5, 21 et 26 avril jusqu'à minuit

Vernissage de l'exposition "GHIBLI, LES ARTISANS DU RÊVE"

14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés