Saturday, April 8, 2017
Public Access


Category:
Category: All

08
April 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

  Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"
Location:
Atelier Néerlandais
Fondation Custodia
121, rue de Lille
Hôtel Turgot
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 12 40
Fax : +33 (0)1 45 56 00 77
Mail : info@institutneerlandais.com
Internet Site : www.institutneerlandais.com
Description:
Du 4 février au 7 mai 2017
Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Tarifs : Plein tarif 10 € / Tarif réduit 7 €

Pour la première fois après quatre siècles de séparation, sont réunis des tableaux des plus grands artistes hollandais du Siècle d'Or avec leurs dessins préparatoires. Après son succès à la National Gallery of Art de Washington pendant l'automne 2016, la Fondation Custodia est heureuse de présenter à Paris vingt-et-une peintures et une centaine de dessins, au nombre desquels deux rares carnets d'esquisses et un exceptionnel album offrant une immersion dans les ateliers du XVIIe siècle.

L'exposition dévoile le fruit des années de recherche de plusieurs spécialistes, qui se sont penchés sur la façon dont les artistes néerlandais utilisaient le dessin dans leur processus pictural. Sur les quelques milliers de dessins ayant traversé les siècles jusqu'à nous, ils ont réussi à en mettre certains en rapport avec une peinture identifiée. L'exposition bénéficie de prêts de nombre des plus grands musées et cabinets d'arts graphiques du monde. Aux côtés des œuvres de la Fondation Custodia et de la National Gallery of Art de Washington, on peut voir entre autres des peintures et des dessins du Metropolitan Museum of Art de New York, du Fogg Art Museum de Boston, du Rijksmuseum d'Amsterdam, de l'Albertina Museum de Vienne, de l'Ashmolean Museum d'Oxford, du British Museum de Londres, de la Gemäldegalerie ou encore du Kupferstichkabinett de Berlin.

Une section introductive illustre la pratique du dessin des peintres hollandais au XVIIe siècle. Avec leurs études esquissées d'après des modèles, leurs croquis exécutés dans la nature - capturant paysages, arbres et bâtisses pittoresques, animaux... -, leurs études de mains, de bras, de têtes... les artistes se constituaient un répertoire de motifs dans lequel ils pouvaient puiser à loisir pour créer leurs tableaux.

Cette plongée dans les coulisses des ateliers permet de comprendre les méthodes de création d'une quarantaine des plus grands peintres hollandais et de passer en revue tous les genres picturaux : de la nature morte aux marines, des intérieurs d'églises aux scènes mythologiques et bibliques.

Si Rembrandt (1606-1669) fut un formidable dessinateur, on connaît très peu de feuilles directement préparatoires pour ses tableaux. L'un de ces très rares exemples est cependant présent dans l'exposition : pour la composition complexe de son Saint Jean-Baptiste prêchant, le maître hollandais a étudié dans différents dessins le personnage central et la foule assemblée pour écouter le saint. On peut suivre l'artiste dans sa recherche d'une posture, d'une expression ou du détail d'un costume.

Scènes de genre et portraits jalonnent le parcours de l'exposition. Le public peut notamment admirer les études de compositions d'Adriaen van Ostade (1610-1685) qui les multipliait et détaillait ensuite certaines de ses figures dans des dessins à la pierre noire dont plusieurs exemples sont exposés.

Après les « reportages » de batailles en mer et « portraits » de navires des célèbres peintres de marines Willem van de Velde père et fils, le visiteur pourra se pencher sur les méthodes de création de plusieurs des meilleurs paysagistes hollandais. La vue plongeante sur Amsterdam que Jacob van Ruisdael (1628/29-1682) réalisa sans aucun doute sur le motif, depuis les échafaudages d'un bâtiment en construction, a été le point de départ d'un remarquable tableau. La feuille, quoique de facture très enlevée, fournit d'infinis détails pour la description de la ville au premier plan, tandis que Ruisdael extrapole la moitié supérieure avec un ciel nuageux dont il avait le secret.

L'exposition et le catalogue sont le résultat d'une étroite collaboration d'un groupe international de spécialistes, sous la houlette de Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, Peter Schatborn, ancien directeur du Cabinet d'arts graphiques du Rijksmuseum, Amsterdam, et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur des peintures nordiques à la National Gallery of Art, Washington. Le catalogue, disponible en français et en anglais, constitue la première étude sur le sujet et offre un panorama complet du XVIIe siècle hollandais.


Catalogue
Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt
Fondation Custodia, Paris, National Gallery of Art, Washington, Skira editore, Milan, 2016
318 pp., 31 x 24,5 cm, ca. 300 illustrations couleur, relié
ISBN 978-88-572-3345-1
Prix : 59,00 €

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt" - Dirck Hals
Dirck Hals (1591-1656)
Études d'un homme assis, fumant la pipe, et de deux jambes, 1622-1627
Pinceau et encre brune, peinture brune, rehauts de gouache blanche, sur une esquisse à la pierre noire, 277 x 178 mm
© Rijksmuseum, Amsterdam

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Affiche de l'exposition

Du 21 février au 7 juin 2017
Lundi au vendredi 11h à 18h30
Samedi et dimanche 13h à 18h
Fermé les jours fériés

Entrée libre

Le Musée de La Poste propose l'exposition Rancillac Rétrospective du 21 février au 7 juin 2017 à l'espace Niemeyer.

Commissaire de l'exposition : Josette Rasle
Scénographe : Jean-Claude Salliou

Bernard Rancillac est l'un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l'inventeur d'une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faire accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l'actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l'art.

La rétrospective de Bernard Rancillac proposée à l'Espace Niemeyer par le Musée de La Poste, actuellement fermé pour rénovation, réunit sur plus de 1300 m2 une centaine de pièces : peintures, objets, affiches, installations, collages... s'étalant de 1961 à 2015. Elle permet une approche complète et représentative du parcours de l'artiste né en 1931 et grande figure de la Figuration Narrative.

Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l'actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l'art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l'abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d'art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d'art moderne de la ville de Paris, l'exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l'utilisation qu'ils font de l'image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d'images très variées (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo...) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d'inventions formelles d'une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma...), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l'histoire de l'art ». Bien que l'effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Jeune égorgée, 1998
Acrylique sur toile, 165 x 250 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Notre Sainte Mère La Vache n°2, 1972
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 116 x 89 cm, Musée des beaux-arts, Dole

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Section rythmique de Miles Davis, 1974
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 162 x 162 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Belfast, 1977
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 146 x 114 cm, coll. Martine et Michel Brossard, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Le Muezin, 2013,
Acrylique sur toile, 130 cm x 197 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Les Afghanes, 2004, Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017
Acrylique sur toile, 130 cm x 195 cm, coll. de l'artiste, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Où es-tu, que fais-tu ?, 1965
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Huile sur toile, 178 x 195 cm, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Enfer-Paradis, 2007,
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 230 x 500 cm

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Gilda (Cinémonde n°56), 1989
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 195 x 130 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Sakeo, (camp de réfugiés Khmers), 1996
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile,200x200 cm, coll. La Croix-Rouge monégasque - Don de l'artiste

08:00  
09:00  
10:00  
11:00 [11:00-19:00] Finissage de La Sainte Paire : NOOGA & OSPER
Location:
Galerie Lacroix
19, rue Lesage
75020 Paris
M° Pyrénées, Belleville
France
Mobile : +33 (0)6 64 87 60 88
Mail : galerielacroix@gmail.com
Internet Site : www.galerie-lacroix.com
Description:
Pour clôturer aussi bien qu'elle à commencer l'exposition de 'la Sainte Paire' à la Galerie, Nooga & Osper vous y (re)invitent ce Samedi pour une journée de finissage sympathique et ensoleillé.

Au programme :
- Live Painting
- de 11h à 15h, on vous offre le café
- de 16h à 19h, on sort les bières fraîches
- Musique (la mixtape des artistes)




La SAINTE PAIRE, tandem créatif composé de NOOGA l'excentrique & OSPER l'appliqué investit la Galerie Lacroix pour sa première exposition.

Ce duo tout terrain (Muraliste, Illustrateur et Designer) se situe à la croisée des chemins de la culture Hip Hop, Pop, et de l'univers illustratif du Comics et de la Bande Dessinée.

Aussi différents que complémentaires, Nooga & Osper vous proposent de découvrir leurs mondes empreints de références symboliques, mythologiques et mystiques.

Le vendredi 3 mars à partir de 19h, la galerie est heureuse de vous accueillir autour d'un verre pour la soirée de lancement de l'exposition, en présence des artistes.

Vernissage de La Sainte Paire : NOOGA & OSPER

[11:00] Inauguration du Mois de la Photo du Grand Paris
Location:
Magasins Généraux
Magasins Généraux de Pantin
1, rue de l'Ancien Canal
93500 Pantin
M° Eglise de Pantin
France
Mail : Hello@magasinsgeneraux.com
Internet Site : www.magasinsgeneraux.com
Description:
Audrey Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication
Anne Hidalgo, Maire de Paris
Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France
Bruno Julliard, Premier adjoint à la Maire de Paris
Agnès Evren, Vice-Présidente de la Région Île-de-France chargée de l'éducation et de la culture
Noël Corbin, Directeur des Affaires culturelles de la Ville de Paris

Henry Chapier, Président de la Maison Européenne de la Photographie
Jean-Luc Monterosso, Commissaire général du Mois de la Photo du Grand Paris
François Hébel, Directeur artistique du Mois de la Photo du Grand Paris
Mercedes Erra et Rémi Babinet, Fondateurs de BETC

Vous prient de bien vouloir assister
à l'inauguration du

Mois de la Photo du Grand Paris
(Avril 2017)
le samedi 8 avril 2017 à 11h

Contact presse :
Oriane Zerbib - ozerbib@communicart.fr
+33 1 71 19 48 04

Inauguration du Mois de la Photo du Grand Paris




Vernissage de l'exposition "Les Grands Parisiens"

- 3 STUDIOS PHOTO professionnels
- 1 EXPOSITION de Françoise Huguier

Cet évènement fait parti du Week-End Intense Nord/Est (les 8 et 9 avril)
L'exposition sera ensuite accessible jusqu'au 30 avril 2017
les vendredis, samedis, dimanches
De 10h à 19h

Les Grands Parisiens est un projet conçu comme une plateforme collaborative et évolutive qui va transformer Les Magasins généraux durant tout le mois d'avril à la fois en centre de production photographique et en espace d'exposition.
Au cœur de la plateforme, les Grands Parisiens, et plus spécifiquement, leurs familles pour tenter de dresser un premier portrait des habitants du Grand Paris.

Les Grands Parisiens s'organise en deux volets se faisant échos :
- Une exposition à créer :
les Grands Parisiens sont invités à venir se prendre en photo en famille grâce à trois studios photo professionnels (sur réservation / lien ci-dessous). Ils pourront ainsi contribuer à cette exposition participative en exposant leur portrait de famille dans l'espace.
- Une exposition à découvrir :
celle de la photographe Françoise Huguier qui à travers son exposition « Grand Paris. L' approche intimiste de Françoise Huguier »

Vernissage de l'exposition  Les Grands Parisiens 

[11:00] Vernissage de Gabrielle Brouwer "4 couleurs"
Location:
Hôtel Anne-de-Pisseleu
Département Culture et Patrimoine
Place de l’Hôtel-de-Ville et des Droits-de-l’Homme
91150 Etampes
M° RER C Etampes
France
Phone : +33 (0)1 69 92 69 07
Mail : service.culturel@communaute-communes-etampois.fr
Internet Site : www.etampes.fr
Description:
du 8 au 29 avril

Vernissage de Gabrielle Brouwer "4 couleurs"

[11:00] Vernissage de l'exposition "Paysages Fantômes"
Location:
Marseille
Marseille
13000 Marseille
M° Gare SNCF Marseille Saint-Charles
France
Internet Site : www.marseille.fr
Description:
Studio Fotokino

avec Kevin Lucbert, Roméo Julien et Dans le ciel tout va bien !


[12:00-19:00] Lancement de la Collection #005 - Luie & Guests
Location:
Bliss Studio Paris
70, rue Notre Dame de Nazareth
75003 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis, Temple, Arts et Métiers
France
Mail : hello@blissstudioparis.com
Internet Site : www.blissstudioparis.com
Description:
Pour le lancement de la Collection #005, Luie investit une fois de plus le magique Bliss Studio Paris au 70 rue Notre Dame de Nazareth.

Pour cette journée qui sera placée sous le signe de la douceur et du voyage, Luie s'entoure de marques aux univers forts.

Scénographie par Land Of Dreams
Un atelier couronnes de fleurs fraîches de 16h à 19h
Des bulles pour vous accueillir

LES MARQUES

Pour vous habiller
Luie
Luie imagine le basique féminin autrement en proposant des collections intuitives.
Sa marque de fabrique sont les bodies auxquels s'ajoutent des combinaisons et des vestes.
Pour cette nouvelle collection Luie a eu envie de fraîcheur pour l'été, de fleurs parce que ça fait du bien, de légèreté parce qu'on en manque et de féminité, fil rouge des collections Luie.
www.luie.fr
@luie.fr

Pour votre bien-être
Jerraflore
Dans un monde en perpétuel mouvement où l'on ne trouve pas le temps de se détendre, Jerraflore invite à la pause et prend soin de vous. Agréable, délicieux, moderne et healthy, ce concept se décline en produits d'épicerie fine, de hammam et de spa, en huiles de massage et en produits de beauté.
http://www.jerraflore.com
@jerraflore

Pour vous faire rêver
Land Of Dreams
Créateur d'Attrape-rêves, accessoires déco d'intérieur glamour et poétiques. Pour apporter un peu de rêve chez vous.
www.landofdreamsbykm.com
@landofdreamsbykm

Pour vous faire voyager
Sofa Sofar
Sofa Sofar est né d'une passion commune pour le voyage de deux amis et cofondateurs Alice de Montalivet et Grégoire Genty. Ils ont à eux deux sillonné 80 pays. L'un passionné de littérature et de musique, l'autre de cinéma et de photographie, ils ont rassemblé leurs univers autour du voyage.
Sofa Sofar vous permet de découvrir des pays inconnus depuis votre Sofa ou vous accompagne dans votre voyage Sofar. Quoi lire ? Quoi voir ? Quoi écouter ?
Naviguez en eaux troubles sur
www.sofasofar.com
@_sofasofar

Lancement de la Collection #005 - Luie & Guests




[14:00-19:00] Finissage de l'exposition "Murs Ouverts #19"
Location:
Le Lavo//matik
arts urbains
20, boulevard du Général Jean Simon
75013 Paris
M° Tram 3a Avenue de France, Bibliothèque François Mitterrand
France
Phone : +33 (0)1 45 83 69 92
Mail : benoit.maitre@wanadoo.fr
Description:
Anniversaire 3 ans du Lavo

25 mars - 7 avril

19ème édition des Murs Ouverts ! Avec de nouvelles oeuvres, de nouveaux artistes, on va s'en mettre plein les yeux !
Et le même jour, ce sera pile poil le troisième anniversaire de l'existence du Lavo//Matik !
Donc nous vous proposons de fêter ça ensemble et comme vous avez été tellement nombreuses et nombreux à nous soutenir, nous motiver, nous encourager, nous émerveiller, nous voulons vous proposer un petit jeu ludique qui vous permettra sur cette journée et cette journée uniquement de bénéficier d'une remise dont vous déterminerez vous-même le montant :
Un plateau, deux dés, et vos achats du jour seront diminués du montant de votre lancer de dés : par exemple, 6 et 5 = 11 % de remise.
Bon oui c'est peu de chose, mais c'est l'idée que nous avons eu pour vous rendre un peu de ce que vous nous avez donné tout au long de ses trois années :)

[14:00-18:00] Présentation de L'Appartement
Location:
Galerie Pascal Vanhoecke
14 bis, rue du Docteur Gosselin
94230 Cachan
M° RER B Arcueil - Cachan
France
Mobile : +33 (0)6 84 07 57 00
Mail : contact@galeriepascalvanhoecke.com
Internet Site : www.galeriepascalvanhoecke.com
Description:
présenté lors de Art Paris Art Fair

Deux cocktails organisés à la galerie pour redécouvrir les œuvres accrochées sur le stand :
- Vendredi 7 avril de 18 heures à 22 heures
ou
- Samedi 8 avril, de 14 heures à 18 heures

avec les œuvres de Michael Burges, Francois Calvat, Tony Soulié, ...

[14:00-20:00] Vernissage de David Scher "Une curieuse histoire médiévale"
Location:
Galerie Jean Brolly
16, rue de Montmorency
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 42 78 88 02
Fax : +33 (0)1 42 78 88 03
Mail : galbrolly@wanadoo.fr
Internet Site : www.jeanbrolly.com
Description:
Exposition du 8 avril au 20 mai 2017
Vernissage samedi 8 avril 2017 à partir de 14h
Performance « Oldscratch » de Douglas Henderson (guitare & more) et David Scher (clarinette) à 18h

"Lorsque Cidrolin sortit sur le pont le lendemain matin, il aperçut le duc qui coupait les amarres avec un couteau de cuisine, cependant qu'Empoigne et les ecclésiastiques, à l'aide de perches, éloignaient péniblement la péniche du rivage.
- On peut savoir ce que vous êtes en train de faire? demanda Cidrolin poliment.
- Je rentre chez moi, répondit le duc."

Le roman "Les fleurs bleues" de Raymond Queneau (1965) a librement inspiré les dessins de David Scher.

Vernissage de David Scher "Une curieuse histoire médiévale"

Vernissage de David Scher "Une curieuse histoire médiévale"





[15:00-19:30] Vernissage de Damien Hirst "Treasures from the Wreck of the Unbelievable"
Location:
Venise
Venezia - Venice
Venise
30100 Venise
Italia
Internet Site : www.comune.venezia.it
Description:
Palazzo Grassi
Pointe de la Douane
www.palazzograssi.it

Damien Hirst
"Les trésors de l'épave de L'incroyable"

commissaire : Elena Geuna

Jusqu'au 3 décembre 2017



Le choc : un tentaculaire projet rempli de dieux, d'or, de bronze et de légendes. L'œil, l'esprit ont du mal à y croire. Et pourtant... Certains artistes ont le goût des pièces immenses. D'autres, celui de la production en grand nombre. Et il y en a un qui fait les deux : Damien Hirst. Né en 1965, la superstar de l'art britannique présente une exposition incroyable à la fondation Pinault de Venise. Il s'agit d'un des desseins les plus ambitieux mis en place depuis bien longtemps sur la planète de l'art contemporain. Hirst remplit en effet intégralement les deux espaces de la Pointe de la Douane et du Palazzo Grassi avec pas moins de 189 œuvres dans toutes les matières, or, argent, marbre, bronze, malachite ou verre. Dans tous les genres, aussi, de la statue à la pièce de monnaie, et dans tous les formats, du plus petit au plus colossal.
L'artiste nous raconte le rêve qui l'anime, et peut-être le consume depuis pas moins de dix ans : un récit auquel il veut que l'on croie et qui livre son dernier chapitre dans cette ville elle-même hors norme, bâtie par les marchands sur des pilotis et battue par les flots contre lesquels elle résiste depuis des siècles. Écoutez-la donc, cette histoire. Elle vous est contée depuis un palais du XVIIIe siècle qui donne sur le sublime Grand Canal, mais aussi depuis un bâtiment qui servit de douane maritime à l'époque de la Sérénissime, surmontée d'une girouette représentant la déesse de la fortune.

Cultes oubliés

Il était une fois, dans l'Antiquité, un bateau baptisé L'Incroyable qui transportait une extraordinaire cargaison d'œuvres et d'objets d'art rassemblée par un collectionneur de l'époque. Le bateau sombra et c'est son contenu, miraculeusement sauvé des eaux par Damien Hirst lui-même, avec une équipe d'archéologues sous-marins, qui est montré à Venise. Les faits sont même rapportés dans un livret distribué aux visiteurs à l'entrée des deux musées : « En 2008 le vaste site d'un naufrage a été découvert au large des côtes de l'Afrique de l'Est, donnant créance à la légende de Cif Amotan II, un esclave affranchi d'Antioche ( au nord-ouest de la Turquie) qui vécut du milieu du premier siècle au début du deuxième siècle de l'Ère commune ».

Parmi les pièces retrouvées, une statue d'Ishtar, la déesse mésopotamienne qui apprivoise les bêtes féroces, une autre de Tadukheba, princesse égyptienne, le crâne effrayant d'un cyclope, une figure d'Ife du Nigeria, un éléphant chinois de la période Zhou (475-221 av. J.-C.), un Bouddha du nord de l'Inde, la sculpture d'un terrible minotaure surpris en plein viol et un coquillage géant qui aurait bien pu donner naissance à Vénus... D'autres pièces encore, dans ce foisonnement de formes, se dressent dans des matières sublimes qu'on utilise désormais rarement. Les reliques de cultes inconnus, ou oubliés, en marbre de Carrare, en marbre rose, en agate grise, en or, en argent, en calcaire, en tourmaline, en cristal de roche, en malachite, en jade et encore et encore...

Tout au long de l'exposition, des vidéos projetées montrent les œuvres en situation dans les fonds marins. Elles sont d'ailleurs, très souvent, toujours couvertes de leurs coraux multicolores, traces de leur séjour subaquatique. Mais quand on y regarde de plus près, on découvre qu'il s'agit de trompe-l'œil. Ces statues sont faites de bronze peint. Le corail parfaitement reproduit n'en est pas. D'ailleurs, nombre de ces sculptures géantes de déesses et autres monstres répondent à un style très contemporain qui tient plus de l'esthétique des super-héros ou des mangas (hyper musculature et traits fins) que du classicisme mesuré des canons antiques. Le trouble s'installe : que regardons-nous ?

Suspension consentie de l'incrédulité

L'exposition a été baptisée « Les trésors de l'épave de L'Incroyable ». Comme l'explique le directeur de la fondation Pinault, Martin Béthenod, « il y a plusieurs hypothèses quant à l'origine des objets présentés, mais ici il faut tout simplement se laisser prendre par ce que l'on voit, ce que le poète anglais Samuel Coleridge appelait la suspension consentie de l'incrédulité ».

Le spectateur, en effet, commence par regarder les œuvres une à une. Mais très vite, il se laisse prendre par le gigantisme de la démonstration. Le bateau supposé retrouvé s'appelle L'Incroyable, et il porte incroyablement bien son nom. L'œuvre qui restera dans toutes les mémoires des visiteurs est située dans l'atrium du Palazzo Grassi. C'est là que super Damien a quasiment « encastré » un bronze de 18 mètres de hauteur. Un colosse dont la tête, coupée, gît près du corps. Ce démon aux ongles acérés, ce Gulliver de l'art contemporain, est inspiré d'une peinture du romantique anglais William Blake.

L'artiste, auteur de cette fable aux reliques imaginaires, a en effet embrassé large dans ses sources d'inspiration, depuis l'Égypte antique jusqu'à Walt Disney, depuis l'art précolombien jusqu'à l'artiste actuel américain Paul McCarthy, l'anachronisme jouant l'élément perturbateur. Hirst jongle avec l'histoire de l'art. Ses créations peuvent faire penser aux périodes surréalistes de Dali et de Chirico, à Champollion pour sa passion pour l'Antiquité, mais aussi aux formes lisses et rebondies des héroïnes de la pop culture contemporaine. Un seul homme est pourtant à l'origine de cette masse d'objets. Comment a-t-il pu créer tout cela en secret pendant si longtemps ?

Dans une interview au Point en avril 2010, Hirst racontait que son objectif, lorsque les visiteurs découvraient ses œuvres, était qu'ils émettent des « waouh ! » de fascination. À Venise, on peut émettre des « waouh ! » en cascade. Mais, même si certaines pièces sont plus pertinentes que d'autres, la véritable œuvre, c'est bien la collection dans son ensemble, présentée dans ces deux lieux.

Frondeur

Hirst confirme qu'il est un artiste frondeur. Une attitude qui, jadis, n'a pas toujours payé. Si, comme le montrait parfaitement sa rétrospective à la Tate Modern en 2012, l'ancien Young British Artist a mis au point dès la fin des années 1980 un vocabulaire unique, fait de poésie et de trash, de papillons, de seringues, d'animaux (comme le requin nageant pour l'éternité dans un liquide translucide ou l'installation composée de mouches dévorant une viande en putréfaction), mais aussi de peintures à pois multicolores (un symbole de l'omniprésence des médicaments dans notre vie), il n'a pas été ces dernières années au top des sondages d'opinion dans le monde de l'art. La rétrospective fut un succès de fréquentation (465 000 visiteurs), mais un échec critique. Hirst se répétait et faisait davantage parler de lui par ses coups marketing comme en 2007, lorsqu'il décrocha les unes de la presse planétaire en présentant un moulage de crâne humain incrusté de diamants d'une valeur de 100 millions de dollars...
En 2008 encore, ce joueur invétéré tentait et réussissait un geste qui ne manquait pas de panache, avec sa giga vente aux enchères chez Sotheby's à Londres. Il y écoulait toute une production récente, veaux d'or dormant dans le formol et papillons fixés pour l'éternité dans une peinture létale. Par là même, il transformait les coups de marteau en un geste artistique : un bras d'honneur au système. Car cette reprise de contrôle miraculeuse de son marché advenait le jour même où la banque Lehman Brothers se déclarait en faillite.

Mais une question demeurait, cruciale : Damien Hirst était-il encore capable de produire des choses nouvelles ? Pouvait-il faire parler de lui autrement que dans le domaine des opérations immobilières, dont la presse anglaise se fait couramment l'écho ?

La réponse est à Venise. Avec « Les trésors de l'épave de L'incroyable », l'artiste crée non pas un nouveau style, mais une infinité de styles. Le plus incroyable dans l'affaire, c'est que pendant dix ans, il s'est absolument tu sur ce projet. Elena Geuna, la commissaire de l'exposition, le confirme : elle faisait partie des rares personnes mises dans la confidence. Épris d'antiquité et de mythes, ce joueur de haute volée qui a arrêté l'alcool, changé de femme, et opportunément renoué avec le marchand d'art Larry Gagosian, fait un pari financier et artistique osé. Il a décidé de produire lui-même toutes les pièces de ce trésor englouti, et aujourd'hui ressuscité. Il n'y a pas que la mort à Venise.

Vernissage de Damien Hirst "Treasures from the Wreck of the Unbelievable" "Les trésors de l'épave de L'incroyable"

Vernissage de Damien Hirst "Treasures from the Wreck of the Unbelievable" "Les trésors de l'épave de L'incroyable"

Vernissage de Damien Hirst "Treasures from the Wreck of the Unbelievable" "Les trésors de l'épave de L'incroyable"

Vernissage de Damien Hirst "Treasures from the Wreck of the Unbelievable" "Les trésors de l'épave de L'incroyable"

Vernissage de Damien Hirst "Treasures from the Wreck of the Unbelievable" "Les trésors de l'épave de L'incroyable"






[16:00-20:00] Lancement du livre "Rhône" de Nicolas Boulard
Location:
Librairie Florence Loewy
Books by Artists
9-11, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 44 78 98 45
Fax : +33 (0)1 44 78 98 46
Mail : info@florenceloewy.com
Internet Site : www.florenceloewy.com
Description:
Le livre « Rhône » a été écrit pendant la préparation de l'exposition « La Dynamique des isoplèthes » au centre d'art contemporain la Halle des bouchers de Vienne dans la vallée du Rhône.

Le travail d'écriture a débuté à 3200 m d'altitude, sur le glacier du Rhône en Suisse et s'est achevé 812 km plus loin à Port-Saint-Louis-du-Rhône en Camargue. Les textes sont accompagnés de photos prises lors de ce voyage.

Cet ouvrage a été mis en page par Claire Moreux et est publié aux éditions Galerie Eva Meyer.

Rhône
un livre de Nicolas Boulard
56 pages
10,5x19 cm
600 exemplaires
10€

11 tirages de têtes comprenant :
un exemplaire du livre "Rhône" + un tirage couleur à encre pigmentaire d'une des 11 images reproduites dans le livre au format 20x16 cm sur papier 24x30 cm. Chaque tirage est une édition 1 exemplaire + 1 épreuve d'artiste.
L'ensemble est présenté dans un coffret en bois au format 32x26 cm.

Ce projet a bénéficié du soutien de Lafayette Anticipations - Fondation d'entreprise Galeries Lafayette, Paris
Remerciements pour leur soutien dans la réalisation de ce projet :
Marc Bembekoff, Gilles Berquet et Mirka Lugosi, Jeanne et Francis Boulard, Eva Meyer-Zerbib, François Quintin

Lancement du livre "Rhône" de Nicolas Boulard

[16:00-20:00] Vernissage d'Alain-H "Sweet Florida"
Location:
Marseille
Marseille
13000 Marseille
M° Gare SNCF Marseille Saint-Charles
France
Internet Site : www.marseille.fr
Description:
Galerie Marius
2 rue Méry
13002 Marseille

du 4 au 20 avril 2017

Alain Guyot aka Alain-H Guyot
http://www.alain-h.fr

Vernissage d'Alain-H "Sweet Florida"

[16:00-21:00] Vernissage d'Analia Saban "The Warp and Woof of Painting"
Location:
Galerie Praz Delavallade
5, rue des Haudriettes
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 45 86 20 00
Fax : +33 (0)1 45 86 20 10
Mail : gallery@praz-delavallade.com
Internet Site : www.praz-delavallade.com
Description:
8 avril - 17 juin 2017

Imaginez une énorme pelote barrant l'entrée du studio. Une boule impressionnante composée de fils de chanvre provenant de l'épiderme de nombreuses toiles disséquées par l'artiste. Une sorte de tissu épithélial qui donnait à cette sculpture force et sérénité. L'uniformité de la pigmentation apparentée à une peau laissait entrevoir une sorte de tissu conjonctif, un derme papillaire dense donnant à voir la profondeur de la peinture. Cette vision fut celle que je découvris en visitant Analia Saban pour la première fois. Une rencontre totémique. Economie du verbe et du geste. Au travers de cette sculpture Analia Saban édictait ses règles qui allaient devenir force de loi.
Détricoter, diviser, déconstruire, dénouer, démanteler, parfiler. Saban n'a eu de cesse de chercher son propre Graal en analysant au fil de ses créations ce que la peinture, sa peinture, devait être. Un questionnement qui l'implique certes, mais bien au-delà de la peinture, sculptures, dessins, photographies n'échappent pas à son analyse, voire à sa vindicte, en poussant les limites et les capacités de chaque médium tout en faisant siennes les répercussions idéologiques au-delà des genres et types de travaux concernés. The Warp and Woof of Painting, titre de sa présente exposition, n'échappe pas à la règle. Une expression empruntée au langage des métiers de lisse qui véhicule également une locution utilisée comme métaphore pour souligner une structure sur laquelle une chose d'importance est construite. Analia Saban nous dévoile au sein de cette exposition ses nouvelles propositions. Une mise en perspective de ce procédé de tissage démultipliée en petites peintures, de vrais bijoux, des trésors.
L'artiste s'exerce à nous montrer avec quelle dextérité elle joue à diversifier son œuvre, soulignant l'intime proximité entre l'acte de tisser cette peinture acrylique en l'imbriquant dans la toile. Un exceptionnel travail où l'intelligence de la main se conjugue avec la sensibilité du créateur, les œuvres ayant été réalisées sur un métier à tisser au sein de son atelier. De très jolis termes se rappellent à mon souvenir - navette, trame, bâton de cueillette, navette volante - des mots quasiment disparus avec l'ère industrielle, seuls les artistes ont encore ce pouvoir de l'évocation, Analia Saban est l'une d'entre eux.
- René-Julien Praz

Née en 1980 à Buenos Aires, Argentine, Analia Saban vit et travaille à Los Angeles. Après avoir reçu son B.F.A. en 2001 à la Loyola University, New Orléans, elle poursuit ses études à l'University of California, Los Angeles, où elle obtient son M.F.A en 2005. Très vite, le travail de l'artiste fait l'objet de nombreuses expositions personnelles et collectives, et ce, aussi bien en Amérique qu'en Europe. Ses expositions se succèdent dans des institutions muséales telles que le LACMA, Los Angeles (2014-2015), Museum of Contemporary Art, Oslo (2014-2015), Rubell Family Collection Contemporary Art Foundation, Miami (2015-2016), ou encore le Georgia Museum of Art, Athens (2016), pour ne citer qu'eux. Il y a quelques mois, elle a également investi le Blaffer Art Museum (Houston) qui lui consacra une exposition personnelle. Après avoir remporté en 2009 le prix Durfee Foundation ARC, Analia Saban est désignée l'année suivante Lauréate du City of Santa Monica Artist Fellowship. Aujourd'hui, ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections privées et publiques, dont le Hessel Museum of Art, Bard College, Annandale-on-Hudson ; Hammer Museum, Los Angeles ; MOCA, Los Angeles ; Norton Museum of Art, West Palm Beach ou encore le LACMA, Los Angeles.

Vernissage d'Analia Saban "The Warp and Woof of Painting"
Analia Saban, YTBT, 2017
Peinture acrylique cousue sur lin sur panneau - 20,3 × 20,3 × 3 cm
Courtesy of the artist & Praz-Delavallade, Paris/Los Angeles

[16:00-21:00] Vernissage de Frédéric Delangle "Printemps indien"
Location:
Galerie Binôme
pour la photographie contemporaine
19, rue Charlemagne
75004 Paris
M° Saint-Paul, Pont Marie
France
Phone : +33 (0)1 42 74 27 25
Mail : info@galeriebinome.com
Internet Site : www.galeriebinome.com
Description:
11/04/2017 - 27/05/2017

dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris

Printemps indien, une exposition en quatre opus sur les mutations de l'Inde contemporaine, mixant photographie et sculpture, peinture collaborative et installation participative.

L'exposition "Printemps Indien" rassemble quinze années d'exploration de l'Inde contemporaine menée par le photographe français Frédéric Delangle, lequel cherche à tendre des passerelles entre le monde occidental et cet orient insaisissable : L'Inde a sa propre logique. Il faut l'observer, la sentir, la détailler, apprendre la patience et savoir quitter ses repères.

Sous couvert d'un aspect chaotique, la société indienne jouit d'une organisation régie par des systèmes. Frédéric Delangle prend plaisir à les décoder et de plus grandes libertés à nous les transmettre à travers des œuvres mixant la photographie avec la sculpture (série Microshop), la peinture collaborative (série Paris-Delhi) et l'installation participative (séries I shot the street & Stairway to heaven). Les ghats, les carrefours, la circulation de la foule et des transports, les échoppes noctambules font de l'urbain son objet d'analyse photographique. Il en donne une vision personnelle, interrogeant par la même notre regard d'européen, tout autant aux prises avec la mondialisation, notre Histoire et notre culture.

Dans ce va et vient entre les deux continents, Frédéric Delangle fait résonner deux civilisations que tout semblait pourtant dissocier. Dépassant le climat rigoriste actuel, il concilie engagement politique et artistique dans l'approche libre et décomplexée d'un pays émergent. Ce Printemps indien éveille aux mutations que connaît le monde contemporain à l'instar de celles du medium photographique.

Vernissage de Frédéric Delangle "Printemps indien"
Frédéric Delangle, Paris-Delhi 10ème arrondissement, série Paris-Dehli, 2013-2016
Copyright Frédéric Delangle, avec l'aimable autorisation de la Galerie Binome

[16:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Alter"
Location:
Le 6b
6-10, quai de Seine
93200 Saint-Denis
M° RER D Saint-Denis, Basilique de Saint-Denis
France
Phone : +33 (0)1 42 43 23 34
Mail : contact@le6b.fr
Internet Site : www.le6b.fr
Description:
08/04/2017 - 30/04/2017
du mercredi au samedi de 14h à 19h

Commissariat : Dagara Dakin

Vernissage de l'exposition collective "Alter"

Production d'œuvres inédites, l'exposition collective Alter se cristallise autour de l'altérité. Dans un processus créatif ouvert, chacun des quatorze artistes met à disposition du groupe ses réflexions et son projet sur le thème choisi. La méthodologie se veut perméable : contaminer, influencer, contribuer ou objecter... expérimentant ainsi l'altérité.

Le projet de l'exposition s'est cristallisé autour de la volonté de travailler ensemble. Tous résidents au 6b, les artistes évoluent dans un même espace, ils se côtoient, mais ne forment pas nécessairement des collaborations actives. Leurs champs de pratiques sont multiples : peinture, sculpture, architecture, graphisme, photographie, vidéo, acupuncture, sociologie... En discutant de leur participation à l'événement, ils ont sollicité des résidents familiers avec l'outil photographique, sans être tous photographes de métier. Dans le même temps, ils s'aperçoivent qu'ils ont, pour beaucoup, une attention sur ce qui est « autre ». Une autre manière de faire de la photographie, de regarder les autres dans la marge, dans la multiplicité... Le sujet devient évident, leur approche sera l'altérité.

Leur idée est de créer une exposition dans un temps commun avec la production d'œuvres inédites pour l'événement photographique du Grand Paris.

Ils instaurent un principe créatif ouvert. Chacun peut mettre à disposition du groupe ses réflexions, ses envies et son projet sur la question de l'altérité. Le processus créatif se veut perméable. Ils peuvent contaminer, influer, influencer, contribuer ou objecter... Cette porosité n'exclut pas à un repli dans l'intimité de création sur les phases de terrain et de prises de vue notamment. Des groupes se forment, de l'assistance est apportée pour les prises de vue qui le nécessitent, certaines se font à plusieurs.

Cette méthodologie de travail est ainsi une manière d'expérimenter l'altérité. Ils tentent de déplacer leur travail individuel en le confrontant aux points de vue du groupe, en le mélangeant à d'autres expériences et à d'autres compétences.

L'exposition regroupe 14 artistes pour une création inédite : Chloé Belloc, Cyberceb, Les Soeurs Chevalme, Laure Crubilé, Robin Dimet, Damien Gautier, William Gaye, Denis Gueville, Sandrine Lehagre, Julia Maria Lopez Mesa, Philippe Monges, Miki Nitadori, Jean-Marc Planchon, Ana Tamayo.

Vernissage de l'exposition collective "Alter" - William Gaye
William Gaye

Vernissage de l'exposition collective "Alter" - Miki Nitadori
Miki Nitadori







[17:00-20:00] Vernissage d'Ulla von Brandenburg "Two Times Seven"
Location:
Galerie Art : Concept
4, passage Sainte-Avoye
entrée par le 8, rue Rambuteau
75003 Paris
M° Rambuteau
France
Phone : +33 (0)1 53 60 90 30
Fax : +33 (0)1 53 60 90 31
Mail : info@galerieartconcept.com
Internet Site : www.galerieartconcept.com
Description:
Ulla von Brandenburg (née à Karlsruhe, 1974) présente Two Times Seven, sa nouvelle exposition personnelle à la galerie Art : Concept, Paris.

Du 8 avril au 13 mai, elle exposera un nouveau film, ainsi que des oeuvres sur tissus et un ensemble d'aquarelles sur bois.

Vernissage samedi 8 avril 2017 à partir de 17h

Vernissage d'Ulla von Brandenburg "Two Times Seven"
Ulla von Brandenburg, C, Ü, I, T, H, E, A, K, O, G, N, B, D, F, R, M, P, L, 2017 (film still)

Vernissage d'Ulla von Brandenburg "Two Times Seven"

[17:30-20:30] Vernissage de TOOF
Location:
Artclub Gallery
172, rue de Rivoli
75001 Paris
M° Palais Royal - Musée du Louvre
France
Phone : +33 (0)1 47 03 42 20
Mail : contact@artclub.fr
Internet Site : www.artclub.fr
Description:
œuvres originales

du 8 au 29 avril








[18:00-21:00] Finissage du ShR Labo "Corps communs"
Location:
Galerie du Buisson
4, rue du Buisson Saint-Louis
75010 Paris
M° Goncourt, Belleville
France
Phone : +33 (0)1 40 38 40 01
Mobile : +33 (0)6 19 57 20 19
Mail : galeriedubuisson@orange.fr
Internet Site : www.galeriedubuisson.com
Description:
en clôture de l'exposition CORPS COMMUNS de ShR Labo .
Performances de 18h a 20h
Laura Tristan Flores : La medicina del apapacho (La médicine de l'étreinte) En espagnol, « apapacho » est un mot familier qui provient du náhuatl (langue indigène la plus parlée au Mexique) « apapachoa » qui signifie « caresser l'âme ». En écho avec les traditions amérindiennes, La medicina del apapacho propose de créer un espace-temps privilégié de « soin » à deux pour « guérir » l'âme, la conforter, la caresser.

Anatoli Vlassov CHAIRS MOTS
Le public est invité à proposer les mots de son souhait au danseur. Des vocables sortent ainsi de la bouche des spect-acteurs pour atterrir dans la glotte de l'artiste, qui se met alors en Phonésie. Une danse synesthésique qui relie des gestes et des paroles en une chair commune.

E&&D Elodie Lachaud - Davide Napoli
En matière de Corps communs




Corps Communs (09-03/ 08-04) est une œuvre constituée d'un ensemble de structures élastiques permettant d'accueillir et de relier des personnes entre elles afin de vivre ou d'explorer les résonances d'un «corps commun». Le registre plastique proposé est constitué de sangles, d'élastiques, de sandows, bracelets ou caoutchoucs, cordes, mousquetons, et velcros colorés... qui s'activent en une exploration de l'équilibre avec l'autre et permet, à deux ou à quatre personnes, d'expérimenter l'espace et le mouvement .

ShR Labo est une fiction artistique d'un laboratoire de recherche et d'expérimentation sur le vivant et son milieu. Crée par l'artiste Sarah Roshem en 2000, ShR Labo transforme l'espace d'exposition en un terrain d'expérimentation d'œuvres participatives. Sarah Roshem y propose le déploiement d'œuvres possédant un double statut : celui de sculptures - accrochées ou posées - et celui de «structures» lorsqu'elles sont activées par le spectateur. L'œuvre d'art passe ainsi de sa valeur esthétique à sa valeur d'usage dans un va-et-vient entre repos et activation.

La galerie du BUISSOn vous accueille pour cette expérience les jeudis vendredi et samedi de 14 à 19h, des soirées plurielles, musicales et performatives seront également organisées, programme à venir.

Vernissage du ShR Labo "Corps communs"

[18:00-21:00] Vernissage d'Evgeny Antufiev "eternal garden"
Location:
Rome
Roma
Roma
00100 Roma
M° www.metropolitanadiroma.it
Italia
Internet Site : www.comune.roma.it
Description:
z2o Sara Zanin Gallery
https://twitter.com/Z2o_Gallery

Vernissage d'Evgeny Antufiev "eternal garden"

[18:00-21:00] Vernissage de Rachid Koraïchi "Les ancêtres liés aux étoiles"
Location:
A2Z Art Gallery
24, rue de l'Echaudé
75006 Paris
M° Mabillon, Saint-Germain-des-Prés
France
Phone : +33 (0)1 56 24 88 88
Mobile : +33 (0)6 74 76 85 29
Internet Site : www.a2z-art.com
Description:
Céramique, dessin, graphisme, installations...

8 avril - 6 mai 2017

Du 8 avril au 6 mai 2017, l'A2Z Gallery présente l'oeuvre de Rachid Koraïchi dans une exposition personnelle intitulée Les ancêtres liés aux étoiles.

Né en Algérie, Rachid Koraïchi vit et travaille en France depuis ses études aux Arts Décoratifs et aux Beaux-Arts de Paris. Attaché au dialogue entre les cultures, son oeuvre est marquée par le soufisme, courant de pensée mystique de la religion musulmane. L'A2Z Gallery présente actuellement plusieurs de ses créations.

En collaboration avec des artisans aux multiples spécialités, le plasticien créé un univers rempli de mysticisme et de spiritualité. Dans ses étendards, ses sculptures d'acier ou ses céramiques, il nous dévoile sa pensée, son intériorité, et nous questionne sur nos liens avec le spirituel. La poésie émanant des oeuvres délivre un discours sur l'islam loin des préjugés actuels. Chaque création renvoie un message de tolérance et de paix, associé aux symboles religieux musulmans : le bleu du ciel et de l'infini, le chiffre 7 de la perfection, accompagnés de la main de Fatma ou de talismans prophylactiques.

Les étendards, tissés dans la tradition des ateliers de Damas, figurent les ancêtres, ces étoiles du soufisme, dont la présence invisible impose le respect. Une forêt de soixante-quinze de ces soies brodées sur textile permet au visiteur de s'imprégner de leur présence, perdu au milieu des calligraphies et des talismans.

Nourri d'une pensée mystique soufie, Rachid Koraïchi continue à labourer le territoire des signes, des symboles, des taxes, des spiritualisés pour composer une œuvre particulière dans laquelle prennent place toutes ses installations. Dans ce projet à la galerie A2Z, il nous offre des éclats, un clin d'oeil à des projets déjà mis en place mais qui restent dans une belle cohérence : Les Ancêtres liés aux étoiles (2005-2008), Les Maîtres invisibles (2010-2011) et Dans ton regard Bleu (2013).

Vernissage de Rachid Koraïchi "Les ancêtres liés aux étoiles"
Rachid Koraïchi, Caresses les oiseaux bleus, 2017
Acrylique sur toile - 60 × 80 cm
Courtesy Rachid Koraïchi et A2Z Art Gallery, Paris

[18:00-20:00] Vernissage de l'exposition "Art au féminin"
Location:
Galerie Art' et Miss
14, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Chemin Vert, Saint-Paul
France
Phone : +33 (0)1 43 57 37 42
Fax : +33 (0)8 21 90 17 48
Mail : artetmiss@free.fr
Internet Site : www.artetmiss.fr
Description:
Du 2 au 30 avril 2017, venez découvrir une exposition d'art au féminin à la Galerie Art'et Miss.

Liste des artistes exposés :
Claudia Barsus
Chesca
Debair
Brigitte Dequeker
Ingrid
Jsna
Danielle Raspini
Roxana Wilson

Vernissage de l'exposition "Art au féminin"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "For Bus By Bus"
Location:
Module
9, rue Cyrano de Bergerac
75018 Paris
M° Jules Joffrin, Lamarck - Caulaincourt
France
Mobile : +33 (0)6 59 11 51 70
Mail : contact@lemoduleparis.fr
Internet Site : www.lemoduleparis.fr
Description:
Dessins & Céramiques

Inspiré par les travaux d'artistes comme Wes Wilson ou Rick Griffin mais aussi par les blockletters typiques des gangs de L.A., Bus avec ses dessins s'amuse à déstructurer la typographie au point de la rendre totalement abstraite voire décorative, celle-ci ne se résume plus alors qu'à de simples droites, courbes, formes pleines et déliées.
Depuis peu, c'est aussi par le biais de la céramique et son aspect tridimensionnel qu'il a pu développer un univers empreint d'humour noir avec des créations telles que ses ballons de baskets crevés.
Le nom de cette exposition « For Bus By Bus » est une référence directe à la marque Fubu emblématique des 90's, une décennie durant laquelle Bus a grandi mais aussi une décennie fortement imprégnée de culture américaine qui l'a évidemment influencé dans son travail.

Vernissage de l'exposition "For Bus By Bus"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Objets du désir"
Location:
ALMA espace d'art
5, rue de la Bûcherie
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Mobile : +33 (0)6 22 36 06 10
Mail : almaespacedart@gmail.com
Description:
Exposition du 8 au 30 avril 2017
Vernissage le 8 avril 2017 de 18h

Objets du désir
Johan Bonnefoy, Etienne Fleury, Renata Sgarbi
à la cave
Opening set & Jam session
Sava Meda Contrabass
Soheil Tabrizi Zadeh Guitar
Jesse Luostarinen Drums

"Je ne veux pas de l'amour. Si je me mets à aimer des trucs, je sais que ça va être pire, que ça sera encore une chose qui me causera du souci. Tout est moins douloureux quand on n'aime pas." (Clay, in Moins que zéro, Brett Easton Ellis, 1985)

A l'ombre des palmiers, dans la fraîcheur des piscines, Clay (qui peut aussi se traduire par argile) cherche l'ataraxie en zigzaguant sur les lignes blanches de Beverly Hills. La quête de la jeunesse dorée que met en scène Bret Easton Ellis se situe en-dessous de la ligne de flottaison ; elle échappe à tout désir, esquive n'importe quel sauvetage.
L'environnement idyllique de la douce Californie de Moins que zéro joue à contre-emploi : le ciel s'y fait lourd et les terrasses ne renvoient que solitude dans cet envers du décor où l'aisance embrasse un ennui mortel.
La pulsion de vie qui saisissait Stendhal jusque dans l'amertume de ses amours déçues n'aurait alors plus cours, comme si elle s'était figée dans une angoisse sur papier glacé.
Pourtant ces paradis renvoient à l'artifice. 'Artifex' : celui qui pratique un métier avec art - comme Zeuxis, ce peintre antique moqué par Platon dont les fresques étaient si parfaites que les oiseaux se cassaient le bec contre les fruits sensuellement contrefaits.
Lacan parlait ainsi d'un objet a, qui représente l'écart entre l'idée de l'objet désiré et sa réalité : jamais réduit, cet écart devient une poussée qui ne parvient jamais à destination, une somme qui ne peut être totale.

Appuyé sur les ambivalences, le travail d'Etienne Fleury semble s'inscrire dans un jeu de séduction autant que dans un jeu de dupes, employant le double sens pour circonscrire illusions perceptives et impasses fantasmatiques. Usant d'un vocabulaire délibérément pop, ancré dans le quotidien fantasmé de l'abondance, ses sculptures reproduisent les objets qui peuplent l'iconographie populaire.
Si les apparences se font trompeuses, par la maîtrise des techniques de l'argile, qui devient porcelaine, grès ou faïence grâce au truchement de l'art du feu, l'objectif de ces objets réside dans l'artifice. Aucun appétit ne pourra être assouvi en mordant dans Piece of Cake. Aucun corps ne pourra se soutenir dans l'eau sur les Bouées avec la grâce des jeux d'été. Aucune richesse ne pourra se refléter dans les lingots d'or (Gold Bullion) - tout au plus s'y contempler prise au piège.

Les vues de Johan Bonnefoy, par leur cadrage et leur composition, tirent leurs perspectives et leurs motifs des cartes postales envoyées pour témoigner d'une présence joyeuse au coeur de sites ravissants. Pourtant, une impression d'absence domine : déserte, la palmeraie bleue tissée de calmes cirrus ; personne pour se promener dans le parc ; les conversations restent muettes sous les ombrelles.
Ces Extérieurs fragmentaires semblent imperméables, vidés de toute réalité humaine : insoucieux de cet observateur qui les capture dans un dernier espoir de s'y incorporer, ils flottent en silence dans leur sublime.

Depuis ses premières balades solitaires sur les plages du nord du Brésil, Renata Sgarbi récupère des souvenirs inconnus apportés par le ressac. Minutieusement assemblés, ils gardent l'empreinte de ce passage en prenant l'apparence d'oursins, de bancs de coraux ou de grappes de bernacles et emprisonnent dans leurs rouleaux des mots auxquels les formes ne donnent plus accès, comme un symbolon où s'épousent deux contours pour ne former plus qu'un dessin. Ce que l'on voit alors est un rébus, le contenu manifeste masquant un contenu latent et lui faisant écran. Comme les créatures fossiles des cabinets de curiosités, ne livrant que leur exotisme, les sculptures de Renata Sgarbi se protègent pudiquement du désir d'en savoir plus : noli me tangere.

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Walk_Through"
Location:
Galerie des Ateliers d'Artistes de Belleville
Le DADA de Belleville
1, rue Francis Picabia
75020 Paris
M° Couronnes
France
Phone : +33 (0)1 77 12 63 13
Fax : +33 (0)1 46 36 44 09
Mail : contact@ateliers-artistes-belleville.org
Internet Site : www.ateliers-artistes-belleville.org
Description:
expo photo

du 4 au 18 avril 2017
ouvert tous les jours de 14H à 20H
Vernissage samedi 8 avril 2017 à 18H

L'exposition Walk_Through se compose de l'œuvre de 6 artistes. Comme une invitation à se pencher sur le concept de « surface » par le biais de la représentation, les photographies présentées nous incitent à approcher et observer la diversité des espaces qui l'accueillent.

Artistes : Katel Delia (Katelia), Anne Gée, Charles Guy, Mona Hubert (Mo-h), Eirini Stavrakopoulou (ES), Olivier Tourlet
Curatrice de l'exposition : Eirini Stavrakopoulou

Vernissage de l'exposition "Walk_Through"

[18:00-21:00] Vernissage du collectif La Fonderie
Location:
Association Jour et Nuit Culture
9, place Saint-Michel
75006 Paris
M° Saint-Michel, Odéon
France
Mobile : +33 (0)6 52 62 91 67
Mail : jouretnuit.collectifartistique@gmail.com
Internet Site : jouretnuitcollectifa.wix.com/jouretnuit
Description:
Jour et Nuit Culture accueillera pour la première fois le collectif d'artistes LA FONDERIE pour une exposition collective. Il s'agira d'une quinzaine d'artistes aux disciplines variées qui, pendant 8 jours, s'approprieront tout l'espace à disposition...

La Fonderie, qu'est-ce c'est? Une ancienne usine qui fondait l'aluminium jusqu'en 2006. Elle n'est pas devenue friche industrielle, car l'Association La Fonderie, installée depuis, en a fait le creuset dans lequel artistes et artisans défrichent leur art pour vous.

La Fonderie Pôle de création artistique, située 23 rue de Neuilly à Fontenay-sous-Bois, a pour double objectif de favoriser l'activité artistique, artisanale et culturelle,
- en créant locaux et ateliers,
- en développant un projet culturel collectif ouvert sur la région.

Lieu de visibilité culturelle et laboratoire d'expériences collectives,
La Fonderie Pôle de création artistique s'est voulue dès l'origine un lieu de création et un lieu évènementiel.

Dans ce lieu magique, 46 artistes et artisans répartis sur une trentaine d'ateliers croisent photographie, ébénisterie, peinture, sculpture (bois, métal, pierre),
dessin, microédition, vidéo, gravure, lithographie, céramique, menuiserie (bois et métal).

Ils déménagent exceptionnellement au cœur de Paris, à la Fontaine Saint Michel du 8 au 16 Avril chez Jour et Nuit Culture :) L'occasion pour vous de venir découvrir leur travail!

Peinture, sculpture, photographie, gravure, lithographie, vidéo, sténopé, céramique...sont au programme !

Vernissage du collectif La Fonderie

[18:30-22:00] Finissage de l'exposition "EXTRAIT"
Location:
Residence 87
87, avenue Secrétan
75019 Paris
M° Bolivar, Colonel Fabien
France
Mobile : +33 (0)6 74 70 98 65
Mail : residence87@mail.com
Internet Site : www.residence87.com
Description:
Du 18 mars au 08 avril 2017

avec Margaret Dearing, Bruno Fontana, Maxime Touratier

Une proposition de Maxime Touratier

EXTRAIT se définit comme la partie visible d'une d'exposition en trio, qui traite de la question de l'extraction de l'image par l'acte photographique: ce qui motive l'appropriation, même la plus modeste, par la capture d'un environnement. Par la coupe dans l'espace et temps, qui participe au processus d'inventaire par l'image multiple, Bruno Fontana, Margaret Dearing et Maxime Touratier donnent des clés de lecture sur le regard

EXTRAIT se définit comme la partie visible d'une d'exposition en trio, qui traite de la question de l'extraction de l'image par l'acte photographique: ce qui motive l'appropriation, même la plus modeste, par la capture d'un environnement.
Par la coupe dans l'espace et temps, qui participe au processus d'inventaire par l'image multiple, Bruno Fontana, Margaret Dearing et Maxime Touratier donnent des clés de lecture sur le regard photographique qu'ils portent sur ce qui les entoure.
Margaret Dearing procède par saisie de matériaux et textures sur des parcelles de paysages semi-naturels, pour reconstituer un calligramme visuel jouant sur des rapport d'échelles, suggérant d'infimes mouvements. Bruno Fontana s'attache à enregistrer les constructions, avec la rigueur typologique d'un entomologiste, classant inlassablement les espèces capturées dans une encadrement ordonné, jusqu'à l'extraction et la mise hors contexte d'une architecture. Maxime Touratier tente à travers l'image instantanée de s'approprier des lieux intermédiaires, à la frontière du devenir ou de la disparition, des villes aux campagnes ordonnées ou désordonnées, regroupées par le bric-à-brac des aménagements : modestes compromis entre gestion décoratives publiques et privées. On perçoit dans ses images des micro-événements privés, débordant dans la sphère publique, et les ratages permanents ou éphémères d'une organisation humaine.
Tentatives de captures, ou extractions du réel ? On est ici confronté à des tentatives d'organisation de fragments: une agrégation d'images, une sédimentation au long court d'un univers visuel toujours en pleine expansion à rassembler en mondes cohérents, rendus disponibles au regard du spectateur. Extrait est peut-être un simple reflet photographique, qui rassemble pour donner à voir des bribes d'expériences visuelles, perpétuelles reconstitutions et reconditionnements, qui se réinventent en actes photographiques décidés.

Finissage de l'exposition "EXTRAIT"

[18:30-20:00] Vernissage "Brigitte - exposition animalière"
Location:
Bruxelles
Bruxelles
21000 Bruxelles
M° Gare de Bruxelles
Belgique
Internet Site : www.bruxelles.be
Description:
Loft Photo
Rue Foppens, 8
1070 Région de Bruxelles-Capitale

Vernissage "Brigitte - exposition animalière"

[18:30-21:00] Vernissage de Camille Millerand "Le monde en trois rues"
Location:
Aubervilliers
Aubervilliers
93300 Aubervilliers
M° RER B La Courneuve - Aubervilliers, Aubervilliers - Pantin - Quatre Chemins
France
Internet Site : www.aubervilliers.fr
Description:
Rue Edouard Poisson, Aubervilliers : CRR 93, La Commune et L'embarcadère

du 31 mars au 28 avril

dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris

Travail de commande sur la vie dans les nouveaux quartiers d'Aubervilliers. Street photography version 2017, l'activité y est intense, les origines multiples, dans une société qui s'invente.

Camille Millerand photographie ce territoire en mutation dans une démarche documentaire. Il emprunte les rues et chemins à pied pour raconter cette mutation urbaine à l'œuvre sous nos yeux, pour raconter les histoires de celles et ceux qui la vivent. S'inscrire dans un quotidien fait de débrouille pour certains. Aller à la rencontre des citoyennes et citoyens attachés à leur territoire. Si on descend à la toute nouvelle station Front populaire sur la ligne 12, on peut rejoindre Aubervilliers d'un côté, Saint-Denis de l'autre, plus loin on accède à la Plaine-Stade de France ou La Courneuve si on aime marcher. Ces villes populaires établies de l'autre côté du périphérique sont en pleine mutation.

Plusieurs grandes entreprises internationales ont élu domicile à proximité de cette zone de commerce international. . Une dizaine d'années auparavant, cette partie de la ville était organisée autour d'entrepôts et d'usines. L'acier, le bois étaient acheminés grâce aux voies fluviales du canal Saint-Denis. Il y a aussi celles et ceux qui font du commerce. Entreprises d'import-export à destination de tous les continents, porte ouverte sur le monde dans un jeu incessant de camionnettes de livraison; le tumulte du monde ramené à 3 rues. La fourmilière de l'économie mondiale est installée ici avec ses enseignes et ses milliers d'entrepreneurs, vendeurs, acheteurs - ou le commerce décliné dans toutes les langues. Une révolution urbaine est en marche.

Vernissage de Camille Millerand "Le monde en trois rues"









[19:00] Vernissage de l'exposition Martin Luther
Location:
Cannes
Cannes
06400 Cannes
M° Gare SNCF de Cannes
France
Internet Site : www.cannes.com
Description:
Temple de Cannes
Eglise Protestante Unie de Cannes
7 rue Notre Dame, 06400 Cannes

Du 8 au 20 avril 2017

[19:00-21:00] Vernissage de l'installation monumentale VIEWS/PHNOM PENH de Chantal Stoman
Location:
Montreuil
93100 Montreuil
M° Robespierre, Croix de Chavaux, Mairie de Montreuil
France
Internet Site : www.montreuil.fr
Description:
Conservatoire de Montreuil
13, Avenue de la Résistance
93100 Montreuil
Métro Croix de Chavaux

Est Ensemble,
La Ville de Montreuil,
Le Mois de la Photo du Grand Paris,
Le Conservatoire de Montreuil,
ont le plaisir de vous inviter à l'inauguration de l'installation monumentale "VIEWS PHNOM PENH"

cocktail en présence de la photographe Chantal Stoman le samedi 8 Avril de 19h à 21h

Exposition du 8 avril au 8 mai 2017
du lundi au vendredi de 9h à 12h et le samedi de 14h à 19h
tous les jours sur le parvis dès la nuit tombée, de 21h à minuit

Vernissage de l'installation monumentale VIEWS/PHNOM PENH de Chantal Stoman

Vernissage de l'installation monumentale VIEWS/PHNOM PENH de Chantal Stoman










[20:00] Présentation de la revue Lechassis #2
Location:
Mains d'Œuvres
Lieu pour l'imagination artistique et citoyenne
1, rue Charles Garnier
93400 Saint-Ouen
M° Garbaldi, Porte de Clignancourt
France
Phone : +33 (0)1 40 11 25 25
Fax : +33 (0)1 40 11 25 24
Mail : info@mainsdoeuvres.org
Internet Site : www.mainsdoeuvres.org
Description:
La revue sera distribuée en avant première ce samedi 8 avril à Mains d'Œuvres pour les 10 ans de CEA / Commissaires d'Exposition Associés.

L'équipe vous concocte une dégustation (gratuite) de Vodka Martini à 20h.

Présentation de la revue Lechassis #2

12:00
13:00
14:00
15:00
16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés