Tuesday, April 18, 2017
Public Access


Category:
Category: All

18
April 2017
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

  Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"
Location:
Atelier Néerlandais
Fondation Custodia
121, rue de Lille
Hôtel Turgot
75007 Paris
M° Assemblée Nationale, Invalides
France
Phone : +33 (0)1 53 59 12 40
Fax : +33 (0)1 45 56 00 77
Mail : info@institutneerlandais.com
Internet Site : www.institutneerlandais.com
Description:
Du 4 février au 7 mai 2017
Tous les jours sauf le lundi, de 12h à 18h

Tarifs : Plein tarif 10 € / Tarif réduit 7 €

Pour la première fois après quatre siècles de séparation, sont réunis des tableaux des plus grands artistes hollandais du Siècle d'Or avec leurs dessins préparatoires. Après son succès à la National Gallery of Art de Washington pendant l'automne 2016, la Fondation Custodia est heureuse de présenter à Paris vingt-et-une peintures et une centaine de dessins, au nombre desquels deux rares carnets d'esquisses et un exceptionnel album offrant une immersion dans les ateliers du XVIIe siècle.

L'exposition dévoile le fruit des années de recherche de plusieurs spécialistes, qui se sont penchés sur la façon dont les artistes néerlandais utilisaient le dessin dans leur processus pictural. Sur les quelques milliers de dessins ayant traversé les siècles jusqu'à nous, ils ont réussi à en mettre certains en rapport avec une peinture identifiée. L'exposition bénéficie de prêts de nombre des plus grands musées et cabinets d'arts graphiques du monde. Aux côtés des œuvres de la Fondation Custodia et de la National Gallery of Art de Washington, on peut voir entre autres des peintures et des dessins du Metropolitan Museum of Art de New York, du Fogg Art Museum de Boston, du Rijksmuseum d'Amsterdam, de l'Albertina Museum de Vienne, de l'Ashmolean Museum d'Oxford, du British Museum de Londres, de la Gemäldegalerie ou encore du Kupferstichkabinett de Berlin.

Une section introductive illustre la pratique du dessin des peintres hollandais au XVIIe siècle. Avec leurs études esquissées d'après des modèles, leurs croquis exécutés dans la nature - capturant paysages, arbres et bâtisses pittoresques, animaux... -, leurs études de mains, de bras, de têtes... les artistes se constituaient un répertoire de motifs dans lequel ils pouvaient puiser à loisir pour créer leurs tableaux.

Cette plongée dans les coulisses des ateliers permet de comprendre les méthodes de création d'une quarantaine des plus grands peintres hollandais et de passer en revue tous les genres picturaux : de la nature morte aux marines, des intérieurs d'églises aux scènes mythologiques et bibliques.

Si Rembrandt (1606-1669) fut un formidable dessinateur, on connaît très peu de feuilles directement préparatoires pour ses tableaux. L'un de ces très rares exemples est cependant présent dans l'exposition : pour la composition complexe de son Saint Jean-Baptiste prêchant, le maître hollandais a étudié dans différents dessins le personnage central et la foule assemblée pour écouter le saint. On peut suivre l'artiste dans sa recherche d'une posture, d'une expression ou du détail d'un costume.

Scènes de genre et portraits jalonnent le parcours de l'exposition. Le public peut notamment admirer les études de compositions d'Adriaen van Ostade (1610-1685) qui les multipliait et détaillait ensuite certaines de ses figures dans des dessins à la pierre noire dont plusieurs exemples sont exposés.

Après les « reportages » de batailles en mer et « portraits » de navires des célèbres peintres de marines Willem van de Velde père et fils, le visiteur pourra se pencher sur les méthodes de création de plusieurs des meilleurs paysagistes hollandais. La vue plongeante sur Amsterdam que Jacob van Ruisdael (1628/29-1682) réalisa sans aucun doute sur le motif, depuis les échafaudages d'un bâtiment en construction, a été le point de départ d'un remarquable tableau. La feuille, quoique de facture très enlevée, fournit d'infinis détails pour la description de la ville au premier plan, tandis que Ruisdael extrapole la moitié supérieure avec un ciel nuageux dont il avait le secret.

L'exposition et le catalogue sont le résultat d'une étroite collaboration d'un groupe international de spécialistes, sous la houlette de Ger Luijten, directeur de la Fondation Custodia, Peter Schatborn, ancien directeur du Cabinet d'arts graphiques du Rijksmuseum, Amsterdam, et Arthur K. Wheelock Jr., conservateur des peintures nordiques à la National Gallery of Art, Washington. Le catalogue, disponible en français et en anglais, constitue la première étude sur le sujet et offre un panorama complet du XVIIe siècle hollandais.


Catalogue
Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt
Fondation Custodia, Paris, National Gallery of Art, Washington, Skira editore, Milan, 2016
318 pp., 31 x 24,5 cm, ca. 300 illustrations couleur, relié
ISBN 978-88-572-3345-1
Prix : 59,00 €

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt" - Dirck Hals
Dirck Hals (1591-1656)
Études d'un homme assis, fumant la pipe, et de deux jambes, 1622-1627
Pinceau et encre brune, peinture brune, rehauts de gouache blanche, sur une esquisse à la pierre noire, 277 x 178 mm
© Rijksmuseum, Amsterdam

Exposition "Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt"

Fête nationale du Zimbabwe
Location:
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
UNLOCATED
Description:
Anniversaire de l'Indépendance

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Location:
Espace Oscar Niemeyer
Siège national du Parti Communiste Français
2, place du Colonel Fabien
6, avenue Mathurin Moreau
75019 Paris
M° Colonel Fabien
France
Phone : +33 (0)1 40 40 12 12
Internet Site : www.pcf.fr
Description:
Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Affiche de l'exposition

Du 21 février au 7 juin 2017
Lundi au vendredi 11h à 18h30
Samedi et dimanche 13h à 18h
Fermé les jours fériés

Entrée libre

Le Musée de La Poste propose l'exposition Rancillac Rétrospective du 21 février au 7 juin 2017 à l'espace Niemeyer.

Commissaire de l'exposition : Josette Rasle
Scénographe : Jean-Claude Salliou

Bernard Rancillac est l'un des grands noms de la peinture contemporaine. Il est l'inventeur d'une « nouvelle figuration » attentive aux réalités de la vie quotidienne et aux images dont les médias sont friands pour les faire accepter.

Peintre rebelle, il est aussi celui qui a décidé de rendre compte à sa manière de l'actualité de notre monde, histoire de déranger notre confort tiédasse et la bienséance du petit monde feutré de l'art.

La rétrospective de Bernard Rancillac proposée à l'Espace Niemeyer par le Musée de La Poste, actuellement fermé pour rénovation, réunit sur plus de 1300 m2 une centaine de pièces : peintures, objets, affiches, installations, collages... s'étalant de 1961 à 2015. Elle permet une approche complète et représentative du parcours de l'artiste né en 1931 et grande figure de la Figuration Narrative.

Dans le climat politique international des années 60, extrêmement tendu, il entame une réflexion sans concession sur la société de consommation, la culture populaire et l'actualité la plus brûlante.

Il partage alors sa vision de l'art et du monde avec un groupe de jeunes peintres en rupture avec l'abstraction, de nationalités diverses, aux aspirations pas toujours communes mais aux inspirations similaires. En 1964, avec le peintre haïtien Hervé Télémaque et le soutien du critique d'art Gérald Gassiot-Talabot, il organise au Musée d'art moderne de la ville de Paris, l'exposition Mythologies quotidiennes. Réunissant trente-quatre artistes, elle marque les esprits par l'utilisation qu'ils font de l'image à la fois banale et toute puissante. La Figuration narrative est née.

Profondément concerné par son époque, Bernard Rancillac puise dans un répertoire d'images très variées (cinéma, photographie, publicité, bande dessinée, roman-photo...) pour aborder les sujets qui lui tiennent le plus à cœur. Il les traduit par de grands aplats acryliques vivement colorés et d'inventions formelles d'une grande force plastique.

Exigeante, cohérente et subversive, son œuvre accessible au plus grand nombre, composée de séries sur lesquelles il a opéré et opère parfois encore de nombreuses variations (Mickey, musiciens de jazz, stars de cinéma...), témoigne selon Bernard Ceysson « de la volonté délibérée du peintre de miner la réalité, après avoir miné l'histoire de l'art ». Bien que l'effet plastique prévale sur toute autre préoccupation et que son combat premier soit avant tout la peinture, Bernard Rancillac utilise son pinceau comme un coup de poing non pour défendre une quelconque idéologie mais pour forcer le regard de celui qui ne veut pas voir.

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Jeune égorgée, 1998
Acrylique sur toile, 165 x 250 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Notre Sainte Mère La Vache n°2, 1972
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 116 x 89 cm, Musée des beaux-arts, Dole

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Section rythmique de Miles Davis, 1974
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 162 x 162 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Belfast, 1977
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 146 x 114 cm, coll. Martine et Michel Brossard, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Le Muezin, 2013,
Acrylique sur toile, 130 cm x 197 cm, coll. de l'artiste, Paris Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Les Afghanes, 2004, Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017
Acrylique sur toile, 130 cm x 195 cm, coll. de l'artiste, Paris

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Où es-tu, que fais-tu ?, 1965
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Huile sur toile, 178 x 195 cm, Centre Pompidou, MNAM-CCI

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Enfer-Paradis, 2007,
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 230 x 500 cm

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Gilda (Cinémonde n°56), 1989
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile, 195 x 130 cm, coll. privée

Exposition "Rancillac, Rétrospective"
Sakeo, (camp de réfugiés Khmers), 1996
Bernard Rancillac © Adagp, Paris, 2017 Acrylique sur toile,200x200 cm, coll. La Croix-Rouge monégasque - Don de l'artiste

08:00  
09:00 [09:00] Conférence de presse de l'exposition "Mondialité"
Location:
Bruxelles
Bruxelles
21000 Bruxelles
M° Gare de Bruxelles
Belgique
Internet Site : www.bruxelles.be
Description:
en présence des commissaires Hans Ulrich Obrist et Asad Raza

Boghossian Foundation - Villa Empain
Avenue Franklin Rooseveltlaan, 67
B - 1050 Brussels
T . +32 2 627 52 32
M. +32 497 46 12 64
www.boghossianfoundation.com

Artistes : Adonis, Valerio Adami, Etel Adnan, Sophia Al Maria, Kader Attia, Miquel Barceló, Alighiero Boetti, Daniel Boyd, Edith Dekyndt, Manthia Diawara, Simone Fattal, Geneviève Gallego, Dominique Gonzalez-Foerster, Koo Jeong A, Wifredo Lam, Ranjana Leyendecker, Roberto Matta, Steve McQueen, Otolith Group, Walter Price, Raqs Media Collective, Adrián Villar Rojas, Antonio Seguí, Sylvie Sema

Commissaires: Hans Ulrich Obrist, Asad Raza

Exposition
Du 19 avril au 27 août 2017

Conférence de presse
Mardi 18 avril 2017 à 9 heures

Ouverture au public
Mardi 18 avril, de 15 à 21 heures

Les commissaires invitent le public pour une après-midi et une soirée d'interviews, de projections, de poésie et de performances.

10:00 [10:30-13:00] Vernissage presse "Melnikov/Le Corbusier, rencontre à la villa Savoye"
Location:
Villa Savoye
Centre des monuments nationaux
82, rue de Villiers
78300 Poissy
M° RER A Poissy
France
Phone : +33 (0)1 39 65 01 06
Fax : +33 (0)1 39 65 19 33
Internet Site : www.villa-savoye.fr
Description:
Visite de presse menée par David Madec, suivie de l'inauguration par Philippe Bélaval et Karl Olive, maire de Poissy

Exposition organisée dans le cadre du jumelage entre la maison Melnikov (Russie) et la villa Savoye et présentée à l'occasion du Mois de la photo du Grand Paris.

Du 15 avril au 17 septembre 2017

Le commissariat de cette exposition est assuré par Pavel Kuznetsov, Anna Kistanova et David Madec.

Vernissage presse "Melnikov/Le Corbusier, rencontre à la villa Savoye"

Cette exposition de photographies organisée par le Centre des monuments nationaux, le Schusev State Museum of Architecture (Moscou) et le State Melnikovs Museum (Moscou) et présentée dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris fera dialoguer l'œuvre de l'architecte russe Konstantin Melnikov avec celle de Le Corbusier, récemment inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Dans le cadre de l'année franco-russe du tourisme culturel, le Centre des monuments nationaux a conclu des jumelages entre quatre monuments français et quatre monuments russes. C'est ainsi que la villa Savoye (Poissy - France), construite par Le Corbusier et la maison Melnikov (Moscou - Russie), du nom de son architecte, sont jumelées depuis 2016, en raison du caractère moderne des deux monuments et de l'empreinte des deux architectes sur leur temps et sur l'architecture.
Les deux architectes se sont rencontrés en 1925, quand Konstantin Melnikov (1890-1974) achevait la construction du pavillon soviétique de l'exposition internationale des Arts décoratifs et industriels de Paris en 1925. A l'occasion de cette rencontre, Le Corbusier (1887-1965) fit visiter dans un grand tour en voiture à son homologue russe chacune de ses constructions réalisées.
En écho lointain à leurs discussions, l'exposition se propose de faire découvrir l'œuvre de Melnikov - pavillons d'exposition, maisons du peuple, garages et quelques projets non réalisés, en regard de la villa Savoye, à travers une série de reproductions exposées en extérieur et présenter la maison Melnikov à travers une série de dessins et photographies projetées à l'intérieur même de la villa Savoye.
Photographier l'architecture - surtout celle des maîtres de la discipline - est un genre bien spécifique que l'exposition soulignera. Les portraits des deux hommes par Henri Cartier-Bresson permettront aussi de mieux les connaître.


KONSTANTIN MELNIKOV

La vie de Melnikov (1890-1974), l'un des architectes russes les plus importants et controversés, reflète en grande partie l'histoire de la Russie du XXe siècle. Le jeune homme talentueux, issu d'une famille de paysans, reçut, avant la révolution, une excellente éducation artistique et architecturale. La Révolution de 1917 fut pour lui un véritable ascenseur social. Il s'est rapproché des intellectuels de l'élite bolchévique grâce aux nombreux concours auxquels il a participé et à ses premiers projets.
Melnikov était un expérimentateur en avance sur son temps. Son architecture est convertible, dynamique, voire cinétique pour certains projets, et toujours « parlante », avec des formes mémorables. Mais il n'opposait jamais l'ancien au nouveau, le classique au moderne, méprisait les matériaux modernes, et sa création avant-gardiste intégrait les traditions de l'architecture russe.
Dans les années 1930, lors de l'essor de l'architecture stalinienne, Melnikov refusa de renoncer à ses propres principes créatifs, ce qui entraîna son exclusion de la profession d'architecte. Alors qu'à la fin des années 1920, le praticien prolifique travaillait simultanément sur une dizaine de projets, il ne réalisa aucune œuvre au cours de la deuxième moitié de sa vie. Ce n'est qu'en 1960 qu'il fut réhabilité et reconnu.
Ses principaux travaux sont des bâtiments publics (garages, clubs, pavillons d'exposition), mais sa réalisation la plus connue est sa propre maison-atelier à Moscou.




LE CORBUSIER

Charles-Édouard Jeanneret, dit Le Corbusier (1887-1965), est sans conteste l'un des architectes les plus inventifs et les plus influents du XXe siècle. Suisse d'origine, naturalisé français en 1930, il est aussi le premier à pratiquer son métier à l'échelle mondiale.
Il définissait l'architecture comme « le jeu savant, correct et magnifique des volumes assemblés sous la lumière ». À la fois architecte, peintre et théoricien, il n'a cessé de voyager, pour apprendre d'abord, pour diffuser ses théories ensuite, enfin pour construire. Son œuvre concerne tous les programmes qui ont marqué le XXe siècle, notamment l'habitat individuel et collectif, l'urbanisme, les bâtiments publics, culturels, sacrés ou industriels.
Auteur d'œuvres majeures telles la villa Savoye à Poissy, la Cité radieuse à Marseille, la chapelle de Ronchamp ou les bâtiments du Capitole de Chandigarh en Inde, Le Corbusier fut pourtant longtemps combattu ; il eut finalement les honneurs de funérailles dans la cour Carrée du Louvre, assorties d'un discours d'André Malraux resté célèbre.
L'inscription sur la Liste du patrimoine mondial de « l'œuvre architecturale de Le Corbusier, une contribution exceptionnelle au Mouvement Moderne » en 2016 est une reconnaissance de l'invention d'un nouveau langage architectural en rupture avec le passé et de la valeur universelle de cette œuvre.

Vernissage presse "Melnikov/Le Corbusier, rencontre à la villa Savoye" - Denis Esakov
© Denis Esakov, 2015

11:00
12:00
13:00  
14:00  
15:00 [15:00-21:00] Vernissage de l'exposition "Mondialité"
Location:
Bruxelles
Bruxelles
21000 Bruxelles
M° Gare de Bruxelles
Belgique
Internet Site : www.bruxelles.be
Description:
Boghossian Foundation - Villa Empain
Avenue Franklin Rooseveltlaan, 67
B - 1050 Brussels
T . +32 2 627 52 32
M. +32 497 46 12 64
www.boghossianfoundation.com

Artistes : Adonis, Valerio Adami, Etel Adnan, Sophia Al Maria, Kader Attia, Miquel Barceló, Alighiero Boetti, Daniel Boyd, Edith Dekyndt, Manthia Diawara, Simone Fattal, Geneviève Gallego, Dominique Gonzalez-Foerster, Koo Jeong A, Wifredo Lam, Ranjana Leyendecker, Roberto Matta, Steve McQueen, Otolith Group, Walter Price, Raqs Media Collective, Adrián Villar Rojas, Antonio Seguí, Sylvie Sema

Commissaires: Hans Ulrich Obrist, Asad Raza

Exposition
Du 19 avril au 27 août 2017

Conférence de presse
Mardi 18 avril 2017 à 9 heures

Ouverture au public
Mardi 18 avril, de 15 à 21 heures

Les commissaires invitent le public pour une après-midi et une soirée d'interviews, de projections, de poésie et de performances.


[16:30] Cérémonie de remise du prix UNESCO-Sharjah
Location:
Maison de l'Unesco
125, avenue de Suffren
7, place de Fontenoy
75352 Paris 07 SP
M° Ségur
France
Phone : +33 (0)1 45 68 05 16
Internet Site : www.unesco.org/fr
Description:
Cérémonie de remise du Prix UNESCO-Sharjah 14e édition
l'art du calligraffiti par Bahia Shehab et eL Seed

L'artiste égyptienne, Bahia Shehab, première femme de la région arabe à recevoir ce Prix, et l'artiste français eL Seed sont les lauréats de la 14e édition du Prix UNESCO-Sharjah en reconnaissance de leur utilisation novatrice de la calligraphie arabe dans l'art de la rue.

Créé en 1998, le Prix UNESCO-Sharjah pour la culture arabe a pour vocation de récompenser les efforts de deux personnalités ou organisations, l'une originaire du monde arabe et l'autre d'un pays non arabe, ayant contribué de manière significative au développement, à la diffusion et à la promotion de la culture arabe dans le monde. Le Prix est doté d'un montant de 60 000 dollars réparti à égalité entre les deux lauréats.

>> RSVP

[16:30] Inauguration du monument aux soldats morts pour la France en OPEX
Location:
Parc André Citroën
2, rue Cauchy
2, rue de la Montagne de la Fage
Quai André Citroën
75015 Paris
M° Javel - André Citroën, Lourmel, Balard, RER C Boulevard Victor, RER C Javel
France
Internet Site : agenda.germainpire.info/redirect.php?link_id=38
Description:
Inauguration du monument aux soldats morts pour la France en OPEX



[17:00] Vernissage de Christel Hermann
Location:
Galerie Gilles Naudin
GNG
3, rue Visconti
75006 Paris
M° Odéon, Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 43 26 64 71
Mail : infos@galeriegng.com
Internet Site : www.galeriegng.com
Description:
18 avril - 13 mai 2017
Vernissage mardi 18 avril à partir de 17 heures

Vernissage de Christel Hermann

Christel Hermann
Née en 1951, à Torney / Neuwied Allemagne

Comme des traces perdues d'enfance. ou les blancs correspondent au silence.
Des peintures de Christel Hermann émanent la tranquillité, la sérénité. D'une grande sobriété, seuls quelques signes et lignes définissent la composition.
Ce qui frappe tout d'abord dans son oeuvre, c'est l'état informel et plus particulièrement le support et la matière de ses toiles. En effet, elles portent les marques du temps qui traversent le vécu, visualisant ainsi des "lignes de vie".
Ces cicatrices représentées par des fissures, pareilles à des déchirements, par des indications de frontières, par des bouts de papier, sont utilisées telle une métaphore se référant ainsi à un certain état d'esprit.
Au travers de ces peintures, on ressent l'attitude contemplative de l'artiste qui est en totale immersion avec le symbolisme et la couleur.

Dans ses peintures, la peintre allemande Christel Hermann semble nous communiquer les images issues de ses rêves. Au-milieu de l'étendue d'une toile monochrome viennent se perdre des petits personnages, des objets quotidiens. L'essentiel devient sujet à la composition. La tranquillité de l'étendue beige nous transporte dans ce monde onirique et mélancolique. A la fois rêves et souvenirs, les toiles deviennent ces lignes de vie où les traces du temps sont figurées.

Vernissage de Christel Hermann

[17:30] Vernissage d'Estelle Rebottaro
Location:
Village Suisse
78, avenue de Suffren
54, avenue de la Motte-Picquet
75015 Paris
M° La Motte-Picquet - Grenelle
France
Mail : info@levillagesuisseparis.com
Internet Site : www.villagesuisse.com
Description:
Animal Art Gallery Paris
rue du Général Baratier (Village Suisse)
75015 Paris
Metro : la Motte-Picquet Grenelle
(sortie avenue de Suffren-Village Suisse)
www.animal-art-gallery-paris.com

Sous le haut parrainage de
M. Olivier DASSAULT

Jean-Christophe BARBOU des PLACES
& Jean-Philippe DESANLIS

seront heureux de vous accueillir au
VERNISSAGE, en présence de l'artiste, de l'exposition

Estelle REBOTTARO

Mardi 18 avril 2017, à partir de 17h30

RSVP : contact@animalartgalleryparis.com

Exposition du mercredi 19 avril au dimanche 7 mai 2017
Du lundi au jeudi de 14h à 19h
Vendredi, samedi, dimanche de 11h30 à 19h

Vernissage d'Estelle Rebottaro




[18:00] Cocktail de la vente "Art contemporain africain"
Location:
Piasa Rive Droite
118, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
M° Miromesnil, Saint-Philippe-du-Roule, Franklin D. Roosevelt
France
Phone : +33 (0)1 53 34 10 10
Fax : +33 (0)1 53 34 10 11
Mail : contact@piasa.fr
Internet Site : www.piasa.fr
Description:
Art contemporain africain
Origines et Trajectoires III

Cocktail de la vente "Art contemporain africain"

[18:00-21:00] Finissage Anne-Françoise Brillot, Pauline Desramont, Thierry Valencin
Location:
Galerie Prodromus
46, rue Saint-Sébastien
75011 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart, Saint-Ambroise, Richard-Lenoir
France
Phone : +33 (0)1 43 14 48 25
Mobile : +33 (0)6 60 27 88 92
Mail : prodromus@wanadoo.fr
Internet Site : www.prodromus-galerie.com
Description:
Eléments - Paysages

organisée dans le cadre du Mois de la Photo OFF

Vernissage jeudi 30 mars de 17h à 22h
Exposition du 31 mars au 18 avril 2017

Anne-Françoise Brillot, Pauline Desramont et Thierry Valencin sont trois photographes qui interrogent le paysage et les éléments à travers la pratique de la photographie en noir et blanc. Leurs trois regards seront réunis dans le cadre d'une exposition où il sera question de territoires, de déplacements, de temps. La présence humaine est perceptible dans ces travaux où la nature semble être le contexte principal sans qu'elle soit toujours apparente ou manifeste : on ne la décèle souvent qu'au travers de traces ou d'empreintes fragiles, d'ombres fugitives, de vestiges indistincts, d'artefacts difficilement identifiables.

[18:00] Présentation du livre "Métropole à ma table"
Location:
Appétit
librairie culinaire pas ordinaire
12, rue Jean Ferrandi
75006 Paris
M° Saint-Placide, Vaneau
France
Mobile : +33 (0)6 17 36 45 35
Mail : contact@appetit.paris
Internet Site : www.appetit.paris
Description:
Entre locavorisme et mondialisation, comment produire plus et mieux avec moins ?
Manger est un plaisir et un art. Pour autant, s'alimenter en quantité et en qualité suffisantes reste un défi majeur pour les métropoles.
Yannick Alléno, François Pasteau, Gilles Fumey et plus de 60 contributeurs experts présentent une "Métropole à ma table" le mardi 18 avril à partir de 18h, autour d'un verre chez Appétit !

"UNE MÉTROPOLE À MA TABLE", l'ïle-de-France face aux défis alimentaires
Cahiers de l'IAU îdf, Ouvrage Collectif, 18,50€

Présentation du livre "Métropole à ma table"

[18:00-21:00] Vernissage "L'Autre... De l'image à la réalité 2/3 : Face à l'Autre"
Location:
Maison populaire - Centre d'art
9 bis, rue Dombasle
93100 Montreuil
M° Mairie de Montreuil
France
Phone : +33 (0)1 42 87 08 68
Fax : +33 (0)1 42 87 64 66
Mail : centredart@maisonpop.fr
Internet Site : www.maisonpop.fr
Description:
19 avril - 1 juillet 2017
Les lundis et mardis, les jeudis de 10h à 12h30 et de 13h30 à 21h
Les mercredis, les vendredis de 10h à 21h
Les samedis de 10h à 16h30
Fermé les dimanches, jours fériés et vacances scolaires.

Vernissage Mardi 18 avril 18:00 - 21:00

Commissaire en résidence : Blandine Roselle

Artistes : David Blandy & Larry Achiampong, Chris Eckert, Thomas Hirschhorn, Olga Kisseleva, Santiago Sierra, SUPERFLEX

Malgré l'accélération des échanges dans un monde désormais globalisé, notre relation à autrui semble peu évoluer. Préjugés, stéréotypes, réflexes de replis identitaires dominent encore souvent notre appréhension de l'Autre.

Le premier volet du projet s'intéressait à un Autre lointain. Cette fois, c'est d'un Autre tout proche dont il s'agit. Intitulée « Face à l'autre », l'exposition nous confronte à un Autre invisible ou plus précisément que l'on ne veut pas voir. Comment porter un regard lucide sur l'Autre dans notre société ? Comment stopper l'hypocrisie ? Comment éprouver autrement l'altérité ?

Les œuvres sélectionnées éclairent nos réactions face à l'altérité (dénigrement, rejet, aliénation, notamment), notre aveuglement volontaire (facile, pratique, utile) ou encore la superficialité des relations que nous entretenons avec l'autre via les nouvelles technologies (voyeurisme, consommation de l'échange...).


L'Autre... De l'image à la réalité 2/3 : Face à l'Autre - La fin de l'hospitalité ? - L'Autre en philosophie 2/4 : conférences-débats

Conférence Vendredi 21 avril 20:00 - 22:00
L'Autre en philosophie 2/4 : conférences-débats dans le cadre de l'exposition du centre d'art « L'Autre... De l'image à la réalité 2/3 : Face à l'Autre ».
Avec Guillaume le Blanc, philosophe et écrivain français, professeur de philosophie à l'Université Paris Est Créteil.
Toutes les civilisations anciennes s'accordaient sur un point : faire de l'étranger un hôte. Nous sommes en train de faire l'inverse, de transformer l'hôte en étranger. Jusqu'à quand ?
Guillaume le Blanc, en savoir plus :
- Dernière publication : La fin de l'hospitalité. Lampedusa, Lesbos, Calais... jusqu'où irons-nous ? de Guillaume Le Blanc et Fabienne Brugère Éd.Flammarion, janvier 2017

L'Autre... De l'image à la réalité 2/3 : Face à l'Autre - Rencontre avec l'artiste Thomas Hirschhorn
Conférence Vendredi 5 mai 20:00 - 22:00
Thomas Hirschhorn nous éclairera sur les raisons pour lesquelles il est aujourd'hui important de montrer et de regarder des images de corps humains détruits comme celles qu'il a utilisées et incorporées dans ses travaux, et clarifiera son intérêt à travailler avec la « Pixellisation » en 9 points : Décision, Autorité, Abstraction, « Facelessness », « Poussé au bord », Esthétique, Le pire est censuré, Hypocrisie, Authenticité.
La pixellisation ou le floutage sont un phénomène grandissant : de plus en plus utilisé dans les magazines et les journaux pour cacher les identités, les organes génitaux des personnes, comme une forme de censure ou pour cacher l'horreur des corps mutilés par la guerre et la terreur. Cette habitude a fini par endosser une valeur d'authenticité, les images partiellement pixélisées paraissant plus authentiques aux yeux des spectateurs.
L'utilisation de tels procédés est justifiée par la « protection du spectateur », la protection quelque chose dans l'image elle-même, ou la protection d'une information censée apparaître dans l'image. Cette manipulation autoritaire infantilise ou manipule le spectateur. Et conséquemment, crée la confusion, la frustration et, volontairement ou non, rend les choses plus « hiérarchiques ».

L'Autre... De l'image à la réalité 2/3 : Face à l'Autre - Le grand autre en psychanalyse - L'Autre en psychanalyse 1/2 : conférences-débats
Conférence Samedi 20 mai 17:00 - 19:00
Avec Jean-Charles Fébrinon-Piguet, psychanalyste et Muriel Chemla, psychanalyste
La psychanalyse est une pratique nécessitant pour chaque psychanalyste de théoriser sans que cela implique une théorie à aboutir, répétant ainsi la démarche singulière de Freud.
De Freud à Lacan, L'Autre est une notion centrale pour élaborer les positions, les remaniements et les modifications pouvant advenir pour quiconque en cure.
Tout au long de son enseignement, Lacan s'est confronté à la question à la question de comment le petit humain, à rencontrer le langage comme Autre, y inscrit du désir et s'y inscrit comme désir. Tout en lui faisant subir des évolutions (comme lieu du code, ensuite comme lieu du trésor des signifiants, puis dans sa relation avec la langue), il a ainsi forgé cette notion de l'Autre en l'articulant avec celle du Sujet, tous deux n'existant pas en soi, mais produits, pas l'un sans l'autre.
Nous nous proposons de déployer ces notions pour engager une discussion sur la psychanalyse, tant sur ses aspects cliniques que sur les problèmes soulevés et accentués par elle ( famille, autisme, sexualité...).

L'Autre... De l'image à la réalité 2/3 : Face à l'Autre - Le Bruit et l'Odeur
Conférence Vendredi 2 juin 20:00 - 22:00
Conférence de Francisco Javier San Martín sur les œuvres de Santiago Sierra.
Santiago Sierra (Madrid, 1966) se sert des contextes où il intervient pour développer un travail critique qui nous dévoile les mécanismes d'aliénation et d'exploitation des travailleurs dans un régime capitaliste, ainsi que la discrimination raciale ou l'hégémonie qui gouverne les migrations. Dans son intervention, Francisco Javier San Martín, analysera les principales clés de son œuvre depuis les années 90. Il éclairera notamment les trois films inclus dans l'exposition « Face à l'Autre » : Ligne de 250 cm tatouée sur 6 personnes, La Havane, 1999 ; Engagement et arrangement de 30 travailleurs en fonction de leur couleur de peau, Vienne, 2002 ; 3000 trous de 180 × 50 × 50 cm chacun, Vejer de la Frontera, Cadix, Espagne, 2002.

Vernissage "L'Autre... De l'image à la réalité 2/3 : Face à l'Autre"
Santiago Sierra, 184 travailleurs péruviens, Décembre 2007,
Photographie, Matucana 100, Santiago du Chili
Courtesy de l'artiste © Santiago Sierra

[18:00-21:30] Vernissage d'Elisabeth Von Wrede "Les Mystèrieuses"
Location:
Librairie Signatures
17, rue Jacob
75006 Paris
M° Saint-Germain-des-Prés, Mabillon
France
Phone : +33 (0)1 46 34 92 23
Fax : +33 (0)1 46 34 92 25
Internet Site : www.librairiesignatures.com
Description:
Elisabeth von Wrede est née en Allemagne en 1968. La création sous toutes formes et surtout la peinture la passionne.
Influencée par les artistes de son pays comme Heinz Mack et Günther Uecker, que côtoyait sa famille, elle étudie et découvre la peinture auprès de l'artiste japonais Keiji Uematsu durant plusieurs années. Arrivée en France, elle multiplie les découvertes comme la reliure d'art ou la peinture sur cuir auprès d'artistes comme Sün Evrard et Florent Rousseau.
Suite à une formation avec Thibault de Réimpré, elle choisit de vouer son temps et sa vie, à la peinture.
Depuis 1989, Elisabeth von Wrede vit et peint en France.

Vernissage d'Elisabeth Von Wrede "Les Mystèrieuses"

[18:00-21:00] Vernissage de Jasper Spicero "Living Waterway"
Location:
New Galerie
2, rue Borda
75003 Paris
M° Arts et Métiers, Temple
France
Phone : +33 (0)1 42 74 50 75
Mail : info@newgalerie.com
Internet Site : www.newgalerie.com
Description:
April 18th - May 27th, 2017
Opening April 18, 2017, 6-9pm

Here follows an extract from a report on prisons from 1839. This document has since been largely circulated amongst Western statesmen who developed the modern penal system.

The report analysed the organisation of dozens of prisons across Europe to define a model for the construction of new ones. It concluded that one prison stood out as the precedent to be followed: it was a prison for children.

The building was built by the church in 1703 for children who were too disruptive to be in society but too innocent to be left to die in the hell of the gaols. Their souls could be straightened with a 'house of correction', a hybrid between a prison, a boarding school, a factory and a church.

The report by the French government included the official description of the house of correction as formulated by the Pope.

- Octave Perrault, Los Angeles, 2017


Report to M. the Count of Montalivet, lord of France, Home Secretary, on prisons, houses of force, houses of correction and penal colonies. Paris, the 1st of January 1839.

Translation of the rule of the House of Correction of San Michele in Rome, as it was formulated by the Pope Clément XIth in 1703 and 1735, and reported to the Secretary of State Bernard-Benoît Remacle by M. the Count of Montalivet, Lord of France, then Home Secretary.

I have already talked to Your Excellency about this prison, at the beginning of my report. This prison isn't remarquable because of its current administration; but it is the first penal colony that was constructed in the world after this new model, and according to a system that Americans are only imitating.
It was intended at first as a house of correction for young convicts and indeed held them for about 60 to 80 years. I do not know the precise date when it was devoted to women convicts; but i've been fortunate to find a small brochure, published in 1779, by a bishop at Saint-Michel, and I have extracted the chapter about this part of the institution. At this time, it was still hosting young convicts, as its founder wanted.
I translate.

On the rules of the house of correction
"His Holiness Clément XI, considering that the great work of the apostolic hospice missed a place where to put the young boys of mean nature, and guilty of some offence, took the laudable resolution to join, to the building finished under Innocent XII, the other part, socalled of correction, under the protection and the direction, whether spiritual or temporal and financial, of the eminent cardinals surveyors of the hospice themselves, in order to be so united and incorporated, that it make a single body with the institution."
"In this house of correction, that doesn't contain anything but the convenient house of the prior and three guards, there is a large hall with three storeys on either side, 60 small rooms or gaols, all separated from one another, and each of them with its own door and small grilled window. The poor fathers that have the misfortune to have indocile sons can send them, with the authorisation of the cardinal protector, the payment of a daily coin for their food, and get them confined until the moment when, through the admonitions and exhortations from the father of the pious school and other religious fathers or from the prior himself, and through means such as the punishment with the whip (in moderation) and of only bread and water (for a few days) they resign themselves to become good christians, to be obedient towards their parents. The same treatment occurs also for the pupils of San Michele, in the event of a significant breach."
"A prison of this kind must serve as a place of punishment for these young people who, for their crimes, are convicted by the courts to the galleys; but who, due to their age and their place, are not likely to receive such a sentence. In this case, the apostolic chamber is forced to pay only a half-coin per day, because the labour of these children is a profit to the pious place of San Michele. This work consists of spinning wool during the working days to make wool pieces, under the continuous surveillance of three guards and the prior. All have their feet chained, attached to the beam, where they stay ordered in the great hall, surrounded by the cells; and, for each of them, the rules imposed by their respective courts must strictly be observed."
"Once the work has been finished, they are led one by one by the guards to their cells, without them ever having the capacity to communicate with the convicts of correction (the children consigned by their fathers), so that they won't be misled or learn new vices."
"Those, then, that are locked in with the sole purpose to correct themselves, stay with their own clothe, and do not exit the cell ever, so long as they haven't finished their punishment; they are, consequently, freed from work, since it is only ordered to convicts through a court's sentence. The others are handed a woolen hood in winter, like the galley slaves; and, in summer, a jacket of black cloth, in addition to the shirt, the underpants, the stockings and slippers; all things that the house provides them."
"The fathers of the pious schools must teach to all of them the christian doctrine, to give them useful and pious lectures, to hear them confess once a month, to administer them the Holy-Eucharist at Easter and in event of disabilitiy."
"In addition, a wise and respectable priest, in possession of a prior's title, who celebrates the holy mass every morning, is their direct superior. This clergyman has the power to order, at his own discretion, the quality and the measure of the punishment when there is a breach of discipline in the room of correction."
"To that end, there are three other guards to correct them as well as to force them to fulfil their duties."
"Their usual food is of two and a half bread for one whole day; their bread is darker than that of the other parts of the community; two glasses of wine for one whole day; in the morning a soup with the only portion of three ounces of meat on fatty days, of fish on lean days ; in the evenings of friday, saturday and all days of fast, they are given fresh or dry fruits, depending on the season, at the amount of half a pound (6 ounces) for each."

This precious chapter sufficiently shows, I believe, that the correctional system in use today across many countries had been in practice for a long time in Rome. Apart from the irons at their feet that unnecessarily loaded the legs of the young convicts, isn't it similar to the system of Philadelphia where the convicts are locked in their cells and the system of Auburn where they are submitted to silence and communal labour ?

Vernissage de Jasper Spicero "Living Waterway"

[18:00-21:00] Vernissage de Matthieu Pilaud "Heaume"
Location:
Galerie du Haut-Pavé
3, quai de Montebello
75005 Paris
M° Maubert - Mutualité, Saint-Michel
France
Phone : +33 (0)1 43 54 58 79
Mail : contact@haut-pave.org
Internet Site : www.haut-pave.org
Description:
Exposition du mardi 18 avril au samedi 13 mai 2017
VERNISSAGE MARDI 18 AVRIL 2017 DE 18H À 21H

Matthieu Pilaud s'engage dans des projets où s'entrecroisent données mathématiques, géomorphologiques et topographiques. Plongées dans la mémoire des lieux, ses œuvres majoritairement sculpturales et in situ entrent en dialogue avec l'histoire locale, s'articulant en fonction d'un système de formes et de structures dont la matérialité réactive certaines visées universelles de l'art moderne.
Plutôt épurées, minimales, à l'échelle humaine et éphémères, les sculptures de Pilaud s'inscrivent dans la répétition des formes générée par la sérialité que permettent l'industrialisation et l'ingénierie, mais aussi par des techniques plus anciennes. Souvent effectuées à partir de matériaux de construction solides, comme le bois, le métal et le plâtre, celles réalisées ici reposent, à l'inverse, sur l'usage d'une matière plus modeste et pliable, l'isorel. Sans l'intervention de la découpe à la machine et la répétition du geste engendrée par l'intermédiaire d'une mécanique lourde, Pilaud opte plutôt pour y disséquer la matière manuellement et plus modestement. Comme l'oscillation entre les contraires et leur enchevêtrement fait partie des caractéristiques intrinsèques de sa pratique, le fait main, repéré également dans l'application de pigment noir sur la surface des sculptures, est couplé à l'assemblage des pièces au faufilage, une technique de couture provisoire exécutée à la machine.
Disposées tant au sol qu'au mur, les structures générées par la rigidité des calculs procurent pourtant un caractère organique à l'œuvre, nouant des liens avec la nature et la culture. Alors que les projets antérieurs et in situ de l'artiste s'inspirent pour la plupart de l'environnement naturel et bâti des lieux occupés - passant de l'architecture religieuse, totalitaire et industrielle à l'urbanisme - Santa Maria Assunta #2 entre en dialogue avec la cathédrale de Sienne en Italie, dont la particularité architecturale repose notamment sur son espace intérieur ornementé de larges bandes horizontales noires et blanches. Constitués eux aussi de lignes, les éléments angulaires de la série Santa Maria Assunta #2 s'apparentent aisément à des structures futuristes ou encore à des artefacts ethnographiques de provenance inconnue.
À l'instar de ces aspirations modernes intéressées à la contraction du monde en une logique applicable universellement, cette série d'œuvres participe au développement d'un langage systémique qui permet à l'artiste de proposer lui aussi une synthèse de l'expérience du monde, mais consciente de ses propres limitations. Cette ouverture sur l'extérieur affirme les limitations de la logique interne de ses œuvres, comme si elles incarnaient des fragments de l'incommensurabilité de l'univers et nécessitaient paradoxalement l'extérieur pour exister. Sans chercher à être autonomes et à se replier sur elles-mêmes, ses pièces sont intrinsèquement dépendantes du dehors.
Dans un esprit de progression et de continuité avec elle-même, la pratique de Pilaud s'érige sur les explorations et découvertes de ses projets antérieurs, mais aussi dans la filiation de l'histoire de la sculpture moderne. Or, il serait erroné de s'arrêter ici. Ses projets baignent également dans l'hétérogénéité de la sculpture contemporaine, dans ce que l'historienne de l'art Rosalind Krauss entend par le "champ étendu de la sculpture"1. Les œuvres de cette exposition en sont un bel exemple. Déployées à coup d'exploration de la matière, elles marquent un nouveau tournant dans la pratique de l'artiste avec l'intégration "étrangère" de pigments pourtant propres au médium pictural. Cela laisse donc présager que cette orientation nouvelle, ou encore "contamination" par la peinture, guidera fort probablement l'élaboration de ses projets à venir qu'ils se déploient en galerie ou avec prestance quelque part dans le paysage.
Julie Alary Lavallée.


Né à Annecy en 1981, Matthieu Pilaud est diplômé de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 2007 (atelier de Vincent Barré). Il vit et travaille à Paris.
Matthieu Pilaud, développe majoritairement une pratique d'œuvres monumentales in situ. Les différentes résidences (Atelier Silex, Québec ; Voyons Voir, Aix en Provence, Domaine de Kerguéhennec, les Tanneries d' Amilly...), ou expositions (Vent des Forêts, les hortillonnages d'Amiens, L'art dans les Chapelles, Horizons art Sancy....) qu'il a réalisées, sont toutes le produit de rapports dynamiques et sensibles avec le lieu. Ses oeuvres sont, par le processus et le contexte, des tentatives d'élaboration de formes hybrides liées au végétal, à l'animal, à la forme organique et scientifique.
Il a aussi participé à plusieurs expositions internationales : notamment à l'institut d'architecture KRVIA, à Mumbaï en Inde, à Hybrid Object à Belgrade en Serbie, à Wood & Fire, Xcoma, à Xi'an, en Chine et cette année, Faufilage au Talweg à Trois-Rivères, au Québec.
Il prépare actuellement deux expositions, une à la galerie du Haut Pavé à Paris et une deuxième à 2angles à Flers. Il mène également un projet collectif depuis 2013 autour d'un manège itinérant et praticable pour l'espace public avec le collectif des Fondeurs de Roue.

Vernissage de Matthieu Pilaud "Heaume"

Vernissage de Matthieu Pilaud "Heaume"

Vernissage de Matthieu Pilaud "Heaume"

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "FOU"
Location:
La Capela
20, rue Philippe de Girard
75010 Paris
M° La Chapelle, Stalingrad, Louis Blanc
France
Description:
Après 3 ans d"ateliers partagés pour le F.O.U. 15 artistes se rassemblent pour vous présenter leurs oeuvres à la Capela du Mar18 04 au dim 22 04 2017

Marcel Aurange dessins F.O.U. croqués depuis le début
Frederic Ribeiro peintures "Mains d"amis"
Nadia Rais dessins de film d'animation
Héla Biriki sculptures métal
Sara Chelou peinture streetart
Javier Gimenez peintures pochoir
Yan G. peintures pochoirs
LeFrançois bijoux et mobiles
Alice Bigot peintures
Cristo 'n Sof "Jeu d'air"

VERNISSAGE Mardi 18 18/21h
+Performance spatiale et aérienne de "JEU d'AIR"
+DORA DANSE
+ surprises

REVERNISSAGE Jeudi 20 18/21h
+Performance PIANISTIQUE ET VOCALE Marianne "n Marielle
+surprises

FINISSAGE Dim 23 14/18h
+Performance JEU d'AIR"
+surprises

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition "SALON DE PRINTEMPS 2017"
Location:
Galerie Thuillier
13, rue de Thorigny
75003 Paris
M° Saint-Sébastien - Froissart
France
Phone : +33 (0)1 42 77 33 24
Mobile : +33 (0)6 12 80 88 36
Fax : +33 (0)1 42 77 33 24
Mail : galeriethuillier@wanadoo.fr
Internet Site : galeriethuillier.free.fr
Description:
Du 14 au 27 AVRIL 2017
Vernissage mardi 18 AVRIL 18h à 21h

[18:00-21:00] Vernissage de l'exposition collective "Féminin Pluriel"
Location:
Galerie De Marmont
4, avenue de Chanzy
La Varenne-Saint-Hilaire
94210 La Varenne-Saint-Hilaire Saint-Maur-des-Fossés
France
Phone : +33 (0)1 42 83 72 13
Mail : de.marmont@free.fr
Internet Site : www.demarmont.new.fr
Description:
du 18 au 30 avril

17 femmes artistes

Vernissage de l'exposition collective "Féminin Pluriel"

[18:30] Vernissage de Joa
Location:
Laboratoire d'exposition Art&Moi
Groupement Intensité
11-13, rue de l'Echiquier
75010 Paris
M° Strasbourg - Saint-Denis
France
Mail : uta.kriesten@free.fr
Description:
Envolée d'âmes
Installation de Joa
à partir des oeuvres inspirées par Bernard Lefort, praticien en haptonomie :

« Certaines âmes me font penser à un chiffon » me dit un jour au cours d'un partage Bernard Lefort, praticien en haptonomie. Et me voilà cherchant fébrilement sur une feuille blanche à quoi pouvait ressembler une telle âme. Sous mes crayons et mes pinceaux sont nées des « âmes chiffonnées » puis, dans l'élan, des âmes qui se déploient et puis d'autres âmes encore, une cascade d'âmes. Tous ces états d'âmes, je les ai habité. Ils m'ont fait vibrer.

Je me suis retrouvée devant une petite centaine d'oeuvres bien vivantes. Comment les exposer ? L'idée m'est venue, puisque c'était des âmes, de les faire voler. Je les voyais, attachées à des ballons gonflés à l'hélium, emplir la galerie. Déception. Malgré leur faible poids, les « âmes » retombaient. Me fallait-il revenir à une exposition classique et coller mes « âmes » au mur ?
Décourageant. Il devait bien y avoir une solution. Une discussion technique avec Olivier Wahl m'a permis d'élaborer une installation qui maintient les « âmes » en l'air et permet, en tirant une cordelette, de les voir apparaître devant nos yeux.

Je serais heureuse de vous faire vivre la découverte de toutes ces « âmes ».
Vous parleront-elles comme elles m'ont parlé ?

Micheline Pujolle alias Joa

Exposition du 18 au 23 avril 2017

[18:30-21:00] Vernissage de Manouchehr Niazi
Location:
Galerie 55Bellechasse
55, rue de Bellechasse
75007 Paris
M° Solférino, Varenne
France
Phone : +33 (0)1 75 57 39 39
Mobile : +33 (0)6 98 22 15 15
Mail : Info@55bellechasse.com
Internet Site : www.55bellechasse.com
Description:
Suite au succès des deux premières éditions, la Galerie 55Bellechasse organise sa nouvelle exposition "FACES n°3" présentant successivement 8 artistes.

Pour quelques jours, en Solo, nous avons l'honneur et la joie de présenter un ensemble rétrospectif de peinture du maître Iranien Manouchehr NIAZI. Nous comptons sur votre présence, ce travail mérite d'être découvert, et pour les plus chanceux d'être collectionné... Unique, fort, subtile, coloré, les adjectifs ne manquent pas pour décrire le travail de ce jeune Octogénaire qui chaque jour prend les pinceaux et nous transporte comme avec une baguette de chef d'orchestre philarmonique.
Tradition et modernité
Passion et ordre
Un univers riche

Vernissage de Manouchehr Niazi





[19:00] Inauguration du pop-up store des Bahamas
Location:
14 rue Jean-Jacques Rousseau
14, rue Jean-Jacques Rousseau
75001 Paris
M° Louvre - Rivoli, Palais Royal - Musée du Louvre, Les Halles
France
Description:
Venez à notre rencontre et réservez votre prochain voyage aux Bahamas dans la boutique éphémère des Bahamas à Paris ! Les Bahamas prendront temporairement résidence pendant 5 jours dans un Pop-up Store pour vous offrir des expériences toutes bahaméennes.

Tout au long de chaque journée, vous pourrez vous détendre sous les mains expertes de masseurs professionnels* ou bien encore repartir avec un souvenir Polaroid de cette parenthèse paradisiaque.
Et bien évidemment, des dégustations du fameux cocktail Goombay Smash** et de cupcakes colorés seront aussi au rendez-vous, à savourer au son de la musique bahaméenne !

du 19 au 23 avril
10h-19h du mercredi au samedi
10h-16h le dimanche

[19:00] Insignes d'Officier dans l'Ordre National du Mérite à Gérald Louis Canfailla
Location:
Lasserre
17, avenue Franklin-D.-Roosevelt
75008 Paris
M° Franklin D. Roosevelt, Champs-Élysées - Clémenceau
France
Phone : +33 (0)1 43 59 53 43
Mail : restaurant@restaurant-lasserre.com
Internet Site : www.restaurant-lasserre.com
Description:
Remise des Insignes d'Officier dans l'Ordre National du Mérite à Gérald Louis Canfailla

[19:00-20:30] Master class exceptionnelle de Tomohiro Nishikado
Location:
Fondation EDF
Espace EDF Electra
6, rue Récamier
75007 Paris
M° Sèvres - Babylone
France
Phone : +33 (0)1 53 63 23 45
Internet Site : fondation.edf.com
Description:
Master class exceptionnelle de Tomohiro Nishikado, créateur de Space Invaders à l'espace Fondation EDF
à l'occasion de la sortie en France de sa biographie aux éditions Omaké Books le mardi 18 avril de 19h à 20h30

dans le cadre de l'exposition "GAME Le jeu vidéo à travers le temps"
présentée jusqu'au 27 août 2017

« Tomohiro Nishikado est l'un des plus grands créateurs de jeu vidéo de la playhistoire. Sa contribution à l'industrie et à la culture du jeu et des loisirs est incommensurable. »

Pour la première fois en France, une légende vivante du jeu vidéo japonais ! Tomohiro Nishikado est considéré au Japon comme le "père du jeu vidéo japonais".
Il est en effet le premier japonais à avoir créé un jeu vidéo, en 1973, pour le compte de la société Taito. Il a également innové en créant le tout premier jeu à scrolling (défilement), le tout premier FPS ou encore offert au monde l'immense classique Space Invaders, un titre qui a défrayé la chronique au point de provoquer une pénurie de pièces de 100 yens au Japon.

Dans le cadre de la sortie de sa biographie aux éditions Omaké Books, Tomohiro Nishikado sera pour la première fois de sa vie en France. Il donnera une Master class (accès sur réservation) qui reviendra sur sa carrière mais également la folie Space Invaders. Cette rencontre exceptionnelle sera animée par Jean Zeid, journaliste spécialisée et commissaire de l'exposition Game, elle sera suivie d'une séance de dédicaces.

>> RSVP

[19:00] Vernissage "HOLY, Carte blanche à Prune Nourry"
Location:
Musée Guimet
Musée National des Arts Asiatiques - MNAAG
6, place d'Iéna
75116 Paris
M° Iéna
France
Phone : +33 (0)1 56 52 53 00
Fax : +33 (0)1 56 52 53 54
Internet Site : www.guimet.fr
Description:
19 avril - 18 septembre 2017

Pour sa quatrième Carte blanche confiée à un artiste contemporain, le MNAAG a choisi de sortir du cadre strict de la rotonde (4e étage) et d'exposer les sculptures de l'artiste plasticienne Prune Nourry dans un dialogue poétique avec les collections ; y prennent part quinze pièces historiques de la collection permanente du musée.
Les œuvres de Prune Nourry, présentées au sein d'un parcours guidé, offrent analogies visuelles et correspondances de sens, invitant le visiteur à participer à une véritable réflexion à travers le musée sur le devenir de l'humanité. Nées d'un triptyque d'expériences asiatiques, ses créations - performances, sculptures, installations - illustrent dix ans de travail de l'artiste. L'itinéraire culmine sous le regard d'une création monumentale, un Bouddha fragmenté, ruiné, qui investit tous les étages du musée.


Au fur et à mesure des déambulations dans les salles du musée, apparaissent les fragments d'un Bouddha de plusieurs mètres de haut conçu par l'artiste in situ. Le pied géant, installé dans la cour khmère, introduit le déploiement vertical du corps de ce Bouddha, sa tête se trouvant au dernier étage, sous la rotonde. Un ultime élément sera installé au rez-de-jardin le 21 juin 2017.

Le Bouddha géant de Prune Nourry, figure intemporelle, morcelé, ruiné, résonne de questions contemporaines, non seulement celles d'un patrimoine et d'une mémoire cibles mais aussi celle de nos inquiétudes eschatologiques contemporaines, parfois consuméristes. Cette création inédite en quatre parties, interagissant à l'échelle du musée, rappelle que le bouddhisme, véritable fil d'Ariane au sein des collections, est également un fil conducteur pour comprendre l'art et les civilisations asiatiques sur leur longue histoire.

Le travail de Prune Nourry, en lien étroit avec d'autres disciplines scientifiques - ici la conservation du musée - et sociologiques, son intérêt pour l'anthropologie et l'archéologie, la bioéthique - au cœur de sa réflexion - questionnent l'évolution artificielle de l'humain et les dérives de la sélection procréative. L'ensemble de sculptures Terracotta Daughters créé en 2013, une armée des 108 filles dont les 8 originales seront exposées au musée, fait référence aux soldats de terre cuite du premier empereur et rend hommage aux millions de filles qui ne verront pas le jour du fait de la sélection prénatale.

La dimension humaniste de l'œuvre de Prune Nourry, au cœur des sujets et débats scientifiques d'actualité, accompagne ses œuvres et son bouddha monumental et trouve un écho au sein des collections du musée. Enfin, explorant la notion de géographie religieuse et prophétique, une place importante sera accordée à l'empreinte sacrée, relique immatérielle et incorporelle, puissamment syncrétique. Dernier temps de cette Carte blanche, elle sera dévoilée le 21 juin.

Vernissage "HOLY, Carte blanche à Prune Nourry"

[19:00] Vernissage d'Estelle Lagarde "Libertés conditionnelles"
Location:
Anis Gras
le lieu de l'autre
55, avenue Laplace
94110 Arcueil
M° RER B Laplace
France
Phone : +33 (0)1 49 12 03 29
Mail : reservation@lelieudelautre.fr
Internet Site : www.lelieudelautre.fr
Description:
C'est chacune à leur manière que les deux séries présentées dans « Libertés conditionnelles » interrogent, parfois avec un humour grinçant, la notion d'enfermement.
Emprisonnement physique du milieu carcéral, emprisonnement psychique du travail et de sa précarité.
Estelle Lagarde réalise d'étonnantes mises en scène photographiques, échos d'une certaine réalité sociale actuelle.

Du 11 avril au 5 mai 2017
Vernissage le mardi 18 avril 2017 à 19h

«Libertés conditionnelles» d'Estelle Lagarde participe au Mois de la Photo du Grand Paris 2017.

Vernissage d'Estelle Lagarde "Libertés conditionnelles"

« Libertés conditionnelles » propose une réflexion sur les notions d'enfermement physique et psychique par d'étonnantes mises en scène photographiques, échos d'une certaine réalité sociale actuelle.

L'univers visuel d'Estelle Lagarde est singulier à plus d'un titre. Les rencontres avec des lieux souvent désolés ou désertés agrègent une collection de fictions photographiques, qui, ajoutées les unes aux autres, composent les chapitres de la comédie humaine. Plusieurs questionnements émergent alors, esthétiquement et sociologiquement. La fiction sonde le réel.
C'est chacune à leur manière que les séries « Maison d'arrêt » et « Lundi matin » interrogent, non sans un humour grinçant, la notion d'enfermement. Emprisonnement physique du milieu carcéral, emprisonnement psychique du travail et de sa précarité.

Dans des mises en scènes photographiques très précises, Estelle Lagarde joue avec le temps de pause long et semble révéler ainsi l'imprégnation de ces espaces à l'abandon sur ceux qui les ont occupés. Ou bien est-ce l'inverse : les personnages qui hantent ces lieux sont leurs prisonniers consentants et leurs fidèles gardiens. Les fantômes garants de l'histoire de ces lieux.

En accueillant l'exposition d'Estelle Lagarde, l'Anis Gras-Le lieu de l'autre, rend hommage à ceux qui ont travaillé dans cette ancienne usine et met en lumière les rapports entre espace et mémoire.

Vernissage d'Estelle Lagarde "Libertés conditionnelles"
Estelle Lagarde, Lundi matin, série Lundi matin
Copyright Estelle Lagarde / Agence révélateur

Vernissage d'Estelle Lagarde "Libertés conditionnelles"
Estelle Lagarde, Le parloir, série Maison d'arrêt
Copyright Estelle Lagarde / Agence révélateur

[19:00] Vernissage de Kim lan Nguyên Thi "Vues"
Location:
Anis Gras
le lieu de l'autre
55, avenue Laplace
94110 Arcueil
M° RER B Laplace
France
Phone : +33 (0)1 49 12 03 29
Mail : reservation@lelieudelautre.fr
Internet Site : www.lelieudelautre.fr
Description:
dans le cadre du Mois de la Photo OFF

Du 11 avril au 5 mai 2017
Vernissage le mardi 18 avril 2017 à 19h

Kim lan Nguyên Thi interroge les procédés par lesquels régulièrement nous tentons de nous approprier le monde en le mettant à notre échelle, défendant l'idée qu'il y ferait mieux-vivre pour l'homme.
Elle interroge également le mirage, l'image désirée. Comment elle disparaît dès l'instant où elle semble accessible.

Vernissage de Kim lan Nguyên Thi "Vues"
Vernissage de Kim lan Nguyên Thi "Vues"

[19:00] Vernissage de l'exposition "Autophoto"
Location:
Fondation Cartier pour l'art contemporain
261, boulevard Raspail
75014 Paris
M° Raspail, Denfert-Rochereau
France
Phone : +33 (0)1 42 18 56 50
Fax : +33 (0)1 42 18 56 52
Mail : vania.merhar@fondation.cartier.com
Internet Site : fondation.cartier.com
Description:
20 avril 2017 - 24 septembre 2017

Trente ans après l'exposition Hommage à Ferrari qui mettait à l'honneur ces voitures mythiques, la Fondation Cartier pour l'art contemporain présente, sur une proposition de Xavier Barral et Philippe Séclier, l'exposition Autophoto consacrée aux relations entre la photographie et l'automobile. Depuis sa création, l'automobile façonne le paysage, permet la découverte de nouveaux horizons et bouleverse notre conception du temps et de l'espace. À travers près de 500 œuvres de 100 photographes historiques et contemporains originaires des quatre coins du monde tels que Jacques-Henri Lartigue, Lee Friedlander, Rosângela Renno ou Yasuhiro Ishimoto, l'exposition révèle comment l'automobile est devenue, depuis son invention jusqu'à nos jours, un sujet et un outil pour les artistes. Captant les lignes sinueuses des routes, jouant avec les reflets des rétroviseurs et le cadre des pare-brises ou encore explorant notre relation avec cet objet de désir, les photographes nous invitent à regarder autrement l'univers de l'automobile. Le parcours de l'exposition réunit également des maquettes d'automobiles réalisées pour l'exposition par l'artiste Alain Bublex, portant un regard nouveau sur l'histoire du design automobile. À travers un ensemble d'œuvres organisé autour de grandes séries, l'exposition s'intéresse à la façon dont l'automobile a modifié durablement notre environnement et notre vie quotidienne, tout en influençant les pratiques et recherches esthétiques des photographes. Elle sera accompagnée d'un catalogue qui réunit plus de 700 reproductions d'œuvres, des citations d'artistes, une autre histoire du design et des textes de spécialistes.

Commissaires : Xavier Barral et Philippe Séclier
Commissaire associée : Leanne Sacramone
Commissaire adjointe : Marie Perennes

Vernissage de l'exposition "Autophoto"

[19:30] Conversation avec Daphné Lalonde
Location:
Galerie Valérie Delaunay
22, rue du Cloître Saint-Merri
75004 Paris
M° Châtelet, Hôtel de Ville
France
Mobile : +33 (0)6 63 79 93 34
Mail : contact@valeriedelaunay.com
Internet Site : www.valeriedelaunay.com
Description:
Dans le cadre de l'exposition A LA MARGE de Daphné Lalonde et à l'occasion de la parution de son eBook édité par les Editions Tribew, nous avons le plaisir de vous convier à assister à une conversation croisée entre l'artiste, Isabelle de Maison Rouge, historienne de l'art, Suzanne Ferrières-Pestureau, psychanaliste, Vincent Delaury, critique d'art et journaliste (sous réserve) et François Michaud, conservateur au Musée d'art moderne de la ville de Paris.

dans le cadre de l'exposition "A La Marge"

du 16 mars au 22 avril 2017

Conversation avec Daphné Lalonde

16:00
17:00
18:00
19:00
20:00
21:00
22:00  
23:00  
[Printer Friendly]



Investigations et photos
Abecedaire Parisien - Agenda - A propos - Contact

Agence Germain Pire tm - Investigation - Photo Hype - Renseignement de la nuit - © 2005-2015 - Tous droits réservés